Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mai 2018 3 30 /05 /mai /2018 19:08

Les statues (bois polychrome, XVIIe siècle) de saints Côme et Damien à la chapelle Sainte-Christine — Lanngristin — de Plougastel (29).

.

 


 

Voir, sur l'iconographie des saints Côme et Damien :


 

.

 

 

Sur Plougastel, voir :

.


 

 

 

 

.

Précision : Les auteurs, et la notice de la base Palissy, nomment "saint Damien" celui qui tient l'urinal, et "saint Côme" celui qui tient le mortier. Pour la cohérence de mon étude iconographique, je ne suivrai pas cet usage dans ma description, sauf lorsque je placerai le nom entre guillemets.

Les deux statues occupent aujourd'hui le mur oriental du bras nord du transept, mais elles siégeaient jadis dans le chœur (L. Cras). Elles ont été restaurées récemment. La statue de saint "Damien", en mauvais état, avait été reléguée dans la sacristie. Elle a été restaurée en 1994 par Gilbert Le Goël [actuellement atelier Coreum, Bieuzy-les-Eaux]. La statue de saint "Côme" a été joliment restaurée également, comme l'atteste la comparaison avec la photographie de l'article de L. Cras datant de 1986.

Mensuration :

- Saint "Damien" : H :  96 cm, la : 32 cm, pr. 21 cm

- Saint "Côme" H:100 cm.

Classement au titre d'objet  1960/02/23 

Ces statues figurent dans l'inventaire de l'iconographie des saints médecins Côme et Damien  de la thèse de M.L David-Danel (page 223 de sa publication de 1958), sans y être décrites.

.

Je n'ai pas trouvé de description en ligne de ces statues.

.

.

Transept nord de la chapelle Sainte-Christine à Plougastel. Photographie lavieb-aile 30 mai 2018.

Transept nord de la chapelle Sainte-Christine à Plougastel. Photographie lavieb-aile 30 mai 2018.

.

 

Transept nord de la chapelle Sainte-Christine à Plougastel. Photographie lavieb-aile 30 mai 2018.

Transept nord de la chapelle Sainte-Christine à Plougastel. Photographie lavieb-aile 30 mai 2018.

.

SAINT CÔME MIRANT L'URINAL.

.

Nous retrouvons ici la représentation du saint mirant les urines contenues dans un flacon en verre nommé matula ou urinal : c'est celle de l'enluminure des Grandes Heures d'Anne de Bretagne (1505-1510), des sculptures en kersanton de Landivisiau (1554), de Bodilis (1570) et de Landerneau (vers 1554-1570), du cadran solaire de Saint-Nic (1614), de la sculpture en bois de la chapelle Saint-Côme-et-Saint Damien de Saint-Nic (XVIIe). Cet attribut caractérise à l'époque l'exercice de la médecine avec la même force que, de nos jours, le stéthoscope porté en cravate dans les publicités. Il permettait d'examiner par transparence les dépôts des urines et d'établir un diagnostic.

Ce flacon est non seulement tenu, il est soulevé afin d'être placé à la hauteur du visage.

.

L'autre point commun avec l'ensemble des représentations étudiées est l'habit de médecin, avec chapeau, camail, robe longue, et chaussures de cuir.

Les cheveux sont longs et bouclés, soit naturellement, soit par port d'une perruque, comme sur la statue de bois polychrome de la chapelle Saint-Côme-et-Saint Damien : nous sommes sous Louis XIII, au XVIIe. 

Par contre, nous trouvons ici quelques particularités singulières :

a) le turban d'étoffe blanche à spires dorées est passé de mode au XVIIe. Il entoure un bonnet conique. Cet ensemble a un objectif précis, qui est d'indiquer que ce saint vient d'Arabie. Selon la Légende Dorée de Jacques de Voragine, les deux frères sont nés "dans la ville d'Égée", de localisation imprécise mais orientale. Une gravure de 1750 de ce lieu de naissance montre les habitants coiffés de ce turban-bonnet.

Cette coiffure remplace l'habituel bonnet des docteurs. Elle est signalée aussi sur un tableau de Bratislava. (  N. Duka Zolyomi  Rev. Hist. Pharm. 1975).

b) Le rouleau de parchemin, tenu dans la main gauche comme un cornet de bonbons, n'est pas courant non plus. 

c) Le camail qui recouvre les épaules est festonné.

d) Les manches sont courtes mais dépassent le coude, elles sont évasées. Le manteau vert galonné d'or est fendu de la taille jusqu'aux pieds. La robe blanche est recouverte d'une tunique plus courte, ourlée d'or.

 

 

.

Saint Côme (bois polychrome, XVIIe siècle) tenant l'urinal,  chapelle Sainte-Christine à Plougastel. Photographie lavieb-aile 30 mai 2018.

Saint Côme (bois polychrome, XVIIe siècle) tenant l'urinal, chapelle Sainte-Christine à Plougastel. Photographie lavieb-aile 30 mai 2018.

.

 

Saint Côme (bois polychrome, XVIIe siècle) tenant l'urinal,  chapelle Sainte-Christine à Plougastel. Photographie lavieb-aile 30 mai 2018.

Saint Côme (bois polychrome, XVIIe siècle) tenant l'urinal, chapelle Sainte-Christine à Plougastel. Photographie lavieb-aile 30 mai 2018.

.

 

Saint Côme (bois polychrome, XVIIe siècle) tenant l'urinal,  chapelle Sainte-Christine à Plougastel. Photographie lavieb-aile 30 mai 2018.

Saint Côme (bois polychrome, XVIIe siècle) tenant l'urinal, chapelle Sainte-Christine à Plougastel. Photographie lavieb-aile 30 mai 2018.

.

.

SAINT DAMIEN TENANT LE PILON ET LE MORTIER.

.

Saint Damien est représenté de façon plus conventionnelle, c'est à dire comme un médecin français de l'époque, avec le bonnet et le manteau d'étoffe écarlate caractéristique. Le bonnet n'est pas "carré" avec ses quatre cornes (comme le "bonnet d'évêque" du Fusain), mais légèrement évasé vers le haut, avec un revers doré et une pointe antérieure. Le manteau, recouvert par un camail noir, possède, comme celui de Côme, des manches courtes très évasées, par lesquelles passent les manches d'une robe blanche. Les chaussures sont noires à bout rond.

L'attribut associe un pilon et un mortier : il caractérise la fonction médicale dans son versant thérapeutique, principalement d'herboristerie. Cet attribut est plus rare que le pot d'onguent avec son couvercle, presque constant sur notre petite série bretonne.

.

.

 

Saint Damien, (bois polychrome, XVIIe siècle) tenant le pilon et le mortier,  chapelle Sainte-Christine à Plougastel. Photographie lavieb-aile 30 mai 2018.

Saint Damien, (bois polychrome, XVIIe siècle) tenant le pilon et le mortier, chapelle Sainte-Christine à Plougastel. Photographie lavieb-aile 30 mai 2018.

.

 

Saint Damien, (bois polychrome, XVIIe siècle) tenant le pilon et le mortier,  chapelle Sainte-Christine à Plougastel. Photographie lavieb-aile 30 mai 2018.

Saint Damien, (bois polychrome, XVIIe siècle) tenant le pilon et le mortier, chapelle Sainte-Christine à Plougastel. Photographie lavieb-aile 30 mai 2018.

.

 

Saint Damien, (bois polychrome, XVIIe siècle) tenant le pilon et le mortier,  chapelle Sainte-Christine à Plougastel. Photographie lavieb-aile 30 mai 2018.

Saint Damien, (bois polychrome, XVIIe siècle) tenant le pilon et le mortier, chapelle Sainte-Christine à Plougastel. Photographie lavieb-aile 30 mai 2018.

.

Cette statue de saint  Damien est assez proche de son homologue de la chapelle Saint-Côme et Saint-Damien de Saint-Nic : bonnet assez semblable, même matériau, même époque, même camail noir, même robe frappée de fleurs d'or.

.

CONCLUSION.

Ces deux statues enrichissent l'iconographie bretonne de saint Côme et de saint Damien de très beaux exemples, qui confirment la bipolarité urinal / onguent, que j'interprète comme la complémentarité diagnostique / thérapeutique de l'art médical. Nous regrettons de ne disposer d'aucun document ou d'aucun indice, d'aucune possession de reliques qui viendrait expliquer, ici et non ailleurs, l'existence du culte des deux médecins. L'absence ici de fontaine de guérison propre à ces saints est aussi remarquable.

.

.

.

SOURCES ET LIENS.

— BASE PALISSY

 http://www2.culture.gouv.fr/public/mistral/palissy_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_8=REF,REFA&VALUE_8=PM29000763

— CRAS (Lucien), 1987, "Chapelle Sainte-Christine, Lanngristin", in Plougastel-Daoulas, Patrimoine architectural et statuaire, Les Amis du Patrimoine de Plougastel éditeur, page 105.

— COUFFON (René)

http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf-Couffon/PLOUGAST.pdf

"CHAPELLE SAINTE-CHRISTINE Au village de Langristin, ce qui montre que la sainte a supplanté saint Kristin. Edifice en forme de croix latine avec chevet à pans coupés du type Beaumanoir. Le vitrail portait la date de 1558, date que l'on retrouve également sur la porte ; le clocher a été restauré en 1914, suivant l'inscription : " ER BLOAZ MIL NAO C'HANT PEVARZEK EUS AR DIAZEZ BETEG AR BEG AN TOUR MAN A ZO BET ADSAVET EN ENOR DA SANTEZ KRISTINA BENNIGET. - F. CARDINAL PERSON. Y. ANDRE. FABRIK. G. BROUSTAIL MESTR MANSONER ". Démoli en août 1944, il a été restauré en 1975. Date de 1605 sur une porte latérale, avec le nom du fabricien THOMAS. Sacristie du XVIIIè siècle, " 1741 " à l'envers sur l'appui de la fenêtre. Mobilier L'autel ne porte plus de retable ni de boiseries, c'est une table de pierre moulurée posée sur un massif. Statues - en kersanton polychrome : sainte Christine, la meule suspendue au cou, XVIè siècle (C.) ; - en bois : sainte martyre, datée 1947 et signée Baglin ; - en bois polychrome : Crucifix, XVIè siècle, Christ aux outrages, XVIè siècle, sainte Anne, XVIè siècle, Vierge à l'Enfant assise, sur une console armoriée, XVIè siècle, autre Vierge à l'Enfant avec un ange sculpté sur le socle, XVIIè siècle, (C.), 3e Vierge à l'Enfant, XVIè siècle (sacristie), saint Matthieu, XVIè siècle, saint Côme et saint Damien, XVIIè siècle (C.), saint Antoine ermite, XVIIè siècle (C.), sainte Marguerite, XVIIè siècle, sainte Agathe, trois saints évêques, - et, à la sacristie, huit statuettes de procession. * Calvaire : statues géminées sur le croisillon, anges au calice, Pietà au revers. Inscription sur le socle : " A : THOMAS : " et date de 1587 sur le fût. Fontaine Saint-Gouesnou, surmontée de la statue d'un saint tenant un calice."

— DAVID-DANEL, 1957 L'Iconographie des saints médecins Côme et Damien, Thèse principale. Répertoire des sanctuaires de France dédiés à saint Côme et saint Damien (exemplaires dactylographiés), Thèse complémentaire. (Fac. Lettres, Lille, 1957)

 

.— PÉRENNÈS (Henri), 1940,  Plougastel.

https://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/6fc1bec602ab1010bcb1045d074ba8e5.pdf

"Sainte-Christine. Cette chapelle ·se trouve sur la côte dite de l'Armorique, à quatre kilomètres. Ouest du bourg. Elle s'appelle chapel Langristin, du nom du village où elle est située. Ce vocable de Langristin évoque un vieux saint celtique sant Kristin, aujourd'hui oublié et dont le culte fut remplacé par celui de sainte Christine, vierge . et. martyre, fille d'Urbain, gouverneur d'une ville de Toscane sous Dioclétien. Ayant refusé de sacrifier aux idoles, elle fut tuée à coups de flèches vers l'an 300. On transporta son corps à Palerme, dont elle est la patronne. La chapelle· est un édifice en forme de croix latine, avec un chevet à pans coupés. Une plaque en pierre au pignon ouest rappelle la restauration du clocher en 1914. La porte latérale porte la date de 160o. L'ancien vitrail, daté de 1558, représentait l' Assomption et le couronnement de la Vierge puis saint Nicolas avec les trois enfants ressuscités . La verrière actuelle renferme les médaillons de sainte Christine et saint Eloi. Près du maitre-autel, du côté de l'évangile apparait la statue de sainte Christine avec une meule de moulin suspendue à son cou par une grosse corde. Le cantique breton mentionne cet épisode

Mes an tad dinatur Bourreo e graouadur A stag out-hi eur men Hag e stlap en eul lenn.

Dans le voisinage se trouvent les saints Cosme et Damien tenant des fioles en main.

Du côté de l'épitre c'est d'abord saint Matthieu puis "la sainte Vierge couronnée avec deux petits anges au-dessus d'elle. Elle repose sur une console armoriée d'un blason : 3 couronnes à pointes. Dans l'armoire du maître-autel se trouve un reliquaire avec une relique de saint Vincent; on le fait baiser aux fidèles le jour du pardon. · Le transept nord contient un autel en granit, portant les statuettes de saint Gouesnou coiffé d'une tiare, et de sainte Christine. Dans une armoire au milieu de l'autel est une vieille statuette de la Vierge Mère. Contre la paroi, au-dessus de l'autel, saint Justin portant un enfant, puis saint Nicolas avec les trois enfants, à vieille figure, dont l'un passe la jambe par-dessus la baratte. Dans une niche saint ·Claude, abbé. Au transept sud on aperçoit sainte Anne, un petit saint Michel en granit fourrant l'extrémité de sa croix dans la gueule d'un monstre qu'il foule aux pieds et dont le bras veut écarter cette croix, un beau saint Antoine en bois avec sa clochette, un livre, et son cochon; il est enfermé dans une niche à riches colonnes torses.

Au-dessus d'un confessionnal un petit saint Antoine avec son cochon, symbole du démon. Dans la nef un vieux Christ en croix, encadré d'un Christ assis au calvaire, attendant le supplice, et de sainte Marguerite avec son dragon. Sur le placitre se dresse un calvaire daté de 1587. On voit d'un côté saint Jean et la sainte Vierge, et plus bas un petit Christ assis, de l'autre côté saint Gouesnou avec un calice et la sainte Vierge, plus bas une scène du couronnement d'épines. A une vingtaine de mètres sud-ouest de la chapelle, en contrebas, est la fontaine de Saint Gouesnou, surmontée du buste du saint qui tient un calice. Les pardons avaient lieu le lundi de Pentecôte, à la Saint-Matthieu et le jour de saint Antoine, ermite. Un cantique breton en l'honneur de sainte Christine porte l'imprimatur du 17 Mai 1880. Il chante en 29 couplets la vie de la sainte."

— Vitraux par Jean-Pierre LE BIHAN,

http://jeanpierrelebihan2.over-blog.com/article-24704578.html

.

 

Partager cet article

Repost0
Published by jean-yves cordier

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche