Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 11:18

.

L'atelier de sculpture sur pierre de Bastien et Henry Prigent, installé à Landerneau, fut actif de 1527 à 1577 dans cinquante paroisses des diocèses de Cornouaille et de Léon, et à Plougonven dans l'ouest du Trégor. Leur style, étudié par Emmanuelle Le Seac'h dans un ouvrage majeur, Sculpteurs sur pierre en Basse-Bretagne (2014), est marqué par le réalisme. Bastien a le ciseau le plus fin : "les yeux sont taillés en un petit losange horizontal. Les drapés sont fluides." Son style plus souple produit un effet plus expressionniste, voire réaliste, qui contraste avec le hiératisme, la raideur de Henry. Leur trait commun, trois larmes en relief sur les joues de leurs Vierges éplorées, de Jean ou de Marie-Madeleine, n'est pas observable à Landivisiau, mais ils partagent aussi les arcades sourcilières nettes et les visages pointus et, dans les sculptures du porche, "un nez droit et franc, des yeux rétrécis et un visage ovale" (op. cit. p.154). Se désignant sur les inscriptions comme "ymageurs", ils sont les auteurs de deux calvaires monumentaux à Plougonven (1554) et Pleyben (1555), de quatre porches à Pencran (1553), Landivisiau (1554-1565), Guipavas (1563), haut de Lampaul-Guimiliau (1533), et de nombreuses statues isolées,  de diverses croix et  calvaires de série.

Leur matériau de prédilection est le kersanton, ou kersantite, qui doit son nom à un hameau de la Rivière de Daoulas, en rade de Brest. Ce lamprophyre, une roche éruptive, peut être qualifié de "marbre breton", mais marbre sombre puisque sa teinte est grise, plus ou moins foncée selon le faciès. La réputation des enclos paroissiaux lui doit beaucoup.  Louis Chauris est l'auteur de la publication de référence à son sujet.

Un auteur a consacré sur Wikipédia (en anglais!!) un riche article au travail de cet atelier, reprenant les descriptions de Le Seac'h en les accompagnant de photographies personnelles. List of the works of Bastien and Henry Prigent.

Ma description s'inspire de celle des auteurs cités en sources (Jean-Marie Abgrall et Emmanuelle Le Seac'h).

.

 

porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

Porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

Porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

.

 

I. LES MOULURES DE L'ARCADE.

Le porche intérieur est encadré de trois moulures prismatiques, la plus interne suivant le dessin des deux arcs de la porte géminée et du trumeau.

Les gorges de deux moulures intérieures  reçoivent  des guirlandes de feuilles d'acanthe et de pampres de vigne, d'un travail très fouillé, semblable aux moulures  de l'arcature extérieure du porche et abritant comme elle des petits animaux et personnages. Comme elles, elles débutent par un animal fantastique qui cherche à atteindre les tiges fructifères : un dragon ailé à queue nouée et un renard à gauche, un lion et un dragon (ou phoque à queue bifide, tourné vers nous) à droite.

.
 

porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

.

 

porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

.

Au sommet de l'arc d'ogive, un homme en buste réunit les extrémités des plants de vigne, là encore comme sur l'arcade extérieure.

.

 

porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

.

La moulure la plus extérieure est  sculptée d'une série de statuettes dans de petites niches aux dais couronnés de pinacles à crochets. Les saints représentés sont repris pour beaucoup à Landerneau pour le porche de Saint-Houardon (1604) : saint Yves, Saint Salomon, saints Côme et Damien, saint Pierre, les saints évêques ou abbés. 

1°) A GAUCHE.

 

1. Saint Yves, tenant dans la main droite un rouleau de parchemin ou une liasse de papiers. Il est revêtu d'une robe longue et d'une sorte de cotte à manches larges qui descend jusqu'à la ceinture. Sur ses épaules est un camail garni d'hermines héraldiques, en relief, avec un capuchon qui vient recouvrir la barrette ou bonnet carré dont il est coiffé.

.

Saint Yves, porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

Saint Yves, porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

.

3. Saint Salomon, roi légendaire de Bretagne, portant l'armure de chevalier, l'épée et la couronne royale.

C'est le patron de l'église Saint-Salomon de La Martyre, à 13 km au NO de Landivisiau.

.

Saint Salomon, porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

Saint Salomon, porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

.

5. Saint Thivisiau, ou Thuriau, patron de la paroisse vêtu de la chasuble et coiffé de la mitre. Il bénit de la main droite et tient de la gauche la croix archiépiscopale.

.

Saint Thivisiau, porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

Saint Thivisiau, porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

Le  porche de l'église de Landivisiau VII. L'arcade intérieure et son tympan.

.

7. Saint Côme, martyr à Alep sous Dioclétien, tenant une boîte à onguent.

Son frère Damien, est représenté à la même hauteur à droite.  Patrons des médecins, des chirurgiens et des pharmaciens, ils étaient tenus au Moyen-Âge comme les inventeurs d'un remède contenant 65 éléments, l'opopira, une panacée guérissant les yeux et la bouche, les mains et les pieds. A Saint-Nic (29), sur le calvaire de la chapelle Saint-Côme-et Saint-Damien,  la statue de Côme le représente tenant le mortier et le pilon. Traditionnellement, l'un tient une boite d'onguent et l'autre un urinal pour mirer les urines. La Légende Dorée de Jacques de Voragine fait d'eux des jumeaux, et le nom Côme viendrait de cosmos, "ordre, bon ordre, parure" d'où "univers" .

Côme porte une tunique courte, plissée et à boutons (très fréquente sous le ciseau des Prigent) et un manteau dont il tient le pan de la main gauche, mais c'est sa coiffure, le bonnet des docteurs, qui est caractéristique.

.

Saint Côme, porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

Saint Côme, porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

.

9. Un père-abbé (tonsure) tenant une crosse et un livre.

Saint Guénolé, abbé fondateur de Landevennec au Ve siècle ? La crosse est tournée crosseron vers l'intérieur, selon la règle que le pouvoir d'un abbé est limité à l'intérieur de son abbaye, alors que celui de son évêque s'étend à l'ensemble de son diocèse. Les autres insignes épiscopaux sont présents, comme la chape à fermail et l'anneau dûment porté à l'annulaire de la main gauche.

.

Père abbé, porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.
Père abbé, porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

Père abbé, porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

.

11. Ange, les mains jointes.

.

 

Ange,  porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

Ange, porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

.

2°) A DROITE.

2. Saint Pierre, le front chauve, vêtu d'une chasuble, tenant un livre et une clef.

Dans la moulure intérieure, petit personnage dans les pampres.

.

Saint Pierre,  porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

Saint Pierre, porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

.

 

 

4. Saint Denis, ou plus probablement saint Miliau, décapité et portant sa tête dans ses mains.


 

Saint céphalophore,  porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

Saint céphalophore, porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

.

6. Évêque bénissant ; peut-être saint Pol-Aurélien.

 

 

Évêque,  porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

Évêque, porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

.

8. Saint Damien, portant une ampoule.

 Il semblerait que leur culte fût populaire dans notre pays, car on les trouve représentés de la même manière dans le porche de Landerneau, et ils ont aussi leurs statues sur l'autel du bas-côté Sud dans l'église de Lambour, à Pont-l'Abbé. Voir leur chapelle à Saint-Nic.


 

Saint Damien,  porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.
Saint Damien,  porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

Saint Damien, porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

.

10. Un évêque bénissant .

.

 

Évêque,  porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

Évêque, porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

.

12. Ange, les mains jointes.

.

Ange orant,  porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

Ange orant, porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

.

.

II. LE TYMPAN.

Le tympan est organisé selon un axe de symétrie constitué par la statue du Christ, dans sa niche, sur son culot et sous son dais. De chaque coté, viennent ensuite quatre anges échelonnés verticalement et présentant trois courtes banderoles, puis sur un culot et sous une coquille, une statue d'ange porteur d'un calice. Enfin, deux anges tenant un cartouche avec une inscription. On compte au total neuf inscriptions.

A. LE CENTRE.

Dans le milieu du tympan, est placée une statue, à laquelle on a rapporté une tête coiffée de la tiare et qui a dû appartenir à un Père-Eternel (probable inversion avec la tête d'une statue de pape du lanternon pour E. Le Seac'h). Le nez de cette tête est également rapporté. 

On considère que la statue, aux pieds nus, au corps vêtu d'une robe longue et sans ceinture, au genou gauche fléchi, et aux deux mains brisées au sortir de manches plissées, était celle d'un Christ Sauveur.  Au bas de la robe  est placée une banderole avec cette inscription en caractères gothiques :

M. BIZIAN. TANGVY. RECT.

A . FAICT. FABRIQUE. H. A MARTIN.

"Messire Tanguy Bizien recteur a fait / fabrique H.A Martin." ( E. Le Seac'h a lu, à la place de "H.A. MARTIN, "H. LIOGAN". Mais celle lecture pose problème car le patronyme Liogan n'est pas attesté, notamment à Landivisiau, tandis que celui de Martin est courant parmi les marchands de toile du Léon).

Tanguy Bizian est le Premier Chapelain de la chapellenie de sept prêtres,  fondée par François de Tournemine et Renée de Saint Amadour et chargée de célébrer deux messes quotidiennes, dont l'une à voix basse.  A son décès, il fut remplacé en 1560 par Goulven Floch. Voir Pierre Hévin 1734 qui donne néanmoins la graphie "Tanguy Bizien".

 

.

 

Tympan du porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

Tympan du porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

.

 

Tympan du porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

Tympan du porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

.

B. PARTIE GAUCHE.

 

 

Tout à fait au haut, deux anges sont en prière ; des deux côtés, trois anges tiennent trois banderoles avec des  inscriptions, dont l'une est ainsi conçue :

MEMENTO . MEI

 0 . MATER . DEI

 PAX VOBIS.

"Cette invocation : « Memento mei, o mater Dei, Souvenez-vous de moi, ô mère de Dieu, » était, semble-t-il, en usage à cette époque, car nous la trouvons aussi sur la porte latérale Nord de la chapelle de la Mère - de - Dieu, en Kerfeunteun, près de Quimper, avec la date de 1578, ainsi que sur une sonnette, n° 148 de la collection Revoil au musée du Louvre, et qui porte la date de 1544." (J-M. Abgrall)

La formule était gravée sur l'épée de Ferdinand V le Catholique. La formule inversée (O mater Dei, memento mei) conclut le motet  Ave Maria...Serena Virgo composé par Josquin des Prez vers 1485 et qui fut extrêmement populaire au XVIe siècle.

Écriture en minuscules gothiques. 

 

 

Diorama, Inscriptions de gauche, Tympan du porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.
Diorama, Inscriptions de gauche, Tympan du porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.
Diorama, Inscriptions de gauche, Tympan du porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.
Diorama, Inscriptions de gauche, Tympan du porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

Diorama, Inscriptions de gauche, Tympan du porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

.

Toujours à gauche, une autre inscription porte sur un cuir tenu par deux anges :

ANNO : DOMINI :  1554.

"Année du Seigneur 1554".

ANNO : DOMINI :  1554, Tympan du porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

ANNO : DOMINI :  1554, Tympan du porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

.

C. LA PARTIE DE DROITE.

Les trois anges porteurs de phylactère annoncent de haut en bas : 

DOMVS : MEA

SALVATOR : MVNDI

LETVS : MARIA

 "Ma maison, Sauveur du monde, Joie de Marie".

La séquence Domus mea Salvator mundi letus Maria n'a aucun sens. Domus mea, et Salvator mundi  sont des titres possibles de cantiques grégoriens. Surtout, Salvator Mundi est le nom donné aux représentations du Christ portant un orbe dans sa main gauche tout en utilisant sa main droite pour bénir. C'est sans doute ainsi que se présentait la statue centrale avant que les mains ne soient brisées. Les trois banderoles correspondraient donc à trois qualificatif du Christ.

.

.

 

 

A droite, tout près du bord, au-dessus de la porte , deux petits anges tiennent un cartouche avec l'inscription en lettres gothiques

LAN . MIL . Vccc LIIII . FVST . FONDÉ . CESTE . PORTAL . ET . ESTOIENT . LORS . FABRIQVE . Y. MARTIN . J . ABGRALL.

"L'an 1554 fut fondé ce porche. Les fabriques étaient alors Y[ves] Martin et J. Abgrall".

Avec la précédente, cette inscription fournit la date la plus précoce de tout le porche.

Nous retrouvons le patronyme "Martin" qui était déjà celui d'un fabrique sur l' inscription du socle de la statue. De même le patronyme Abgrall figure sur le socle d'une statue d'apôtre du porche. 

 

"Sous l’Ancien Régime, chaque paroisse est administrée par un organisme composé de douze membres et appelé corps politique, fabrique ou général. Cet organisme exerce une fonction primordiale qui consiste à pourvoir aux besoins du culte, à entretenir l’église, à faire procéder à des travaux d’agrandissement ou de reconstruction de l’enclos paroissial, (église, ossuaire, calvaire...) Il nomme, par ailleurs, les collecteurs d’impôts, subvient aux besoins des enfants abandonnés et, quelquefois, des paroissiens plus pauvres, salarie, le cas échéant, le ou les maîtres d’école. Il désigne, chaque année, deux « fabriques » ou trésoriers qui sont chargés de gérer le budget de la paroisse." Louis Elegoët, Les Juloded. Grandeur et décadence d'une caste paysanne en Basse-Bretagne, Presses universitaires de Rennes. Rennes, 1996. Chapitre VI. Place des Juloded dans leur société paroissiale. p. 165-211. http://books.openedition.org/pur/11559

"Un julod  (au pluriel juloded ) est un terme de la langue bretonne qui désigne des paysans riches, généralement aussi fabricants et (ou) marchands de toiles, parfois tanneurs du Haut-Léon, centrés sur le Pays Chelgen, entre le XVIe siècle et le XIXe siècle, et qui ont constitué une véritable caste aristocratique rurale, à l'origine de la création des enclos paroissiaux et dont les descendants sont parfois devenus des responsables politiques. Les marchands toiliers constituent alors l’élite sociale de la région . Implantés uniquement dans le Léon méridional ou Haut-Léon, proche des Monts d'Arrée, cette aristocratie paysanne, pratiquaient une véritable caste à très forte endogamie et jouèrent un rôle important lors de la « Renaissance bretonne », construisant églises avec un riche mobilier, calvaires et enclos paroissiaux . Ce sont ces juloded enrichis qui ont financé la construction et la réalisation des enclos paroissiaux du Léon, manifestation la plus visible de leur prospérité."(d'après Wikipédia "Julod").

.

 

 

Tympan du porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

Tympan du porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

.

Les sculptures méplates qui forment comme une tapisserie sur le fond de ce tympan, donnent leur place à tout le vocabulaire de la Renaissance : feuilles d'acanthe, mascarons, coquilles Saint-Jacques, rubans accolés, galons plats décorés de rosettes. Nous les retrouvons, avec les mêmes caractères, au fond du porche de Landerneau.

.

Tympan du porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

Tympan du porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

.

LA VOÛTE ET SES ARMOIRIES.

"L'intérieur est voûté en croisée d'ogives avec une clé de voûte qui témoigne du remontage du porche en 1728. Elle est décorée du blason des Danycan, d'azur au monde d'or, surmontée d'une étoile d'argent et soutenu du vol de même.Le richissime armateur malouin Noël Danycan de l'Épine (1651-1731)  avait acheté en 1702 la seigneurie de Coatmeur en Landivisiau." (E. Le Seac'h 2014 p.153)

 .

Clé de voûte du porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

Clé de voûte du porche intérieur de l'église Saint-Thuriau de Landivisiau. Photographie lavieb-aile 2017.

.

SOURCES ET LIENS.

 

ABGRALL (Jean-Marie), 1891, "Porche, clocher, chapelle et fontaine de Landivisiau", Bulletin de la Société archéologique du Finistère pages 259-268.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207615d/f335.image

CASTEL (Yves-Pascal), 1997, Le porche méconnu de Landivisiau, 3 parties, Le Progrès de Cornouaille-Courrier du Léon samedi 1er février, 8 février et 15 février 1997 page 23. “1290 Le porche de Landivisiau (3ème et dernière partie)... 150.02.97.,” Collections numérisées – Diocèse de Quimper et Léon, consulté le 23 janvier 2017, https://diocese-quimper.fr/bibliotheque/items/show/2806.

https://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/101918beed0220579dab324c65112b94.jpg

https://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/2a2657bd8d664f2a53afe62d4c5b64af.jpg

https://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/9ad6a25f74c98674d09e6aef3ad92a6e.jpg

 

CASTEL (Yves-Pascal), 1979, "Un porche remarquable : Landivisiau", Les Cahiers de l' Iroise, 1979, n°2.

— CHAURIS (Louis), 2010, Le kersanton, une pierre bretonne, Presses Universitaires de Rennes.

COUFFON (René), LE BARS ( Alfred) « Landivisiau », Diocèse de Quimper et de Léon, nouveau répertoire des églises et chapelles, Quimper, Association diocésaine, 1988, 551 p.

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/494edd1782a578c953b613ec4d2b371e.pdf

— LE SEAC'H (Emmanuelle), 2014, Sculpteurs sur pierre en Basse-Bretagne, les ateliers du XVe au XVIIe siècle , 1 vol. (407 p.) - 1 disque optique numérique (CD-ROM) : ill. en coul. ; 29 cm ; coul. ; 12 cm . Note : Index. - Notes bibliogr., bibliogr. p. 373-395 Rennes : Presses universitaires de Rennes,  Éditeur scientifique : Jean-Yves Éveillard, Dominique Le Page, François Roudaut

— WIKIPEDIA 2017 : List of the works of Bastien and Henry Prigent

https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_the_works_of_Bastien_and_Henry_Prigent

.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Landivisiau
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche