Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 12:46

Iconographie de saint Christophe dans les vitraux de la cathédrale de Quimper. I. La baie n°113.

Vitrail de Jean Le Baillif. Transept, bras nord, mur est, coté est.

L'intention de cette série de mon blog est de replacer chaque œuvre dans un ensemble iconographique étudiant les variations et les reprises du thème de saint Christophe traversant le gué en portant le Christ enfant sur ses épaules. Et de faire apparaître l'importance de ce culte au XVe et XVIe siècle.

A Quimper, le but est de souligner combien ce culte avait une place prépondérante, et d'inciter à réfléchir à sa signification, qui dépasse de loin l'image de saint-pour-porte-clef-et-garagiste qu'on pourrait avoir.

.

Introduction.

 

Les vitraux de la cathédrale de Quimper comptaient 6 représentations de saint Christophe, dont 5 sont encore visibles actuellement. Le saint porteur de l'Enfant-Christ vient ainsi à la sixième position des saints personnages représentés, après le Christ (25 occurrences), la Vierge (13), de saints évêques (10), Jean-Baptiste (10), saint Jean (7), saint Pierre (7). Il précède saint Michel ou saint Jacques, saint Paul et sainte Catherine, et même saint Corentin, le patron de Quimper, qui sont figurés 4 fois chacun.

Cette sixième place est inattendue, car le culte voué à Christophe ne semble pas avoir eu une telle importance. Le prénom de Christophe est rarement rencontré parmi les noms des seigneurs bretons. Nous devons reconsidérer nos a priori et prendre toute la mesure de l'honneur qui a été rendu à ce saint, notamment au  XVe siècle, lorsque la cathédrale fut vitrée. Ajoutons que, outre ces six verrières, saint Christophe disposait d'une chapelle à son nom, décrite par R-F. Le Men :

CHAPELLE DE SAINT-CHRISTOPHE, de 1498 à 1760. — Elle n’a pas eu d’autre vocable. C’était la chapelle de la seigneurie du Plessix-Ergué, de laquelle relevait la plus grande partie de la paroisse d’Ergué-Armel, près Quimper. Les armes de la famille de Plœuc, qui fut, pendant plusieurs siècles, propriétaire de cette seigneurie, se voient dans la vitre, au-dessus du pilier qui sépare la nef du transept du côté du nord, pilier contre lequel l’autel de cette chapelle était appuyé. Les seigneurs de Plœuc et de Kerguegant y avaient un banc armorié des armes du Tymeur (écartelé de Plœuc et de Kergorlay). 

Le seul auteur qui a constaté cette prévalence de saint Christophe est l'abbé A. Thomas, qui écrivait en 1892 :

 

"On aura peut-être remarqué combien souvent saint Christophe apparaît dans les vieux vitraux de la cathédrale de Quimper. Bien qu'il y figure deux fois comme protecteur de nobles chevaliers, cet illustre martyr était, dit-on, honoré au Moyen-Age comme protecteur spécial des classes populaires, des hommes de peine ; ceux qui connaissent la légende de saint Christophe portant sur ses épaules l'Enfant Jésus et succombant sous le fardeau, comprendront pourquoi lui incombait ce patronage. Jusque vers 1865, une très laide mais très curieuse peinture murale représentait dans l'église de Locmaria saint Christophe passant une rivière et se.servant d'un arbre en guise de bâton. Les critiques se sont beaucoup moqués de la croyance à la taille gigantesque de saint Christophe ; il est fâcheux pour eux que les prodigieuses dimensions des reliques du saint martyr renversent leurs savantes théories. Conservées dans plusieurs églises d'Espagne et de France, elles montrent que si l'on a vu en lui un géant cela ne vient pas seulement de son nom de Christophe : qui porte le Christ. "

Les vitraux de la cathédrale de Quimper ont été considérablement restaurés, ou même reconstruits au XIXe et au XXe siècle. Nous devrons être vigilants pour distinguer les verres d'origine, et les restaurations.

Les six verrières sont les suivantes :

  • Baie 0100. Offerte par  Alain Le Maout, évêque de 1484 à 1493. Détruite peu après 1821, et donc non décrite ici. Elle était décrite ainsi par Aymar de Blois : : ".. au milieu un crucifix, à sa droite Notre-Dame, et à sa gauche saint Jean l’Évangéliste ; à droite de Notre-Dame, saint Pierre à gauche de saint Jean, saint Paul ; sous le crucifix, saint Corentin et son poisson à ses pieds ; à sa droite saint Cosme et à sa gauche saint Christophe. Deux effigies d’évêques à genoux, mitrés, tenant leurs crosses d’argent, revêtus de chapes bleues, et beaucoup plus grandes que celles des saints, se font face l’une à l’autre à droite et à gauche, et remplacent, avec leur prie-Dieu, l’espace depuis la hauteur du milieu des saints du deuxième rang, jusqu’aux ornements peints qui forment la base du vitrail. L’écusson que l’on voit sur les prie-Dieu, est le même pour les deux figures qui se ressemblent. Il est d’argent au chevron d’azur liseré d’or ; ce sont les armes d’Alain Le Mout ou Le Maout, évêque de l’an 1484 à 1493." . Cette composition montre combien saint Christophe tenait l'une des premières places parmi les saints vénérés à Quimper à la fin du XVe siècle. 

  • Baie 113 . Transept bras nord, coté est. Vitrail de Jean le Baillif. Fin XVe siècle et vers 1874.

  • Baie 114. Transept bras sud, coté est. Vitrail de Pratanras. Fin  XVe et vers 1870.

  • Baie 115. Transept, bras nord. Fin XVe et 1873.

  • Baie  126. Nef 2ème travée sud. Vitrail de Kerguelenen.  Fin XVe et vers 1870.

  • Baie 128.  Nef 3ème travée sud. Verrière  dite "aux oiseaux. Fin XVe, vers 1870, et 1999.

Alors que les vitraux du chœur ont été posés sous l'épiscopat de Bertrand de Rosmadec, entre 1417 et 1419, les verrières de la nef et du transept furent posées entre 1495 et 1497, alors que l'évêque était Raoul le Moël (1493-1501). La Bretagne était alors gouvernée par Anne de Bretagne, peu après qu'elle soit devenue reine de France en épousant (1491) Charles VIII. 

Ces verrières occupent les fenêtres hautes de la cathédrale, ce qui ne les rend ni bien visibles, ni facilement photographiables, d'autant que, au sol, des chaises en rang serrés interdisent l'accès aux bras du transept.

 

.

LA BAIE 113. VITRAIL DE JEAN LE BAILLIF. 

 

Bras nord du Transept, coté est.

Il comporte 5 lancettes trilobées et un tympan de 9 ajours, et mesure 6 m de haut sur 3,60 m de large.

Les lancettes sont occupées de gauche à droite par :

  • Saint Corentin (?)

  • Saint Michel

  • Saint Maurice (?)

  • Saint Christophe.

  • Saint Jean-Baptiste et le chanoine Jean Le Baillif.

.

Françoise Gatouillat  en commente le style ainsi en 2013:

"Au bras nord du transept, en baie 113, saint Corentin (?), saint Michel, saint Maurice (ou Julien), et saint Christophe se singularisent par la douceur de leur modelés obtenus par un jeu de hachures brunes ; on est tenté d'en attribuer la paternité à Laurent et Olivier Le Sodec, peintres en même temps que verriers, en regard des vitraux qu'ils ont signés vers 1510 à l'église de Plogonnec et vers 1520 à Notre-Dame-de-Kerfeunteun de Quimper. La donation de Jean Le Baillif serait en ce cas la première œuvre connue d'un atelier local dont le succès se pérennisa jusque vers 1550.""

Voir sur la réalité de ces "signatures" (un mélange de lettres disséminées parmi d'autres) ici :

Le vitrail de l'Arbre de Jessé de Kerfeuteun à Quimper.

Le vitrail de la Passion de Saint-Thurien à Plogonnec.

.

La description de Jean-Pierre Le Bihan (2007).

J'ai d'abord décrit chaque lancette, puis j'ai découvert les articles d'un blog que je fréquente depuis 2009, celui du maître-verrier quimpérois et historien-chercheur de la cathédrale, Jean-Pierre Le Bihan. La description, argumentée par le recours aux archives et aux auteurs cités ici en bibliographie, s'avère si attentive, si réfléchie et si qualifiée (J-P. Le Bihan a restauré de très nombreux vitraux finistériens dont ceux de la cathédrale) que j'ai pris le parti d'en citer le texte. J'espère que cela ne sera pas considéré comme un emprunt indélicat, mais comme un hommage.

Je citerai d'abord sa présentation générale.

" Cette baie, la première du côté Est du bras Nord du transept, est composée de cinq lancettes trilobées de vitraux de la fin du  XVe siècle. Chaque lancette  possédant  4 panneaux de vitraux.
Cette estimation peut être confirmée, tout d?abord par la datation  de la construction des trois  voûtes du transept en 1486, puis par la construction de ce croisillon qui est signalée en 1477 et 1478 .   Le troisième élément confortant cette proposition est la présence de 1468 à 1494, en tant que chanoine de la cathédrale de Quimper, de Jehan Le Baillif, archidiacre du Désert, au diocèse de Rennes, que l'on voit en donateur dans cette verrière. 
On peut  aussi affirmer que cette fenêtre est bien à  sa place d'origine et cet argument est renforcé par la présence d?un écusson, visible sur la voûte vis-à-vis, et qui est identique à celui qui s'étale sur le prie-Dieu de ce  chanoine donateur..
 Les descriptions des historiens du XIXième.
  Les descriptions qu'offrent, R.-F. Le Men en 1877, et l'abbé Alexandre Thomas en 1892(3), se correspondent. Celle du second étant plus succincte : "1. Un saint évêque ; 2. Saint Michel : 3. Un écuyer ; 4. Saint Christophe : 5. Saint Jean-Baptiste, présentant Jean Le Baillif, chanoine de Quimper, (1468-1494). Armes de Jean Le Baillif : écartelé d'or et de gueules."
Pour Aymar de Blois, il ne voit à l'époque de son relevé de 1820, "que quatre des panneaux restant de ce vitrail" De plus,  il signale que l'évêque est "Saint Corentin remarquable par son poisson". Quant à ce poisson, dont la présence n'est pas signalée par les deux historiens de la cathédrale, cités plus haut, nous  en avons cherché en vain un emplacement possible parmi les pièces  qui sont toutes anciennes et bien à leur place.
Autre désaccord  que nous relevons et cela à propos du chanoine donateur présenté par saint Jean-Baptiste. "L'écusson qu'on remarque sur son prie-Dieu, et qui est écartelé rouge et or, indique qu'il était de la maison du Boisberthelot. On voit les mêmes armes sculptées sur la nervure de la voûte aux environs" écrit Aymar de Blois.  Il est vrai que les deux armoiries correspondent et cela peut prêter à confusion, et  même mettre le doute.  A cette époque, il y a bien dans le clergé, un Boisberthelot, mais il est abbé de l'abbaye de Bon-Repos, où il est signalé en 1484. La composition, telle que l'a relevé Aymar de Blois, et qui se trouve être la plus ancienne, avec un écuyer central entouré de saint Michel et saint Christophe, le saint Corentin relayé avec le donateur aux extrémités, ne nous satisfaisait pas entièrement. Nous aurions aimé proposer une autre, avec saint Corentin au milieu, ayant à sa droite le donateur et saint Michel à sa gauche, l'écuyer et le saint Christophe prenant les extrémités.  Mais aucun élément d'archives ne pouvait soutenir notre réflexion. Nous l'avons donc purement et simplement annulée, bien que nous ne comprenons toujours pas la place de cet écuyer au centre de cette baie." J-P. Le Bihan)

La description de R-F. Le Men (1870)

"N° 89. Cinquième fenêtre (côté est). Vitre de Jean Le Baillif. Cinq panneaux.

1er Panneau. — Un saint évêque.

2e Panneau. — Saint Michel, archange, terrassant le démon.

3e Panneau. — Écuyer, coiffé d’une toque verte à plumet blanc, tenant une bannière. Il est vêtu d’un justaucorps bleu chargé d’une croix d’or cantonnée de quatre fleurs de lys de même. Sa main droite s’appuie sur un bouclier aux mêmes armes, qui rappellent celles de Lézongar, et de la seigneurie de Pratanras, en la paroisse de Penhars,

4e Panneau.— Saint-Christophe portant le Christ sur ses épaules.

5e Panneau. — Un chanoine en chape à genoux devant un prie-dieu, sur lequel est un écusson écartelé d’or et de gueules. — Jehan Le Baillif, chanoine de la cathédrale de 1468 à 1494 (voir page 124, n° 48). Il est présenté par saint Jean-Baptiste. Un écusson semblable se voit dans la voûte vis à vis de ce vitrail. "

.


 

Baie 113, cathédrale Saint-Corentin de Quimper, photographie lavieb-aile.

Baie 113, cathédrale Saint-Corentin de Quimper, photographie lavieb-aile.

.

1°) Lancette de gauche. Saint Corentin.

Saint évêque bénissant. Crosse refaite. Corentin était autrefois (par Aymar de Blois) identifié par son attribut, le poisson. Bague portée au pouce droit, à l'annulaire gauche, quoique les mains soient gantées des chirothèques avec plaque de métal précieux sur le dos de la main. Chasuble rouge à orfroi, mitre en soie blanche, or et perles. Sol à carrelage jaune. 

 

  "  Saint Corentin, première lancette.
 Pour ce saint évêque, nous maintenons la proposition d' Aymar de Blois, qui y voyait un saint Corentin. Un autre saint Corentin, il s'agit là d'une proposition de Le Men, intercède pour  Bertrand de Rosmadec en la baie 105 du choeur.

 Sur fond d'une tenture bleu à damas intérieur, au semis d'étoiles à 8 branches, soutenue et tendue par un galon en jaune XIIIe, décorée d'une frette, notre évêque se dresse, dans un geste d'accueil et de bénédiction, debout sur un sol de carreaux jaunes dont la trame des joints s'inscrit dans une perspective de profondeur. 

Un nimbe d'un brun rouge-carmin encadre une mitre, malheureusement pas d'origine, ce qui est le cas aussi de la crosse de son bâton pastoral. Le visage, heureusement d'origine, en verre rose plaquée  a perdu une grande partie de son dessin. On  peut cependant y relever l'expression d'une certaine paix. 
Le collet d'une aube dont nous retrouverons la manche droite et le bas traînant sur le sol, laissant apparaître le soulier gauche, s'échappe d'une chasuble réversible rouge et verte décorée d'un orfroi, en forme de croix, pour lequel il est utilisé un verre incolore et du jaune d'argent. Cette chasuble est portée sur une tunique, ouverte sur les côtés. Le mouvement du bras et de la main droite relève cette chasuble, ce qui est bien indiqué par l'élément horizontal de la croix. Cette chasuble, peut être à cause du  poids de l'étoffe et la pose plus basse de l'autre bras, tombe plus bas de ce côté, en dévoilant sa doublure de couleur verte.
Les deux mains et les bras, seul celui de droite est visible, sont habillés de gants exécutés  dans un verre bleu clair et plaqué sur verre blanc. Ce plaquage de bleu a permis de dessiner des bijoux,  après la dépose de la plaque de bleu  et l'ajout sur le verre blanc de jaune d'argent, Il s'agit, sur le pouce de la main droite, d'une bague et, sur l'autre main, en plus d'une bague sur le médius, d'une incrustation sur le dos du gant de cinq pierres montées en croix ." (J-P. Le Bihan)

.

Saint Corentin, Baie 113, cathédrale Saint-Corentin de Quimper, photographie lavieb-aile.

Saint Corentin, Baie 113, cathédrale Saint-Corentin de Quimper, photographie lavieb-aile.

.

2°) Lancette B. Saint Michel.

L'archange a revêtu son armure et lève son glaive sur le démon, découpé dans un verre rouge sombre qui a mal résisté à la corrosion (yeux gravés ?). Inscription Michael Archange sur le bandeau jaune.

Il me semble que l'archange porte sur le front un bandeau où culmine une étoile.

.


 


    Saint Michel, seconde lancette.
   "Il est revêtu d'une armure, réalisée en verre d'un bleu gris clair, , le même que celui des gants de saint Corentin. Le casque est absent. Le même verre est utilisé pour le bouclier, les gantelets. Malheureusement do la grisaille a disparu. Cela est dû, semble-t-il, à la qualité de ce verre.
 Cet archange, portant serre-tête avec petite croix et nimbe rouge, se dresse  sur des jambes écartées.
   L'une de ces jambes foulent un monstre à cornes,  traité avec un verre d'une couleur de cendre brûlante. Il s'agit ici d'un verre plaqué dont la couche colorée posée sur la face intérieure a été attaquée par la condensation. Ce qui laisse apparaître une nuée de points blancs.
Quant au monstre, renversé sur le sol, le bâton de la croix dans la gueule,  il essaie, avec ses dents et d'une patte aux doigts crochus d'en freiner la rentrée.
La composition  de cette lancette, comparée à celles de saint Corentin, du donateur ou de l'écuyer, offre, avec celle de saint Christophe, un dynamisme apporté par les divers éléments dont elle est composée : le démon la tête en avant; les jambes de saint Michel, sa croix, le bras droit ouvert tenant l'épée aux quillons recourbés; le gauche ramené sur la croix.
 Ces éléments, épée, bras, guident notre regard le long de la croix  jusqu'à la bête. Le tout sur un fond de tenture que déchire à droite et à gauche les ailes aux ramiges violettes et couvertures vertes et un sol, en verre incolore au dessin très effacé, semé de cailloux et de plantes colorés au jaune d'argent.
Le visage de saint Michel, en verre incolore mais bien effacé, révèle quand même une pose un peu penchée d'un quart sur sa droite, vers le démon. Ses cheveux, bien séparés et coupés aux épaules, tombent des deux côtés. Sur le bandeau jaune apparaît le texte MIKAEL : ARCHANGE." (J-P. Le Bihan)


 



 


 

Lancette B. Saint Michel . Baie 113, cathédrale Saint-Corentin de Quimper, photographie lavieb-aile.

Lancette B. Saint Michel . Baie 113, cathédrale Saint-Corentin de Quimper, photographie lavieb-aile.

.

3°) Lancette C. [Saint Georges ? Saint Maurice ?].

On le présente comme "un écuyer," toque verte à large plume, oriflamme en main, s'appuyant sur un bouclier qui est timbré, comme la cotte couvrant la cuirasse, d'armes d'azur à la croix d'or cantonnée de quatre fleurs de lis . On retrouve aussi ces armoiries à la pointe du réseau (moderne), et il s'agit vraisemblablement d'une adaptation de quelque restaurateur moderne" (Daniel, 2005), bien qu'elles évoquaient à  R-F. Le Men celles de Lézongar et de la seigneurie de Pratanras, en la paroisse de Penhars. Elles sont ignorées par le Nobiliaire et Armorial de Potier de Courcy.

La Baie 114, que j'étudierai par la suite, est précisément nommée "vitrail de Pratanras" ; sur la 1ère lancette  figure un écuyer portant d'azur à la croix d'or cantonnée à dextre de fleur de lys de même (Lezongar) , et la 2ème lancette un chevalier aux même armes présentées par saint Christophe. Or, selon J.P. Le Bihan on y lit en inscription le mot IULIEN. D'autre part, une lancette de la baie 109 montre un saint chevalier aux mêmes armoiries de Lézongar, identifié comme saint Julien.

http://jeanpierrelebihan.over-blog.com/article-5710978.html

Il serait donc possible que cet "écuyer", qui est forcément un saint car seuls ceux-ci sont figurés debout, soit plus vraisemblablement saint Julien que saint Maurice.

Saint Julien est, selon Le Bihan, impliqué dans le dilemne de la Traversée de la rivière comme  saint Christophe.

Pour ma part,  en partant du principe qu'il s'agit d'un saint, et d'un saint chevalier (cuirasse + écu + lances) portant comme armes la croix (un Croisé ?) et les fleurs de lys, j'y verrais volontiers saint Georges (les pièces vertes mélangées aux verres bleus en partie basse ne seraient-elles pas des fragments d'un dragon ?) ou saint Louis , mais aucune solution n'est satisfaisante à part entière.

 

L'écuyer, troisième lancette.

  Gentilhomme qui accompagne un chevalier et porte son écu, ou jeune noble non encore armé chevalier. 
Quant à moi, je pencherais pour la première définition. Il s'agit bien d'un chevalier, il porte bien l'écu. Qui est-il?  Le Men y voit les armes qui rappellent celles de Lezongar  de la seigneurie de Pratanras, en la paroisse de Penhars, actuellement en Quimper. 
Ces armes devraient être d'azur chargé d'une croix d'or cantonnée à dextre d'une fleur de lys de même, ce qui n'est pas le cas ici avec trois autres fleurs de lys. Ce blason est inconnu au Nobiliaire et Armorial de Bretagne. Ces armes se retrouveront dans la baie 114, avec Ronan de Lezongar ( mais XIXe) ainsi que dans la baie du choeur 106 avec un probable Paul de Lezongar. Quant à la place, au centre, de cet écuyer, nous ne pouvons que la constater. Est-ce une idée de Le Men ou du restaurateur XIXe, ici Lusson ou Lefèvre.    
Au-dessous du choeur à la voûte rouge, le bandeau  jaune, aux enlevés au bois dessinant des motifs floraux, tend un rideau couleur lie de vin sur lequel se détache l'écuyer. Il est coiffé d'une toque verte au graphisme de feuilles proche d'une couronne de lauriers, d'où s'échappe un panache blanc. De la main gauche, non protégée comme l'autre par des gantelets, cet homme tient une lance, dont la partie finale est identique à celle que Mantegna met dans la main de saint Georges et dont le haut se pavoise ici d'une oriflamme à deux pans qui prend le même sens que le plumet de l'écuyer.
 Visage, en verre rose plaquée sur blanc et d'origine, aux longs cheveux au jaune d'argent et aux enlevés à la pointe. Yeux très noirs, perdus dans le vague, qui donnent un regard froid à ce visage encore jeune, et très légèrement tourné vers sa droite; nez fort,  double menton. 
Un collet en cotte de mailles sort d'un justaucorps bleu, non serré à la taille, aux manches courtes, où règne les armes des possibles de Lezongar. Armes que l'on retrouve sur le bouclier posé à terre, et qu'il tient de la main gauche. Les jambes protégées par des cuissards, genouillère et jambières, et les pieds par des solerets, reposent sur un sol bleu-vert, aux multiples plans. (J-P. Le Bihan)

 

Lancette C. Saint Maurice. Baie 113, cathédrale Saint-Corentin de Quimper, photographie lavieb-aile.

Lancette C. Saint Maurice. Baie 113, cathédrale Saint-Corentin de Quimper, photographie lavieb-aile.

4°) Lancette D. Saint Christophe.

Voilà la lancette qui m'intéresse. J'y retrouve tous les poncifs : les deux rives rocheuses, Christophe se dirigeant résolument de la droite vers la gauche, la jambe droite en avant, bien de profil, puis la giration qui s'amorce, le bassin encore de trois-quart, le thorax de face, la tête tournée vers le haut et vers l'arrière, et les yeux accentuant cette pulsion qui arrête le passeur dans son élan et l'entraîne à interroger l'enfant qu'il porte sur son épaule gauche. L'opposition entre le mouvement bien décidé des jambes, et l'angoisse lévogyre face à ce poids inattendu sous lequel le géant succombe. L'ancien Reprobus qui cherchait le maître du Monde pour se mettre à son service à trouvé plus fort que lui. 

Moment d'arrêt. Toutes les certitudes établies s'effondrent. 

Milieu du gué. Transition. 

Puis la con-version du corps se complète par la conversion spirituelle, sous l'effet d'un double échange instantané, celui des mots prononcés, mais surtout l'échange des regards.

Ici, cet échange est incomplet, parce que l'enfant ne se penche pas vers le saint. Il regarde devant lui, il bénit le monde dont il tient la maquette, le globus cruciger. Mais le regard de saint Christophe est tellement intense qu'il compense ce manque de réciprocité apparente. C'est un mélange indissociable d'incertitude, d'interrogation et de confiance. Les croyants y verront un regard de Foi.

 

 Saint Christophe.quatrième lancette. 

"Alors que le saint Christophe de la baie 115 lutte contre le courant, les deux mains sur le tronc d'arbre, celui-ci est trapu, solide, les jambes bien plantées dans le torrent qui coule, de gauche à droite. Son arbre bâton y est bien planté, la main droite le prenant tout en haut au pied de la fourche. De la gauche il maintient l'Enfant Jésus, dont le pied gauche est probablement dans cette main.
    La composition de ce personnage, sur fond rouge lie de vin, à damas, révèle un auteur qui semble appliquer une construction du dessin faite d'obliques se succédant. La main droite, le visage, la seconde main suivent une droite qui rencontre à angle droit une seconde, donnée par le manteau blanc et le genou. Cette oblique est de plus reprise par la jambe droite qui semblent, sous l'eau, rejoindre la gauche, dessinant un Z que l'on retrouve dans le haut du saint Michel. 
   Cette composition est calée par le bâton dont la verticalité annonce celle de l'enfant Jésus dont les doigts de la main droite sont ici levés. La jambe gauche, jusqu'au mollet dans l'eau, répète en bas cette verticalité. L'eau du ruisseau, dont  il ne reste du dessin, que le négatif d'un courant dressent des vagues aux crêtes d'écume
    On peut, en voyant ce saint Christophe, sans nimbe, penser à Hercule, qui comme lui est né pour servir, mais aussi à toutes les représentations de ce saint, parfois géantes, que le clergé du XVIIIe jugeait tout juste digne d'amuser les enfants et qu'il fit détruire, lui que le peuple venait implorer pour éviter la mort subite, en tant que patron du passage en l'au-delà.
   Robe verte, courte et ouverte sur le devant, fermée par deux boutons sur le côté droit, manteau blanc jeté autour de la taille et sortant par-dessus le bras gauche. Visage d'origine en verre rose, barbe fournie, cheveux avec  de larges crans, nez fort, vu du dessous, yeux profonds et noirs sans iris, qui se tournent vers l'enfant dont la main gauche présente le globe terrestre, en jaune d'argent sur verre incolore, surmonté de la croix, en verre incolore comme le visage et le nimbe crucifère et dont le visage, encadré de cheveux sur jaune d'argent, est éclairé par deux petits yeux regardant dans le lointain. " (J-P. Le Bihan)

Je rebondis sur la phrase "La composition de ce personnage révèle un auteur qui semble appliquer une construction du dessin faite d'obliques se succédant." Il me semble que cette construction n'est pas propre à l'artiste, mais à l'image élaborée au XVe siècle, et dans laquelle l'axe du corps, l'axe du bâton, la diagonale du cours d'eau, et parfois les pans de vêtement emportés par le vent ou l'élan sont des parties constituantes de la scène et expriment par le mouvement extérieur la révolution (au sens littéral) qui se joue sur le plan spirituel.

.

Lancette D. Saint Christophe. Baie 113, cathédrale Saint-Corentin de Quimper, photographie lavieb-aile.
Lancette D. Saint Christophe. Baie 113, cathédrale Saint-Corentin de Quimper, photographie lavieb-aile.

Lancette D. Saint Christophe. Baie 113, cathédrale Saint-Corentin de Quimper, photographie lavieb-aile.

.

On peut s'amuser aussi à retrouver la présence du bandeau blanc entourant les cheveux, bandeau propre au géant Reprobus. Ou bien la couleur de la tunique, d'un vert qui est aussi l'une des caractéristiques les plus constantes et tenaces du saint . Ou rechercher sur le bâton du passeur des traces de la reverdie qui attesteront du miracle promis par l'enfant, mais que l'artiste n'a pas figuré ici. 

P.Y. Castel a lu dans l'inscription mi-effacée S. CHRISTOPHORUS, mais je lis --dEINA / -----ETA

 

Lancette D. Saint Christophe. Baie 113, cathédrale Saint-Corentin de Quimper, photographie lavieb-aile.

Lancette D. Saint Christophe. Baie 113, cathédrale Saint-Corentin de Quimper, photographie lavieb-aile.

Lancette D. Saint Christophe (détail). Baie 113, cathédrale Saint-Corentin de Quimper, photographie lavieb-aile.

Lancette D. Saint Christophe (détail). Baie 113, cathédrale Saint-Corentin de Quimper, photographie lavieb-aile.

Iconographie :

— Saint Christophe figure dans l'un des Livres d'Heures d'Isabeau d'Ecosse, deuxième épouse du duc  François I et qui est décédée en 1494: le Bnf latin 1369 au folio 310v.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52501939c/f320.item

On recense au moins deux autres livres d'heures ayant appartenu à Isabelle Stuart dont deux à la Bnf : l'un à l'usage de Nantes et Paris, datant des années 1460-1465 ( Bnf Lat 1369), et un autre à l'usage de Rome (Bnf, NAL 588). Un troisième, daté de 1417 est conservé au Fitzwilliam Museum MS.62 

http://webapps.fitzmuseum.cam.ac.uk/explorer/index.php?oid=90393

On remarque dans cette enluminure malgré l'inversion de l'orientation, la disposition générale des personnages, la tunique verte de Christophe, le bâton horizontal, mais nous constatons aussi quelques différences (nimbe de Christophe, manteau rouge), la principale étant la présence de l'ermite guidant le passeur grâce à sa lanterne. L'étroitesse de la lancette justifie sans-doute cette absence.

— Le saint figure aussi dans le Livre d'Heures de Pierre II, duc de Bretagne en 1457 en succession du duc  François Ier : Bnf Latin 1159 folio 157 , mais l'enluminure n'est pas consultable en ligne.

— Saint Christophe figure aussi dans les Grandes Heures d'Anne de Bretagne au folio 117v, mais la scène est bien différente, et il est représenté parmi les saints martyrs.

 

 

Livre d'Heures d'Isabeau de Stuart, duchesse de Bretagne, Bnf Lat. 1369 folio 310 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52501939c/f320.item

Livre d'Heures d'Isabeau de Stuart, duchesse de Bretagne, Bnf Lat. 1369 folio 310 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52501939c/f320.item

.

5°) Lancette E. Saint Jean-Baptiste et le chanoine Jean Le Baillif.

— Le Men  décrit cette lancette ainsi : Un chanoine en chape à genoux devant un prie-dieu, sur lequel est un écusson écartelé d’or et de gueules. — Jehan Le Baillif, chanoine de la cathédrale de 1468 à 1494 . Il est présenté par saint Jean-Baptiste. Un écusson semblable se voit dans la voûte vis à vis de ce vitrail.". A la page 124, le même auteur ajoute :  Jean Le Baillif, archidiacre du Désert au diocèse de Rennes, et chanoine de la cathédrale de 1468 à 1494. À la mort de Thebaut de Malestroit, évêque de Quimper, en 1479, il fut élu par le chapitre pour lui succéder, mais ce choix ne fut pas agréé par le duc de Bretagne, qui n’avait pas été consulté sur son élection. Jean Le Baillif avait fondé deux obits dans la cathédrale, pour la somme de « onze vingt seze ecus d’or veil du coin roial de France pesant ensemble 3 marcs 6 onces demi-gros ». 

 Lobineau cite le nom de Maistre Jehan Le Baillif  comme Maître des Requêtes du Duc en 1459, puis dans les comptes des conseillers du Parlement de Bretagne en 1466-67. Un enfeu à ses armes et à son nom est signalé à Lamballe. ,  Ajoutons qu'un receveur de Lesneven signale son nom (ou celui d'un homonyme) pour des dépenses de "Vins pour faitis" entre 1419 et 1422 (Tudchentil) : le chanoine était alors jeune !

— Pol Potier de Courcy donne dans son Nobiliaire et Armorial de Bretagne page 35 

–Baillif (Le) :  seigneur de Kersimon et de Kerouledic, paroisse de Plouguin.  Références et monstres de 1427 à 1503 à la dite paroisse de Plouguin, évéché du léon. Ecartelé d'or et de gueules.

 

 

—Jean Le Baillif est présenté par saint Jean Baptiste, et sans-doute est-ce là l'indice qui, associé à ses armoiries, a permis de l'identifier. L'orientation du panneau est logique, puisque le chanoine est tourné vers le centre du transept, mais on s'attendrait à le trouver à l'extrémité gauche, précédé par les saints qu'il a choisi comme intercesseur.

—Y-P. Castel confirme et précise ces données et nous présente le chanoine Jean Le Baillif comme un personnage important du duché, titulaire de nombreux bénéfices par ses postes de recteur de Plesguen, chanoine de Tréguier, archidiacre du Désert au diocèse de Rennes; il élargit les dates de son canonicat à Quimper à la période de  1447 à 1494. "Maître des Requêtes et conseiller du duc François II depuis 1466, il fut chargé par celui-ci et par les papes de plusieurs missions. Le 19 septembre 1472, il reçut la charge de sigillifer ou "porte-scel" à Quimper."   Il était selon Y-P. Castel l'un des familiers du cardinal Alain IV de Coëtivy (1407-1474), celui qui fut surnommé le Cardinal d'Avignon mais qui fut surtout cardinal de Saint-Praxède à Rome. (je trouve surtout un lien entre Yvon Le Baillif, seigneur de Kersimon, et Alain de Coëtivy). 

— Selon Jean-Pierre Le Bihan :

 

"La scène se déroule sur fond de tenture à damas, de couleur  bleue, identique à celles de saint Corentin et saint Michel, et galon jaune XIIIe avec texte, coupé par le nimbe rouge de saint Jean, où l'on peut lire VN AVE : MTDOVE. Au-dessus, le choeur offre ses voûtes couleur vieux rose.
 L'on voit ici le premier couple chanoine donateur et saint patron intercesseur du transept. Cet exemple de chanoine donateur se répétera autant dans ce transept que dans la nef, et cela dans la continuité des baies hautes côté Nord du choeur. "

  "  Il est donc là ce chanoine donateur, en orant, à genoux devant son prie-Dieu recouvert d'un tissu vert  décoré de son écusson écartelé d'or et de gueules. Le livre de prière, ouvert et à tranche dorée, porte l'indication de neuf lignes sur la page de gauche et dix sur celle de droite.
 La tête et les mains sont exécutés dans un verre rose plaquée, dont la fabrication en plateau est signalée par des courbes concentriques visibles sur le verre. Pour la chape, très longue et ample, l'auteur utilise le jaune XIIIe sur lequel il pose un dessin à grand damas. Les pièces de verre sont assez grandes, et l'on peut comprendre pourquoi l'une n'a pas la même teinte ni la même qualité de grisaille bien qu'elle soit  ancienne,  possible restauration postérieure.
 L'orfroi, en verre incolore, présente sur les bords un filet de perles blanches entourant  un motif central  répétitif composé  de deux amandes opposées tête-à-tête et encadrées de couples de perles. Les ombres portées sont posées à la grisaille. Un fermail, ou plutôt mas de chape, décoré d'un grand losange,  maintient les deux pans de cet habit, dont la doublure violette apparaît dans le plis du bas, tandis qu'un élément de l'orfroi, en forme de demi-écu, apparaît au dos, orné d'une niche avec un saint, sans attribut visible. Un élément de surplis encadre les mains jointes. "

Le visage, aussi en verre rose, vu de trois quart, comme le personnage, vit de deux yeux noirs sans iris, typiques de cette baie. Le nez fin est pointu, le menton fort, l'oreille gauche se devine sous les cheveux ramenés sur le devant et portant une large tonsure.
  Manteau rouge, découvrant l'épaule droite d'une robe lie de vin, aux manches courtes, ici encore un verre plaqué, la main gauche posée sur le chanoine, l'autre tenant son attribut, voici saint Jean-Baptiste, saint patron du donateur et intercesseur. "
"L'agneau au nimbe crucifère, la tête tournée vers saint Jean et allongé dans l'autre sens sur le livre de biais, est dominé par la croix à l'étendard qu'il doit tenir entre ses pattes. La ferrure séparant les deux panneaux a facilité à l'auteur l'absence de recherche de dessin. Cette croix aurait du être tenue par une de ces pattes, mais ici, seule une patte, celle du train avant, est visible.  Pour l'exécution de cette pièce, un verre verdâtre a été choisi." (J-P. Le Bihan)

.

.

 

Lancette E. Saint Jean-Baptiste et le chanoine Jean Le Baillif.  Baie 113, cathédrale Saint-Corentin de Quimper, photographie lavieb-aile.

Lancette E. Saint Jean-Baptiste et le chanoine Jean Le Baillif. Baie 113, cathédrale Saint-Corentin de Quimper, photographie lavieb-aile.

.

Pour continuer à profiter du texte de Jean-Pierre Le Bihan, je donne ici le texte par lequel il étudie les socles, les dais et la peinture. 

LES SOCLES.

 

"Au nombre de cinq, un par lancette, ils offrent trois faces, dont la principale est coupée dans une pièce de verre incolore de 33 sur 21 centimètres. 
Le socle repose sur deux contreforts angulaires, dont la perspective, en les présentant de biais, augmente leur puissance.  Deux autres contreforts, bien plus légers, effet dû à la perspective, soutiennent eux aussi cette architecture répétitive, percée de quatre ouvertures longilignes et cintrées, sous une moulure comportant un bandeau et un boudin encadrant un congé décoré de feuillages au Jaune d'argent. 
Un pignon ornemental et pointu, agrémenté et couronné de fleurons, surmonte une ouverture à contre-courbe, et découvre une croisée d'ogives, au-dessus d'un sol de couleur bleu-vert dont les traits de grisaille dessinent des volutes qui se serrent en avançant vers le fond. Aucune colonne ne monte de ce socle vers le dais" . 
(J-P. Le Bihan)

.
LES DAIS.

 

 " Edifice de soixante six pièces, en verre incolore sur ciel, tour à tour de couleur lie de vin, pour le premier et la dernière lancette, puis bleu pour la seconde et la troisième, et rouge pour la centrale. La lumière qui anime les éléments d'architecture vient du Nord. Nous sommes ici, comme nous l'avons indiqué, avec une baie est du bras Nord du transept. 
Dans la nef et le choeur, cette lumière dans la presque totalité, vient de l'Ouest, que cela soit pour les baies du côté Nord ou Sud.
 Le clocher tour, dont seules trois faces à petit pignon sont visibles, se termine par un gros fleuron de verre de couleur que deux pinacles encadrent. Le jaune d'argent côté extérieur, et le trait de grisaille face intérieure, sur un lavis tamponné avec enlevés au bois et à la brosse, sont omniprésents aux trois étages de cet édifice, dont le second offre ses volés, ces arcs-boutants, ses pinacles, ses claires voies sur le ciel de couleur. Au-dessus du choeur, le premier étage offre des gables ornementaux, pointus aux courbes parallèles et concaves encadrant un écoinçon, le tout entouré de deux choux. Deux culées maintiennent la poussée de l'ensemble, tandis que deux cules de lampes annoncent deux colonnes se terminant en pinacle au deuxième étage.
Cette fin du  XVe est en plein dans "l'apprentissage des lois de la perspective."
, et ces architectures, de toutes ces baies de la nef et du transept, offrent les premiers balbutiements."(J-P. Le Bihan)

 

.

LES VERRES ET LA PEINTURE.


    "La palette de couleurs de cette baie est assez riche, surtout dans les verts. Cela est peut-être due à la diversité de teintes dans une même feuille, ce qu'il est possible de relever dans l'herbe au-dessous du saint Christophe, ou dans la doublure de la chape de saint Corentin. Il en est de même pour les bleus, bleu de l'écuyer et bleus des rideaux. Les plaqués se trouvent avec les rouges, plus ou moins forts  et qui ont bien tenu, le violet cendre du démon plus fragile, dû à l'épaisseur du placage, comme c'est le cas de la robe de  saint Jean, les roses des visages, mains et jambes, ici ayant bien traversé les âges. Est-ce à cause de la qualité du verre ou de la grisaille, ou d'une mauvaise cuisson que le visage du saint Corentin est devenu si pâle?  Nous ne saurons y répondre. Présence omniprésente du Jaune XIIIe. Parmi les verres incolores des dais, nous avons trouvé certaines de ces pièces bombées, effet plutôt dû à la cuisson, et portant des taches de jaune d'argent provenant d'une superposition, là aussi dans le four lors de la cuisson, la pellicule de plâtre les séparant devant être trop fine. Ce défaut, si l'en est un,  nous l'avions aussi trouvé dans les baies hautes du choeur. On peut relever une trame horizontale et parallèle de 21 et 22 centimètres de haut est portée sur toutes les lancettes.
    Les gravures de repères  posées du côté extérieur sont peu nombreuses et se trouvent essentiellement sur les verres de couleurs des ciels et des fleurons supérieurs des dais en a4 et d4.
 Une autre gravure répétitive, verticale et de trois centimètres, toujours du côté extérieur, se trouve au milieu du panneau d4, et sur plusieurs pièces. Indique-t-elle que le panneau était mis en plomb, la face peinte, qui est posée du côté intérieur de l'édifice, sur la table de montage. Ce trait permettrait d'établir des côtés parallèles lors du montage? Cette gravure nous le retrouverons sur d'autres baies.
La coupe des verres est dans l'ensemble assez facile, cela étant du à la simplicité du dessin, qui montre une certaine maîtrise du métier de la part de l'auteur. 
La grisaille employée est un mélange de brun et de noir, à quantité égale, et très intense lors de l'application au trait. Après la dépose en lavis, elle est tamponnée du côté intérieur, tandis qu'elle n'est juste posée qu?en lavis sur l'autre face, ombrant certains endroits Les enlevés sont au bois et à la pointe. Des hachures aux traits de grisaille et en enlevés se retrouvent autant sur les vêtements que sur les visages, mais avec une certaine sensibilité et sans démesure. La sanguine n'est pas  encore employée.
Le jaune d'argent est posé régulièrement, avec les changements de tons qu'apporte la cuisson et le verre. 
Les cratères, petits comme des têtes d'épingles, exemple : démon, et robe de saint Jean, plus importants sur certaines couleurs, sont  nombreux sur la face intérieure et quasiment absent sur l'autre face ."
(J-P. Le Bihan)
 





    

 

SOURCES ET LIENS.

AYMAR DE BLOIS (1760-1852), vers 1820. On doit à ce neveu du chanoine de Boisbilly une description des vitraux vers 1820. 

A. de Blois, héritant de ce registre de Boisbilly, en fait don à l'évêque André, le 5 janvier 1804, mais le ré-annote en 1820 et 1821 et donne alors la description des vitraux et leur état. Il le remit de nouveau à l'évêque de Quimper, Mgr Graveran, le 5 septembre 1842 "pour l'usage de la cathédrale ". Il rajoute  "malade d'une fluxion, charge son fils Louis de le remettre à l'évêque". (J-P. Le Bihan)

 

BOISBILLY (Jean-Jacques-Archibald le Provost de la Boexière ,Chanoine de), vers 1770, Registre de BoisbillyArch. Dioc. Quimper,  ,

 Jean-Jacques Archambault Provost de Boisbilly (1735-1786). Docteur en théologie de la Sorbonne, vicaire général du diocèse de Rennes, il était abbé commandataire du Tronchet et chanoine de Quimper. Il possédait une des plus érudites bibliothèques de Quimper et on lui doit par ailleurs un plan de la cathédrale dressé en 1770 qui est une des sources les plus importantes sur la cathédrale avant la Révolution. Il avait dessiné l'architecture des fenêtres de la cathédrale en pleine page de 1770 à 1772. Ce travail  devait être complété par la suite avec les dessins des vitraux, mais il fut malheureusement appelé à d'autres fonctions.

"La cathédrale de Quimper, qui figure au nombre des Monuments historiques du département du Finistère, n’a été jusqu’ici l’objet d’aucune publication de quelque importance. Vers l’année 1770, l’abbé de Boisbilly, syndic du chapitre de Quimper, avait, en vue d’une histoire de ce monument, réuni de nombreuses notes, et fait dresser un plan de l’église avec ses chapelles et ses autels. Dans sa réunion générale du 14 mai 1772, le chapitre le « pria de continuer l’ouvrage qu’il avait commencé sur la description détaillée de l’église cathédrale, » et décida « qu’il en serait fait un registre particulier. » (1)1 Sur ces entrefaites, l’abbé de Boisbilly fut appelé à Rennes pour prendre part aux travaux de la Commission intermédiaire des États de Bretagne dont il faisait partie. Les affaires importantes et multipliées de la Province ne lui permirent pas de mener à bonne fin son entreprise. Ses notes furent perdues, et il n’est resté comme souvenir du projet qu’il avait formé, qu’un registre grand in-folio, qui contient avec le plan de la cathédrale, les dessins au trait de ses fenêtres, dessins qui devaient être complétés par la peinture des vitraux. M. de Blois (de Morlaix), neveu de l’abbé de Boisbilly, a fait hommage de ce registre à Mgr l’évêque de Quimper, le 5 septembre 1849. Avant de s’en dessaisir, il avait pris le soin d’écrire au-dessous des dessins des fenêtres, une description sommaire des vitraux qu’elles contenaient encore en 1820 et 1821, mais à cette époque beaucoup étaient entièrement détruits. " (R-F. Le Men)

 

— BONNET (Philippe) 2003, Quimper, la cathédrale, Zodiaque, Paris 

 COUFFON (René), 1963,  « Etat des vitraux de la cathédrale Saint-Corentin au milieu du XIXe siècle par le baron de Gulhermy », Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, tome LXXXIX, p. XCVII-CII

— DANIEL (Tanguy), (dir.), Anne Brignandy, Yves-Pascal Castel, Jean Kerhervé et Jean-Pierre Le Bihan, 2005,  sous la direction de, Les vitraux de la cathédrale Saint-Corentin de Quimper,  Presses Universitaires de Rennes / Société Archéologique du Finistère,  287 p. (ISBN 978-2-7535-0037-2).

— GALLET (Yves), Les ducs, l’argent, les hommes ? Observations sur la date présumée du chevet rayonnant de la cathédrale Saint-Corentin de Quimper (1239) p. 103-116 http://books.openedition.org/pur/5315

 — GATOUILLAT (Françoise), 2013,  "Les vitraux de la cathédrale" , in Quimper, la grâce d'une cathédrale, sous la direction de Philippe Bonnet et al.,La Nuée Bleue, Strasbourg, page 185-203

GATOUILLAT (Françoise), HÉROLD (Michel), 2005,  Les vitraux de Bretagne, Corpus Vitrearum, France VII, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, p. 172.

GUILHERMY (Ferdinand de), 1848-1862,  Notes sur les diverses localités de France, Bnf, Nouv. acquis. française 6106 folio 335v et suivantes.

Le baron de Guihermy, membre de la Commission des Arts, visita Quimper le 2 octobre 1848 et rédigea un mémoire d'après ses notes. Nommé membre de la Commission des Monuments Historiques en 1860, il entreprit un voyage en France et séjourna à Quimper du jeudi soir 28 octobre 1862 au samedi 30 à midi et compléta alors ses premières notes.  Les baies n'y sont pas numérotées et distribuées en cinq lieux : Vitraux de la chapelle des fonts, vitraux de la Nef, vitraux du transept, vitraux du chœur, vitraux de la chapelle terminale. 

Concernant la baie 113, nous trouvons (J-P. L.B):

 un personnage debout, imberbe, coiffé d'une toque verte à plume blanche, portant une armure et pardessus une cotte d'azur à la croix d'or cantonnée de quatre fleurs de lys de même. Il tient de la main gauche une lance à banderole blanche et s'appuyant de la droite sur un bouclier blasonné comme la cotte. Ne serait-ce pas saint Louis ? Il s'agit de l'écuyer de Prat ar Rouz
Saint Michel vainqueur du démon ; saint évêque bénissant, décrit comme saint Corentin par Aymar de Blois, saint Christophe passant l'eau avec le Christ sur son épaule,

LE BIHAN (J.-P.), J.-F. Villard (dir.), 2005,  Archéologie de Quimper. Matériaux pour servir l’histoire, t. 1 : De la chute de l’Empire romain à la fin du Moyen Âge, Quimper, 2005.

— LE BIHAN (J.-P.) 1993,, -"Gravures de repère sur les vitraux bretons des XVe et XVIe." Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, T.CXXII

— LE BIHAN (Jean-Pierre), 2007,  Blog 

http://jeanpierrelebihan.over-blog.com/article-7003763.html

et baie 114 :

http://jeanpierrelebihan.over-blog.com/article-5710978.html

 LE MEN (René-François), 1877, Monographie de la cathédrale de Quimper [XII-XVe siècle], Quimper. p.243-244,

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/1e08593c46eb46336af146045b16d0f4.pdf

THOMAS (Abbé Alexandre), 1892, Visite de la cathédrale de Quimper. Arsène de Kerangal, 170 pages,  p.117,

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/c9d5dca31c276caf2782d0a4b99a85ce.pdf

  THOMAS (Abbé Alexandre) 1904,  La cathédrale de Quimper, 1904, J. Salaun, 97 pages, p.51

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Saint Christophe.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche