Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 22:36

Les vitraux anciens de l'église Saint-Étienne de Beauvais baie n° 6, Le Jugement Dernier .

.

Voir :

L'église Saint-Étienne :

La cathédrale :

Beauvais :

.

La baie n° 6 du Jugement Dernier  comporte  quatre lancettes lancéolées organisées en 2 registres, et un tympan à 8 mouchettes bilobées et 6 écoinçons.  Elle mesure 7,10 m de haut et 3,20 m de large.

Cette œuvre, datée vers 1522 et atribuée à Engrand Le Prince par J. Lafond,   a été restaurée par Roussel en 1878.

 

 

Selon la description donnée en 1999 par Isabelle Isnard pour la notice des Monuments historiques : 

"Le Jugement Dernier occupe les trois lancettes de gauche. A droite, l'Enfer, au centre saint Michel psychopompe et à gauche la résurrection des morts, leur séparation et les âmes des élus qui montent au ciel. Au dessus, le Christ Juge entouré de saint Jean-Baptiste, de la Vierge en prière et de deux anges sonnant la trompette. Dans le registre supérieur de la lancette de droite, des donateurs sont présentés par saint Pierre. Dans le registre inférieur, le panneau moderne présente le curé de Saint Etienne lors des restaurations de 1878. Au tympan, une Trinité dans la mouchette centrale et autour, dans les soufflets, des anges musiciens, le Soleil et la Lune. Restauration de Roussel en 1878. Le panneau représentant le curé en donateur est moderne. Transcription : " Roussel, 1878" http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palissy_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=PM60003013

On apprend aussi que "cette verrière a été très restaurée au XIXe siècle. A l'origine le registre inférieur du vitrail d'Engrand exposait un certain nombre de corps nus qui ont choqué quelques bonnes âmes du XIXe. Ce registre a été supprimé. Les débris ont néanmoins été remis en place et restaurés par le maître verrier beauvaisien Roussel en 1878.". Mais les sources consultés n'indiquent pas la date de ce vandalisme poudibond et dévot. Stanislas de Saint-Germain indique en 1843 (page 70) que "les détails inférieurs ont été brisés récemment". Mais il en donne néanmoins une description qui peut laisser penser que la destruction du registre inférieur n'a pas été totale. Il y a là quelque chose d'incohérent et d'insuffisament précisé. Si des esprits prudes s'étaient offusqués de certains détails anatomiques, ils les auraient fait dissimuler ou ôter sans s'en prendre à l'ensemble des panneaux, comme les paroissiens bretons le firent des statues de Vierges allaitantes, dont la poitrine étaient rhabillées, ou les Italiens des peintures de Michel-Ange qui étaient corrigées. C'est d'ailleurs, sur l'autel de la Chapelle Sixtine, les personnages nus du Jugement Dernier (1536-1541) qui "bénéficièrent " des repeints de pudeur du "Braghettone" Daniel de Volterra.

 On sait certes aussi que Beauvais fut, au XVII et au XVIIIe, par son Lycée, un centre de rayonnement et d'enseignement du jansénisme. Mais selon Stanislas de Saint-Germain, les destructions eurent lieu au peu avant 1843.

Enfin, je trouve que le registre inférieur ne mérite pas le qualificatif d'Affreuse platitude" décerné par Jean Lafond dans le texte (par ailleurs remarquable bien entendu)   de  Jean Lafond en 1929 :

 

"Le vitrail du Jugement Dernier est contemporain de l'Arbre de Jessé [1522-1524], dont il forme pour ainsi dire le pendant, et l'on peut croire qu'Engrand Le Prince a pris dans son exécution une part prépondérante. La partie inférieure de la verrière a été mutilée par de bonnes âmes que choquaient les nudités de la Résurrection des Morts et de l'Appel des Élus. Le chanoine Barraud rapporte ce trait de vandalisme, non sans le flétrir très justement. En fait, seul le premier compartiment (qui représentait ce double sujet) a été entièrement détruit pour faire place à une composition moderne dont la décence ne compense pas l'affreuse platitude.

Le Pésement des Âmes, et l'Enfer, dans les travées voisines, ne sont que restaurées, fort mal d'ailleurs. Il faut admirer l'armure d'or et d'argent de l'archange aux ailes vertes , et – à gauche de la gueule de Léviathan qu'ouvre un monstrueux diable rouge –, une très belle tête de damné. Même le portrait du bon curé Potier est surmonté d'un excellent panneau décoratif qui rappelle le dernier vitrail de la chapelle de la Vierge.

A la partie inférieure de l'armure, est tracée l'invocation Sancte mi[ch]ael . Sur une jambière, on distingue les lettres A et (N) ?

Le registre supérieur est parfaitement conservé . Le Christ est assis sur l'arc-en-ciel, les pieds posés sur le globe du monde. Son large manteau rouge laisse voir les plaies de la Passion. Auprès de son visage nimbé de rayons d'or, on aperçoit d'un côté un lis et de l'autre un glaive. Ces symboles de la Miséricorde et de la Justice éclairent le geste du divin juge, qui bénit les élus, et abaisse la main gauche en signe de réprobation. A la droite du Christ est agenouillée la sainte Vierge, vêtue d'une robe violette et d'un manteau blanc broché d'or. Elle intercède pour les hommes en joignant les mains. De l'autre côté, c'est saint Jean-Baptiste, vêtu d'une peau de bête sur laquelle est jeté un manteau rouge. Sa tête barbue et chevelue, au profil maigre, au nez incurvé, est peinte avec cette grisaille brun clair dont nous avons déjà noté l'emploi dans le portrait présumé d'Engrand Le Prince [Arbre de Jessé].

Au dessus de ces deux personnages, des anges blancs, aux vastes ailes éployées, paraissent dans les nuages bleus et sonnent de grandes trompette recourbées. Un troisième ange, le soleil et la lune, occupent la pointe des lancettes.

A l'exception du dernier détail, toute cette ordonnance suit très fidèlement le modèle donné par Albert Dürer dans la Petite Passion sur bois (vers 1509-1511). On remarquera qu'elle n'occupe que trois compartiments : il fallait bien mettre le Christ au centre du tableau. Le peintre verrier s'est servi de la quatrième lancette pour loger le donateutr et sa femme sous une forte architecture d'or décorée de putti et de dauphins. Ces donateurs, dont les armoiries ont disparues, sont présentés par un majestueux saint Pierre.

Le tympan, fort intéressant, au point de vue de l'iconographie, met en scène, autour d'une Trinité environnée d'anges musiciens, saint Jean-Baptiste flanqué de deux personnages de l'ancienne loi, et la Vierge Marie qui forme avec deux saintes femmes un groupe délicieux. " (J. Lafond 1929 pages 79-80).

.

 

.

 

Baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

I. REGISTRE SUPÉRIEUR.

.

Les trois panneaux de gauche forment un tout, dans lequel Engrand Le Prince se réapproprie avec talent le Jugement Dernier de Dürer dans sa série de la Petite Passion : ici, chez Le Prince, les trois personnages sont des entités autonomes comme trois foyers de radiations sacrées.

.

Albrecht Dürer, Jugement Dernier de la Petite Passion.

Albrecht Dürer, Jugement Dernier de la Petite Passion.

Registre supérieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Registre supérieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

Lancette A. La Vierge.

On  évoque la Vierge de la Déposition en baie n°0.

Lancette A, registre supérieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Lancette A, registre supérieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

J'essaye de comprendre "comment c'est fait". Le verre blanc, chez Engrand Le Prince, n'est pas blanc-transparent, il est laiteux, crémeux, l'application de grisaille plus ou moins dense le transforme en une matière soulevée par par des modelés, des arêtes, des flux et des plis. Le plissé de la robe de l'ange, d'abord concentrique autour du tronc, frise et se gaufre sur les manches. Si l'on suit, comme dans le pavillon d'une oreille, les circonvolutions du trait blanc dont on pense qu'il est "enlevé" par quelque outil, on constate qu'il est doublé (comme dans la technique du triple trait du moine Théophile) par un trait gris sombre, et enfin on perd le tracé. 

Le visage obéit à d'autres lois. Il est passé au blanc comme celui d'une geisha ou d'un pierrot lunaire, et seuls quelques traits parcimonieux, denses, écrivent deux yeux, la ligne des narines et la clef de sol de l'oreille. Pourtant, le front est bombé, les joues sont gonflées, le regard est concentré. Rien n'indique comment nous viennent ces convictions.

Le jaune d'argent des cheveux  me retient à son tour. Ces cheveux, ce sont des nouilles, des pailles ou des herbes folles, un champ de blé peint par Van Gogh, ce sont des flammes et des flammêches, emportés par un coup de vent dégageant le front .

Me voilà aux ailes  maintenant : le verre vert est travaillé par des grisailles vaporeuses où le doigt de l'artisan vient d'abord tracer des  contours foliaires, avant que le manche d'un pinceau ne vienne zébrer la surface par des traits rapides pour exprimer les nervures alaires.

.

 

Ange buccinateur annonçant le Jugement, lancette A, registre supérieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Ange buccinateur annonçant le Jugement, lancette A, registre supérieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

Je poursuis mon exercice avec le visage et le voile de la Vierge.

 

 

Vierge, lancette A, registre supérieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Vierge, lancette A, registre supérieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

L'étoffe dorée est damassée selon le motif propre à Engrand Le Prince et à son atelier : une palmette et des  "roues dentées" piquées par trois sur un pétale. Le cément jaune d'argent est dilué à gauche et se concentre sur le pan de droite pour devenir orange.

 

Damas de la robe de la Vierge, lancette A, registre supérieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Damas de la robe de la Vierge, lancette A, registre supérieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

Tête de la lancette A. Le Soleil anthropomorphe (visage de 3/4).

Ce soleil, comme la lune de la lancette D, indiquent la dimension cosmique du Jugement.

 

.

Tête de la lancette A, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Tête de la lancette A, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

Lancette B. Le Christ.

On passe toujours trop vite devant les œuvres... Je relis Jean Lafond :

"Le Christ est assis sur l'arc-en-ciel, les pieds posés sur le globe du monde. Son large manteau rouge laisse voir les plaies de la Passion. Auprès de son visage nimbé de rayons d'or, on aperçoit d'un côté un lis et de l'autre un glaive. Ces symboles de la Miséricorde et de la Justice éclairent le geste du divin juge, qui bénit les élus, et abaisse la main gauche en signe de réprobation."

Malgré deux visites de la verrière et de (très) longues heures passées à trier et sélectionner mes images et à rédiger cet article, je n'avais pas vu l'arc-en-ciel. Il est fait d'un verre bleu clair, assombri au pinceau d'un arc bleu au centre (grisaille ou émail ?) et d'une bordure au jaune d'argent en partie basse. Tout cela pour deux morceaux de verre de quelques cm².

L'éclat de lumière jaune, qui adopte la forme vague d'une étoile, est fait de six panneaux (avant la pose de plombs de casse) de verre blanc passés au jaune d'argent, avec une réserve en forme de croix autour de la tête, et des variations de densité du cément qui créent autour du Christ vainqueur de la mort cette radiance surnaturelle impressionnante. 

 

 

.

Lancette B, registre supérieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Lancette B, registre supérieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

Ce que je n'avais pas vu non plus, c'est le lis blanc : j'avais pris la tige verte pour une sorte d'éclair, et la corolle blanche m'avait échappé. Je VOIS  maintenant cette extraordinaire et inédite image du glaive dont la pointe touche l'oreille gauche, alors que la tige du lis semble s'échapper de l'oreille droite. Cela a la force d'une vision extatique, bouleversante ou renouvellante car les réflexions sur les significations possibles de cette composition sont infinies.

Le regard (ce regard qui troue des chairs blanches et qui est l'une des signatures immédiatement identifiables de l'atelier des Le Prince) est tourné vers la droite, vers le coté du jeune lis en fleur, de la main qui bénit et accueille les Élus, celui de la Miséricorde. Le glaive glacé de la Justice et de la Loi, métamorphosé par le passage par le Christ, transforme son intransigeance acérée et tranchante en la tendresse chaleureuse et  bienveillante du pardon. Est-il possible d'aller aussi loin dans la compréhension théologique du christianisme par l'expression d'une seule image ?

Que fait la main gauche ? Elle ne repousse pas, elle n'a aucune agressivité, elle semble vouloir calmer certains excès. Du coté gauche se tient Jean-Baptiste dans son vêtement de poils de chameau : le Précurseur est un exalté vivant dans le désert et se nourissant de sauterelles : c'est le dernier des Prophètes de l'Ancien Testament, un Élie redivivus. Dans le tympan, il est entouré de deux prophètes. Est-ce sa virulence que Jésus tempère de son geste apaisant ?

 Le lis, avec sa fleur immaculée, symbole de pureté, de virginité, est tourné vers la Vierge, la Nouvelle Éve.

 On semble voir ici l'illustration du verset de l'évangile de Jean 12:46-47 : 

 

"Je suis venu comme une lumière dans le monde, afin que quiconque croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres.

 Si quelqu'un entend mes paroles et ne les garde point, ce n'est pas moi qui le juge; car je suis venu non pour juger le monde, mais pour sauver le monde. "

.

 

Lancette B, registre supérieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Lancette B, registre supérieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

Tête de la lancette B. Ange adorateur.

.

 

Tête de la lancette B, registre supérieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Tête de la lancette B, registre supérieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

Lancette C. Saint Jean-Baptiste.

.

 

Lancette C, registre supérieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Lancette C, registre supérieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

Tête de lancette C. La Lune anthropomorphe (un profil).

.

 

Tête de lancette C, registre supérieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Tête de lancette C, registre supérieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

Lancette D. Le couple de donateurs présenté par saint Pierre.

Saint Pierre est placé devant une tenture verte damassée, dans une niche qui l'isole des trois lancettes précédentes. Mais le motif du damas est le même que celui de la robe de la Vierge .

Staniaslas de Saint-Germain, en 1843, et Fanny Dénoix, en 1868, ne décrivent que saint Pierre et passent sous silence les donateurs, qui ne devaient donc pas être alors très visibles.

.

Lancette D, registre supérieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Lancette D, registre supérieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

Tête de lancette D.

C'est un chef-d'œuvre de jaune d'argent. Dans la partie basse, quatre enfants nus en deux groupes semblables (un garçon bouclé, assis, tenant un bâton et faisant un signe de la main, auprès d'un compagnon au cheveux paille, soulevant des deux bras une sorte d'emblème). En haut, l'emblème en question, où deux poissons à gueule d'aigle s'affrontent en traçant un cercle, qui circonscrit un vase.

 

 

Tête de lancette D, registre supérieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.
Tête de lancette D, registre supérieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Tête de lancette D, registre supérieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

.

II. REGISTRE INFÉRIEUR.

.

On se rappelle que cette partie a été partiellement ou totalement détruite, et refaite avec des éléments modernes.

Registre inférieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Registre inférieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

Lancette A. Les Élus appelés par un Ange.

Toujours le même motif de damas pour l'Ange.

Une femme portant une guimpe nous regarde presque malicieusement. C'est peut-être une donatrice, et  alors sans doute une religieuse.

.

Lancette A, registre inférieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Lancette A, registre inférieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

Lancette B.

L'archange Saint-Michel tient sa balance. A droite, un homme dont l'âme est trop lourdement chargé de péchés est déjà emporté par un diable, tandis que sur le plateau le plus haut, une femme (la compagne du damné) tend desespérément le bras pour le rattraper par le pied. En vain, bien-sûr. Une chrétienne qui regrette déjà son mari à l'entrée dans le Paradis, est-ce vraiment bien catholique ?

En 1868, le vitrail n'était pas si détruit que cela, puisque Fanny Dénoix en a laissé la description amusée suivante : 

"Au bas, s'opère le pèsement et la classification des âmes. Mais quel ingénieux combat ! Un mari, trop lourd d'iniquités, est repoussé vers l'abîme. Sa femme prédestinée, elle, s'efforce de le retenir, de l'entraîner chez les bienheureux ; et la pauvre épouse obligée de lâcher prise, abandonne au démon cette part de sa vie. La femme est comique d'épouvante, l'époux est inimitable de couardise."

 

Sur la pièce d'armure se lisent les mots Samcte Michael, mais on trouve aussi sur la cuissarde droite un superbe A, seule lettre distincte d'un groupe de trois.

.  

.

 

Lancette B, registre inférieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Lancette B, registre inférieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

 

Lancette B, registre inférieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Lancette B, registre inférieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

Lancette C.

.

 

Lancette C, registre inférieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Lancette C, registre inférieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

 

Lancette C, registre inférieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Lancette C, registre inférieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

 

Lancette C, registre inférieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Lancette C, registre inférieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

 

Lancette C, registre inférieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Lancette C, registre inférieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

Lancette D.

Elle montre un saint et une sainte présentant un écclésiastique, en posture de donateur.

Le nimbe du saint (en tenue monastique mais tenant la crosse d'un abbé) porte l'inscription SANCTUS CNSTANCIANVS . Puis vient sainte Anne, avec le nimbe portant l'inscription SANCTA ANNA.

Il n'existe aucun "sanctus constancianus" . Il existe dix "Saint Constantin", mais aucun ne fut abbé. Saint Constant ou constance était sacristain de l'église Saint-Étienne d'Ancône. Quelle est la clef de ce mystère ?

 

Un cartel indique :

 L'an de N.S.J.C 1878 Mre Ctien POTIER Estant curé feit refaicter ceste vitre par J.E. ROUSSEL de la Corption des Maistres Peintres-Verriers de France à Beauvais.

 

L'abbé Potier était alors curé doyen de Saint-Étienne de Beauvais, et il a fait procéder à la restauration de cette vérrière par J.E. Roussel, peintre-verrier installé  37, rue Sainte-Marguerite, à Beauvais.  Actif de 1877 jusqu'à son décès en 1891, ce peintre était associé à T. Malhot, cartonnier. Louis Koch sera son successeur. On lui doit aussi les vitraux de la chapelle, Notre-Dame de Piété, à Auneuil en 1880

 L'abbé Potier était  chanoine honoraire de Beauvais dès 1863 . Il avait été (ou un homonyme)  premier vicaire de la cathédrale en 1852 et 1865. La Société Académique de l'Oise conserve encore ses "Sermons et discours choisis". Il nous regarde derrière ses lunettes cerclées et porte la tenue écclesiastique des chanoines, avec le surplis blanc aux manches et à la bordure aérées par une fine dentelle ; ses épaules sont chaudement recouvertes d'une courte pèlerine dont la fourrure blanche apparaît en périphérie, une sage et douillette précaution lorsqu'il faut rester durant l'office dans les stalles du chœur. La nommerez-vous "aumusse",  signe distinctif du canonicat ? Ou plutôt "Camail" ? Ou mozette ? Sachez qu' un espace sépare les deux pans du camail sur la poitrine, alors que la mozette se boutonne à ce niveau.

Quoiqu'il en soit, notre saint homme, émule peut-être de Prosper Mérimée, a souhaité imiter les inscriptions médiévales et multiplier les tournures désuettes sans se soucier du ridicule et du fautif. "Estant curé", il a "feit refaicter ceste vitre", mais, pour mieux singer ses prédecesseurs, il aurait du écrire "refaictier" ou "refetier", ou "reffaitier" et ainsi se conformer au Dictionnaire de Godefroy. Certes, celui-ci ne fut publié qu'en 1881 et je lui donne l'absolution, pourvu qu'il adopte une tête moins suffisante.

Les abréviations Mre Ctien   peuvent-elles être comprises comme Maître ou Messire Ctien Potier ? Quel est le prénom de l'abbé ? Chrétien ? 

Bingo, je finis par trouver la bonne réponse et par identifier du même coup le saint tutélaire : saint Constantien de Javron.

Constantien, ermite à Javron, est né en Auvergne devint moine à l'abbaye de Micy (Saint-Mesmin) près d'Orléans, où il fit la connaissance d'un compatriote, l'ermite saint Fraimbault. Ils  se retirèrent tous deux  vers 570 dans un ermitage de la forêt de Nuz. Saint Innocent, l'évêque du Mans, les accueille et favorise leur projet. Il oblige Constantien à recevoir la prêtrise afin qu'il joue un rôle missionnaire auprès des populations locales. Saint Domnole, le successeur de saint Innocent, lui assigne les mêmes fonctions. La réputation de sainteté de Constantien atteint le roi Clotaire qui vient lui rendre visite dans sa retraite. Le saint lui prédit la victoire contre les Bretons d'Armorique. Le moine mourut en 570 et il fut enterré à Javron où s'établit un prieuré dépendant du monastère Saint-Julien de Tours. Au XIe siècle, une partie de ses reliques, mises à l'abri à la cathédrale du Mans,   fut transportée par Hilduin  à l'abbaye de Breteuil, près de Beauvais. Il est  fêté le 1er décembre (dans le Maine) et le 2 décembre (à Beauvais), avec le titre d'abbé.

Voir Vie des saints du diocèse de Beauvais page 499-505.

Je trouve la confirmation du prénom de l'abbé à propos d'un monument qu'il fit dresser en son honneur dans l'église : dans  Une visite à Beauvais : historique, promenade dans la ville, les faubourgs, hommes célèbres du Beauvaisis  par Alexis Martin éditeur A. Hennuyer , Paris, 1894 il est fait mention "du monument élevé à la mémoire de Constancien Potier, curé de la paroisse, mort en 1870 [?] ".

.

 

 

 

 

 

Lancette D, registre inférieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Lancette D, registre inférieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

 

Lancette D (détail), registre inférieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Lancette D (détail), registre inférieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

Haut du panneau .

C'est certainement l'œuvre d'Engrand Le Prince. On y voit trois enfants nus, des feuillages et deux oiseaux.

Lancette D (détail), registre inférieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Lancette D (détail), registre inférieur, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

III. LE TYMPAN.

.

Je renvois à la description de Jean Lafond citée supra .

Tympan, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Tympan, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

 

Ange musicien, tympan, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Ange musicien, tympan, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

 

Tympan, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

Tympan, baie n°6 du Jugement Dernier, église Saint-Étienne de Beauvais, photographie lavieb-aile.

.

SOURCES ET LIENS.

 

— Les vitraux de l'église Saint-Etienne sur le site de l'Association Beauvais Cathédrale  ABC :

http://www.cathedrale-beauvais.fr/nouveausite/saintetienne/vitraux/vitrauxste.html

— Le site www.patrimoine-histoire :

http://www.patrimoine-histoire.fr/Patrimoine/Beauvais/Beauvais-Saint-Etienne.htm

— Wikipédia :

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_Saint-%C3%89tienne_de_Beauvais

Site therosewindow

http://www.therosewindow.com/pilot/Beauvais-st-etienne/table.htm

 

— BARRAUD. - Descriptions des vitraux de l'église Saint-Etienne de Beauvais. Mémoires de la Société académique d'archéologie, sciences et arts du département de l'Oise, 1852-1855, II - 4, p. 537-598.

 

 — CALLIAS-BEY (Martine) , Véronique CHAUSSÉ , Françoise GATOUILLAT ,Michel HÉROLD, 2001, Les Vitraux de Haute-Normandie, Corpus vitrearum ; Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France. Commission régionale Haute-Normandie. Nombreuses pages sur l'atelier Leprince, 48-49 etc.

 

— DANJOU (1847), Note sur les vitraux de l'église Saint-Étienne de Beauvais,  Société académique de l'Oise. Mémoires de la Société académique d'archéologie, sciences et arts du département de l'Oise. 1847 (T1) page 62.

http://visualiseur.bnf.fr/ark:/12148/cb32813221g/date1847

— DÉNOIX (Fanny Descampeaux Dénoix des Vergnes ) Beauvais ...Description matérielle : In-18, III-194 p. Édition : Beauvais : tous les libraires , 1868. 2e éd., page 125 et suivante.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65168165/f138.image

 

— HÉROLD (Michel), 1995, L'atelier des Leprince et la Normandie, Vitraux retrouvés de Saint-Vincent de Rouen , Rouen, musee des beaux-arts , 190 pages, p. 44-5

— LAFOND (Jean), 1943, Pratique de la peinture sur verre à l'usage des curieux suivi d'un essai sur le jaune d'argent et d'une note sur les plus anciens verres gravés [s. n.] (Rouen) 

— LEBLOND (Dr Victor),1921, L'art et les artistes en Île de France au XVIe siècle  d'après les minutes notariales  . Beauvais & Beauvaisis. Paris : E. Champion ; Beauvais : Imprimerie départementale de l'Oise, 1921. 352 p.-VII, VII pl. ; 25 cm.

— LEBLOND (Dr Victor) LAFOND (Jean) 1929, L'Eglise Saint-Etienne de Beauvais. / [Dr.] V[ictor] Le Blond. étude sur les vitraux par Jean Lafond.  Paris. 1929 38 grav. et 1 plan  pages 65-118.

— LEBLOND , 1924, Nicolas le Prince, verrier et tailleur d'images  : un artiste Beauvaisin au XVIe siècle / Dr Victor Leblond.

— PERROT (Françoise), GRODECKI (Louis), 1978, Les vitraux de Paris, de la région parisienne, de la Picardie et du Nord-Pas-de-Calais , Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France Centre national de la recherche scientifique, 1978 - 275 pages

— SAINT-GERMAIN (Stanislas de ), 1843, Notice historique et descriptive sur l'église Saint-Etienne de Beauvais page 61 et suivantes.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6517959k.r=%22saint-etienne%22

— VASSELIN (Martine), 2000, « Les donateurs de vitraux au XVIe siècle en France : leurs marques et leurs représentations », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 6 | 2000, mis en ligne le 10 mars 2011, consulté le 06 avril 2016. URL : http://rives.revues.org/61

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Beauvais
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche