Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2017 4 03 /08 /août /2017 11:09

.

Lors de ma visite de l'exposition Picasso du Fonds Hélène et Édouard Leclerc aux Capucins de Landerneau (été 2017), j'ai été frappé par la "ressemblance" entre l'un des portraits exposés, et les fameux portraits du Fayoum, ces peintures sur bois ou lin réalisées entre le Ier siècle et le IVe siècle de notre ère dans l'Égypte romaine. Ce sont les premiers portraits conservés dans l'histoire de l'art. 

Le portrait de Picasso s'intitule "Jacqueline" : c'est une huile sur papier de 42 cm sur  27 cm , annoté au crayon  "13.6.62.  IV" . Il représente donc Jacqueline Roque (1926-1986), que le peintre a rencontré en 1952 à Vallauris alors qu'elle avait 27 ans,  et épousé en 1961.

Le visage triangulaire est de face, mais un léger trois-quart permet de voir le chignon et le bandeau. Les couleurs employées sont principalement le gris et le noir, avec des rehauts ocre pâle pour les reflets de lumière, et le vert la robe et le bandeau. Les yeux sont très grands, et la pupille d'un noir homogène nous fixe de façon mélancolique. Le nez est long, aux narines pincées, au dessus d'une bouche étroite au sourire fantomatique.

Le fond est uniforme : gris à gauche, et ocre jaune à droite, d'où vient la lumière.

.

 

 

"Jacqueline", huile sur papier, collection particulière. Exposition Picasso, FHEL de Landerneau. Photographie lavieb-aile juin 2017.

"Jacqueline", huile sur papier, collection particulière. Exposition Picasso, FHEL de Landerneau. Photographie lavieb-aile juin 2017.

.

Or, beaucoup de ces caractéristiques se retrouvent dans les portraits des momies découvertes à Fayoum, ville moderne d'Égypte qui fut successivement nommée Sedhet ou Crocodilopolis, et à Hawara (Arsinoë), ou dans d'autres endroits d'Égypte.

 Ces portraits étaient fixés sur les momies de romains qui ont colonisé l'Égypte entre le 1er et le IVe siècle : ils reproduisent les traits du défunt de façon reconnaissable, mais idéalisée. 

 En effet, les spécialistes indiquent à leur propos (Wikipédia) que :

 

— Les portraits du Fayoum sont  peints selon une palette de quatre couleurs : le blanc, le noir, l'ocre jaune et la terre rouge.

— Ils sont de face, ou de trois-quart. Le sujet fixe le spectateur (sauf exception).

—  Les cheveux et sourcils sont peints de larges traits de noir. Les sourcils sont sombres et épais, le nez long et étroit.

 le fond est systématiquement sobre, gris ou vert.

— L'expression de vie est si saisissante que les spécialistes pensent qu'ils ont été peints du vivant de la personne, qu'ils n'aient été qu'ensuite découpés puis posés sur son corps une fois embaumé.  Du vivant du propriétaire, le portrait était ainsi suspendu au mur dans un cadre.

"La fonction funéraire des « portraits du Fayoum » est enrichie à l'époque romaine par la recherche de ressemblance des traits héritée de la culture romaine. La présence de l’image du défunt, idéalisée ou non, directement liée au corps du défunt connaît déjà des précédents de manière continue tout au long de l’époque pharaonique. Le défunt doit en effet survivre physiquement et spirituellement, et son corps sert d’attache physique aux parties immatérielles qui le composent (kâ et bâ). Mais la présence des momies au sein de la maison, voire au cours de banquets funéraires, laisserait penser que la ressemblance physique du portrait funéraire rendrait le défunt physiquement présent."

— La personne ne sourit pas, ou arbore un sourire triste.

 

.

Il est difficile pour moi de choisir, parmi les quelques 900 portraits découverts, et les multiples exemples proposés en ligne, un exemple particulier à placer en face du portrait de Jacqueline. Le flash de reconnaissance ou d'évocation a fonctionné pour moi comme une réminiscence proustienne, avec sa force de conviction parfaitement subjective, que je ne peux rendre fidèlement par un raisonnement analytique en présentant des pièces justivicatives.

Mes choix sont donc imparfaits. Je les ai choisi dans ce site :

http://portraits.fayoum.free.fr/fayoum/fayoum2b.php?imgport=146&img=140&mus=0&pas=2&dat=0&ori=0

.

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

https://lombradelleparole.wordpress.com/2015/08/08/poesie-di-annalisa-comes-autoantologia-da-ouvrage-de-dame-2004-da-racconti-italoamericani-2007-da-fuori-della-terraferma-2013-poesie-inedite/roma-citta-di-fondi-ritratti/

https://lombradelleparole.wordpress.com/2015/08/08/poesie-di-annalisa-comes-autoantologia-da-ouvrage-de-dame-2004-da-racconti-italoamericani-2007-da-fuori-della-terraferma-2013-poesie-inedite/roma-citta-di-fondi-ritratti/

.

Peut-on sérieusement penser que Picasso a pu s' inspirer des portraits du Fayoum ?

Je réponds positivement car :

1. C’est en 1954, avec sa relation avec Jacqueline, que Picasso abandonne les peintures politiques pour se lancer dans « la peinture de la peinture » en prenant comme modèle quelques tableaux importants de l’histoire de l’art européen comme Goya, Vélasquez, Greco, Zurbaran, Melendez, Poussin, mais il s'est inspiré depuis toujours de l'art non européen, notamment pour remettre en cause les fondements picturaux mis en place à la Renaissance. 

2. Il est attesté que Picasso a examiné attentivement  les portraits du Fayoum conservés au Musée du Louvre : voir ici : http://museumlab.fr/exhibition/06/about.html

Dans un article http://www.christies.com/features/mummy-portraits-a-visual-record-of-evolving-styles-in-roman-egypt-7723-1.aspx, je lis : "Fayum portraits have been a source of inspiration for artists working in the modernist tradition, with Picasso known to have studied them carefully at the Louvre. Buste d’homme, painted in 1965 and sold at Christie’s in 2016, echoes the intense, confronting eyes found on mummy portraits from Graeco-Roman Egypt."

3. Alors que Picasso vit à Paris depuis 1900 sa Période bleue où il est marqué par le thème mélancolique de la mort après le suicide d'un ami , la Gazette des beaux-arts  avait publié dans son n° de juillet 1903  l'article de Maurice Pernot  Portraits antiques de la région du Fayoum (collection de M. Th. Graf) :cinq reproductions, qui rend compte d'une exposition à Paris en 1899 et 1890 de 34 portraits de la collection réunie par Théodore Graf. J'en extrait ceci :

 

"Les caractères dominants des portraits, c'est l'expression vibrante et individuelle qui les anime. Elle éclate dans les yeux très brillants et démesurément grandis ; on la retrouve dans toutes les parties du portrait : le port de tête, le jeu des muscles du cou et de s joues, le mouvement des lèvres et des narines, les lumières du front et du menton atteste,t, poussée très loin, la recherche du caractère individuelle et du détail expressif, et prouvent en même temps une connaissance profonde de la technique. La tête « tourne et se détache habilement sur le fond ; dans certains portraits, la distribution des ombres et des lumières, la perfection du modelé, l'exacte mise en valeur des différents tons et le surprenant fondu des contours rappellent la manière de certains peintres modernes. L'importance donnée à la saillie anormale d'un muscle, à une déformation de la bouche, à un pli du front, révèle un souci réaliste de la ressemblance et de l'individualisation. Le coup de pinceau ou de couteau à palette est donné dans le sens du muscle, et le relief est parfois obtenu, non seulement par le jeu des lumières et des ombres, mais par un véritable empâtement de la couleur.

...L'exagération des yeux : les Égyptiens s'agrandissaient les yeux avec des fards ; et sans-doute ce maquillage faisaitencore partie de la toilette des morts...Une faute de dessin qui allonge démesurément le cou … L'inégale hauteur des yeux ...L'attache du nez est si haute …

Le sentiment profond de la vie qui anime ces peintures, l'expression particulière, qui fait qu'un on sent chacune d'elles inspirée par un modèle déterminé dont le peintre a voulu concentrer dans son œuvre le caractère individuel et distinctif. »

 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k203159n/f350.image.r=fayoum

 

4. Il a été fasciné par le visage humain.

5. Ces portraits possédaient une fonction funéraire afin d'assurer la renaissance effective du défunt dans l'au-delà. C'est aussi la démarche d'un peintre vis à vis de sa muse. Mais le peintre ne recherche pas tant la ressemblance photographique du modèle que l'expression de sa vie mentale, et  de cette conscience tragique de la coexistence entre une apparence fugace, datée ("13 juin 1962, IV"), et une certitude, partagée entre le peintre et son modèle, de l'existence de la mort.

.

Diorama, Portraits funéraires trouvés dans la région du Fayoum, Gazette des beaux-arts 1903 p.303 :  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k203159n/f358.image.r=fayoum
Diorama, Portraits funéraires trouvés dans la région du Fayoum, Gazette des beaux-arts 1903 p.303 :  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k203159n/f358.image.r=fayoum
Diorama, Portraits funéraires trouvés dans la région du Fayoum, Gazette des beaux-arts 1903 p.303 :  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k203159n/f358.image.r=fayoum
Diorama, Portraits funéraires trouvés dans la région du Fayoum, Gazette des beaux-arts 1903 p.303 :  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k203159n/f358.image.r=fayoum
Diorama, Portraits funéraires trouvés dans la région du Fayoum, Gazette des beaux-arts 1903 p.303 :  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k203159n/f358.image.r=fayoum

Diorama, Portraits funéraires trouvés dans la région du Fayoum, Gazette des beaux-arts 1903 p.303 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k203159n/f358.image.r=fayoum

.

J'ai recherché en ligne, en proposant au moteur de recherche les mots Picasso + Fayoum (ou Fayum), une confirmation de mon intuition. Mais ma récolte a été pauvre.

.

— Pablo Picasso, Pinacothèque de Paris, Picasso intime: la collection de Jacqueline Skira, 2003  page 35 : « Elle devient un portrait du Fayoum, avant qu'elle ne s'incarne en carreaux de céramique, puis à nouveau en tôle peinte."

.

Pablo Picasso, ‎Guy Tosatto, ‎- 2001 Picasso, la peinture seule, 1961-1972: exposition, Musée des .. - ‎exposition, Musée des beaux-arts de Nantes, 5 octobre 2001-14 janvier 2002 Souvent de face, figées, elles font songer à des icônes ou à des portraits du Fayoum.

.

—  Klaus Gallwitz, Picasso: The Heroic Years, Abbeville Press, 1985 - 230 pages, page 99 : "According to one of Picasso's friends, Jacqueline's startling resemblance to one of the seated Moorish women inspired ... other pictures of Jacqueline of the same period have a mysteriously soulful (émouvante) expression recalling Fayum mummy portraits"

.

— Pierre Cabanne - 1992 Le Siècle de Picasso L'époque des métamorphoses (1912-1937) : "Car tandis qu'il travaille à ces Femmes à la fontaine, qu'il peint des visages féminins dont le type se situe entre la Grèce au profil droit et le Fayoum, la peau mate, les yeux écarquillés, et qu'il se penche, crayon en main, sur le berceau de Paulo, Picasso dresse, comme une monumentale anthologie cubiste, les deux versions simultanées des Trois Musiciens "

.

— Pierre Daix - 2007 Pablo Picasso : "Certaines, ressemblantes comme des portraits du Fayoum, sont sur papier ; d'autres en carreaux de céramique"

Marie-Laure Bernadac, ‎Michèle Richet - Hélène Seckel-Klein, 1985, Musée Picasso: Peintures, papiers collés, tableaux-reliefs, ... - Page 31‎ "... sans doute un portrait de Jacqueline, qui nous rappelle ceux du Fayoum et les images de l'impératrice Théodora dont elle a la monumentalité"

.

—  Pierre Dufour, Picasso 1950-1968: Biographical and Critical Study Skira, 1969 - :

"The archaic elegance of the design frames in a scroll of dark dots a face that is vaguely reminiscent of Coptic art or the Fayum. Is Picasso simply "having a little fun" or does he want to prove that one can make a work of art with anything and ..."

 

.

 

 Gillian McIver Art History for Filmmakers: The Art of Visual Storytelling page 59 : Egyptian Realism: The Fayum Portraits Depicting real people looking as they do in real life was developed to an almost perfect ... In the twentieth century, artists like Picasso also turned away from naturalism, though he could paint it very well

.

 

 Pablo Picasso, ‎Yolande Clergue, Pablo Picasso: portraits d'Arlésiennes : 1912-1958 - Page 155 ‎Fondation Vincent van Gogh--Arles - 2005 - ‎".. beauty, which reminds us of the Fayum effigies, was enlivened by neat Nice headdresses or Vincent's straw hat lent by Picasso."

 

 

Finalement, je trouve ce titre "Roma Fayum portrait compared with Picasso’s self-portrait" accompagné du montage suivant : un autoportrait de Picasso placé contre un portrait de femme du Fayoum :

 

.

.

 

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

Dés lors, j'ai poursuivi la visite de l'exposition en confiant à mon objectif celui —j'aime les zeugmes — de traquer les visages et les regards pour y déceler l'influence du Fayoum. Cela m'a procuré le "matériel" iconographique suivant, sans être réellement interpellé une seconde fois, alors que je retrouvais toujours les grands yeux noirs tournés vers l'infinie béance du temps.

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

Le visage de Jacqueline en quarante jours et vingt-deux reprises.

.

Mais c'est le tableau intitulé L'Arlésienne qui est le plus émouvant pour exprimer cette hantise enragée de saisir l'insaisissable de la conscience de la mort à travers le visage quotidien de l'être aimé. Car ce Ripolin et huile sur toile de 61 cm sur 41 cm porte, en colonne sur le coté gauche, les dates successives des 22 reprises du portrait de Jacqueline, vêtue d'un costume et d'une coiffe d'arlésienne, du 8 juillet au 15 août 1958.

.

 

L'Arlésienne, Coll. part., exposition Picasso au FHEL de Landerneau. Photographie lavieb-aile juin 2017.

L'Arlésienne, Coll. part., exposition Picasso au FHEL de Landerneau. Photographie lavieb-aile juin 2017.

.

 

Exposition Picasso à Landerneau : un portrait du Fayoum !

.

 

.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche