Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juillet 2019 2 02 /07 /juillet /2019 22:57

.

PRÉSENTATION GÉNÉRALE.

.

"Souvent surnommée la petite cathédrale, elle est pourtant isolée dans une boucle de l'Aulne et ne possède pas la notoriété de sa "jumelle" Sainte-Marie du Menez Hom.  

Sa construction du XVIème siècle, dédiée à Saint Sébastien, saint que l'on implorait pour se préserver de la peste, a pour origine la terrible épidémie qui, venant de Brest, s'étendit jusqu'à Hanvec et le Faou.

De style Renaissance, cette chapelle fut installée sur les terres du seigneur de Kergoët dont la famille participa aux rénovations et transformations de la chapelle jusqu'à la fin du XVIIIème siècle, comme en attestent les armoiries du calvaire ou des peintures murales qui ornent la chapelle.

Les retables polychromes déjà présent lors de l'édification de la chapelle au XVIème siècle, furent développés selon le style dit du "baroque" breton au tout début du XVIIIème siècle et sous l'influence du recteur de Pleyben, paroisse dont dépendait Saint-Ségal, Yvon Coquet. C'est à cet amateur d'art et prédicateur en Sorbonne que l'on doit la plupart du mobilier actuel (chaire, poutre de gloire, confessionnal, statues ...).

Un enclos cultuel, dit placitre, et non paroissial entoure la chapelle. En effet, St Sébastien n'a jamais été une chapelle paroissiale et n'a donc jamais eu ni ossuaire, ni baptistère. Elle était un lieu de pardons (7 encore avant la Première Guerre Mondiale), pénitence, rogations, etc ..." http://www.mairie-saintsegal.fr/lieux-et-monuments.htm

.

.

 LA CHAIRE À PRÊCHER.

.

Adossée au 4ème pilier nord (toutes les C.A.P sont au nord, coté de l'Évangile), à l'angle du transept, elle associe à sa cuve, son abat-voix et son culot de forme hexagonale les dix degrés d'un escalier  courbe, placé à sa gauche.  Les reliefs sont peints en vert, les fonds sont en bois teinté. Les parois pleines de l'escalier sont ornés de trois panneaux rectangulaires à motifs géométriques (losanges) motif qui s'associe, sur la cuve, à des rinceaux autour d'un ove, avec beaucoup de sobriété. La rampe est sculpté de feuillages. Son abat-voix en chapeau mongol est traversé par l'extrémité de l'entrait de la Poutre de Gloire.

Elle serait banale, et se contenterait d'alimenter l'inventaire des C.A.P. bretonnes du fin XVII ou début  XVIIIe, si le panneau du dosseret ne portait un médaillon à inscription qui nous donne, finalement, beaucoup d'informations.

.

Comparer avec :

la chaire à prêcher de la chapelle Saint-Côme en Saint-Nic (1638).

.

Chaire à prêcher de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Chaire à prêcher de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

 

 

Chaire à prêcher de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Chaire à prêcher de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

L'inscription.

Sous une tête d'angelot, et entourée de rinceaux, un médaillon comporte six lignes en lettres majuscules, sculptées en réserve.

Une autre inscription est peinte en noir au dessous ; elle est difficile à lire.

.

 

Chaire à prêcher de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Chaire à prêcher de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Chaire à prêcher de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Chaire à prêcher de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

Le texte du médaillon, jamais relevé fidèlement jusqu'à présent (notamment avec ses esperluettes et sa faute pour "docteur"), dit : 

 

N: & : D :

M R E

Y: COQVET

DOCFEVR

& : RECTE :

UR

 

"N & D  MRE Y COQUET DOCFEUR & RECTEUR" , soit :

NOBLE ET DISCRET SEIGNEUR YVES COQUET RECTEUR.

Yves Coquet (1636-1720), docteur en Sorbonne en théologie, fut recteur de Plounéventer de 1674 à 1678, de St-Gilles d'Hennebont de 1678 à 1685, de Porspoder de 1687 à 1693 (Kerviler, Bio-bibliographie bretonne) et enfin  en 1694 vicaire perpétuel de la paroisse de Pleyben et recteur de Pleyben jusqu'en 1720.  Il mourut à Pleyben, le 12 Janvier 1720, à l'âge de 84 ans.

Il faut savoir que la paroisse de Saint-Ségal (Sainct Segal ), qui dépendait autrefois de l'ancien évêché de Cornouaille, est un démembrement de la paroisse primitive de Pleyben, à laquelle elle était  unie au XVIIème siècle.

Yves Coquet était donc recteur de la paroisse annexe de Saint-Ségal (depuis 1697 ?).

 

Il fait mention de son titre de docteur en théologie dès sa première fonction, lorsqu'il signe à Plounéventer un baptême le 24 novembre 1674.

Ce titre suppose une formation de sept années passant par les grades de maîtres -es-arts, bachelier puis licencié avant d'obtenir "le bonnet" de docteur :

"Le tems d'étude nécessaire pour parvenir à ce degré, la cérémonie de l'inauguration ou prise de bonnet, ne sont pas tout - à - fait les mêmes dans toutes les universités du royaume. Voici ce qui s'observe à ces deux égards dans la faculté de Théologie de Paris.

Le tems d'études nécessaire est de sept années; deux de Philosophie, après lesquelles on reçoit communément le bonnet de maître - ès - arts; trois de Théologie, qui conduisent au degré de bachelier en Théologie; & deux de licence, pendant lesquelles les bacheliers sont dans un exercice continuel de theses & d'argumentations sur l'Ecriture, la Théologie scholastique, & l'Histoire ecclésiastique." (ALIF)

Guy Leclerc suppose, et c'est très probable, qu'Yves Coquet est docteur de la Sorbonne, mais je n'ai pu en trouver confirmation.

Le titre de "noble et discret messire " est la formule d'usage précédant le nom d'un recteur sur une inscription, mais elle est de rang plus élevée que celle de "vénérable et discret messire".  Il ne semble pas que ce qualificatif de "noble" supposait l'appartenance à une famille de la noblesse.

.

 

 

 

Chaire à prêcher de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Chaire à prêcher de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

Yves Coquet fut à l'initiative de nombreux travaux architecturaux dans sa paroisse de Pleyben, et ces travaux sont bien documentés.

  1°) Chantiers en l'église de  Pleyben.

Il décida de la reconstruction  du transept sud de l'église (1714) et de la ré-édification de la sacristie (1719),  à la suite de leur destruction causée par la chute de la partie haute de la tour-porche ébranlée par la foudre à la fin du XVIIe siècle.

Il fit construire en 1696-1698 l'autel du Rosaire de l'église, et en confia l'exécution à deux artisans locaux,  Jean Le Seven du Cloître-Pleyben, maître-menuisier et Jean Cevaer de Pleyben, maître-sculpteurqu'il chargea ensuite des sculptures du grand autel de la chapelle Notre-Dame de Guennili. 

Le style de ces retabliers est également reconnu sur les autels de Sainte-Marie-du-Ménez-Hom en Plomodiern et de Lopérec. À Sainte-Marie-du-Ménez-Hom, l'inscription N & D : MRE : OL : BOVRDVLOVS : R / GVILLAVME NICOLAS 1715 au dessus de l'autel reprend exactement la forme de l'esperluette de la chaire à prêcher de Saint-Sébastien, et cette micro-sémiologie apporte un argument de poids à l'attribution des deux sculptures au même sculpteur.

.

2°) Travaux à Saint-Ségal.

a) Il fit édifier (ou reconstruire) en 1708 la fontaine de dévotion Saint-They, puisqu'on le reconnait dans  l'inscription portée sur le fronton " DOCTEUR EN THEOLOGIE P.P./ BENST/ P. F. CVRE/ ST SEGAL/1708". Cette fontaine était celle de la chapelle éponyme construite vers 1680 (au sud de Lanvélé), vendue comme bien national à la Révolution et détruite en 1813.

b) Il fit réaliser le retable sud et la chaire à prêcher de Saint-Sébastien en Saint-Ségal.

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/fontaine-de-devotion-saint-they-saint-they-saint-segal/525ab521-0a13-4717-8813-3dc431a9908c

https://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/8c56d47066d5bc94bb64f58549386360.pdf

https://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/76512f46e94362f54f58a48512632e86.pdf

 

.

.

.

LE RETABLE SUD DE LA SAINTE PARENTÉ (1706-1707).

.

.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

 

I. ÉLÉMENTS HÉRALDIQUES ET INSCRIPTIONS.

.

Ce retable nous permet de décrire  trois fonctions, nobiliaire, ecclésiastique et économique.

.

a) Nobiliaire : le seigneur prééminencier n'intervient pas dans la commande, mais fait respecter ses droits: celle d'afficher ses armoiries (et de percevoir des taxes). Ici, il s'agit des seigneurs de KERGOËT.

b) Cléricale : le recteur décide des travaux, ou du moins du programme iconographique, de sa cohérence théologique et de sa concordance avec les grandes options de l'Église de son temps. Il assure aussi la continuité des travaux durant ses fonctions, tandis que la fabrique change tous les ans. Ici, c'est Yves COQUET. [Aux siècles précédents en Bretagne, les noms des recteurs ne figuraient pas sur les inscriptions, qui ne mentionnaient que les fabriciens].

c) économique. Le fabricien supervise les travaux et prend en charge tous les contacts avec les artisans : il est choisi parmi les familles aisées et de bonne réputation pour un mandat d'un an, non pas pour une paroisse, mais, au sein de celle-ci, pour un sanctuaire, voire une confrérie. Ici, pour 1706-1707, c'est F. AUTRET .

c') Les artisans ne mentionnent pas leur nom sur leur œuvre et ne sont connus que par les pièces d'archives et par des études de comparaisons stylistiques et d'attribution. C'est le cas ici pour le maître-menuisier Jean LE SEVEN et le maître-sculpteur Jean CEVAËR. Le peintre-doreur Louis COZIC  a reçu 1400 livres en 1714 pour peindre et dorer le retable. Ce peintre, sieur de la Croix , est intervenu en 1726 sur les statues d'apôtres du Faou.

.

 

1°) Les armoiries des Kergoët en alliance avec de Dresnay.

On les trouve également  à l'extérieur, sur la façade ouest. Elles associent à gauche les armes des Kergoët   d'argent à cinq fusées rangées et accolées de gueules, accompagnées de quatre roses de même,  en alliance avec celles du Dresnay d'argent à la croix anillée de sable, accompagnée de trois coquilles de gueules.

 

 

http://www.lavieb-aile.com/article-vierges-allaitantes-vii-lannelec-a-pleyben-100361239.html

La famille de Kergoët est originaire de Saint-Hernin et s'est divisée en une branche aînée, fondue dans Quellennec, Tronjoly en Gourin, et la branche du Guilly, village de Lothey. Ses armoiries déjà citées sont aussi, à Clohars-Fouesnant ou à Cleder, "emmanché d'argent et d'azur". La devise est En christen mad, me bev en Doue, "en bon chrétien, je vis en Dieu". La famille qui nous concerne serait issu de la branche du Guilly, Lothey étant une paroisse proche de Pleyben. Le château du Guilly, qui se trouve au bord de l'Aulne à mi-chemin entre Landremel et le vieux Lothey, était habité par la famille du Kergoët.

   Ils possédaient sur Pleyben la seigneurie de Keranclanff, attestée en 1426 lors de la Réformation de 1426  en même temps que six autres domaines nobles.

Au XVIe siècle, Yves de Kergoët épousa Catherine du Dresnay, dame de Keranclauf , mais ce blason ne se réfère pas à cette alliance.

Ces armoiries sont celles du couple René-François de Kergoët et Marie du Dresnay.

 

René-François de KERGOËT, chevalier, seigneur du Guilly,  né à Saint-Ronan [Quimper] le 27 septembre 1668, était le fils de François de KERGOËT, chevalier seigneur du Guilly 1610-1693 [Sénéchal au présidial de Quimper (1637), président au présidial de Quimper (1648), conseiller au Conseil d'État (1661), enterré en l'église paroissiale de Lothey, François Créis étant recteur]

Il épousa  le 26-10-1688 à Saint-Pol-de-Léon  Marie du DRESNAY , d'où 

  •  François Jean Baptiste de KERGOET 1689- &1710 + 26/04/ 1726 x Marie Josèphe du CHASTEL 1696-& 1724
  •  Jean Baptiste de KERGOET 1690-
  •  Jeanne Mathurine de KERGOET 8 novembre 1691-1714, baptisée dans la chapelle du Guilly, François Créis étant recteur de Lothey.
  •  Charles François de KERGOET 31 mars 1693-, baptisé dans la chapelle du Guilly, François Créis étant recteur .
  •  Françoise Geneviève de KERGOET 1697-
  •  Renée de KERGOET 1699-

Ces armoiries suggèrent le créneau de datation après 1688 et avant 1705, date du décès de René-François, ou plutôt avant la date de  décès de son épouse, ...qui ne m'est pas connue.

https://gw.geneanet.org/hamety?lang=en&iz=3841&p=rene+francois&n=de+kergoet

 

 

On remarque que les deux armoiries des deux familles sont associées aussi en la chapelle de de Lannelec en Pleyben à quelques 15 km à l'est Saint-Sébastien en Saint-Ségal .

L'acte de décès de René-François est signé par le recteur Yves Coquet.

 « Ce jour, premier Avril 1705, par Noble et Discret Missire Yves Coquet, prestre, docteur en théologie, recteur de Pleyben, et à nostre prière a esté enterré Messire René-François du Kergoët, chevalier, en son vivant seigneur du Guilly, de Loppeau, de Cosquériou, Lezaon, etc... mort le trentiesme de Mars dernier en son château du Guilly. Et ont assisté au convoy Ecuyer Guillaume Le Gac, seigneur de Lanorgar, Ecuyer Messire Narcisse Meslou, seigneur de Trégaïn, juge criminel au siège présidial de Quimper et plusieurs aultres. Ainsi signé à l'original : Narcisse Meslou ; Michel Le Rouge ; Guillaume Le Gac ; Pollay ; Kerilis ; M. Le Bronnec, Y. Coquet, recteur de Pleiben ».

Il est nécessaire de préciser que le fils aîné,  François Jean Baptiste de KERGOET, décéda en 1726 à 36 ans , et que lors de son enterrement, le cortège était suivi par "J. Le Bornic, prestre recteur de Pleiben et de Saint-Ségal ; G.-J. Bigeaud, vicaire perpétuel à Châteaulin ; H. Le Garz, recteur de Saint-Thois ; Gilles-François Floc'h, recteur de Lothey ; Y. Rohou, recteur de Saint-Coulitz ; Yves Ropartz, prestre de Lothey ; L. Mallégol, prestre de Pleiben ; H. Robin, prestre de Saint-Coulitz ; Jean Helgouarc'h, prestre et chapelain de Saint-Sébastien, en Saint-Ségal ; Guillaume Guédès, prestre ».

À son décès, le couple n'a eu qu'une fille, Mathurine-Josèphe-René du KERGOËT, qui épousa René de KEROUARTZ. 

La prééminence revient alors à la famille du CHASTEL. Ce sont leurs armoiries qui apparaissent sur le retable du maître-autel de Saint-Sébastien,postérieur à 1726 et donc étranger au rôle du recteur Y. Coquet. 

 

.

http://www.infobretagne.com/lothey-guilly.htm

.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

2°) Inscriptions des médaillons : le recteur Yves Coquet.

.

Inscription :

N : D : M :  E

Y : COQVET.

et sur l'autre médaillon:

RECTEVR / DOCTEVR

Noble et discret messire Yves Coquet recteur docteur.

.

 

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

3°) L'inscription de la porte de sacristie : F. Autret, fabricien, 1706-1707.

.

F : AVTRET  F : LAN 1706 F : AVTRET . F : 1707

 F[rançois] AUTRET fabricien l'an 1706,  F[rançois] AUTRET fabricien  1707.

A-t-il eu 2 mandats successifs, ou bien son chantier s'est-il achevé en 1707 ?

Note : la sacristie date de 1742.

.

On trouve au revers du vantail, peint et non sculpté, au dessus du monogramme IHS, l'inscription S.TIEN : JONCOUR : PTRE : ET : C / : C : MOCAER : FABRIQUE.

Soit "Sébastien Joncour prêtre et C. Mocaer Fabrique."

Sébastien Joncour a signé en tant que curé  les "certificats des bannies" de René l'HARIDON, né à Saint-Ségal  et produits lors d'un acte de mariage célébré à Châteaulin le 26 août 1699. Ces certificats sont établis, pour un sujet venant d'une paroisse étrangère,  après trois annonces faites sans opposition par le curé lors de la messe dominicale.

"Mariage : 26/08/1699 Châteaulin (Pays : Châteaulin) L' HARIDON René, né à Saint Ségal fils de H.Jean, décédé et de LE CERFF Marie
DEMEURE Jeanne fille de Jean et de DETHEY Basile

acte de mariage : le vingt sixième aout mil six cent quatre vingt dix neuf, ont estés épousés en l'église de Notre Dame de Chateaulin par le soussignant Dom. Nicolas LE CANN prêtre de la paroisse de Chateaulin; René L'HARIDON fils de défunt honorable gentil hommme Jean L'HARIDON et Marie LE CERF les père et mère de la paroisse de St Segal et Jeanne fille de Jean DEMEURE et Basile DETHEY ses père et mère de cette paroisse après avoir reçu le certificat des bannies dudi L'HARIDON signé Sébastien JONCOUR curé et düement contrôlé, comme aussi le décret de mariage dudi L'HARIDON signé JULLON greffier, présent ont estés: maître jean LENAER, Yves LENAER, Dunet DEMEURE et autres qui ne signent Signé: Nicolas LE CANN prêtre. (Généalogie de Jeannie GILSON)"

Ce Sébastien Joncour peut donc être en poste en 1706-1707.

Un Charles MOCAER est né à Saint-Ségal vers 1700. Notre C.C MOCAER peut être son parent.

 

.

.

 

 

 

 

 

Photo lavieb-aile 10 janvier 2012.

Photo lavieb-aile 10 janvier 2012.

Photo lavieb-aile 10 janvier 2012.

Photo lavieb-aile 10 janvier 2012.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

Conclusion : le retable a été commandé en 1706 et achevé en 1707 dans le cadre d'une commande établie par François Autret, fabricien, alors que Yves Coquet, docteur en théologie était recteur de Saint-Ségal en Pleyben et que René-François de Kergoët, sieur de Lezaon, et son épouse Marie du Dresnay exerçaient leurs droits de prééminence sur la chapelle Saint-Sébastien. 

Par référence aux autres retables réalisés à la même période, et notamment au retable du Rosaire réalisé à Pleyben en 1696 sous la cure d'Yves Coquet,   ce retable peut être attribué avec certitude aux artisans Jean Le Seven, menuisier et Jean Cevaër, sculpteur.

Un détail de micro-sémiologie (forme de l'esperluette) et le nom du même recteur attribue aux mêmes artisans la chaire à prêcher de Saint-Sébastien.

Nous allons voir maintenant, en étudiant le retable proprement dit (statues en ronde-bosse et bas-reliefs) que d'autres rapprochements confirment cette attribution.

Ces déterminations basés sur des preuves ne peuvent s'étendre sans précaution au retable nord, mais le programme iconographique associant la Vierge à l'Enfant et Joseph est relié au thème de la Parenté de la Vierge du retable sud.

De même, le retable axial ne peut être englobé dans l'analyse précédente, ne serait-ce que parce qu'il comporte des armoiries différentes, celles de la famille du Chastel, ce qui le date après 1726.

.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

II. DESCRIPTION.

.

Le retable est organisé horizontalement en deux registres. Verticalement, il est centré par l'autel, surmonté par le tabernacle et éclairé par la baie à trois lancettes. Ce premier volume est encadré par deux ensembles de niches peu profondes  limitées par des colonnes torves aux pampres picorés et de colonnes cannelées ornées de têtes d'angelots et de guirlandes. Ces niches sont  en avancée progressive du centre vers les cotés.

Les encadrements se chargent de grasses chutes de fleurs, ce guirlandes ou de cartouches à volutes portant le nom des saints personnages.

— Le registre supérieur fait ainsi se succéder les statues de sainte Anne et de son époux Joachim, le vitrail, puis les statues de saint Jean et celle de saint Zacharie. Cette succession composerait donc une Sainte Parenté avec les parents de la Vierge à gauche et la famille de sa cousine Elisabeth (dont Zacharie est le mari ). Mais hélas, cette construction s'effondre lorsqu'on constate que ce n'est pas  Jean le Baptiste (fils d'Elisabeth et de Zacharie et cousin de Jésus), mais Jean l'évangéliste qui est représenté. Est-ce sciemment, ou bien est-ce une incompréhension et une erreur de transmission entre Yves Coquet, dont on ne peut soupçonner les compétences théologiques, et son fabricien (qui serait vite pardonné de faire cette confusion), ou entre le dit fabricien et l'équipe des artisans (dont on ignore leur degré d'autonomie dans la création des figures) ?

.

Sous les colonnades, les stylobates s'animent de six petits bas-reliefs sur fond bleu présentant six personnages non nommés , dont les quatre évangélistes et les titulaires des statues.

— Le registre inférieur associe à des compositions florales quatre bas-reliefs figuratifs : deux scènes de l'enfance du Christ sur les cotés (Nativité et Présentation au Temple) et autour du tabernacle deux Apparitions du Christ après sa Résurrection (à Marie-Madeleine et aux Pèlerins d'Emmaüs).

.

 

 

 

 

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

 

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

LES STATUES ET LEURS BAS-RELIEFS : SAINTE ANNE, SAINT JOACHIM, SAINT JEAN ET SAINT ZACHARIE.

.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

 

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

 

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

La chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal : la chaire à prêcher et le retable sud.

.

Sainte Anne .

.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

Saint Zacharie.

.

L'époux de sainte Anne est représenté ici avec une houlette de berger, pour rappeler qu'il se retira dans les montagnes pour y garder ses troupeaux, avant d'être convoqué par un ange pour la fameuse Rencontre de la Porte Dorée.

Cette houlette en forme de cuillère est toujours surprenante pour qui n'est pas familier avec les images médiévales de bergers, mais elle était pourtant alors très commune. Ce bâton se terminait par une crosse, pour crocheter les pattes des moutons.

.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

Saint Jean l'évangéliste.

J'ai dit combien cette présence de saint Jean l'évangéliste est surprenante, là où on s'attend à trouver Jean le Baptiste à coté de son père Zacharie. Mais l'identification n'est pas discutable, puisque le saint, imberbe, et cheveux longs, rédige de son calame le Livre dont il reçoit du ciel l'inspiration divine. 

D'autant que son attribut, l'aigle, tient dans son bec l'encrier et le plumier.

Et que le personnage se retrouve à l'identique sur le bas-relief.

.

.

 

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

 

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

 

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

 

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

Saint Zacharie thuriféraire.

Si Zacharie est coiffé d'un turban (= oriental donc Juif), porte une barbe bifide ( = Juif), est vêtu d'un camail sur une robe à pompon (= prêtre Juif) et tient l'encensoir, c'est qu'il appartient à la classe sacerdotale. Mais aussi car selon Luc 1:8-9, "pendant qu'il s'acquittait de ses fonctions devant Dieu, selon le tour de sa classe, il fut appelé par le sort, d'après la règle du sacerdoce, à entrer dans le temple du Seigneur pour offrir le parfum. Toute la multitude était dehors, à l'heure du parfum". Le texte latin de la Vulgate emploie le terme d'encens :  sorte exiit in incensum poneret ... populi erat orans foris hora incensi.

C'est alors que l'ange du Seigneur lui apparu, se tenant à droite de l'autel des parfums, a dextris altaris incensi.

Le terme du texte original grec utilise le mot thumiama, "substance aromatique en brûlant, encens" (verbe thumaio, "brûler de l'encens".

Donc, cette sculpture témoigne d'une connaissance approfondie du texte évangélique.

Bien-sûr, Zacharie est surtout connu pour son Cantique, le Benedictus.

.

 

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

Zacharie, bas-relief.

.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

Évangéliste (ou Zacharie) écrivant (ou composant le Benedictus) sous la dictée de l'ange.

.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

 

.

.

LES BAS-RELIEFS DU REGISTRE INFÉRIEUR.

.

.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

1°) Adoration des bergers.

Guy Leclerc parle d'une Nativité, dont il voit l'origine dans une gravure d'après une Bible de Jean Le Clerc éditée à la fin du XVIe siècle (peut-être celle dont les gravures sont de Guillaume Le Bé). Mais il s'agit bien d'une Adoration de bergers, dont deux tiennent leur houlette et un joue de la cornemuse en compagnie d'un angelot joueur de viole à archet. Au ciel, deux anges les accompagnent de leurs chants.

On remarque le bœuf et l'âne, et Joseph abritant la flamme d'une chandelle dans ses paumes.

Bien entendu, la présence de la cornemuse n'a pas échappé à Jean-Luc Matte ; il précise que le berger n'en joue pas, qu'il tient l'outre dans la main gauche tandis que la main droite empoigne le court hautbois ; que le porte-vent est tourné, tandis que les deux bourdons évasés en pavillon sont parallèles, verticaux et d'égale longueur .  Belle leçon d'analyse des détails d'une image.

http://jeanluc.matte.free.fr/fichsz/stsegal.htm

.

 

 

.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

 

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

2°) Présentation de Jésus  au Temple.

.

Guy Leclerc a fait remarquer que ce bas-relief était réalisé à partir d'une estampe intitulée La Présentation au Temple que le graveur hollandais Cornelis Cort , né en Hollande à Hoorn en 1533, avait faite en 1568 d'une peinture de l'italien Federico Zuccaro. Pour Guy Leclerc, la simple présence d'un couteau sur la table ajoute ici le thème de la Circoncision. ""La Circoncision " se reconnaît au "mohel" qui, assisté d'acolytes officie derrière la table où, entre les cierges, se devine le couteau rituel tandis que Jésus, apeuré, se rejette en arrière, comme dans le tableau de Mantégna".

Mais l'offrande des tourterelles caractérise la Présentation au Temple. De même pour  la présence de la Vierge au premier plan et de la prophétesse Anne agenouillée de Luc 22:40.  D'autre part, la Circoncision était chez les Juifs une fête familiale et un acte pratiqué à la maison par un membre de la famille, bien que son iconographie chrétienne en soit différente.

.

La gravure est visible sur Wikipedia :

https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Cornelis_Cort?uselang=fr#/media/File:The_presentation_of_Jesus_to_the_high_priest_at_the_Temple._Wellcome_V0034646.jpg

Dans le retable du Rosaire réalisé par Jean Cévaer pour l'église de Pleyben en 1596 sous la direction du recteur Yves Coquet, le médaillon de la Présentation au Temple reproduit la même gravure de Cornélius Cort. 

 

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

Les bas-reliefs encadrant le tabernacle: Apparitions du Christ.

Les deux scènes sont représentés aussi sur le retable sud de Sainte-Marie-du-Ménez-Hom, dans des tableaux rectangulaires similaires mais dans une dessin différent.

.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

1°) Apparition du Christ en jardinier à Marie-Madeleine ou Noli me tangere.

.

 

 

 

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

2°) Apparition du Christ aux Pèlerins d'Emmaüs.

.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Retable sud de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Restauration.

 

 

La charpente et son lambris ont été restaurés en 1997 (Georges Le Ber à Sizun).

En 2013-2017, les trois retables, classés en 1914,  ont été restaurés par les entreprises A.R.T (Stéphane Saint-André ) pour la maçonnerie, Le Ber  (Erwan Le Ber) pour la menuiserie d'art et sculpture, et Coréum Polychrome pour la peinture et dorure ( Vincent Chérel )  sous la direction de madame Marie-Suzanne de  Ponthaud, architecte en chef des Monuments historiques, secondée par Françoise Godet-Boulestreau et de la DRAC (Christine Jablonski) , la commune étant représentée par le maire, André Le Gall, et  son adjointe au patrimoine et à la culture, Virginie Foutel. 

Le diagnostic préalable réalisé par Yves Gilbert (Ateliers de la Chapelle) avait révélé  que parties des sculptures n’étaient tenues que par un usage de colle ou papier mâché placés au XIXème siècle ,

Dans la même campagne 2013-2017, les peintures murales de 1818 ont été restituées et protégées par Géraldine Fray (56).

 



 


 

SOURCES ET LIENS.

— CASTEL (Yves-Pascal), LECLERC, (Guy), s.d,  La chapelle Saint-Sébastien, son calvaire, ses retables, ed. Commune de Saint-Ségal.

 


— COUFFON, René, LE BARS, Alfred. Diocèse de Quimper et de Léon. Nouveau répertoire des églises et chapelles. Quimper : Association Diocésaine, 1988. p. 418-419

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/0ffd39bdf24d89d00ff35b034d2685b0.pdf

 

— INVENTAIRE GENERAL Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel), enquête 2009.

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/chapelle-saint-sebastien-saint-sebastien-saint-segal/3161081b-4d98-4287-a98a-4abeed58a9dc

 

 

— MADEC (Yves), 1915, Saint-Sébastien en Saint-Ségal

https://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/fc72b7a373375935ed358e8dbd9c8cd4.pdf

 

— Congrès archéologique de France 1957 -vol 115 page 182

— LECLERC (Guy), 1998, Monuments et objets d’art du Finistère. Études, découvertes, restaurations (années 1998) Bull. SAF page 114

 

— PÉRENNÈS (Henri), Notice sur Pleyben, Bulletin Diocésain d'Histoire et Archéologie de Quimper (BDHA), 1927.

https://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/8c56d47066d5bc94bb64f58549386360.pdf

.

Partager cet article

Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Saint-Ségal

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche