Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 janvier 2020 7 05 /01 /janvier /2020 14:04

.

Deux cathèdres anciennes (XVIe ?) aux appuis-mains sculptés (acrobate, cavaliers) abandonnées aux vrillettes en l'église Notre-Dame de Roscudon à Pont-Croix (29).

.

Sur les stalles des cathédrales et collégiales, voir dans ce blog :

 

 

.

Lire sur Notre-Dame de Roscudon :

 

 

.

PRÉSENTATION.

Je me suis rendu à Pont-Croix pour photographier les sablières du chevet. Là, j'ai trouvé stocké du mobilier déclassé sans doute après Vatican II, en bois teinté sombre, et qui passaient ainsi une triste fin de vie dans la semi-obscurité. On ne peut pas tout garder !

Il y avait là trois stalles d'intérêt médiocre, un  beau confessionnal en bois blond,  mais aussi,  l'une au nord et l'autre au sud comme pour les punir en les séparant, deux cathèdres jumelles. Leur croix pattée, leur superstructure néogothique, leur couleur noire et leur allure massive chassaient déjà mon regard vers d'autre cible, lorsqu'un des appui-mains me fit comme un clin d'œil. 

C'était un de ces rébus, l'une de ces charades en image, une olla-podrida animalo-humaine qu'affectionnaient les huchiers et dont les stalles des cathédrales  offrent de multiples exemples, tout en n'en n'offrant jamais la réponse, comme on la trouve, à l'envers et en petit caractère, dans les jeux de nos magazines. Des esprits fins y ont pourtant discerné des proverbes désuets, des fables et fabliaux (l'inévitable Renart), des allégories, des caricatures (des chanoines qui s'y asseyaient), des chimères, des scènes érotiques la plupart du temps amputées de leur sel, tandis que des musiciens, de rares anges ou des feuillages permettaient aux esprits moins vifs de s'y retrouver un peu.

J'était, du coup, fort intrigué de trouver au rebut ce qui est, ailleurs, mis en valeur et dûment restauré. Peut-être s'agissait-il d'une méprisable copie faite au XIXe siècle ?

Les vrillettes avaient déjà fait bonne chère, et des planches ruinées, des morceaux décatis et des amas pulvérulents témoignaient d'une certitude : en l'absence d'expert en patrimoine, des experts en gastronomie s'apprêtaient à faire de ces chefs-d'œuvre leurs hors-d'œuvre.

Chaque meuble se composait d'un siège à dossier élevé et à assise mobile, basculante et dotée d'une miséricorde. Ce siège fermé latéralement par deux accotoirs en demi-cercle, et c'étaient eux qui s'encanaillaient d'un appui-main sculpté énigmatique. Il était solidaire d'un prie-dieu, lui-aussi fermé par un volet dont la partie haute formait un quart de cercle. Et dans la convexité de ce dernier, une nouvelle sculpture venait rompre, par des croupes brillantes, des volumes doux et soyeux, l'austérité tout en rectitude du siège (si on oublie quelques moulures et une rangée d'ove). 

Il s'agissait de deux  stalles, ou, du moins, puisqu'ils n'appartenaient pas à une rangée et qu'ils formaient au contraire un meuble indépendant, de "sièges de célébrants" ou  cathèdres.

C'était le moment de se souvenir que l'église Notre-Dame de Roscudon avait été érigée en collégiale par les seigneurs bannerets de Tyvarlen, et accueillait donc des chanoines chargés d'y chanter les offices.  Les deux sièges étaient sans doute réservés au clergé local, ou à des dignitaires.

 

Aussi gourmand qu'un coléoptère (Anobium punctatum, l'"Horloge de la mort") devant un buffet Louis XIII, je dévorais des yeux et de mon objectif les quatre figurines de chaque stalle. 

En fin de visite, je découvrais une feuille de papier "ronéotypée" qui décrivait ces cathèdres. Voir en Annexe.

Puis, rentré chez moi, je trouvais sur POP.CULTURE la mention, hélas sans photo, de "deux sièges de célébrants" en bois ciré du XVIe siècle, de 2,20 m de haut, 90 cm de large et 1,25 m de profondeur, inscrits MH à titre d'objet en 2014. Certainement ceux qui m'intéressent, mais pourquoi tant de négligence ?

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/palissy/PM29005346

Par ailleurs, le Dictionnaire des artisans parlait d'un menuisier du nom de Pochic, qui avait réalisé en 1725-1727 des stalles à Pont-Croix (Bourde de la Rogerie 1998 et Castel 1987). Mais la date montre que cela ne concerne pas nos cathèdres.

.

I. Le siège de célébrant placé au nord.

.

 

 

 

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

1. L'acrobate en renversement postérieur. Appui-main du siège, coté droit pour l'occupant du siège.

.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

2. Homme à califourchon sur un animal. (Samson et le lion???). Appui-main du prie-dieu,  coté droit pour l'occupant du siège.

Un homme vêtu d'une tunique aux manches à replis au dessus d'une culotte plissée tend les deux bras vers l'encolure de sa monture, et écarte de ses deux mains la mâchoire. La tête de l'homme est peu distincte (ou bûchée). Les pattes de l'animal — qui n'a pas de queue — sont griffues. 

.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

3. Homme assis, penché en avant, tenant un récipient. Appui-main de l'assise, coté gauche pour l'occupant du siège.

Cet homme nu (ou sans détail vestimentaire) est assis sur une petite chaise. Il se penche en avant, bras tendus vers un objet qui est peut-être un livre ouvert, avec sa couverte. Son menton est enfoui dans le crâne d'une être ou animal à la gueule ouverte, montrant les dents.

.

.

 

 

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

2. Homme en renversement postérieur. Appui-main du prie-dieu,  coté gauche pour l'occupant du siège.

.

L'homme est chaussé de larges pantoufles ; on peut penser qu'il est coiffé d'un bonnet de fou.

.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

 

.

II. Siège de célébrant, placé au sud.

.

 

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

1. Appui-main du siège, coté droit pour l'occupant. Créature à deux têtes.

Une tête humaine est placée sur le dos d'un animal, dont la queue la couvre. La tête de l'animal est peut-être celle d'un chien tenant en gueule des pains, ou celle d'un canard, etc..

.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

2.  Appui-main du siège, coté gauche. Animal montrant les dents.

Il aurait la silhouette d'un chameau, car son dos est fortement convexe. Sa queue passe entre les pattes et étale son fouet sur le dos (comme les lions des crossettes), tandis qu'une bande le recouvre comme un phylactère.

.

 

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

3. Appui-main du prie-dieu, à gauche pour l'occupant. Un autre animal.

.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

3. Appui-main du prie-dieu, à droite pour l'occupant. Feuillage ?

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

Siège de célébrant de l'église de Pont-Croix. Photographie lavieb-aile 2020.

.

.

ANNEXE. Texte trouvé dans une vieille église de Pont-Croix...

.

 

 

 

 

 

 

Église collégiale Notre-Dame de Roscudon.

"Trois petites villes du diocèse de Quimper : Rostrenen (qui faisait partie du diocèse de Quimper avant la Révolution), Carhaix et Pont-Croix possédaient chacune un chapitre collégiale.

LES STALLES DU CHOEUR

Des sièges en bois à dossier élevé garnissaient les deux cotés du chœur de la collégiale. Ces stalles étaient réservés aux chanoines. Sur les cartes postales anciennes, on en compte 18.

Dans sa monographie de Pont-Croix (1901), Auguste Tephany, chanoine honoraire, curé-doyen de Pont-Croix dénombre 19 stalles en comptant « celles du clergé paroissial ».

En 2013, dans la collégiale Notre-Dame de Roscudon, il n' en reste que six (deux groupes de trois) et deux cathèdres situées dans l'abside (celles du clergé paroissial?).

Les stalles ont été placées entre les piliers du chœur au début du XIXe, voir une délibération du conseil de fabrique  dans le registre paroissial (A. Tephany).

Les deux cathèdres sont beaucoup plus anciennes. Elles ont été "consolidées" et rehaussées d'un triangle de style gothique plus tardivement.

Les quatre sculptures étranges et remarquables qui ornent chacune des cathèdres attestent de leur ancienneté.

Il est probable qu'avant le XIXe siècle, toutes les stalles étaient de la même facture que les deux cathèdres.

Après le concile Vatican II convoqué par le pape Jean XXIII, la collégiale a été allégée du mobilier jugé encombrant et les stalles ont été descellées d'entre les piliers. Les vers sont actifs... , les réparations maladroites ne cachent palus le triste état du bois. Les éléments de l'une d'entre elles sont en train de se disloquer. Ces deux cathèdres mériteraient une restauration judicieuse, car elles sont actuellement en grand danger.

Le travail remarquable des artisans menuisiers, sculpteurs et artistes du Moyen-Âge, auteurs de ces chefs-d'œuvres mériteraient d'être respecté, restauré et mis en valeur.

Les deux cathèdres mériteraient d'être classées monuments historiques."

.

ANNEXE II : citation d'Auguste Tephany 1901.

"Les stalles du chœur sont au nombre de dix-neuf, y comprises celles du clergé paroissial. Elles ont été placées, au commencement du XIXème siècle ; on trouve à cet égard une délibération du conseil de fabrique dans le registre paroissial. Elles sont d'une très grande simplicité. On pourrait trouver peut-être qu'elles encombrent un peu le chœur de l'église, et empêchent la double rangée de colonnes de se montrer dans toute leur beauté ; mais leur placement là était nécessaire, car elles servent aux membres du conseil de fabrique et aux prêtres qui viennent aux offices et aux pardons de la paroisse. Quelques-unes d'entre elles sont louées à certains particuliers qui y trouvent, le dimanche, plus facilement leur place. A vrai dire, elles donnent un aspect de cathédrale à l'église, et il ne manque dans l'ancienne collégiale de Notre-Dame de Roscudon que des chanoines, avec leur costume de chœur, pour y réciter, comme autrefois, l'office divin."

http://www.infobretagne.com/pont-croix-eglise-notre-dame-roscudon.htm

 

Des cathèdres médiévales abandonnées aux vrillettes en l'église Notre-Dame de Roscudon à Pont-Croix.

.

.

SOURCES ET LIENS.

.

— ABGRALL (Jean-Marie) 1894, L'église de Pont-Croix (B.S.A.F. 1894) pages 213-236

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207627h/f291.image

— TEFANY (Auguste), 1901, : Notice sur Pont-Croix (Quimper, 1901). 

—  L'église de Pont-Croix Notre-Dame de Roscudon visitée en dix minutes

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/bc0540526e9f4a26544d92d18f560ddb.pdf

— COUFFON (René), LE BARS (Alfred), 1988  Notice extraite de : Diocèse de Quimper et Léon, nouveau répertoire des églises et chapelles, par René Couffon, Alfred Le Bars, Quimper, Association diocésaine, 1988.

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/items/show/996

 

.

Bibliographie de Couffon: 

 

 

- E. Lefèvre-Pontalis et L. Lécureux : Les influences poitevines en Bretagne dans l'église de Pont-Croix (S.F.A. B.M. 1909)

- R. Couffon : Notre-Dame de Roscudon et l'atelier de Pont-Croix (Mém. Soc. Hist. Arch. Bret., 1951) ; Pont-Croix, Notre-Dame de Roscudon (S.F.A. C.A. 1957)

- R. Grand : L'art roman en Bretagne (1958)

- Ass. Bret. : Congrès de Douarnenez, 1965

- G. Savina : Notre-Dame de Roscudon, Pont-Croix (Châteaulin, 1972)

- M.-M. Tugorès : Eglise Notre-Dame de Roscudon, le retable de saint Joseph (B.S.A.F. 1978).

- R. Barrié : Eglise Notre-Dame de Roscudon, les vitraux de J.-J. Gruber (B.S.A.F. 1978) - R. Gargadennec : Contribution à la datation de l'église de Pont-Croix (B.S.A.F. 1979) ; Le sculpteur Paul de la Haye (B.S.A.F. 1982)

- L.-M. Tillet : Bretagne romane (Coll. Zodiaque, 1982)

- J. Chardronnet : Pont-Croix (Rennes, 1983).

- R. Gargadennec : Eglise Notre-Dame de Roscudon. Panneaux peints du maître autel (B.S.A.F. 1982, p.324-325).

.

Partager cet article

Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Stalles

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche