Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 octobre 2019 7 06 /10 /octobre /2019 21:18

.

Les 32 stalles (vers 1522-1529 ) de l'ancienne abbaye de la Trinité de Vendôme. II. Les anges musiciens des parties supérieures.

.

 

.

 

 

 

Voir aussi sur cette église :


Voir dans ce blog d'autres stalles :

 

.

Sur les anges musiciens, voir :

 

 

 

 

.

Au dessus des 32  des 88 stalles de l'ancienne abbaye,  qui furent réinstallées dans le chœur après leur dépose à la Révolution et leur dispersion (comme  à Villiers-sur-Loir et à Lunay) les restaurateurs du XIXe siècle ont créé des dais, et on y trouve en deux rangées d'abord comme pendentif puis en statue posée des anges musiciens et des anges portant les Instruments de la Passion. Certains des anges musiciens, après avoir passionné  Claude Bayle en 1967 qui les a dessiné,  sont étudiés sur le site Musicastallis : j'en reprendrai les commentaires.

.

 

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

.

.

1. Ange portant la tunique sans couture du Christ.

.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

.

.

2. Ange jouant de l'orgue portatif.

.

"L'orgue portatif à 4 rangées de tuyaux reste problématique à cause du poids et de la rareté de telles représentations au Moyen Age (à l'exception de manuscrits comme "Tacuinum sanitas in medicina" BnF, XIVe siècle)."

http://www.plm.paris-sorbonne.fr/musicastallis/fiche.php?id=257

Le manuscrit du Tacuinum doit être le BnF NAL 1673, et l'enluminure doit être celle du folio 86r:

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b105380445/f203.image

.

Tacuinum sanitatis BnF NAL 1673 f.86r (détail). Copyright BnF Gallica.

.

 

Un autre ange joue d'un orgue identique du coté nord. La principale différence est qu'on y voit une sorte de tablier pectoral (cf. infra) : est-ce un baudrier ?

"l'orgue portatif est fréquemment représenté dans l'iconographie médiévale. Sa petite taille et son faible poids facilitent son usage : le bras gauche soutient l'instrument et active la réserve d'air, pendant que la main droite joue sur le clavier. Le musicien le pose sur le genou ou, s'il désire le jouer debout, le maintient par un baudrier. Le contact direct avec le soufflet lui permet d’influer directement sur la puissance et l'enveloppe du son : L’instrument offre ainsi des possibilités expressives comparables à celles de l'accordéon ou du bandonéon. Conçu comme un instrument d'expérimentation, il trouve vite sa place comme instrument de procession, mais également dans des usages profanes, y compris de fêtes."

L'orgue positif : L'instrument ne semble guère différent de l'orgue portatif. Du fait du plus grand nombre de tuyaux et donc du poids accru de l'instrument, il a fallu poser l'instrument. Le jeu à deux mains est permis par la présence d'un "souffleur".  http://decouvrir.la.musique.free.fr/orgue.html

.

.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

.

.

3. Ange jouant de l'ascaule.

La détermination du nom de l'instrument est donné par C. bayle et repris dans Musicastallis. Pourtant, ce nom correspond à un ancêtre de la cornemuse de la Grèce antique. C'est certainement l'instrument le plus intriguant ici.

.

 

 

Ascaule :

Tuyau de flûte à bec dans une outre.

http://www.plm.paris-sorbonne.fr/musicastallis/fiche.php?id=256

.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

.

.

5. Ange tenant le voile de la Sainte Face.

.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

.

.

6. Ange jouant d'un instrument à embouchure, perdu.

.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

.

.

7. Ange au phylactère.

.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

.

8. Ange jouant  du luth.

Les cordes sont pincées, sans plectre.

.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

.

.

9. Ange tenant un voile plié.

.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

.

.

10. Ange jouant de la flûte à bec.

.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

.

.

11. Ange bras écartés, aux mains coupées.

.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

.

.

13. Deuxième ange jouant de l'orgue portatif.

.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

.

.

14. Ange jouant de la harpe.

.

"Harpe avec une grande volute".

http://www.plm.paris-sorbonne.fr/musicastallis/fiche.php?id=251

 

.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

.

.

15. Ange tenant la colonne de flagellation, ou jouant de la trompe marine.

.

"Seul le geste pourrait faire penser à un instrument de musique. Trompette marine ? en forme de colonnette, corde invisible." http://www.plm.paris-sorbonne.fr/musicastallis/fiche.php?id=255

 

.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

.

.

Vues générales.

Du coté sud.

.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

.

 

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

.

.

Du coté nord.

.

 

Les 32 stalles (vers 1522-1529 ) de l'ancienne abbaye de la Trinité de Vendôme. II.
Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme. Photographie lavieb-aile août 2019.

.

Les images manquantes.

Ange jouant de la chalemie.

Ange jouant de la vieille à roue.

Ange luthiste

Ange jouant de la guitare.

et selon C. bayle :

Ange jouant de la flûte traversière

Ange jouant du tambourin.

.

.

LES DESSINS DE CLAUDE BAYLE.

.

Claude Bayle 1967, Copyright BnF Gallica

Claude Bayle 1967, Copyright BnF Gallica

Claude Bayle 1967, Copyright BnF Gallica

Claude Bayle 1967, Copyright BnF Gallica

Claude Bayle 1967, Copyright BnF Gallica

Claude Bayle 1967, Copyright BnF Gallica

Claude Bayle 1967, Copyright BnF Gallica

Claude Bayle 1967, Copyright BnF Gallica

Claude Bayle 1967, Copyright BnF Gallica

Claude Bayle 1967, Copyright BnF Gallica

.

Un Graduel  à l’usage de l’abbaye de la Trinité de Vendôme, de la fin du XVe siècle,  Ms 267 montre, dans la marge du  folio 188 v. , quatre anges musiciens jouant du rebec ou de la vièle avec un archet, de la harpe, de la busine ou de la trompette et du luth.

http://www2.vendome.eu/docs/art16112590843.pdf

.

Graduel ms 267 f. 188v

Graduel ms 267 f. 188v

Graduel ms 267 f. 188v

Graduel ms 267 f. 188v

Graduel ms 267 f. 188v

Graduel ms 267 f. 188v

Graduel ms 267 f. 188v

Graduel ms 267 f. 188v

.

.

.

L'ANALYSE DE CLAUDE BAYLE.

.

 




"Une série de montants nervures, interprétation en bois des contreforts en pierre de la façade, avec leurs ornements, se dressent entre chaque siège et rythment l'ensemble de belles verticales comme les piliers d'une nef gothique.

Sur un fond soit plein, soit ajouré, vide à la partie inférieure, se détache à la moitié supérieure un très fin et très riche décor fait d'arcatures flamboyantes, de feuillages dentelés et compliqués, le tout surmonté d'un fleuron en forme de croix rappelant d'assez près les sculptures en pierre du portail. C'est une restauration.

Ces motifs varient d'un panneau à l'autre. On trouve même un fleuron fait de chapeaux de pèlerins entourés de
coquilles Saint Jacques, et un autre avec deux têtes couronnées d'épines. Les rampants des arcs en accolade, tendus entre les montants verticaux, sont couverts de crochets de feuillages de toutes sortes et à deux ou trois reprises de têtes de personnages grimaçants et amusants qui passent facilement inaperçus au milieu de cet abondant décor.

Une corniche aux nombreuses nervures termine le dorsal vers le haut par une série de lignes horizontales très
marquées, heureusement entrecoupées dans le prolongement des montants verticaux par l'alternance d'anges et de fleurons qui s'accordent agréablement avec les anges et les feuillages placés en cul-de-lampe ou en console à mi-hauteur.

Était-ce l'aspect de la « corniche formant dais » que signalait le manuscrit de 1791 ? Qu'il nous soit permis d'en
douter.
L'oeuvre sculptée, en revanche, est bien la partie la plus captivante et sûrement la plus authentique de tout cet
ensemble. Etant donnés le nombre et la variété des sujets,nous nous bornerons à quelques remarques sur les réalisations les plus caractéristiques.
Sur le dorsal, anges et fleurons forment un ensemble de 88 sujets alternant au-dessus et au-dessous de la corniche.

Les fleurons de feuillages ne semblent pas tous d'origine. Certains sont abîmés ; cependant ils nous proposent, sous une forme générale semblable, des motifs d'enroulements, d'entrelacs aérés et légers, souvent évidés à l'intérieur, à l'aspect compliqué mais toujours variés et harmonieux.

Les anges, comme les feuillages, ne sont pas tous authentiques, ni tous en bon état. La vue d'ensemble de ces sujets au nombre de 41 est des plus satisfaisante... mais à y regarder de plus près on s'aperçoit que les restaurateurs ont eu du mal à remédier à certaines absences lors de la remise en place des stalles.


Ainsi, l'un des anges jouant de l'orgue portatif n'est qu'un moulage ou une copie en plâtre. Un ange déroulant un phylactère devait occuper à l'origine la place d'une console en bas et non celle d'un fleuron en haut ; la présence d'une importante masse de bois derrière la tête et entre les ailes tendrait à le prouver. Nous avons fait la même constatation pour sept ou huit figurines surtout au-dessus de la corniche gauche. Ces sujets ne doivent donc pas être à leur place normale et certains sont sans doute des copies. En revanche ,d'autres anges n'ont rien entre leurs ailes et semblent donc correctement disposés.

Le même genre de remarque s'applique également aux fleurons de feuillages : ceux du haut devraient logiquement
s'épanouir ; or, ils sont identiques à ceux du bas dont ils peuvent prendre la place par simple renversement. Précisons que tous les sujets sur les corniches peuvent s'enlever et se déplacer très facilement ; il serait peut-être prudent de les fixer plus solidement.

Plusieurs sujets ont subi des dégradations diverses : trois anges ont perdu leurs bras, cinq autres leurs mains ou
l'objet qu'ils tenaient ; l'avancée des bras dans un sens perpendiculaire au fil du bois était un point faible et leur
a été fatale. Mais tous gardent un aimable visage ou esquissent un geste gracieux tel cet « ange au tambourin » qui n'a plus aujourd'hui son instrument mais qu'une ancienne Ces constatations nous font sentir à quel point les sculptures de nos stalles ont pu souffrir des déplacements, du vieillissement, de l'humidité et se détériorent un peu plus chaque année, mais que cela ne nous empêche pas d'admirer quelques beaux spécimens.

Le plus remarquable de tous est certainement cet « ange jouant de la flûte traversière » dont le sourire évoque celui
des statues archaïques ou de certains anges célèbres de la grande sculpture gothique. (PI. 3). Les formes sculptées,
draperies, visage, mains sont plus fouillées que chez les autres sujets, les ailes sont d'un dessin plus varié, la robe
porte de fins ornements, l'attitude générale est souple et décidée- Les mêmes remarques peuvent s'appliquer à « l'ange jouant de la viole ». Tous deux sont taillés dans un bois plus sombre, sûrement plus dur et plus vieux que celui des autres sujets. Ces remarques convergentes inclinent à croire en leur authenticité.

Un autre sujet attire l'oeil par sa grâce enfantine, son visage tout rond encadré de cheveux ondulés : c'est « l'ange
jouant de la vielle à roue ». Citons aussi la belle allure souriante et réservée des deux anges jouant de la harpe portative et de l'orgue portatif.

On peut se demander quelle idée directrice a conduit cette représentation des anges.

Dans la présentation actuelle, il est possible de distinguer trois groupes mélangés :

Dans le premier : les anges qui tiennent les objets de la passion : la robe de Jésus, la colonne de la flagellation,
l'image en relief de la sainte face ; un ange porte la lance, un autre tient le manche d'un instrument brisé difficilement identifiable (un fouet peut-être) ; enfin un dernier tient un tissu, peut-être un linceul.
Le deuxième groupe est constitué par les anges musiciens au nombre de 23 environ.
Les anges du troisième groupe chantent et déploient des phylactères.





CONSIDERATIONS DIVERSES

De cet examen, tirons quelques remarques générales
concernant l'intérêt documentaire, technique et enfin artistique présenté par cette oeuvre.

L'intérêt documentaire est marqué surtout par la représentation des costumes et des coutumes à la fin du XVe siècle ainsi que par les instruments de musique. On en compte 15 ou 16 instruments différents répartis parmi les anges musiciens sur les miséricordes et sur les jouées. Toute une gamme d'instruments à vent nous est offerte  : des flûtes à bec, une flûte traversière, un des plus anciens instruments connus avec le cornet que l'on retrouve sur une miséricorde. Le cornet ou cor de chasse se faisait entendre journellement au moyen-âge, dans la plaine et la forêt, à l'église et à la salle de concert ; on en jouait à la guerre, à la chasse comme le fait notre « héraut d'armes » ; au château, le cor sonnait l'heure des repas : cela s'appelait « corner l'eau » pour rappeler sans doute aux convives qu'il fallait procéder à certaines ablutions avant de se mettre à table. Dérivé de cet instrument on trouve la trompette : deux anges ayant perdu leurs instruments devaient en jouer étant donné l'attitude des bras et les-rondeurs de leurs joues. Ces trompettes étaient souvent très longues et embarrassantes On les couda en forme de S ; c'est un de ces exemplaires que nous offre le personnage d'une jouée . Leur forme n'avait aucune influence sur la nature du son qui devait être sinon très harmonieux, du moins très puissant à en juger par les joues de notre musicien.

Mentionnons encore un instrument curieux, l'ascaule  constitué par l'assemblage d'un tuyau en forme de flûte et d'une outre gonflable, un peu comme une cornemuse et enfin l'orgue portatif simple avec soufflet et clavier.

Les instruments à cordes sont aussi variés (PL 5 et 6) : deux harpes, une grande, tenue par le personnage d'une jouée et une  petite que l'on portait suspendue au cou par un baudrier, très employée par les jongleurs, troubadours ou ménestrels, mais aussi par les dames et les seigneurs ; enfin une viole peu éloignée par sa forme de notre violon et qui devait se terminer au lieu de la volute traditionnelle par une tête d'animal (disparue aujourd'hui). On note encore plusieurs cistres ou colachons, un luth à cinq cordes, une vielle à roue qui n'était pas encore un instrument à caractère régional et participait aux concerts.

Le rassemblement de tous ces instruments ne doit pas nous faire croire qu'il existait des orchestres. Si tous ces
anges musiciens se trouvent réunis ici, c'est dans un but symbolique : ils accompagnent les chants à la gloire de Dieu.
Ce thème du concert a d'ailleurs été repris très souvent dans la peinture et la sculpture. Citons à titre d'exemple célèbre et de la même période les anges musiciens peints par Hans Memling et, plus proches de nous, plus modestes aussi, les quatre anges musiciens du XVe siècle qui se trouvent dans les mouchettes d'un vitrail de l'église de Lunay, là, précisément, où ont séjourné nos stalles." (Claude Bayle 1967)



 


 


 

.

.

SOURCES ET LIENS.

BAYLE (Claude), 1968, - Les stalles de l'église de la Trinité de Vendôme par M. Claude Bayle ,Bulletin de la Société archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois, Société archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois. (Vendôme) pages 16-44.

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58186490/f18.item.r=stalles.texteImage

— BRUDIEUX (Roland), 1978, Les stalles de la Trinité à Vendôme, d'après 25 bois originaux, Garillon.. (non consulté)

CHASSANY (Chloé), 2010. Les stalles d’Entremont. Art et histoire de l’art. 2010. ffdumas-01146888f Mémoire de Master 2 Mention Histoire et Histoire de l’art Spécialité Histoire de l’art Année 2009-2010 Sous la direction de Mesdames Daniela Gallo et Laurence Rivière Ciavaldini

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01146888/document

— PLAT (Gabriel),1934, l'église de la Trinité de Vendôme, 

http://www.vendomois.fr/societeArcheologique/ressources/livres/triniteVendome.pdf

 

VENDÔME ET LA RENAISSANCE.

http://www2.vendome.eu/docs/art16112590843.pdf

Vendôme , abbaye de la Trinité et ses stalles de chœur. Description de 14 stalles.

 

http://cathedrale.gothique.free.fr/Abbaye_Trinite_Vendome_stalles.htm

 

 

.

SOURCES CONCERNANT LES STALLES : 

— MUSICASTALLIS

http://www.plm.paris-sorbonne.fr/musicastallis/

 

 — ALEXANDRE-BIDON (Danièle), 2001, « L’iconographie des stalles : partage et transmissions des modèles (enluminures, gravures...) », in K. Lemé-Hébuterne (dir.), Autour des stalles de Picardie et Normandie. Tradition iconographique au Moyen Âge, Amiens, Encrage, 2001, p. 149-166.

 

—  BILLIET (Frédéric) 2001, « Un mobilier pour le chant. La vie musicale dans les stalles d’Amiens », Autour des stalles de Picardie et de Normandie. Traditions iconographiques au Moyen Âge, (ed. K. LEME-HEBUTERNE), actes du 4e colloque international de Misericordia International, Amiens, septembre 1999, Amiens, Encrage, 2001, p. 29).

 

 

—  BILLIET (Frédéric)  Le miroir des miséricordes: XIIIe-XVIIe siècle : actes du colloque Université de Toulouse-Le Mirail. Images et sociétés, Université de Toulouse-Le Mirail. Section d'histoire de l'art Centre européen d'art et de civilisation médiévale, 1996 - 262 pages

 

.—  BLOCK (Elaine C.), 2003,Corpus of medieval misericords. France. XIII - XVI  century, Turnhout, Brepols, 2003,444 p. 

— E. C. Block: 'Proverbs on Choir Stalls in the Rhineland', ProfaneA. Mid. Ages, v/1 (1996), pp. 25–45

.—  BLOCK (Elaine C.), BILLIET (Frédéric)  Stalles de la cathédrale de Rouen (Les)

https://books.google.fr/books?id=7tThdObk0qwC&pg=PA78&lpg=PA78&dq=stalles+saint-pol-de-l%C3%A9on&source=bl&ots=tth0hiC8_3&sig=zZ9bwe1_Qj7cICq9VvvVWu8EHyY&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiMjJnC-IvYAhXDDcAKHcx-DRk4FBDoAQhEMAU#v=onepage&q=stalles%20saint-pol-de-l%C3%A9on&f=false

— BOURNOT-DIDIER (Nancy) , 2000, André Sulpice et les stalles du Rouergue Thèse de doctorat en Histoire de l'art soutenue à Toulouse 2

 

 

 

—  DURAND (Georges) : Monographie de l'église Notre Dame, cathédrale d'Amiens. Tome II . Yvert et Tellier, 1903.

http://www.stalles-dg.info/Acc/durdescrip.htm

— JOURDAIN (Edouard) et DUVAL (Charles) : Les stalles de la cathédrale d'Amiens. Extrait des Mémoires de la Société des Antiquaires de Picardie. Amiens, Duval et Herment 1843.

 — KRAUS (Dorothy et Henry), 1968, Le monde caché des miséricordes. Suivi du répertoire de 400 stalles d'églises de France. Paris, 263 p. Les éditions de l'amateur.

— MISERICORDIA INTERNATIONAL MEDIEVAL ICONOGRAPHY

http://misericordia-international.blogspot.fr/

 

— PELAD-OLIVIER (Monique), L'emplacement et l'organisation des stalles de la cathédrale de Rouen des origines à nos jours.

http://docplayer.fr/62033271-L-emplacement-et-l-organisation-des-stalles-de-la-cathedrale-de-rouen-des-origines-a-nos-jours.html

http://www.rouen-histoire.com/Cathedrale/Stalles/Index.htm

 

 

— LANGLOIS (E.-H.) 1827, Notice sur les bas-reliefs des stalles de la cathédrale de Rouen et sur le Lay d'Aristote, E.-H. Langlois, Rev. de la ST. Lib. d'Em. de la S.-I., 1827, p.12.
— LANGLOIS (E.-H.)  1838, Stalles de la cathédrale de Rouen, E.-H. Langlois, 1838.

— LEMÉ (K.) 1994,  Stalles de Haute-Normandie, K. Lemé, Etudes Normandes, 1994/3, p. 21.
—  LEMÉ (Khristiane), 1993, Images de la société à travers les stalles du nord-ouest de la France, XIVe http://www.theses.fr/1993PA040260

— LEMÉ (Kristiane) : Le costume au début du XVI°siècle à travers les stalles de la cathédrale d'Amiens. Bulletin de la Société des Antiquaires de Picardie. 4° trimestre 1996

— LEME-HEBUTERNE, Kristiane. Les Stalles de la cathédrale Notre-Dame d'Amiens. Mémoires de la Société des Antiquaires de Picardie. Paris : Picard, 2007, tome XXVI.

 

— PIAT (Florence), 2012, Les stalles de l’ancien duché de Bretagne, de la fin de la guerre de Succession jusqu’au concile de Trente, [thèse : Histoire de l’art], Rennes, Université de Rennes 2, 2012, 2 vol.2.

 

https://www.academia.edu/34924818/THESE_UNIVERSIT%C3%89_RENNES_2_-_Volume_2_-_Annexes

https://www.academia.edu/34924613/THESE_UNIVERSIT%C3%89_RENNES_2_Les_stalles_de_lancien_duch%C3%A9_de_Bretagne._De_la_fin_de_la_guerre_de_Succession_jusquau_concile_de_Trente

https://www.academia.edu/34924818/THESE_UNIVERSIT%C3%89_RENNES_2_-_Volume_2_-_Annexes

 

— TOURTIER, Guy (de), PRACHE, Georges. Les Stalles de la cathédrale d’Amiens, XVIème siècle. Lyon : Lescuyercz, 1970.

Kristiane Lemé-Hébuterne, Les stalles de la cathédrale Notre-Dame d’Amiens, Paris, Picard, 2007, 28 cm, 248 p., 213 fig. en n. et b. et en coul., carte, plans, dessin. – ISBN : 978-2-7084-0792-3

 

 — AMIENS. 1509 et 1522.

https://inventaire.hautsdefrance.fr/dossier/stalle-du-choeur-decor-en-bas-relief-d-une-jouee-la-vierge-des-litanies/08160568-5bd4-486b-8dce-04262e6e6f4e

https://inventaire.hautsdefrance.fr/recherche/globale?texte=Amiens+stalles

 

https://www.richesses-en-somme.com/cath%C3%A9drale-insolite-int%C3%A9rieur/stalles-de-la-cath%C3%A9drale/

 La visite virtuelle des stalles peut se faire sur le site  http://www.stalles-dg.info/Pag/accueil.htm

— BEAUVAIS : Inscription sur la 10ème stalle du côté gauche en haut sur une miséricorde : DE avec étoile et lune

https://inventaire.hautsdefrance.fr/dossier/ensemble-de-83-stalles/afd61497-aa6e-4021-b20b-5c2f92980865

— SOISSONS

https://inventaire.hautsdefrance.fr/dossier/serie-de-82-stalles/a873a336-a6d3-42a7-888e-e7f1a5ef3caa

 

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/cathedrale-saint-tugdual-stalle-01/8f9c774e-d69b-4e48-9974-d08ce13d859b

http://perso.numericable.fr/tessonmic/Les%20Stalles%20en%20Bretagne.pdf

 

 

Partager cet article

Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Stalles

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche