Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 janvier 2019 5 25 /01 /janvier /2019 18:10

La verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste ou baie 8 (Mausse Heurtault, 1535), offert par Jean et Michel de Genouville, en l'église Saint-Ouen de Pont-Audemer.

 

.

 

 

Voir :

.

Voir : Tous mes articles sur les vitraux.

.

 

 

.

PRÉSENTATION.

.

La reconstruction de l'église Saint-Ouen avait été décidée sous Louis XII en 1480, et commença par la façade occidentale. Puis les travaux se poursuivirent avec les sept travées de la nef, qui est raccordée en 1514 au chœur roman, tandis que les bas-cotés, avec leurs 12 chapelles latérales, sont édifiés sous François Ier jusqu'en 1535, et dotés progressivement de vitraux à partir de 1514 environ, et jusqu'en 1556 grâce aux dons des confréries (du Saint-Sacrement en baie 18 et 20), aux corporations (des boulangers en baie 13, des peintres  en baie 10), des familles de notables (baies 7, 8, 10, 12, 16, 17) ou du clergé (abbaye de Saint-Ouen de Rouen en baie 14, chapelain en baie 15). 


 

Les six chapelles du coté sud,  se succèdent ainsi d'ouest en est (vers le chœur) :

  • 1ère chapelle : baies 20 et 18  (vers 1515) : Miracles de l'Eucharistie (20), vie de saint Ouen (18) et procession de la confrérie du Saint-Sacrement (18 et 20), commanditaire.

  • 2ème chapelle : baie 16 (1516) Annonciation et Mise au tombeau offerte par le conseiller Guillaume Tesson et Jeanne Myre.

  • 3ème chapelle : baie 14 (vers 1515-1520) : saints Pierre et Paul offerte par l'abbaye de Saint-Ouen de Rouen.

  • 4ème chapelle :  baie 12  (1519) : saints Eustache, Jean, Nicolas et Mathurin offerte par 2 familles.

  • 5ème chapelle :  baie 10 (v. 1535) : Dormition de la Vierge offerte par une famille.

  • 6ème chapelle : baie 8 (1535) : Vie de saint Jean-Baptiste, peinte par Mausse Heurtault et offerte par Jean et Michel de Génouville, marchands.

La baie 8 éclaire donc la 6ème chapelle sud et date de 1535. Elle mesure 4,90 m de haut et 2,90 m de large et comporte 4 lancettes en plein cintre et un tympan à 11 ajours.  

 

"En 1535, un peintre verrier rouennais, Mausse Heurtault, s'engageait envers les « bourgeois  et marchands » Jean et Michel de Genouville à exécuter pour Saint-Ouen de Pont-Audemer, la copie « de aussi bonnes pièces, matières et pourtraicts » , d'un vitrail de Saint-Vincent de Rouen représentant la Vie de saint Jean-Baptiste. Le contrat commandait néanmoins, pour le tympan, « une Penthecouste où seront figurez Dieu, le Saint Esprit , Notre-Dame et les Apostres ». Le prix était fixé à 70 livres tournois.

Par un heureux hasard, l'original et la copie sont parvenus jusqu'à nous . Le vitrail de Saint-Vincent de Rouen est signé des initiales d'Engrand Le Prince, « chef de l'école » de Beauvais et porte les dates de 1525 et 1526. De ces quatre tableaux, deux sont répétés à Pont-Audemer sans variantes importantes : la Prédication et la Décollation de saint Jean-Baptiste. Pour le Baptême du Christ, Heurtault s'est écarté de son modèle pour s'inspirer d'une estampe de Lucas de Leyde. La quatrième panneau représente Salomé portant à sa mère le chef de Jean-Baptiste, tandis qu'à Rouen Salomé danse devant Hérode et Hérodiade. La différence est d'importance, mais j'ai montré qu'elle datait seulement de la restauration subie en 1869 par le chef-d'œuvre d'Engrand Le Prince." (Jean Lafond) 
 

.

 

a) Le peintre-verrier Mausse Heurtault.

Il faut peut-être lire "Maure Heurtault", attesté dans les Archives départementales (*) : "à Maure Heurtault, pour avoir refait les vitres de l'église, 115 sous", mais je trouve aussi le prénom "Mauffes", attesté à Pont-Audemer en 1495 (Mauffes de Mainonval). https://books.openedition.org/purh/5066?lang=fr

(*) Inventaire-sommaire des Archives départementales antérieures à 1790, Seine-Inférieure: Archives ecclésiastiques Série G, Volumes 5 à 6 1892 , évêché de Rouen page 275.

Ce peintre était intervenu en 1531 pour réparer les vitres du chœur de Saint-Vincent de Rouen  : c'est dire qu'il connaissait bien le modèle rouennais.

"Le choeur de S.-Vincent fut complètement achevé dans  le courant de l'année 1531. Le 26 juillet de cette année, 
Mgr de Verience, suffragant de l'archevêque Georges  d'Amboise, en fit la dédicace. La même année, Mausse Hertault, peintre verrier, répara toutes les verrières de l'église et la lanterne, et le  hucher Martin Guillebert fut chargé de la façon des bancs du choeur."  Bull. Comm. Antic. Seine-inf. 1888 p. 126  https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5720994d/f20.item.texteImage

"A Mausse Hertault, verrier, pour la refachon de toutes les verrières, 10 livres 5 sous". (Arch. dép. série G vol. 5-6 p. 157)

.

b) le modèle : la Vie de saint Jean-Baptiste de l'église Saint-Vincent de Rouen, réalisé en 1525-1526 par Engrand Le Prince.

Cette verrière porte les dates de 1525-1526 inscrites dans le décor de la danse de Salomé , et les initiales LP de l'atelier des Le Prince à Beauvais. Elle a été remontée,  après la destruction de Saint-Vincent lors des bombardements de 1944, dans l'église Sainte-Jeanne d'Arc, dans la baie 5, l'une des verrières basses du chœur .

.

c) les donateurs, Michel et Jean de Genouville.

Fils de Jacques de Genouville, ils appartiennent à une famille de marchands-drapiers de Pont-Audemer et ont occupé les postes de conseillers de la ville. En 1529  Jehan de Genouville l'aîné avait été élu "procureur" (maire)  de la ville.

Cf. Annexe.

.

d) le programme iconographique :

 

- Registre inférieur :

La Décollation de saint Jean-Baptiste.

Salomé présentant la tête du saint à Hérode et Hérodiade.

- Registre supérieur :

Prêche de saint Jean-Baptiste au désert.

Baptême du Christ.

- Tympan.

La Pentecôte.

.

Le thème de la vie de saint Jean-Baptiste a été traité au début du  XVIe siècle, notamment  par un atelier rouennais qui lui doit son nom de convention : le "Maître de la vie de saint Jean-Baptiste" . En voici quelques exemples :

— Paris , verrières nord de Saint-Merry,  (vers 1500). Maître de la vie de saint Jean-Baptiste

— Bourg-Achard (Eure), baie 2 vers 1500. Maître de la vie de saint Jean-Baptiste

http://www.lavieb-aile.com/2018/10/le-vitrail-de-la-vie-de-saint-jean-baptiste-vers-1500-1510-en-l-eglise-saint-lo-de-bourg-achard.html

— Rouen, église Saint-Romain, baie 112 (vers 1500). Maître de la vie de saint Jean-Baptiste

— Rouen, église Saint-Vincent, Engrand Le Prince.

— Louviers, baie 26 (vers 1500-1510), offert par les tanneurs de Louviers. 

http://www.lavieb-aile.com/2018/11/la-verriere-du-bapteme-du-christ-et-de-la-procession-des-drapiers-de-l-eglise-de-louviers.html

— Conches, baie 20 (vers 1500-1510). 

http://www.lavieb-aile.com/2018/10/les-vitraux-de-conches-la-vie-de-saint-jean-baptiste-ou-baie-20.html

— Beauvais, église Saint-Etienne (vers 1550), anonyme

http://www.lavieb-aile.com/2016/04/les-vitraux-anciens-de-l-eglise-saint-etienne-de-beauvais-iv.html

 

.

Verrière de la vie de saint Jean-Baptiste (Mausse Heurtault, 1535) ou baie 8, église Saint-Ouen de Pont-Audemer. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

Verrière de la vie de saint Jean-Baptiste (Mausse Heurtault, 1535) ou baie 8, église Saint-Ouen de Pont-Audemer. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

LE REGISTRE INFÉRIEUR.

.

 

Verrière de la vie de saint Jean-Baptiste (Mausse Heurtault, 1535) ou baie 8, église Saint-Ouen de Pont-Audemer. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

Verrière de la vie de saint Jean-Baptiste (Mausse Heurtault, 1535) ou baie 8, église Saint-Ouen de Pont-Audemer. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

1°) Lancettes A et B : Décollation de saint Jean-Baptiste.

.

Inscription : MICHEL DE --AUVILLE [ou GENOUVILLE]  / JEHAN.

.

Le panneau inférieur gauche avait disparu avant 1853, il a été restitué après 1888. Le reste est bien conservé.

Le bourreau, en cuirasse et culotte courte, jambes nues et pièces d'armures sur les jambes et les bras, se tient au dessus du buste décollé du saint. Un couple assiste à la scène des fenêtres d'étage de la prison.

Son voisin, un soldat aux chausses bicolore, brandit la tête de Jean-Baptiste et la présente à Salomé.

Celle-ci, en robe rouge fourrée, tend le plat pour la recevoir. Un chien blanc la regarde, tandis que ses servantes la suivent.

Derrière elle, deux nobles échangent un regard.

Le paysage en grisaille sur verre bleu est caractéristique de l'atelier de Beauvais, et on y retrouve la tour aux superpositions de tambours à piliers dégressifs. À droite, les balustrades rectangulaires à balustres accueillent des spectatrices.

Verre rouge gravé : crevés de la manche de Salomé.

.

 

Verrière de la vie de saint Jean-Baptiste (Mausse Heurtault, 1535) ou baie 8, église Saint-Ouen de Pont-Audemer. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

Verrière de la vie de saint Jean-Baptiste (Mausse Heurtault, 1535) ou baie 8, église Saint-Ouen de Pont-Audemer. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

2) lancettes C et D : Salomé présente la tête de Jean-Baptiste à sa mère Hérodiade  ; le festin d'Hérode.

.

Inscription : DE GENOUVILLE - ILZ DE JACQUES. ---DÕNES

Pour l'ensemble les 4 lancettes, D. Philippe-Lemaître a relevé en 1853 : 

----------------------------------MICHEL DE GENOUILLE ---

ILZ DE JACQUES------------OCGEN-----------UNT DOÑER

---------------------TRESN

---------------------------------------------------------

 

 

Deux panneaux supérieurs (dont le visage du jeune homme) ont été refaits en 1938 par Jean-Jacques Gruber, tandis que les quatre panneaux inférieurs sont bien conservés.

 

On se souvient que, dans les évangiles de Matthieu et de Marc, Jean-Baptiste reproche à Hérode [Antipas] son mariage avec Hérodiate ; mais nous pouvons nous rafraîchir la mémoire :

 Le roi Hérode entendit parler de Jésus, car son nom était devenu célèbre. Il disait: «Jean-Baptiste est ressuscité, et c'est pour cela qu'il a le pouvoir de faire des miracles.»  D'autres disaient: «C'est Elie.» Et d'autres disaient: «C'est un prophète comme l'un de nos prophètes.» Mais Hérode, en apprenant cela, disait: «Ce Jean que j'ai fait décapiter, c'est lui, il est ressuscité.»

En effet, Hérode lui-même avait fait arrêter Jean et l'avait fait enchaîner en prison à cause d'Hérodiade, la femme de son frère Philippe, qu'il avait épousée,  car Jean lui disait: «Il ne t'est pas permis d'avoir pour femme l'épouse de ton frère.»  Furieuse contre Jean, Hérodiade voulait le faire mourir, mais elle ne le pouvait pas,  car Hérode redoutait Jean, sachant que c'était un homme juste et saint, et il le protégeait. Après l'avoir entendu, il était souvent perplexe, et c'était avec plaisir qu'il l'écoutait.

  Cependant, un jour propice arriva lorsque Hérode, pour son anniversaire, donna un festin à ses grands, aux chefs militaires et aux personnalités de la Galilée.  La fille d'Hérodiade entra dans la salle, elle dansa et plut à Hérode et à ses invités. Le roi dit à la jeune fille: «Demande-moi ce que tu veux, et je te le donnerai.»  Il ajouta avec serment: «Ce que tu me demanderas, je te le donnerai, même si c'était la moitié de mon royaume.»  Elle sortit et dit à sa mère: «Que demanderai-je?» Sa mère répondit: «La tête de Jean-Baptiste.» Elle s'empressa aussitôt de rentrer vers le roi et lui fit cette demande: «Je veux que tu me donnes à l'instant, sur un plat, la tête de Jean-Baptiste.»  Le roi fut attristé, mais, à cause de ses serments et des invités, il ne voulut pas refuser.  Il envoya sur-le-champ un garde, avec ordre d'apporter la tête de Jean-Baptiste. Le garde alla décapiter Jean dans la prison et apporta la tête sur un plat. Il la donna à la jeune fille et la jeune fille la donna à sa mère.  Quand les disciples de Jean apprirent cette nouvelle, ils vinrent prendre son corps et le mirent dans un tombeau. (Mc 6:14-26)

Le carton de Salomé dans la scène précédente a été retourné, tandis que son plateau a été doté de la tête du saint. La jeune fille s'avance vers le palais de son beau-père. Celui-ci est assis avec son épouse devant un drap d'honneur rouge, derrière une table figurée en diagonale. Un conseiller vêtu de vert grimace auprès d'Hérodiade.

Le sol est traité comme dans les autres vitraux de l'atelier de Beauvais (Louviers, Gisors en 1526, ) par des tirets répétés.

http://www.lavieb-aile.com/2018/10/le-vitrail-de-saint-claude-1526-de-l-eglise-de-gisors.html

  Verre rouge gravé : crevés de la manche de Salomé.

Comparez avec Lucas Cranach, Salomé :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Salom%C3%A9_avec_la_t%C3%AAte_de_Saint_Jean-Baptiste._Lucas_Cranach.jpg

 

 

 

La verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste de Pont-Audemer.

.

Dans l'angle inférieur, un écu à trois quenouilles (ou épis, ou fuseaux) entrecroisés et trois merlettes porte la devise VANITAS E[S]T OMNIA, à comprendre comme "omnia est vanitas", "Tout est vanité". Les quenouilles sont-elles des armes parlantes des "Genouville" ou Genouille ?

.

 

La verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste de Pont-Audemer.
La verrière de la Vie de saint Jean-Baptiste de Pont-Audemer.
Verrière de la vie de saint Jean-Baptiste (Mausse Heurtault, 1535) ou baie 8, église Saint-Ouen de Pont-Audemer. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

Verrière de la vie de saint Jean-Baptiste (Mausse Heurtault, 1535) ou baie 8, église Saint-Ouen de Pont-Audemer. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

 

REGISTRE SUPÉRIEUR.

.

Verrière de la vie de saint Jean-Baptiste (Mausse Heurtault, 1535) ou baie 8, église Saint-Ouen de Pont-Audemer. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

Verrière de la vie de saint Jean-Baptiste (Mausse Heurtault, 1535) ou baie 8, église Saint-Ouen de Pont-Audemer. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

.

3°) Lancettes A et B : Saint Jean-Baptiste prêchant au désert.

.

L'œuvre d'Engrand Le Prince à Rouen est le croisement de plusieurs modèles, d'origine allemande ou anversoise. La composition de cette scène a très probablement été élaborée à partir de la xylographie de la Prédication de Lucas Cranach, datée de 1516.

https://www.metmuseum.org/art/collection/search/623817

.

Prédication de Jean-Baptiste au désert, Lucas Cranac'h, 1516. Met. Museum.

.

.

 

"On observe dans les deux cas la même répartition selon la diagonale, des auditeurs et du prédicateur, la même importance donnée à l'évocation de  la forêt, au feuillage des arbres, aux fleurs enfin, ainsi  qu'à la présence d'animaux. On retrouve le même geste de la main droite de Jean et la même posture de figure accroupie au premier plan " (L. Rivale p. 91)

 

.

Le modèle de Saint-Vincent à Rouen est celui-ci :

.

Vie de saint Jean Baptiste, (Engrand Le PRINCE, Beauvais, 1525-1526); église Sainte Jeanne d'Arc à Rouen. Site patrimoine et histoire

.

 

Verrière de la vie de saint Jean-Baptiste (Mausse Heurtault, 1535) ou baie 8, église Saint-Ouen de Pont-Audemer. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

Verrière de la vie de saint Jean-Baptiste (Mausse Heurtault, 1535) ou baie 8, église Saint-Ouen de Pont-Audemer. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

 

Verrière de la vie de saint Jean-Baptiste (Mausse Heurtault, 1535) ou baie 8, église Saint-Ouen de Pont-Audemer. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

Verrière de la vie de saint Jean-Baptiste (Mausse Heurtault, 1535) ou baie 8, église Saint-Ouen de Pont-Audemer. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

.

4°) Le Baptême du Christ par Jean-Baptiste.

.

Peu restauré ; plombs de casse.

Verre ropuge gravé : chapeau du personnage en arrière-plan.

La scène est sans rapport avec le modèle rouennais : d'après Lafond, pour le Baptême du Christ, Heurtault s'est écarté de son modèle pour s'inspirer d'une estampe de Lucas de Leyde. La posture du Christ diffère du modèle rouennais, et, penché en avant, il se tient les bras croisés sur la poitrine et bien plus proche de Jean-Baptiste si bien que le baptême lui-même n'occupe plus qu'une lancette. Toute la lancette D est réservée aux autres catéchumènes, avec, au premier plan, un homme qui se déchausse.

Voir Le Baptême du Christ de Lucas de Leyde. ou idem, Bartsch 40, vers 1510.

 

.

Le Baptême du Christ de l'église saint-Vincent de Rouen par Engrand Le Prince.

.

 

 

Verrière de la vie de saint Jean-Baptiste (Mausse Heurtault, 1535) ou baie 8, église Saint-Ouen de Pont-Audemer. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

Verrière de la vie de saint Jean-Baptiste (Mausse Heurtault, 1535) ou baie 8, église Saint-Ouen de Pont-Audemer. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

 

Verrière de la vie de saint Jean-Baptiste (Mausse Heurtault, 1535) ou baie 8, église Saint-Ouen de Pont-Audemer. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

Verrière de la vie de saint Jean-Baptiste (Mausse Heurtault, 1535) ou baie 8, église Saint-Ouen de Pont-Audemer. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

 

Verrière de la vie de saint Jean-Baptiste (Mausse Heurtault, 1535) ou baie 8, église Saint-Ouen de Pont-Audemer. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

Verrière de la vie de saint Jean-Baptiste (Mausse Heurtault, 1535) ou baie 8, église Saint-Ouen de Pont-Audemer. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

 

Verrière de la vie de saint Jean-Baptiste (Mausse Heurtault, 1535) ou baie 8, église Saint-Ouen de Pont-Audemer. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

Verrière de la vie de saint Jean-Baptiste (Mausse Heurtault, 1535) ou baie 8, église Saint-Ouen de Pont-Audemer. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

.

LE TYMPAN.

.

Il représente la Pentecôte, avec dans l'ajour supérieur, la Trinité dominant la Vierge assise dans une cathèdre (panneau restauré dans la partie supérieure), les apôtres et disciples touchés par les langues de feu  dans les 4 ajours voisins. Deux anges (ou femmes à langue de feu) sont en adoration dans les mouchettes inférieures.

Dans les ajours latéraux, des anges portent les Instruments de la Passion. Dans les écoinçons inférieurs, 2 médaillons à l'antique et des motifs ornementaux.

.

 

Verrière de la vie de saint Jean-Baptiste (Mausse Heurtault, 1535) ou baie 8, église Saint-Ouen de Pont-Audemer. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

Verrière de la vie de saint Jean-Baptiste (Mausse Heurtault, 1535) ou baie 8, église Saint-Ouen de Pont-Audemer. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

.

ANNEXE : LES DONATEURS,  LA FAMILLE DE GENOUVILLE.

.

Selon D. Philippe-Lemaître, "Nous trouvons, dans les registres de la fabrique de Saint-Ouen, qu'il est souvent question des Genouville, tantôt comme faisant partie des principaux paroissiens appelés à prendre part aux délibérations touchant les affaires du trésor, tantôt comme questeurs pour le pain bénit, tantôt comme propriétaires." 

Trois Genouville au moins (Michel, Jehan, Noël) , ont figurés parmi les 3 conseillers en poste à Pont-Audemer, et Jehan occupa le poste plus élevé encore de procureur de la ville en 1529.

Rappel : Pont-Audemer  est alors dirigée ou gérée par 1 procureur, 3 receveurs et 4 conseillers. Explications :

"L’existence d’une ville médiévale se traduit par l’exercice de ses institutions. En effet, les sources révèlent l’activité de diverses institutions locales et informent de manière inégale sur leurs compétences. Le procureur des habitants et le receveur sont les incarnations véritables de la ville. Secondés par des échevins [ou conseillers] au nombre de deux ou trois, ils sont appuyés, et surtout désignés, par la communauté des habitants réunie occasionnellement en assemblée, plénière ou restreinte.

 Par le terme de procureur est désigné à Pont-Audemer, à Harfleur (et aussi Évreux, Louviers, Neufchâtel) l’homme qui incarne les intérêts de la ville face au roi et à l’administration royale. Il est le principal responsable auquel les élites politiques, administratives ou militaires peuvent s’adresser. Il exerce une fonction de maire ; le terme n’est cependant pas utilisé.  Un acte de 1529-1530 décrit brièvement la désignation du procureur de Pont-Audemer et précise la nature de ses fonctions : sa tâche consiste principalement à représenter sa ville en justice (« à pléder »), à être le « messager » des habitants devant toutes sortes de cours de justice.. Le procureur des habitants de Pont-Audemer connaît probablement tout des affaires de la ville, car il est l’homme de confiance du conseil municipal.

Le receveur : À Pont-Audemer, entre 1465 et 1500 la ville ne connaît que trois receveurs : Guillaume Fortin, Jehan Auberée, Jehan Pinchon ; pour la première moitié du XVIe siècle, on relève quatre noms : Jehan Lenfant, Jehan Le Villain, Nicolas de Bailleul, Anthoine Le Carbonnier. 

Dans toutes les villes [normandes] existent des échevins, appelés « élus » et « gouverneurs » à Harfleur et Neufchâtel, « conseillers » à Pont-Audemer . À Pont-Audemer, les quatre « conseillers » sont élus pour trois ans . " ( Bruno Sintic Petites villes de Normandie, https://books.openedition.org/purh/5050

Les archives civiles mentionnent successivement :

1465 : Binet de Genouville

 17 octobre 1475, quittance : Binet de Genouville, Michel de Genouville , Colin de Genouville, Jaquet de Genouville

1478 : la veuve de Jehan de Genouville, Jehanne de Bichais, vend sa maison sise au 20 et 22 de la Rue haute des Tanneurs, à l'enseigne de la Corne de Vaque. 

1487 et 1488, puis 1490 :  Michel de Genouville, conseiller, drapier et bourgeois demeurant à Pont-Audemer est dit  « bourgois et drapier », il vend 8 aunes de drap violet en 1487.

1492 : Michel de Genouville offre un chapon pour l'entrée du duc d'Orléans dans Pont-Audemer.

1511 puis 1524 : actes signés "de Genouville"

1512 : Jehan de Genouville, conseiller de Pont-Audemer

1515 ; 1521 : Noël de Genouville, bourgeois et conseiller de la ville

1529 : Jehan de Genouville l'aîné est élu procureur de la ville (en présence des bourgeois réunis, parmi lesquels Jehan le jeune de Genouville, Nicolas et Jacques de Genouville) .

1550-1552 : Jehan de Genouville est receveur de l'abbaye de Montivilliers située au nord-est du Havre  (ses comptes figurent dans les archives de celles-ci).

1554 : Jean de Genouville est élu (receveur ?) de l'abbaye de Montivilliers. mentionné ailleurs curé de Saint-Sauveur" .

http://hpvexin.free.fr/content/activites/archivistique/ADSM-SerieG-4821-6220%20(Texte).pdf

1593, Jean de Genouville, licencié en droit canon, doyen et juge ordinaire de  de l’exemption de Montivilliers,

.

DIVERS DOCUMENTS (in SINTIC et in MICHELIN)

date ? : "Jean de Genouville, sieur de la Poterie, fils de feu Michel, avocat à Pont-Audemer."

"Aveux aux seigneurs de la Poterie, les enfants mineurs de Michel de Genouville (1561), Robert de Genouville. auditeur en la Chambre des Comptes de Normandie (1607-1622)", 

 

 


 

 

3 – Désignation du procureur des habitants de Pont-Audemer, 1529

10AMPA, CRV, 1529-1530, fos 38-41

11À tous ceux qui ces présentes lettres verront ou orront, Guillaume Dumont garde du seel de la vicomté du Pont Autou et du Pont Audemer salut. Savoir faisons que ce jourd’huy cinquième jour de juillet mil cinq cent trente par Jehan Dumont et Guillaume Tonnel tabellions royaux jurés en siège de dudit Pont Audemer nous a esté temoigné et relaté par leur sermens ausquelz nous adjuxtons foy avons veu tenu et leu mot après autre une lettre escripte en parchemin saine et entière en seing seel et escripture, Desquelles la teneur ensuit :

12À tous ceulx qui ces présentes lettres verront ou orront, Jehan Ernoult escuier licencié en loix lieutenant en la vicomté du Pont Autou et Pont Audemer de noble et puissant seigneur Monsieur le bailly de Rouen salut. Savoir faisons que aujourduy vingt neuviesme jour d’aoust mil cinq cens vingt neuf en la cohue et prétoire du roi notre sire au Pont Audemer se sont comparus par devant nous maistre Jehan Beuzelin, maistre Jehan Percepié, Michel Tirel, Jehan Tirel, Sébastien le Carbonnier, Jehan Dumont, Maistre Jehan Desgeneteys, Jehan de Genouville le jeune, Jaques de Genouville, Guillaume Piédelièvre, Germain de L’espine, Robert Baudry, Ambroise Baudry, Loys Cauvyn, Guillaume Droué, Mahiet Duval, Pierre de la Barre, Jaques Coquembeque, Pierre Ysaac, Michel Courant, Guillaume Durant, Jehan Le Roy, Nicolas Degenouville, Olivier Lebeuf, Jehan Marie, Laurens le Maistre, Jehan Legras, Colin le Metays, maistre Jehan Dumont, Michel Dumont, Greffin le Barbier, Richard Hacoul, Richard Lemercier et Pierre Baynel, tous bourgois manans et habitans en la ville dudit Pont Audemer, Lesquels tant pour eux que pour les autres manans et habitans dudit Pont Audemer fisrent, nommèrent, constituèrent et establirent leur procureur général et certain messager especial cestassavoir Jehan de Genouville lainsné, bourgois dudit Pont Audemer et à icelui portant ces présentes donnèrent plain pouvoir puissance et auctorité de fonder, pour eulx, en toutes caulses querelles besognes négoces et affaire qu’ils ont et entendent avoir meuz et a mouvoir, tant en demandant comme en défendant, vers et à l’encontre de toutes personnes leurs parties adverses, donnant et octroyant lesdits constituans audit Genouville leur procureur portant cesdites présentes par soy et pour le tout plain pouvoir de eulx représenter, excuser, exomer en court, jugemens et dehors leurs causes et droits garder, soustenir et defendre en toutes courts et pardevant tous juges ou commissaires, tant en court d’église que séculière, de quelque povoir et auctorité qu’ils usent ou soient fondés, pléder plet ou ples mettre ou asseoir opposicions, faire toutes mainières de clameurs, tous adjournemens, arrestz, executions, délivrances de namps, eulx opposer en tous cas, prendre tous briefs, doléance et clameurs, le tout soustenir, conduire et mener a fyn ou y renoncer, si mestier est. Et généralement de faire en toutes choses touchans le fait stille et ordinaire de pléder ainsi que procureur deument constitué et établi peut et doit faire, et que lesdits constituans feroient et faire pourroient si présens y estoient en leurs personnes, Mesmes de substituer pour luy et en nom desdits habitans procureurs et substitus qui aient un tel et semblable povoir de procurer et besogner pour lesdits habitans, quant à ce que dessus est dit, comme a et aura [?] ledit Degenouville par ceste présence si présent en personne y estoit. Promettans lesdits constituans de leur bonne foy et sur obligations de tous leurs biens meubles et héritages présents et avenir, tous avoir agréable et establi tout ce que par ledit Degenouville leur procureur portant cesdites présentes sera fait, dit, plaidé, procuré et besogné es choses dessusdites circonstances et déppendances, Et en paier l’amende et jugie si mestier est et ils en enchieent en tesmoing desquelles choses avons seellé ces présentes de notre seel dont usons audit office […].

 

 

Acte de nomination par l'abbesse de François Simon aux fonctions de curé de la paroisse (1678), testaments de Jeanne Montier, femme de Philippe Legendre, bourgeois de Montivilliers (1610), de Guillaume Blanchet, de Montivilliers (1606), résignation de la cure par Jacques Dufour et nomination par l'abbesse de Jean de Genouville (1554),

Comptes de Jehan de Genouville, receveur, 1550-1552 archives de l'abbaye de Montivilliers

http://www.archivesdepartementales76.net/instruments_recherche/FRAD076_IR_H_054H_Montivilliers.pdf

 

 

 

:

MICHELIN (Bernard ) 2005, Docteur Vétérinaire « Pont-Audemer, une petite ville de Normandie à la Renaissance (1477-1551) », Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l'Université de Paris IV -Sorbonne, Discipline : Histoire présentée et soutenue publiquement le 15 septembre 2005 

https://dokodoc.com/tome-iii-documents-originaux.html

 

Le livre de comptes pour l’année 1487-1488 Original pour la ville Page 1. Le compte de Jehan Pinchon, receveur des deniers des aides ordonnez par le Roy notre sire estre cueilliz et levez en la ville du Pontaudemer, p

Sic, pour menuisier
32. - A esté paié par ledit receveur la somme de 107 s. 6 d., pour 7 unzes 6 et ung quart de unze, de fil de soye blanche et vermeille pour faire la frange dudit poelle, du prix de 12 s. 6 d. le onche et pour la fachon d’icelui, comme par ledit roulle rendu cy dessus en la partie precedente appert, pour ce : 107 s. 6 d. 33. - A esté paié par icelui receveur la somme de 36 s. 8 d. pour la façon du coffre de bois dudit poelle, pour les bastons et feraille d’icelui, et pour avoir paint lesdits coffre et bastons comme par ledit roulle cy dessus rendu appert, pour ce : 36 s. 8 d. 34. - A Jacques Lepelletier, bourgoys et marchant demourant a Rouen, a esté paié par ledit receveur la somme de 140 l. 19 s. 3 d., pour la valleur page 19 d’un marc d’or, de lui prins et achecté par l’ordonnance des officiers et conseillers de ladite ville, pour faire une tasse d’or pour donner au Roy notre dit seigneur, a son entree et joyeulx advenement en ladite ville, auquel marc d’or fut mis et emploié 41 ducas 7 du prix de 42 s. 6 d. et 19 escus 8 et demy d’or, du prix de 36 s. 6 d. piece ; dont pour icelui marc ou valleur d’icelui, Jacques Lenffant et Michel de Genouville s’estoient obligez audit Lepelletier de ladite somme de 140 l. 19 s. 3 d., comme il appert par le brevet et obligacion desdits Lenffant et Genouville rendu comme quictance par ledit Lepelletier et qu’il contenu oudit roulle cy devant rendu et pour ce : 140 l. 19 s. 3 d. 35. - A Jehan Ribault, orfevre et bourgois dudit lieu de Rouen, a esté paié par ledit receveur la somme de 9 l. 7 s. 6 d., c’estassavoir 9 l.,pour la façon d’icelle tasse d’or, par marché fait avec ledit Jehan Ribault, et 7 s. 6 d., pour le vin donné aux facteurs et ouvriers d’icelle tasse et l’advancement d’icelle, ainsi qu’il appert par ledit roulle cy devant rendu, pour ce : 9 l. 7 s. 6 d. 36. - A Samxon Fortin, bourgoys et tavernier audit ontaudemer, pour l’achat de deux poinchons de vin cleret 9 , choisis par l'un des maistres d’ostel du Roy notre sire, et presentés audit seigneur avec ung autre muy de vin vieil pris en l’ostel de Cardin Piedelievre en ladite entree, comme il appert par ledit roulle et quictance dudit Fortin desdits deux poinchons, pour ce : 28 l. 37. - Au maistre d’ostel du Roy notre sire, a esté paié par ledit receveur la somme de 18 l., pour la valleur d’un muy de vin vieil 10 par lui prins et choisi en l’ostel dudit Cardin Piedelievre et presenté audit Seigneur avec lesdits deux poinchons de vin cleret en ladite entree ; duquel muy n’a esté aucune chose prins ou beu, ressue 17 potz ; et pour l’outre plus a esté paié ladite somme de 18 livres, comme il appert par certiffication escripte oudit roulle cy devant rendu, pour ce : 18 l. Page 20. 38. - A Cardin Piedelievre, bourgoys et tavernier audit Pontaudemer, a esté payé par ledit receveur la somme de 62 s. 4 d. pour le nombre de 17 potz de vin viel 11 prins par les maistres d’ostelz du Roy notre seigneur, en ung muy de vin vieil qui prins et choisi avoit esté en son chellier et presenté avec deux autres poinchons de vin cleret en ladite entree, ainsi que en la partie precedente est faicte mencion ; qui vallent, au prix de quatre unzains le pot, ladite somme de 62 s. 4 d., par lequel prix chacun pot dudit muy a esté vendu a detail par ledit Piedelievre, comme par ledit roulle cy devant rendu appert, pour ce : 62 s. 4 d. 39. - A Jacques Lenffant, bourgoys dudit Pontaudemer, a esté payé par ledit receveur la somme de 96 l., pour la vendue et livree de 12 aulnes d’escarlate de luy achetez par la
somme de 8 l. chacune aulne 12 ; et icelles presentez et donnez a Madame de Beaugieu, pour et afin d’avoir les affaires de ladite ville en bonne recommandacion, comme il appert par ledit roulle cy devant rendu, et mesme par descharge de ladite somme escripte le 10e jour de decembre oudit an 1487, semblablement cy rendu avec la quictance dudit Lenffant pour ce : 96 l. 40. - A Michiel de Genouville et Henry Potier, bourgoys et drappiers demourant audit Pontaudemer, a esté payé par ledit receveur la somme de 22 l. 18 s. 9 d., pour la vendue et livree par eulx faicte a Jehan Auberee, Melaigne Dumont, Guillaume Costelley et Guillaume Guennyer de huit aulnes, trois cartes de drap viollet pour faire a chacun des dessus dits une robe de livree, a eulx ordonnee leur estre baillee et delivree par la deliberacion des officiers, conseillers et plusieurs bourgoys de ladite ville pour porter le poelle sur le Roy notre dit Seigneur en ladite entree ; ainsi que deliberé et ordonné avoit esté et qu’il appertpar ledit roulle cy devant rendu et mesme par mandement et descharge des officiers et conseillers de ladite ville escripte le 11e jour de novembre oudit an 1487, semblablement cy rendu, avec le recongnoissance desdits Auberee et aultres Costelley et Guennyer escripte soubz leurs saings manuelz ledit 11e jour de novembre oudit [an] 1487, pour ce : 22 l. 18 s. 9 d. Page 21. 41. - A esté paié par ledit receveur aux heraulx d’armes du Roy notre dit Seigneur, 2 ducas d’or4 du prix de 4 l. 5 s., pour leur droiz de ladite entree ; comme il appert par la certiffication desdits officiers et conseillers escripte oudit roulle de parchemyn cy devant rendu, pour ce : 4 l. 5 s. 42. - Aux trompetes d’icelui seigneur, a esté pareillement paié par ledit receveur deux écus d’or 13 du prix de 72 s., pour avoir sonné de leurs trompetes a ladite entree et venue dudit seigneur en ladite ville, ainsi que par ledit roulle cy devant rendu appert, pour ce : 72 s 43. - Aux portiers de la porte de l’ostel dudit seigneur, a esté paié par ledit receveur la somme de 72 s., en deux escus d’or 10, a eulx presentez et donnez par l’ordonnance des officiers et conseillers de ladite ville en ladite entree, lors que les bourgoys de ladite ville allerent devers ledit seigneur pour lui faire la reverence et la recommandacion des affaires de ladite ville, ainsi qu’il contenu oudit roulle cy devant rendu, pour ce : 72 s 44. - Aux fouriers d’icelui seigneur, a esté paié par ledit receveur, par l’ordonnance que dessus, la somme de 10 l., afin d’avoir les logis des conseillers et habitans de ladite ville en bonne recommandation en ladite entree ; comme par ledit roulle cy devant rendu appert, pour ce : 10 l. 45. - Aux huyssiers de salle dudit seigneur, a esté paié par ledit receveur, la somme de 67 s., en ung escu d’or et 8 oboles de 32 s. 14 ; laquelle somme leur a esté ordonne estre paiee en ladite entree ; ainsi que par ledit roulle cy devant rendu appert, pour ce : 67 s. 46. - A Jacques Menert, huissier de chambre d’icelui seigneur, a esté paié par ledit receveur ung escu d’or du prix de 35 s. 15 , a lui ordonné ainsi que dessus est dit, pour avoir conduit les bourgoys de ladite ville en la chambre dudit seigneur pour lui faire la recommandacion et les presens a luy ordonnez estre fait en ladite entree, comme il est contenu oudit roulle cy devant rendu, pour ce : 35 s. 

« Michel Pillon et Michel de Genouville, conseillers d’icelle, » 1487

 Jacques Lenffant et Michel de Genouville s’estoient obligez audit Lepelletier de ladite somme de 140 l. 19 s. 3 d., comme il appert par le brevet et obligacion desdits Lenffant et Genouville 

 A Michiel de Genouville et Henry Potier, bourgoys et drappiers demourant audit Pontaudemer, « 

«  en la presence de Jehan Percepie, procureur, Michel de Genouville et Guillaume Maugard, conseillers de ladicte ville,  « 

« Item luy est deu par la fin et estat desdits aides de l’annee commençant le 1er jours de may 1483 et aultres comptes precedens, jouxte l’estat de ce, a la somme de 499 l. 18 s. 9 d. Et il doibt par la fin du compte de cinq moys commençans le premier jour de may 1485 19 l. 18 s. 3 d. Item plus, par la fin du compte de l’annee commençant le premier jour d’octobre oudit an 1485 51 l. 17 s. 2 d. Item, par la fin du compte de l’annee commençant le premier jour d’octobre 1486, la somme de 120 l. 11 s. 7 d. Somme de ce qu’il doibt 212 l. 7 s. Ainsi demeure que est deu audit receveur la somme de 323 l. 17 s. 5 d.

[Contrôle du livre] Ce present compte avec les trois precedens, dont la presentacion, examen et audicion avoit esté fait des l’annee 1490 en la presence des officiers du Roy notre sire audit Pontaudemer, des conseillers procureureurs (sic) et plusieurs des bourgois et habitans de ladite ville et page 41 d’iceulx comptes differé par plusieurs journees pour aucunes causes, ont esté derechef veuz, visitez, clos et affinez par nous, Pierre Cardonel, lieutenant audit Pontaudemer de Monseigneur le bailli de Rouen et en la presence de Guillaume Bastart d’Albon, lieutenant de Monseigneur de Saint André, cappitaine et commissaire de la fortifficacion de ladicte ville, Jehan Le Bienvenu, advocat du Roy notre dit sire en icelle viconté, Robert Lefort, substitut illec du procureur dudit Seigneur, Jehan Ernoult, lieutenant commis dudit viconte et receveur du domaine d’icelle viconté, Guillaume Guennyer, advocat dudit seigneur, en l’absence dudit Jehan Le Bienvenu, Michel de Genouville, Jehan Auberee, Sanxon Fortin, conseillers de ladite ville, Jehan Percepie, Melaigne Dumont, procureurs des bourgois et habitans d’icelle ville, Jehan Defreuille, Rogier Courveyer, Guillaume Douville et plusieurs autres bourgois et habitans de ladite ville, pour ce assemblez en l’ostel commun d’icelle ville, le samedi 25e jour d’avril aprés Pasques, l’an 1495, continués de plusieurs autres livres, avoir clos, acquiz et descharges d’iceulx comptes, baillé audit Jehan Percepié, procureur desdits habitans, pour les mectre avec les autres lectres et escriptures de ladite ville. [5 signatures : Cardonel, de Genouville, Defreuille et 2 illisibles. « 


«  Le livre de Isabeau Fortin pour l’année 1520-1521 Page 1. Le compte d’Ysabeau Fortin et Nicollas de Bailleul, soubzsignez, filz d’elle et de Nicollas de Bailleul, en son vivant recepveur des deniers des aides ordonnez par le Roy nostre sire aux bourgois et habitans du Pontaudemer, cueilliz et levez selon les octroys sur ce faiz et donnez par ledit seigneur pour estre convertis et employez en la fortifficacion et affaires communs de ladite ville, ainsi qu’il est dit es comptes precedens des receptes et depenses faicte (sic) par iceluy deffunct recepveur des deniers desdits aides, pour ung an commenchant le premier jour d’octobre 1520 et finissant le derrain jour de septembre 1521; et mesme de la recepte qu’il a faicte pour ledit temps de 20 deniers pour chacun mynot de sel vendu au guarnier a sel dudit Pontaudemer ; et aussi de la recepte du fournissement dudit guarnier a sel. Noble et puissant seigneur Monseigneur de La Barre, seigneur du lieu, bailly de Rouen Noble et puissant seigneur Monseigneur Guillaume Goueffier, sieur de Bonyvet, admiral de France, capitaine dudit Pontaudemer Page 2. Guillaume de Rouffiat, escuier, son lieutenant audit Pontaudemer ; Jean Dumont, Jacques Defreuille, Pierres Dugoullet, et Noël de Genouville, conseilliers de ladite ville. »

«  De Jacques de Genouville, pour la ferme de l’aide de la drapperie, a prendre sur chacune aulne de drap du labour de ladite ville vendue 20 s. et de l’aultre labour, 2 d. et au dessoubz (sic). Et sur chacun grant drap fait et labouré en ladite ville et porté hors icelle sans estre vendu, 5 s. ; et sur chacun demy drap : 2 s. 6 d. ; adjugee pour ledit temps audit de Genouville au prix de 66 l. ; » (1520-1521)

« Despence de ce present compte Deniers payez pour la fortifficacion de ceste ville du Pontaudemer A esté payé a Robert Godeffroy, par vertu du mandement et descharge de noble homme Guillaume de Rouffiat, lieutenant de monseigneur, monseigneur l’admiral de France, capitaine dudit Pontaudemer, signé de luy et de Jacques Defreuille, Jehan Dumont, Pierres Dugoullet et Noël de Genouville, conseilliers de ladite ville, dabtee du 17e d’avril aprez Pasques

« et Noël de Genouville, conseilliers, le 16e de may 1521 «  la somme de 100 livres « 

«  l'annee commencee en octobre 1549, pour les fermes de l'ayde du vin vendu en detail aux faulxbourgs de ladite ville, adjugee a Jean Marie, ciudier, a 230 livres pour l’an dudit compte ; pour la ferme de l’ayde du vin vendu en detail en ladite ville, adjugee audit Marie a 200 livres ; pour la ferme de l'ayde des menus boires desdits faulxbourgs, adjugee audit Marie a 140 livres tournois ; pour la ferme de l’ayde de la biere vendue ausdits faulxbourz, adjugee audit Marie a 12 livres ; pour la ferme de 2 d. sur chacun pot de vin vendu ausdits faulxbourgz, adjugee audit Marie a la somme de 100 l. ; pour la ferme de 2 d. sur chacun pot de vin vendu en ladite ville, adjugee audit Marie a la somme de 100 livres ; et pour la somme de l’ayde de la biere, vendue en ladite ville, adjugee a Jehan Geoffrin page 78. a la somme de 100 l., le tout pour ladite annee commencee en octobre 1549, revenant toutes lesdites sommes a ladite somme de 815 l. 6 s. 8 d., dont ledit recepveur et lesdits encherisseurs avaoient esté deschargez par le compte precedent et pour les causes a plain contenues en icelle, de la somme de 245 l. 6 s. 8 d. ; et par ce estoit ledit recepveur demeuré chargé de la somme de 570 l., dont il avait tenu compte par le compte precedent, neanmoingz qu’il n’en eust reçu ny peu recepvoir des vendans et subgectz ausdits aydes, que la somme de 192 l. 5 s. 8 d. ; sçavoir est : de Cardin Duval, la somme de 88 s. ; par composition faicte auquel ledit Duval par les conseilliers et officiers de ladite ville ; de Nicollas Quicterey, par composition faicte par lesdits conseilliers et officiers, la somme de 4 l. ; et de la veufve Marguerin Le Myevre ; par semblable composition que dessus, la somme de 6 l. ; de la veufve Jehan Valleton, par composition comme dessus faicte par lesdits conseilliers et officiers, la somme de 8 l. ; de Guillaume Savyn, 12 l. 10 s. ; de Guillaume Levasseur, 10 l. ; de Jehan le Cuestier, 40 s. ; de Guillaume Carcey, 18 l. ; de Guillaume LeMaistre, 100 s. ; de Jehan Lorey, 7 l. 14 s. ; de page 79 Jacques Mallefrain, 19 l. 13 s. 4 d. ; de Jehan Degenouville, 6 l. 10 s. ; de David Pecqueult, 13 l. 14 s

«  1488, 10 août. – Pont-Audemer Ordonnance du corps de ville (5 signatures) ordonnant une procession générale et des feux de joie, à l’occasion de la victoire de Charles VIII à Saint-Aubin-du-Cormier. A - Original, R2, lc88, p. 30, papier, 13 x 11 cm.
Intérêt historique 1 – Ce document est un exemple type d’une ordonnance du corps de ville. 2 – L’ordonnance est l’un des rares documents évoquant un événement extérieur à la ville, de portée nationale. 3 – L’ordonnance est signée par 5 notables : Ernoult, lieutenant du vicomte (officier du roi), Pillon, probablement le grenetier (officier du roi), Percepié, procureur des habitants (officier de la ville), de Genouville, l’un des 4 conseillers de la ville, et un inconnu. « 

 « 1492, 5 août. – Pont-Audemer Justificatif comptable de dépenses de cadeaux de bouche, présentés lors de l’entrée dans la ville du duc d’Orléans, lieutenant général et gouverneur pour le roi. A – Original, R3, lc94, p. 37, papier 20 x 21 cm.

"Ensuit par desclairacion plusieurs parties de viandes achectez et paiez par Jehan Pinchon, receveur des deniers des aides de ceste ville du Pontaudemer, par l’advis et commandement des officiers du Roy notre sire audit Pontaudemer, des conseillers et plusieurs bourgois et habitans de ladite ville ; et icelles presentez avec autres viandes, vin et ypocras a tres hault et tres puissant prince, Monseigneur le duc d’Orleans, lieutenant general et gouverneur pour le Roy notre dit sire en Normandie, le dimence cinquiesme jour C XX d’aoust l’an mil IIII IIII et douze. Premierement De Jean Auberee, pour ung paon et trois chappons gras de lui achectez par Jehan Percepié, procureur, et Michel Pillon conseiller avec ledit receveur, par De Ollivier Brunet, de lui achecté ung autre paon, par De Guillaume Fortin, deux chappons gras de De maistre Guillaume Voisin, ung chappon de De Michel de Genouville, deux autres chappons de De Guieffray Aulbin, deux autres chappons de De Guillaume Marne, deux autres chappons de Item, pour ung peunier d’oublies faiz au chucre, presentez avec deux potz d’ipocras Somme 107 s. 6 d. Notes Peunier, pour panier. Oublies : sorte de patisserie. Chucre, pour sucre. C’est probablement une denrée rare et chère. Pot : 0,75 l. environ. Ipocras, pour hypocras : vin sucré (miel), aromatisé (cannelle). La somme est exacte. « 

 

«  1511, 15 mai. – Pont-Audemer Requête des Cordeliers 1 demandant une aide pour remettre en état l’horloge de leur couvent. A – Original, R4, lc10, p. 23, papier, 21 x 15 cm.

"A Messieurs les officiers et conseilliers de la ville du Pontheaudemer. Supplient humblement les povres religieux de l'ordre des freres mineurs, gardian et les freres de vostre couvent de ceste ville du Pontheaudemer, que, pour l'honneur de Dieu et de sa tres benoiste Mere, il vous plaise, de vostre grace speciale, deputer aulcune aumosne pour soubvenir a la necessité en laquelle ilz sont de present pour le payement de leur horloge, laquelle pourra servir non seulement au dessusdit couvent, mais aussy aux habitans de ceste ville ; et lesdits supplians prieront Notre Seigneur pour vostre bonne disposicion et des dessusdits habitans.
[Ordonnance des conseillers] Veue la requeste dont cy dessus est faicte mencion, pour l’onneur de Dieu, notre createur et aussy que ladite requeste touche le bien et honneur de ladite ville ; a esté par nous ordonné que Jehan Le Villain, receveur des deniers des aides de ladite ville baillera des deniers de sa dite recepte a maistres Pierre Lenffant, prebstre, curé du Teillement, la somme de sept livres et dix solz tournois pour aider a paier ladite horloge, dont cy dessus est faite mencion. Et en.rapportant ces presentes et quictance dudit Lenffant prebstre, icelle somme de VII livres X solz seront allouez audit recepveur en la despense de ses comptes par tout ou il appartiendra des dits aides. Pontaudemer, le samedy Xe jour de may, l’an mil cinq cens et unze. [Plusieurs signatures dont] De Genouville Bugnot ? Ernoult, Lenffant « 

 

« 1512, 25 février. – Pont-Audemer Mandement de Jean Ernoult, lieutenant général du bailli de Rouen, commissionnant Jean de Bailleul, à l’office de receveur des deniers, après sa réélection par une assemblée générale des habitants, à la recommandation de Florimond Robertet 1, trésorier de Normandie. B – Vidimus, R4, lc11, p. 1. Intérêt historique 1 - Jean de Bailleul est nommé receveur des deniers par le lieutenant du bailli, après avoir été élu à cette charge par les habitants réunis en assemblée générale. 2 – Election et nomination interviennent après la lecture des lettres de recommandation du chancellier, de Florimond Robertet, trésorier de France, et de l’évêque-comte de Lisieux. L’assemblée considère qu’elle doit obéir. 3 - Le document liste les officiers du roi, les conseillers et 55 bourgeois.

Coppie. A tous ceulx qui ces lectres verront. Jehan Ernoult, escuier, l’aisné, lieutenant en la viconté du Pontautou et Pontaudemer de noble et puissant seigneur, Monseigneur le Bailly de Rouen, salut. Sçavoir faisons que ce jourd’uy mercredi vingt cinquiesme jour de fevrier l’an mil cinq cent et unze, en l'hostel commun de la ville dudit Pontaudemer, devant nous, lieutenant dessus nommé, en presences de h onnorables hommes Messeigneurs Jehan Martel chevallier, lieutenant de hault et puissant seigneur, Monseigneur de Boisy, cappitaine de ceste dicte ville, Richard Bodin, lieutenant general du viconte dudict Pontaudemer, Jehan De freuille, advocat du Roy notre sire en ladicte viconté, Loys Lefevre, procureur substitud en icelle du procureur d’icelluy Seigneur en dict bailliaige,
Guillaume Doguet, Jehan de Genouville, Richard Percepié et Guillaume Lenffant, conseillers d’icelle ville, Melaigne Dumont, procureur general de la communauté d’icelle, pour luy et fondans pour les autres absens, Jehan Le Villain, recepveur des deniers communs d’icelle viconté, Hesbert Neel, Julien Fortin, sieur Jehan de Bailleul, Jacques Le Myre, Guillaume Guenier, escuier, maistre Jehan Ernoult, Guillaume Le Myre, Jacques Defreuille, Pierre le Georgelier, Roger le Mesteier Jehan Gombault, Guillaume le Bienvenu, escuier, Jehan Dumont, Gilles Beuzelin, Raoullin Martin, maistre Jehan Percepié, Michel Thirel, Guillaume Tesson, Pierre Rouxel, Pierre Du Fay, Nicolas du Fay,

Jehan Piedelievre, Robert du Mont, Julien Georgellier, Cardet Le Roy, Jehan Vadequas, Jehan Martel, Guillaume Douville, Jehan Varines, Pierre Dugoullet, Guillaume Houzey Voir page suivante. 1 « 

 

«  1515, mars 13. – Pont-Audemer Mandement de Jean Ernoult, lieutenant général du bailli de Rouen, nommant à nouveau Jean de Bailleul à l’office de receveur des deniers, après sa réélection par une assemblée générale des habitants. B – Vidimus, R5, lc14, pp. 1-2.

Intérêt historique 1 – Jean de Bailleul avait déjà été réélu. Voir 54. 2 - Il est à nouveau réélu en assemblée générale et commis par le lieutenant du bailli. 3 - Le document liste les officiers du roi, 2 conseillers et 36 bourgeois. 4 - Les raisons pour lesquelles Nicolas de Bailleul est réélu sont particulièrement expliquées. . Cadre chronologique 1511, été. 1512, 25 février. 54. 1515, 13 mars. 68.

Première nomination de N. de Bailleul à cette charge. Réélection de N. de Bailleul. Réélection pour 3 nouvelles années.

A tous ceux qui ces lectres verront Jehan Ernoult, escuier, lieutenant en la viconté du Pontautou et Pontaudemer de noble et puissant seigneur, Monseigneur le baron de Montpipeau, conseillier, chambellan du Roi notre Sire et son bailly de Rouen, salut. Savoir faisons que ce jour d’uy mardy traiziesme de mars, l’an mil cinq cens et quatorze, en l’ostel commun de ceste ville du Pontaudemer, devant nous, dessus nommé, és presences de honorables hommes Nicollas Enault, escuier, sieur de la Carriere, lieutenant de hault et puissant seigneur, Monseigneur de Boisy , cappitaine de ceste dicte ville, Jehan Defreuille,advocat du notre sire Roy en ceste viconté, Loys Lefevre, substitud en icelle du procureur general du Roy oudit bailliage, Richard Loutrel et Noël de Genouville, bourgoys et conseilliers de ladicte ville, (Noms de 36 bourgeois et habitants) et Richard Percepié, greffier de mondit Seigneur le bailly , tous bourgoys, manans et habitans en ladite ville du Pontaudemer, assemblez pour nommer et eslire ung receveur des deniers ordonnez tant pour la fortiffication de ladite ville que des deniers communs d’icelle, pour troys ans, commençant le premier 

«  1516, mars 24. – Pont-Audemer Requête de Marc Dufour, carme de la ville, étudiant en théologie à l’université de Caen, pour demander une aide pour la ‘’fête’’ de sa thèse. A – Original, R5, lc15, p. 35, papier, 20 x 29 cm.

A mes tres honorez Sieurs, Messieurs les officiers, conseilliers, bourgoys et habitans du Pontaudemer. Supplye humblement votre humble et povre orateur, frere Marc Dufour, religieux de l'ordre de Notre Dame du Carmel, comme il soit ainsy que luy et ses predecesseurs soient de toute ancienneté de ceste ville du Pontaudemer et que, passez sont vingt ans, il a esté tousjours estudiant en l'université de Caen et tellement qu'il est prest de passer et faire sa feste de theologie ; quelle chose il ne sçauroit faire ne accomplir sans l'aide et omosne de vous, mes dits Sieurs et aultrez gens de bien ; pour ce, il vous plaise en l'honneur de Dieu, notre Createur et de sa tres sacree mere, subvenir au pouvre religieux ; et il sera a jamaiz tenu prier Dieu pour vous et acomplir vos nobles commandemens. [Ordre de paiement des officiers et conseillers de la ville] Veu la requeste presentee par ledit Dufour, religieux, qui est natif de ceste ville du Pontaudemer, dont decleracion est faicte cy dessus ; a esté ordonné et deliberé par les officiers du Roy notre sire, conseilliers et commis des bourgoys et habitans dudit Pontaudemer que Nicolas de Bailleul, receveur des deniers des aides de ceste dite ville, present, baillera et detauxera des deniers de sa dite recepte, audit Dufour, religieux, la somme de quinze livres tournois pour luy aider a faire sa feste de theologie ; et en rapportant ces presentes et quictance dudit religieux, les dites XV livres tournois seront rabatus audit receveur en l’endroit de ses comptes partout ou il appartendra. Fait ce lundi XXIIII° jour de mars après Pasquez mil cinq cens saize. [Nombreuses signatures et paraphes] Arnoult Defreuille Dumont Bodin. Signature de Genouville, Dugoullet, Defreuille

.

.

 

SOURCES ET LIENS.

Sources principales :

— GATOUILLAT ( Françoise), CALLIAS-BEY (Martine), CHAUSSÉ (Véronique), HÉROLD (Michel), 2001, Eglise Saint-Ouen in Les Vitraux de Haute-Normandie, Corpus vitrearum / Recensement des vitraux anciens de la France vol. VI, Paris, CNRS, 2001. p. 194.

— LAFOND, (Jean), 1969, Les vitraux de l'arrondissement de Pont-Audemer, Nouvelles de l'Eure, n°36, 1969

En complément :

— MICHELIN (Bernard ) 2005, Docteur Vétérinaire « Pont-Audemer, une petite ville de Normandie à la Renaissance (1477-1551) », Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l'Université de Paris IV -Sorbonne, Discipline : Histoire présentée et soutenue publiquement le 15 septembre 2005 

https://dokodoc.com/tome-iii-documents-originaux.html

— MONTIER, (Armand), 1895, Les vitraux de Saint-Ouen de Pont-Audemer, Pont-Audemer, Impr. du Commerce, G. Hauchard, 1895 ;

— MONTIER, (Armand), 1896, "L'église Saint-Ouen à Pont-Audemer", Normandie monumentale et pittoresque p. 109 (simple mention de la baie). page 106

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62406567/f142.item

PERROT (Françoise), 1973  Les vitraux de Saint-Vincent de Rouen In: Bulletin Monumental, tome 131, n°1, année 1973. pp. 62-63; https://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1973_num_131_1_6961

 

"Les vitraux de Saint- Vincent de Rouen.

II ne reste plus de l'église Saint- Vincent de Rouen, brûlée pendant les bombardements de mai 1944, puis démolie après la guerre, que les vitraux déposés en 1939 par l'administration des Monuments historiques. La vitrerie de la nef, qui date des xve et xvie siècles et dont certaines pièces viennent d'églises fermées à la Révolution, est en cours de remontage dans différents autres édifices rouennais. Les treize verrières du chœur, au contraire, forment un ensemble magnifique, homogène, du premier tiers du xvie siècle, qu'il importe de ne pas disperser  [...] Deux grands ateliers ont exécuté cet ensemble : celui des Le Prince de Beauvais et un atelier rouennais, héritier direct d'Arnoult de Nimègue.

Engrand Le Prince a signé seul la Vie de saint Jean-Baptiste et avec Jean Le Prince le vitrail des Chars (dont la date de 1515 est celle de la commande ainsi que l'explique l'auteur en appendice) et les Œuvres de Miséricorde. Par l'harmonie brillante des couleurs, la liberté du dessin et l'emploi virtuose du jaune d'argent, ces verrières comptent parmi les meilleures productions du célèbre atelier de Beauvais.

A l'exemple de leur maître, les élèves rouennais d'Arnoult de Nimègue se distinguent par le raffinement du modelé à la sanguine. Les types de composition, la variété du décor et certains détails techniques permettent à M. Lafond de reconnaître dans cet atelier trois peintres principaux qui se sont partagé l'exécution des autres verrières. Ces artistes n'échappent d'ailleurs pas à l'influence des Le Prince et la fusion des deux grands courants stylistiques se réalise dans la Vie de saint Pierre qui inaugure véritablement une manière nouvelle.

Les vitraux du chœur de Saint- Vincent ont joué dans l'histoire du vitrail normand un rôle capital. Deux d'entre eux ont été fidèlement copiés : la Vie de saint Jean-Baptiste pour Saint-Ouen de Pont-Audemer, par Mausse Heurtault en 1535 ; le vitrail des Chars pour Saint-Nicolas de Rouen vers le milieu du siècle. La manière des élèves d'Arnoult de Nimègue se voit à travers toute la Normandie, tant à Rouen qu'à Saint-Jean et à Saint-Étienne d'Elbeuf, à Ancourt, à Duclair, etc. Enfin, le « style nouveau » de la Vie de saint Pierre « marque un tournant dans l'histoire du vitrail rouennais » : il dominera la production jusqu'au milieu du siècle. On attend avec impatience le remontage complet de cette vitrerie, qui rendra à la ville de Rouen l'un de ses plus extraordinaires trésors d'art. — Jean Lafond, Les vitraux de Saint-Vincent de Rouen et l'aménagement du Vieux-Marché, dans Les Amis des Monuments rouennais. Bulletin, 1958-1970 (Rouen, 1972), p. 147-168, pi. 10-16."

 

les vitraux du chœur de Saint-Vincent (13 verrières du xvie siècle, réalisées en 1520-1530) qui avaient été mises à l'abri par le Service des Monuments historiques en 1939 ont été pour la plus grande partie enchâssées dans les grandes fenêtres du mur nord de la moderne église Sainte-Jeanne-d'Arc de Rouen, construite pour remplacer l’église Saint-Vincent comme église paroissiale, et dont les travaux se sont achevés en 1979

— PHILIPPE-LEMAITRE (Delphine) 1853, Notice sur les vitraux de Saint-Ouen de Pont-Audemer, Rouen, Péron

— REGNIER (Louis)  en 1899, non consulté.

— RENAUD (Edmond, abbé). 1885, Rouen. Église Saint-Vincent, monographie descriptive et archéologique par l'abbé Edmond Renaud, curé de Saint-Jean d'Elbeuf, ancien curé de Saint-Vincent ; illustrations et photogravures de Marguery, chez Charles Métérie, libraire à Rouen, 11 rue Jeanne-d'Arc, 1885. (non consulté, cité par Riviale)

— RIVIALE (Laurence), 2007, Le vitrail en Normandie entre renaissance et réforme (1517-1596) Presses universitaires de Rennes, 2007 - 429 pages, page 92

 

Bulletins de la Société des antiquaires de Picardie

https://archive.org/stream/bulletintrimest04picagoog/bulletintrimest04picagoog_djvu.txt

 

Partager cet article

Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Vitraux

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche