Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 00:46

 

La Basilique Notre-Dame du Folgoët. IX. Les vitraux du XIXe siècle : Notre-Dame-du-Scapulaire-du-Mont-Carmel remettant le scapulaire à saint Simon Stock en présence de sainte Thérèse d'Avila. Baie à gauche du chevet (baie 1) Emile Hirsch 1868.

.

 

.

 

 

 

 

 

.

Sur Le Folgoët, voir :

.

— Sur le don du scapulaire, voir :

 

 .

.

Il s'agit de la baie à gauche du chevet (baie 1) : Notre-Dame-du-Scapulaire-du-Mont-Carmel remettant le scapulaire à saint Simon Stock en présence de sainte Thérèse d'Avila, réalisé par le peintre, puis peintre-verrier parisien Émile Hirsch en 1868 à la demande du recteur Jean-Marie La Haye et sur recommandation de l'évêque de Quimper, Mgr Sergent. La bordure inférieure reproduit les armes de Pie IX et de Monseigneur Sergent. 

Je ne présenterai pas longuement  le thème de la Remise du scapulaire, parfaitement traité dans l'article Wikipédia . Mais on distinguera bien ici le scapulaire de dévotion, sacramental mineur destiné aux laïcs et diffusé depuis la fin du XVIe siècle avec la promesse de protection et du salut de l'âme, et d'indulgences pour ceux qui le porterait avec dévotion, du scapulaire monastique, pièce de l'habit monastique couvrant les épaules (latin scapula = épaule) : si, selon la tradition, saint Simon Stock eut en 1251 la vision de la Vierge lui remettant la large bande de tissu  brun qui allait caractériser son Ordre des Carmes, le vitrail montre en réalité la Vierge tendant au saint deux carrés reliés par un cordon : le scapulaire de dévotion.

Sur le vitrail, ces carrés sont bleus et on y lit le monogramme MA. Mais le véritable Scapulaire du Mont Carmel est de couleur brune. Les deux pièces de tissu sont destinées à être portées sous les vêtements, l'une sur la poitrine, l'autre dans le dos.

L'abbé La Haye peut avoir au moins quatre bonnes raisons de choisir cette scène pour ce vitrail voisin de la baie axiale, pour laquelle il avait choisi deux années auparavant le thème du Don du Rosaire à saint Dominique en présence de sainte Catherine et de Vincent Ferrier. 

a) Les deux scènes vont de pair : le  chapelet du Rosaire et le scapulaire du Mont Carmel sont les deux principaux sacramentaux mineurs ; leur représentation donne lieu à une disposition analogue d'un saint et d'une sainte à genoux face à la Vierge et de l'Enfant.

b) Le programme iconographique du Rosaire, du Scapulaire et du Couronnement se conforme à l'action de Rome dans le milieu du XIXe siècle, et notamment de Pie IX pour favoriser les pratiques dévotionnelles mariales. Pie IX a accordé des indulgences liées au port du scapulaire par des rescrits des 27 juin 1847,  21 mars 1848, 19 juillet et 13 septembre 1850. 

c) Le Don du Rosaire est lié à l'Ordre des Dominicains, tandis que la Remise du scapulaire est lié à l'Ordre des Carmes (ou du Carmel). Ces deux Ordres, l'un prêcheur, l'autre mendiant, ont été favorisés par les ducs de Bretagne, avant que François II n'adopte comme emblème la cordelière des Franciscains. Le duc Jean V favorisa les Dominicains en faisant venir en Bretagne Vincent Ferrier. Le développerai plus loin l'importances des Carmes pour le Duché.

d) Surtout, puisque la basilique du Folgoët honore le Bienheureux Salaün, dont la seule dévotion était la répétition des deux mots Ave Maria, et le seul miracle la pousse d'un lys blanc sur sa tombe avec ces deux mots sur les pétale, le Rosaire et le scapulaire donnent une place centrale à l'Ave Maria. On sait que la récitation du Rosaire égrène  cent cinquante Je Vous Salue Marie. Mais on sait peut-être moins que la seconde partie de cette prière, est reprise des ultimes paroles prononcées sur son lit de mort par saint Simon Stock, supérieur de l'Ordre du Carmel, en 1265 : « Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amen. »

En définitive, les deux baies du Rosaire et du Scapulaire forment un glorieux hommage à la prière à Marie prononcée par Salaün, tout en s'inscrivant dans le contexte historique de reprise en main des pratiques liturgiques par Rome après une période de gallicanisme, et dans celui du culte marial relancé par les Apparitions (Lourdes, La Salette), les Pèlerinages (dont Le Folgoët), et plus tard les Couronnements de statues de Vierge (dont Le Folgoët en 1888).... et en témoignant d'une fidélité à l'élan des mécènes fondateurs, les ducs de Bretagne.

.

Les Carmes en Bretagne.

 

La toute première congrégation des Carmes s’installa pour sa part en Palestine en 1185. Entre 1230 et 1238, ils essaimèrent en Europe, et seront admis au rang des Ordres Mendiants en 1235. Présents à Rouen en 1260, à Caen en 1278, puis à Pont-Audemer, les Carmes eurent comme général en 1247 saint Simon Stock, un anglais, qui rédigea la règle définitive validée par Innocent IV, et fut à l'origine de la dévotion au Scapulaire du Mont Carmel. Les Carmélites furent réformées par sainte Thérèse d'Avila au XVIe siècle.

Les Carmes fondèrent leur premier couvent breton à Ploërmel.  s'installent ensuite à Nantes en 1318, puis à Rennes en 1260, à Saint-Pol-de-Léon en 1353, à Hennebont en 1379, à Pont-l'Abbé en 1383. En 1384 la Province de France se scinde et crée la Province de Touraine, qui inclut parmi ses 10 couvents ceux de Bretagne. D'autres couvents se créent à Dol en 1401, à Vannes en 1425, , Le Guildo, Quintin, Josselin,  au couvent  Saint-Sauveur en Saint-Hernin en 1644, et enfin Sainte-Anne-d'Auray au XVII siècle. Une confrérie du Saint-Scapulaire est attestée à Saint-Pol-de-Léon au XVIIe siècle.

.

Les Carmes et les Ducs de Bretagne.

Jean II : sa tombe aux Carmes de Ploërmel.

Saint Louis en 1254 revenant de la sixième Croisade, décida six Religieux à l'accompagner à Paris. Mais une tradition veut que Jean de Bretagne, Comte de Richemont et fils du duc Jean Ier, en a également amené deux à Ploërmel en 1271 où sera fondé le premier couvent breton des Carmes.

 Jean II y sera finalement inhumé le 16 décembre 1305 à l’âge de 66 ans dans le chœur du nouveau monastère. Tombeau du duc Jean II à Ploërmel.

Arthur II : son cœur aux Carmes de Ploërmel.

Le successeur de Jean II, Arthur II, mourut à son tour en 1312. Il poursuivit le geste de son père, en y transférant son cœur. 

 Jean III : inhumé aux Carmes de Ploërmel.

Jean III, fils d'Arthur II confirma cette tradition à sa mort mais également de son vivant en réaffirma les privilèges de la communauté  des Carmes de Ploërmel en 1318, et, à sa mort en 1341, il souhaita à son tour y être inhumé. Le monument consacré ne sera finalement réalisé et monté qu’en 1365 par son neveu, le duc Jean IV, sous la forme d'un tombeau de marbre. Tombeau du duc Jean IV à Ploërmel .

 

Jean IV.

La victoire de Jean IV sur Charles de Blois profita aux Carmes, car les franciscains du couvent des Cordeliers avait soutenu le camp des vaincus.

Jean V.

- En 1419, le duc Jean V emprisonné se voua à Notre-Dame-du-Carmel. Libéré, il se rendit au couvent des Carmes de Nantes et y fit élever un monument. (Louis de Sambucy https://books.google.fr/books?id=EdiWq1ZHJK4C&pg=PA90&lpg=PA90&dq=%22duc+de+bretagne%22+scapulaire&source=bl&ots=IImX0M-8Vx&sig=78IEH_Vk3isy4oOHOcE3zYFDYac&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi32oexgIPUAhXEuRQKHecPDu4Q6AEIJzAA#v=onepage&q=%22duc%20de%20bretagne%22%20scapulaire&f=false

- Le premier couvent des Carmes de Vannes fut fondé en 1425 par le duc Jean V près de la chapelle Notre-Dame du Bondon

Pierre II.

La duchesse Françoise d'Amboise, veuve du duc Pierre II fonde en 1463 le premier carmel féminin de France, à Vannes.

 

Anne de Bretagne.

—Entre 1499 et 1507, Anne de Bretagne fait réaliser dans la chapelle des Carmes de Nantes un tombeau pour ses parents, François II de Bretagne et Marguerite de Foix.  

—  À sa mort en 1514, Anne de Bretagne est inhumée dans la basilique Saint-Denis, comme tous les monarques capétiens, mais son cœur, déposé dans un écrin  en or, sera  placé dans la chapelle des Carmes de Nantes. à la tête du tombeau entre François II et Marguerite de Foix, dans un coffret, entouré d'un scapulaire d'étoffe.

.

Iconographie :

La présence de sainte Thérèse d'Avila lors de la Remise du scapulaire  se retrouve dans diverses peintures de la seconde moitié du XIXe, comme à Saint-Bonnet-le-Château par Ravery en  1836 pour le couvent des Ursulines, ou à Bonifacio, où l'ex-voto est en réalité une lithographie éditée à Paris par Turgis.  Le Musée de Bretagne, à Rennes, conserve une bannière ancienne sur fond de soie claire représentant une Donation du Rosaire et du Scapulaire à Simon Stock et Thérèse d'Avila et provenant de la paroisse de Gévezé (Ille et Vilaine).

.

Notre-Dame-du-Scapulaire-du-Mont-Carmel remettant le scapulaire à saint Simon Stock en présence de sainte Thérèse. Baie 1, Emile Hirsch 1868. Basilique Notre-Dame du Folgoët. Photographie lavieb-aile mai 2017.

Notre-Dame-du-Scapulaire-du-Mont-Carmel remettant le scapulaire à saint Simon Stock en présence de sainte Thérèse. Baie 1, Emile Hirsch 1868. Basilique Notre-Dame du Folgoët. Photographie lavieb-aile mai 2017.

.

 

 

Notre-Dame-du-Scapulaire-du-Mont-Carmel remettant le scapulaire à saint Simon Stock en présence de sainte Thérèse. Baie 1, Emile Hirsch 1868. Basilique Notre-Dame du Folgoët. Photographie lavieb-aile mai 2017.

Notre-Dame-du-Scapulaire-du-Mont-Carmel remettant le scapulaire à saint Simon Stock en présence de sainte Thérèse. Baie 1, Emile Hirsch 1868. Basilique Notre-Dame du Folgoët. Photographie lavieb-aile mai 2017.

.

Notre-Dame-du-Scapulaire-du-Mont-Carmel remettant le scapulaire à saint Simon Stock en présence de sainte Thérèse. Baie 1, Emile Hirsch 1868. Basilique Notre-Dame du Folgoët. Photographie lavieb-aile mai 2017.

Notre-Dame-du-Scapulaire-du-Mont-Carmel remettant le scapulaire à saint Simon Stock en présence de sainte Thérèse. Baie 1, Emile Hirsch 1868. Basilique Notre-Dame du Folgoët. Photographie lavieb-aile mai 2017.

.

 

e-du-Scapulaire-du-Mont-Carmel remettant le scapulaire à saint Simon Stock en présence de sainte Thérèse. Baie 1, Emile Hirsch 1868. Basilique Notre-Dame du Folgoët. Photographie lavieb-aile mai 2017.

e-du-Scapulaire-du-Mont-Carmel remettant le scapulaire à saint Simon Stock en présence de sainte Thérèse. Baie 1, Emile Hirsch 1868. Basilique Notre-Dame du Folgoët. Photographie lavieb-aile mai 2017.

.

La bordure inférieure associe les armes de Pie IX, à gauche, et celles de Monseigneur Sergent à droite.

Les armoiries papales de Pie IX, (1846-1878) sont  Écartelé en 1 et 4 d'azur au lion couronné d'or et en 2 et 3 d'argent aux deux bandes de gueules.

.

 

Armoiries de Pie IX, bordure de la baie 1, Emile Hirsch 1868. Basilique Notre-Dame du Folgoët. Photographie lavieb-aile mai 2017.

Armoiries de Pie IX, bordure de la baie 1, Emile Hirsch 1868. Basilique Notre-Dame du Folgoët. Photographie lavieb-aile mai 2017.

.

Les armoiries épiscopales de Monseigneur Sergent, évêque de Quimper et Léon de 1855 à 1871 sont : d’azur à la Vierge entourée de douze étoiles dans une gloire et posée sur une nuée mouvant de la pointe de l’écu, le tout d’argent.

.

Armoiries de Pie IX, bordure de la baie 1, Emile Hirsch 1868. Basilique Notre-Dame du Folgoët. Photographie lavieb-aile mai 2017.

Armoiries de Pie IX, bordure de la baie 1, Emile Hirsch 1868. Basilique Notre-Dame du Folgoët. Photographie lavieb-aile mai 2017.

.

.

SOURCES ET LIENS.

.

 

— ABGRALL (Jean-Marie) 1909 Notice sur Le Folgoat  Bulletin Diocésain d'Histoire et d'Archéologie, Quimper page 175 et 209

https://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/bdha/bdha1909.pdf

— ABGRALL (Jean-Marie), 1896, Le Folgoët (Finistère), « Livre d’or des églises de Bretagne », Rennes, 

— ABGRALL (Jean-Marie), 1901, L'église Notre-Dame du Folgoat, in A.Le Grand, La vie des saincts...page 88

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5038760/f126.item.r=Folgoet

 

— COËTLOGON (Marquis de), 1851, Dessins, histoire et description de l’église de Notre-Dame du Folgët, Brest, 1851

— COUFFON (René), LE BARS (Alfred), 1988, Répertoire des églises : paroisse de LE FOLGOET. Notice extraite de : Diocèse de Quimper et Léon, nouveau répertoire des églises et chapelles, par René Couffon, Alfred Le Bars, Quimper, Association diocésaine, 1988.

http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf-Couffon/FOLGOET.pdf

 

— COURCY   Notice sur Notre-Dame du Folgoët, par Pol et Henri de Courcy. ln-12. Saint- Brieuc, Prud'homme; 1860

DANTEC (Dominique), 1986, La basilique de Notre-Dame-du-Folgoët : un programme classique de vitraux au XIXe siècle Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest  Année 1986  Volume 93  Numéro 4  pp. 405-410

http://www.persee.fr/doc/abpo_0399-0826_1986_num_93_4_3237

— GUILLERMIT (Augustin),1922  Le Folgoat Monographie paroissiale. ed. A. Lajat (Morlaix)

https://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/8c56e3a44e19df315b7cd0de70f0f172.pdf

— GUILLOUET (Jean-Marie), 2009,  Le Folgoët, collégiale Notre-Dame, Congrès archéologique de France (2007), Finistère. 165, pp.166-176.

https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00557740/document

— JOB AN IRIEN 1989, A la recherche de la vérité sur Notre Dame du Folgoët = Itron Varia ar Folgoet. Ed Minihi Levenez (Landerneau) 24 p.: ill.; 25 cm.

 

— KERBIRIOU (Louis) 1938, Un grand Sanctuaire Marial en Bretagne · Notre·Dame du Folgoët Notice descriptive, historique et archéologique, Brest, Impr. Le Grand

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/c02069db4918a110fe135511d651ae02.pdf

LE GRAND (frère Albert), Les vies, morts, gestes et miracles  des Saints de la Bretagne Armorique : première édition à Nantes en 1636 chez Pierre Doriou / 1659 Rennes, Ferré, Jean Vatar / Rennes, Veuve de Ian Vatar à la Palme d'or, 1680 / édition annoté et augmenté par Miorcec de Kerdanet Brest, P. Anner et fils 1837 / édition par A.M. Thomas et J.M. Abgrall Quimper 1901.

https://archive.org/stream/LaVieDesSaintsDeLaBretagneArmorique/saints_vie_bretagne#page/n1/mode/2up/search/folgoat

 

 

— LÉCUREUX ,1914,  « Le Folgoët. Église collégiale. 3ème excursion », dans Congr. arch. de France. Brest et Vannes, 1914, p. 99-110.

— LORME (A. de ), 1896, « L’art breton et l’église du Folgoat », dans Congr. arch. de France . Brest, 1898, p. 218-236.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k356651/f290.item

— MIORCEC DE KERDANET ( Daniel), 1853, Nouvelle notice sur N.-D. du Folgoët et sur ses environs, J.-B. Lefournier (Brest), 144 p.; 22 cm.

https://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/33e093346604e23fe86b2fdaa39ca374.pdf

Ou : in A.Le Grand, La vie des saincts 1837 :

https://books.google.fr/books?id=BYITAwAAQBAJ&dq=%22La+vie+des+saints+de+la+Bretagne+armorique%22&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

— PENNEC (Cyrille), 1825,  Le dévot pèlerinage de Notre-Dame du Folgoët, Rennes

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/061c8316a48418d20634b1b408c93613.pdf

 

— INFOBRETAGNE :

http://www.infobretagne.com/folgoet.htm

http://www.infobretagne.com/folgoet-basilique.htm

— LES AMIS DU FOLGOËT.

http://les-amis-du-folgoet.pagesperso-orange.fr/Basilique.htm

— monumentshistoriques.free.fr

http://monumentshistoriques.free.fr/cathedrales/folgoet/descriptif.html

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Le Folgoët
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche