Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 octobre 2019 5 18 /10 /octobre /2019 21:23

Les sablières de l'église Saint-Nicaise  de Saint-Nic. Le porche sud (1562).

 

.

 

 

.

 

 

 

.

 

 

 

 

.

Voir sur la commune de Saint-Nic :

— L'église Saint-Nicaise :

 

.

— La chapelle Saint-Côme et Saint-Damien :

 

.

— La chapelle Saint-Jean :

 

— L'église de Trégarvan (sablières de 1670 par le Maître de Saint-Nic) :

—L'église de Plomodiern (sablières de 1564 par le même artisan qu'à Saint-Nic en 1562):

 

— Plus largement :

 

.

 

 

.

.

Le mur intérieur du porche sud de l'église Saint-Nicaise de Saint-Nic porte une belle inscription sculptée sur la pierre, qui indique la date de sa construction en 1561.

.

 

.

Le porche a reçu sa charpente l'année suivante, comme l'indique le cartouche d'une sablière, portant la date de 1562. Le menuisier et ymagier qui a égayé les deux sablières de dragons et de chimères a réalisé en 1564 un travail identique dans l'église de Plomodiern, à 5 kilomètres au sud-est.

En 1566, la nef de l'église fut construite, et reçut sa charpente peu de temps après, avec, là encore, des sablières et des blochets figurées. Eut-on recours au même artisan pour la nef, puis les transepts, que pour le porche ? Le prochain article, qui présentera cette charpente sculptée, tentera de répondre.

.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

.

.

LE COTÉ DROIT DU PORCHE.

.

 

 

Au dessus des six niches à dais, vides de statues, une pièce de bois sculptée réunie deux blochets figurés.

Cette sablière comporte un cartouche central, tenu par deux hommes-dragons, liés chacun par la queue à un  dragon ; deux médaillons encadrent ce motif.

Dans ces personnages qui tiennent le cartouche, nous retrouvons les traits de leurs homologues de la nef et du porche de l'église de Plomodiern, tant dans la morphologie des visages (un front bombé, un "œil d'horus", un nez camus et un menton fuyant) que dans les bagues d'où partent, en guise d'ailes, d'ailerons ou de queue, des volutes ou panaches indentées comme des feuilles. Le thorax est entaillé de lignes longitudinales, de coups de gouge  et de perforations (pour rendre les verrucosités des dragons) et l'abdomen est marqué de coups de gouges en demi-cercle alternant avec des perforations au foret. Ces caractéristiques sont typiques du style et de la manière de faire de l'artisan des sablières de Plomodiern ( à qui Sophie Duhem donne le nom de Brellivet, alors que je pense que c'est le nom du fabricien), style qui se retrouve aussi dans la région du Cap-Sizun.

L'anneau qui relie deux à deux les queues des dragons se retrouve fréquemment sur les sablières de la région, mais aussi sur les ornementations en pierre des porches sculptés par  Bastien Prigent à la même période.

Cette période de réalisation du porche est connue avec précision par le cartouche aux poignées trapézoïdales  car on lit la date 1562 gravée en haut à gauche. Une inscription non plus gravée, mais sculptée en réserve est moins lisible; elle indique peut-être AVE MARIA (ma première hypothèse) mais plus vraisemblablement LE PARLÃT, nom d'un fabricien clairement inscrit dans la nef. Les marques en I sont visibles malgré les couches de peinture sur les poignées.

Les deux têtes de dragons ont les mêmes proportions et le même dessin qu'à Plomodiern, avec un grand œil ovale, des oreilles d'âne, une gueule de loup aux rangs de dents pointues et une belle langue rouge.

.

 

.

.

 

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

.

.

Les deux médaillons sont également issues du vocabulaire habituel de l'artisan de Plomodiern, et j'ai déjà cité à leur propos ce texte de Sophie Duhem :

"Les sculpteurs italiens développent à la fin du Quattrocento le thème du buste en relief sur médaillon, une figure qui apparaît à plusieurs reprises dans l'ornementation des charpentes. Bien que nous n''ayons pas retrouvé dans les recueils de gravures d'équivalents iconographiques des modèles sculptés sur les sablières, l'origine italienne ne fait aucun doute. Au total, 82 pièces de charpente [du corpus étudiées par S. Duhem dans sa thèse, soit 1,7%] sont ornées de portraits sur médaillons, principalement regroupés dans les paroisses du Cap Sizun et dans le diocèse de Vannes. Le modèle le plus répandu présente une tête de face ou de profil, disposée au centre d'un médaillon cranté ou marqué d'encoches . Cette dernière formule est utilisée par J. Brellivet à Cleder-Cap-Sizun (1554), Primelin, et Saint-Nic (1562). "  Sophie Duhem 

Voir les sablières de Guillaume Lamyon à Loguivy-Plougras en 1557 : 

http://www.lavieb-aile.com/2018/03/les-sablieres-1541-1557-de-l-eglise-saint-emilion-de-loguivy-plougras-22.html

 

C'est dire si (malgré, sur ma photo,  les toiles d'araignées que je n'ai pu ôter), il ne faut pas négliger d'observer cette alternance de marques en I et de perforations.

Les personnages sont ceux de Plomodiern : un couple (malgré ici la  distinction bien faible des deux genres) porte un bonnet (une coiffe ou un casque) et une fraise à épais godrons.

.

.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

.

.

Le blochet de gauche est un homme coiffé d'un bonnet en diabolo et vêtu d'une pèlerine, dont le col aux belles lignes laisse deviner une petite fraise blanche. Rien ne permet d'affirmer la fonction de ce personnage ou de l'identifier.

Ce blochet diffère de ceux  du porche de Plomodiern, dont une partie était à peine dégagée de la poutre par des traits de gouge, et dont le menton était hypertrophié.

.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

.

.

L'autre blochet est sculpté en tête de dragon.

Dans les deux cas, l'exécution relève de la même main que la sablière.

.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

.

Le lambris est indenté par deux culots, dont l'un est à motif végétal et l'autre représente un personnage tenant un phylactère portant des marques en I. Le bonnet, le visage dévoré par l'œil, la petite fraise blanche, nous retrouvons nos détails stylistiques.

.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

.

.

LE COTÉ GAUCHE DU PORCHE.

.

.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

.

.

Un enfant nu (un putto) bras et jambes écartés tient par leur oreille deux dragons.

Nous aurons le plaisir de vérifier comme sur une check-list que les marques de ciseau (droit ou courbe) et de foret sont bien présentes, de même que les yeux aux larges pupilles, etc.

.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

.

.

Et nous retrouvons nos personnages de profil dans leur médaillon, avec ici un bonnet marqué d'un pli (ou d'une visière).

.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

.

.

Le blochet de droite est identique à celui qui lui fait face : un personnage à la toque de juge (ou de marmiton) plissée, à la pèlerine protégeant bien les épaules, et au sourire un peu benêt.

Et le blochet de gauche est, pourquoi changer, une tête de dragon.

.

.

.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

.

.

Les culots représentent deux têtes d'hommes barbus, à la gueule un peu de travers, mais que rien ne permet d'identifier. Néanmoins, le grand œil à la pupille en rondelle nous prouve que l'ensemble des sculptures de la charpente est de style homogène.

.

.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

.

.

SOURCES ET LIENS.

ABGRALL (Jean-Marie), 1916, Bul. Société archéologique du Finistère.

https://societe-archeologique.du-finistere.org/bulletin_article/saf1916_0122_0159.html

COUFFON (René), Le Bars (Alfred), 1988, 

http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf-Couffon/SAINTNIC.pdf

EGLISE SAINT-NICAISE (I.S.) L'édifice actuel, en forme de croix latine, comporte une nef irrégulière avec bas-côtés de trois travées au nord et de quatre travées au sud, un transept et un choeur profond à chevet plat. Il date de la seconde moitié du XVIe siècle. Du type à nef obscure, il est lambrissé sur sablières sculptées. Les grandes arcades pénètrent directement dans les piliers octogonaux. Entre deux arcades du côté nord, inscription : "M. LE. PARLAT. FA. 1566." Et sur un pilier du bas-côté sud : "I. C. P. 1536 (?)." Le clocher, du type cornouaillais à une chambre de cloches sans galerie, porte la date de 1576 ; il fut réparé en juin 1790 par Hervé Chapron, de Pleyben. Sur le portail ouest en tiers-point et à voussures sous accolade, date de 1570.

Le porche latéral du midi, lambrissé, est daté 1564 sur le gable ; ses sablières sont décorées de chimères et de grotesques. Il renferme douze niches latérales, aujourd'hui vides, pour les Apôtres ; l'une d'elles est datée 1620 ; à l'extérieur, cadran solaire de 1614.

Situé à l'ouest du porche, l'ossuaire d'attache à trois baies trilobées du XVIe siècle, ouvert maintenant sur l'église, sert de fonts baptismaux.

— DUHEM (Sophie), 1997, Les sablières sculptées en Bretagne: images, ouvriers du bois et culture paroissiale au temps de la prospérité bretonne, XVe-XVIIe s. ... préface d'Alain Croix. , Rennes :Presses universitaires de Rennes, 1997 : thèse de doctorat en histoire sous la direction d'Alain Croix soutenue à Rennes2 en 1997.

— PARCHEMINOU ( Corentin), 1930  “Saint-Nic : une paroisse cornouaillaise pendant la Révolution : ses monuments religieux,” 

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/3082c766c9392bec4684ec9de6920595.pdf

 

 

Partager cet article

Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sablières

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche