Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 08:39

            Légende des Dix mille martyrs :

      La version tirée de la Vie et passion de Saint-Denis de 1270-1285 confrontée au texte d'Anastase le Bibliothécaire.

Voir :

 

 

             Dans le cadre de mon étude du retable de l'église de Crozon consacré à ce thème, je donne ici la transcription de la Légende des Dix mille martyrs telle qu'elle apparaît dans le manuscrit en ancien français de la Bibliothèque nationale de France dit Français 696 disponible en ligne sur :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8447187m/f47.image.

 Il s'agit d'un manuscrit écrit entre 1270 et 1285 en écriture gothique en français sous le titre Vie et passion de saint Denis, traité des reliques, Légende de la passion des dix mille martyrs, Légende de la Véronique ; Chronique abrégée de la naissance de J.C à 1112, Continuation de 1120 à 1278. Il est conservé à la Bibliothèque Nationale de France, département des manuscrits sous le nom  de "français 696".    provient des ateliers de copistes et de peinture de l'Abbaye de Saint-Denis. La Légende des Dix mille martyrs est traitée sur les folio 18v à 23r.

   Datant du XIIIe siècle, c'est, à ma connaissance, la plus ancienne version disponible en français. Elle provient de l'atelier de l'Abbaye de Saint-Denis, nécropole des rois de France. Je montrerai ultérieurement qu'elle est à l'origine de plusieurs autres versions successives, toutes lièes au pouvoir royale, et formant ce que je nomme une veine historique (car liées aux Grandes Chroniques) différente de la veine religieuse des Acta Sanctorum. Je montrerai aussi qu'elle est la traduction fidèle du texte latin originel, celui d'Anastase le Bibliothécaire.

 

  Je donne en notes mes découvertes de chaque mot qui m'a donné du fil à retordre, puis je donnerai l'adaptation en français moderne, tant bien que mal. J'ai trouvé plaisir à découvrir les erreurs qu'à commis le moine copiste de Saint-Denis, lettre oublièe, mot ou groupe de mots recopiés deux fois de suite, et de découvrir aussi comment le correcteur les avait signalées, soit en soulignant de petits points la répétition coupable, soit en suscrivant une minuscule lettre réparant l'oubli, ou, lorsque cela n'était pas possible, en l'indiquant d'un petit signe. J'ai éprouvé une grande sympathie pour ce bon moine, et même une gratitude pour sa façon élégante d'alléger mes scrupules pour tous mes lapsus calami. De même, je vous souhaite bien du bonheur à me corriger.

 

 

 

I. Essai de transcription.

  J'ai respecté au mieux le texte sans introduire de ponctuation, de signes diacritiques ou de majuscules (sauf après les points) , mais m'autorisant à ménager quelques espaces entre les mots conjoints, à remplacer les u par leur équivalent ramiste v, les tildes par les n manquants, et à aérer le texte par des paragraphes très arbitraires. Le texte étant disposé en deux colonnes, j'ai nommé A la colonne de gauche et B celle de droite.

   N'ayant aucune compétence ni formation en ce domaine, j'ai certainement commis de nombreuses erreurs et quelques contre-sens, et on évitera de prendre cette transcription pour autre chose que ce qu'elle est, une tentative de mettre sur la toile un document que je n'y trouvais pas. Les corrections seront accueillies à bras ouverts.

  Folio 18v B

    "Ici commence la passion des .x. mile martirs.

   ( Q en rubrique) Quant nostre sire ihesucrist sauveures  li fiuz du verai pere pardurable aparut ou monde verite fu nee de terre si comme david dit ou sautier* et iustice resplendi seur les iustes qui sunt en terre et les escita* a pitie* cest au servise nostre seigneur. De la compaignie de ces bonnes genz fu saint achaces li prince et li dux etliades* et thyerris li mestres de chevaliers et quartoires qui enseigne les nouveaus chevaliers. et leur autres compaignons uquel en .x. milliers qui en un iour sosfrirent mort pour le nonz iesucrist. Or es en quel maniere illa souffrirent et par quel acheson* il deservirent a parvenir as celestiex sieges. La parole qui apres vient le voudra demostrer.

  Quant adrians et antonins* gouvernoient li empire de rome li gaderius* et cil qui sunt ioste le fleuve de eufrate se sostrairent de leur seigneurie et commencerent a estre rebelle contre eux. et quant cete novele vint as empereurs li furent (esveu) de ..."

 

 a) Notes :

 

   * david dist ou sautier : allusion au Psaume 85 (84), 11 : Veritas de terra horta est, et justitia de caelo prospexit,  "La vérité germera de la terre et la justice regardera du haut du ciel" (trad. Crampon). Dans les Commentaires et les Sermons de saint Augustin sur les Psaumes, celui-ci écrit : "Qu'est-ce que la Vérité qui est née de la terre ? C'est Jésus-Christ. Qu'est-ce-que la terre ? C'est la chair. Voyez de qui est né Jésus-Christ et vous verrez que la vérité a germé de la terre." 

   * escita : verbe esciter : "exciter, exister, relever, faire sortir",  (Godefroy, dictionnaire).

   * a pitie : le texte latin ad pietatem amène à traduire a pitie  par "à la piété".

   *  acheson : le DMF donne ochaison, "circonstance", avec les formes achaison, acheison, encheson, etc...

   * li dux et liades : il s'agit de la première mention d'Heliade ou Eliade, qui apparaît comme le second d'Acace. Acace et Heliade appartiennent à la liste des saints établie par Jacques Severt à partir des Chartes de l'Abbaye de Saint-Denis en 1624. Le martyrologe romain fêtait Hellade, martyr, le 28 mai. Les autres noms de chefs sont Thyerris le maître des chevaliers, que l'on retrouvera folio 21v, (et ensuite sous le nom de Theodore, puisque le texte latin donne Theodorus là où nous trouvons tierri) et Quartoires le responsable de l'initiation des nouveaux chevaliers qui ne sera pas cité, sauf à considérer qu'il s'agit de Cartère. Cette hypothèse se trouva renforcée plus tard par ma découverte du texte latin qui donne "Carterius". La hiérarchie des grades fait se succéder le Prince (Primicerius en latin), le dux ou duc (dux en latin), le Maître des chevaliers (Magister militum) et "celui qui enseigne les nouveaux chevaliers" (Campi-doctor en latin). Effectivement, Flavius Vegetius donne cette définition du campi-doctor : "sergent instructeur qui apprenait aux recrues les exercices qu'elles devaient faire dans le Champ de Mars (Veget. Inst. Mil. III, 6,8).

   * adrians et antonins : Il s'agit de l'empereur romain Adrien (règne :117-138) et de son successeur Antonin le Pieux (règne : 138-161), qui avait été proconsul d'Asie sous Adrien vers 130-135 avant d'être adopté par celui-ci un an avant sa mort ; selon le texte des Acta Sanctorum, le récit est censé de dérouler en 120 (Giry-Guérin) ou vers 138, mais il est permis d'imaginer  quelques années auparavant Adrien accompagné par son proconsul.

   * gaderius le terme est habituellement traduit par "les Gadaréens" ou "les Gadaréniens", mais ce nom désigne un peuple de Jordanie autour de la ville antique de Gadara ; il doit sa célébrité à sa mention dans l'évangile de Matthieu et au récit du miracle par lequel Jésus chasse les démons. Dans l'évangile de Marc, il est fait mention des Géraséniens (autour de la ville de Gérasa), et dans celui de Luc, des Gergéséniens, autour de Gergesa, au bord du lac Tibériade. Dans les trois cas, on est loin de l'Arménie. Il peut sembler plus judicieux de traduire-trahir, avec François Arnoulx (1628) "Agariens" et de s'orienter vers un des peuples scythes habitant la Sarmatie, au nord-est de l'Arménie.

 

Folio 19r.

Folio 19r A.

  " ...grant ire et assemblerent leur ost et vindrent contre leur anemis et fischierent leur tentes contre eus il avoient en leur ost .ix. milliers d'une part et .vii. dautre de chevaliers forz et vertueus et bien esprover en chevalerie seculer et enquant apartient a batalle.

  Li ior de la batalle vint et les diu host sasembleirent en un champ pour combatre. Li empereur ovec eux les ymages de leur dieux iovis et paulins* en qui ils avoient fiance de leur victoire. Mes il auvient* virent la grant multitude de leur anemis dont il avoient cent milliers si furent mont esmaie*  et pris en leur cuer de grant pour et torneirent la fute atout* .vii. mile chevaliers des leur. Quant li empereur orent prise la fute li princes achaces et li duc elides se torneirent vers les .ix. milliers de leur compainons et disrent seigneurs que vos semble de fuir ou de lester comme il aparteent a forz chevaliers. venez et sacrefions a nos deux que nos puisons avoir victoire par eux. de nos anemis.

  Lors si sacrefierent un chevrel* et apres ce si furent plus esmaie et plus espoante et tantost sen torneirent en fute. Quant il se fuioient estrevos lagle* nostre seigneur ensemblance d un iouvencel qui coroit devant eux* et dist Pourquoi vos a pour sienvai que quant vos eus ces sacrefiez que vos estes tornez en fute et de vos serranz granz eschais. Mes oiez moi seigneur predome et accomplissiez ce que ie vos dirai. Apelez le dieu du cil qui estend la hauteste des ciex et fonda la terre seur fermete qui neist par son agele ocist quatre vinz milliers et cent des hommes seupnacherip* le roi dasiie et lui meismes fist torneir en fute. Creez doncques ihesucrist li fuiz dieu qui est rois pardurables et ile combatra Folio 19r B pour vous et vous fera sauf. Quant li angres out ce dit oiant touz achaces dist a eliades et a les autres compaignons seigneurs que vos semble de ce que vos avez oi. Eliades dist esprouvons cete chose et ferons ci comme cil iouvenceaux nos a dit.

   Lors sescrieirent touz a une voix et disrent nous croions en toi sires ihesucrist et premetons* a faire en ton nom ce que cist iouvenceaus nos a desmontre. Sitost il crurent en nostre seigneur ils firent une empeinte* contre leur anemis et ocistrent touz leur aversaires parce que li angres les aidoit. Et li autre trebuschieirent dune haute montaigne et moururent et li plusieur perirent en un lac qui prochain estoit dex.

   Quant tuit li aversaire furent degaste par diverses manieres de mort li angres damedieu* prist les hommes et les mena au sommet d une montaigne qui a nom ararab et mont le glorifierent au povoir damedieu. Cele montaigne ci est loingt de la cite d'alixandrie* entour .lx.ii. lieues et demie*. Li angres s asist au milieu de ses hommes et li ciel saovrirent et .vii. descendirent entre eus. Quant li saint homme les virent si furent mout epouante et mout esmaie. Mes li angre qui primes leur estoit aparuz les conforta et leur dist  naiez pas pour que ce sunt  angres.

   Lors aprimes* connurent  icil meismes estoit angres qui a eus parloit. Li angres qui descendu estoient se demostreirent as sainz damedieu si comme fragelite  domme le pooit comprendre. Et les enseignerent et leur disrent vos estes beneurez qui avez cru le dieu vivant. Nos vos anoncons les choses qui avenir vos sunt. Apres tiers iour vous serez quis et menez devant les rois naiez pas pour deux quer dieu..."

Notes: 

   * iovis et paulins : les dieux Jupiter (Jovis) et Apollon, curieusement nommé "Paulin".

   *auvient : le mot est souligné par des pointillés, comme ailleurs lorsque des mots ont été écrits deux fois de suite par erreur : je suppose qu'il doit être considéré comme fautif, à exclure du texte.

   * esmaie : du verbe esmaier en ancien français ( Godefroy,Lexique) signifiant " se troubler, s'effrayer".

   * torneirent la fute atout. Fute est une variante de fuite (Godefroy) : "la fuite atout" pourrait être une expression pour signifier une déroute, je la retrouve dans la Chronique du bon chevalier de Jacques de Lalain (1421-1453) : "les desconfit et mis en fuite atout son petit nombre de gens". J'ai traduit : "(ils) détalèrent à toutes jambes".

   * chevrel : on trouve dans le lexique de Godefroy chevrele : " petite chèvre ; femelle du chevreuil". Dans la version de la Légende par Vincent de Beauvais traduite par Jean de Vignay, il s'agit d'un bouc. Mais le texte latin donne "hoedum de capra" : il s'agit d'une jeune chèvre, d'un chevreau.

   * lagle : je traduis "l'ange" ; pour ce mot, nous trouverons juste après la forme  "agele", puis, définitivement "angres".

   * qui coroit devant eux : je me demande si cette indication n'est pas simplement une traduction erronée du latin currens velut adolescens, qui se traduirait plutôt par "fonctionnant (se présentant) comme un adolescent". Ce serait un élément indiquant que le copiste traduit directement le texte latin.

*Seupnacherip : il s'agit de Sennacherib ou Sancherib, roi d'Assyrie de -704 à -681, qui, dans l'Ancien Testament, vient livrer combat contre Ezechias, roi de Juda. Le texte fait ici référence à 2 Rois 19, 35-36 : " Cette même nuit l'ange de Yahvé sortit et frappa dans le camp assyrien 185 000 hommes. Le matin au réveil, ce n'étaient plus que des cadavres. Sénnacherib roi d'Assyrie leva le camp et partit. Il s'en retourna et resta à Ninive." (trad. Bible de Jérusalem). On note que le traducteur-copiste donne un chiffre (erroné) de 180 000 hommes alors que le texte latin en indiquait bien 185 000.

   * pr~emetons : la forme premetons pour "promettons" est attestée sur un cartulaire de l'Hotel Dieu de Pontoise en 1278 (Chartre de Guillaume Tyrel) ; je n'interprète pas le tilde.  

   * empeinte : DMF : empeinte, subst masc et fem. B : "assaut, charge" (du latin impingere). Autres formes : empainte, empointe.

   * damedieu : selon le DMF (dictionnaire du Moyen Français) : le mot provient du latin dominus et signifie "Seigneur Dieu, Dieu", avec, en ancien français, de très nombreuses formes comme damnedeu, dambredeu ou dominedeu

   * Alixandrie : non pas Alexandrie en Egypte, mais l'une des multiples Alexandrie fondées par Alexandre le Grand lors de ses conquêtes, ici en Arménie, voir selon Jacques Servet Pline Livre 6 ch. 17. 

   * .lx.ii. lieues et demie : la lieue de Paris mesurant, au XIIIe siècle, 3248 mètres, il s'agirait d'une distance de 203 kilomètres, qui ne correspond pas aux cinq cent stades du texte latin soit 92,5 kilomètres ( le stade romain mesurant 185 mètres). On trouvera une distance de cinq cent stades dans la version des petits Bollandistes, et cinq stades dans celle des Grandes Croniques de Bretaigne. Comme on ne trouve de ville d'Alexandrie ni à cinq stades, ni même à cinq cent stades, le rédacteur de l'Abbaye de Saint-Denis a peut-être trouvé une ville candidate à 203 km d'Ararat. 

   * Lors aprimes : " Tout d'abord", "au début". Du Cange : du latin adprimitus avec l'exemple Lors aprimes fust elle roine

 

 

 

Folio 19v.

Folio 19v A

"  ..dieus est ovesques vos qui garde la force et la vertu de ceux qui en lui croient. Quant li angres orent ce dit li sempartirent*  si que les saint puis ne les virent il furent seuprist  de grant peour ; et ne gehisoient* a grant voiz leur pechieiz. Quant li trois iours furent passe li empereur les firent querre et disoient entre eux que quidiez vos que soit avenu de ces chevaliers. Nos nos enfuimes de la batalle or envoions de nos genz pour eux enquerre. Cil qui furent envoie vindrent a la montaigne ou li saint estoient et esgardeirent* et coneuvrent qu'il estoient cretiens quer il les avoient oi glorifier et beneir damedieu. Quant ils oirent ce il descendirent de la montaigne et noncierent as empereurs ce qui estoit avenu. Quant il orent ce oi li furent mont dolent et mistrent cendre seur leur chief et .v. iorz furent sanz boire et sanz mengier et plorerent mout durement.

   Quant li .v. iors furent passees ils se consseilleirent ensamble quils apeleroient .v. autres rois pour faire le iugement. Et tretierent* de ces sainz hommes par devant ces rois tantost si sasistrent et escristrent une epitre qui contenoit icez sens

  Antoins et andrieu li noble empereur des romains mandent saluz as tres puissanz rois sapor* maximes adrian tyberian et alautre maxime. Nos volons que vos sachiez que nos eusmes batalle contre les gaddaraims et contre ceus qui sunt delez le fleuve euphraten. En cete batalle eusmes .vii. milliers dune part et .ix. datre de chevaliers forz et puissanz et bien armez mes quant nos veumes la multitude de nos aversaire nos nos enfoismes otout .vii. milliers. Li  Folio 19v B .ix. milliers remestrent en la batalle et se combatirent vertueusement et urent la victoire de leur anemis. Li quant en ocirent .c. milliers qui est neis merveilles aoir. Quant nos sumes les noveles nos sacrefiames a nos dieux grant sacrefice et pour li tres grande victoire et feismes mont grant ioie. Mes apres ce charmes an grant angoisse de nos cuers que nos oismes dire que cist estoient devenu crestien et habitoient en une haute montaigne qui seurmonte par hautesre touz les austres monts d armenie. Or venez donc a nos si treterons ensemble que l on doit de ce fere.

  Quant li austre rois orent receu ces lettres et parleves furent raempli de tristrerese et assembleirent mout grant ost de forz hommes et parvindrent a la cite ou estoient li diu empereurs. Tantost comme il vindrent la tout premierement ils firent sacrefice a leur ydoles. Apres ci burent et mengierent et sentremsistrent mout d enquerre les chevaliers ihesucrist et envoierent messagers en la montaigne ou les saint damedieu estoient en oroisons. Quant cil les virent venir ver eux saint achaces dist a ses compaignons. Seigneur freres levez vos et metez nostre entente en oroison. Quer li deables a envoie sem propres host a nos. Cil inclineirent leur chief et flechierent leur geneuz et disoient en leur oroison .biausire dieux qui n a point de pareill qui ne poeiz estre compris qui formas hommes du limon de la terre et li donnas lenneur de ten ymage qui ton saint esperit envoias en la virge marie pour li aumbrer* por ce que nostre sire ihesucrist tes fuiz naquist de deu touz puissanz oier nos qui a nos deignas envoieir ton saint angre qui nos..."

Notes :

   * sempartirent : s'empartir "s'éloigner".

   * gehisoient : gehir, "confesser".

   * esgarderent : esgarder, "examiner".

   * tretierent : trétier, traitier  " traduire en justice, décider"  (Godefroy)

    * Sapor, maximes, adrian, tyberian et a lautre maximes :  l'empereur Adrien et son proconsul Antonin convoquent Sapor, empereur sassanide Perse, sans aucune cohérence historique, qu'il s'agisse de Shapur Ier (empereur de 240 à 270) qui fit assasiner le roi d'Arménie et occupa son royaume, ou de Shapur II (309-379), persécuteur des chrétiens qui figure sur le tableau de Dürer sur la Passion de dix mille martyrs.  Les autres rois, Maximin, Adrien, Tibère et Maximien, sont encore plus difficiles à identifier : on peut y voir la réunion imaginaire des grands persécuteurs comme Maximin le Thrace, empereur romain de 235 à 238, représenté sur un tableau de Jean Luyken (1685) dans le Théatre des martyrs sous le titre "Maximin fait bruler des milliers de chrétiens".  Le manuscrit latin distingue " Sapori, Maximo, Adriano,Tiberiano atque Maximiano" alors qu'ici deux rois portent le nom de "Maximes".

   * aumbrer : aumbrer, aombrer, adombrer : du latin adumbrare "ombrager, couvrir de son ombre", et, en parlant de Dieu, féconder la Vierge par l'œuvre de l'Esprit-Saint. (Grammaire de la langue d'oil de G. Burgy, 1856, et glossaire de la langue romane de Bonaventure de Roquefort, 1808). Attesté dans le Roman d'Alexandre en prose, dans le poème Vrai Deus qui toi dengnas en la virgene aumbrer. On en comprend mieux l'emploi lorsqu'on découvre le terme correspondant sur le manuscrit latin, adumbraret.

 

 Folio 20r

Folio 20r A : 

  " ...demostrat la voie de verite par qui neis tu as otroi a nos ces serianz*  victoire de nos anemis et nos as amenez ou sommet de ceste montaigne et nos as nosris de la viande dou ciel la pasce* de .xxx. iors. ne nos lai pas chaier suz les laz* du servage de notre anemi le diable et sis maiis hardemenz ne puisse pas vaincre la constance et la vertu de ces sainz. Que il ne puisse de nos gaber* et dire oraige eu la victoire seur.

  Vien biassire* ihesu crist et soies patronniers communement en nos passions et oste nos de contradition et de pour et contraingt la cruaute de cest felon roi biausire* qui nos a deignie par son ange devant anuncier que nos serons iugie devant le rois rois des ore en avant* iusques a la fin nos te rendons graces et loenges qui es verai dieu toz puissanz pardurablement sanz fin.

   Quant li saint oient fete cete oroison une voiz descendi du ciel qui leut dist ie sui li glorieux sires qui habite es conseuz* des sainz iai oi ce que vos m avez requis en vos oroisons. Naiez pas pour de ceux qui ocient le cors quer as ames ne peuvent doner nul empeeschement. Ie sui li vrai sires qui fut oveques vos. Quant li saint oient oi cete voiz qui leur vint dou ciel li furent mout raenpli de grant ioie et ses leesceierent* en nostre seigneur.

  Lors s (aprimetient) vers eus li chevalier que li rois avoient envoiez et leur disrent li empereur et li roi et cil qui sunt aveques eus nos ount envoies a vos que vos descendoiz de ci et venez a eus.

  Lors descendirent tuit de la montaigne et s escurent devant les rois et avoient tote leur esperance en nostre seigneur ihesu crist. Quant il roi les virent si commencerent à plorer et adrians leur dist quel bien avez vos ue Folio 20r B pourquoi vos avez fet ce que vos avez fet. Dites moi qui vos amonesta a deguerpir nos dieux et croire euy crucifie. Donc ne savez vos que nos avons poeir de livrer vos amort hui en cest iour. Saint achaces li respondi roi tu as bien parle quer li poeir docir vos est bien done et veritez que vos au cors poez doner la mort. Mes l ame ne puet nos ocire fors iesucrist qua le poeir de mortefier et de vivefier et ce vos voleiz savoir comment nos croions en ihesucrist qui a le povoir en tout le monde nos vos en conterons toet la verite.

  Quant nos alames a la bataille adrians et antonins orent pour de la multitude de leur anemis et tornevent la fine atout .vii. milliers. Nos avions aveques nos les ymages jovis et de apolios et leur sacrefiames un chevrel por ce que nos quidions que il nos fussent en aide. Mes de tot en tot* apres le sacrefice que nos avions fait fumes plus espovante que devant et nos preimes a la fine

   li angre nostre seigneur ensemblance dun homme sa parut a nos et nos demanda pour quoi nos estions si espoante aprez le sacrefice de nos dieux. Lors li respondimes que nos eus trouver nule aide et il nos dist creez en dieu du cil qui puissanz est embataille et il vos do(rta) un tour de vos anemis.

  Et quant il nos out annoncie nostre seigneur crist nos creusmes en lui et encore avions (croions) et en cele eure mesmes nos anemis trouverent la fine et li pluseurs chairent en un parfont lac et li autre perirent parce quils trebuchierent d une haute montaigne en aval et quant cui n()re fut peri li angre damedieu nos mena en la montaigne d ararab nos fumes ou somet de la montaigne et veimes les ciex ouvrir et .vii. angres descendirent ou milieu de nos."

 Notes :

   * serianz : "serviteurs", traduction de famulis du texte mère.

   * la pasce : "quantité de nourriture nécessaire", du latin pasco, "nourrir" qui a donné pature. Le mot, associé à "nos as nosris" traduit la nuance, dans le textre latin d'origine, du verbe enutrio, "nourrir complétement, élever un enfant jusqu'à ce qu'il soit grand, éduquer".

   * laz : voir le moyen français lacs, "tout ce qui sert d'attache, de lien" (DMF), avec ses formes anciennes laz, las, lais, laix, latz, latch,  et son emploi en rhétorique amoureuse (tomber dans les laz d'une femme) ou religieuse particulière au diable (es temptacions et es laschs du dyable...). Le terme vient du latin laqueus, "filet, piège, ruse, embûche" ou "lacet, noeud coulant". Ici, il traduit le mot laqueo (inimici) du manuscrit latin.

   * gaber : "se moquer" (Godefroy).

   * biassire, biausire : formule honorifique qui, appliquée à Dieu, est très courante jusqu'au XVe siècle : le Répertoire des prières en ancien français de Jean Sonet en cite une cinquantaine d'exemples sous les formes Biau sire Dieux, Biau sire Dieu, Biaulz sire Dieus, Biaus sire, Beau sire, Bea sire, etc... 

   * des ore en avant : cette locution d'ancien français a donné notre "dorénavant", avec les formes d'or en avant (Béroul, Tristan, Ca 1170)  d'ore en avant (Chrétien de Troyes, Charettes, Ca 1171-1175), dore en avant, voire de celle hore en avant , de cette heure en avant. Elle associe les syntagmes d'or, "à partir de maintenant", et en avant, "en regardant vers l'avenir" (CNRTL)

   * conseuz : c'est le texte latin qui m'a permis de comprendre de mot, "conseil" dérivé de  concilium,ii, "assemblée", alors que je lisais couseux. Ce lien link m'a expliqué les déclinaisons li conseuz, le conseil, li conseil, les conseuz.

   * leescierent :    verbe  leescier, "se réjouir". (Godefroy, Lexique)

   * de tot en tot : " de tout en tout, entièrement" (Lexique roman, Raynouard, 1840).

 

 

Folio 20v

Folio 20vA :

 "   No eusmes grant pour. mes li angres qu estoit oveques nos dist naiez pas pour ce sunt angres qui eci sinrt venu qui sunt mi freres et ci angres meismes nos disrent vos estes beneurez qui avez creu au dieu vivant nos vos profecions ce qui vos coiviendra afere desor en avant. Apres trois iours li empereur vos feront querre et seroiz iuger par .vii. rois mes naiez pas poour deus que li dieu touz puissans vos aidera en totes choses. Ces paroles nos dirent li angre et se partirent de nos et monterent ou ciel et nos soustenn en cele montaigne de la viande dou ciel* parce sommes nous tuit certain que nos avons conneu le  verai Dieu du ciel et de ce avien que nos ne crenions de vos ne manaces ne vos tormenz.

 Adrians li empereres si dist a saint achaces os tu tant as oze parle tu nos as totes nos orilles estoupees qui sommes seigneur du ciel et de la terre. Achaces li respondt entre vous .vii. rois resemblez .vii. goupiz qui touz iourz estes en aguet et nule autre chose ne faites ne mes vous puissiez auqun par decevance et par abuchatz*. Quer cil qui a le pooir du ciel et de la terre est sires de toute criature et rois de tous les sieccles et iuge nes et des vifs et des morz.

 

  Quant oirent  ce li furent mont troble vers les sainz hommes. Lors dist heliadas. Seigneur roi pourquoi vos troblez vos en vain dune verite seula nos dit. Adrians touz forcenez respondi as sainz ie iure touz les miens dieux que vos n en eschaperez ia de mes* (mes) vif. Et porce que vos touz creez en iesucrist sans dotance vos sostendroiz les peines que il soustint. Li unz de la compaignie des sainz qui avoit noy carteresius* li respondt mont seront leneurez F. 20vB se nos po(vion)s estre digne de souffrir ces tormenz et estre partonnier des passions de ihesucrist en cele place etoit grant multitude de paiens qui la sestoient assemble il iestoient .vii. rois et .x. prevoz contes* et mestres de chevaliers et autres princes . iiii .c. chevaliers autres et vilains .c.l. milliers qui tuit crioient et disoient ostez cez ancheceotz* atouz leur enchantemenz dentre nos.

   Quant ci criz fu apaieez, Adrians li empereres dist a saint achaces achaces donc nos tu le cri de cete multitude. alez et sacrifiez a nos dieux si que li criz du pueple ne soit plus contre vos  saint achaces li dist li criz de cete multitude ne nos troble point. Mes veiz seigneur roi une vision que je ai veue en ma vision ie ut en ma vision et me sembloit que .IX.milliers deilles voloient parmi lair et vi une grande multitude de oisiaus enterre. Et quant li oisiels virent les egles si sen tornerent en fuie et tant dis comme il senfuirent il covenoit que les egles les ensevissent et destuissent. Quant virent ci si distrent . deux com male compaignie qui ose apeler .vii. rois ne mie tant seulement goupiz mes neis geline les apeler.

   Adriens fu [nie, tres] iriez et commanda que li saint fussent lapides de pierres et dist iamene seur vos la dampnation* iesucrist de nazareth et cpt en lapidoit les sainz les pierres se retornoient es faces de ceux qui les lapidoient.

    Lors dist Adrians que vos vaut cete vanite*. Sacrifiez a nos dieux et si seriez delivres de ces tormenz. Minas* et achaces li princes des sainz sili distrent anemis dieu et contraires a tote verite il ne soufist pas a toi et a antoine a nos iugier; Ainz avez hui amenez .vii. rois a tot leur host pour ce que vos nos cudiez espoanter et desvoier de lavoie ihucrist. Se vos estiez plus ou mains que vos n estes.. "

 

 

Notes 

   * La viande dou ciel : on retrouve l'expression dans la Queste del saint Graal du XIIIe siècle, où il est expliqué que le Christ a trois tables dans le monde : la table de la Cène où les Apôtres recevaient "la viande dou ciel qui soustenait les cors et les ames", Table de l'Agneau de la Rédemption ; la Table du Saint Graal ; et la Table Ronde de Merlin. L'expression perdurera jusqu'au XVIIe et même XVIIIe siècle pour désigner, à coté du "pain des anges", une nourriture spirituelle ou mystique ou le repas eucharistique différente de la "manne" dont Dieu avait nourri les Hébreux dans le Sinaï.

   * abuchatz : du verbe abuchier, "heurter"; abuischail, "achoppement, cause de chute, tromperie".

   * ia de mes : "jamais" ? forme que je n'ai pas retrouvé attestée. 

    * carteresius : Cartère : avec Acace, Théodore et Eliade, l'un des capitaines des dix mille crucifiés dont les noms sont cités par Jacques Severt dans sa liste des saints de 1627. Il a été nommé Quartoires dans les premières lignes. Sans-doute a-t-on introduit dans ce récit Carterios, ou saint Carthère, qui fut martyrisé à Sébaste en Arménie sous Licinius vers 319 et qui est fêté le  2 novembre : c'est un compagnon d' Agape de Sébaste († vers 315 ou 320), martyr à Sébaste en Arménie, brûlé vif avec neuf autres soldats chrétiens de l'armée de l'empereur romain Licinius, dont les saints Carterios, Styriaque et Eudoxe. Le texte latin utilise le nom Pharetrius, qui est, dans les hagiographies, retrouvé comme nom d'un évêque de Césarée en 404 qui s'oppose à ce que la veuve Séleucie donne asile à Chrysostome (Vie de St Chrysostome) ; Gilles ménage cite Pharetrius comme synonyme de saint Phalier, confesseur à Chabris dans le Berry, maître de St Dié et fêté le 23 novembre. On dénombre sept communes françaises comportant un lieu-dit Saint-Phalier...et on découvre que l'étymologie de Phalier, Sanctus Pharetrius ou Pharetrus provient du nom grèco-latin pharetra, "carquois" du grec ancien  φαρέτραu, pharétra. 

 

    * ancheceotz : peut-être ancesor, anceseor, anchezeor : "antecesseur, ancêtre".

   * prevost contes : un prévôt est (DMF) "un personnage investi d'une fonction judiciaire". On trouve  à Valencienne et dans le Hainaut, le titre de "prevôt-le-comte", magistrat jouant le rôle du ministère public. Je comprends donc, dans le contexte du jugement des dix mille, que les "prevost contes" sont des officiers supérieurs. Dans son article sur les grades de l'armée romaine, Wikipédia écrit "Durant le Bas-Empire l'armée est divisée par Constantin (306-337) en deux groupes principaux: les limitanei (gardes frontière) et les comitatenses (troupes d'élites mobiles chargées des campagnes militaires). Les grades des chefs romains tardifs sont: le dux, le comes (comte), le magister peditum (qui commande l'infanterie), le magister equitum (chargé de diriger la cavalerie), le magister militum (maître des soldats) qui est en fait le généralissime." Nous retrouvons dans le texte étudié les termes de "prince" (pour Acace), de "dux" (c'est le grade d'Eliade), de " comte" (ici, puis folio 21r où Speucippe est l'un des quatre comtes de la troupe des saints), et de "maître des chevaliers" (c'est le grade de Théodore, à la tête de mille chevaliers), que je rapproche des magister equitum. 

   * dampnation : ou "damnaison" : condamnation.

   * vanite : j'avais traduit trop vite par "vanité", mais ce mot, que l'on retrouve dans le texte latin 

   *  Minas  : sans-doute une introduction dans ce récit d'un saint martyr, saint Minas ou Menas d'Alexandrie (san Menaio en Italie), né en 285, décapité en Phrygie et devenu un saint guérisseur. 

  

 

 

Folio 21r

Folio 21rA . "..si tendrion* nos cete foi que nos avons commenciee   antoines respondi vos desloial et anemi de tote religion vos en cudioiz nos chacier par vos manaces et ceux qui oveques vos sunt    tantost li commanda et que il saprochassent de lui et leur seigneur dist serianz* sacrifiez a vos dieux. 

  Liquens* speusipus* qui estoit un des seigneurs des .iv. contes qui estoient en leur lost des sainz dist a lempereur : honni deslaiaus traittoi ariere de nos ton desirrier li ist audiable tu delires en ce oi tron dampnement* est et mes toute rementes a nos decevoir tu noses pas doner sentence contre nos. Quant li empereur ott oie ces paroles, si fremi ne stout dire contre les sainz et commanda que il fussent flagelle. En demmetteres que le .. les batoit un de la compaignie al sainz, qui avoit non draconaires*     et estoit freres achares et heliades dist seigneur saint homme priez por nos quer gries* sunt li tormenz que nos soufrons. Achaces respondi seigneur freres sostenez vertueuesement et parmaigniez* en confession ou vos estes. Quer nostre sauveure Jhesucrist li dist qui parmaindra* cres que a la fin li sera sauf. Apres ce fis so oroison a nostre seigneur et dist biauxsires dieux tres grant et pardurable iugieur des vifs et des mors qui na pas en despit qui te requirrent qui nos apelez a la merveilleuse lumire de la connoissance qui froissas* en la croix la force du diable qui estoupas les bouches des leons et delivras ton servant daniel*. Sire qui as la seigneurie de toute creature oez notre prove et delivre nos des mains a cez deslaiaux. Quer nos sommes ta faiture et les heuvres de Folio 21r B tes mains sire ocroie nos parfaite perseverance et haste vers nos ta misericorde. Quer tu es li notre dieu benoiz pardurablement.

   Quant ceste oroison fu finee tote la terre crolla et tantost les mains de ceux qui batoient les sainz devindrent toutes seches. En lost le roi maximes qui estoit des .vii. estoit meitre theodore* mestre des chevaliers li avoit souz lui .m. chevaliers qui merveille fu esbahi de cel miracle et s'escria a haute voiz et dist biauxsir dieux du ciel et de la terre qui a envoie laide de ta misericorde a ces .ix..m. sire en qui est misericorde sanz envie et bonte sanz mesive et miseration* sans fin sire deigne nos pecheurs mettre au nombre de ce glorieus martirs. Oyt il ont ce dit  li escria sensenigue* et se torna a la compaignie des sainz damedieu a tot les .m. chevaliers qui souz lui estoient.

En tel maniere accomplires fust le nombre de dies mile par icez. 

 Quant li empereur virent cete aventure si furent mout trouble. Li roi mauxime* li dict a adrian ea antoine seigneur empereur a poez veoir con grant grant damage ie sofrie por vos vees que tot mil host seu est partiz de moi. Adrian li respondi sire rois i convient que vos le soffrez en pais. Quer al qui vos a tolu* votre ost si ma tolu le mien. ne pour quant porce ne soit ia troble nostre cuer quer se il vos plest ie sui touz prest de vos doner mil livres pour mil chevaliers ou se miuz vos plest ie vos dorat mil chevaliers noveaus.

  Quant Maximes out oies les noeles paroles li se tut. et apaia son cuer puis li s asist ou faudesteur* et commanda que tote la compaignie des sainz lui fust pre/sentes..;"

 

   * sitendrion : je ne parvenais pas à déchiffrer ce mot (sicendrion ?, sirendrion ? ), notamment en raison de la lettre-d,  mais le terme équivallent du manuscrit latin, tenebimus, de teneo, "tenir, retenir, garder en mémoire" m'a orienté vers le verbe "tenir" de l'ancien français, et  vers ses très nombreuses formes citées dans le Lexique du Roman de la Rose ; beaucoup incluaient la lettre -d, tindrent, tendroiz, tendront, tendroie, tendraie, etc..., et j'y trouvais le sens "se tenir à" (vers 4079, se tendront) qui s'appliquait à ce texte-ci.

   * serianz : sous les formes "serjant, siergant" avec de nombreuses autres formes, ce terme est donné dans le dictionnaire de Godefroy  avce le sens de "serviteur", mais aussi de "hommes d'armes" avec des exemples où le terme est souvent associé à celui de "chevalier" ; la forme "serianz n'est pas citée, mais une interrogation sur un moteur de recherche la retrouve aisément dans les manuscrits médiévaux.

   * liquens : li quens, "le comte" (Roman de Renart, 2992).

   * Speusipus : là encore, un personnage est "emprunté" à une autre hagiographie : il s'agit de saint Speucippe. Il appartient à une fratrie de triplés, Speusippus, Eleusippus et Melapsippus qui ont été martyrisés en Cappadoce sous Marc-Auréle et qui étaient fêtés le 17 janvier. 

   * dapmnement : damnement : "condamnation" (Godefroy)

   * draconaires : Le draconaire était, dans l'armée romaine, celui qui porte l'enseigne taillée en forme de dragon ; puis lorsque Constantin plaça le signe du Christ sur les enseignes militaires à la place du dragon,  le nom survécut à la chose, et le porte-enseigne continua à porter le nom de draconarius. Ici, Draconarius est présenté comme le nom propre d'un des martyrs, mais le texte est incomplet par rapport à son modèle latin, dont on trouve la traduction dans La Poste Royale de François Arnoux en 1635 : "estans longtemps battus de ceste façon, un jeune de ces saints martyrs appelé Draconarius, commençant à vaciller quelque peu, se retournat vers le prince Acacius,  le pria de l'encourager". link

   * gries : cf grief : "rude, douloureux, pénible" (Godefroy).

   * parmaindra, parmaigniez : parmaindre, "subsister, perséverer" (Godefroy)

   * daniel : allusion au texte biblique du Livre de Daniel 6,22 : "Mon Dieu a envoyé son ange et a fermé la gueule des lions qui ne m'ont fait aucun mal, parce que j'ai été trouvé innocent devant lui". 

   * Theodore : peut-être un emprunt provenant d'autres hagiographies, comme celle de Théodore de Thrace, contemporain de celui-ci puisqu'il est mort en 130 : il est fêté le 15 avril avec saint Pausilippe. On peut penser aussi à saint Théodore de Cappadoce, fêté le 19 mars.

   * mauxime : l'un des deux rois Maximin.

   * miseration : attesté dans "Les Prières aux saints français à la fin du Moyen-Âge"

   * sensenigue  : le terme m'intrigue, mais je propose de comprendre sans enigier, où je retrouve le verbe enigier du dictionnaire de Godefroy ; celui-ci renvoie à ennichier, ennicier, anichier, "nicher", mais aussi, au sens moral, "(se) cacher". Je comprends donc que Théodore proclame ouvertement et sans se cacher sa foi, et rejoins le camp des chrétiens.

   * froissas : froisser : "briser, rompre, fracasser" (DMF).

   * tolu : verbe toldre, "enlever, ravir, prendre, saisir".

   * faudesteur : faldesteur, faldestoel, faudeteuil : pliant de bois ou de métal qui, recouvert d'un coussin, servait de siège aux souverains (Godefroy) c'est l'origine de "fauteuil". Le mot provient (CNRTL) de l'ancien terme franc faldistôl qui signifie "siège pliant". Ce détail est absent du texte.

 

Folio 21v :

Folio 21vA : "...sentes. Quant li saint venoient li angres nostre seigneur se mistrent en leur compaignie quant ils furent venu li roi maximes dist a tierri*  tierri as tu oze  gaignie en mot deguerpir*. tierri li respondi jai gaaigne* mon grant plente* de bien quer ie connois le dieu vif et verai. li roi maximes se torna vers les autres et dist Seigneur qui estes .x. mile entendez a moi ne cuidez pas que vos puissiez ceste chose legierement passer pour ce ie vos amonest que vos faciez sacrifices à nos dieux. et vos vivroiz et einsint poroiz echvier m ire et mon mautalent* que vos ne perissoit malement.

  Saint Achaces respondit li mautalent dune puce ne vaut guere contre la fore dun torel*. Des que nous avons le dieu vif et verai nos navons cure de toi. Li rois maximes pour cea paroles fut abiases en grant ier et commanda que len feist grant plente de clous chacun de trois broches quen quele maniere que il cheissent que une des broches fust iours de sus et commanda que len les semast en un chemin du lonc et du le entour .ii. lieues* et dist aue len les menast par dens les clous les sainz hommes touz nuz piez.

  Quant li sainz furent apareilles pour aler sur cette maniere de tormentz notre seigneur envoya les angres qui aloient devant eux et ostoient les clous et aunotent emsemble et enfesoient granz monceaus que ils ne fichassent espies as sainz hommes   quand ce virent les sainz si rendirent graces a dieu et disrent biauxsires dieux touz puissantz a toi rendons nos graces et merciez qu a nostre resserianz as deigne de mostrer ces signes et si granz merveilles de miracles qui oncques mais ne furent oies.

  Quand li rois virent la novelle de ce Folio 21vB miracle si disrent notre dieu voudrent faire cete chose par leur providance por eux demostrer a ces .x. m. qui sont dieu qui tout puet. Sainz heliades li dist a lempereurs mout estes sanz cuer et sanz entendemenz quant li diables vos a si auvgliez que vos ne povez connoitre la grandeur des heuvres de n(ot)re seigneur. Quant li rois maxime ot oies ces paroles li dist a ses ministres iai oi dire de Jhesu Crist que il fu crucifiez que cil leur dieu apelent et que il porta en son chief corone despines et que li coste li furent percie dune lance autresint* commandon nos que cil deslaial seuffrent cete meismes peine. Lors vindrent li ministre et firent si comme illeur estoit commande autretant* corones despines comme il i avoit de sainz et priarent lances vel agues et entrespercoient les costes des sainz damedieu et mettoient seur les chiefs de chascun une corone despines. Apres vindrent  x.m. des mecreans et demenoient les sainz par tote le cite  et les batoient de corgies* et fesoient acez autres torniz. Mes li saint nostre seigneur soustenoient empatience touz ces tormenz et en rendoient graces et loengens a nostre seigneur et disoient biauxsires Jhesu-Crist tu soies glorifiez quant tu nos a fait dignes de soffrir ces passions ia soit ce que* nos nen fussion pas dignes.

Apres ce li saint furent remene au palais et li empereurs les commencerent à escharnir*. et disaient dieu vos faict seigneur roi des gieus*. Que vos vaut ore votre Jhesu Crist puet vos il delivrer des tormenz et des molestes que len vos fet. A ces paroles respondirent a lempereurs aut li saint a une voiz oi tos chaitive* gent dieu vos fait a son image mes vos vos estes faiz fis au diable."

Notes :

   * tierri : on retrouve ici ce Thierry qui avait été cité folio 18v comme maître des chevaliers. Je ne l'ai pas retrouvé cité dans les autres versions de la légende. Le texte latin parlant de Théodore, on considérera donc que tierri est une forme de Theodore. "Thierry", dérivé de theud et rik, "peuple puissant", et Théodore, "don de Dieu" sont jusqu'au XVIe siècle, utilisé comme prénoms synonymes ( Thierry III fils de Clovis et roi des francs, est la forme française de Theuderic, Theodoric ou Theoderic III ; de même Thierry Ier, roi d'Austrasie et fils ainé de Clovis est la traduction du latin Theudoricus; beaucoup plus tard on trouve encore des exemples où la même personne porte les deux prénoms, comme Théodore ou Thierry de Wassenar, etc...). En résumé, Tierri est ici la traduction du latin Theodorus.

   * deguerpir : verbe déguerpir : "abandonner, quitter" (Godefroy).

   * gaaignes : gaaigner, de gaaignage, "gain, profit, butin"

   * plente : plenté : "abondance, grande quantité" (Godefroy).

   * mautalement : maltalent : colère, dépit, indignation" (Godefroy).

   * puce, torel : traduction du texte latin  Furor culicinus non prævalet adversus cervicem taurinam, "la fureur d'un moustique (ou "cousin", du latin populaire culicinus issu du latin classique culex, icis) ne peut l'emporter sur le cou d'un taureau". Le mot torel pour "taureau" est attesté dans le Roman de la Rose v. 14080.

   * .ii. lieues : cette distance traduit celle du texte latin qui est de trente stades. Le stade romain valait 185 mètres (625 pieds romains de 29,6 cm), trente stades valent donc 5550 mètres. La lieue gauloise ancienne vaut 10.000 pieds (pied de roi de 32,6 cm), ou 3266 mètres, et deux lieues mesurent donc 6532 mètres : la différence n'est pas considérable entre le modèle et sa traduction.

   * corgies : "courroie, lanière, escourgée" (Godefroy)

   * autresint : "aussi" (Roman de la Rose).

   * autretant : "aussi bien" (Wikdictionnaire)

   * ia soit ce que : "bien que, quoique" : Glossaire roman des chronique rimées de Godefroy de Bouillon, Émile Gachet 1859)

   * escharnir :   escharnier, verbe : "se moquer" (Godefroy).

   * gieus : le texte latin m'indique qu'il faudrait traduire par "juifs", mais je ne parviens pas à valider ce sens.

   * chaitive : chaitiveie, chaitive féminin de chaitif, chaitis : "misérable, malheureux" (Glossaire langue romane de J.B.B. Roquefort) Le mot suivant, gent, "peuple", est féminin. 

 

 

Folio 22r :

Folio22r A  : " O vos plain du diable* qui chescun iour vos deseunie de dieu 

qui estes en errour sanz fin 

qui estes envelope enchecière

qui estes li laz du cruel anemi en en vos vos lies de iour en iour 

qui estes feture* de verai die(u) Mes desfaiz vos estes par les faux dieux 

qui estes li grand peuple que diables a deceu par ses erreurs 

qui estes anemis de toute vérite et envelopez de tres grants pechiez

qui estes li mavais blez dont li fruits nest qui ardra pardurablement au feu d'enfer.

qui estes empereur vai* et sans sens et gries* et envieus

qui ne connoissiez pas le verai dieu mais coutivez* les pierres et les fus qui sont faites de mains domme.

Tant dist que li saint disoient ces paroles li sans decoroit* de leur costes a terre et prenoient leur sans en leurs mains et en oignoient leur cors et leur chiefs et disoient a nostre seigneur biaux dieux de toute criature cist sans  nos soit en lieu de bautesme et en remission de nos pechies.

  En cele eure mesme leur vint une voix qui leur dist mi tres chier amis einsi vous en avendra comme vous avez requis; quand li empereur et la torbe* de peuple qui avecques eus estoient cele voix si disrent ovent la terre s'escrollée te li a tone apres passa vient une cure de cour et li rois sapor dist as martirs nostre seigneur repentez de vos males euvres et convertissiez vos a nos dieux qui tout puevt pour qui totes choses sont faites quer iupiter fit le ciel, apollo fit la terre, hercules les eaues esculapius fist les hommes artemides fist les oisiaux venus fist la lune et les estoiles, iuno fit les chevaux et les vaches, serapis fit la seigneurie des oiseaux du ciel et du Folio 22vB  paradis. Se il a entre vos sages or me respoigne a ces choses. Un ieunes qui avoit non carteres li repondi seint mestre et mtseigneur qui sont ains nez de moi le me commandoient ie desputerai a vos . saint achaces dist parole biausires . quer il t apartient bien apreeschier la parole damedieu. Lors commenca carteres la parole et dist sire rois vostre sapience si est erreur aperce et perdition donc n avez vos oi l'escriture* qui dit : li dieu des paiens sont dor et dargent et heuvres de mains domme. autretel* comme il sont soient  cil qui les font. et aut cil qui en euse le fient. Or poez veoir sire rois que ancois est li homme que lymage que il oze et comment d istu doncques que esculapius fist les hommes; il sont une maniere de mescreans* qui dient que ascalon* qui est une ymage ou li diable habite cria les hommes. autres sont qui aferment que li angre formerent hommes Or me dist rois liqueux est ancoit li homme ou la meson. Li roi sapor li respond fort de sens oncoit nest li homme et lors est la meson faire. Ace repond carteres se il est doncques que len iuge pardroit que li homme est ancois que lameson il est aperte chose* que autre fait est li homme est ancois que l'ymage. Quer cresont comme lameson est fere par homme autre sont est ferse li ymage par engin domme Or poez veoir comme le sens des mescreans est venus anoieut. Or entendent douc cil qui dieu ne criet ce que dieu dit par les prophetes je sui la sapience qui fut engendree devant tote criature*. Cette sapience est notre seigneur Jhesu Crit qui est nez de la virge marie pour accomplir icel choses qui devant fallaient ou viell testament. Quer il est cil qui la loi acomplist et qui a fait a la foi de/u peuples..."

Notes :

   * plain du diable :  ou "plein du diable" ; attesté comme expression injurieuse dans le sens de "impie, blasphémateur"

   * feture : faiture : "forme, façon, figure" (de factura) (Roman de Renart, D.M. Méon 1831).

   * vai : adj. "frivole, trompeur, errant".

   * gries : grief , "triste, malheureux, fâcheux" (Godefroy)

   * coutiver : "adorer, en parlant de la divinité".

   * decoroit : verbe décorir "couler, s'échapper".

   *torbe : "troupe, foule, multitude" (Godefroy).

   * l'escriture : c'est une référence au Psaume 115, 4-8 nommé "discours contre l'idolâtrie" : "leurs idoles sont de l'or et de l'argent. Elles sont l'ouvrage de la main des hommes. " (trad. Louis Ségond). 

   * autretel : "semblable" (La suite du Roman de Merlin, par Gilles Roussineau, glossaire).

   * maniere de mecreans : le texte latin est plus précis en écrivant : ditam autem ad Manicheos ; on comprend mal l'apparition ici des Manichéens, si on ignore qu'au VIIe siècle, Paul l'Arménien organisa un mouvement à l'origine d'un néo-manichéisme nommé paulicianisme, suffisamment actif au IXe siécle (lors de la rédaction du texte latin) pour lancer des raids et,  attaques contre l'empire byzantin en 859,861 et 863 à partir de Mélitène, en Cappadoce sur les rives de l'Euphrate. Photios Ier (patriarche de Constantinople adversaire/partenaire d'Anastase le Bibliothécaire lors de joutes théologiques) écrivit une condamnation de cette hérésie en quatre livres: Dissertation sur la réapparition des Manichéens. Ce néomanichéisme préoccupait l'église bysantine, mais aussi l'église romaine et le pape car il s'en prenait à des dogmes essentiels. Je développerai ce point dans mon article de commentaires du texte de Saint-Denis.

  On peut penser que le rédacteur-traducteur du XIIIe siècle a pu estimer que le terme de Manicheos n'était plus d'actualité et qu'il devait être remplacé par une métaphore.

   * ascalon : Ascalon est connu comme un port de Palestine cité dans la Bible et assiégé lors des croisades; le temple y était dédié à Vénus-Uranie, mais on y adorait aussi Decerto, (proche d'Atargatis) dont le simulacre avait le corps d'une femme, et se terminait en queue de poisson. Mais cela ne semble pas avoir de rapport avec le texte. Je trouve un emploi d'Ascalon comme nom propre de diable dans la bouche d'une possédée qu'on tente d'exorciser ; Ascalon est aussi le nom donné à la lance de saint Georges dans des romans médiévaux, par laquelle il tue le dragon. Cela ne convient pas d'avantage. Le texte latin du manuscrit du Vatican écrit Ascalone, et renvoie aux Manichéens, sans que cela permettre de nouveaux éclaircissements ; la référence au manichéisme est anachronique, cette religion perse datant du IIIe siècle.

       Au total, soit cet Ascalon désigne Decerto la femme poisson et Vénus des Syriens ("piscem Syri", Ciceron, De natura deorum III, XV,39), soit, comme je le pense, il résulte d'une incomprehension se rapportant à Antonios d'Ascalon (-140--69), maître de Varron et de Cicéron, car toute cette discussion sur la nature des dieux est inspirée des mêmes discussions dans Varron (Antiquités divines) et dans Cicéron (De natura deorum, par ex. Livre II, XXIV et XXV). Un spécialiste de la théologie du IXe siécle et de l'oeuvre d'Anastase saurait peut-être en dire plus.

   * il est aperte chose : de l'adjectif apert, "ouvert, évident, manifeste" (Godefroy).

   * je suis la sapience...criature : citation de l'Ecclésiastique (ou Siracide) 24, 5 : "je suis sortie de la bouche du Trés-Haut ; je suis née avant toute créature (primogenita ante omnem creaturam)". Cette citation a été reprise par Fénelon (Réfutation de Malebranche), ou par Grignon de Monfort, mais les traductions actuelles de la Bible donnent : "je suis sortie de la bouche du Très-Haut, et comme une nuée je couvris la terre" (traduction de la Septante) ou "et comme une vapeur j'ai couvert la terre" (AELF) ). L'Ecclesiastique n'est pas traduit par saint Jérome dans la Vulgate, mais le verset se trouve dans la Vulgate clémentine et la Nova Vulgata de 1979. C'est dans la Bible de Sacy que l'on trouve aujourd'hui cette citation en français, mais elle est placée entre parenthése, pour signaler son omissions d'autres textes  Cette citation est aussi reprise par saint Paul dans l'épître aux Colossiens (1, 15) "il est l'image du Dieu invisible, né avant toute créature", et c'est Paul qui applique au Christ cette affirmation de la Sagesse. 

 

 

Folio 22v A

 

"...de/u peuples un et qui descendi eu enfer pour dapner* les diables. Crest donc certaines chose que Jhesu Crist fist homme et delt a homme tote la bonté que il a por qu'il acomplisse toz iours la volente notre seigneur. Quant li roi sapor ot oies cez paroles li mont iriez fu encontre cartere et le regardait mont felenessement* et mout sentre metoit* de lui destruire por la vertu de ses paroles. Mais carteres ia soit ce* qu'il fust iennes daage et viel et anciens en sens et en

bones mors* li respondt et dist : la parole que iai dite si est cheue en orelle dome mort Quer emsint* comme lescriture dit  verai sapience ne peut entrer en ame de male volente.

 

 Li roi sapor quant il oi ce si fut mout embrasez de tres grand ire amonesta* as empereurs qui ileques* estoient et as rois et toz leur hoz que li saint damedieu fussent crucifies la sentence fu tantost donee. Et li saint notre seigneur a grant leesce et ag(rea)nt toute de cuer aloient a leur passiun ausi comme se il fussent a noces. 

  En leur compaignie estoient cil qui les devoient crucefier iuques a vint mile et si iavoit grand plente* dautres qui restoient ensemble pour veoir ce martire. Et cex iavait qui ploroient tant que il vindrent à la montaigne d'ararat. ou en avait commandé que ils fussent crucifies. Quant il vindrent la les croix furent aparellies* a chescun la seue et furent fichies* contre les roches apres si furent crucifies les .xm. martirs notre seigneur. et cil mont ou il furent crucefie estoit mout haut et mout grief et mout aspres.

  Li chevalier qui les sainz martirs crucefierent les gardoient en leur croix si comme len leur avait commande. Quand ils furent crucefies sant heliades commenca Folio 22v B à parler et dist a saint acaches qui estoit leur prince Seigneur preudome* qui vos etoit fiez en la victoire de la croiz Jhesu Crist  je vos prie et requier aucune chose de la verai foi.

  Saint achaces commença son sermon et dist devant toz Vos qui estes vessel* saintefie a notre seigneur Jhesu Crist et purefiez oez ma parole de la foi que je croi qr einsi comme il covient* croirent veraiement dou cuer ausint couvient* il que chascun regehissent de bouche* oiant tous la foi que il oient.

  Je crois en dieu le père qui tout puer qui cria le ciel et la terre et quant que Jehucrist et quanque le puet veoir et au saint esperit qui est et du pere et du filz. Le filz dieu fut envoier en terre. et cil qui li envoia li est dieu li pere; Et cil qui fut envoiez li ets dieulifilz. Il cil fut nez de la virge marie de cui il prist char et fu anonciez par les prophetes et demostrez par les apostres. Crucefiez et mortz et enseveliz et ensepouture* se reposa au tiers jour resuscita pour ce que il nos delivras des doleurs de mort et demostrast la resurrection des mortz. Il monta es ciex. Et le siet a la destre de dieu le pere qui tout puet et dt leqs vendra il mesmet a la fin du siecle juger les vifs et les morz et rendre selon sa deserce a chascun. Qui fermement tient cete creance a totes bones heuvres il aura son heritage avec les saintz angres

Quand saint achaces out ce dict une voix descendist du ciel qui li dis achaces tu as mout bien dit quer uex est la pure veritez.

  Quant vint a leure de midi tote la terre secrolla et les pierres et la terre fendirent et li saint marturs firent leurs oroisons a nostre seigneur et disrent biauxsires dieux souvi/enigne* " 

 

      Notes :

   * dapner : verbe damner, formes dampner, dempner : "condamner"(Godefroy).

    * felenessement : ou felonessement, issu de feus, feul, "cruel, impitoyable" : je traduis par "cruellement" (Burguy, Grammaire de la langue d'oil).

   * sentremettoit : le verbe s'entremettre dans son sens vieilli signifie "se méler de (s'entremettre d'une affaire)", et il prend ici le sens de "se mettre en tête de". Il est attesté dans l'Eneas de 1160 : soi antremetre de (CNRTL).

   * ia soit ce que : "même si, bien que, quoique" (déduit de l'emploi de cette locution dans divers textes en ancien français).

   * en bones mors : littéralement "de bonnes moeurs", et donc "distingué, bien élevé", mais aussi "sage, de conduite vertueuse" : DMF, article "moeurs" et Charles Brucker, Sage et sagesse au Moyen-Âge p. 90 :link

   * emsint : forme (attestée) de ausint, ausinc, aussint, ansint, du latin aliud sic : "aussi".  Le terme aussi possède, selon le DMF, le sens de "ainsi".

   * amonesta : verbe amonester, "conseiller qqun, l'inciter à" (DMF, B) ou "exhorter, persuader" (Godefroy).

   * ileques :adv : iluec, ileus, etc... : "en ce lieu, alors".

   *aparellies : verbe appareillier, aparellier, etc... : "préparer, apprêter" (Godefroy).

 

   * fichies : Godefroy donne le verbe fichier, "transpercer" et l'adjectif fichié, "fixe" ; je traduis : par "planté".

   * preudome : "prud'homme", c'est-à-dire "homme sage, vaillant, estimable". Parmi les seize formes mentionnées par le DMF on trouve preudom, proudome, mais non preudome; la forme est bien attestée en ancien français.

    * vessel : je n'ai compris ce mot qu'après avoir disposé du texte latin qui indique vasa sacra; je ne trouve le mot vessel ni dans Godefroy, ni dans les autres lexiques, mais l'article vase du CNRTL indique "On trouve plus anciennement vaissel d'election (fin du xiies., Sermons S. Bernard, éd. W. Foerster, p. 114, 33). Cf. aussi vasses plur. « récipient » (fin du xiies., Sermons S. Grégoire sur Ezéchiel, 42, 31 ds T.-L., où il pourrait cependant s'agir d'un ex. de vaissel (vaisseau*))". Je rapproche donc de vessel (dont l'ortographe ne fait pas de doute sur le manuscrit Fr.696) de vaissel du XIIIe siècle, surtout que le sens moral de vessel saintefié se rapproche de celui de vaissel d'élection de saint Bernard.

   * plente : "multitude, grande quantité".

   * covient, couvient : on trouve (DMF) parmi les formes du verbe "convenir" celles de covenir et de couvenir.

   * regehissent de bouche : la locution "regéhir de bouche" (confesser oralement) est bien attestée, notammant dans les Grandes Chroniques de France. On peut voir dans ce passage une référence au texte Romains 10,10 : "Car c'est en croyant du coeur qu'on parvient à la justice, et c'est en confessant de la bouche qu'on parvient au salut, Trad. Louis Ségond". ( dans notre texte, "comme il convient de croire vraiment du coeur, aussi convient-il que chacun confesse de la bouche").

   * ensepoutoure : verbe ensépoutourer, "enterrer" (Godefroy)

   * deserte :  ou desserte (DMF) : "mérite (bon ou mauvais)".

   * souvienigne : la forme souveigne du verbe "souvenir" est attestée dans le DMF.

  

folio 23r

    "  souvi /enigne toi de nos en cest torment de ceste croiz et recoist nostre petition* et daigne nos octroier ce que nos te requeron que cuit cil qui feront memoire de nos passions en ieune en silence puissent glorieux loer et que tu leur octoies sante de leur cors et saluz de leur ames en leur ostel leur ostel leur octroie habondance de tout bien et que un iour de ieune pour notre passion leur valle un an de penitance beausire dieux sire de toute criature ou core ce requeron nous que cuit cil qui onestement se garderont pour toi soient delivre de lenging dou diable* garde les de tote enfermeté* quer ton non li est glorieus et dignes de loeng pardurablement   apres cest oroison respondirent tuit les saint amen.

  Apres descendi une voiz dou ciel qui dist mi chier ami sachiez que il vos est otroie que vous avez requis soiez lie* et iotant*. Quer vos proiere* li  sont oies et receues devant Jhesu Crist roi pardurable(.) Quant vinrent a eure de none  les ames des glorieus martirs sen trespasserent a la joie pardurable de paradis. et tantost li ciel a ouvrir et ciel grant lumire descendi seur les cors des sainz et en cele lumire descendi nostre seigneur entre aux atout grant compaignie dangres qui les ames envoia au ciel et lessa les cors en terre Tantost la montaigne se crolla et en cel crolle  les cors des sainz chairent des croiz et li angres nostre seigneur a leur propres mains firent les sarqueus* as sainz et mistrent chascuns en son sarqueul* en cele montaigne. donc sesioissent* oucor ou regne pardurable les ames.

  De ce soit loez dieu li peres et si chier fils Jhesu crist le saint esperit quia la seigneurie et le povoer et la victoire seur totes choses pardurablement sans fin Amen."

 

   * petition : "demande, requête" (DMF).

   * lenging dou diable : cf Roman de la Rose, vers 1582 : "et voit l'engin au diable et sa grande décevance", ou encore "l'engenh del diable" cité dans le lexique roman de Raynouard p. 355.

   * enfermete : "infirmité" (Godefroy).

   * lie : lié, adj, "joyeux, content, gai" (Godefroy)

   * ioiant : joiant : "joyeux, gai, ravi" (ancien français, Wiktionnaire).

   * proieres : forme attestée dans le DMF pour "prières".

   * sarqueus, sarqueul : "cercueils, cercueil" ; le DMF atteste (entre autre) les formes sarqueil, sarquelsarqueux et serqueus ; la forme en ancien français rappelle que notre mot " cercueil" vient de "sarcophage".

   * sesioissent : verbe s'esjoier, "se réjouir" (Godefroy).

 

 

Adaptation en français moderne :

  J'ai traduit comme j'ai pu, laissant entre parenthèse les passages obscurs, et m'appliquant à une traduction littérale. On rira bien de mes bévues, mais cela fournira un canevas à mes correcteurs. 

F18v Ici commence la passion des dix mille martyrs.

   Quand notre sire Jésus-Christ sauveur le fils du vrai Dieu le Père apparut au monde, la vérité est née de terre, comme David le dit en son psautier et la justice resplendit sur les justes qui sont en terre et les incita à la piété au service de Notre-Seigneur.

  A la compagnie de ces bonnes gens appartient le prince saint Acace, le duc Eliade, Thierry le maître des chevaliers et Cartoire qui enseigne les nouveaux chevaliers, et leurs autres compagnons qui en un jour endurèrent la mort pour le nom de Jésus-Christ. Mais par quelle manière ils la souffrirent et par quelle circonstance ils (desservir) à parvenir aux sièges célestes,  la parole qui vient le voudra démontrer.

   Quand Adrien et Antonin gouvernaient l'empire romain, les Gadaréens et ceux qui sont au dessus du fleuve Euphrate se dérobèrent à leur seigneurie et commencèrent à se rebeller. Et quant cette nouvelle vint aux empereurs ils furent pris ...F 19r ...d'une grande colère et assemblèrent leur armée, allèrent vers leurs ennemis et plantèrent leurs tentes face à eux. Ils avaient en leur armée d'une part neuf mille hommes , et onze mille hommes d'autre part, tous chevaliers forts, courageux et très éprouvés en chevalerie séculière et ne cherchant qu'à se battre. Le jour de la bataille arriva et les deux armées s'assemblèrent en un champ pour combattre. Les empereurs (avaient) avec eux les statues des dieux Jupiter et Apollon en qui ils plaçaient leur confiance pour obtenir la victoire. Mais quant ils virent la grande multitude de leurs ennemis qui étaient cent mille, ils furent fort effrayés, leur cœur fut pris de grande peur et sept mille  de leur chevaliers détalèrent à toutes jambes. 

  Quand les empereurs eurent pris la fuite, le prince Acace et le duc Eliade se tournèrent vers les neuf mille de leurs compagnons et dirent : "Seigneurs, que vous semble, de fuir ou de lutter comme il appartient aux chevaliers courageux ? " Venez, et sacrifions à nos dieux, que nous puissions obtenir la victoire grâce à eux sur nos ennemis. Alors ils sacrifièrent un chevreau, mais après, ils furent plus effrayés et épouvantés que jamais et, tournant les talons, ils prirent la fuite. Alors qu'ils s'enfuyaient, l'ange de Notre-Seigneur survint sous la forme d'un adolescent qui courait devant eux et dit : d'où vient une telle peur, pour que ce soit après avoir sacrifié à vos dieux que vous vous êtes mis à fuir, et que vous devenez grandement ridicules ? Mais écoutez-moi Seigneurs prud'hommes et accomplissez ce que je vous dirai. Appelez le dieu du ciel qui étendit la bannière des cieux et fonda la terre en ses fondements.  n'a-t-il pas tué cent quatre vingt cinq mille des soldats de Sennacherib le roi d'Asie, le contraignant à prendre lui-même la fuite ? Croyez donc en Jésus-Christ le fils du Dieu éternel et il combattra pour vous en vous préservant.

 Quand l'ange eut dit ceci à tous, Acace dit à Eliade et à ses saints compagnons : "Seigneurs, que vous semble de ce que vous avez entendu ?" Eliade dit : " Éprouvons ces choses et voyons si ce que l'ange nous a dit est vrai."  Alors ils s'écrièrent tous d'une seule voix : "Nous croyons en toi sire Jésus-Christ et promettons de faire en ton nom ce que ce jouvenceau nous a expliqué. Sitôt qu'ils crurent en Notre-Seigneur ils firent une sortie contre leurs ennemis et  tuèrent tous leurs adversaires parce que l'ange les y aidait. Et les autres tombèrent d'une haute montagne et moururent, et plusieurs autres périrent dans un lac voisin.

  Quant  tous leurs adversaires eurent péris par diverses manières de mort, l'ange de Dieu prit les hommes et les mena au sommet d'une montagne qui se nomme Ararat, et ils le glorifièrent beaucoup de la puissance de Dieu. Cette montagne est éloignée de la ville d'Alexandrie d' environ soixante deux lieues et demi. L'ange s'assit au milieu des hommes et les cieux s'ouvrirent et sept (anges) descendirent parmi eux. Quant les saints hommes les virent, ils furent très épouvantés et très effrayés. Mais l'ange qui leur était apparu en premier les réconforta et leur dit : " n'ayez pas peur, ce sont des anges."

   Ils (re)connurent tout d'abord l'ange qui leur avait parlé. Les anges qui étaient descendu du ciel se présentèrent à eux, autant que le permet la fragilité (l'imparfaite nature) humaine. Ils les instruisirent et leur dirent : "Vous êtes bénis, vous qui avez cru dans le Dieu vivant ; nous vous annonçons les choses qui vont vous arriver : dans trois jours on viendra vous chercher et vous serez emmenés devant les rois. N'ayez pas peur d'eux car Dieu...F19v est avec vous qui donne force et courage à ceux qui croient en lui. Après que les anges aient parlé, ils disparurent, si bien que les saints ne les virent plus. Ils furent pris d'une grande peur et confessèrent à haute voix leurs péchés. 

   Quand les trois jours furent passés les empereurs les firent chercher, et ils disaient entre eux : "que croyez-vous qu'il soit arriver à ces chevaliers ? Nous nous sommes enfuis de la bataille, envoyons de nos gens à leur recherche." Ceux qui furent envoyés allèrent à la montagne où se trouvaient les saints et en les observant ils comprirent qu'ils étaient devenus chrétiens, car ils les entendirent glorifier et bénir Dieu. Quand ils entendirent cela ils redescendirent de la montagne pour annoncer ces choses aux empereurs. Lorsqu'ils eurent appris cela, les empereurs en furent très affligés, ils se couvrirent leur tête de cendres et restèrent cinq jours sans manger ni boire à pleurer abondamment.

  Quand les cinq jours furent passés, ils se mirent d'accord pour appeler cinq autres rois pour prononcer le jugement. Et ils traduisirent ces saints hommes en justice par devant ces rois. Ils s'assirent aussitôt et écrivirent une lettre qui disait ceci : "Antonin et Adrien les nobles empereurs des romains présentent leurs salutations aux autres très puissants rois Sapor, Maximin, Adrien, Tibère et l'autre Maximin. Nous voulons que vous sachiez que nous livrâmes bataille contre les Gadarains et ceux qui sont à coté du fleuve Euphrate. En cette bataille nous avions une troupe de sept mille hommes d'une part, et de neuf mille de l'autre, tous chevaliers forts, courageux et bien armés. Mais quand nous vîmes la multitude de nos adversaires nous nous enfuîmes avec sept mille de nos hommes. Les neuf mille autres chevaliers se lancèrent dans la bataille, combattirent courageusement et eurent la victoire sur leurs ennemis. Ils en tuèrent cent mille, tant et si bien que ce fut merveilleux à voir. Quand nous apprîmes la nouvelle nous fîmes un grand sacrifice à nos dieux pour célébrer cette grande victoire et nous fûmes extrêmement joyeux. Mais après cet enchantement, nous connûmes une très grande angoisse lorsque nous eûmes entendu que ces combattants étaient devenus chrétiens, qu'ils s'étaient retirés sur une haute montagne qui dépasse en altitude tous les autres monts d'Arménie. Venez donc nous rejoindre et nous déciderons ensemble de ce que nous devons faire. 

  Quand les rois reçurent cette lettre, ils furent remplis de tristesse et rassemblèrent une très forte armée d'hommes vigoureux et atteignirent la ville où les attendaient les deux empereurs. Aussitôt qu'ils arrivèrent, la première chose qu'ils firent fut de sacrifier à leurs idoles, puis ils burent et mangèrent avant d'entreprendre de faire rechercher les chevaliers de Jésus-Christ. Ils envoyèrent des messagers sur la montagne où les saints de Dieu étaient en prière. Quand ceux-ci les virent venir vers eux saint Acace dit à ses compagnons : "Seigneurs frères levez-vous et plaçons notre entente dans la prière, car le diable a envoyé sa propre armée contre nous. Et ils baissèrent la tête, se mirent à genoux et prièrent :

  "Dieu Notre Seigneur, qui n'a pas de pareil, qui ne peut être compris, qui forma l'homme du limon de la terre et lui donna l'honneur de ton image, qui envoya ton Esprit-Saint à la Vierge Marie pour la couvrir de ton ombre afin que Notre Seigneur Jésus-Christ ton Fils y prît chair, Dieu tout puissant écoutez nous, à qui vous avez daigner envoyer votre saint ange qui nous...Folio F20r révéla le chemin de vérité et ... la victoire sur nos ennemis et nous a amenés au sommet de cette montagne et nous a nourri de la viande du ciel la quantité nécessaire pour trente jours et ne nous a pas laissé tomber dans les pièges de l'asservissement par notre ennemi le diable ni permettre que ses hardis maléfices ne puisse vaincre la constance et la vertu de tes saints. Qu'il ne puisse se moquer de nous et dire "j'ai eu la victoire assurée". Viens, Biaux sire Jésus-Christ et sois le patron de l'ensemble de nos passions et préserve-nous du reniement et de la peur des cruautés de ce roi félon, Biaux sire qui a daigné nous annoncer que nous serons traduits en justice devant les rois, dorénavant et jusqu'à la fin des temps nous te rendons grâces et louanges toi qui es le vrai Dieu Tout-Puissant éternellement et sans fin."

   Quand les saints eurent fait cette prière une voix descendit du ciel qui leur dit : "je suis le seigneur glorieux qui siège parmi les saints. J'ai entendu la requête que vous m'avez adressé en vos oraisons. N'ayez pas peur de ceux qui tuent le corps mais qui ne peuvent placer aucune entrave sur les âmes. Je suis le vrai Seigneur et je suis avec vous." 

  Quand les saints entendirent cette voix qui venait du ciel ils furent remplis d'une grande joie et se réjouirent en Notre-Seigneur. Alors les chevaliers que les rois avaient envoyé s'approchèrent d'eux et leur dire : Les empereurs, les rois et ceux qui sont avec eux nous ont envoyés à vous afin que vous descendiez d'ici et que vous les rejoignez." Alors ils descendirent et se présentèrent devant les rois, et ils avaient en eux toute leur espérance en Jésus-Christ.

  Quant les rois les virent ils commencèrent à pleurer, et Adrien leur dit : "Quel bien avez-vous tiré de vous conduire comme vous l'avez fait ? Folio 20rB Dites-moi qui vous conseilla de trahir vos dieux et de croire en un crucifié. Ne savez-vous donc pas que nous avons le pouvoir de vous mettre à mort dès aujourd'hui ?"

Saint Acace lui répondit : " Roi, tu as bien parlé car le pouvoir de tuer t'est bien donné et c'est vrai que vous pouvez donner la mort au corps. Mais nul ne peut tuer l'âme si ce n'est Jésus-Christ qui a le pouvoir de mortifier et de vivifier. Et si vous voulez savoir  comment nous croyons en Jésus-Christ qui a le pouvoir sur le monde, nous vous en conterons l'entière vérité."

  " Quand nous allâmes à la bataille, Adrien et Antonin eurent peur de la multitude de leurs ennemis et prirent la fuite avec leurs sept mille hommes. Nous avions avec nous les statues de Jupiter et d'Apollon et nous leur sacrifiâmes un chevreuil parce que nous voulions qu'ils nous viennent en aide. Mais ce fut tout le contraire, car après ce sacrifice nous fûmes plus épouvanté qu'auparavant et nous crûmes que notre fin était arrivée. L'ange de Notre-seigneur nous apparut sous l'apparence d'un jeune homme, et nous demanda pourquoi nous étions si épouvanté après le sacrifice rendu à nos dieux. Nous lui répondîmes que nous n'y avions trouvé aucune aide, et il nous dit : "croyez au Dieu du ciel, qui est tout puissant et fort dans les combats, et il vous donnera de vaincre vos ennemis. Et quand il nous eût annoncé Notre-Seigneur Jésus-Christ nous crûmes en lui et nous y croyons encore. Et en cette heure même nos ennemis prirent la fuite et plusieurs tombèrent dans un lac et les autres périrent parce qu'ils chutèrent au pied d'une haute montagne. Et quand tous furent morts l'ange de Dieu nous mena sur la montagne d'Ararat ; nous fûmes sur cette montagne et nous vîmes les cieux s'ouvrirent et sept anges descendirent au milieu de nous...

Folio 20vA ...Nous eûmes une grande frayeur mais l'ange qui était avec nous dit : "N'ayez pas peur, ce sont des anges qui sont venus ici et qui sont mes frères" ; et les anges eux-mêmes nous dirent : "Vous êtes bénis car vous avez cru au dieu vivant. Nous vous annonçons à l'avance ce qu'il vous conviendra de faire dorénavant. Après trois jours les empereurs vous feront chercher et vous serez jugés par sept rois, mais n'ayez pas peur d'eux car le Dieu tout puissant vous aidera en toute chose. Les anges nous dirent ces paroles et disparurent à nos yeux, ils montèrent au ciel, et nous procura en cette montagne de la viande du ciel. En cela nous sommes convaincus d'avoir connu le vrai Dieu du ciel, et de cela vient que nous ne craignons ni vos menaces ni vos tortures. 

  L'empereur Adrien dit à saint Acace : "Entends-tu que tu parles tant que tu nous as bouché les oreilles (rendu sourds), à nous qui sommes Seigneurs du ciel et de la terre?" 

  Acace lui répondit : "Entre vous sept rois, vous ressemblez à sept renards qui êtes toujours aux aguets, et vous ne faîtes rien d'autres que d'abuser chacun par tromperie et par achoppement. Car celui qui a le pouvoir du ciel et de la terre règne sur chaque créature, il est le roi de tous les siècles et le juge des vivants et des morts." Quand ils entendirent cela, les rois furent très irrités contre les saints hommes. Alors Eliade prit la parole :  " Seigneurs rois pourquoi vous irritez-vous en vain d'une vérité (...)".

   Adrien hors de lui répondit : "Je jure par tous mes dieux que vous n'en sortirez jamais vivants. Et puisque vous croyez en Jésus-Christ sans avoir de doutes, vous endurerez les peines dont il a souffert". L'un des membres de la compagnie des saints, qui se nommait Cartère lui répondit : " Ce serait un grand honneur pour nous de pouvoir être digne de souffrir ce martyr et de nous placer ainsi sous le patronage de Jésus-Christ.

  En cet endroit s'était rassemblée une grande foule de païens : on comptait sept rois et dix prévôt-comtes et maîtres de chevaliers et autres princes, une centaine d'autres chevaliers et cent cinquante mille vilains (roturiers) qui tous criaient et disaient ôter [ces ancêtres à tous les enchantements d'entre nous]. Quand ceux-ci furent apaisés, l'empereur Adrien dit à Acace : "Acace, n'entends-tu pas les cris de cette foule ? Allez,  sacrifiez à nos dieux afin que les cris du peuple ne soient plus dirigés contre vous. Saint Acace lui répondit : "Les cris de cette multitude ne nous troublent pas ; mais voyez Seigneur roi une vision qui m'est apparue : je vis en ma vision et il me semblait que neuf mille aigles volaient, et j'entendis aussi une grande multitude d'oiseaux sur la terre. Et quant les oiseaux virent les aigles ils s'enfuirent, et tandis qu'ils s'enfuyaient il arriva que les aigles les enserrent et les détruisent. Puis ils dirent :  !

  Adrien devint furieux et ordonna qu'ils furent lapidés, et il dit : "J'applique sur vous la condamnation de Jésus-Christ de Nazareth. Mais comme on lapidait les saints, les pierres se retournaient contre la face de ceux qui les lançaient. Alors Adrien leur dit : "Que vous apporte cette imposture ? Sacrifiez à nos dieux et vous serez délivrés de vos tortures. Minas et Acace les princes de ces saints lui dirent : Ennemis de Dieu et adversaires de toute vérité, vous n'êtes même pas capables, toi et Antonin, de nous juger, et vous avez eu besoin d'amener aujourd'hui ici cinq rois avec toutes leurs armées pour chercher à nous épouvanter et à nous détourner de la foi en Jésus-Christ. Que vous soyez en peu nombreux ou en grand nombre, nous nous tiendrons à  cette foi que nous avons embrassée.... 

 

 F21r A  ...Antonin répondit : " Déloyaux ennemis de toute religion, vous imaginez nous manipuler par vos menaces, vous et ceux qui sont avec vous". Aussitôt il commanda qu'ils s'approchassent de lui et leur seigneur dit "soldats, sacrifiez à vos dieux". Le comte Speusippe qui était l'un des seigneurs des quatre comtes de l'armée des saints dit à l'empereur : "Honni traître déloyal arrière de nous, ton désir est diabolique, tu cherches par cette condamnation à nous tromper ; tu n'oses pas donner sentence contre nous. Quand l'empereur eut entendu ces paroles, il frémit de colère contre les saints et commanda qu'ils furent flagellés. Alors que le [bourreau ? il manque un mot] les battaient, un de la compagnie des saints, qui se nommait Draconaire, et était frère d'Acace et d'Eliade dit : "Seigneur saint homme priez pour nous car les violences que nous endurons sont terribles. Acace répondit Seigneur frères soutenez vertueusement et persévérer en confession où vous êtes. Car notre sauveur Jésus-Christ dit que celui qui persévérera dans sa foi à la fin sera sauvé. Après cela, il fit sa prière à Notre-Seigneur et dit: "Biauxsires dieux très grand et éternel juge des vifs et des morts qui n'as pas en dépit ceux qui te requièrent, qui nous a appelé à la merveilleuse aventure de la connaissance, qui brisa par la croix la force du diable, qui boucha la gueule des lions et délivra son serviteur Daniel. Sire qui as la seigneurie de toute créature écoutez notre prière et délivrez-nous des mains de ces fourbes. Car nous sommes ta création et l'œuvre de tes mains. Sire octroie-nous la parfaite persévérance et hâte vers nous ta miséricorde car tu es notre Dieu béni éternellement."

  Quand cette oraison fut finie toute la terre trembla et aussitôt les mains de ceux qui frappaient les saints devinrent toutes desséchées.  En l'armée du roi Maximin qui était l'un des sept rois était maître Théodore, maître des chevaliers, qui avait sous son commandement mille chevaliers, et qui, merveille, fut ébahi de tels miracles et s'écria à haute voix et dit : "Biauxsires du ciel et de la terre qui as envoyé l'aide de ta miséricorde à ces neuf mille, Sire en qui est miséricorde sans envie et bonté sans (méfiance) et misération sans fin, Sire daigne mener nos pécheurs au nombre de ce glorieux martyre. Aussitôt qu'il eut dit cela il s'écria ouvertement et se tourna vers la compagnie des saints damedieu avec tous les mille chevaliers qui étaient sous ses ordres.

      F21v :Alors que les saints arrivaient les anges de Notre-Seigneur se mirent à leur compagnie. quand ils furent venus le roi Maximin dit à Thierry (Théodore) "qu'as-tu gagné en m'abandonnant ?" Thierry lui répondit : "j'ai gagné ma grande multitude de biens  car je connais le dieu vivant et vrai". Le roi Maximin se tourna vers les autres et dit : "Seigneurs qui êtes dix mille écoutez-moi : ne croyez pas que vous puissiez faire passer ce fait comme une chose légère et pour cela je vous conseille de faire sacrifice à nos dieux , et vous vivrez et ainsi vous pourrez éviter ma colère et échapper à une mort très cruelle." Saint Acace répondit : " la colère d'une puce ne vaut guère contre la force d'un taureau. Depuis que nous avons le Dieu vivant et vrai nous n'avons pas cure de toi."

  Le roi Maximin fut emporté par ces paroles dans une forte colère et commanda que l'on fasse venir une grande quantité de clous à trois pointes, de telle sorte qu'une pointe soit toujours dressée quelque soit la position du clou, puis il commanda qu'on les répande sur un chemin de deux lieues de long ; il ordonna qu'on y mène les saints hommes tous pieds nus. 

  Quand les saints furent préparés à affronter cette sorte de torture, Notre-Seigneur envoya ses anges qui, en allant  devant eux, ôtaient les clous et les rassemblaient en tas afin qu'ils ne blessent pas les pieds des saints. Quand ils s'en aperçurent, ils rendirent grâces à Dieu en disant "Biauxsires dieux tout-puissants, à toi nous rendons grâces et remerciements de nous avoir trouvé dignes de nous montrer ces signes et les grandes merveilles des miracles inouïs (qui jamais par personne n'avaient été entendus).

  Quand les rois virent la nouvelle de ce miracle ils dirent nos dieux ont voulu faire cette chose pour démontrer aux dix mille martyrs qu'ils étaient des dieux tout-puissants.

  Saint Eliade dit aux empereurs : "vous êtes sans cœur et sans entendement et le diable vous a si bien aveuglés que vous ne pouvez reconnaître la grandeur les œuvres de Notre-Seigneur". Quand le roi Maximin eût entendu ces paroles il dit à ses ministres : "j'ai entendu dire de Jésus-Christ, comme ils appellent leur dieu, qu'il avait été crucifié, qu'on lui fit porter sur la tête une couronne d'épine et qu'on lui transperça le coté par une lance acérée. Aussi nous ordonnons que ces traîtres subissent le même sort. Alors les ministres arrivèrent et firent comme cela leur avait été ordonné autant de couronnes d'épines qu'il y avait de saints, puis prirent des lances bien pointues et  transpercèrent le flanc de chacun des saints martyrs de Dieu avant de placer sur la tête de chacun une couronne d'épines. Puis arrivèrent dix mille païens qui poursuivirent les saints à travers toute la ville et les frappaient avec des lanières et leur maltraitaient de beaucoup d'autres façon. Mais les saints de Notre-Seigneur supportaient avec patience toutes ces tortures et proclamaient grâces et louanges à Notre-Seigneur, et ils disaient : "Sois glorifié Seigneur Jésus-Christ, puisque tu nous a cru digne de souffrir cette passion bien que nous n'en fussions pas digne."

  Après cela, les saints furent ramenés au palais et les empereurs entreprirent de les humilier par leurs moqueries, leur disant : "Seigneurs, Dieu vous fait rois des (juifs). Que vous apporte votre Jésus-Christ ? Peut-il vous délivrer des tortures et des affronts que l'on vous fait ? Les saints répondirent d'une seule et même voix aux empereurs : "Écoutez, vous tous, peuple misérable, Dieu vous a fait à son image, mais vous, vous êtes fait à celle du diable. F22r : ô vous œuvre du diable, lequel chaque jour vous désunit de Dieu,

qui êtes dans l'erreur sans fin,

qui êtes enveloppe périssable ,

qui êtes (pris par) les lacets du cruel ennemi auquel vous vous liez de jour en jour,

qui , étant  faits par  le vrai Dieu, êtes défaits par les faux dieux,

qui êtes le grand peuple que le diable a trompé par ses erreurs,

qui êtes le mauvais blé qui n'a pas de fruit qui brûlera éternellement au feu de l'enfer,

qui êtes empereurs trompeurs, sans sens, et pénibles et envieux,

qui ne connaissez pas le vrai Dieu  mais adorez les pierres et les (fuz) qui sont faites de mains d'hommes.

  Tandis que les saints prononçaient ces paroles, le sang s'écoulait de leur coté à terre : prenant leur sang dans leur mains ils en oignaient leur corps et leur tête et disaient à Notre-Seigneur : Biauxsires dieux de toute créature ce sang nous soit lieu de baptême et en rémission de nos péchés.

  En cet instant même leur vint une voix qui leur dit "mes très chers amis , il en adviendra comme vous avez requis".

   Au moment où l'empereur et la foule de gens qui étaient avec lui ce jour là entendirent cette voix, ils virent la terre s'écrouler (trembler) et le tonnerre gronder. Après passa une heure de jour et le roi Sapor dit aux martyrs de Notre-Seigneur repentez-vous de vos mauvaises actions et convertissez-vous à vos dieux tout-puissants par qui toutes choses sont faites. Car Jupiter fit le ciel, Apollon la terre, Hercule les eaux, Esculape les hommes, Artémis les oiseaux, Vénus fit la lune et les étoiles, Junon fit les chevaux et les vaches, Serapis fit la seigneurie des oiseaux du ciel et du paradis. S' il y a parmi vos quelques sages, maintenant je réponds à ces choses.

  Un jeune qui avait nom Cartère répondit : "Si mes maîtres et mon seigneur qui sont mes aînés me le commandent, je disputerais avec vous. Saint Acace dit "Parole biaux sires, car il t'appartient bien de prêcher la parole divine". Alors Cartère commença et dit :" toute votre sagesse-ci est erreur manifeste et perdition ; n'avez-vous pas entendu l'écriture qui dit "les dieux des païens sont d'or et d'argent et œuvres de mains d'homme" ? Ils sont tels que sont ceux qui les firent, et tels que sont ceux qui s'en servent. Maintenant vous pouvez voir sire roi que l'homme est là avant la statue qu'il utilise, et comment dis-tu donc qu'Esculape fit les hommes ? Il y a une espèce de mécréants qui disent qu'Ascalon qui est une statue où le diable habite créa les hommes. D'autres affirment que ce sont les anges qui formèrent les hommes. Maintenant Roi, dis-moi  qui est là avant, de l'homme, ou de la maison ? Le roi Sapor, fort de son sens lui répondit que d'abord naît l'homme, et qu'alors la maison peut être faite. A cela Cartère lui répondit que si donc on juge que l'homme est antérieur à la maison, il est évident que l'homme est antérieur à la statue. Car comme la maison est faite par l'homme, la statue est faite par l'outil de l'homme. Que celui qui ne croit pas en Dieu entende donc ce que Dieu dit par les prophètes, je suis la sagesse qui fut engendrée avant toute créature. La sagesse est Notre-Seigneur Jésus-Christ qui est venu en ce monde et est né de la Vierge Marie pour accomplir ces choses qui auparavant manquaient à l'Ancien Testament. Car il est celui qui accomplit la loi et qui a fait à la fois deux /peuples un ...Folio 22 v ...deux peuples un, qui descendit aux enfers pour condamner les diables. Je crois donc chose certaine que Jésus-Christ se fit homme et donna à l'homme la bonté pour qu'il accomplisse en toute chose la volonté de Notre-Seigneur.

  Quand le roi Sapor eut entendu ces paroles  il fut fort en colère contre Cartère et le regardait très cruellement et avec le désir de le détruire pour la vertu de ses paroles. Mais Cartère qui était, quoique jeune en age, expérimenté et  ancien en sagesse et en vertu lui répondit et dit : " La parole que j'ai dite est tombée dans l'oreille d'un homme mort ; car ainsi que le disent les Écritures, la vraie sagesse ne peut entrer en âme de mauvaise volonté."

  Le roi Sapor quand il entendit cela fut pris par une très grande colère et conseilla aux empereurs qui étaient là, aux rois et à toutes leurs armées que les saints de Dieu fussent crucifiés ; la sentence fut aussitôt prononcée. Et les saints de Notre-Seigneur à grande liesse et agréant de tout cœur allèrent à leur passion comme s'ils fussent allés à leur noce.

  En leur compagnie étaient aussi ceux qui devaient les crucifier au nombre de près de vingt mille et il y en avait une grande multitude d'autres qui restaient avec eux pour voir ce martyr ; et ceux-ci pleuraient tant qu'ils vinrent à la montagne d'Ararat, où l'ordre avait été donné de les crucifier.

  Quant ils vinrent là, les croix furent attribuées à chacun et furent plantées dans la roche puis  les dix mille martyrs de Notre-Seigneur furent crucifiés. La montagne où ils furent crucifiés était terriblement haute, et rude, et acérée. 

 Les chevaliers qui crucifièrent les saints les gardaient en leur croix comme cela leur avait été commandé.

  Quand ils furent en croix saint Eliade commença à parler et dit à saint Acace qui était leur chef : "Seigneur preux qui  vous êtes fiés en la victoire de la croix de Jésus-Christ je vous prie de ne rien abjurer de la vrai foi". Saint Acace commença son sermon et dit devant tous : "Vous qui êtes  des vases sanctifiés à Notre-Seigneur Jésus-Christ et purifiés écoutez ma parole de la foi car je crois car de même qu'il convient  de croire vraiment du cœur, de même il convient de confesser de la bouche  que chacun proclame  leur foi en ce qu'il croit :

   "Je crois en Dieu le Père tout puissant qui créa le ciel et la terre et tout autant en Jésus-Christ qui se rendit visible et au Saint-Esprit qui est du Père et tout autant du Fils.  Le Fils de Dieu fut envoyé sur terre, et celui qui l'envoya est Dieu le Père, et celui qui fut envoyé est Dieu le Fils, qui est né de la Vierge Marie de qui il prit chair ; il fut annoncé par les prophètes et démontré par les apôtres. Crucifié et mort et enseveli, il reposa en sépulture,  au troisième jour il ressuscita pour nous délivrer des douleurs de la mort et démontrer la résurrection des morts ; il monta aux cieux et est assis à la droite de Dieu le Père Tout-puissant et dont il reviendra à la fin du siècle pour juger les vifs et les morts et rendre à chacun selon ses mérites. Qui croit fermement cette foi en toutes bonnes œuvres aura son héritage avec les saints  anges."

  Quant saint Acace eut dit ceci, une voix descendit du ciel qui lui dit : "Acace, tu as bien parlé car ta voix est la pure vérité."

  Quand vint l'heure de midi toute la terre trembla et les pierres et la terre se fendirent et les saints martyrs firent leurs oraisons à Notre-Seigneur et dirent Biauxsires souviens-toi...F23r...souviens-toi de nous en ces tourments de cette croix et reçoit notre requête et daigne nous octroyer ce que nous te demandons : que ceux qui feront mémoire de nos passions par un jeûne en silence puissent glorieux louer et que tu leur accordes santé du corps et salut de leur âme, abondance de tout bien, et qu'un jour de jeûne pour notre passion procure un an de pénitence Seigneur Dieu sire de toute créature. Ou encore nous te demandons que ceux qui se garderont honnêtement pour toi des machinations du diable, tu les préserves de toute infirmité, car ton nom est glorieux et digne de louange éternellement. Après cette prière, tous les saints répondirent : "Amen".

 Après descendit une voix de ciel qui dit "mes chers amis sachez qu'il vous est accordé ce que vous avez demandé, soyez joyeux et contents. Car vos prières ont été écoutées et agrées devant Jésus-Christ qui règne pour l'éternité". Quand vint la neuvième heure, les âmes des glorieux martyrs  trépassèrent à la joie éternelle du Paradis. Et alors le ciel s'ouvrit et une grande lumière descendit du ciel sur le corps des saints et en cette lumière descendit Notre Seigneur et autour de lui une grande compagnie d'anges qui accompagna les âmes au ciel et enterrèrent les corps. Alors la montagne trembla et en ce séisme les corps des saints tombèrent des croix et les anges de Notre Seigneur leur fabriquèrent des cercueils de leurs propres mains et placèrent chacun dans son cercueil en cette montagne ; où ils participent encore dans la joie au règne éternel les âmes.

  Que soit louez pour cela Dieu le Père et son cher Fils Jésus-Christ et le Saint-Esprit qui a la seigneurie, le pouvoir et la victoire sur toutes choses éternellement. Amen.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche