Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 avril 2018 5 27 /04 /avril /2018 15:09

Zoonymie des Odonates : le nom de Libellula fulva Müller, 1764.

.

 

 

.

 Zoonymie ? L'étude des noms des animaux (zoo). Comme dans Toponymie, Oronymie, Hydronymie, ou Anthroponymie, mais pour les bêtes. 

.

Voir aussi :

 

 

 

 

.

Résumé.

— Nom de genre Libellula Linnaeus, 1758 Syst. Nat.,1, 543  : diminutif de Libella. Ce nom latin d'outil, "niveau d'arpenteur en T", qui a donné notre "niveau" a été d'abord choisi par Rondelet en 1555 pour désigner les larves de Zygoptères dont les yeux écartés forment avec le corps un T, puis Libella fut  adopté par les naturalistes (Mouffet 1634, Petiver 1695-1703, Ray 1710, Linné 1746) pour qualifier l'ensemble des Odonates.

— Nom d'espèce fulva, Müller 1764 Faun. Frid.:62. Du latin fulvus, "jaune foncé, fauve", qualifiant la coloration de la base des ailes et de l'ensemble du corps du spécimen décrit, une femelle ou une forme immature. Le mâle, dont l'abdomen est en partie bleu, et dont le jaune de l'aile est plus discret, avait été décrit dans la même publication sous le nom de Libellula Fridrichsdenlasis, du nom de la propriété d'origine royale de la comtesse de Schulin, Fridrichsdal, dont Müller  décrit la faune.

M. Harris Exp. Engl. Ins.:46  décrira cette espèce sous le nom (syn.) de L. fugax en 1782, puis J.C. Fabricius Ent. Syst. Suppl. :283 la décrira en 1798 sous le nom de L. conspurcata (syn.) "avec des taches". 

— Nom vernaculaire : Cette espèce a été nommée "La Christine" (L. fulva) et " l'Agathe" (L. Fridrichsdalensis) par De Villers en 1789, "La Libellule salie" par de Sélys-Longchamps Mon. Lib. Eur.:35 en 1840 par traduction de L. conspurcata Fab., et enfin "La Libellule fauve" par de Sélys-Longchamps Rev. Odon. : 9-10 en 1850 lorsqu'il découvrit l'antériorité et la validité de L. fulva de Müller. Ce dernier nom est aujourd'hui le seul en usage.

.

 

 

.

LE NOM DE GENRE LIBELLULA, LINNAEUS, 1758.

.


Caroli Linnaei...Systema naturae per regna tria naturae :secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis. Holmiae : Impensis Direct. Laurentii Salvii, 1758-1759. 1, page 543.

https://www.biodiversitylibrary.org/page/727383#page/565/mode/1up

.

Voir l'article consacré à la naissance de ce nom Libella puis Libellula :

http://www.lavieb-aile.com/2017/12/zoonymie-pre-linneenne-des-odonates-origine-du-nom-libellula-linnaeus-1758.html

.

.

.

 LE NOM D'ESPÈCE LIBELLULA FULVA, MÜLLER, 1764.

 

I. LA DESCRIPTION ORIGINALE.

.

Sur l'auteur et sa publication, voir la zoonymie de Aeshna cyanea Müller, 1764.

Müller, O. F. 1764. Favna insectorvm Fridrichsdalina, sive methodica descriptio insectorvm agri Fridrichsdalensis, cvm characteribvs genericis et specificis, nominibvs trivialibvs, locis natalibvs, iconibvs allegatis, novisqve plvribvs specibvs additis. - pp. I-XXIV [= 1-24], 1-96. Hafniae, Lipsiae. (Gleditsch). page 62 n°544.

https://gdz.sub.uni-goettingen.de/id/PPN368323110?tify={%22pages%22:[86],%22panX%22:0.523,%22panY%22:0.839,%22view%22:%22info%22,%22zoom%22:0.346}

 

Texte original :

544* LIBELLVLA fulua, alis basi fuluescentibus, macula marginali nigra : thorace abdomineque fuluo.

In aquis.

Traduction.

"Libellula fulva, base des ailes de couleur fauve, taches marginales noires ; thorax et abdomen fauves.

Vit dans les milieux aquatiques."

.

Zoonymie des Odonates : le nom de Libellula fulva Müller, 1764.

.

II. LA DESCRIPTION DE LIBELLULA FULVA PAR MÜLLER EN 1767.

En 1767, O.F. Müller donne une nouvelle description, plus complète, de son espèce dans son article  Enumeratio ac descriptio Libellulorum agri Friedrichsdalensis. Nova acta physico-medica Academiae Caesareae Leopoldina-Carolinae Naturae Curiosorum, t. 3. 1767, n°20 page 129.

Numérisation BLH  Nova acta physico-medica Academiae Caesareae Leopoldino-Carolinae Naturae Curiosum, Nuremberg :

https://www.biodiversitylibrary.org/item/131768#page/171/mode/1up

.

 

20 LIBELLULA fulva alis basi fulvescentibus : thorace abdomineque fulvo. 

Descript. Tota fulva. Frons scil. thorax, abdomen, femora priora. Oculi ex parte fusci, virentesque. Basis alarum, cum nigredine quadam, & costa marginalis fulva; punctum marginale nigrum. Pedes posteriores & tibia anteriorum nigra. In abdomine  linete marginales & macula dorsalis, quae apicem versus augetur, nigra. Foemina differt nubecula nigricante in apice omnium alarum. 

.

 

Zoonymie des Odonates : le nom de Libellula fulva Müller, 1764.

.

.

III. LA DESCRIPTION DE LIBELLULA FRIDRICHSDALENSIS PAR O.F MÜLLER 1764.

Libellula fridrichsdalensis décrite dans la même publication et à la même page par O.F.Müller en 1764 est considérée comme appartenant à l' espèce L. fulva par Hagen (1840), de Selys-Longchamps (1850), Kirby (1890), Bridges (1994) et Steinmann (2013). Je la décris donc ici.

Müller, O. F. 1764. Favna insectorvm Fridrichsdalina, sive methodica descriptio insectorvm agri Fridrichsdalensis, cvm characteribvs genericis et specificis, nominibvs trivialibvs, locis natalibvs, iconibvs allegatis, novisqve plvribvs specibvs additis. - pp. I-XXIV [= 1-24], 1-96. Hafniae, Lipsiae. (Gleditsch). page 62 n°549.

https://gdz.sub.uni-goettingen.de/id/PPN368323110?tify={%22pages%22:[86],%22panX%22:0.252,%22panY%22:0.82,%22view%22:%22info%22,%22zoom%22:0.415}

.

Texte originale:

549* LIBELLVLA Fridrichsdalensis alis prioribus linea, posticis macula baseos nigricante : abdomine depresso toto caeruleo.

Traduction proposée : "Libellula Fridrichsdalensis,  ailes [antérieures nervurées ?], ailes postérieures marquées à leur base d'une tache noire. L'abdomen est plat et entièrement bleu."

.

.

.

IV. LA DESCRIPTION DE LIBELLULA FRIDRICHSDALENSIS PAR MÜLLER EN 1767.

En 1767, O.F. Müller donne une nouvelle description, plus complète, de son espèce dans son article  Enumeratio ac descriptio Libellulorum agri Friedrichsdalensis. Nova acta physico-medica Academiae Caesareae Leopoldina-Carolinae Naturae Curiosorum, t. 3. 1767, n°11 page 127.

.

Description :

 

11) Libellula Fridrichsdalenfis alis basi nigricantibus, abdomine depresso caeruleo. 

Rai. Ins. 140, 2. Libella maxima abdomine breviore & crassiore latioreque coeruleo. 

Roesel. Ins. aqu. T.7.f 3. 
Mense Iunio grex harum apparuit, post Solstitium nulla. Maculae nigrae baseos alarum flavo permixtae. Punctum marginale  nigrum. Roeselii Libella differt a nostra maculis lateralibus abdominis flavis, quae mihi in nulla visce ; harum loco vero maculae depressae pallidiores reliquo abdominis. 

 

.

On voit qu'il se réfère à la Libella maxima de la liste complémentaire page 140 de John Ray (Historia insectorum), et à l'espèce décrite et illustrée par  Roesel dans Insecten Belustigung planche VII figure 3 (en réalité un mâle  L. depressa) tout en mentionnant les différences.

.

Zoonymie des Odonates : le nom de Libellula fulva Müller, 1764.

.

.

.

V. ÉTUDE DES NOMS FULVA ET FRIDRICHSDALENSIS O.F. MÜLLER 1764.

L'épithète spécifique latin  fulva correspond, une fois accordé au féminin avec Libellula, à l'adjectif fulvus, "fauve, jaune foncé". Le texte de la description, "base des ailes de couleur fauve, taches marginales noires ; thorax et abdomen fauves", montre que Müller a décrit ici une femelle, et effectivement le fauve, ou jaune foncé, est bien la couleur de la femelle, ainsi que des immatures, tandis que les mâles ont le thorax sombre, les  segments S3 à S7 de l'abdomen couverts d'une prune bleue, et la base des ailes sombres à peine teinté de jaune, tandis que les macules noirâtres des extrémités des ailes y sont très discrètes. 

La forme mâle correspondante est L. Fridrichsdalensis O.F. Müller 1764, avec son corps bleu et la base de son aile postérieure noire. Par ce nom, "de Fridrichsdal", l'auteur l'honore du nom de la riche maison de plaisance des comtes de Schulin, près de Copenhague, puisqu'il était le précepteur des enfants de la comtesse de Schulin, et qu'il consacre son ouvrage à la description de la faune de la vaste propriété foncière.

.

 

 

.

 

.

.

VI. SYNONYMES.

  •  Libellula fulva O.F.Müller, 1764 
  •  Libellula fridrichsdalensis O.F.Müller, 1764 
  • Libellula fugax Harris, 1782, Exp. Engl. Ins. : 46. Synonyme de cette espèce  par Hagen (1840), de Selys-Longchamps (1840), Kirby (1890), Bridges (1994) et Steinmann (2013).
  • Libellula conspurcata Fabricius, 1798, Ent. Syst. Suppl :283

Et selon INPN MNHN:

  • Ladona fulva 
  • Leptetrum fulvum .

.

1°) Libellula fugax Harris, 1782, Exposition of  England Insects  page 156 et planche XLVI fig.2.

Texte : https://gdz.sub.uni-goettingen.de/id/PPN624677753?tify={%22pages%22:[256],%22panX%22:0.516,%22panY%22:0.32,%22view%22:%22thumbnails%22,%22zoom%22:1.027}

Planche : https://gdz.sub.uni-goettingen.de/id/PPN624677753?tify={%22pages%22:[254],%22view%22:%22thumbnails%22}

.

Texte original :

"Fugax. Fig.2 . Déploie ses ailes deux pouces & trois quarts."

"Le nez, le corselet et l'abdomen sont d'un beau jaune brun. L'abdomen est formé comme la première [maculata : « plat, et a trois tranchants comme une épée »]. Les ailes supérieures ont une tache brune aux bouts, & une raie brune étroite proche du corselet. Les ailes inférieures ont aussi aux bouts des taches obscures, & une sur chaque bord abdominal, qui est très obscure, et en forme comme celle de la précédente. Toutes les ailes sont teintes de jaune aux bords tranchans, & proche du corps."

 

Note : l'épithète "fugax" n'est pas explicité dans le texte.

.

Zoonymie des Odonates : le nom de Libellula fulva Müller, 1764.
Zoonymie des Odonates : le nom de Libellula fulva Müller, 1764.

.

2°) Libellula conspurcata Fabricius, 1798, Entomologia  Systematica Supplementum t.5  page 283.

 

https://www.biodiversitylibrary.org/page/42138782#page/291/mode/1up

Texte original :

1 — 2. Conspurcata.  L. alis omnibus stria marginali flaua apiceque macula fusca.
Habitat Kiliae Dom. Weber. 
Statura omnino L. 4maculatae at distincta. Os vesiculosum, flauescens. Thorax villosus, 
Abdomen triangulare, flauescens linea dorsali atra. Alae planae, anticae stria ante marginem crassiorem flaua, quae tamenapicem haud attingit. Macula ordinaria marginalis et macula magna fusca alam terminat. Posticae anticis concolores at macula  baseos nigra. 

.

L'épithète peut se traduire par "avec des salissures, avec des taches" (latin spurcus "sale, malpropre, immonde"). 

.

 

Zoonymie des Odonates : le nom de Libellula fulva Müller, 1764.

.

VII . LES AUTEURS PRÉCÉDENTS EN ZOONYMIE DES ODONATES.

.

PRECIGOUT ET PRUD'HOMME / POITOU-CHARENTES-NATURE:

http://www.poitou-charentes-nature.asso.fr/libellule-fauve/

"Etymologie Fulva de fulvus (lat) = fauve, roussâtre ; couleur générale de la femelle et des immatures."

 

.

DRAGONFLYPIX

http://www.dragonflypix.com/etymology.html

"Libellula fulva Müller, 1764 from Lat. fulvus, -a, -um = tawny, reddish yellow for the colouration of females and immature animals; mature, pruinescent males were initially believed to be a separate species."

 

.

 ANTONIO (Costantino D’), VEGLIANTE (Francesca ) 

"fulva (Ladona) - fulvus, a, um = rossastro. Per la colorazione del torace e dei primi uriti addominali"

 

.

HEINRICK FLIEDNER 2009.

http://dominique.mouchene.free.fr/libs/docs/GENE_Burmeister_Fliedner.pdf

 

"fulva (Müller) [l. ochre] describes the colour of the females and immature males."

 

VAN HIJUM, 2005

"Libellula fulva . : fulva = goudbruin . Bünte glêzewasker Bünte glêzewasker, Goudbükje"

 

.

.

.

.

VIII. RÉCEPTION DE L'ESPÈCE.

— En 1775, Fabricius ne cite pas cette espèce parmi ses Libellula de son Systema entomologiae ; en 1798, dans son Supplementum il la décrit sous le nom de L. conspurcata

— Donovan, en 1807,  décrivant un spécimen de la collection de Drury, en donne une illustration dans la planche 325 de Natural history of British insects, mais sous le nom de Libellula quadrifasciata qu'il pense créer comme une nouvelle espèce.  Ce nom avait pourtant été créé par Müller 1764 (c'est son n°540), ce qui montre que sa "Faune de Fridrischdal" n'a pas encore été repérée par la communauté des naturalistes. 

https://archive.org/details/naturalhistoryof121807dono

— En 1840, Sélys-Longchamp utilise dans sa description L. conspurcata de Fabricius.

— Le nom Libellula fulva (hormis dans une description de Geoffroy 1762 concernant A. grandis],  n'apparaît, associé au nom de ¨Müller, qu'en 1850 dans la Revue des Odonates de Sélys-Longchamps et Hagen. 

Voir infra Henrik Steinmann  World Catalogue of Odonata, 2013 page 393, mais aussi Deliry Eurothemys fulva.‎

.

 

 

Numérisation Google https://books.google.fr/books?id=IaEgAAAAQBAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

Numérisation Google https://books.google.fr/books?id=IaEgAAAAQBAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

.

.

IX. NOMS VERNACULAIRES FRANÇAIS.

Résumé. Cette espèce a été nommée La Christine (L. fulva) et l'Agathe (L. Fridrichsdalensis) par De Villers en 1789, La Libellule salie par de Sélys-Longchamps en 1840 par traduction de L. conspurcata Fab., et enfin La Libellule fauve par de Sélys-Longchamps 1850 lorsqu'il découvrit l'antériorité et la validité de L. fulva de Müller. Ce dernier nom est aujourd'hui le seul en usage.

.

 

1°) "LA CHRISTINE", De Villers 1789 page 10 n°16 pour L. fulva ; "L'AGATHE" pour la forme mâle L. Fridrichsdalensis De Villers page 11 n°20.

Poursuivant le système nomenclatural choisi par Geoffroy en 1762, De Villers attribue, de façon arbitraire, des prénoms féminins aux espèces de Libellules dont il donne la liste, accompagnant ainsi chaque nom binominal latin par un nom vernaculaire français.

2°) LA LIBELLULE SALIE, [de Selys-Longchamps, 1840]. Monographie des Libellulidées d'Europe page 35.

Dans cette publication, le belge de Sélys-Longchamps fait suivre le nom binominal créé par Fabricius par sa traduction en français. 

 

 

 

"N° 5. LIBELLULA CONSPURCATA. (FABR.) LIBELLULE SALIE.

Diagnose. — Abdomen déprimé, roussâtre (bleu pulvérulent chez les mâles adultes). Une ligne oblongue à la base des ailes antérieures; une ligne et une tache triangulaire brunes, à celle des inférieures. Membranule accessoire noirâtre.

Dimensions. — (Voyez le tableau.)

Synonymie. — LIBELLULA CONSPURCATA. Fabr. Vander L. Charp. Steph. Curt. De Selys. Burmeist. - BIMACULATA. Stephens (variété). - DEPREssA (variété mâle). Fonscol. (variété).

♂. Adulte. Tête brune. Yeux grisâtres. Thorax brun, velu. Abdomen déprimé, d'un bleuâtre pulvérulent au milieu, noirâtre à la base et sur les trois derniers segments.Appendices anals supérieurs noirs, minces, plus épais à leur extrémité, une fois plus longs que le dernier segment, penchés en bas : l'inférieur plus court, large, pointu. Pieds noirs. La base des cuisses roussâtre. Ailes hyalines : leur pointe brunâtre. La nervure costale noire en dehors. Parastigma noir. Une ligne courte noire à la base des ailes supérieures, une autre semblable aux inférieures, accompagnée d'une tache triangulaire noire, réticulée de jaune vif, adossée à la membranule accessoire qui est petite, noirâtre. Cette tache triangulaire est une fois plus petite que dans la Depressa, et se trouve séparée de la ligne supérieure par un espace transparent safrané.

♀. Diffère du mâle en ce qu'elle est entièrement d'un brun roussâtre , avec une strie dorsale noire depuis le quatrième jusqu'au neuvième segment abdominal. Cette bande est formée de taches triangulaires appuyées sur le bord postérieur de chaque segment. Les pieds sont noirs, à cuisses roussâtres. Les appendices anals écartés, penchés l'un vers l'autre. La tache basale des inférieurs est un peu plus grande que chez le mâle.

Les mâles et les femelles nouvellement éclos , ont le corps encore plus jaunâtre que les femelles adultes. Le devant de la tête est aussi de cette couleur; mais ce qui est très-remarquable, c'est que les 2°, 3° 4° et 5e nervures longitudinales sont d'un jaune vif'depuis la base jusqu'au milieu de la côte : la base de l'aile est aussi jaunâtre.

Var. alpha. On trouve souvent des mâles qui n'ont pas le bout des ailes brun. La Libellula bimaculata de M. Stephens, est un jeune mâle roussâtre dans cet état. La Libellula depressa, variété, décrite par M. Boyer de Fonscolombe, est un mâle adulte bleu , même variété.

Habite une grande partie de l'Europe tempérée : l'Italie, l'Angleterre, l'Allemagne, la France et la Belgique en juin. Elle est peu répandue, fort défiante et fréquente les bois.

Se distingue bien de ses congénères par la ligne courte basale des ailes supérieures."

.

3°) LA LIBELLULE FAUVE,  de Sélys-Longchamps et  Hagen  Revue des Odonates 1850 pages 9 et 10.

Ayant découvert l'antériorité et la validité de la publication de Müller, de Sélys-Longchamps, fidèle à son principe de choisir comme nom vernaciulaire une traduction mlittérale du nom scientifique, introduit dans la littérature et dans les usages le nom de "Libellule fauve", qui va rester.

Description :

4. LIBELLULA FULVA. Müller.
LIBELLULE FAUVE.

Diagnose. «Abdomen déprime’, roussâtre (bleu pulvérulent chez le mâle adulte). une ligne oblongue à la base des ailes supérieures , une ligne et une tache triangulaire brunes à celle des inférieures; membranule noirâtre.

Libellula conspurcata. De Sélys, monogr.N°3

Additions

Syn.

Libellula Fulva Müller, Act. Cur. t. III. p.122 (1767)

Lib. Conspurcata Chapr. 1840, n°2, tab II, ♂ non ad. Et ♀. — Rambur. N° 62 — Hagen n°3. — Eversm. — Stephens. — Curt. . — Evans.

Lib. Fugax. Harris.

Lib. Friedrichsdalensis. Müller.

Lib. Bimaculata. Steph. — Evans (exclusis synonymis) ; jeune âge.

Lib. quadrifasciata. Donov.

Lib. adusta. Hotfmans. (mus. Berol.) ; mâle jeune.
Lib. rubiginosa. Id. id.

Lib. rubicunda. Stev. — Turton.

La Christine. Devillers.

L'appendice anal inférieur du mâle, est très-légèrement échancré a sa pointe ainsi que l'écaille vulvaire de la femelle.

Habitat. Cette espèce se trouve dans presque toute l'Europe , mais n'habite que des localités restreintes et ne semble commune nulle part.

Observée dans la partie la plus méridionale de la Suède par M. Sundevall, elle y est très-rare; aux environs de Kasan par M. Eversmann ; en Sicile par M. Ghiliani ; en Hongrie, en Autriche, etc. (Voyez ma monographie.) Je l'ai prise près de Liège et aux environs de Paris (à l'étang d'Enghien). Parait depuis le 15 mai jusqu'au 20 juin selon les années, mais ne semble persister qu'une dizaine de jours.

Je n'ai pas encore vu de mâles avec le bout des ailes marqué de brun, sauf parfois un très-léger vestige aux ailes supérieures, et réciproquement toutes les femelles que je possède ont très-distinctement au sommet des quatre ailes la petite tache d'un brun foncé. Il faut donc faire disparaître cette prétendue variété et corriger ainsi ma description :

Ailes hyalines, la pointe des supérieures à peine salie chez quelques mâles

. Ailes hyalines, la pointe des quatre d'un roux noirâtre.

Müller avait très-bien signalé cette différence sexuelle dans les Acta curiosorum, et sa description étant bonne , nous n'avons pu nous dispenser de restituer à l'espèce le nom de L. fulva, celui de Fabricius étant postérieur. [je surligne]

La fulva se trouve en Angleterre, mais n'a pas encore été observée en Ecosse ni en Irlande. La bimaculata de M. Stephens se rapporte au mâle jeune , mais la description est prise en partie de la vraie bimaculata de Charpentier."

 

 La référence Müller 1767  Acta curiosum, est donnée par A. Percheron:

"MUELLER (Otto-Friedrick), naturaliste danois, né à Copenhague le 11 mars 1750, mort le 26 déc. 1784.

1. Fauna Insectorum Fricdrichsdaliana (du Danemark). In-8. Lipsiae, 1764. Autre édit., Hafniae, 1766.

2. Novicia faunae Friedrichsdalianae. In-8. Argentor., 1767. C'est un extrait d'une portion de la Faune. .

3. Enumeratio ac descriptio Libellulorum agri Friedrichsdalensis. Nova acta naturae curiosorum, t. 5. 1767, obs. xxIx, pag. 122-131."

Je parviens ainsi à l'exemplaire numérisé par Biodiversity Library du tome 3 des Nova acta physico-medica Academiae Caesareae Leopoldino-Carolinae Naturae Curiosum, Nuremberg 

https://www.biodiversitylibrary.org/item/131768#page/164/mode/1up

.

4°) Nos auteurs contemporains.

Dijkstra : Libelulle Fauve.

Précégout : Libellule fauve.

Grand et Boudot : La Libellule fauve.

Wikipédia : Libellule fauve,

INPN : Libellule fauve (La)

etc.

.

X. LES NOMS VERNACULAIRES ETRANGERS.

Les autres langues se montrent plus créatives et plus libres par rapport au nom scientifique:

  • Scarce chaser en anglais
  •  Cabot bencossat  en catalan
  • Der Spitzenfleck en allemand
  • Bruine korenbout en néerlandais
  • Spetsfläckad trollslända en suédois

.

 

 

 

.

SOURCES ET LIENS.

 

 

ZOONYMIE :

— http://www.dragonflypix.com/etymology.html

— POITOU-CHARENTE NATURE (Association) / Philippe JOURDE & Olivier ALLENOU

http://www.poitou-charentes-nature.asso.fr/leucorrhine-a-front-blanc/

— ANTONIO (Costantino D’), VEGLIANTE (Francesca ) "Derivatio nominis libellularum europæarum"(PDF) (en Italien) Étymologie de 197 noms de Libellules européennes.

https://www.researchgate.net/publication/316791278_Derivatio_nominis_libellularum_europaearum

— PRÉCIGOUT (Laurent), PRUD'HOMME (Eric), 2009, Libellules de Poitou-Charentes, Ed. Poitou-Charentes Nature, 255 pages, 

— ENDERSBY (IAN D. ), 2012,  : Watson and Theischinger: the etymology of the dragonfly (Insecta: Odonata) names which they published  Journal and Proceedings of the Royal Society of New South Wales, vol. 145, nos. 443 & 444, pp. 34-53. ISSN 0035-9173/12/010034-20 34

https://royalsoc.org.au/images/pdf/journal/145_Endersby.pdf

— ENDERSBY (IAN D., FRS ), 2012, Etymology of the Dragonflies (Insecta: Odonata) named by R.J. Tillyard, F.R.S. Proceedings of the Linnean Society of New South Wales 134, 1-16.

https://openjournals.library.sydney.edu.au/index.php/LIN/article/viewFile/5941/6519

— ENDERSBY (IAN D., FRS ), 2012, The Naming of Victoria’s Dragonflies (Insecta: Odonata,  Proceedings of the Royal Society of Victoria 123(3): 155-178. 

https://www.academia.edu/28354624/The_Naming_of_Victoria_s_Dragonflies_Insecta_Odonata_

— ENDERSBY (IAN D. ), 2015, The naming's of Australia's dragonflies.

https://www.researchgate.net/publication/283318421_The_Naming_of_Australia%27s_Dragonflies

 http://dominique.mouchene.free.fr/libs/docs/GENE_origine_noms_odonates_Australie_Endersby_2015.pdf

— FLIEDNER (Heinrich), 2009, Die wissenschaftlichen Namen der Libellen in Burmeisters ‘Handbuch der Entomologie’ Virgo 9[5-23]

http://www.entomologie-mv.de/download/virgo-9/Virgo%200902%20Die%20wissenschaftlichen%20Namen%20der%20Libellen%20in%20Burmeisters.pdf

— FLIEDNER (Heinrich), "The scientific names of the Odonata in Burmeister’s ‘Handbuch der Entomologie".

http://dominique.mouchene.free.fr/libs/docs/GENE_Burmeister_Fliedner.pdf

— FLIEDNER (Heinrich),  1997. Die Bedeutung der wissenschaftlichen Namen Europaischer Libellen. Libellula, supplement I. Sonderband zur Zeitschrift der Gesellschaft deutschsprachiger Odonatologen (GdO) e.V. Fliedner, Bremen.

— HIJUM (Ep van ), 2005, Friese namen van libellen , TWIRRE natuur in Fryslan jaargang 16, nummer 4 page 142-147

http://natuurtijdschriften.nl/download?type=document&docid=555521

 

— STEINMANN (Henrik), World Catalogue of Odonata, Walter de Gruyter, 6 févr. 2013 - 650 pages . Numérisé Google.

https://books.google.fr/books?id=IaEgAAAAQBAJ&dq=world+catalogue+odonata&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

 

EXTRAIT DE LA BIBLIOGRAPHIE : 

 

— BUCHECKER (Henrich), 1876, Henrici Buchecker Systema entomologiae, sistens insectorum classes, genera, species : pars I. Odonata (Fabric.) europ, München : Im Selbstverlag des Verfassers

https://archive.org/stream/henricibuchecke00buch#page/n23/mode/2up

— CHARPENTIER (Toussaint von) , 1840, Libellulinae europaeae descriptae ac depictae. L. Voss, 180 pages,.

https://books.google.fr/books?id=DoIwvgAACAAJ&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

— DELIRY (Cyrille) : Bibliothèque des Odonates

http://www.deliry.com/index.php?title=Biblioth%C3%A8que_Odonatologique

— DELIRY (Cyrille)  Monographie Libellula fulva

http://www.deliry.com/index.php?title=Libellula_fulva

— HARRIS, M. 1776-[1780]. An exposition of English insects. Including the several classes of Neuroptera, Hymenoptera & Diptera, or bees, flies & Libellulæ. Exhibiting on 51 copper plates near 500 figures, accurately drawn & highly finished in colours, from nature. The whole minutely described, arranged & named, according to the Linnean-system, with remarks. The figures of a great number of moths, not in the Aurelian collection, formerly published by the same author, and a plate with an explanation of colours, are likewise given in the work.  White & Robson, London. - [Rééd. complète en 1782 ]. 166 pp.

https://gdz.sub.uni-goettingen.de/id/PPN624677753?tify={%22pages%22:[152],%22panX%22:0.515,%22panY%22:0.796,%22view%22:%22thumbnails%22,%22zoom%22:1.541}

 https://www.gla.ac.uk/myglasgow/specialcollections/virtualexhibitions/birdsbeesandblooms/bees/mosesharrisanexpositionofenglishinsects/

https://gdz.sub.uni-goettingen.de/id/PPN624677753?tify={%22pages%22:[5],%22view%22:%22info%22}

https://gdz.sub.uni-goettingen.de/id/PPN624677753?tify={%22pages%22:[80],%22view%22:%22thumbnails%22}

MÜLLER  O.F. 1764 - Fauna insectorum Fridrichsdalina. - Hafnia & Lipsia. -

https://gdz.sub.uni-goettingen.de/id/PPN368323110?tify={%22pages%22:[86],%22panX%22:0.042,%22panY%22:0.641,%22view%22:%22info%22,%22zoom%22:0.288}

— SCHWARZ (Christian Wilhelm ), 1830, Nomenclator über die in den Röselschen Insekten-Belustigungen und Kleemanschen Beyträgen zur Insekten-Geschichte abgebildeten und beschriebenen Insekten und Würmer: mit möglichst vollständiger Synonymie. Dritte bis Siebente Abtheilung, Volume 3 Raspe, 1830 - 136 pages

https://books.google.fr/books?id=G3BcAAAAcAAJ&dq=libellula+fridrichsdalensis&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

— SELYS-LONGCHAMPS ( E.de) 1840 - Monographie des Libellulidées d'Europe. - Roret, Paris ; Muquardt, Bruxelles.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k370057n/f148.image.r=selys.langFR
— SELYS-LONGCHAMPS ( E.de), 1840b - Enumération des Libellulidées de Belgique. - Bull. Ac. r. Bruxelles, Sér. 1 (7) : 31-43. -
— SELYS-LONGCHAMPS ( E.de),1850 - Revue des Odonates ou Libellules d'Europe. - Bruxelles, Paris.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k26769q.texteImage

 

—  VILLERS (Charles de) 1789, Caroli Linnaei Entomologia, faunae Suecicae descriptionibus aucta; dd. Scopoli, Geoffroy, de Geer, Fabricii, Schrank, andc. speciebus vel in systemate non enumeratis, vel nuperrime detectis, vel speciebus Galliae Australis locupletata, generum specierumque rariorum iconibus ornata; curante and augente Carolo de Villers, ... Tomus primus °-quartus!: 1789 page 10 n°16 et 11 n°20.

https://books.google.fr/books?hl=fr&id=saKZnk3vHvQC&dq=libellula+cyanea+geoffroy&q=libellula#v=snippet&q=libellula&f=false

 

Partager cet article

Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Zoonymie des Odonates

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche