Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2017 3 19 /07 /juillet /2017 20:08

La charpente sculptée du chœur de l'église Notre-Dame-de Croas-Batz à Roscoff par l'atelier du Maître de Pleyben vers 1545  ou plutôt vers 1610 ?

.

— Sur les sablières et sculptures du Maître de Pleyben :

 



 

.

.

— Et sur les sablières bretonnes :

.

 

 

.

Vers 1580, un sculpteur anonyme, désigné aujourd'hui sous le nom de convention de "Maître de Pleyben", réalisa les sculptures de la charpente de la chapelle du château de Kerjean, en Saint-Vougay, à la demande de Louis Barbier, seigneur de Kerjean. Un véritable chef-d'œuvre, influencé par l'École de Fontainebleau qui avait introduit vers 1535 le motif décoratif du cuir découpé à enroulement, et par la diffusion du style de la Seconde Renaissance française dans des recueils de gravures : le prospère Léon était largement ouvert à l'Europe par ses ports de Landerneau, Morlaix et Roscoff.

Cet artiste a reçu ce nom car on lui attribue aussi une partie des sablières de l'église de Pleyben, en haute Cornouaille vers 1571. On reconnaît aussi son style sur la charpente de l'église de Saint-Divy, dans le Léon, et dans la chapelle de Sainte-Marie du Ménez-Hom en Plomodiern, située à 23 km de Pleyben et 70 km de Kerjean

Son style ? On le distingue à ces cuirs découpés à enroulements, car il faufile dans les découpes des linges et des cordages dont il confie les extrémités à des anges ou autres personnages. Ses anges aussi sont caractéristiques, avec une coiffure faite de mèches rondes cerclant la périphérie du visage, et avec une tunique aux plis prononcés, bouffante à la taille en formant une ligne sinueuse, avant de s'évaser vers les pieds avec une grande liberté. Ajoutons que les manches de ses tuniques s 'évasent en larges couronnes au dessus des coudes, qui sont globuleux. Ses personnages en pieds (Évangélistes ou Sibylles, notamment) ont en commun un visage fin, ovale, avec des nez longs et fins, de grands yeux aux pupilles en creux, des bouches fines, des manches bouffantes, ou, pour les femmes, des bandeaux de cheveux. 

Mais ce sont surtout ses motifs iconographiques qui se répètent en tableaux stéréotypés :  mascarons zoomorphes ou anthropomorphes sur le plan profane, guirlandes et frises à petits pois, musiciens, et, sur le plan religieux, des thèmes plus christiques que mariaux : Sainte Face, Tunique du Christ, Plaies du Christ, Instruments de la Passion, Rencontre de la Samaritaine.

.

.

I. LES SABLIÈRES ET BLOCHETS DU CHŒUR.

Parmi les sablières de l'église de Croas-Batz à Roscoff, celles qui ceinturent le chœur, à droite et à gauche, se remarquent par leur facture particulière. Faites de quatre pièces de bois séparées par le dernier entrait de l'église, on y voit, dans des couleurs à dominance jaune, verte et orange, des anges tenant des banderoles, mais surtout — vu l'intérêt que j'y trouve — des cuirs découpés soutenus à l'aide de linges par des anges, exactement comme à l'église de Pleyben, ou dans la chapelle du château de Kerjean, dans l'église de Saint-Divy et dans la chapelle de Sainte-Marie-du-Ménez-Hom à Plomodiern. Autrement dit, ces sablières de Roscoff semblent devoir être attribuées au même sculpteur qui a réalisé celles des quatre autres édifice, désigné selon la convention en usage comme le "Maître de Pleyben". D'autant qu'on reconnait ici non seulement cet usage des cuirs à enroulement, des volutes, des masques, des guirlandes de légumes vus en fuite, etc... typiques de la seconde Renaissance et des influences de l'École de Fontainebleau, mais aussi deux cartouches à thème religieux, consacrés à la Sainte Face et à la Trahison de Judas dans des représentations très spécifiques à cet artiste.

Pourtant, Sophie Duhem, auteure de référence en matière de sablières bretonnes depuis sa thèse de 1986, semblait hésiter à lui en confier la paternité, et  faisait en tout état de cause des sablières de Roscoff des "œuvres de jeunesse" :  

 

"Il existe enfin à Roscoff quelques poutres qui semblent avoir été décorées par l'artisan [le Maître de Pleyben] : la trahison de Judas et la Sainte-Face sont représentées sur des cartouches , mais il faut remarquer la facture peu maîtrisée de l'ensemble. Selon A. Le Bars et R. Couffon, l'église de Croatz-Batz aurait été achevée en 1545, il est donc probable qu'il s'agisse d'une œuvre de jeunesse, dépourvue de la finesse et de la maîtrise des reliefs caractéristiques des sablières des autres sanctuaires." Page 146.

.

Madame Duhem maintiendrait-elle ce point de vue aujourd'hui ? Pour en discuter, j'ai voulu photographier ces sablières et les confronter à celles des quatre autres sites. 

.

1. Le coté sud du chœur (à droite).

.

Voûte et sablière du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

Voûte et sablière du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

 

a) Du blochet jusqu'au dernier entrait.

.

Le blochet.

Ces sablières débutent après un blochet d'un saint : probablement un évangéliste tenant un phylactère dont l'inscription est illisible. La peinture, restaurée depuis peu,  est attaquée par une altération qui génère un réseau noirâtre. La sculpture elle-même est peut-être récente.  Je ne la présente que pour donner un repère.

 

.

Blochet  du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

Blochet du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

La première sablière sud du chœur.

Elle correspond à cinq longueurs de planches de lambris séparés par des nervures moulurées noires et blanches.

On peut y décrire trois motifs habilement réunis par des linges faufilés comme des cordage. Et ce premier trait stylistique est caractéristique du Maître de Pleyben. On s'attachera — sans jeu de mots — à déceler l'ingéniosité avec laquelle ces linges (peints ici en orange) prennent différents aspects .

 

 

 

.

Première sablière du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

Première sablière du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Le premier motif est un cuir tenu par deux putti . La complexité de ce cuir ne m'incite nullement à y voir une œuvre de jeunesse des années 1545. Elle égale les tracés les plus savants de la chapelle de Kerjean, en superposant les volutes d'un cuir à enroulement et à découpes avec une bande rectangulaire (comme une épaisse  lame métallique) poinçonnée par deux fleurs, dans une opposition de l'arrondi  et du rectiligne. Et ces deux artifices sont placés sur une gerbe de feuillages et de légumes, avec notamment  cette sorte de courge à quatre lobes, vue par le fond, qui est omniprésente dans la frise inférieure des sablières de Pleyben et de Kerjean, comme un leitmotiv ou une auto-citation. 

Puis, émergeant sur les cotés de cette pièce montée, les deux cordes de linge torsadé, qui rejoignent les bras des petits garçons roses.

Ce n'est pas tout, puisque des éléments rectilignes en frise grecque courent derrière tout cela, puisque nous les voyons apparaître de chaque coté.

Le but de l'artiste n'est certainement pas d'obtenir que le spectateur s'y retrouve dans ce labyrinthe. Mais au contraire qu'il s'y perde dans la confusion, la saturation de l'espace, l'entremêlement des formes et le mélange des genres : naturel (feuillage et légumes), artificiel (la peau animale découpée en cuir souple qui s'enroule) et abstraite (les lignes géométriques).

.

 

 

Début de la première sablière du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

Début de la première sablière du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

On notera aussi la frise inférieure : là encore, nous reconnaissons les légumes, les feuilles, les grappes de raisin et les cuirs découpés des frises de Pleyben et de Kerjean. Il ne manque que les cosses de pois.

.

Début de la première sablière du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

Début de la première sablière du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

La partie médiane de la première sablière sud nous montre une mégère qui semble sortie de son lit coiffée de son bonnet pour lancer une bordée d'injures du haut de sa fenêtre. Mais c'est un cuir découpé déroulant ses volutes qui lui sert de balcon. Deux détails sont propres au Maître de Pleyben : les manches retroussées en  larges anneaux, et les avant-bras nus aux coudes osseux. Ces saillies anatomiques caricaturales se reconnaissent immédiatement.

Elle tient avec peine les deux boucles du cordage orange qui fait la navette entre les scènes.

Ce personnage comique et vulgaire relève de la veine carnavalesque qui, à Pleyben, a été repoussée dans la nef, à l'écart du chœur.

 

.

 

Suite  de la première sablière du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

Suite de la première sablière du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Milieu de  la première sablière du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

Milieu de la première sablière du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

première sablière du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

première sablière du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

La dernière partie de cette sablière est une composition réunissant les cuirs à enroulement en volutes, tout en rondeur, avec les bandes géométriques. Le linge qui passe à l'intérieur d'un orifice rond du cuir, à droite, est là encore un jeu  "typique" du Maître de Pleyben.

.

Dernière partie de la première sablière du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

Dernière partie de la première sablière du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

b) du dernier entrait jusqu'au pignon est du chœur.

 

La plus proche du chevet, c'est elle qui accueille la scène religieuse de la Sainte Face.

.

La deuxième sablière  du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

La deuxième sablière du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

a) la première partie.

On trouve d'abord un masque de profil, puis un double cuir à la tête de lion.

Ces deux motifs n'ont rien à envier à ceux — considérés comme une œuvre de maturité— de la chapelle de Kerjean. Quitte à me répéter, je souligne la superposition du cuir à torsade et du ruban "métallique" poinçonné sur le précédent par quatre  "rivets" : la peinture bicolore (bleu à bords jaunes et orange-brique à bords bleu) donne une excellente lisibilité à cette superposition, alors que les boiseries de Kerjean, qui ont perdu leur polychromie, sont de lecture plus ardu. Mais, comme je l'avais souligné, ces entrelacs et association de deux types de cartouches relèvent d'une évolution plus élaborée, sous influence flamande, des premiers cuirs bellifontains : on ne les trouve pas à Pleyben, et je penserai volontiers que ces ornementations auriculaires poinçonnées de Roscoff sont plus tardifs, et mieux maîtrisés, que ceux de Pleyben.

Quant à la tête de lion, elle est digne de ses homologues de Kerjean, de Saint-Divy, de Sainte-Marie-du-Menez-Hom et de Pleyben.

Ici à Saint-Divy :

 

 

 

.

À Sainte-Marie-du-Menez-Hom :

.

 

.

 

La deuxième sablière  du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

La deuxième sablière du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

b) la deuxième partie : la Sainte Face dans un cartouche présenté par deux anges.

Là, le Maître de Pleyben donne le meilleur de son savoir-faire et de ses spécificités.

Le sujet de la Sainte-Face. 

 Il l'affectionne particulièrement, et il l'a représenté à Pleyben, à Kerjean, et à Saint-Divy. Cliquez sur les liens pour obtenir l' image originale.

.

— À Pleyben vers 1571 :

a) dans le chœur, coté sud (exactement le même emplacement qu'à Roscoff)

.

.

b) au fond de la nef au sud :

.

.

À Kerjean 1570-1580 :

a) Au centre d'un entrait :

.

.

b) Sur une sablière nord du chevet :

.

 

.

À Saint-Divy (bas-coté sud de la nef) :

.

.

Dans tous ces cas, le Christ aux cheveux longs est barbu, couronné d'épines, avec un beau visage évoquant presque le dieu Neptune . Il est représenté quatre fois au centre d'un linge (évoquant le Voile de Véronique) tenu par deux anges, et une fois sur un cuir, également tenu par un ange.

 

 

La Sainte Face de la deuxième sablière  du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

La Sainte Face de la deuxième sablière du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

La Sainte Face de la deuxième sablière  du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

La Sainte Face de la deuxième sablière du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Le traitement de ce motif de la Sainte-Face est tout a fait comparable à celui des autres sablières du Maître de Pleyben, mais la couronne d'épines est absente ici. 

Un cartouche rectangulaire doré est comme posé sur un cuir à enroulement auriculaire très simple. Deux anges passent leur main à travers un orifice supérieur du fond de ce cuir pour tenir le voile de la Sainte-Face témoignant du miracle survenu lors de la Passion, selon une tradition qui s'est développée au XVe siècle : l'image du visage souffrant du Christ s'est imprimée sur le linge avec lequel Véronique l'a essuyé  lors de la montée du Golgotha.

Le visage, tourné vers le fidèle ou le clerc placé dans le chœur, est encadré par une épaisse chevelure et une non moins épaisse barbe.

Ce sont les anges qui le présentent qui sont les plus caractéristiques du Maître. On retrouve la chevelure en boucles jointives, la tunique plissée retroussée à la taille pour dessiner une fronce, les coudes saillants, les manches en ronds concentriques, les pieds épais au premier orteil déformé, etc..

 .

 

La Sainte Face de la deuxième sablière  du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

La Sainte Face de la deuxième sablière du coté sud du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

2. Le coté nord du chœur (à gauche).

.

a) Entre le  blochet de l'apôtre et le dernier entrait : la première sablière.

.

Sablières du coté nord du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablières du coté nord du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

le blochet. 

Probablement un évangéliste sans signe distinctif.

.

Blochet du coté nord du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

Blochet du coté nord du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Première sablière du coté nord du chœur.

 

Nous passons à un motif très différent, et qui n'est pas attesté dans les autres œuvres du Maître de Pleyben. Trois anges présentés de face, bras écartés, tiennent des banderoles qui portent des inscriptions. Étaient-elles lisibles avant leur restauration ? Ont-elles été attestées dans le passé ? Cette pièce de bois est-elle une création récente ? On y lit :

 AVE GRATIA PLENA / DNS TECVM BENNEDICTA TV[A] / IN MVLIERIBVS ET  BENNEDICTVS

soit l'incipit du Je vous salue Marie : Ave Maria, gratia plena, Dominus tecum,benedicta tu in mulieribus, et benedictus fructus ventris tui Iesus.

.

 

.

Première sablière du coté nord du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

Première sablière du coté nord du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Première sablière du coté nord du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

Première sablière du coté nord du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Première sablière du coté nord du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

Première sablière du coté nord du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Première sablière du coté nord du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

Première sablière du coté nord du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

b) Entre le dernier entrait et le mur est du chœur : la deuxième sablière.

 Faisant face au cartouche de la Sainte-Face, elle est au moins aussi intéressante et aussi caractéristique du Maître de Pleyben que cette dernière.

.

Je passe brièvement sur le premier cuir, non sans souligner le nouvel exemple d'enchevêtrement des linges plissés, du cuir à volutes et oreilles, et du cuir en bandes rectilignes. Notez les courges à quatre lobes, qui sont presque une signature de l'artiste.

Puis viennent deux anges soufflant dans une trompe (Renommées, ou anges buccinateurs du Jugement Dernier), comme l'ange présentant, à Pleyben, le cartouche du Lavement de mains de Pilate. Là encore, ils ont toutes les spécificités des anges allongés teneurs de cartouche du Maître, et notamment leur façon de soutenir le cartouche par un linge torsadé replié dans le poing.

.

 

Deuxième  sablière du coté nord du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

Deuxième sablière du coté nord du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

 

Deuxième  sablière du coté nord du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

Deuxième sablière du coté nord du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Le remords de Judas.

.

Le cartouche central est un simple rectangle inclus dans un cuir découpé  à quatre oreilles enroulées. On y voit une croix et une couronne d'épines, encadrée à gauche par le grand prêtre tendant l'index vers la croix, et à droite par Judas ramenant la bourse aux trente denires, selon le texte de l'évangile de Matthieu : « pris de remords, il rapporta les pièces d'argent aux grands prêtres et aux anciens, en disant : j'ai péché en livrant un sang innocent [...]. Alors, il se retira en jetant l'argent du côté du sanctuaire et alla se pendre » (Matt. 27,5, TOB / Traduction œcuménique de la Bible, éd. Cerf).

.

Le Remords de Judas, deuxième  sablière du coté nord du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

Le Remords de Judas, deuxième sablière du coté nord du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Comparaison avec Pleyben, Sainte-Marie-du-Ménez-Hom et Saint-Divy :

A l'église de Pleyben.

.

.

À Sainte-Marie-du-Menez-Hom:

.

.

À Saint-Divy :

le cartouche associe la croix et la couronne d'épines des panneaux du Remords de Judas avec la scène du Lavement de mains de Pilate :

.

..

.

 

 

Le dernier cartouche : une tête d'animal 

Un bœuf ou un autre animal tient dans sa gueule une écuelle dorée.

.

Cartouche de la deuxième  sablière du coté nord du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

Cartouche de la deuxième sablière du coté nord du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

LES ABOUTS DE POINÇON.

Ils sont certainement du même artiste, puisqu'on retrouve les poinçons semblables à Pleyben, Kerjean et au Menez-Hom. Et que les spécificités du Maître sont là, comme la coiffure en boules, les manches courant d'air, la fronce de la tunique plissée à la taille, la mandore "molle", etc...

L'ange porteur de la couronne d'épines.

.

About de poinçon de la voûte lambrissée  du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

About de poinçon de la voûte lambrissée du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Le joueur de mandore.

Je nomme "mandore", mandole  ou luth guiterne cet instrument en demi-poire à trois cordes, sans archet, sans ouïes, mais je devrai le désigner sous le terme de "mandore molle (comme les montres de Dali) puisque le sculpteur le représente systématiquement incurvé autour de la poitrine du joueur, pour résoudre ses difficultés techniques. 

Voir guiterne sur Musiconis

C'est le portrait juré de ses semblables à Pleyben et  Kerjean :

Pleyben, croisée du transept.

.

 

 

.

Kerjean :

.

.

 

 

About de poinçon de la voûte lambrissée  du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

About de poinçon de la voûte lambrissée du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Le contorsionniste.

Ce fréquent motif de la sculpture romane (présente sur les chapiteaux et les modillons) peut être aussi désigné sous le terme d'acrobate ou de jongleur. Il est présent aussi à l'époque gothique (Christiane Prigent, Sculptures de danseurs et de jongleurs dans les édifices religieux à l'époque romane et gothique) et, comme ici, sous la Seconde Renaissance .

Celui-ci est torse nu, coiffé d'un bonnet ou d'une capuche à pointe. Il porte une moustache, son nez est épaté.

On  trouve le contorsionniste sur plusieurs abouts de poinçon de Pleyben (croisée du transept, nef) .

.

 

About de poinçon de la voûte lambrissée  du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

About de poinçon de la voûte lambrissée du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Jongleur jouant d'une paire de [tambourins].

Ce musicien vert salade m'intéresse, car  j'ai photographié le même à Pleyben. Mais ici, je ne m'en aperçois qu'après coup, à l'examen de mes photos, qui montrent assez mal ce que le joueur tient dans ses mains tout en dansant ou sautant. 

C'est donc, en attendant des photographes mieux inspirés, la comparaison avec l' about de poinçon de Pleyben qui nous permettra une interprétation :

.

.

.

About de poinçon de la voûte lambrissée  du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

About de poinçon de la voûte lambrissée du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Un acrobate.

.

 

About de poinçon de la voûte lambrissée  du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

About de poinçon de la voûte lambrissée du chœur de l'église de Croas-Batz à Roscoff. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

DISCUSSION.

 

L'attribution de ces sablières et abouts de poinçon me paraît indiscutable. Sophie Duhem les considérait comme des œuvres de jeunesse  dépourvues de finesse en se fondant sur une datation de 1545 proposée par Alfred Le Bars et  René Couffon pour l'achèvement de l'église.

Ces auteurs écrivaient en effet :

"Fondée par les marchands du bourg en 1522, elle ne fut achevée qu'en 1545. Elle comprend une nef de trois travées avec bas-côtés et chapelles en ailes au droit de la seconde, nef séparée par un arc diaphragme d'une seconde partie comprenant deux travées avec bas-côtés et un choeur terminé par un chevet plat. ….Du type à nef obscure, le vaisseau est lambrissé avec grandes arcades à pénétration directe dans les piliers cylindriques. Le lambris a ses entraits engoulés apparents et des sablières sculptées."

La notice de l'enquête de Yves-Pascal Castel et Isabelle Barbedor pour les services de l'Inventaire, concernant 4 sablières et 4 blochets (du chœur, à l'évidence)  rejoint cette estimation, en  indiquant la datation de "2ème quart XVIe siècle". Pourtant, la Notice générale de l'édifice, par Christel Douard et Catherine Toscer dans leur enquête de 1985, indique ceci :

"Fondation des marchands et amateurs de Roscoff. Porche ouest à étage avec chambre forte fin 15e siècle. Nef entre 1515 et 1545. Clocher à deux chambres superposées vers 1576. Choeur et ossuaire vers 1609. Lambris de couvrement vers 1610. Sacristie et enclos 1639. Chapelle nord datée 1701. Campagne de restauration en 1777."

Ce qui se confirme ici :

 

"L'église se présente sous la forme d'un beau berceau droit de style gothique, voûté de bois selon la coutume bretonne. Le lambris date de 1610, car à l’origine la charpente était apparente. En 1550, date de l'ouverture de l'église au culte, celle-ci se limitait à la nef actuelle, terminée par un chevet plat à hauteur des marches du chœur actuel."

http://www.roscoff-quotidien.eu/eglise.htm

Si on admet que le chœur a été terminé vers 1609 et que le lambris de couvrement a été achevé vers 1610, il faut  dater ces sablières de la même époque, ce qui en ferait alors des œuvres de maturité du Maître de Pleyben ou de ses successeurs, réalisées  30 ans après celles de la chapelle de Kerjean. L'écart temporel est un peu difficile à justifier dans la carrière d'un sculpteur (tout en notant que la seule date argumentée de son corpus est celle de 1571 inscrite à Pleyben), mais derrière ce nom de convention se cache peut-être un atelier. D'autre part, le style des sablières de Roscoff me semble au moins aussi sophistiqué, voire davantage que celui de Kerjean (1570-1580), ce que j'espère avoir illustré ici.

.

 

 

.

II. LES NOUVEAUX BLOCHETS ?

Je ne dispose que d'informations très parcellaires en ligne, mais celles-ci indiquent que ces blochets sont des créations récentes :

"Cette église a fait l’objet d’une profonde restauration en 2000 2001 : révision de la charpente, chaulage intérieur, création de blochets, découverte d’un litre funéraire, polychromie des poutres et des sablières."

 

"Perrault Frères ATELIERS PERRAULT FRERES - 30 rue Sébastien Cady - CS 60057 - 49290 Saint-Laurent-de-la-Plaine  : Eglise de Roscoff (29) - Restitution de la voûte lambrisée en châtaignier avec peintures et polychromiesé

http://www.ateliersperrault.com/fr/charpente/eglise-de-roscoff-29#

.

".. Daniel Lefebvre, architecte en chef des Monuments historiques, a officialisé le lancement d'une opération de restauration qu'il qualifie lui-même de rare, compte tenu de l'importance de l'enveloppe fournie pour restaurer la charpente et la couverture de l'église Notre-Dame de Croas-Batz. Accompagné de Dominique Cheneau, adjoint de M.-Simonet, conservateur, Daniel Lefebvre était accueilli par Joseph Seité, maire de Roscoff, entouré de Paul Gloaguen et René Tardif, adjoints, l'abbé Gourvennec, curé du secteur paroissial de Saint-Pol-de-Léon, Hervé Caraës et Jacques Choquer, recteurs, pour établir officiellement le calendrier de l'opération: 10-millions 428 mille francs ont été réunis pour ce dossier: "Il est exceptionnel de réunir autant d'argent sur une seule tranche, et c'est grâce à l'apport de la communauté européenne que le budget a été bouclé". Depuis la délibération municipale de mai 98, les instances concernées n'ont pas perdu de temps, et le plan de financement relevait de décisions coordonnées à cinq niveaux: 40-% FEDER, 3.458.706-F; 20-% Etat, 1.729.353-F; 15-% Région Bretagne, 1.297.015-F; 15-% Finistère, 1.997.015-F; la commune assurant 10-% du hors taxe, soit 860.000-F; un emprunt relais pour TVA s'élève à 1.781.234-F et 4.677-F relèveront des fonds libres de la commune. Le calendrier des travaux Au cours de l'après-midi de mardi, la commission d'appel d'offres a établi la liste des candidats retenus parmi ceux qui avaient répondu en juin à l'appel de candidatures. L'ouverture des plis aura lieu à la mi-septembre de sorte que les ordres de service pourront être donnés avant la fin de l'année.Daniel Lefebvre a confirmé la possibilité de réaliser le chantier en deux parties pour préserver l'accès partiel de l'édifice à usage paroissial.Les travaux dureront cependant jusqu'au premier trimestre 2001, l'église de Roscoff devant être libérée de tous échafaudages au printemps 2001." © Le Télégramme

http://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=19990714&article=st_pol_de_leon2&type=ar#10xXrlRzgXIoqJmI.99

.

 

 

 

La charpente sculptée du chœur de l'église Notre-Dame-de Croas-Batz à Roscoff ...par le Maître de Pleyben.

.

La charpente sculptée du chœur de l'église Notre-Dame-de Croas-Batz à Roscoff ...par le Maître de Pleyben.

.

 

La charpente sculptée du chœur de l'église Notre-Dame-de Croas-Batz à Roscoff ...par le Maître de Pleyben.
La charpente sculptée du chœur de l'église Notre-Dame-de Croas-Batz à Roscoff ...par le Maître de Pleyben.

.

La charpente sculptée du chœur de l'église Notre-Dame-de Croas-Batz à Roscoff ...par le Maître de Pleyben.

.

 

La charpente sculptée du chœur de l'église Notre-Dame-de Croas-Batz à Roscoff ...par le Maître de Pleyben.

.

SOURCES ET LIENS.

.

— Yves-Pascal Castel : articles du Progrès de Cornouaille / Courrier du Léon

1459 Restauration de l'église de Roscoff... 26.08.2000.,” Collections numérisées – Diocèse de Quimper et Léon, consulté le 19 juillet 2017, http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/items/show/1436.

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/d7eb5920da5d0d5455b98ce3419b0954.jpg

COUFFON (René), 1988,  Répertoire des églises : paroisse de ROSCOFF  Notice extraite de : Diocèse de Quimper et Léon, nouveau répertoire des églises et chapelles, par René Couffon, Alfred Le Bars, Quimper, Association diocésaine, 1988.

 

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/5b9d41b14be8a023a102773179807997.pdf

 

Notice de la base Palissy par Yves-Pascal Castel 1985

http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palissy_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_98=DENO&VALUE_98=%20blochet%20&NUMBER=43&GRP=0&REQ=%28%28blochet%29%20%3aDENO%20%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=3&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=200&MAX3=200&DOM=Tous

— 

— DUHEM (Sophie), 1997, Les sablières sculptées en Bretagne: images, ouvriers du bois et culture paroissiale au temps de la prospérité bretonne, XVe-XVIIe s. ... Sophie Duhem ; préf. d'Alain Croix. Vue : ... Publication, Rennes :Presses universitaires de Rennes, 1997 : thèse de doctorat en histoire sous la direction d'Alain Croix soutenue à Rennes2 en 1997. 

.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans Sablières
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche