Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 janvier 2021 4 28 /01 /janvier /2021 22:50

Le bénitier (kersanton, traces de polychromie,  Maître de Plougastel, v.1606) du porche sud de Guimiliau, son ange aux goupillons et ses termes gainés.

.

.

 

A. Sur les termes gainés, voir :

-Sculpture en pierre :

-Sculpture en bois :

.

B. Sur Guimiliau, voir :

 

 

.

C. Sur quelques bénitiers du Finistère :

.

.

INTRODUCTION.

.

Le porche sud de l'église Saint-Miliau de Guimiliau porte, sur sa frise, la date de 1606, et sur son portail extérieur près de la clef de voûte, celle de 1617. Il est en kersantite, cette pierre extraite de la Rade de Brest et transportée par bateau sur le premier port de l'Elorn, celui de Landerneau où se sont installés successivement les ateliers prestigieux de taille du "kersanton".

Le Maître de Guimilau avait réalisé le calvaire monumental de Guimiliau entre 1575 et 1588. C'est l'atelier du Maître de Plougastel (auteur du calvaire monumental de Plougastel qui a débuté, vers 1606, le chantier du porche sud, et s'est chargé d'une bonne part du décor de l'arcature du porche extérieur, des masques des contreforts, du fronton du porche intérieur avec ses termes gainés, de deux apôtres des niches, et du bénitier du trumeau séparant les portes en plein cintre.

Son compagnon, baptisé "Valet du Maître de Plougastel" par Le Seac'h, a poursuivi le chantier en complétant l'arcature du portail extérieur, en réalisant les bas-reliefs de la frise intérieure et les deux chapiteaux de la porte d'entrée de droite. Quelques années plus tard (1619), il se charge de l'ossuaire de La Martyre, avec ses termes gainés semblable à ceux de Guimiliau et sa cariatide.

Enfin (donc plutôt vers 1617), un autre compagnon du Maître de Plougastel, Roland Doré, termine le chantier et sculpte, pour l'intérieur,  six apôtres et le Christ Sauveur , et pour l'extérieur, les trois des  statues des quatre niches, et un beau buste féminin au fronton.

.

Le Maître de Plougastel, avant de sculpter le bénitier de Guimiliau, avait réalisé celui de La Martyre, avec son ange aux goupillons, où il avait inscrit la date de 1601. Et auparavant il avait fini le porche sud de Bodilis, avec ses successions de termes gainés.

.

Et, près de cinquante ans auparavant, l'atelier des Prigent avait réalisé pour l'église Saint-Thuriau de Landivisiau un bénitier de trumeau, à cuve à godrons et dais Renaissance, où l'ange proposait déjà son goupillon d'eau bénite.

 

.

C'est dire si ce bénitier du trumeau de Guimiliau, ne serait-ce que par deux de ses caractéristiques, l'ange aux deux goupillons et les trois termes gainés, ouvre tout un jeu de comparaison associant les autocitations et les innovations.

.

Lorsqu'on pénètre à l'intérieur du porche, on baigne dans un bain coloré rouge-orangé, car tout le décor a conservé, à l'état de traces suffisamment importances, sa polychromie où prédomine l'ocre mais où persistent quelques éclats de bleu. Mais lorsque la pierre a été usé, comme sur la marge du bénitier, par l'usage répété des fidèles qui se signaient, le kersanton au grain fin. luit de la teinte noire qui fait sa réputation.

.


 

.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

.

.

LA CUVE À GODRONS ET L'ANGE AUX GOUPILLONS.

.

La cuve est posée sur une colonne cannelée ; son décor à godrons est surmonté d'un rang d'arceau puis d'une frise d'oves (ou de feuille d'eau ? Que diriez-vous ?).

Puis vient le panneau portant l'ange aux goupillons, l'un tourné vers le haut et l'autre vers le bas. Il est agenouillé, un seul genou posé, en position de chevalier servant. Il est vêtu d'une aube longue ; ses cheveux descendent derrière ses épaules. Son visage est très rond. Ses larges et hautes ailes s'étalent comme un éventail protecteur. Une coquille au naturel, sculptée dans le dais, forme un toit au dessus de sa tête. Il aurait fallu examinée plus attentivement cette voûte, peinte en rouge et traversée par une diagonale à volutes avant une petite clef pendante.

 

.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

.

.

LES TERMES GAINÉS DU DAIS.

.

Le dais est une haute pièce montée qui échafaude au moins six étages avant d'être couronnée par un chapiteau ionique qui soutient l'entablement.

Le premier rang alterne des pilastres suspendus et des couples d'animaux feuillagés et affrontés.

Le deuxième alterne des masques et des rosettes.

Le troisième, des pommes de pin et trois têtes (une femme au centre, deux hommes barbus sur les cotés)

Le quatrième accueille trois niches (vides) et les trois termes gainés que je me réserve de décrire ensuite.

Le cinquième est orné de modillons cannelés.

Le sixième forme l'échine du chapiteau, il est sculpté de moulure, de rinceaux, de cylindres et de perles.

Mais celui qui voudrait fouiller les détails de cela trouverait des rais-de-cœur et bien d'autres choses.

.

La polychromie, notamment d'un beau bleu, est bien conservée en partie haute et dans les zones profondes.

.

 

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

.

.

Le premier support anthropomorphe est en réalité double, et deux hommes barbus et coiffés (en guise de chapiteau) d'un bonnet phrygien, bras réunis devant l'abdomen, sont installés comme au zinc au dessus de la console à volutes et feuillages qui forme leur piètement. Les sabots bifides qui en dépassent en font un couple de satyres.

.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

.

.

Le deuxième est un terme féminin, une cariatide si vous voulez, fort gracieuse avec son beau minois et sa poitrine nue, mais son profil vient révéler un nez de taille un peu excessive. Elle porte sur ses cheveux longs et nattés un chapiteau ionique.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

.

.

Le troisième est un beau barbu, coiffé d'un bonnet à revers et vêtu d'une veste à large rabat de col. Ses bras croisés sur le ventre sont finalement dissimulés par un pan frontal, dont je ne saisis pas toute la fonction, d'autant qu'il est orné de quatre papillotes avant que les coins de la veste ne s'évasent avec conviction.

Le piètement est cannelé ; le bonnet fait office de chapiteau.

 

.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

Bénitier (kersantite, traces de polychromie, Maître de Plougastel, v. 1606) du porche sud de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile.

.

.

Au total, ces trois termes gainés indiquent l'influence de l'atelier des sculpteurs du château de Kerjean, qui ont introduit dans le Léon vers 1570 ce motif ornemental et architectural de la Seconde Renaissance : ils placent ce trumeau dans "l'ordre anthropomorphe" ( Sabine Frommel) de cette nouvelle architecture. [H. Sambin considère en 1572 ces supports comme un sixième ordre architectural]

Et ils fonctionnent un clin d'œil avec le couple de termes masculin et féminin du fronton, immédiatement au dessus de ce bénitier. 

Ce motif liée dans l'Antiquité  à la soumission et aux châtiments (les perses et cariatides décrites par Vitruve sont des esclaves, des punis ou des vaincus entravés) deviennent à la Renaissance, en portant les chapiteaux, des colonnes vivantes des entrées de temples, d'arcs de triomphe, et des encadrement de frontispice ou de cheminée. C'est à dire qu'ils marquent une transition.

En effet,  Dans son Premier tome de l’architecture (1567), Philibert Delorme écrit« qu’il est permis à l’exemple des anciens, d’inventer et faire nouvelles colonnes ; ainsi que nous en avons faits quelques unes, appelées colonnes françaises » [DELORME1567, vol. 1, livre 7, chap. XIII, non paginé], et admet l’usage de cariatides ainsi que de figures de satyres, à condition qu’elles soient adaptées à la configuration du site et à la structure de l’édifice.  Et  l’architecte Androuet du Cerceau  affirme en 1561 que les figures anthropomorphes peuvent être utilisées comme des éléments décoratifs pour des portes et des fenêtres.

Ainsi, ils ont toute leur place ici, à la fois sur le plan spatial lors du franchissement du seuil et des portes de l'église,  à la fois sur le plan symbolique par le passage dans l'espace sacré, et à la fois enfin sur le plan du rituel, puisque le bénitier est indéfectiblement relié au signe de croix avec l'eau bénite, tracée à l'entrée dans le sanctuaire.

Et ces colonnes anthropomorphes sont à relier aux "colonnes françaises" de Philibert Delorme, qu'on retrouve, baguées et cannelées, de chaque coté des portes (ma photo n°2 supra), ou à celles, cannelées, baguées et rudentées au tiers inférieur, qui encadrent l'entrée du porche à l'extérieur.

 

.

.

.

SOURCES ET LIENS.

.

— COUFFON (René), 1948," l'architecture classique au pays de Léon, l'atelier de l'Elorn, l'atelier de Kerjean",  Mémoires de la Société d'Histoire et d’Archéologie de Bretagne. 1948, 28.

https://www.shabretagne.com/document/article/2612/de-l-honneur-et-des-epices.php

— COUFFON (René), LE BARS (Alfred),  1988,  Répertoire des églises : paroisse de GUIMILIAU,” Collections numérisées – Diocèse de Quimper et Léon, 

https://bibliotheque.diocese-quimper.fr/files/original/c5585b77d35c16ac2fe4dc3004e36d8f.pdf

 

— LE SEAC'H (Emmanuelle), 2014, Sculpteurs sur pierre en Basse-Bretagne. Les ateliers du XVe au XVIe siècle. Presses Universitaires de Rennes.

http://www.pur-editions.fr/couvertures/1409573610_doc.pdf

.

OUVRAGES DE RÉFÉRENCE sur les supports anthropomorphes :

BASE DE DONNÉES "ORNEMENTS ANTHROPOMORPHES"

http://www.fr-ornement.com/fr/anthropomorphe?page=8

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1542-1545, Compartiments, ou  Grands cartouches de Fontainebleau. Deux séries de 10 planches.

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/1807-compartiments-de-fontainebleau-de-grand-format?offset=7

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1548-1549, Cartouches, 12 planches gravées sur cuivre.

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/1802-cartouches?offset=3

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1559 Livre d’architectvre de Jaques Androvet du Cerceau, contenant les plans et dessaings de cinquante bastimens tous differens : pour instruire ceux qui desirent bastir, soient de petit, moyen, ou grand estat. Auec declaration des membres & commoditez, & nombre des toises, que contient chacun bastiment, dont l’eleuation des faces est figurée sur chacun plan..., Paris, s.n., 1559.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/ENSBA_Masson647.asp?param=

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), Second Livre d’architecture, par Iaqves Androvet Du Cerceau. Contenant plusieurs et diverses ordonnances de cheminées, lucarnes, portes, fonteines, puis et pavillons, pour enrichir tant le dedans que le dehors de tous edifices. Avec les desseins de dix sepultures toutes differentes, Paris, André Wechel, 1561.

 

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1582, Livre d’architecture de Jaques Androuet Du Cerceau, auquel sont contenues diverses ordonnances de plants et élévations de bastiments pour seigneurs, gentilshommes et autres qui voudront bastir aux champs ; mesmes en aucuns d’iceux sont desseignez les bassez courts... aussi les jardinages et vergiers..., Paris, pour Iaques Androuet du Cerceau, 1582. de l’Orme (Philibert), Le Premier tome de l’architecture, Paris, Frédéric Morel, 1567.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/ENSBA_LES1592.asp?param=

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1549, Quinque et viginti exempla arcum

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/INHA-4R1475.asp?param=

— DELORME (Philibert), 1567  Le premier tome de l'architecture de Philibert de L'Orme conseillier et aumosnier ordinaire du Roy, & abbé de S. Serge lez Angiers , Paris, Federic Morel

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/traite/Notice/ENSBA_Les1653.asp?param=

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/traite/Images/Les1653Index.asp

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k85636g/f1.double

— DELORME (Philibert), 1561  Les Nouvelles Inventions pour bien bastir et a petits frais

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/Masson643Index.asp

— DE GRANDE (Angelo), 2014, "De Fontainebleau vers la Lorraine: l’ordre anthropomorphe de la maison «des Sept Péchés capitaux» à Pont-à-Mousson" in Gravures d'architecture et d'ornement au début de l'époque moderne : processus de migration en Europe (sous la direction de S, Frommel et E. Leuschner), pp.205-218, 2014.

https://www.academia.edu/11289409/De_Fontainebleau_vers_la_Lorraine_l_ordre_anthropomorphe_de_la_maison_des_Sept_P%C3%A9ch%C3%A9s_capitaux_%C3%A0_Pont_%C3%A0_Mousson

— FROMMEL (Sabine), 2018 Supports anthropomorphes peints de la Renaissance italienne, in Frommel, Sabine – Leuschner, Eckhard – Droguet, Vincent – Kirchner, Thomas (dir.) Construire avec le corps humain/ Bauen mit dem menschlichen Korper. Les ordres anthropomorphes et leurs avatars dans l'art europèen de l'antiquité à la fin du XVIe siècle/ Antropomorphe Stùtzen von der Antike bis zur Gegenwart,  Campisano Editore 2 volumes pp 618, 40 ill. 

"Rares sont les motifs architecturaux qui témoignent d'une persistance telle que les ordres anthropomorphes, depuis l'Antiquité jusqu'à la période actuelle, en passant par le Moyen Âge. Leur évolution s'articule par de subtiles interactions entre les domaines sculptural, architectural et pictural, alors qu'une fortune théorique durable a été instaurée par la description détaillée par Vitruve des "Perses" et des "Caryatides" dans son traité De architectura libri decem. Contrairement aux ordres architecturaux canoniques, ce " sixième ordre " invite à des interprétations et des variations plus souples et plus personnelles. Il put ainsi assimiler des traditions locales très diverses lors de son parcours triomphal dans toute l'Europe. Si la signification originelle de soumission et de châtiment de ces supports reste valable, les valeurs narratives ne cessèrent de s'enrichir et de s'amplifier, en faisant de ce motif un protagoniste abondamment présent dans de multiples genres artistiques, des meubles aux monuments les plus prestigieux, et qui révèle les mutations typologiques et stylistiques au fil du temps. Les contributions réunies dans ces deux volumes fournissent un large panorama européen de ces occurrences, offrant un large éventail de synergies et d'affinités révélatrices."

https://www.academia.edu/36821730/Supports_anthropomorphes_peints_de_la_Renaissance_italienne_in_Frommel_Sabine_Leuschner_Eckhard_Droguet_Vincent_Kirchner_Thomas_dir_Construire_avec_le_corps_humain_Bauen_mit_dem_menschlichen_K%C3%B6rper_Co_%C3%A9dition_Picard_Campisano_Paris_Roma_2018_?email_work_card=view-paper

— MAITRE DE HENRI II (membre du Groupe de Noël Bellemare) Heures dites de Henri II BnF Latin 1429

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8447767x/f81.item#

— MAITRE DE HENRI II 1546-1547 (offert à Charles IX en 1566), Jean du Tillet Recueil des rois de France BnF fr.2848

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84516158/f189.item#

https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc492956

SAMBIN ( Hugues), 1572 Oeuvre de la diversité des termes dont on use en architecture reduict en ordre : par Maistre Hugues Sambin, demeurant à Dijon, publié à Lyon par Jean Marcorelle ou par Jean Durant.  Bibliothèque municipale de Lyon, Rés 126685.

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/36089-oeuvre-de-la-diversite-des-termes-dont-on-use-en-architecture-reduit-en-ordre-par-maitre-hugues-sambin?offset=1

 

SERLIO (Sebastiano ), 1551 Liure extraordinaire de architecture, de Sebastien Serlio, architecte du roy treschrestien. Auquel sont demonstrees trente Portes Rustiques meslees de diuers ordres. Et vingt autres d’oeuvre delicate en diverses especes, Lyon, Jean de Tournes, 1551.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/ENSBA_LES1745.asp?param=

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/32769-extraordinario-libro-di-architettura-di-sebastiano-serlio-livre-extraodinaire-de-architecture-de-sebastien-serlio

 Le premier livre d’architecture et Le second livre de perspective de Sebastiano Serlio furent publiés par Jean Martin pour la première fois à Paris en 1545; le troisième livre, fut publié à Anvers, en 1550 chez Pieter Coecke qui en 1542 avait publié une version pirate du Quatrième livre. Le quinto libro d’architettura traduit en françois par Jean Martin fut édité à Paris en 1547 par Michel de Vascosan ; le Livre extraordinaire le fut àLyon par Jean de Tournes en 1551.

SERLIO (Sebastiano ), 1540 Il terzo libro ... Venise F. Marcolini

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/Serlio1540.asp?param=

https://archive.org/details/ilterzolibronelq00serl

SERLIO (Sebastiano ), 1537 Regole generali di architectura, quatrième livre, Venise F. Marcolini

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/B272296201_A101Index.asp

SERLIO (Sebastiano ), 1547, Livre V, Paris

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/INHA-4R1476.asp?param=

 

 

— VIGNOLE 1562, La Règle des cinq ordres d'architecture

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6327303x/f11.planchecontact.r=delagardette.langEN

La  Regola delli cinque ordini d’architettura de Vignole sans cesse ré-éditée depuis 1562, fut publiée en édition quadrilingue in-folio (italien, néerlandais, français et allemand) en 1617 par Willem Jansz Blaeu à Amsterdam et, ensuite, en français en très nombreuses éditions parisiennes : Regles des cinq ordres d’architecture de Vignolle /  Reveuee (sic) augmentees et reduites de grand en petit par le Muet , Paris, chez Melchior Tavernier, 1631-1632 ; chez Pierre Mariette en1644-55 ; 1702 ; chez Nicolas Langlois, s.d. ; Seconde édition, 1657,1658, 1684 ;Reigle de cinq ordres d’architecture éd.par Pierre Firens,s.d. [1620-1630] ; chez Pierre Mariette, 1662, 1665 ; chez Nicolas Bonnart, 1665 ; éd. Jean Le Pautre, chez Gérard Jollain, 1671, 1691,1694.

— VITRUVE 

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/ENSBA_01665A0013.asp

— VITRUVE, 1511, De architectura M. Vitruvius per Jocundum solito castigatior factus cum figuris et tabula, traduit par Fra Giovanni Giocondo en 1511 à Venise chez G. da Tridentino avec 136 gravures sur bois 

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/CESR_2994.asp?param=

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/CESR_2994Index.asp

— VITRUVE, 1513,  De architectura, traduit par Giovanni Giocondo

https://echo.mpiwg-berlin.mpg.de/ECHOdocuView?url=/mpiwg/online/permanent/library/488D7ND1/pageimg&start=11&viewMode=images&pn=17&mode=imagepath

— VREDEMAN DE VRIES (Hans) [1565]  Caryatidum (vulgus termas vocat) sive Athlantidum multiformium ad quemlibet architecture. Anvers

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/36809/?offset=#page=43&viewer=picture&o=bookmark&n=0&q=

 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sculpture Kersanton Maître de Plougastel

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche