Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 23:15

Introduction.

AncreL'intérêt de l'examen de la description  manuscrite par de Robien de sa collection d'insectes, et notamment de papillons, tient au fait que, si on la date dans le créneau 1740 -1756, et plus vraisemblablement 1740-1750,  elle est peut-être la première description française illustrée d'une collection de lépidoptères, si on admet que les tomes  I et II des Mémoires pour servir à l'Histoire des Insectes de Réaumur consacrés aux chenilles et papillons (1734 et 1736) ne sont pas présentés comme une description d'espèces de collection, mais comme l'œuvre  d'un scientifique et expérimentateur à la curiosité ingénieuse. (Pourtant  Réaumur (1683-1757) avait assemblé le plus grand cabinet d'histoire naturelle de France. À sa mort, il sera intégré au cabinet du roi,  créé en 1729 au Jardin du roi et décrit par Buffon dans son Histoire Naturelle.

A une époque où les papillons n'ont pas encore reçu de dénomination scientifique (celle-ci débutera avec l'édition de 1758 du Systema Naturae de Linné) ou vernaculaire dans notre langue, De Robien crée pour quelques espèces des noms en français, et utilise dans ses descriptions des adjectifs et métaphores qui, étrangement, se retrouveront dans les premiers noms vernaculaires de papillons créés par Etienne-Louis Geoffroy en 1762. Cette préséance est émouvante.

Nous y trouverons dans une centaine de pages la description morphologique de plus de 40 espèces de papillons diurnes, de 36 papillons nocturnes sans compter les Teignes et microlépidoptères, accompagnées de sept planches totalisant 96 papillons, sur une collection estimée à 207 insectes.

.

Le portrait de C-P. de Robien : révélateur de ses passions.

Portrait de Christophe-Paul de Robien, par Jean-Joseph Balechou. Musée des beaux-arts de Rennes.

 

J. Balechou sculptit.  Huguet pinxit.

CHRISTOPHLE PAUL SIRE DE ROBIEN

 Ch[evali]er, Baron de Kaer, Vicomte de Plaintel et autres lieux,

Conseiller du roy en tous ses conseils et son Présid[en]t

a mortier au Parlem[en]t de Bretagne

de l'Académie royale des Sciences de Berlin

Magistrat équitable, Ami sûr et sincère  

Digne de ses Nobles Ayeux, 

La probité, l'honneur forment son caractère,

Et son beau Cabinet a dequoi satisfaire Les Scavants et les Curieux

.

On remarque dans ce tableau de Balechou, en arrière-plan, la tenture qui dévoile, à gauche la bibliothèque, et à droite, les étagères du Cabinet de curiosité associant des fioles (chimie), sa statue d'Hercule (Arts), des Madrépores et Coquillages, et d'autres Animaux. Cette bibliothèque et ce Cabinet (réunis au Grenier de son hôtel particulier de Rennes) sont les éléments identitaires choisis par De Robien.

On note aussi bien-sûr, dans le panégyrique de Paul Briand Des Forges Maillard*, la mention "Et son beau Cabinet a de quoi satisfaire Les Scavants et les Curieux". 

* Ce poète aimable a été «en commerce de littérature et d'amitié» avec la plupart des écrivains, beaux-esprits et savants de son temps qui ne lui ont pas ménagé leur estime. En dehors de Titon Du Tillet, son «père» , citons les jésuites Brumoy et Du Cerceau, les Bretons Bouguer, membre de l'Académie des Sciences (un ami d'enfance), et Fréron, le président Bouhier et le président de Robien (qui l'accueille chaque année dans son château près d'Auray pendant une partie des vacances parlementaires), le physicien Réaumur, les poètes J.B. Rousseau, Gresset et L. Racine, les dramaturges Destouches, La Grange-Chancel, et, parmi les plus grands, Fontenelle, Montesquieu et Voltaire. Source. Tl est l'auteur d'une Epitre à Mr le Marquis de Robien (Oeuvres, page 120-123).

 

 

 .

.

Comparaison avec d'autres catalogues de collections.

En 1744, Edme-François Gersaint avait publié, pour sa vente aux enchères, le Catalogue raisonné d'une collection considérable de curiosités en tous genres contenues dans les cabinets de feu Monsieur Bonnier de la Mosson, Bailly et Captaine des Chasses de la Varenne des Thuilleries & ancien Colonel du Regiment Dauphin par E. F. Gersaint 1 vol. ([2] ff., XIII p., [1] f., 234 p., [1]f.) : front. ; in-12°. Un assez grand nombre des objets qui composaient cette vente furent acquis par Buffon ; La vente des objets du Roi n'a eu lieu qu'à partir 8 mars 1745 ; Les meubles qui ne sont pas au catalogue furent vendus en 1744 .

Voir : http://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/13279-catalogue-raisonne-d-une-collection-considerable/

On y comptait une dizaine de "Cabinets", d'Anatomie, de Chimie, des Drogues, des Outils, d'Animaux, d'Instruments, de Coquilles, d'Estampes, de Bronzes, etc...et, pages 32-53, le Cabinet des Insectes et autres animaux dessechés, contenant aussi des Fossiles, des Minéraux, des Cristallisations, des Madrépores, et autres plantes marines...avec quelques habillements indiens !. Les objets hétéroclites de ces Cabinets sont rangés dans des armoires, et, dans le Deuxième Cabinet d'Histoire naturelle, dans le haut de la Première armoire, on trouve neuf cartons où sont rangés divers papillons de la Martinique, de la Grenade et de Saint-Domingue, neuf autres cartons d'autres papillons, neuf autres cartons de papillons de la Guadeloupe, du Canada, de saint-Domingue, et encore 20 autres cartons de papillons. La seconde armoire renferme 183 petites boites carrées contenant des mouches, des papillons ; et deux grands cartons vitrés contenant une grande quantité de papillons. Quelques autres papillons sont placés dans d'autres armoires. Mais ces insectes ne sont ni décrits, ni illustrés, ni même classés méthodiquement. 

.

Le président à mortier Christophe-Paul de Robien, collectionneur de papillons et entomologiste amateur.

.

Les collections de tableaux, d'antiquités, d'œuvres d'art et d'objets d'histoire naturelle de Christophe-Paul de Robien (1698-1758), mais surtout la description manuscrite de ses collections témoignent de l'intérêt du magistrat, qui présidait la Grand-Chambre du Parlement de Rennes, pour les insectes. L'étendue de sa curiosité, qui porte sur l'art, sur l'histoire de la Bretagne et sur l'archéologie tout autant que sur la conchyliologie, la minéralogie ou la numismatique, n'en fait pas un entomologiste ni même un naturaliste à proprement parler. Mais, dans l'histoire de l'entomologie, et notamment de l'entomologie française, les informations qui nous sont parvenues sont, par leur date, très précieuses pour la connaissance de la période pré-linéenne (précédant la 10ème édition du Systema Naturae de Linné en 1758).

I. La Bibliothèque.

Inventaire à la révolution : 4000 ouvrages. La première bibliothèque de Rennes, et l'une des premières de Bretagne.

Elle contient au moins deux titres notables :

  • Réaumur, Mémoire pour servir à l'Histoire des Insectes 1734

  • Linné, Systema Naturae 1736.

.

II.  Les tableaux.

La collection contient 200 peintures. Elles étaient dispersées dans l'hôtel particulier.

Deux toiles naturalistes figurent dans l'inventaire des tableaux : l'Arbre aux oiseaux et une Planche d'insectes, toutes les deux de Jan van Kessel. 

.

"Jan Van KESSEL (Anvers, 1626 - Anvers, 1679) Planche d'insectes Huile sur bois 17 x 21 cm Saisie révolutionnaire (collection Robien), 1794 Peintre de fleurs et de natures mortes, Jan Van Kessel suit les influences de son oncle Jan I Brueghel et de son cousin Jan II Brueghel. Il se consacre particulièrement aux peintures d'oiseaux, de coquillages et d'insectes. Ces petits tableaux sont directement destinés à être vendus aux amateurs. La Planche d'insectes avait sa place dans un cabinet d'histoire naturelle aussi renommé que l'était celui du président de Robien ; celui-ci possédait, à côté des spécimens même du règne animal, des séries d'aquarelles peintes en Chine, représentant des oiseaux exotiques" (François Bergot ,"Peintures de la collection Robien" &. "Le bestiaire dans la peinture occidentale" - Musée des beaux-arts de Rennes

http://www.mbar.org/services/ressources/bestiaire.pdf

 

 

.

III. Les estampes et gravures.

Collection : 1000 dessins et 3000 gravures, conservés jadis dans la Bibliothèque, au grenier de l'hôtel de Robien de Rennes.

 Parmi ces gravures, deux ensembles de planches :

  •  Jacob et Georg. Hoefnagel, Archetypa studiaque, 1592 : c'est, dans l'histoire de l'entomologie,  la première publication (imprimée) comportant des représentations selon le vivant d'insectes, fidèles au spécimen observé et donc conformes au naturalisme scientifique.

  •  Maria Sibylla Merian, Dissertation 

​.

 

IV. Manuscrit.

 Parmi les manuscrits de C-P. de Robien, le document intéressant l'entomologie est la « Description historique », rédigée par le président de Robien, « des collections conservées dans son cabinet », et, parmi les deux volumes, le premier qui est consacré à l'histoire naturelle. Les pages 879-1004 sont consacrées à l'entomologie, et elles débutent par la description de la collection de papillon pp. 879-971. Cette partie est illustrée de sept planches numérotées 126 à 132.

http://www.tablettes-rennaises.fr/themes/rennes/static/flipbook/index.html?docid=43919&language=fra&userid=25586

 Dans cette collection,  sur un total de 2167 objets d'histoire naturelle, on compte 207 insectes dans le catalogue de 1740 (Description...). Il en restait 183 (sur un total de 7124 objets, par forte augmentation des minéraux et végétaux) dans l'inventaire de 1794 après saisie révolutionnaire. 

En outre, De Robien est l'auteur de la Description historique, topographique et naturelle de la Bretagne, daté vers 1756 : ce manuscrit est conservé à Rennes sous la cote Mss 0310-0312. Le manuscrit Ms 0312 consacrée à la Bretagne naturelle contient une Planche de papillons en couleur, la planche  III-4 par laquelle nous débuterons.

 

LA PLANCHE DE LA DESCRITION HISTORIQUE DE BRETAGNE.

.

 

 

 

 — Planche III-4 du Ms 0312 : 16 espèces autochtones.

 On y compte  49 formes de papillons : 16 chenilles, 19 chrysalides ou cocons, 16 imagos,  identifiables et autochtones. Les 8 Nocturnes, sont   Saturnia pyri le "Grand Paon de Nuit" ; Gastropacha quercifolia "La Feuille-Morte du Chêne" ; Lasiocampa quercus "Le Bombyx du Chêne" ; Euproctis similis "Le Cul-jaune" Tyria jacobaeae "La Goutte de sang" ; Arctia villica "L'Écaille villageoise" ; Euplagia quadripunctaria "L'Écaille chinée, Callimorphe" ; Catocala nupta  "La Mariée", et,  en bas, Acherontia atropos "Sphinx à tête de mort".

Les 8 Diurnes sont Polygonia c-album (Robert-le-Diable), Lasiommata maera (Némurien), Vanessa cardui (Belle-Dame), Argynnis paphia (Tabac d'Espagne), Aglais urticae (Petite Tortue) Inachis io (Paon-du-Jour), Vanessa atalanta (Vulcain) et Limenitis reducta (Sylvain azuré)

 

  

 

Planche III-4, Rennes Ms 0312, Description historique de la Bretagne, Christophe-Paul de Robien

Planche III-4, Rennes Ms 0312, Description historique de la Bretagne, Christophe-Paul de Robien

Planche III-4, Rennes Ms 0312, Description historique de la Bretagne, Christophe-Paul de Robien

Planche III-4, Rennes Ms 0312, Description historique de la Bretagne, Christophe-Paul de Robien

 

 

DESCRIPTION DU MANUSCRIT Ms 0546-0547.

Je vais me focaliser progressivement sur les pages consacrées aux papillons, en présentant d'abord (I) la Description historique des collections avec ses deux volumes, puis (II) le volume consacré à l'histoire naturelle ou Ms 0546, puis (III) les pages 881-950 consacré aux papillons et enfin (IV) les planches 126 à 132 qui y sont attachées.

.

I. La « Description historique », rédigée par le président de Robien, « des collections conservées dans son cabinet ».

L'ouvrage de la Bibliothèque de Rennes Métropole  « Description historique », rédigée par le président de Robien, « des collections conservées dans son cabinet », XVIIIe siècle, comprend deux volumes manuscrits sur papier et reliés en veau :

  • 546. Ier volume : Histoire naturelle.

  • 547. 2ème volume. « IVe partie. Ouvrages de l'art », comprenant l'archéologie et la numismatique.

  Le 1er volume MS 0546, qui nous intéresse, comprend  423 feuillets, plus 170 planches intercalées, avec un numérotage spécial. Dimensions : 457 × 305 mm : 3 petits feuillets de diverses dimensions, chargés de notes, sont collés au recto du folio 80, un autre au recto de 155. Presque toutes les figures de plantes et d'animaux sont des gravures découpées dans des ouvrages imprimés, d'ailleurs sans indication de provenance, et collées dans le manuscrit" (notice de la Bibliothèque). Ce manuscrit a été numérisé intégralement. Il est consultable dans Les Tablettes rennaises, portail du patrimoine numérisé de la bibliothèque de Rennes Métropole. 

 

http://www.tablettes-rennaises.fr/themes/rennes/static/flipbook/index.html?docid=43919&language=fra&userid=25586

 

II. Composition du Ms 0546 de Rennes

Sa composition  est la suivante :

Fol. 1. Préface, indiquant l'objet et les divisions de l'ouvrage 

Fol. 2. Ier partie. Des fossiles : fossiles naturels (géologie et minéralogie)

Fol. 63. Fossiles étrangers (paléontologie)

Fol. 158. Animaux de la mer

Fol. 300. Animaux terrestres

Fol. 415. Des animaux à figures monstrueuses et contre nature

Selon la pagination du lecteur des Tablettes rennaises (1232 pages) , la composition est la suivante : 

  • Ancre Préface, indiquant l'objet et les divisions de l'ouvrage 1. "La Multitude"

  • Première classe des fossiles en général "Des Fossiles" Fol. 2

  • Des Terres.

  • Des Sables 35

  • Des Sels 37

  • Des Bitumes 51

  • Des Pierres 60. Cinq espèces.

  • Des Minéraux. 134

  • Des Marcassites ou mines de métaux et de ces métaux même 145

  • Des Fossiles étrangers 154

  • Des végétaux fossiles 

  • Ancre Des Bivalves 183

  • Des Végétaux 209

  • Des Plantes marines 422

  • Troisième Partie, des Animaux en général. 457

  • Animaux marins ; Coquilles +++

  • Des Poissons à écaille 840

  • Animaux terrestres des plus petits et les plus délicats pour remonter jusqu'aux plus grands et les plus considérables  879. 

  • Ders vers des chenilles 951

  • Des scarabées en général. 972

  • Des oiseaux 1035.

  • Des Quadrupèdes 1124


.

III. Composition des chapitres du manuscrit MS 0546 concernant les papillons. Le texte.

(pagination Tablette Rennaise)

N.B : les identifications placées entre crochets sont proposées à titre indicatif sans caution d'un entomologiste patenté.
 

  • "Les chenilles que je place les premières des insectes terrestres non comme les plus petites et comme les plus tendres et les plus délicates"...881

  • "Papillons diurnes...se divisent selon Mr de Réaumur en trois genres, ou en sept classes ..."  Ceux du premier genre ont des antennes à boutons ou en massues et se subdivisent en quatre classes" 882

  • Planche 126 page 883 : 25 espèces de Papillons, parmi lesquels Gonepteryx rhamni, Inachis io, Vanessa atalanta.

  • Classification en sept classes. "Tous ces papillons dont je conserve les diverses transformations de plusieurs dans de petits chassis garnis de verre et dont j'ai rassemblé plusieurs espèces rares et admirables par leur grandeurs, leurs structures et leurs coloris, des deux Indes, étant distribués par classes suivant l'ordre et les dimensions de Mr de Réaumur." Page 887

  • "Ceux de la première Classe des Papillons diurnes sont Primo de petits papillons de société violets et bruns oeilletès voltigeant dans les landes et les bruyères." ... 13 paragraphes soit 13 descriptions de spécimens  888

  • Seconde Classe des Diurnes : 9 descriptions de spécimens 892

  • "Troisième Classe qui est composée de ceux qui reposent sur 4 jambes et en ont 2 très petites" 896

  • Vignette découpée : 897 : 2 papillons, libellule, lézard, grenouille...

  • planche 127 ; 5 papillons.

  • Planche 128. 8 espèces. 

  • Planche 129 . 7 espèces.

  • Planche 130. 11 espèces. ​

  • Texte espèce n° 7 à 11 Page 909.

  • Quatrième Classe : les Diurnes dont les ailes laissent la partie inférieure du corps à découvert : 910

  • Cinquième Classe

  • Sixième Classe : les Diurnes qui ont leurs antennes en massues, je n'en n'ai que très peu.

  • Septième Classe; Papillons qui ont les antennes en corne de bélier que quelques uns ont mis au rang des Phalènes

  •  Première Classes des papillons Nocturnes. Les Phalènes. 918. [4 espèces dont le Sphinx à tête de mort  (n°3) et id. venant des Indes (n°4) ]

  • Planche 131

  • Deuxième Classe des Nocturnes : les Papillons...ont leurs antennes à filets coniques. pages 924 à 931. [14 espèces, dont la Lichénée rouge (n°2), la Zérène du Groseillier (n° 6) avec une mention de "Godard " (Jan Goedart) ; la "Goutte de sang" ou Tyria jabobaeae (n°9) , l'Hyponomeute plombée du fusain (n°14)]

  • Troisième Classe antennes à filets coniques et pas de trompes 932. [1 espèce, chenille qui vit à l'intérieur des troncs de chêne, d'orme et autres bois. ]

  • Planche 132 colorisée

  • Quatrième Classe. Antennes à barbes de plumes. Les masles les ont bien plus barbues que les femelles. 934. [3 espèces dont l'Ecaille martre (n°2).]

  • Cinquième Classe : Antennes à barbes de plumes, mais dépourvus de trompe.  938. [ 11 espèces, dont "La Feuille morte" Gastropacha quercifolia n°1, le "Moyen Paon-de-nuit (n°4), le "Grand Paon-de-nuit (n°5), [Rothschildia aurota nommé par Robien le "Porte-miroir des Indes" (n°6) , la "Patte étendue" (n°9), le "Cul doré" E. similis, (n°10) ]

  • Sixième Classe, dont les femelles naissent sans ailes. 945. [2 espèces. L'Étoilée (n°1) et l'Antique Orgya antiqua (n°2)]

  •  Planche 133 : 

  • Septième Classe. Dont les plumes des ailes sont séparés comme celles des oiseaux. 946 [Ptérophore) ]

  • Des vers à Soye 947

  • Des Teignes ou Mittes 949

  • Des vers des chenilles 951.

  • Planche 143

  • [Fin des page consacrées au papillons] Des scarabées en général 972

.

LECTURE DU TEXTE : TRANSCRIPTION PARTIELLE.

Je transcris ici  les pages consacrées aux papillons diurnes  : les pages 882-885 donnent la classification empruntée à Réaumur et les pages 888 à 917  donnent la description des spécimens de papillons diurnes collectés : 

Trois genres et sept classes... "Ceux du premier genre ont des antennes à boutons ou en massues et se subdivisent en quatre classes (p. 882). Ceux de la première classe se posent sur six pieds et ont le corps embrassé par la partie inférieure de leurs ailes qui étant en repos sont posées perpendiculairement à leur plan de position. Ceux de la seconde classe les ont de même, mais ne se posent que sur quatre jambes. Les deux antérieures étant de fausses jambes terminées en pointes de palatine ; ceux de la troisième classe sont à peu près de même pour les ailes et ne se posent que sur quatre jambes, les deux antérieures étant si petites qu'en quelques uns elles ne peuvent être aperçues qu'avec peine ; ceux de la quatrième ont leurs ailes inférieures recourbées sur leur corps dont elles laissent le dessus à découvert et ont souvent deux appendices assez longues. Ceux de la cinquième classe ont six vrayes jambes, mais tiennent leurs ailes parallèles au plan de position, ou ne les redressent jamais après parce qu'elles se touchess ??e. Ceux de la sixième classe ont des antennes à massue ou qui augmentent de grosseur à mesure qu 'elles s'éloignent de leur naissance. Ceux de la septième classe ont leurs antennes en corne de bélier, c'est à dire l'extrémité renflée diversement repliée.  Les phalènes ou papillons nocturnes etc....(p.885)..."


 

 

"Première Classe des Papillons Diurnes. [Lycaenidae et Pieridae]

1. Primo de petits papillons de société violets et bruns oeilletès voltigeant dans les landes et les bruyères [ Lycaenidae "Azurés" et "Argus"] .

2. D'autres à peu près semblables, aurores pigmentés de noir se posant sur six pieds.

3. Petits papillons à peu près de même espèce, noirs ou bruns, d'autres verts dorés voltigeant sur les bruyères.

4. Des papillons blancs de la plus belle chenille du chou dont l'extrémité est noir et ils ont deux taches noires sur les ailes supérieures et se posent sur six pieds. [Pieris brassicae Piéride du Chou].

5. Des papillons de chenille du prunier à ailes transparentes et à costé ou nervures plus foncées. [Aporia crataegi "Le Gazé"] .

6. Des papillons jaunes bordés de noir mouchetés de  taches blanches avec deux taches noires sur les ailes supérieures que je croy d'une chenille qui vit sur le genet. [Colias crocea "le Souci" ?]

7. Des papillons blancs de la chenille verte chagrinée du chou dont les extrémité des ailes est un peu moins noir ponctuée également et de taille moins grande. [Pieris napi ou Pieris rapae,  Piéride du Navet ou Pieris de la Rave]

8. Ce papillon d'un vert citron a des aîlles angulaires tachetées d'un point aurore  et les pieds aurores. [Gonepetryx rhamni "Le Citron"]

9. Ce papillon diurne des Indes est d'un vert ou citron bordé de quelques taches noires au dessus et de deux points noirs aux ailes supérieures et de deux [naines] de perles en dessous de quelques taches.

10. Ces deux papillons diurnes de la première classe sont d'un brun avec deux taches l'une noire avec un point blanc l'autre blanche à chaque aile ; les taches des supérieures sont plus grandes en dessous. Les inférieures sont en dessous mouchetées de gris chargées d'anneaux jaunes entourés de cercles noirs et renferment une tache ou cercle noir et au milieu une tache blanche et sont distribués à scavoir cinq taches sur chaque ailes inférieures, deux grandes et trois moyennes et quatre et un chacune des supérieures une grande et trois petites. L'autre papillon est blanc en dessus marbré de brun et blanc sale, les ailes bordées d'un rang d'yeux ou cercles  gris, blanc, bruns,ou aurores. Le dessous est d'un gris sale marbrée d'une teinte jaunâtre et bordé de quelques yeux plus pasles et en moindre nombre que dessus.

11. Le papillon des Indes à ailes à pan ou angulaires de couleur aurore foncée et marbrée de masses [?] noires plus foncée avec des yeux à œil de paon sous les quatre ailes [???]

12. est un très beau papillon diurne blanc avec des nervures noires et bordé d'espèces de cœur qui aux ailes inférieures sont d'un beau citron. En dessous toutes les ailes inférieures sont citrons, et les figures de cœur qui les bordent sont d'un très beau vermillon.

13. Celui-ci plus approchant pour la forme de ses ailes  allongées  de ceux de la seconde et de la troisième classe est néanmoins de la première, se posant sur six vraies jambes assez longues;. Il est presque tout brun en dessus des ailes néanmoins bordées d'un triple rang d'espèces de petits chevrons ou fers de flèches d'un blanc jaunâtre ou aurore en quelques endroits. Le dessous est d'un brun plus pasle et le troisième rang de chevron est totalement jaune. (page 891)

.

La Seconde Classe des Diurnes. [Nymphalidae]

1.Primo les papillons de la chenille verte chagrinée du gramen sont bruns et jaunes chargés d'yeux noirs aux quatre ailes, une sur chacune des supérieures, et deux quelquefois trois sur les inférieures. ["chenille verte chagrinée" voir Réaumur I p. 445 et  Réaumur  pl. 27 fig. 15 et 16  "le Tircis]

2. Le papillon suivant est d'une chenille à peu  près semblable -jaune (fauve?) clair sur un fond brun avec les ailes supérieures marquées d'un œil ou tache noire à point blanc, et les inférieures de trois taches semblables ayant l'extrémité un peu dentelée.

3. Le papillon de la chenille épineuse de l'ourmeau appellée la Bedaude [Réaumur], son corps étant de couleur de tabac clair et l'autre partie  blanche est tabac d'espagne moucheté et bordée de brun noir. Ses ailes inférieures sont échancrées au dedans et les quatre sont échancrées à la base et forment des espèces d'appendice. Le dessous des ailes inférieures est de couleur moins distincte, mais marquée au milieu d'une espèce de croissant blanc. [Polygonia c-album "Robert-le-Diable »].

 

4. Le papillon suivant est celui d'une chenille épineuse du chardon qui a une raye jaune le long du dos. Il a une couleur orange, le corps velu, l'extrémité des ailes noirastres, moucheté de blanc, le reste marbré, tacheté ou rebordé de noir ou brun, le dessous est rougeatre, œilleté en plusieurs endroits de taches noires entourées d'un cercle blanc. [Vanessa cardui, "Belle-Dame"].

5. C'est le papillon de la chenille épineuse de société de l'ortie, qui a des rayes d'un verd foncé piqueté. Il est d'un fauve clair tacheté délavé -- au bord supérieur de chaque ailes supérieures et moucheté de trois taches et bordées de noir ou brun. Les ailes inférieures sont brunes vers leur naissance, et bordées de brun, dentelées et meslées de taches d'un beau bleu [Aglais urticae "Petite Tortue"].

6. Le papillon suivant est celui de la chenille épineuse et noire de l'ortie qui est d'un tabac tirant sur le violet ayant des taches noires et blanches sur le devant des ailes supérieures et d'un bel œil de plume de paon sur chacune de ses quatre ailes. [Inachis io "le Paon-du-Jour"]

7. Celui-ci est le papillon d'une autre chenille solitaire de l'ortie dont le dessus est d'un brun noir et les extrémités des ailes supérieures d'un beau noir moucheté de blanc et bordées de taches de même. Les aîlles supérieures  sont traversées d'une belle bande couleur de feu et les inférieures bordées de même couleur piquetées de mouches noires. Le dessous de ses ailes est ondé de brun et de noir. [Vanessa atalanta "Le Vulcain"]

8. Le 8e est un très beau papillon des Indes d'un brun noirastre au dessus, moucheté de petites taches blanches vers la teste, de blanches vers le milieu et de moyennes vers les extrémités ou la base avec deux taches tabac foncé vers l'extrémité des ailes inférieures qui couvrent le corps. Le dessous est moins noir et les taches plus grandes et citrines avec deux yeux jaunes bordés de noir. Prés le bord supérieur est une bande ou tache longue jaune ou dentelé qui traverse les deux  inférieures au deux tiers de sa longueur.

9. Les 9e sont deux papillons des Indes bruns en dessus tachetés de trois grandes taches blanches deux sur les ailes supérieures et une sur les inférieures ; par dessous ils sont d'un tabac foncé traversé au milieu d' une large bande blanchastre, bordé au milieu d'une espèce de dentelé blanche et noire rebordée à double rang. (page 895)


 

Troisiesme Classe qui est composée de ceux qui se posent sur quatre jambes et en ont deux très petites.  [ Pattes antérieures atrophiées =Nymphalidae].

1. Primo un papillon très commun dans les prairies et dans les champs vers la fin de juin, le mois de juillet et plus tard. Le dessous de ses ailes est d'un  gris dans lequel il rentre quelques teintes jaunastres. Le dessous des ailes supérieures est d'un assez mauvais feuille morte. Ce qu'il a de plus remarquable est une tache en œil assez noir avec un point blanc. Le dessus des ailes est de couleur sombre assez semblable au dessous.

2. Il y a aussi le papillon brun tabac d'espagne du blé qui est à peu près semblable  de la même classe de même que quelques papillons plus petits et à peu près semblables.

3. est un papillon sur les ailes duquel il y a une distribution de taches noires et de taches blanches qui imitent assez celle des quartiers d'un damier ce qui la fait nommer l'échiquier. [Melitaea cinxia "Mélitée du Plantain" ?] [Melanargia galathea "Demi-Deuil"]

4. Je place ensuite le petit papillon aurore ou plutôt fauve tacheté de noir ou brun foncé assez régulièrement, dont le bord des ailes est orné d'une espèce de dessin imitant une espèce de dentelle noire. Le dessous est jaspé d'un blanc fauve plus vif en quelques endroits et plus pasles en d'autres [Euphydrias eurinia "Damier de la Succise" ?. 

5. Je place après deux papillons d'espèces beaucoup plus grandes dont j'ignore les chenilles qui se produisent -----dans les bois. La surface supérieures de leurs quatre ailes est d'un jaune assez vif taché d'un noir ou vert canard jaunes plus ou moins foncé qui imitent assez celles de la peau du tigre ou du léopard ce qui me fait la nommer ainsi. Le dessous des ailes de l'un des ailes supérieures est moucheté de taches argentées et brillantes comme de la nacre de perle. Les autres taches sont d'un vert ondé ou flambé d'un jaune plus pâle ou plus clair. Ce papillon a un vol extrêmement vif et rapide.

6. Celui-ci que je croirais assez volontiers né de quelque chenille de la ronce se trouve ordinairement voltigeant et prenant sa nourriture de cette plante. il est d'un brun plus ou moins pâle ou foncé tacheté à la partie supérieure de ses ailes de quelques taches ou bandes blanches. Le dessous des quatre ailes est de couleur plus variée étant orné de dessins ondés de jaune et de blanc plus ou moins clair.

7. Le suivant de la même espèce de celuy-ci dessous est sans-doute produit de quelques chenilles de la même plante puisqu'il s'y tient également  attaché, n'en diffère que peu. Sa couleur qui a la surface supérieure des quatre ailes est d'un bleu noirastre très foncé qu'on prend pour noir au premier aspect. Ses deux aîlles supérieures sont tachetées de blanc aux extrémités et traversées d'une bande blanche qui borde les inférieures. Le dessous est d'un brun bleuastre traversé de bandes et taches rougeastres. [Apatura ?? ; Limenitis ??]

8. Celui-ci venu des Indes et de la troisième classe des diurnes est d'un brun au minime assez foncé. Ses quatre ailes qui sont assez amples sont bordées d'une espèce de dentelle ou de taches blanches assez régulièrement rangées.

9. Le suivant également des Indes et de la même classe n'est pas tout à fait si grand mais d'un beau jaune. Ses ailes tant supérieures qu'inférieures sont tachetées en quelques endroits de belles taches blanches avec des traits noirs et ses ailes sont rebordés d'une dentelle très de-valle et régulière noire sur un fond très blanc.

10. Celui-cy peu différent du précédent si ce n'est qu'il est d'un jaune plus foncé et que les nervures de ses ailes sont noires et les taches plus grandes et moins blanches ce qui le rend encore plus beau.

11. Le suivant un des plus beaux et des plus grands de cette classe qui me sont venus des Indes est d'un beau bleu céleste avec des nervures assez larges qui environnent chaque tache qui sont plus foncées. Les taches du dessous paraissent plus blanches et les nervures plus bleues, ce qui le rend plus éclatant. (P. 909)

.

Quatriesme Classe des Diurnes dont les ailes laissent la partie du corps à découvert.qui ont des appendices et dont je n'ai encore pu rassembler que 2 espèces d'Europe et pareil nombre des 2 Indes sont : [Papilionidae]

1. Le premier papillon de cette quatrième classe des diurnes est un grand et beau papillon assez commun aux environs de Paris que Mme de Merian a nourrie de feuilles de pruniers sauvages : le fond de la couleur des ailes de ce papillon est un citron clair. Les taches qui sont au dessus sont noires faites d'ondes ou de flammes imitant le taffetas flambé de part et d'autre et d'autre de l'appendice qui forme une queue à chaque aile inférieure. Il y a cinq taches en forme d'yeux dont la circonférence est noire et l'intérieure d'un bleu ---é. Celui de ces yeux qui est le plus proche du corps est feuille morte. [ Iphiclides podalirius "Le Flambé" Planche 130 n°6] . [Le texte est une copie de celui de Réaumur]

2. Le second est le papillon de la chenille du fenouil qui mérite une place parmi les plus beaux. Un jaune citron et un noir  sont cependant presque les seules couleurs du dessus et du dessous de ses ailes supérieures qui sont distribuées par des espèces de [mot manquant] ou de taches bien [un blanc] et arrangées de manière  agréable. Les ailes inférieures sont à peu près de même couleur à l'exception d'une tache ou œil feuille morte nue et à moitié entouré de bleu posé assez près de la jonction du coté intérieur vers la base. A cet œil commence un rang de six taches les unes rondes les autres en croissant d'un assez beau bleu. [Papilio machaon, "Le Machaon", Pl. 130 n° 4] [Le texte est une copie de celui de Réaumur p. 471-472]

3. Le troisième est le beau papillon vert doré et ondé à longues appendices orné d'espèces de franges qui naît en Amérique.

4. Le beau papillon à corps couleur de carmin et aîlles noires tachetées de taches (ouaté ? ) du plus beau carmin du monde, et dont les ailes supérieures sont (nervées) et arrondies par les (bouts), les inférieures endentées découpées avec de longues appendices et chaque trois taches oblongues d'un beau carmin. La chenille qui produit ce papillon naît de plusieurs plantes des Indes, et souvent sur les limoniers aux branches desquelles ils attachent leurs crisalides qui sont à pointes et angles obtus et arrondis, ainsi qu'on en voit enfermés dans les chassis de cette espèce.

.

Cinquiesme Classe des Diurnes.[Hesperiidae]

Je n'en ay encore pû rassembler, ce qui me la fait passer sous silence.(p.913)

.

Sixiesme Classe des Diurnes qui ont leurs antenes en massues, je n'en n'ay que très peu.

Il est vrai qu'elle n'est pas infiniment nombreuse.

1. Le premier est le papillon qui naît de la chenille du caille-lait qui porte une corne sur le derrière. Le papillon a le dessus du corps entièrement à découvert, il est d'un beau couleur de süye de même que ses ailes qui sont ondées et tachetées de noir et de gris plus clair. Ses ailes inférieures sont très courtes et couleur du tabac. Il a le corps couvert de poils alternativement noirs et blancs exceptés ceux qui forment sa queue qui sont noirs. [Macroglossum stellatarum "Moro-Sphinx, Sphinx du Caille-lait". Planche 130 n°11]

2. Je place ensuite six autres à peu près semblables mais plus petits et approchant plus de la figure des mouches, ce qui les fait nommer papillons mouches ; leurs ailes ne sont pas entièrement couvertes de cette poussière qui rend les ailes des papillons opaques, elles sont transparentes ou vitrées en partie. leurs corps est presque tout couvert d'un poils d'un ollive jaune, et leurs aîlles sont ornées d'une ligne ondée d'un beau canelle ou maron

.

Septiesme Classe des Papillons qui ont les antenes en corne de béllier que quelqu'uns ont mis au rang des Phalènes. [Zygaenidae]

1. Le nombre en est plus grand et le seul que j'aye de cette classe est celui de la chenille n-- e jaune et  noire qui fait sa coque de soye couleur de paille contre une tige de gramen. Le papillon qui en vient entre autre la femelle a ses ailes pendantes formant sur le dos une espèce d'étui. Le fond de la couleur est si changeant selon le point de vue olive d'un brun bleuastre ou d'un noir bleu, toujours avec un lustre doré. Les aîlles supérieures sont chargées de cinq ou six taches rouge sanguin, les aîlles inférieures sont tachées d'un beau cramoisi clair bordé d'une ligne noire. (p. 917). [Zygena sp. : Zygena trifolii ?. "Zygène du Trèfle" ?]

.

Première Classe des papillons Nocturnes. Les Phalènes

...ou les papillons qui composent la seconde section de ces insectes volants..."

Première Classe des papillons nocturnes.

Les Phalènes ou papillons nocturnes qui composent cette seconde section ne sont pas à nos yeux des espèces moins rares, moins curieuses et moins belles que les papillons diurnes puisqu'ils renferment un plus grand nombre d'espèces, de plus grands, de plus gros et de figures plus particulières. Ceux de la première classe nous offrent même des singularités assez remarquables outre la forme de leurs antennes prismatiques, ou en triangle curviligne qui les caractérisent ils ont encore des variétés qui les font admirer celuy que je place le premier de cette classe est :

1° Le papillon que produit la belle chenille rare à cornes d-titimales à feuilles de cyprès est assez beau ; étant dans sa positio naturelle, il a des aîlles inférieures cachées par les supérieures qui sont écartées du corps et se laissent à découvert ; elles sont étroites et terminées en pointe arrondies. Son corselet et le corps sont d'un bel olive avec quelques lignes et rayes d'un rouge lilas, les aîlles supérieures sont tachetées d'un brun olivastre et de rouge clair bordées en dedans d'une ligne blanche également que le contour du corselet. Les aîlles inférieures sont à leur naissance noires avec une ligne de même couleur. Le reste est d'un rouge fleur de pesché, également que le dessous des aîlles et du corps qui est un peu plus pasle. Le papillon mâle est à peu près semblable mais moins beau et plus petit.

2 Je place ensuite un papillon à peu près de la même espèce, cependant plus aprochant pour la façon de porter les aîlles qui sont écartées et laissent le corps à découvert, au papillon de la chenille à corne du troëne ; ses antenes sont prismatiques et le corselet et le reste du corps est d'un très bel olive. Son corselet rayé en long de trois rayes couleur de rose et le reste de son corps d'un rouge en long de même est bordé de cette couleur ; ses aîlles supérieures sont aussi olive mais un peu plus foncé ; les inférieures d'un beau couleur de roses (crues) et traversées de deux à trois bandes noires

.


 

Commentaire sur le texte.

a) La classification générale en sept classes reprend celle de Réaumur ; elle est basée sur la forme des antennes, sur le nombre de pattes locomotrices, et sur le port des ailes au repos. La classification de Réaumur est la seule qui soit disponible dans les années 1740-1750, elle est d'ailleurs reprise par Linné dans la sixième édition du Systema Naturae de 1748 page 63  et dans sa Fauna Suecica de 1746. Gauthier Aubert signale que De Robien possédait le Système de la Nature de Linné, dans son édition de 1736 : s'agit-il d'une erreur pour la première édition du Systema Naturae (Leyde, 1735 ) ? Dans celle-ci, qui n'est qu'un ouvrage de 13 pages , un tableau très général classe  les Papillons (4 ailes, une trompe) en trois groupes : Papilio (alis erectis), Psyche (alis planis) et Phalaena (alis compressis)


 


 

b) la description des papillons diurnes de la collection De Robien décrit les espèces avec une certaine ingénuité, et en tout cas en semblant tout ignorer de la tradition des naturalistes européens. En effet, ceux-ci correspondent entre eux, s'échangent des spécimens, des illustrations et des descriptions, et font référence aux travaux de leurs pairs. C'est le cas de Gessner à Zurich (publié par Mouffet), d'Aldrovandi en 1602, de Thomas Mouffet en 1634, de James Petiver à Londres en 169[4], de John Ray en 1710, et à un moindre degré de Goedart, de Jan Jonston qui compile Aldrovandi et Mouffet, de Maria-Sibylla Merian,  ou de Rösel von Rosenhof et de son Insecten-Belustigung de 1740, et de Mark Catesby en 1734.

Ainsi, De Robien ignore l'usage d'une brève description en latin (diagnose) qui, à défaut de nom spécifique, permet d'identifier une espèce. De même, il ignore l'usage d'une référence abrégée aux illustrations des auteurs précédents. Il ne cite que trois auteurs, Réaumur, Mérian et, une seule fois, Goedart.

Or,  en France, dès 1710, Claude Aubriet (1665-1742), peintre en histoire naturelle pour le Jardin du Roi, fait usage de ces descriptions latines dans ses remarquables miniatures, et indique les références des descriptions de James Petiver. 

Pourtant, derrière cette spontanéité apparente du style de l'auteur rennais se dissimule de nombreux emprunts à Réaumur.

Il n'es pas possible de préciser le nombre de spécimens décrits, puisque de Robien emploie parfois un pluriel trop imprécis. Si on dénombre les paragraphes (correspondants souvent à un seul spécimen), on obtient le total de 39 paragraphes pour les Diurnes, répartis ainsi :

  • Classe I : 12 "spécimen/paragraphes" ; Lycaenidae-Pieridae. 2 "Indes".

  • II. 9 "spécimen/paragraphes" ; Nymphalidae ;  3 "Indes"

  • III. 11 "spécimen/paragraphes" ; Nymphalidae .

  • IV. 4 "spécimen/paragraphes" ;  Papilionidae ; 2 "Indes".

  • V. néant.

  • VI. 2 "spécimen/paragraphes" ; Sphingidae.

  • VII. 1 "spécimen/paragraphe" ; Zygaeninae.

Au total, on peut estimer cette collection, pour les rhopalocères, non en nombre de spécimens, mais en nombre d'espèces différentes, à une quarantaine, soit plus de 30 espèces européennes (certainement françaises, et très vraisemblablement capturées autour de Rennes, ou autour de Paris). Par comparaison, Linné , dans sa Faune de Suède de 1746, décrit  37 Papillons diurnes. Et Réaumur n'en décrit qu'une douzaine dans les deux premiers volumes de son Histoire des Insectes.

De même les papillons Nocturnes  sont répartis en sept classes totalisant 31 espèces, auxquels s'ajoutent le ver à soie, les teignes et les "vers de chenille".

Le chiffre total des espèces décrites est donc de 70 papillons, (39 Diurnes et 31 Nocturnes) dans l'évaluation la plus basse.


 

On voit que cette collection est de composition très honorable, qu'elle n'est pas entassée en désordre dans des tiroirs disparates mais qu'elle est classée selon la taxonomie la plus actuelle de son époque, qu'elle associe aux imagos les chenilles et chrysalides apparentées, et qu'en un mot elle donne tort à Buffon lorsque celui-ci écrit :

"La plupart de ceux qui, sans aucune étude précédente de l'histoire naturelle, veulent avoir des cabinets de ce genre, sont de ces personnes aisées, peu occupées, qui cherchent à s'amuser, et regardent comme un mérite d'être mises au rang des curieux ; ces gens-là commencent par acheter sans choix tout ce qui leur frappe les yeux ; ils ont l'air de désirer avec passion les choses qu'on leur dit être rares et extraordinaires, ils les estiment au prix qu'ils les ont acquises, ils arrangent le tout avec complaisance, ou l'entassent avec confusion, et finissent bientôt par s'en dégoûter : d'autres au contraire, et ce sont les plus savants, après s'être rempli la tête de noms, de phrases, de méthodes particulières, viennent à en adopter quelqu'une, ou s'occuper à en faire une nouvelle, et travaillant ainsi toute leur vie sur une même ligne et dans une fausse direction, et voulant tout ramener à leur point de vue particulier, ils se rétrécissent l'esprit, cessent de voir les objets tel qu'ils sont et finissent par embarrasser la science, à la charger du poids étranger de toutes leurs idées." Buffon, Histoire naturelle. Texte cité par Marie-Élisabeth Boutroue "Curiosité et Cabinets de curiosités", p. 43. Source ici.

 On sait qu'un conflit opposait Réaumur et Buffon, qui avait peu de considération pour l'entomologie. Parmi les savants fidèles et amis de Réaumur figurait le médecin Geoffroy, propriétaire en son hôte parisien d'une vaste bibliothèque et d'un non moins vaste Cabinet de curiosité : c'est le père d'Etienne-Louis Geoffroy, auteur du premier ouvrage français d'entomologie qui paraîtra en 1762 , l'Histoire abrégée des InsectesIl est éminemment  probable que De Robien avait rendu visite à Etienne-François Geoffroy (1672-1731), professeur de chimie au Jardin du Roi, et à son frère Claude-Joseph (1685 -1752), maître-apothicaire, botaniste, chimiste et grand collectionneur également. G. Aubert signale "Il en va de même avec le chimiste Geoffroy, à qui il doit plusieurs pièces de sa collection et dont il évoque les travaux dans son Livre".

.

c) Zoonymie.

Comme je l'ai souligné en introduction, à une époque où les papillons n'ont pas encore reçu de dénomination scientifique (celle-ci débutera avec l'édition de 1758 du Systema Naturae de Linné) ou vernaculaire dans notre langue, De Robien crée pour quelques espèces des noms en français, et utilise dans ses descriptions des adjectifs et métaphores qui, étrangement, se retrouveront dans les premiers noms vernaculaires de papillons créés par Etienne-Louis Geoffroy en 1762. Ces correspondances de vocabulaire ne sont sans-doute pas fortuites, et semblent témoigner des relations existant entre les collectionneurs-naturalistes.

Dans sa description, de Robien crée un seul nom : "l'échiquier" (IIIe classe, § 3) pour un nymphalidé  "sur les ailes duquel il y a une distribution de taches noires et de taches blanches qui imitent assez celle des quartiers d'un damier ce qui la fait nommer l'échiquier.". on pense immédiatement aux papillons que Etienne-Louis Geoffroy nommera en 1762 les "Damiers" avec 4 variétés A, B, C et D. Il décrivait les variétés A et B ainsi :  " La première de ces variétés est fauve en dessus, parsemée de taches noires rondes et isolées comme le petit nacré. [...] La seconde ressemble à la première pour la couleur, mais au lieu de points noirs isolés, elle a, tant en dessus qu'en dessous, des nervures noires longitudinales & transverses qui se croisent & forment des mailles ou quarrès, à peu près comme un damier ou un échiquier."

Le Président de Robien parle aussi des ailes d'un papillon dont les taches imitent "celles de la peau du tigre ou du léopard ce qui me fait la nommer ainsi". Nomme-t-il cette espèce "Le Léopard" ? En tout cas, il revendique le statut de nomenclateur.

Dans ses descriptions, de Robien reprend des adjectifs et comparaison à Réaumur, et en crée d'autres. Ce vocabulaire forme le terreau d'où fleuriront les noms vernaculaires créés par Etienne-Louis Geoffroy : Citron, Damier, Aurore, Tabac d'Espagne. Nacré, Flambé, etc..

 


 

IV LES PLANCHES.

L'examen des planches s'avère décevant pour l'étude de la collection d'histoire naturelle du président de Robien, car au lieu de représenter les dessins des spécimens réunis dans les armoires et vitrines de Rennes, ils sont en réalité le fruit d'une compilation — dont le démembrement n'est, au demeurant, pas dépourvu d'intérêt— ou d'un découpage des planches entomologiques publiées au XVII et XVIIIe siècle. Rien n'assure que les espèces qui figurent sur les gravures imprimées reflètent l'état de la collection de l'auteur du manuscrit, alors que le texte, écrit à la main et à la première personne parle, après les généralités d'usage, d'un passe-temps ou d'une curiosité scientifique exercés sur des insectes bien concrets, en faisant appel à une numérotation qui n'est pas retrouvée sur les planches.

Les planches totalisent 80 espèces.

.

 

.

— Planche 126. 25 espèces.

http://www.tablettes-rennaises.fr/app/photopro.sk/rennes/detail?docid=42098#sessionhistory-fhDZ7UMi

Numérotation de gauche à droite et de haut en bas dans le sens de lecture d'un texte écrit.

1. Lycaenidae

2. Lycaenidae

3.

4.

5.

6. Pieridae Figure copiée de Réaumur I pl.29 

7. Pieridae [Pieris brassicae "Piéride du Chou" (?)]

8. Gonepteryx rhamni. "Citron". Découpé de la planche de l'Archetypa d'Hoefnagel possédée par De Robien.

9.

10.  Issoria lathonia "Le Petit Nacré

11. Ematurga atomaria L. "Phalène picotée"

12.

13. Argynnis paphia "Tabac d'Espagne"

14.

15.

16.

17. Zerinthia sp.  "La Diane " ou "La Proserpine".

18. Inachis io. "Paon-du-Jour". Découpé de la planche de l'Archetypa d'Hoefnagel possédée par De Robien.

19. Vanessa atalanta. "Le Vulcain". Découpé de la planche de l'Archetypa d'Hoefnagel possédée par De Robien.

20. Aglais urticae "Petite Tortue".

21. Nymphalis polychloros "La Grande Tortue"   Découpé de la planche de l'Archetypa d'Hoefnagel possédée par De Robien.

22. Vanessa atalanta "Le Vulcain", ailes repliées.

23.

24 Vanessa cardui "La Belle Dame"

25

 

 

.

Collection De Robien, Ms 0546 médiathèque des Champs-Libres, Rennes, planche 126.

Collection De Robien, Ms 0546 médiathèque des Champs-Libres, Rennes, planche 126.

 

 

.

— Planche 127.  5 espèces d'après M.A. Mérian.

inscription :A Paris chez .N. Bonnart . Rue S.t Jacque A l'aigle

Nicolas Bonnart (Paris,vers 1637-Paris 1710)  (Wikipédia) : À partir des années 1670, il publie à son enseigne de L'Aigle, installée rue Saint-Jacques, de nombreuses estampes, couvrant pratiquement tous les domaines de l'imagerie parisienne : almanachs, livres de prière ou de dessin, images de dévotion et de confrérie, allégories, portraits, caricatures etc. Mais c'est surtout avec les images de mode, élaborées en collaboration avec ses frères, qu'il rencontre le succès et exerce une influence durable sur l'art de l'estampe. Tant et si bien qu'on dira "un Bonnart" pour dire "un portrait en mode".

La collection De Robien contient 10 gravures de mode et de personnages en pied gravées par Nicolas. Bonnart. Les planches de papillon de De Robien sont apparues, dans mes recherches, comme les seules connues, et je n'ai pas trouvé ailleurs de planches d'histoire naturelle gravées par Bonnart. La collection d'estampe de de Robien contient aussi 50 planches de Henri Bonnart, et 1 planche de Jean-Baptiste Bonnart, sur des sujets étrangers à l'histoire naturelle..

Puisque les dates de  Bonnart et de De Robien excluent la possibilité que Bonnart ait gravé des dessins des papillons de la collection du Président rennais,  les spécimens gravés sur les planches ne représentent pas ses collections.

.

Ce sont tous des papillons exotiques puisés sur les planches des Metamorphosis insectorum Surinamensium, 1705, de  Maria Sybilla Merian. 

Pour décrire les planches suivantes, je numéroterais les espèces dans le sens horaire, en partant du coin supérieur gauche.

1 : Merian, M.I.S. Pl. 52 http://biodiversitylibrary.org/item/129308#page/165/mode/1up

Identifié par Cramer comme [Rothschildia aurota], le "ver à soie brésilien" "le Porte-Miroir du Suriname" ex Attacus aurota

Mal identifié  par Linné comme Attacus Atlas Linnaeus 1758

 

2 : Merian M.I.S, planche 29 : http://biodiversitylibrary.org/item/129308#page/96/mode/1up

3 (centre) : Merian, M.I.S. Planche 12 et Pl. 22 :

http://biodiversitylibrary.org/item/129308#page/45/mode/1up

 http://biodiversitylibrary.org/item/129308#page/75/mode/1up

4 (bas).  Merian, M.I.S,  Planche 10

 http://biodiversitylibrary.org/item/129308#page/69/mode/1up

5 : Merian, M.I.S , 1705,  Planche 23  http://biodiversitylibrary.org/item/129308#page/78/mode/1up Il s'agit d'un Nymphalidae,  Caligo teucer Linnaeus, 1758. Voir Funet.

 

http://www.tablettes-rennaises.fr/app/photopro.sk/rennes/detail?docid=42098#sessionhistory-UxOMfswY

 

.

Planche 127  A Paris chez .N. Bonnart . Rue S.t Jacque A l'aigle

http://www.tablettes-rennaises.fr/app/photopro.sk/rennes/detail?docid=42098#sessionhistory-UxOMfswY

 

 

  • Planche 128. 8 espèces. 

N. Bonnart . Rue S;T Jacques A l'aigle

http://www.tablettes-rennaises.fr/app/photopro.sk/rennes/detail?docid=42098#sessionhistory-ready

 


 

 

.


 

.

  • Planche 129 . 7 espèces.

A Paris Chez N. Bonnart . Rue S.t jacque a l'aigle

.

Planche 130 . 11 espèces. 


 


 

​.

Planche 131. 18 espèces.

http://www.tablettes-rennaises.fr/themes/rennes/static/flipbook/index.html?docid=43919&language=fra&userid=25586



 

 

.

 

Planche 132 colorisée.  6 espèces.

http://www.tablettes-rennaises.fr/app/photopro.sk/rennes/detail?docid=42098#sessionhistory-Jw8BKJIH

.

 

Planche 127, Collection De Robien, Ms 0546 médiathèque des Champs-Libres, Rennes.

Planche 127, Collection De Robien, Ms 0546 médiathèque des Champs-Libres, Rennes.

.

— Planche 128. 8 espèces inspirées de M.A. Mérian . 

N. Bonnart . Rue S;T Jacques A l'aigle

 

1: Merian, M.I.S. planche 53 : biodiversitylibrary.org/item/129308#page/168/mode/1up  :  Morpho Menelaus Linnaeus, 1758 ou "Morpho bleu".

2: Merian, M.I.S. planche 9 ;  biodiversitylibrary.org/item/129308#page/36/mode/1up :  Morpho Menelaus Linnaeus, 1758 ou "Morpho bleu".

3: Merian, M.I.S. planche 41 : biodiversitylibrary.org/item/129308#page/132/mode/1up

4 :

5 (coin inf. droit) : Merian, M.I.S. planche 49 :   biodiversitylibrary.org/item/129308#page/156/mode/1up

6: Merian, M.I.S planche 57 : biodiversitylibrary.org/item/129308#page/179/mode/1up

7 (coin inf. gauche): Merian, M.I.S. planche 48 : 

biodiversitylibrary.org/item/129308#page/153/mode/1up

8: Merian, M.I.S planche 9 :  biodiversitylibrary.org/item/129308#page/36/mode/1up   et  Dissertation...planche VII https://www.sanderusmaps.com/detail.cfm?c=10680 Il s'agit du Morpho Menelaus, dont la femelle a été désignée par Linné sous le nom de Papilio Nestor. et le mâle sous celui de Papilio Menelaus.

 

http://www.tablettes-rennaises.fr/app/photopro.sk/rennes/detail?docid=42098#sessionhistory-ready

 

 


 

 

.

 
Planche 128, Collection De Robien, Ms 0546 médiathèque des Champs-Libres, Rennes.

Planche 128, Collection De Robien, Ms 0546 médiathèque des Champs-Libres, Rennes.

.

— Planche 129 . 7 espèces copiées sur M.A. Mérian.

A Paris Chez N. Bonnart . Rue S.t jacque a l'aigle

1:Merian, M.I.S. pl. 11 : 

biodiversitylibrary.org/item/129308#page/42/mode/1up

2: Merian, M.I.S. pl. 50 :  biodiversitylibrary.org/item/129308#page/159/mode/1up

3: Merian, M.I.S. pl. 56 : biodiversitylibrary.org/item/129308#page/177/mode/1up

4 : Merian, M.I.S. pl. 3 : biodiversitylibrary.org/item/129308#page/18/mode/1up

(coin inf. droit)  : Merian, M.I.S. pl. 11 :

biodiversitylibrary.org/item/129308#page/42/mode/1up

(coin inf. gauche) Merian, M.I.S. pl.  53 :

biodiversitylibrary.org/item/129308#page/168/mode/1up

7: Merian, M.I.S. planche 60 :  biodiversitylibrary.org/item/129308#page/189/mode/1up

Il s'agit de Caligo idomeneus Linnaeus 1758. Voir Funet

.

 

Planche 129, Collection De Robien, Ms 0546 médiathèque des Champs-Libres, Rennes.

Planche 129, Collection De Robien, Ms 0546 médiathèque des Champs-Libres, Rennes.

.

— Planche 130 . 11 espèces dont 10 (?) du genre Papilio

Je numérote de gauche à droite et de haut en bas, comme dans la lecture..

1.

2.

3.

4. Papilio machaon Copié de Jonston planche VII.

5.

6. Iphiclides podalirius "Le Flambé" 

7.

8.

9.

10.

11. Découpé de la planche de l"Archetypa d'Hoefnagel possédé par De Robien.


 


 

 

Planche 130, Collection De Robien, Ms 0546 médiathèque des Champs-Libres, Rennes.

Planche 130, Collection De Robien, Ms 0546 médiathèque des Champs-Libres, Rennes.

.

 

 

 

​.

— Planche 131. 18 espèces.

Je numérote de gauche à droite et de haut en bas, comme dans la lecture..

1.

2.

3.

4.

5.

6.
7. Traces témoignant d'un découpage .

8.

9.

10.

11.

12.

13.

14.

15.

16.

17.

18.
 

http://www.tablettes-rennaises.fr/themes/rennes/static/flipbook/index.html?docid=43919&language=fra&userid=25586


 


.

 

.

 
Planche 131, Collection De Robien, Ms 0546 médiathèque des Champs-Libres, Rennes.

Planche 131, Collection De Robien, Ms 0546 médiathèque des Champs-Libres, Rennes.

 

— Planche 132 colorisée.  6 espèces.

1 : idem planche 127

2:

3 (centre) : idem planche 127

4:

5 (bas) : idem planche 127 :  M.I.S. Pl. 52 

http://biodiversitylibrary.org/item/129308#page/165/mode/1up

Je l'identifie comme Attacus

6: idem 

 

 

 

http://www.tablettes-rennaises.fr/app/photopro.sk/rennes/detail?docid=42098#sessionhistory-Jw8BKJIH

 

.

Planche 132, Collection De Robien, Ms 0546 médiathèque des Champs-Libres, Rennes.

Planche 132, Collection De Robien, Ms 0546 médiathèque des Champs-Libres, Rennes.

.

Commentaires sur les planches.

Les planches sont une compilation d'illustrations empruntées à Réaumur, aux planches de Matthäus Merian dans le Historiae naturalis de insectis  de Jan Jonston, et, pour les espèces exotiques, à Maria Sibylla Merian.  De Robien connaît et apprécie les talents des membres de la famille Merian, puisqu'il possède une Vue de Rome  Inv 794 1. 3430 de Matthäus II Merian (Bâle, 1621-Francfort, 1687), le demi-frère de Maria Sibylla Merian. 

 Gauthier Aubert signale p. 219 que De Robien possédait un Livre de gravures d'histoire naturelle, "La transformation des insectes " de Mérian. Il s'agit sans-doute de la "Dissertation sur la génération et la transformation des insectes de Surinam  par Marie Sibille Mérian, La Haye, Pierre Gosse 1726, in-fol. figures colorées"

 

.

 Maria Sibylla Merian est l'auteur de deux ouvrages  principaux : 

a) Der Raupen wunderbare Verwandlung und sonderbare Blumennahrung, Nuremberg, 1679, 1683, 2 vol. in-4° avec 50 figures, en allemand. Traduit en latin sous le titre Erucarum ortus, Amsterdam, 1705. Edition en français  Histoire des insectes de l'Europe, dessinés d'après nature, et expliqués par Marie-Sibylle Mérian, où l'on traite de la génération des des différentes métamorphoses des insectes, traduite par Jean Marret Amsterdam, Jean-Frédéric Bernard, 1730, in-folio, avec 36 planches.

https://www.sanderusmaps.com/en/our-catalogue/detail/166839/merian-ms-insectes-de-surinam-1726-insectes-de-l'europe-1730/

.

b)  Metamorphosis insectorum Surinamensiumpremière édition (61 planches), 1705, suivie de Veranderingen der Surinaemsche Insecten, réédition augmentée (72 planches), publiée par Joannes Oosterwyk, Amsterdam, 1719 . Edition française sous le titre "Dissertation sur la génération et la transformation des insectes de Surinam  par Marie Sibille Mérian, La Haye, Pierre Gosse 1726, in-fol.

.

c) La Métamorphose des Insectes du Surinam de Maria Sibylla Mérian   a été traduite et publiée en français en 1771. http://tolosana.univ-toulouse.fr/notice/07558171x  Les gravures ne sont pas en couleur : http://documents.univ-toulouse.fr/150NDG/T1/PPN07558171X.pdf

 

.

 

Rappel chronologique des publications d'illustrations entomologiques :

  • Jacob Hoefnagel, Archetypa studiaque, 1592 ; gravures sur cuivre des enluminures de Georg Hoefnagel. 52 Planches.
  • Ulisse Aldrovandi : De animalibus insectis libri septem cum singulo-rum iconibus ad vivum expressis (1602).
  • Mouffet (Thomas), 1634 Insectorum sive minimorum animalium Theatrum. 535 figures en xylographie .
  • Jan Jonston,1657 Theatrum universale omnium animalium piscium, avium, quadrupedum, exanguium, aquaticorum, insectorum et angium,  Historiae naturalis de quadrupedibus et avibus, Historiae naturalis de insectis , de serpentibus et draconibus ,. Les planches gravées sont l'oeuvre de Matthaus Merian Matthäus (1593-1650 - ). 
  •  J. Goedart Entre 1662 et 1669  Metamorphosis et Historia Naturalis Insectorum [...], orné de 105 planches gravées et coloriées à la main.
  • Maria Sibylla Merian 1705, Metamorphosis Insectorum surinamensis  illustré de 60 planches enluminées.
  • Claude Aubriet, 1710, Vélins du roi
  •  Eleazar Albin, 1714-1720   A Natural History of English Insects, illustré de 100 planches peintes.,
  • Réaumur, 1734, Mémoires pour servir à l'Histoire des Insectes vol. I. (6 volumes, de 1734 à 1742)
  • Mark Catesby  1731 à 1743,  Natural History of Carolina, Florida and the Bahama Islands
  •  A.J. Roesel von Rosenhof, à partir de 1746 Insecten Belustigung (Divertissement entomologique), qui sera continué par son gendre C. Kleeman, miniaturiste comme lui, jusqu'en 1761.
  • Moses Harris 1766, The Aurelian dans lequel il décrit quarante-et-une espèces de papillon, quatre coléoptères et une libellule. 

 

 


SOURCES ET LIENS.

http://www.bibliotheque-rennesmetropole.fr/collections/patrimoine/la-galerie-des-tresors/manuscrits-du-president-de-robien/

— AUBERT Gauthier.

-Le Président de Robien, gentilhomme et savant dans la Bretagne des Lumières. Collection Art et Société.Presses universitaires de Rennes. 2001, 396 pages.

-« Les échecs du président de Robien sont-ils révélateurs ? Ou les déboires culturels d’une capitale provinciale au XVIIIe siècle ». Dans Histoire, économie & société, 2006/3. Disponible sur Cairn.info

« Un collectionneur provincial vu par ses contemporains : le Président de Robien (1698-1756) ». Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 1998, v.105, numéro 105-4, p.37-57. Disponible sur Persée.fr

 

— BERGOT, François « Note sur la collection de tableaux du président de Robien au musée de Rennes ». Dans Annales de Bretagne, 1962, v.69, numéro 69-1 p.153-159. Disponible sur Persée.fr

http://www.persee.fr/doc/abpo_0003-391x_1962_num_69_1_2150

 

— CANARD, BERNARD, YSNEL, RICHARD Un reflet de l’histoire de la ville : Les collections scientifiques de Rennes 1

.

— GEOFFROY (Etienne-Louis), 1762, Histoire abrégée des insectes vol..2 En ligne

— JONSTON (Jan), 1657 Theatrum universale omnium animalium piscium, avium, quadrupedum, exanguium, aquaticorum, insectorum et angium,

 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k8520749

les six volumes sont les suivants: Historiae naturalis de quadrupedibus et avibus, Historiae naturalis de insectis , de serpentibus et draconibus , Historiae naturalis de exanguibus aquaticis, Historiae naturalis de piscibus et cetis. Les planches gravées sont l'oeuvre de Matthaus Merian Matthäus (1593-1650 - ). Deux planches VI et VII :

 
 
 

— MERIAN (Maria Sybilla ), 1705, Metamorphosis insectorum surinamensium. Ofte verandering der Surinaamsche insecten. Waar in de Surinaamsche rupsen en wormen met alle des zelfs veranderingen na het leven afgebeeld en beschreeven worden, zynde elk geplaast op die gewassen, bloemen en vruchten, daar sy op gevonden zyn; waar in ookde generatie der kikvorschen, wonderbaare padden, hagedissen, slangen, spinnen en mieren werden ver toond en beschreeven, alles in America na het leven en levensgroote geschildert en beschreeven. Amsterdam :Voor den auteur, als ook by G. Valck,[1705]

 http://biodiversitylibrary.org/item/129308#page/18/mode/1up

— MERIAN (Maria Sybilla ), 1730,  Histoire des insectes de l'Europe, Dessinée d'après nature & expliquée par Marie Sibille Merian: Où l'on traite de la Generation & des différentes Metamorphoses des Chenilles, Vers, Papillons, Mouches & autres Insectes; & des Plantes, des Fleurs & des Fruits dont ils se nourrissent, Traduite du Hollandois en François Par Jean Marret, Docteur en Medecine. Augmentée par le même d'une Description exacte des Plantes, dont il est parlé dans cette histoire; & des Explications de dix-huit nouvelles Planches, dessinées par la même Dame, & qui n'ont point encore paru. Amsterdam, J.F. Bernard, 1730. 184 planches sur 47 feuilles + 2 vignettes gravées, Folio, (52 x 36 cm)

— MERIAN (Maria Sybilla ), 1726, Dissertatio de generatione et metamorphosibus insectorum Surinamensium. ... - Dissertation sur la Generation et les Transformations des Insectes de Surinam: Dans laquelle on traite des vers et des chenilles de Surinam, des Plantes, fleurs, & fruits dont ils vivent & dans lesquels on les a trouvez. On y parle aussi des crapaux, lezards, serpens, aragnees, & autres petits animaux du même païs, peints sur les lieux d'après nature, & depuis gravez avec beaucoup de soin. On y a joint Un Traité des changemens des Poissons en Grenouilles & des Grenouilles en poissons. Par Marie Sibille Merian. Den Haag, Pierre Gosse, 1726. Latin et français en deux colonnes, 72 planches, gravées par Mulder et Sluyter.

 

 RÉAUMUR [René-Antoine] de Ferchault 1734-1748 Mémoires pour servir à l'histoire des insectes   Paris : Imprimerie Royale, 6 volumes, de 1734 à 1748 [un 7e, copie du manuscrit original, paraîtra en 1928], 267 planches gravées par Simoneau, Lucas, Haussard et Fillioeul. En ligne BHL.  Voir aussi VALLOT J.N. 1802.

http://www.biodiversitylibrary.org/item/50298

— RÖSEL VON ROSENHOF   1764-68  De natuurlyke historie der insecten; voorzien met naar 't leven getekende en gekoleurde plaaten. Volgens eigen ondervinding beschreeven, door den heer August Johan Rösel, van Rosenhof, miniatuur-schilder. Met zeer nutte en fraaie aanmerkingen verrykt, door den heer C. F. C. Kleemann ...Te Haarlem, By C. H. Bohn en H. de Wit, boekverkoopers [1764-68] BHL Library 

 RÖSEL VON ROSENHOF 1746 Der monatlich herausgegebenen Insecten-Belustigung  Nürnberg.http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/roesel1746ga

 

 


 

— VALLOT J.N. Concordance systématique, servant de table de matières à l'ouvrage de Reaumur, Paris : Grégoire, Thouvenin, 1802. En ligne Google books. 

https://books.google.fr/books?id=oR4OAAAAQAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

— VALMONT DE BOMARE 

  • , Catalogue d’un cabinet d’histoire naturelle, Paris, 1758

  • Dictionnaire raisonné d’histoire naturelle, Paris : Didot le Jeune, 1764 et 1765, 5 [ou 6] vol. in-8° ; Paris : Lacombe, 1767-1768 et 1768, 6 vol. in-8° ou 4 vol. in-4° ; 2e éd., Yverdon, 1768-1770 ; 3e éd., Paris : Brunet, et Lyon : J.-M. Bruysset père et fils, 1775-1776, 9 vol. in-8° ou 6 vol. in-4° ; 4e éd., Lyon : chez Bruysset frères, 1791, 14 [ou 15] vol. in-8°, XXXII-9120 p. (ou 8 vol. in-4°) ; 5e éd., Lyon : Bruysset aîné et Cie, 1800, 15 vol. in-8°

— Article Chenille, Dictionnaire raisonné et universel des animaux ou le règne animal ..., Volume 1 Par François-Alexandre Aubert de La Chesnaye des Bois

https://books.google.fr/books?id=qTM_AAAAcAAJ&pg=PA563&lpg=PA563&dq=Merian++feuilles+de+pruniers+sauvages&source=bl&ots=DXudV9SFBA&sig=OBHGn_7Rpuc7SbwYjdnwwAF1Fak&hl=fr&sa=X&ved=0CCAQ6AEwAGoVChMI6oPK5a3UyAIVgc4aCh3Lmg9C#v=onepage&q=Merian%20%20feuilles%20de%20pruniers%20sauvages&f=false

Identification des papillons :

http://www.papillon-poitou-charentes.org/-Identification-des-papillons-.html

http://www.lepinet.fr/identifier/nation/lep/index.php?e=l&f=Erebidae

Latreille, 1830, Tableau encyclopédique Encyclopedie methodique, ou par ordre de matières: Histoire naturelle (Planches)

https://books.google.fr/books?id=g9JGAQAAMAAJ&pg=PA6&lpg=PA6&dq=papilio+merian&source=bl&ots=KGhdkMlVbJ&sig=RLFj5QVhIzpGumOzdKLC_-7GMY4&hl=fr&sa=X&ved=0CCMQ6AEwAGoVChMIwK6436XKyAIVhFsUCh2xNg44#v=onepage&q=papilio%20merian&f=false

 CRAMER ( Pieter), 1775, De uitlandsche kapellen, voorkomende in de drie waereld-deelen Asia, Africa en America; Papillons exotiques des trois parties du monde,  Stoll, Caspar. Proeve van eene rangschikkinge der donsvleugelige insecten; Stoll, Caspar. Aanhangsel van het werk De uitlandsche Kapellen; Lambertz, Gerrit Wartenaar,http://archive.org/stream/deuitlandschekap11779cram#page/n9/mode/1up

— CHESNAYE-DESBOIS (François-Alexandre Aubert de La ) Dictionnaire raisonné et universel des animaux: ou, Le règne ..., Volume 1

https://books.google.fr/books?id=y3YiAQAAMAAJ&pg=PA576&lpg=PA576&dq=m%C3%A9rian+surinam+planche&source=bl&ots=dzi8EadKok&sig=jWZmkaKhv2s6jQw_M92LRQ3P8u0&hl=fr&sa=X&ved=0CFEQ6AEwDGoVChMIkunp6r_qyAIVRzsaCh2e0g-6#v=onepage&q=m%C3%A9rian%20surinam%20&f=false

 

Catalogue tant du Cabinet d'Histoire naturelle que de diverses Raretés de feu S. A. R. le duc Charles- Alexandre de Lorraine. Bruxelles, Lemaire, 1781 https://books.google.fr/books?id=TwkOAAAAQAAJ&dq=Porte-miroir+des+Indes&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

LATREILLE Encyclopedie methodique, ou par ordre de matières: Histoire naturelle vol.9

https://books.google.fr/books?id=_2hTAAAAcAAJ&pg=PA449&lpg=PA449&dq=m%C3%A9rian+morpho&source=bl&ots=TiUbghfpHZ&sig=u12iGgPxY0lOynn9TJfb0iV42gY&hl=fr&sa=X&ved=0CCIQ6AEwAWoVChMInN2bit7lyAIVpvdyCh3zbg6i#v=onepage&q=m%C3%A9rian%20&f=false

— LATREILLE, Entomologie, ou histoire naturelle des crustacés ... tome 9 

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58338273/f460.item.r=m%C3%A9rian.langFR.zoom

LINNÉ, 1758,  Systema naturae, http://archive.org/stream/carolilinnaeisys12linn#page/495/mode/1up

Divers cabinets de curiosité dont le catalogue a été publié :

Bibliothèque Huzard. 1ère partie. Histoire Naturelle. ordre des vocations de ...

Catalogue d'histoire naturelle de M. Davila, par Mr. De Romé de Lisle, Paris, Briasson, 1767, 3 vol. in-8°

Vente du cabinet d'histoire naturelle du duc de Caylus

Catalogue raisonné du Cabinet de Quentin de Lorangère par E.F. Gersaint, Paris 1744

Catalogue raisonné du Cabinet de Bonnier de la Mosson par E.F. Gersaint, Paris 1745

Catalogue raisonné du Cabinet du Chevalier de la Roque, par E.F. Gersaint Paris, 1745

 

Description abrégée du du chevalier de Baillou, Luques, Marescandoli, 1746,

 

 

 

Levin Vincent Elenchus tabularum, pinacothecarum, atque nonnullorum cimeliorum, in ..

 

https://books.google.fr/books?id=oExWMnQfHQoC&pg=PA44&dq=merian+surinam&hl=fr&sa=X&ved=0CDQQ6AEwA2oVChMI3bz_-KbqyAIVwlYaCh2cvQcL#v=onepage&q=merian%20surinam&f=false

 

 

 

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans De Robien
commenter cet article
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 18:48

Où étaient passés les papillons découpés des planches de l'Archetypa du Musée des Beaux-Arts de Rennes ? La solution de l'énigme.

.

Je remercie Monsieur François Coulon, Conservateur du patrimoine du Musée qui a bien voulu me recevoir pour me présenter les planches du Musée, et partager ma curiosité.

.

Voir dans ce blog :

Rappel.

On se souvient que, parmi les 23 planches de l'Archetypa studiaque (1592) d'Hoefnagel issues des collections du marquis Christophe-Paul de Robien (1698-1756) et conservées par le Musée des Beaux-Arts de Rennes, cinq présentent une intrigante étrangeté : l'un des insectes gravés (un papillon dans les cinq cas) a été découpé à la lame, puis, peut-être bien plus tard, remplacé par un autre, d'une autre espèce, et sans-doute dessiné par un autre auteur. Qui était l'auteur de ces découpages ? Un enfant malveillant ? Un collectionneur concurrent ? 

Une enquête a permis d'arrêter le coupable. Il a été remis en liberté.

.

Le responsable des dégradations.

Il s'agit à l'évidence du Président de Robien lui-même. En-effet, j'ai retrouvé les cinq papillons dérobés aux planches d'Hoefnagel. Je rappelle qu'il s'agissait d'espèces autochtones et courantes :

 

Gonepteryx rhamni ("Le Citron") pour la planche I, 1.

 Aglais urticae ("La Petite Tortue")  I, 4.

 Macroglossum stellatarum ("Le Sphinx-colibri") I, 5.

 Inachis io ("Le Paon-du-Jour")  AncreI, 10.

un Nymphalidae que j'identifie comme Vanessa atalanta, le "Vulcain", AncreIV, 12.

.

Ils n'étaient pas très loin, à quelques centaines de mètres du Musée, dans un manuscrit de la Bibliothèque des Champs Libres de Rennes. Ce manuscrit, portant la cote MS 0546, était le premier volume de la "Description historique des collections de son cabinet" ...par le Président De Robien lui-même.

Dans ce document, après la description de sa collection de Fossiles, de ses Minéraux et de ses Végétaux, l'auteur présentait ses Insectes, et, en premier, ses papillons Diurnes et Nocturnes. Le texte s'étend sur les pages 881 à 971 (pagination des "Tablettes rennaises" qui en donne la numérisation) et est illustré de 7 planches n° 126 à 132, avant de traiter les autres Insectes, puis les autres Animaux.

L'examen de la planche 126 montrait, parmi les 25 espèces représentées, le Citron, la Petite Tortue, le Paon-du-Jour, et le Vulcain transfuges des planches d'Hoefnagel. Le larcin était vite décelable, car le papier plus sombre du XVIe siècle était visible, malgré le soin que le Président, ou son secrétaire, avait pris pour contourer au plus près l'échantillon.

.

Les images viennent des Tablettes rennaises de la Médiathèque des Champs Libres de Rennes ; elles sont indiquées comme libres de droit. Je les ai marquées de flèches après téléchargement.

.

I. La planche 126 du MS 0546.

http://www.tablettes-rennaises.fr/app/photopro.sk/rennes/detail?docid=42098#sessionhistory-BCVt6b56

 

 

 

La planche 126 du MS 0546. Tablettes rennaises de la Médiathèque des Champs Libres de Rennes, retouche lavieb-aile.

La planche 126 du MS 0546. Tablettes rennaises de la Médiathèque des Champs Libres de Rennes, retouche lavieb-aile.

.

A. Gonepterix rhamni, le Citron.

 

La planche 126 du MS 0546. Tablettes rennaises de la Médiathèque des Champs Libres de Rennes, retouche lavieb-aile.

La planche 126 du MS 0546. Tablettes rennaises de la Médiathèque des Champs Libres de Rennes, retouche lavieb-aile.

.

La planche de l'Archetypa I, 1 de Hoefnagel, avant et après découpe par de Robien.

a) la planche d'origine, telle qu'on la trouve dans les collections habituelles, avec la gravure du Citron.

Gonepteryx rhamni, planche I,1 de l'Archetypa studiaque intacte..
Gonepteryx rhamni, planche I,1 de l'Archetypa studiaque intacte..

Gonepteryx rhamni, planche I,1 de l'Archetypa studiaque intacte..

.

b) La planche de la collection De Robien, découpée autour du papillon "Citron", de la famille des  Pieridae. Celui-ci a été ôté pour venir compléter l'illustration (planche 126) du manuscrit du collectionneur, dans lequel il décrit sa collection. A la place, c'est une espèce bien différente qui a été collée, et que j'identifie comme un Papilionidae du genre Zerinthia. Parmi les deux espèces françaises , Zerinthia rumina (Linné, 1758) "La Proserpine" et Zerinthia polyxena,(Denis & Schiffermüller, 1775), "La Diane", je me prononce pour la première, car c'est la première à être décrite, mais le critère le plus facile, l'absence de taches rouges sur les ailes antérieures, n'est pas utilisable ici. Dans les deux cas, ce ne sont pas des espèces qui se trouvent autour de Rennes, mais seulement dans le sud-est de la France.

 

 planche I,1 de l'Archetypa studiaque du Musée de Rennes.

planche I,1 de l'Archetypa studiaque du Musée de Rennes.

.

Mais d'où vient l'image de substitution ? De la planche 126 du MS 0546, celle la même qui a hérité du Citron. Ou plutôt d'un exemplaire en double. En effet, si on regarde cette planche 126, on retrouve la copie du Zerinthia sp. dans la quatrième rangée, à droite.

La planche 126 du MS 0546. Tablettes rennaises de la Médiathèque des Champs Libres de Rennes, détail par lavieb-aile.

La planche 126 du MS 0546. Tablettes rennaises de la Médiathèque des Champs Libres de Rennes, détail par lavieb-aile.

 

Résumé. Nous avons le chassé-croisé :

-Gonepteryx rhamni dessiné et gravé par Hoefnagel dans l'Archetypa I,1 — —> collage sur planche 126.

- Zerinthia (dessiné et gravé par ??) présent sur la planche 126 — —> Archetypa I,1

On peut s'interroger encore. Qui a composé cette planche 126 ? Quel est l'auteur du dessin du Zerinthia [rumina]? Je ne le trouve ni chez Jonston (qui compile Mouffet et Aldrovandi), ni chez Mérian. 

Dans sa description du Papilio rumina (Systema Naturae 1758 p. 480) , Linné ne cite qu'une seule référence, celle de Catesby car. 2 p.95 t. 95 , et ajoute Habitat in Europa australis

En-effet, on trouve dans le tome 2 du  Natural history of Carolina, Florida, and the Bahama Islands du naturaliste anglais Mark Catesby, paru à Londres en 1743, à la page 95, le dessin en couleur de Zerinthia sur un Mancellinier.

 Mark Catesby (1743). The Natural History of Carolina, Florida and the Bahamas Islands (v2) page 95, détail.BHL. 

Mark Catesby (1743). The Natural History of Carolina, Florida and the Bahamas Islands (v2) page 95, détail.BHL. 

.

Pourtant la gravure de la planche 126 n'est pas identique à l'illustration de Catesby.

.

 

B. Inachis io, le Paon-du-Jour ; C. Vanessa atalanta, le Vulcain ; D, Aglais urticae la Petite Tortue

Je les traite tous les trois car ils sont voisins sur la planche 126 :

La flèche rouge indique les endroits où le papier d'origine trahit l'emprunt à l'Archetypa, et le collage

 

La planche 126 du MS 0546. Tablettes rennaises de la Médiathèque des Champs Libres de Rennes, retouche lavieb-aile.

La planche 126 du MS 0546. Tablettes rennaises de la Médiathèque des Champs Libres de Rennes, retouche lavieb-aile.

Les planches  de l'Archetypa, avant et après substitution.

(Les images "avant substitution" ne viennent pas des collections du Musée de Rennes, bien-sûr.)

1. Inachis io, le Paon-du-Jour.

 

 Inachis io, planche I,10 de l'Archetypa studiaque intacte, .
 Inachis io, planche I,10 de l'Archetypa studiaque intacte, .

Inachis io, planche I,10 de l'Archetypa studiaque intacte, .

 planche I,10 de l'Archetypa studiaque du Musée de Rennes.

planche I,10 de l'Archetypa studiaque du Musée de Rennes.

Là encore, comme pour la planche I,1,  le papillon de substitution est également présent sur la planche 126, au milieu de la dernière rangée. Sans-doute Vanessa cardui, la "Belle-Dame". Il est également présent sur la planche VIII du Livre des Insectes de Jan Jonston (1653), qui sera présentée infra. 

.

2. Aglais urticae la Petite Tortue.

Aglais urticae,  planche I,4 de l'Archetypa studiaque intacte, détail
Aglais urticae,  planche I,4 de l'Archetypa studiaque intacte, détail

Aglais urticae, planche I,4 de l'Archetypa studiaque intacte, détail

planche I,4 de l'Archetypa studiaque de Rennes,  détail.

planche I,4 de l'Archetypa studiaque de Rennes, détail.

.

Le papillon de substitution, qui est assez grossièrement proche d'une petite Tortue,  a pu être découpée dans la planche VIII de l'édition de 1653 du Livre des Insectes de Jan Jonston.:

.

La numérotation de la planche diffère dans les éditions de 1653 (planche VIII) et de 1657 (planche VII). De plus, le sens des planches est inversé : je présenterai la première édition de 1653, dont les gravures sont de meilleure qualité.

 

  •  Historiae Naturalis de Insectis Libri III. De Serpentibus et Draconibus Libri II. : cum aeneis Figuris Ioannes Ionstonus Med. Doctor Concinnavit Francofurti ad Moenum Impensis Haeredum Merianorum, MDCLIII (Francfort, 1653).

http://www.uni-mannheim.de/mateo/camenaref/jonston/vol5/jpg/s001.html

  • Historiae naturalis de insectis libri 3, de serpentibus et draconibus libri 2, cum aeneis figuris, Joh. Jonstonus, med. doctor, concinnavit apud Ioannem Iacobi fil. Schipper (Amsterdam, 1657)

https://archive.org/details/bub_gb_avlNWf7vucoC

Le texte correspondant aux papillons débute page 28  et donne la description des 11 planches d'Aldrovandi (1602) et des espèces nocturnes puis diurnes de Thomas Mouffet (1634). Les 28 planches, insérées dans le texte en 1653, sont placées en fin du Livre des Insectes en 1657. Ce sont  sont une compilation des figures des différents auteurs (Aldrovandi, Mouffet). Les chenilles (eruca) sont présentées aux planches XX. à XXV.  Les papillons imagos font l'objet des planches V à VIII,  à savoir :

 

​​J'indique par une étoile rouge les espèces de la planche VIII qui ont été reprises par De Robien pour ses  planches de l'Archetypa.

.

Planche VIII, Historiae Naturalis de Insectis Libri III, Jan Jonston 1653.

Planche VIII, Historiae Naturalis de Insectis Libri III, Jan Jonston 1653.

.

3. Vanessa atalanta, le Vulcain.

Note. Dans l'édition critique de Vignau-Willberg 1994, ce papillon est identifié comme "Nymphalidae", sans précision, mais je pense qu'il est possible d'y reconnaître Vanessa atalanta. D'une part car c'est un papillon si courant et si spectaculaire que son absence serait étonnante, tant dans les planches de Hoefnagel que dans la collection de de Robien.

D'autre part car Hoefnagel a peint ce papillon de profil, ailes repliées, dans la planche XI d'Ignis et dans la planche XIV,  et ailes dépliées dans la  planche XIII (en bas à gauche):.

L'illustration d'Aldrovandi 1602, fig. 4  est bien plus sommaire que celle de l'Archetypa, mais elle bénéficie de la mise en couleur :

.

Vanessa atalanta , planche IV,12 de l'Archetypa studiaque intacte, retouche lavieb-aile.s
Vanessa atalanta , planche IV,12 de l'Archetypa studiaque intacte, retouche lavieb-aile.s

Vanessa atalanta , planche IV,12 de l'Archetypa studiaque intacte, retouche lavieb-aile.s

planche IV,12 de l'Archetypa studiaque de Rennes,  détail.

planche IV,12 de l'Archetypa studiaque de Rennes, détail.

.

Ce papillon se retrouve également dans la planche VIII du Livre des Insectes de Jan Jonston (1653). C'est le 6ème papillon de la colonne de droite . 

Il est parfaitement aventureux de l'identifier, mais je propose d'y voir un Apatura (Grand ou Petit Mars changeant). 

.

Jan Jonston, Livre des Insectes, planche VII [VIII] colorisée.

Jan Jonston, Livre des Insectes, planche VII [VIII] colorisée.

.

.

 

II. La planche 130. Le Macroglossum stellatarum

Notre dernier "perdu de vu" se retrouve en bas de la planche 130 :

 

La planche 130 du MS 0546. Tablettes rennaises de la Médiathèque des Champs Libres de Rennes, retouche lavieb-aile.

La planche 130 du MS 0546. Tablettes rennaises de la Médiathèque des Champs Libres de Rennes, retouche lavieb-aile.

E. Macroglossum stellatarum, le Sphinx-colibri ou Moro-Sphinx.

Dans son cas, le manieur de cutter a été obligé d'amputer le Moro-Sphinx de ce qui le caractérise, sa longue trompe qui lui donne son nom latin (Macroglossum = Grande trompe) et son nom vernaculaire qui le compare au Colibri.   Mais en 1748, aucun de ces noms ne lui avaient été encore attribués.

Macroglossum stellatarum planche 130 du MS 0546. Tablettes rennaises de la Médiathèque des Champs Libres de Rennes, retouche lavieb-aile.

Macroglossum stellatarum planche 130 du MS 0546. Tablettes rennaises de la Médiathèque des Champs Libres de Rennes, retouche lavieb-aile.

.

La planche de l'Archetypa avant et après substitution.

Sur la planche de Rennes, on voit bien les  antennes et la trompe du Moro-Sphinx préexistant.

Macroglossum stellatarum planche I,5 de l'Archetypa studiaque intacte.
Macroglossum stellatarum planche I,5 de l'Archetypa studiaque intacte.

Macroglossum stellatarum planche I,5 de l'Archetypa studiaque intacte.

planche I,5 de l'Archetypa studiaque du Musée de Rennes, détail.

planche I,5 de l'Archetypa studiaque du Musée de Rennes, détail.

Là encore, comme pour les planches I,1, et I,4,  le papillon de substitution est également présent sur la planche 126, à gauche de la troisième rangée. Mais on peut le trouver aussi dans la planche VIII de Jan Jonston (un peu au dessus du Grand Paon de Nuit).

Synthèse :

Gonepteryx rhamni ("Le Citron") de la planche I, 1 : ôté pour être placé sur la planche 126 du Manuscrit de de Robien (Ms 0546). Remplacé par Zerynthia sp., présent sur la même planche 126.

 Aglais urticae ("La Petite Tortue")  I, 4 : ôté pour être placé sur la planche 126 du Manuscrit de de Robien (Ms 0546). Remplacé par une autre espèce (proche d'Aglais urticae) provenant de la Planche VIII du Livre des Insectes de Jan Jonston.

 Macroglossum stellatarum ("Le Sphinx-colibri") I, 5 : ôté pour être placé sur la planche 130 du Manuscrit de de Robien (Ms 0546). Remplacé par une autre espèce présent sur la planche 126, mais aussi sur la Planche VIII du Livre des Insectes de Jan Jonston..

 Inachis io ("Le Paon-du-Jour")  AncreI, 10 : ôté pour être placé sur la planche 126 du Manuscrit de de Robien (Ms 0546). Remplacé par Vanessa cardui, la "Belle-Dame", présent sur la même planche 126...mais aussi sur la Planche VIII du Livre des Insectes de Jan Jonston..

Vanessa atalanta, le "Vulcain", AncreIV, 12 : ôté pour être placé sur la planche 126 du Manuscrit de de Robien (Ms 0546). Remplacé par une autre espèce (Apatura sp. ?)  trouvée dans la planche VIII du Livre des Insectes de Jan Jonston (1653).

 

 

 

.

Conclusion.

Vers 1748, lorsque le Président à mortier Christophe-Paul de Robien rédigea le manuscrit de sa description de son immense collection d'histoire naturelle, il ne fit pas appel à un peintre ou un dessinateur-graveur comme l'avait fait Réaumur pour son Histoire des insectes, et comme le fera Etienne-Louis Geoffroy en 1762, et Gigot d'Orcy avec Engramelle et Ernst en 1779-1792, pour des ouvrages imprimés. Il utilisa son fond documentaire d'ouvrages spécialisés et en découpa soit les planches entières, soit, comme ici, les espèces qui lui manquaient.

Comme je le suspectais lorsque j'ai découvert le caractère atypique des planches de l'Archetypa du Musée de Rennes, les espèces remplacées indiquent, par leur utilisation détournée, qu'elles faisaient partie de la collection entomologique de De Robien. 

Certes, le renseignement n'est guère précieux, puisqu'il s'agit d'espèces aussi communes et ubiquitaires que le Citron, le Paon-du-Jour, la Petite Tortue et le Moro-Sphinx. Mais d'une part c'est en menant de telles recherches que des informations plus étonnantes peuvent, un jour, être découvertes. Et, surtout, l'émotion est grande de découvrir dans les armoires naturalistes bretonnes nos papillons de tous les jours, alors que d'autres collections s'enrichissaient surtout (c'est bien-sûr aussi le cas ici) des spectaculaires papillons exotiques, comme dans le Cabinet d'Histoire naturelle de l'Hôpital Maritime de Brest alimenté par les flottes royales, ou comme dans le Cabinet de Bonnier de la Mosson.

L'origine des dessins placés en remplacement sur l'Archetypa amputée est intéressante, car elle indique une source iconographique utilisée par De Robien : L'Historiae Naturalis de Insectis Libri III.de Jan Jonston, parue en 1653.

Le point de départ de ma curiosité a été de rechercher l'histoire des noms de papillons. Ici, nous nous situons dans la pré-histoire, à une époque où aucun nom français de lépidoptère n'avait été encore été créé, à quelques très rares exceptions mentionnées par Réaumur qui ne se souciait guère de nomenclature, mais des merveilles de l'organisation et des métamorphoses des insectes. 

Il est fascinant de tenter d'imaginer le fonctionnement cérébral de De Robien (ou des autres collectionneurs), repérant, identifiant, découpant et recollant, décrivant, échangeant peut-être des espèces de sa collection sans disposer du moindre nom pour les désigner. En 1758, avec Linné, le paradigme selon lequel Nomen est numen, "nommer c'est connaître" imposera son évidence. 

Derrière ces découpages de Rennes, un ancien paradigme, "posséder c'est connaître", est peut-être dissimulé.

SOURCES ET LIENS.

CATESBY (Mark), 1743. The Natural History of Carolina, Florida and Bahamas Islands (v2). London.

  •  Rare Book Room. http://www.rarebookroom.org/Control/catthg/index.html
  • Numérisé par BHL : http://www.biodiversitylibrary.org/item/126154#page/294/mode/1up

— JONSTON (Jan, (1603-1675)), : Historiae Naturalis de Insectis Libri III. De Serpentibus et Draconibus Libri II 

  • http://www.uni-mannheim.de/mateo/camenaref/jonston/vol5/jpg/s063.html
  • https://archive.org/stream/bub_gb_avlNWf7vucoC#page/n167/mode/2up

— MOUFFET (Thomas), 1634, 

Repost 0
Published by jean-yves cordier - dans De Robien
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche