Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 janvier 2019 3 30 /01 /janvier /2019 11:20

Zoonymie des Odonates : les noms du Sympetrum fonscolombii (Sélys, 1840), "le Sympétrum de Fonscolombe".

.

 

 

 

 

 .

Zoonymie ? L'étude des noms des animaux (zoo). Comme dans Toponymie, Oronymie, Hydronymie, ou Anthroponymie, mais pour les bêtes. La "zoonymie populaire" (et volontiers extra-européenne) était  jusqu'à présent la seule branche un peu développée de cette science à peine née.

.

 Zoonymie des Odonates.

 GÉNÉRALITÉS

ANISOPTÈRES

.

ZYGOPTÈRES

BIBLIO :

.

Résumé :

— Sympetrum, Newman, 1833, Ent. mag. , 1:511.. Des deux suffixes grecs σύμπυκνος, sympiezein   "comprimé" et  ἦτρον, êtron "abdomen" : "qui a l'abdomen comprimé latéralement".  En 1833, l'entomologiste britannique Edward Newman répartit les Libellulidae en  quatre genres selon la forme de leur abdomen (-etrum) : les Sympetrum  "à l'abdomen latéralement comprimé"  comme S. vulgatum, les Orthetrum "à l'abdomen parallèle latéralement" comme O. cancellatum et O coerulescens, les Platetrum "à l'abdomen dilaté et aplati" comme L.depressa, et les Leptetrum "à l'abdomen conique et pointu" comme L. quadrimaculata. Seuls les deux premiers genres ont été conservés, mais la distinction par la morphologie de l'abdomen a perdu de sa pertinence.

fonscolombii, Sélys 1840, Monogr. Libell. europ. ; 49. Fonscolombii : "de Fonscolombe", en l'honneur de l'entomologiste français Etienne Boyer de Fonscolombe (1772-1853), et de sa description en 1837 dans sa Monographie des Libellulines des environs d'Aix de cette espèce, sous le nom de L. flaveola.

— Noms français : 1°) "Le Sympétrum de Fonscolombe", Sélys 1840 (INPN et LPO) ; 2°) "Le Sympétrum à nervures rouges ", d'Aguilar et Dommanget 1985, soulignant la couleur caractéristique des nervures principales chez le mâle mature.

— Noms en d'autres langues :

- en allemand : Die Frühe Heidelibelle 

-en néerlandais : De Zwervende heidelibel 

-en frison : Read sinnehopke, Readwjokhopke

- en anglais : The Red-veined darter ; The Nomad

- en gallois : gwäell wythïen goch

.

.

 

.

NOM SCIENTIFIQUE.

.

 

 

NOM DE GENRE SYMPETRUM (NEWMAN, 1833).

Voir :

Newman, Entomological Magazine vol. 1, London, F. Westley & A.H. Davis, page 511.

http://www.lavieb-aile.com/2018/04/zoonymie-des-odonates.le-nom-de-genre-sympetrum-newman-1833.html

 

.

.

 

NOM D'ESPÈCE S. FONSCOLOMBII (Sélys, 1840).

.

[Libellula fonscolombii], SELYS-LONGCHAMPS ( Michel Edmond, Baron de) 1840 - Monographie des Libellulidées d'Europe. - Roret, Paris ; Muquardt, Bruxelles, 220 pages. page 49 n°11.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k370057n/f148.image.r=selys.langFR

https://books.google.fr/books?id=NaI-AAAAcAAJ&dq=fonscolombii+monographie+des+Odonates&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

 

.

Description originale :

.

" No 11. LIBELLULA FONSCOLOMBII. (DE SELYS.)
LIBELLULE DE FONSCOLOMBE.

Diagnose. — Parastigma grand, jaune. La base des ailes inférieures et un vestige à celle des supérieures jaune-safrané. Les cuisses noires, jaunes en dehors. Abdomen à peine plus court que les ailes, jaunâtre (rouge chez les mâles adultes).

Dimensions. — (Voyez le tableau.)

Synonymie. — Libellula flaveola. B. de Fonscol. (Synon. exclus.)
- vulgata. Var. Vander. L.
- veronensis?Steph., Catalog.
- Fonscolombii. De Selys, Catalog.

Diffère principalement de la L. vulgata : 

1° En ce qu'elle est un peu plus grande et que l'abdomen, qui est un peu plus court, n'est pas étranglé au milieu, mais plutôt un peu élargi.

2° La base des ailes est d'un jaune safrané, peu distinct aux supérieures, mais très-visible aux postérieures où cette couleur s'étend à 2 lignes de la base chez le mâle, et à 1 ligne chez la femelle.

3° Le parastigma est plus grand, jaune à tous les âges. La côte est jaune extérieurement, et les grandes nervures qui lui sont parallèles, sont rougeâtres même chez la femelle.

Les pieds sont, comme chez la Vulgata, noirs , largement bordés de jaune extérieurement.

Le mâle de la L. Fonscolombii, diffère de la femelle en ce que le tibia des deux pieds postérieurs n'est pas rayé de jaune, et qu'il y a plus de jaunâtre à la base des secondes ailes. L'abdomen est d'un jaune plus pur que chez la Vulgata, et le mâle adulte est d'un rouge plus éclatant. Cette espèce diffère de la L. Rœselii par ses pieds bordés de jaune, et son parastigma jaune-citron. Ces deux parties sont noires dans la L. Rœselii. Elle se distingue enfin de la Flaveola, qui a le tiers entier de l'aile inférieure jaune, et l'abdomen proportionnellement plus court.

Je me fais un devoir et un plaisir de dédier cette jolie espèce au savant et vénérable M. Boyer de Fonscolombe, qui a rendu tant de services à cette partie de l'Entomologie, par la publication de sa Monographie des Libellules des environs d'Aix en Provence. C'est lui qui a décrit le premier cette espèce sous le nom de Flaveola. Elle est commune en Provence au mois d'août. On la trouve fréquemment accouplée. Je l'ai reprise en Belgique vers le milieu de juillet. Elle se trouve aussi en Espagne, car M. Robyns en a reçu un individu de ce pays.

Elle se trouverait aussi en Angleterre, si c'est la même que la L. veronensis de M. Stephens. Je conserve cependant quelques doutes à cet égard, parce qu'il m'a paru que cette dernière a le parastigma noirâtre.

Les différences que j'ai signalées, et même la diagnose seule, suffisent pour distinguer facilement cette espèce de la Flaveola, de la Rœselii et de la Vulgata. Par le parastigma long et jaune, elle ressemble à la L. olympia femelle, et par la couleur générale à la Ferruginea ; mais la couleur des pieds, sans parler de la forme de l'abdomen, est encore ici un critérium infaillible."

 

.

.

ÉTUDE DU NOM FONSCOLOMBII.

Fonscolombii : "de Fonscolombe", en l'honneur de l'entomologiste français Etienne Boyer de Fonscolombe (1772-1853), comme l'indique Sélys dans sa description :

"Je me fais un devoir et un plaisir de dédier cette jolie espèce au savant et vénérable M. Boyer de Fonscolombe, qui a rendu tant de services à cette partie de l'Entomologie, par la publication de sa Monographie des Libellules des environs d'Aix en Provence.   C'est lui qui a décrit le premier cette espèce sous le nom de Flaveola. "

Sélys rend hommage à l'entomologiste aixois  pour "ses services rendus" à l'Odonatologie . En effet, celui-ci  est l'auteur d'Orthetrum brunneum (Boyer de Fonscolombe 1837), de Boyeria irene (Boyer de Fonscolombe, 1838) — à qui il donne le prénom de son épouse— , de Coenagrion caerulescens (Boyer de Fonscolombe, 1838). Mais surtout, il rend hommage à cet auteur car c'est dans sa collection (ou dans la description de celle-ci ) que Sélys a remarqué la spécificité de L. fonscolombii que Fonscolombe avait rangé sous le nom de Libellula flaveola.  

Le titre exact de la publication de Fonscolombe est Monographie des Libellulines des environs d'Aix et elle était parue dans les Annales de la Société entomologique de France en 1837 : Ann. Soc. ent. France 6:144. Elle est accessible en ligne ici :

https://www.biodiversitylibrary.org/item/34582#page/148/mode/1up

La description des spécimens de sa collection, capturés autour d'Aix (vraisemblablement près de Zacharie, au sud de la montagne Sainte-Victoire, son terrain de prédilection) et rangée sous le nom de Libellula flaveola Linn. est la suivante ( j'ai surligné en gras quelques éléments de distinction avec Sympetrum flaveolum).

.

Long. 0,035. 
Enverg. 0,065. 
Le mâle. Sa forme est à peu près la même que la Lib.olympia , l’abdomen étant cependant linéaire et plus étroit, 
avec sa base un peu élevée et gibbeuse. La tète est rouge- jaune , et tachetée de noir derrière les yeux; ceux-ci sont roussâtres, un peu bleuâtres dans leur partie inférieure; le menton est aussi roussâtre. Le corselet, en dessus, est pubescent-roussâtre ; les côtés, sous les ailes, sont d’un gris livide ou d'un roussâtre sale, avec des taches et des bandes d’une couleur plus claire , et les lignes flexueuses ordinaires noires. La poitrine est bleuâtre. 
L’abdomen est d’un rouge écarlate : le premier et le dernier segment sont marqués, en dessus, d’une tache ou ligne noire, longitudinale. Le ventre est rouge pâle, avec une ligne longitudinale noire au milieu. Les secondes ailes sont rousses à leur base ; cette couleur s’aperçoit à peine à la base des premières : dans toutes, les nervures du bord externe sont roussâtres ; le stigmate est jaunâtre, entouré d’une nervure noire. Les pattes sont noires,  marquées en dessus d’une ligne jaune. 
La femelle. Sa tête est d’un vert-grisâtre pâle , le menton presque jaune, les yeux d’un vert-grisâtre, le derrière de la tête comme dans le mâle. La couleur de tout le corps est d’un vert-grisâtre ou jaunâtre, plus foncé et un peu nébuleux sur le milieu de l’abdomen, dont les côtés sont plus jaunâtres. Les côtés du corselet ont les lignes flexueuses ordinaires noires. Sa partie antérieure a, de même que chez l’espèce précédente, deux petites lignes latérales blanchâtres, comme transparentes.  La base du premier segment de l’abdomen est noirâtre, et le second marqué d’une ligne transverse noire ; les trois  premiers et les trois derniers segments en ont une longitudinale dorsale. Sur les côtés de tous, on voit une ligne noire  assez grande.  Les ailes sont comme chez le mâle ; les pattes d’un vert-jaunâtre en dessus , noires en dessous , les cils noirs. 
Cette espèce est très-commune au mois d’août; on la trouve fréquemment accouplée. 

.

Fonscolombe est également honoré par le genre Boyeria Mc Lachlan 1896, et, dans la famille des Pseudococcidae, par le genre Fonscolombia Lichtenstein 1877.

.

.

LES AUTEURS PRÉCÉDENTS EN ZOONYMIE.

 

.

POITOU-CHARENTE NATURE

http://www.poitou-charentes-nature.asso.fr/sympetrum-de-fonscolombe/

"Sympetrum fonscolombii (Sélys, 1840). Sympétrum de Fonscolombe. Syn. Sympétrum à nervures rouges Sympetrum, assemblage de Sym-piezein (gr) = compressé et êtron = abdomen : les sympetrum ont un abdomen étroit, compressé, par rapport aux autres genres de libellulidés ;

fonscolombii en l’honneur de Boyer de Fonscolombe, entomologiste français (1772-1853)."

 

 

.

DRAGONFLYPIX

http://www.dragonflypix.com/etymology.html

" Sympetrum fonscolombii (Selys, 1840) : after Étienne Boyer de Fonscolombe (1772-1853), French entomologist"


.

.

D'ANTONIO & VEGLIANTE.

https://www.researchgate.net/publication/316791278_Derivatio_nominis_libellularum_europaearum

"fonscolombei (Sympetrum) - in onore del dr. E. L. J. H. Boyer de Fonscolombe (1772-1853), entomologo francese. "

 

 

 

.

.

H. FLIEDNER, 2009

https://www.entomologie-mv.de/download/virgo-9/Virgo%200902%20Die%20wissenschaftlichen%20Namen%20der%20Libellen%20in%20Burmeisters.pdf

http://dominique.mouchene.free.fr/libs/docs/GENE_Burmeister_Fliedner.pdf

non traité

 

.

VAN HIJUM, 2005.

http://natuurtijdschriften.nl/download?type=document&docid=555521

fonscolombii = vernoemd naar de Franse entomoloog Fonscolombe ".

.

 

.

.

LES NOMS VERNACULAIRES.

.

LES NOMS EN FRANÇAIS.

.

1°) Le Sympétrum de Fonscolombe, Sélys 1840.

Le Sympétrum de Fonscolombe, nom qui accompagne la publication originale de Sélys en 1840 et qui  est la traduction littérale du nom scientifique,  a été repris par Paul-André Robert en 1958 avec le commentaire : "Signification du nom : Fonscolombei = de Fonscolombe : Boyer de Fonscolombe est un auteur qui a déterminé plusieurs Libellules.". Il a été ensuite repris par presque tous les auteurs (Grand et Boudot 2007) et a été validé officiellement par la liste de référence de la SFO et par le site de l'INPN.

Paul-A. Robert, Les Libellules: (Odonates), Delachaux & Niestlé, 1958 - 364 pages page 285.

https://books.google.fr/books?hl=fr&id=jvQVvAEACAAJ&dq=Paul-A.+Robert+libellules&focus=searchwithinvolume&q=fonscolombe

 

INPN : https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/65335

.

2°) "Le Sympétrum à nervures rouges", d'Aguilar et Dommanget 1985.

- Jacques d'Aguilar et Jean-Louis Dommanget 1985, Guide des Libellules d'Europe et d'Afrique du Nord, page 293.

- Dommanget (Jean-Louis ), 1987, Etude faunistique et bibliographique des Odonates de France page 71.

- Jourde in Dijkstra, Guide des Libellules de France et d'Europe Delachaux et Niestlé 2007 p. 278.

Philippe Jourde, dans son adaptation et traduction du guide naturaliste de K.-D. B. Dijkstra, le Guide des Libellules de France et d'Europe  a placé le nom "Sympétrum à nervures rouges " en nom principal, accompagné en second par la mention  "S[ympétrum]. de Fonscolombe". Il s'agit de la traduction du nom anglais, "The Red-veined Darter" qui souligne que cette espèce se distingue des autres par "des nervures principales jaunes à la base des ailes, devenant rouge vif chez les mâles matures" , car "l'étendue et l'intensité de cette coloration sont caractéristiques, [même si ] d'autres Sympetrum peuvent avoir des nervures claires ou rougeâtres" (Jourde in Dijkstra, p. 278).

Le même auteur, dans sa participation à Libellules de Poitou-Charentes paru en 2009, inverse les hiérarchies et place Sympétrum de Fonscolombe en premier, accompagné de la mention :  Syn. "Sympétrum à nervures rouges " .

.

.

 

NOMS EN D'AUTRES LANGUES.

Ces noms soulignent trois caractéristiques du Sympétrum de Fonscolombe, qui est migrateur ; plus précoce que les autres espèces du genre ; et aux ailes veinées de rouge chez le mâle :

"Migrateur au long cours, il se répand parfois en masse vers l'Europe du Nord, il se répand parfois en masse vers l'Europe du Nord au début de l'été, alors que les autres Sympetrum sont en cours d'émergence." (Jourde in Dijkstra 2007).

 

- en allemand : "Die Frühe Heidelibelle" :  le Sympétrum (Heidelibell = libellule des landes)  précoce.

-en néerlandais : "De Zwervende heidelibel" : le Sympétrum (heidelibel) migrateur.

-en frison : "Read sinnehopke", "Readwjokhopke". 

- en anglais : "The Red-veined Darter" ; The Nomad : le Sympétrum (darter = dard) veiné de rouge, le Nomade.

- en gallois : "Gwäell wythïen goch" :  le Sympétrum (gwäell = dard ; tige [en métal] ;  aiguille [ à tricoter]) veiné de rouge. 

- en breton : "Flemm-aer gwazhied ruz " : le Sympétrum (flemm-aer = dard [du serpent]) veiné de rouge.

.

.

SOURCES ET LIENS.

.

 

Bibliographie générale de ces articles de zoonymie des Odonates : voir ici.

http://www.lavieb-aile.com/2018/01/la-bibliographie-de-mes-articles-de-zoonymie-des-odonates.html

 

 

.

OUTILS DE  ZOONYMIE.

http://www.nhm.ac.uk/our-science/data/uk-species/species/libellula%20depressa.html?lang=gd

http://www.nhm.ac.uk/our-science/data/uk-species/species/libellula%20depressa.html?lang=cy

— http://www.dragonflypix.com/etymology.html

 — PRÉCIGOUT (Laurent), PRUD'HOMME (Eric), 2009, Libellules de Poitou-Charentes, Ed. Poitou-Charentes Nature, 255 pages, 

— POITOU-CHARENTE NATURE (Association) / Philippe JOURDE & Olivier ALLENOU

http://www.poitou-charentes-nature.asso.fr/leucorrhine-a-front-blanc/

— ANTONIO (Costantino D’), VEGLIANTE (Francesca ) "Derivatio nominis libellularum europæarum"(PDF) (en Italien) Étymologie de 197 noms de Libellules européennes.

https://www.researchgate.net/publication/316791278_Derivatio_nominis_libellularum_europaearum

 

— ENDERSBY (IAN D. ), 2012,  : Watson and Theischinger: the etymology of the dragonfly (Insecta: Odonata) names which they published  Journal and Proceedings of the Royal Society of New South Wales, vol. 145, nos. 443 & 444, pp. 34-53. ISSN 0035-9173/12/010034-20 34

https://royalsoc.org.au/images/pdf/journal/145_Endersby.pdf

— ENDERSBY (IAN D., FRS ), 2012, Etymology of the Dragonflies (Insecta: Odonata) named by R.J. Tillyard, F.R.S. Proceedings of the Linnean Society of New South Wales 134, 1-16.

https://openjournals.library.sydney.edu.au/index.php/LIN/article/viewFile/5941/6519

— ENDERSBY (IAN D., FRS ), 2012, The Naming of Victoria’s Dragonflies (Insecta: Odonata,  Proceedings of the Royal Society of Victoria 123(3): 155-178. 

https://www.academia.edu/28354624/The_Naming_of_Victoria_s_Dragonflies_Insecta_Odonata_

— ENDERSBY (IAN D. ), 2015, The naming's of Australia's dragonflies.

https://www.researchgate.net/publication/283318421_The_Naming_of_Australia%27s_Dragonflies

 http://dominique.mouchene.free.fr/libs/docs/GENE_origine_noms_odonates_Australie_Endersby_2015.pdf

— FLIEDNER (Heinrich), 2009, Die wissenschaftlichen Namen der Libellen in Burmeisters ‘Handbuch der Entomologie’ Virgo 9[5-23]

http://www.entomologie-mv.de/download/virgo-9/Virgo%200902%20Die%20wissenschaftlichen%20Namen%20der%20Libellen%20in%20Burmeisters.pdf

— FLIEDNER (Heinrich), "The scientific names of the Odonata in Burmeister’s ‘Handbuch der Entomologie".

http://dominique.mouchene.free.fr/libs/docs/GENE_Burmeister_Fliedner.pdf

— FLIEDNER (Heinrich),  1997. Die Bedeutung der wissenschaftlichen Namen Europaischer Libellen. Libellula, supplement I. Sonderband zur Zeitschrift der Gesellschaft deutschsprachiger Odonatologen (GdO) e.V. Fliedner, Bremen.

— FLIEDNER (H.), 2012, Wie die Libelle zu ihrem Namen kam Virgo, Mitteilungsblatt des Entomologischen Vereins Mecklenburg 15. Jahrgang (2012).

https://www.entomologie-mv.de/download/virgo-15/virg%2015104%20Libelle_Namensherkunft.pdf

— HIJUM (Ep van ), 2005, Friese namen van libellen , TWIRRE natuur in Fryslan jaargang 16, nummer 4 page 142-147

http://natuurtijdschriften.nl/download?type=document&docid=555521

— STEINMANN (Henrik), World Catalogue of Odonata, Walter de Gruyter, 6 févr. 2013 - 650 pages . Numérisé Google.

https://books.google.fr/books?id=IaEgAAAAQBAJ&dq=world+catalogue+odonata&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

 

 

 

EXTRAIT DE LA BIBLIOGRAPHIE : 

 

— FONSCOLOMBE (Etienne Hippolyte Boyer de ), 1837 et 1838, Monographie des Libellulines des environs d'Aix, Annales de la Société entomologique de France  6:129 et  7:75-106.

https://www.biodiversitylibrary.org/item/34582#page/133/mode/1up

https://www.biodiversitylibrary.org/page/15643737#page/559/mode/1up

ROBERT (Paul-A.), Les Libellules: (Odonates), Delachaux & Niestlé, 1958 - 364 pages

https://books.google.fr/books?id=jvQVvAEACAAJ&dq=Paul-A.+Robert+libellules&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj08vudxe_fAhXyxoUKHZQqAiIQ6AEIKTAA

— SELYS-LONGCHAMPS ( Michel Edmond, Baron de) 1840 - Monographie des Libellulidées d'Europe. - Roret, Paris ; Muquardt, Bruxelles, 220 pages.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k370057n/f148.image.r=selys.langFR

— SELYS-LONGCHAMPS ( E.de), 1840b - Enumération des Libellulidées de Belgique. - Bull. Ac. r. Bruxelles, Sér. 1 (7) : 31-43. -
— SELYS-LONGCHAMPS ( E.de),1850 - Revue des Odonates ou Libellules d'Europe. - Bruxelles, Paris.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k26769q.texteImage

.

 

Partager cet article

Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Zoonymie des Odonates

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche