Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 06:04

                     Vierges allaitantes VII

Chapelle Notre-Dame de Lannelec à Pleyben.

Chapel Itron Varia Lanneleg

                    Première partie :

               Présentation ; La Vierge.

 

 

   En 1990, Madame Philomène Le Douzen, paroissienne émigrée aux États-Unis, laissa à la commune un legs important qui permit la restauration des six chapelles tréviales de Pleyben. Depuis, les fonds récoltés par  l'Association de sauvegarde lors des pardons, et les soins dont ils entourent leur chapelle permettent de découvrir un sanctuaire qui met remarquablement en valeur les trésors qu'il renferme. Je remercie ces bénévoles de l'accueil qui a rendu possible ma visite en plein mois de janvier 2012.

   Le pardon a lieu le troisième dimanche de septembre.

 

                      I. Présentation


Voir : Florent Maillart, Chapelle de Lannelec, Pleyben, Inventaire général du patrimoine, 2009 link

        : idem, Calvaire, link

      La chapelle Notre-Dame de Lannelec, la plus grande de la paroisse de Pleyben, est l'ancienne "trève de l'évêque", trefnescop, ce qui correspondrait (sans aucun élément probant) à un ancien prieuré de Landevennec ; elle date du XVe siécle (une date mentionne sur la derniére colonne du coté droit :lan mill CCCCXX et X  ( 1490) fut fondée ceste église) et sa position surélevée indiquerait qu'elle fut batie sur une ancienne motte féodale arasée, bien que d'autres (H. Pérennés, Bdha 1938) parlaient d'ancien camp romain. 

   Le toponyme peut faire envisager la présence d'un de ces moines irlandais qui ont émigré pour évangéliser la Bretagne au V et VIe siècle : un certain Eleg aurait fondé ici son ermitage, Lann.

 

  Sur cette trève se trouvait, ou régnait, le manoir de Keranclanff, dont le seigneur, Thomas le Roy, fonda en 1473 une chapellenie à Lannelec. (un chapelain, prêtre qui vivait au village, desservait la chapelle et percevait une rémunération). 

  Dans la première partie du XVIe siécle, le fief appartient aux de Kergoët, dont le berceau est à st Hernin. Ils blasonnaient d'argent à 5 fusées rangées et accolées de gueules, accompagnées en chef de quatre roses de même. Leur devise était : en christen mad me bev  en Doué

  En 1553, la terre passe dans la famille du Bouëtiez de Kerorguen, dont le berceau était près d'Hennebont. Ils blasonnaient d'azur à deux fasces d'argent accompagnées de six besants d'or.

  Jean du Bouëttiez prit une part si active et si violente à la Ligue que le duc de Merceur lui fit couper la tête, pour les nombreux méfaits dont il se rendit coupable sur la paroisse voisine de Guengat.

  Rappellons que la guerre de la Ligue opposait le duc de Merceur, soutenu par les paysans et qui représentait le parti catholique, contre les "royaux" d'Henri IV, récent roi de France et recemment converti au catholicisme, mais soutenu par les Réformés ou protestants. Parmi ces derniers appartenait Jacques de Guengat, homme de guerre. Le jeune Du Bouëttier aidé de vingt-cinq à trente brigandeaux, se saisit du château de Guengat, où il se retrancha. Il pilla, ravagea, faisant des prisonniers, violant et tuant comme s'il eût été en terre de conquête, tant que les ligueurs de Quimper furent contraint de l'assiéger. Il capitula à condition d'avoir la vie sauve. En ce siège mourut grand nombre de paysans ainsi qu'Allain de Marhallat. (Chanoine Moreau, Histoire de Bretagne, chap. V)

 D'après le rôle des contributions de 1751, la seigneurie de Keranclanff s'étendait sur 18 villages de Pleyben.

 

       La chapelle comprend sous une forme en tau une nef centrale à quatre travées, deux bas-cotès, deux transepts, une abside droite, une sacristie. Elle renferme cinq autels de pierre. 

lannelec 9199x

 

 

lannelec 9197c

 

 

 

  La sacristie porte l'inscription de sa construction : IAQ : PLASSART : FABRIQVE : 1741

lannelec 9193c

 

  D'autres inscriptions sont relevées :


  •  1546, MATER DEI ORA PRO ME (Mère de Dieu priez pour moi) : panneaux sculptès de l'ancienne porte nord.

lannelec 9275

  • une inscription disparue sur cette porte (dont deux panneaux sculptès ont été conservés et sertis dans un encadrement moderne) est citée par Guy Leclerc : 1546 FUST/ FAICT P G FAVENNEC. Or, on lit actuellement sur une pierre placée dans le mur intérieur d'un transept : V. C  PAVENE.I ( un Jacques Favennec né en 1610, est attesté à Pleyben)
  • les statues datées portent les mentions 1578 (Ste Barbe), 1667 (St André) et 1667 ( St Matthieu).
  • F. FAIRE PAR F. LE ROUX Fabriqve LAN MDCCLXIV (1764) au dessus de la porte nord.
  • F. fair par M. Léon recteur de Pleiben M. Guillaume Le Borne Gan(Germain) Palant Mathias Direson fabric : fait l'an 1772, Yves Rivoal fabric sur les lambris de l'un des transepts,
  • 1742 1742 sur la porte de sacristie 
  • le 19 février 1764 fut bénite une cloche baptisée Marie
  • La flèche du clocher date de 1883


lannelec 9280c

lannelec 9278c

 

 

 L'élément décoratif majeur est le maître autel surmonté de la maîtresse-vitre et encadré par les deux niches gothiques : celle de la Vierge à l'enfant du coté de l'évangile, celle de Sainte Barbe du coté de l'épître.

lannelec 9309c

 


        II. Notre-Dame de Lannelec

C'est la Vierge allaitante dont la présence motive ma visite. 

Elle est présentée dans une niche à gauche de l'autel en vis-à-vis d'une autre niche dédiée à Sainte Barbe : c'est ce que l'on retrouve encore à Kerlaz (face à Saint-Germain), à St-Venec en Briec (face à Saint Venec), et c'était peut-être aussi le cas à Quillidoaré, voire dans les autres chapelles abritant des Virgo Lactans. Dés lors, je suis amené à penser que Sainte Barbe a été la patronne ou la co-patronne de la chapelle, mais je n'ai pas rencontré cette mention chez les auteurs de monographie.

  La niche et son volet historié.

  La niche historiée est l'une des mieux conservées qu'il m'a été donné de voir ; mais  seul le volet droit est présent. Elle porte l'inscription NOSTRE. DAME. DE. LANNELEC en un mélange de lettres capitales et minuscules ; les deux N sont conjoints, le C final est sus-inscrit, sans qu'on devine la raison de cette abréviation puisque le calligraphe ne manquait pas de la place nécessaire.

  Des pampres de vigne et des grappes de raisin dorées  grimpent en bas relief sur les cotés pour atteindre le linteau, décoré de nouvelles grappes peintes et d'entrelacs de feuillage. Au centre, où se trouve souvent un emblème (armoiries, symbole) est peint un personnage en prière, mains jointes.

Au sommet vient se placer un haut élément à trois pans encadrés par des pilastres, des panneaux ajourés comme des moucharabiehs d'or _ des grilles de confessionnal, des claustra_ par des ornements gothiques aux reflets vermeils. Et cet échafaudage culmine en un dernier placard, tout aussi doré, mais dont l'artiste a pris la peine de travailler les ajours pour dessiner des croix enchevêtrées.

 Le volet aux trois panneaux :

 

 1. l'Annonciation

   La représentation est classique : l'ange Gabriel trace de la main droite une bénédiction (Tu es bénie, Marie) et prononce les paroles  Ave Maria gratia plena Dominus tecum, qui viennent s'enrouler autour d'un sceptre fleurdelisé lui même placé au dessus d'un bouquet de lis martagon placé dans un vase : cet axe médian entre l'espace divin à gauche et l'espace profane de droite est aussi l'axe vertical qui relie Dieu-le-père avec la terre, signifiant sa décision d'incarnation.

   Cet alignement surabondant de symboles semble réciter les Litanies :

  • le vase : vas spirituale, ora pro nobis, vas honorabole, o.p.n, vas insigne devotionis, o.p.n (litanies de Lorette)
  • le lis, emblème de virginité : sicut lillium interspinas, comme le lis au milieu des épines (O Sanctissima, ou Cantique des Cantiques)
  • la colonne : Colonne immaculée de notre foi (Litanies de l'Immaculée Conception)

  La Vierge, traditionnellement vêtue de bleu, les cheveux sagement couverts d'un voile, recule par stupeur dans un geste et une posture qui parvient à associer l'acceptation et la surprise.

 Dieu coiffé de la tiare tient le globe terrestre, et bénit de la main droite tandis que son souffle de lumière  divine envoie la colombe de l' Esprit Saint féconder l'Immaculée avec le même entrain qu'un convive de la Saint-Sylvestre soufflant dans une langue de belle-mère.

vierge 9235c

 

 2. La Visitation. 

 La sculpture en bas-relief obéit encore à l'iconographie traditionnelle; l'espace est soigneusement construit par les deux arcades, la ligne horizontale du mur, et l'angle du bâtiment ; la perspective est approximative. Sainte Élisabeth, habillée de sa robe verte traditionnelle, pose sa main sur le ventre de Marie et se réjouit de la naissance à venir sous les yeux de Zacharie, coiffé d'un turban.

vierge 9236c

 

 3. la Nativité.

  L'image est si conventionnelle qu'il est inutile de la commenter, sauf à considérer les chausses de Joseph, témoin du costume du XVIe siècle, et le pot à feu, symbole de Vie ou de Charité.

vierge 9239c


Notre-Dame de Lannelec.

La statue et la niche  ont été restaurées en 1977.

  La statue en pierre est une Vierge Allaitante tout à fait semblable à celles que j'ai déjà présenté, mais les vêtements de celle-ci sont particuliérement riches et colorés. Les couleurs sont les mêmes qu'à Kerlaz (manteau) ou qu'à Kergoat (robe) :  large manteau drapant bleu frappé de motifs dorés, au revers rouge, et dont le pan gauche est retenu par l'annulaire ; corselet doré dont l'ouverture s'entrebaille sur un soufflet de même étoffe : robe largement élargie sous la taille par une sorte de vertugadin, et qui se compose d'une première robe-tablier plus épaisse qui se soulève et fait retour vers la ceinture pour dévoiler un revers soyeux de couleur verte (qu'on retrouve aux manches), et de la robe elle-même qui tombe sur le sol, ne laissant apparaître qu'un bout de chaussure rouge.

  Cette vierge est couronnée par un atribut peint sur un ciel bleu constellé et ondoyant.


 

vierge 9207c

 

Mais ce qui caractèrise cette Virgo Lactans parmi toute les autres, c'est qu'elle maîtrise de ses pieds un démon aux allures féminines ( Alain Ménard pense qu'on lui a raboté les seins) qui tient la pomme fatale dans la main gauche. Sous le pied de l'Archange, de Saint-Georges ou de la Vierge, les dragons, monstres, démons et autres avatars du Malin ne sont jamais morts, tout-au-plus dominés, mais ils bougent encore, battent de la queue, crient au scandale, et ils relèvent la tête, les impudents ! Les plus optimistes pensent que la vouivre hurle ou grimace de douleur.

  Je retrouve dans cette créature habillée d'écaille celle qui apparaissait en dessous de Jessé dans l'Arbre de St Thégonnec : L'arbre de Jessé de l'église Notre-Dame de Saint-Thégonnec.

 

vierge 9211x

      L'inscription :

Le long du bord de la robe court une inscription  qui a été déchiffrée

  • par H. Pérennés comme : Nostre Dame de M.R.I.C.S (miséricorde ?) PE pour nous, 
  • et par René Couffon comme :Nre : dAME MRCIS PE : POVR, 
  • par Guy Leclerc comme : N(o)TRE DAME DE M(e)RCIS P(ri)E POUR
  • alors que je lis N˜RE : dAME : dE : M˜RICO˜/PE : POVR

  Les tildes abréviatifs transforment N˜RE en NOTRE et M˜RIC.. en MISERICOR/PE

Sachant que les D sont ici, comme c'est souvent le cas, écrit en onciale et non en notre D majuscule (voir : dAME), je pense que ce que nous lisons PE est en réalité dE, la lettre d étant verticalisée pour prendre moins de place : donc nous pouvons  lire MISERICORdE.

Je lis donc NOTRE DAME DE MISERICORDE POUR (NOUS ?).

  Cette inscription est semblable à celle de N.D.de Bonne Nouvelle à Quillidoaré, mais la dédicace à N.D de Miséricorde est étonnante car cette Vierge n'a aucun rapport avec l'allaitement ou la naissance, que son culte est trés rare dans le Finistère ( Monastère de N.D de Miséricorde à Pont-L'Abbé) et en Bretagne.


vierge 9237c

 

L'enfant Jésus tient en l'air par l'opération du Saint-Esprit, car il ne repose pas sur la main de sa mère. Celle-ci présente le mamelon entre le majeur et l'annulaire, ce qui est un unicum dans notre série. Son visage n'a pas la grâce de celui des Vierges de Kerluan, de St-Venec ou de Kergoat, le front est épilé de manière radicale, mais on retrouve la chevelure maintenue par le bandeau de tissu avant de libérer sur les épaules son flux onduleux. La mètaphore du Fleuve de lait se poursuit à travers les boucles et les volutes du décor peint en arrière-plan.

  Le corselet ouvert en V selon le modèle désormais habituel présente la particularité d'un laçage entre des oeilletons.

vierge 9209 x

 


 

 

 

La bannière de Notre-Dame de Lannelec :

  Récemment, le comité de sauvegarde de la chapelle a fait réaliser par les établissements Le Minor de Pont-L'Abbé une superbe bannière. Le qualificatif n'est pas complaisant, et les paroissiens peuvent être fiers d'une telle réalisation dont le carton me semble  rivaliser en qualité avec celle, très réputée, des brodeurs. On trouve au verso le nom du cartonnier : J. Derouet, celui ou celle qui a fait preuve ici d'un joli talent.

  La Vierge est fièrement campée et affiche crânement sa maternité. L'artiste a été fidèle au modèle, mais il a affiné le visage, et transformé l'enfant Jésus en un petit hercule malicieux et sympathique. La magnificence du costume et de la coiffure est parfaitement rendue. La démone n'en mène pas large.

Un feuillet épinglé dans la chapelle reproduit le Certificat d'authenticité :

  "Cette bannière a été brodée en 2008 aux ateliers Le Minor à Pont-L'Abbé par J.M. Perennec d'après un carton de Jackez Derouet à la demande du Comité "La Chapelle de Lannelec", Monsieur l'abbé Guillaume Gonidou étant curé de Pleyben. Le 28 juin 2008."

Jean-Michel Perennec, brodeur chez Le Minor depuis 20 ans, a passé trois mois a réaliser ce  travail, utilisant 155 écheveaux pour 22 couleurs.

  Je trouve Jakez Derouet cité sur la toile :

  • comme représentant de la Ligue Celtique...en 1964,
  • comme artiste ayant participé à la conception du blason de Pluguffan,
  • comme artiste qui a réalisè le logo de l'association de défense de la langue bretonne Mervent,
  • comme concepteur du logo bigouden,
  • comme créateur du dragon rouge qui figure sur le drapeau breton du Trégor, sur fond jaune à croix noire,
  • étant "de Plomelin", etc...

En juillet 2010, Jean-Michel Perennec a réalisé une autre bannière sur un carton de Jakez Derouet : celle de la chapelle de la Madeleine à Penmarc'h. La première bannière réalisée chez Le Minor avait été dessinée par Pierre Toulhoat  pour la Tromènie de Locronan, en 1953. Celle de Lannelec était la 31ème, celle de la Madeleine la 34ème.

   

 

 

vierge 9415c

 

  Le verso de la bannière : L'arbre de Vie et l'Apocalypse.

  C'est la partie originale, avec un thème qui doit être un hapax en matière de bannière.

  Pour une raison que j'ignore, l'artiste ou les commanditaires ont choisi d'illustrer le verso de la bannière par un Arbre de Vie, au pied duquel un couple, à priori le couple originel, émerge des eaux et prend appui sur des formes rouges. Une colombe s'apprète à se poser sur une branche ; le soleil apparaît derrière une porte, qui pourraît être celle de l'arche de Noé.

   L'arbre de Vie est celui que mentionne la Genèse 2, 9 :

           L'Eternel Dieu fit pousser du sol des arbres de toute espèce, agrèables à voir et bons à manger, et l'arbre de vie au milieu du jardin, et l'arbre de la connaissance du bien et du mal.

 

   et puis, après la Chute, dans Genèse 3,24 :

              C'est ainsi qu'il chassa Adam ;et il mit à l'Orient du jardin d'Eden les chérubins qui agitent une épée flamboyante pour garder le chemin de l'arbre de vie. ( Trad. Louis Ségond)

  Il confère l'immortalité, mais il est aussi symbole de vie bien-sûr, donc de croissance, de vitalité voire de fécondité ou de prospérité : placé au revers de la Vierge allaitante, il apparaît alors comme le qualificatif spirituel le plus adapté pour qualifier Maria Lactans, comme dans ces Méditations sur les litanies de la Vierge de 1701 link : Quelles louanges ne devons-nous pas aux excellentes dispositions de votre âme, Ô arbre de vie, qui nous avez donné le véritable fruit vivifiant !

   L' olivier est souvent l'arbre choisi pour le représenter, quand ce n'est pas le figuier sycomore.

La conjonction de l' olivier, de la colombe et de l'arche évoque un autre premier jour de l'humanité,  Genèse 8, 11 :

  La colombe revint à lui sur le soir ; et voici, une feuille d'olivier était dans son bec. Noé connut ainsi que les eaux avaient diminué sur terre (Trad. Louis Ségond)


  Alors que l' arbre de Jessé  relie Marie à l'arbre de la connaisssance, celui du pèché originel (c'est le symbole de Notre-Dame de Miséricorde foulant le démon et sa pomme sur la statue de Lannelec) à travers l'arbre de la Croix, le choix de l'arbre de vie tourne le dos à cette problématique du Péché et ouvre l'esprit du fidèle à un monde neuf, primesautier, un premier matin du monde inondé de soleil. Marie Arbre de Vie redonne accés à l'arbre du milieu du jardin de l'Eden.

 

vierge 9417c

 

 L'arbre de vie est celui de la Genèse, mais aussi celui de l'Apocalypse. Or, c'est ce texte de Saint Jean qui est cité en broderie autour et en dessous de la bannière : Apocalypse, 7, 14 :

       Heureux ceux qui lavent leurs robes, afin d'avoir droit à l'arbre de vie, et d'entrer par les portes dans la ville !

  Ce verset est précédé dans le texte par celui-ci, qui en explicite le sens :

   Je lui dis : Mon seigneur tu le sais. Et il me dit : ce sont ceux qui viennent de la grande tribulation ; ils ont lavé leurs robes, et ils les ont blanchies dans le sang de l'agneau. (Trad. Louis Ségond)

  Il sera suivi de celui-ci :

  Au milieu de la place de la ville et sur les deux bords du fleuve, il y avait un arbre de vie, produisant douze fois des fruits, rendant son fruit chaque mois, et dont les feuilles servaient à la guérison des nations. (Apocalypse 22, 2 : id)

 

 

III. La fontaine près de Lannelec, et le culte pour la guérison des enfants.

  - En 1910, l'abbé Peyron signale que le pardon se déroule "le dimanche le plus rapproché de la fête de saint-Matthieu" (21 septembre) et qu'à cette occasion " l'on y demande plus spécialement la santé des enfants, et à la procession du pardon, plusieurs mères, le cierge à la main, y conduisent leurs petits enfants. Non loin de la chapelle est une fontaine dite de Saint Vendal où les parents plongent leurs enfants atteints de rhumatismes."

  Le chanoine Pérennés donne à cette fontaine le nom de Saint-Venec et signale qu'elle est dépourvue d'édicule.

  Les cartes IGN, Cassini ou d'Etat-Major ne signalent pas de fontaine. L'office du tourisme de Pleyben signale cette fontaine Saint-Venec dans son site.

 

                                §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

 

      Sources :

Guy Leclerc, La statuaire de la Vierge au sein, Pleyben, chapelle de Lannelec, Bulletin Société Archéologique du Finistère Tome CXXXVII, 2008-2009 p. 411-412.

 

Henri Pérennés, Notice sur Pleyben , Bulletin Diocésain d'histoire et d'Archéologie 1938:http://catholique-quimper.cef.fr/opac/doc_num.php?explnum_id=59

Bretagne sacrée :http://archive.wikiwix.com/cache/?

http://kergranit.free.fr/Textes/Lannelec.htm

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article

commentaires

Patricia 07/08/2015 14:50

Encore une vierge dite allaitante qui n'allaite pas l'Enfant !

Jean-Yves Cordier 08/08/2015 23:54

Cette Vierge est allaitante puisque elle est en train d'allaiter, présentant son sein à l'Enfant.

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche