Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 février 2019 3 06 /02 /février /2019 21:32

Zoonymie des Odonates : étude des noms de Leucorrhina dubia,(Vander Linden, 1825), "la Leucorrhine douteuse".

.

 

 .

Zoonymie ? L'étude des noms des animaux (zoo). Comme dans Toponymie, Oronymie, Hydronymie, ou Anthroponymie, mais pour les bêtes. La "zoonymie populaire" (et volontiers extra-européenne) était  jusqu'à présent la seule branche un peu développée de cette science à peine née.

.

 Zoonymie des Odonates.

 GÉNÉRALITÉS

ANISOPTÈRES

.

ZYGOPTÈRES

BIBLIO :

 

 

Résumé :

—  Leucorrhinia , Brittinger 1850,  SitzBer. Akad. Wiss., Wien, 4:333 vient des deux mots grec leukos = blanc et rhinios = nez. C'est une transcription en grec du nom latin albifrons "front blanc" de l'espèce type du genre, décrite par Burmeister en 1839. Cette transcription créée par Charpentier en 1840 sous la forme Leucorhinus a été féminisée (et complétée d'un -r-) par Brittinger, pharmacien et naturaliste de Vienne.

dubia (Vander Linden, 1825) : de l'adjectif latin dubius, "douteux, incertain" mais aussi "indécis, hésitant", comme si l'épithète qualifiait moins l'espèce qu'elle ne témoignait de la perplexité de l'entomologiste face à un spécimen globalement semblable à la rubicundia de Linné, mais de taille inférieure.  Par cette particularité, cette épithète appartient au groupe des qualificatifs "taxonomiques" comme affinis (du même auteur),  simillimus (Selys, 1850) ou mixta (Latreille, 1805).

Noms en français : 1°) "La Libellule douteuse", Sélys, 1850,  traduction du protonyme  Libellula dubia ; 2°) "La Leucorrhine douteuse", P.-A. Robert, 1958, adopté par tous depuis lors.

Noms en d'autres langues :

-en allemand : Die Kleine Moosjungfer , la Petite Leucorrhine.

- en espagnol : El "darter" cara-blanca , traduction du nom suivant.

- en anglais :

a) The White-faced darter :  Le "Darter [( Flèche), nom commun de tous les Sympétrums] à face blanche" , car cette espèce est aussi petite que Sympetrum danae, qui est fin et noir également, mais dont la face est jaune. 

b)  the Small whiteface , la Petite Leucorrhine.

- en néerlandais : De venwitsnuitlibel  = le museau blanc = la Leucorrhine. Le nom n'est pas spécifique, mais générique.

- en frison :  Lytse glêzewasker, Lytse wytsnüt : Lytse signifie "petit" : "la petite face blanche"

- en suédois : Myrtrollslända ou mindre kärrtrollslända, "petite kärrtrollslända"

 

 

.

 

 

 

.

.

NOM SCIENTIFIQUE.

.

NOM DE GENRE LEUCORRHINIA (BRITTINGER, 1850).

 

Voir dans ce blog :

 

http://www.lavieb-aile.com/2018/04/zoonymie-des-odonates-le-nom-de-genre-leucorrhinia-brittinger-1850.html


 


 

 

 

.

.

NOM D'ESPÈCE L. DUBIA (VANDER LINDEN, 1825).

[Libellula dubia], Vander Linden 1825, Monographiae Libellulinarum Europaearum Specimen. Bruxellis, apud J.Frank, bibliopolam, Via Vulgo de la Putterie : 42 pp. Page 1 n°XI

https://books.google.de/books?id=vxIOAAAAQAAJ

Description originale.

.

XI. LIBELLULA DUBIA.

Nigra, thorace fasciis , abdomine maculis dorsalibus, flavis; alis albis macula marginali subquadrata , fusca ; posticis macula triangulari baseos, nigra.

Lib. rubicunda ? Lin. Syst. Nat. I, 902, 4. Fn. Suec. 1462. Gmel. 1, 2620, 4. Vill. Ent. Lin. III. 4, 4.

Mas. Caput viride, margine postico, et macula triangulari ante oculos nigris. Oculi fusci, subtùs virescentes. Thorax nigro-æneus, suprà strigis duabus longitudinalibus interruptis, maculisque lateralibus, duabus majoribus, et quatuor aut quinque minoribus, flavis. Scutellum flavum. Abdomen nigrum : primum segmentum margine postico; 2. fasciis duabus et macula utrinque ; 3. 4. 5. 6. 7. macula dorsali, luteis. Appendices anales nigrae, superiores duobus ultimis segmentis abdominis conjunctis paulò breviores; inferior his dimidio brevior. Pedes nigri. Alæ albæ , callis luteis , macula marginali subquadrata fusca, membranula accessoria alba ; anticæ puncto, posticæ puncto et macula triangulari baseos nigris.

Long. 13—14. lin. Extens. alar. 26. lin.

Feminam non vidi.

Habitat in Belgio : in pago Gheel, a D° Robyns semel capta, æstate.

Obs. Haec species forsitan vera L. rubicunda Linnæi est, cujus descriptio illi satis convenit : sed nimia ejus brevitas judicium certum ferre non sinit

.

— Traduction de la diagnose : [Libellule] noire, thorax fasciée, abdomen portant des marques jaunes sur la partie dorsale, ailes blanches aux marques marginales presque carrées et brunes ; tache noire triangulaire à la base des ailes postérieures.

— Traduction de la note : "observation : cette espèce est peut-être une vraie Libellula rubicunda de Linné, dont la description convient assez bien. Mais sa brièveté excessive ne permet pas d'en juger avec certitude.

C'est donc la petite taille de son spécimen qui incite Vander Linden à ne pas l'assimiler à rubicundia sans précaution. Je remarque que l'auteur ne constate nulle part  l'existence de la couleur rouge, et décrit des marques jaunes sur l'abdomen : il devait s'agir d'un mâle immature.

.

RÉCEPTION.

a) Sélys, en 1840, dans sa Monographie des Libellulidées d'Europe page 58, ne fut pas convaincu par la distinction apportée par Vander Linder et estima qu'il fallait considérer sa L; dubia comme une L. rubicunda :

"La plupart des auteurs n'ont pas reconnu la Libellula rubicunda de Linné, dont la diagnose est cependant si simple et si juste. [...]. Vander Linden, le premier, a cité avec doute la Rubicunda de Linné pour synonyme de sa Dubia. Mais c'est M. Stephens qui a rétabli à bon droit la nomenclature du grand naturaliste suédois. [...] : Vander Linden la nomme Dubia, sur le seul individu pris en Belgique près d'Anvers, par M. Robyns. [...]. Comme la Rubiconde est la seule espèce européenne, à abdomen étroit, qui porte une tache noirâtre basale sur les ailes, il est impossible de la confondre avec aucune autre."

b) Sélys, en 1850, dans sa Revue des Odonates page 50, redresse son jugement et décrit la dubia comme une espèce distincte : 

 

"Lorsque j’ai publié ma Monographie je n’avais pas encore vu la pectoralis ni la rubicunda; c’est de là que provient la confusion que j’ai laissé subsister.

La dubia , par ses appendices noirs et son 7e segment taché, ne pourrait être confondue qu'avec la pectoralis ou la rubicunda. Elle diffère de la première par le caractère indiqué à l’article de cette espèce. Elle est plus difficile à distinguer de la rubicunda ,- le moyen le plus certain est l'examen des parties génitales du 2° segment pour le mâle, et des valvules vulvaires pour la femelle.

Désirant toutefois indiquer d'autres caractères diagnostics, je dirai qu’elle a toujours deux petites taches bien marquées à la base des ailes supérieures , et que celle qui est près de la membranule est très-notable. Les femelles sont plus faciles à confondre ; mais celle de la rubicunda a une seule virgule à la base de ces mêmes ailes supérieures, et cette virgule entre la 4e et la 5e nervure n’a pas de prolongement en dessous près la membranule ; enfin dans les deux sexes de la dubia la partie basale noire du 2° segment est interrompue au milieu, ce qui n’a pas lieu dans les autres espèces."

.

 

.

ÉTUDE DE L'ÉPITHÈTE DUBIA.

De l'adjectif latin dubius, "douteux, incertain" mais aussi "indécis, hésitant", comme si l'épithète qualifiait moins l'espèce qu'elle ne témoignait de la perplexité de l'entomologiste face à un spécimen globalement semblable à la rubicundia de Linné, mais de taille inférieure.  Par cette particularité, cette épithète appartient au groupe des qualificatifs "taxonomiques" comme affinis (du même auteur),  simillimus (Selys, 1850) ou mixta (Latreille, 1805).

Gaffiot  : https://www.lexilogos.com/latin/gaffiot.php?q=dubius

Cette épithète est un rappel historique d'une hésitation taxonomique ou d'une position d'attente de la validation par d'autres entomologistes : elle a perdu sa justification lorsque ceux-ci ont confirmé la spécificité de dubia, mais le nom lui est resté car un zoonyme est une identité, et non une description exacte.

.

LES AUTEURS PRÉCÉDENTS EN ZOONYMIE.

 

.

POITOU-CHARENTE NATURE

non traitée.

.

DRAGONFLYPIX

http://www.dragonflypix.com/etymology.html

"from Lat. dubius, -a, -um = doubtful, uncertain, in reference to Vander Linden's doubt whether or not this species was the same as Linnaeus' L. rubicunda".

La meilleure interprétation à mon goût.


.

.

D'ANTONIO & VEGLIANTE.

https://www.researchgate.net/publication/316791278_Derivatio_nominis_libellularum_europaearum

"- dubius, a, um = incerto. Per la dubbia identificazione dalle congeneri pectoralis e rubiconda . "

 

 

.

.

H. FLIEDNER, 2009

https://www.entomologie-mv.de/download/virgo-9/Virgo%200902%20Die%20wissenschaftlichen%20Namen%20der%20Libellen%20in%20Burmeisters.pdf

http://dominique.mouchene.free.fr/libs/docs/GENE_Burmeister_Fliedner.pdf

Non traité

 

.

VAN HIJUM, 2005.

http://natuurtijdschriften.nl/download?type=document&docid=555521

"dubia = twijfelachtig "

.

.

 

LES NOMS DE L. DUBIA EN FRANÇAIS.

 

1°) La Libellule douteuse, Sélys, 1850.

Revue des Odonates page 50.

Par ce choix de traduction, Sélys attribue à la libellule le qualificatif de "douteuse", adjectif toujours un peu douteux précisément en français (une personne douteuse, une plaisanterie douteuse), au lieu de suggérer que c'est sa détermination qui est souvent incertaine. Mais avait-il d'autres choix puisqu'il donnait systématiquement une traduction littérale du nom scientifique ?

 

.

2°) La Leucorrhine douteuse", P.-A. Robert, 1958.

 ROBERT (Paul-André), 1958, Les Libellules: (Odonates), Delachaux & Niestlé, - 364 pages, page 311.

https://books.google.fr/books?hl=fr&id=jvQVvAEACAAJ&dq=Paul-A.+Robert+libellules&focus=searchwithinvolume&q=douteuse

.

 

.

LES NOMS DE L. DUBIA  EN D'AUTRES LANGUES.

C'est la petite taille de cette Leucorrhine qui est rappelée aux amateurs de nombreux pays. Plus astucieux que de répéter le nom scientifique, non ?

-en allemand : Die Kleine Moosjungfer , la Petite Leucorrhine.

- en espagnol : El "darter" cara-blanca , traduction du nom suivant.

- en anglais :

a) The White-faced darter :  Le "Darter" [( Flèche), nom des Sympétrums] à face blanche , car cette espèce est aussi petite que Sympetrum danae, qui est fin et noir également, mais dont la face est jaune. 

b)  the Small whiteface , la Petite Leucorrhine

- en néerlandais : De venwitsnuitlibel  = le museau blanc = la Leucorrhine. Le nom n'est pas spécifique, mais générique.

- en frison :  Lytse glêzewasker, Lytse wytsnüt : Lytse signifie "petit" : "la petite face blanche"

- en suédois : Myrtrollslända ou mindre kärrtrollslända, "petite kärrtrollslända"

- en breton : fas-gwenn bihan (en attente de validation pour KAG) : la petite Leucorrhine ("face blanche")

.

.

SOURCES ET LIENS.

.

 Bibliographie générale de ces articles de zoonymie des Odonates : voir ici.

http://www.lavieb-aile.com/2018/01/la-bibliographie-de-mes-articles-de-zoonymie-des-odonates.html

 .

OUTILS DE  ZOONYMIE.

http://www.nhm.ac.uk/our-science/data/uk-species/species/libellula%20depressa.html?lang=gd

http://www.nhm.ac.uk/our-science/data/uk-species/species/libellula%20depressa.html?lang=cy

— http://www.dragonflypix.com/etymology.html

 — PRÉCIGOUT (Laurent), PRUD'HOMME (Eric), 2009, Libellules de Poitou-Charentes, Ed. Poitou-Charentes Nature, 255 pages, 

— POITOU-CHARENTE NATURE (Association) / Philippe JOURDE & Olivier ALLENOU

http://www.poitou-charentes-nature.asso.fr/leucorrhine-a-front-blanc/

— ANTONIO (Costantino D’), VEGLIANTE (Francesca ) "Derivatio nominis libellularum europæarum"(PDF) (en Italien) Étymologie de 197 noms de Libellules européennes.

https://www.researchgate.net/publication/316791278_Derivatio_nominis_libellularum_europaearum

— BOUDOT (J.-P.) DOMMANGET (J.-L.) 2012,   Liste de référence des Odonates de France métropolitaine. Société française d’Odonatologie, Bois-d’Arcy (Yvelines), 4 pp. 

http://www.libellules.org/fra/pdf/503_pagesdynadocs519e54424a6f7.pdf

 — DIJKSTRA  ( K.-D. B.)  & Lewington, (R.) 2015. Guide des libellules de France et d'Europe. Guide Delachaux. Delachaux et Niestlé. Paris. 320 p.

— ENDERSBY (IAN D. ), 2012,  : Watson and Theischinger: the etymology of the dragonfly (Insecta: Odonata) names which they published  Journal and Proceedings of the Royal Society of New South Wales, vol. 145, nos. 443 & 444, pp. 34-53. ISSN 0035-9173/12/010034-20 34

https://royalsoc.org.au/images/pdf/journal/145_Endersby.pdf

— ENDERSBY (IAN D., FRS ), 2012, Etymology of the Dragonflies (Insecta: Odonata) named by R.J. Tillyard, F.R.S. Proceedings of the Linnean Society of New South Wales 134, 1-16.

https://openjournals.library.sydney.edu.au/index.php/LIN/article/viewFile/5941/6519

— ENDERSBY (IAN D., FRS ), 2012, The Naming of Victoria’s Dragonflies (Insecta: Odonata,  Proceedings of the Royal Society of Victoria 123(3): 155-178. 

https://www.academia.edu/28354624/The_Naming_of_Victoria_s_Dragonflies_Insecta_Odonata_

— ENDERSBY (IAN D. ), 2015, The naming's of Australia's dragonflies.

https://www.researchgate.net/publication/283318421_The_Naming_of_Australia%27s_Dragonflies

 http://dominique.mouchene.free.fr/libs/docs/GENE_origine_noms_odonates_Australie_Endersby_2015.pdf

— FLIEDNER (Heinrich), 2009, Die wissenschaftlichen Namen der Libellen in Burmeisters ‘Handbuch der Entomologie’ Virgo 9[5-23]

http://www.entomologie-mv.de/download/virgo-9/Virgo%200902%20Die%20wissenschaftlichen%20Namen%20der%20Libellen%20in%20Burmeisters.pdf

— FLIEDNER (Heinrich), "The scientific names of the Odonata in Burmeister’s ‘Handbuch der Entomologie".

http://dominique.mouchene.free.fr/libs/docs/GENE_Burmeister_Fliedner.pdf

— FLIEDNER (Heinrich),  1997. Die Bedeutung der wissenschaftlichen Namen Europaischer Libellen. Libellula, supplement I. Sonderband zur Zeitschrift der Gesellschaft deutschsprachiger Odonatologen (GdO) e.V. Fliedner, Bremen.

— FLIEDNER (H.), 2012, Wie die Libelle zu ihrem Namen kam Virgo, Mitteilungsblatt des Entomologischen Vereins Mecklenburg 15. Jahrgang (2012).

https://www.entomologie-mv.de/download/virgo-15/virg%2015104%20Libelle_Namensherkunft.pdf

GRAND (D.),  BOUDOT (J.-P.). 2007. Les libellules de France, Belgique et Luxembourg. Biotope, Mèze. Collection Parthénope. 480 pp.

— HIJUM (Ep van ), 2005, Friese namen van libellen , TWIRRE natuur in Fryslan jaargang 16, nummer 4 page 142-147

http://natuurtijdschriften.nl/download?type=document&docid=555521

 — ROBERT (Paul-André), 1958, Les Libellules: (Odonates), Delachaux & Niestlé, - 364 pages

https://books.google.fr/books?id=jvQVvAEACAAJ&dq=Paul-A.+Robert+libellules&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj08vudxe_fAhXyxoUKHZQqAiIQ6AEIKTAA

— STEINMANN (Henrik), World Catalogue of Odonata, Walter de Gruyter, 6 févr. 2013 - 650 pages . Numérisé Google.

https://books.google.fr/books?id=IaEgAAAAQBAJ&dq=world+catalogue+odonata&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

 

 

 

EXTRAIT DE LA BIBLIOGRAPHIE : 

— CHARPENTIER (Toussaint von), 1825, Horae entomologicae, adjectis tabulis nomen coloratis ; apud A. Gosohorsky, Wratislaviae. 225 pages, page 24.

Numérisé par Google.

 

— SELYS-LONGCHAMPS ( Michel Edmond, Baron de) 1840 - Monographie des Libellulidées d'Europe. - Roret, Paris ; Muquardt, Bruxelles, 220 pages.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k370057n/f148.image.r=selys.langFR

— SELYS-LONGCHAMPS ( E.de), 1840 - Enumération des Libellulidées de Belgique. - Bull. Ac. r. Bruxelles, Sér. 1 (7) : 31-43. 
— SELYS-LONGCHAMPS ( E.de),1850 - Revue des Odonates ou Libellules d'Europe. - Bruxelles, Paris.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k26769q.texteImage

— SELYS-LONGCHAMPS ( E.de),1848, "Liste  des Libellules d'Europe et diagnose de quatre espèces nouvelles", Revue  Zoologique par la Société Cuvierienne, vol. 9 page 15

https://www.biodiversitylibrary.org/item/19656#page/23/mode/1up

— VANDER LINDEN 1825, Monographiae Libellulinarum Europaearum Specimen. Bruxellis, apud J.Frank, bibliopolam, Via Vulgo de la Putterie : 42 pp. Page 1 n°XI

https://books.google.de/books?id=vxIOAAAAQAAJ

.

 

Partager cet article

Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Vitraux

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche