Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 février 2019 6 09 /02 /février /2019 15:19

Zoonymie des Odonates : étude des noms de Somatochlora metallica (Vander Linden, 1825), "la Cordulie métallique" .

.

 

 

 

.

 

 .

Zoonymie ? L'étude des noms des animaux (zoo). Comme dans Toponymie, Oronymie, Hydronymie, ou Anthroponymie, mais pour les bêtes. La "zoonymie populaire" (et volontiers extra-européenne) était  jusqu'à présent la seule branche un peu développée de cette science à peine née.

.

 Zoonymie des Odonates.

 GÉNÉRALITÉS

ANISOPTÈRES

.

ZYGOPTÈRES

BIBLIO :

 

.

Résumé.

— Somatochlora (Sélys-Longchamps, 1871),  Bull. Acad. r. Belg., (2) 31: 279. Du grec sôma = le corps et khlôros = vert : "qui a le corps vert". En 1840, Charpentier avait nommé ce genre Chlorosoma, même sens, mais le nom était déjà utilisé pour un genre de reptile (Wagler, 1830), et  Sélys a du le modifier.

metallica  (Vander Linden, 1825) : Monog. Libell. Eur. ; 18 : du latin signifiant  "métallique", pour les reflets de la  couleur vert-bronze semblable à celle de Cordulia aenea, dont il distingue par ailleurs les différences dans sa diagnose.

— Noms en français : 1°) La Cordulie métallique, Sélys, 1840, par traduction du nom scientifique: c'est le nom retenu par les instances nationales ; 2°) "La Chlorocordulie métallique", Jourde in Dijkstra 2007.

— Noms en d'autres langues.

-en allemand : Die Glänzende Smaragdlibelle

- en néerlandais : De metaalglanslibel

- en frison :  Glanzige glêzemakker, Glansgrienkop

- en croate : Lesklice zelenavá  cestina

- en suédois : Metalltrollslända sued

- en finlandais : Välkekorento

- en hongrois : A fémzöld szitakötő  magyar

- en  norvégien : Vanlig metalløyenstikker

- en slovène :  Kovinski lesketnik

- en anglais : The Brilliant emerald

-en gallois : Gwas gwyrdd gloyw

.

 

 

 


.

NOM SCIENTIFIQUE.

 

NOM DE GENRE SOMATOCHLORA.

Le nom du genre Somatochlora, Sélys-Longchamps 1871.

.

.

LE NOM D'ESPÈCE  SOMATOCHLORA METALLICA (VANDER LINDEN, 1825).

.

[Libellula metallica ], Vander Linden (Pierre-Léonard) 1825, Monographiae Libellulinarum Europaearum Specimen. Bruxellis, apud J.Frank, bibliopolam, Via Vulgo de la Putterie : 42 pp. Page 18 n° 13.

https://books.google.de/books?id=vxIOAAAAQAAJ

Pierre -Léonard Vander Linden est un médecin et entomologiste belge ( Bruxelles, 12-12-1797/ Bruxelles, 4-04-1831) que les biographies en ligne présentent essentiellement comme un spécialiste des Hyménoptères. Pourtant, il est l'auteur de 7 espèces d'Odonates en 2 publications de 1820 et 1827 . Voir mon article sur I. elegans (Vander Linden, 1820). http://www.lavieb-aile.com/2018/10/zoonymie-des-odonates-le-nom-aeshna-affinis-vander-linden-1820-l-aeschne-affine.html

J'emprunte cette biographie à BESTOR :

Né le 12 décembre 1797, Pierre-Léonard Vander Linden est le fils aîné d’un médecin et est destiné très jeune à poursuivre une carrière médicale. 
Il est inscrit au Lycée de Bruxelles et suit les cours d'Antoine Noël Bachelier, Lallemand et Jean-Baptiste Lebroussart. Pendant cette période, il collectionne les papillons avec plusieurs compagnons, entre autres, Constantin Wesmael et Schuremans.  En 1817, il obtient une des bourses de la fondation Jacobs à l’Université de Bologne. Ces bourses sont octroyées depuis 1650 suite à une initiative de Jean Jacobs, orfèvre bruxellois, pour l’instruction universitaire de jeunes brabançons. 
Il part le 2 octobre 1817 en Italie et profite de son voyage pour prendre contact avec l’entomologiste Pierre-André Latreille (1762-1833) de Paris et pour collectionner les insectes, coquilles, roches et plantes qu’il découvre sur son passage. Pendant ses études, il continue ses observations en Italie et se lie d’amitié avec le zoologue Camillo Ranzani (1775-1841) dont il devient le collaborateur. Il est également remarqué par le clinicien J. Tommasi dont il s’attache à traduire et à faire connaître les travaux. 
Le 17 avril 1821, il est reçu docteur de la faculté de médecine de Bologne.
La même année, il suit les cours de François Broussais (1772-1838) à Paris.
De retour à Bruxelles, il est reçu docteur en médecine de l’Université de Louvain, le 15 juillet 1823. Il est nommé professeur de zoologie au Musée des sciences et des lettres et enseigne les sciences naturelles à l’Athénée de Bruxelles.
Vander Linden est membre de la Société des sciences médicales et naturelles de Bruxelles dont il est d’abord secrétaire adjoint et puis secrétaire perpétuel. Il fait également partie de la Société de flore de Bruxelles. Il est élu membre de l'Académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Bruxelles, le 28 octobre 1826. Il décède le 5 avril 1831 des suites d’une gastro-céphalite."

https://www.bestor.be/wiki/index.php/Vander_Linden,_Pierre-L%C3%A9onard_(1797-1831)

.

Description originale.

.

 

L[ibellula]  viridi-ænea, abdominis medio incrassato, appendicibus analibus omnibus maris simplicibus, acuminatis; alis lutescentibus, macula marginali lutea.

-Harris. Expos. of Engl. Ins., tab. 27, f. 2. mas. [Libellula aenea]

-Roesel. Ins. II, Aq. II, tab. 5, f. 2. mas.

-Schaeffer. Icon., tab. 1 13, f. 4. fem.

 

- Mas. Caput æneum, fascia frontali arcuata, labii superioris basi, inferiori toto, luteis. Oculi virides, supra rufescentes. Thorax aeneus rufo-tomentosus. Abdomen æneum : secundi segmenti angulis posticis subtùs latè productis : ejusdem margine postico, puncto utrinque, et striga laterali, tertii autem macula utrinque laterali baseos, luteis. Appendices anales acutæ : superiores tenues, basi ab invicem remotæ, externe sinuatæ, longitudine duorum ultimorum segmentorum abdominis : inferior, brevior, crassior, triangularis. Pedes nigri, femoribus anticis basi luteis. Alæ lutescentes, callis nigris luteo maculatis, macula marginali lutea, membranula accessoria albida, posticarum magna, ad marginem internum cinerea,

- Femina. Hujus primum et secundum abdominis segmentum, margine postico et laterali, punctoque utrinque luteis: cætera immaculata. Antepenultimum autem subtùs et posticè in appendicem concavo-acuminatam, productum. Appendices anales duobus ultimis segmentis abdominis longiores. Caput thorax, alæ, pedes ut in mare.

Longit. 22—23 lin. Extens. alar. 34 l.

Habitat Bruxellis. Mus. nostr. ,

.

Essai de traduction partielle :

 

— Diagnose : "Libellule vert-bronze, abdomen épaissi au milieu, tous les appendices anaux du mâle simples et pointus ; ailes jaunâtres, tache marginale [ptérostigma] jaune."

— Description du mâle :  "La tête bronze, avec une bande arquée frontale, la base de la lèvre supérieure et toute la partie inférieure, jaunes. Les yeux verts, le dessus tendant vers le roux. Thorax bronze couvert d 'épais poils roux . Abdomen bronze : l'angle postérieur [---] appendices anaux pointus, les supérieurs minces , [---] pattes noires, la base des cuisses antérieures jaunes. Les ailes jaunâtres, nervures (callis?) noires tachées de jaune, tache marginale jaune, membranule accessoire blanche, , grande en postérieur, avec la marge interne gris-cendré."

Curieusement, le critère distinctif principal avec C. aenea, les marques jaunes frontales, n'est pas signalé dans la diagnose, mais dans la description du mâle. 

.

Vander Linden signale qu'il reconnait son espèce dans l'illustration donnée par Harris en 1776-1780 sous le nom de Libellula aenea, ou dans celle donnée par Roesel en 1749 dans Insecten Belustigung, ou dans celle de la planche 113 de Schaeffer . Voici les 2 premières illustrations, peu convaincantes à mon sens (je ne vois pas le front jaune), mais c'est pour le plaisir :

.

.

.

Harris, Exposition des insectes qui se trouvent en Angleterre pl. 27 fig.2 https://www.biodiversitylibrary.org/item/226006#page/152/mode/1up

Harris, Exposition des insectes qui se trouvent en Angleterre pl. 27 fig.2 https://www.biodiversitylibrary.org/item/226006#page/152/mode/1up

Roesel, Insecten Belustigung II, pl.V fig 2  https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/roesel1749bd2/0259/image

Roesel, Insecten Belustigung II, pl.V fig 2 https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/roesel1749bd2/0259/image

.

Toussaint de Charpentier illustre en 1840  la Cordulie métallique dans une planche, dont la reproduction n'est pas excellente.

.

https://books.google.fr/books?id=DoIwvgAACAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q=metallica&f=false

https://books.google.fr/books?id=DoIwvgAACAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q=metallica&f=false

.

En 1900, le britannique Lucas donne une excellente planche du mâle et de la femelle.

Lucas, W. J. 1900. British dragonflies (Odonata). - pp. i-xiv [= 1-14], 1-356, Pl. I-XXVII [= 1-27]. London. (Gill).

.

La femelle S. metallica par Lucas.

La femelle S. metallica par Lucas.

Le mâle S. Metallica par Lucas (animalbase)

Le mâle S. Metallica par Lucas (animalbase)

.

ÉTUDE DE L'ÉPITHÈTE METALLICA.

 : du latin metallicus, a, um "de métal" (Gaffiot, avec des exemples tirés de Pline), donc "métallique", issu du grec ancien metallikos .

https://fr.wiktionary.org/wiki/metallicus

https://www.lexilogos.com/latin/gaffiot.php?q=metallicus

Cette épithète renvoie à la description de la couleur vert-bronze (viridi-aeneum) de cette libellule. Vander Linden décrit cette nouvelle espèce juste après avoir décrit la Libellula aenea de Linné ainsi :  Libellula tota viridi-aenea . Comme il ne peut reprendre l'épithète aenea, il utilise un synonyme, metallica. On peut s'étonner qu'il n'ait pas songer à la nommer d'après les critères spécifiques qu'il énonce dans sa diagnose, comme les ptérostigmas jaune (et non noirs), les appendices anaux pointus (et non crochus), la forme de l'abdomen épaissie dès le milieu (et non en massue à sa pointe), voire le bandeau jaune frontal qu'il décrit ensuite. L'avantage de son choix est de souligner la proximité de Libellula aenea et de Libellula metallica, l'inconvénient est de ne pas mettre en avant leurs différences.

Résumé : metallica, du latin signifiant "métallique" pour la couleur vert-bronze semblable à celle de Cordulia aenea , dont il distingue par ailleurs les différences dans sa diagnose.

.

LES AUTEURS AYANT ÉTUDIÉ CE NOM :

 Le nom est particulièrement facile à interpréter et le consensus est entier parmi les auteurs. 

 

— POITOU-CHARENTE NATURE (Association)

http://www.poitou-charentes-nature.asso.fr/cordulie-metallique/

"De metallon (gr) = initialement la mine, puis le métal que l’on y trouve : le corps de cette espèce présente des reflets métalliques."

— ANTONIO (Costantino D’), VEGLIANTE (Francesca ) "Derivatio nominis libellularum europæarum"(PDF) (en Italien) Étymologie de 197 noms de Libellules européennes.

https://www.researchgate.net/publication/316791278_Derivatio_nominis_libellularum_europaearum

" - metallicus, a, um = metallico. Con riflessi metallici. "

— FLIEDNER (Heinrich), 2009, Die wissenschaftlichen Namen der Libellen in Burmeisters ‘Handbuch der Entomologie’ Virgo 9[5-23]

http://www.entomologie-mv.de/download/virgo-9/Virgo%200902%20Die%20wissenschaftlichen%20Namen%20der%20Libellen%20in%20Burmeisters.pdf

http://dominique.mouchene.free.fr/libs/docs/GENE_Burmeister_Fliedner.pdf

"metallica (Vander Linden) [l. metallic] describes the spectacular metallic sheen of this species."

.

— VAN HIJUM, 2005.

http://natuurtijdschriften.nl/download?type=document&docid=555521

" metallica = metaalachtig glanzend "

.

 

 

 

.

Corpus.

Le corpus de noms créés par Vander Linden comprend 7 espèces d'Odonates et un genre d'Hyménoptères. Parmi les espèces d'Odonates, nous trouvons 6 épithètes descriptives (dont 3 de couleur)  et  1 taxonomique. 

Ischnura elegans, (Vander Linden, 1820)

Sympecma fusca, (Vander Linden, 1820)

Somatochlora metallica, (Vander Linden, 1825)

Leucorrhinia dubia, (Vander Linden, 1825)

Coenagrion pulchellum, (Vander Linden, 1825)

Lindenia tetraphylla (Vander Linden, 1825)

Lestes viridis, (Vander Linden, 1825)

et le genre d'Hymenoptères  Pryonis, 1827.

 

.

.

LES NOMS VERNACULAIRES.

.

.

LES NOMS DE S. METALLICA EN FRANÇAIS.

.

1°) "La Cordulie métallique", Sélys 1840.

— Monographie des Libellulidées d'Europe page 64

https://books.google.fr/books/about/Monographie_des_libellulid%C3%A9es_d_Europe.html?id=NaI-AAAAcAAJ&redir_esc=y

— Revue des Odonates page 69

https://books.google.fr/books?id=Xa98vgAACAAJ&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

Sélys écrit :

"Diagnose. — Vert-bronzé. Une bande transverse sur le devant de la tête et base de la lèvre supérieure jaunes.

[...]

La C. metallica habite probablement toute l'Europe tempérée, mais elle n'est commune nulle part; je l'ai prise en Lombardie au mois de juin et en Belgique au 20 juillet. Toussaint de Charpentier l'indique en Silésie et aux environs de Berlin.

La Metallica se distingue de suite de toutes ses congénères à la bande jaune qui traverse le front. Les individus de Belgique ont souvent les ailes très-lavées de jaunâtre.

On connait la règle d'Edmond de Sélys-Longchamps, qui est de donner après le nom scientifique Cordulia metallica une transcription en français la plus proche de ce dernier, sans se préoccuper le moins du monde de la valeur du nom français qu'il n'utilise pas (parlant de "la metallica") et dont il n'envisage pas qu'il sera utilisé dans les milieux entomologistes.

Le nom disparaît effectivement de la littérature, jusqu'en 1958 où il est repris par Robert (je n'ai pu m'en assurer), en 1959 dans Alexanor, en 1985 par d'Aguilar et Dommanget (Guide des Libellules), etc.. avant d'être officialisé dans la Liste de référence de la SFO 2012 et sur le site INPN du Muséum. 

http://www.libellules.org/fra/pdf/503_pagesdynadocs519e54424a6f7.pdf

https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/65393

.

2°) "La Chlorocordulie métallique", Jourde 2007.

 

Dans sa traduction en 2007 du Field Guide to the Dragonflies of Britain and Europe de K.-D. B. Diskstra 2006, Philippe Jourde introduit le nom de "Chlorocordulie métallique", plaçant celui de Cordulie métallique" en retrait.

En toute logique, il adaptait la démarche de traduction du nom scientifique qui, depuis Sélys, était passé de Cordulia metallica à Somatochlora metallica  et il regroupait les noms français du genre Somatochlora Sélys, 1871 (dont Chlorocordulie est la transcription) dans une série homogène : les Chlorocordulies métallique, méridionale, à taches jaunes, arctique, alpestre, polaire, et de Thrace.

Sur le site Poitou-Charente et dans l'ouvrage Libellules de Poitou-Charente (dont Jourde est co-auteur), la "Cordulie métallique" devient le nom principal, et "la Chlorocordulie" n'est plus mentionnée que comme un synonyme. Le nom est néanmoins mentionné dans l'article Wikipédia consulté en 2019.

.

 

 

 

 

 

 

 

LES NOMS DE S. METALLICA EN D'AUTRES LANGUES.


.

-en allemand : Die Glänzende Smaragdlibelle

- en néerlandais : De metaalglanslibel

- en frison :  Glanzige glêzemakker, Glansgrienkop

- en croate : Lesklice zelenavá  cestina

- en suédois : Metalltrollslända sued

- en finlandais : Välkekorento

- en hongrois : A fémzöld szitakötő  magyar

- en  norvégien : Vanlig metalløyenstikker

- en slovène :  Kovinski lesketnik

- en anglais : The Brilliant emerald

-en gallois : Gwas gwyrdd gloyw

-en breton : Pick-aer metal-heñvel (la Cordulie — litt. : piquant du serpent—) d'apparence métallique. En attente de validation dans le Dictionnaire KAG.

 

.

 

.

 

.

SOURCES ET LIENS.

.

 Bibliographie générale de ces articles de zoonymie des Odonates : voir ici.

http://www.lavieb-aile.com/2018/01/la-bibliographie-de-mes-articles-de-zoonymie-des-odonates.html

 .

OUTILS DE  ZOONYMIE.

http://www.nhm.ac.uk/our-science/data/uk-species/species/libellula%20depressa.html?lang=gd

http://www.nhm.ac.uk/our-science/data/uk-species/species/libellula%20depressa.html?lang=cy

— http://www.dragonflypix.com/etymology.html

 — PRÉCIGOUT (Laurent), PRUD'HOMME (Eric), 2009, Libellules de Poitou-Charentes, Ed. Poitou-Charentes Nature, 255 pages, 

— POITOU-CHARENTE NATURE (Association) / Philippe JOURDE & Olivier ALLENOU

http://www.poitou-charentes-nature.asso.fr/leucorrhine-a-front-blanc/

— ANTONIO (Costantino D’), VEGLIANTE (Francesca ) "Derivatio nominis libellularum europæarum"(PDF) (en Italien) Étymologie de 197 noms de Libellules européennes.

https://www.researchgate.net/publication/316791278_Derivatio_nominis_libellularum_europaearum

— BOUDOT (J.-P.) DOMMANGET (J.-L.) 2012,   Liste de référence des Odonates de France métropolitaine. Société française d’Odonatologie, Bois-d’Arcy (Yvelines), 4 pp. 

http://www.libellules.org/fra/pdf/503_pagesdynadocs519e54424a6f7.pdf

 — DIJKSTRA  ( K.-D. B.)  & Lewington, (R.) 2015. Guide des libellules de France et d'Europe. Guide Delachaux. Delachaux et Niestlé. Paris. 320 p.

— ENDERSBY (IAN D. ), 2012,  : Watson and Theischinger: the etymology of the dragonfly (Insecta: Odonata) names which they published  Journal and Proceedings of the Royal Society of New South Wales, vol. 145, nos. 443 & 444, pp. 34-53. ISSN 0035-9173/12/010034-20 34

https://royalsoc.org.au/images/pdf/journal/145_Endersby.pdf

— ENDERSBY (IAN D., FRS ), 2012, Etymology of the Dragonflies (Insecta: Odonata) named by R.J. Tillyard, F.R.S. Proceedings of the Linnean Society of New South Wales 134, 1-16.

https://openjournals.library.sydney.edu.au/index.php/LIN/article/viewFile/5941/6519

— ENDERSBY (IAN D., FRS ), 2012, The Naming of Victoria’s Dragonflies (Insecta: Odonata,  Proceedings of the Royal Society of Victoria 123(3): 155-178. 

https://www.academia.edu/28354624/The_Naming_of_Victoria_s_Dragonflies_Insecta_Odonata_

— ENDERSBY (IAN D. ), 2015, The naming's of Australia's dragonflies.

https://www.researchgate.net/publication/283318421_The_Naming_of_Australia%27s_Dragonflies

 http://dominique.mouchene.free.fr/libs/docs/GENE_origine_noms_odonates_Australie_Endersby_2015.pdf

— FLIEDNER (Heinrich), 2009, Die wissenschaftlichen Namen der Libellen in Burmeisters ‘Handbuch der Entomologie’ Virgo 9[5-23]

http://www.entomologie-mv.de/download/virgo-9/Virgo%200902%20Die%20wissenschaftlichen%20Namen%20der%20Libellen%20in%20Burmeisters.pdf

— FLIEDNER (Heinrich), "The scientific names of the Odonata in Burmeister’s ‘Handbuch der Entomologie".

http://dominique.mouchene.free.fr/libs/docs/GENE_Burmeister_Fliedner.pdf

— FLIEDNER (Heinrich),  1997. Die Bedeutung der wissenschaftlichen Namen Europaischer Libellen. Libellula, supplement I. Sonderband zur Zeitschrift der Gesellschaft deutschsprachiger Odonatologen (GdO) e.V. Fliedner, Bremen.

— FLIEDNER (H.), 2012, Wie die Libelle zu ihrem Namen kam Virgo, Mitteilungsblatt des Entomologischen Vereins Mecklenburg 15. Jahrgang (2012).

https://www.entomologie-mv.de/download/virgo-15/virg%2015104%20Libelle_Namensherkunft.pdf

GRAND (D.),  BOUDOT (J.-P.). 2007. Les libellules de France, Belgique et Luxembourg. Biotope, Mèze. Collection Parthénope. 480 pp.

— HIJUM (Ep van ), 2005, Friese namen van libellen , TWIRRE natuur in Fryslan jaargang 16, nummer 4 page 142-147

http://natuurtijdschriften.nl/download?type=document&docid=555521

JOBLING (James A.), 2010, Helm Dictionary of Scientific Bird Names, Bloomsbury Publishing,432 pages

https://books.google.fr/books?id=-RfSBAAAQBAJ&dq=metallicus+linnaeus&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

 

 — ROBERT (Paul-André), 1958, Les Libellules: (Odonates), Delachaux & Niestlé, - 364 pages

https://books.google.fr/books?id=jvQVvAEACAAJ&dq=Paul-A.+Robert+libellules&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj08vudxe_fAhXyxoUKHZQqAiIQ6AEIKTAA

— STEINMANN (Henrik), World Catalogue of Odonata, Walter de Gruyter, 6 févr. 2013 - 650 pages . Numérisé Google.

https://books.google.fr/books?id=IaEgAAAAQBAJ&dq=world+catalogue+odonata&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

 

EXTRAIT DE LA BIBLIOGRAPHIE : 

— CHARPENTIER (Toussaint von), 1825, Horae entomologicae, adjectis tabulis nomen coloratis ; apud A. Gosohorsky, Wratislaviae. 225 pages, page 24.

HARRIS, Moses, 1731-1785, 1786, Exposition des insectes que se trouvent en Angleterre; comprenant les différentes classes des Neuroptera, Hymenoptera, et Diptera: ou des abeilles, mouches, et Libellulae. Londres, B. White et J. Edwards,1786.

https://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/130967#/summary

 

— SELYS-LONGCHAMPS ( Michel Edmond, Baron de) 1840 - Monographie des Libellulidées d'Europe. - Roret, Paris ; Muquardt, Bruxelles, 220 pages.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k370057n/f148.image.r=selys.langFR

— SELYS-LONGCHAMPS ( E.de), 1840 - Enumération des Libellulidées de Belgique. - Bull. Ac. r. Bruxelles, Sér. 1 (7) : 31-43. 
— SELYS-LONGCHAMPS ( E.de),1850 - Revue des Odonates ou Libellules d'Europe. - Bruxelles, Paris.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k26769q.texteImage

— SELYS-LONGCHAMPS ( E.de),1848, "Liste  des Libellules d'Europe et diagnose de quatre espèces nouvelles", Revue  Zoologique par la Société Cuvierienne, vol. 9 page 15

https://www.biodiversitylibrary.org/item/19656#page/23/mode/1up

VANDER LINDEN 1825, Monographiae Libellulinarum Europaearum Specimen. Bruxellis, apud J.Frank, bibliopolam, Via Vulgo de la Putterie : 42 pp. 

https://books.google.de/books?id=vxIOAAAAQAAJ

.

 

Partager cet article

Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Zoonymie des Odonates

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Théraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche