Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 août 2021 5 13 /08 /août /2021 14:50

L'enclos paroissial de Saint-Herbot en Plonevez-du-Faou. VII.  Le porche ouest de la tour . Inscriptions de fondation (1516) et inscriptions votives ;  sculptures des moulures du porche. La Femme-serpent.

.

Voir :

.

PRÉSENTATION.

.

Présentation générale : voir Wikipedia (qui reprend Rioult 2009), ou le remarquable dossier IA00005154 de l'Inventaire général par Castel 1966.

Alors que le porche sud, décrit précédemment ici,  porte la date de 1498,  le portail ouest, à la base de la tour, est daté par inscription de 1516. Les deux entrées portent le nom du "gouverneur" et prêtre carme qui a supervisé les travaux : Jean de Launay au sud, Corentin de Kerdeffes à l'ouest. Alors que le porche sud se plaçait sous l'influence de l'atelier ducal du Folgoët (et du porche sud de la cathédrale de Quimper), la tour et le porche ouest sont influencés par les éléments équivalents de la cathédrale de Quimper.  

 

 

 

 

.

Description par René Couffon 1953

"La reprise pour l'agrandissement de la chapelle sur ses deux faces ouest et sud est très visible. Bien que les pinacles soient encore entièrement gothiques, ainsi que les gargouilles, les choux frisés des rampants et des fenestrages, le tracé de ceux-ci est tardif et il semble que l'on doive dater cette campagne du règne d'Henri II. La tour dérive très nettement de celles de Quimper, avec ses baies jumelées sur chaque face, ses faux arcs en mitre décorant les angles, ses meneaux trèfles et ses contreforts étages garnis de pinacles. Le porche percé à sa base est très remarquable. En tiers-point assez aigu, ses voussures sont séparées par des moulures, soit toriques avec filet saillant, soit prismatiques, qui ne sont interrompues par aucun chapiteau. Au-dessus de la voussure extérieure, une accolade décorée de choux frisés et couronnée d'un fleuron s'amortit dans des piédroits prismatiques. L'accolade est elle-même

L'accolade est elle-même surmontée d'un faux gable, également décoré de choux frisés et qui, comme à Saint-Corentin, ne lui est pas tangent, mais coupe les piédroits au-dessus d'elle.

A l'intérieur, deux portes jumelées en anse de panier donnent accès à l'église. Elles sont séparées par une colonne torse couronnée d'un petit personnage tenant deux chiens affrontés, colonne qui paraît, avec la petite porte de Saint-Servais bâtie en 1510, l'une des premières manifestations de la Renaissance en Cornouaille.

Au-dessus des portes, une frise les sépare du tympan décoré d'une niche abritant la statue de saint Herbot et de deux angelots tenant des phylactères. L'un d'eux précise la date de la fondation de la tour : « L'an mil VCXVI (1516) fut cest portai commencé, messir Cho(rentin) Kerdeffez gouverneur. »

La sculpture de ce porche est très particulière. Les feuilles d'acanthe décorant les voussures s'inscrivent sensiblement dans un carré ; quant aux tiges, elles ont soit la forme d'un S sur les piédroits, soit d'une arête de poisson sur les frises et les linteaux. Les faux gables sont très nets et coupent les piédroits, au lieu d'être, comme généralement, coupés par eux. Cette décoration permet d'identifier un atelier qui, dérivé de celui de Quimper, eut une aire de dispersion considérable. Le porche est surmonté, comme à Saint-Corentin, d'une galerie portée par une corniche sculptée derrière laquelle s'ouvre une fenêtre élancée avec accolade décorée de choux frisés et d'un fleuron et amortie sur deux angelots. Deux portes donnent accès par la galerie d'un escalier à l'autre pour monter au sommet de la tour, escaliers pratiqués dans l'épaisseur des murs." Couffon, 1953.

.

Description par Rioult et Bonnet 2010 :

"La tour, haute de 31 m, s'inspire de celles de la cathédrale de Quimper. Elle est construite sur deux niveaux de hauteur équivalente. Au premier niveau s'ouvre le portail occidental de l'église, daté de 1516 par une inscription. Il est composé de deux portes en arc en anse de panier, surmontées d'un larmier orné d'une frise de feuillage coupée en son milieu par deux animaux affrontés, séparés par un personnage qui les maîtrise. Au-dessus, une niche en arc en anse de panier abrite une statue encadrée par deux anges ; l'ensemble est pris dans une archivolte en accolade très aiguë, elle-même encadrée d'un gâble dont les rampants sont ornés de choux frisés et coupent les pinacles qui encadrent le portail, et dont la pointe se perd dans la balustrade à mouchettes qui surmonte le tout. (Rioult 2010)"

.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

 

.

.

Dans la niche centrale est figuré Saint Herbot présentant un livre.

En dessous, au centre de la frise, un personnage est entouré de deux chiens sans collier (ou autres animaux). Est-ce une représentation de saint Herbot protégeant, ou apprivoisant, les animaux sauvages ? Il est vêtu et coiffé (toque à cabochon) comme un riche seigneur du XVIe siècle, assis en tailleur, et les deux chiens dont il tient une patte  semblent le lécher et posent l'autre patte sur son épaule, comme dans une scène de chasse autour du veneur ou du maître.

.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

L'ange de gauche.

.

Ses cheveux sont bouclés, son visage est très rond, ses ailes sont verticales et rapprochées, et il est vêtu d'une tunique plissée au col rabattu en amict.

Il porte un placard rectangulaire  avec l'inscription :
 

§ LAN M : VcXVI : FUT CEST PORTAL CÕMÃCE : MESS : CHO : K DIFFEZ. GOVERNER

Soit : "l'an (1516) fut ce portail commencé [sous la direction de] Messire Chorentin Kerdifez gouverneur".

 

Mais la lecture est encore incertaine, car il faut attendre non seulement que la lumière soit favorable, à jour frisant, mais aussi qu'elle tourne autour du placard, qui est convexe.

Elle a été relevée d'abord par Abgrall en 1896 avec un texte erroné (L'AN . MIL VCCXVI FUST CEST PORTAIL CONSACRE ET MIE ICHI CEST PIERRE), leçon reprise en 1900, 1904 et 1916 , et citée par Charpy et Waquet puis corrigée par Couffon en 1953 et 1959 de façon plus fidèle (L'AN MIL VCXVI (1516) FUT CEST PORTAL COMMENCE, MESSIRE CHO(rentin) KERDEFFEZ. GOUVERNEUR), et enfin par Castel et Ducouret en 1966 (LAN MIL VC XVI / FUT CEST PORTAL / COMMENCE MESSIRE CHO : / K DE FFES GOVERNER), en soulignant les parties certaines de leur lecture.

Enfin, le rédacteur de l'article du site Monuments historiques donne sa version : L'AN M : VCXVI : FUT CEST PORTAL COMACE : MESS : CHO : K[er] DIFFEZ . GOUVERNE.

La leçon de Castel est la plus scientifique dans sa présentation, mais omet la ponctuation, ainsi que les tildes (abrégeant le texte par remplacement des N) ; d'autre part, "Messire" doit être abrégé en Mess. Et je crois que CÕMÃCE est plus exact que COMMENCE. Je crois avoir fait progresser la lecture par ma leçon (supra), mais cette inscription de fondation mériterait un relevé effectué dans des conditions scientifiques, avec échelle ou échafaudage, lumière d'appoint, et estampage. le sigle § tente de reproduire le deux-points inclut dans un S. 

Ma curiosité se porte sur le "gouverneur". Son nom, quelque soit la graphie, est attesté en toponymie, à Plougastel, Bodilis  et Bothoa. 

 

.

Kerdifez voir Albert Deshayes (Noms de lieux) donne pour Kerdifez p. 482 : Kerandivez en Bodilis, Kerandifez en 1490, qualificatif difez « sans foi, mécréant ». À Plougastel, l'OPHIS ar Brezhoneg donne pour Kerzivez : "Formes anciennes attestées : 1542 : Kerdiffez 1600 : Kerdifes 1662 : Kerdivez 1815 : Kerdives 1827 : Kersivez Variantes orthographiques recensées actuellement : (Kerzivès ; Kerzives). Autres informations sur le sens du toponyme : Ce nom de lieu est formé de Kêr, village, lieu habité et d'un second élément dont les formes anciennes sont difez, difes. Selon L.M. Bodénès, p. 192, ce mot viendrait du vieux breton difeith, moyen-breton difez, qui signifie "inculte" à propos d'un terrain. A. Deshayes va également dans ce sens. F. Gourvil, quant à lui, propose la même explication pour les noms Kerdevez, Kerandevez, qu'on retrouve dans d'autres communes de Bretagne."

.

Les généalogistes attestent de Jean de Chateaufur (vers 1576 Julian - Tréflez,- 5 -11- 1616  - Plounévez Lochrist), Sieur de Kerdivez ( paroisse de Plounevez Lochrist ),— graphie Sieur de Kerdifez sur l'acte de décès—. Potier de Courcy et de Saint-Allais précisent ces données, tout comme le site Tudchentil. Mais aucun "Corentin" n'est cité dans les généalogies pourtant bien détaillées.

 

https://gw.geneanet.org/flcharlet?lang=en&iz=3040&p=jean&n=de+chateaufur

https://www.google.com/maps/place/Kerdivez,+29430+Ploun%C3%A9vez-Lochrist/@48.6275561,-4.2357286,14z/data=!3m1!4b1!4m5!3m4!1s0x48115576a29f69ff:0xb66f218136a792d0!8m2!3d48.627558!4d-4.218219

http://www.tudchentil.org/spip.php?article364

https://archive.org/stream/bub_gb_41RJVREUlqUC/bub_gb_41RJVREUlqUC_djvu.txt

https://books.google.fr/books?pg=RA1-PA291&lpg=RA1-PA291&dq=kerdiffez&sig=ACfU3U1lT9CC6d19OVZa7-VDoiRbxDhb4A&id=hjltAAAAMAAJ&hl=fr&ots=SdqzrpCcYs&output=text

.

Mais Castel et Ducouret, en explorant les archives, donnent de nombreux éléments sur le gouverneur de Saint-Herbot Corentin de Kerdeffez, et notamment signalent qu'il est désigné comme "procureur sindique" et sieur de Kerligavan.

Kerligavan se situe dans la trève de Kerrien, paroisse de Bothoa (Bothoa est une ancienne paroisse très vaste, issue de la paroisse primitive de Pligeaux, de l'évêché de Cornouaille qui n'est plus désormais qu'un simple village de la commune de Saint-Nicolas-du-Pélem). Hyacinthe Morice cite un Kerlivagan en 1442. Cette seigneurie est aussi désignée sous le nom de Kerligan.

.

Tous les gouverneurs de la chapelle de Saint-Herbot sont de prêtres et portent le titre de messire : Jehan de LAULNAY (1498), Jehan Le GUERRER (1505-1510), Alain PONTEON (1510),  Chorantin KERDIFFEZ, Henri CARON (1535-1545), qui inscrit son nom sur les clefs de voûte de la chapelle Sainte-Barbe,  Jean LE GUIC (1550-1575),  Mathieu CRAVEC (1575-1595) dont le nom est porté sur le calvaire, ou Chorantin COZ (1596-1613)  Le site Marikavel indique  que  ce sont des  « prêtres gouverneurs » qui étaient responsables de la petite communauté religieuse des frères carmélites, que les nobles de Rusquec avaient amenée à Saint-Herbot, lorsqu'ils appartenaient à la cour ducale. Les carmélites se sont engagées dans l'œuvre missionnaire dans les paroisses voisines.

Chorentin KERDIFFEZ est cité comme gouverneur de 1511  à 1535. Il étend d'abord les possessions de la chapellenie pour en augmenter les ressources. Il se défend contre les empiètements du receveur du roi. Et il commande les travaux, notamment ce portail ouest, mais aussi la partie gauche de la maîtresse-vitre, où une large console porte, sans son nom, la date de 1513 : LAN-M-CINQ-CENTS-TREZE.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

L'ange de droite : Laudate ....

.

Posé sur une courte console, ailes verticales, il est joufflu et bouclé, et porte un tabard au dessus de sa tunique. Il déroule une banderole et en désigne le début par l'index droit tendu au dessus du texte.

Il tient l'inscription suivante en lettres gothiques onciales :

 

§ LAUDATE : DOMINUM : IN : SANCTIS : EIUS §

il s'agit de l'invocation à la prière "Louez le Seigneur en son sanctuaire", incipit du psaume 150 qui est  parfaitement adapté à la situation sur un portail d'entrée dans la chapelle.

.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

L'ange de gauche de l'extrémité du faux-gable : "Benedictus".

.

Il est tout aussi joufflu et bouclé que ses collègues, et il présente une banderole dont il désigne le texte d'un index de la main gauche. Il est agenouillé, et vêtu d'une tunique qui vient bouffer au dessus du cordon.

.

Nous lisons  :  § BENEDICTUS9 Q' VENIT I' NÕE DNI §

Soit en résolvant les tildes BENEDICTUS Q[UI] VENIT I[N] NO[MIN]E D[OMI]NI; "Beni soit celui qui vient au nom du Seigneur", citation du psaume 117 appartenant à la liturgie, mais qui peut servir de formule d'accueil au fidèle pénétrant dans la chapelle.

.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Le "page" de droite : Pax vobis.

.

Son buste est installé à l'extrémité du rampant du faux-gable, sur une base crénelée, comme s'il surgissait de la tour d'un château. Sa chevelure bouclée est couverte d'un bonnet à revers.  Il salue l'arrivant en plaçant la main à l'index tendu contre sa tempe.

Sa banderole indique :

§ PAX VOBIS §

"La paix soit avec vous".

.

 

.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

Comparaison.

.

De nombreux porches décrits dans ce blog ont le même décor avec le faux-gable coupant, sans s'interrompre, les pinacles (citation du portail du bras nord du transept de la cathédrale de Quimper, 1478), mais aussi les anges ou pages présentant les citations liturgiques de bienvenu. René Couffon et Philippe Bonnet ont reconnu là, dans cette tour-clocher, les caractéristiques architecturales  de la cathédrale de Quimper. 

Au risque d'abuser de répétitions, je fais citer un autre texte de Philippe Bonnet :

"Au début du XVIe siècle, un autre atelier [que celui actif en Cap Caval dès la fin du XVe siècle à Saint-Nonna de Tréoultré et Saint-Guénolé] diffuse, d'abord vers les montagnes âpres de la haute Cornouaille, dans le doyenné du Poher, les formules quimpéroises. Les historiens lui ont donné le nom de son œuvre maîtresse, la chapelle de pèlerinage de Saint-Herbot.

Elévée à la fin du IVe siècle, celle-ci fait l'objet dès 1498 d'importants travaux d'embellissement, financés en partie par la duchesse et reine Anne de Bretagne. Précisément daté de 1516 par une inscription portée par un ange, le portail ouest s'ouvre entre deux contreforts angulaires dont les deux ressauts sont soulignés par des pinacles à crochets de style quimpérois. Il apporte un certain nombre d'innovations formelles : le profil en anse de panier des deux portes geminées et de la niche abritant la statue du saint patron qui occupe la partie la plus médiane du tympan, la colonne torsadée adossée au trumeau, la forme très aigüe de l'accolade formant archivolte. Prosper Mérimée en a déjà signalé "l'ogive à contre-courbures, les feuillages gras et frisés (mauves et choux), accompagnées de moulures prismatiques et très saillantes". Un larmier orné d'une frise de feuillage fait office de linteau, coupés en son milieu par un personnages maitrisant deux animaux affrontés. Un gable aux rampants ornés de choux frisés couple les pinacles encadrant le porche et retombe sur des culots sculptés d'anges tenant des phylactères. Sa pointe vient se perdre dans la balustrade flamboyante. [...]

Quelques années plus tard, l'atelier se transporte à Saint-Trémeur de Carhaix. [...]Deux édifices mis en chantier dans le deuxième tiers du XVIe siècle se rattachent encore à la production de l'atelier de Saint-Herbot. La chapelle Saint-Tugen en Primelin aurait été commencée vers 1530 [...] et la tour de l'église Saint-Herlé de Ploaré [1548].

"Au moment où s'ouvre le chantier de Saint-Tugen, l'atelier de Saint-Herbot laisse sa marque sur un certain nombre d'édifices plus modestes mais non moins soignés, comme les chapelles de Notre-Dame-de-la-Croix en Loqueffret (1522), de La-Trinité de Melgven (1535) et du Moustoir en Kernével (1538) : si la formule de la tour clocher n'y est pas retenue, on retrouve à l'identique le modèle du portail de Saint-Herbot.

Une version plus modeste du parti quimpérois est mies en œuvre dans deux églises du Cap Sizun, à Beuzec (1554) et à Cléden (1561) [...] Une dernière église, Saint-Vinoc de Plouhinec est encore plus tardive" (P. Bonnet 2013 pages 161-162)

.

À mon petit niveau, je retrouve ce décor du porche à Saint-Tugen en Primelin,  sur le porche ouest de la cathédrale de Quimper, à Mahalon, à Esquibien, à logoff en 1547, à Confort (v. 1528), ou à Cléden-Cap-Sizun (v.1561)  et enfin à Plouhinec en 1572, mais en m'attachant à retrouver un détail stylistique significatif, celui du "page" ou écuyer saluant d'un doigt sur la tempe .

.

 Au porche ouest de Saint-Tugen, les banderoles des anges disent Ave Maria (à gauche) et Pax Vobis (à droite), et le porteur de cette invocation est, exactement comme à Saint-Herbot, un "page" sorti de sa tourelle et saluant l'assemblée d'un doigt droit touchant la tempe . René Couffon avait noté la similitude architecturale : 

"Le portail, percé à la base de la tour, offre, comme conception et comme réalisation, une telle ressemblance avec celui [porche occidental] de Saint-Herbot qu'il fut certainement construit par le même atelier. La porte en anse de panier est surmontée d'une arcade en tiers-point aigu, à voussures profondes et accolade à fleuron. Un faux gable coupe les pinacles des piédroits pour s'appuyer sur deux angelots portant des banderoles. "(Couffon)

https://www.lavieb-aile.com/2020/04/la-chapelle-saint-tugen-de-primelin-architecture-et-details.html

.

Le même messager vêtu comme un écuyer du XVIe siècle se trouve à Lampaul-Guimiliau, sous une architecture différente, tenant son Pax Vobis mais saluant de la main gauche.

https://www.lavieb-aile.com/2019/04/le-porche-de-l-eglise-de-lampaul-guimiliau-ii-les-anges.html

À Lampaul-Guimiliau, sur le même porche un ange présente la banderole Benedictus qui venit in nomine domini. (voir les détails d'abréviations, dont la comparaison avec Saint-Herbot est intéressante).

.

L'église de Cleden-Cap-Sizun montre l'ange de l'Ave Maria et le messager du Pax Vobis touchant son chapeau :

https://www.lavieb-aile.com/2020/03/l-eglise-saint-clet-de-cleden-cap-sizun.ses-navires-sculptes-sur-pierre.html

.

On le retrouve à Esquibien :

https://www.lavieb-aile.com/2020/07/l-eglise-paroissiale-d-esquibien-ses-inscriptions-lapidaires-et-ses-porches-ouest-et-sud.html

.

Le couple ange/"page" est encore là à l'église de Plogoff, mais les inscriptions sont illisibles.

https://www.lavieb-aile.com/2020/03/les-navires-sculptes-de-l-eglise-de-plogoff.html

 

.

.

.

LES MOULURES DU PORCHE.

.

Trois moulures font le tour du porche, tandis qu'une moulure suit le contour de chacune des portes géminées. Je ne m'attarderai pas à leur décor végétal mais je donnerai à observer les figures animales (et humaine) placées à leur départ et où s'enracinent les tiges, car je les ai remarquées dans de très nombreux porches bretons en kersanton du XVIe siècle, et je me plais à me pencher sur ces détails savoureux.

.

 

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Un lion.

.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Un dragon ailé.

.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Du coté droit.

.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Un moine sous sa capuche, tenant un livre dans son sac. (Saint Yves ??? Saint Antoine ??)

.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Un chien pattes écartées.

.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Porche ouest (1516) de la chapelle de Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

.

LA FEMME SERPENT.

.

On sait sans doute que je collectionne dans ce blog les femme-serpents, à coté des sirènes, des représentations diaboliques semi-humaines piétinées par la Vierge, en retrouvant au hasard de mes visites la très riche iconographie rassemblée par Hiroko Amemiya dans sa thèse et l'ouvrage Vierge et démone qui en est issu en 2005.

 "Cette auteure décrit 11 "ornements du type femme-serpent" (distincts des 7 ornements de type femme-serpent de la Tentation" séparant Adam et Éve) . Et ce n'est pas aujourd'hui que je la prendrai en défaut pour avoir laissé passer un exemple de ces sculptures, puisque la femme-serpent de Saint-Herbot figure , avec le n°7, dans sa liste et qu'elle est décrite page 184. Pas drôle, je n'ai plus qu'à recopier !

Elle pourrait pourtant lui avoir échappé, à droite de ce portail ouest et sous le larmier qui court le long du  contrefort, à l'abri d'un  élargissement trapézoïdal de la corniche, tout comme elle m'avait échappé lors de ma première visite, car il y a tant de choses à voir ici !

Mais non, elle la décrit couchée sur le coté, buste replié en arrière, tête à gauche, avec deux petites cornes pointant sous la chevelure qui retombe sur les épaules nues. Il ne lui échappe pas non plus que le corps est couvert d'écailles (ou de verrucosités) bien que leur relief est aujourd'hui atténué.

Que dire de plus, mais que dire de plus ?

Je peux, cherchant comme un mesquin le moindre défaut, corriger la phrase "La main droite est posée sur le coté, le bras gauche accoudé soutient la tête". Car c'est le bras gauche qui est allongé le long du flanc, la main près du pubis, tandis que le bras droit s'élève dans un geste de coquetterie pour  caresser les cheveux (et peut-être distinguait-on jadis un peigne).

Le visage est érodé, mais mon imagination a succombé à son charme et a vu s'esquisser le plus suave sourire.

.

Hiroko Amemiya accompagne sa photographie d'un délicieux dessin de la dame, et explicite ainsi sa compréhension de la sculpture, où la paume ouverte "soutient" la tête.

.

Hiroko Amemiya, femme-serpent de Saint-Herbot, "Vierge ou démone" page 184, dessin de l'auteure.

 

.

Voir  les autres femme-serpents de ce blog :

Les sculptures de pierre de l'église de Bodilis . II. Le décor de l'intérieur du porche sud (1601).

L'enclos paroissial de Brasparts. I. La Démone tentatrice du porche sud.

L'enclos paroissial de Lannédern I. Les sculptures extérieures : le calvaire, l'ossuaire et les crossettes.

Les Sirènes et Démones de l'église de Sizun (29).

(D'autres sont visibles à l'église du Yuch, de  Trégourez, de Lennon, et à la chapelle N.D. des Fleurs de Plouay).

Voir aussi les sirènes : 

 

Et les Vierges à la démone :

.

 

Femme-serpent de Saint-Herbot, porche ouest. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Femme-serpent de Saint-Herbot, porche ouest. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Femme-serpent de Saint-Herbot, porche ouest. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Femme-serpent de Saint-Herbot, porche ouest. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Femme-serpent de Saint-Herbot, porche ouest. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Femme-serpent de Saint-Herbot, porche ouest. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

SOURCES ET LIENS.

.

ABGRALL (Jean-Marie) 1898, "Inscriptions gravées et sculptées sur les églises et monuments du Finistère", par M. l'abbé J.-M. Abgrall. Congrès archéologique de France : séances générales tenues à Morlaix et à Brest ... par la Société française pour la conservation des monuments historiques, Société française d'archéologie. Derache (Paris), A. Hardel (Caen) 1898 page 145.

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k356651/f212.item

ABGRALL (Jean-Marie), 1900, Livre d'or des églises de Bretagne. "La chapelle Saint-Herbot", in Carhaix-Plouguer n°18, page 5

http://bibliotheque.idbe-bzh.org/data/cle_201/carhaix__plouguer.pdf

ABGRALL (Jean-Marie), 1904, L'Architecture bretonne, page 41

http://backup.diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/f20eb990fd763d232327db92aeeb6869.pdf

 

ABGRALL (Jean-Marie), 1916, Inscriptions gravées et sculptées sur les églises et monuments, Société Archéologique du Finistère - SAF 1916 tome 43 - Pages 65 à 102

https://societe-archeologique.du-finistere.org/bulletin_article/saf1916_0122_0159.html

— AMEMIYA (Hiroko), 2005, Vierge ou démone, ed. Keltia graphic, page 184.

— BONNET (Philippe), 2013, "Saint-Corentin et le développement du style gothique en Bretagne", in Quimper, la grâce d'une cathédrale, ed. La Nuée Bleue, Strasbourg, pages 151-163.

—CHARPY (Jacques)  et Henri Waquet, « Plonévez-du-Faou, chapelle Saint-Herbot, Dictionnaire …. tome IV p. IVA99, cité par H. Amemiya

— COUFFON (René), 1953, l'église de Saint-Herbot,  Bull. Monumental tome 111 n°1 pp 37-50

https://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1953_num_111_1_3732

— COUFFON (René), 1959, Notice de Plonévez-du-Faou, Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Quimper

http://backup.diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/4bc495e8ae261523262138b91718a386.pdf

— MONUMENTS HISTORIQUES.

http://monumentshistoriques.free.fr/calvaires/herbot/herbot.html

— PEYRON (chanoine), 1910, Notice, Bull. SAF page 164-167

https://societe-archeologique.du-finistere.org/bulletin_article/saf1910_0216_0242.html

— RIOULT (Jean-Jacques), CASTEL (Yves-Pascal), BONNET (Philippe), DUCOURET, 2010, Chapelle Saint-Herbot (Plonévez-du-Faou),  Inventaire général, région Bretagne

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/chapelle-saint-herbot-plonevez-du-faou/7310520a-35ca-4784-91b8-578f98ea65d6

—   BONNET (Philippe), RIOULT (Jean-Jacques), 2010,  « Saint-Herbot. Chapelle Saint-Herbot », dans Philippe Bonnet et Jean-Jacques Rioult, Bretagne gothique, Paris, Picard, coll. « Les Monuments de la France gothique », 2010, 485 p.

—  RIOULT (Jean-Jacques), 2009, « Plonévez-du-Faou, chapelle Saint-Herbot », Congrès archéologique de France « Finistère 2007 »,‎ 2009, p. 203-208 

— CASTEL (Yves-Pascal),  DUCOURET, 1966 et 1986, Dossier IA00005154 Inventaire général, région Bretagne

http://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/public/annexes/IA00005154_01.pdf

— WIKIPEDIA 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chapelle_Saint-Herbot_de_Saint-Herbot

https://en.wikipedia.org/wiki/Saint-Herbot_Parish_close

 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Inscriptions Sculpture Chapelles bretonnes. Femme-serpent

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Terrraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Terrraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche