Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 11:33

C'est à Carolles (Manche) que j'observe ces hannetons, en allant, la nuit bien-sûr, d'un réverbère à l'autre les voir tournoyer autour des lampes à huit mètres de haut ; mais un projecteur fixé au sol pour éclairer un panneau publicitaire me permet d'en trouver à ma portée :

 Le Hanneton commun Melolontha melolontha (Linnaeus, 1758)n'est pas si commun que cela, et une enquête sur le site Natura in Neustria montre qu'il ne se trouve pas partout en Normandie, tant s'en faut.

   Le jeu consiste à compter les "feuilles" des antennes :le mâle en possède sept, et la femelle six.

 

DSCN5669cc

 

hanneton-commun 1590cc

 

hanneton-commun 1482c

 

hanneton-commun 1598cc

 

 

 

hanneton-commun 1665cc

 

hanneton-commun 1661cc

 

 

 

hanneton-commun 1656cc

 

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 08:54

toiles 1268cc 

 

    Arrivant un matin devant les prairies des sablières de Bodonou à saint Renan, je découvre un grand spectacle de toiles d'araignées scintillant au soleil ... le temps de prendre quelques photographies, tout a disparu, et je cherche en vain parmi les graminées la féerie de ces tentes illuminées : je ne vois plus rien.

 

 

I . Tetragnatha extensa et sa toile. 

 

 toiles 1274cc

 

   On a reconnu Tetragnatha extensa(Linnaeus, 1758), la Tétragnathe étirée, qui fréquente les lieux humides : ses deux pattes antérieures sont beaucoup plus grandes que les autres, mais elle les étend devant elle pour ressembler à une brindille. Son céphalothorax est roux doré, son abdomen est allongé, variant du vert au blanc argenté, rayé d'une paire de lignes courbes allant du brun rougeâtre au jaune. Sa toile sphérique est généralement horizontale, centrée par un grand trou où elle attend sa proie. Elle y accueille les araignées sauteuses, les moustiques, les éphémères et les insectes volants, qu'elle  emballera d'un papier de soie, avant d'y injecter des sucs gastriques. Servir frais, à boire à la paille.

 

   Je compte 16 à 20 rayons sur ces toiles, 16 tours de spires de fil gluant, 3 tours de spires de fil non gluant au centre du moyeu où se tient la tétragnathe, avant la zone libre qui lui permet d'évoluer rapidement. Toutes ces toiles sont ici  verticales.

 

 

 

 

 toiles 1290cc

 

 

 

 

 toiles 1291cc

 

 

 

 

toiles 1312cc

 

 

 

toiles 1316cc

 

toiles 1323cc

 

toiles 1326cc

 

 

II. L'Épeire des roseaux Larinioides cornutus .

 

  Cette araignée tend son filet à proximité des rivières et des étangs, ou parfois au dessus de l'eau ; elle fréquente aussi les fossés et les prairies humides. Je l'ai observé souvent le long des côtes, sur les sentiers qui longe les dunes. Elle rapproche d'un fil solide deux roseaux, des graminées ou des ombelles et bâtit une toile de 10 à 26 rayons, au moyeu formé de six ou sept tours de spires un peu bâclés, sans trou central, puis va se réfugier dans une cachette, une petite cabine de soie blanche régulière comme un calice qu'elle peut camoufler par un origami de tiges, de feuilles ou d'épis de graminées, où elle attend qu'une proie signale sa présence.

 

toiles 1289cc

 

 

 

 

toiles 1303cc

 

 

toiles 1304cc epeire-des-roseaux 1449cc

 

  Origami :

 

 

 

toiles 1299c

 

 toiles 1327cc

 

   Elle mesure moins de 15 mm pour la femelle, à peine 8 mm pour le mâle, et se reconnaît à son dessin dorsal typique : un triangle alternant des bandes noires et blanches comme des marches d'escalier d'une petite Tour Effel, sur un fond de couleur variable, souvent crème ou blanc gris craquelé comme un vieil oeuf de Pâques, mais parfois brun rougeâtre.

 

epeire-des-roseaux 1418cc

 

 

 

 

epeire-des-roseaux 1410cc

 

 

epeire-des-roseaux 1477cc

 

   En Baie de Goulven, les Épeires des roseaux ont récupéré les ombelles desséchées et à partir des rayons des inflorescences, ont fabriqué des petits godets ouverts vers le haut (ce qui fait exception à leurs habitudes ) pour y établir leur repaire où on les voit, pattes en avant, attendre la bonne aventure.

 

DSCN5181cc

 

DSCN5182cc

 

 

 DSCN5184cc

 

DSCN5189cc

 

    Autour de la tente, c'est un vrai campement où s'accumulent les provisions, les déchets, et le départ du téléphérique vers la toile-piège. Ici, l'Épeire est en train de ramener de la chasse une pauvre mouche.

 

DSCN5176cc 

 

 epeire-des-roseaux 1176cc

 

  Et ici, elle répare sa toile. Celle-ci sera démontée chaque jour ( en la mangeant pour que rien ne se perdre) et rebâtit le lendemain.

 

epeire-des-roseaux 1299cc

 

   Le mâle est toléré sur la toile de la femelle, ce qui est une exception dans cette famille d'araignée. Mais parfois, il me semble que cela peut tourner mal :

 

  epeire-des-roseaux 1438cc

 

   Voilà la photographie d'un mâle que l'on identifie grâce aux deux "gants de boxe" situés en avant de sa tête.

 

epeire-des-roseaux 9356

 

Au mois d'octobre, au lieu de se laisser mourir de froid comme ses congénères, l' Épeire des roseaux pénètre à l'intérieur d'une tige creuse d'ombellifère (qui lui sert décidément à tout) , souvent en couple. Elle y résistera, grâce à un super antigel, à des températures de -7°, voire même, pour les mieux équipées, de - 25°.

 

 

   Épeire des roseaux : forme brune à Pontavennec, Saint-Renan.

   Sur les rives de l'étang voisin, je trouve une forme brun-rougeâtre, et des toiles très sommaires (mais c'est, alors, une fin de journée, avant le démontage du cirque) :

 

 epeire-des-roseaux 9046cc

 

 

 epeire-des-roseaux 9054cc

 

 

 epeire-des-roseaux 9057cc

 

 

epeire-des-roseaux 9031cc

epeire-des-roseaux 9064cc

 

epeire-des-roseaux 9068cc

 

epeire-des-roseaux 9062cc

 

 

 epeire-des-roseaux 9070cc

 

epeire-des-roseaux 9084c

 

 

 epeire-des-roseaux 9086cc

 

   Et puis tout de même un forme claire :

 

epeire-des-roseaux 9090cc

 

 

   Parfois, les toiles sont de vrais poubelles, ou des porte-trophées : ici, les dépouilles de Zygaena trifolii et de papillons

epeire-des-roseaux-1889cc.jpg

 

 

  Source : les deux exceptionnels numéros 73 et 74 de la revue La Hulotte, 1997, Le Petit Guide des Araignées à Toiles Géométriques.

 

 

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 18:04

1. La chenille du Bombyx buveur Euthrix potatoria.

 

Observée à l'étang de Kerloc'h à Crozon le 17 avril :

 

DSCN5066c

 

DSCN5077c

 

DSCN5081cc

 

DSCN5085cc

 

 DSCN5075cc

 

   Étymologie : Euthrix signifie en grec "bien chevelu", et le latin potator, oris signifie "grand buveur, ivrogne", en raison de l'habitude de la larve de boire les gouttes de pluie ou de rosée sur la plante-hôte,

 

 

 

 2. La chenille du Bombyx du chêne Lasiocampa quercus(Linnaeus, 1758). 

 

  Lieu : Carolles (50), sur lierre, le 24 avril (nuit).

 

bombyx-du-chene 1742cc

 

  bombyx-du-chene 1745cc

 

 

 bombyx-du-chene 1756ccbombyx-du-chene 1795cc

 

 

bombyx-du-chene 1753c

 

 

 

 

 

 

bombyx-du-chene 1773cc

 

 

bombyx-du-chene 1777cc

 

bombyx-du-chene 1805cc

 

  Étymologie  de lasiocampa quercus : du grec  lasios, "chevelu" et kampe, "la chenille" ; et du latin quercus, "le chêne", nom d'une des plantes hôtes, quoique cette chenille soit polyphage. (Dans sa description princeps, Linné donne comme plante le chêne, le bouleau, le prunellier ; le site UK Moths donne la bruyère, la myrtille, la ronce, le saule, le prunellier, le genet, l'aubépine, le noisetier, et l'argousier, et indique que la chenille ne se nourrit pas de chêne, contredisant Linné et attribuant son nom au fait que le cocon a une forme de gland... Le même site signale les variations importantes de la chenille au cours de son développement, et la possibilité de la confondre dans son stade ultime,avec celle du Bombyx buveur ,The Drinker ) .

 

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 20:11

 Trois échasses blanches sur l'étang de Curnic.

Archive blog www.lavieb-aile.com du 21 avril 2011.

Sur l'étang de Curnic à Guisseny, trois Échasses blanches :

 

  Je les photographie d'abord en digiscopie :

 

DSCN5455cc

 

DSCN5464c

 

DSCN5480cc

 

DSCN5487ccDSCN5497cc

 

 

 DSCN5532cc

 

DSCN5538cc

 

 

Maintenant au 400mm x 2:

 

echasse 8399cc

 

 

 

  echasse 8447cc

 

 

echasse 8467cc

 

 echasse 8475cc

 

 

echasse 8520cc

 

 echasse 8596cc

 

 

 

echasse 8662cc

 

 

echasse 8707cc

 

 

echasse 8713cc

 

 echasse 8731cc

 echasse 8735cc

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 21:34

La Carte géographique Araschnia levana (Linnaeus, 1758).

 

Observée le 17 avril près de l'étang du Moulin-neuf à Plonéour-Lanvern (29 S) sous sa forme levana dite de premiére génération, ou Carte géographique fauve (la forme prorsa, de deuxiéme génération, est la Carte géographique noire) :

 

 

carte-geographique-araschnia 8074cc

 

  C'est cet aspect du verso de ses ailes qui lui vaut son nom vernaculaire de Carte géographique, et son nom de genre Araschnia Hübner, 1819, issu du grec araknion signifiant "toile d'araignée".

  L'épithète levana renvoie à un des di indigetes romains, ces dieux de la Rome antique : c'est "une déesse invoquée par le pater familias lorsqu'il tient l'enfant nouveau-né dans ses bras pour le reconnaître".  Le mot latin est dérivé du verbe levare, lever, soulever, car le père prend l'enfant placé à terre par la mère, et le soulève.On doit cette trouvaille à Linné. Allez comprendre !

 

carte-geographique-araschnia 0952cc

 

 

 

 carte-geographique-araschnia 0956cc

 

 

 

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 20:29

 C'est sur la digue de l'étang de Curnic à Guisseny le 19 avril que je retrouve pour la première fois cette année les chenilles jaune et noir de ce qui est peut-être la Zygène du trèfle, Zygaena trifolii (Esper, 1783).

Noces chez les Zygènes de la filipendule : usurpation.

Mes papillons de juin : papillons de nuit

 

 

   J'arrive au moment où les chenilles, après s'être bien nourris de lotus, comme les compagnons d'Ulysse au pays des Lotophages,sont sur le point de fabriquer leur cocon, ou, pour certaines, en sont encore à devoir échapper aux appétits des araignées, et, pour d'autres, ont déjà monter leur tente  à travers lesquelles on devine encore bien leurs couleurs :

 

papillons-2-zygene-ect 1192cc

 

papillons-2-zygene-ect 1200cc

 

La chenille ne risque rien des oiseaux, du-moins ceux qui ont bien appris le cours sur les couleurs aposématiques

et qui ont retenu que cette couleur jaune signifie : attention, danger, présence de composés cyanhydriques, dont la consommation nuit gravement à la santé. Plus sages que nos fumeurs, ils s'abstiennent.

 

 

   La plante-hôte de Zygaena trifolii est le lotier, que voici avec ses chenilles :

 

  DSCN5269cc.jpg

 

  Ailleurs, le lotier est en fleur, avec de belles couleurs :

 

papillons-2-zygene-ect 1388cc

 

papillons-2-zygene-ect 1390cc

 

 

DSCN5217cc

 

     Les deux stades co-existent tranquillement ; la chrysalide est réputée de voisinage peu dérangeant.

DSCN5221cc

 

 

DSCN5222cc

 

 

 

  papillons-2-zygene-ect 1354cc

  

 papillons-2-zygene-ect 1242cc

 

 

papillons-2-zygene-ect 1204cc

 

  En voici une qui est tout-juste en train de fabriquer son hamac :

 

papillons-2-zygene-ect 1335cc

 

 

   Elle est en plein travail de tissage, elle s'active, elle s'active, et elle termine par un tête-à-queue que j'admire, moi qui ai déjà tenté d'éffectuer la manoeuvre dans un sac de couchage ; elle, elle y parvient au prix de quelques contorsions acrobatiques, et elle pourra se remettre de son lumbago par un repos alité prolongé.

 

papillons-2-zygene-ect 1361cc

 

  Celle-ci s'est aménagè une petite lucarne :

 

papillons-2-zygene-ect 1345cc

 

 

 

 

 

 

 

   je n'ai plus qu'à laisser ce petit monde se plonger dans la nuit de la nymphose et ses rêves d'opiomane jusqu'à l'émergence : j'irais voir si c'était vraiment la zygène du trèfle.

 

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 13:35

 La Thécla de la Ronce ou Argus vert, Callophrys rubi (Linnaeus, 1758).

  Certes il n'est pas très commun, le petit azuré vert, et je ne l'ai observé l'année dernière qu'une seule fois, mais il échappe peut-être aussi à mes recherches grâce à son camouflage : ses ailes sont brun-marron sur le dessus, ce que l'on ne voit guère car il ne les expose que lorsqu'il vole :  lorsqu'il est posé il replie ses ailes et montre le dessous du plus beau vert, très efficace pour disparaître parmi les feuilles. Mais ce jour-là (hier, 19 avril), il s'était posé sur le chemin empierré qui dessert les sablières de Bodonou à Plouzané/ Saint Renan, et il était bien visible :

 

 

azure-de-la-ronce 1068cc

 

 

 

   Je pouvais voir ses chaussettes rayées noir et blanc assorties à ses antennes, et cette succession caténaire de points blancs sur son aile postérieure. Je pouvais deviner l'ébauche de queue vestigiale sur la dite aile postérieure. Je pouvais aussi noter son oeil cerclé de blanc, et tenter de voir d'éventuels mais réputés sourcils. En effet, son nom scientifique de genre Callophris Billberg 1820 trouve son origine étymologique dans les mots grecs kallos, beau, et ophrus, le sourcil, ce qui incite Emmet à suggérer de l'expliquer par une marque verte entre les yeux, plutôt que par l'anneau blanc périoculaire, qui est un trait général de la famille des Lycènes et n'est pas propre à ce genre.

  L'épithète spécifique rubia le mérite d'être limpide : c'est Linné (S.N 1,p.483) qui, dans son protonyme Papilio rubi,donne à ce papillon le nom latin de la ronce ; dans sa description, il donne en effet rubus aculeatus comme la seule plante-hôte du biplan vert. Nous savons maintenant que ce Beau-sourcil couleur chlorophylle fréquente le Genet à balais, le genet des teinturiers, le Genet ailé, l'ajonc, la cytise, le lotier, le Sainfoin cultivé, l' Hélianthème vulgaire, les bruyères, la myrtille, le cassis, toute sorte de plante, mais assez rarement la ronce.

 

   La couleur émeraude ( une pierre précieuse qui lui convient mieux que le rubi) de ce Céladon est du tape-à-l'oeil : elle n'est pas due à un pigment de malachite , mais à une savante diffraction de la lumière par la structure réticulée des écailles des ailes ( en elles-même transparentes) qui lui permet d'apparaître, selon l'angle de vue ou les conditions de lumière, tantôt d'un vert-pomme métallique, tantôt presque turquoise, et de mimer un loukoum à la menthe, une sucette à l'anis,un blason prasine ou un écu sinope.

 

Pendant que la femelle parcourt la campagne en repérant les bons coins pour ses oeufs, comme une femme enceinte lorgnant sur les magasins de puériculture, le mâle se pose sur un perchoir avantageux et attend les minettes de passage, rêvant , qui-sait ? - du vert paradis des amours enfantines, quand sous le clair azur que parfume l'ajonc, après les courses, les baisers, les chants et les bouquets, et les petits nectars de derrière les bosquets, tandis que les grillons vibrent comme des violons, dans la volupté pure le coeur fait naufrage !

 

DSCN5714cc

 

 

  azure-de-la-ronce 1686cc

 

 

 

azure-de-la-ronce 1865cc

 

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 12:42

On se souvient de mes rencontres avec la chrysomèle noire, le Crache-sang, ou avec sa forme maritime plus petite :

 

Du noir, et caetera...

Le retour du Crache-sang: Timarcha maritima.

 

   J'avais alors appris que Timarcha tenebricosa pondait ses oeufs sur les gaillets, oeufs qui donnaient de grosses larves noires : hier, en vadrouille en baie de Goulven, j'ai reconnu celles-ci qui pendulaient au gré des tiges tout le long du chemin, ou se dissimulaient dans le gaillet. Et en les prenant en photo, j'ai aussi aperçu Monsieur Timarque : vu sa grande taille, et ses elytres lisses,c'était T. tenebricosa.

 

timarcha 1104cc

 

timarcha 1105cc

 

 

timarcha 1077cc

 

 

  Vues de près, elles ressemblent à un article de maroquinerie de luxe, en cuir souple engraissé de cirage. (on remarque aussi que je venais d' essuyer une belle pluie orageuse qui n'avait pas épargné la larve. Mais elle s'en moque, elle est traitée waterproof.)

 

timarcha 1093cc

 

timarcha 1115cc

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 11:39

 

  Je ne l'avais pas dans ma collection, l'Adalia decempunctata (Linnaeus, 1758), alors que c'est une coccinelle commune des forêts de feuillus et des parcs boisés. Je l'ai trouvé près du parking de La Digue, à Goulven.

   C'est une coccinelle de 3,5 à 5 mm, glabre,  ovale, avec des pattes et des antennes marron ou orange à extrémité foncée. Elle apparaît durant les journées chaudes de mars, devient fréquente avec les beaux jours, notamment en juillet et août.

  Elle présente toutes sortes de formes : avec des points noirs sur fond rouge, des points rouges sur fond noirs, et trahir son nom en n'ayant pas les dix points requis., être presque complétement noir, fusionner ses points à son grée, etc...

   La mienne portait ses dix points, ce qui facilite l'identification.

 

DSCN5163cc

 

DSCN5164cc

 

DSCN5151cc

 

 DSCN5158cc

 

DSCN5161cc

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 20:43

   Il était une fois...un insecte plus rouge qu'un camion des pompiers : Melasoma populi Linnaeus, 1758.

    J'ai rencontré ce Chrysomèle du peuplier dans les saules, de tout petits saules trés ras qui bordaient une mare derrière les dunes prés de l'usine à galet de Trevennec (29S), si petits et si ras qu'on ne voyait, au ras du sol, qu'un tapis de jolis chatons flambant neufs.

   Je les ai pris pour de grosses coccinelles, jusqu'à ce que je regarde leurs pattes, très occupées à adhérer fortement aux élytres de leur  partenaire : je reconnus aussitôt les fameuses pattes en réglisse des Crache-sang et autres Timarcha, et en déduisis que j'avais affaire à des chrysomèles.Le retour du Crache-sang: Timarcha maritima.

   Comme chez les Timarches, la femelle est nettement plus grande que le mâle. Mais les élytres de Melasoma ne sont pas soudées, et il peut parfaitement voler.

 

 

  chrysomeles 0981cc

 

chrysomeles 0991ccchrysomeles 1017ccc

 

 

 

chrysomeles 0998cc

 

   Sur ce dernier cliché, je vérifie que la pointe des élytres porte bien un petit point noir, car c'est la marque de fabrique de Melasoma populi, qui le distingue de Melasoma tremulae.

Repost 0
Published by jean-yves cordier
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche