Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 15:06

Outils de lexicographie :

— ESTIENNE (Charles), 1553, Dictionarum historicum ac poeticum, Lutetiae [Paris] : http://www.bvh.univ-tours.fr/Consult/index.asp?numfiche=619

— ESTIENNE (Charles), 1544 et 1550, Dictionarum propriorum nominum

http://books.google.fr/books?id=bcSfJzY7n-gC

CALEPINO (Ambrosio) 1550 Dictionarium

http://books.google.fr/books?id=vhyNplFGW9kC&pg=RA1-PA45&lpg=RA1-PA45&dq=calepino+argus&source=bl&ots=euuHuWosMX&sig=

yfrWFmMbc7lnd6YXDBVi3dgdBms&hl=fr&sa=X&ei=mlZ0VJCYE8WYPK-qgIAE&ved=0CCcQ6AEwAQ#v=onepage&q=calepino%20argus&f=false

— GESSNER (Conrad) 1550 Onomasticon propriorum nominum, books.google

I. Zoonymie des lépidoptères :

ARRIZABALAGA (Antoni ) & al. 2012 "Proposta de noms comuns per a les papallones diürnes (ropalòcers) catalanes", Butll. Soc. Cat. Lep., 103: 5-28. En ligne

http://www.museugranollersciencies.org/uploads/arrizabalaga-et-al-butlleti-103.pdf

EMMET (Arthur Maitland) 1991. The Scientific Names of the British Lepidoptera: Their History and Meaning, Colchester, Essex, England : Harley Books, 1991, 288 p. : ill. ; 25 cm.

GLASER L, 1887 Catalogus etymologicus Coleoperum et Lepidopterum. Erklärendes und verdeutschendes namensverzeichnis der Käfer und Schmetterlinge fûr Liebhaber und wissenschaftliche Sammler, R. Friehändler : Berlin 1887, 396 pages. BHL Openlibrary.

— GLASER, L, 1882 "Zur Nomenklatur des deutschen Tagfalter, in Entomologischen Nachrichten, Stettin 1882 pages 303-317,

https://archive.org/stream/entomologischena81882berl#page/310/mode/2up/search/lycaena)

— Gozmány, László: Vocabularium nominum animalium Europae septem linguis redactum. 2 vols. Budapest: Akadémiai Kiadó, 1979.

JERMYN L.: The Butterfly Collector's Vade Mecum: or a Synoptical Table of English Butterflies. 1824. http://archive.org/stream/butterflycollect00jerm#page/n6/mode/1up

HELLER (John Lewis) - 1983 -"Studies in Linnaean method and nomenclature", Marburger Schriften zur Medizingeschichte, Bd.1983;7:1-326.Frankfurt am Main ; New York : P. Lang,

—HÜRTER Hans-Arnold 1988 Die wissenschaftlichen Schmetterlingsnamen, Herleitung und Deutung, Bottrop ; Essen : Pomp, 492 pages.

— ISAAK (Mark) Curiosities of the biological nomenclature, en ligne.

JANSENN (August) 1980, "Entomologie und Etymologie der Namen der belgischen Tagfalter"; in : Phegea, driemaandelijks tijdschrift van de vereniging voor Entomologie van de Koninklijke Maatschappij voor Dierkunde van Antwerpen, Jgg.8 Nr.2, 1980.

— KEMPER Heinrich 1959 Die tierischen Schädlinge im Sprachgebrauch, Berlin : Duncker & Humblot 1959. Google books.

MACLEOD (Roderick Donald) 1959 Key to the names of British Butterflies and moths, 86 pp. Londres.

RAMANN (Gustav) 1870-76, Die Schmetterlinge Deutschlands und der angrenzenden Länder in nach der Natur gezeichneten Abbildungen nebst erläuterndem Text, 4 Bände, Band 1, Arnstadt 1870-1876.

SODOFFSKY (W), 1837. "Etymologische undersuchungen ueber die gattungsnamen der Schmetterlinge von W Sodoffsky, in Riga", Bulletin de la Société impériale des naturalistes de Moscou, n° VI, Moscou : imprimerie d'Auguste Sémen, 1837, 167 p. Archiv.org.

SPANNERT (Anton), 1888, Die wissenschaftlichen Benennungen der Europäischen Großschmetterlinge mit sâmmtlichen anerkannten Varietâten und Aberationen, Karl Duncker : Berlin,1888, 239 pages.

—SPULER (Dr Arnold), 1901-1908, Die Europas Schmetterlinge, . Vol.1. Allgemeiner Teil —Spezieller Teil. I-CXXVIII + 1-386 + [1]-[6], 265 fig. dans le texte, E. Schweizelbart'sche Verlagsbuchhandlung, Nägele und Dr Sproesser édit., Stuttgart, Allemagne. En ligne sur BHL.

— Numen. The Latin lexicon : http://latinlexicon.org/index.php

II. Bibliographie entomologique : Rhopalocères.

ALBIN, E.: A Natural History of English Insects: Illustrated with a Hundred Copper Plates, Curiously Engraven from the Life. 1720. GDZ Göttingen

ALDROVANDI (Ulysse) 1602 De animalibus insectis libri septem, cum singulorum iconibus. J. B. Bellagambam (Bononiae) 1602 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k991248 ou Gottingen.

ou mieux

https://archive.org/stream/deanimalibusinse00aldr#page/234/mode/2up/search/papilio

— BELLMANN Heiko, 2008 Quel est donc ce papillon, Les Guides Nathan, Paris : Nathan, 2008. Traduction française et noms vernaculaires par G.C. Luquet.

BILLBERG (Gustav John) : Enumeratio insectorum in Museo Gust. Joh. Billberg ,[Stockholm] :Typis Gadelianis, 138 p. http://www.biodiversitylibrary.org/item/105024#page/87/mode/1up

— BLAB (Josef), RUCKSTULH (Thomas) ESCHE (Thomas) [et al.], adaptation et traduction française LUQUET (Gérard-Christian), 1988 Sauvons les papillons : les connaître pour mieux les protéger ; préface de Pierre Richard Paris : Duculot 1 vol. (192 p.) : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 27 cm Trad. de : "Aktion Schmetterling so können wir sie retten".

BOISDUVAL Histoire naturelle des insectes Roret 1836 books.google.fr/books?id=2Kgi4FH6kj0C

— BOISDUVAL ( Jean Alphonse), GRASLIN, (Adolphe Hercule de), Dumesnil (P.C.R.C) Rambur (Pierre).1833 Collection iconographique et historique des chenilles ou description et figures des chenilles d'Europe, avec l'histoire de leurs métamorphoses et des applications à l'agriculture, Paris : Librairie encyclopédique de Roret, 1832-1837 [1833]. BHL Libr

BOISDUVAL (Jean-Alphonse) Essai sur une monographie des zygénides : suivi du Tableau méthodique des lépidoptères d'Europe Paris : Méquignon-Marvis 1829 Gallica

BOITARD (Pierre ) Manuel d'entomologie ou Histoire naturelle de insectes: contenant la synonymie de la plus grande partie des espèces d'Europe et des espèces exotiques les plus remarquables, Tome second, Paris : Roret, 1828, Gallica

BRIDGES (Charles A.) 1993 Bibliography (Lepidoptera: Rhopalocera) 2nd ed. C.A. Bridges in Urbana, Ill . Archiv.org.

— CHINERY (Michael), Insectes de France et d'Europe occidentale, adaptation française G. Luquet pour les lépidoptères, Flammarion 2005, 2eme édition 2012, 320 p.

CRAMER ( Pieter) 1779-1782 De uitlandsche kapellen voorkomende in de drie waereld-deelen Asia, Africa en America, by een verzameld en beschreeven. IV. Deel. Beschryving van Plaat CCLXXXIX-CCCC. - Papillons exotiques des trois parties du monde l'Asie, l'Afrique et l'Amerique. Rassemblés et décrits. Tome quatrieme. Description des planches CCLXXXIX-CCCC. - pp. [1], 1-252, 1-29. Amsteldam, Utrecht. (Baalde, Wild). /A Amsteldam :Chez Barthelmy Wild,1779-1782 [i.e. 1775-1782]

http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/43777#/summary

— CURTIS, J. (1823-1840). British Entomology; being illustrations and descriptions of the genera of insects found in Great Britain and Ireland: containing coloured figures from nature of the most rare and beautiful species, and in many instances of the plants upon wich they are found. Vol. V. Lepidoptera, Part. I. Londres. http://biodiversitylibrary.org/page/8221625#page/71/mode/1up

DAREMBERG (C.) et SAGLIO (E.), Dictionnaire des Antiquités Grecques et Romaines (1877-1919) Univ. de Toulouse Le Mirail :http://dagr.univ-tlse2.fr/sdx/dagr/rechercher.xsp?qid=sdx_q3&hpp=51&p=7&filtre=A

DALE (Charles William) 1890 The history of our British butterflies containing - a full bibliographical note of each species, with copious extracts from the old authors; and full descriptions of all the British species, their eggs, caterpillars, chrysalides and varieties, with a notice of their habits, localities, frequency, J. Kempster : London 1890 Archiv.org.

DENIS, J. N. C. M. & SCHIFFERMÜLLER, I.] 1775. Ankündung eines systematischen Werkes von den Schmetterlingen der Wienergegend, herausgegeben von einigen Lehrern am k. k. Theresianum.. Vienne. 322 pp. http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN574458115&IDDOC=441200

DUPONCHEL (Philogène Auguste Joseph) 1849 Iconographie et histoire naturelle des chenilles pour servir à de compléter une l'Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France, de MM. Godart et Duponchel . Paris : Germer Baillère, 1849. BHL.Library

— DUPONT (Pascal), DEMERGES (David), DROUET (Eric) et LUQUET (Gérard Chr.). 2013. Révision systématique, taxinomique et nomenclaturale des Rhopalocera et des Zygaenidae de France métropolitaine. Conséquences sur l’acquisition et la gestion des données d’inventaire. Rapport MMNHN-SPN 2013 - 19, 201 p.

http://www.mnhn.fr/spn/docs/rapports/SPN%202013%20-%2019%20-%20Ref_Rhopaloceres_Zygenes_V2013.pdf

DOUBLEDAY (Edward), WESTWOOD (John O.) The genera of diurnal Lepidoptera their generic characters ; illustrated with plates by W.C. Hewitson. Vol. 1 London, 1846-52

DOUX (Yves), GIBEAUX (Christian), 2007, Les papillons de jour d'Île de France et de l'Oise,Collection Parthénope, Edition Biotope, Mèze, ; Muséum national d'Histoire naturelle, Paris, 2007, 288 p. Préface, index et supervision scientifique de Gérard Chr. Luquet.

ENGRAMELLE (R.P. Jacques Louis Florentin), 1779, Papillons d'Europe peints d'après nature par M; Ernst. Gravés par M. Gérardin et coloriés sous leur direction. Première partie. Chenilles, Crysalides et Papillons de jour [décrits par le R.P. Engramelle, Religi[eux] Augustin, Quartier Saint-Germain] Se vend à Paris chez M. Ernst et Gérardin. Paris : Delaguette/Basan & Poignant 1779. Volume 1 [1]+[VIII],[i-xxxiv] - 206p-errata [i-vi], 3 pl. en noir, 48 planches coloriées (I-XLVIII), 100 espèces.

ENGRAMELLE (R.P. Jacques Louis Florentin), 1779, Papillons d'Europe peints d'après nature par M; Ernst et gravés et coloriés sous sa direction. Première partie. Chenilles, Crysalides et Papillons de jour décrits par le R.P. Engramelle, Religi[eux] Augustin, Q[uartier] S[aint-] G[ermain] Se vend à Paris chez M. Ernst, auteur ; Bazan ; P.M. Delaguette, imprimeur ; Basan & Poignant marchands d'Estampes rue et et Hôtel Serpente. Paris : Delaguette/Basan & Poignant 1779. Tome II . (i-ii), pp 207-229, espèces n° 102-112, puis suppléments pp; 230-333 puis Table. Books-Google.

ESPER (Eugenius Johannes Christian) Die Schmetterlinge in Abbildungen nach der Natur / mit Beschreibungen, herausgegeben mit Zusätzen von Toussaint von Charpentier. Leipzig : T.O. Weigel, [1776-1807 /1829-1839] En ligne BHL.

FABRICIUS (Johann Christian) 1807 "Nach Fabricii systema glossatorum" in Johann Karl Wilhelm Illiger, "Die Neueste Gattungs-Eintheilung der Schmetterlinge [...], Magazin für Insektenkunde , Braunschweig [Brunswick] (6) https://archive.org/stream/magazinfrinsek06illi#page/280/mode/2up

FABRICIUS (Johann Christian) 1787 Fabricii Mantissa insectorum Hafniae 1787 en ligne Goettingen.

FABRICIUS (Johann Christian) 1798 Supplementum Entomologiae systematica , Hafniae.

FRISCH (Johann Leonhard.) 1730 . Beschreibung von allerley Insecten in Teutsch-Land : nebst nützlichen Anmerckungen und nöthigen Abbildungen von diesem kriechenden und fliegenden inländischen Gewürme : zur Bestätigung und Fortsetzung der gründlichen Entdeckung : so einige von der Natur dieser Creaturen herausgegeben : und zur Ergäntzung und Verbesserung der andern (1730) Berlin : Verlegts Christ. Gottl. Nicolai https://archive.org/stream/johleonhardfrisc01fris#page/n7/mode/2up

— FOURCROY (A. F.) 1785. Entomologia Parisiensis; sive catalogus insectorum quæ in agro Parisiensi reperiuntur; secundam methodam Geoffrœanam in sectiones, genera & species distributus: cui addita sunt nomina trivialia & fere trecentæ novæ species. Pars secunda. Parisiis. (Hôtel Serpente). 2. 232-544. Traduction en latin de l'Histoire des insectes de E.L. Geoffroy. http://archive.org/stream/entomologiaparis02four#page/n3/mode/2up

FUESSLI (Johan Caspar) Verzeichniss der ihm bekannten Schweizerischen Inseckten : mit einer augemahlten Kupfertafel: nebst der Ankhundigung eines neuen Insecten Werks Joh. Caspar Fuesslins 1775. BHL libr

— GEER, (Charles de), 1771 Mémoires pour servir à l'histoire des insectes , Stockholm : Hesselberg, .Tome 1 [1]-[15] 707 pages, 37 planches, Gallica . Tome second première partie 616 pages, ; Tome second deuxième partie pages 617 à 1175, 43 planches gravées par Bergquist. Gallica.

— GEOFFROY (Étienne-Louis, Docteur en médecine) 1762. Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris: dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique ; Paris : Durand 1762 Tome second Planches XI à XXII colorées à la main par Prévost gravées par Defehrt. 744p. http://archive.org/stream/histoireabrg02geof#page/n9/mode/2up

— GEOFFROY [Étienne-Louis] 1798-99 Histoire abrégée des insectes dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique. Nouvelle édition, revue, corrigée, & augmentée d'un supplément considérable. / par M. Geoffroy, docteur en médecine. A Paris :Chez Calixte-Volland, libraire, quai des Augustins, no. 24 :An VII de la République françoise [1799]. http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/14595#/summary

— GODART (Jean-Baptiste) Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons de France décrits par M. Godart, ancien proviseur Paris : Crevot 1821 Vol.1, Première partie, environs de Paris, [I]-[vij] + 295 p. Planches dessinées par [Antoine Charles] Vauthier et gravées par Lanvin.

GOEDART (Jan), 1685, Johannes Goedartius de Insectis nin methodum redactus cum notularum additione, operâ M. Lister, e Regia Societate Londinensi, Smith : London, 1685

http://books.google.fr/books/ucm?vid=UCM5327266043&printsec=frontcover&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false

Goedart par Lister Londres, 1685 :: Bibl. Strasbourg

http://books.google.fr/books/ucm?vid=UCM5327359323&printsec=frontcover&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false

GRIFFITH (W. J. ) Catalogue raisonné des lépidoptères observés en Bretagne jusqu'en 1882, ,... publié par les soins de T. Bézier. Rennes : Impr. Fr. Simon, 1902.

— GRIFFITH (William John) 1879 "Sur quelques-uns de nos lépidoptères nuisibles", Extrait duBulletin de la Société polymathique du Morbihan. 1er et 2e semestre 1879, 37 pages.

HARRIS (Moses) 1775 : The English Lepidoptera: or, The Aurelian's Pocket Companion, xv, 66p. 1 pl. color. London : J. Robson 1775.

— HAWORTH Adrian Hardy Lepidoptera Britannica;: sistens digestionem novam insectorum Lepidopterorum ...London, 1803, Google books

— HEMMING (Francis) : voir ICZN

— HEMMING (Francis) 1967 The Generic names of the butterflies and their type-species. Lepidoptera. Rhopalocera. Bulletin of the British Museum (Natural History) Entomology Suppl. n°9 468 pages. BHL :http://www.biodiversitylibrary.org/item/127039#page/11/mode/1up

— HIGGINS (L. G.) et RILEY (N. D.) 1988. Guide des Papillons d'Europe : Rhopalocères. Troisième édition française. Traduction et adaptation par Th. Bourgoin, avec la collaboration de P. Leraut, G. Chr. Luquet et J. Minet. Delachaux et Niestlé édit., Neuchâtel ,1988, 455 pages.

— HOEFNAGEL (Joris)

HOEFNAGEL (Jacob), 1592, Archetypa studiaque Patris Francofurti

http://docnum.u-strasbg.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/73052/rec/4

HOEFNAGEL [Jacob], 1630, Diversae insectarum volatilium icones ad vivum accuratißime depictæ per celeberrimum pictorem. [Amsterdam] Typis[que] mandatæ a Nicolao Ioannis Visscher , 32 pages, 16 planches,

HONEY, M. R. & SCOBLE, M. J. 2001. "Linnaeus's butterflies (Lepidoptera: Papilionoidea and Hesperioidea)". Zoological Journal of the Linnean Society, 132(3): 277-399.

HÜBNER, J. 1796-[1836]: Sammlung europäischer Schmetterlinge. Augsburg. BHL

et planches V1 http://www.biodiversitylibrary.org/item/89172#page/5/mode/1up

et V2 http://www.biodiversitylibrary.org/item/89173#page/3/mode/1up etc..

HÜBNER, (Jacob), 1761-1826 Das kleine Schmetterlingsbuch : die Tagfalter : kolorierte Stiche, Insel-Bücherei ;http://www.biodiversitylibrary.org/item/138312#page/35/mode/1u

— HUFNAGEL, W. F. 1766. Tabelle von den.Tagvögeln der hiesigen Gegend, woraus denen Liebhabern der Insekten Beschaffenheit, Zeit, Ort und andere Umstände der Raupen und der daraus entstehenden Schmetterlinge bestimmt werden. Berlinisches Magazin, oder gesammlete Schriften und Nachrichten für die Liebhaber der Arzneiwissenschaft, Naturgeschichte und der angenehmen Wissenschaften überhaupt, 2(1): 54-90.

— ICZN, Opinions and declarations rendered by the International Commission of Zoological Nomenclature, BiodiversityHeritageLibrary http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/50753#/summary

— ICZN F. Hemmings, Bulletin of Zoological nomenclature 1943-1951 : http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/51603#/summary

— KIRBY W.F. 1870 Linnean's Butterflies The Transactions of the Royal Entomological Society ..., Volume 18 ;Volume 1870 Google books

— LAFRANCHIS (Tristan), 2000 Les papillons de jour de France, Belgique et Luxembourg et leurs chenilles, Collection Parthénope, Ed Biotope, Mèze, 448p.

— LANG (Heinrich Gottlob) 1789, Verzeichniss seiner Schmetterlinge in den Gegenden um Augsburg gesammelt.

http://www.archive.org/stream/heinrichgottlobl00lang#page/n0/mode/1up

— LATREILLE (P.A.) 1796 Précis des caractères génériques des insectes disposés dans un ordre naturel par le citoyen Latreille Paris, Brive : 1796 pages 140-149.

— LATREILLE, P. A., 1804. "Tableau méthodique des Insectes", pp. 184-187 in Nouveau Dictionnaire d’Histoire Naturelle, Paris : Déterville. vol.24.

LATREILLE (P.A.) Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle appliquée aux arts, Paris : Detreville vol. 17, 1803 ici

LATREILLE (P.A.) Nouveau Dictionnaire d'histoire naturelle vol. 24 1818 : Classification page 501 http://books.google.fr/books?id=I_NBAAAAYAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q=vanesse&f=false

—LATREILLE, P. A., 1805. Histoire Naturelle, Générale et Particulière des Crustacés et des Insectes. Tome XIII, p. 369. Paris : Dufart.

LATREILLE P. A. 1810. Considérations générales sur l'ordre naturel des animaux composant les classes des Crustacés, des Arachnides et des Insectes; avec un tableau méthodique de leurs genres, disposés en familles. Paris: F. Schoell, 444 pp. pp. 350-370.

—LATREILLE (P.A) et Olivier Nouveau dictionnaire d'Histoire naturelle 2eme édition tome 27 1818.

LATREILLE (P.A), GODART (J.B) 1819 , Encyclopédie méthodique, ou Entomologie, Paris : Vve Agasse tome 9 1819. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58338273/f334.image.r=Godart.langFR

— LERAUT (Patrice) 1997 "Liste systématique et synonymique des Lépidoptères de France, Belgique et Corse" (deuxième édition) Alexanor, 20, Supplément hors série : 1-526, 10 illustr., photog, 38 fig.

— LEWIN, W. 1795 The Insects of Great Britain, systematically arranged, accurately engraved, and painted from nature, with the natural history of each species BHL library

http://www.biodiversitylibrary.org/item/103670#page/7/mode/1up

— LINNÉ 1758 Linnaeus, C. 1758. Systema naturæ per regna tria naturæ, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis. Editio decima, reformata. Holmiæ. (Salvius). Tomus I: 1-824

http://www.biodiversitylibrary.org/page/727383#page/494/mode/1up

— LINNÉ 1767 : Linnaeus, C. 1767. Systema naturæ, Tom. I. Pars II. Editio duodecima reformata. Holmiæ. (Salvius). 533-1327

http://www.biodiversitylibrary.org/page/25848844#page/264/mode/1up

— LINNÉ par GMELIN 1790 Systema naturæ, Tom. I. Pars V. Treizième édition.

http://www.biodiversitylibrary.org/item/83099#page/133/mode/1up

— LUCAS ([Pierre-] Hippolyte) Histoire naturelle des lépidoptères d'Europe Paris : Pauquet 1834 ouvrage orné nature de près de 400 figures peintes d'apres, par A. Noel, et gravées sur acier.http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4416154.r=lucas+papillons.langFR

http://www.biodiversitylibrary.org/item/53843#page/11/mode/1up

LUQUET (Gérard Chr.) 1986 "Les noms vernaculaires français des Rhopalocères d'Europe", Alexanor, Revue des Lépidoptéristes français, tome 14, juillet-septembre 1986, suppl.)

— LUQUET (Gérard Chr.) 1986 —in : PFLETSCHINGER (Hans). Papillons.Comment identifier et reconnaître les papillons d'Europe et leurs chenilles traduit et adapté de l'allemand par G. Chr. Luquet. 80 p., 88 illustr. photogr. coul. Collection "Miniguides Nathan tout terrain". Fernand Nathan édit. Paris.

MERIAN (Maria-Sibylla) Histoire générale des insectes de Surinam et de toute l'Europe contenant leur description, leurs figures, leur différentes métamorphoses..., par Mademoiselle Marie-Sybille de Mérian, en deux parties in-folio. Troisième édition, revue, corrigée & considérablement augmentée par M. Buchoz, ... A laquelle on a joint une troisième partie qui traite des plus belles fleurs, telles que des plantes bulbeuses, liliacées, caryophillées... Tome premier [-troisième] traduit par Jean Marret Paris : Desnos, 1771. PDF Bibliothèque de Toulouse, 3 volumes http://tolosana.univ-toulouse.fr/notice/07558171x

MERIAN (Maria-Sibylla) 1683 Der Raupen wunderbare Verwandelung, und sonderbare Blumen-nahrung: worinnen, durch eine gantz-neue Erfindung, Der Raupen, Würmer, Sommer-vögelein, Motten, Fliegen, und anderer dergleichen Thierlein, Ursprung, Speisen, und Veränderungen, samt ihrer Zeit, Ort und Eigenschaften (Band 2) Nürnberg , Frankfurt , Leipzig, 1683 Volume 2 (insectes d'Europe) digitalisé par Universitätsbibliothek Heidelberg;

— MERIAN (Anna Maria-Sibylla) http://de.wikisource.org/wiki/Maria_Sibylla_Merian

1719 Metamorphosis insectorum Surinamensium : édition 1730 : https://archive.org/stream/MariaSybillaMer00Meri#page/n13/mode/2up

b) [Illustrations de Veranderingen der Surinaemsche Insecten...] / Maria Sybilla Merian, dess., aut. du texte ; I. Mulder, P. Sluyter, D. Stoopendaat, grav. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b2300244f

— MERIAN (Anna Maria-Sibylla) De Europische insecten 1730 Jean Marret, M.D. Amsterdam J.F. Bernard https://archive.org/stream/gri_33125008530400#page/n3/mode/2up

— MERRET (Christopher) 1667 Pinax Rerum Naturalium Britannicarum. 1667. Google Books

http://books.google.co.uk/books?id=p0SjZ7N6TA0C&printsec=frontcover&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

MOFFET (Thomas) 1634 Insectorum, sive, Minimorum animalium theatrum. Londini : Ex officin typographic Thom. Cotes et venales extant apud Guiliel. Hope, 1634. BHL.

MOORE (Frederic) 1890-1913 Lepidoptera indica, L. Reeve : London, 1890-1913. BHL

OBERTHÜR (Charles) 1904 Études de Lépidoptérologie comparée, Rennes : Oberthür, 1913 Openlibrary

— OBERTHÜR (Charles), HOULBERT (Constant), 1912-1921, Faune entomologique armoricaine. Lépidoptères. Rhopalocères, Rennes : Imprimerie Oberthür 1912-1921, 258 pages.

PERREIN (Christian) 2012 et al. , Biohistoire des papillons, Presses Universitaires de Rennes 2012.

PETIVER (James), 1702-1706? Gazophylacii naturae & artis, : decas prima-[decima]. In quaÌ‚ animalia, quadrupeda, aves, pisces, reptilia, insecta, vegetabilia; item fossilia, corpora marina & stirpes minerales eÌ€ terra eruta, lapides figuraÌ‚ insignes &c. Descriptionibus brevibus & iconibus illustrantur. Hisce annexa erit supellex antiquaria, numismata, gemmae excisae, & sculpturae, opera figulina, lucernae, urnae, instrumenta varia, inscriptiones, busta, reliquaque ad rem priscam spectantia: item machinæ, effigies clarorum virorum, omniaque arte producta... / Jacobus Petiver Londini: : Ex OfficinaÌ‚ Christ. Bateman ad insignia Bibliae & Coronae, vico vulgo dict. Pater-Noster-Row., MDCCII. [1702-1706?]. Version Google books de 1702 ou mieux GDZ Göttingen (Planches).

PETIVER (James) 1695-1703 Musei Petiveriani centuria prima-decima, rariora naturae continens: viz. animalia, fossilia, plantas, ex variis mundi plagis advecta, ordine digesta et nominibus propriis signata, London, 1695-1703 Version Books-Google.

PETIVER (James) 1767 Jacobi Petiveri Opera, historiam naturalem spectantia containing several thousand figures of birds, beats, fifh, reptiles, insects shells, corals, and fossils; also of trees, shrubs, herbs, fruits, fungus's, mosses, sea-weeds, &c. from all parts, adapted to Ray's History of plants on above three hundred copper-plates, with English and Latin names, London, James Empson (éditeur), 1767 Version Books.Google

PETIVER (James) 1717 Papilionum Brittaniae Icones (1717)

PODA (Nicolaus) 1761. Insecta Musei Græcensis, quæ in ordines, genera et species juxta systema naturæ Caroli Linnæi. Graecus [= Graz]. (Widmanstadius). 127 pp. Google books

RAY (John) Historia insectorum, Londini 1710 Archive.org

RÉAUMUR [René-Antoine] de Ferchault 1734-1748 Mémoires pour servir à l'histoire des insectes Paris : Imprimerie Royale, 6 volumes, de 1734 à 1748 [un 7e, copie du manuscrit original, paraîtra en 1928], 267 planches gravées par Simoneau, Lucas, Haussard et Fillioeul. En ligne BHL. Voir aussi VALLOT J.N. 1802.

ROBERT (Paul A.) 1934 — Les Papillons dans la nature, Delachaux et Niestlé : Neufchâtel et Paris, 405 p., 64 pl. couleurs books.google.fr/books?id=jSFDAAAAYAAJ

— RÖSEL VON ROSENHOF 1764-68 De natuurlyke historie der insecten; voorzien met naar 't leven getekende en gekoleurde plaaten. Volgens eigen ondervinding beschreeven, door den heer August Johan Rösel, van Rosenhof, miniatuur-schilder. Met zeer nutte en fraaie aanmerkingen verrykt, door den heer C. F. C. Kleemann ...Te Haarlem, By C. H. Bohn en H. de Wit, boekverkoopers [1764-68] BHL Library

— Rösel von Rosenhof 1746 Der monatlich herausgegebenen Insecten-Belustigung Nürnberg.http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/roesel1746ga

SALMON (Michael A.) 2000, The Aurelian legacy, British butterflies and their collectors, University of California Press, 2000.

SCHAEFFER (Jacob-Christian) Iacobi Christiani Schaefferi 1766, Icones Insectorum circa Ratisbonam indigenorum coloribus naturam referentibus expressae = Natürlich ausgemahlte Abbildungen Regensburgischer Insecten Regensburg [Ratisbonne]: gedruckt bey H.G. Zunkel, [1766?-1779?] ; Gravure par Haid, Johann Jacob (1704-1767), 5 tomes in-4° avec 220 planches coloriées VOL. II Google

SCOPOLI (Jean-Antoine) Ioannis Antonii Scopoli Med. Doct. S.C.R. ... Entomologia Carniolica exhibens insecta Carnioliae indigena et distributa in ordines, genera, species, varietates : methodo Linnaeana. Vindobonae :Typis Ioannis Thomae Trattner ...,1763. En ligne BHL.

— SCUDDER, S. H. 1875. "Historical sketch of the generic names proposed for Butterflies: a contribution to systematic nomenclature". Proceedings of the American Academy of Arts and Sciences, 10: 91-293.

SODOFFSKY (Wilhem),1837. "Etymologische Untersuchungen ueber die Gattungsnamen der Schmetterlinge" Bulletin de la Société Impériale des Naturalistes de Moscou. 10(6) : 76-97.

SOUVESTRE (Émile), 1836 Voyage dans le Finistère par Jacques Cambry, revu et augmenté par- : "Tableau systématique des lépidoptères qui se trouvent dans le département du Finistère" par [(Hesse et) Le Borgne de Kermorvan] Brest : Come et Bonetbeau, 1835 page 165.

SWAMMERDAM (Jan) 1685 Historia insectorum generalis et 1737-38 Biblia naturae (Leyde)

http://docnum.unistra.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/65389/rec/3

— TOLMAN (Tom), LEWINGTON (Richard), Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, traduction et adaptation française Patrick Leraut, Paris : Delachaux et Niestlé 1999 et 2009, 384 pages.

VALLOT J.N. Concordance systématique, servant de table de matières à l'ouvrage de Reaumur, Paris : Grégoire, Thouvenin, 1802. En ligne Google books.

— VILLERS (Charles de) 1789 Caroli Linnaei Entomologia, faunae Suecicae descriptionibus aucta : DD. Scopoli, Geoffroy, de Geer, Fabricii, Schrank, &c., speciebus vel in systemate non enumeratis, vel nuperrime detectis, vel speciebus Galli australis locupletata, generum specierumque rariorum iconibus ornata; curante & augente Carolo de Villers .. Lyon : Pietre et Delamollière, (1789). https://archive.org/stream/carolilinnaeient02linn#page/n11/mode/2up

— WALCKENAER (C.A.) 1802, Faune parisienne, insectes, ou, Histoire abrégée des insectes des environs de Paris classés d'après le système de Fabricius; précédée d'un discours sur les insectes en général, pour servir d'introduction à l'étude de l'entomologie accompagnée de sept planches gravées Paris : Dentu 1802 en ligne BHL.

WESTWOOD (J O) & HUMPHREYS (Henry Noël),1841. British butterflies and their transformations, William Smith : London BHL

— WILKES (Benjamin) 1773 One hundred and twenty Copper plates of English moths and butterflies ... with a natural history London : Benjamin Wilkes Books.google.

WILKES (Benjamin), 1747-49 The english moths and butterflies, etc... London : printed for the author Books.Goggle

ZIMMER, (Dieter E., rédacteur du mensuel Der Zeit) 2012 A guide to Nabokov's Butterflies and Moths et Butterflies and Moths in Nabokov's Published Writings , Web version 2012.

III. Boite à liens.

Index animalium Charles Davies Sherborn

http://www.sil.si.edu/digitalcollections/indexanimalium/TaxonomicNames/IA_Namesearch.cfm

— Liste des références d' auteurs avec les liens vers leurs publications: http://www.ukbutterflies.co.uk/references.php

— National History Museum Noms de genre : Brian Pitkin and Paul Jenkins Butterflies and Moths of the WorldGeneric Names and their Type-species http://www.nhm.ac.uk/research-curation/research/projects/butmoth/

— Taxonomie : Global Butterfly Information System :http://www.globis.insects-online.de/search

— Mythologie Grecque : Myth Index http://www.mythindex.com/greek-mythology/Names-E.html

— Les papillons du Systema Naturae de 1758 : http://en.wikipedia.org/wiki/Lepidoptera_in_the_10th_edition_of_Systema_Naturae

Albin :http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN477852769

Billberg http://www.biodiversitylibrary.org/item/105024#page/87/mode/1up

Boisduval chenille 1832 : http://www.biodiversityheritagelibrary.org/bibliography/51588#/summary

Boisduval Tableau meth. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97190k/f1.image.pagination.r=Boisduval.langFR

Boisduval 1832 Icones I http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k441589r

Boisduval 1832 Icones II http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k441590p/f76.image.r=lepidopteres.langEN

Boitard, 1828. : http://books.google.fr/books?id=K3ShlXhmFsEC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

Cramer http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/43777#/summary

Dale https://archive.org/stream/historyofourbrit00dalerich#page/n5/mode/2up

Denis et Schiffermüller : http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN574458115&IDDOC=441200

http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN574458115&DMDID=&LOGID=LOG_0002&PHYSID=PHYS_0009

Google : http://books.google.fr/books?id=79BYAAAAcAAJ&printsec=frontcover&dq=verzeichniss+Denis+et+schifferm%C3%BCller&hl=

fr&sa=X&ei=AHYGU5vEAfC00QXu1IBo&ved=0CDIQ6AEwAA#v=

onepage&q=verzeichniss%20Denis%20et%20schifferm%C3%BCller&f=false

Doubleday & Westwood http://www.biodiversitylibrary.org/item/49323#page/5/mode/1up

Duponchel, chenilles 1849 : BHL :

http://www.biodiversityheritagelibrary.org/bibliography/9410#/summary

Engramelle : http://books.google.fr/books?id=em0FAAAAQAAJ

et https://archive.org/stream/papillonsdeurop00ernsgoog#page/n159/mode/2up

Engramelle vol. 2 : http://books.google.fr/books/about/Papillons_d_Europe_peints_d_apr%C3%A8s_natur.html?id=jbS5ocRuGsYC&redir_esc=y

Engramelle vol. 3 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84701433

Esper : http://www.biodiversitylibrary.org/item/53441#page/9/mode/1up

Fabricius :1775 http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/36510#/summary

Fabricius 1787 :

http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/home/speciestaxon?id=25707

Fabricius 1793 Ent Sys em https://archive.org/stream/magazinfrinsek06illi#page/280/mode/2up

Fabricius 1807 : https://archive.org/stream/magazinfrinsek06illi#page/280/mode/2up

Frisch https://archive.org/stream/johleonhardfrisc01fris#page/n7/mode/2up

Fourcroy voir Geoffroy.

Fuessli http://www.biodiversitylibrary.org/item/78769#page/11/mode/1up

Geoffroy : http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/51067#page/9/mode/1up

Geoffroy latin par Fourcroy : http://archive.org/stream/entomologiaparis02four#page/n3/mode/2up

De Geer : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97151p/f1.image.r=.langFR

Goedart par Lister 1685 : http://docnum.unistra.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/64604/rec/1

Godart 1821 BHL : http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/38004#page/256/mode/1up

Godart latreille 1819 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58338273/f334.image.r=Godart.langFR

https://archive.org/stream/encyclopdiem09metc#page/n3/mode/2up

Harris M. 1766 http://archive.org/stream/Aurelian00Harr#page/n7/mode/2up

1840 : http://www.biodiversitylibrary.org/item/120628#page/9/mode/1up

Hübner 1779 http://www.biodiversitylibrary.org/item/89180#page/1/mode/1up

Hübner,: Sammlung europäischer Schmetterlinge. http://www.biodiversitylibrary.org/item/89180#page/5/mode/1up

et planches V1 http://www.biodiversitylibrary.org/item/89172#page/5/mode/1up

et V2 http://www.biodiversitylibrary.org/item/89173#page/3/mode/1up etc..

ICZN F. Hemmings http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/50753#/summary

Bulletin : http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/51603#/summary

Kirby 1871: http://www.biodiversitylibrary.org/item/64906#page/9/mode/1up

Latreille 1804 : http://books.google.fr/books?id=xBsOAAAAQAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

Latreille 1810 : http://www.biodiversitylibrary.org/item/47766#page/358/mode/1up

Leach : http://biodiversitylibrary.org/page/17493618#page/136/mode/1up

https://archive.org/details/CUbiodiversity1121039

Linné http://www.biodiversitylibrary.org/item/10277#page/3/mode/1up

http://books.google.fr/books?id=Jps-AAAAcAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q=elinguis&f=false

Linné, Mantissa plantarum http://bibdigital.rjb.csic.es/spa/Libro.php?Libro=947&Pagina=545

Linné fauna suecica 1746 :http://biodiversitylibrary.org/bibliography/63899#/summary

Linné fauna suecica 1761 : http://biodiversitylibrary.org/bibliography/46380#/summary

Linné S.N. 1767 :http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN362053723&DMDID=DMDLOG_0001&LOGID=LOG_0001&PHYSID=PHYS_0002

Linné, Species Plantarum http://www.biodiversitylibrary.org/item/13829#page/1/mode/1up

Merian, Insectes d'Europe : http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/merian1683bd2

Moffet : http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/60501#/summary

Moore, Lep. indic http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/8763#/summary

Oberthür, Études http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/8792#/summary

1910 (4) http://www.biodiversitylibrary.org/page/10532070#page/299/mode/1up

Ochsenheimer 1808 http://archive.org/stream/dieschmetterling12ochs?ui=embed#page/180/mode/1up

Petiver James, Musei petiveriani centura prima 1695 digitalisé par Google (accès partiel)

> http://books.google.fr/books/about/Musei_Petiveriani_centuria_prima.html?id=vp05AAAAcAAJ&redir_esc=y

Petiver, Gazophylacii :books.google.fr/books?id=sp05AAAAcAAJ

Petiver, Papilionum brittaniae 1717 in Opera Books .google

Petiver, Opera (1767) https://archive.org/stream/jacobipetiveriop11767peti#page/n5/mode/2up

Philatélie : http://www.lepi-phila.eu/species.php

Ray : https://archive.org/stream/historiainsector00rayj#page/n11/mode/2up

Réaumur : http://www.biodiversitylibrary.org/item/50298#page/11/mode/1up

Rösel : http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/7362#/summary

http://www.biodiversitylibrary.org/item/31182#page/138/mode/1up

http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/roesel1746ga

les quatre tomes :

http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/toc/?PPN=PPN369099060&IDDOC=282169

Rottemburg :

http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/home/speciestaxon?id=8326

Schneider 1787 http://books.google.fr/books?id=VnY-AAAAcAAJ&pg=PA241&lpg=PA241&dq=schwarzgestrichelter+schmetterling&source=bl&ots=c5RGnFNYx4&sig=-HkttVMLK2SZP6KRw5MXfvJCYxI&hl=fr&sa=X&ei=

AHwGU7m9LoLm7Abd7oGICg&ved=0CC8Q6AEwAA#v=onepage&q=schwarzgestrichelter%20schmetterling&f=false

Scopoli Entomologia carniolica 1763

http://www.biodiversityheritagelibrary.org/bibliography/34434#/summary

Soddoffsky :http://www.archive.org/stream/bulletindelas10183768mosk#page/n82/mode/1up

Scudder http://biodiversitylibrary.org/page/3076769#page/269/mode/1up

Spuler : http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/9477#/summary

Tutt vol.1 1906 : http://archive.org/stream/naturalhistoryof08tutt#page/n8/mode/1up

Tutt vol.2 1908 : http://archive.org/stream/naturalhistoryof09tutt#page/n4/mode/1up

Tutt v3 1909 :http://archive.org/stream/naturalhistoryof10tutt#page/n4/mode/1up

Tutt v4 1914 : http://archive.org/stream/naturalhistoryof04tut#page/n4/mode/1up

De Villers 1789 : https://archive.org/stream/carolilinnaeient02linn#page/n11/mode/2up

Walckenaer : http://www.biodiversitylibrary.org/item/79375#page/289/mode/1up

Westwood et Humphreys 1841 : http://biodiversitylibrary.org/bibliography/12483#/summary

Wilkes, english moths and butterflies http://books.google.fr/books?id=x1xnr4VCDe0C&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

Goettingen animalbase : base de donnée : http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/search

Butterflies of America : http://butterfliesofamerica.com/polyommatus_icarus.htm

Références Bibliographiques en taxonomie : http://butterfliesofamerica.com/US-Can-Cat.htm

Bestimmungshilfe für die in Europa nachgewiesenen Schmetterlingsarten :http://www.lepiforum.de/

Partager cet article

Published by jean-yves cordier - dans histoire entomologie
commenter cet article
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 09:27

Enquête sur le nom de la plante Belladonna (Atropa belladonna L.1753) et Belle-Dame.

.

.

"Etymonline est un ouvre-boîte, un labyrinthe imaginaire avec de vrais minotaures à l'intérieur, mon roman jamais écrit, fragmenté en mots et disposé selon l'ordre alphabétique." (Douglas Harper)

.
.

D'où vient le nom botanique latin belladonna ? Et notre nom Belladone ?

Jusqu'à présent, j'avais cru les nombreux auteurs qui affirmaient que ce nom venait de l'italien bella donna, "Belle-Dame", nom donné à la Renaissance parce que les Italiennes utilisaient un collyre de Belladone pour élargir leurs pupilles, ou une pommade pour embellir leur visage. J'avais d'autant plus de raison de le croire que le nom vernaculaire du papillon Vanessa cardui, la "Belle-Dame" (1762) provient de l'anglais The Painted-Lady ("La femme maquillée") attribué par Petiver en 1699 par traduction d'un nom latin plus ancien bella donna.

Or je constate aujourd'hui que cette étymologie n'est pas fondée. Le nom fut d'abord mentionné par Pierre André Matthioli en 1566, puis créé comme nom botanique par Charles de l'Escluse (Clusius) en 1583, mais l'explication de ce nom n'apparait qu'un siècle plus tard, rapportée, pour interpréter ce nom, par les botanistes anglais du XVIIe siècle (et J. Parkinson 1640 et J. Ray 1660). Ce sont ces derniers qui ont publié une étymologie orale et populaire plus ancienne, en la justifiant médicalement par un effet supposé de pâleur du visage, critère d'élégance féminine. C'est John Ray qui, le premier, constata l'effet de dilatation pupillaire de la plante, ce qui exclut que les Italiennes se soit servies de cette plante comme mydriatique au XV ou XVIe siècle.

Il est toujours pénible de déconstruire les mythes.

.

I. L'ÉTYMOLOGIE TRADITIONNELLE ENCORE VIVANTE.

A. Le Littré 1880.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré 1880 :

"— belladone (bèl-la-do-n') s. f. Plante vénéneuse de la famille des solanées, dont le nom spécifique est la belladone commune. ÉTYMOLOGIE Belladonna, de bella, belle, et donna, dame, les Italiens s'en servant pour faire du fard. "

B. Wikipédia 2015.

La plupart des auteurs d'encyclopédies ou d'ouvrages botaniques, homéopathiques (Hanhnemann a créé le remède Belladonna en 1799) ou généraux mentionnent l'étymologie du nom belladonna comme liée à la coquetterie des femmes italiennes, mais aucun ne cite ses sources. Il suffit de consulter (20 février 2015) l'encyclopédie Wikipédia pour trouver :


— Wikipédia (en) : « The name "belladonna" comes from the Italian language, meaning "beautiful lady"; originating either from its usage as cosmetic for the face or, more probably, from its usage to increase the pupil size in women. »

— Wikipédia (Fr.) : « Poison mortel, la belladone fut aussi utilisée pour parfaire la beauté des femmes de la Renaissance. Les Italiennes élégantes appliquaient sur leurs yeux une pommade à base de belladone qui avait pour effet de dilater leurs pupilles et de leur donner de profonds yeux noirs. D'où l'expression belladonne, c'est-à-dire « belle femme » en italien. La dilatation de la pupille est l'une des manifestations de l'excitation sexuelle et de l'admiration désirante [citation nécessaire]. La belladone faisait aussi légèrement loucher, ce qui, à l'époque, était caractéristique de la beauté (cf. l'expression « avoir une coquetterie dans l'œil »). »

.

II. L'ÉTYMOLOGIE SELON LES LEXICOGRAPHES.

A. Wiktionary.

http://en.wiktionary.org/wiki/belladonna

"From Italian bella donna (literally “beautiful lady”), altered by folk etymology from Medieval Latin bladona (“nightshade”), from Gaulish *blātōnā, blātunā, from Proto-Celtic *blātus (“flower”), from Proto-Indo-European*bʰḷh₃tus, from *bʰleh₃- (“blossom, flower”). The folk etymology was motivated by the cosmetic use of nightshade for dilating the eyes."

-Traduction : "De l'italien bella donna (littéralement " belle dame " ), modifié par l'étymologie populaire du latin médiéval bladona ( " morelle " ), du gaulois * blātōnā , blātunā , du Proto-celtique * blātus ( " fleur " ), du proto-indo- européenne * bʰḷh₃tus , de * bʰleh₃- ( " fleur, fleur " ). L'étymologie populaire a été motivée par l'utilisation cosmétique de la Belladone pour dilater les yeux."

.

B. Online Etymology Dictionary (© 2001-2014 Douglas Harper)

— belladonna (n.) 1590s, "deadly nightshade" (Atropa belladonna), from Italian, literally "fair lady;" the plant so called supposedly because women made cosmetic eye-drops from its juice (an 18c. explanation; atropic acid, found in the plant, has a well-known property of dilating the pupils) or because it was used to poison beautiful women. Perhaps a folk etymology alteration; Gamillscheg suggests ultimately of Gaulish origin.

— Traduction : belladone (n.) 1590, "belladone" ( Atropa belladonna ), de l'italien, littéralement «belle dame»; la plante dite supposément parce que les femmes ont fait collyres cosmétiques de son jus (une explication 18c;. l'acide atropique, a trouvé dans la plante, a la propriété bien connue de dilater les pupilles) ou parce qu'il a été utilisé pour empoisonner les jolies femmes. Peut-être une étymologie populaire altèrée; Gamillscheg suggère finalement une origine gauloise.

— Commentaire : La notice de Douglas Harper (un auteur qu'il faut saluer) est excellente. Ernst Gammilscheg (1887-1971) est un linguiste et romaniste de l'université de Tübingen auteur d'un Dictionnaire étymologique de la langue française , deux volumes, Heidelberg 1926-1929 (2e, édition révisée de 1966 à 1969), ce qui indique que la compréhension approfondie du terme est assez récente.

.

C. Dictionnaire Historique de la langue française Robert, 1992.

"BELLADONE n. f. est la francisation de belladonna (1602), emprunt à l’italien belladonna, attesté en botanique chez Mattioli (1500-1577) et peut- être de même origine que le latin médiéval bladonna (VIIIe-XIe s.), adapté en moyen français sous la forme bladone (XVe s) . Belladonna serait peut-être l’adaptation d’un mot gaulois venant des dialectes alpins qui maintiennent le groupe -bl-, et passé dans les dialectes du Nord qui l’évitent et ont créé la forme beladona ; celle-ci a été adaptée en belladonna « belle dame » (de bella, féminin de bello, correspondant à beau, et donna, correspondant à dame) peut-être en raison du fard que les Italiens en tiraient. Le mot désigne une espèce de plante de la famille des solanées, aussi appelée belle dame, dont toutes les parties contiennent un poison violent."

Cet article énonce clairement ce qui va être présenté par le CNRTL avec les abréviations, mais avec toutes les sources et précisions nécessaires.

.

D. Trésor de la Langue Française CNRTL.

http://www.cnrtl.fr/definition/belladone

« Prononc. et Orth. : [bεl(l)adɔn]. Passy 1914 et Warn. 1968 transcrivent le mot par [ll] géminées (cf. aussi Land. 1834,Fél. 1851, Littré et DG). Barbeau-Rodhe 1930 et Pt Lar. 1968 transcrivent [l] simple. Pt Rob. donne d'une part la possibilité de prononcer [l] et [e] fermé d'autre part de prononcer [ll] et [ε] ouvert à la 1re syll. Ac. 1798 enregistre bella-dona ou belle-dame; Ac. 1835 bella-dona ou plus ordinairement balladone; Ac. 1878 et 1932 belladone en soulignant : ,,on la nomme aussi belle-dame``. Cf. aussi Besch. 1845 qui donne parallèlement belladone, belladona ou belle-dame; Lar. 20e note s.v. belladone : ,,on l'appelle aussi belle-dame, morelle furieuse``; Rob. note s.v. belladone : ,,appelée vulgairement belle-dame``. Le reste des dict. emploie la vedette belladone (Lar. 19e et Nouv. Lar. ill. signalent : ,,on écrit aussi belladone``) et c'est s.v. belle-dame (terme d'entomol.) que la majorité d'entre eux ajoute : nom vulgaire de la belladone et de l'arroche des jardins. Étymol. et Hist. I. xves. bladone bot. « molène » (Le Grant Herbier, n°475, Camus dans Gdf. Compl. : Tapsus barbatus, tapse barbé ... Aucuns l'appellent queue de leu; l'en l'appelle flosmon et bladone). II. 1602 belladonna « espèce de solanée vénéneuse » (A. Colin, Hist. des drogues, trad. de l'Escluse, 540 [Lyon] dans Quem. : L'autre espèce de Nicotiane à [sic] les feuilles un peu plus petites, ressemblant fort au Solane, qu'on appelle communement Belladonna). I adaptation du lat. médiév. bladon(n)a, bot. « Verbascum Thapsus L.; molène commune » peut-être l'orig. gaul. (Gamillscheg dans Z. rom. Philol., t. 40, p. 136), la forme bladonna est attestée aux VIIIe-XIe s. (Glossae latino theodiscae, III, 105, 1, ibid., 1501, 2). II empr. à l'ital. belladonna (Kohlm, p. 32) attesté comme terme de bot. dep. av. 1577 (P. Mattioli [1500-1577] 2, 1131 dans Batt.), peut-être de même orig. que I, c.-à-d. adaptation du gaul. (Devoto; Migl.-Duro; Devoto-Oli) passé des dial. alpins qui maintiennent le groupe bl-, dans les dial. du Nord qui l'évitent et ont ainsi créé la forme *beladona adaptée par voie pop. en toscan en bella donna, littéralement « belle dame » peut-être en raison de l'espèce de fard que les Ital. en tiraient autrefois [La forme belladone ne se trouve pas dans la 1re éd. du Dict. des drogues simples,1698 (3e éd. 1733) de Nicolas Lemery comme l'indique le Lar. Lang. Fr., cf. Tolmer (ds Fr. mod., t. 14, p. 295) qui relève dans l'ouvrage de Lemery la forme belladona et non belladone; cf. aussi Trév. 1752, s.v. belle-dame, v. ce mot]."

Bibliographie :

− Arveiller (R.). Sur l'orig. de qq. mots fr. R. Ling. rom. 1964, t. 28, pp. 308-313. [Arveiller (Raymond.) Sur l'origine de quelques mots français . in Revue de linguistique romane / 1964

− Colonna (P.). Au jardin des plantes. Vie Lang. 1952, p. 372.

− Hope 1971, p. 356.

− Quem. 2es. t. 1 1970, p. 7 [Cr. Arveiller (R.). R. Ling. rom.1971, t. 35, p. 215].

− Quillet Méd. 1965."

La référence compléte de Gammillscheg est GAMMILSCHEG (Ernst), 1920, "belle-dame", "Französische Etymologien", Zeitschrift für romanische Philologie, t.40 p. 135-136; elle est consultable sur gallica :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k15890c/f145.image.langEN

III. RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET ICONOGRAPHIQUE DE LA BELLA DONNA DANS LES PREMIÈRES FLORES.

A) Une synthèse universitaire par Daunay et Laterrot 2007-2008

a) DAUNAY (Marie-Christine) LATERROT ( Henri), 2008, "Iconography and History of Solanaceae: Antiquity to the 17th Century" Horticultural Reviews, Volume 34,

http://www.hort.purdue.edu/newcrop/pdfs/c01.pdf

b) DAUNAY (Marie-Christine) LATERROT ( Henri) JANICK (Jules) , 2007,,"Iconography of the Solanaceae from Antiquity to the XVIIth Century: a Rich Source of Information on Genetic Diversity and Uses", VIth International Solanaceae Conference Eds.: D.M. Spooner et al. Acta Hort. 745, ISHS 2007

http://hort.purdue.edu/newcrop/actahort745.pdf

Traduction au péril de mon incompétence (on vérifiera la source) :

"L' espèce très toxique Atropa belladonna est souvent désignés comme '' la belladone ''. C' est une plante vivace, un arbuste herbacée qui est une source riche d'alcaloïdes. Les racines, les feuilles et les graines sont toxiques pour les humains.

1°) Premieres descriptions.

"— Théophraste décrit une plante nommée Morion qui aurait pu être Atropa belladonna, et la question a longtemps été débattue entre les herboristes plus tard. Selon Heiser (1969), la description de l'apparence et le comportement des ménades (les préposés de de nymphes) des orgies dionysiaques suggère que la belladone a été mélangée dans le vin lors des Bacchanales.

— La première image trouvée de Belladone est le folio 237 du précieux manuscrit Horae ad Usum Romanum, également connu comme Grandes Heures d'Anne de Bretagne (MSS Res. 9474 latine), daté de ca. 1503-1508.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52500984v/f482.item

Bien que la licence artistique produise des calices rougeâtres (et non vert) et seulement de globuleux fruits mûrs verts et plat (au lieu de fruits noirs mûrs caractéristique globulaires), la branche peinte est facilement reconnu comme la belladone (nommé Barsines dans le vieux français de l'époque) avec ses feuilles entières, ses fleurs rougeâtres en forme de cloche, et le grand calice étoilé encadrant le fruit."

 Belladonna in Horae ad Usum Romanum (Grandes Heures d’Anne de Bretagne), folio 237, 1503–1508. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52500984v/f482.item

Belladonna in Horae ad Usum Romanum (Grandes Heures d’Anne de Bretagne), folio 237, 1503–1508. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52500984v/f482.item

 

"— Une image plus botaniquement exacte est celle du  Codex Vienne 11 121   de Fuchs,  daté de 1536-1541 dans le  folio 535, qui affiche une plante nommée Mandragora Morion Dollkraut avec une grande feuille à la base avec, presque entre les nœuds, des fleurs en forme de cloche solitaires et rougeâtres, et de nombreux fruits verts ou noirs attachés à de longs pédoncules et encadrés par un grand calice.  La gravure sur bois de Fuchs 1543 (folio 395), nommé Dollkraut, est la même mais en sens inverse et sans grande feuille (Fig. 1.4). Elle a été utilisée par Dodoens (1553), à nouveau inversée.

— Des plantes du même type sont présentes dans l' Herbier (Herbal) de Oellinger (1553, folio 346) avec le nom de Solanum somniferum et léthale et dans Il Teatro della Natura d'Aldrovandi (seconde moitié du 16ème siècle, vol. 5-2, folio 195)  avec plusieurs noms, y compris Mandragora Theo, Solatron léthale, et Solanum manicum.

— Dodoens (1553, 1557) répète l'image 1543 de Fuchs (inversée), Lonicer (1587) affiche un dessin très brut et Matthioli (1579) illustre une plante assez raide portant les caractéristiques de la belladone. Cette gravure sur bois a été utilisé à nouveau par Bauhin (éd. 1707). Lobel (1576b), Clusius (1601), Dodoens (1608), Gérard (1633), et  Parkinson (1640) ont utilisé une autre gravure sur bois [cf. Parkinson infra] affichant les caractéristiques des fleurs et des fruits avec leur grand calice en forme d'étoile."

2°). Les noms.

"Les noms identifiant les dessins de la belladone aux 16ème et 17ème siècles sont extrêmement divers. Ils comprennent Solanum léthale, S. hypnoticon, S. soporiferum, S. furiosum, Solatrum mortale, Solatrum léthale, Mandragoras Theophrasti, Morion (latin); Seukraut, Dollwurtz, Dollkraut, Schlafbeeren (haut allemand); Groote nascaye, Dulcruyd, Dulle Besien, Schlaaffkraut, Dollkraut (bas allemand); Dwale, deadly nightshade , Greate Morelle (anglais); Solanum dormitif, Solanu mortel, Morelle marine  (français); Acarreadora de sueno, Yerva mora maire (espagnol); et Belladona Italorum, Solatro marino (italien). L'origine du mot belladone, maintenant utilisé comme épithète, est controversée. Une explication intéressante était la croyance que le jus, lorsqu'il est utilisé sous forme de gouttes placées dans les yeux des dames, a provoqué l'élargissement de la pupille, leur donnant un regard rêveur et hypnotique pensé pour être très attrayant pour les hommes. Le nom générique moderne, Atropa, se réfère au sort grecque Atropos qui a coupé le fil de la vie. En nommant la plante Atropa belladonna, Linnaeus capturé l'essentiel de la plante."

3°) utilisations.

"Fuchs (1543) met en garde sur la nature toxique de la plante. Selon Dodoens (1557), les feuilles et les fruits de la plante sont froids à la quatrième année et ont été utilisés en applications externes contre toute forme d'inflammation. Mais il contre-indique  l'usage par voie interne, parce qu'il induisait  le sommeil profond, la rage (colère), et même la mort, et  Dodoens met en garde contre le fait de la planter dans n' importe quel jardin étant donné ses fruits attractifs (en particulier aux enfants) et ses effets dangereux. Les utilisations de la belladone dans la sorcellerie ne sont pas évoqués dans les Flores médicales de la Renaissance, mais selon Hansen (1978), cette espèce entrait dans le cadre des préparations des sorcières. L'hyoscyamine, le principal alcaloïde présent dans la plante, avec quelques autres, comme l'hyoscine, l'atropine, et la belladonnine, sont responsables des propriétés pharmaceutique et psychotropes de la plante  (Evans, 1979). "

4°) Conclusion.

"Les images de  Belladonna  se trouvent dans les Flores médicinales beaucoup plus tard que celles de la mandragore et jusquiame, et cela peut éventuellement s'expliquer par la confusion avec d'autres solanacées  induisant le sommeil. Cet effet vraiment malveillant de la Solanacées est particulièrement dangereux pour les enfants en raison de ses fruits noirs et doux brillantes attrayants, qui sont mortels. Belladonna est également fatale à de nombreux animaux domestiques et le bétail, bien que les lapins, les oiseaux et les cerfs ne semblent pas être affectés. L'atropine est encore utilisée par les ophtalmologues pour dilater les yeux et est utilisée comme un antidote dans les intoxications aux organo-phosphorés et aux carbamates."

.

.

B. Ma propre enquête : origine du nom et de l'étymologie populaire de la Belladone.

La plupart des auteurs mentionnent l'étymologie du nom belladona comme liée à la coquetterie des femmes italiennes, mais aucun ne cite ses sources.Je les ai donc recherché. En résumé, Matthioli en 1566 puis Clusius en 1583 citent ce nom en usage en Italie pour désigner leur Solanum maius ou Solanum lethale, mais il faut attendre J. Parkinson en 1640 pour rapporter ce nom à un usage esthétique, non pas comme mydriatique, mais comme vasoconstricteur pour conférer aux dames la paleur de teint qui était alors recherchée.

a) Fausse piste ? : la Blandone du Grant Herbier.

 Le Trésor de la Langue Française me renvoie à la consultation du Grant Herbier (1486-1488), dans lequel je finis par trouver le paragraphe  De Tapso Barbato ou Tapse barbé :

Tapsus barbatus taple barbe cest une herbe commune qui a les feuilles velues et porte une branche longue dont on fait ung brandon ardent quant on l'engrasse. Aulcuns l'appellent queue de louv. On l'appelle flosmon et blandone et argimon. Elle est froide et seiche et en est de deux manières la masle et femelle. La femelle est plus grant et a plus grant feuilles et aussi est la meilleure. Chaudiement fait de vin ou ceste herbe ara cuit vault contre les emorroides. A ce vault aussi a essuyer fondement de ces feuilles quant on lesuve hors. Petit baing fait en l'eaue ou elle a esté cuite valt contre esprainson et flux de ventre.

La pouldre de ces feuilles mise sus chancres il vault moult. Pour chasser les poissons d'ung lieu soient ses feuilles mises dedens l'eaue et pour l'amertume il s'en suiront. Celle qui a petites feuilles il vault aussi. Contre les petis et menus vers du ventre soient fais petis torteaux de farine avec les feuilles du petit tapse barbe et soient donnés a mengier.

Comme on le constate, on ne trouve ici aucune description d'effets mydriatiques et d'aucun usage esthétique ou cosmétique de cette Blandone. Normal, la plante qui est décrite ici est le Bouillon-Blanc ou Molène, et elle n'intervient ici que parce que son nom, passé en Italie et déformé de Bladone en Beladone puis appliqué à une Solanacée, va favoriser le développement de l'étymologie populaire.

En France, cette Solanacée est alors connue sous le nom de Barsin ou Barsines (bien que la seule mention de ce nom soit celle des Grandes Heures d'Anne de Bretagne, à ma connaissance), et/ ?/puis  sous le nom de Morelle (de maurella, de Maure, "noir"), mais en 1602 est mentionnée la belladonna « espèce de solanée vénéneuse » (A. Colin, Hist. des drogues, trad. de l'Escluse, 540 [Lyon].

 L'introduction du nom belladonna a été attribué au botaniste italien Petrus Andreas Matthioli (1500-1570) mais c'est dit-on le botaniste flamand Charles de l'Escluse, Carolus Clusius (1526-1609 qui l'utilisa le premier en nom de genre (?).

b) 1566 et 1572 : Matthiolus, Commentaires : Le Grand Solanum ou Herba Bella donna.

Pierandrea Mattioli, 1566 Commentarius : Ces Commentaires seront traduit en français en 1572 par Antoine du Pinet. Les commentaires sur les six livres des Simples de Pedacius Dioscoride Anazarbeen :

Chap. 69 page 401 : "Solanum quintum, sive Solatrum maius : François, Solatrum dormitif commun ; Italiens, Herba bella Donna.Le grand Solanum (ou Solatrum) pousse dans les montagnes, a les feuilles plus grandes que la morelle, ...de ces fleurs sortent des perles ...lesquelles sont encloses en petits boutons, qui sont détaillés à mode d'étoile. Ces perles deviennent noires à leur maturité,prenant la grosseur d'un grain de raisin & ayant leur peau de dessus luisante. Elles sont remplies d'un jus vineux, ensemble de force petite graine. Sa racine est longue, grosse, blanchâtre, et succulente.[...] Appliquée au dehors, elle est bonne aux érysipèles, et feu Sainct-Antoine. Ses feuilles broyées résolvent les apostumes chaudes de yeux & paupière, et apaisent la douleur."

On voit qu'aucun usage cosmétique n'est connu alors.

.

 

c) Carolus Clusius 1583 et 1601 : Solanum lethale ou (vulgus) Bella donna. 

—Caroli Clusii ... Rariorum aliquot stirpium, per Pannoniam, Austriam page 503

 

— Carolus Clusius Plantarum Historia 1601 page 85-86

 

"Solani porro genu illud quod lethale vocant, & Theophrasti Mandragoras esse, a quibusdam non inepté forté censetur, apud vulgus Italorum Bella donna nomen obtinuit apud Germanos Dollwurtz & Dollkraut, apud Belgas grootenascape & Dulce besien : multis Pannoniae & Austriae silvolsis montibus sponte provenit : nusqueam vero frequentius unquam videre memini, quam in silva illa Zollonok III. Dn de Batthyan urbi vicina, rumulo quodam, qui ab urbe circiter germanicum miliare abest. "

Nota bene : Charles de l'Escluse avait traduit, avec une révision, en 1557 en français sous le titre Histoire des plantes le Cruydeboeck en flamand de son ami et collègue Rempert Dodoens paru en 1554. Dans cet ouvrage, paru avant celui de Matthioli, la notice sur Solanum lethale cite les noms en haut et bas allemand, le nom français Solanum mortel, mais ne comporte pas le nom italien Bella donna. Voir L'Histoire des plantes, Rembert Dodoens traduit par Charles de l'Escluse, de l'Imprimerie de Iean Loë, 1557 - 584 pages, Chap. XC Lib. 3 page 303 . Voir aussi le chapitre 87 du Cruyseboeck :folio 478 et folio 479 :

http://caliban.mpiz-koeln.mpg.de/dodoens_3/high/00471.jpg

http://caliban.mpiz-koeln.mpg.de/dodoens_3/high/00472.jpg

...et la transcription du texte de Dodoens:

http://leesmaar.nl/cruijdeboeck/deel3/capitel087.htm

.

.

 

 



Figue. 1.5. Belladonna, Aldrovandi, Il Teatro della Natura, vol. 5-2, folio 195, 16ème siècle (de moitié 2d). Source: www.filosofia.unibo.it/aldrovandi. Copyright: Bologne, Bibliothèque de l'Université
 
Bella donna, Clusius page LXXXij https://archive.org/stream/mobot31753000810538#page/lxxxvi/mode/2up

Bella donna, Clusius page LXXXij https://archive.org/stream/mobot31753000810538#page/lxxxvi/mode/2up

d) Rempert Dodoens, 1583, Stirpium historiae pemptades sex.

Chapitre XXVIII De solano lethale : "...Italis ac Venetis Bella dona."

https://books.google.fr/books?id=YaJDAAAAcAAJ&pg=PA456&lpg=PA456&dq=%22solanum+lethale%22+%22+historiae+pemptades+sex%22&source=bl&ots=QGiJBOe3Qq&sig=poCXjIoN3u_Jw3DmZCMhHKMKMCw&hl=fr&sa=X&ei=ylbsVKH_Epbjaoy5gYAM&ved=0CCEQ6AEwAA#v=onepage&q=%22solanum%20lethale%22%20%22%20historiae%20pemptades%20sex%22&f=false

e) John Gérard  1597 Herball, Or General Historie of Plants.

The Herball est une traduction-adaptation en anglais du Stirpium historiae pemptades sex de Rempert Dodoens (1583) par John Gerard (1545-1612). Les 1800 (ou 2100) gravures sur bois sont prises dans leur majorité (à l'exception de 16 d'entre elles) du  Eicones plantarum (1590) de Jacob Theodorus Tabernaemontanus.

 

Chap. 51 page 259 . Of Sleepy Nightshade Solanum Lethale Dwale, or deadly Nightshade.

http://caliban.mpipz.mpg.de/gerarde/gerarde_herball.pdf

"The names

"It is called of Dioscorides, [illegible]: of Theophrastus, [illegible]: of the Latins, Solanum somniferum, or sleeping Nightshade; and Solanum lethale, or deadly Nightshade; and Solanum manicum, raging Nightshade; of some Apollinaris minor ulticana (?) and Herba Opsago: in English, Dwale, or sleeping Nightshade: the Venetians and Italians call it Bella donna: the Germans, Dollwurtz: the low Dutch Dulle besien: in French, Morellemorselle: it commeth very near until Theophrastus his Mandragoras (which differeth from Dioscorides his Mandragoras)

"the virtues

"This kind of Nightshade causeth sleep, troubleth the mind, bringeth madness if a few of the berries be inwardly taken, but if more be given the also kill and bring present death. Theophrastus in his sixth book doth likewise write of Mandrake in this manner; Mandrake causeth sleep, and it aslo much of it be taken it bringeth death.

"The green leaves of deadly Nightshade may be with great advice be used in such cases as Pettimorell: but if you will follow my cousil, deal not with the same in any case, and banish it from your gardens and the use of it also, being a plant so furious and deadly: for it bringeth such as have eaten thereof into a dead sleep wherein many have died, as hath been often seen and proved by experience both in England and elsewhere. But to give you an example hereof it shall not be amiss: it came to pass that three boys of Wisbich in the Isle of Ely did eat of the pleasant and beautiful fruit hereof, two whereof died in less than eight hours after that they had eaten of them. The third child had a quantity of honey and water mixed together given him to drink, causing him to vomit often: God bless this means and the child recovered. Banish therefore these pernicious plants out of your gardens, and all places near to your houses, where children or women with child to resort, which do oftentimes long and lust after things most vile and filthy; and much more after a berry of a bright shining black colour, and of such great beauty, as it were able to allure any such to eat thereof.

"The leaves hereof laid until the temples cause sleep, especially if they be imbibed or moistened in wine vinegar. It easeth the intolerable pains of the head-ache proceeding of heat in furious agues, causing rest being applied as aforesaid. "

 

 

.

 

e) Caspar Bauhin, 1623, Pinax Theatri botanici.

page 166

IV Solanum μελανοκερασυς  [melanoceratus]

-Solanum hortense nigrum, Trag.

-Mandragora Theoph. Dod. Gal. Ang. Guiland. Morion. Fuch. Ico. Lon. Tertia species, Cord. In Dioscor.

-Solanum majus, Marth. Cast. Caef . Cam.

-Solanum somniferum Fuch. Tur. Ad. Lob. Lugd.

-Solanum lethale, Dod. Clus.hist.

-Solanum sylvatica Ges.hor.syl.sive lethale, Thal.

-Belladona Clus.pan.

Duum est generum : I. foliis amplioribus & flore majore. II. Foliis & floribus minoribus.

 


 

f) 1640 : John Parkinson, Theatrum : Solanum lethale : Dwale or Deadly Nightshade. "Italiens called Bella Donna"

Theatrum Botanicum: The Theater of Plants : Or, An Herball of Large Extent .Chap. 6 Tribe 3 page 348.

"Dames use the juice or distilled water thereof for a fucus, peradventure by the excessive cold quality, to take away their high colour, and make them loke paler." Cet auteur cite ces prédecesseurs : Matthiolus : Solanum majus ; Ceasalpinus : id ; Camerarius : Tragus Solanum hortense nigrum ; Fuchsius, Lobel ; Lugdunensis, Solanum somniferum ; Dodoens ; Clusius : Solanum lethale /Thalius ; Gessner Solanum sylvaticum

 

Source image :

http://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=ucm.5325114272;view=1up;seq=396

 
Parkinson, Teatrum Botanicum 6;3 page 346 http://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=ucm.5325114272;view=1up;seq=396

Parkinson, Teatrum Botanicum 6;3 page 346 http://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=ucm.5325114272;view=1up;seq=396

 

g) John Ray 1660 Catalogus plantarum circa Cantabrigiam nascentium

 

— page 157 Solanum lethale, Deadly Nightshade, Bella donna.

Solanum lethale Park. Ger. Dod. Clus. hist. Bacciferum IV, sive melanocerasos C.B. Bella Donna Clus. Pan italorum. Solanum manicum multis, sive Bella Donna J. B. Solan. Maniacum primum Dioscoridis & mandragora Theophrasti Ifo Bodae. In Theophr. Hist. Deadly Nighshade or Dwale. In the lanes about Fulborn plentifully. N. Né Haec quidem lethalis planta cochlearum terrestrium & limacum dentes fugit ; sed vere novo hujus etiam folia ab eisdem rotuntut. De animalcullis hisce obiter monere liceat, quod eorum singula de utroque sexu aeque participan & sunt androgyna : Vicissim enim agunt & ptiuntur, immittunt simul & recipiunt, ut cuilibet satis constabit qui vere coeuntes separaverit ; esti nec Aristoteles nec alii, quod scimus, rei naturalis Scriptores ejus rei meminerint. Hujus baccae esu mortiferae sunt. Vide Lob. In Adv. Bod. In Theophr. Hist. Lib. 6 cap.2 p. 586. Gerardum & alios.

— Page 43 : Italis & Venetis dicitur vel per Antiphrasin, quoniam baccae ejus minimé pulchrae sunt : vel potius quia ex ejus succo sive aquâ destillatâ sucum conficiunt foeminae quo faciem oblinunt, ex rubicunda pallidam efficiunt frigoris vehementiâ.

Traduction ou trahison ?  :" Il est dit par les Vénitiens et des Italiens , que ses baies minimales sont belles, ou plutôt à cause de son jus ou de l'eau pour faire le jus distillée dont les femmes font (usage) pour faire pâlir leur visage taché de rouge sous l'effet de vent froid. "

 

 

h) John Ray 1686 Historia plantarum 

Chap. XXIII page 679  : Venetis aliisque Italis dicitur, quia ex ejus succo vel aqua destillata fucum,   conficiunt mulieres quo faciem oblinunt,&  ex rubicunda pallidam efficiunt frigoris vehementiâ.

.

 

 

Page 680, Ray rapporte une observation où, appliquant la feuille de la plante près de l'œil pour soigner un ulcère chancreux, il observa une remarquable relaxation de la pupille. Nobilis Domina mihi nota ulcusculo cuidam paulo infra oculum, dextrumne an sinistrum oblitus sura, nec multum refert, quod cancrosum esse suspicabatur, folii recentis particulam imposuit ; quae noctis unius spatio uveam oculi tunicam adeo relaxavit, ut omnem explicandi sese & pupillam contrahendi facultatem ei adimeret : siquidem pupilla clarissimo lumini onbversa vehementer dilatat perstitit, socio & pari suo plus quadruplo amplior ; donec amoto folio uvea musculosam vim suam & tonum paulatim recuperaret.

Ce n'est qu'après que Ray ait signalé cet effet de dilatation de la pupille provioqué par la plante que Reimarus, Grasmeyer, Himly et d'autres l'utilisèrent en préparation de l'opération de la cataracte. (Chaumeton, Flore médicale p. 12)

 

i) Nicolas Lémery, [1698] et 1716, Dictionnaire ou Traité des drogues simples.

Page 75 :" Les Italiens ont donné le nom de belladonna à cette plante, à cause que les Dames s'en servent, ou s'en servaient autrefaois pour l'embellisement de la peau : car belladonna signifie belle Dame."

 

.

j) Carl Linné, 1753  Species Plantarum

Page 181  Création du genre Atropa et de l'espèce Atropa Bella donna (sic, une seule majuscule et deux mots). Linné donne en référence a) ses propres Hort. cliff et Hort. ups. b) John Ray, lugd. c) Caspar Bauhin Pinax, pour le nom Solanum melanocerasus d) Clusius pour le nom Solanum lethale

.

k) A. Richard in Bory de Saint-Vincent 1822  Dictionnaire classique d'histoire naturelle, Volume 2

 page 275  "Le nom de Belladone, Bella dona , que porte cette plante, lui vient de l'usage où l'on était autrefois, en Italie, de préparer avec ses fruits une sorte de fard dont les  femmes se servaient pour rehausser l'éclat de leur teint".

Les propos de Parkinson et de Ray se déforment ici, et on passe de l'idée de provoquer par le remède la pâleur des Dames à celle de "rehausser l'éclat du teint". Mais nul mention n'est fait encore des yeux dilatés des Vénitiennes. 

Par contre, l'auteur décrit désormais parfaitement l'effet atropinique (le terme n'existe pas) de la belladone :  sur la pupille :

 

 

"L'un des effets les plus constants produits par cette substance , c'est la dilatation considérable de la pupille, dont l'ouverture reste fixe et immobile. Cette singulière propriété n'a pas manqué d'attirer l'attention des médecins qui ont eu la mettre à profit pour faciliter l'exécution de certaines opérations qui se pratiquent sur le globe de l'œil, en particulier la cataracte. Un cataplasme est arrosé avec la solution d'extrait de belladone, ou des compresses imbibées de cette solution, placées sur l'œil, peu de temps avant l'opération, déterminent la dilatation de la pupille et facilitent ainsi l'introduction des instruments destinés à abaisser ou à extraire le cristallin cataracté."

.

.

C. Apparition du nom "Belle-dame" en botanique.

a) Cotgrave's dictionary : 1611

"belle-dame : Great Nightshade ; or ; a kind or Dwale, or sleeping Nightshade"

b) Antoine Oudin 1655 Recherches Italiennes Et Françoises Ou Dictionnaire Volume 2

 page 59 :  "Belle dame, plante, bella donna."

 

D. Un papillon nommé Bella donna, puis Painted-Lady, puis Belle-Dame.

Cette espèce est illustrée depuis la fin du XVIe siècle par Joris Hoefnagel, sans mention de nom, mais dans le cadre de Vanités ou d'Allégories de la fraglité de la beauté, la beauté du papillon aile étalées étant mis en parallèle avec celles de fleurs (roses, tulipes) placées dans un vaes.

— Première mention :James Petiver 1699; Musei petiveriani. n° 326 "The Painted-Lady Bella donna dicta" Cette précision "dite Bella donna" indique que Petiver a repris un nom pré-éxisatnt qu'il a adapté en anglais. Mais il n'a pas été possible de trouver trace de cet usage d'une appelation latine antérieure de cette espèce. Elle porte le nom scientifique de Vanessa cardui.

 — John Ray et John Lister, 1710, Historia insectorum  page 422

— Etienne-Louis Geoffroy, 1762, Histoire des insectes : création du nom français La Belle-Dame".

 

Partager cet article

Published by jean-yves cordier
commenter cet article
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 23:57

Hoefnagel et les entomologistes du XVIIIe siècle.

Voir aussi les autres articles consacrés à Hoefnagel:

.

.

Le but de ce "travail" (et c'en fut un) est de savoir si les entomologistes du XVIIIe siècle reconnurent la valeur des peintures de Joris Hoefnagel pour leur science. Disons d'emblée que la réponse est largement positive, et que cela doit nous inciter, à notre tour, à reconnaître Hoefnagel comme l'un des premiers entomologistes européens, et même le premier de l'ère chrétienne. Parmi les espèces rassemblées dans l'ouvrage publié par son fils en 1592 (Archetypa) et en 1630 (Diversae insectarum), James Petiver en cite 13 dès 1699, Swammerdam en a donné un dénombrement par ordres (300 au total), Linné en cite 46 espèces en 1761, Geoffroy 23 en 1762. Engramelle et Fabricius ont mentionné aussi cet auteur. En 1840, Hagen y reconnaît 8 Libellules.

Un autre moyen d'étudier la réception d'Hoefnagel est de rechercher quels étaient, parmi les collectionneurs naturalistes, les propriétaires de ses gravures. C'est par exemple le cas du Président du Parlement de ​Bretagne Christophe-Paul De Robien (1698-1756), dont l'exemplaire de l'Archetypa studiaque, ainsi qu'un maigre reste des milliers de pièces de ses collections, sont encore conservés à Rennes.

Or, Hoefnagel, ce miniaturiste flamand (Anvers 1542-Vienne, 1601) n'est réellement étudié de manière approfondie que sur le plan artistique. Néanmoins, le critique d'art spécialiste de la cour impériale de Rodolphe II Thomas DaCosta Kaufmann a attiré l'attention sur le qualificatif de "naturalisme scientifique" créé pour qualifier l'art d'Hoefnagel par Ernst Kris.

.

1. Ernst Kris, le naturalisme scientifique de Hoefnagel.

En effet, en 1927, un article d'Ernst Krist (un élève de Gombrich), “Georg Hoefnagel und der wissenschaftliche Naturalismus,” Festchrift für Julius Schlosser, Wien 1927,— traduit en 2005 en français par Christophe Jouanlanne sous le titre " Georg Hoefnagel et le naturalisme scientifique "( Paris, Macula, 2005) — a insisté sur le passage du naturalisme à la naturalistique : de la nature comme modèle à imiter, à une conception où cette même nature prend directement part à la création humaine, une évolution qui provoque aussi l'essor des sciences naturelles. Hoefnagel ne se contente pas d'orner les marges de missel de figures animales ou botanique, mais se livre à un inventaire de la faune et la flore connues, montrant la variété de la nature avec un double souci de précision et d'exhaustivité. Hoefnagel sera suivi par le hollandais Roelant Savery, ou bien par Jacopo Ligozzi, loué par Aldrovandi, dans ce triomphe de l'« illustration naturaliste », au sein d'un ensemble de phénomènes convergents vers la naissance de nouvelles disciplines. Pour Kris, la conjonction d'un procédé artistique et d'une méthode scientifique apparaît comme une preuve éclatante de l'interpénétration des courants de pensée, à l'image de sa propre démarche intellectuelle. Tout en accompagnant les écritures de livres de calligraphie ou d'Emblèmes, les êtres vivants, artificiellement isolés sur la feuille, semblent constituer un répertoire infini de formes et de motifs, déconnectés de toute symbolique, comme autant de signes autonomes rivalisant avec la multiplication de l'écriture. (divers emprunts sont faits au compte-rendu de Benjamin Couilleaux 2007).

Mais E. Kris était un critique d'art. Il fallu attendre d'avantage (1987) pour qu'un entomologiste s'interroge.

.

2. Le questionnement de Jean Leclercq (1987) :

Dans un premier article, cet entomologiste spécialiste des Hyménoptères s'interrogeait : "Qui fut le premier entomologiste belge ? Je propose Joris Hoefnagel (1542-1600)". Le mode interrogatif, la formule prudente "je propose", la restriction à la Belgique du titre de "premier entomologiste " montre bien que l'auteur antre sur la pointe des pieds sur un terrain parfaitement vierge pour un scientifique. Découvrant au hasard d'une exposition présentée à Bruxelles une page du Schriftmusterbuch prêté par la Bibliothèque Nationale de Vienne, et y identifiant "un Géométride Abraxas grossulariata très bien peint", il s'est livré à une enquête sur ce peintre, avant d'affirmer (avec la même prudence) que les entomologistes belges ne doivent pas laisser indéfiniment aux historiens de l'art, la charge d'analyser, de situer les œuvres de ces pionniers. Ils devraient pour le moins s'occuper de l'identification aussi précise que possible des insectes figurés par les artistes de ces premiers siècles d'une nouvelle curiosité scientifique". En 1989, Jean Leclercq et Camille Thirion procédèrent à un premier inventaire des deux Allégories du Musée de Lille, y trouvant 21 insectes de 5 ordres différents et de 18 espèces différentes.

.

3. Les inventaires du Mira calligraphiae et de l'Archetypa studiaque.

Les entomologistes n'ont pas suivi ce premier élan, et c'est à l'initiative de deux historiennes de l'art spécialistes de Hoefnagel, que des équipes de naturalistes tentèrent d'identifier les espèces botaniques et animales peintes (Mira calligraphiae) ou gravées (Archetypa studiaque) : La première œuvre, de Joris Hoefnagel a été analysée par Lee Hendrix et Théa Vignau-Wilberg, et la seconde, gravée par Jacob Hoefnagel sous la direction de son père, par Théa Vignau-Willberg en 1994.

4. Mais cette indifférence des entomologistes actuels était-elle aussi celle de leurs pairs lors de la création de leur discipline ?

Hoefnagel a été reconnu comme un entomologiste à part entière par Linné, et, avant lui, par James Petiver. Mais les naturalistes n'ont connu qu'un seul artiste, Jacob Hoefnagel, et n'ont eu accès à aucune miniature peinte, car ces œuvres très précieuses étaient conservées dans des cabinets privés. Ils avaient à leur disposition les livres imprimés, c'est-à-dire soit les 48 planches, éventuellement réunies en volume, de l'Archetypa studiaque, soit les 16 planches du Diversae insectorum, et leurs 302 insectes. Ce sont donc des illustrations en noir et blanc (bien que certaines planches de l'Archetypa aient été colorées) qui n'ont pas la diabolique précision des miniatures. D'autre part, ces 302 insectes ne couvrent (a priori) pas l'ensemble des espèces que l'on peut découvrir sur les dessins à l'aquarelle, dispersés dans les collections et les musées.

.

I. LINNÉ ET HOEFNAGEL .

Fauna suecica 1761 : http://biodiversitylibrary.org/item/100333#page/191/mode/1up

Si il est possible d'affirmer que Linné a reconnu toute la valeur d' Hoefnagel comme précurseur, c'est qu'il a donné les références bibliographiques des espèces qu'il décrivait, soit dans les éditions du Systema naturae à partir de 1758, soit dans ses Fauna suecica de 1746 et 1761. Les deux ouvrages d'Hoefnagel sont cités sous la forme abrégée "Hoffn. ins.". ou (Animalbase) "Hoffn. pict.".

Or, mis à part au moins une citation de Pline (c. 77 ap. J.C), c'est l'auteur le plus ancien de tous les illustrateurs (Goedart, Merian, Roesel) et descripteurs naturalistes (Aldrovandi, Moffer, Johnston, Swammerdam, Petiver, Ray, Albin, Wilkes, Clerck, Scopoli ...) qu'il cite. Son rôle de précurseur est indirectement reconnu.

En dénombrant les citations de Hoefnagel dans les deux éditions du Fauna suecica, je totalise quarante-six mentions.

Sources des images :

  • Hoefnagel Jacob, 1592, Archetypa studiaque Patris :
  • Hoefnagel, D. I. 1630. Diversæ insectarum volatilium icones ad vivum accuratißime depictæ. - pp. [1], pl. 1-16. [Amsterdam]. (N. I. Vißcher). 32 pages, 16 planches.

Au début des Fauna suecica, Linné cite ses Auctores en les énumérant selon les six divisions du Règne animal, certains zoologistes étant ainsi cités plusieurs fois. Hoefnagel est cité uniquement pour les insectes :

"HOEFNAGEL Johann Pictor.

- Icones Insectorum volatilium.... 1630 Quart. obl. t.16.

- Francf. 1692 Quart. obl. vol. 4 singulo t.12. "

"Johann" (Jacob) Hoefnagel est donc cité a) d'abord pour Diversiae insect. de 1630, en format oblong in quarto de 16 planches et b) pour l'Archetypa paru à Francfort en 1692, quatre volumes de 12 planches. Or, Archetypa est paru en 1592 et non en 1692, mais avant de soupçonner Linné d'une erreur, il faut remarquer que d'autres entomologistes ont aussi cité cette date d'édition (comme Geoffroy, 1762 ou Hagen, 1840). Linné cite aussi Hoefnagel dans une autre édition, "edit. alt.

Les 46 espèces identifiées et citées par Linné.

Fn1 = Fauna suecica 1746. Fn2 = Fauna suecica 1761. Sn2 = Systema naturae 1767

http://biodiversitylibrary.org/item/129804#page/203/mode/1up

http://biodiversitylibrary.org/item/100333#page/330/mode/1up

COLEOPTÈRES. N=14

  • Lucanus cervus, Fn1 337 ; Fn2 405 : ins t.6 et 2.t1.
  • Scarabeus nasicornis, Fn1 340 et Fn2 378 : 13 fig. penult. et Edit. alt. 3 t.1.
  • Scarabeus Actéon Sn2 : I t1 in medio
  • Scarabeus fullo, Fn1 343 : pict. t.7 et 2 t.7.
  • Scarabeus viridis, Fn1 344 3t.6 fig. prior.
  • Scarabeus testaceus, Fn1 345 : t.1 fig.11
  • Attelabus formicarius, Fn1 477 et Fn 2 641 : ins. t.16 fig.13
  • Carabus ater, Fn1 511 : 2 t.3
  • Dytiscus cinereus, Fn1 566 : 2t.12
  • Meloe procarabeus, Fn1 : 2t.9
  • Gryllus talpa, Fn1 619 t.4 fig. ult. et Ed. alt. 3 t.6
  • Gryllus domesticus, Fn1 620 et Fn2 867: p.11 fig.4
  • Gryllus locusta, Fn1 621 t.5 fig. 16-17.
  • Notonecta grisea, Fn1 688 : t. 12 fig. 19

HEMIPTÈRES. N=3.

  • Nepa cinerea, Fn 691 pict. t.11 fig.2
  • Panorpa, Fn1 729 ; Fn2 1516 : t.2 fig.14
  • Phryganea nigra, : 2t.12 Ed. alt. 2 fig.13

NEUROPTÈRES. N=2

  • Hemerobius lutarius : Fn2 1513 : ins.2 t.12 juxta phalangia / edit. alt. t.2 fig. 13
  • Libellula virgo Fn1 759 et Fn2 1470 : ins. t.11 fig. ult.

LÉPIDOPTÈRES. N= 19.

  • Papilio machaon, Fn2 : 1031 Archetypa I. t12
  • Papilio crataegi, Fn2 1034 : Diversae t.10 fig.14
  • Papilio cardamines, Fn1 801, Fn2 1039 : 2t.9 fig.1 Archetypa
  • Papilio rhamni,Fn2 1042 : I t. aut 12 fig.8 t.2
  • Papilio io, Fn2 1048 : t12 fig.9 Diversae
  • Papilio semele, Fn1 784 et Fn2 1051 : 2 t8
  • Papilio jurtina, Fn2 1052 : I t1 fig.1 et Ed. alt. 4 t.10.
  • Papilio cardui Fn1 778 et Fn 2 1054 : t4 fig.3.
  • Papilio antiopa Fn1 772 et Fn2 1056 : t3 fig.2 et t6 fig.3 Diversae
  • Papilio urticae Fn1 774 et Fn2 1058 : I t4 Archetypa.
  • Papilio c album Fn1 775 et Fn2 1059 : 2 t7 Archetypa
  • Papilio atalanta Fn1 777 et Fn2 1060 : I t2 Archetypa
  • Papilio lathonia Fn1 781 et Fn2 1068 pict. t12 fig. 11 Diversae
  • Papilio betulae Fn21 792 et Fn2 1070 : T12 fig. 1 Diversae
  • Papilio argus, Fn1 803 et Fn2 1074 : I t4 Archetypa
  • Papilio malvae, Fn1 794 et Fn2 1081 : ins. 4 t2 fig. ult Archetypa
  • Phalaena caja, Fn1 820 et Fn2 1131 : T14 fig.11 Diversae
  • Phalaena glyphica, Fn1 847 et Fn2 1161 : 4 t11 fig.3 Archetypa.
  • Phalaena pronuba, Fn 870 et Fn2 1167 : 15 fig.18 Diversae.

DIPTÈRES. N=4.

  • Musca fusca, Fn1 1083 : 3t7
  • Culex lanigerus, Fn1 511 : t8 fig.5
  • Asilus cabroniformis Fn1 1031 et Fn2 1908 : t.16 fig. 10
  • Bombylius major Fn2 1918 : ins. t.8 fig.5

VERMES TESTACEA N=1

  • Lepas anatisera Fn1 1350 ; Fn2 2120 : 3t6 Concha anatisera vulgo Branta & Bernicula

APTÈRES. N=3

  • Acarus Fn1 1186 : 2t9
  • Phalangium opilio, Fn2 1992 : 2 t9 Archetypa
  • Aranea Fn1 1214 Fn2 1993 : t4 fig.6 + t8 fig. 16-17 + edit. alt. 4 t3 fig. penult;

TOTAL : 46 espèces.

.

.

II. SWAMMERDAM ET HOEFNAGEL : Swammerdam 1685. 212 à 300 insectes.

Jan Swammerdam Historia insectorum generalis, trad. du néerlandais par Heinrich Christian von Hennin13, Leyde, 1685.

Cet auteur n'a pas rédigé un catalogue ou une faune mais un traité sur les métamorphoses. Il ne cite donc pas les noms des espèces qu'il a reconnu chez Hoefnagel mais il en a fait un examen approfondi, puisqu'il est le premier (et pour longtemps, le seul) à donner un décompte global, puis ordre par ordre des insectes représentés.

a) référence : pas d'ouvrage cité mais la pagination dans l'édition latine :

Index auctorum : Hoefnagel pages 63 ; 79 ; 82 ; 84;94 ; 95 ; 103 ; 104 ; 106 ; 112 ; 120.

b) décompte globale de 200 à 300 insectes.

Edition française : je transcris les fragments concernés :

Page 65 : Nous sommes encore fort obligés au sieur Jacob Hoefnagel, durant sa vie peintre célèbre de l'empereur Rodolphe, qui nous a peint au vif 35 sortes d'Araignées, avec encore plus de 300 espèces d'insectes dont les figures, qui ont été imprimées par privilège de l'empereur même, ne cèdent en rien à celles de Goedart.

p. 82 nous a dépeint 10 sortes de Demoiselles ...p. 85 :15 sortes de sauterelles...page 88 : 9 sortes de punaises...page 99 : 24 guêpes...page 100 : 5 sortes de bourdons...page 111 : 25 sortes de mouches ordinaires et 30 autres rares ….page 112 : 20 (latin : 35) sortes d'escarbots ordinaires et 7 plus rares ...page 122 50 sortes de papillons...page 130 16 sortes de tipules... latin 105 :Cervus volans

Soit le total de 212 à 227 insectes, indépendamment du chiffre de 300 donné dans la première citation.

.

III. PETIVER ET HOEFNAGEL : James Petiver, 1699. 13 mentions.

Musei petiveriani Londres, 1699

https://books.google.fr/books?id=vp05AAAAcAAJ&printsec=frontcover&dq=James+petiver+musei&hl=fr&sa=X&ei=fr_tVKrBGYbkaLKmgng&ved=0CCAQ6AEwAA#v=onepage&q=hoefnagel&f=false

a) Références données :

"-Hoef. Insectarum volatil. Icon à D. J. Hoefnagel, 1630, fol.". Toutes les références se rapportent donc à Diversae ins.

b) Treize mentions.

  • 301. The White Butterfly with black veins [Aporia crataegi] : Hoefnagel, Tab.10 fig.14.
  • 305. The White marbled female Butterfly [Anthocaris cardamines]: Hoefnagel Tab. 6 fig.2.
  • 312. The Golden marbled Butterfly with blacks eyes [Lasiommata megera] : Hoef. Tab. 16 fig. 8 ?
  • 314. The Peacocks eye [Aglais io] : Hoef. Tab. 12 fig. opt. 9.
  • 316 . The Lesser Tortoise-shell Butterfly [Nymphalis urticae] : Hoef. Tab. 2 fig. opt. 16.
  • 317 . The small golden black spotted Meadow Butterfly [Lycaena phlaeas] : Hoeff. Tab. 13 fig. 15
  • 326 The Painted Lady [ Vanessa cardui] : Hoef. tab.7 fig.3.
  • 327. The Admiral. [Vanessa atalanta] : Hoef. Tab. 12 fig. 15.
  • 328 The Royal William [Papilio machaon ] Hoef. tab. 9 fig. 10.
  • 714 Libella anglica media Hoef. Tab. 9 fig. 8 ?
  • 715 Libella anglica media viridis Hof. tab. 11 fig. 18
  • 724 Papilio Lusitanicus [Hipparchia hermione ?] : Hoef. tab.8 fig. 13.
  • 818 Libella major : Hoef. tab. 11. fig. 8.

Total : 13

.

IV. GEOFFROY ET HOEFNAGEL : Geoffroy 1762. 23 mentions.

Cet auteur n'a pas donné de nouvelles identifications mais a repris quelques unes de celles de Linné.

https://archive.org/stream/histoireabr02geof#page/n7/mode/2up

Etienne-Louis Geoffroy, Histoire abrégée des insectes, Paris 1762, 2 vol..

a) référence :

Geoffroy indique en référence : "Joannes Hoefnagel; icones insectorum volatilium. Francofurti, 1692."

b) Inventaire (partiel) des mentions de Hoefnagel.

— Tome 1 :

  • Le grillon Gryllus domesticus, Hoefnagel p.11 fig.4
  • Notonecta grisea : t.12 fig.19
  • Hepa = Nepa : t.11 fig. 2 ed. alt. 3 t.10

— Tome 2

  • Morio HI t3 f.2 et t.6 f.3
  • Paon-du-jour HI t.12 f.9
  • Petite tortue HII t.4
  • Vulcain HI I,t.2 et ed alt t.2 f.15
  • Belle-dame HI t.7 f.3, edit alt 4 t.5
  • Petit Nacré Lathonia HI t.12 f.11
  • (Jurtina) Corydon T.1,f.1 edit alt 4, t.10
  • Machaon HI I t.12 et edit alt t.9 f.10
  • Porte-queue fauve à deux bandes blanches Betula H.I t.12, f.1 Thécla du Bouleau
  • Gamma ou Robert-le-diable c-album H.I 2, t.7 Archetypae
  • Argus bleu = Linn p.152 argus = H.I I,t.4 Archetypae
  • Le Plein-chant = Pap. Malvae Linn = H.I 4, t.2, ult. Archetypae
  • Gazé HI t.10 f.14
  • L'Aurore HI, 2, t.9 f.1
  • Le Citron Rhamni HI , I, t.1 ou 12, f.8, t.2
  • L'Ecaille Marte ou Herissone Caja Hit.14 f.11 edit alt 3,4,9
  • Le Faucheur phalangium
  • La Louise Libellula virgo
  • L'Asile brun à ventre à deux couleurs Asilus ferr. : t.16 fig.10
  • La Mouche-scorpion Panorpa : t.2 fig.14.

.

.

IV. Fabricius, Entomol. Syst. emed. 1793, 1 mention.

  • Papilio semele, Hoffn. ins. 2. tab. 3.

.

.

VI La collection du Président de Robien, Rennes (1698-1756).

a) la collection de Robien 1740-1756.

A partir de 1740, Paul-Christophe de Robien (1698-1756), président du Parlement de Bretagne, a rassemblé une collection d' objets artistiques et scientifiques. Cette collection était exposée au Cabinet des curiosités, rue aux Foulons à Rennes (actuellement rue Le Bastard). A la Révolution en 1791 , elle fut saisie et par la suite, recueillie à l’ancien évêché situé à Saint-Melaine avec les confiscations révolutionnaires réalisées chez quelques nobles émigrés et dans les communautés religieuses. Après avoir été triées, classées et partiellement inventoriées dans le Palais abbatial de Saint-Melaine, Pierre Quéru-La-Coste ouvrit au public quelques jours (les 3e, 6e et 9e jours de chaque décade) le Muséum d'histoire naturelle et des arts. A la mort de P. Quéru-La-Coste, c’est la Ville de Rennes qui devint propriétaire de l’ensemble de la collection et la transfèra à l’Hôtel de Ville en 1815 où elle ne fut plus exposée, le muséum d'histoire naturelle restant pratiquement inaccessible de 1815 à 1874.

Le 16 mai 1831, Hyacinthe Pontallié établit un état sommaire des objets composant le muséum : sur les 12 585 objets recensés, il mentionne 3 460 minéraux et roches, 1 500 plantes en herbier, 2 560 coquilles vivantes et fossiles. En 1840, il choisit ce qui pouvait convenir à l'enseignement de la nouvelle faculté, soit 7 857 pièces dont la plus grande partie provient de la collection de Robien. Entre déménagements et explosions en 1944, les collections du musée d'histoire naturelle de Rennes resteront éparpillées.

b) De Robien propriétaire de l'Archetypa studiaque.

Le Musée des Beaux-Arts de Rennes conserve dans ses collections les 48 planches de l'Archetypa studiaque de Jacob Hoefnagel. Ces gravures proviennent de la Bibliothèque du Président de Robien.

Cela témoigne de l'importance de ce corpus pour un collectionneur naturaliste.

Sur les images mises en ligne sur le site www.culture.gouv.fr/public/mistral/joconde_fr, n°1749 à 1763 on constate que les planches ont été parfois découpées autour de quelques papillons. Pourquoi ?

:http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0698/m021102_0005025_p.jpg

http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0698/m021102_0004991_p.jpg

.

.

 

VII Autres auteurs :

— Johann Andreas Benignus Bergsträsser 1779 Nomenclatur und Beschreibung der Insecten in der Graffschaft Hanau ..., Volume 2

 

— Conrad Christoph Jung 1791 Alphabetisches Verzeichnis Der Bisher Bekannten Schmetterlinge Aus ..., Volume 1

.

 

VIII Les espèces de libellules identifiées par H.A. Hagen en c.1840.

Hagen, Hermann August, [1840] Synonymia libellularum europaearum Regimontii Prussorum :impressit E.J. Dalkowski, http://www.biodiversitylibrary.org/item/108085#page/29/mode/1up

a) Référence :

-J. Hoefnagel " Archetypa Insectorum. Frank. 1692. vol.4. fol.

- Idem " Icones insector. 1630. 4to.

b) Mentions.

  • Libellula depressa, Archetypa Pars III tab.5
  • Libellula cancellata, Archetypa Pars I tab. 10
  • Libellula Paedemontana allioni, Archetypa Pars IV tab.4 ?
  • Libellula flaveola, Archetypa Pars III tab.4?
  • Libellula vulgata, Archetypa Pars III tab.6 sinistr. ?
  • Aeschna mixtaArchetypa Pars III tab.2 mas.
  • Libellula juncea, Archetypa Pars II tab.3 mas.
  • Calopteryx virgoArchetypa Pars I tab. 2 et Archetypa Pars II tab.9

.

.

 

REMARQUES.

1. Petiver, Linné, Geoffroy ou Fabricius, qui se fondent sur les publications de Jacob Hoefnagel qu'ils datent de 1630 ou 1692 ne pouvaient être conscients de l'antériorité des illustrations de Joris Hoefnagel (Ignis dès 1575-1582, Mira 1591-1596, les diverses Allégories et autres miniatures) et à leurs yeux Aldrovandi (1602) précédait Hoefnagel. Voir Fabricius, Philosophia entomologica page 2.

2. De même, ils ne pouvaient être sensible à la fabuleuse précision et reproduction du vivant dont Joris Hoefnagel s'est montré capable.

3. J'ignore comment ils ont procédé à l'examen des planches d'Hoefnagel, et s'ils ont recopiés un compilateur ; mais l'absence d'identification d'espèces bien caractéristiques (Abraxas grossulariata ) est étonnante ; d'autre part, certains insectes (rhopalocères) ont été mieux explorés que d'autres. Geoffroy ne signale même pas Cervus volans et Scarabeus nasicornis.

4. L'absence de couleur a été certainement préjudiciable. Les planches d'Archetypa ont été éditées par Fürst en couleur, en 1695, avec le monogramme F.M signalant peut-être Magdalena Fürst (1652-1717), fille de l'éditeur. 

.

ARCHETYPA EN COULEUR.

Ainsi, le National History Museum détient trois exemplaires de l'Archetypae, dont l'un est colorié. On jugera sur la photographie plaçant cote à cote les deux versions que la libellule dont le corps est coloré en vert est plus explicite... à condition que les couleurs aient été placées sous la direction de l'auteur, ou en s'appuyant sur des modèles peints par Hoefnagel. (article de Sharon Touzel, 2013)

http://www.nhm.ac.uk/natureplus/community/library/blog/authors/shart2?fromGateway=true

 

 

.

Autre exemple : Pars II, planche 3 Aeternum Florida Virtus.

http://www.georgeglazer.com/archives/prints/botanical/hoefnagel.html

.

Autre exemple : Vente Christie's 2006, provenance Anselm de Boodt

Archetypa, Pars I Titre et Pars IV, 2 

Note de Christie's : Exemplaire ayant appartenu au gemmologue hollandais Anselm de Boodt, auteur de l'ouvrage Gemmarum et Lapidum historia (Hanau 1609). La traduction de l'inscription en flamand est la suivante: "Moi, Anselmus de Boodt, fils d'Anselm de Boodt, de passage à Frankfurt sur Main en 1594, j'ai payé 14 Ryksdahler pour cet ouvrage enluminé, qui est fort utile pour les peintres, brodeurs et pour ceux qui apprennent le dessin". Il est fort probable, qu'Anselm de Boodt ait lui-même enlevé les planches manquantes pour les utiliser comme modèle. LES EXEMPLAIRES EN COULEURS SONT DE TOUTE RARETÉ. Nissen BBI 1954; Brunet III, 244; Graesse III, 313 (donne 15 planches pour chaque partie tandis que Brunet n'en cite que 12). "

.

Sur E-Bay (origine Leipzig) avec toute réserve :

 

 

Liens et sources.

— HOEFNAGEL (Jacob) Archetypa studiaque Patris :

— HOEFNAGEL (Jacob) 1630. Diversæ insectarum volatilium icones ad vivum accuratißime depictæ. - pp. [1], pl. 1-16. [Amsterdam]. (N. I. Vißcher). 32 pages, 16 planches.

— HAGEN (Hermann August,) [1840] Synonymia libellularum europaearum Regimontii Prussorum :impressit E.J. Dalkowski, http://www.biodiversitylibrary.org/item/108085#page/29/mode/1up

— HAGEN (Hermann August,) Bibliotheca entomologica. Die Literatur über das ganze Gebiet der Entomologie bis zum Jahr 1862. Leipzig 1862-63 (2 volumes)

—Archetypa en ligne :

  • http://docnum.u-strasbg.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/73052/rec/4
  • https://www.rijksmuseum.nl/nl/zoeken?v=&s=&q=Hoefnagel&ii=0&p=1

— Diversae ins. en ligne :

  • http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/86576#page/11/mode/1up
  • http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN371059488&IDDOC=255062
  • http://www.mfa.org/collections/search?search_api_views_fulltext=&page=1&f[0]=field_artists%253Afield_artist%3A17973
  • https://rkd.nl/nl/explore/images/record?query=hoefnagel+diversae&start=1
  • http://www.britishmuseum.org/research/collection_online/collection_object_details.aspx?assetId=997777&objectId=3255858&partId=1

 

VII Autres auteurs :

— Johann Andreas Benignus Bergsträsser 1779 Nomenclatur und Beschreibung der Insecten in der Graffschaft Hanau ..., Volume 2

 

— Conrad Christoph Jung 1791 Alphabetisches Verzeichnis Der Bisher Bekannten Schmetterlinge Aus ..., Volume 1

 

VIII Les espèces de libellules identifiées par H.A. Hagen en c.1840.

Hagen, Hermann August, [1840] Synonymia libellularum europaearum Regimontii Prussorum :impressit E.J. Dalkowski, http://www.biodiversitylibrary.org/item/108085#page/29/mode/1up

a) Référence :

-J. Hoefnagel " Archetypa Insectorum. Frank. 1692. vol.4. fol.

- Idem " Icones insector. 1630. 4to.

b) Mentions.

  • Libellula depressa, Archetypa Pars III tab.5
  • Libellula cancellata, Archetypa Pars I tab. 10
  • Libellula Paedemontana allioni, Archetypa Pars IV tab.4 ?
  • Libellula flaveola, Archetypa Pars III tab.4?
  • Libellula vulgata, Archetypa Pars III tab.6 sinistr. ?
  • Aeschna mixtaArchetypa Pars III tab.2 mas.
  • Libellula juncea, Archetypa Pars II tab.3 mas.
  • Calopteryx virgoArchetypa Pars I tab. 2 et Archetypa Pars II tab.9

 

 

Liens et sources.

— HOEFNAGEL (Jacob) Archetypa studiaque Patris :

— HOEFNAGEL (Jacob) 1630. Diversæ insectarum volatilium icones ad vivum accuratißime depictæ. - pp. [1], pl. 1-16. [Amsterdam]. (N. I. Vißcher). 32 pages, 16 planches.

— HAGEN (Hermann August,) [1840] Synonymia libellularum europaearum Regimontii Prussorum :impressit E.J. Dalkowski, http://www.biodiversitylibrary.org/item/108085#page/29/mode/1up

— HAGEN (Hermann August,) Bibliotheca entomologica. Die Literatur über das ganze Gebiet der Entomologie bis zum Jahr 1862. Leipzig 1862-63 (2 volu

http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/86576#page/11/mode/1up

http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN371059488&IDDOC=255062

http://www.mfa.org/collections/search?search_api_views_fulltext=&page=1&f[0]=field_artists%253Afield_artist%3A17973

https://rkd.nl/nl/explore/images/record?query=hoefnagel+diversae&start=1

http://www.britishmuseum.org/research/collection_online/collection_object_details.aspx?assetId=997777&objectId=3255858&partId=1

 

Partager cet article

Published by jean-yves cordier - dans histoire entomologie - Hoefnagel
commenter cet article
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 22:50

Deux miniatures (1597) de Joris Hoefnagel au Musée Bruckenthal de Sibiu (Roumanie). Le Jardin d'Eusèbe, ou comment l'imitatio du peintre dépasse la Nature qu'il prend en modèle.

.

.

Source des images :

http://www.codart.nl/120/

https://rkd.nl/nl/explore/images/121332

https://rkd.nl/nl/explore/images/121988

Il s'agit de deux miniatures à l'aquarelle et la gouache sur vélin, formant une paire, de forme rectangulaire de 22 cm x 33 cm, inscrites au Musée Bruckensthal sous le n° d'inventaire cat. 1579 et 1510. Leurs titres peuvent se traduire par

  • Miniature avec Ancolie et insectes
  • Miniature avec Souci, tulipe rouge et insectes.

Bonne occasion de tenter d'en dresser l'inventaire.

I. VASE AU SOUCI (ou VASE AU PAON-DU-JOUR ET AU BOMBYX ZIG-ZAG).

https://rkd.nl/nl/explore/images/121332

— Inscriptions :

  • inscription en or sur un fond noir; dans un cartouche en bas au centre : Bis delectamur cum pictum florem cum/ vivo decertantem videmus, in altero miramur/ artificium naturae, in altero pictoris ingenium

  • 15 97 (1597) 

- Commentaire : cf. infra Vase à l'Ancolie et à l'Écaille Chinée.

-  Traduction: " nous éprouvons un double plaisir en voyant une fleur peinte rivaliser avec une fleur naturelle: nous admirons dans l'une l'habileté de la nature, dans l'autre le talent du peintre," 

— Description.

a) Le cadre et le vase :

Comme dans les Allégories du Louvre et de Lille, l'artiste a présenté ses éléments botaniques et zoologiques dans une petite scène théatrâle en composant un faux cadre de laiton appareillé de quatre faux anneaux de fixation. Deux de ces anneaux, sur le coté, servent à recevoir les tiges de fleurs, ici deux tulipes, et, dans la peinture jumelle, deux roses. Les anneaux inférieurs fixent un support en bois ou métal aux formes en courbes et contre-courbes, allégé de trois oculi, et dont les fines branches s'adossent au montants latéraux du cadre. Cette console est centré par le cartouche à fond noir.

Les ombres projetées par les spécimens, dans la moitié inférieure, créent l'illusion d'une armoire naturaliste sur le plancher duquel ces objets seraient posés, alors que, dans la partie supérieure, les objets semblent s'élever dans l'espace vertical de cette vitrine. La vraisemblance est respectée, puisque les fruits, les fleurs sans support et les insectes rampants sont posés, alors que les fleurs en vase ou en anneaux, les papillons butinant sont "en l'air", et qu'un escargot grimpe le long d'un montant.

Le vase bleu en forme de poire inversée est peu vraisemblable, tant il ne tient en équilibre que par une perle qui le fixe sur la console au bord étroit, et tant les deux poignées, guère fonctionnelles, viennent menacer par leur poids cet équilibre. Le papillon de nuit est posé au centre du ventre du vase comme un emblème sous son sens étymologique (CNRTL) :"Emprunté au lat. classique  emblēma, -atis « ornement en placage sur des vases » du grec ε ́ μ ϐ λ η μ α « ce qui est appliqué sur » de ε ̓ μ ϐ α ́ λ λ ω « jeter sur » .

Cette mise en scène place ces deux peintures au sein d'une série, correspondant chronologiquement à peine avant la période où Hoefnagel travaillait à la cour de Rodolphe II (depuis 1590) tout en résidant à Francfort (1590-1594), puis à Regensburg (1594-1596). Je placerais dans cette série :

  • 1589 Nature morte avec Escargot, Fleurs et Insectes, ou Amoris monumentum, Metropolitan Museum of Art, 

  • 1589 "Nature morte avec Fleurs, Insectes et Escargot", attribué à l'entourage de Joris Hoefnagel, en vente sur Arnet.com

ou à une oeuvre plus tardive de son fils Jacob :

Collection P et N. de Boer, 145 x 191 mm

 

 

.

 

 

— inventaire.

a) Inventaire botanique .1°) les fleurs : au centre, le Souci  Calendula ; deux tulipes dans les fixations latérales ; tagète , oeillet, 2°) les fruits : Physalis alkekengi "Amour-en-cage", trochets de noisettes Corylus avellana et Corylus maxima , groseilles ,pomme , abricot entier, demi- abricot et son  noyau , 

Remarque : cas rare de syncarpie (?) ou de "pommes jumelles", déjà représenté de façon identique dans Archetypa studiaque (1592) pars III planche 10, et sur le folio 107 du Mira calligraphiae (1591-1596). http://www.dailymail.co.uk/news/article-2433619/Siamese-apples-Conjoined-fruit-discovered-lying-ground-mans-garden.html

b) Inventaire entomologique : 11 animaux ; 10 insectes.

  • Registre supérieur à gauche : Lepidoptera Nymphalidae
  • Registre supérieur à droite : Lepidoptera Nymphalidae [Lasiommata megera ?]
  • Registre moyen à gauche : Cerambycidae [Leptura sp.] : Lepture à suture noire (Leptura melanura alias Stenurella melanura) ?? Lepture cordigère ???
  • Registre moyen au centre : Lepidoptera Nymphalidae Inachis io "Paon-du-Jour".
  • Registre moyen à droite : Diptera Musca domesticus "Mouche commune" ??
  • Registre moyen à droite ; Mollusca
  • Registre moyen à droite : Orthoptera Gryllotalpa gryllotalpa "Courtilière".
  • Registre moyen à droite : chenille Lepidoptera 
  • Registre inférieur centre (sur le vase) Lepidoptera Lymantriidae Lymantria dispar "Bombyx disparate", "Zig-Zag", 
  • Registre inférieur à droite sur le cartouche ; Lepidoptera.
  • Registre inférieur droite : Coleoptera Scarabaeidae Oryctes nasicornis ♂ "Scarabée rhinoceros".

 

Si on tient compte du fait que Hoefnagel s'était présenté lui-même comme inventor hieroglyphicus et allegoricus, les associations de plantes et d'animaux peuvent être des hiéroglyphes, par allusion au bestiaire symbolique des Hieroglyphica d'Horus Apollon (Ve siècle), publiées d'abord par Manuce en 1505 et illustrées par Dürer. Ainsi, l'association d'un escargot et de papillons pourrait se référer à la devise Festina lente "Hâte-toi lentement (celle d'Alduce), par l'opposition de la lenteur de l'un et de la vivacité de l'autre. Le scarabée pourrait être un image du Christ. Chaque plante possède son symbolisme médiéval, puis de la Renaissance, puis de la période baroque. La tulipe, qui deviendra avec la tulipomania du XVIIe siècle symbole de richesses équivalentes aux bijoux les plus onéreux, n'est encore parfois qu'une illustration d'un calice tourné vers le ciel comme l'esprit de l'homme conforme aux idéaux moraux et religieux de l'époque.

Parallélement à ces sens cachés religieux mystiques ou allégoriques, la composition pourrait dissimuler des jeux de mots pour le simple plaisir du décryptage érudit.

De même, des correspondances pourraient être découvertes entre le texte d'Érasme cité dans l'inscription (la description d'un jardin)  et les plantes peintes ici.

 

 

http://www.codart.nl/images/Publications/Brukenthal/0566JorisHoefnagel.jpg

 

.

.

II. VASE A L'ANCOLIE (ou VASE A L'ÉCAILLE CHINÉE ou CALLIMORPHE).

Première miniature : Joris Hoefnagel  : Vase avec ancolie, d'autres fleurs et des papillons, entouré par la flore et la faune. (1597)

aquarelle et gouache sur vélin  : rectangle horizontal de 22 x 32 cm 

— Inscriptions :

a) inscription en bas au centre : "In utroque benignitatem Dei, qui in usum/ nostrum largitur haec omnia, nulla in re non/ admirabilis pariter et amabilis."

en or sur un fond noir; dans un cartouche; Traduction: Dans les deux cas, nous admirons la miséricorde de Dieu qui nous donne richement tout cela à notre usage, susceptibles d'être miraculeuse propre que la présence aimante

b) Signé et daté en bas au centre :" ludeb G. Houf: 97".

Commentaire.

L'inscription trouve sa source dans les Colloques d'Érasme, dans  le colloque n° 16 intitulé Le Repas religieux (Convivium Religiosum).

"[16,67] (Eusebius) Non capiebat omnes herbarum species unus hortus. Praeterea bis delectamur, quum pictum florem cum uiuo decertantem uidemus; et in altero miramur artificium naturae, in altero pictoris ingenium: in utroque benignitatem Dei, qui in usum nostrum largitur haec omnia, nulla in re non mirabilis pariter et amabilis. Postremo non semper uiret hortus, non semper uiuunt flosculi. Hic hortus etiam media bruma uiret et adblanditur."

"[16,67] (Eusèbe) Un seul jardin ne pouvait pas contenir toutes les espèces de plantes. D'ailleurs, nous éprouvons un double plaisir en voyant une fleur peinte rivaliser avec une fleur naturelle: nous admirons dans l'une l'habileté de la nature, dans l'autre le talent du peintre, dans toutes deux la bonté de Dieu, qui nous accorde tout cela pour notre usage, et se montre dans les moindres choses aussi admirable qu'aimable. Enfin, les jardins ne sont pas toujours verts, les fleurs ne vivent pas toujours: ce jardin-là, même au coeur de l'hiver, est fleuri et riant. "

Itinera electronica http://agoraclass.fltr.ucl.ac.be/concordances/Erasme_colloque16/ligne05.cfm?numligne=68&mot=benignitatem

 

inscription en bas au centre : Dans benignitatem utroque Dei, qui in usum / nostrum largitur haec omnia, nulla in re non / admiration sensibilisation pariter et gracieux.

en or sur un fond noir; dans un cartouche;Traduction: Dans les deux cas, nous admirons la miséricorde de Dieu qui nous richement tout cela donne à notre usage, susceptibles d'être miraculeuse propre que la présence aimante

  • Signé et daté en bas au centre : ludeb G. Houf: 97

Vase avec ancolie, d'autres fleurs et les papillons, entouré par la flore et la faune

Mots clés 

nature morte , vase , ancolie , rose , oeillet , la pêche , le châtaignier (fruits) , de légumineuses , de haricots , de noisette , pomme , fleur de pommier , chenille , papillon

Inscription en or sur fond noir  en bas au centre dans le cartouche  In utroque benignitatem Dei, qui in usum/ nostrum largitur haec omnia, nulla in re non/ admirabilis pariter et amabilis.

in goud op een zwarte ondergrond; in een cartouche; vertaling: In beide gevallen bewonderen wij de weldadigheid van God die ons dit alles rijkelijk schenkt tot ons gebruik, die overal even wonderbaarlijk schoon als liefderijk aanwezig is

  • gesigneerd en gedateerd middenonder: ludeb: G. Houf: 97

 

Vaas met akelei, andere bloemen en vlinders, omringd door flora en fauna

Onderwerpstrefwoorden 

bloemstilleven, vaas, akelei, roos, anjer, perzik, kastanje (vrucht), peulvrucht, boon, hazelnoot, appel,appelbloesem, rups, vlinder

Herkomst

 

— Description :

Le cadre est  identique au précédent.

Le vase bleu qui, dans la première œuvre, avait une position ambiguë en équilibre sur la pointe de la console, est ici clairement posé sur le fond inférieur où son ombre s'inscrit. Sa couleur bleue aux teintes opalines est la même que celle du Vase de fleurs plus tardif (1629) de la collection de Boer par Jacob Hoefnagel.

— Inventaire

a) Inventaire botanique . 1°) Fleurs : Ancolie ; Rose ; Oeillet ; fleur de Pommier ; 2°) Fruits Chataîgnes dans leur bogue ; Physalis alkekengi   (Amour-en-cage) ;  gousse de haricot ; Fèves  ; trochet de deux Noisettes  Corylus maxima ;  Marron ; Pomme ; Abricot.

b) Inventaire entomologique : 

Un mollusque fixé en haut à gauche. 6 papillons et une chenille : 

successivement de gauche à droite dans les registres superieur ; moyen et inférieur

  • En haut à gauche Lepidoptera Nymphalidae
  • En haut à droite Lepidoptera Nymphalidae
  • Registre moyen à gauche Lepidoptera Nymphalidae Satyrini Melanargia galathea "Demi-Deuil"
  • Registre moyen au centre : Lepidoptera Arctiidae  Euplagia quadripunctaria (Poda, 1761)
  • Registre moyen à droite : Lepidoptera Nymphalidae Nymphalinae Vanessa cardui  "Belle-Dame". (?)
  • Registre inférieur, au centre : Lepidoptera Nymphalidae Vanessa atalanta "Vulcain".
  • Chenille : Lepidoptera Papilionidae Papilio machaon "Le Machaon".

 

Miniature avec insectes Sibiu, Romania

http://www.codart.nl/images/Publications/Brukenthal/0565JorisHoefnagel.jpg

 

 


.http://agoraclass.fltr.ucl.ac.be/concordances/Erasme_colloque16/lecture/1.htm
.
 

DISCUSSION.

L'inscription réunit les deux peintures dans une même méditation illustrée autour du texte des Colloques d'Érasme. Cette citation a une importance considérable dans la réflexion des artistes et humanistes de la cour impériale de Rodolphe II, comme l'a souligné Thomas DaCosta Kaufmann. L'artiste ne tente pas seulement d'imiter la nature, de donner l'illusion de vrais fleurs et de vrais insectes après les avoir observés sur le vif. Il revendique l'artifice du trompe-l'œil comme une re-création du monde, rivalisant avec le monde naturel en triomphant, car ce monde naturel éphémère, périssable et temporel (dont les beautés disparaissent en hiver) accède grâce à l'artiste à la gloire éternelle. 

C'est tout le sens de la revanche du poète sur la belle dédaigneuse, tout le sens du poème de Ronsard :

"Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,

Assise auprès du feu, dévidant et filant,
Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :
« Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle ! » "

Dans les deux corpus emblématiques de Joris et de Jacob Hoefnagel , le Mira calligraphiae et l'Archetypa studiaque, Érasme est l'auteur le plus cité, mais ce sont ses Adages (1536) qui procurent les sentences et proverbes dont le spectateur doit déchiffrer le lien avec l'image. Le thème le plus courant est celui de la vie éphémère, incitant à une admiration des Oeuvres du Créateur, au mépris des richesses illusoires, et à la conscience de la Mort, thème des Vanités futures.

Il en va tout autrement avec ce passage du Repas Religieux. Mais avant de considérer ce seizième colloque, il faut — ce fut du moins mon cas — découvrir les Colloques d'Érasme eux-mêmes.

Les Colloques d'Érasme.

Le titre du recueil, et son idée initiale, vient des "colloques scolaires" ou lexiques dialogués, sorte de "Méthode Assimil à l'usage des apprentis latinistes", selon Franz Berliaire. Dans le cadre du souci pédagogique de la fin du XVe siècle, les professeurs mirent en dialogues vivants et imagés les scènes de la vie familière de leurs élèves afin que ces discussions (latin colloquium = conférence, entretien, discussion) permettent aux élèves d'apprendre le latin de manière plaisante voire ludique. En 1518, Pierre Mosellanus publia Paedologia, et Erasme son Familiarum colloquiorum formulae . Mathurin Cordier, enseignant au Collège de la Marche puis au Collège de Navarre, avant d'enseigner à Lausanne, publia ses Colloquia (Colloquiorum Scholasticorum). Ces auteurs mettaient en scène ainsi leurs propres élèves avec beaucoup de naturel, mais dans un latin correct. Le recueil d'Érasme, conçu à Paris vers 1498 à l'intention du précepteur Augustin Caminade, fut imprimé à Bâle en 1526 d à l'insu de son auteur qui réprouva un livre rempli de faute. Il le ré-écrivit entièrement et publia en mars 1526 Familiarum colloquiorm formulae, mélangeant des formules toutes faites avec des saynètes où Érasme fait discuter ses personnages. L'ouvrage s'amplifia de nouveaux colloques à onze reprises, et ce livre-feuilleton connut sa dernière édition revue et augmentée en mars 1543. "En devenant Opus, le libellus s'est métamorphosé et a fait son entrée dans la grande littérature pour adultes" (F. Berliaire)

"Héritier des lexiques dialogués gréco-romains, de leurs succédanés médiévaux et des florilèges d’auteurs anciens constitués par les humanistes eux-mêmes, le colloque scolaire ne sert d’abord qu’à enseigner le latin de la manière la plus naturelle possible. Il faut attendre en effet l’année 1518 et la publication de la Paedologia de Pierre Mosellanus pour voir des préoccupations morales et religieuses se glisser dans cette littérature dont les héros et les utilisateurs sont des écolier

"Si les échanges de répliques toutes faites des Familiarium colloquiorum formulae font penser aux collections de phrases types chères aux prédécesseurs de Mosellanus, les saynètes qui font leur apparition en mars 1522, dans la première édition formellement reconnue de l’ouvrage, ressemblent davantage aux dialogues de la Paedologia. Contrairement aux personnages du formulaire proprement dit, les héros des Lusus pueriles, de Venatio, de Saltus et des deux scènes de la vie scolaire intitulées Euntes in ludum sont des enfants, qui parlent de leurs jeux, de leur professeur, des leçons à apprendre et des devoirs à faire. D’autres dialogues nous font toutefois quitter le monde de l’enfance. Ces scènes de la vie quotidienne mettent aux prises des hommes mûrs, souvent mariés et pères de famille, discutant de leurs problèmes, qui sont des problèmes d’adultes : les vœux imprudents et leurs conséquences, les pèlerinages, la guerre... Ces « autres modèles d’entretiens familiers », utiles pour l’amélioration du langage parlé et écrit, mais surtout pour la conduite de la vie, comme l’indique le titre du recueil, sont de la même veine que les colloquia familiaria qui seront publiés par la suite : ne sont-ils pas mentionnés dans le De utilitate Colloquiorum, où Érasme précise à quoi sert son livre, à quelle fin il a écrit tel ou tel colloque?

Comme toutes les œuvres d’Érasme, en effet, et peut-être même davantage, les Colloques sont un livre dont l’intention utilitaire est sans équivoque : « En publiant tous mes ouvrages, écrit l’humaniste, mon unique but a toujours été de faire par mon travail œuvre utile ; et, si je ne pouvais y parvenir, de ne pas faire du moins œuvre nuisible » Démontré longuement dans le De utilitate Colloquiorum, le caractère pratique desColloques est souligné dans le titre de toutes les éditions : les premières éditions reconnues sont plus utiles que les précédentes (accessit uberior utilitas), puisqu’elles peuvent même servir ad vitam instituendam ; celles qui suivront seront « très utiles à de nombreux titres » (multis nominibus utilissimum).

 

"Érasme n’a jamais perdu de vue l’objectif didactique de son livre, qui est de fournir à ses lecteurs le moyen d’améliorer leur connaissance de la langue latine et de devenir des hommes accomplis (et latiniores et meliores)

"Il n’est pas facile de déterminer avec précision le nombre de pièces qui composent le Familiarium colloquiorum opus. Aux quarante-huit colloques publiés entre mars 1522 et mars 1533, il faut en effet ajouter le Convivium profanum et sa suite, la Brevis de copia praeceptio, tous les entretiens groupés sous le titre d’Alia in congressu et même certaines brèves séquences qui précèdent ou qui suivent ces saynètes." (F. Berliaire)

Quelques titres de Colloques : Les Voeux imprudents. La Chasse aux bénéfices. La Confession du soldat. Avis d'un maître. Le Repas profane. Le Repas religieux (Colloque 16). L'Apothéose de Capnion. L'Amant et la Meftresse. La Fille ennemie du mariage. La Fille repentante. La Femme qui se plaint de son mari, ou le Mariage. Le Soldat et le Chartreux. Le Menteur et le Véridique. Le Naufrage.Les Hôtelleries. Le Jeune Homme et la Fille de joie. Les Franciscains (colloque n° 30) L'abbé et la femme érudite (colloque n° 31) L'Accouchée (Colloque n° 38) Le Pélérinage (colloque n° 39) L'Ichthyophagie (Colloque n° 40)L'Enterrement (colloque n° 41) La chose et le mot (colloque n° 44) Charon (colloque n° 45) L'Hymen funeste (colloque n° 47)Le Chevalier sans cheval (colloque n° 51) Le petit sénat ou l'assemblée des femmes (colloque n° 53) L'Opulence sordide (colloque n° 59) Les Obsèques séraphiques (colloque n° 60)L'Amitié (colloque n° 61) L'Épicurien (colloque n° 63)

Deux thèmes isolés de l'ouvrage Les Colloques d'Érasme de Franz Berliaire.

F. Berliaire : http://books.openedition.org/pulg/303

I. Les Colloques comme Théâtre.

J'ai montré comment Hoefnagel disposait ses spécimens naturels de façon théâtrale par un cadre fictif et par les ombres comme s'ils étaient présentés sur la scène d'une vitrine d'un Cabinet de curiosités. Je confronterai cette idée à ce que Berliaire écrit sur les Colloques, en créant un puzzle des motifs que j'y découperai : 

​"Ces dialogues sont en effet analogues par leur structure à un texte de théâtre, où toutes les répliques sont juxtaposées et constituent la trame de l’œuvre. Connus dès l’Antiquité, ces deux procédés de présentation d’un texte dialogué — le dialogue en récit et le dialogue juxtaposé ou scénique — sont mis en œuvre par Érasme avec un égal bonheur. La notion de dialogue peut être abordée de différentes manières. Nous laisserons de côté les classifications et les analyses visant les caractères intellectuels du dialogue, pour nous intéresser à des aspects plus concrets, et notamment à la manière dont Érasme plante le décor, bâtit le scénario, choisit et manipule les personnages de sa « Comédie humaine ». Car les Colloques sont une sorte de « Comédie humaine », avec des scènes de la vie privée, de la vie militaire, de la vie de campagne, de la vie urbaine, de la vie religieuse. Érasme met en scène des personnages des deux sexes, de tous les âges et de toutes les classes sociales : des hommes et des femmes ; des jeunes, des moins jeunes et des vieillards ; des nobliaux, des bourgeois et des gens du peuple ; des laïcs et des ecclésiastiques. C’est toute la société du xvie siècle qui défile devant nos yeux, vivante et bigarrée." "La plupart de ces conversations sont imaginaires, quelques-unes ont un fond de vérité, mais toutes portent l’empreinte de la vie et, par leur substance comme par leur mouvement, elles donnent l’impression de la réalité saisie sur le vif."  "Bien qu’il n’ait sans doute pas prévu que ses Colloques seraient joués un jour sur des tréteaux scolaires, Érasme a incontestablement donné une allure dramatique à ces petites scènes de la vie quotidienne. Outre les procédés scéniques dont nous venons de parler, il utilise en effet, comme les dramaturges, un système continu et méthodique d’initiales de personnages destiné à articuler le dialogue. D’autre part, il mentionne en tête de chaque colloque le nom des principaux protagonistes, donnant en quelque sorte la distribution de la pièce qui va être jouée."

Un théâtre comique ou ludique.

Érasme veut instruire ses lecteurs en les amusant et sans qu’ils s’en rendent compte : « Je ne sais, dit-il, s’il est des leçons plus fructueuses que celles qui sont prises en jouant. » Pour « s’insinuer en quelque sorte dans les âmes délicates », il utilise le procédé qu’il a déjà mis en œuvre dans l’Éloge de la Folie et qui consiste à dire la vérité en riant : « La vérité un peu austère par elle-même parée de l’attrait du plaisir pénètre plus facilement dans l’esprit des mortels. Le plaisir allèche le lecteur, et, après l’avoir alléché le retient. " "L’écrivain qui, à ses yeux, « recueille tous les suffrages », n’est autre, en effet, que Lucien : « Il possède une telle grâce d’expression, un tel bonheur d’invention, un tel charme dans la plaisanterie, dans l’attaque un tel mordant, ses badinages sont si agréables, il tempère le sérieux par les plaisanteries, les plaisanteries par le sérieux ; il dit des vérités en riant, il rit en disant des vérités ; il peint comme au pinceau les mœurs, les sentiments, les intérêts des hommes et les met sous les yeux, non comme une lecture mais comme un spectacle, si bien que nulle comédie, nulle satire, ne peut se comparer avec ses dialogues, ni si tu considères l’agrément, ni si tu considères l’utilité. »

"Les œuvres des poètes comiques constituent elles aussi une mine inépuisable d’exemples, puisque la comédie n’est rien d’autre que l’image de la vie : cum tota Comoedia nihil aliud sit quam humanae vitae simulacrum. Humanae vitae simulacrum, voilà une définition qui conviendrait parfaitement aux Colloques, miroir grossissant des ridicules et des tares d’une société malade, théâtre dont les spectateurs sont aussi les acteurs."

« Théâtre de la vie ou miroir du monde, c’était là le titre de tout langage, sa manière de s’annoncer et de formuler son droit à parler ». Cette réflexion de Michel Foucault s’applique particulièrement bien aux Colloques, spectacle en soixante tableaux illustrant « les folles passions du monde et ses opinions absurdes », spectacle édifiant de la « comédie de la vie », destiné à préparer à la vie : ad vitam instituendam. Le livre est le substitut de la vie, la lecture remplace l’expérience, qui est « la maîtresse des sots ». Peinture vivante des gens et du monde, les Colloques sont pour les adolescents et pour les adultes ce que les images étaient pour les petits enfants : une représentation de la réalité."

.

Colloques d'Érasme et Emblemata.

Ces Colloques ont pu inspirer Hoefnagel également par leurs rapports avec les Livres d'Emblèmes assoçiant citation littéraire et peinture : Érasme cherche à dépeindre le vivant tout en tissant des liens constants avec les textes qu'il a lu  ; et, presque à l'inverse, Hoefnagel s'évertue à faire de ses peintures des textes plaisants à mémoriser :

 "Riches d’enseignements, ces colloques sont également riches en figures de style, en tournures, en proverbes, en fables, en exempla, en apophthegmes destinés à tous ceux qui veulent que leur discours « resplendisse d’idées et de mots comme un fleuve charriant des paillettes d’or ». Cette copia verborum ac rerum dont il fait profiter ses lecteurs, Érasme l’a acquise en étudiant, la plume à la main, tous les auteurs grecs et latins : « Celui qui veut être considéré comme un érudit doit tout lire, une fois au moins dans sa vie », dit-il dans ses Commentarii duo de duplici copia verborum ac rerumCe pollen butiné dans les jardins fleuris de la littérature ancienne est injecté à forte dose dans les Colloques, « produit fini », où Érasme a sans doute mis ce qu’il a récolté de plus remarquable au cours de ses lectures. Les Colloques fourmillent en effet d’emprunts aux auteurs anciens, emprunts souvent déguisés de vers ou de phrases qu’Érasme s’approprie, coupe, transforme au gré de sa fantaisie, mais surtout d’adages et de tours proverbiaux puisés aux mêmes sources. La moindre citation faite dans les Colloques se retrouve d’ailleurs dans les Adages, soit comme adage proprement dit, soit comme variante ou illustration d’un adage. Ceux qui ne verraient dans cette profusion de proverbes qu’une coquetterie d’humaniste se tromperaient lourdement : « Pour ajouter à un écrit la grâce d’un charme délicat, ou pour l’égayer par des jeux érudits, ou pour le relever du sel de l’urbanité, ou pour l’orner par quelques bijoux empruntés, ou pour l’éclairer de pensées lumineuses, ou pour lui apporter de la variété grâce aux fleurs des allégories et des allusions, ou pour répandre sur lui les enchantements de l’antiquité, qu’y a-t-il de mieux, demande Érasme, que d’avoir une riche et nombreuse provision de proverbes, et une sorte de réserve entassée, serrée chez soi ? Tu pourras y prendre à toutes fins de quoi charmer par une métaphore fine et bien placée, de quoi mordre par une railleuse plaisanterie, de quoi plaire par une pénétrante concision, de quoi charmer par une pointe rapide, de quoi attirer par la variété ou chatouiller par une allusion amusante celui qui la reconnaît au passage, de quoi enfin réveiller par une obscurité voulue le lecteur qui commence à s’endormir. Qui ne sait que les principales ressources, les principaux agréments des discours résident dans les sentences, les métaphores, les paraboles, les comparaisons, les exemples, les rapprochements, les images et autres figures de ce genre ? Non seulement elles relèvent grandement la diction, mais elles lui ajoutent plus d’ornements et de charme qu’on ne saurait le dire, chaque fois que, reçues par l’accord de tous, elles ont passé dans la langue communément parlée. En effet chacun écoute volontiers ce qu’il reconnaît, surtout s’il s’y ajoute la recommandation de l’antiquité, étant donné que les adages comme les vins doivent leur prix à leur âge. Ils n’apportent pas seulement une parure au style ; ils lui donnent aussi de la vigueur, c’est pourquoi Quintilien les range parmi les figures et estime d’autre part que, parmi des arguments, un proverbe peut avoir une grande force, soit que tu veuilles persuader, soit que tu réfutes l’adversaire par un dicton sarcastique, soit que tu défendes tes positions. Qu’y a-t-il en effet de plus probable que ce que tout le monde est d’accord pour répéter ? Qui ne serait frappé par le jugement identique d’époques et de pays si nombreux ? »

.

 

II. L'écriture  et la peinture : l'ekphrasis et l'enargeia.

Dans la rencontre du peintre Hoefnagel et de l'écrivain Érasme, une attention particulière doit être apportée aux rapports entre le style littéraire, et la vision, le "donné à voir".

 

Rappelons d'abord que si la critique littéraire utilise le terme « ekphrasis » pour désigner  la description, au sein d’un texte, d’une œuvre d’art réelle ou imaginaire, cette définition est tardive. Le verbe « ekphrazô » signifie « exposer en détail », et l’ekphrasis consiste  à donner à voir avec « évidence » l’objet par le langage. Aélius Théon en donne cette définition : « la description (« ekphrasis ») est un discours qui présente en détail et met sous les yeux de façon évidente ce qu’il donne à connaître.". Dans l'Antiquité, l’ekphrasis ne se limite donc pas à l'évocation d'œuvres d'art, mais désigne toute évocation vivace propre à faire surgir des images dans l'esprit de l'auditeur ou du lecteur 

Selon Aristote (384 –322 av. J.-C.), et par suite pour les théoriciens antiques du discours, la fonction première de tout discours est l’« enargeia », que l’on peut traduire par « évidence » ou « visibilité », c’est-à-dire que le discours doit d’abord montrer. Avec les successeurs d’Aristote, le concept d’« enargeia » repose essentiellement sur le sens de la vue : pour Denys d’Halicarnasse, Cicéron (Ier siècle av. J.-C.) ou Quintilien (Ier siècle ap. J.-C.), l’« enargeia » ou l’« evidentia » doit transformer l’auditeur-lecteur en spectateur, lui donner à voir les faits.

Voir Ekphrasis ici et hypotypose dans Wikipédia.

Pour les peintres et les écrivains, deux citations  de l'Ars poetica d'Horace devenus des adages sont naturellement dans les esprits : Ut pictura poesis, et Pictoribus atque poetis (vers 10) : Rabelais traduit ainsi le dernier : Pictoribus atque poetis, « les peintres et poètes ont la liberté de peindre à leur plaisir ce qu'ils veulent".

C'est au XVIe siècle que la poésie ecphrastique prend son essor, et qu'on assiste à la naissance de la poésie emblématique qui, illustre à merveille l'adage horatien , en s'inspirant des concetti italiens, du Livre des hiéroglyphes d'Horapollon et du Songe de Poliphile de Francesco Colonna.

 

.
Reprenons maintenant la lecture du texte de F. Berliaire :

 " Parmi les nombreuses rationes locupletandi sermonis passées en revue dans la partie du De copia consacrée aux « figures de pensée qui s’éloignent de la manière directe de présenter les idées », il en est une qui occupe une place de choix dans les Colloques : c’est celle que les Grecs appellent ένάργεια et les Latins evidentia. Connue également sous le nom d’hypotypose, cette figure, qui « expose les choses d’une manière telle que l’affaire semble se dérouler et la chose se passer sous nos yeux », transforme le lecteur ou l’auditeur en spectateur : id quod fit aut factum est, non summatim aut tenuiter exponemus, sed omnibus fucatum coloribus ob oculos ponemus, ut auditorem sive lectorem, iam extra se positum, velut in theatrum, avocet. dum ea referunt quae representari in theatro aut non possunt aut non convenitDe copia, LB I, col. 77 F-78 A.

[Erasme, Enargeia : Nous l'utilisons toutes les fois que, dans le but d'amplifier ou d'orner notre texte, ou de plaire au lecteur, nous n'exposons pas simplement la chose [rem], mais la donnons à voir comme si elle était exprimée en couleurs tans un tableau, de sorte que nous semblons l'avoir peinte plutôt que décrite et que le lecteur semble l'avoir vue plutôt que lue" : Erasme, «  De duplici copia verborum ac rerum. »]

" La description la plus riche est toutefois celle qui sert de prologue et même d’épilogue au Convivium religiosum. Cette visite guidée se transforme en leçon de choses, une leçon modèle qui semble illustrer cette page du De pueris où Érasme conseille au pédagogue d’utiliser des vignettes pour apprendre à son élève le nom et les caractéristiques essentielles des arbres, des plantes et des animaux. Cette connaissance, qui fait appel aux qualités d’observation de l’enfant, n’a rien d’expérimental : les murs de la maison d’Eusèbe sont comme les planches anatomiques d’un manuel d’histoire naturelle et tous les renseignements fournis par Érasme sont tirés de Pline, un de ces auteurs qui, « s’ils ne contribuent pas grandement à la beauté du style, offrent en abondance la réalité » (rerum copiam suppeditant). L’auteur des Colloques puise à pleine main dans les ouvrages de ces naturalistes anciens. Dans Problema et dans ’Aστραγαλισμό, sive talorum lusus, c’est Aristote qui est mis à contribution ; dans Amicitia, c’est encore Pline qui est exploité comme un « trésor », Pline qui « enseigne le monde » : Mundum docet Plinius. Si Érasme tient tant à faire connaître le monde physique, c’est bien sûr parce que « l’on ne peut voir de spectacle plus magnifique que celui de la nature », mais aussi parce que cette connaissance du monde animal, végétal ou même minéral permettra au candidat à l’abondance d’orner son discours au moyen d’allégories, d’images, d’apologues, d’exempla .  Ses Colloques sont nourris à la fois de suc antique et de moelle évangélique, mais aussi de sel attique. 

 

 

 

Le Convivium religiosum : Le jardin d’Eusebius.

Ce colloque du Repas religieux date d’août 1522. Portant le n°16, il suit le colloque 15 Le Repas Profane.

Pour le présenter et le commenter, je ferais mon miel d'un article de Simone de Reyff paru en  2009 et mis en ligne sur Persée. : 

 

 "Dans le Convivium religiosum, Érasme met en scène un petit groupe d’amis réunis autour de la table d’Eusebius pour partager un repas dont le menu, aussi sobre que savoureux, est enrichi de commentaires spontanés sur quelques passages de l’Écriture sainte. Le décor ne se limite pas à la demeure dans laquelle se retrouvent les amis d’Eusebius mais  inclut le jardin dont la visite abondamment circonstanciée constitue un prologue à la fête. Le maître de maison promène longuement ses hôtes avant de les inviter à passer à table: le jardin sera le lieu où la nature, dûment régentée par l’esprit humain, favorisera à la fois la méditation et la sociabilité. On traverse successivement un premier jardin dominé par la statue de saint Pierre et la chapelle dédiée au Christ médiateur, puis un jardin intérieur dont les richesses botaniques et artistiques comblent d’admiration les visiteurs enthousiastes, pour longer enfin trois promenoirs qui, avec le bâtiment principal, constituent un rappel implicite de la structure du cloître. Avant d’emmener ses compagnons à l’intérieur du logis, Eusebius leur signale encore les prolongements de son domaine qu’ils pourront admirer à l’issue du repas: derrière la maison trouvent place un jardin potager et un jardin des simples, que flanquent d’un côté un pré et de l’autre un verger, au fond duquel il élève des abeilles. À la ruche répond, dans la galerie supérieure du promenoir oriental, une volière.  Le jardin d’Eusebius se donne au premier chef comme une célébration de cette multiplicité dont procède l’allégresse du coeur et de l’esprit. Célébration multiple à son tour, puisqu’elle inclut des réalités très diverses: les inscriptions en latin, en grec et en hébreu qui dotent la statue de saint Pierre et l’image du Christ d’un discours polyglotte, et où se croisent les citations les plus hétérogènes de l’un et l’autre Testament; les connotations superposées du cours d’eau qui renvoie simultanément aux aspirations du cerf altéré (Ps 142 / 143) et à l’eau gratuitement octroyée à ceux qui ont soif (Isaïe 55, 1) ; enfin, la variété des plantes cultivées dans le jardin intérieur, et celle des oiseaux élevés dans la volière, dont les moeurs sont aussi contrastées que les ramages.

 Cependant, s’il demeure bien conscient des limites de toute collection, Eusebius ne tente pas moins de les repousser aussi loin que possible. Lorsque l’espace fait défaut à sa passion «curieuse», il le prolonge à travers les fresques qui ornent ses promenoirs, où il pourra contempler, en se délassant, tous les visages du monde que ne saurait contenir son petit domaine. Le décor en trompe-l’oeil qui sert à marquer les limites du jardin tout en l’ouvrant vers l’ailleurs pourrait être envisagé comme une disparate, sinon comme une concurrence déloyale par rapport aux efforts consentis pour aménager un site naturel. La diversité s’y déploie tout en harmonie, sans aucun obstacle, au bénéfice d’une stabilité assurée: les arbres peints, suggère malicieusement Eusebius, ont l’avantage d’être toujours verts. Le regard qu’il invite à poser sur ces produits de l’artifice humain demeure toutefois libre de toute suspicion. Ce n’est pas seulement parce qu’elles présentent l’avantage d’une certaine permanence sur la fragilité du monde réel que ces représentations sont louées. La peinture est source d’un plaisir plus grand que celui qui procéderait de la seule présence d’un objet naturel. En cet endroit, Érasme pourrait se souvenir d’Aristote qui, dans sa Poétique, établit l’imitation comme une valeur propre à l’homme en considérant qu’elle est dans son essence source de délectation. Loin d’être un pis-aller auquel on aurait recours pour pallier les insuffisances d’un domaine aux proportions modestes, l’imitation apparaît au contraire comme le signe d’une plus-value. C’est ce qu’ont immédiatement compris les visiteurs qui s’émerveillent en constatant que les arcades des promenoirs, tout comme le revêtement aux tons subtils du cours d’eau, sont en réalité du faux marbre. «Quod opibus deest arte sarcimus», remarque Eusebius: les carences du jardin sont amplement compensées par l’intervention humaine, dans la mesure précisément où la réponse de l’art à la nature porte la marque d’un génie supérieur. Le monde répertorié sur les parois des galeries ne se borne pas à compléter les expériences restreintes qu’offre l’espace ainsi délimité. Ce n’est pas seulement parce qu’elle rend présentes des variétés animales et végétales excédant les possibilités d’un petit jardin que la peinture des promenoirs suscite la jubilation des promeneurs. À travers la rivalité des figures peintes, «singulis ad nativam imaginem non pessime expressis», on est amené à prendre conscience de la nature essentiellement mimétique du jardin, qui n’est autre qu’une représentation du monde. À la différence notable, cependant, qu’au lieu d’assumer la variété des êtres dans une image inconsistante, le jardin demeure solidaire de la nature qu’il reproduit. La concurrence de l’art n’y équivaut pas à une négation de la nature, mais à une simple inflexion, qui la rend signifiante, ou mieux, qui en exprime la signification latente.

.

À travers la double dimension de la varietas et de la mimèsis, on atteint ainsi ce qui constitue probablement la clef majeure du jardin d’Eusebius: la récapitulation du monde esquissée dans les parterres fleuris et les promenoirs historiés vise un projet pédagogique. Chaque détail du jardin correspond à la composante d’un vaste discours dont les implications morales se superposent aisément aux observations du savoir concret. Le maître du jardin se plaît du reste à traduire pour l’édification de ses amis le langage des plantes et des animaux: ainsi la marjolaine, dont le parfum, si l’on en croit les Anciens, est insupportable au porc, est une invite à la chasteté. De même, le double effet des poisons sur le scorpion qui succombe à la vue de l’aconit, mais qui trouve dans l’ellébore un antidote susceptible de le ramener à la vie, s’avère porteur d’un sens précieux: s’il ne donne pas lieu à un commentaire explicite, c’est qu’un tel prodige traduit avec éloquence les ressources insoupçonnées de la Providence. Sur le basilic au regard mortifère, sur le poulpe victime du coquillage dont il voulait faire sa proie, sur le chameau qui esquisse un pas de danse ou le singe jouant de la flûte, se greffent spontanément les reliques de la sagesse commune dont Érasme tient par ailleurs le registre dans ses Adages. Enfin, le petit drame figé dans l’image peinte du lièvre dévoré par un aigle sous l’oeil impuissant d’un scarabée et d’un roitelet, reproches vivants, et cependant impuissants face à la voracité du prédateur, en dit long sur les injustices cruelles du monde. On conçoit que, pour l’expérience avisée du sage, le domaine solitaire est en réalité un lieu «bruissant de paroles» «Domus loquacissima». Cependant la valeur symbolique des objets n’aboutit jamais à la négation de leur utilité fonctionnelle. La source qui traverse le jardin renvoie, comme nous l’avons vu, au Psalmiste et à Isaïe, mais elle sert tout aussi bien à évacuer les égouts. Et quand ses amis se récrient devant ce qu’ils considèrent comme un scandale, Eusebius n’a pas trop de peine à leur rappeler que la Providence a également destiné l’eau aux ablutions. En vérité, le jardin pédagogique d’Érasme ne fonctionne nullement comme une encyclopédie scientifique et morale dont il suffirait d’assimiler les rubriques. Il est le témoignage d’une expérience pénétrante et parfois paradoxale de la vie. C’est pourquoi, indépendamment de la chapelle et de la statue qui ornent son entrée, il présente une dimension profondément religieuse, dans la mesure où les agréments qu’il réunit parlent tous en faveur de l’homme."

 

 

SOURCES ET LIENS 

Simone de Reyff   2009  De la retraite à la présence au monde : jardins de la Renaissance  Seizième Siècle     Volume   5   pp. 169-192

 

 

Partager cet article

Published by jean-yves cordier - dans histoire entomologie - Hoefnagel
commenter cet article
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 20:30

Vanitas et Vanessa . A propos de "Nature morte avec insectes" (1594) d'Oxford par Joris Hoefnagel, et du nom de genre Vanessa Fabricius, 1807.

Voir aussi les autres articles consacrés à Hoefnagel:

.

I. Description.

Titre : "Nature morte avec insectes". Miniature en rectangle vertical de 161 x 120 mm peinte à l'aquarelle sur vélin par Joris Hoefnagel en 1594 et conservée à l'Ashmolean Museum of Art and Archeology d'Oxford (Angleterre).

Inscription :

L'artiste a placée en guise de signature au centre sur le vase un monogramme IG dans lequel le "I" est en réalité un clou placé verticalement au centre de la lettre G. Il s'agit d'un rébus analogue aux "armes parlantes" utilisées en héraldique et par lesquelles le titulaire donne à entendre son nom. Le clou se disant "nagel" en néerlandais, Hoefnagel, dont le nom provient sans-doute du surnom donné à un maréchal-ferrand Huf-nagel, "sabot-clou", a fait de l'image du clou son emblème. Le monogramme se lit donc G[eorgius] [Hof]nagel. De chaque coté, les chiffres 15 et 94 indiquent la date, 1594.

Chose exceptionnelle chez Hoefnagel, la scène peinte ne s'accompagne ici d'aucun titre, d'aucune citation biblique ou poétique : en un mot, elle échappe aux règles des Emblèmes. Elle se suffit à elle-même au lieu d'être l'illustration d'un argument littéraire. Serait-ce la première Nature morte ?

Considérée rapidement, on y voit un vase, des fleurs et des insectes. Mais en regardant plus attentivement, on constate que ce "vase" est bien étrange. D'une part, il est dépourvu de pied, et se tient en équilibre sur une grosse perle. A moins qu'il ne soit fixé au faux cadre en trompe-l'œil, qui se résume ici à quatre baguettes de bois ou de cuivre ? Et puis, nous ne comprenons pas comment se dispose son col, car celui-ci est masqué par un papillon aux ailes largement étalées. Or, les anses, volutes contournées de manière extravagante et guère fonctionnelle, ne viennent pas poser leur extrémité supérieure sur une partie du vase, mais sur les ailes du papillon. D'ailleurs, la pose de cet insecte n'est pas celle qu'il adopte dans la nature, lorsqu'il capte le soleil sur une fleur ; mais elle évoque plutôt un spécimen de collection, épinglé à cet endroit insolite en dessous des tiges des fleurs.

La comparaison avec une autre œuvre assez similaire au musée de Sibiu en Roumanie permet de découvrir le vase non masqué et de comprendre que ces anses sont, d'avantage, des poignées dont l'extrémité est libre. De même, le pied est maintenu par un support servant de cartouche avec inscription. Cette autre miniature est datée de 1597.

http://www.codart.nl/images/Publications/Brukenthal/0566JorisHoefnagel.jpg

L'une des façons de résoudre les étrangetés de construction de la miniature d'Oxford est de supposer qu'elle a été découpée, puis qu'un cadre a été dessiné secondairement. J'ignore si cela a été envisagé par les experts.

Étrange aussi est cet hanneton, à l'évidence mort, sur le dos, comme une momie égyptienne.

Curieux encore est l'attrait d'une Demoiselle et d'un Lycène pour les anses du vase, alors que les fleurs les indifférent.

Alertés par le monogramme parlant de l'artiste, par ces bizarreries, par les formes calligraphiques des 3 décors de lapis lazuli du vase et des 2 anses, nous pouvons, surtout en connaissant l'artiste qui se définit comme inventor hieroglyphicus, chercher à déchiffrer quelque sens secret.

Dressons d'abord l'inventaire botanique.

Au centre, une tulipe jaune. A droite et à gauche, deux roses en bouton (Rosa gallica), de couleur rose. Au dessus d'elles, deux ancolies, blanches ou décolorées par le temps. Et puis, sur le sol supposé, dont les ombres indiquent l'existence, une fleur coupée, sèche, celle d'un œillet.

Poursuivons avec l'inventaire entomologique des cinq insectes. Bien qu'à cette époque aucun n'ait reçu de nom, nous pouvons aujourd'hui les identifier. Le papillon du centre est la Vanesse du Chardon ou Belle-Dame Vanessa cardui. Le second papillon est sans-doute un Papilionidé, le Semi-Apollon, Parnassius mnemosyne. (Ou à défaut Aporia crataegi, le Gazé). La chenille qui ressemble le plus à celle qui trace une diagonale le long d'une tige est celle de la Cucullie du Bouillon-Blanc, Shargacucullia verbasci. Le hanneton doit être du type commun, Melolontha melolontha. Enfin la libellule posée à droite est vraisemblablement un Calopteryx femelle (C. virgo ou C. splendens).

 

 

On comparera avec intérêt cette miniature avec cette aquarelle plus tardive de Jacob Hoefnagel, qui appartient actuellement à la Fondation P & N de Boer à Amsterdam, mais qui fut exposée en 2104 à Paris  dans l'exposition Entre Goltzius et Van Gogh, à la Fondation Custodia.

Jacob Hoefnagel, Vase de fleurs entouré de fruits et d’insectes, 1629. Aquarelle sur vélin, 145 x 191 mm © Fondation P. et N. de Boer, Amsterdam

https://rkd.nl/nl/explore/images/record?query=hoefnagel+de+boer&start=0

 https://alaintruong2014.files.wordpress.com/2014/12/2149.jpg.

On y distingue 15 insectes, dont Vanessa atalanta, le "Vulcain", une chenille épineuse, une coccinelle à deux points, une libellule — corps de Libellulidae, mais yeux et pterostigmas rouges —, une sauterelle femelle, un Grand Bombyle Bombylis major, un Térébrant Gasteruption assectator, une Mouche à damiers Sarcophaga carnaria, deux fourmis transportant le couvain.

Parmi les fleurs, la Rose Rosa gallica, la Nigelle Nigella damascena, le Crocus, le Narcisse , l'oeillet , l'Ancolie , le Romarin, la Fritillaire, la Violette , une Giroflée (rose) , une pomme coupée, une fraise des bois, deux cerises, une demi noix.

La console qui donne appui au vase ne sert pas, comme dans toutes les miniatures de Joris, de cartouche pour une inscription sentencieuse ou poétique. Comme dans la miniature précédente, cette absence d'inscription en fait une Nature morte. Morte car silencieuse.

 

 

 

 

 

Jacob Hoefnagel, Vase de fleurs entouré de fruits et d’insectes, 1629. Aquarelle, 145 x 191 mm © Fondation P. et N. de Boer, Amsterdam

Jacob Hoefnagel, Vase de fleurs entouré de fruits et d’insectes, 1629. Aquarelle, 145 x 191 mm © Fondation P. et N. de Boer, Amsterdam

Vanitas et Vanessa.

Ces Natures mortes sont, au même titre que celles qui les suivront, et comme aussi une grande partie des peintures emblématiques précédentes de Hoefnagel, des illustrations de la vanité foncière de l'existence, dont témoignent la fanaison rapide des fleurs, le déperissement des fruits, la taille insignifiante des insectes et la briéveté de toutes les formes de vie, contrastant vivement avec la fraîcheur et la beauté de l'expression vitale en sa plénitude.

Or, il est singulier de constater qu'au centre de l'une des premières Natures mortes se trouve, ailes étendues, comme épinglée par la mort, un papillon qui porte en France depuis 1762 le nom de "Belle-Dame" et en Angleterre depuis 1699 celui de "Painted-Lady" ("femme fardée"). 

En effet, ces noms traduisent un nom latin, Bella dona, "Belle dame", par allusion à la beauté presque surfaite des ailes mêlant au noir et au blanc des dégradés d'orange, de chamois et de beige. Petiver, qui le mentionne en 1699, signale qu'il est connu sous ce nom ("bella donna dicta" mais ne dit pas depuis quand. En outre, ce nom évoque la plante Atropa belladonna L. 1753, dont le nom belladona a été pour la première fois attesté, sous la forme Herba bella donna ou Herbe des belles dames, dans les publications des botanistes Matthioli (1566) et Clusius (1602). Carolus Clusius, ou Charles de l'Escluse qui avait appartenu à la cour impériale à Vienne avant de s'installer en 1587 à Leyde et y fonder le Jardin botanique, est un ami de Hoefnagel. Il est possible que Hoefnagel ait connu le nom botanique bella donna. Il est par contre peu vraisemblable (ou non attesté)  que le papillon soit déjà désigné par ce nom à son époque.

Ce n'est donc qu'a posteriori, pour la jouissance intellectuelle du spectateur actuel, que ce nom vernaculaire de ce papillon vient entrer en profonde résonnance avec le sens tacite de la peinture de Joris Hoefnagel. 

Mais il y a plus. Le nom scientifique de la "Belle-Dame" est Vanessa cardui, ou Vanesse des chardons. Le Vulcain qui est figuré dans le Vase de fleurs entouré d'insectes de la collection de Boer se nomme Vanessa atalanta, Ces deux papillons appartiennent donc au genre Vanesse, un genre aux ailes fortement colorées de teintes noir, orange ou rouge, et qui, pendant la période médiévale, a servi de support d'un symbolisme négatif évoquant le Mal, les puissances diaboliques et l'Enfer notamment dans le Jugement Dernier  de Hans Memling et dans le jardin des délices de Jérome Bosch.

http://www.lavieb-aile.com/article-les-papillons-dans-un-tableau-de-hans-memling-125258718.html

Dans l'oeuvre de Hoefnagel, ce symbolisme péjoratif disparaît. Les ailes puissament colorées des Vanesses entrent en écho avec les pétales des fleurs, cette exubérance de la Nature incitant le spectateur à réfléchir au caractère périssable, vulnérable et éphémère de ces fastes, comme un miroir tendu à sa propre existence et à son attrait pour les richesses ou la beauté.

En un mot, ces Vanesses sont, à elles-seules, des Vanités au même titre qu'une Rose.

Or, le genre Vanessa, créé en 1807 par Fabricius, appartient à une série qui sont tous des noms féminins se rapportant  Vénus, déesse de la Beauté. Le nom Vanessa est emprunté à Swift, qui, dans son poème Vanessa and Cadenus (1713) avait fusionné le début et la fin du nom de son élève (et maîtresse) Esther Vanhomright. Ce poème oppose la vanité des relations courtoises des femmes et hommes de son temps (Vénus) et la passion pour les jeux intellectuels (Pallas) qui réunissait Swift et Esther. Dans le nom Vanessa est dissimulé à la fois Venus et Vanish, selon des techniques de manipulation et distorsion du langage qui sont au cœur de la création littéraire swiftienne.

Donc, là encore, comme pour le nom Belle-Dame, le nom Vanessa est en relation étroite avec Vanitas, mais cette relation ne devient évidente qu'après-coup, dans une lecture contemporaine. 

Rien n'interdit au zoonymiste de penser que ce sont précisément les miniatures emblématiques, puis les Allégories et enfin les Natures mortes de Joris Hoefnagel qui ont favorisé la dénomination de certaines espèces de lépidoptères sous l'égide de  la Vanité et de la Beauté périssable. 

Et rien n'interdit non plus au rêveur borgésien d'imaginer que Hoefnagel avait inscrit déjà ces noms dans son œuvre, comme dans ces images où le visage du chasseur est caché dans le feuillage d'un arbre.

J'ajouterais que Linné, créateur du nom papilio cardui et papilio atalanta, tout autant que Geoffroy, créateur du nom "Belle-Dame", connaissaient les représentations par Hoefnagel des papillons en question, et qu'il les citent en référence de leurs descriptions originales.

 

 

Le grant herbier Paris 1504

John Gerard The herball 1597

Pietro Andrea Mattioli  Pietro Andrea Mattioli 

Partager cet article

Published by jean-yves cordier - dans histoire entomologie - Hoefnagel
commenter cet article
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 11:00

Zoonymie du papillon l'Azuré du Serpolet Maculinea arion (Linnaeus, 1758).

La zoonymie (du grec ζῷον, zôon, animal et ónoma, ὄνομα, nom) est la science diachronique qui étudie les noms d'animaux, ou zoonymes. Elle se propose de rechercher leur signification, leur étymologie, leur évolution et leur impact sur les sociétés (biohistoire). Avec l'anthroponymie (étude des noms de personnes), et la toponymie (étude des noms de lieux) elle appartient à l'onomastique (étude des noms propres).

Elle se distingue donc de la simple étymologie, recherche du « vrai sens », de l'origine formelle et sémantique d'une unité lexicale du nom.

Résumé.

— Maculinea Van Eecke, 1915, couplage de deux noms latins, macula et linea, pour décrire les points noirs "en forme de longs trémas" selon l'auteur, qui caractérisent les ailes antérieures des espèces du genre.

[— Synonyme du genre Maculinea : Phengalis Doherty, 1891 : du grec fengali, "la lune", peut-être en raison d'une tache noire ronde sur fond blanc de l'espèce-type.]

— arion (Linnaeus, 1758) : cette espèce appartenant à la phalange des Plébéiens ruraux de Linné, elle devrait recevoir le nom d'un homme ordinaire, mais ceux-ci n'ayant pas laissé leur nom dans l'Histoire, Linné choisit parmi les artistes grecs antiques, comme Arion de Méthymne, poète et joueur de cythare qui, condamné à être jeté à la mer par des marins, fut sauvé par un dauphin attiré par ses chants. A la Renaissance, il devint pour les humanistes et imprimeurs la figure de l'éloquence poétique, et Linné a vu, sous forme de marque de typographe, la vignette d'Arion au dauphin sur la page de titre du Pinax theatri botanici (1623) de C. Bauhin, livre princeps en Botanique.

— En France, l'espèce fut d'abord décrite par Engramelle en 1779 sous le nom d'"Argus Bleu à bandes brunes", puis par Godart en 1821 sous celui de "Polyommate Arion" avant d'être nommée par Gérard Luquet en 1986 "L'Azuré du Serpolet", du nom de l'une des plantes-hôtes des pelouses sèches, Thymum serpyllium ou plus généralement des Serpolets (Thymus praecox, T. pulegioides). La chenille se nourrit de leurs bourgeons floraux avant de tomber et d'être prise en charge par des fourmis (Myrmica sabuteli).

 

 

 

               I. NOM SCIENTIFIQUE.

 

1. Famille et sous-famille.

a) Famille des Lycaenidae, William Elford Leach, 1815. Les Lycènes. 

       Leach, William Elford, 1790-1836  "Insecta" pp. 329-336, "Entomology". pp 646-747 in D. Brewster éditeur, Brewster's Encyclopaedia Edinburgh, [Edinburgh, volume 9, 1, 04/1815 pp. 57-172  : selon Sedborn 1937] [Philadelphia, E. Parker,1816? selon BHL Library]  page 718. [ Article publié anonymement et attribué à Leach, qui avait annoté son propre manuscrit]

  

La famille des Lycaenidae Leach, [1815] tient son nom du genre Lycaena de Fabricius (1807). il comprend les Blues ou Azurés, les Coppers ou Cuivrés et les Hairstreaks ou Thécla, et nos Argus, soit les sous-familles des  Polyommatinae Swainson, 1827, Lycaeninae [Leach, 1815] et Theclinae Butler 1869.

 Ses 6000 espèces mondiales représentent un tiers des Papilionoidea. La majorité a développé des stratégies d'associations facultative ou obligatoire avec les fourmis, qui vont du parasitisme au mutualisme. Les chenilles et les chrysalides utilisent des signaux chimiques et acoustiques pour manipuler les fourmis dans le sens de la myrmécophylie. La présence d'une glande dorsale, située en général sur le 10ème segment exsudant un liquide sucré comparable au miellat des pucerons est un caractère largement partagé par les chenilles de lycénidés myrmécophiles et connu depuis 1894 . On parle alors de chenilles trophobiontes. Toutefois, certaines espèces ont mis au point des stratégies plus complexes pour inciter les fourmis à les adopter et à les transporter au sein de leurs fourmilières.

 

b) Sous-famille des  Polyommatinae Swainson, 1827.

Elle tient son nom du genre Polyommatus créé par  Latreille en 1804; "Tableau méthodique des Insectes" in Nouveau Dictionnaire d'Histoire naturelle appliqué aux arts, principalement à l'Agriculture et à l'Économie rurale et domestique, par une Société de naturalistes et d'agriculteurs ; avec des figures des trois Règnes de la Nature, Paris : Deterville, an XII [1804] 24 (6) p. 185 et page 200, espèce-type: Papilio icarus Rottemburg.

Polyommatus vient du grec polus "beaucoup", et omma, ommatos, "œil" : c'est un qualificatif du géant Argos qui disposait de cent yeux, dont cinquante étaient toujours ouverts. C'est lui que la jalouse Héra envoya surveiller Io, transformée en génisse après ses amours avec Zeus. Ce nom est en rapport avec les nombreux ocelles des ailes des papillons bleus. On le trouve déjà chez Aldrovandi sous la forme équivalente de  Papiliones polyophtalmi.

Cette sous-famille contient, en France, 18 genres :

 Tribu des Polyommatini Swainson, 1827 :

Genre Maculinea Eecke, 1915 

 


    

2. NOM DE GENRE : Maculinea van Eecke, 1915 .

 

a) Description originale : 

"Bijdrage tot de kennis der Nederlandsche lycaena-soorten, Door R. van Eecke (met Plaat I en II)",     Zoologische Mededeelinge s'Rijks Museum van naturlijke historie te Leiden E.J. Brill : Leiden 1(3):28,  

— Type spécifique: M. alcon

Description :

Nov. genus Maculinea.

De ogen over het algemeen niet behaard (arcas heeft nl. Zeer fijn behaarde ogen) ; de witgeringde antennen tamelijk kort en fijn, met duidelijke kolf ; de palpen met een lang eindlid. De voorpooten bij de sexen verschillend ; tibiae zonder sporen. Ader 6 ontspringt naast ader 7, die gevorkt is en waarvan de distale tak recht in de apex der voorvleugels eindigt. De discocellularis gebogen ; ader 2 der achtervleugels weinig verlengd. De uncus zwak gespleten met in waartsche buiging met enen tweeledig scaphium, dat nog met den uncus sterk verbonden is ; de valvae rechthoekig met een zeer sterken, vooruitstekenden, processus superior en een sterken, grooten rechthoekigen processus inferior. De penis basaal sterkt verdikt, met zeer ontwikkelden cuneus en afgestompte carina. Bij de wijfjes duidelijke sinusontwikkeling en lamina dentata in de bursa copulatrix.

 Het genus Maculinea omvat 4 inlandsche soorten, die alle onmiddellijk te onderkennen zijn aan hunne eigenaardige, lange trema-vormige  vlekken en aan de donsachtige blauwe kleur. Tot die genus behooren ook de uitlandsche soorten M. cyllarus Rott. En M. melanops B. De scheiding tusschen de genera Lycaena en Maculinea is zuiver te trekken. Inlandsch zijn : 

1. M. alcon F.

2. M. euphemus Hübn.

3. M. arion L. 

4. M. arcas Rott.

"Le genre Maculinea comprend quatre espèces indigènes, qui se reconnaissent toutes immédiatement à leurs taches particulières en forme de longs tréma à et leur couleur bleu-duveteux. À ce genre appartiennent également le genre Uitlandsche espèce M. cyllarus Rott. et M. melanops B. La séparation entre les genres Lycaena et Maculinea ........ Les espèces indigènes sont: (etc.)"

 

 

— Ce genre renferme quatre espèces en France :

  • Maculinea alcon ([Denis & Schiffermüller], 1775) . Azuré de la Pulmonaire (sous-espèce alcon), Azuré de la Croisette (sous-espèce rebeli).

  • Maculinea nausithous (Bergsträsser, 1779). Azuré des paluds.

  • Maculinea teleius (Bergsträsser, 1779) (157). Azuré de la Sanguisorbe.

  • Maculinea arion (Linnaeus, 1758). Azuré du Serpolet.

 Les larves sont soignées par des fourmis des genres Myrmica et Aphaenogaster.  

 — Auteur : Qui est l'auteur du genre Maculinea ?

 Rudolph van Eecke est un entomologiste néerlandais, (1886 -1975) qui devient en 1920 conservateur au Rijksmuseum van Natuurlijke Historie de Leyde. Il travailla alors sur les lépidoptères. Quelques-unes de ses publications :

  •  1914. Studien über Indo-Australische Lepidopteren, Fauna Simalurensis, Lepidoptera Rhopalocera, Fam. Lycaenidae. Notes Leyden Mus. 36(3): 193-258

  • 1915. Studies on Indo-Australian Lepidoptera II. The Lepidoptera collected by the third New Guinea axpedition. Nova Guinea Zool. 3, 13: 55-79, 3 pls

  • 1918. Studies on Indo-Australian Lepidoptera III. Some Rhopalocera and Netrocera from Simalur, Pulu Lasia, Pulu Babi and Sumatra. Zoöl. Meded. 4(2): 70-101, 2 pls., 3 text figs.

  • 1924. List of Lepidoptera collected by Mr. W. C. van Heurn during an exploration-expedition in Dutch North New Guinea. Nova Guinea 15: 33-56, 1 pl. r 

 

 

Genre Phengaris ou Maculinea ?

 Le genre Phengaris a été décrit par Doherty en 1891 :  J. Asiat. Soc. Bengal 60 Pt.II (1) : 36

1) Selon Dupont et al. 2013 : 

En 2007, les travaux de Fric & al., fondés sur le séquençage des gènes mitochondriaux CO1 et CO1I et du gène nucléaire EF-1α, montrent que les espèces des genres Phengaris Doherty, 1891, et Maculinea Eecke, 1915, appartiennent à une même lignée monophylétique. En 2011, les travaux d’Ugelvig & al., fondés sur le séquençage des gènes mitochondriaux CO1 et CO2 et de quatre gènes nucléaires (EF-1α, wigless, Histone-3 et la sous-unité ribosomale 28S), montrent que les deux genres sont très proches, mais que le genre Maculinea est monophylétique. Balleto & al. (2010) ont proposé de maintenir le nom générique Maculinea et ont requis à ce sujet l’avis de la Commission Internationale de Nomenclature Zoologique. Dans l’attente de cette décision, nous optons pour le maintien du nom générique Maculinea Eecke, 1915 comme cela est recommandé par le code de nomenclature.  

2) Selon Wikipédia (consulté le 8 01 2014) qui mentionne cette espèce comme Phengaris alcon:

 Les travaux de Zdenek et al. (2007) sur la phylogénie du clade (Phengaris+Maculinea) ont permis d'identifier l'ancien genre Maculinea comme un groupe à l'intérieur de Phengaris. Toutefois, ces études ne permettent toujours pas de placer Phengaris au sein d'une sous-famille particulière et se retrouve donc Incertae sedis. La liste des espèces comprend donc l'ensemble des espèces des deux genres.

3) cas 3508 : Paclt, J, Bulletin of Zoological Nomenclature mars 2013 70(1) : 52

This comment is in support of Case 3508 to conserve the junior synonym Maculinea Eecke, 1915 for the Large Blue butterfly. The historical use of the two synonyms, Maculinea Eecke, 1915 and Phengaris Doherty, 1891 is summarized by Paclt (2012), with Maculinea shown to be very widely used and Phengaris very little used, almost solely by, or following, the authors of the comment opposing the case. Article 23.2 of the Code (the Principle of Priority) is to be used to promote stability, and not to upset a long-accepted name in its accustomed usage by introducing a little-used senior synonym as was done by Fric et al. (2007). The genus Phengaris was introduced in 1891, and since then has been the subject of very few publications, while Maculinea was used in all catalogues, field guides and educational posters and has been the subject of numerous behavioural, ecological and conservation studies. The Commission is formally asked for a ruling in support of Case 3508 and for conservation of the junior synonym Maculinea, which is a classical case of common usage vs priority, as described in Article 23.9.3 of the Code.  

 

 

Le genre Phengaris, Doherty, 1891.

 

Selon Wikipédia : William Doherty est un naturaliste américain, né le 15 mai 1857 à Cincinnati et mort le 25 mai 1901 à Nairobi. Il voyagea en 1877 en Europe, en Turquie, en Palestine et en Égypte, en 1881 en Iran. Il commença à constituer une importante collection de papillon. De 1882 à 1883, il voyagea en Inde, en Birmanie et dans l’archipel malais et en 1887 il partit en Indonésie.

Doherty alla étudier les collections de papillons rassemblées par les frères Lionel Walter Rothschild (1868-1937) et Charles Rothschild (1877-1923) au Muséum de Tring. Lord Lionel Rothschild l’emploie alors comme récolteur d’oiseau, le meilleur qu’il n’a jamais employé d’après lui. Il meurt dans l’est de l’Afrique de dysenterie.

Ses collections entomologistes sont dispersées dans plusieurs institutions : le Natural History Museum de Londres, le Muséum Carnegie de Pittsburgh (en), le muséum de Brooklyn et le National Museum of Natural History de Washington.

Il est l'auteur de trois genres,  Araotes Doherty, 1889 ( Theclinae), Phengaris Doherty, 1891; Yoma Doherty, 1886 (Nymphalidae).

 Sa description originale est celle-ci : 

 W. Doherty 1891.III. "New and Rare Indian Lycaenidae", in Journal  of the Asiatic Society of Bengal. Vol. 60. Part II. 1892, pp 32-38 : page 36.

 Cette référence est d'accès difficile : La BHL Library conserve la seconde partie du numéro 60 du Journal , mais non la première partie. Néanmoins, cette seconde partie contient  l'Index signalant le nom de genre  J. Asiat. Soc. Bengal 60 Pt.II (2) 430 , mais aussi  la planche II présentant l'espèce-type, planche qui accompagne un second article de Doherty The Butterflies of Sumba and Sambaica, with some account of the Island of Sumba, by William Doherty, Cincinnati, U.S.A. Communicated by the Natural History Secretary (With Plate II).

  Je donne donc la copie de l'extrait concernant le nouveau genre Phengaris page 36 de la référence citée : 

"p.36 Subfamily Lycaeninae, genus Phengaris.

Subfamily Lycaeninae.

Genus Phengaris, novum. The splendid Chinese butterfly Lycaena atroguttata, Oberthür, deserves to be placed in a separate genus or subgenus, distinguished from Lycaena by the upper discocellular vein of the hindwing being short and angled outwardly, the lower discocellular meeting the median vein opposite its second forking.

 I was not able to detect any odour about it, but it has all the air of a protected species. I often saw in the meadows of the Kutxcha Naga country, Naga Hills, from 6000 to 8000 feets elevation, flying very slowly and visible from a great distance, so that I caught a good number, in spite of its rarity. The character of its marking, round black spots on a pure white ground, is very remarkable. It is hard to avoid thingingTajuria maculata, Hew. A mimic of this species, though it seems to live a lower elevation, and further to the westward. Taraka hamada is somewhat similary marked, and is obviously protected.

I have taken the name Phengaris, which means a daughter of  the moon, from the modern Greek."

 

 Étymologie de Phengaris.

L'étymologie du genre créé par Doherty est indiquée par son auteur dans l'extrait cité ; "J'ai pris le nom Phengaris, qui signifie "fille de la Lune", du grec moderne.". Peut-être ce nom est-il en lien avec la phrase "The character of its marking, round back spots on a pure white ground, is very remarkable.", " la caractéristique de sa marque, un rond noir sur un fond blanc très pur, est très remarquable". En grec, phengari ou fengári, φεγγάρι, ,signifie "la lune", et non "la fille de la lune".

 

Le Mont Phengari (mont de la Lune) est situé sur l'île de Samothrace, l'une des Sporades, et sa cîme enneigée est le point culminant de la mer Égée avec ses  1611 mètres. 

 

 

 

 

c) Étymologie de Maculinea.

L'étymologie de ce nom de genre est signalée par l'auteur lorsqu'il écrit "Le genre Maculinea comprend quatre espèces indigènes, qui se reconnaissent toutes immédiatement à leurs taches particulières en forme de longs tréma ...". En effet, ce nom est l'association de deux noms latins, macula, "tache" et linea, "ligne" : "taches en forme de ligne, de tiret".

— A.M. Emmet (1991)

macula, a spot ; linea : from the postdiscal series of somewhat elongate black spots on the forewing upperside, characteristic of the species in the genus."

 

— Hans A. Hürter (1998):

"Macula, -ae, "tache" [...] linum, -i, "ligne" [...] Eine Gattung, deren Arten "reich an linienförmigen Flecken oder Makeln" sind, die mit linien- oder strichförmigen Flecken oder Makeln versehen sind, die solche Zeichnungen auf den Flügeln tragen."

Un genre dont les espèces  "riches en taches ou des marques en forme de ligne" sont pourvus d'une ligne de taches ou de marques en forme de ligne, dessinée sur les ailes.

 

—Luquet in Doux et Gibeaux (2007) :

      du latin macula,"tache", et linea, "ligne", par allusion à la série post-discale de points noirs quelque peu allongés de l'avers de l'aile antérieure, caractéristique des espèces du genre.

— Perrein et al. (2012)

   du latin macula "tache" et linea, "ligne", allusion à la maculation des ailes antérieures de nombreuses espèces du genre.

 

 

  3.  NOM D'ESPÈCE : Maculinea arion (Linnaeus, 1758).

 

a) Description originale

Papilio arion Linnaeus, 1758 :  Linnaeus, C. 1758. Systema naturæ per regna tria naturæ, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis. Editio decima, reformata. Holmiæ. (Salvius). Tomus I: 1-824, : 483. [http://www.biodiversitylibrary.org/item/10277]

 

 

— Description :  "151  P[apilio] P[lebejus] Alis ecaudatis : supra fuscis disco caeruleo maculis atris : subtus canis punctis ocellaribus.

Statura sequentis, sed duplo major. Alae posticae subtus ocellis 10, praeter puncta marginalia."

— Habitat  in Europa.

— référence données par Linné :

  • Roes. ins. 3 Suppl. t.45  f.3,4.

​— Recherche de la référence : 

Roesel von Rosenhof (August Johann) , 1746,  Der monathlich herausgegebenen Insecten-Belustigung. Theil 3  Worinnen außer verschiedenen, zu den in den beyden ersten Theilen enthaltenen Classen, gehörigen Insecten, auch mancherley Arten von acht neuen Classen ... vorgestellet werden 4020 Mit vielen neuen Beobachtungen / Herrn August Johann Rosel von Rosenhof, Nürnberg [Nuremberg], 

numérisé par Göttingen  page 349 : 

http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN369101308&DMDID=DMDLOG_0079

http://gdz.sub.uni-goettingen.de/content/PPN369101308/800/0/00000349.jpg

 

 

b) Description et localité-type 

 — Localité-type : Suède, désignée par Honey & Scoble (2001) (Honey, M. R. & Scoble, M. J. 2001. Linnaeus's butterflies (Lepidoptera: Papilionoidea and Hesperioidea). Zoological Journal of the Linnean Society, 132(3): 277-399 : 300.). Ou, (Perrein & al.) : " "in Europa" ; Nuremberg, Bavière, Allemagne, d'après Fruhstorfer qui prend en considération la citation linnéenne des figures de Rösel von Rosenhof en 1746 dans son Insecten-Belustigung."

— Selon Dupont & al. (2013) cette espèce a une répartition eurasiatique. Elle est présente de la péninsule Ibérique jusqu’au nord-est de la Chine. Elle est signalée de presque toute la France. Les chenilles se nourrissent principalement sur des Thyms du groupe serpyllum L. et Origanum vulgare L.

Description Wikipédia :

"La chenille, petite et trapue, possède une tête rétractile noire et un corps rose puis blanc rosé. Il vole en une génération, de fin mai à fin juillet. Il hiverne à l'état de chenille.

La chenille se nourrit des corolles du Serpolet puis tombe au sol et est transportée par les fourmis dans leur fourmilière, elle se nourrit, jusqu'à sa métamorphose, de larves de fourmis*. Les chenilles sont soignées par des fourmis, Myrmica sabuleti et Myrmica scabrinodis. La nymphose a lieu dans la fourmilière.

Ses plantes hôtes sont des thyms Thymus serpyllum, Thymus praecox, Thymus marschalliana, et origans Origanum vulgare.

Il est présent en Europe du nord de l'Espagne au sud de la Scandinavie, en Turquie, dans l'ouest de la Sibérie, le nord-ouest du Kazakhstan et dans l'Altaï. Il est éteint en Grande-Bretagne depuis 1979.

En France métropolitaine il est présent dans presque tous les départements, mais est absent ou n'a pas été trouvé depuis 1980 en Bretagne, en Basse-Normandie, dans le Nord-Pas-de-Calais et l'Île-de-France.

Il réside dans les clairières, les lieux herbus secs."

*"en échange de leur sécrétions sucrées, consommées par les fourmis adultes" (Chinery)

 

 

c) Synonymes  et sous-espèces.  INPN (Muséum) :

  • Glaucopsyche arion (Linnaeus, 1758)
  • Lycaena arion aglaophon Fruhstorfer, 1915 :Fruhstorfer, H. (von) 1915. Neue palaearktische Lycaeniden. Societas Entomologica, 30(12): 67-68 : 68. [http://www.biodiversitylibrary.org/page/33429311]
  • Lycaena arion ligurica Wagner, 1904
  • Lycaena arion (Linnaeus, 1758)
  • Lycaena arthurus Melvill, 1873 : Melvill, J. C. 1873. Description of Lycaena arthurus, a new european butterfly. The Entomologist's Monthly Magazine, 9: 263: 263. . [http://www.biodiversitylibrary.org/page/9271271]
  • Lycaena ligurica Wagner, 1904
  • Lycaena obscura Christ, 1877
  • Maculinea arion aglaophon (Fruhstorfer, 1915)
  • Maculinea arion arion (Linnaeus, 1758)
  • Maculinea arion arthurus (Melvill, 1873)
  • Maculinea arion ligurica (Wagner, 1904) : Wagner, F. 1904. Lycaena arion L. nov. var. Societas Entomologica, 19(1): 1. [http://www.biodiversitylibrary.org/page/9264504]
  • Maculinea arion obscura (Christ, 1877)
  • Maculinea arion pyrenaeafuscans Verity, 1948 :  Verity, R. 1947-1957. Les Variations Géographiques des Saisonnières des Papillons Diurnes en France. Editions Sciences Nat, Paris. Vol. 1: 199 pp. : 106.
  • Papilio arion Linnaeus, 1758
  • Phengaris arion (Linnaeus, 1758)

 

Sous-espèces : 

Leraut retient la présence de cinq sous-espèces en France :

-arion Linnaeus, 1758

- alconoides Keferstein, 1851. Localité-type : environs de Lyon, Rhône.

- arthurus Melvill, 1873. Localité-type : Chamonix, Haute-Savoie.

-aglaophon Fruhstorfer, 1905. Localité-type : Vernet-les-Bains, Pyrénées-Orientales, désigné par Verity (1951).

-ligurica Wagner, 1904. Localité-type : entre Bordighera et San Remo, Ligurie, Italie.

-pyrenaeafuscans Verity, 1948. Localité-type : Gèdre, Hautes-Pyrénées.

Selon Dupont & al. (2013) "Keferferstein attribue le nom d’alconoides aux figures 3 et 4 de la planche 26 dans Godart (1822). Dans cet ouvrage, les figures 3 et 4, respectivement en première et deuxième position dans la planche, représente Papilio optilete. Les figures 1 et 2, respectivement en troisième et quatrième position, représentent Papilio alconKerferstein considère ce taxon comme une variété de M. alcon. Leraut en 1997, à la différence de l’édition précédente en 1980, considère alconoides comme une sous-espèce d’arion visiblement à cause de la suffusion bleue très développée sur la figure 2 de Godart, montrant le dessous des ailes. Nous ne le suivons pas, certains individus d’alcon pouvant avoir une suffusion bleue importante. Godart indique comme localité les environs de Lyon. Les deux écotypes alcon et rebeli sont présents dans la région Rhône-Alpes et jusqu’à présent seul l’écotype alcon a été signalé du département du Rhône. Kerferstein et Godart ne donnant pas de description d’habitat, il n’est pas possible de mettre en relation alconoides avec l’un des deux écotypes de façon certaine. Wagner en 1904, travaillant sur des populations du sud des Alpes, met en avant les différences morphologiques des populations côtières situées entre Bordighera et San Remo qu’il nomme ligurica. Ce taxon caractérise les populations corses selon Leraut. Par ailleurs, les populations de plaine dans le sud de l’Europe ont une période de vol plus tardive que les populations du nord de l’Europe et celles d’altitude (Thomas & al., 1998). Le taxon ligurica Wagner, 1904 a souvent été gardé pour décrire ces populations (Varga, 2003). Les travaux de Bereczki & al. (2011), fondés sur l’électrophorèse enzymatique, montrent que les populations d’altitude et de plaine (ligurica selon les auteurs) des Carpates, ne sont pas différentes. De plus, chez les Maculinea, la période de vol des adultes semble varier non seulement en fonction de l’altitude et de la latitude, mais aussi localement en fonction de la période de floraison de la plante-hôte (Dupont, 2010). Par ailleurs, les travaux de phylogénie moléculaire réalisés par Ugelvig & al. (2011) (cf. la note sur le genre Maculinea) ne montrent pas de différences entre différents échantillons prélevés en Europe. Les populations de la localité type, de France et d’Italie, n’ont pas été intégrées. "

 

c)  Étude du nom arion (Zoonymie) :

 

— Arnold Spuler (1908)  page 69 :

"gr. Zitherspieler"

August Janssen (1980) p. 44 :

"Griekse lierdichter"

—  Gustav Ramann (1870-1876), page 46 :

"Der name Arion tritt uns in der Mythologie in zweierlei Gestalt entgegen. Immer ein Sohn des Neptun, einmal als Kind der in dein Pferd verwandelten Ceres, als wunderbares Pferd und dann als Sohn der Nymphe Oncäa als berühmter Lautenspieler, und dieser war es, von dem Schiller sagt : Arion war der Töne Meister, die Cither lebt in seiner Hand".

Ludwig Glaser (1887)  page 120 :

"Citherspieler von d. Insel Lesbos". 

Anton Spannert (1888) , page 31 :

"ein berühmter Dichter und Citherspieler aus methymna auf der Insel Lesbos.". 

 — Esper, page 267-268 :

In vorigen Zeiten ist der Arion ein Virtuos auf der Zitter gewesen. Er hat die Dithyramben erfunden ; er scheint als Schmetterling in der That noch, etwas von den Zeichen dieses Sylbenmaaßes, in der Einfassung seiner Unterflügel zu führen.

— A. Maitland Emmet, (1991)  page 151 :

"A Greek poet and Musicien of the 7th century B.C. When he has sailing home to Corinth after winning a music competition in Sicily, the sailors decided to murder him and steal his prize money, but he obtained their permission to play for the last time. His music attracted a school of dolphins and, when he jumped overboard, one of them transported him to safety on its back."

— Hans-A. Hürter (1998) :

"Deutung : Welchen Träger des Namens Arion v. Linné 1758 bei der Namensgebung -oder genauer  : bei der Veröffentlichung - im Sinn hatte, läßt sich nicht mehr ermitteln. Von dem Roß des Adrastos ist nur wenig überliefert, wahrend durch Herodot von dem Dithyrambendichter und Sänger doch einiges bekannt ist. So darf man sicher annehmen, daß Arion aus Methymna gemeint ist".

Doux et Gibeaux (2000) page 208 :

"Arion, musicien grec, (cithariste) du VIIe siècle avant Jésus-Christ. Alors qu'il naviguait vers Corinthe, retournant chez lui après un concours de musique en Sicile, les marins décidèrent de l'assassiner pour lui dérober l'argent de son prix. Toutefois, il obtint la permission de jouer une dernière fois. Sa musique attira une bande de dauphins, et, lorsqu'il sauta par dessus bord, l'un d'entre eux le rapatria sain et sauf en le transportant sur son dos."

Perrein et al. (2012) page 238 :

"Étymologie : Arion est un  poète et musicien, né dans l'île de Lesbos au VIIe siècle avant J.C., inventeur du dithyrambe et protégé d'Apollon dans la mythologie grecque".

William Bouguereau, Arion montant un hippocampe, 1855, Cleveland Museum of Art 

Discussion.

Sachant qu'à notre époque, chacun peut chercher sur son encyclopédie les renseignement les plus complets sur Arion de Méthymne ou cliquer sur ce lien, il est bien inutile de reprendre ici ce que chaque auteur a déjà dit. Mais la zoonymie ne consiste pas à produire des renseignements sur le nom cité, mais d'en comprendre les motivations de choix. Linné a, on le sait, répartit ses papillons diurnes en six phalanges reproduisant la société grecque et troyenne lors de la guerre de Troie. Les espèces les plus petites forment la phalange du Peuple, Plebeii, les Plébéiens. Elle est divisée en Plébéiens des villes (urbicoles)  et Plébéiens des champs (rurales). Papilio arion, un petit papillon bleu, en fait partie, et il a été affecté avec 16 autres camarades à la campagne. Linné doit encore leur trouver un uniforme, ou, plutôt, un nom matricule, mais hélas, les paysans grecs n'ont guère gravé leur noms dans le marbre et il ne dispose pas, à la différence des Chevaliers, des Muses, des Nymphes et des Danaïdes, d'une liste des centaines de  noms créés par Hésiode, Homère ou Apollodore. A défaut, il va faire une entorse à son principe de l'arbitraire des noms et il va nommer plusieurs de ses papillons ruraux, puisqu'ils aiment l'agriculture, du nom de leur plante nourricière. Sur les seize, en voilà six de nommés ! Soudain, Linné a une Idée : les artistes ! Les peintres, les poètes, les sculpteurs ! Il trouve ainsi les noms de Philoclès, Timantes, Lysippus, Athémon. Et puis trois musiciens, un joueur de flûte, Marsyas, et des joueurs de cythare , Thamyras et Arion. Sauvé ! 

 En fait, Linné a un secret : Pline et Hygin.   Il a gagné un temps fou en se contentant de lire le sommaire des 277 Fables de Caius Julius Hyginus : Chapitre 194 : Arion. C'est bon, même pas besoin de lire la fable. Chapitre 165 : Marsyas. Au suivant. Pour Thamyras, Lysippus et Philoclès il a ouvert l'Histoire Naturelle de Pline (35.14 / 34.61 / 35.15). Et moi, j'ai fait comment pour savoir cela ? J'ai consulté mon Heller, c'est tout.

Linné a peut-être simplement regretté de ne pas pouvoir placer le nom des artistes qui selon Pline brillèrent lors des 90e olympiades (35 :36) : Aglaophon, Céphisodorus, Herillus et Evénor. Ils auraient faits de beaux Papilio, mais il n'avait plus de spécimens dans ses boites !

— Comment dites-vous ? "Aglaophon" ? Mais c'est justement le nom que Fruhstorfer a donné à la sous-espèce d'Arion ! 

Voir :

http://www.lavieb-aile.com/article-noms-des-lepidopteres-crees-par-linne-dans-le-systema-naturae-de-1758-121691934.html

Linné a peut-être choisi Arion parmi d'autres noms cités par ses auteurs favoris car ce personnage était représenté sur la page de titre du Pinax theatri botanici de Caspar Bauhin, un ouvrage qui l'avait accompagné tout le long de la rédaction du Species plantarum de 1753. C'est l'objet du paragraphe suivant.

.

.

.

ARION, marque typographique.

Le poète Arion jouant de la cithare assis ou debout sur un dauphin est la marque typographique de l'imprimeur Jean Oporin ou Ioannes Oporinus [Automne]  (Bâle 1501-Bâle 1568)  imprimeur, latiniste et humaniste suisse à qui on doit l'édition de nombreux travaux importants d'humanistes, de théologiens réformés et de scientifiques de son temps ainsi que celle de textes anciens. Il est notamment l'imprimeur de la première version latine du Coran (1542), de la première anatomie scientifique d'André Vésale (1543) et  des Centuries de Magdebourg qui proposent une version luthérienne de l'Histoire de l'Église. Son imprimerie  continuera  ses activités avec la même marque sous le nom d'« Officina Oporiniana ».  La devise de cet imprimeur était Invice virtuti nulla est via . "A la vertu, il n'est pas d'obstacle.". Son épitaphe faisait référence à Arion :

Frugifer Autumnus periit, Dis notus & orbi

Othion clapsus Nautis mediatur Arion.

Quantula sinit hominum corpuscula, disce Viator.

Magnus Oporinus conditur hoc Tumulo.

Exemple 1 :

BaTyR n° 2887

Exemple 2 : De humani corporis fabrica, Vesale, 1555

 http://www2.biusante.parisdescartes.fr/img/?refphot=00822

 

 

 

Exemple 3 : Marque de Jean Oporin, tirée d'un exemplaire des Centuries de Magdebourg, 1556 

 

Exemple 4 :

Caspar Bauhin fit d'abord imprimper son Phytopinax de 1596 chez Sébastien Henricpetri : 

  • Phytopinax seu enumeratio plantarum. Basel 1596.Basileae : per Sebastianum Henricpetri 1596 Marque typographique à l'enclume http://docnum.u-strasbg.fr/cdm/ref/collection/coll13/id/45827 

Puis il fit imprimer à Bâle son édition de 1623 du Pinax theatri  botanici : c'est cette édition qui comporte la marque d'Arion au dauphin de l'Officina oporiana.

  • Pinax Theatri Botanici Caspari Bauhini Basileens. Archiatri & Professoris Ordin. sive Index in Theophrasti, Dioscoridis[,] Plinii et Botanicorum qui a Seculo scripserunt : Opera: Plantarum circiter sex millium ab ipsis exhibitarum nomina cum earundem Synonymiis & differentiis : Methodice secundum earum & genera & species proponens : Opus XL. annorum Hactenus non editum summopere expetitum & ad auctores intelligendos plurimum faciens.

 

 

Honey, M. R. & Scoble, M. J. 2001. Linnaeus's butterflies (Lepidoptera: Papilionoidea and Hesperioidea). Zoological Journal of the Linnean Society, 132(3): 277-399 : 300..
Pinax, C. Bauhin, 1623 Marque typographique Officina oporiana Basilae helvet, http://docnum.u-strasbg.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/150152/rec/19.

Pinax, C. Bauhin, 1623 Marque typographique Officina oporiana Basilae helvet, http://docnum.u-strasbg.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/150152/rec/19.

Pendant la Renaissance, Arion sur son dauphin (Arion delphinum insidens) tenant une harpe  symbolisait l’éternité de l’art et la puissance de l'éloquence poétique, comme Orphée ou comme Hermés, dieu de l'éloquence. D'autres imprimeurs ont adopté à Genève Arion comme marque d'imprimerie : Pierre Chouët et Jean Arnaud. On constate le lien avec les milieux calvinistes, ou, plus généralement, avec l'humanisme plaçant l'éloquence poétique et l'expression artistique comme le complément de l'intelligence (Hermathena).

a) Pierre et Jacques Chouët :

français exilés à Genève. La devise qui accompagnait Arion au dauphin était Ars non sinit perire, "l'art ne périra point".

Geneva, 1635. https://bibliomab.wordpress.com/2013/08/26/diversite-des-marques-typographiques-dans-les-livres-anciens/

 

b) Jean Arnaud :exemple :Marque à l’Arion sur un dauphin avec la devise « Ars non sinit perire » et les initiales « I.A », 1586

c) Divers, cités mais non vus : 

  •  Hieronymus Gemusaeus, Bâle, 1596
  • Georgius Rhau, Wittemberg, 1533
  • Pernet, de Bâle
  • Louis Leroy, Bâle
  • Brylinger, Bâle

d) La marque typographique de Guillaume Vandive (1680-1706), imprimeur et libraire ordinaire de Monseigneur le Dauphin, faite en hommage au Grand Dauphin, consistait en trois dauphins nageant surmontés d’une couronne fermée fleurdelisée et de deux cornes d’abondance, avec au-dessus un listel contenant la devise inspirée de la légende du poète Arion : « hoc duce tuta salus » : "avec ce dauphin comme guide ton salut est assuré."

 

 

               II. NOMS VERNACULAIRES

 

 

I. Les Noms français. 

 

 

1.  Suite de "l'Argus bleu à bandes brunes",   Engramelle, 1779.

Jacques Louis Engramelle Papillons d'Europe, peints d'après nature, Volume 1 page 178 planche 41 fig. 86 d-f peinte   par  J.J Ernst gravée par  1779.  

 

 2. Le Polyommate arion, Latreille et Godart 1819

Latreille et Godart Encyclopédie méthodique, Paris : Vve Agasse tome 9, page 698.

Cet article permet de disposer de l'ensemble des références bibliographiques sur cette espèce, notamment par les auteurs germaniques, autrichiens ou suisses. ainsi :

 

  • Hesperia Arion. Fabricius Ent. Syst. 3. 293. 118.
  • Schaeff. Icon. tab. 98. fig. 5. 6.
  • Esper pap. 1. tab. 20. fig. 2.

 

 

3. Le Polyommate arion , Godart 1821,

      Jean-Baptiste Godart, Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons d'Europe, Paris : Crevot 1821, page 219  planche 11 Quart  peinte par Vauthier et gravée par  Lanvin

"Le dessus des deux sexes est d'un bleu-violet pâle avec une bordure brune et de très légères taches de cette couleur sur la frange. Il y a en outre sur le dessus des ailes supérieures un groupe de sept à neuf points noirs inégaux. Le dessous est d'un cendré un peu luisant avec une lunule discoïdale, derrière laquelle sont trois rangées de points, dont les antérieurs plus prononcés et mieux arrondis. Ces points et cette lunule sont noirs, avec le contour blanchâtre. La base des secondes ailes est d'un bleu-verdâtre et chargée de quatre points semblables à ceux que nous venons de citer. Il y en a aussi un,  mais ordinairement plus petit, en avant de la lunule des premières ailes".

.

Planche XI Quart fig. 1 : Arion mâle, vu en dessous: 

http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/38004#page/323/mode/1up

.

.

 

 

 

 

 

4. La revue des noms vernaculaires par Gérard Luquet en 1986, et le nom vernaculaire actuel.

 

  Dans la révision des noms vernaculaires français des rhopalocères parue dans la revue Alexanor en 1986, Gérard Christian Luquet créait comme nom principal pour Maculinea arion "l'Azuré du Serpolet", mais acceptait  aussi "L'Azuré d'Arion" (qu'il avait utilisé dans sa traduction de l'Atlas des Papillons du Monde de H.L. Lewis, 1974 ; "l'Arion" (Papillons... Guggisberg et Hunzinger, 1948 et 1957)  ; et  "l'Argus Arion"  ( Papillons du Valais R. Rappaz 1979). mais il réprouve "L'Argus bleu à bandes brunes" (cf. Engramelle) et " l'Argus à bandes brunes".

L'Azuré du Serpolet s'inscrit dans une série de 62 noms créés par Luquet sur la structure "Azuré + Plante-hôte" ou "Azuré + nom ou qualificatif de lieu".

Le serpolet (Thymus serpyllum) ou thym serpolet, plante aromatique basse aux petites fleurs bleues mellifères pousse dans les zones ensoleillées, comme les broussailles, prés secs, rochers et dunes.

Il est également hôte des chenilles de  la Zyggène pourpre (Zygaena purpuralis) et de l'Eupithécie du Thym (Eupithecia distinctaria).

Son nom (serpoulet en 1500, puis serpolet) vient du moyen français serpol  « thym sauvage », du lat. serpullum « serpolet » (emprunté au grec ε ́ ρ π υ λ λ ο ν « id. », de ε ́ ρ π ε ι ν « se traîner péniblement », avec s- comme dans serpere « ramper » (gr. ε ́ ρ π ε ι ν)). (CNRTL).

Les Maculinea (Phengaris) ciblés par ce Plan National d’Actions occupent des habitats qu’il est difficile de décrire de manière exhaustive, car ils ont un cycle biologique complexe.

Selon le Plan National d'action en faveur des Maculinea, les milieux favorables à cette espèce sont les milieux herbacés mésoxérophiles à xérophiles. Les plantes hôtes sont  Thymus polytrichus polytrichus Borbas, Thymus polytrichus britannicus (Ronninger), Thymus praecox Opiz, Thymus pulegioides L.,Thymus serpyllum L., Origanum vulgare L. Pour leur alimentation, les adultes sont floricoles, près de 90% des visites concernent Onobrychis viciifolia Scop. et la plante hôte Thymus pulegioides L. Les fourmis hôtes sont principalement  Myrmica sabuleti Meinert, 1861.

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/DGALN_Maculinea_arion_faune_11.pdf

 

 

Directive Habitat http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/DGALN_Maculinea_arion_faune_11.pdf

Directive Habitat http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/DGALN_Maculinea_arion_faune_11.pdf

 

 

 

 

5. Noms vernaculaires contemporains :

 

  Charles Oberthür et Constant Houlbert , dans leur Faune armoricaine de 1912-1921, utilisent le nom scientifique de   Lycaena arion  pour présenter ce papillon et n'utilisent aucun nom vernaculaire.

 

Bellmann / Luquet 2008 : non représenté .

— Chinery / Leraut  1998  : "Azuré du Serpolet".

— Doux & Gibeaux 2007 : " l'Azuré du Serpolet".

— Lafranchis, 2000 : " L'Azuré du Serpolet " .

— Perrein et al. 2012 : "Azuré du Serpolet ".

— Tolman & Lewington / P. Leraut 2009 : "Azuré du Serpolet".

— Wikipédia : "L'Azuré du serpolet".

 

 

 

III. Les noms vernaculaires dans d'autres pays.

 

 

Langues celtiques  : 

1. langues gaéliques :  irlandais (gaeilge) ; écossais (Gàidhlig ) ; mannois ( gaelg :île de Man).

  •  en irlandais

  •  en mannois.

  • "" en gaélique écossais*

2. Langues brittoniques : breton (brezhoneg) ; cornique (kernevek); gallois (Welsh, cymraeg).

  •  nom en breton  : chercher Azuré du Serpolet ici :

http://www.brezhoneg21.com/resources/geriadur/skiantGB.pdf 

  • Glesyn mawr" en gallois.

 *Liste des noms gaéliques écossais pour les plantes, les animaux et les champignons. Compilé par Emily Edwards, Agente des communications gaélique, à partir de diverses sources.  http://www.nhm.ac.uk/research-curation/scientific-resources/biodiversity/uk-biodiversity/uk-species/checklists/NHMSYS0020791186/version1.html

 Voir aussi :http://www.lepidoptera.pl/show.php?ID=70&country=FR

.

.

 

 

IV. Les noms vernaculaires en anglais d'après M. Salmon (2000) . 

1. Selon Ukbutterflies, http://www.ukbutterflies.co.uk/species.php?species=arion

"Ce papillon a été enregistrée comme une espèce britanniques en 1795 mais était déjà considéré comme un insecte rare. En raison de la perte d'un habitat convenable, les sous-espèces endémiques du Large Blue se sont éteintes dans les îles britanniques en 1979, le dernier site étant à Dartmoor dans le Devon.

Ce magnifique insecte a depuis été «ramené d'entre les morts" grâce au dévouement de plusieurs organisations de conservation et de nombreux particuliers. Après sa disparition dans les îles britanniques en 1979, le Large Blue est devenu l'objet d'un programme de réintroduction hautement organisée, utilisant les stocks de Suède. Le nombre estimé d'adultes volants en 2006 était de 10 000 sur 11 sites, ce qui est le nombre le plus élevé observé dans les îles britanniques depuis plus de 60 ans. C'est un magnifique exemple de la conservation en action.

La réintroduction réussie du Large Blue est d'autant plus remarquable si l'on considère son cycle de vie complexe. La larve est parasitaire en ce qu'elle se nourrit des larves d'une fourmi rouge, Myrmica sabuleti, dont son existence dépend. Bien que la dépendance sur les fourmis était connue depuis de nombreuses années, la dépendance sur une seule espèce de fourmi, afin de maintenir une population viable, était inconnue de défenseurs de l'environnement pendant de nombreuses années jusqu'à ce que Jeremy Thomas ait découvert l'association à la fin des années 1970. Malheureusement, la découverte est venu trop tard pour sauver la population indigène. Les efforts de réintroduction d'aujourd'hui se concentrent autant sur la population de fourmis présentes, comme ils le font sur le Large Blue lui-même.

Toute personne désireuse de voir cette espèce dans les îles britanniques devrait visiter le site ouvert au public de Collard Hill à Somerset. Une "Hotline Large Blue " est généralement mise en place chaque année,  fournissant un statut actuel de l'émergence de ce site. Les détails sont disponibles sur le site Web Butterfly Conservation. En outre, les membres de Butterfly Conservation et de Somerset Wildlife Trust ont l'occasion de visiter un site privé, chaque année, bien que les places sont limitées. La majorité des sites de réintroduction sont dans le sud-ouest de l'Angleterre, les colonies étant notables dans le Polden Hills dans le Somerset, Dartmoor et Gloucestershire."

 

2. Extrait de The Aurelian legacy, M. Salmon, 2000 :

 Première observation britannique [H. Seymer c.1775] ; Lewin, 1795.

  • "The Large Blue" : Lewin, 1795 ; Haworth, 1803 ; et la plupart des auteurs suivants.
  • " The Mazarine blue" : Donovan 1797 ; Brown, 1832 :
  • "The Arion" : Rennie, 1832

Concernant le zoonyme Mazarine Blue, cf. C. semiargus 

http://www.lavieb-aile.com/article-zoonymie-du-papillon-le-demi-argus-ou-azure-des-anthyllides-cyaniris-semiargus-124702268.html  : 

— "The Mazarine Blue" : dans la langue anglaise, Mazarine Blue  désigne un bleu foncé : il entre en 1675 dans le dictionnaire de Bailey, témoignant d'un usage déjà établi, avant même que la Duchesse de Mazarine ne s'établisse en Angleterre, et l'origine de ce nom de couleur ne peut pas être précisé. Il qualifie d'abord des vêtements (1761) puis est employé dans les Sciences Naturelles depuis 1773, notamment par Drury pour décrire les ailes des papillons. Utilisé par Haworth en 1803 comme nom du Papilio Plebejus cimon/cymon préalablement nommé "The Dark Blue" par Lewin en 1175, il fut repris par les auteurs anglo-saxons et est devenu le nom vernaculaire consensuel du Cyaniris semiargus. Les Gallois l'ont repris sous la forme "Glesyn masarin". " 

 

 

 LIENS ET SOURCES

— Funet :   Maculinea et Phengaris   

— Inventaire national du patrimoine naturel (Muséum) :  Maculinea arion  

— UK Butterflies :  Maculinea arion

— lepiforum : Maculinea arion

— jardinsauvage : Maculinea arion

— J.A. Thomas, 1998 : http://mike.hochberg.free.fr/MEHJic98Thomas.pdf

— THOMAS (J.A)  1995 The ecology and conservation of Maculinea arion and other European species of large blue butterfly Ecology and Conservation of Butterflies , pp 180-197

— European Journal of Entomology 2008 : http://www.eje.cz/artkey/eje-200804-0014_myrmica_sabuleti_hymenoptera_formicidae_not_necessary_for_the_survival_of_the_population_of_phengaris_macul.php#.VO9LIvmG-Cc

— LECOMPTE (Jacques), 2007, "La protection du genre Maculinea", Insectes 9 n°144, ORPI

http://www7.inra.fr/opie-insectes/pdf/i144lecomte.pdf

— Plan National d'action en faveur des Maculinea

 http://maculinea.pnaopie.fr/conservation/ecologie/

.

Bibliographie commune à toutes ces zoonymies :

http://www.lavieb-aile.com/article-zoonymie-des-rhopaloceres-bibliographie-124969048.html

 

Partager cet article

Published by jean-yves cordier - dans Zoonymie des Rhopalocères.
commenter cet article
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 10:19

Zoonymie (étude du nom) du papillon le "Marbré vert oriental" Pontia edusa (Fabricius, 1777).

La zoonymie (du grec ζῷον, zôon, animal et ónoma, ὄνομα, nom) est la science diachronique qui étudie les noms d'animaux, ou zoonymes. Elle se propose de rechercher leur signification, leur étymologie, leur évolution et leur impact sur les sociétés (biohistoire). Avec l'anthroponymie (étude des noms de personnes), et la toponymie (étude des noms de lieux) elle appartient à l'onomastique (étude des noms propres).

Elle se distingue donc de la simple étymologie, recherche du « vrai sens », de l'origine formelle et sémantique d'une unité lexicale du nom.

.

Résumé.

— Pontia Fabricius 1807 : parmi les 49 noms de genre créés par Fabricius, il s'agit d'un des 19 noms inspirés d'une épithète de la déesse Aphrodite (Vénus). Aphrodite Pontia ( "de la mer") était le nom par lequel elle était vénérée en ses temples du littoral méditerranéen depuis la période archaïque jusqu'à la période hellénistique comme protectrice du transport maritime et, par métaphore, des "transports" amoureux. La déesse de la beauté, née de l'écume de la mer avant d'aborder l'île de Cythère puis celle de Chypre, est liée au domaine maritime et a reçue aussi les épithètes d'Euploia ( de l'heureuse navigation) et de Limenia (gardienne des ports), qui ont donné nos noms de genre Euploea et Limenitis. Fabricius avait divisé nos Pieridae actuels en deux genres, Colias (autre épithète d'Aphrodite) pour les espèces à ailes jaunes, et Pontia, pour celles aux ailes blanches ou à extrémités orange.

edusa (Fabricius, 1777). En 1758, Linné avait donné à sept Nymphales des noms de di indigetes, divinités primitives romaines invoquées lors des actes de la vie quotidienne et du développement des enfants (voir rumina, levana, prorsa, lucina, maturna, cinxia, et, en 1761, dia). En 1766, Hufnagel avait ajouté le nom d'un dieu des premiers pas, Statilinus. Fabricius, disciple et ami de Linné, complète la série avec le nom de la déesse à laquelle les Romains offraient des sacrifices lorsque l'enfant, une fois sevré, absorbait des aliments solides. Edusa vient du latin edere, "manger". Le nom ne tente pas de décrire ou de qualifier l'espèce, mais de poursuivre une série onomastique, par hommage au maître.

— Cette espèce n'a pas été distinguée par un nom vernaculaire français jusqu'au XXI siècle, où elle est nommée, pour des raisons évidentes, "Le Marbré-de-vert oriental" et "Le Marbré de Fabricius".

.
.

NOM SCIENTIFIQUE.

1. FAMILLE et TRIBU.

1°) Famille des Pieridae Swainson, 1820 : [Piérides ou Piéridides]

  • Sous-famille des Dismorphiinae Schatz, 1888 : [Dismorphiines : Piérides]

  • Sous-famille des Coliadinae Swainson, 1827 : [Coliadines : Coliades et Citrons].

  • Sous-famille des Pierinae Duponchel, 1835 : [Piérines : Piérides et Aurores].

.

2°) Sous-famille des Pierinae Duponchel, 1835 : [Piérines : Piérides et Aurores].

  • Tribu des Anthocharini Scudder, 1889

  • Tribu des Pierini Duponchel, 1835.

3°) Tribu des Pierini Duponchel, 1835.

  • Sous-tribu des Pierina Duponchel, 1835
  • Sous-tribu des Aporiina Chapman, 1895

4°) Sous-tribu des Pierina Duponchel, 1835 :

  • Genre Pontia Fabricius, 1807
  • Genre Pieris, Schrank, 1801.

.

.

2. NOM DE GENRE : Pontia, Fabricius, 1807.

— Description originale : 23. Pontia, "Systema glossatorium", in "Die Neueste Gattungs-Eintheilung der Schmetterlinge aus den Linneischen Gattungen Papilio und Sphinges", "Nach Fabricii systema glossatorum Tom 1" , in Johann Karl Wilhelm Illiger*, Magazin für Insektenkunde, Karl Reichard Braunschweig [Brunswick] (6) page 283.

Pour la zoonymie du nom de genre Pontia, voir Zoonymie du "Marbré-de-vert" Pontia daplidice.

 


3. NOM D'ESPECE :  Pontia edusa (Fabricius, 1777).

 C'est selon Funet une espèce non discernable extérieurement de P.daplidice. Le nom désigne les formes orientales de P. daplidice, en Europe centrale, voire à l'est de notre frontière, mais observable en France à l'occasion de migrations.

a) Description originale : 

 Papilio edusa, [1777], Joh. Christ. Fabricii ... Genera insectorum eorumque characteres naturales secundum numerum, figuram, situm et proportionem omnium partium oris, adiecta mantissa specierum nuper detectarum.1776 Litteris M. F. Bartschii in Chilonii , 310 pages, page 255.

Description :

Papilio D[anaus] C[andidi] alis rotundatis integerrimis albis fusco maculatis : posticis subtus virescentibus albo maculatis. Habitat Chilonii Dom. de Sehestedt.  Statura & Magnitudo P. Cardamines. Antenna fuscae clava apice alba. Alae anticae albae in medio maculis duabus nigris altera ad marginem crassiorem, altera ad tenuiorem  : apice albae nigro punctatae. Posticae supra albae margine nigro maculato. Subtus anticae concolores , ad maculis magis virescentibus, posticae late virides maculis tribus baseos, fascia media admarginem tenuiorem interrupta maculisque marginalibus albis. 

Localité-type : Chiloni. La ville de Sehestedt est située sur le canal de Kiel, dans le district de Rendsburg-Eckenförde en Allemagne. J'ai mis du temps à découvrir le sens de Chiloni. 

Fabricius était depuis 1776 professeur d'économie de l'université de Kiel, initialement nommée Christina Albertina puis  Academia Holsatorum Chiloniensis à sa fondation en 1665 par Christian-Albert, duc de Holstein-Gottorp. En effet, Chiloniensis signifie "de Kiel", le nom latin de la ville étant Kilonia ou Chilonium.

.

c) Origine et signification du nom edusa (Zoonymie)

Gustav Ramann (1870-1876) page 21:

"Edusa ist der etwas veränderte Name von edulica, welcher von edulis, essbar, stammt und die Göttin bezeichnet, welche den Kindern Speise giebt."

L. Glaser (1887) page 116 :

"Eig. "Essende". "

Anton Spannert (1888) page 21 :

"eine römische Göttin, welche  die Aufsicht bei Ernhährung der Kinder führte".

Arnold Spuler (1901-1908) page 10:

"Grieschische Göttin"

August Janssen (1980) page 38:

"...is gewijd aan den romeinse godin Edusa ; van edere = eten, de godin is de beschermster van het zogen der kinderen."

Hans Hürter (1988) page 79-80

Cet auteur donne d'abord les origines grecques suivantes :

-ἒδω, ἒδειν : manger, consommer, gaspiller.

-το ἒδεσμα, ης : nourriture, plat.
ἠ ἐδηιὐς, ὐος  : nourriture
 -ἠ ἐδωδ ή, ῇσ : nourriture, alimentation
-
έδώδιμος, η, ὁυ : comestible

-edo, edi, esum, edere : manger

-edulis, -e : comestible.

Puis il cite Pauly  1905 et Rorscher 1890-1894 :  "Edusa (von edere, essen, ) Göttin der indigitamenta" (offizielle Sammlung von gebetsanrufungsformeln) " gehört in den Kreis der Mächte, die über die körperliche Entwicklung des Menschen von seiner Geburt an Wache halten ; im Verein mit Potina (röm. Schutzgöttin der Kinder, denen sie das Trinken gedeihen läßt) lehrt sie das Kind, wenn es entwöhnt ist, essen und trinken." (Pauly, 1905 ).

"Diese Namensgebung berührt eine schwierige und unter gelehrten umstrittene Frage der römischen Religionsgeschichte, die Indigitamenta (von indiges -einheimisch ; als Substantiv/Hauptwort- einheimischer Gott oder heros, der als Schutzgott des landes verehrt wird ; von Staats wegen angerufene Gottheit). Bei der ängstlichen Gewissenhaftigkeit, mit der die Römer, besonders ältester Zeit, den Göttern gegenüberstanden, war es eine wichtige Aufgabe der Pontifices, einer Art Priester, Leuten, die sich in Fragen des Gebets und der Götteranrufung an sie wandten. Rat zu erteilen. Die Pontifices sahen zu diesem Zweck natürlich ihre Bücher, die Libri pontificales, ein ; unter ihnen befindet sich eins, das, so unvollständig die daraus erhaltenen Notizen auch sind, Auskunft über den Charakter der Gebetsformen ältester Zeit gibt, die Indigitamenta. Die darin vorkommenden Gottheiten waren solche auf das Leben eines jeden Menschen in Wirksamkeit treten und als solche in Gegensatz zum Génius gestellt werden, der ihn das ganze Leben hindurch begleitet. Andererseits bezog  sich ein Teil dieser Gottheiten auf den Landbau. Die charakteristische Eigentümlichkeit der Indigitamentengottheiten bestand in der eng begrenzten Wirksamkeit in fest bestimmten Fällen. Nicht lebendiger Volksglaube an die Mächte des Himmels und der Erde, sondern eine von Priester erfundene und vorgenommene Vergöttlichung abstraker Begriffe liegt vor ; Indigetes wie Cinxia, Lucina usw.sind Erfindungen der Priester.

Edusa (auch educa, Edulia, Edula) war die Göttin, unter deren Schutz die Kinder das Essen lernten".


 


 

Discussion.

Linné avait débuté en 1758 dans son Systema naturae une série de noms puisés parmi les divinités primitives romaines ou  di-indigetes pour les attribuer à des Nymphales : 

  • rumina (Zerynthia rumina),  Déesse de l'allaitement.

  • levana (Araschnia levana,  Déesse antique romaine de la reconnaissance de l'enfant par le père.

  • prorsa (Araschnia levana), Déesse antique romaine  des accouchements. Parfois couplée à sa sœur Porrima.

  • lucina (Hamearis lucina), Déesse antique romaine de la naissance ; Épithète de Junon.

  • maturna (Hypodryas maturna), Déesse antique romaine présidant à la maturité du blé.

  • cinxia ( Melitaea cinxia), Déesse antique romaine de la "nuit de noce" où se dénoue la "ceinture" (cinxia) de la femme, puis épithète de Junon protectrice des mariages .

  • Venilia  (Pantoporia venilia), Déesse romaine des eaux douces.

En 1767, il y ajouta  dia (Bolora dia),  divinité de la jeunesse ou de la croissance agricole.

Hufnagel avait créé en 1766 statilinus (Hipparchia statilinus),  dieu protégeant l'enfant dans ses premiers pas.

Fabricius, en 1777, poursuit donc cette série avec Edusa (ou Edula, Edulia, Edulica), divinité veillant à l'alimentation du jeune enfant. On lui faisait des offrandes lorsqu'on sevrait l'enfant et qu'il commençait à absorber des aliments solides. De même, Potina présidait à la boisson de l'enfant.

Les divinités primitives romaines, noms de papillon attribués par Linné.

Di indiges ? Indigitamenta ? Je ne sais plus comment les nommer, mais cela n'importe pas. Ce qui compte, c'est que Linné, dans la dixième édition (fondatrice) du Systema Naturae de 1758, alors qu'il édifiait la première Onomastique (système de Noms Propres) des Lépidoptères en la fondant sur la mythologie gréco-romaine, et surtout grecque autour de l'Iliade et de la Guerre de Troie, a effectué un pas de coté à la page 480 de son ouvrage pour donner à six ou sept de ses Nymphales (aux noms de Nymphes a priori) des noms de déesses romaines primitives.  Linné honore ici ces divinités particulières de la première Rome, dans sa période italique, divinités étrangères à l'influence de la religion grecque, mais au contraire proche de concepts animistes, car elles sont des puissances tutélaires des actes de la vie plutôt que les habitantes de quelque Panthéon ou Olympe hiérarchisé. Elles sont, surtout, mal connues, car le nom de la plupart nous sont parvenus par les Pères de l'Église (Tertullien et Augustin en tête) au sein de diatribes soulignant l'absurdité apparente, face à leur proposition d'un Monothéisme Révélé, de cultes voués aux actes les plus prosaïques et les plus féminins de la vie quotidienne.  Ces Pères citaient Varron, ou plutôt les bribes que Nommius a recueilli des textes perdus de Varron :

 "La liste des indigitamenta est dressée par Varron. De cet ouvrage de Varron, nous ne savons rien qui ne nous soit transmis par des auteurs chrétiens, au premier rang (chronologique) desquels vient Tertullien (vers 150 - vers 230) , Ad Nationes, « Aux Nations » livre I  suivi d’Arnobe (vers 250 - 327) Adversus nationes, « Contre les Nations », et d’Augustin d'Hippone (354-430), De civitate Dei, qui y puisent pour railler la religion païenne et avancer leur propre programme de propagande religieuse en affirmant - le fait est loin d’être certain - que Varron a dressé une liste de divinités. Leur emboite le pas Macrobe (vers 370 - après 430) Les Saturnales, Livre I  et quelques autres scoliastes." (Wikipédia) 

Ancre    Ces divinités apparaissent souvent  comme la sacralisation d'un mot, et notamment d'un mot du corps et des fonctions corporelles, ce nom commun devenant leur Nom Propre dans une élévation du langage au statut de dieu : les invoquer (in-vocare), c'est prononcer le nom de la fonction dont on souhaite la protection. 

Comment Linné a-t-il eu connaissance de leur existence ? Lisait-il saint Augustin ou Tertullien ? John Heller (1983 -Studies in Linnaean Method and Nomenclature  ) s'est attaché à répondre à cette question, et, après avoir démontré que les Fables d'Hyginus suffisaient à expliquer la quasi totalité des autres noms attribués par le savant suédois, il a constaté que ces six noms prouvaient que Linné avait une autre source, les Syntagmata de Giraldi. Cet ouvrage de L. G. Giraldi est une somme colligeant tous les noms cités dans les textes de l'Antiquité. Les Di indiges sont énumérés dans le chapitre des Miscellani dei, Voici le passage consacré à Edusa :

 

"Edusa, & Potina, deae praesides existimatae eduliis & potionibus infantum, ut Nonnius ex Varrone legere videtur. Alii vero non Edusam, sed Edulicam deam hanc appellant, ut Augustinus, qui ait Edulicam deam vocatam, quae escam praeberet. Aelius vero Donatus in Terentiana Phormione, edulicam & poticam has deas vocavit. Ita enim scribit : Ubi initiabunt quidam cibo & potu, quidam sacris : ubi legitur apud Varronem initiari pueros Edulicae & Poticae et Cubae, divis edendi & potandi & cubandi, ubi primum a lacte & a cunis transferunt. Ut Vergilius : Nec deus hunc mensa, dea nec dignata cubili est. Hoc annotavit Probus. Sed Terentius Apollodorus sequitur, apud quem legitur, in insula Samothra cum a certo tempore pueros initiari, more Athenientium : quod ut in palliata, probandum est magis. Haec Donatus, sed Epulicam potius, & Potina, legit August. In quarto & sexto de Civita Dei . Sunt qui apud Donatum Educam legant, & potinam. Arnobius tamen libro tertio contra Gentes : Victuam & Potuam sanctissimas victui potuiq.. procurant . Ô egregia numinum, & singularis interpretatio potestaum : nisi postes virorum adipali unguine oblinerentur a sponsis, nisi virginalia vincula omnia feventes dissolverent, atque imminentes mariti nisi potarent & manderent, homines dei nomina non haberent. & haec quidem Arnobius, ut videas, quantum gentes infanierint."

En 1787, Fabricius nomma du même nom une autre espèce qu'il classera plus tard — en 1807— dans son genre Colias. Sa description dans  page 23 est proche, mais différente de la précédente : elle concerne aussi un Papilio Danai Candidi, mais "alis rotundatis integerrimis fulvis ; puncto margineque nigris subtus virescentibus ; anticis puncto nigro, posticis argenteo.". Il lui donne comme référence le Papilio hyale d'Esper, et comme habitat, l'Espagne. Le nom de Colias edusa, fut longtemps utilisé pour désigner Colias croceus, avant de constater que Geoffroy avair droit à l'antériorité par sa description de 1785, et que son nom avait priorité. Voir Hemming, The Generic names, page 168.

http://www.lavieb-aile.com/article-zoonymie-du-papillon-le-souci-colias-crocea-geoffroy-in-fourcroy-1785-121108095.html


 

II. NOMS VERNACULAIRES.

Je donne ici, pour le XVIIIe et le XIXe siècle, les noms vernaculaires de Pontia daplidice, qui ne pouvait être distinguée alors de l'espèce edusa sans étude des genitalia.

I. Les Noms français.

1."L'Aurore, variété ", Geoffroy (1762)

Geoffroy, E. L. 1762. Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris, dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique. Tome II. Durand, Paris. 690 pp. page 72.

2. " Le Papillon blanc marbré de vert", Engramelle, 1779.

Jacques Louis Engramelle 1779 Papillons d'Europe, peints d'après nature, Volume 1 page 216  Planche n° 50 fig. 106 a-c dessinée par J.J Ernst

 

3. La Piéride Daplidice,  Latreille et Godart 1819

Latreille et Godart Encyclopédie méthodique, Paris : Vve Agasse tome 9, page 128.

Cet article permet de disposer de l'ensemble des références bibliographiques sur cette espèce, notamment par les auteurs germaniques, autrichiens ou suisses.

Les auteurs classent Papilio edusa Fabricius Gen. ins. 1777 et Mantissa 1787 sous ce nom.

 

4. "Piéride Daplidice" , Godart 1821,

Jean-Baptiste Godart, Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons d'Europe, Paris : Crevot 1821, page 48-15 n° XII. Planche 2 quart. peinte par Vauthier et gravée par Lanvin.

 

 

5. La revue des noms vernaculaires par Gérard Luquet en 1986, et le nom vernaculaire actuel.

Dans la révision des noms vernaculaires français des rhopalocères parue dans la revue Alexanor en 1986, Gérard Christian Luquet ne mentionnait pas Pontia edusa, mais seulement P. dapplidice.

Elle ne figure pas non plus en 2013 dans la Révison taxonomique et nomenclaturale de Dupont, Luquet, Demerges et Drouet, consacrée aux Rhopalocera et Zygaenidae de France métropolitaine. Malgré que ce ne soit pas une espèce autochtone, un nom vernaculaire lui a été attribué : "Le Marbré vert oriental" ou "Marbré de Fabricius" (Wikipédia 2015). De même, son nom anglais est The Eastern Bath White" qui ajoute au nom vernaculaire de Pontia daplidice la mention "eastern".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by jean-yves cordier - dans Zoonymie des Rhopalocères.
commenter cet article
18 février 2015 3 18 /02 /février /2015 12:17

Zoonymie (étude du nom) du papillon la "Piéride du Réséda" ou "Marbré de vert" Pontia daplidice.

La zoonymie (du grec ζῷον, zôon, animal et ónoma, ὄνομα, nom) est la science diachronique qui étudie les noms d'animaux, ou zoonymes. Elle se propose de rechercher leur signification, leur étymologie, leur évolution et leur impact sur les sociétés (biohistoire). Avec l'anthroponymie (étude des noms de personnes), et la toponymie (étude des noms de lieux) elle appartient à l'onomastique (étude des noms propres).

Elle se distingue donc de la simple étymologie, recherche du « vrai sens », de l'origine formelle et sémantique d'une unité lexicale du nom.

.

Résumé.

Pontia Fabricius 1807 : parmi les 49 noms de genre créés par Fabricius, il s'agit d'un des 19 noms inspirés d'une épithète de la déesse Aphrodite (Vénus). Aphrodite Pontia ( "de la mer") était le nom par lequel elle était vénérée en ses temples du littoral méditerranéen depuis la période archaïque jusqu'à la période hellénistique comme protectrice du transport maritime et, par métaphore, des "transports" amoureux. La déesse de la beauté, née de l'écume de la mer avant d'aborder l'île de Cythère puis celle de Chypre, est liée au domaine maritime et a reçue aussi les épithètes d'Euploia ( de l'heureuse navigation) et de Limenia (gardienne des ports), qui ont donné nos noms de genre Euploea et Limenitis. Fabricius avait divisé nos Pieridae actuels en deux genres, Colias (autre épithète d'Aphrodite) pour les espèces à ailes jaunes, et Pontia, pour celles aux ailes blanches ou à extrémités orange.

daplidice (Linnaeus, 1758) : ce nom fait aussi partie d'une série, celle des noms des cinquante filles du roi Danaos, les Danaïdes. En 1758, Linné avait placé les Pieridae actuels dans sa phalange Danaus, dans la section intitulée" Danai candidi ", les Danai blancs; l'autre section," Danai festivi ", les Danai gaiement colorés, renferme principalement des Satyrinae. A propos des premiers, Linné a écrit dans une note 'Danaorum Candidorum nomina a filiabus Danai ... mutuatus sum', " j'ai attribué aux Danai candidi les noms des Danaïdes." Dans la Troisième Phalange de Linné, le sous-groupe Candidi Danai comporte 19 espèces, dont 9 reçoivent le nom de leur plante-hôte (crataegi, brassicae, rapae, napi etc...) et 10 celui d'une Danaïde. Outre daplidice, citons evippe, glaucippe, pyranthe, arsale, hyparete, damone, trite, hyale et hecabe. etc..Hübner reprendra cette série en 1800 pour son Papilio callidice ("Piéride du Vélar"). Les noms de leurs maris, les fils d'Égyptos, que les Danaïdes assassinent durant la nuit de noce, sont donnés aux Danai festivi : pamphilus, hyperanthus, xanthus, mais le nom du mari de Daplidice, Pugno, ne fut pas attribué à une espèce. Sur le modèle daplidice et callidice, Brahm créa de toute pièce en 1804 bellidice (actuellement une forme printanière de P. daplidice), et en 1813 Hübner le Papilio chloridice, selon un procédé de "rime en référence" déjà utilisé par Denis et Schiffermüller.

— Le pharmacien londonien James Petiver a donné la première description de cette espèce en 1699 sous le nom de The greenish marbled Half-mourner, "le Demi-deuil marbré de vert". Le terme "demi-deuil" fait allusion aux taches noires et blanches des ailes de la femelle, et "marbré de vert" aux suffusions gris-vert de la face inférieure des ailes. En 1765, Seba la nomma "Le papillon persillé bâtard". En 1779, Engramelle reprit le nom de Petiver sous la forme de "Le papillon blanc marbré de verd" ; en 1821, Godart se contenta de nommer cette espèce "La Piéride Daplidice", et au début du XXe siècle Oberthür la désigne comme "la Daplidice". Ce n'est qu'en 1986 que Gérard Luquet reprend le nom d'Engramelle en l'abrégeant en "Le Marbré-de-vert". Il initie ainsi une courte série de "Marbrés" ("Marbré kurde" pour Pontia chloridice ; "Marbré de Lusitanie" pour Euchloe tagis, "Marbré-de-vert oriental" pour Pontia edusa, etc.). G. Luquet propose aussi le nom de "Piéride du Réséda" dans la série "Piéride + plante-hôte" crée en nom scientifique par Linné. Les Réséda Reseda lutea et R. luteola sont des plantes jaunes, et le nom germanique Walda (Reseda) désigne la principale teinture végétale jaune sous le nom de Gaude en France, de Weld en Angleterre et de Wau en Allemagne. Waufalter fut ainsi le nom de P. daplidice à Vienne en 1775.

— Le nom vernaculaire anglais Bath White est expliqué ainsi par son créateur William Lewin, en 1795 : " On l'a nommé le blanc de Bath ; il doit ce nom à un petit ouvrage à l'aiguille, fait à Bath [Somerset] par une jeune demoiselle, qui avait pris pour modèle un individu de cette espèce, qu'on disait avoir été trouvé près de la ville." (The insects of Great Britain ).

.
.

NOM SCIENTIFIQUE.

1. FAMILLE et TRIBU.

1°) Famille des Pieridae Swainson, 1820 : [Piérides ou Piéridides]

  • Sous-famille des Dismorphiinae Schatz, 1888 : [Dismorphiines : Piérides]

  • Sous-famille des Coliadinae Swainson, 1827 : [Coliadines : Coliades et Citrons].

  • Sous-famille des Pierinae Duponchel, 1835 : [Piérines : Piérides et Aurores].

.

2°) Sous-famille des Pierinae Duponchel, 1835 : [Piérines : Piérides et Aurores].

  • Tribu des Anthocharini Scudder, 1889

  • Tribu des Pierini Duponchel, 1835.

3°) Tribu des Pierini Duponchel, 1835.

  • Sous-tribu des Pierina Duponchel, 1835

  • Sous-tribu des Aporiina Chapman, 1895

4°) Sous-tribu des Pierina Duponchel, 1835 :

  • Genre Pontia Fabricius, 1807

  • Genre Pieris, Schrank, 1801.

.

.

2. NOM DE GENRE : Pontia, Fabricius, 1807.

Description originale : 23. Pontia, "Systema glossatorium", in "Die Neueste Gattungs-Eintheilung der Schmetterlinge aus den Linneischen Gattungen Papilio und Sphinges", "Nach Fabricii systema glossatorum Tom 1" , in Johann Karl Wilhelm Illiger*, Magazin für Insektenkunde, Karl Reichard Braunschweig [Brunswick] (6) page 283.

Description :

"Taster zwei, lang, dreigliedrig : Glieder ziemlich gleich : drittes feiner, kegelförmig. Fühler vorgestrekkt geknopst (Gleiche Füsse)."

"Pap. crataegi, rapae, daplidice, Elathea, Belia. 94 Art."

Espèce-type:

Papilio daplidice Linnaeus, 1758, sélectionné par Curtis en 1824.

Ce genre contient deux espèces en France :

  • Pontia daplidice (Linnaeus, 1758) Marbré-de-vert.

  • Pontia callidice (Hübner, [1800]) Piéride du Vélar.

.

c) Origine et signification du nom Pontia (Zoonymie)

— Hans Hürter (1988) page 59-60 :cf.

— A. Maitland Emmet (1991) page 154 :

" πόντιος (pontios), of or from the sea, an epithet of Thetis (see Thetis, genus), the nereids (sea-nymphs) and especially Aphrodite (Venus), who was born from the sea, as depicted in Boticelli's painting, the birth of Venus ; ita was also the name of a rocky islet off the coast of Latium. Fabricius divided the present Pieridae into two families, Colias, comprising those that were yellow, and Pontia, embracing all the whites and orange-tips; the latter name is now restricted to this small genus. There is no obvious reason for the choise of name."

— Luquet in Doux et Gibeaux (2007) page 40 :

"-Pontia : du grec pontios, "issu de la mer" ; surnom de Thétis, des Néréides, et plus spécialement d'Aphrodite (Vénus), qui était née de la mer. Le choix de ce nom par Fabricius a peut-être été inspiré par la couleur du revers des ailes postérieures, évoquant celle de la mer (?)."

— Perrein et al. (2012) page 158 :

" étymologie : obscure, peut-être du grec pontios, nom d'une mer, épithète de Thétis, ou d'une nymphe larine. C'était aussi un groupe de six petites îles de la mer Tyrrhénienne au large du Latium, les Pontiae Insulae. Un jeu de mots est également possible, en pendant avec Colias Fabricius, d'après Emmet (1991)."

Discussion.

Une fois de plus, Fabricius se soumet à la règle qu'il s'est fixé, celle de choisir ses noms de genre des espèces diurnes parmi les épithètes de Vénus.

Je rappelle en effet que selon Zimmer, dans son commentaire sur Vanessa (http://www.d-e-zimmer.de/eGuide/Lep2.1-T-Z.htm) Fabricius, dans sa présentation du Systema glossatorum ( in Zeitung für Literatur und Kunst in den Königl . Dänischen Staaten [ Kiel ] , Septembre 11 1807, p. 83), donne des indications précieuses sur ses règles d'attribution des noms : il écrit qu'il est en train de changer un certain nombre de nom donnés par Linné car il souhaite faire apparaître le nom de la plante hôte. "Les noms de genre ne posent pas de problèmes importants, il faut seulement éviter qu'ils soient trop longs, et qu'ils ne soient pas déplaisants à l'oreille. Pour les papillons de jour, j'ai choisi différents épithètes [cognomina] de Vénus, et pour les papillons de nuit, ceux de Diane. Ils semblent être les plus appropriés. Leurs homologues grecs [qualificatifs d'Aphrodite ou d'Artémis] ont tendance à être durs, longs et désagréables."

Si cette déclaration de Fabricius était méconnue, il suffirait d'examiner la liste des 49 noms de genre qu'il créa pour constater que 18 de ces noms correspondent à des épithètes de Vénus.

http://www.lavieb-aile.com/article-sur-les-noms-de-genre-des-lepidopteres-crees-par-fabricius-en-1807-124781429.html

1. Urania Ourania : « amour celeste »

2. Amathusia de la ville d'Amathus, à Chypre

5. Morpho : (aux belles formes, aux formes changeantes)

7. Castnia : du Mont Kastion, en Pamphylie

8. Eupolea (euploea) : de l'heureuse navigation

9. Apatura : Aphrodite apatouria ou apatouros, « la décevante»

10 Limenitis : des ports

17. Paphia de Paphios, à Chypre.

18. Melanitis : de la nuit.

19. Argynnis : Venus argennis, d'Argennus, favorite d'Agamemnon.

21. Idea : Mont Ida, lieu de naissance de Zeus.

22. Doritis : Vénus doritis, "la bienfaitrice" qui avait selon Pausanias son temple à Cnide

23. Pontia : de la mer profonde

24. Colias : du temple de Colias, en Attique

25. Haetera ; Hétaïra, protectrice des courtisanes.

26. Acraea : Protectrice des acropoles et des lieux élevés.

27. Mechanitis : l'ingénieuse à ourdir des ruses, son surnom à Megalopolis.

33. Erycina : du mont Erix, en Sicile.

On pourrait ajouter 36 Nymphidium "protectrice de mariages" (Aphrodite Nymphia).

Le nom Pontia doit donc être considéré sous la plume de Fabricius comme une référence à l'épithète de Vénus, d'autant qu'il se situe au sein d'une série des n°17 à 27.

Vénus Pontia peut se traduire comme "[ déesse] de la mer profonde". Le nom vient du grec ancien Πόντος / Póntos, « le flot », et, dans la mythologie grecque, Pontos est une divinité primitive, personnification mâle de la Mer dont le pendant féminin est Thalassa, la Mer féconde. Pontia devient un qualificatif de la déesse grecque de la beauté, Aphrodite, car cette dernière est en relation étroite avec l'élément humide et liquide. Les Grecs reconnaissaient en elle une déesse de la mer, peut-être à cause de l'influence de la lune sur le flux et le reflux, peut-être aussi parce que, conçue, à titre d'Uranie, comme déesse du beau temps, elle devait favoriser la navigation.

Son nom et son origine la rattache à la mer : Dans la Théogonie d'Hésiode et selon la tradition la plus populaire, Aphrodite naît de la mer fécondée par le sexe d'Ouranos, tranché par Cronos : « tout autour, une blanche écume sortait du membre divin. De cette écume une fille se forma ». Ainsi, selon l'étymologie populaire de son nom Aphrodite,, elle est « née de l'écume» (ἀφρός / aphrós). Poussée par les Vents , elle vogue jusqu'à Cythère, puis Chypre. Ainsi s'expliquent, selon Hésiode, ses principaux surnoms : « Cypris » et « Cythérée ». On la qualifiait de pontia, einaliê, thalassaiê et on l'évoquait, portée par Zéphyre, dans la molle écume, des parages de Cythère à Chypre, où l'accueillent les Heures aux bandelettes d'or. (Daremberg et Saglio, 1877) C'est ainsi que Botticelli la figure dans "La Naissance de Vénus" (1484-1486)

 

Les épiclèses qui témoignent de cette profonde nature marine d'Aphrodite sont par exemple celles de Alegina, "née de la mer", Anadyomène, "Sortie des flots", Aphrogeneia, "née de l'écume", Galenœe, "qui calme la mer", Limenia, "protectrice des ports", Pélagia, déesse de la navigation, ou Pontia.

Denise Demetriou a étudié une série d’épigrammes hellénistiques  et quelques témoignages littéraires et épigraphiques qui attestent le culte d’Aphrodite en tant que protectrice de la navigation :  les temples de la déesse occupaient souvent une position littorale, non parce qu’ils étaient, comme cela s'est dit, des lieux où la « prostitution sacrée » était pratiquée, mais plutôt en raison de l’association d’Aphrodite avec la mer et de son rôle de patronne des marins. 

L'un de ses épithètes cultuelles est Aphrodite euploia, "celle qui  rend la navigation bonne" . Cette épithète est déjà attestée dès le début du 4ème siècle à Peiraieu et à Cnide, et plus tard à Olbia, Mylasa, Kilikia,et Delos.

British Museum, Aphrodite Euploia :

 

 La déesse était aussi appelé "Galenaia" (Calme) dans deux autres épigrammes, indiquant Aphrodite capacité de calmer les mers.

D'autres épithètes de culte soulignent le double rôle d'Aphrodite en tant que protecteur de la navigation et des ports, et ils sont attestés de différentes périodes et endroits le long de la côte méditerranéenne:  la déesse a été adorée comme "Epilimenia" (Gardienne des ports) en Égide.

Elle a également été nommée "Pontia" (de la mer)  à Kos, Nisyros, Erythrai,  Olbia,Teiristasis en Thrace, Histria,  et Kyzikos;  et, Pausanias mentionne qu'à Hermione la déesse a été appelé avec la double épithète «Pontia kai limenia" (de la mer et du port)

 auteurs anciens souvent construits métaphores sur le pouvoir d'Aphrodite sur la navigation de se référer à son pouvoir sur le sexe.

Deux inscriptions de Kos  fournissent des preuves montrantr que Aphrodite était adorée comme Aphrodite Pontia sur cette île  : ce culte a été consacrée à Aphrodite Pandamos et Pontia , et malgré les deux cultes différents il n'y avait qu'une prêtresse pour désservir le culte. 

 

En conclusion, les textes examinés par Denise Demetriou  dans ce document montrent le lien étroit entre la situation côtière des sanctuaires d'Aphrodite, ses épithètes Euploia, Pontia, Limenia et Epilimenia, et les rôles maritimes de la déesse, qui semblent faire partie de son culte de l'époque archaïque jusqu'à l'époque hellénistique et au-delà dans toute la Méditerranée. Aphrodite était une divinité qui avait pouvoir sur la mer et qui fournissait une navigation sûre à tous ceux qui se déplaçait sur mer. Dans ce groupe ont été inclus les marins et les capitaines, les armateurs, les commerçants, et toute autre personne dont la profession est liée à la navigation. La déesse offrait le succès dans les batailles navales et des entreprises commerciale. Pourtant, elle n'a jamais été dépouillé de ses pouvoirs dans le domaine de la sexualité; plutôt, ses deux rôles  ont toujours été lié dans l'esprit des anciens Grecs, en comparant la navigation sur une mer agitée avec les fatigues et les turbulences de l'amour.  L'amant est souvent dépeint comme un marin, naufragé quand il / elle est infructueuse, ou lancé sur une mer d'amour. De même l'acte sexuel est comparé à une navigation dont on demande qu'elle mène l'amant à bon port.

 

© Staatliche Kunstsammlungen Dresden 2015 Statue der Aphrodite, Typus Aphrodite Pontia-Euploia Um 130 - 150 n. Chr. (späthadrianisch-frühantoninisch) nach einem späthellenistischen Vorbild (120 - 80 v. Chr.)

.

.

.
.

3. NOM D'ESPECE : Pontia daplidice (Linnaeus, 1758) .

a) Description originale

Papilio daplidice Linnaeus, C. 1758. Systema naturæ per regna tria naturæ, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis. Editio decima, reformata. Holmiæ. (Salvius). Tomus I: 1-824, page 468. [http://www.biodiversitylibrary.org/page/727379#page/490/mode/1up]

Description :

P[apilio] D[anaus] C[andidi] alis integris rotundatis albis margine fuscis subtus luteo-griseis albo-maculatis.  "Papillon parmi les Danai blancs, aux ailes entières (non découpées), arrondies, blanches mais noires en périphérie, avec le dessous gris-jaunâtre tacheté de blanc". 

Habitat in Europa australi & Africa.

Statura P. napi. Alae apicibus primorum imprimis nigra cum macula una alterave obsolete fusca ; omnes subtus venis dilatatis luteo griseis albo maculatae. In Mare  alae posticae supra albae immaculatae. "De la taille de Papilio napi. L'extrémité des ailes antérieures est essentielement noir avec des taches d'un noir délavé ; toute la face postérieure a les nervures dilatées, gris-jaunâtre à taches blanches. Chez le mâle la face supérieure des ailes postérieures est d'un blanc immaculé." (traduction au péril de mon incompétence).

Références données par Linné :

  • James Petiver, Gazophylacii t.1 fig.7

  • John Ray Historia insectorum page 116 fig. 10.

Consultation de ces références :

"A. 7. Papilio Leucomelanus CANTABRIGIENSISnobis. Papilio Leucomelanus subtus viridescens marmoreus Mus. Pet. 304. Vernon's half-MournerI know not of any that hath met with this in ENGLAND, but Mr. Vernon about Cambridge, and there very rare."

Comme on le constate, James Petiver renvoie lui-même à sa description du Musei petiveriani, que nous allons donc découvrir :

"​A. 304. Papilio Leucomelanus subtus viridescens marmoreus. The Greenish marbled half-MournerThe only one I have seen in England, Mr. Will. Vernon caught in Cambridgeshire. Mr Jezreel Jones, F.R.S. Has observed the same about Lisbon."

 

"Papilio mediae magnitudis, alis supina parte albis cum maculis nigris rarioribus, prona ex albo & viridi v ariis. Pap. Leucomelanos, subtus viridescens marmoreus, The greenish marbled Half-mourner, Mus. Pet. 304. Papilio leucomelanos Cantabrigiensis, Pet. Gaz. Tab.1 fig..7.

"Alae exteriores ad extimum marginem circa mediam longitudinem, (ut & interiores) maculam habent majusculam nigram, ad latus interius infra mediam longitudinem minorem : ima parte prope exterius latus ductum longum transversum, nigrum, ultra mediam alae latitudinem extensum. Infra hunc ductum ad imum alae marginem 4 vel 5 puncta nigra, cujusmodi & in interioribus alis cernuntur. Alae interiores prona parte albo & sordide viridi coloribus variae sunt, ad modum fere Papilionis albae, suntus viridi colore marmoreatae, Mus. Pet. 305,306. Color viridis majorem partem alae occupat. Colores autem tralucent, & in supinis alis apparent, non tamen viridis specie sed cinerei, qui in imis alis exteriorem partem occupant, inferius sordide virent.

"A.D. Vernon habui, qui in agro Cantabrigiensi eam invenit. Eandem D. Jezreel Jones circa Lisbonam observavit, referente D. Petiver."

https://archive.org/stream/jacobipetiveriop11767peti#page/n5/mode/2up

https://books.google.fr/books?id=cAUTW-ax-SgC&pg=PA271&lpg=PA271&dq=the+slight+grenish+petiver&source=bl&ots=S19203wuWC&sig=FXgskZ8nzsIzMu7hUXCm8Q3IjXk&hl=fr&sa=X&ei=87bkVIjJH4n9Uuypg8AK&ved=0CCQQ6AEwAA#v=onepage&q=the%20slight%20grenish%20petiver&f=false

.

 

Résumé et commentaire des descriptions antérieures à Linné :

Le premier britannique qui captura un P. daplidice (femelle) fut William Vernon à Gamlingay dans le comté de Cambridge, en mai 1702, quelques semaines après que la reine Anne soit montée sur le trône. Le pharmacien londonien James Petiver a  donné la première description de cette espèce en 1699 sous le nom de The greenish marbled Half-mourner, "le Demi-deuil marbré de vert", en le décrivant comme un papillon noir et blanc avec la face inférieure marbrée de vert. En 1702, il  le décrit  sous le nom de Papilio leucomelanos Cantabrigiensis "Papillon noir et blanc de Cambridge", ou Mr's Vernon's Half-Mourned, "Le Demi-deuil de Mr Vernon". Il mentionne que Jezreel Jones l'avait aussi trouvé à Lisbonne. John Ray cite en 1710 ces données, et donne une description plus complète du papillon. En 1717, dans Papilionum Britanniae Icones, Petiver décrit le mâle et la femelle comme deux espèces différentes, "The slight greenish Half-mourner" (fig. 8) et "Vernon's greenish Half-mourner" (fig.9)  respectivement. Il en donne les deux figures l'une en dessous de l'autre dans sa Planche II des Papillons Britanniques Jaunes, Blancs et Mixtes.

 Le qualificatif "marbré" figure dans toutes les descriptions, en latin (marmoreus) et en anglais (marbled).

http://www.dispar.org/reference.php?id=11

 

 

b) Localité-type et Description :

Localité-type : " nord-ouest de l’Afrique, lectotype désigné par Wagener (1988). Cette désignation porte à discussion (Honey et Scoble , 2001*)

*Honey, M. R. & Scoble, M. J. 2001. "Linnaeus's butterflies (Lepidoptera: Papilionoidea and Hesperioidea)". Zoological Journal of the Linnean Society, 132(3): 277-399, page 316.

Selon Dupont & al. (2013) "cette espèce atlanto-méditerranéenne est présente en Afrique du Nord, dans la péninsule Ibérique et en France. Elle est aussi présente aux Canaries, en Corse et en Sardaigne. C’est une espèce qui possède des capacités migratrices importantes."

Description Wikipédia :

"La longueur de l'aile antérieure de la Piéride du réséda varie de 19 à 24 mm. De couleur majoritairement blanche, l'apex des ailes postérieures et antérieures est taché de noir.

"La génération printanière a le dessous des ailes postérieures vert foncé et la tache discoïdale atteint le bord du dessus de l'aile antérieure. La génération estivale a le dessous de l'aile antérieure vert jaune et la tache discoïdale ne touche plus le bord de l'aile. Les spécimens femelles sont plus chargés de noir que les spécimens mâles. Ce papillon aime les lieux fleuris, les luzernes, les brassicacées (crucifères) et le réséda sauvage

"Les œufs, de couleur orange, sont posés isolément et ont un temps d'incubation de 7 jours. Les chenilles sont présentes de mai à octobre. La couleur principale de la chenille est le bleu vert avec une bande jaune sur les flancs. De nombreuses taches noires sont présentes en général sur les zones bleues. La chrysalide, soit donne le papillon en environ 15 jours (en été), soit hiverne. Les adultes volent de mars à octobre avec deux à quatre générations selon la latitude. En Côte d'Azur, le papillon peut être présent dès janvier et disposer d'une cinquième génération partielle.

"Il hiverne dans sa chrysalide, au stade nymphal. La plante hôte de la chenille est Reseda lutea, le réséda jaune ou réséda sauvage mais aussi des brassicacées comme le diplotaxis à feuilles étroites (Diplotaxis tenuifolia), le tabouret perfolié (Thlaspi perfoliatum) et la fausse roquette de France (Erucastrum gallicum).

"La Piéride du réséda est autochtone en Afrique du Nord, au Moyen-Orient, en Asie jusqu'au Japon et en Europe, en Espagne et dans la moitié sud de la France, Bretagne comprise, sur les îles Canaries, la Corse et la Sardaigne. Elle était déclarée résidente avant 1980 dans le nord de la France, en Belgique et au Luxembourg, mais la population autochtone n'y a plus été observée depuis. Elle est actuellement reconnue migrateur dans ces zones. C'est un migrateur qui peut se rencontrer par exemple dans le nord de l'Europe ou dans les Îles Britanniques parfois en grand nombre comme en 1945."

.

c) Synonymes INPN (Muséum) et sous-espèces.

Liste des synonymes :

  • Leucochloe daplidice (Linnaeus, 1758)

  • Papilio daplidice Linnaeus, 1758

  • Pieris daplidice bellidice (Ochsenheimer, 1808)

  • Pieris daplidice (Linnaeus, 1758)

Ochsenheimer (1808)  a décrit la génération de printemps de P. daplidice comme f. bellidice. La forme nominale, f. daplidice, est utilisée pour décrire la génération d'été.

.

c) Origine et signification du nom daplidice (Zoonymie)

A. Maitland Emmet (1991) page 149 :

"-The name of one of the daughters of Danaus, King of Argos. Linnaeus placed the present Pieridae in his phalanx Danaus, in the section entitled "Danai Candidi", white Danai ; the other section, "Danai festivi", gaily-coloured Danai, embraced mainly the Satyrinae. Of the former he wrote in a footnote "Danaorum Candidorum nomina a filiabus Danai ...mutuatus sum", I have derived the nams of the Danai Candidi from the daughters of Danaus. For some sisters of Daplidice, see C. palaeno and C. hyale ; for the kind of girls they were, see A. hyperantus."

Luquet in Doux et Gibeaux (2007) page 40 :

" : nom de l'une des filles de Danaus, roi d'Argos".

Perrein et al. (2012) page 158 :

"étymologie : de Daplidicé, nom d'une des filles de Danaus, roi d'Argos, dans la Mythologie grecque".

.

Discussion.

Il n'y a guère à ajouter au commentaire de A.M. Emmet : Daplidice est le nom de l'une des filles de Danaos, roi d'Argos. Linné avait placé les Pieridae actuels dans sa phalange Danaus, dans la section intitulée" Danai Candidi ", les Danai blancs; l'autre section," Danai festivi ", les Danai gaiement colorés, renferme principalement des Satyrinae. Parmi les premiers, Linné a écrit dans une note 'Danaorum Candidorum nomina a filiabus Danai ... mutuatus sum', "j' ai attribué aux Danai Candidi les noms des Danaïdes. Pour certaines sœurs de Daplidice, voir C. palaeno et C. hyale; pour le genre de filles qu'elles étaient, voir A. hyperantus ".

Voir http://www.lavieb-aile.com/article-noms-des-lepidopteres-crees-par-linne-dans-le-systema-naturae-de-1758-121691934.html

Dans la Troisième Phalange de Linné, en 1758, le sous-groupe Candidi Danai comporte 19 espèces, dont 9 reçoivent le nom de leur plante-hôte (crataegi, brassicae, rapae, napi etc...) et 10 celui d'une Danaïde. Outre Daplidice, citons evippe, glaucippe, pyranthe, arsale, hyparete, damone, trite, hyale et hecabe. Les noms de leurs maris, les fils d'Égyptos, que les Danaïdes assassinent durant la nuit de noce, sont donnés aux Danai festivi : pamphilus, hyperanthus, xanthus, etc..

C'est Gaius Julius Hiyginus (-64/17) qui cite le nom de cette Danaïde dans ses Fabulae chap. 170. Les Fables d'Hygins sont selon Heller l'une des sources privilégiées de Linné pour le choix de ses noms propres.

Hübner reprendra cette série en 1800 pour son Papilio callidice ("Piéride du Vélar"). Sur le modèle daplidice et callidice, Brahm créa de toute pièce en 1804 bellidice (actuellement une variété de P. daplidice), et en 1813 Hübner le Papilio chloridice, selon un procédé de "rime en référence" déjà utilisé pour d'autres espèces par Denis et Schiffermüller en 1775. Ces constructions peuvent laisser penser que ces auteurs ont supposé une racine grecque -diké, "Parole, droit, justice" du nom de l'une des trois Heures (comme dans nos mots syndic, syndicat ) et ont construit d'autres noms  Belli- (bellis latin, nom de la Paquerette)  et chloro- (kloros, "vert").

.

d) quelques descriptions post-linnéennes.

- Albertus Seba 1765,  Thesaurus. T. IV tab. 23 fig.II 12-15-16 :"Le papillon persillé bâtard". Le Thesaurus de Seba a été publié en deux éditions, Latin-Français et Latin-Néerlandais. Le Tome IV consacré aux insectes a été publié en 1765 à Amsterdam après la mort de Seba en 1736.  

- Esper, Die Schmetterling in Abbildungen page 62 : Der Grüngefleckte Weißling. ("Le papillon blanc taché de vert"). http://www.biodiversitylibrary.org/item/53441#page/88/mode/1up

-Denis & Schiffermuller (1775) nomme cette espèce "Waufalter", du nom allemand  du Réséda, Wau, issu du germanique Walda".

-Autres noms : Goez "Der Petersilienvogel" ou "Papillon-Persil", Mvill (Muller?)  "Der Afrikanische Weisling", Pallas "Der Heiderischschmetterling". Il a été aussi décrit par Fuessli, Fabricius, Muller et Schaeffer.

-Hübner : 

 

.

e) Description de la plante-hôte et des formes précoces.

Ni Petiver, ni Ray, ni Linné ne décrivent la chenille ou ne mentionnent sa plante nourricière. Engramelle en 1779 déclarent tout ignorer de la chenille et de la chrysalide, a fortiori de la plante-hôte.  Mais le Reseda lutea est mentionné en 1779 par Bergsträsser, en 1790 par Riossi.

La chenille est décrite (avec exactitude ?) par Charles de Villers en 1789 (II, p.644). 

Au XXe siècle, on ddécrira les formes intermédiaires ainsi : Chenille gris cendré bleuâtre avec deux liserés jaunes de chaque coté, des points noirs, tête jaune-vert, ventre gris bleu, Chrysalide verte, brunâtre ou grise avec des lignes latérales blanc jaunâtre sur l’abdomen. 


 

II. NOMS VERNACULAIRES.

 

I. Les Noms français.

1. "L'Aurore, variété ", Geoffroy (1762)

Geoffroy, E. L. 1762. Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris, dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique. Tome II. Durand, Paris. 690 pp. page 72.

On peut reprocher à Geoffroy, comme le fait Godart, d' "avoir pris cette espèce pour une variété d'Aurore", alors que Linné avait décrit son daplidice 4 ans avant. En effet, Geoffroy, après avoir décrit l'Aurore, dont il crée le nom vernaculaire, écrit :

 "J'ai une variété de la femelle, où les nervures vertes du dessous des ailes inférieures sont plus grandes, plus larges, et plus marquées, et où les ailes supérieures, outre le bout qui est panaché de même, ont encore dans le milieu du bord supérieur une large bande verte qui s'avance jusqu'au milieu de l'aile".

.

2. " Le Papillon blanc marbré de vert", Engramelle, 1779.

Jacques Louis Engramelle 1779 Papillons d'Europe, peints d'après nature, Volume 2 page 216  Planche n° 50 fig. 106 a-c dessinée par J.J Ernst.

Cet auteur décrit la femelle comme le mâle et réciproquement. En effet, la femelle se distingue en réalité du mâle par le plus grand développement des dessins noirs, particulièrement à l’aile postérieure qui est presque blanche chez le mâle. 

 

3. La Piéride Daplidice,  Latreille et Godart 1819

Latreille et Godart Encyclopédie méthodique, Paris : Vve Agasse tome 9, page 128.

Cet article permet de disposer de l'ensemble des références bibliographiques sur cette espèce, notamment par les auteurs germaniques, autrichiens ou suisses.

Les auteurs classent Papilio edusa Fabricius Gen. ins. 1777, et Papilio edusa Fabricius Mantissa 1787 sous ce nom.

De même, ils considèrent que le Papilio Chloridice de Hübner comme une variété plus petite, de Sibérie et Russie. De même, ils considèrent Papilio bellidice de Brahm comme une variété de leur Piéride Daplidice. Ils donnent à cette dernière comme plante-hôte le Réséda qu'ils nomment la Gaude reseda lutea.

.

4. "Piéride Daplidice" , Godart 1821,

Jean-Baptiste Godart, Histoire naturelle des lépidoptères ou papillons d'Europe, Paris : Crevot 1821, page 48-15 n° XII. Planche 2 quart. peinte par Vauthier et gravée par Lanvin.

"Geoffroy a pris cette espèce pour une variété de l'Aurore, et Engramelle s'est trompé sur les sexes."

"Le dessus des ailes est blanc. Les premières ont vers le milieu de leur bord antérieur une tache noire, presque carrée, et divisée par un trait blanchâtre en zig-zag. Leur sommet est noir, avec une rangée transverse de quatre points blancs. Dans la femelle, il y a en outre une tache blanche près de l'angle interne. Les secondes ailes sont sans taches dans le mâle ; dans la femelle au contraire elles ont une bordure noire, que divise un rang de taches blanches."

.

Planche 2 Quart BHL

 


 

5. Piéride Daplidice, Duponchel, 1849.

Philogene Auguste Joseph Duponchel, 1849  Iconographie et histoire naturelle des chenilles, pour servir de complément à l'Histoire naturelle des Lépidoptères Paris Tome I ... page 55, Planche IV fig. 11,a-b. peinte et dirigée par Duménil.

"Cette chenille se trouve sur le réséda jaune (Reseda lutea) , la tourette glabre (Turritis glabra) , la fausse roquette (Brassica erucastrum), le sysimbre des sages (Sysimbrium sophia) et le tlaspi des champs (Thlaspi arvensis)".

.

BHL http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/38600#page/69/mode/1up

 

Boisduval et Guenée, en 1836, n'utilisent plus que le nom scientifique, et cet abandon du nom vernaculaire va se poursuivre en France jusqu'en 1986 !

.


 

 

 

6. La revue des noms vernaculaires par Gérard Luquet en 1986, et le nom vernaculaire actuel.

Dans la révision des noms vernaculaires français des rhopalocères parue dans la revue Alexanor en 1986, Gérard Christian Luquet proposait comme nom principal "Le Marbré-de-vert" et comme nom accessoire "La Piéride du Réséda" ; "La Piéride marbrée" cité par Raphy Rappaz en 1979 ; "La Piéride du Radis" utilisé par Charles de Villers en 1789. Il réprouve l'emploi de "Le Marbré" par Rémy Perrier en 1926 en renvoyant à sa note [30] :

[30] : "Il convient de rejeter le nom de "Marbré" s'il n'est pas accompagné d'un déterminatif, car il a été employé pour désigner Carcharodus lavatherae."

.

7. Étude du nom vernaculaire par les auteurs précédents:

  • Luquet in Doux et Gibeaux, (2007) page 40 :

​"Marbré-de-vert : allusion aux mots du revers des ailes postérieures".

  • Perrein & al. (2012) page 157 :

​"Le nom français créé par Engramelle (1779) est calqué sur celui de "veiné de vert" donné à Pieris napi par Geoffroy (1762)."

.

 

8. Noms vernaculaires contemporains :

Charles Oberthür et Constant Houlbert , dans leur Faune armoricaine de 1912-1921, utilisent le nom scientifique de "P. SDaplidice" mais n'utilisent pas de nom vernaculaire.

Bellmann / Luquet 2008 : "La piéride du réséda, le Marbré-de-vert"

— Chinery / Leraut 1998 : non mentionné.

— Doux & Gibeaux 2007 : "Le Marbré-de-vert ".

— Lafranchis, 2000 : " Le Marbré-de-vert, la Piéride du réséda" .

— Perrein et al. 2012 : "Marbré-de-vert, Piéride du Réséda".

— Tolman & Lewington / P. Leraut 2009 : "Marbré de vert".

— Wikipédia : "La Piéride du réséda ou Marbré de vert".

.

III. LES NOMS VERNACULAIRES dans d'autres pays.

  • Pòntia comuna en catalan

  • Rezedalepke en hongrois

  • Sinappiperhonen en finnois

  • Bělásek rezedkový en tchéque

  • Blanquiverdosa en espagnol

  • Resedawitje en néerlandais

  • Grönfläckig vitfjäril en suédois

  • Grønbroget kålsommerfugl en danois

  • Vandrehvitvinge en norvégien

  • Beneklimelek en turc

  • Reseda-Weißling en allemand 

  • Рапсовая белянка en russe.

  • Rukiewnik zachodni en polonais

  • Harilik reseedaliblikas en estonien

  • Stepinis baltukas en lithuanien.

  • Mlynárik rezedový en slovène

.

Langues celtiques :

1. langues gaéliques : irlandais (gaeilge) ; écossais (Gàidhlig ) ; mannois ( gaelg : île de Man).

  • en irlandais

  • en mannois.

  • "Bánóg Bath " en gaélique écossais* 

2. Langues brittoniques : breton (brezhoneg) ; cornique (kernevek); gallois (Welshcymraeg).

  • pas de nom en breton ;

  • "Gwyn smotiog " en gallois. 

*Liste des noms gaéliques écossais pour les plantes, les animaux et les champignons. Compilé par Emily Edwards, Agente des communications gaélique, à partir de diverses sources. http://www.nhm.ac.uk/research-curation/scientific-resources/biodiversity/uk-biodiversity/uk-species/checklists/NHMSYS0020791186/version1.html

Voir aussi :http://www.lepidoptera.pl/show.php?ID=70&country=FR

.

.

IV. LES NOMS VERNACULAIRES EN ANGLAIS ( d'après M. Salmon 2000).

Première description par Petiver ? 1699, 1717.

Selon le site Ukbutterflies  http://www.ukbutterflies.co.uk/species.php?species=daplidice  ..."c'est un migrateur extrémement rare dans les îles britanniques et, qui peut ne pas être observé du tout pendant plusieurs  années. Cependant, à l'occasion, il peut apparaître en grand nombre, comme lors de la grande migration de 1945. Le premier spécimen a été enregistré dans les îles britanniques à la fin du 17ème siècle. Entre 1850 et 1939, il y eut très peu d'observations, ne dépasssant la dizaine que lors de  rares années. L'exception a été en 1906, lorsque plusieurs centaines auraient été vus sur les falaises de Durdle Door, dans le Dorset, bien que ces enregistrements soient considérés comme suspects. Les grandes années pour cette espèce, toutefois, furent entre 1944 et 1950, avec plus de 700 observations en 1945, principalement à Cornwall. Cette espèce a été extrêmement rares depuis, avec moins de 20 individus enregistrés depuis 1952. On croit que cette espèce ne peut survivre à notre hiver, bien que certains descendants résultant de l'invasion de 1945 ont peut-être survécu à l'année suivante dans les îles britanniques. L'espèce était potentiellement capable de produire deux ou trois pontes dans les bonnes années. Le papillon a été  connu à l'origine comme "Vernon's Half Mourner" après la capture par William Vernon dans le Cambridgeshire abord reconnu mai 1702, bien que des  observations antérieures soient maintenant connues. Cependant, le nom commun de ce papillon vient d'un morceau de broderie qui figurait cette espèce,  montrant prétendument un spécimen pris  ou près de Bath en 1795, et le nom semble avoir «pris racine». Cette espèce est un migrateur rare dans les îles Britanniques. Bien que la plupart des dossiers proviennent de la côte sud de l'Angleterre, cette espèce a été signalée au nord jusqu'à Lincolnshire et le Yorkshire en Angleterre, ainsi que dans le comté de Wexford, Sud Est de l'Irlande (un record de 1893)."

 

  • The greenish marbled half-Mourned : Petiver, 1699.
  • The Vernon's half-Mourned : Petiver, 1702
  • The Bath White : Lewin 1795*
  • The Green Chequered White : Haworth, Jermyn, Stephens, Newman.
  • The Rocket : Rennie.
  • The White Chequered : Morris

​* William Lewin, dont l'ouvrage de 1795 The insects of Great Britain est écrit en anglais et en français, nomme le papillon The Bath White / Le Blanc de Bath page 63 esp. XXXIII Pl. 29 avec le commentaire suivant :

"Le papillon de cette espèce est rare en Angleterre, et il est vrai de dire, que la plupart de ceux, qui ont fait des collections relatives à cette branche de l'histoire naturelle, ont beaucoup douté qu'il ait jamais été trouvé dans ces royaumes. On l'a nommé le blanc de Bath ; il doit ce nom à un petit ouvrage à l'aiguille, fait à Bath [Somerset] par une jeune demoiselle, qui avait pris pour modèle un individu de cette espèce, qu'on disait avoir été trouvé près de la ville. Lorsque j'examinai les insectes achetés par Mr. J.T. Swainson à la vente du cabinet d'histoire naturelle de feu la duchesse douairière de Portland, je trouvai cet insecte avec la femelle du bout de l'aile orangé ; et alors je jugeai que quelqu'un avait assemblé des papillons dans cette boite, qu'il avait ensuite envoyée à la duchesse, et que cela grande ressemblance de ce papillon avec la femelle du bout de l'aile orangé avait empêché de distinguer cette rare espèce. Il est assez naturel de supposer, que cet insecte avait été recueilli par la même personne, et peut-être dans le même temps que la mouche commune appelée le bout de l'aile orangé [with the common fly, the orange tip]».

.

 

Curtis, J. (1823-1840). British Entomology; being illustrations and descriptions of the genera of insects found in Great Britain and Ireland: containing coloured figures from nature of the most rare and beautiful species, and in many instances of the plants upon wich they are found. Vol. V. Lepidoptera, Part. I. Londres, planche 48.

http://www.archive.org/download/britishentomolog05curt/page/n29_w324

.

.

Bibliographie, liens et Sources.

Funet : Pontia

— Inventaire national du patrimoine naturel (Muséum) : Pontia daplidice

— Lepiforum : Pontia daplidice 

UKbutterflies : Pontia daplidice

— Jardinsauvage : Pontia daplidice

 

Denise Demetriou, « Tῆς πάσης ναυτιλίης φύλαξ: Aphrodite and the Sea », Kernos. URL : http://kernos.revues.org/1567 

.

Bibliographie générale de ces Zoonymies : http://www.lavieb-aile.com/article-zoonymie-des-rhopaloceres-bibliographie-124969048.html

 

Partager cet article

Published by jean-yves cordier - dans Zoonymie des Rhopalocères.
commenter cet article
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 15:25

Diane et Actéon (1597) de Hoefnagel au Louvre. Inventaire entomologique.

Je poursuis mon examen des miniatures de Joris Hoefnagel pour tenter d'établir à mon petit niveau un inventaire entomologique de son œuvre, complétant ainsi ce que Jean Leclercq avait initié en 1989.

Voir sur ce blog sur Hoefnagel :

.

.

DIANE ET ACTÉON (1597) de Joris et Jacob Hoefnagel.

L'œuvre fait partie des collections de département Arts graphiques du Louvre sous la référence REC 85 et est consultable en ligne, avec une notice, ici :

http://arts-graphiques.louvre.fr/detail/oeuvres/12/503980-Diane-et-Acteon-max


Description :

Il s'agit d'une aquarelle avec des rehauts d'or sur un vélin collé en plein sur un panneau de bois et mesurant 22 cm de haut sur 33,9 cm de large. Une signature en bas au milieu : 'Georgius Houfnaglius Pa. et Jacobus Fi.F.F. Anno MCCCCCXCVII', soit Georgius Houvnaglius Pa[ter] et Jacobus Fi[lius] F[ieri] F[ecit] incite à l'attribuer à Joris (Georgius) Hoefnagel (Anvers, 1542 - Vienne,1601) et à son fils Jacob (Anvers, 1575-1630) : L. Duclaux et F. Lugt ont supposé que Georg Hoefnagel était l'auteur du décor de fleurs, d'animaux et d'insectes qui constitue la bordure. Son fils, Jacob, serait l'auteur de la scène mythologique. La critique a suivi unanimement cette proposition. (E. Starcky in cat. d'exp. 'Le paysage en Europe du XVIe au XVIIIe siècle', Paris, musée du Louvre, 1990, n° 19).

Joris Hoefnagel avait été peintre à la cour des ducs de Bavière Albert V et Guillaume V jusqu'en 1590, puis au service de l'empereur Rodolphe II à partir de 1591, séjournant à Francfort jusqu'en 1594, puis à Regensburg jusqu'en 1596, en 1597, date de Diane et Actéon, il séjournait entre Prague (Palais de Rodolphe II) et Vienne. A 55 ans, il avait réalisé l'essentiel de son œuvre, consacrée à l'histoire naturelle. En 1592, son fils Jacob, formé à la gravure, et alors âgé de 19 ans, avait publié Archetypa studiaque, une reprise des dessins de son père en gravure sur cuivre.

INVENTAIRE

L'exercice est rendu difficile par la qualité médiocre de l'image disponible en ligne sur le site du Musée.

I. Le cadre.

Le cadre en bois actuel couvre une partie des bords du vélin d'origine, qui a peut-être été massicoté  : en effet, on ne voit pas le faux cadre qui, dans toutes les autres œuvres de ce type, sert de support apparent aux deux patères à volutes qui reçoivent les inscriptions. La composition fictive présente la scène mythologique comme un tableau à l'encadrement perlé : ce motif de perles bleus interrompues par des oves dorées est aussi celui du cadre ovale de l'Allégorie de la Vie et de la Mort de 1598 au British Museum. Ce "tableau" est maintenu entre les deux patères, mais il est aussi fixé, comme par un axe horizontal, de chaque coté, au dispositif qui supporte les deux vases. Cet appareillage, que l'on peut supposer en bois doré ou en cuivre, est complété dans les deux coins inférieurs par deux élégants arceaux. Il faut compléter cette description par celle des rubans accrochés aux axes latéraux, dont une extrémité retombe en une courbe gracieuse pour se nouer sous les vases, tandis que l'autre s'évase en draperie, frise, et s'achève sur un gland à frange. D'autres brins, alourdis par des perles, tracent plus bas leur courbe et allègent d'une guirlande le massif inférieur. Mais, sans à peine s' apercevoir qu'on entre alors dans le monde animal, on se surprend à intégrer à cette architecture les deux branches de corail vermillon serties sur la patère, puis les deux escargots qui font office d'atlante soutenant l'entablement, et même les deux Lycènes qui coiffent le fronton, comme deux pilastres voisinant avec des pots à feu.

II. La Flore.

  • deux tulipes dans leur vase,
  • accompagnées de myosotis Boraginaceae, Myosotis sp. (M. arvensis ?)
  • et de  ?

III. La Faune.

La bordure qui entoure la scène mythologique est composée en deux ensembles symétriques qui se répondent (presque) en miroir : il suffira de décrire la moitié gauche, et de multiplier le nombre des espèces par 2. On dénombre 9 animaux par coté. Description par Ordre, puis  de haut en bas.

a) Mollusque ; Gastéropodes :

b) Cnidaria Gorgonacea Coralliidae Coralium rubrum "Corail rouge".

c) Insecta : 7 individus

— Orthoptera : 

— Lepidoptera : six exemplaires 

  • Nymphalidae imago
  • Geometridae chenille
  • Lycaneidae imago
  •  ? chenille

Cette moisson est donc décevante, puisqu'il est globalement impossible de préciser l'espèce, et même le genre, des animaux représentés. Le résultat serait-il meilleur si, doté d'une loupe, on examinait l'œuvre originale ou une photographie d'excellente qualité ? Je l'ignore, mais je me félicite déjà du privilège d'une consultation en ligne, dans les conditions que procure le Musée du Louvre.

 

 

Partager cet article

Published by jean-yves cordier - dans histoire entomologie - Hoefnagel
commenter cet article
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 12:37

Sur un poème zodiacal d'Ausone : Allégorie de l'Hiver et de l'Été par Jacob Hoefnagel, 1618.

Voir dans ce blog sur Hoefnagel :

.

.

I. ALLÉGORIE DE L'HIVER.

a) Source : NKD NetherlandsInstitute of Art History.

La photographie noir et blanc provient d'une vente aux enchères de Sotheby Mak van Waay (Amsterdam) le 26-11-1984, lot n° 49 (avec l'Été, lot n° 50). L'œuvre proviendrait d'une collection privée de Percy Carew, Essex, Royaume-Uni, selon une lettre d'Essex publiée dans The Connoisseur mars 1930 [Dacosta Kaufmann, 1985, p. 255].

Selon Kaufmann page 255, "Les dessins préparatoires (avec les dessins des compositions manquantes, le Printemps et l'Automne) se trouvent à Leyde (Prentenkabinet, Rijksuniversiteit, n° inv. AW 1056-59)". Il ajoute : "Ce tableau est peut-être enregistré sous le numéro 146 dans l'inventaire (établi en 1619) des œuvres de la Hofburg de Vienne".

b) Description :

Cette miniature appartient à une série allégorique des Quatre Saisons dont seuls L'Hiver et l'Été sont conservés. Il s'agit d'un dessin à la plume à l'encre noire, peint à la gouache et rehaussé d'or, sur vélin ; ce rectangle horizontal mesure 148 x 152 mm.

L'artifice de mise en scène.

Le motif (Hiver) s'inscrit dans un cercle central bordé d'une marge naturaliste. Ce dispositif s'inspire de celui des Allégories de Lille et du Louvre (respectivement la "Brièveté de la vie" (1591), et les "Quatre saisons" (1589), de Joris Hoefnagel mais l'idée d'un tableau central en trompe-l'œil n'est retrouvé que dans "Diane et Actéon" (1597, Louvre), "Allégorie de la vie et de la Mort" (1598, British Museum), ou encore dans "Lethaevs Amor" (1611, 16,8 x 24,1 cm, coll. privée, Sotheby's Londres juillet 2002) soit des œuvres plus tardives et attribuées à Jacob Hoefnagel, fils de Joris, ou à la collaboration des deux artistes. Ici, dans ces peintures de 1618, ne se trouve que la signature de Jacob Hoefnagel puisque Joris est décédé en 1601.

Comme dans les œuvres précédentes, deux cartouches, supérieur et inférieur, reçoivent des inscriptions. Le cartouche supérieur, suspendu par des anneaux fictifs à un faux cadre, se prolonge par le tableau central qui est ainsi également suspendu. Le cartouche inférieur pourrait servir de console d'appui à ce tableau, mais semble en être séparé. Enfin, quatre anneaux fixés sur le médaillon permettent, toujours en trompe-l'œil, de fixer les tiges des rameaux botaniques. Cet équipement est complété par les deux vases latéraux. Cette composition confirme l'intention de l'artiste de créer l'illusion d'une vitrine de Cabinet de curiosités abritant, soit des spécimens de la collection d'histoire naturelle de l'empereur (si on le considère comme le récipiendaire), soit des exemplaires de sa collection de peintures. Ce dédoublement du regard et du sujet, cet effet de "tableau dans le tableau" est une manière, plus théâtrale encore que les premières miniatures de Joris Hoefnagel, de jouer sur l'illusion de la mise en scène pour susciter une méditation sur les leurres de l'existence. L'être humain, comme toute la nature, est le jouet du Temps et de ces cycles, dont l'éternel recommencement souligne le caractère dérisoire de son existence.

Le motif principal :

Les Allégories des Quatre Saisons du Louvre comportaient chacune trois médaillons représentant les signes zodiacaux correspondant. Ici, les signes du Zodiaque sont représentés au sein de la scène comme des personnages d'une Fable. Cette série pourraient donc être intitulée "Allégorie zodiacale des Saisons", au vu de l'importance donnée, dans l'image comme dans les inscriptions, au thème astronomique.

Adossé à trois arbres dépourvus de leur feuillage, par un temps de neige, l'Hiver est personnifié sous les traits d'un vigoureux vieillard barbu, torse et jambes nus, couronné de rameaux secs, tenant les pointes de sa barbe des deux mains. Autour de lui, trois putti font une ronde. L'un tient un cabri, pour le signe du Capricorne. L'autre se tourne vers le spectateur pour présenter un Poisson, et tient le second poisson dans l'autre main. Le dernier verse le contenu d'un vase, et représente ainsi le Verseau. La caractéristique de ce choix iconographique est d'ôter aux signes zodiacaux leur aspect stéréotypé et emblématique, sévères et savants pour les transformer en joyeux éléments de la nature, inscrits dans ses Cycles comme dans une danse.

La bordure ; inventaire naturaliste.

En partant du coin supérieur gauche, on remarque l'écureuil, deux oiseaux [mésange charbonnière ?], le hibou, la pie, corbeau , le pinson du nord?, le lièvre, le martin-pécheur, la pie-grièche ?, le renard.

Les plantes des vases et les fruits qui composent la guirlande ne sont pas identifiables mais le site RKD y reconnaît la grenade , la pomme de terre , des noisettes , des glands , des châtaignes, les radis , la cerise [?] , la nèfle , l'oignon , le pavot, et le lierre ,

Les inscriptions :

— Inscription supérieure : Hyems : "Hiver"

— En bas au centre ..pvit HYEMS simiusq[ue] Capru Dei [?] aedu. F.../ .....uas fundit, madidos . Febru... inscription endommagé, certaines parties illisibles. On s'attend à y trouver les mots Capricornus, Aquarius et Pisces.

— signé en dessous : dans le cartouche de gauche Ia: Hovfnagl. Forme abrégée de Iacobus Houfnaglius, soit "Jacob Hoefnagel". Dans le cartouche de gauche : FE PRAGAE (AE : lettres conjointes), abréviation de Fecit Pragae, "fait à Prague".

— 1618

Jacob Hoefnagel a été peintre de la cour de Rodolphe II à Prague de 1602 à 1613. A Prague, il appartenait à un cercle de marchands flamands et hollandais, artistes et savants, dont certains ont été Protestants. Il fut diplomate à la cour à un moment où Prague a joué un rôle central dans les affaires européennes. En 1614 il a obtenu la citoyenneté à Prague et a épousé sa quatrième épouse. (Wikipédia)

II. Allégorie de l'Été par Jacob Hoefnagel, 1618.

a) Source :

​-  NKD Netherlands Institute of Art History.  https://rkd.nl/nl/explore/images/63295

-  https://www.vialibri.net/552display_i/year_1618_50_0.html

b) Description.

La photographie noir et blanc provient d'une vente aux enchères de Sotheby Mak van Waay (Amsterdam) le 26-11-1984, lot n° 50 (avec l'Hiver, lot n° 49). L'œuvre proviendrait d'une collection privée de Percy Carew Essex, Royaume-Uni, selon une lettre d'Essex publiée dans The Connoisseur mars 1930 [Dacosta Kaufmann, 1985, p. 255]

b) Description :

Cette miniature appartient à une série allégorique des Quatre saisons dont seuls L'Hiver et l'Été sont conservés. Il s'agit d'un dessin à la plume à l'encre noire, peint à la gouache et rehaussé d'or, sur vélin ; ce rectangle horizontal mesure 148 x 152 mm.

L'artifice de mise en scène.

... est le même que pour l'Hiver, supra.

Le motif principal :

L'Allégorie de l'Été est une femme vêtue d'une grande robe blanche à manches mi-courtes, tenant la faux pour la moisson des foins et la faucille pour la moisson des grains. De la main gauche, elle retient trois melons calés entre ses cuisses. Elle est assise à l'ombre d'un bosquet, à coté d'une gerbe de blé et d'une ruche. L'arrière-plan montre un saule (?) au bord d'un lac, et un ferme devant des champs clos par une barrière.

Comme pour l'hiver, les signes zodiacaux apparaissent menés par des putti, sous la forme très naturelle d'une femme couronnée de verdure et marchant pieds nus, la Vierge Virgo, sous celle d'une "écrevisse" * (autre animal emblématique du Cancer), et enfin celle d'un lion débonnaire, le Lion Leo. 

*Il me semble que ce décapode, cet Astacidae possède les fortes pinces du Homard Homarus vulgaris, et les longues antennes de l'Écrevisse Astacus.

La bordure ; inventaire naturaliste.

 Quatre oiseaux occupent les coins de la peinture : un oiseau (perruche?) dans un arbre à baies , un perroquet, une cigogne et une oie blanche Anser anser. La loupe permet de voir que cette dernière tend le cou vers ses cinq oisons. Le vase de gauche reçoit des lis blancs, sur lesquels une libellule cherche à se poser. Je crois voir une chrysalide noire et blanche en bas à  gauche. Le site NKD y discerne des courges, pommes, prunes, poires, et cerises. Et des groseilles, non ?
 

Inscriptions :

— Inscription supérieure : AESTAS : "Été".

— inscription en bas au centre :  Cum Cancro remeat Phoebo, Leo fervidus [per]urit  F------ a colens in sidere Virginis A-s-f . . "Avec le signe du Cancer Phoebus [le soleil] revient, le Lion brûle de l'ardeur de ses feux, [ ..]sous le signe de la Vierge

en bas au centre : signé par monogramme et date  H. J / 1618

Discussion. L'influence d'Ausone et de Bède ?

L'interrogation d'un moteur de recherche ne permet pas de reconnaître la source de cette inscription, néanmoins, les trois mots Leo fervidus perurit sont reconnus comme appartenant exclusivement à un poème de Ausone. Or, ce poète est très apprécié par Hoefnagel, qui a souvent cité des vers de son Idylle De Rosis Nascentibus : cela accroit la valeur de cet indice.

Ausone est un poète aquitain du IVe siècle qui fut conseiller et professeur du Bas-Empire romain, et précepteur du flis de l'empereur Valentinien Ier. Il fut Presteur du palais impérial de Trèves, Préfet des prétoires des Gaules, Consul puis proconsul d'Asie, il se retira à Bordeaux âgé de 73 ans. Outre ses chefs d'œuvre les Parentales, les Roses, la Moselle et le Crucifiement de l'Amour,  il a composé des œuvres de circonstance, souvent traduits des anthologies grecques.

Le poème en question figure dans ses Églogues et s'intitule  In quo mense quod Signum fit ad cursum solis.

"En quel mois le soleil entre dans chaque Signe" . J'en donne un extrait :

Maius Agenorei miratur cornua tauri

Junius aequatos caelo videt ire Laconas

Solsticoi ardentis cancri fert Julius astrum

Augustum mensem Leo fervidus igne peruit.

Sidere virgo tuo Bacchum September opimat.

 

"Mai admire les cornes du taureau d'Agénor.

Juin voit passer dans le Zodiaque les Gémeaux de Lacédémone.

Juillet supporte pendant le solstice les brûlantes chaleurs du signe de l'Ecrevisse.

Le Lion brûle tout dans le mois d'Août par l'ardeur de ses feux.

Septembre fait grossir la vendange sous le signe de la Vierge."

(Oeuvres d'Ausone, traduites en français, par M. l'abbé Jaubert,..1769).

On en retrouve les vers dans les calendriers de Martyrologes dès le IXe siècle (Martyrologium d'Usuard, moine de Saint-Gremain-des-Prés). Ici, le médaillon de la Vierge (enluminure du Martyrologium de Dijon) est entouré du vers Sidere Virgo tuo Bacchum September opimat :

 

On le retrouve aussi dans une version versifié de De Ratione temporum  par Bède le Vénérable (725) Caput XVI.

Le vers est aussi inscrit autour du signe du Zodiaque de l'église romane de Wormbach

La fin de l'inscription a colens in sidere Virginis ne correspond pas exactement, mais est suffisament proche du texte d'Ausone pour reconnaître celui-ci. 

Les dernières lettres A--s- pourraient correspondre à Ausonius en abrégé, et non à Aestas qui est déjà mentionné dans le titre.

Hoefnagel a déjà fait appel dans son corpus d'inscriptions, non seulement à Ausone, mais aussi à Palingène, l'auteur du Zodiacus vitae : mais je n'y ai pas trouvé cette citation, de même que je n'y ai pas reconnu les inscriptions correspondants à l'Hiver.

 

http://www.loebclassics.com/view/ausonius-eclogues/1919/pb_LCL096.189.xml

SOURCES ET LIENS.

— DACOSTA KAUFMANN (Thomas), 1985, L' Ecole de Prague- la peinture à la cour de Rudolphe II, Paris 1985, p. 255.

Partager cet article

Published by jean-yves cordier - dans histoire entomologie - Hoefnagel
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • Le blog de jean-yves cordier
  • : Le partage de photographies de tout ce qui, dans la nature, porte les ailes de la grâce : un blog pour ouvrir autant de fenêtres que possible sur mon coin de Bretagne, autour de Brest et de Crozon, et un blog aussi pour faire vivre tous les mots savoureux de la zoologie. De l'émerveillement, mais aucune compètence, ne prenez mes identifications d'espèce animale qu'avec beaucoup de réserve.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué.  "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" Guillevic, Théraqué. "Un peu de Pantagruélisme (vous entendez que c'est certaine gayeté d'esprit conficte en mespris des choses fortuites)" (Rabelais )"prends les sentiers". Pytha

Recherche