Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 janvier 2018 4 04 /01 /janvier /2018 18:32

La bibliographie de mes articles de zoonymie des Odonates.

.

.

OUTILS ODONATES.

.

 —ALBARDA Herman 1889 Catalogue raisonné et synonymique des Névroptères, observés dan les Pays-Bas et dans les Pays limitrophes,  Tijdschrift voor entomologie 1857

http://www.eis-nederland.nl/Portals/4/pdfs/Albarda_1889.pdf

https://archive.org/stream/tijdschriftvoore32188889nede#page/212/mode/2up

 — ALDROVANDI, (Ulysse) 1602 De animalibus insectis libri septem, cum singulorum iconibus. J. B. Bellagambam (Bononiae)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k991248/f314.item

— ANIMALBASE

http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/home/highergroup?id=59

http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/list/families?highergroup=59

 

 

— BARBUT, (James) 1781, Les genres des insectes de Linné : constatés par divers échantillons d'insectes d'Angleterre, copiés d'après nature The Genera Insectorum of Linnaeus exemplied by various specimens English insects drawn from Nature by James Barbut  London : Imprimé par Jacques Dixwell, dans St. Martin's Lane, et se vend au profit de l'auteur chez J. Sewell, Libraire, dans Cornhill. Dessins de Barbut gravés par James NEWTON.

https://www.biodiversitylibrary.org/item/208811#page/9/mode/1up

 

CHARPENTIER (Toussaint von) , 1840, Libellulinae europaeae descriptae ac depictaeL. Voss, 180 pages

https://books.google.fr/books?id=DoIwvgAACAAJ&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

 — GEOFFROY (Etienne-Louis), 1762,  Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris. Chez Durand, à Paris 1762, in-4 (4) xxviij, 523pp. et (4), 2 volumes reliés.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k991697/f615

— GEOFFROY (Etienne-Louis), 1799 Histoire abrégée des insectes, dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique. Tome 2 / par M. Geoffroy, C. Volland / Rémond (Paris)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1043241t/f227.image

http://archive.org/stream/histoireabrg02geof#page/216/mode/2up/search/sylvie

 —  GOEDART (Jan), 1685, (Johannes Goedartius) De insectis, in methodum redactus; cum notularum  : Dragon-Flies ou Libella : section IV page 227

https://books.google.fr/books/ucm?vid=UCM5327359323&printsec=frontcover&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false

GRAND (Daniel), BOUDOT (Jean-Pierre), 2006 Les Libellules de France, Belgique et Luxembourg. Collection Parthénope, Biotope 479 pages

https://books.google.fr/books?id=cYwSCwAAQBAJ&dq=inauthor:%22Daniel+Grand%22&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

HARRIS, Moses, 1731-1785, 1786, Exposition des insectes que se trouvent en Angleterre; comprenant les différentes classes des Neuroptera, Hymenoptera, et Diptera: ou des abeilles, mouches, et Libellulae. Londres, B. White et J. Edwards,1786.

https://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/130967#/summary

LA CHESNAYE-DESBOIS (François-Alexandre Aubert de ), 1754 Système naturel du regne animal, par classes, familles ...Chez Cl. J.B. Bauche, 1754, 641 pages

https://books.google.fr/books?id=K5OaIamcfcAC&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

LA CHESNAYE-DES BOIS (François-Alexandre Aubert de)  Dictionnaire raisonne et universel des animaux ou le regne animal etc, Volume 2  chez Claude-Jean-Baptiste Bauche, 1759 page 19

 — LATREILLE (P.A.), Histoire naturelle, générale et particulière des crustacés et des insectes , Paris :F. Dufart, An X-XIII [1802-1805] , Troisième volume (1805).

https://www.biodiversitylibrary.org/item/80064#page/288/mode/1up

— LATREILLE, 1829, in Cuvier Le règne animal distribué d'après son organisation pour servir à l'histoire .Paris Déterville Volume V « Suite et fin des insectes ».page 239

https://books.google.fr/books?id=aeU32BqlxZAC&dq=fabricius+aeshna&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

LEACH , W.E. (1815). "Entomology". In Brewster, David. Edinburgh Encyclopaedia. Vol. 9. Edinburgh: William Blackwood. pp. 57–172 [137] (in 1830 edition) – 

https://www.biodiversitylibrary.org/page/17493627#page/145/mode/1up

LEACH, (W. E.) 1814. The zoological miscellany; being descriptions of new, or interesting animals. Illustrated with coloured figures, drawn from nature, by R. P. Nodder. Vol. I. - pp. 1-144, Pl. 1-60. London. (Nodder).

LEACH, (W. E.)  1815. The zoological miscellany; being descriptions of new, or interesting animals. Illustrated with coloured figures, drawn from nature, by R. P. Nodder. Vol. II. - pp. 1-154, [1-6], Pl. LXI-CXX [= 61-120]. London. (Nodder).

https://www.biodiversitylibrary.org/item/91182#page/37/mode/1up

LEACH, (W. E.) . 1817. The zoological miscellany; being descriptions of new, or interesting animals. Illustrated with coloured figures, drawn from nature, by R. P. Nodder. Vol. III. - pp. i-v [= 1-5], [1], 1-151, Tab. 121-149. London. (Nodder).

LEEUWENHOEK (Antoni van), 1695, Arcana naturae detecta, 1695 page 18

https://archive.org/stream/gri_arcananatura00alee#page/n33/mode/2up

— LINNÉ (Carl von,) 1746, Caroli Linnaei medic. & botan. prof. Upsal ... Fauna Svecica, sistens animalia Sveciae regni : Quadrupedia, Aves, Amphibia, Pisces, Insecta, Vermes, distributa per classes & ordines, genera & species, cum differentiis specierum, synonymis autorum, nominibus incolarum, locis habitationum, descriptionibus insectorum. Stockholmiae :Sumtu & literis Laurentii Salvii,1746. Bergquist, Carl, 1711-1781 , graveur. Leche, Johan, 1704-1764 , ill. 

https://www.biodiversitylibrary.org/item/129804#page/261/mode/1up

 — LINNÉ (Carl von,) 1758, Caroli Linnaei...Systema naturae per regna tria naturae :secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis. Holmiae : Impensis . Laurentii Salvii, 1758-1759. pages 543-546.

https://www.biodiversitylibrary.org/page/727383#page/565/mode/1up

— LINNÉ (Carl von,) 1764, Museum Ludovicae Ulricae reginaeSuecorum, in quo animalia rariora , exotica imprimis insecta et conchilia describuntur, etc. Holmiae, l764 , 2 t. en 1 vol. in-8.

 —— LINNÉ (Carl von,) 1767, Caroli Linnaei...Systema naturae per regna tria naturae... 12eme édition, tome II pages 901-906.

 https://www.biodiversitylibrary.org/item/137240#page/377/mode/1up

— MOFFET (Thomas) 1634 Insectorum, sive, Minimorum animalium theatrum. Londini : Ex officin typographic Thom. Cotes et venales extant apud Guiliel. Hope, 1634.

 

— OLIVIER, 1792,  Libellules, in Insectes, in Encyclopédie méthodique vol. 7 page 558-572

https://books.google.fr/books?id=BrRdAAAAcAAJ&pg=PA568&dq=libellula+sophie&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjg66362ObYAhVTnRQKHTaBCVcQ6AEIKDAA#v=onepage&q=libellula%20sophie&f=false

— PRÉCIGOUT (Laurent), PRUD'HOMME (Eric), 2009, Libellules de Poitou-Charentes, Ed. Poitou-Charentes Nature, 255 pages, 

— NATIONAL HISTORY MUSEUM

http://www.nhm.ac.uk/our-science/data/uk-species/species/calopteryx_splendens.html

 

 


 

 

 — RAY (John) Historia insectorum, Londini 1710 pages 47-53 et page 140

https://archive.org/stream/historiainsector00rayj#page/46/mode/2up

https://archive.org/stream/historiainsector00rayj#page/140/mode/2up

 

——RÉAUMUR (René -Antoine Ferchault de) , Mémoires pour servir à l'histoire des insectes :

— Tome IV : Histoire des Gallinsectes, des Progallinsectes et des Mouches à deux ailes, Imprimerie royale, Paris, 1738, 636 p., 44 pl. ;

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65246505.r=m%C3%A9moires%20pour%20servir%20%C3%A0%20l%27histoire%20des%20insectes?rk=21459;2

https://archive.org/details/mmoirespourser04ra

— Tome VI  : Suite de l'Histoire des Mouches à quatre ailes avec un supplément des Mouches à deux ailes, Imprimerie royale, Paris, 1742, 608 p., 48 pl. ;

https://archive.org/stream/memoirespourserv16ra#page/n707/mode/2up

 

 

— —SWAMMERDAM, (JAN), 1669, Historia Insectorum Generalis ofte Algemeene Verhandeling van de Bloedeloose Dierkens, 1669

www.dbnl.org/tekst/swam001hist01_01/swam001hist01_01.pdf

http://www.dbnl.org/tekst/swam001hist01_01/swam001hist01_01_0004.php

http://www.dbnl.org/tekst/swam001hist01_01/swam001hist01_01_0007.php?q=libella#hl1

 

SWAMMERDAM, (JAN), 1682, Histoire générale des insectes ou l'on expose clairement la manière lente & presqu'insensible de l'accroissement de leurs membres , & ou l'on découvre evidemment l'Erreur ou l'on tombe d'ordinaire au sujet de leur pretendue transformation, par Jean Swammerdam, docteur en médecine, avec des figures A Autrecht, chez Guillaume de Walcheren, Marchant Libraire demeurant en la place de St-Jan 1682 - 215 pages

    https://books.google.fr/books?id=bu5AAAAAcAAJ&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

    http://www.biusante.parisdescartes.fr/histoire/medica/resultats/index.php?cote=07478x01&p=91&do=page

    — SWAMMERDAM (Jan), 1738, Biblia naturæ : sive, Historia insectorum in classes certas redacta, trad. Hieronimus David Gaubius, préf. Herman Boerhaave,  , apud Isaacum Severinum, 2 tomes.

    Biblia naturae sive historia insectorum t. 1, Leyde, 1737

    http://docnum.unistra.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/65389/rec/3

    Planche XII :

    http://docnum.unistra.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/65389/show/65384

    Biblia naturae sive historia insectorum t 2, Leyde 1738.

    http://docnum.unistra.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/68732/rec/4

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k98985f

    — SWAMMERDAM (Jan), 1752, Bybel der Natur, Hermann Boerhave, Leipzig 

    http://docnum.unistra.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/114424/rec/1

    — SWAMMERDAM (Jan), 1758, Histoire générale des insectes : tome V de la collection académique de la Faculté de Dijon  traduite du Biblia naturae avec 36 planches et des notes de Savary et de Guénau de Montbeillard.

    https://books.google.fr/books?id=pppr3UErJ6cC&pg=PA51&dq=savary+%22+brest%22+histoire+naturelle&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwivifrYmuHYAhWCYlAKHejsB8k4ChDoAQhCMAU#v=onepage&q=savary%20%22%20brest%22%20histoire%20naturelle&f=false

     

     — SELYS-LONGCHAMPS ( Michel Edmond, Baron de) 1840, Monographie des libellulidées d'Europe, Roret, 220 pages.

    https://books.google.fr/books?id=8aBIt4TdIM0C&dq=AEschna&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

    — WALKER, E. M. (Edmund Murton), 1912, The North American dragonflies of the genus Aeshna, Toronto : University of Toronto Library

    https://archive.org/details/northamericandra00walk

    — WIKIPEDIA Neuroptera in the 10th edition of Systema Naturae

     https://en.wikipedia.org/wiki/Neuroptera_in_the_10th_edition_of_Systema_Naturae

     

     

    DUPONT P. 2010. Plan national d'actions en faveur des Odonates 2011-2015. Office pour les insectes et leur environnement, Société française d’Odonatologie et Ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer. 170 pp.

    http://www.pnaopie.fr/odonates/wp-content/uploads/2011/01/plan_national_d_actions_odonates.pdf

     

     

     

    .

    OUTILS ZOONYMIE.

    LSJ Site de traduction grec/anglais Liddell  Scott Jones

    https://lsj.translatum.gr/wiki/Main_Page

    https://lsj.translatum.gr/wiki/LSJ:GreekEnglishLexicon

    ANTONIO (Costantino D’), VEGLIANTE (Francesca ) "Derivatio nominis libellularum europæarum"(PDF) (en Italien) Étymologie de 197 noms de Libellules européennes.

    https://www.researchgate.net/publication/316791278_Derivatio_nominis_libellularum_europaearum

    — CRAIG (John), 1858, A New Universal Etymological, Technological, and Pronouncing Dictionary of the English Language, Embracing All the Terms Used in Science, Literature and Art, George Routledge&Company,

    https://books.google.fr/books?id=hdKk8t8s5-EC&dq=kordyle&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

    ENDERSBY (IAN D. ), 2012,  : Watson and Theischinger: the etymology of the dragonfly (Insecta: Odonata) names which they published  Journal and Proceedings of the Royal Society of New South Wales, vol. 145, nos. 443 & 444, pp. 34-53. ISSN 0035-9173/12/010034-20 34

    https://royalsoc.org.au/images/pdf/journal/145_Endersby.pdf

    ENDERSBY (IAN D., FRS ), 2012, Etymology of the Dragonflies (Insecta: Odonata) named by R.J. Tillyard, F.R.S. Proceedings of the Linnean Society of New South Wales 134, 1-16.

    https://openjournals.library.sydney.edu.au/index.php/LIN/article/viewFile/5941/6519

    ENDERSBY (IAN D., FRS ), 2012, The Naming of Victoria’s Dragonflies (Insecta: Odonata,  Proceedings of the Royal Society of Victoria 123(3): 155-178. 

    https://www.academia.edu/28354624/The_Naming_of_Victoria_s_Dragonflies_Insecta_Odonata_

    ENDERSBY (IAN D. ), 2015, The naming's of Australia's dragonflies.

    https://www.researchgate.net/publication/283318421_The_Naming_of_Australia%27s_Dragonflies

     http://dominique.mouchene.free.fr/libs/docs/GENE_origine_noms_odonates_Australie_Endersby_2015.pdf

    — FLIEDNER (Heinrich), 2009, Die wissenschaftlichen Namen der Libellen in Burmeisters ‘Handbuch der Entomologie’ Virgo 9[5-23]

    http://www.entomologie-mv.de/download/virgo-9/Virgo%200902%20Die%20wissenschaftlichen%20Namen%20der%20Libellen%20in%20Burmeisters.pdf

     

    — FLIEDNER (Heinrich),  MARTENS (Andreas ), 2008, The meaning of the scientific names of Seychelles dragonflies (Odonata) , Phelsuma 16 (2008); 49-57

    https://www.researchgate.net/publication/228819379_The_meaning_of_the_scientific_names_of_Seychelles_dragonflies_Odonata [accessed Jan 04 2018].

    — ICZN, 2012, Official Lists and Indexes of Names in Zoology Updated March 2012

    http://iczn.org/sites/iczn.org/files/officialists.pdf

    NEAVE (Sheffield Airey), NOMENCLATOR ZOOLOGICUS.

    http://ubio.org/NomenclatorZoologicus/

    POITOU-CHARENTE NATURE (Association)

    http://www.poitou-charentes-nature.asso.fr/cordulie-bronzee/

    — RAIMBAUD (Fabien), 1992., "Principes de la recherche étymologique appliquée en entomologie" Insectes n°86 OPIE

    https://www7.inra.fr/opie-insectes/pdf/i86raimbault.pdf

    SHERBORN (Charles Davies) , 1902, Index Animalium

     

     

    .

    — TAXONOMICON

    http://taxonomicon.taxonomy.nl/TaxonTree.aspx?src=1002&id=17481

    —  Timeline of Entomology, Wikipédia

    Prior to 1800

    https://en.wikipedia.org/wiki/Timeline_of_entomology_%E2%80%93_prior_to_1800

    1800-1850

    https://en.wikipedia.org/wiki/Timeline_of_entomology_%E2%80%93_1800%E2%80%9350

    1850-1900

    https://en.wikipedia.org/wiki/Timeline_of_entomology_%E2%80%93_1850%E2%80%931900

     

    OUTILS LEXICOGRAPHIE

    — ESTIENNE (Charles), 1553, Dictionarum historicum ac poeticum, Lutetiae [Paris] : http://www.bvh.univ-tours.fr/Consult/index.asp?numfiche=619

    — ESTIENNE (Charles), 1544 et 1550, Dictionarum propriorum nominum

    http://books.google.fr/books?id=bcSfJzY7n-gC

    — CALEPINO (Ambrosio) 1550 Dictionarium

    http://books.google.fr/books?id=vhyNplFGW9kC&pg=RA1-PA45&lpg=RA1-PA45&dq=calepino+argus&source=bl&ots=euuHuWosMX&sig=

    yfrWFmMbc7lnd6YXDBVi3dgdBms&hl=fr&sa=X&ei=mlZ0VJCYE8WYPK-qgIAE&ved=0CCcQ6AEwAQ#v=onepage&q=calepino%20argus&f=false

    — GESSNER (Conrad) 1550 Onomasticon propriorum nominum, books.google

    https://books.google.fr/books?id=gZitbnsvZ5kC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

    — GORDH (Gordon), 2011, A Dictionary of Entomology 2nd édition, CABI, Cambridge Google

    . https://books.google.fr/books?id=9IcmCeAjp6cC&pg=PA649&lpg=PA649&dq=gressorius+latin&source=bl&ots=Zo0OwjRV7t&sig=p4akPOsBTxEv2MYTVa8rcBsyovE&hl=fr&sa=X&ved=0CCgQ6AEwAmoVChMIx_bj_ZiByQIVBDcUCh0mWw_N#v=onepage&q=gressorius%20latin&f=false

    .

    — HELLER (John Lewis) - 1983 -"Studies in Linnaean method and nomenclature", Marburger Schriften zur Medizingeschichte, Bd.1983;7:1-326.Frankfurt am Main ; New York : P. Lang,

    — ISAAK (Mark) Curiosities of the biological nomenclatureen ligne.

    .

     

    II. Bibliographie entomologique :

    AGUILAR Jacques d', & al. 1966, Les illustrations entomologiques Paris, I.N.R.A., 1996 ; In-8 Carré, Cartonnage d'éditeurs. 153 pp., 12 planches couleurs, 88 planches N&B, couverture illustrée.

    https://books.google.fr/books?id=lW8khbDZe50C&dq=%22aubriet%22+entomologie&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

    — ALBIN, E.: A Natural History of English Insects: Illustrated with a Hundred Copper Plates, Curiously Engraven from the Life. 1720. GDZ Göttingen

    — ALDROVANDI (Ulysse) 1602 De animalibus insectis libri septem, cum singulorum iconibus. J. B. Bellagambam (Bononiae) 1602 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k991248 

    ou Gottingen.

    — BILLBERG (Gustav John) : Enumeratio insectorum in Museo Gust. Joh. Billberg ,[Stockholm] :Typis Gadelianis, 138 p. http://www.biodiversitylibrary.org/item/105024#page/87/mode/1up

     BOISDUVAL Histoire naturelle des insectes Roret 1836

    books.google.fr/books?id=2Kgi4FH6kj0C

    — BOITARD (Pierre ) Manuel d'entomologie ou Histoire naturelle de insectes: contenant la synonymie de la plus grande partie des espèces d'Europe et des espèces exotiques les plus remarquables, Tome second, Paris : Roret, 1828, Gallica

    ​​— BURMEISTER (Hermann), 1839,  Handbuch der Entomologie,  Berlin

    https://www.biodiversitylibrary.org/item/34110#page/77/mode/1up

     — CHARPENTIER. Horae Entomologicae, adjectis tabulis novem coloratis. Vratislaviae, 1825, in-4, avec 9 pl. coloriée, 261 pages.

    https://www.biodiversitylibrary.org/item/25890#page/7/mode/1up

    — CHARPENTIER (Toussaint de), 1825 - De Libellulinis europaeis In Horae entomologicae. - Wratislaviae. -

    https://www.biodiversitylibrary.org/item/25890#page/7/mode/1up

    — CHARPENTIER (Toussaint von) , 1840, Libellulinae europaeae descriptae ac depictae. Leopold. Voss, 180 pages

    https://books.google.fr/books?id=DoIwvgAACAAJ&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

    https://books.google.fr/books?id=inVPAAAAYAAJ&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

    — CHINERY (Michael), Insectes de France et d'Europe occidentale, adaptation française G. Luquetpour les lépidoptères, Flammarion 2005, 2eme édition 2012, 320 p.

    — CURTIS, J. (1823-1840). British Entomology; being illustrations and descriptions of the genera of insects found in Great Britain and Ireland: containing coloured figures from nature of the most rare and beautiful species, and in many instances of the plants upon wich they are found. Vol. V. Lepidoptera, Part. I. Londres. http://biodiversitylibrary.org/page/8221625#page/71/mode/1up

     

     

    — FABRICIUS (Johann Christian) 1807 "Nach Fabricii systema glossatorum" in Johann Karl Wilhelm Illiger, "Die Neueste Gattungs-Eintheilung der Schmetterlinge [...], Magazin für Insektenkunde , Braunschweig [Brunswick] (6) https://archive.org/stream/magazinfrinsek06illi#page/280/mode/2up

    — FABRICIUS (Johann Christian) 1787 Fabricii Mantissa insectorum Hafniae 1787 en ligne Goettingen.

    — FABRICIUS (Johann Christian) 1798 Supplementum Entomologiae systematica , Hafniae.

    https://www.biodiversitylibrary.org/page/42138782#page/294/mode/1up

     FRISCH (Johann Leonhard.) 1730 . Beschreibung von allerley Insecten in Teutsch-Land : nebst nützlichen Anmerckungen und nöthigen Abbildungen von diesem kriechenden und fliegenden inländischen Gewürme : zur Bestätigung und Fortsetzung der gründlichen Entdeckung : so einige von der Natur dieser Creaturen herausgegeben : und zur Ergäntzung und Verbesserung der andern (1730) Berlin : Verlegts Christ. Gottl. Nicolai https://archive.org/stream/johleonhardfrisc01fris#page/n7/mode/2up

    — FOURCROY (A. F.) 1785. Entomologia Parisiensis; sive catalogus insectorum quæ in agro Parisiensi reperiuntur; secundam methodam Geoffrœanam in sectiones, genera & species distributus: cui addita sunt nomina trivialia & fere trecentæ novæ species. Pars secunda. Parisiis. (Hôtel Serpente). 2. 232-544. Traduction en latin de l'Histoire des insectes de E.L. Geoffroy. http://archive.org/stream/entomologiaparis02four#page/n3/mode/2up

    — FUESSLI (Johan Caspar) Verzeichniss der ihm bekannten Schweizerischen Inseckten : mit einer augemahlten Kupfertafel: nebst der Ankhundigung eines neuen Insecten Werks Joh. Caspar Fuesslins 1775. BHL libr

    — GEER, (Charles de), 1771 Mémoires pour servir à l'histoire des insectes , Stockholm : Hesselberg, .Tome 1 [1]-[15] 707 pages, 37 planches, Gallica . Tome second première partie 616 pages, ; Tome second deuxième partie pages 617 à 1175, 43 planches gravées par Bergquist. Gallica.

    — GEOFFROY (Étienne-Louis, Docteur en médecine) 1762. Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris: dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique ; Paris : Durand 1762 Tome second Planches XI à XXII colorées à la main par Prévost gravées par Defehrt. 744p. http://archive.org/stream/histoireabrg02geof#page/n9/mode/2up

    — GEOFFROY [Étienne-Louis] 1798-99 Histoire abrégée des insectes dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique. Nouvelle édition, revue, corrigée, & augmentée d'un supplément considérable. / par M. Geoffroy, docteur en médecine. A Paris :Chez Calixte-Volland, libraire, quai des Augustins, no. 24 :An VII de la République françoise [1799]. http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/14595#/summary

    — GOEDART (Jan), 1685, Johannes Goedartius de Insectis nin methodum redactus cum notularum additione, operâ M. Lister, e Regia Societate Londinensi, Smith : London, 1685

    http://books.google.fr/books/ucm?vid=UCM5327266043&printsec=frontcover&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false

    — Goedart par Lister Londres, 1685 :: Bibl. Strasbourg

    http://books.google.fr/books/ucm?vid=UCM5327359323&printsec=frontcover&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false

     

    HARRIS, M. 1776-[1780]. An exposition of English insects. Including the several classes of Neuroptera, Hymenoptera & Diptera, or bees, flies & Libellulæ. Exhibiting on 51 copper plates near 500 figures, accurately drawn & highly finished in colours, from nature. The whole minutely described, arranged & named, according to the Linnean-system, with remarks. The figures of a great number of moths, not in the Aurelian collection, formerly published by the same author, and a plate with an explanation of colours, are likewise given in the work.  White & Robson, London. - [Rééd. complète en 1782 ]. 166 pp.

    https://gdz.sub.uni-goettingen.de/id/PPN624677753?tify={%22pages%22:[152],%22panX%22:0.515,%22panY%22:0.796,%22view%22:%22thumbnails%22,%22zoom%22:1.541}

     — HOEFNAGEL (Joris) Cf 

    http://www.lavieb-aile.com/2015/02/hoefnagel-et-les-entomologistes-du-xviiie-siecle.html

     HOEFNAGEL (Jacob), 1592, Archetypa studiaque Patris Francofurti

    http://docnum.u-strasbg.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/73052/rec/4

    — HOEFNAGEL [Jacob], 1630, Diversae insectarum volatilium icones ad vivum accuratißime depictæ per celeberrimum pictorem. [Amsterdam] Typis[que] mandatæ a Nicolao Ioannis Visscher , 32 pages, 16 planches,

     

     

    — ICZN, Opinions and declarations rendered by the International Commission of Zoological Nomenclature, BiodiversityHeritageLibrary http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/50753#/summary

    — ICZN F. Hemmings, Bulletin of Zoological nomenclature 1943-1951 : http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/51603#/summary

    — LATREILLE (P.A.) 1796 Précis des caractères génériques des insectes disposés dans un ordre naturel par le citoyen Latreille Paris, Brive : 1796 pages 140-149.

    — LATREILLE, P. A., 1804. "Tableau méthodique des Insectes", pp. 184-187 in Nouveau Dictionnaire d’Histoire Naturelle, Paris : Déterville. vol.24.

    LATREILLE (P.A.) Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle appliquée aux arts, Paris : Detreville vol. 17, 1803 ici

    LATREILLE (P.A.) Nouveau Dictionnaire d'histoire naturelle vol. 24 1818 : Classification page 501 http://books.google.fr/books?id=I_NBAAAAYAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q=vanesse&f=false

    LATREILLE, P. A., 1805. Histoire Naturelle, Générale et Particulière des Crustacés et des Insectes. Tome XIII, p. 10. Paris : Dufart.

    Libellules : https://www.biodiversitylibrary.org/item/53501#page/16/mode/1up

    — LATREILLE P. A. 1810. Considérations générales sur l'ordre naturel des animaux composant les classes des Crustacés, des Arachnides et des Insectes; avec un tableau méthodique de leurs genres, disposés en familles. Paris: F. Schoell, 444 pp. pp. 350-370.

    LATREILLE (P.A) et Olivier Nouveau dictionnaire d'Histoire naturelle 2eme édition tome 27 1818.

    — LATREILLE (P.A), GODART (J.B) 1819 , Encyclopédie méthodique, ou Entomologie, Paris : Vve Agasse tome 9 1819. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58338273/f334.image.r=Godart.langFR

     

     

    — LEWIN, W. 1795 The Insects of Great Britain, systematically arranged, accurately engraved, and painted from nature, with the natural history of each species BHL library

    http://www.biodiversitylibrary.org/item/103670#page/7/mode/1up

    — LINNÉ 1758 Linnaeus, C. 1758. Systema naturæ per regna tria naturæ, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis. Editio decima, reformata. Holmiæ. (Salvius). Tomus I: 1-824

    http://www.biodiversitylibrary.org/page/727383#page/494/mode/1up

    — LINNÉ 1767 : Linnaeus, C. 1767. Systema naturæ, Tom. I. Pars II. Editio duodecima reformata. Holmiæ. (Salvius). 533-1327

    http://www.biodiversitylibrary.org/page/25848844#page/264/mode/1up

    — LINNÉ par GMELIN 1790 Systema naturæ, Tom. I. Pars V. Treizième édition.

    http://www.biodiversitylibrary.org/item/83099#page/133/mode/1up

     

    — MERIAN (Maria-Sibylla) Histoire générale des insectes de Surinam et de toute l'Europe contenant leur description, leurs figures, leur différentes métamorphoses..., par Mademoiselle Marie-Sybille de Mérian, en deux parties in-folio. Troisième édition, revue, corrigée & considérablement augmentée par M. Buchoz, ... A laquelle on a joint une troisième partie qui traite des plus belles fleurs, telles que des plantes bulbeuses, liliacées, caryophillées... Tome premier [-troisième] traduit par Jean Marret Paris : Desnos, 1771. PDF Bibliothèque de Toulouse, 3 volumes http://tolosana.univ-toulouse.fr/notice/07558171x

    — MERIAN (Maria-Sibylla) 1683 Der Raupen wunderbare Verwandelung, und sonderbare Blumen-nahrung: worinnen, durch eine gantz-neue Erfindung, Der Raupen, Würmer, Sommer-vögelein, Motten, Fliegen, und anderer dergleichen Thierlein, Ursprung, Speisen, und Veränderungen, samt ihrer Zeit, Ort und Eigenschaften (Band 2) Nürnberg , Frankfurt , Leipzig, 1683 Volume 2 (insectes d'Europe) digitalisé par Universitätsbibliothek Heidelberg;

    — MERIAN (Anna Maria-Sibylla) http://de.wikisource.org/wiki/Maria_Sibylla_Merian

    1719 Metamorphosis insectorum Surinamensium : édition 1730 : https://archive.org/stream/MariaSybillaMer00Meri#page/n13/mode/2up

    b) [Illustrations de Veranderingen der Surinaemsche Insecten...] / Maria Sybilla Merian, dess., aut. du texte ; I. Mulder, P. Sluyter, D. Stoopendaat, grav. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b2300244f

    — MERIAN (Anna Maria-Sibylla) De Europische insecten 1730 Jean Marret, M.D. Amsterdam J.F. Bernard https://archive.org/stream/gri_33125008530400#page/n3/mode/2up

    — MERRET (Christopher) 1667 Pinax Rerum Naturalium Britannicarum. 1667. Google Books

    http://books.google.co.uk/books?id=p0SjZ7N6TA0C&printsec=frontcover&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

    — MOFFET (Thomas) 1634 Insectorum, sive, Minimorum animalium theatrum. Londini : Ex officin typographic Thom. Cotes et venales extant apud Guiliel. Hope, 1634. BHL.

    — MÜLLER  O.F. 1764 - Fauna insectorum Fridrichsdalina. - Hafnia & Lipsia. -

    https://gdz.sub.uni-goettingen.de/id/PPN368323110?tify={%22pages%22:[86],%22panX%22:0.042,%22panY%22:0.641,%22view%22:%22info%22,%22zoom%22:0.288}

     

    — PETIVER (James), 1702-1706? Gazophylacii naturae & artis, : decas prima-[decima]. In quaÌ‚ animalia, quadrupeda, aves, pisces, reptilia, insecta, vegetabilia; item fossilia, corpora marina & stirpes minerales eÌ€ terra eruta, lapides figuraÌ‚ insignes &c. Descriptionibus brevibus & iconibus illustrantur. Hisce annexa erit supellex antiquaria, numismata, gemmae excisae, & sculpturae, opera figulina, lucernae, urnae, instrumenta varia, inscriptiones, busta, reliquaque ad rem priscam spectantia: item machinæ, effigies clarorum virorum, omniaque arte producta... / Jacobus Petiver Londini: : Ex OfficinaÌ‚ Christ. Bateman ad insignia Bibliae & Coronae, vico vulgo dict. Pater-Noster-Row., MDCCII. [1702-1706?]. Version Google books de 1702 ou mieux GDZ Göttingen (Planches).

    — PETIVER (James) 1695-1703 Musei Petiveriani centuria prima-decima, rariora naturae continens: viz. animalia, fossilia, plantas, ex variis mundi plagis advecta, ordine digesta et nominibus propriis signata, London, 1695-1703 Version Books-Google.

    — PETIVER (James) 1767 Jacobi Petiveri Opera, historiam naturalem spectantia containing several thousand figures of birds, beats, fifh, reptiles, insects shells, corals, and fossils; also of trees, shrubs, herbs, fruits, fungus's, mosses, sea-weeds, &c. from all parts, adapted to Ray's History of plants on above three hundred copper-plates, with English and Latin names, London, James Empson (éditeur), 1767 Version Books.Google

    — PODA (Nicolaus) 1761. Insecta Musei Græcensis, quæ in ordines, genera et species juxta systema naturæ Caroli Linnæi. Graecus [= Graz]. (Widmanstadius). 127 pp. Google books

    — RAMBUR (Pierre), 1842,Histoire naturelle des insectes: névroptères, 

    https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61025298/f286.image.texteImage

    https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6104159n/f17.item.zoom

     

    — RAY (John) Historia insectorum, Londini 1710 Archive.org

    — RÉAUMUR [René-Antoine] de Ferchault 1734-1748 Mémoires pour servir à l'histoire des insectes Paris : Imprimerie Royale, 6 volumes, de 1734 à 1748 [un 7e, copie du manuscrit original, paraîtra en 1928], 267 planches gravées par Simoneau, Lucas, Haussard et Fillioeul. En ligne BHL. Voir aussi VALLOT J.N. 1802.

    — RÖSEL VON ROSENHOF 1764-68 De natuurlyke historie der insecten; voorzien met naar 't leven getekende en gekoleurde plaaten. Volgens eigen ondervinding beschreeven, door den heer August Johan Rösel, van Rosenhof, miniatuur-schilder. Met zeer nutte en fraaie aanmerkingen verrykt, door den heer C. F. C. Kleemann ...Te Haarlem, By C. H. Bohn en H. de Wit, boekverkoopers [1764-68] BHL Library

    — Rösel von Rosenhof 1746 Der monatlich herausgegebenen Insecten-Belustigung Nürnberg.

    http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/roesel1746ga

    — SCHAEFFER (Jacob-Christian) Iacobi Christiani Schaefferi 1766Icones Insectorum circa Ratisbonam indigenorum coloribus naturam referentibus expressae = Natürlich ausgemahlte Abbildungen Regensburgischer Insecten Regensburg [Ratisbonne]: gedruckt bey H.G. Zunkel, [1766?-1779?] ; Gravure par Haid, Johann Jacob (1704-1767), 5 tomes in-4° avec 220 planches coloriées VOL. II Google

    https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1518402b/f7.item.zoom

    BHL : http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/101970#/summary

    — SCHAEFFER (Jacob-Christian),  1779, Icones insectorum circa Ratisbonam indigenorum coloribus naturam referentibus expressae. Volum. 1. pars 1. tertium et vltimum. D. Iacob Christian Schäffers natürlich ausgemahlte abbildungen Regensburgischer Insecten. Ersten Bandes erster Theil dritter und lezter Band. Mit dem register Volum 1. pars 1. pars. 2.

    https://archive.org/stream/bub_gb_RnLiUH9EwAEC#page/n29/mode/2up

    — SCHAEFFER (Jacob-Christian), 1766, Iacobi Christiani Schaeffer, s. theolog. et philos. ... Elementa entomologica ... = Iacob Christian Schaeffers ... Einleitung in die Insectenkenntnis Regensburg :Gedruckt mit Weissischen Schriften.

    http://www.biodiversitylibrary.org/item/44500#page/11/mode/1up

    SCOPOLI (Jean-Antoine) Ioannis Antonii Scopoli Med. Doct. S.C.R. ... Entomologia Carniolica exhibens insecta Carnioliae indigena et distributa in ordines, genera, species, varietates : methodo Linnaeana. Vindobonae :Typis Ioannis Thomae Trattner ...,1763. En ligne BHL.

    SELYS-LONGCHAMPS ( E.de) 1840 - Monographie des Libellulidées d'Europe. - Roret, Paris ; Muquardt, Bruxelles. http://www.deliry.com/selys1840.pdf
    — SELYS-LONGCHAMPS ( E.de), 1840b - Enumération des Libellulidées de Belgique. - Bull. Ac. r. Bruxelles, Sér. 1 (7) : 31-43. -
    — SELYS-LONGCHAMPS ( E.de),1850 - Revue des Odonates ou Libellules d'Europe. - Bruxelles, Paris. http://www.deliry.com/selys1850.pdf

    — SELYS-LONGCHAMPS (Michel Edmond, Baron de), 1840 - Monographie des Libellulidées d'Europe. - Roret, Paris ; Muquardt, Bruxelles, 220 pages.

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k370057n/f148.image.r=selys.langFR

    — SELYS-LONGCHAMPS ( E.de),1850 - Revue des Odonates ou Libellules d'Europe. - Bruxelles, Paris.

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k26769q.texteImage

     — SELYS-LONGCHAMPS ( E.de) 1860 Synopsis des Agrionines,  première légion : Pseudostigma

    https://www.biodiversitylibrary.org/item/132906#page/1/mode/1up

    — SELYS-LONGCHAMPS ( E.de) 1860 Synopsis des Agrionines,  dernière légion :  Protonevra.

    https://www.biodiversitylibrary.org/item/132906#page/1/mode/1up

    — SELYS-LONGCHAMPS ( E.de) 1862 Synopsis des Agrionines, deuxième légion : Lestes.

    https://www.biodiversitylibrary.org/item/132902#page/3/mode/1up

    — SWAMMERDAM (Jan) 1685 Historia insectorum generalis et 1737-38 Biblia naturae (Leyde)

    http://docnum.unistra.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/65389/rec/3

    — VALLOT J.N. Concordance systématique, servant de table de matières à l'ouvrage de Reaumur, Paris : Grégoire, Thouvenin, 1802. En ligne Google books.

    — VANDER LINDEN (Pierre Léonard) 

     -1820 Aeshnae Bononienses descriptae, adjecta ejusdem annotatione ad Agriones Bononienses., Typographiae Annesii de Nobilibus, Bononiae 1-11, incl. pl. 1-1

    -1823 Aeshnae Bononienses descriptae, Opuscoli scientifici, volume 4 158-167

    https://books.google.fr/books?id=kcQ-AAAAYAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

    -1825 sa Monographiae Libellulinarum europaearum specimen  de 42 pages.

    https://books.google.de/books?id=vxIOAAAAQAAJ

    — VILLERS (Charles de) 1789 Caroli Linnaei Entomologia, faunae Suecicae descriptionibus aucta : DD. Scopoli, Geoffroy, de Geer, Fabricii, Schrank, &c., speciebus vel in systemate non enumeratis, vel nuperrime detectis, vel speciebus Galli australis locupletata, generum specierumque rariorum iconibus ornata; curante & augente Carolo de Villers .. Lyon : Pietre et Delamollière, (1789). https://archive.org/stream/carolilinnaeient02linn#page/n11/mode/2up

    — WALCKENAER (C.A.) 1802, Faune parisienne, insectes, ou, Histoire abrégée des insectes des environs de Paris classés d'après le système de Fabricius; précédée d'un discours sur les insectes en général, pour servir d'introduction à l'étude de l'entomologie accompagnée de sept planches gravées Paris : Dentu 1802 en ligne BHL.
     

    Goedart par Lister 1685 : http://docnum.unistra.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/64604/rec/1

    Harris M. 1766 http://archive.org/stream/Aurelian00Harr#page/n7/mode/2up

    1840 : http://www.biodiversitylibrary.org/item/120628#page/9/mode/1up

    Hübner 1779 http://www.biodiversitylibrary.org/item/89180#page/1/mode/1up

    ICZN F. Hemmings http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/50753#/summary

    Bulletin : http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/51603#/summary

    Kirby 1871: http://www.biodiversitylibrary.org/item/64906#page/9/mode/1up

    Latreille 1804 http://books.google.fr/books?id=xBsOAAAAQAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

    Latreille 1810 : http://www.biodiversitylibrary.org/item/47766#page/358/mode/1up

    Leach : http://biodiversitylibrary.org/page/17493618#page/136/mode/1up

    https://archive.org/details/CUbiodiversity1121039

    Linné http://www.biodiversitylibrary.org/item/10277#page/3/mode/1up

    http://books.google.fr/books?id=Jps-AAAAcAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q=elinguis&f=false

    Linné, Mantissa plantarum http://bibdigital.rjb.csic.es/spa/Libro.php?Libro=947&Pagina=545

    Linné fauna suecica 1746 :http://biodiversitylibrary.org/bibliography/63899#/summary

    Linné fauna suecica 1761 : http://biodiversitylibrary.org/bibliography/46380#/summary

    Linné S.N. 1767 :http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN362053723&DMDID=DMDLOG_0001&LOGID=LOG_0001&PHYSID=PHYS_0002

    LINNE Systema naturae 1766-1768

    https://www.biodiversitylibrary.org/item/137337#page/5/mode/1up

    Linné, Species Plantarum http://www.biodiversitylibrary.org/item/13829#page/1/mode/1up

    Merian, Insectes d'Europe : http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/merian1683bd2

    Moffet http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/60501#/summary

    Moore, Lep. indic http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/8763#/summary

    Ochsenheimer 1808 http://archive.org/stream/dieschmetterling12ochs?ui=embed#page/180/mode/1up

    Petiver James, Musei petiveriani centura prima 1695 digitalisé par Google (accès partiel)

    http://books.google.fr/books/about/Musei_Petiveriani_centuria_prima.html?id=vp05AAAAcAAJ&redir_esc=y

    Petiver, Gazophylacii :books.google.fr/books?id=sp05AAAAcAAJ

    Petiver, Papilionum brittaniae 1717 in Opera Books .google

    PetiverOpera (1767) https://archive.org/stream/jacobipetiveriop11767peti#page/n5/mode/2up

    Ray https://archive.org/stream/historiainsector00rayj#page/n11/mode/2up

    Réaumur http://www.biodiversitylibrary.org/item/50298#page/11/mode/1up

    Rösel http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/7362#/summary

    http://www.biodiversitylibrary.org/item/31182#page/138/mode/1up

    http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/roesel1746ga

    les quatre tomes :

    http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/toc/?PPN=PPN369099060&IDDOC=282169

    Rottemburg :

    http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/home/speciestaxon?id=8326

    Schneider 1787 http://books.google.fr/books?id=VnY-AAAAcAAJ&pg=PA241&lpg=PA241&dq=schwarzgestrichelter+schmetterling&source=bl&ots=c5RGnFNYx4&sig=-HkttVMLK2SZP6KRw5MXfvJCYxI&hl=fr&sa=X&ei=

    AHwGU7m9LoLm7Abd7oGICg&ved=0CC8Q6AEwAA#v=onepage&q=schwarzgestrichelter%20schmetterling&f=false

    Scopoli Entomologia carniolica 1763

    http://www.biodiversityheritagelibrary.org/bibliography/34434#/summary

    Scudder http://biodiversitylibrary.org/page/3076769#page/269/mode/1up

    Spuler http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/9477#/summary

    De Villers 1789 https://archive.org/stream/carolilinnaeient02linn#page/n11/mode/2up

    Walckenaer http://www.biodiversitylibrary.org/item/79375#page/289/mode/1up

    Partager cet article
    Repost0
    Published by jean-yves cordier - dans Zoonymie des Odonates
    3 janvier 2018 3 03 /01 /janvier /2018 18:46

    Zoonymie des Odonates. Le nom de genre Anax, Leach, 1815.

    .

     

     

     

     Zoonymie ? L'étude des noms des animaux (zoo). Comme dans Toponymie, Oronymie, Hydronymie, ou Anthroponymie, mais pour les bêtes. 

     

    Voir aussi :

     

    GÉNÉRALITÉS

    ANISOPTÈRES

    ZYGOPTÈRES

     

     

     

    . Résumé.

    Anax, Lech, 1815, "Entomology". In Brewster, David. Edinburgh Encyclopaedia. Vol. 9. Edinburgh: William Blackwood. pp. 57–172 [137] (in 1830 edition) Anax vient de l'ancien grec ἄναξ anax qui signifie « seigneur », « chef [de guerre] » ou « roi [tribal] ». Il est interprété comme qualifiant le comportement dominant d'Anax imperator, la seule espèce décrite par Leach 1815 sous son genre Anax. L'auteur lui-même ne fait aucun commentaire ni sur la justification de son nom de genre, ni sur le comportement de l'espèce qu'il nomme sans la décrire. Néanmoins, les liens unissant  Anax "roi" en grec et imperator "empereur" en latin, sont évidents, comme il est évident que cette espèce est de morphologie  tout à fait royale, par sa taille , l'une des plus grandes des Libellulidae (son envergure peut atteindre 11 cm) ou par les couleurs bleu et noir de l'abdomen des mâles (vert et/ou bleu et noir chez les femelles). Le vol des mâles est également majestueux, lorsqu'ils dominent "de manière impériale un territoire allant d'une simple flaque à une zone atteignant 2400 m2, duquel ils repoussent leurs congénères. Ils patrouillent continuellement au dessus de l'eau, parfois loin des rives" (Grand et Boudot, 2006). 

    .

    .

    I. LA PUBLICATION ORIGINALE. LEACH 2015.

    (n.b : le renvoi à la publication originale vers Zoological Miscellary donné par Grand et Boudot 2006 est erronée).

    En 1813, William Elford Leach (1791-1836), diplomé en médecine de l'université St-Andrews (Ecosse) après avoir étudié à Edimbourg, devint responsable des collections zoologiques du British Museum. En 1815, il rédigea la première bibliographie, extraordinairement détaillée, de l'entomologie, dans la partie historique d'un article "Entomologie" de l'Edinburgh Encyclopaedia de D. Brewster. Il publia entre 1814 et 1817 ses Zoological Miscellany, mais en 1822, atteint de dépression et de surmenage, il démissionna de son poste pour voyager.

    — LEACH , W.E. (1815). "Entomology". In Brewster, David. Edinburgh Encyclopaedia. Vol. 9. Edinburgh: William Blackwood. pp. 57–172 [137] (in 1830 edition) – via Biodiversity Heritage Library.

     

    .

     

    484. ANAX. GENUS CCCCLXXXIV. ANAX. Leach's MSS. 

    Hinder wings of the male not angulated at their anal edge, but resembling those of the female. Abdomen cylindric in both sexes ; not clavate. . Imperator. Sp. 1. Imperator.  Inhabits England. 

    .

     

    .

    .

    II. COMMENTAIRES.

     

    a) Datation.

    L'Edinburgh Encyclopaedia publiée par William Blackwood et éditée par David Brewster   est parue en 18 volumes de 1808 et 1830, mais le volume 9 England to Fruit, qui contient l'article Entomology, est paru en 1830. Le volume 7 contient l'article Crustaceology de Leach, page 383, est également daté de 1830. Pourtant, les espèces de crustacés décrites dans le volume 7, sont mentionnés Leach, 1817, et les genres et espèces d'insectes du volume 9 sont mentionnées Leach, 1815. 

    Les articles ne sont pas signés, mais l'encyclopédie a publié dans le volume 1 (1830) la liste des contributeurs, dont William Leach pour les articles "Craniometry, &c., &c. Crustaceology, Insecta, Entomology".

    Cette datation de 1814 et 1815s'expliquerait par les manuscrits originaux de Leach, qui portent ces dates.

       Voir aussi l'édition américaine de l'Encyclopédie de Brewster, page 726 dans un tiré à part paru en 1816 ?

    .

    b) les noms créés par Leach.

    La base Animalbase dénombre 42 taxons nommés par Leach et encore en usage, des Mammifères jusqu'aux Céphalopodes. Parmi les Odonates, outre Anax, il est l'auteur, en 1815,  des genres Calopteryx [Calepteryx], Cordulegaster, Cordulia, Gomphus, Lestes, et de l'espèce A. imperator. En 1811, il avait été l'auteur de Libellula scotica.

    Il faudrait ajouter à cette liste le genre Petalura, Leach 1815 (Anisoptera).Ou bien la  famille des Aeschnidae et des Libellulidae, etc.

    La nomenclature de Leach est souvent très personnelle. Il nomma 19 espèces et un genre d'après le nom de son employé et ami John Cranch, décédé en 1816 pendant qu'il récoltait des spécimens en Afrique dans l'expédition chargée d'explorer les sources du fleuve Congo. (Achaeus cranchii Leach 1817, L'Achée de Cranch ; Ebalia cranchii Leach, 1817 ou Ébalie de Cranch ; Eualus cranchii Leach 1817 ou Hippolyte bouledogue de Cranch ; Cirolana cranchi ou Cirolane de Cranch Leach 1818 Ocythoë cranchii Leach 1817, Pandarus cranchii, Leach 1819, etc.)

    Il nomma 9 genres d'après une mystérieuse Caroline (voir infra en Annexe), en utilisant les anagrammes de Carolina comme Cirolana, Conilera et Rocinela.  Il associa Cranch et Caroline pour le nom d'un crustacé isopode marin qu'il nomma en 1818 Cirolana cranchi . De nombreux genres de Leach  des noms de l'Antiquité comme Hippolyte, Eurydice et Palaemon.

    Mais les noms choisis pour les Odonates sont descriptifs des morphologies ou des comportements.

    .

     

     

    .

    c) Le zoonyme ANAX.

     

    Anax vient de l'ancien grec ἄναξ anax qui signifie « seigneur », « chef [de guerre] » ou « roi [tribal] ». Il est interprété comme qualifiant le comportement dominant d'Anax imperator, la seule espèce décrite par Leach 1815 sous son genre Anax. L'auteur lui-même ne fait aucun commentaire ni sur la justification de son nom de genre, ni sur le comportement de l'espèce qu'il nomme sans la décrire. Néanmoins, les liens unissant  Anax "roi" en grec et imperator "empereur" en latin, sont évidents, comme il est évident que cette espèce est de morphologie  tout à fait royale, par sa taille , l'une des plus grandes des Libellulidae (son envergure peut atteindre 11 cm) ou par les couleurs bleu et noir de l'abdomen des mâles (vert et/ou bleu et noir chez les femelles). Le vol des mâles est également majestueux, lorsqu'ils dominent "de manière impériale un territoire allant d'une simple flaque à une zone atteignant 2400 m2, duquel ils repoussent leurs congénères. Ils patrouillent continuellement au dessus de l'eau, parfois loin des rives" (Grand et Boudot, 2006). 

    Costantino D'Antonio écrit : "Anax - αναξ, ανακτοσ = seigneur, souverain, roi [des zones humides]"

    Anax est le terme grec qui désigne les rois de la période mycénienne (1600-1100 av. J.C), c'est à dire les maîtres de maison des palais fortifiés. A la période classique, le terme basileus fut utilisé, et "le passage d' anax à basileus représente le passage d'un système de subordination personnelle, caractéristique du système palatial  à un système fondé sur le titre et la fonction, et annonce ainsi l'émergence de la «cité» et du politique." (E. Levy, 1987). Dans l'Iliade d'Homère, il se réfère à Agamemnon, roi de Mycènes.  

    Il est assimilé au terme wanax inscrit en Linéaire B sur des vases et tablettes ( wa-na-ka (ϝάναξ / wánax) pour désigner  celui qui nomme ou mute les fonctionnaires et fait travailler des artisans à son service. Le titre n'étant jamais accompagné d'un nom propre, on suppose donc qu'il est le seul dirigeant. Il est très probablement identifiable au ἄναξ / anax homérique (« seigneur divin, souverain, maître de maison »), mais son rôle est moins bien défini — il est sans doute militaire, juridique et religieux, et peu étendu car les marqueurs d'un pouvoir royal fort sont limités dans le monde mycénien." (Wikipédia)

    .

    c) Les autres noms de genre d'Odonates créés en 1815.

     

    Calopteryx vient du grec et signifie "qui a de belles ailes".

    Cordulegaster vient de deux mots grecs  κορδύλη kordylē - "massue, renflement, bosse, gonflement";  et gastēr - "abdomen", pour désigner  la forme typique du corps de ces libellules. (Fleidner, 2009 ; Précigout 2009 ; Endersby 2012)

    Cordulia est basé sur un adjectif issu du grec κορδύλη  kordylē -"massue renflement, bosse, gonflement" et s'explique par la forme de l'abdomen des mâles. (Fleidner 2008 et 2009) ou du grec kordyleia "massue", pour même raison ; Précigout 2009)

    Gomphus vient du latin gomphus, issu de grec gomphos, "clou, coin, cheville", du fait de la forme en massue de l'abdomen des mâles. (Fleidner, 2009 ; Endersby 2012)

    Lestes Le nom du genre Lestes vient du grec  λῃστής = voleur, brigand, pirate. Pour Fleidner repris par  Endersby,  Il n'y a pas d'explication pour ce nom puisque tous les Odonates sont des prédateurs. (Fleidner 2009, Endersby 2012). Leach n'accompagne ce nom, après la description, que de la mention "Obs. We have three indigenous species". Néanmoins, seule l'espèce que Fabricius avait décrit en 1798 est antérieure à 1815, et il l'avait nommé Agrion barbara. Elle provient, comme l'indique Fabricius (Agrion barbara ...Habitat in Barbaria Dom. Rehbinder [et, pour d'autres spécimens "Habitat in Algier", etc]) de la collection du baron Johann von Rehbinden (1751-1825), qui avait été consul du Danemark à Alger et avait écrit ses  Notices et remarques sur Alger, Altona 1798 NACHRICTEN und Bemerkungen ûber den Algierischen Staat (von J.-Ad.-Frhn. von Rehbinder). Altona, Hammerich, 1798-1800 , 3 vol.  Il est donc possible de valider l'affirmation de l'Association Poitou-Charentes Nature : "Lestes (gr) = brigand, pirate ; barbarus (gr/lat) = barbare. Cette espèce a été décrite du nord-ouest de l’Afrique, région géographique où vivaient les Berbères et dénommée Barbarie ou Etats barbaresques jusqu’au début du XIXe siècle." Le nom de genre Lestes , "pirate" lui est donné par son espèce type, Lestes barbarus, par référence aux pirates et corsaires barbaresques basés à Alger (cf la capitivité de Cervantes).

    .

    Conclusion.

    Les six noms de genres d'Odonates créés par William Leach en 1815 montrent une réelle homogénéité par leur origine directe ou par le biais du latin à la langue grecque ancienne, et par leur caractère descriptif, soit de la morphologie (Calopteryx, Cordulegaster, Cordulia, Gomphus), soit du comportement (ou des couleurs ?) avec Anax, soit de l'origine géographique avec Lestes.  

     .

     

    LES AUTEURS PRÉCÉDENTS EN ZOONYMIE.

     

    .

    POITOU-CHARENTE NATURE

    http://www.poitou-charentes-nature.asso.fr/anax-empereur/

    "De Anax (gr) = souverain, maître "

     

    .

    DRAGONFLYPIX

    http://www.dragonflypix.com/etymology.html

    "from Grk. ἄναξ = master, ruler, king"

     

     

     .

    D'ANTONIO & VEGLIANTE.

    https://www.researchgate.net/publication/316791278_Derivatio_nominis_libellularum_europaearum

     

    "Anax - αναξ, ανακτοσ = signore, sovrano, re [delle aree umide]."

     

    .

    H. FLIEDNER, 2009

    https://www.entomologie-mv.de/download/virgo-9/Virgo%200902%20Die%20wissenschaftlichen%20Namen%20der%20Libellen%20in%20Burmeisters.pdf

    http://dominique.mouchene.free.fr/libs/docs/GENE_Burmeister_Fliedner.pdf

    "Anax [gr. Lord of the House] the genus might be named from its dominant behaviour in its territory."

    .

    VAN HIJUM, 2005.

    http://natuurtijdschriften.nl/download?type=document&docid=555521

    "anax= heerser "

     

    .

    .

    III. DÉBOIRES ET RÉCEPTION DU GENRE ANAX.

    .

    1°) Le genre de Leach fut adopté par MM. Curtis, Stephens 1829, Westwood,

    2°) En 1840, Edmond de Selys-Longchamps refusait à Anax le statut de genre, et le réduisait à celui de sous-genre d'Æshna. Il y plaçait deux espèces, Æshna formosa Vander Linden 1820 (qui se substituait à Anax imperator)  et A. parthenope Selys-Longchamps :

    "Description de deux nouvelles espèces d'Aeshna du sous-genre Anax (Leach).

    Par Michel-Edmond baron de Sélys-Longchamps, 1840, 8 pages, extrait du tome VI n°10 des Bulletins de l'Académie royale de Bruxelles https://books.google.fr/books?id=fjMqAAAAYAAJ&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

     

     

    "Le genre AEshna, après en avoir écarté, sous le nom de Petalura, les espèces dont les yeux sont éloignés l'un de l'autre comme chez les Agrions, et les Cordulœgaster où ils se touchent à peine, se subdivise encore-en deux sections caractérisées par des différences qui ne sont bien sensibles que dans les mâles. C'est ce qui m'empêche d'adopter le genre Anax de Leach., fondé sur celles dont les ailes inférieures sont semblables et arrondies dans les deux sexes, tandis que l'auteur anglais réservait le nom d'AEshna aux espèces dont les mâles ont le bord anal des secondes ailes subitement anguleux, caractère qui est commun aux Petalura, aux Cordulœgaster et aux Cordulia du même auteur. Je pense donc que cette coupe d'Anax doit être présentée comme un simple sous-genre propre a faciliter le classement des espèces. Il présente encore la particularité, que les mâles n'ont pas sur les côtés du second segment abdominal ces deux petits renflemens qui caractérisent plus ou moins les autres AEshnes.

    C'est à Vander Linden que l'on doit la distinction de la seule espèce indigène d'Anax qui était connue jusqu'ici. Il la décrivit sous le nom d'AEshna formosa et la croyait particulière à l'Italie. Je l'ai retrouvée depuis en Belgique. Aujourd'hui je ferai connaître deux nouvelles espèces européennes que j'ai recueillies dans le midi et qui sont surtout caractérisées par leur taille, ainsi que par une forme très-différente dans les appendices anales des mâles, comme on peut en juger par les figures que j'en donne ici. Les côtes équatoriales fournissent plusieurs espèces du même groupe, qui semble exclu des contrées froides.

    ESPÈCES.N° 1 .(AEshna (Anax) Formosa. Vander Linden, 1820. — B. De Fonscol. — Steph. — Curtis.

    M. Thorace virescente immaculalo, abdomine strigâ dorsali angulosâ nigrâ , parastigmate atarum valdè elongato rufescente; appendicibus analibus maris subspalhulatis, inferiori subquadralâ; fœminae lanceolatis.

    Long. M. 34 1. F. 32 | ; envergure 46 à 48 1.; longueur de l'appendice anale inférieure du mâle 1 ligne.

    Synonymie : Oeshna Azurea, Toussaint de Charpentier, 1825. Anax imperator , Leacb.

    cf. Tête jaune, bouche brune; une tâche transverse bleue sur le haut du front et une autre petite triangulaire noire devant les ocelles; yeux verts à fond bleu. Thorax d'un beau verdâtre clair sans taches, à l'exception des deux plaques latérales supérieures qui précèdent le bouclier et sont bleues, et séparées par une ligne dorsale jaunâtre. Le dessous entre les pieds roussâtre. Abdomen déprimé, long, renflé à sa base, étranglé au milieu du 3e segment. Le 1" segment verdâtre avec deux taches basales brunes; la base du 2e verdâtre; tous les autres d'un bleu brillant en dessus avec les bords noirs. Une tache transversale noire sur le 2°, et une bande dorsale anguleuse depuis le 3e jusqu'au dernier segment. Cette bande traversée à la base des 3e, 4e, 5e, 6e, 7e et 8e segmens par une raie courte également noire. Appendices anales brun-noirâtres. Les deux supérieures ayant deux fois la longueur du dernier segment, atténuées à leur base, ensuite élargies, puis tronquées à leur extrémité. Une ligne élevée les traverse longitudinalement en dessus. Le bord interne de cette ligne est cilié. L'appendice inférieure égale à peine en longueur le tiers des supérieures. Elle est à peu près carrée , recourbée en haut et à bords renflés. Pieds noirs, la base des cuisses rousse. Ailes un peu teintées de jaunâtre surtout au milieu. Parastigma très-allongé brun-roussâtre. Membranule accessoriale blanche à la base, ensuite cendrée. Nervure costale jaune extérieurement.

    . Elle diffère du mâle par la forme des deux appendices anales supérieures qui sont lancéolées sans ligne élevée, et par la couleur de l'abdomen. Le 1er segment est brunâtre, le 2° verdâtre, le 3° bleu à la base, et les autres d'un vert un peu bleuâtre ou mélangé de jaunâtre. La bande dorsale noire anguleuse part du milieu du 2" segment.

    La Formosa est répandue dans une grande partie de l'Europe méridionale et tempérée, depuis l'Italie jusqu'en Belgique et en Angleterre. Dans la Campagne de Rome, je l'ai prise vers le 25 mai : en Belgique, elle paraît plus tard, c'est-à-dire de la fin de juin au milieu de juillet. Elle voltige sur les étangs et ne s'éloigne pas de l'eau. Les mâles, qui sont beaucoup plus nombreux que les femelles, sont d'un éclat admirable.

    Toussaint de Charpentier, qui a reçu cette espèce de Hongrie, l'a décrite sous le nom A. Azurea, d'après des individus secs; c'est pour cela qu'il indique par erreur la couleur bleue et non le vert comme étant celle du thorax. Il y a dans plusieurs collections de Paris des AEshnes reçues d'Afrique et des îles Canaries qui ne m'ont pas paru différer de celle-ci."

    .

    3°) Pierre Boitard, dans son Nouveau manuel complet d'Entomologie, Paris 1843 utilise le nom ANAX BELLE (Anax formosa De Sélys)

    3°) Mais en 1850, Sélys-Longchamp reprit le genre Anax dans la Revue des Odoates ou Libellules d'Europe

    ... sans rendre à Leach son espèce A. imperator, qu'il continuait à remplacer par A. formosus Vander Linden, ou Anax formose.

     

    4°) En 1863 et 1865, William Kirby et William Spence (An introduction to Entomology) utilisait la dénomination Anax imperator de Leach.

    .

     

    .

    ANNEXE. LES NOMS CRÉÉS PAR LEACH.

    .

    Je donne ici la copie d'un extrait de mon article commentant le nom des espèces de la famille des  Lycaenidae : Callophrys rubi, Lycaena phlaeas, Lycaena tutyrus et Lampides boeticus.

    http://www.lavieb-aile.com/article-zoonymie-du-papillon-le-thecla-de-la-ronce-callophrys-rubi-121822866.html

    http://www.lavieb-aile.com/article-zoonymie-du-papillon-le-cuivre-commun-lycaena-phlaeas-121249306.html

    http://www.lavieb-aile.com/article-zoonymie-du-papillon-le-cuivre-fuligineux-lycaena-tityrus-121790148.html

    http://www.lavieb-aile.com/article-zoonymie-de-l-azure-porte-queue-lampides-boeticus-121912812.html

     

    a) Famille des Lycaenidae, William Elford Leach, 1815.

     La référence de la publication originale de Leach ne fut pas facile à trouver, d'autant qu'elle se cacha derrière le nom de Brewster.  La voici : 

           Leach, William Elford, 1790-1836  "Insecta" pp. 329-336."Entomology". pp 646-747 in D. Brewster éditeur, Brewster's Encyclopaedia Edinburgh, [Edinburgh, volume 9, 1, 04/1815 pp. 57-172  : selon Sedborn 1937] [Philadelphia, E. Parker,1816? selon BHL Library]  page 718. [ Article publié anonymement et attribué à Leach, qui avait annoté son propre manuscrit]

    Voici un autre lien, c'est plus sûr :https://archive.org/details/CUbiodiversity1121039

          L' Edinburgh Encyclopædia était une encyclopédie en 18 volumes, imprimée et publiée par William Blackwood  et éditée par David Brewster entre 1808 et 1830. En rivalité avec l'Encyclopædia Britannica publiée à Edimbourg,  elle était considérée comme étant la meilleure sur les sujets scientifiques ; la plupart des articles étaient rédigés par le physicien D. Brewster, qui fut recteur de l'Université  de 1859 à 1869, mais elle faisait appel à d'éminents contributeurs. 

      Ce n'est qu'en 1832 que Joseph Parker de Philadelphia, et Whiting et  Watson de New York éditèrent la version américaine.

        Cette publication de Leach  donne la première bibliographie jamais publiée en entomologie. Cet auteur, alors bibliothécaire adjoint en zoologie au British Museum, a fondé également les ordres Phasmida, anoploures, thysanoures et Rhaphidides, les familles hémiptères Pentatomidae, Coreidae, Belostomidae ; la famille de diptères Tipulidae et la famille des hyménoptères Chrysididae.

     

    Leach et les anagrammes de Caroline.

       Puisque mon sujet est la zoonymie, je ne laisserai pas passer l'occasion de signaler les particularités des créations onomastiques de W. Leach. On dit en effet qu'il avait été amoureux d'une certaine Caroline, dont on ne sait si elle était son épouse, sa sœur, ou sa maîtresse, mais dont il s'ingénia, l'année de ses 28 ans, à dissimuler les acronymes de son prénom dans ses noms de genre de crustacés, tels que Anilocra (1818), Canolira (1818), Cinolara (1818), Conilera (1818), Nelocira (1818), Nerocila (1818), et Rocinela (1818) ! D.M. Damkaer, qui relate cette originale série (The Copepodologist cabinet, page 148) en citant Stebbing, 1893 et Gosse, 1860,  aurait pu citer aussi Lironeca 1818 / Livoneca 1818, ou Olencira 1818. Ses successeurs s'amusèrent à poursuivre le jeu avec Renocila(Miers, 1880), Alcirona (Hansen, 1890 ), Lanocira (Hansen, 1890 ) et  Corilana (Kossman, 1880), Nalicora (Moore, 1902) , Orcilana (Nierstrasz, 1931) , Creniola (Bruce, 1987) et Norileca (Bruce, 1990).

    Ces noms ont été publiés dans le Dictionnaire d'histoire naturelle Tome 12, Levraut, Le Normant : Paris 1818, page 69-75  dans lequel Leach était chargé de l'article Crustacés. Page 74, il écrit page 74 "Je crois utile de donner la liste des noms de tous les genres de crustacés qui ont été publiés jusqu'à ce jour", de Aegée, Aeglée jusqu'à Zoé, Zozime, Zuzare.  Voir la liste de tous les noms de crustacés créés par Leach ici. Mais c'est dans l'article Cymothoadées page 338 que les genres sont présentés. Ils débutent, est-ce un hasard, par le genre Eurydice Belle (on connaît l'air de Gluck Che farò senza Euridice "J'ai perdu mon Eurydice, rien n'égale mon malheur"..) Les noms de genre en français sont les anagrammes de Caroline, et leurs espèces se déroulent comme une longue marche orphique appelant de l'Hades les entomologistes : Nélocire de Swainson, Conilère de Montaigu,  Rocinèle de Devonshire, [Aega (une nymphe)], Canolire de Risso, Anilocre de Cuvier, Olencire de Lamarck, Nérocile de Blainville, Livonèce* de Redman ou de Rafinesque, puis se termine (après Cymothoa de Fabricius) par son Limnorie, qui porte le nom d'une Néreïde.

    * Livonèce  Il s'agit d'une faute typographique pour Lironeca, comme en témoigne une version anglaise du texte français, écrit de la main de Leach et conservé aux archives de la Société linnéenne de Londres  , dans lequel il a clairement écrit Lironeca. De même, dans sa liste donnée page 74 du même dictionnaire, c'est le terme Lironecée qui est indiquée.  Dans la réédition du dictionnaire,  Latreille a corrigé   à plusieurs reprises  "Livoneca / Livonèce" par "Lironeca / Lironèce".  La Commission Internationale de nomenclature zoologique a néanmoins déterminé  "Livoneca" comme la forme valide pour ce genre. Dans un article paru en 1994 dans le Bulletin de nomenclature zoologique, Ernest H. Williams , Jr. et Thomas E. Bowman  ils ont défendu l'orthographe originale de Lironeca et demandé  à la  Commission Internationale de nomenclature zoologique de décider que Livoneca est une orthographe originale incorrecte de Lironeca.

     Dans ses manuscrits inédits , il avait également utilisé  le nom Cilonera . " Ibid . ( Note 116 , p.402

    Depuis près de 200 ans, des esprits curieux ont tentés de savoir qui se cachait derrière Caroline. Leach n'était pas marié, n'avait pas de maîtresse connue, si tant est que son dévouement pour la science, ses fonctions au Muséum et ses publications incessantes [ son Entomology de 1815 est un travail considérable] lui en ait laissé le temps. Il avait une sœur, mais elle se prénommait Jenny. On a pensé à Caroline de Suède, à l'astronome Caroline Herschel, à Caroline de Brunswick et à Caroline Clift, la fille du naturaliste William Clift ; il pourrait s'agir d'une simple combinaison aléatoire de phonèmes. 

      J'ai tout de suite pensé au poème d'Edgar Poe : Annabel Lee.

     It was many and many a year ago,
     In a kingdom by the sea,
    That a maiden there lived whom you may know
     By the name of Annabel Lee;—
    And this maiden she lived with no other thought
     Than to love and be loved by me.

    [...]

     And so, all the night-tide, I lie down by the side
    Of my darling, my darling, my life and my bride
     In the sepulchre there by the sea—
     In her tomb by the side of the sea.

     

     Quel merveilleux moyen d'élever un Tombeau à un amour d'enfance que d'immortaliser le nom de l'aimée dans le marbre de l'onomastique zoologique des animalcules marins, et de le laisser se refermer sur l'indicible secret ?

    La Caroline de Leach rejoint alors — pour moi seul —la Vanessa de Fabricius, et les amours que Nabokov a exprimé pour mieux les cacher dans le personnage de sa nymphette Lolita.

      (N.B Ces données sont issues de la présentation d'un travail artistique inspiré par ce thème : voir :http://www.victoriamanning.com/statement/elfortiana/elfortiana_statement.html. L'auteur y évoque les autres pistes possibles, telles que  Cornelia, Caroli Linné, Lonicera, Craniola, Carniola, Coraline, Caroline, Cerniola, et Arenicola.)

      Leach ne se limitait ni au prénom de Carolina, ni aux isopodes, ni à l'année 1818 : il avait déjà osé nommer un martin pêcheur australien  Dacelo Leach 1815, par anagramme du genre Alcedo des martins-pêcheurs de la vieille Europe. Ses créations avaient parfois le don d'irriter, et en 1842, six ans après la mort de Leach , le Comité de l'Association britannique sur la " Révision de la nomenclature botanique et zoologique " a éliminé les noms Azéka et Assiminea pour leur absence de sens.  En 1900 , le révérend Knight a  enquêté sur ces noms ...et a découvert que ces  "nonsense names" correspondaient sans-doute à la ville biblique de Azekah et  à Assémani, un «grand savant oriental ". De plus,  lors de l'examen des dizaines d'autres noms, il a également conclu que Leach semblait avoir une prédilection particulière pour les indications géographiques et des noms dérivés de personnes, ayant souvent une origine biblique ou oriental . (Journal of conchology , Vol. 9, n ° 9, Janvier 1900)

     

    David M. Damkaer (2002). "Adding pages". The Copepodologist's Cabinet: A Biographical and Bibliographical History, Volume 1. Memoirs of the American Philosophical Society, Volume 240. American Philosophical Society. pp. 131–155. ISBN 978-0-87169-240-5.

    https://books.google.fr/books?id=TgUNAAAAIAAJ&pg=PA147&redir_esc=y#v=onepage&q&f=falseoir.

    .

    .

    SOURCES.

    .

    — ANIMALBASE

    http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/home/highergroup?id=59

     

    — LEACH , W.E. (1815). "Entomology". In Brewster, David. Edinburgh Encyclopaedia. Vol. 9. Edinburgh: William Blackwood. pp. 57–172 [137] (in 1830 edition) – 

    https://www.biodiversitylibrary.org/page/17493627#page/145/mode/1up

     

    — LSJ Site de traduction grec/anglais Liddell  Scott Jones

    https://lsj.translatum.gr/wiki/Main_Page

    https://lsj.translatum.gr/wiki/LSJ:GreekEnglishLexicon

    ANTONIO (Costantino D’), VEGLIANTE (Francesca ) "Derivatio nominis libellularum europæarum"(PDF) (en Italien) Étymologie de 197 noms de Libellules européennes.

    https://www.researchgate.net/publication/316791278_Derivatio_nominis_libellularum_europaearum

    — ENDERSBY (IAN D. ), 2012,  : Watson and Theischinger: the etymology of the dragonfly (Insecta: Odonata) names which they published  Journal and Proceedings of the Royal Society of New South Wales, vol. 145, nos. 443 & 444, pp. 34-53. ISSN 0035-9173/12/010034-20 34

    https://royalsoc.org.au/images/pdf/journal/145_Endersby.pdf

    — ENDERSBY (IAN D., FRS ), 2012, Etymology of the Dragonflies (Insecta: Odonata) named by R.J. Tillyard, F.R.S. Proceedings of the Linnean Society of New South Wales 134, 1-16.

    https://openjournals.library.sydney.edu.au/index.php/LIN/article/viewFile/5941/6519

    — ENDERSBY (IAN D., FRS ), 2012, The Naming of Victoria’s Dragonflies (Insecta: Odonata,  Proceedings of the Royal Society of Victoria 123(3): 155-178. 

    https://www.academia.edu/28354624/The_Naming_of_Victoria_s_Dragonflies_Insecta_Odonata_

    — ENDERSBY (IAN D. ), 2015, The naming's of Australia's dragonflies.

    https://www.researchgate.net/publication/283318421_The_Naming_of_Australia%27s_Dragonflies

     http://dominique.mouchene.free.fr/libs/docs/GENE_origine_noms_odonates_Australie_Endersby_2015.pdf

    — FLIEDNER (Heinrich), 2009, Die wissenschaftlichen Namen der Libellen in Burmeisters ‘Handbuch der Entomologie’ Virgo 9[5-23]

    http://www.entomologie-mv.de/download/virgo-9/Virgo%200902%20Die%20wissenschaftlichen%20Namen%20der%20Libellen%20in%20Burmeisters.pdf

    — FLIEDNER (Heinrich),  MARTENS (Andreas ), 2008, The meaning of the scientific names of Seychelles dragonflies (Odonata) , Phelsuma 16 (2008); 49-57

    https://www.researchgate.net/publication/228819379_The_meaning_of_the_scientific_names_of_Seychelles_dragonflies_Odonata [accessed Jan 04 2018].

    — POITOU-CHARENTE NATURE (Association), avec les études étymologiques des noms

    http://www.poitou-charentes-nature.asso.fr/cordulie-bronzee/

     

    .

    BIBLIOGRAPHIE ET LIENS POUR LA ZOONYMIE DES ODONATES :

    La bibliographie de mes articles de zoonymie des Odonates.

    .

     

     

     

     

    Partager cet article
    Repost0
    Published by jean-yves cordier - dans Zoonymie des Odonates
    30 décembre 2017 6 30 /12 /décembre /2017 13:03

    Zoonymie des odonates. Le nom de genre Aeshna Fabricius 1775.

     

    .

     

    Zoonymie des Odonates : voir 

    .

    . Zoonymie des papillons I :

    .

    Zoonymie II : Histoire des Noms de Papillons :

    .

    Sur les libellules.

     


    .

    Résumé :

     

    Æshna Fabricius 1775, Syst. Ent.: 424.  Le nom de genre Æshna Fabricius 1775 ne peut être expliqué, mais l'entomologiste danois a  peut-être été inspiré  par le nom tout aussi mystérieux "Æschna"  donné par Thomas Mouffet en 1634 et 1658 à un de ses Phryganides, sur la même page où il décrivait ses libellules. Bien que Æshna soit "fautif" s'il s'agissait d'un nom inspiré du grec, un  lapsus calami ou une erreur typographique n'est pas envisageable puisque cette graphie a persisté telle quelle dans les publications écrites et supervisées par l'auteur en 1781, 1789 et 1792.  Il n'est donc pas licite de modifier sa graphie en Æschna comme l'avait proposé Illiger en 1807, mais cette dernière forme, souvent utilisée par les entomologistes jusqu'à la décision de la Commission Internationale de Nomenclature en 1939, est à l'origine de notre nom français actuel, Aeschne. 

    — Nom vernaculaire :

    En 1803, Olivier ou Latreille (Nouveau dict. Hist. Nat.) écrivaient AEshne

    En 1805, Latreille, qui en créa le genre, écrivait ÆSHNE, œshne.

    Latreille encore, en 1829 (in Cuvier, Le règne animal),  décrivait dans sa famille des Subulicornes   Les Æshnes (Æshna Fabricius).

    C'est en 1840 que l'entomologiste belge de Sélys-Longchamps écrit dans sa Monographie des Libellulidés d'Europe AESCHNE.

    C'est cette graphie qui est reprise par les auteurs des Guides et Atlas actuels (Dijkstra par Delachaux et Niestlé; Libellules de Poitou-Charentes, Libellules de France, Belgique et Luxembourg, etc).

     

     

     

    .

     

    .

    Le nom de genre AESHNA, créé par Fabricius en 1775 pour créer des sous-catégories dans les Libellula de Linné 1758, a été une énigme pour tous les entomologistes qui ont essayé d'en comprendre le sens, la plupart du temps en supposant une erreur typographique et en en modifiant la graphie. Je lève aujourd'hui une partie du voile qui recouvre la solution de cette énigme.

    .

    Pour débuter, les règles à suivre en zoonymie : j' emprunte à  Fabien Raimbaud les principes de son article rédigé en 1992  

    "Les principes permettant de s'assurer de la véritable origine d'un nom d'insecte sont au nombre de cinq.

    1 • Suivre une bonne méthode pour savoir distinguer un emprunt d'une adaptation et d'une production. Après avoir commencé la recherche bibliographique à l'aide d'ouvrages de référence comme ceux de Neave (Nomenclator zoologicus) et de Sherborn (Index Animalium), il est donc indispensable de consulter les dictionnaires de langues anciennes, grec et latin pour l'essentiel. II faut aussi rechercher les formes intermédiaires qui justifient l'évolution dans le temps d'un mot et de sa signification (sémantique diachronique).

    2. Une référence aux spécialistes qui ont déjà approfondi le sujet s'impose

    3 . Quand cela est possible, il faut remonter à la source

    4 • S'il y a plusieurs hypothèses, il faut recouper les informations

    5 • Enfin, il faut être logique.

    Mais Fabien Raimbaud constate son échec face à l'obstacle historique d'AESHNA :

    "Rares sont les cas qui résistent à une telle investigation. Il en existe cependant. Par exemple, celui d'Aeshna Fabricius, 1775 et de son émendation en Aeschna Illiger, 1801, qu'il serait trop long de détailler ici. Le facteur limitant est la véritable source qui a peut-être disparu, auquel cas on ne peut qu'user des quatre autres principes."

    .

    À ces règles, j'ajouterai donc celles :

    1. De consulter les sources du nomenclateur.

    2. De se référer au corpus des noms créés par le nomenclateur pour déceler ses habitudes et ses méthodes de création de noms.

    3. De connaître les noms créés par les auteurs qui ont précédé le nomenclateur, et dans le fil desquels il s'inscrit parfois.

    .

    Donc, première mission, consulter la publication originale et y scruter le moindre indice.

    .

    I. CONSULTER LA PUBLICATION ORIGINALE.


    .

    Le danois Johan Christian Fabricius n'avait pas encore créé le nom d'ODONATA (ce sera  en 1793) lorsqu'il publia en 1775 son "Système Entomologique", dont le titre est une référence évidente au Systema naturae de Linné, paru en 1758 dans sa 10ème édition. Comparons son Systema Entomologiae, sistens Insectorum Classes, Ordines, Genera, Species, adiectis Synonymis, Locis, Descriptionibus, Observationibus avec le titre de l'œuvre princeps de son maître, Systema naturæ per regna tria naturæ, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis.

     

    En effet, Fabricius,  après avoir étudié  à Copenhague,  s'était rendu à Uppsala âgé de 17 ans  pour suivre l'enseignement de Linné entre 1762 et 1764. En 1768, Linné nomma Apis fabriciana un hyménoptère observée à Uppsala par son élève.

    Ensuite, il séjourna dans les capitales européennes aux Provinces-Unies, en Ecosse et Angleterre, en France et en Italie où il rencontra des naturalistes comme Joseph Banks ou les principaux entomologistes comme Dru Drury, ou Giovanni Antonio Scopoli (professeur à Pavie) tout en consultant les grandes collections comme celle de Drury (11000 espèces) ou  d'Aldrovandi à Bologne. Il obtiendra son titre de docteur en médecine en 1770. C'est en 1775 qu'il obtint un poste d'enseignant d'histoire naturelle et d'économie à l'université de Kiel.

    La classification des insectes était basée, pour Linné, sur les caractéristiques des  ailes. Celle de Fabricius repose sur les organes de la bouche : leur nombre, leur proportion, leur situation, leur forme. En 1775, ils les divisent en 8 groupes.  Les insectes ont soit pas de mâchoires (Glossata, Ryngota, Antliata), soit des mâchoires. Parmi ces derniers, ils ont soit deux mâchoires (Eleuthérata, Ulonata, Synistata), soit plusieurs (Agonata, Unogata). Toutes ses noms se terminent par -ata ou -ta.

    Il place alors les Libellulae de Linné dans ses Unogata, qu'il décrit comme "os palpis duobus, Maxilla inferior saepius unguiculata" [une paire de palpes maxillaires, les mandibules très souvent dentées].  Elles y accompagnent les Iulus, les Scolopendra,  Aranea,  etc. Plus tard, il placera les Libellules dans le groupe des Odonata,  et réservera les Unogates aux Araignées et Scorpions.

    Voir en français le Dictionnaire d'Histoire Naturelle

    Et en anglais l'article de J.O. Westwood.

    Ou l'Entomologiarum Synopsis du fauna suecica de 1789

    Tout ceci servait de présentation à la publication originale de Fabricius 1775 que voici :

    Fabricius, J.C. (1775). "V. Vnogata". Systema Entomologiae, sistens Insectorum Classes, Ordines, Genera, Species, adiectis Synonymis, Locis, Descriptionibus, Observationibus . Flensburg & Leipzig: Kortius. pp. 420–426 [424].

    https://www.biodiversitylibrary.org/page/25551811#page/442/mode/1up

    Le  groupe UNOGATA est divisé en  8 sous-ordres :

    1. VNOGATA

    130 LIBELLULA. (24 espèces).

    131 AESHNA.( 4 espèces)

    132. AGRION (2 espèces, Virgo et Puella)

    133 IVLUS (Julus) (11 espèces) 

    134 SCOLOPENDRA (11 espèces)

    135. TROMBIDIUM (3 espèces)

    136 ARANEA (39 espèces)

    137 PHALANGIUM (6 espèces)

    .

    On voit donc qu'il a réparti   les 18  Libellulae de Linné 1758 (ou les 21 espèces du Systema Naturae 1767) en trois sous-catégories, LIBELLULA, AESHNA et AGRION. Il y a ajouté ses propres descriptions, soit 30 espèces.

    Le groupe AESHNA est décrit par la phrase latine labium trifidum : laciniis aequalibus ; lateralibus apice fissis.  (les Agrion  sont dites labium quadrifidium  , et les Libellula labium trifidium comme les Aeshna, mais lacinia dorsali minutissima ).  Ses 4 espèces sont  forcipata, grandis, variegata, et clavata. Les deux premières avaient été décrites par Linné dans ses Libellula avec ces épithètes de forcipata et grandis. La troisième a été ramenée de Terre de Feu et provient de la collection de Joseph Banks. La quatrième vient de "China" et appartient à la collection de Drury.

    Glossaire pour la description latine :

    Labium : organe impair provenant de la soudure de la deuxième pièce des maxilles

     

    — Maxille: n. f. [du latin maxilla : mâchoire] syn. mâchoire

    La seconde paire inférieure des pièces buccales placée en dessous des mandibules. Les maxilles permettent à l'insecte de maintenir et de triturer les particules alimentaires.

    Beaucoup plus complexe que la mandibule, la maxille typique n'est qu'en partie sclérifiée. Elle comporte une pièce basale, le cardo sur lequel s'articule un stipès et un palpe maxillaire de plusieurs articles. Le stipès porte distalement deux lobes, l'externe est la galéa et l'interne, la lacinia qui porte de longues soies raides sur sa marge intérieure.

    Selon les groupes on remarque une orientation vers la simplification et la réduction. Par exemple, le palpe qui compte 7 articles chez les Machilidés (Thysanoures) n'en a qu'un seul en forme de crochet chez les Odonates ; le stipès porte une lacinia très réduite chez Melolontha (Coléoptère) et a ses deux lobes réunis chez les Odonates.

    — Mandibule : n. f. [du latin mandibula : mâchoire ; de mandere, manger]

    La paire supérieure des pièces buccales. Elles sont, dans de nombreux ordres, dures et cornées avec des muscles puissants. Placées devant la bouche, elles permettent à l’insecte de saisir et de broyer.

     

    .

    .

     

     

    .

    Malgré une lecture attentive de ces pages consacrées à AESHNA, nous ne trouvons aucun indice permettant de comprendre ce qui a pu motiver le nom choisi ici par Fabricius. Ce nom ne se trouve pas dans un dictionnaire latin comme le Gaffiot, ni dans un dictionnaire grec  (je me fonde surtout sur les entomologistes qui ont fait la même recherche), et ce mot n'a aucune signification.

    .

    II. EXAMINER LES AUTRES NOMS CRÉÉS PAR FABRICIUS.

    L' autre nom de "genre" de libellules  créé par Fabricius, AGRION,  est dérivé du grec άγριος = d'agros « champs » : « sauvage, vivant dans les champs ou les bois » car « en période de maturation, ces insectes fréquentent souvent les prairies » (B. Rochelet, 2009 Poitou-Charentes). Cela n'éclaire pas le nom Aeshna.

    .

    III. VOIR LES AUTRES PUBLICATIONS DE FABRICIUS.

    La consultation de ces ouvrages et la recherche des pages consacrée à Aeshna m'a pris, on l'imagine, un temps certain. J'ai lu : 

    Species Insectorum, exhibentes eorum differentias specificas, synonyma auctorum, loca natalia, metamorphosin, adjectis observationibus, descriptionibus (1781), page 525. Nous y apprenons un élément essentiel : la graphie AESHNA a été maintenue, ce qui est un argument important contre la suggestion d'y voir une erreur typographique : Fabricius l'aurait alors corrigée dans ses autres ouvrages. J'ai vérifié ce point sur les publications suivantes : cette orthographe ne change pas d'un iota.

    .

    Mantissa insectorum 1789   page 339. Je retrouve la graphie AESHNA.   Accessoirement, le nombre de Libellulae est de 34, celui des Aeshnae s'est augmenté d'un A. minuta, habitant en "Chine" tandis que Fabricius nous précise que A. grandis provenait des Îles Sandwich. Les Agrion s'accroissent de trois nouvelles espèces. 

    .

    La lecture de l'Entomologia systematica emendata et aucta (1792–1794) volume 2 page 383. me permet de vérifier la permanence obstinée de la graphie AESHNA. Je prends le soin de lire la description complète en bas de page pour ne négliger aucun indice :

    Aeshnae corpus magnum , elongatura , immarginatum, agile, capite magno, exserto, rotundato, oculis maximis, ovatis, prominulis, lateralibus, apice coeuntibus, antennis brevibus , tenuibus in cantho oculorum insertis, fronte vesiculosa, elevata, thorace elevato , villoso , scutello vix distincto , abdomine elongato, cylindrico, ano foliolis quatuor aequalibus, planis, pedibus brevibus, validis, ciliatis, tartis triarticulatis , colore vario curo vita pereunte.

     

    .

    .

    IV. CONSULTER LES AUTEURS PRÉCÉDANT FABRICIUS ET CITÉS EN SOURCE.

    1°) Dans les Prolégomènes du Systema entomologiae, Fabricius écrit :

    Scientia entomologica in incunabilis  adhuc tenera iacet. Vix aetatem Caesalpini Botanices attingit. Veterum scripta  de insectis ante Raium perperam leguntur, fabulis miraculisque referta. Praeterea descriptiones specierum vix ullae et figurae partim fictitiae, partim inextricabiles, ita ut specierum cognitio omnino desit. Raius primus descriptiones insectorum composuit distinctiores, at, nullo suffulrus systemate, saepius errores evidentissimos admisit. 

     

    Nomina et generica et trivialia semper  retinui. Mutata nunquam usum, saepius  confusionem , praebent. Verba enim valent uti nummi praetio distincto, determinato. 

    Synonyma apposui e systematicis et ichniographis praestantioribus. E primis summum Linnè, lynceum Geoffroy, accuratissimum Raium; ex ultimis solidissimum Roesel, nitidissimum Sepp et ditissimum Drury semper addiddi.

    Veterum vero synonymiam obscuram, semper incertam, plane omisi. Difficillime eruitur, et eruta omnino nil praestat. 

    .

    Il énonce d'abord que l'entomologie est encore une science au berceau, et que la lecture des ouvrages anciens avant John Ray offre souvent des affabulations et autres miracles. Nous en sommes encore dans ce domaine  à l'âge de la Botanique de Cesalpino (v. 1583)  [Andrea Cesalpino, dont la Botanique eut une influence considérable sur Linné.]. En outre, les descriptions et les illustrations sont soit fictives, soit incompréhensibles. Ray est le premier à donner des descriptions d'insectes distincts, encore qu'il ne soit étayé par aucune systématique, et que les erreurs y soient fréquentes.

     Il rend ensuite hommage à Linné, qui a introduit les Classes, les Ordres, les Genres et les Espèces,  puis à Geoffroy "à l'œil de lynx" (auteur de l'Histoire des insectes 1762) , au très scrupuleux John Ray (Historia insectorum 1710), au très solide August Johan  Roesel von Rösenhof (Insekten belustigung 1746-1761) , au très brillant Jan Christian Sepp (auteur du Beschouwing der wonderen Gods aux belles illustrations de papillons), et à Dru Drury à la très riche collection.

    Il a écarté délibérément les textes anciens aux synonymes obscurs, toujours incertains. 

    .

    2°) Dans sa description des espèces de libellules, Fabricius cite en référence les auteurs déjà cités par Linné. Ce sont :

    • James Petiver, Petiveriani musei page 84 n°819 (forcipata)
    • John Ray, 1710, Historia insect. Page 50 
    • René- Antoine Ferchault de Réaumur, 1738 et 1742, Mémoires Insectes vol. IV et VI
    • August Johan  Roesel von Rösenhof  Insekten belustigung 1746-1761 Aquat. II 2
    • Etienne-Louis Geoffroy,  1762, Histoire des Insectes II page 227 n°12 et 228
    • Iacob Christian Schaeffer ,[1766-]1779,  Icones Insectorum circa Ratisbonam planche IV
    • Mais aussi "Seb, Musei", "Drury, Ins.I planche 48", "Am. acad.", "Mus. D. Hunter", "Edw. Av.", "D. Lewin" et la collection de Banks, "Mus. Bankianum". Ou encore, pour Aeshna grandis, les Acta Nidros de Johan Ernst Gunner (1718-1773), évêque et botaniste norvégien.

    Pour Aeshna  forcipata, les références sont :

    • Linné Systema naturae 11eme édition page 909 (j'ai consulté la 10eme édition page 545 n°11 
    • Linné Fauna suecica n°1469
    • Geoffroy page 228 n°13. L'auteur français nomme cette espèce  "Caroline". 
    • Petiver, Musei Petiveriani  page 84 n°819 Libella major, corpore compresso flavescente. Notez que Petiver renvoie aussi à Thomas Mouffet 1634 (Libella maxima, page 66 n°5) et à Aldrovandi 1602 (Perla, Insect. page 305 n°9), à Jonston et à Merret.
    • Reaumur Mémoires Ins. 4. tab 10. fig.4  et page 133 "Ces longues mouches à quatre ailes, appelées des demoiselles, dont la plupart ont le corps en baguette" et Reaumur Mémoires Ins. 6, planche.35 fig. 5

    Je ne peux pas jurer avoir consulté les publications de tous ces auteurs, mais j'ai fais le principal du travail (Petiver, Ray, Geoffroy et Réaumur) sans trouver mention d'AESHNA, ou même d'une graphie approchante. Pour montrer comme je suis lynceus, acuratissimus, solidissimus  à défaut d'être niditissimus et encore moins ditissimus, je mentionne la vague proxémie de l'épithète aenea de Linné avec  Aeshna

    .

    V. CONSULTER LES AVIS DES ENTOMOLOGISTES.
    .

    Là, c'est pas difficile, il n'y a qu'à se baisser.

    1°) Illiger et AESCHNA.

    Nous commençons par Johann Karl Wilhem  Illiger (1775-1813), entomologiste allemand qui fut chargé des collections du comte von Hoffmannsegg et qui obtint un titre de docteur honoraire de l'université de Kiel grâce aux recommandations de Fabricius. C'est dire les liens qui les unissaient. Il édita le Magazin für Insektenkunde de 1802 à 1807 et il publia dans cette revue en 1801 les prémisses de la classification de Fabricius sur les Lépidoptères, Nach fabricii systema glossatorum

    https://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/69243#/summary

     

    Le premier numéro, daté de 1801, contient un article intitulé "Namen der Insekten - Gattungen, ihr Genitiv, ihr grammatisches Geschlecht, ihr Silbenmaafs, ihre Herleitung zugleich mit den Deutschen Benennungen

    La page 126 mentionne AESHNA sous la forme AESCHNA :

    .

    .

    "AESCHNA, ae (nicht Aeshna) - f . - Schmaljungfer  vielleicht  Aeschyna von αςχύνη Schamhaftigkeit  [pudeur] nach der Aehnlichkeit [ressemblance]  mit Jungser? In Charleton. Exercitatt. de differentiis et nominib. animal. Oxon. 1677. kommt  αςχνα   als Name eines Insekts vor."

    "Aeschne [en allemand Schmaljungfer] peut-être AESCHYNA du grec signifiant pudeur (*) pour sa ressemblance avec  les vieilles filles [jungfer] (*) voir Wiktionnaire Aiskhùné

    L'auteur anonyme [Illiger ??]  prend l'initiative de corriger Fabricius et d'écrire Aeschna, nicht Aeshna, "et non Aeshna", mais il en ignore manifestement le sens puisqu'il propose d'y voir Aeschyna.  Voir la plante AESCHYNANTHUS, du grec aischyno "avoir honte, rougir". Ou les Fabacées nommées AESCHYNOMENE , ou l'adjectif  AESCHYMENOS / AESHYNOMENOUS, du grec aischynein "défigurer, avoir honte" + laton -osus "plein de" pour des plantes sensitives, qui referment leurs feuilles lorsqu'on les touche.

    C'est de cette forme AESCHNA d'Illiger que provient notre nom français AESCHNE, et le CNRTL résume parfaitement tout ce que nous venons de voir en écrivant :

     

    AESCHNE Étymol. ET HIST. − 1805 œshna (Cuvier, supra); 1809 œschne (J.-B. Lamarck, Philos. zool., t. 1, p. 303 : ... ephemere, agrion, æshne, libellule). Empr. au lat. sc. aeshna « insecte de l'ordre des odonates » dep. 1775 (Fabricius, Systema Entomologiae, 424 ds Neave, Nomenclator zoologicus, t. 1, s.v.), attesté sous la forme aeschna en 1802 (Illiger, Magazin für Insectenkunde, I, 126, ibid.).

    Au XIXe siècle, les entomologistes emploieront la forme AESHNA (Cuvier 1829) ou AESCHNA  (Selys -Longchamp 1840  ). Latreille, dans sa description d'Aeshna comme genre en 1805, écrit "Æshne, œchne, exemple Æshna forcipata.". (Histoire naturelle générale et particulière des crustacés et des insectes, 1805, Troisième volume page 287) 

    .

    .

    2°) La perplexité  de M.C. DUMERIL (Paris) et son scepticisme  à l'égard de l'hypothèse d'Illiger.

     

     

     


    "AESHNA. (Fabricius.) CARACTÈRES : Névroptères à bouche recouverte par les lèvres dilatées, écailleuses, antennes en soie très-courtes; la tête arrondie, dont les yeux sont très-gros et presque contigus, à ventre allongé, étroit, à peu près cylindrique ou en baguette.   Ce nom, par la manière dont Fabricius nous l'a transmis, semblerait tout à fait grec ΑΙΣΗΝΑ  ? mais nous n'en avons pu découvrir l'étymologie ; et même, d'autres entomologistes l'ont écrit Aeschna, qui aurait quelque analogie avec le nom grec αςχύνη  ; mais ce nom n'aurait qu'un très-mauvais sens." Constant Duméril, 1860, Entomologie analytique,2, page 731 1860 - ‎

    .

    3°) Un reflet de la complexité des discussions.

    "M. Kirby explique les principes qu'il a adoptés en matière de nomenclature. A mon avis il se montre ultra-radical dans l'application excessive des lois de priorité; il faut, me semble-t-il, plus de tolérance vis-à-vis des faits accomplis qui ont en leur faveur une longue prescription, souvent centenaire, et l'usage depuis un grand nombre d'années. Ne cherchons donc pas à ressusciter quand même, envers et contre tous, des choses tout-à-fait oubliées et remises au jour à la suite de curieuses recherches bibliographiques faites dans des ouvrages souvent introuvables à consulter et par suite, à contrôler. Il vaut mieux dans l'intérêt de la science, ne pas bouleverser de cette façon à tout moment les travaux généraux et les monographies patiemment et savamment élaborés par des spécialistes récents.

    "M. Kirby ne se contente pas d'accepter comme base pour le droit de priorité la 12« édition du Systema Naturae de Linné (1767), ce qui est généralement admis ; se ralliant à l'opinion de plusieurs autres nomenclateurs il recule jusqu'à la Xe (1858). Quant à moi je prétends qu'un fondateur, un réformateur de la valeur de Linné avait le droit et même le devoir de modifier dans une édition ultérieure ce qu'il avait reconnu d'amendable dans une précédente.

    "On sait que Fabricius, créant le genre AEshna en 1775, avait en vue toutes les espèces de la famille actuelle des AEschnidæ, divisée aujourd'hui en deux sous-familles : AEschnines et Gomphines, et que le g. AEshna de Fabricius fut adopté comme tel par Cuvier en 1798 et par Latreille. Leach en 1815 sépara sous le nom de Gomphus les espèces d'AEschna chez lesquelles les yeux sont éloignés l'un de l'autre (comme chez les Agrion) et constitua aussi les genres Petalura et - et Cordulegaster. M. Kirby croit que la vulgatissima était le type de AEshna. Il efface donc de la nomenclature le nom de Gomphus pour le remplacer par celui de AEshna Fab. (sans c) puis dans la seconde sous-famille (AEschninæ) il maintient un second genre AEschna Illiger (avec c) pour les espèces à yeux contigus faisant jusque là partie du même genre AEshna de Fabricius et de Latreille. L'opinion de M. Kirby si elle prévalait, aurait pour effet une confusion déplorable; mais elle n'est pas justifiée. Il est évident que AEshna et AEschna,avec ou sans c, sont deux mots équivalents et qu'Illiger en ajoutant la lettre c à AEshna n'a entendu faire qu'une correction grammaticale et nullement de créer un nom différent de celui donné par Fabricius, suivi par Cuvier en 1798 qui ne décrit que la grandis L. et Latreille, qui en caractérise cinq espèces, annulata, maculatissima, grandis, mixta et vulgatissima (confondue avec forcipata) qui par parenthèse est la dernière énumérée.

    "Conservons donc le genre Gomphus, créé en bon droit par Leach en 1815, genre dont le nom est admis par tous les Neuroptérologistes. " Comptes-rendus des séances de la Société entomologique de Belgique, 1889, page CLXI

    https://archive.org/stream/annalesdelasoci1890unse#page/n351/mode/2up

     

    .

    .

    4°) L'hypothèse AESHNA / AECHMEA. (Tillyard v. 1910)

    .

    On la doit à  Robert John  Tillyard (1881-1937), auteur en 1917 de The Biology of Dragonflies, qui a considéré (avant 1912) que  l'orthographe d'origine était due à une erreur typographique pour αίχμη , Aechma « une lance », terme qui  fait allusion à la forme longue et mince du corps. 

    On sait que ce terme grec est à l'origine du nom de genre Aechmea de la famille botanique des  Bromeliaceae. 

    L'hypothèse de Tillyard fut reprise par William Hunter Piersol en 1912, ou par E.M. Walker la même année ; elle est actuellement citée par les articles Wikipedia "Aeshna" en anglais et en français.

    "The name Aeshna, formerly coextensive with the modern family Aeshnidae, was given to these insects by Fabricius in 1775 (Syst. Ent., p. 424), but was afterwards changed to Aeschna by the editors of “ Illiger’s Magazin fur Insektenkunde” (Bd. 1, S. 126, 1822). In this form it was universally quoted until Calvert, in 1905, restored the original spelling, in which he has been generally followed by American but not by European writers. Various attempts have been made to interpret this word. The first suggestion is found in “Illiger’s Magazin” ( loc . Cit.).Williamson (Drag. Ind., p. 303, 1899) regarded the word as probably derived from αίσχύῥός, “ugly,” but recently the same writer has communicated to me a suggestion made by Mr. R. J. Tillyard that the original spelling was a printer’s error for αίχμη Aechma “a spear, ” in allusion to the long slender form of the body. As, however, it is impossible to decide the question of the meaning of this word with any approach to certainty it is unfortunately necessary to fall back upon the original spelling, for although “ Aeshna ” is impossible as a Greek word, Aeschna, ” in spite of its better appearance, is also meaningless and impossible to derive from any Greek word without making allowance for errors. This is the more unfortunate as the composites of Aeshna must all retain the emended form in which they originally appeared ( Basiaeschna , etc.). Walker

    .

    WALKER 1909 https://archive.org/stream/northamericandra00walk#page/4/mode/2up

    WALKER 1909 https://archive.org/stream/northamericandra00walk#page/4/mode/2up

    .

    .

    VI. L'AVIS DE LA COMMISSION INTERNATIONALE DE NOMENCLATURE EN 1939.

    .

     Aeschna Illiger, 1801, est une émendation injustifiée de Aeshna Fabricius, 1775 (Opinion 34, ICZN, 1999).

    https://archive.org/details/cbarchive_108576_opinion34aeshnavsaeschna1939

    Opinion 34 Æshna vs Æschna, Opinions and declarations rendered by the International Commission on Zoological Nomenclature. Édité par Francis Hemming 1939

     

    Summary,— Since evidence of the derivation of the word is not contained in the original publication, the original spelling of Æshna should be preserved.

    Statement of case. — Mr. R. A. Muttkowski has submitted the following case for opinion :

    Æshna vs. Æschna.

    Æshna Fabricius, Systema Entomologiae, p. 424, 1775.

    Æschna, 111. Magazine, p. 126, 1801 (author anonymous).

    In view of the fact that Æshna as a derivation is an anomaly, are authors justified in emending the barbaric Æshna to Æschna, a lapsus calami being assumed ?

    I submit the following points :

    1. Manifestly, the word is a Greek derivative. Æshna as originally spelled

    It is not pure Greek at all since "h" can never follow an « s » in Greek. « H " is an aspirate and is expressed by the spiritus asper ( ' ) above the vowel beginning the word. Furthermore, it can be used only in the beginning of a word.

    2. "S" and "h" never coming together in a word, the only other possible solution is " sigma " and " chi " of Greek. In such case the " sh " in Æshna is wrongly transcribed, and the word obviously is Æschna if correctly spelled.

    3. Fabricius being a purist, as is evident from most of his generic names, the elision of " c " in Aeshna suggests a typographical error.

    4. Fabricius was wont to derive his names from the appearance (form) or the habits of the insect before him; as witness the following names: Cryptus, Centris,... Agrion.

    Applying this method to Æschna and looking for words beginning with αίσχ which would suggest habits we find none that expresses anything. If we look to "general appearance" we find the words αίσχῥός — ugly, and αίσχύνω — disfigured (after death).

     

    — Considering the insect itself:

    (a) if we examine the habits, we find that the insects are brilliantly colored species (thorax green, blue, or yellow- striped, abdomen with yellow and blue spots), of quick dashing flight,

    (b) If captured and killed, we find that the insects lose all of their colors after death, assuming an ugly brown similar to the rest of the body, the former colors being scarcely discernible as vague, brownish spots.

    In this light- the derivation from αίσχῥός — ugly, is not far-fetched, although Æschna ought then to read Æschrus. Aside of this, we have αίσχύνω, which seems the more probable derivation, especially in view of the meaning of the word and its pertinency to a condition actually found in the insect. αίσχύνω — disfigured, in the sense of being "disfigured after death," as used by Euripides in Hippolytes, is certainly significant and seems the proper solution.

    It is probable that the printer omitted the "c" from Æshna with the barbarism resulting. The original Æshna offended the classical sense of the early entomologists. They emended the word and it was spelled Æschna, as emended, until Kirby in 1890 revived its earlier spelling. Since then spelling has been a mooted point among odonatologists, either mode of spelling being alternately adopted and again refused by writers.

    .

    Discussion.

    — Æshna Fabricius, 1775, p. 424, was published originally without citation of its derivation.

    — Illiger, 1801, p. 126, cites Æschna as follows: " Æschna, ae (nicht Æshna)— i. — Schmaljungfer vielleicht Aeschyna von αςχύνη Schamhaftigkeit nach der Ehnlichkeit mit Jungferf In Charleton. Exercitatt. de differentiis et nominib. animal. Oxon., 1677, kommt αεχνα  als Name eines Insekts vor." [ Æschna (not Æshna) from αςχύνη Æschyna from modesty, because of the similarity to maiden? In Charleton, 1677, αεχνα  va is used as name of an insect."]

    — Ludwig, 1886a, 522, cites Æschna, stating: « verdorben aus αίσχύνη Schamhaftigkeit (werden selten in Paarung gesehen). » [2 Perhaps a corruption from αίσχύνη "modesty" (are seldom seen pairing). ]

    In the brief submitted by Muttkowski, it is stated that the derivation from αίσχύῥός « ugly » is not farfetched.

    From the foregoing it is seen that a certain amount of speculation is required in arriving at the derivation of the name. From the very fact that two authors quote Schamhaftigkeit (= modesty) and a third quotes " ugly " and "disfigured after death " in explanation of the origin of the word, it seems clear that the reason which led Fabricus to select the name is not " evident," and in fact all three authors admit a doubt in regard to the derivation.

    To the Commission it seems perfectly possible that Æshna is a corruption traceable to the Greek αίσχύῥός . So far as the evidence goes, however, it is equally possible that this word is an intentional barbarism or that it is the name of a ship, or of a goddess unknown to the Commission, or that it is an arbitrary combination of letters, or that it is the name of some friend of Fabricius.

    Without taking issue with either Illiger, Ludwig, or Muttkowski, the Commission is of the opinion that since the original publication of Æshna Fabricius, 1775, 424-425, does not indicate clearly the origin of the word, it is not evident in this instance that there is either an error of transcription, a lapsus calami, or a typographical error present. It is, therefore, the opinion of the Commission that the original spelling, namely, Æshna, should be preserved.

    .

    Résumé.

    Muttkowski, dans un document soumis à la Commission, fit remarquer que Æeshna était manifestement dérivé du grec, mais de manière fautive puisque dans cette langue, le "h" ne pouvait jamais suivre un "s", que le "h" est une lettre aspirée et doit être suivie d'un esprit (') sur la voyelle commençant le mot, et qu'enfin il ne peut être employé q'en début de mot. Si bien que Æeshna est transcris de manière fautive, et qu'il doit être remplacé par Æschna pour être correct. La forme Æshna serait attribuable à une erreur de transcription du copiste.     En recherchant de possibles étymologies de ce mot,  il considéra les  mots grecs αίσχρός, "laid ", et αίσχύνω = "défiguré" (ce qui peut s'appliquer à cette espèce qui perd ses couleurs après sa mort et prend une teinte brune assez laide), avec une préférence pour ce dernier, puisque le premier aurait conduit à écrire Æschrus. La forme "correcte Æschna fut adoptée par les entomologistes du monde entier, jusqu'à ce qu'en 1890 Kirby ne revienne à la graphie initiale.

    Voir Aischros  αἰσχρός  et aischuno  αἰσχύνω, de aichos "honte, disgrâce", Ces mots sont apparentés.

     

     Dans leur discussion, les membres de la Commission tinrent compte de l'interprétation d'Illiger 1801, et observèrent qu'en 1886, Ludwig avait émis l'hypothèse d'y voir une corruption du mot grec αίσχύνη "pudeur" , "car ces insectes sont rarement vus accouplés". 

    Ils conclurent :

    Sans prendre partie pour Illiger, ou pour Ludwig, ou pour Muttkowski, la Commission est d'avis que, puisque la publication originale de Æshna Fabricius , 1775, 424-425, n'indique pas clairement l'origine du mot, il est pas évident dans ce cas qu'il y a soit une erreur de transcription, un lapsus calami  ou une erreur typographique. L'avis de la Commission est, par conséquent, que l'orthographe originale, à savoir, Æshnia, doit être préservée.

    Néanmoins, la graphie -aeschna est retenue comme racine des zoonymes  of Adversaeschna, Austroaeschna, Notoaeschna, Spinaeaschna.

     

    .

    .

    VII. RETOURNONS-NOUS VERS LES PREMIERS AUTEURS. THOMAS MOUFFET 1634.

    .

    Pour approfondir cette recherche, j'ai consulté :

    Le Dictionary of  Entomology de Gordon Gordh, CABI 2011. 

    Puis les auteurs anciens :

    Le Dictionnaire d'Ambrosio Calepino de 1550, page 19, où je ne trouve rien entre Æsis et Æson.

    L'Onomasticon de Conrad Gessner de 1605, page 16, où je ne trouve rien entre Æsisium, ville d'Ombrie et Æson fils de Crethée.

    Le chapitre consacré aux libellules dans le De animalibus insecti libri septem d'Aldrovandi, paru à Bologne en 1602. Son chapitre X De Perla vulgo dictis pages 302-305 ne comporte aucun terme approchant celui d'Æshna.

    C'est ma lecture de l' Insectorum sive minimorum animalium theatrum de Thomas Moffet (ou Mouffet), paru en 1634, qui m'a permis de trouver le nom employé plus tard par Fabricius.  Certes, les pages 66 à 68 ne me réservèrent aucune révélation, et la fin de la description de la dernière classe de libellule, les Libellae minimae, en haut de la page 69, me laissèrent sur ma fin, mais mon attention fut attirée par un nom inscrit en italique un peu plus bas : Aeschnae !

    Avec un -c-, c'était la forme que pressentait les héllenistes. La première vérification à laquelle je me livrait fut de consulter la version en anglais, The Theater of Insects, parue en 1658, afin de m'assurer de la graphie : je retrouvais le nom orthographié AESCHNA.

    .

    Thomas Mouffet, Insectorum .. 1634 page 69

    .

    Thomas Mouffet, The Theater of Insects, 1658, page 94.

    .

    Mouffet décrit ici l'Æschna parmi ses Phryganides,  les Phryganea ou plus largement Phryganeidae (Trichoptera), ou Caddisflies en anglais : Voici le texte qui les concerne :

    "Water Flies, of the Greeks called ----, or Lacustres, as abiding in fenny places, are those that feed upon things that swim upon the surface of the water, and that live especially upon the water, as these and the like, Phryganides, Macedonica , Tigurina, Æschna, Lutea, Fusca, etc. 

     Phryganides comes from the little worm Phryganium (which in English is called Cados worm) living in the waters, and in the midst of August ascending to the top or superficies of the waters; it hath four wings of a brown colour, the body somewhat long, having two short horns, the tail forked, or rather bristles coming out of the tail. The form or figure of this Fly is various, in regard of the great variety of those little Cados worms where of they come.

    Among the Macedonians about the River Austraeum which runs in the midst between Beroza and Thessalonica there fly a kinde of Flies, which are not every where to be found, neither are they any way like other Flies, they are neither like the Bees, Wasps or Hornets, yet resemble all in something, in bignesle the Hornet, in colour the Wasp, in humming the Bee ; in audacity and boldnefsse all the rest of the Flies ; the country people call them ----, the Latines Equiseles ; these flying upon the surface of the waters become a prey to the fish that are in the river. The greater summer Water-fly is seen in Helvetia in the moneth of May (commonly call Tes glafft) as we have heard reported by a Gentleman, but which we leave to those of that Countrey to describe.

    The Æschna so called, are a kinde of Water-fly of an ash colour, with four wings, six feet, near the tail having as it were many downy hairs.

    The Water-fly called Lutea is of a yelIowish dun colour, it hath long wings, alwaies standing bolt upright upon the shoulders so long as it flies, the eyes big and standing out of the head, the tail long and knotty, having two long hairs or bristles at the end of it; fhe is conversant alwaies about rivers, seldome elsewhere, especially after rain. (etc.)

     

    .

    DISCUSSION.

    .

    Il est impossible de dire si Fabricius a voulu reprendre le nom (resté inemployé en entomologie linnéenne) d'Æschna de Mouffet pour l'appliquer à son nouveau genre de libellules, ou bien  si ce nom était resté gravé dans sa mémoire depuis la lecture du Theater of insects, ou si le nom d'insecte employé par Mouffet n'a eu  aucune influence sur la création onomastique de Fabricius. J'ai exprimé ma conviction que la proposition d'un lapsus calami par Fabricius ou d'une erreur typographique par l'imprimeur, dans l'hypothèse qu'il souhaitait baptisé AESCHNA son genre,  ne pouvait être crédible, puisque l'auteur aurait obligatoirement corrigé cette faute dans les publications entomologiques suivantes. Nous sommes donc obligé de considérer que  le caractère "fautif" vis à vis de la langue grec ne pouvait échapper à l'auteur ni à ses amis, et que puisqu'elle n'a pas été corrigée, cette graphie AESHNA est délibérée.  

    Ce qui reste troublant, c'est d'une part la proximité de ce nom Æschna chez Mouffet avec sa description et ses illustrations de libellules, et d'autre part  que Linné a décrit les Phryganea page 147 du Systema Naturae, deux pages après ses Libellula (dans ses Neuroptera, il décrit les Libellula, les Ephemera puis les Phryganea). C'est l'ordre inverse dans le Fauna suecica. C'est différent ches Fabricius, où les Pryganes appartiennent à ses Synistata.

     

    .

    La présence du zoonyme ÆSCHNA chez Mouffet, et ses rapports avec ÆSHNA de Fabricius, ont été apparemment signalés par Elliot Pinhey , puisque je trouve en ligne ces deux extraits :

     

    842 Family AESHNIDAE Rambur, 1842 Genus Aeshna Fabricius, 1 775 According to Pinhey (1985) the spelling Aeschna is traced back to a pre-Linnean use by Mouffet in 1634, but whether Fabricius based his description on the name used by Mouffet and his spelling, Aeshna, was a lapsus calami, is irrelevant. Since the Moufett name preceded the starting point date. 1 January 1758 (ICZN Art. 3), the Fabrician spelling remains the oldest available name ( ICZN Art. 23. 1 , Principle of) ... Durban Museum Novitates, Volumes 23 à 2 1998

    .

     

    AESHNIDAE Buchecker Genus Aeshna Fabricius, 1775: 424 Type-species Libellula grandis Linnaeus ( 1758, palaearctic) Note that Illiger's emended spelling, Aeschna Illiger (1802), was made redundant by Cowley (1934: 249). However, it is of interest to realize that Mouffet was apparently the first to use the spelling Aeschna as early as 1634. Some Odonatists in fact still adhere to that rendering. . Journal of the Entomological Society of Southern Africa, Volumes 48 à 49 1985, page 7

    .

     

    CONCLUSION.

    Æshna Fabricius 1775, Syst. Ent.: 424.  Le nom de genre Æshna Fabricius 1775 ne peut être expliqué, mais l'entomologiste danois a  peut-être été inspiré  par le nom tout aussi mystérieux "Æschna"  donné par Thomas Mouffet en 1634 et 1658 à un de ses Phryganides, sur la même page où il décrivait ses libellules. Bien que Æshna soit "fautif" s'il s'agissait d'un nom inspiré du grec, un  lapsus calami ou une erreur typographique n'est pas envisageable puisque cette graphie a persisté telle quelle dans les publications écrites et supervisées par l'auteur en 1781, 1789 et 1792.  Il n'est donc pas licite de modifier sa graphie en Æschna comme l'avait proposé Illiger en 1807, mais cette dernière forme, souvent utilisée par les entomologistes jusqu'à la décision de la Commission Internationale de Nomenclature en 1939, est à l'origine de notre nom français actuel, Aeschne. 

    Nom vernaculaire :

    En 1803, Olivier ou Latreille écrivaient (Nouveau dict. Hist. Nat.)  AEshne

    En 1805, Latreille, qui en créa le genre, écrivait ÆSHNE, œshne.

    Latreille encore, en 1829 (in Cuvier, Le règne animal),  décrivait dans sa famille des Subulicornes (je ne résiste pas)  Les Æshnes (Æshna Fabricius).

    C'est en 1840 que l'entomologiste belge de Selys-Longchamps écrit dans sa Monographie des Libellulidés d'Europe AESCHNE.

    C'est cette graphie qui est reprise par les auteurs des Guides et Atlas actuels (Dijkstra par Delachaux et Niestlé; Libellules de Poitou-Charentes, Libellules de France, Belgique et Luxembourg, etc.)

    .

    .

    RÉCEPTION.

    Heinrik Steinmann 2013 World Catalogue of Odonata II, Anisoptera, page 3 

    https://books.google.fr/books?id=IaEgAAAAQBAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

    .

     

    Zoonymie des odonates. Le nom de genre Aeshna Fabricius 1775.

    .

    OUTILS ODONATES.

    .

     

    ALBARDA Herman 1889 Catalogue raisonné et synonymique des Névroptères, observés dan les Pays-Bas et dans les Pays limitrophes

    http://www.eis-nederland.nl/Portals/4/pdfs/Albarda_1889.pdf

     

    — ALDROVANDI, (Ulysse) 1602 De animalibus insectis libri septem, cum singulorum iconibus. J. B. Bellagambam (Bononiae)

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k991248/f314.item

    ANIMALBASE

    http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/home/highergroup?id=59

    http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/list/families?highergroup=59

    — CHARPENTIER (Toussaint von) , 1840, Libellulinae europaeae descriptae ac depictae

    L. Voss, 180 pages

    https://books.google.fr/books?id=DoIwvgAACAAJ&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

     

    GEOFFROY (Etienne-Louis), 1762,  Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris. Chez Durand, à Paris 1762, in-4 (4) xxviij, 523pp. et (4), 2 volumes reliés.

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k991697/f615

    GEOFFROY (Etienne-Louis), 1799 Histoire abrégée des insectes, dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique. Tome 2 / par M. Geoffroy, C. Volland / Rémond (Paris)

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1043241t/f227.image

    http://archive.org/stream/histoireabrg02geof#page/216/mode/2up/search/sylvie

     

     GOEDART (Jan), 1685, (Johannes Goedartius) De insectis, in methodum redactus; cum notularum  : Dragon-Flies ou Libella : section IV page 227

    https://books.google.fr/books/ucm?vid=UCM5327359323&printsec=frontcover&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false

    HARRIS, Moses, 1731-1785, 1786, Exposition des insectes que se trouvent en Angleterre; comprenant les différentes classes des Neuroptera, Hymenoptera, et Diptera: ou des abeilles, mouches, et Libellulae. Londres,B. White et J. Edwards,1786.

    https://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/130967#/summary

    LA CHESNAYE-DESBOIS (François-Alexandre Aubert de ), 1754 Système naturel du regne animal, par classes, familles ...Chez Cl. J.B. Bauche, 1754, 641 pages

    https://books.google.fr/books?id=K5OaIamcfcAC&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

    LA CHESNAYE-DES BOIS (François-Alexandre Aubert de)  Dictionnaire raisonne et universel des animaux ou le regne animal etc, Volume 2  chez Claude-Jean-Baptiste Bauche, 1759 page 19

     

    — LATREILLE (P.A.), Histoire naturelle, générale et particulière des crustacés et des insectes , Paris :F. Dufart, An X-XIII [1802-1805] , Troisième volume (1805).

    https://www.biodiversitylibrary.org/item/80064#page/288/mode/1up

    — LATREILLE, 1829, in Cuvier Le règne animal distribué d'après son organisation pour servir à l'histoire .Paris Déterville Volume V « Suite et fin des insectes ».page 239

    https://books.google.fr/books?id=aeU32BqlxZAC&dq=fabricius+aeshna&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

     

    LEEUWENHOEK (Antoni van), 1695, Arcana naturae detecta, 1695 page 18

    https://archive.org/stream/gri_arcananatura00alee#page/n33/mode/2up

    — LINNÉ (Carl von,) 1746, Caroli Linnaei medic. & botan. prof. Upsal ... Fauna Svecica, sistens animalia Sveciae regni : Quadrupedia, Aves, Amphibia, Pisces, Insecta, Vermes, distributa per classes & ordines, genera & species, cum differentiis specierum, synonymis autorum, nominibus incolarum, locis habitationum, descriptionibus insectorum. Stockholmiae :Sumtu & literis Laurentii Salvii,1746. Bergquist, Carl, 1711-1781 , graveur. Leche, Johan, 1704-1764 , ill. 

    https://www.biodiversitylibrary.org/item/129804#page/261/mode/1up

     

    — LINNÉ (Carl von,) 1758, Caroli Linnaei...Systema naturae per regna tria naturae :secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis. Holmiae : Impensis . Laurentii Salvii, 1758-1759. pages 543-546.

    https://www.biodiversitylibrary.org/page/727383#page/565/mode/1up

    — LINNÉ (Carl von,) 1764, Museum Ludovicae Ulricae reginaeSuecorum, in quo animalia rariora , exotica imprimis insecta et conchilia describuntur, etc. Holmiae, l764 , 2 t. en 1 vol. in-8.

     —— LINNÉ (Carl von,) 1767, Caroli Linnaei...Systema naturae per regna tria naturae... 12eme édition, tome II pages 901-906.

     https://www.biodiversitylibrary.org/item/137240#page/377/mode/1up

    — MOFFET (Thomas) 1634 Insectorum, sive, Minimorum animalium theatrum. Londini : Ex officin typographic Thom. Cotes et venales extant apud Guiliel. Hope, 1634.

    NATIONAL HISTORY MUSEUM

    http://www.nhm.ac.uk/our-science/data/uk-species/species/calopteryx_splendens.html

     

    — SELYS-LONGCHAMPS ( Michel Edmond, Baron de) 1840, Monographie des libellulidées d'Europe, Roret, 220 pages.

    https://books.google.fr/books?id=8aBIt4TdIM0C&dq=AEschna&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

    TAXONOMICON

    http://taxonomicon.taxonomy.nl/TaxonTree.aspx?src=1002&id=17481

     — RAY (John) Historia insectorum, Londini 1710 pages 47-53 et page 140

    https://archive.org/stream/historiainsector00rayj#page/46/mode/2up

    https://archive.org/stream/historiainsector00rayj#page/140/mode/2up

    — WALKER, E. M. (Edmund Murton), 1912, The North American dragonflies of the genus Aeshna, Toronto : University of Toronto Library

    https://archive.org/details/northamericandra00walk

    WIKIPEDIA Neuroptera in the 10th edition of Systema Naturae

     

    https://en.wikipedia.org/wiki/Neuroptera_in_the_10th_edition_of_Systema_Naturae

    .

    OUTILS ZOONYMIE.

    — NEAVE (Sheffield Airey), NOMENCLATOR ZOOLOGICUS.

    http://ubio.org/NomenclatorZoologicus/

    RAIMBAUD (Fabien), 1992., "Principes de la recherche étymologique appliquée en entomologie" Insectes n°86 OPIE

    https://www7.inra.fr/opie-insectes/pdf/i86raimbault.pdf

    — SHERBORN (Charles Davies) , 1902, Index Animalium

    .

    Outils de lexicographie :

    ESTIENNE (Charles), 1553, Dictionarum historicum ac poeticum, Lutetiae [Paris] : http://www.bvh.univ-tours.fr/Consult/index.asp?numfiche=619

    ESTIENNE (Charles), 1544 et 1550, Dictionarum propriorum nominum

    http://books.google.fr/books?id=bcSfJzY7n-gC

    — CALEPINO (Ambrosio) 1550 Dictionarium

    http://books.google.fr/books?id=vhyNplFGW9kC&pg=RA1-PA45&lpg=RA1-PA45&dq=calepino+argus&source=bl&ots=euuHuWosMX&sig=

    yfrWFmMbc7lnd6YXDBVi3dgdBms&hl=fr&sa=X&ei=mlZ0VJCYE8WYPK-qgIAE&ved=0CCcQ6AEwAQ#v=onepage&q=calepino%20argus&f=false

    — GESSNER (Conrad) 1550 Onomasticon propriorum nominum, books.google

    https://books.google.fr/books?id=gZitbnsvZ5kC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

    — GORDH (Gordon), 2011, A Dictionary of Entomology 2nd édition, CABI, Cambridge Google

    . https://books.google.fr/books?id=9IcmCeAjp6cC&pg=PA649&lpg=PA649&dq=gressorius+latin&source=bl&ots=Zo0OwjRV7t&sig=p4akPOsBTxEv2MYTVa8rcBsyovE&hl=fr&sa=X&ved=0CCgQ6AEwAmoVChMIx_bj_ZiByQIVBDcUCh0mWw_N#v=onepage&q=gressorius%20latin&f=false

    .

    — HELLER (John Lewis) - 1983 -"Studies in Linnaean method and nomenclature", Marburger Schriften zur Medizingeschichte, Bd.1983;7:1-326.Frankfurt am Main ; New York : P. Lang,

    ISAAK (Mark) Curiosities of the biological nomenclatureen ligne.

     

    II. Bibliographie entomologique :

    AGUILAR Jacques d', & al. 1966, Les illustrations entomologiques Paris, I.N.R.A., 1996 ; In-8 Carré, Cartonnage d'éditeurs. 153 pp., 12 planches couleurs, 88 planches N&B, couverture illustrée.

    https://books.google.fr/books?id=lW8khbDZe50C&dq=%22aubriet%22+entomologie&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

    — ALBIN, E.: A Natural History of English Insects: Illustrated with a Hundred Copper Plates, Curiously Engraven from the Life. 1720. GDZ Göttingen

    — ALDROVANDI (Ulysse) 1602 De animalibus insectis libri septem, cum singulorum iconibus. J. B. Bellagambam (Bononiae) 1602 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k991248 

    ou Gottingen.

    — BILLBERG (Gustav John) : Enumeratio insectorum in Museo Gust. Joh. Billberg ,[Stockholm] :Typis Gadelianis, 138 p. http://www.biodiversitylibrary.org/item/105024#page/87/mode/1up

     BOISDUVAL Histoire naturelle des insectes Roret 1836 books.google.fr/books?id=2Kgi4FH6kj0C

    — BOITARD (Pierre ) Manuel d'entomologie ou Histoire naturelle de insectes: contenant la synonymie de la plus grande partie des espèces d'Europe et des espèces exotiques les plus remarquables, Tome second, Paris : Roret, 1828, Gallica

    CHINERY (Michael), Insectes de France et d'Europe occidentale, adaptation française G. Luquetpour les lépidoptères, Flammarion 2005, 2eme édition 2012, 320 p.

    CURTIS, J. (1823-1840). British Entomology; being illustrations and descriptions of the genera of insects found in Great Britain and Ireland: containing coloured figures from nature of the most rare and beautiful species, and in many instances of the plants upon wich they are found. Vol. V. Lepidoptera, Part. I. Londres. http://biodiversitylibrary.org/page/8221625#page/71/mode/1up

     

     

    — FABRICIUS (Johann Christian) 1801 "Nach Fabricii systema glossatorum" in Johann Karl Wilhelm Illiger, "Die Neueste Gattungs-Eintheilung der Schmetterlinge [...], Magazin für Insektenkunde , Braunschweig [Brunswick] (6) https://archive.org/stream/magazinfrinsek06illi#page/280/mode/2up

    — FABRICIUS (Johann Christian) 1787 Fabricii Mantissa insectorum Hafniae 1787 en ligne Goettingen.

    — FABRICIUS (Johann Christian) 1798 Supplementum Entomologiae systematica , Hafniae.

    https://www.biodiversitylibrary.org/item/218713#page/395/mode/1up

     FRISCH (Johann Leonhard.) 1730 . Beschreibung von allerley Insecten in Teutsch-Land : nebst nützlichen Anmerckungen und nöthigen Abbildungen von diesem kriechenden und fliegenden inländischen Gewürme : zur Bestätigung und Fortsetzung der gründlichen Entdeckung : so einige von der Natur dieser Creaturen herausgegeben : und zur Ergäntzung und Verbesserung der andern (1730) Berlin : Verlegts Christ. Gottl. Nicolai https://archive.org/stream/johleonhardfrisc01fris#page/n7/mode/2up

    FOURCROY (A. F.) 1785. Entomologia Parisiensis; sive catalogus insectorum quæ in agro Parisiensi reperiuntur; secundam methodam Geoffrœanam in sectiones, genera & species distributus: cui addita sunt nomina trivialia & fere trecentæ novæ species. Pars secunda. Parisiis. (Hôtel Serpente). 2. 232-544. Traduction en latin de l'Histoire des insectes de E.L. Geoffroy. http://archive.org/stream/entomologiaparis02four#page/n3/mode/2up

    — FUESSLI (Johan Caspar) Verzeichniss der ihm bekannten Schweizerischen Inseckten : mit einer augemahlten Kupfertafel: nebst der Ankhundigung eines neuen Insecten Werks Joh. Caspar Fuesslins 1775. BHL libr

    GEER, (Charles de), 1771 Mémoires pour servir à l'histoire des insectes , Stockholm : Hesselberg, .Tome 1 [1]-[15] 707 pages, 37 planches, Gallica . Tome second première partie 616 pages, ; Tome second deuxième partie pages 617 à 1175, 43 planches gravées par Bergquist. Gallica.

    GEOFFROY (Étienne-Louis, Docteur en médecine) 1762. Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris: dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique ; Paris : Durand 1762 Tome second Planches XI à XXII colorées à la main par Prévost gravées par Defehrt. 744p. http://archive.org/stream/histoireabrg02geof#page/n9/mode/2up

    GEOFFROY [Étienne-Louis] 1798-99 Histoire abrégée des insectes dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique. Nouvelle édition, revue, corrigée, & augmentée d'un supplément considérable. / par M. Geoffroy, docteur en médecine. A Paris :Chez Calixte-Volland, libraire, quai des Augustins, no. 24 :An VII de la République françoise [1799]. http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/14595#/summary

    — GOEDART (Jan), 1685, Johannes Goedartius de Insectis nin methodum redactus cum notularum additione, operâ M. Lister, e Regia Societate Londinensi, Smith : London, 1685

    http://books.google.fr/books/ucm?vid=UCM5327266043&printsec=frontcover&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false

    — Goedart par Lister Londres, 1685 :: Bibl. Strasbourg

    http://books.google.fr/books/ucm?vid=UCM5327359323&printsec=frontcover&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false

     

    .

     

     

    HOEFNAGEL (Joris) Cf 

    http://www.lavieb-aile.com/2015/02/hoefnagel-et-les-entomologistes-du-xviiie-siecle.html

     HOEFNAGEL (Jacob), 1592, Archetypa studiaque Patris Francofurti

    http://docnum.u-strasbg.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/73052/rec/4

    — HOEFNAGEL [Jacob], 1630, Diversae insectarum volatilium icones ad vivum accuratißime depictæ per celeberrimum pictorem. [Amsterdam] Typis[que] mandatæ a Nicolao Ioannis Visscher , 32 pages, 16 planches,

     

    ICZN, Opinions and declarations rendered by the International Commission of Zoological Nomenclature, BiodiversityHeritageLibrary http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/50753#/summary

    ICZN F. Hemmings, Bulletin of Zoological nomenclature 1943-1951 : http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/51603#/summary

    LATREILLE (P.A.) 1796 Précis des caractères génériques des insectes disposés dans un ordre naturel par le citoyen Latreille Paris, Brive : 1796 pages 140-149.

    LATREILLE, P. A., 1804. "Tableau méthodique des Insectes", pp. 184-187 in Nouveau Dictionnaire d’Histoire Naturelle, Paris : Déterville. vol.24.

    LATREILLE (P.A.) Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle appliquée aux arts, Paris : Detreville vol. 17, 1803 ici

    LATREILLE (P.A.) Nouveau Dictionnaire d'histoire naturelle vol. 24 1818 : Classification page 501 http://books.google.fr/books?id=I_NBAAAAYAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q=vanesse&f=false

    LATREILLE, P. A., 1805. Histoire Naturelle, Générale et Particulière des Crustacés et des Insectes. Tome XIII, p. 10. Paris : Dufart.

    Libellules : https://www.biodiversitylibrary.org/item/53501#page/16/mode/1up

    — LATREILLE P. A. 1810. Considérations générales sur l'ordre naturel des animaux composant les classes des Crustacés, des Arachnides et des Insectes; avec un tableau méthodique de leurs genres, disposés en familles. Paris: F. Schoell, 444 pp. pp. 350-370.

    LATREILLE (P.A) et Olivier Nouveau dictionnaire d'Histoire naturelle 2eme édition tome 27 1818.

    — LATREILLE (P.A), GODART (J.B) 1819 , Encyclopédie méthodique, ou Entomologie, Paris : Vve Agasse tome 9 1819. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58338273/f334.image.r=Godart.langFR

     

     

    LEWIN, W. 1795 The Insects of Great Britain, systematically arranged, accurately engraved, and painted from nature, with the natural history of each species BHL library

    http://www.biodiversitylibrary.org/item/103670#page/7/mode/1up

    LINNÉ 1758 Linnaeus, C. 1758. Systema naturæ per regna tria naturæ, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis. Editio decima, reformata. Holmiæ. (Salvius). Tomus I: 1-824

    http://www.biodiversitylibrary.org/page/727383#page/494/mode/1up

    LINNÉ 1767 : Linnaeus, C. 1767. Systema naturæ, Tom. I. Pars II. Editio duodecima reformata. Holmiæ. (Salvius). 533-1327

    http://www.biodiversitylibrary.org/page/25848844#page/264/mode/1up

    LINNÉ par GMELIN 1790 Systema naturæ, Tom. I. Pars V. Treizième édition.

    http://www.biodiversitylibrary.org/item/83099#page/133/mode/1up

     

    — MERIAN (Maria-Sibylla) Histoire générale des insectes de Surinam et de toute l'Europe contenant leur description, leurs figures, leur différentes métamorphoses..., par Mademoiselle Marie-Sybille de Mérian, en deux parties in-folio. Troisième édition, revue, corrigée & considérablement augmentée par M. Buchoz, ... A laquelle on a joint une troisième partie qui traite des plus belles fleurs, telles que des plantes bulbeuses, liliacées, caryophillées... Tome premier [-troisième] traduit par Jean Marret Paris : Desnos, 1771. PDF Bibliothèque de Toulouse, 3 volumes http://tolosana.univ-toulouse.fr/notice/07558171x

    — MERIAN (Maria-Sibylla) 1683 Der Raupen wunderbare Verwandelung, und sonderbare Blumen-nahrung: worinnen, durch eine gantz-neue Erfindung, Der Raupen, Würmer, Sommer-vögelein, Motten, Fliegen, und anderer dergleichen Thierlein, Ursprung, Speisen, und Veränderungen, samt ihrer Zeit, Ort und Eigenschaften (Band 2) Nürnberg , Frankfurt , Leipzig, 1683 Volume 2 (insectes d'Europe) digitalisé par Universitätsbibliothek Heidelberg;

    MERIAN (Anna Maria-Sibylla) http://de.wikisource.org/wiki/Maria_Sibylla_Merian

    1719 Metamorphosis insectorum Surinamensium : édition 1730 : https://archive.org/stream/MariaSybillaMer00Meri#page/n13/mode/2up

    b) [Illustrations de Veranderingen der Surinaemsche Insecten...] / Maria Sybilla Merian, dess., aut. du texte ; I. Mulder, P. Sluyter, D. Stoopendaat, grav. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b2300244f

    MERIAN (Anna Maria-Sibylla) De Europische insecten 1730 Jean Marret, M.D. Amsterdam J.F. Bernard https://archive.org/stream/gri_33125008530400#page/n3/mode/2up

    MERRET (Christopher) 1667 Pinax Rerum Naturalium Britannicarum. 1667. Google Books

    http://books.google.co.uk/books?id=p0SjZ7N6TA0C&printsec=frontcover&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

    — MOFFET (Thomas) 1634 Insectorum, sive, Minimorum animalium theatrum. Londini : Ex officin typographic Thom. Cotes et venales extant apud Guiliel. Hope, 1634. BHL.

    — PETIVER (James), 1702-1706? Gazophylacii naturae & artis, : decas prima-[decima]. In quaÌ‚ animalia, quadrupeda, aves, pisces, reptilia, insecta, vegetabilia; item fossilia, corpora marina & stirpes minerales eÌ€ terra eruta, lapides figuraÌ‚ insignes &c. Descriptionibus brevibus & iconibus illustrantur. Hisce annexa erit supellex antiquaria, numismata, gemmae excisae, & sculpturae, opera figulina, lucernae, urnae, instrumenta varia, inscriptiones, busta, reliquaque ad rem priscam spectantia: item machinæ, effigies clarorum virorum, omniaque arte producta... / Jacobus Petiver Londini: : Ex OfficinaÌ‚ Christ. Bateman ad insignia Bibliae & Coronae, vico vulgo dict. Pater-Noster-Row., MDCCII. [1702-1706?]. Version Google books de 1702 ou mieux GDZ Göttingen (Planches).

    — PETIVER (James) 1695-1703 Musei Petiveriani centuria prima-decima, rariora naturae continens: viz. animalia, fossilia, plantas, ex variis mundi plagis advecta, ordine digesta et nominibus propriis signata, London, 1695-1703 Version Books-Google.

    — PETIVER (James) 1767 Jacobi Petiveri Opera, historiam naturalem spectantia containing several thousand figures of birds, beats, fifh, reptiles, insects shells, corals, and fossils; also of trees, shrubs, herbs, fruits, fungus's, mosses, sea-weeds, &c. from all parts, adapted to Ray's History of plants on above three hundred copper-plates, with English and Latin names, London, James Empson (éditeur), 1767 Version Books.Google

    — PODA (Nicolaus) 1761. Insecta Musei Græcensis, quæ in ordines, genera et species juxta systema naturæ Caroli Linnæi. Graecus [= Graz]. (Widmanstadius). 127 pp. Google books

    — RAY (John) Historia insectorum, Londini 1710 Archive.org

    — RÉAUMUR [René-Antoine] de Ferchault 1734-1748 Mémoires pour servir à l'histoire des insectes Paris : Imprimerie Royale, 6 volumes, de 1734 à 1748 [un 7e, copie du manuscrit original, paraîtra en 1928], 267 planches gravées par Simoneau, Lucas, Haussard et Fillioeul. En ligne BHL. Voir aussi VALLOT J.N. 1802.

    RÖSEL VON ROSENHOF 1764-68 De natuurlyke historie der insecten; voorzien met naar 't leven getekende en gekoleurde plaaten. Volgens eigen ondervinding beschreeven, door den heer August Johan Rösel, van Rosenhof, miniatuur-schilder. Met zeer nutte en fraaie aanmerkingen verrykt, door den heer C. F. C. Kleemann ...Te Haarlem, By C. H. Bohn en H. de Wit, boekverkoopers [1764-68] BHL Library

    Rösel von Rosenhof 1746 Der monatlich herausgegebenen Insecten-Belustigung Nürnberg.http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/roesel1746ga

    — SCHAEFFER (Jacob-Christian) Iacobi Christiani Schaefferi 1766Icones Insectorum circa Ratisbonam indigenorum coloribus naturam referentibus expressae = Natürlich ausgemahlte Abbildungen Regensburgischer Insecten Regensburg [Ratisbonne]: gedruckt bey H.G. Zunkel, [1766?-1779?] ; Gravure par Haid, Johann Jacob (1704-1767), 5 tomes in-4° avec 220 planches coloriées VOL. II Google

    BHL : http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/101970#/summary

    — SCHAEFFER (Jacob-Christian),  1779, Icones insectorum circa Ratisbonam indigenorum coloribus naturam referentibus expressae. Volum. 1. pars 1. tertium et vltimum. D. Iacob Christian Schäffers natürlich ausgemahlte abbildungen Regensburgischer Insecten. Ersten Bandes erster Theil dritter und lezter Band. Mit dem register Volum 1. pars 1. pars. 2.

    https://archive.org/stream/bub_gb_RnLiUH9EwAEC#page/n29/mode/2up

    — SCHAEFFER (Jacob-Christian), 1766, Iacobi Christiani Schaeffer, s. theolog. et philos. ... Elementa entomologica ... = Iacob Christian Schaeffers ... Einleitung in die Insectenkenntnis Regensburg :Gedruckt mit Weissischen Schriften.

    http://www.biodiversitylibrary.org/item/44500#page/11/mode/1up

    SCOPOLI (Jean-Antoine) Ioannis Antonii Scopoli Med. Doct. S.C.R. ... Entomologia Carniolica exhibens insecta Carnioliae indigena et distributa in ordines, genera, species, varietates : methodo Linnaeana. Vindobonae :Typis Ioannis Thomae Trattner ...,1763. En ligne BHL.

    — SWAMMERDAM (Jan) 1685 Historia insectorum generalis et 1737-38 Biblia naturae (Leyde)

    http://docnum.unistra.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/65389/rec/3

    — VALLOT J.N. Concordance systématique, servant de table de matières à l'ouvrage de Reaumur, Paris : Grégoire, Thouvenin, 1802. En ligne Google books.

    VILLERS (Charles de) 1789 Caroli Linnaei Entomologia, faunae Suecicae descriptionibus aucta : DD. Scopoli, Geoffroy, de Geer, Fabricii, Schrank, &c., speciebus vel in systemate non enumeratis, vel nuperrime detectis, vel speciebus Galli australis locupletata, generum specierumque rariorum iconibus ornata; curante & augente Carolo de Villers .. Lyon : Pietre et Delamollière, (1789). https://archive.org/stream/carolilinnaeient02linn#page/n11/mode/2up

    WALCKENAER (C.A.) 1802, Faune parisienne, insectes, ou, Histoire abrégée des insectes des environs de Paris classés d'après le système de Fabricius; précédée d'un discours sur les insectes en général, pour servir d'introduction à l'étude de l'entomologie accompagnée de sept planches gravées Paris : Dentu 1802 en ligne BHL.

    III. Boite à liens.

    — Index animalium Charles Davies Sherborn

    http://www.sil.si.edu/digitalcollections/indexanimalium/TaxonomicNames/IA_Namesearch.cfm

    Albin :http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN477852769

    Billberg http://www.biodiversitylibrary.org/item/105024#page/87/mode/1up

    Boitard, 1828. : http://books.google.fr/books?id=K3ShlXhmFsEC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

    Cramer http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/43777#/summary

    Dale https://archive.org/stream/historyofourbrit00dalerich#page/n5/mode/2up

    Esper : http://www.biodiversitylibrary.org/item/53441#page/9/mode/1up

    Fabricius :1775 http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/36510#/summary

    Fabricius 1787 :

    http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/home/speciestaxon?id=25707

    Fabricius 1793 Ent Sys em https://archive.org/stream/magazinfrinsek06illi#page/280/mode/2up

    Fabricius 1801 : https://archive.org/stream/magazinfrinsek06illi#page/280/mode/2up

    Frisch https://archive.org/stream/johleonhardfrisc01fris#page/n7/mode/2up

    Fourcroy voir Geoffroy.

    Fuessli http://www.biodiversitylibrary.org/item/78769#page/11/mode/1up

    Geoffroy : http://www.biodiversityheritagelibrary.org/item/51067#page/9/mode/1up

    Geoffroy latin par Fourcroy : http://archive.org/stream/entomologiaparis02four#page/n3/mode/2up

    De Geer : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97151p/f1.image.r=.langFR

    Goedart par Lister 1685 : http://docnum.unistra.fr/cdm/compoundobject/collection/coll13/id/64604/rec/1

    Harris M. 1766 http://archive.org/stream/Aurelian00Harr#page/n7/mode/2up

    1840 : http://www.biodiversitylibrary.org/item/120628#page/9/mode/1up

    Hübner 1779 http://www.biodiversitylibrary.org/item/89180#page/1/mode/1up

    ICZN F. Hemmings http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/50753#/summary

    Bulletin : http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/51603#/summary

    Kirby 1871: http://www.biodiversitylibrary.org/item/64906#page/9/mode/1up

    Latreille 1804 : http://books.google.fr/books?id=xBsOAAAAQAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

    Latreille 1810 : http://www.biodiversitylibrary.org/item/47766#page/358/mode/1up

    Leach : http://biodiversitylibrary.org/page/17493618#page/136/mode/1up

    https://archive.org/details/CUbiodiversity1121039

    Linné http://www.biodiversitylibrary.org/item/10277#page/3/mode/1up

    http://books.google.fr/books?id=Jps-AAAAcAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q=elinguis&f=false

    Linné, Mantissa plantarum http://bibdigital.rjb.csic.es/spa/Libro.php?Libro=947&Pagina=545

    Linné fauna suecica 1746 :http://biodiversitylibrary.org/bibliography/63899#/summary

    Linné fauna suecica 1761 : http://biodiversitylibrary.org/bibliography/46380#/summary

    Linné S.N. 1767 :http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/img/?PPN=PPN362053723&DMDID=DMDLOG_0001&LOGID=LOG_0001&PHYSID=PHYS_0002

    LINNE Systema naturae 1766-1768

    https://www.biodiversitylibrary.org/item/137337#page/5/mode/1up

    Linné, Species Plantarum http://www.biodiversitylibrary.org/item/13829#page/1/mode/1up

    Merian, Insectes d'Europe : http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/merian1683bd2

    Moffet : http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/60501#/summary

    Moore, Lep. indic http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/8763#/summary

    Ochsenheimer 1808 http://archive.org/stream/dieschmetterling12ochs?ui=embed#page/180/mode/1up

    Petiver James, Musei petiveriani centura prima 1695 digitalisé par Google (accès partiel)

    http://books.google.fr/books/about/Musei_Petiveriani_centuria_prima.html?id=vp05AAAAcAAJ&redir_esc=y

    Petiver, Gazophylacii :books.google.fr/books?id=sp05AAAAcAAJ

    Petiver, Papilionum brittaniae 1717 in Opera Books .google

    PetiverOpera (1767) https://archive.org/stream/jacobipetiveriop11767peti#page/n5/mode/2up

    Ray : https://archive.org/stream/historiainsector00rayj#page/n11/mode/2up

    Réaumur : http://www.biodiversitylibrary.org/item/50298#page/11/mode/1up

    Rösel : http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/7362#/summary

    http://www.biodiversitylibrary.org/item/31182#page/138/mode/1up

    http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/roesel1746ga

    les quatre tomes :

    http://gdz.sub.uni-goettingen.de/dms/load/toc/?PPN=PPN369099060&IDDOC=282169

    Rottemburg :

    http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/home/speciestaxon?id=8326

    Schneider 1787 http://books.google.fr/books?id=VnY-AAAAcAAJ&pg=PA241&lpg=PA241&dq=schwarzgestrichelter+schmetterling&source=bl&ots=c5RGnFNYx4&sig=-HkttVMLK2SZP6KRw5MXfvJCYxI&hl=fr&sa=X&ei=

    AHwGU7m9LoLm7Abd7oGICg&ved=0CC8Q6AEwAA#v=onepage&q=schwarzgestrichelter%20schmetterling&f=false

    Scopoli Entomologia carniolica 1763

    http://www.biodiversityheritagelibrary.org/bibliography/34434#/summary

    Scudder http://biodiversitylibrary.org/page/3076769#page/269/mode/1up

    Spuler : http://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/9477#/summary

    De Villers 1789 https://archive.org/stream/carolilinnaeient02linn#page/n11/mode/2up

    Walckenaer : http://www.biodiversitylibrary.org/item/79375#page/289/mode/1up

    Partager cet article
    Repost0
    Published by jean-yves cordier - dans Zoonymie des Odonates
    19 décembre 2017 2 19 /12 /décembre /2017 11:11

    Zoonymie pré-linnéenne des Odonates : origine du nom de genre  Libellula, Linnaeus, 1758.

    .

     

     

     

    .

    Zoonymie des Odonates : voir 

    .

    . Zoonymie des papillons I :

    .

    Zoonymie II : Histoire des Noms de Papillons :

    .

    Sur les libellules.

     


    .

    Résumé :

    Libellula Linnaeus, 1758, Syst. nat. :543 , est le nom créé par Linné pour désigner les Odonates. C'est un diminutif de  Libella,  nom latin qui désigna d'abord dans les temps anciens et médiévaux le « niveau », un instrument des charpentiers en forme de T. Ce nom avait été choisi par le naturaliste français Guillaume Rondelet en 1554 pour nommer le requin-marteau (libella marina « niveau marin ») en raison de la similitude de la forme en T de la ligne des yeux excentrés. Rondelet repris en 1555 ce nom pour désigner par libella fluviatilis,  « niveau des cours d'eau » les larves des zygoptères dont les yeux sont également déportés latéralement.  A partir  de Thomas Moffet en 1634, les naturalistes ont étendu l'usage de  Libella  à tous les Odonates adultes.

    Linné a utilisé la première fois Libellula dès la première édition du Systema naturae (Leyde, 1735), en donnant comme synonyme « Perla » (Aldrovandi 1602) et « Virguncula ». Ce dernier nom, « petite vierge », suggère que Linné a créé une forme diminutive de Libella sur les modèles virgo /virguncula, puella/puellula, "fillette, demoiselle" et à travers eux domina/domnicella "Demoiselle" par condensation et contamination de l'image métaphorique des noms vernaculaires comparant ces insectes à des jeunes filles (français) ou des fées malicieuses (anglais ou allemand).

    .

     

     

     


     

     

     

    .

    Chaque mot est une aventure, chaque mot a une vie, chaque mot est un récit, si nous voulons bien lui donner la parole. Aujourd'hui, notre beau nom de Libellule.

    I. CARL LINNÉ DE  1758 ... à 1736.

    .

      Nomina si nescis, perit cognitio rerum  "la connaissance des choses périt par l'ignorance du nom." 

     

    .

    En 1758, Linné  créa, dans sa 10ème édition du Systema naturae, la première nomenclature scientifique des animaux. Il a regroupé les espèces, que nous regrouperons ensuite sous le nom d'Odonates avec Fabricius,  sous celui de Libellula, et a décrit 18 espèces.

    Il est donc l'inventeur de ce nom de Libellula, qu'il avait déjà introduit dans sa Fauna suecica (Faune de Suède) de 1746.  Il sera traduit en français en "libellule" en 1792 par Guillaume-Antoine Olivier, ami de Fabricius,  dans l'Histoire Naturelle des Insectes t. VII (Encyclopédie méthodique des Insectes T. Panckoucke) page 555.

    https://www.biodiversitylibrary.org/item/32568#page/563/mode/1up

    .

    Avant l'introduction du nom Libellula par Linné, les auteurs italiens employaient le terme "Perla" (Aldrovandi 1602), les auteurs germaniques les termes de "Wasserjungfern“, "Schleifer“ "Augenstecher“, les auteurs français celui de "Libella" puis de "Demoiselle" (Réaumur, 1738) et les auteurs anglais ceux de "Libella", (Mouffet, 1634) ou de "Dragon-fly" (Ray, 1710). On ignore quasiment tout de la façon du terme dont usait l'homme de la rue (ou des champs), et même s'il en usait ; peut-être employait-il des périphrases, ou les montraient-ils du doigt, peut-être s'en moquait-il ; car on ignore souvent ce qui ne porte pas de nom.

    Ce nouveau terme de Libellula dérivait, comme nous allons le voir, de Libella, "niveau" utilisé par les naturalistes du XVIIe (Belon 1551, Salviani 1554, Rondelet 1554, Gessner 1558, Mouffet 1634, Ray 1710), et je le retrouve d'abord  sous la plume de Linné en 1743 dans un texte nommé Elenchus animalium per Sueciam observatorum et publié avec l'  Oratio de necessitate peregrinationum intra patriam page 77. Dans ce "Discours sur la nécessité de voyage en son propre pays", Charles Linné  énumère 14 types (j'hésite à prononcer le terme d'"espèce", mais il faut s'y résoudre pour être clair) de libellules, dont 13 sont en fait copiées sur l'Historia insectorum (1710) de John Ray.

    .

    Elles ne sont pas nommées, mais décrites par une diagnose, une phrase descriptive en latin, et 12 reprennent le terme "libella" de l'auteur anglais. Deux (pourquoi ?) intègrent le terme libellula à la place de libella. Dont la seule qui ne soit pas accompagnée de cette référence à John Ray, la Libellula alis argenteis, cauda forcipata qui deviendra en 1758 L. forcipata, qui deviendra notre Onychogomphus forcipatus, une grosse bête qui n'a aucune raison d'être qualifiée d'un diminutif -ulla par rapport aux autres libella.

    Comme l'Oratio  de 1743 était en fait la re-publication de l' Animalia per Sveciam observata  de Linné, qui fut d'abord publié dans les Acta literaria Sueciae, vol. 4 Uppsala 1736 , il est passionnant d'aller retrouver cette publication afin de savoir si l'on pouvait reculer à cette date l'acte de naissance de ce zoonyme. Et oui ! La liste est strictement identique entre les deux publications.

    .

    De plus, je lis dans le texte introductif "Insecta vero fuere summæ meæ deliciae, in his arsit mea juventus. upsàliae degens ab anno 1728 ad 1734 horas vacuas hisce animalibus indagandis, contemplandis describendis impendi", [Les insectes, cependant, ont fait  le comble de mes délices dans l'ardeur de mes jeunes années. Je séjournais à Uppsala [à l'université pour ses études de médecine] de 1728 à 1734, où j'occupais mes temps libres à suivre la piste de ces animaux, à les contempler et à les décrire].  On le croira d'autant plus que dans le Fauna suecica de 1761, on trouve 1691 espèces d'insectes, pour 575 autres animaux (53 mammifères, 221 oiseaux, 77 poissons, etc.)

     

    Il resterait à vérifier que pour la deuxième espèce à porter ce terme de Libellula, sa n°8 de sa liste, Libellula alis argenteis, duplici puncto marginali qui se réfère à John Ray, Ins. page 49 n°3, l'auteur britannique n'a pas utilisé le mot en question. Un click, et la réponse est : non. 

    .

    Conclusion provisoire.

    Notre joli nom de libellule est très récent, il est né à Stockholm sous la forme latine libellula sous la plume de Charles Linné, père de tous les noms d'animaux, en 1758 pour désigner d'un nom générique les 18 espèces de libella alors connues,   mais il reprenait un terme qu'il avait déjà employé dès 1736 pour désigner deux espèces observées dans la région d'Uppsala (Suède) et les différencier de 12 autres libella. Le suffixe latin -ulus étant un diminutif, mais les deux espèces n'étant pas plus petites que les autres,  a-t-il fait un lapsus calami qu'il n'aurait pas corrigé ensuite? C'est mal le connaître. A-t-il été attendri par ces petites créatures pour leur attribuer ce diminutif touchant ? Ce serait le premier exemple d'effusion sentimentale de notre descendant de pasteurs luthériens. Donc, mystère, mais coup de génie pour notre langue.

    L'ironie de l'histoire est que les suédois n'aient pas repris la création lexicale de leur compatriote : ils nomment les libellules Trollslända, trollsländor "fuseau de Troll", un peu comme les Allemands qui les nommaient Teufelsnadel, "aiguille du diable". Les Troll se servaient de ces demoiselles pour coudre la paupière des gens pendant leur sommeil.

    .

    Où j'approfondis ma recherche.

    Sur la suggestion d'un commentaire de Cyrille Deliry en décembre 2108, je reprends mes plongées dans les eaux profondes des textes et je découvre que Linné avait déjà  utilisé Libellula dans la première édition du Systema naturae de 1735, publiée à Leyde ("Lugdunum Batavorum") :

    https://www.biodiversitylibrary.org/item/15373#page/13/mode/1up

    Le nom est accompagné de deux noms latin, "Perla" (Aldrovandi 1602) mais aussi "virguncula". Ce dernier formé de virgo "vierge" et de -cula,  et dont le synonyme est  puellula , diminutif de puella "jeune fille" peut être considéré comme la traduction de "Demoiselle".

    C'est un argument de poids pour penser que Linné s'est inspiré de ces diminutifs virgo /virguncula, puella/puellula, "fillette, demoiselle" et à travers eux domina/domnicella "Demoiselle" pour former un diminutif de libella "niveau" évoquant la comparaison établie, en langue vernaculaire, entre cette classe d'insecte et les jeunes filles. Selon un procédé qui échappe à la rigueur de la construction grammaticale ou philologique pour s'apparenter à la "condensation" dans le travail du rêve : 

    La « condensation » est le fait que plusieurs représentations s'amalgament et n'en font plus qu'une. Ainsi, un seul élément du rêve manifeste peut recouvrir plusieurs pensées latentes du rêve : « la condensation s'organise autour de certains des termes du contenu manifeste, sortes de points de nouage sous lesquels s'est effectuée une fusion entre plusieurs pensées latentes très différentes les unes des autres »

    .

     

    Linné, Systema naturae Leyde, 1735.

     

    .

     

    "La forme définitive de Libella revient à Linné qui l'applique en 1758 à toutes les espèces d'Odonates. L'origine de cette dénomination est discutée : l'édition de 1872 du dictionnaire Le Littré propose que libellule est un diminutif du latin liber, libellus, « petit livre », ce qui évoque les ailes étendues comme les feuillets d'un livre lorsque l'insecte se pose (libellules stricto sensu, c'est-à dire les Libellulidae). L'édition de 1873 du Grand Larousse propose la même étymologie mais avec une explication contraire, certaines libellules gardant les ailes relevées et jointives comme un livre fermé (caractéristique des demoiselles). Pour les dictionnaires espagnols et des auteurs comme Mac Callum, ce mot serait un diminutif de libra, « balance », en référence au mouvement d'oscillation des ailes des libellules en vol. Les dictionnaires français actuels donnent comme étymologie le latin libella qui signifie « niveau », en référence au vol plané horizontal de ces insectes. Ils reprennent l'explication du naturaliste Guillaume Rondelet (1554 et 1558) qui est le premier à avoir donné le nom de Libella fluviatilis à des larves de Zygoptères pour la similitude de corps qu'elles ont a avec le requin marteau nommé Zigæna ou Libella, allusion à la « la figure faite comme un niveau duquel usent les architectes»."

    On retrouve Libellula dans la sixième édition du Systema naturae de 1748  page 62 :

    https://www.biodiversitylibrary.org/item/218225#page/82/mode/1up

    LIBELLULA : Drachenhuren, Wassernymphen.
    Os maxillosum. Antennae breves. 
    Cauda forcipata . 
    1. Libellula magna alis planis. Fn. 764-771. - - (Braven=mngg.)) 
    2. Libellula media alis eredis. Fn. 7 76-779. - - (Jungfer)
    3. Libellula parva alis eredis. Fn. 760-767. - (Trollflan da) 

     

     

    Note : Drachenhuren : drachen "dragon et huren "courtisane, putain".

    .

    Conclusion.

    Linné a créé le nom de Libellula pour désigner les insectes que nous appellerons ensuite Odonates, pour la première fois en 1735 dans la première édition du Systema naturae, en donnant comme synonyme « Perla » (Aldrovandi 1602) et « Virguncula ». Ce dernier nom, « petite vierge », suggère que Linné a créé une forme diminutive de Libella sur les modèles virgo /virguncula, puella/puellula, "fillette, demoiselle" et à travers eux domina/domnicella "Demoiselle" par condensation et contamination de l'image métaphorique des noms vernaculaires comparant ces insectes à des jeunes filles (français Demoiselles) ou des fées malicieuses (anglais ou allemand Wassernymphen).

    .

    .

    II. ALLELUIA ! LA DÉCOUVERTE DES ORIGINES DE  LIBELLULA .

    .

    C'est un secret de Polichinelle : Libellula vient de Libella, lui-même dérivé du latin signifiant "niveau" : cela est désormais largement diffusé par Wikipédia :
     

    "La forme définitive de Libella revient à Linné qui l'applique en 1758 à toutes les espèces d'Odonates. L'origine de cette dénomination est discutée : l'édition de 1872 du dictionnaire Le Littré propose que libellule est un diminutif du latin liber, libellus, « petit livre », ce qui évoque les ailes étendues comme les feuillets d'un livre lorsque l'insecte se pose (libellules stricto sensu, c'est-à dire les Libellulidae). L'édition de 1873 du Grand Larousse propose la même étymologie mais avec une explication contraire, certaines libellules gardant les ailes relevées et jointives comme un livre fermé (caractéristique des demoiselles). Pour les dictionnaires espagnols et des auteurs comme Mac Callum, ce mot serait un diminutif de libra, « balance », en référence au mouvement d'oscillation des ailes des libellules en vol. Les dictionnaires français actuels donnent comme étymologie le latin libella qui signifie « niveau », en référence au vol plané horizontal de ces insectes. Ils reprennent l'explication du naturaliste Guillaume Rondelet (1554 et 1558) qui est le premier à avoir donné le nom de Libella fluviatilis à des larves de Zygoptères pour la similitude de corps qu'elles ont a avec le requin marteau nommé Zigæna ou Libella, allusion à la « la figure faite comme un niveau duquel usent les architectes»."

    Tout est dit, au revoir.

    Voire.

    .

    Car où serait le plaisir si tout est ainsi livré tout préparé ? Et simplifié, dépouillé de toute la chair de la complexité des choses et de tout feuilletage des dictionnaires et des livres anciens?

    Je vais me payer le luxe de tout reprendre à ma façon. Car j'aime occuper  mes heures creuses à chasser les mots, les contempler, et les décrire. Comme dirait l'autre,  "horas vacuas hisce nominibus indagandis, contemplandis describendis impendi". 

    .

    Je vais commencer par mon Gaffiot : voyons -libella :


     

     

    .

    Dictionnaire Gaffiot 1934.

    .

    J'élimine d'emblée la tentation de Libellulus, i,  "petit livre" malgré Tertullien et Martianus Capella qui m'attendaient dans cette loge. Et dans la foulée de -libellus, diminutif de liber, d'où nous avons tiré notre "libelle". En effet, le nom utilisé par les naturalistes est libella, au féminin, ce qui est bien normal pour ces Demoiselles.

    Je porte toute mon attention à libella, ae, f. (libra). Je saute sur l'opportunité de consulter le mot -libra, quoique je connaisse très bien Libra, la constellation de la Balance :

    .

    Dictionnaire Gaffiot 1934 page 908.

     

    .

    Je reviens à l'article -libella de Gaffiot : le premier pied de mouche donne le sens 1. "as, asse", "petite pièce de monnaie" et le second 2. "niveau, niveau d'eau". C'est ce sens qui est illustré d'un instrument de maçon qui évoque plutôt le fil à plomb. Et c'est ce sens qui est en relation avec libra "balance", puisqu'ils ont en commun la notion de mesure et d'équilibre.

    Cet usage de Libella est attesté par un auteur aussi cher à tout épicurien que Lucrèce, livre IV vers 515, pour soutenir un raisonnement que reprendra Montaigne (Essais, III) : nos sens sont nos instruments de mesure, et s'ils viennent à faillir, l'incertitude de nos sens rend incertain tout ce qu'ils produisent : 

     

    Denique ut in fabrica, si prava est regula prima,
    Normaque si fallax rectis regionibus exit,

    Et libella aliqua si ex parti claudicat hilum;
    Omniamendose fieri, atque obstipa necessum est,
    Prava, cubantia, prona , supina , atque absona
    tecta

    "Enfin , dans la construction d'un édifice, si l'architecte se sert d'une règle fausse, si l'équerre s'écarte de la direction perpendiculaire, si le niveau s'éloigne par quelque endroit de sa juste situation, il faut nécessairement que tout le bâtiment soit vicieux, penché, affaissé, sans grâce, sans aplomb, sans proportion; qu'une partie paraisse prête à s'écrouler, et que tout s'écroule en effet, pour avoir été d'abord mal conduit : de même, si l'on ne peut compter sur le rapport des sens, tous les jugements qu'on portera seront trompeurs et illusoires."

    .

     Pline, dans son Histoire naturelle II, livre XXXIII, utilise le terme deux fois :  

    Chap. 51 : Structuram ad norma et libellam fieri et ad perpendicularum respondere oportet

    "Les constructions doivent être faites à l'équerre et au niveau, et être d'aplomb".

    Chap. 63 : materia crassitudine semipedali ad regulam et libellam exigitur et est forma terrena

    "à cette couche, la règle et le niveau à la main, on donne une épaisseur d'un demi-pied".

    .

    Montrer que "libella" signifie "niveau", quelle belle affaire ! Quel jeu de bonneteau ! Puisqu'enfin, notre nom "niveau" vient de   nyviel « instrument » 1339 (Cartulaire de l'Eglise St Pierre de Lille, t. 2, p. 692) ou  nevel (  1343, Inv. de J. de Presles, Bibl. de l'Ec. des ch., XXXIX.). Il faut retenir que c'est d'abord un instrument de mesure, et que le sens figuré, qui nous est plus courant, est plus tardif   mettre a nivel (1429 Béthune, ap. La Fons, Gloss. ms., Bibl. Amiens ds Gdf.). On trouve le latin nivellum, et on ajoute nivellum sive plumbum, "le niveau ou le plomb", kif kif..

    Il vient, c'est là que c'est amusant, d'une altération  (par assimilation de l'n initiale à l'l finale) de livel, liveau attesté du xiiie au xvies. et , lui-même issu du latin populaire *libellus, lat. classique libella «instrument servant à niveler, niveau» (dérivé de libra « balance à deux plateaux ou à contrepoids », puis « niveau »); cf. l'italien levello. CNRTL. Cette parenté des deux termes sonne d'avantage avec le verbe "niveler" qui a le sens de "mesurer".

    Il faudrait citer le Dictionarium d'Ambrosio Calepinus (1550) auquel je renvoie, ou le très complet article du Lexicon philologum de 1697, qui cite Vitruve livre VII chapitre 3 : Longitudines ad regulam et lineam, altitudines ad perpendiculum, anguli ad normam respondentes exigantur . "Des bandes bien dressées à la règle et au cordeau, afin de faire l'enduit en mortier bien droit dans sa longueur, et d'aplomb dans sa hauteur, et que les angles soient bien d'équerre."

    .

     

    Conclusion.

    "Libellule" (Olivier, 1792),  "libellula" (Linné 1736), ou "libella" au sens de libellule,  et "niveau" proviennent du même mot latin libella, instrument de maçon servant à construire droit, niveau (voire selon Gessner "équerre", "règle", "plomb"). 

    Les choses vont se préciser avec Rondelet 1558.

     

     

     

    .

    .

     

    III. UN DÉTOUR PAR LE REQUIN-MARTEAU OU LIBELLA OU  ZYGENA. SIX SAVANTS DES ANNÉES 1550.

    .

    Avant d'être appliqué aux libellules, le nom  Libella  le fut à un poisson que nous appelons Requin-Marteau Sphyrna zygaena Linnaeus, 1758. J'ai consacré un article à ce requin dans Sur le nom de Genre des Zygènes, Zygaena Fabricius 1775. En effet, Fabricius a plus tard appliqué à ces papillons qu'il a nommé Zygènes et dont les antennes forment comme les deux bras d'une balance le nom grec du poisson à tête de marteau nommé par Bellon Zygaena. Ce nom grec  signifie "joug" aussi bien que "balance". Il peut donc être considéré comme l'équivalent grec du latin Libella. 

     Dans l'article en question, j'ai donné les descriptions et les illustrations du requin-marteau Zygaena ou Libella par Bellon 1555, Rondelet 1554 en latin et 1558 en français,  Gessner 1558, Aldrovandi 1638, Bochart 1663 et Willughby 1687. Je n'ai donc pas démérité, mais je peux améliorer mon score. D'une part en montrant que la première apparition du nom Libella en ichtyologie date de 1551, et non de 1555. Puis en donnant une (petite) place à Edward Wotton, qui consacre trois lignes à Zygaena-Libella en 1552.   D'autre part en faisant une place à Ippolito Salviani, et à son Aquatilium animalium historiae, liber primus de 1554.

    En somme, nous avons entre 1551 et 1558, une véritable ichtyomanie (Zucker, 2013) européenne qui amène six éminents médecins, du Mans (Bellon, médecin de François de Tournon), de Montpellier (Rondelet, médecin du cardinal François de Tournon), de Rome (Salviani, médecin du pape Jules III), de Londres (Edward Wotton, médecin  de Henri VIII), et de Zurich (Gessner) [liste à laquelle il faut ajouter Aldrovandi, de Bologne] à publier des traités qui étudient les descriptions d'Aristote ou de Pline. Comprenant le grec, ils peuvent consulter et analyser en les compilant mais aussi en les critiquant et en les complétant, les sources antiques. Surtout, ils accompagnent leur description d'une illustration (gravure sur bois ou, mieux, sur cuivre), qui prend une valeur scientifique de premier plan, à coté du Nom (Nomen) grec, latin et vernaculaire avec ses commentaires, et de la Description (Descriptio). "Elle est l’identifiant du poisson, et le nom n’est plus l’ancrage ontologique et le fondement de l’animal, mais le titre historique qu’il a reçu des anciens et qui permet à la fois de le reconnaître dans la littérature, et de le désigner dans la communication." (Zucker)

    .

    La liste dressée par A. Zucker  des mousquetaires de l'icthyologie des années fifties est la suivante :

    • Pierre Belon (1551), L’Histoire naturelle des estranges poissons marins, Paris [55 pages doubles] ;

    • Edward Wotton (1552), De differentiis animalium libri decem : cum amplissimis indicibus in quibus primum authorum nomina, unde quaeque desumpta sunt, singulis capitibus sunt notata et designata : deinde omnium animalium nomenclaturae, itemque singulae eorum partes recensentur, tam Graece quam Latine, Paris [Poissons : livre VIII, p. 136-174 – doubles- (ch. 154-196) ; Zygaena Libella est décrit en trois lignes à la page 149 .https://archive.org/stream/bub_gb_qkbj1BMhrYsC#page/n321/mode/2up

    • Pierre Belon (1553), De aquatilibus, libri duo : Cum eiconibus ad vivam ipsorum effigiem, quoad ejus fieri potuit, expressis, Paris [448 pages] ;

    • Ippolito Salviani (1554), Aquatilium animalium historiae liber primus cum eorundem formis, aere excusis, Rome, [256 pages doubles] Cuvier écrivait « ce sont les meilleurs dessins qu’on ait eus jusqu’à notre temps ; ils sont au nombre de quatre-vingt-dix-neuf «  [en réalité il n’y en a que 98, numérotés de 1 à 99, mais sans planche 54]. Salviani prit un soin particulier à faire réaliser – sur cuivre et non plus sur bois – les quatre-vingt-dix-huit planches de son ouvrage par les meilleurs artistes de la cour papale ( Antoine Lafréry pour l’essentiel, et peut-être en partie N. Béatrizet). Dans chacun de ses chapitres, il distingue régulièrement (par un intitulé en majuscules) six sections qui sont (1) nomen ; (2) descriptio ; (3) locus et partus ; (4) natura et mores ; (5) qua arte capiatur ; (6) praestantia, ut nutriat et ut condiatu . L’épître au lecteur de Salviani est datée du 1er septembre 1554.

    • Guillaume Rondelet (1554), Libri de piscibus marinis in quibus verae piscium effigies expressae sunt, Lyon [583 pages] ;Rondelet, qui place lui aussi une illustration en tête de chaque chapitre, sous le titre, la commente comme si l’image de l’animal constituait l’intermédiaire ou l’interface entre la nature et la littérature . La dédicace de Rondelet au cardinal François de Tournon est datée du 1er août 1554 (et le privilège du roy figurant en tête de son traité du 28 juin 1554).

    • Guillaume Rondelet (1555), Universae Aquatilium historiae pars altera, cum veris ipsorum imaginibus, Lyon [ 245 pages] ;

    • Olaus Magnus (1555), Historia de Gentibus Septentrionalibus, earumque diversis statibus, conditionibus, moribus, ritibus, superstitionibus, disciplinis, exercitiis, regimine, victu, bellis, structuris, instrumentis, ac mineris metallicis, & rebus mirabilibus, necnon universis penè animalibus in Septentrione degentibus, eorumque natura, Rome [Poissons : p. 697-778. Livres XX-XXI, De piscibus. & De piscibus monstrosis] ;

    • Pierre Belon (1555), La Nature et diversite des poissons, avec leurs pourtraicts, representez au plus pres du naturel, Paris [448 pages] ;

    • Conrad Gesner (1556), De piscibus et aquatilibus omnibus libelli III novi, Zürich [contient, p. 12-74, un catalogus aquatilium ex Plinio (catalogue alphabétique glosé des ichtyonymes pliniens) ; un plan de l’ouvrage de Rondelet de 1554, p. 75-92 ; et un Aquatilium animantium nomina germanica et anglica, serie literarum digesta, ou Teütsche Nammen der Fischen und Wasserthieren, p. 93-269] ;

    • Guillaume Rondelet (1558), La première [-seconde] partie de l’histoire entière des poissons, Lyon [418 pages + 181 pages] ; Voir Livre XIII chapitre X page 304 "Du Marteau ou Poisson Juif". Il s'agit de la réunion en deux livres d'un seul ouvrage du Libri de piscibus marinis et de l'Universae aquatilium historiae, traduits en français.

    • Conrad Gesner (1558), Historiae animalium liber IIII qui est de piscium et aquatilium animantium natura, Zürich. Gessner Voir ici  

    Pour Aldrovandi De Piscibus libri III chapitre XLIII De Zygena (page 407) voir ici.

    .

    .

    A. Pierre Belon du Mans, 1551, 1553 et 1555.

    1°) Pierre Belon du Mans, L'histoire naturelle des estranges poissons marins, avec la vraie peincture et description du daulphin, et de plusieurs autres de son espèce, imp. de R. Chaudière, Paris 1551. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k82816p/f90.item

    .

     

    Chapitre XV page 45 : Que l'artifice des hommes puisse excuser le défaut de nature, et donner grâce au mauvais goût des poissons.

     

    "Suivant ceci, je veux raconter combien l'artifice des hommes peut ajouter à nature : car les pauvres mariniers et pêcheurs, ayant pris des poissons qui d'eux même sont de saveur ingrate, comme sont les espèces de Chiens nommés en latin Galei, ou plusieurs autres cartilagineux, comme Lamia, Amia, etc. , et celui-ci que j'ai ici portrait nommé Zigena, ou Libella , ils leur savent faire une sauce si propre, que la saveur de la sauce surpasse la saveur ingrate du poisson, laquelle leur ôte la mauvaise odeur, et les rend délectables ; et ainsi que les plus riches font telles sauces avec bonnes Muscades, Girofles, Macis et Cannelle battue, Beurre, Sucre, Vin aigre, pain rôti, lesquelles choses les cuisiniers assaisonnent si bien au Marsouin que encore qu'il sentit le Renard écorché vif toute fois ils le rendront d'un goût plus friand, et d'une saveur plus esquisse que ne sont les rougets, Barbets, ou Lamproies, aussi les pauvres gens n'ayant point tant de choses à commandement, ayant seulement de l'ail et des noix, qu'ils battent avec du pain et de l'huile, et du vin aigre, ils feront une sauce à leur poisson, qu'ils rendront à leur appétit si délicieuse qu'on n'en peut manger, sinon par grande singularité et telle manière de sauce est généralement connue de touts pêcheurs qu'ils nomment vulgairement de l'Aillade."

    "Le portrait de Libella que les Grecs nomment Zygena, et les Romains Balesta, c'est à dire une arbalète."

    .

    Pierre Belon 1551 : la Libella (page 45), Bnf gallica

     

    .

    2°) Petri Bellonii Cenomani de aquatilibus duo, cum eiconibus ad vivam ipsorum effigiem quoad ejus fieri potuit; ad amplissimum cardinalem Castilioneum (Parisii, apud C Stephanum (Ch. Étienne), 1553, pages 60 et 61.

    La traduction va suivre, dans Bellon 1555 et Rondelet 1554.

    "Zigaenam Graeci, Libellam Latini vocauerunt, fabrorum lignariorum et architectorum instrumentum, è quo dependente perpendiculo, rectas parietum ac lignorum facies oculorum nictu pernoscunt : cui instrumento quod is pictis (cuius hic picturam vides) velut adamussim respondeat, Oppianus, Galenus, Aetius, Plinius, caeterique doctiores Zigaenae ac Libellae nomen indiderunt : nos vulgo Nivellum appellamus : quos instrumentum inversum, quia ad arcus et tormenti bellici similitidinem accedat, Itali Balistam nominare maluerunt. Massiliensis a dentium saevite Cagnolam, atque a fe ritate Iudaeum, et fortassis a deceptione Baratellam incerta nomenclatura dicunt. Cetaceus est piscis, cartilagineus, rotundus, oblongus, horridus, ac plane monstruosus, Mediterranei ad Smirna maxima incola mustelini generis, damnosus magis quam utilis. Quamobrem natura carnem insipida, et humanis corporibus noxiam illi tribuit : dentesque (quos in quinque ordines digestos, numerosissimos, planos, ut Carcharias gerit,) sub cute ad praeda recoditos, atque oculos praeter aliorum more in pronam capitis partem excavatos, ut deorsum potius, quam sursum leonina quadam voracitate convertat. Caetera pinnis cute, ac branchis plane mustelam refert, sed tanta asperitate non horret."

    Zigaena, Graecis : Libella, latinis ;  Balista , Italis ; Cagnola, Massiliensibus.

    https://archive.org/stream/petribelloniicen00belo#page/60/mode/2up


     

    .

    1553 : Libella, in Petri Bellonii Cenomani de aquatilibus duo, cum eiconibus ad vivam ipsorum effigiem folio 60

     

    Libella, Petri Bellonii Cenomani de aquatilibus duo, cum eiconibus ad vivam ipsorum effigiem folio 61.

    .

    3°)  Belon donna en 1555 trois éditions ou rééditions successives en français de cet ouvrage, avec changements, sous les titres suivants:

    1° La Nature et diversités des poissons, avec leurs pourtraicts représentés au plus près du naturel (Paris, 1555, in-8);

     De la Nature et, diversité des poissons traitant de leur nature et propriétés, avec leurs descriptions et naïfs pourtraicts, en sept livres (Paris, 1555, in,-fol.);

    3° L'Histoire des poissons traitant de leur nature et propriétés, avec les pourtraicts d'iceux (Paris, 1555, in-4), en latin et en français. Dans ce traité sur les poissons, se trouvent réellement les bases de l'ichtyologie moderne. 

     

    Voici  La Nature et diversité des poissons, avec leurs pourtraicts représentez au plus près du naturel, de 1555. 

     

    "Les Provenceaulx appellent ce poisson cy apres presenté Cagnole et Juif pour sa cruaulté : par ce qu'il est plus dommageable que nulle autre beste de sa sorte. Et pour ce aussy qu'en malfaisant en la mer, il trompe et deceoit les autres poissons, et mesme les pescheurs : ils l'ont appellé Baratelle. Les Grecs et Latins pour ce qu'il ha la façon comme d'un nyveau de Charpentier ou Maçon, l'ont appelé Zigena et Libella. Les Italiens l'ont mieulx aymé nommer Arbalestre pour ceste mesme figure. Ce poisson est fort grand, rond, long et monstrueux, de chair fadde, insipide et malfaisante au corps des personnes"

    .

    .

    La Libella, ou Zygaena, Pierre Belon 1555 La Nature & diversité des poissons page 54.

    .

    .

    .

     

     

    .

    B.  Ippolito Salviani (1554), Aquatilium animalium historiae liber primus cum eorundem formis, aere excusis, Rome, 

    Cet auteur donne en premier la gravure sur cuivre très soignée (page 128), puis le titre  DE HISTORIA AQATILIVM ANIMALIVM, 129  HISTORIA TRIGESIMA OCTAVA  / DE LIBELLA , suivi de cinq paragraphes : Nomen ; Descriptio ; Locus ; Natura et Mores ; Ut sapiat et Nutriat  [ Nom ; Description ; Localisation ; Nature et mœurs ; pour le goût et les qualités nutritives.]

    .

    https://www.biodiversitylibrary.org/item/156187#page/277/mode/1up

     

    LIBELLA, Ippolito Salviani, 1554, Aquatilium ...page 128 ; gravure sur cuivre par Antonio Lafreri.

    .

     


    Ν Ο Μ Ε N

    "Hic noster quadragesimus piscis, quem Romae ciambetta, et in aliquibus Italiae vocis pesce Martello , in ahiisque pesce Balestra (eo quod sua figura vtrumque repraesentet, aduertendum tamen est, non huc sed
    septuagesimum sextum nostri ordinis, Roma  pesce Balestra vocari) ac Massilias peis iouzou ( quod capitis tempora ceu cornicula promineant, Iudaeorum more,qui sic colim Massiliae induebantur) in Hispania vero peis Limo et Toilandalo vocant ; a Graecis libella dicitur, (apo ---os-..

    "Nam cum jugos boum iugum, et libram sive balancem, nec non librile transversum, ex quo lances dependent, significet ; hos omnibus , sui corporis forma [grecc] piscis simillimus est. Cum vero nullus latinorum (quod quidem sciam ) eius meminerit , latino nomine caret . Quamobrem Theodorus Gaza in Aristotelis versione (*) , [greccc] libellam interpretatus est.

    "Verum cum Libella fabrile instrumentum sit ab Italis Arcopendolo vocatum , ad cuius similitudinem nequaquam piscis iste accedit, Theodorum (ignorata nominis Libellae proprietate ) vti libra balancem significat, ita Libellam, paruam bilancem significare ratum , [grecc] libellam vertisse suspicor ,cumm Libram potius, Librileve, aut iugum vertere oportebat.

    (*) Traduction de l'Historia animalium d'Aristote par Théodore Gaza

    "Hunc autem piscem nostrum, Graeorum [grecc] esse, praeter id, quod ex eius figura, Graecam nomenclaturam egregie aemulante , manifeste intelligitur ; ijs etiam omnibus declaratur, quae zygenae a veteribus tribuuntur ; vt quae ei probe respondeant.

    ." Quamobrem a Petro Gyllio desiciendum est, quippe qui hunc piscem nostrum ab Aristotele non [grecc] a Theodoro vero non sed [grecc] appellari arbitratur; , a Theodoro vero non Libellam seu Malleum appellari arbitratur. Ea, (vti opinor) coniectura ductus, quodalicubi ( vt diximus ) pesce Martello vocetur, quodque malleo simillimus sit; qua nos ceu leui & friuola reiecta, nonum nostri ordinis piscem [grec ] ( vt octaua hisloria docuimus ) hunc vero [grecc libella?] esse , procul dubio affeueremus . Quem vna cum Theodoro , ne nomma nouare videamur, Libella vocabimus "

    .

    C. Guillaume Rondelet, 1554, Libri de piscibus marinis , et 1558 Histoire entière des poissons.

    .

    Guillaume Rondelet (1507-1566), docteur en médecine, professeur royal en 1545, a été chancelier de la faculté de Montpellier ; il est connu des littéraires puisqu’il a été caricaturé par son ami Rabelais sous le personnage de Rondibilis dans Pantagruel. Il a aussi été un compagnon du cardinal de Tournon qu’il a accompagné dans beaucoup de ses voyages sur les côtes de l'Aquitaine puis à Rome en 1549.. Après avoir visité Venise et les universités italiennes il revient à Montpellier où il fait élever un imposant amphithéâtre anatomique et fait installer des viviers dans sa propriété proche de Montpellier et l’on rapporte qu’il disséquait des poissons que ses amis et élèves lui apportaient.

    Avec cet ouvrage dans lequel il ébauche une classification naturelle, c'est l'un des premiers observateurs de la faune aquatique, et avec Belon, l'un des précurseurs de l'ichtyologie en France. L'ouvrage traite de tous les animaux aquatiques regroupés soue le nom de "poissons" : cétacés, coquillages, arthropodes, grenouilles et même du castor dont Rondelet décrit l'anatomie et la morphologie. A ces précisions biologiques, l'auteur a ajouté des considérations sur le milieu, les comportements, l'alimentation émaillant parfois sa description de notes gastronomiques. 

    Alors que depuis l’Antiquité 117 espèces de poissons étaient répertoriées et toujours reprises, Rondelet innove en recensant  dans son œuvre 440 espèces animales aquatiques, dont 241 espèces de « vrais » poissons.

    Rondelet (qui fut caricaturé par son ami Rabelais sous le surnom de Rondibilis) accueille durant 10 ans dans sa maison Charles de l'Escluse, ami des Fugger, les fameux banquiers d'Augsbourg,  puis Jean Bauhin. Il est en relation avec tous les naturalistes connus d'Europe, et chez son maître Rondelet, Clusius rencontre Laurent Joubert, anatomiste, médecin renommé et chancelier de l'Université, ainsi que Félix Plater qui sera professeur de médecine à Baie et le premier maître de Gaspard Bauhin. Puis la chaîne savante se poursuit : Après 1561, c'est Jean Bauhin qui vient demander à Rondelet des leçons d'anatomie ; puis c'est Mathias de L'Obel, fils de la Flandre française, qui brûle d'explorer la flore du Languedoc et des Cévennes. En 1565, il rencontre, toujours chez Rondelet, le médecin-botaniste Pierre Pena dont le frère Adrien est conseiller au Parlement d'Aix ; celui-ci a fréquenté les principales Universités de France et d'Italie, comme fera plus tard un autre parlementaire d'Aix, Peiresc — et les connaissances du savant et du linguiste sont aussi étendues que celles du jurisconsulte. 

    Le célèbre Gesner de Zurich , ancien étudiant de Montpellier, est en rapport avec le cercle de Rondelet par l'intermédiaire de Gaspard Wolf de Zurich, alors étudiant à Montpellier.

    .

    Mais revenons à notre Marteau.

    .

    1°) Rondelet 1554, Libri de piscibus marinis page 389.

    Notez les termes français "le plomb", l'équerre", "Niveau", "la règle", qui commente le nom Libella.
    .

     

    Rondelet 1554 Libri de piscibus marinis page 389 De Zygaena, BnF Gallica

     

     

    .

    2°) Rondelet, 1558, La Première  partie de l'Histoire entière des poissons.

    .

     

    La Première [seconde] partie de l'Histoire entière des poissons, composée premièrement en latin par maistre Guillaume Rondelet,... maintenant traduites ["sic"] en françois... [par Laurent Joubert.] Avec leurs pourtraits au naïf.  Lyon : M. Bonhomme, 1558.

    Cette première édition française est illustrée d'un portrait et de 439 belles gravures sur bois (d'auteur inconnu). C'est le premier grand livre en français consacré aux poissons, et l'un des plus beaux illustrés de zoologie du XVIe siècle. L'ouvrage était paru antérieurement en latin en 1554 ( Libri de piscibus marinis)https://fr.wikipedia.org/wiki/Odonata et 1555 ; il ne s'agit pas de l'œuvre originelle de Rondelet, mais d'une re- traduction  probablement due à Laurent Joubert qui fut l'élève de Rondelet. (Le livre semble avoir été écrit originellement en français par Rondelet, traduit ensuite en latin par Charles de l’Escluze pour être publié en 1554, puis retraduit en français pour l’édition française de 1558.)

    Du Marteau, ou Poisson Iuif.  Chap. X.

    "ΖΥΓΑΙΝΑ, en Latin Libella est nommé ce poisson de la figure qu'il a comme un instrument de maçon et charpentiers, appelé en français niveau, qui est fait d'un bois mis de travers au milieu duquel est dressé un autre, et d'icelui pend une petite corde avec un plomb au bout. Tel est la figure de ce poisson ayant la tête de travers, le corps posé au milieu d'icelle, ou bien est nommé Ζυγαινα pour la figure d'une balance ou la figure d'un joug lequel on lie de travers aux têtes de bœufs. Pour cette même façon de tête, d'aucuns en Italie est nommé Balista, d'autres Pesce martello, car il est fait comme un marteau, à Marseille Peis iouzio poisson juif de la similitude de l'accoutrement de tête duquel usaient au temps passé les juifs en Provence, en Espagne Peisz limo, Limada, toilandalo. Ce poisson est grand et cetacée, il a les ouïes découvertes aux côtés, la bouche au-dessous, la tête différente de tous les autres, à savoir mise de travers comme l'arc d'une arbalète, ou la tête d'un marteau, en chaque bout de la tête sont mis les yeux. Il a la bouche grande, garnie de trois rangs de dents, larges pointues, fortes, tendentes vers les côtés. La langue large comme la langue de l'homme. Le dos est noir, le ventre blanc. Il a deux ailes [nageoires] aux ouïes, au dos point, près de la queue il en a deux petites, la queue finit en deux grandes, inégales. Il a un col, et un long conduit par où dévale la viande en l'estomac, il est horrible à voir, sa rencontre porte malheur aux navigateurs. Il est de chair dure, de mauvais goût, de mauvaise odeur, de mauvaise nourriture."

    .

    .

    Du Marteau ou Poisson Iuif, Guillaume Rondelet 1558, BnF Gallica

     

    .

    .

    Conclusion.

    C'est avec Rondelet 1554 et 1558 que nous disposons des informations les plus explicites, et, notamment, de ce que ses contemporains désignent précisément sous le nom de "libella" ou "niveau" :

     "un instrument de maçon et charpentiers, appelé en français niveau, qui est fait d'un bois mis de travers au milieu duquel est dressé un autre, et d'icelui pend une petite corde avec un plomb au bout."

    Cela correspond exactement au dessin donné par Gaffiot dans son Dictionnaire latin-français, mais encore fallait-il le vérifier.

    C'est aussi lui qui nous précise exactement pourquoi ce poisson a reçu ce nom, pour sa forme en T, qui évoque aussi un joug de bœuf, zygaena en grec : 

    "Tel est la figure de ce poisson ayant la tête de travers, le corps posé au milieu d'icelle, ou bien est nommé Ζυγαινα pour la figure d'une balance ou la figure d'un joug lequel on lie de travers aux têtes de bœufs."

    .

    .

     

    .

    IV. L'APPLICATION DU ZOONYME  "LIBELLA"  AUX LARVES DES LIBELLULES. RONDELET 1555 et 1558. 

    .

    Il est bien connu depuis Jacques d'Aguilar et J.L. Dommanget (1985 et 1998) relayés par Wikipédia, que c'est Guillaume Rondelet qui a nommé Libella fuviatilis une larve de zygoptère dont il donne l'illustration. Encore faut-il étayer, illustrer et commenter cette donnée.

    .

    1°) Rondelet 1558, Histoire entière des poissons.

    Dans la même  Histoire entière des poissons  où il a décrit le Marteau et mentionné son nom latin de Libella, mais dans le Second Livre, Guillaume Rondelet décrit, page 157, dans la partie Des poissons de rivière, un petit insecte auquel il attribue le nom de Marteau ou Niveau d'eau douce. Il faut bien comprendre que ce n'est pas un Niveau d'eau, mais un Niveau (d'eau douce, par opposition à son grand homologue, marin).  C'est par comparaison des deux yeux excentrés et non contigus (qui caractérisent les Zygoptères) avec les deux yeux écartés du Requin Marteau ou Libella que Rondelet attribue le même nom aux deux espèces, l'un étant le Niveau d'eau douce et l'autre le Niveau marin, et tous les deux ayant grossièrement la forme en T d'un Niveau ou Libella de maçons et architectes..

    .

     

    Du Marteau ou Niveau d'eau douce.
    Chap. 35.

    Ce petit insecte se peut appeler Libella fluviatilis, pour la similitude de corps qu'il a avec le poisson marin nommé Zigæna ou Libella, pour la figure faite comme un Niveau, duquel usent les Architectes, lequel aussi en Italie s'appelle poisson Marteau. Cette bête est fort petite, de la figure d'un T, ou d'un Niveau, ayant trois pieds de chaque côté. La queue finit en trois pointes vertes desquelles, et des pieds elle nage.

     

     

     

    .

    Rondelet, 1558, Histoire entière des poissons page 157 : Du Marteau ou Niveau d'eau douce. BnF gallica

    .

    .

    Larve de Coenagrion puella photographie de Siga sur Wikipédia

    .

    .

    2°) Rondelet 1555, Universae aquatilium historiae page 213.

    Dans cet ouvrage, où Rondelet décrit 100 mollusques, et qui constituera le Second livre de l'Histoire entière des poissons,  nous trouvons le premier acte de baptême de Libella fluviatilis, le Niveau d'eau douce.

     

    "Insectum hoc libellam fuviatilem libuit appellare, à similitudine quae illi est cum fabrili instrumento, et cum Libella marina. Haec bestiola parva est admodum T literae figuram referens, pedes ternos utrinque habet, Cauda in tres appendices definit, quae viridi sunt colore, iisdem et pedibus natat."

    [Je choisis de nommer Libella (ou Niveau) fluvial cet insecte pour sa similitude avec l'instrument de l'ouvrier  et avec le Libella marin [ou Marteau] . Cette petite bestiole a   la forme de la lettre « T », il a  trois pattes de chaque coté, des deux côtés, sa queue est divisée en trois appendices, qui sont de couleur verte, conçues pour nager tout comme les pattes ?"]

    .

    .

    De Libella fluviatili, G. Rondelet 1555, Universae aquatilium historiae page 213

    .
     

    .

     

    Conclusion.

    Un an après avoir décrit sous le nom de Niveau ou Libella le Requin-Marteau, Rondelet établit, sur des critères morphologiques, une comparaison entre ce requin de près de 5 m de long et une minuscule larve de zygoptère, qui partage avec lui sa forme en T liée à des yeux excentrés, semblable au niveau du contremaître : le "Niveau fluvial" ou Labella fluviatilis est né. 

    Il faudra une autre étape, avant-dernière avant le Libellula de Linné, celle qui fera de ce Libella le terme générique de toutes les libellules des auteurs du XVII et XVIIIe siècle. Place à Thomas Mouffet.

    .
     

    .

    .

    V. LIBELLA DEVIENT LE TERME SCIENTIFIQUE LATIN DÉSIGNANT TOUTES LES LIBELLULES DÉCRITES PAR THOMAS  MOFFET EN 1634.

    Après la parution des ouvrages d'ichtyologie de 1551 à 1558, et cette naissance du nom libella,  il n'y eu aucune publication significative en entomologie jusqu'en 1602, où paraît De Animalibus insectis libri septem, cum singulorum iconibus expressis d'Ulisse Aldrovandi, de Bologne. Cet ouvrage consacré aux insectes. Aldrovandi y décrit 19 libellules, mais puisqu'il utilise à leur propos le nom de Perla ("Perles", par allusion à leurs yeux saillants)et, à aucun moment des pages 302-305, le nom de Libella, nous allons le laisser dans les rayonnages de notre bibliothèque numérique.

    Conrad Gessner avait été emporté par la peste en 1565 sans pouvoir publier le matériel entomologique qu'il avait réuni pour le sixième tome de son Histoire des Animaux. Il avait confié ses notes et les spécimens de ses collections à Edward Wotton, et à Thomas Penny.

    Ce matériel, enrichi du travail préparatoire de Thomas Penny parvint à la mort de ce dernier  en dépôt entre les mains de son ami Thomas Moffet (Muffet, Moffet, Moufet) , qui en prépara une publication. Egalement frappé par la mort en 1604 avant de réussir à publier son ouvrage, ce dernier a été publié en 1634 sous le titre Insectorum sive Minimorum Animalium Theatrum. La page de titre ajoute après le titre "olim ab Edoardo Wottono, Conrado Gesnero, Thomaque Pennio inchoatum"  (d'après les ébauches rédigées autrefois par Edward Wotton (1492-1555), Conrad Gessner et Thomas Penny (1530-1588)), et on y fait aussi mention de Charles de l'Escluse ou Clusius, ce qui indique que toute la bande des amis de Guillaume Rondelet avait participé. Quant au londonien  Penny, qui avait étudié la médecine à Cambridge, il avait entrepris  de voyager pour rencontrer Gessner et Rondelet. Hélas, il atteint Zurich peu avant la mort de Gessner, le 13 décembre 1565 et Montpellier juste après la mort de Ronchelet.  Malgré les 80 années écoulées, des liens intellectuels et de fortes affinités relient le Theatrum Insectorum avec les publications des années 1550.

    Il n'est donc pas étonnant que le terme Libella soit utilisé dans cet ouvrage, mais il sert désormais non plus à désigner la larve de libellule, mais l'ensemble des insectes 

    .

    — MOFFET (Thomas) 1634 Insectorum, sive, Minimorum animalium theatrum. Londini : Ex officin typographic Thom. Cotes et venales extant apud Guiliel. Hope. 

    Les libellules y occupent les pages 64 à 69. Elles sont classées en 8 Libellas Maximas, 6 Libellas Medias et 4 Libellas Minimas, soit 18 espèces.

    Le paragraphe les concernant débute en plein texte au bas de la page 64  par une description générale :

    .

    "Il faut maintenant dénombrer ces Mouches qui sont appelées en latin Mullei, Pavones et Libellae, et que les Grecs appellent Zygaena à cause de la ressemblance avec un poisson de même nom. En anglais ils sont nommés Adders, Boults, Dragon-flies, et Water-butterflies, et s'ils sont dits « papillons aquatiques », c'est parce qu'ils sont rarement observés dans les terres, mais toujours sur les eaux des rivières ou des étangs.

    "Les Italiens les nomment Cevettoni; les Hollandais, Romdoubt: Ils ne diffèrent peu ou prou par leur formes, mais surtout par leur couleurs. Certains ont un corps qui ne mesure pas plus de deux onces de long, mais ils sont néanmoins longs et minces, en forme de pipe ou de trompe. Et on leur décrit trois parties : une tête, un thorax et le reste du corps qui forme une queue.

    "La tête, avec deux grands yeux fureteurs, est de la même couleur que le reste du corps. Elle s'attache  à un cou très court, auquel les  deux pattes antérieures sont fixées, toutes les autres étant réunies au thorax. Les pattes postérieures sont les plus longues, les plus appropriées à sauter ou à maintenir le corps.

    "Toutes ont des queues  fourchues par lesquelles, lors de l'accouplement, elles demeurent longtemps attachés. La plupart des naturalistes pensent que ces insectes prennent naissance à partir des vers qui poussent dans les joncs putrides ; ce que je tiendrais volontiers pour vrai, mais [à quoi servirait alors la copulation??] .   "

    .

    La description se poursuit page 65 avant que ne débute la description particulière des  8 Libellas Maximas (pages 65 et 66), celle des 6 Libellas Medias (page 66 et 68) et celle des  4 Libellas Minimas (page 69).

    .

    Maximae Libellae, Thomas Mouffet 1634 page 66

    .

    Des planches sont illustrées des gravures sur bois aux figures non numérotées.

    .

    Thomas Moffet, 1634, Insectorum sive minimorum animalium Theatrum page 67.

     

    .

    .

    Libellae mediae et minimae, Thomas Moffet, 1634, Insectorum sive minimorum animalium Theatrum page 68.

    .

    .

     

    En 1658 sera publiée, également à Londres,  la traduction en anglais du Theater insectorum de Moffet sous le titre The Theater of Insects, à la fin du The history of four-footed beasts and serpents de Topwell. Le terme latin de Libella n'est pas traduit et reste encore employé comme nom scientifique de cette famille d'insectes aquatiques;

    .

    .

    VI. LES NATURALISTES DU XVIIe ET XVIIIe REPRENNENT DANS LEURS DESCRIPTIONS LE NOM LIBELLA.

    .

    L'apothicaire londonien James Petiver décrit dans son Musei Petiveriani de 1700 deux spécimen de Libella anglica page 64 . Sa n° 714 Libella Anglica media est comparée à la Libella media n° 6 de Moffet page 69 (sic) et sa n°715 Libella Anglica media est également rapportée à la Libella media I Moffet page 66. En 1701 ou 1703, trois Libella sont décrites page 84, sous le nom de Libella maxima et de Libella major, avec à nouveau des références aux illustrations et descriptions de Moffet.

     

     

    En 1710; l'Historia insectorum de John Ray, publiée de façon posthume à Londres, décrira ses libellules page VII sous le nom de Libella seu Perla, 'Libella ou Perla" , et ses 23 espèces seront décrites par une phrase latine (diagnose) débutant par Libella. Elles renverront aux descriptions de Moffet. (exemple : Libella maxima vulgatissima, alis argenteis. Majorum tertia Moufetti

    .

    CONCLUSION

    .

    Le  zoonyme "Libella" a acquis ses lettres de noblesse au XVIIe et au début du XVIIIe siècle après avoir été employé par Thomas Moffet comme terme descriptif général des (futures) Odonates. Linné, qui utilisera surtout l'Historia insectorum de John Ray pour identifier ses propres spécimens et sa systématisation des libellules, reprendra naturellement ce terme.

    Il ne suffira plus que les deux lettres UL pour que Libellula fasse son éclosion dans le royaume de l'Entomologie.

    .

     

     

    .

    ANNEXE. QUELQUES NOMS DES LIBELLULES DANS WIKTIONNAIRE.

    .

     

    • Albanais : pilivesë (sq)

    • Allemand : Libelle (de), Wasserjungfer (de)

    • Anglais : dragonfly (en)

    • Breton : nadoz-aer (br)

    • Catalan : libèŀlula (ca)

    • Cornique : nader-margh (kw)

    • Corse : filangrocca (co)

    • Croate : libela (hr)

    • Danois : guldsmed (da)

    • Espagnol : libélula (es)

    • Frison : blaujufferke (fy), blau-ynske (fy)

    • Gaélique irlandais : snáthaid mhór (ga)

    • Galicien : libélula (gl)

    • Gallois : gwas y neidr (cy)

    • Italien : libellula (it)

    • Néerlandais : libel (nl), waterjuffer (nl)

    • Norvégien (bokmål) : øyenstikker (no), øyestikker (no)

    • Norvégien (nynorsk) : augestikkar (no), augnestikkar (no)

    • Occitan : domaisèla (oc)

    • Polonais : ważka (pl)

    • Portugais : libélula (pt)

    • Roumain : libelulă (ro), calul-dracului (ro)

    • Suédois : trollslända (sv)

    • Tchèque : libela (cs), šídlo (cs), vážka (cs), vodováha (cs)

    .

    .

    SOURCES ET LIENS.

    .

    1. Sur cet article.

    .

    — "A l'origine du nom "libellule" : Rondelet 1558"

    https://www.sylvestris.org/odonata/libella.htm

    — AGUILAR (Jacques d'), DOMMANGET (Jean-Louis), 1998, Guide des libellules d'Europe et d'Afrique du Nord, Delachaux et Niestlé, 1998, p. 16.

    — BELON DU MANS (Pierre), 1555, La nature et diversité des poissons, avec leurs pourtraicts, représentez au plus près du naturel  / par Pierre Belon du Mans   A Paris. Chez Charles Estienne, Imprimeur ordinaire du Roy. M.D.LV

    http://www.bvh.univ-tours.fr/Consult/consult.asp?numfiche=776&offset=102&numtable=B452346101_C1275&mode=3&ecran=0

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97301p/f91.image

     FLIEDNER (Dr. Heinrich), 2012,  "Wie die Libelle zu ihrem Namen kam",  Virgo, Mitteilungsblatt des Entomologischen Vereins Mecklenburg 15. Jahrgang (2012), Heft 1 H.: 5-9, 8 Abb., Schwerin.

    http://www.entomologie-mv.de/download/virgo-15/virg%2015104%20Libelle_Namensherkunft.pdf

     

    — GESNER, C. 1558 : Historiae Animalium Liber IIII, qui est de Piscium et Aquatilium animantium natura, cum iconibus singulorum ad vivum expressis. Froschover, Turici (= Zürich).

     

    — GESNER, C. 1560: Nomenclator Aquatilium animantium. Icones animalium aquatilium in mari et dulcibus aquis degentium, plus quam DCC, cum nomenclaturis singulorum Latinis, Graecis, Italicis, Hispanicis, Gallicis, Germanicis, Anglicis aliisque interdum, per certos ordines digestae. Froschover, Turici (= Zürich).

     

    JARRY, D. 1962: Die seltsame Geschichte des Namens »Libelle«. Ent.Z. 72: 60-62.

     

    — KEMNER, N. A. 1942: Über die Herkunft des Namens Libella für die Odonaten sowie die ältere Geschichte dieses Namens. Lychnos. Lärdomshistorika Samfundets Årsbok 1942: 76-86.

     — MOFFET (Thomas) 1634 Insectorum sive minimarum animalium theatrum., olim ab Edoardo Wottono, Conrado Gesnero Thomaque Pennio inchohatum, tandem Tho. Moufetii Londinatis opera sumptibusque maximis concinnatum, auctum et perfectum et ad vivum expressis iconibus supra quingentis illustratum. Londini : Ex officin typographic Thom. Cotes et venales extant apud Guiliel. Hope,  Cap. XI. De Muscarum differentijs page 58

    https://www.biodiversitylibrary.org/item/123182#page/88/mode/1up

     — MOFFET (Thomas), 1658,  The Theater of Insects: Or, Lesser Living Creatures, As, Bees, Flies, Caterpillars, Spiders, Worms, Ect., a Most Elaborate Work Edward Topsell, E. Cotes, 1658 - 242 pages. Publié à la suite de The history of four-footed beast :

    The history of four-footed beasts and serpents describing at large their true and lively figure, their several names, conditions, kinds, virtues ... countries of their breed, their love and hatred to mankind, and the wonderful work by Edward Topsell ; whereunto is now added, The theater of insects, or, Lesser living creatures ... by T. Muffet ...1658.

    https://archive.org/stream/historyoffourfoo00tops#page/n851/mode/2up

    https://archive.org/stream/historyoffourfoo00tops#page/940/mode/2up

    https://quod.lib.umich.edu/e/eebo/A42668.0001.001/1:14.11.1?rgn=div3;view=fulltext

    NITSCHE, (Georg) ,1965: Die Namen der Libelle. (Wörterbuch der deutschen Tiernamen, hg.v. W. WISSMANN, Beiheft 3). Akademie-Verlag (Ost-) Berlin.

     

    RONDELET, (Guillaume). 1554: Libri de piscibus marinis, in quibus veræ piscium effigies expressæ sunt. Bonhomme, Lugduni (=Lyon). page 389

    RONDELET, (Guillaume). 1555: Gulielmi Rondeletii, Vniuersæ aquatilium historiæ pars altera, cum veris ipsorum imaginibus. Bonhomme, Lugduni (=Lyon), page 113

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97272x

    —SALVIANI (Ippolito, ou Hippolytus Saluianus ), 1554, Aquatilium animalium historiae liber primus, cum eorumdem formis, aere excusis , Aretinus, Bernardus,  , illustration , Beatrizet, Nicolas,  , graveur ; Lafréry, Antoine, 1512-1577 , graveur, page 128-129 https://www.biodiversitylibrary.org/item/156187#page/276/mode/1up

    — SCHÄFER, L. 1947: Deutsche Synonymik der Libelle. Diss.Univ.Marburg (masch.).

    — ZUCKER (Arnaud), 2013, « Zoologie et philologie dans les grands traités ichtyologiques renaissants », Kentron [En ligne], 29 | 2013, mis en ligne le 22 mars 2017, consulté le 20 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/kentron/702 ; DOI : 10.4000/kentron.702

    .

    2. Bibliographie des Odonates.

    ZOONYMIE.

    — CHARLESTON (Walter) (1619-1707), 1668, Onomasticon zoicon : plerorumque animalium differentias & nomina propria pluribus linguis exponens. Cui accedunt mantissa anatomica ; et quaedam De variis fossilium generibus. Londini : apud Jacobum Allestry ..., 1668.

    Walter Charleton is best known today for his long paraphrase of the mechanical philosophy of Pierre Gassendi, known as Physiologia. He was a physician with strong royalist sympathies, a member of the Royal Society and an author. The name of the work displayed here, Onomasticon zoicon, means a dictionary of names of living things. It is a work on taxonomy and is the first English book to provide pictures of the English birds it describes and is indicative of the important role that physicians played in the study of natural philosophy.

    — CHARLESTON (Walter) (1619-1707), 1677  Exercitationes de Differentiis & Nominibus Animalium. : réédition de l'ouvrage précédent. Voir page 39 Perla

    https://archive.org/stream/bub_gb_DxEbaWZSsDgC#page/n61/mode/2up

    http://reader.digitale-sammlungen.de/de/fs1/object/display/bsb10871319_00005.html

    https://archive.org/stream/bub_gb_DxEbaWZSsDgC#page/n5/mode/2up

    .

    ALBARDA Herman 1889 Catalogue raisonné et synonymique des Névroptères, observés dan les Pays-Bas et dans les Pays limitrophes

    http://www.eis-nederland.nl/Portals/4/pdfs/Albarda_1889.pdf

    ANIMALBASE

    http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/home/highergroup?id=59

    http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/list/families?highergroup=59

    — Jacques d'AGUILAR, Jean-Louis DOMMANGET et René PRÉCHAC. 1985. Guide des libellules d'Europe et d'Afrique du Nord. Delachaux & Niestlé. (341 pp.)

    — BELIN-MILLERON, (J.), 1952,  « Les naturalistes et l’essor de l’humanisme expérimental (fin du XVIe, début du XVIIe siècle) ; de Rondelet au conseiller Peiresc ».Revue d’histoire des sciences et de leurs applications. 1952, tome 5 n°3, p. 222-233.

    http://www.persee.fr/doc/rhs_0048-7996_1952_num_5_3_2944

     FLIEDNER (Dr. Heinrich), Die wissenschaftlichen Namen der Libellen in Burmeisters ‘Handbuch der Entomologie’ Non consulté hélas.

    http://www.entomologie-mv.de/download/virgo-9/Virgo%200902%20Die%20wissenschaftlichen%20Namen%20der%20Libellen%20in%20Burmeisters.pdf

    GEOFFROY (Etienne-Louis), 1762,  Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris. Chez Durand, à Paris 1762, in-4 (4) xxviij, 523pp. et (4), 2 volumes reliés.

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k991697/f615

    GEOFFROY (Etienne-Louis), 1799 Histoire abrégée des insectes, dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique. Tome 2 / par M. Geoffroy, C. Volland / Rémond (Paris)

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1043241t/f227.image

    http://archive.org/stream/histoireabrg02geof#page/216/mode/2up/search/sylvie

    HARRIS, Moses, 1731-1785, 1786, Exposition des insectes que se trouvent en Angleterre; comprenant les différentes classes des Neuoptera, Hymenoptera, et Diptera: ou des abeilles, mouches, et Libellulae. Londres,B. White et J. Edwards,1786.

    https://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/130967#/summary

    LA CHESNAYE-DESBOIS (François-Alexandre Aubert de ), 1754 Système naturel du regne animal, par classes, familles ...Chez Cl. J.B. Bauche, 1754, 641 pages

    https://books.google.fr/books?id=K5OaIamcfcAC&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

    LA CHESNAYE-DES BOIS (François-Alexandre Aubert de)  Dictionnaire raisonne et universel des animaux ou le regne animal etc, Volume 2  chez Claude-Jean-Baptiste Bauche, 1759 page 19

    LEEUWENHOEK (Antoni van), 1695, Arcana naturae detecta, 1695 page 18

    https://archive.org/stream/gri_arcananatura00alee#page/n33/mode/2up

    — LINNÉ (Carl von,) 1746, Caroli Linnaei medic. & botan. prof. Upsal ... Fauna Svecica, sistens animalia Sveciae regni : Quadrupedia, Aves, Amphibia, Pisces, Insecta, Vermes, distributa per classes & ordines, genera & species, cum differentiis specierum, synonymis autorum, nominibus incolarum, locis habitationum, descriptionibus insectorum.Stockholmiae :Sumtu & literis Laurentii Salvii,1746. Bergquist, Carl, 1711-1781 , graveur. Leche, Johan, 1704-1764 , ill. 

    https://www.biodiversitylibrary.org/item/129804#page/261/mode/1up

    — LINNÉ ( Carl von,) 1758, Caroli Linnaei...Systema naturae per regna tria naturae :secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis. Holmiae : Impensis Direct. Laurentii Salvii, 1758-1759. pages 543-546.

    https://www.biodiversitylibrary.org/page/727383#page/565/mode/1up

    — LINNÉ ( Carl von,) 1764, Museum Ludovicae Ulricae reginaeSuecorum, in quo animalia rariora , exotica imprimis insecta et conchilia describuntur, etc. Holmiae, l764 , 2 t. en 1 vol. in-8.

    — LINNÉ (Carl von), 1736, Animalia per sveciam observata, Acta literaria et scientiarum Sveciae, volume 4, Uppsala pages 97-138.

    http://linnean-online.org/119957/

    — LINNÉ (Carl von)  Caroli Linnaei ... Oratio de necessitate peregrinationum intra patriam : ejusque Elenchus animalium per Sueciam observatorum. accedunt Johannis Browallii Examen epicriseos Siegesbeckianae in systema plantarum sexuale. et Johannis Gesneri ... Dissertationes de partium vegetationis et fructificationis structura

    https://books.google.fr/books?id=EhAAAAAAQAAJ&pg=PA77&lpg=PA77&dq=Libellula+alis+argenteis,+cauda+forcipata&source=bl&ots=S1aRpmRySJ&sig=XwiR695hPt5kIaoLEHnA-4USEUs&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiTsp7CupbYAhWLLVAKHTCzDSYQ6AEIMzAD#v=onepage&q=Libellula%20alis%20argenteis%2C%20cauda%20forcipata&f=false

    NATIONAL HISTORY MUSEUM

    http://www.nhm.ac.uk/our-science/data/uk-species/species/calopteryx_splendens.html

    — OLIVIER (Guillaume-Antoine) 1792  l'Histoire Naturelle des Insectes t. VII (Encyclopédie méthodique des Insectes T. Panckoucke, Paris) pages 555-572.

    https://www.biodiversitylibrary.org/item/32568#page/563/mode/1up

    —  RÉAUMUR. (René-Antoine Ferchault de), 1738 Mémoires pour servir à l'histoire des insectes, Imprimerie Royale, Paris ; tome IV, tome 4, Histoire des gallinsectes, des progallinsectes et des mouches à deux ailes dessinateurs et graveur Cl. Lucas, Filloeul, Haussard, Pl. 10, dépl., p. 160. Fig. 4 à 6 : mouche demoiselle à deux ailes.

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b23002913/f12.item

    —  RÉAUMUR. (René-Antoine Ferchault de), 1742, Mémoires pour servir à l'histoire des insectes, Imprimerie Royale, Paris. Tome VI    11e mémoire, Des mouches à quatre aisles nommées demoiselles.  page 387-456.

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k99228x/f504.image

    TAXONOMICON

    http://taxonomicon.taxonomy.nl/TaxonTree.aspx?src=1002&id=17481

    Toussaint von Charpentier, 1840, Libellulinae europaeae descriptae ac depictae

    L. Voss, 180 pages

    https://books.google.fr/books?id=DoIwvgAACAAJ&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

    WIKIPEDIA Neuroptera in the 10th edition of Systema Naturae

     

    https://en.wikipedia.org/wiki/Neuroptera_in_the_10th_edition_of_Systema_Naturae

    — Wissmann, Wilhelm [Hrsg.], Wolfgang Pfeifer und Georg Nitsche:

    Wörterbuch der deutschen Tiernamen. Beihefte 1 - 4: Käfer. Schabe. Die Namen der Libelle. Spanische Fliegen und Maiwürmer. Deutsche Akademie der Wissenschaften zu Berlin. Institut für deutsche Sprache und Literatur.


    Berlin: Akademie Verlag, 1963-66. 33, 40, 41, 39 S.

     

     

     

    Partager cet article
    Repost0
    Published by jean-yves cordier - dans Zoonymie des Odonates
    16 décembre 2017 6 16 /12 /décembre /2017 22:53

    .

    En 1602, le médecin, collectionneur et naturaliste Ulysse Aldrovandi publia à Bologne le premier ouvrage d'Entomologie au monde. Il y décrivit, sous le nom de "Perles", et accompagnées de planches gravées, 21 espèces de Libellules. Un nombre impressionnant, puisque Linné, en 1758, n'en décrivit que 18. La valeur fondatrice de cette publication mérite donc, plus qu'un rapide coup d'œil, un examen attentif.

    .

    LA PUBLICATION.

    .

    https://archive.org/stream/deanimalibusinse00aldr#page/302/mode/2up

    https://www.biodiversitylibrary.org/item/10277#page/565/mode/1up

    De animalibus insectis libri septem : cum singulorum iconibus ad viuum expressis / autore Ulysse Aldrovando ... ; ad sereniss: Franc. Mariam Secundum ...1602
    Liber secundus de Insectis

    Idem  Bonon : Apud Clementem Ferronium, 1638

    J'ai tenté une traduction très provisoire, dont on se gaussera ; mais elle cédera volontiers la place à celle d'un latiniste.

    .

    DE PERLIS VULGO DICTIS. CAP. X

    Perlas vulgus nostrum vocat eiuscemodi volatilia insecta, a capitis, ut arbitror, cum rotunditate, quae perlam sive unionem aemulatur, tuum splendore nam speculi fere instar receptas extra recipit imagines.

    "Nous appelons en langue vulgaire "Perles" ces insectes volants, d'après leur tête, du moins je le pense, dont la rondeur égale ou rivalise avec celle des perles, ..."

    ln Lombardia Cevettoni dicuntur, ab Hollandis, ut audio, Romboudt. Volatum exercent velocissimum, alis nimirum preditae longis, robustis, cartilagineis, quatuor.

    "On les nomme Cevettoni en Lombardie, et en Hollande Romboudt, comme je l'ai entendu."

    "Ces insectes volent très vite, grâce à quatre ailes longues, puissantes et cartilagineuses."

     

    Pomeridiano & antemeridiano tempore , nonnunquam solae plerumque ; gregatim volitant, raro alte saepissime praeter humum invicem occurentes , meridie , ardente maxime fole quiescunt, stipiti cuidam, si nancisci licet infidentes, unde natum rusticum proverbium est, « la Perla va a' sticchi », indicans prandendi tempus esse.

    "Le matin et l'après-midi, seuls parfois, mais en général par troupes, ils volent, rarement très haut, mais à midi, quand le soleil chauffe le plus, ils se reposent, d'où le proverbe rustique "la Perle va déjeuner", indiquant par là qu'il est l'heure du repas.", 

    Perlarum multa sunt genera, ut mirum plane sit veteres non meminisse tam frequentium, & vulgo notissimorum animantium. Differunt inter se corporis, ac alarum magnitudine; coloreque ; nec non caudae extremitate que cum plerisque ; sit bifurcata, in quibusdam tamen obtusa est, & bifurcatione caret.

    "Les Perles sont de différentes sortes ;[...] Ils différent soit par leur taille, soit par la longueur des ailes, soit par leurs couleurs, mais aussi par la forme de leurs queue, car si elle est fourchue dans la plupart des cas, cette fourche en crochet peut manquer parfois."

    Aliae rursus antennas habent, aliae ilis destituuntur.  Postremo loco differunt. Sunt enim, quas nisi prope aquas reperias, caeruleo fere corpore.

     "Certains au contraire ont des antennes, certains en sont dépourvus. En dernier lieu, ils diffèrent par leur habitat. Ils sont de couleur bleue azur sur presque tout le corps, non à proximité de l'eau."

    Omnibus hoc commune est, ut quatuor habeant alas, alvum vero admodum proceram, quae tamen in volatu nihil prorsus incurvatur, cum alioqui curuetur facile, si manibus contrectes : quin & mas quando femellae coit plurimum incurvatur. Coeunt autem more Muscarum faeminae mare insidente, & membrum faeminae sursum immittentis recipicnte. Tenacissime coeuntes inuicem haerent , saepiusque per agros coherentes volare cernuntur. Aestate vere, ac autumno cernuntur hyeme latent,vel moriutur.

    "Ce qui est commun à toutes, c'est d'avoir quatre ailes,  un abdomen en général très long,  mais qui cependant s'incurve en vol, et [...] et encore fermement attachés l'un à l'autre on les voit souvent voler ainsi collés dans les prairies. Ceci est vrai en été, car avec l'automne et l'hiver ils meurent".

     

     

    .

    .

    De Perli vulgo dictis, Ulysse Aldrovandi, De animalibus Insectis libri septem caput X, page 302

     

    .

    .

    Planche page 303 : 10 espèces décrites page 304.

    .

    https://archive.org/stream/deanimalibusinse00aldr#page/304/mode/2up

    1. — Prima earum, quae a me observatae sunt, & binis tabulis depictae exhibentur, ex mediocribus est, capite & toto corpore ruffis, alis candidis, extremo macula nigra notatis, pedibus nigris.

    "La première espèce que j'ai observé et représenté sur la Planche suivante, est de taille moyenne, la tête et tout le corps de couleur rousse, les ailes blanches, les taches des extrémités noires, et les pattes noires.

    2.— Secunda capite perlam, sive unionem nequaquam refert. Non rotundum est, sed acutum. Oculos habet enormis magnitudinis, subcaeruleos. Pectus admonum crassum ; alvum proceram, tenuem, Tota lutescit, nigrosque ut pictura expressit, maculatur. Alae sunt subcaeruleae.

    "La seconde ... Elle n'est pas arrondie, mais pointue. Les yeux ont une taille énorme, bleuâtres. Le thorax presque entièrement épais ; l'abdomen long et étroit entièrement coloré de taches  jaune et noires comme l'indique la figure. Les ailes sont bleuâtres."

    3.— Tertia alas habet breves, ad subcaeruleum inclinantes, alvum longissimam, tan subtilem, ut mirum sit, quomodo eam regere possit. Oculi quoque ut in proximo, maximi, sed caput orbiculatum. Infra candicat, per dorsum superne ad latera lutescit, in medio ferrugineo colore est. Antennas habet, admodum breves sub lavas.

    "La troisième a les ailes courtes, penchant vers le bleu, l'abdomen très long, et si ténue qu'on se demande comment c'est possible. Les yeux très grands, mais.... Le dessous blanc, de couleur ferrugineuse au milieu.Elle a des antennes, généralement courtes.

    4.— Quarta ex mediocrium genere est, corpore toto purpureo, aureis zonis undique inter distincto, alis plane argenteis, nigro maculatis.

    "La quatrième est des plus moyennes, tout son corps est rouge pourpre, avec des zones dorées. Les ailes argentées, les taches noires."

     

    5.— Quinta alas quoque habet argenteas, sed non tam resplendentes. Maculam in extremo singulas habent nigricantem. Corpus totum aurei fere coloris est, nigricantibus zonis interstinctum. Pedes sunt atri.

    "Les ailes de la cinquième sont argentées, mais ne sont pas aussi resplendissantes. Les taches des extrémités sont noirâtres. Le corps est presque entièrement doré, strié de raies noirâtres. Les pattes sont noires."

    6.— Ex maximis est, quae sexta in hoc ordine depingitur, speciosa ac elegans Perla, capite, pectore, ac dorso viridis, alvo tota caerulea, per quam linea fertur a dorso ad extremum usque aterrima. Alae cinereae sunt, pedes nigri.

    "La sixième est la plus grande de celles qui sont représentées. La tête, le thorax et le dos de cette Perle précieuse et élégante  sont verts, l'abdomen totalement bleu, traversé par une ligne très noire. Les ailes sont cendrées, les pattes noires."

    7.— Septima oculos habet virides, tota lutea, nigro maculosa.

    "La septième a des yeux verts, elle est toute jaune, avec des taches noires"

     

    8.— Minimarum genere est octava, alas habens argenteas, corpus viridescens.

    La huitième est la plus petite du genre, elle a des ailes argentées, et le corps verdâtre.

    9.— Nona ex maximis est, capite, dorsoque viridis, alvo dilute flava, primum crassa, dein tenui, alis fine maculis.

    "La neuvième est très grande, sa tête et son dos est vert, l'abdomen d'un jaune délavé, d'abord épais, puis fin, les ailes ont des taches fines."

    10. — Decima, ac postrema toto corpore est flavo, nigro interstincto, pedibus etiam flavis, alis cinereis splendidis.

    "La dixième, dont tout le corps est presque entièrement jaune avec des traits noirs a les pattes jaunes et de splendides ailes cendrées."

    .

    .

    https://archive.org/stream/deanimalibusinse00aldr#page/302/mode/2up/search/perlis

    https://archive.org/stream/deanimalibusinse00aldr#page/302/mode/2up/search/perlis

    .

    .
    Les deux espèces de la page 304.

    .

    Ex vulgarium genere sunt,due istae separatim picta, quod praecedens tabula eas non caperet, prior alas habet subflavas, & corpore toto flavo est exceptis zonis, quae sunt ferrugineae. Altera tota viridis est, maculis quatuor candidis in alarum extremitatibus .

    "Les deux qui sont représentées ici, parce qu'il n'y avait plus de place sur la première planche, sont d'un genre assez quelconque.

    La première a les ailes jaunes pâles, le corps entièrement jaune excepté les marques rougeâtres.

    L'autre est toute verte avec quatre taches blanches à l'extrémité des ailes. "

    .

    .

    .

    .

    Les 9 espèces de la planche page 305 (décrites page 304 inf.)

    .

     

    — 1. Primo loco picta in secunda tabula, ex iis est, quae circa aquas volirat. Alas habet breves, & latas, primum virides, deinde caeruleas, cuius coloris quoque totum est corpus a capite ad anum usque, .praeter oculos, & pedes, qui atri sunt . Oculos autem habet enormiter magnos ac prominentes. Alvus in exilem acutiem, velut acum desinit.

    "C'est qui est figurée en premier sur la seconde planche est de celles qui volent autour des zones aquatiques. Elle a les ailes courtes et larges d'abord vertes, puis bleues , couleur également de tout son corps de la tête à l'anus, sauf les yeux et les pattes qui sont noires. Les yeux sont extrêmement grands et proéminents. L'abdomen est très pointu à son extrémité, comme la pointe d'une aiguille."  

    —  2. Secunda etiam aquas prosequitur, toto corpore viridi, nigris, exiguis zonis distincto. Oculi protuberant. Alae qua corpori haerent argenteo colore,& splendore micant, dein caeruleae sunt , & argenteis venis resertae .

    "La deuxième vit aussi au voisinage de l'eau, l'ensemble du corps est vert, noir, avec des marques étroites. Les yeux sont protubérants. Les ailes qui ont la couleur argentée du corps, et un éclat splendide, sont ensuite bleu azur traversées de nervures argentées."

    .

    —  3. Tertia minimarum generis pedes habet longissimos , Aranearam pedibus non dissimiles, sed admodum exiles. Corpore, alisque ex luteo subalbidis est cauda simplici.

    "La troisième appartient aux plus petites. Elle a les pattes extrêmement longues, proches de celles des araignées, mais entièrement minces. Le corps et les ailes sont d'un jaune très pâle."

    —  4. Quarta ex minimis est, tota fere viridis, sed a lateribus tergoris lutea. Oculi candicant . pedes nigri sunt.

    "La quatrième est la plus petite, elle est presque complètement verte, mais avec des bords jaunes. Les yeux sont blanchâtres et les pattes noires."

     

    —  5. Quinta cum secunda admodum similis, pariter aquas petit,aluo caerulea, pectore viridi, alis primum argenteis, deinde caeruleis.

    "La cinquième est semblable à la deuxième, se plait dans la proximité de l'eau, a l'abdomen bleu, le thorax vert les ailes d'abord argentées, puis bleues."

    —  6. Sexta ex maximis est,capite & pectore viridibus, dorsi lateribus, ubi alae enascuntur, nigris, alvo longa, caeruIea, quam nigra linea lata coloris aterrimi mediam dissecat. Pedes atri sunt .

    "La sixième est parmi les plus grandes, la tête et le thorax vert les cotés du dos où les ailes virent au noir, l'abdomen long et bleu traversé par une ligne médiane noire Les pattes sont noires.

    —  7. Septima mediocrium generis toto corpore viridi, aurum resplendente. In dorso nigricat: ale cinereae sunt, & argenteo micant.

    "La septième est de taille moyenne, tout son corps est vert, aux reflets d'or. Son dos est noir. Les ailes sont gris-cendré avec des éclats argent."

    —  8. Octava alvum habet obtusam, ac minime bifurcatam, toto corpore ferrugineo, alis candidis, a latere ferrugineis .

    "La huitième a l'abdomen étroit, à peine fourchu, tout le corps rougeâtre, les ailes blanches, couleur rouille sur le coté."

    — 9. Nona, ac postrema aluo est crassa, & brevi, lutea, nigris circundata Zonis , capite, pedibus, dorso, & alarum principiis ferrugineis. Alearum caetera candicant.

    "La neuvième et dernière a l'abdomen épais, court, jaune avec des marques circulaires noires, la tête, les pattes, le dos  et le début des ailes rougeâtres, le reste des ailes blanc". 

     

     

    .

    .

    https://archive.org/stream/deanimalibusinse00aldr#page/304/mode/2up/search/perlis

    https://archive.org/stream/deanimalibusinse00aldr#page/304/mode/2up/search/perlis

    .

    II. RÉCEPTION.

    .

    A la fin du XVIIe siècle, James Petiver s'y réfère aux pages 67 et 84 de son Musei Petiveriani pour les cinq espèces de Libella qu'il décrit

    https://books.google.fr/books?id=vp05AAAAcAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q=libella&f=false

    Linné FS ou SN ne s'y réfère pas .

    https://www.biodiversitylibrary.org/item/129804#page/262/mode/1up

    Néanmoins, il n'est pas possible pour les entomologistes  d'établir des identifications sûre  des 21 espèces décrites par Aldrovandi.

    .

    III. COMMENTAIRES ZOONYMIQUES.

    .

    Cette publication, la première au monde en Entomologie et donc en Odonatologie, indique les noms suivants : le nom latin Perla, le nom italien (Lombardie) Cevettoni, et le nom néerlandais Romboult.

    Le nom PERLA ne fut pas repris, notamment par Thomas Moffet en 1634,  hormis en citation avec des qualificatifs laissant entendre que le mot n'est pas utilisé : "Libellis, Perlis Italis dictis" (Libellae, les Italiens disent Perlis) puis  "Libellae, nonnullis Perlae" (Libella, ou Perlae pour quelques-uns") pour John Ray en 1710.

    En 1762, Geoffroy l'a utilisé pour baptiser les Phryganea  de Linné (Névroptères). Il est réservé aujourd'hui aux PLECOPTÈRES (Plecoptera).

    Mes recherches n'ont pas abouti pour attester l'usage du nom "CEVETTONI" en Italien.

    L'exploration du nom ROMBOUDT m'évoque les noms vernaculaires attestés par les auteurs anglais : ADDER BOULTES  chez Mouffet, ADDERBOLT chez Petiver (I have observed this beautiful Adderbolt in Cane-Wood, p. 84), et chez John Ray. Adder signifie serpent, vipère. Le néerlandais Swammerdam désigne ses libellules sous le nom de Rombouten (ici page 69), terme aujourd'hui attribué à la famille des Gomphidae, et se déclinant en Beekrombout , Plasrombout, Rivierrombout. Le nom bolt anglais, bout néerlandais, bolzen allemand désigne le trait ou carreau d'arbalète (ou le verrou). Selon Snellen van Vollenhoffen Rombouten est une forme corrompue de Korenbouten, de Koren "épi" et Bouten "flêche", ces insectes rapides comme les flêches se reposant sur les épis... 

    .

    .

    En somme, après une longue journée de travail, ma récolte zoonymique est maigre. Mais c'est comme cela que la science progresse, non ? Et ce sera la première transcription et la première traduction (si on veut) de ce texte fondateur de l'odonatologie, en ligne. 

    Champagne !

     

    .

    SOURCES ET LIENS.

    Ma bibliographie :

    http://www.lavieb-aile.com/2018/01/la-bibliographie-de-mes-articles-de-zoonymie-des-odonates.html

    Thomas Mouffet 1634

    https://www.biodiversitylibrary.org/item/123182#page/94/mode/1up

    Petiver, Musei petiveriani

     

    https://books.google.fr/books?id=vp05AAAAcAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q=libella&f=false

    John Ray 1710

    https://archive.org/stream/historiainsector00rayj#page/46/mode/2up

    Linné, Fauna suecica

    https://www.biodiversitylibrary.org/item/129804#page/263/mode/1up

    Linné, Systema naturae 1758

    https://www.biodiversitylibrary.org/page/727383#page/566/mode/1up

    .

    Partager cet article
    Repost0
    Published by jean-yves cordier - dans Zoonymie des Odonates
    9 décembre 2017 6 09 /12 /décembre /2017 21:36

    .

    Zoonymie des odonates. Les premiers noms données aux libellules par Linné dans sa Fauna suecica de 1746 puis dans la 10eme édition du Systema Naturae de 1758 .

     

    .

    Voir 

    — Zoonymie des Odonates.

     

     

    .

    I. Zoonymie des papillons :

    .

    Zoonymie II : Histoire des Noms de Papillons :

    .

    — Sur les libellules.

     

     

    .

    .

    Aeshna mixta Latreille 1805, l'Aeschne mixte. Photographie lavieb-aile.

     

    .

    Généralités.

    .

    Les odonates sont un ordre d'insectes à corps allongé, dotés de deux paires d'ailes membraneuses généralement transparentes, et dont les yeux composés et généralement volumineux leur permettent de chasser efficacement leurs proies. Ils sont aquatiques à l'état larvaire et terrestres à l'état adulte.

    En langue française, le terme de libellules est en général employé sensu lato pour désigner les odonates, qui regroupent deux sous-ordres : les demoiselles (zygoptères),  damselfies en anglais et les libellules stricto sensu (anisoptères),  dragonfly en anglais.

    Les anisoptères (Anisoptera) constituent un sous-ordre d'insectes odonates. Ils sont caractérisés par de larges yeux composés très développés généralement joints au-dessus de la tête et un corps allongé. Les ailes antérieures et postérieures sont de formes différentes et au repos, restent dans une position perpendiculaire au corps.

    .

    Libellule fauve Libellula fulva Müller, 1764 Scarce Chaser: Photographie lavieb-aile.

     

    .

    Zoonymie.

    Sur le modèle d'anthroponymie (science des noms de personne) ou de toponymie (science des noms de lieux),  je nomme zoonymie la science de l'étude des noms d'animaux.

    Les insectes n'ont pas reçu de noms spécifiques avant que les savants ne se préoccupent de les collectionner, de les décrire et d'en organiser les caractères, au début du XVIIe siècle. Si les Papillons bénéficièrent alors précocement de quelques — rares — noms propres, les Libellules continuèrent à être désignées par des termes généraux (Demoiselles, chez Réaumur) jusqu'au coup de génie de Linné, qui organisa de façon systématisé la nomenclature des êtres vivants en 1758 dans son Systema Naturae, le Système de la Nature en trois Règnes. 

    .

     

    Le tableau V de l'édition de 1748 du Systema naturae de Linné.

    .

    .

    I. Les premiers noms données aux libellules par Linné dans la 10eme édition du Systema Naturae de 1758

    .

    En 1758, dans la 10e édition de Systema Naturae , Carl Linné a classé les arthropodes, y compris les insectes, les arachnides et les crustacés, parmi sa classe "Insecta". Les insectes avec des ailes à nervures ont été rassemblés sous le nom de Neuroptera (du grec ancien, composé de νεῦρον, neûron (« nerf ») et de πτερόν, pterón (« aile »), littéralement « aux ailes à nervures » ). .

    Ces Névroptères sont à nouveau sub-divisés en six groupes dont le premier est celui des LIBELLULA, un terme qui fait ainsi son entrée dans le vocabulaire scientifique, avant d'être traduit en "Libellule" dans notre langue par Cuvier en 1798. Aussi surprenant que cela puisse paraître, ce joli fleuron de notre vocabulaire n'existait pas auparavant, et on le doit à Linné. Voir CNRTL. Son étymologie et  l'histoire de ses origines sont passionnantes mais déjà bien décrites, je ne m'y attarde pas ici. Les autres groupes sont nommés Ephemera Phryganea Hemerobius Panorpa et  Raphidia 

    Sous ce nom de Libellula, Linné décrit  dix-huit espèces, qu'il décrit en citant les références des auteurs qui l'ont précédé.

    Il les divise en deux groupes :

    Alis patentibus acquiescentes : les 16 premières.

    oculi distantes remotique : L. virgo et puella

    Libellula n'est plus aujourd'hui que le nom d'un genre, alors que la Famille a pris le nom de Libellulidae, dans le sous-ordre des Anisoptera, ordre des Odonata.

    Voici la liste de ces 18 espèces avec leur nom initial, leur nom scientifique, leur nom vernaculaire en français puis anglais.

    .

    .

     LIBELLULA (Anisoptères et Zygoptères )

    .

    • Libellula 4-maculata – Libellula quadrimaculata, Libellule à quatre tâches –Four-spotted Chaser
    • Libellula flaveola – Sympetrum flaveolum ,Sympétrum jaune d'or – Yellow-winged darter

    • Libellula vulgata – Sympetrum vulgatum , Sympétrum commun – Vagrant Darter

    • Libellula rubicunda – Leucorrhinia rubicunda, Leucorrhine rubiconde.

    • Libellula depressa –Libellula depressa Libellule déprimée – Broad-bodied Chaser

    • Libellula vulgatissima – Gomphus vulgatissimus, Gomphe vulgaire.

    • Libellula cancellata – Orthetrum cancellatum, l'Orthetrum réticulé. – Black-tailed Skimmer

    • Libellula aenea – Cordulia aenea, Cordulie bronzée.  – Downy Emerald

    • Libellula grandis – Aeshna grandis, la Grande Aeschne. – Brown Hawker

    • Libellula juncea – Aeshna juncea, l'Aeschne des joncs –  Common Hawker

    • Libellula forcipata – Onychogomphus forcipatus, Gomphe à pince, Gomphe à forceps.

    • Libellula fasciata – Zenithoptera fasciata – Rainforest bluewing (Guyane)

    • Libellula umbrata – Erythrodiplax umbrata. Pas de nom français. Libellule néotropicale (Mexique, Guyane, ...)

    • Libellula dimidiata – Diastatops dimidiatus. Pas de nom vernaculaire.

    • Libellula chinensis – Neurobasis chinensis. Stream Glory. Un Calopterydae répandu en Asie (Inde, Kerala, ...)

    •  Libellula americana – Zenithoptera fasciata,–  Rainforest bluewing (Guyane)

    • Libellula virgo – Calopteryx virgo, Le Caloptéryx vierge.– Beautiful Demoiselle

    • Libellula puella – Coenagrion puella. L'Agrion jouvencelle. –Azure Damselfly

     

    .

    Calopteryx virgo femelle, photographie lavieb-aile

    .

    .

     

     

    https://www.biodiversitylibrary.org/page/727383#page/567/mode/1up
    https://www.biodiversitylibrary.org/page/727383#page/567/mode/1up
    https://www.biodiversitylibrary.org/page/727383#page/567/mode/1up
    https://www.biodiversitylibrary.org/page/727383#page/567/mode/1up

    https://www.biodiversitylibrary.org/page/727383#page/567/mode/1up

    .

    .

    Considérations zoonymiques.

    Tous ces noms en latin se terminent par -a car ils sont au féminin : ils s'accordent au nom Libellula, également féminin. 

    Des noms descriptifs.

    A la grande différence des Papillons diurnes, pour lesquels Linné avait puisé dans la littérature et la mythologie grecque ou parfois latine des noms de héros ou de divinités, nous ne trouvons ici aucune reprise de nom propre. Tous les noms sont des qualificatifs des espèces incriminées. 

    a) 11 qualificatifs morphologiques.

    Ce sont quadrimaculata "à quatre taches",  flaveola "jaune",  rubicunda "rouge",  depressa "abaissée, déprimée, aplatie"  cancellata "réticulée, forcipata "à pinces"  fasciata "fasciée", umbrata "ombrée" aenea "bronzée"   grandis, "grande" et dimidiata "séparée par moitié".. 

    Ils reprennent souvent un des termes de la diagnose, la phrase descriptive en latin qui servait, avant son innovation, de description : macula, luteis (jaune), abdomine depresso-lanceolato, aeneo-viridi, fascia alba lineari , ou fascia fusca (pour umbrata).

    b) Un nom de biotope.

    C'est bien-sûr juncea, "des joncs".

    c) Deux noms d'origine géographique.

    Chinensis et americana, expliqués dans le texte "Habitat in China" et Habitat in Americana", en fonction des spécimens de la collection de Linné ou de ses correspondants.

    d) deux noms liés à la répartition :

    Vulga et vulgatissima.

    e) deux noms en relation avec la désignation ancienne de "demoiselle".

    Virgo, "vierge" et puella "jeune fille".

    Il n'y a donc dans ce corpus de 18 noms aucune création poétique ou métaphorique, aucune trouvaille attachante. Les deux noms propres que Linné s'était autorisé à créer dans le Fauna suecica — et que nous allons voir maintenant — ont été abandonné. Le souci de décrire, de collectionner et d'organiser une taxinomie avec la rigueur scientifique nécessaire l'a emporté sur la verve du premier nomenclateur, qu'on a connu parfois plus inspiré.

    .

    .

    Libellula quadrimaculata Linnaeus, 1758. Photographie lavieb-aile.

     

    .

    .

     

     

     

    .

    .

    II. Les deux noms créés par Linné dans sa Fauna suecica de 1746.

    En 1746, Linné avait publié sa Faune de Suède ou Fauna suecica. Il y décrivait déjà ses Neuroptera et parmi ceux-ci ses Libellula, le nom trouvant donc là sa date de naissance la plus précoce et la plus exacte.  

    https://www.biodiversitylibrary.org/item/129804#page/261/mode/1up

    Les seize espèces, qui portent les n° 756 à 771, sont divisées en moyennes (4 espèces), petites (4 espèces) et grandes (8 espèces), en latin  mediae  parvae et  magnae. Ils distinguent les deux premières par leurs ailes dressées au repos Libellula alis erectis sedentes (nos Zygoptères) et les dernières  par leurs aux ailes étendues au repos Libellula alis planis sedentes, qui sont nos Anisoptères. 

    Elles seront reprises dans le Systema Naturae, mais après un sérieux examen critique, puisqu'elles ne correspondent qu'à 9 espèces. Ainsi, L. virgo correspond aux n° 756 à 759 du Fauna, et L. puella aux n° 760 à 763.

    Ce qui m'importe, c'est ce qui concerne la zoonymie.

    D'une part, les descriptions du Fauna suecica sont plus fournies, et on découvre ainsi, par exemple, que l'épithète vulgatissima de 1758 trouve son origine, dans le n° 770 du FS, dans la citation de John Ray "Libella maxima vulgatissima" dans son Historia insectorum de 1710

     Ou que L. puella tire son nom de  junfferties. Il m'a fallu un certain temps pour trouver la référence "levenb. arcan. 1695  p. 18 t. 19 donnée par Linné, mais effectivement, a été créé par A. van LEEUWENHOEK, à la page 18 de son  Arcana naturae detecta publié en  1695, écrivait "quod pueri nostrates JUFFERTJES vocant"  page 18, tandis que la planche 19 montrait une délicieuse gravure d'un accouplement de deux demoiselles. Seulement, Linné a écrit fautivement Junfferties et non jufferties, mot  se décompose en juffer, ou jungfer "jeune fille" et ties, "mouche, insecte".

    Surtout, nous découvrons que Linné a donné, dès 1746, des noms "vulgo", des noms propres à deux espèces (comme il l'a fait, dans le même ouvrage, pour quelques papillons. Les espèces n° 757 et 758 sont celles qui deviendront les formes alpha et béta de sa Libellula virgo. Et ces noms sont LOVISA (Louisa) pour le n°757 et ULRICA pour le n°758. 

    Cela serait anecdotique si nous ne dénichions pas derrière ces noms les prénoms de LOUISE ULRIQUE DE PRUSSE, (en allemand : Luise Ulrike von Preußen), qui devint reine consort de Suède et de Finlande en 1751, après son mariage en 1744 avec le futur roi Adolphe-Frédéric de Suède, et qui  fonda en 1753 l'Académie Royale de Suède dont fit partie Carl von Linné et soutint les arts et les sciences. 

    Plus encore, c'est Linné qui avait eu en charge l'arrangement et la description des collections d'histoire naturelle de la reine.  Le Roi et la Reine avaient des collections séparées : la première à Ulricksdahl , et  l'autre, qui consistait en insectes et coquilles,  dans le palais de Drottningholm, proche de Stockholm. 

    Linné publia à Stockholm en 1764, bien après en avoir rédigé le manuscrit, le catalogie intitulé  Museum Ludovica Ulrica Reginae, le Museum de la Reine Louise Ulrique, "dans lequel les animaux exotiques les plus rares, principalement les insectes et les coquilles sont décrits et déterminés". Cette collection se trouve maintenant au Museum zoologique de l'université d'Uppsala. il aurait été amusant que l'on y trouve les spécimens-types de ces libellules, mais ce n'est pas le cas. (voir ici)

    .

    .

    Cordulegaster boltoni Leach 1815, le Cordulegaster annelé. Photographie lavieb-aile.

     

    .

    .

    Mais ce n'est pas tout.

    Les données publiées dans le Fauna suecica de Linné   furent diffusées en France dès 1754 dans le Système naturel du règne animal par classes, familles ou ordres,... de La Chesnaye-Desbois, pages 120-126. L'auteur nous donne une traduction en français du texte latin du Fauna suecica

    Or, en 1762, le médecin et collectionneur Étienne-Louis Geoffroy publie le tome II de son Histoire des insectes . Il y décrit 14 espèces de libellules, en suivant d'assez près Linné. Il attribue à chaque espèce un nom vernaculaire, un exercice auquel il est très attaché et qui nous a valu nos plus beaux noms de papillons. Mais il suit si bien Linné qu'il nomme ses deux premières espèces la Louise et L'Ulrique (sans identifier sans-doute les références royales que ces prénoms avaient pour l'auteur suédois) avant de puiser dans les prénoms féminins (de son entourage ??) pour baptiser ses douze autres espèces suivantes. Ainsi, si la Louise était pour lui la n° 759 de la Fauna, et l'Ulrique Libellula Virgo, il nomme L. puella l'Amélie, une variante la Dorothée, une autre la Sophie, et, parmi ses Anisoptères, L. quadrimaculata la Françoise, L. flaveola l'Eléonore, un autre la Philinte, puis vient la Sylvie, l'Aminthe (L. aenea), la Justine (L. vulgatissima), la Julie (L. grandis), la Caroline (L. forcipata) et une variante la Cécile.

    Ce procédé d'imitation trop servile et surtout parfaitement infondé n'aura guère de succès, bien qu'il sera fidèlement cité au XIXe siècle par les entomologistes. Et il réapparaît encore aujourd'hui, où le Calopteryx virgo se voit encore qualifié de "La Louise" sans trop comprendre pourquoi.

    .

    Libellula depressa Linnaeus, 1758. Photographie lavieb-aile.

     

    .

    III. Les trois sortes de Libellula décrites dans la sixième édition du Systema naturae de 1748.

    Cette édition, fort réduite, se contente de citer les trois catégories de libellules magna alis plenis, media alis erectis et parva alis erectis du Fauna suecica, auquel le lecteur est renvoyé : cela n'aurait aucun intérêt si ces trois catégories n'étaient mises en regard de trois noms suédois  en lettres gothiques noires : BRAXEN MIGG. (?. Cela me renvoie à la punaise aquatique Cimex aquaticus) ; JUNGFRUR ("Vierge"); et TROLLFLÄNDA ("Demoiselle, libella, wassejungser".

     

    https://www.biodiversitylibrary.org/item/83105#page/80/mode/1up

    .

    Ischnura elegans Vander Linden, 1820, l'Agrion élégant. Photographie lavieb-aile

    .

     

     

    CONCLUSION.

    .

    Après cette revue des premières dénominations de libellules, nous réalisons que la zoonymie des Odonates n'aura pas le charme et la saveur de celle des Lépidoptères. Linné, après avoir tenté deux noms vernaculaires, assez pauvre par leur platitude d'hommage à un mécène, va opter pour un système binominal aux épithètes descriptifs, qui sera certes très utile mais ne nous fera pas rêver.  Geoffroy, en emboîtant le pas à son illustre modèle par la reprise de Louise et d'Ulrique sans en comprendre la signification, et en déclinant 12 autres prénoms féminins, ne va pas placer la dénomination vernaculaire française sur le chemin  des belles réussites. 

    Cette funeste destinée va amener les auteurs français à se contenter de traduire littéralement les noms scientifiques dans notre langue, laissant les auteurs anglo-saxons faire preuve de davantage d'imagination et de poésie descriptive.

    .

     

     

     

     

    Libellula maculata, par Toussaint-Charpentier, numérisation google

    Libellula maculata, par Toussaint-Charpentier, numérisation google

    .

    OUTILS ODONATES.

    ALBARDA Herman 1889 Catalogue raisonné et synonymique des Névroptères, observés dan les Pays-Bas et dans les Pays limitrophes

    http://www.eis-nederland.nl/Portals/4/pdfs/Albarda_1889.pdf

    — ANIMALBASE

    http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/home/highergroup?id=59

    http://www.animalbase.uni-goettingen.de/zooweb/servlet/AnimalBase/list/families?highergroup=59

    — GEOFFROY (Etienne-Louis), 1762,  Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris. Chez Durand, à Paris 1762, in-4 (4) xxviij, 523pp. et (4), 2 volumes reliés.

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k991697/f615

    — GEOFFROY (Etienne-Louis), 1799 Histoire abrégée des insectes, dans laquelle ces animaux sont rangés suivant un ordre méthodique. Tome 2 / par M. Geoffroy, C. Volland / Rémond (Paris)

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1043241t/f227.image

    http://archive.org/stream/histoireabrg02geof#page/216/mode/2up/search/sylvie

    — HARRIS, Moses, 1731-1785, 1786, Exposition des insectes que se trouvent en Angleterre; comprenant les différentes classes des Neuoptera, Hymenoptera, et Diptera: ou des abeilles, mouches, et Libellulae. Londres,B. White et J. Edwards,1786.

    https://www.biodiversitylibrary.org/bibliography/130967#/summary

    —LA CHESNAYE-DESBOIS (François-Alexandre Aubert de ), 1754 Système naturel du regne animal, par classes, familles ...Chez Cl. J.B. Bauche, 1754, 641 pages

    https://books.google.fr/books?id=K5OaIamcfcAC&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

    —LA CHESNAYE-DES BOIS (François-Alexandre Aubert de)  Dictionnaire raisonne et universel des animaux ou le regne animal etc, Volume 2  chez Claude-Jean-Baptiste Bauche, 1759 page 19

    — LEEUWENHOEK (Antoni van), 1695, Arcana naturae detecta, 1695 page 18

    https://archive.org/stream/gri_arcananatura00alee#page/n33/mode/2up

    — LINNÉ (Carl von,) 1746, Caroli Linnaei medic. & botan. prof. Upsal ... Fauna Svecica, sistens animalia Sveciae regni : Quadrupedia, Aves, Amphibia, Pisces, Insecta, Vermes, distributa per classes & ordines, genera & species, cum differentiis specierum, synonymis autorum, nominibus incolarum, locis habitationum, descriptionibus insectorum.Stockholmiae :Sumtu & literis Laurentii Salvii,1746. Bergquist, Carl, 1711-1781 , graveur. Leche, Johan, 1704-1764 , ill. 

    https://www.biodiversitylibrary.org/item/129804#page/261/mode/1up

     

    — LINNÉ ( Carl von,) 1758, Caroli Linnaei...Systema naturae per regna tria naturae :secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis. Holmiae : Impensis Direct. Laurentii Salvii, 1758-1759. pages 543-546.

    https://www.biodiversitylibrary.org/page/727383#page/565/mode/1up

    — LINNÉ ( Carl von,) 1764, Museum Ludovicae Ulricae reginaeSuecorum, in quo animalia rariora , exotica imprimis insecta et conchilia describuntur, etc. Holmiae, l764 , 2 t. en 1 vol. in-8.

     

    — NATIONAL HISTORY MUSEUM

    http://www.nhm.ac.uk/our-science/data/uk-species/species/calopteryx_splendens.html

    — TAXONOMICON

    http://taxonomicon.taxonomy.nl/TaxonTree.aspx?src=1002&id=17481

     


     

    — Toussaint von Charpentier, 1840, Libellulinae europaeae descriptae ac depictae

    L. Voss, 180 pages

    https://books.google.fr/books?id=DoIwvgAACAAJ&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

    — WIKIPEDIA Neuroptera in the 10th edition of Systema Naturae

     

    https://en.wikipedia.org/wiki/Neuroptera_in_the_10th_edition_of_Systema_Naturae

    .

    Partager cet article
    Repost0
    Published by jean-yves cordier - dans Zoonymie des Odonates

    Présentation

    • : Le blog de jean-yves cordier
    • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
    • Contact

    Profil

    • jean-yves cordier
    • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Terrraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
    • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Terrraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

    Recherche