Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 janvier 2020 5 03 /01 /janvier /2020 17:59

.

— Voir sur l'église Notre-Dame de Confort-Meilars :

 

 

 

.

 

— Voir des sablières d'un style comparable:

— L'église Saint-Nicaise de Saint-Nic:

 

L'église de Plomodiern (sablières de 1564 par le même artisan qu'à Saint-Nic en 1562):

— Enfin, voir  :

.

.

INTRODUCTION.

Ces sablières n'ont pas été décrites ni étudiées en propre. L'abbé L. Rolland mentionne dans sa description de l'église "Au bas des lambris, on aperçoit des sablières élégamment sculptées. Courant le long des nefs, elles représentent, parmi des animaux fantastiques, la salamandre, de François Ier.". Il est repris en 1933 par C. Parcheminou : "Au bas du lambris, on aperçoit des sablières élégamment sculptées courant le long de la nef. Elles représentent, parmi des animaux fantastiques, la salamandre de François ler. D'immenses gueules de monstres mordent les poutres transversales ."

Couffon, en 1988, mentionne les "Sablières sculptées au-dessus de la quatrième arcade et dans les collatéraux."

Un feuillet distribué dans l'église vers 1988 et cité non sans ironie par S. Duhem décrivait « une belle tête de mandarin chinois, deux incas à la bouche toute ronde, (…) des gauchos à la Colombie, un annamite, un mongol (…).

Enfin, Sophie Duhem, auteure de référence pour les sablières de Bretagne, les cite en 1988 sans les décrire, pour suggérer un rattachement à un atelier actif à Pont-Croix et Plomodiern entre 1544 et 1566, ce que j'étudierai en conclusion.

Leur datation ne peut être déduite que de celle de la charpente, elle-même liée aux dates de construction qui sont imprécises et évaluées entre 1528 et 1560, ou 1528 et 1544, en s'appuyant sur une inscription de fondation de la face nord du chevet "EN. LAN. MVCSXXVIII." (1528). Nous pouvons nous aider de la datation des vitraux du chevet, estimée par Gatouillat et Hérold pour la baie 0 (arbre de Jessé offert par Alain de Rosmadec) vers 1530, tandis que la baie 2 (déplacée en baie 6) porte par inscription la date de 1554. En définitive, entre les deux chronogrammes attestés par inscription, celui de 1528 (chevet) et celui de 1554 (vitrail), je choisis ce dernier, plus cohérent avec les autres ensembles de sablière de même style.

 

Les services du Patrimoine n'ont mis en ligne, sur la base gertrude, que l'étude du calvaire et ses statues par Larhantec.

 

.

DESCRIPTION.

 

L'église comprend une nef de quatre travées avec bas-côtés et un chœur terminé par un chevet à noues multiples de type Beaumanoir. Du type à nef obscure, l'édifice est lambrissé en berceau avec entraits apparents ; les grandes arcades en tiers-point pénètrent directement dans les piliers.

La quatrième travée de la nef  est celle où, du coté nord, est fixée la roue à carillon que chacun repère immédiatement. La corniche de sa charpente lambrissée est sculptée , des cotés nord et sud, de part et d'autre de l'entrait qui traverse horizontalement la nef. Nous trouvons donc là quatre pièces sculptées, deux au nord et deux au sud.

Plus à l'est, dans le chœur, les deux murs parallèles qui précèdent les trois pans coupés sont également coiffés chacun d'une pièce de sablière.

Enfin, deux petites pièces encadrent une lucarne.

Si j'ai été clair, le lecteur aura compris que l'église offre principalement à l'amateur six sablières sculptées, quatre dans la nef et deux dans le chœur... Trois au nord (N1, N2 et N3 d'ouest en est) et trois au sud  (S1, S2 et S3). Plus les pièces accessoires.

Le plus simple est de partir de la Roue à carillon, et de tourner dans le fameux sens des aiguilles d'une montre à gousset : N1, N2, N3, S3, S2, et S1.

 

 N1. Trois masques et une frise de vigne avec ses grappes. Bois polychrome.

 N2. Deux masques crachant deux dragons à tête semi-humaine. Bois polychrome.

N3 : Grylle (dragon à deux queues, dont une céphalique) mangeant du raisin ; deux anges. Bois peint d'un enduit "chocolat" avec traces de peinture bleue sous jacente.

S3 : créature semi-humaine dont le pied est avalé par un grylle. Deuxième grylle symétrique en miroir. Epillet. Bois peint de couleur chocolat.

 S2. La pièce débute par un masque de profil coiffé d'un bonnet à grelot, puis vient un grylle, un semi-humain vêtu de blanc, et enfin un dragon à queue céphalisée. Bois polychrome (blanc, bleu et rouge) sous l'enduit chocolat.

S1. La pièce est centrée par un masque humain de face coiffé d'un bonnet bleu et portant la barbe. À sa droite vient un grylle à tête de bonne femme grimaçante. À sa gauche un pampre, dont les grappes sont dévorées par un dragon à gueule de loup, ailes nervurées, et queue couverte de pustules, et entortillée.

Autres pièces : 

-Homme allongé, bras en avants, coiffés d'un bonnet de fou. Feuilles-plumes fixées à des colliers.

-Dragon à feuille-plumes croquant une grappe.

 

 

.

.

I. QUATRIÈME TRAVÉE DE LA NEF, COTÉ NORD.

Deux pièces N1 et N2 séparées par l'entrait et encadrées par des blochets.

.

La pièce N1. Trois masques et une frise de vigne avec ses grappes. Bois polychrome.

À l'ouest un blochet à feuille (vigne ?). À l'est, l'entrait à engoulant.

.

 

 

 

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

Au centre, un masque humain de face à barbe  bifide, coiffé d'un bonnet plat de couleur bleue.

.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

Sur le coté droit, deux masques humains de profil, coiffé du chaperon.

.

.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

La pièce N2. Deux masques crachant deux dragons à tête semi-humaine. Bois polychrome.

.

 

 

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

À gauche, un masque à la face lunaire crache la queue d'un dragon au corps partiellement bûché mais dont on voit les épines et verrucosités, et une collerette de plumes. La tête guillerette  serait humaine si elle n'était coiffée d'une crête acérée de dents.

.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

À droite, un masque humain de profil, coiffé d'un chaperon vert à pointe et queue exubérante libère de sa bouche un dragon ou poisson (pas de pattes). Cette créature a une tête semi-humaine coiffée d'une crête s'achevant en queue entortillée.

 

.

.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

Au centre, les deux têtes s'affrontent en tenant chacune l'extrémité de la crête de son vis-à-vis, ce qui contribue à accentuer la confusion et la dissolution des limites : confusion des formes, ambiguïté des êtres, suppression des séparations entre les règnes végétal, animal et humain.

.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

Le blochet : une gueule de dragon tenant une tête d'homme.

C'est un élément très intéressant, puisque le dragon tient entre ses dents la tête terrifiée d'un humain. Est-ce le Mal emportant l'âme d'un mécréant ?  Une simple dramatisation du décor accentuant le motif des "engoulants" ? 

 .

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

 

II. CHEVET, COTÉ NORD. UNE PIÈCE N3 ET DEUX BLOCHETS.

N3 : Grylle (dragon à deux queues, dont une céphalique) mangeant du raisin ; deux anges. Bois peint d'un enduit "chocolat" avec traces de peinture bleue sous jacente.

.

 

 

 

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

Le blochet ouest est délicat à interpréter : un être (ailé ?) désigne de l'index un objet ovoïde (poisson?).

.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.
Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

À gauche, un dragon ailé mange les raisins d'un pampre. Mais ce dragon aux longues oreilles et  au corps lisse porte un collier strié, tandis que ses ailes nervurées sont implantées sur l'arrière-train. Sa queue se transforme en un nouvel arrière-train avec ses pattes postérieures, et lui-même doté d'une queue portant un collier. Et enfin, cette deuxième queue s'achève par une tête semi-humaine, de profil. Bref, c'est un grylle.

.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

À droite, une tête d'ange au centre de ses deux ailes, puis un ange tenant un phylactère.

Le blochet oriental est une tête d'ange.

.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

 

III. CHEVET, COTÉ SUD. UNE PIÈCE S3 ENTRE DEUX BLOCHETS.

Blochet oriental : tête d'ange.

S3 : créature semi-humaine dont le pied est avalé par un grylle. Deuxième grylle symétrique en miroir. Epillet. Bois peint de couleur chocolat.

Blochet ouest : tête de dragon.

.

.

 

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

Du coté gauche, un "homme" dénaturé par des appendices foliaires ou de plumes, brandit un objet qui forme une crosse, comme un panache de plume. Ses appendices, deux feuilles indentées, sont fixés autour du ventre par une ceinture crénelée. Ses jambes sont nues.

Ce motif nous est connu, car il appartient au vocabulaire d'un sculpteur de sablières qui a travaillé à Plomodiern en 1564, pour le porche sud et la nef de l'église. Une inscription datée sur ces sablières a incité S. Duhem à le nomme J. Brellivet (alors que je pense qu'il s'agit plutôt du nom du fabricien), et c'est sous ce nom qu'elle décrit un corpus identifiable aussi à Saint-Nic en 1562 et 1564, et auparavant à Pont-Croix en 1544, à la chapelle Saint-Tugen de Primelin (après 1533) et celle de Saint-Trémeur à Cléden-Cap-Sizun  en 1554.

Il se caractérise par des créatures humaines au gros œil de profil, au front proéminent au dessus d'un menton fuyant, et emplumés de feuilles-plumes attachés à des ceintures. Toujours allongés et de profil, ils tiennent souvent, en paires, un cartouche à poignées.

Ses dragons portent aussi  des appendices foliaires fixés sur des colliers ou ceintures à la queue et aà l'arrière-train.

Une autre caractéristique est l'emploi de la gouge (droite ou creuse) pour réaliser des séries de marques en C (pour faire les écailles) ou en I, et du foret pour exécuter des séries de cupules (les verrues des dragons). L'artiste utilise aussi les longues empreintes de la gouge creuse pour rendre les plumes ou la collerette de blochets mal dégrossis, et au cou épais.  Ces caractéristiques ne sont pas retrouvées à Confort-Meilars.

.

.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

Le grylle attrape le pied gauche de l'homme. Sa tête de dragon ou d'oiseau se prolonge par un corps aux rainures vrillées, corps  doté de quatre feuilles-plumes en crochets. La queue est céphalique, avec une tête coiffée d'un "chapeau" (d'une crête) à prolongement frontal et postérieur en volutes.

La volute postérieure se croise en crochet avec la partie homologue de la coiffure de la queue d'un deuxième grylle, qui, à droite, mange un gros épi. Et ce dernier naît d'une tige à double rang de feuilles, reprenant ainsi les formes des feuilles-plumes des grylles et de l'homme, dans un nouvel exemple de confusion malicieuse des règnes.

.

.

 

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

IV. QUATRIÈME TRAVÉE DE LA NEF, COTÉ SUD.

 

Deux pièces S1 et S2 séparées par l'entrait et encadrées par des blochets.

.

 

 

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

-Blochet complexe. 

-La pièce S2. Elle débute par un masque de profil coiffé d'un bonnet à grelot, puis vient un grylle, un semi-humain vêtu de blanc, et enfin un dragon à queue céphalisée. Bois polychrome (blanc, bleu et rouge) sous l'enduit chocolat.

-Entrait à engoulant.

.

 

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

Le masque de profil, aux cheveux longs et raides, est coiffé d'un bonnet dont la corne, projetée en avant, s'achève en balle (grelot ?), ce qui évoque un fou ou acrobate. Il embrasse la petite tête d'oiseau d'un grylle aux longues écailles et aux feuilles-plumes habituelles. La queue de ce grylle  s'achève en tête coiffée d'un bonnet bleu enrubanné.

.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

L'homme (ou créature semi-humaine) au centre tend les bras vers la chevelure du grylle, et l'empoigne. Il semble porter un bonnet carré. Il est vêtu d'une tunique blanche plissée, bouffante à la taille. Ses jambes sont repliées en grenouille, mais il n'échappe pas à la morsure du  dragon qui le poursuit.

.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

Ce très beau dragon appartient au style de "Brellivet" par ses oreilles d'âne, son grand œil d'horus et sa collerette de plumes, mais il s'en éloigne par  un corps soigneusement poncé, et non entaillé de coups de gouges. Il est équipé d'ailes de chauve-souris. Sa queue se termine par une tête (c'est très commun parmi les dragons bretons), mais cette tête singe le masque de profil de début de pièce, et la queue du grylle.

.

 

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

Pièce S1. Elle est centrée par un masque humain de face coiffé d'un bonnet bleu et portant la barbe. À sa droite vient un grylle à tête de bonne femme grimaçante. À sa gauche un pampre, dont les grappes sont dévorées par un dragon à gueule de loup, ailes nervurées, et queue couverte de pustules, et entortillée.

Le blochet est une face lunaire, taillée en console.

.

.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

 

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

Le bas-coté sud ("transept").

.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

Pièce de gauche. Homme allongé, bras en avants, coiffés d'un bonnet de fou. Feuilles-plumes fixées à des colliers.

.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

Pièce de droite. Dragon à feuille-plumes croquant une grappe.

.

 

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

Blochet : buste de femme tenant un objet (ses genoux ?).

.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

Masque crachant des feuilles.

.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

AUTRES PIÈCES.

.

Jeune garçon en sarrau plissé soufflant dans une chalemie qui génère des feuilles.

.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

Sablières de l'église Notre-Dame de Confort-Meilars. Photographie lavieb-aile mai 2019.

.

.

CONCLUSION.

.

.

J'ai compté

7 masques, de face et de profil.

4 dragons, la plupart dotés d'une queue céphalisée.

4 grylles (chimère mi-humaine, mi-animale)

3 hommes (ou créatures semi-humaines) allongés, 

2 "anges".

Le point le plus remarquable est l'homogénéité de ce décor sculpté, déclinant en 6 à 8 pièces finalement le même motif, celui de dragons ou de dragons-grylles menaçant de dévoration des hommes, tout cela sous le signe de la métamorphose entre êtres humains, animaux,  animaux fantastiques et végétaux par le biais de l'ingestion réciproque. Les frontières entre espèces sont défaites par le double truchement d'anneaux de feuilles-plumes, et des queues prenant visage humain.

L'interprétation de ce décor, en opposition avec les motifs religieux (cultuels ou hagiographiques), ne peut être donnée. Au mieux, elle peut être suggérée, mais chaque proposition ou hypothèse soulevée se rit d'elle-même tant elle est en deçà de ce qui est représentée. Un charme évident naît de cette indétermination de ce qui est donné à voir, mais ce charme n'appartient pas au domaine du fantastique, ni de la poétique, et ni encore du folklorique ou du transgressif.

Pour retrouver un terrain plus argumenté, il faut souligner l'intérêt des rapprochements stylistiques avec les sablières de Pont-Croix, Cléden-Cap-Sizun et Primelin, toutes communes voisines ou proches de Confort-Meilars, et de Plomodiern et Saint-Nic, plus éloignées au nord du Porzay. Les hommes allongés bras tendus en avant, presque nageant ou volant dans l'étroite bande de bois, ont sur un visage de profil  le même œil vu de face, de taille excessive, le même front en melon et le même menton fuyant. La métamorphose par des feuilles-plumes prenant naissance par des colliers ou anneaux est également caractéristique.

Pourtant, dans ce corpus, Confort-Meilars se distingue par les corps lisses des dragons, par un goût du travail bien poncé soulignant des volumes musculeux.

On voit combien le travail d'analyse des sablières, si superbement établi pour toute la Bretagne par Sophie Duhem, peut encore être affiné, notamment pour le Finistère, par la confrontation de dossiers iconographiques comme celui que je propose ici.

Enfin, il doit sortir de ce cadre pour s'enrichir de la comparaison avec les œuvres de sculpture sur pierre contemporaines, comme les crossettes souvent riches en dragons (mais pas à Confort-Meilars).

 

.

 

 

 

 

.

SOURCES ET LIENS.

.

— COUFFON (René) & LE BARS (Alfred), 1988, Notices

http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf-Couffon/MEILARS.pdf

"Suivant la généalogie de la Maison de Rosmadec, l'édifice actuel fut bâti en même temps que l'ancienne église de Landudec, entre 1528 et 1544, par les soins d'Alain de Rosmadec et de sa femme Jeanne du Chastel. La date de fondation inscrite sur la face nord du chevet, "EN. LAN. MVCSXXVIII. LE. SECOND. DIMANCHE. DAVST", vient confirmer cette assertion, mais les nombreux poissons et les caravelles sculptées sur le tympan du portail ouest montrent la participation importante des pêcheurs et armateurs, comme à Roscoff et à Penmarc'h.  Au cours de la construction, il y eut repentir, les deux premières travées ayant une largeur légèrement supérieure aux deux dernières.

L'édifice actuel comprend une nef de quatre travées avec bas-côtés et un choeur terminé par un chevet à noues multiples. De part et d'autre du clocher encastré sont deux réduits : côté sud, ossuaire ajouré de deux baies et donnant sur l'intérieur ; côté nord, chapelle des fonts. Le pignon ouest est percé à la base par un portail influencé par celui de Saint-Corentin, mais les voussures ne sont décorées par aucune guirlande de feuillages.

Le chevet, du type Beaumanoir, est contrebuté par des contreforts ajourés d'un quatre-feuilles du plus heureux effet. L'un des remplages renferme une fleur de lys, les deux autres sont flamboyants.

Du type à nef obscure, l'édifice est lambrissé en berceau avec entraits apparents ; les grandes arcades en tiers-point pénètrent directement dans les piliers ; elles sont simplement épannelées dans les deux premières travées et bien moulurées dans les deux dernières.

Sablières sculptées au-dessus de la quatrième arcade et dans les collatéraux.

Arcs diaphragmes sur la nef et les bas-côtés entre la troisième et la quatrième arcade.

BIBL - B.D.H.A. 1933 : Notice (par l'abbé Parcheminou) - J. Rolland : La chapelle Notre-Dame de Confort (Saint-Brieuc, 1922) - R. Couffon : Notre-Dame de Confort (S.F.A. C.A. 1957) - R. Grand : L'art roman en Bretagne (Paris, 1958) - Ass. Bret. : Congrès de Douarnenez, 1965

— DUHEM (Sophie), 1997, Les sablières sculptées en Bretagne: images, ouvriers du bois et culture paroissiale au temps de la prospérité bretonne, XVe-XVIIe s. ... préface d'Alain Croix. , Rennes : Presses universitaires de Rennes, 1997 : thèse de doctorat en histoire sous la direction d'Alain Croix soutenue à Rennes2 en 1997.  pages 3 ; 19 : 143 et 179. Voir les pages  142 à 146 pour les sablières attribuées à "Bréllivet".

 

"Quelques représentations exceptionnelles [de scènes sexuelles] doivent être signalées : une scène de masturbation apparaît dans la chapelle Saint-Tugen à Primelin, une sculpture damée laisse deviner deux figures enlacées se présentant mutuellement leurs organes à Brennilis, et, à Confort-Meilars, un petit homme est coiffé d'un chapeau à crête phallique" (p. 179)

.

"Contemporain de l'anonyme de Combrit, J. Brellivet exerce comme lui son métier sur les chantiers du Cap Sizun avant de gagner des paroisses situées, cette fois, plus au nord. Les dates mentionnées par quelques sablières permettent de suivre son activité durant près d'une dizaine d'années, voire un peu plus si l'on tient compte des dates des campagnes de construction des sanctuaires où son passage est attesté. Avant de découvrir les étapes anciennes de son parcours, arrêtons-nous dans l'église de Plomodiern qui abrite l'ensemble le plus tardif que l'artisan ait réalisé.

L'œuvre, datée de 1564,  est de belle qualité : Brellivet n'hésite pas à évider le bois de manière à obtenir un relief assez haut, et comme l'artiste de la chapelle des saints Côme et Damien à Saint-Nic, il aime ornementer les surfaces de motifs taillés en creux, stries, encoches, facilitent l'identification de son travail. Les mentons sont fuyants, mais les fronts sont bombés net, les yeux immenses, aux contours très dessinés. Les figures originales qu'il représente sont inspirés des décors de la Renaissance : il apprécie surtout les figures humaines et animales « végétalisées » qui prennent la forme dans sa sculpture de bustes d'hommes et de dragons dont les cornes pisciformes sont couverts de végétaux. Il dynamise ses compositions par de petits portraits qu'il représente en buste ou de profil, sur des médaillons.

Ces images sont caractéristiques de sa production et apparaissent à quelques kilomètres de là, pointe du Cap Sizun sur les poutres plus anciennes de l'église de Pont-Croix. L'année 1544 marque la fin de la campagne de construction du chœur et sans doute est-ce durant cette période qu'il entreprend l'ornementation des sablières. Soit près d'une vingtaine d'années en amont de l'œuvre de Plomodiern. Les images choisies sont les mêmes ou du moins partiellement puisqu'une scène de pêche complète la décoration de l'ensemble. En réalité l'auteur n'a pas encore fixé son répertoire : il mêle à ses figures végétales renaissances des thèmes plus « locaux » dans la tradition de l'imagerie divertissante du bas Moyen-Âge. Il lui faudra quelques années avant d'adopter définitivement le registre des images les plus modernes, car son choix n'est toujours pas fait en 1554 : les fragments de sablières conservés dans la chapelle Saint-Trémeur à Cléden-Cap-Sizun le prouvent. Si le nom de Brellivet n'est pas mentionné par l'inscription qui fournit la datation, la paternité ne fait aucun doute.

Bien que nous ne connaissions pas les dates d'édification de la charpente de la chapelle Saint-Tugen à Primelin, une partie au moins est contemporaine des charpentes de Pont-Croix et de Trémeur. La présence de quelques sablières décorées par le sculpteur l'atteste. Nous retrouvons à Primelin l'image du putto tenant entre les mains les queues de deux dragons végétalisés, de même que les petits bustes pleins d'embonpoint qui ornaient déjà les culots des poinçons pontécruciens. C'est probablement vers le milieu du siècle que le sculpteur quitte la pointe du Cap Sizun pour gagner des chantiers situés plus au nord. Comme nous l'avons vu, il réalise les décors de Plomodiern en 1564. Il est à la même époque dans la paroisse de Saint-Nic où il est employé à l'ornementation de la charpente de l'église entre 1561 et 1566. La commande est importante si l'on tient compte des éléments conservés localisés sous le porche et dans la nef. La maîtrise technique de l'ouvrage est incontestable, mais il est vrai que le répertoire est déjà bien connu du sculpteur."

.

— ROLLAND (J.), 1922,  La chapelle Notre-Dame de Confort (Saint-Brieuc, 1922) : in Infobretagne 

http://www.infobretagne.com/meilars-confort-chapelle.htm

— PARCHEMINOU (Corentin), 1933, Meilars-Confort, Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie (BDHA)

https://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/295fd408ca344ed8913a9ae63b8516cd.pdf

.

 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sablières
25 octobre 2019 5 25 /10 /octobre /2019 13:32

Les sablières (1566) de la nef et du transept de l'église de Saint-Nic.

 

.

Les sablières de l'église Saint-Nicaise  de Saint-Nic. Le porche sud (1562).

Voir sur la commune de Saint-Nic :

— L'église Saint-Nicaise :

 

.

— La chapelle Saint-Côme et Saint-Damien :

 

.

— La chapelle Saint-Jean :

 

— L'église de Trégarvan (sablières de 1670 par le Maître de Saint-Nic) :

L'église de Plomodiern (sablières de 1564 par le même artisan qu'à Saint-Nic en 1562):

 

 

Enfin, voir  :

.

.

LES SABLIÈRES DE LA NEF.

Elles succèdent à celles du porche sud, réalisées par le même artisan en 1562, et également à celles de la nef et du porche de l'église de Plomodiern, réalisées en 1564 toujours par le même artisan dont le style se reconnait assez facilement (voir les articles précédents).

Elles sont datées par l'inscription lapidaire du mur nord de la nef, qui porte le nom du fabricien de l'année et le chronogramme 1566 : M : LE : PARLANT : 1566.

.

 

Les entraits (poutre entre les deux cotés de la nef) ont été coupés, il n'en reste qu'un tronçon de 20 cm. Ces tronçons divisent néanmoins l'ensemble des sablières de la nef en différentes "pièces" de corniches (que je nomme "sablières" selon l'usage consacré). Les sablières figurées sont au nombre de 4 du coté nord de la nef, alors qu'il n'y en n'a qu'une du coté sud. Seuls les cotés ouest des transepts sont sculptés, soit 4 pièces.

.

.

LES SABLIÈRES DU COTÉ GAUCHE (ou NORD) DE LA NEF.

.

.

Sablière n°1 : partiellement cachée par la tribune. Angelot et dragon. 

.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

.

.

Sablière n°2 : Angelot et quatre dragons liés par le col. 

.

Les dragons ailés portent les marques au ciseau à bois caractéristiques de l'artisan de Saint-Nic et de Plomodiern, associées avec les perforations au foret qui figurent les verrucosités. Deux dragons ont des ailes nervurées de chauve-souris, les autres des ailes foliacées en volutes indentées.

.

 

 

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

.

.

Sablière n°3 : Hommes-dragons tenant un cartouche entre deux médaillons. 

.

Il s'agit exactement du motif présent sur les porches sud de Saint-Nic et de Plomodiern. Mais hélas, le cartouche ne porte ici aucune inscription. L'œil démesuré de l'homme-dragon, son nez proéminent, son menton fuyant, ses marques figurant les taillades de ses vêtements, les marques en I ou en ( nous sont donc familières. On retrouve sur les médaillons les deux personnages de profil, a priori un couple, portant la fraise, et coiffés d'un casque ou d'un bonnet.

.

.

 

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

.

.

Sablière n°4 (angle du transept) : masque humains et animaux isolés.

.

Cette pièce (comme les trois suivantes) sont moins facilement attribuable à la même main que les sablières précédentes, hormis le grand œil de profil. 

On trouve successivement une tête de bélier (ou de mouton), une feuille de figuier, une tête de femme et une tête de chat.

.

.

 

 

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

.

.

SABLIÈRES DU COTÉ DROIT (ou SUD) DE LA NEF.

.

Sablière n°4 du coté sud (angle du transept) : masque humains et animaux isolés.

.

.

Une tête d'animal près d'une tête de femme grimaçant de toutes ses dents.

Une tête d'homme moustachu coiffé d'un turban.

Une tête de femme coiffée d'un hennin à cornes (dit "en papillon) propre au XVIe siècle.

Un chien blanc et brun (ou un porc).

.

 

 

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

.

.

.

LES SABLIÈRES DU TRANSEPT.

.

LE BRAS NORD DU TRANSEPT.

.

Sablière n°1 formant l'angle nord-ouest du transept : masque humains et animaux isolés.

.

un visage féminin.

Une scène mal identifiable mais inconvenante.

Une tête d'homme coiffé d'un bonnet, tenu par les oreilles par deux petits dragons.

Voir sur ce dernier motif les sablières de Guengat

http://www.lavieb-aile.com/article-l-eglise-de-guengat-ii-statues-sablieres-et-inscriptions-122885782.html .

.

 

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

.

 

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

.

 

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

.

.

.

Sablière n°2  du coté nord-ouest du bras nord : masque humains et animaux isolés.

.

Une feuille.

Une tête de bélier.

Deux dragons verticaux affrontés langue contre langue.

 

.

.

 

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

.

.

.

SABLIÈRES DU BRAS SUD DU TRANSEPT, coté ouest.

.

Sablière n°1 et 2 frise de fleurs (tulipes à quatre feuilles).

.

.

Cette frise se retrouve dans la nef de l'église de Plomodiern, ce qui incite à l'attribuer au même artisan que l'ensembles des sablières précédentes, plutôt que d'y voir un ajout plus tardif.

.

 

 

 

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

.

.

Blochet : Aigle (?).

Cet oiseau à tête de cheval n'a a priori guère d'intérêt, et passe facilement inaperçu dans l'ombre de son enfoncement. Pourtant, il ressemble beaucoup aux trois oiseaux des bas-cotés de la chapelle Saint-Côme de Saint-Nic, en  B17 et B20  de ma description ; or, ceux-ci datent de 1641-1675. 

 .

Chapelle Saint-Côme et Saint-Damien

.

Chapelle Saint-Côme et Saint-Damien

.

.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1566) de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile.

.

.

SOURCES ET LIENS.

.

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sablières
18 octobre 2019 5 18 /10 /octobre /2019 21:23

Les sablières de l'église Saint-Nicaise  de Saint-Nic. Le porche sud (1562).

 

.

 

 

.

 

 

 

.

 

 

 

 

.

Voir sur la commune de Saint-Nic :

— L'église Saint-Nicaise :

 

.

— La chapelle Saint-Côme et Saint-Damien :

 

.

— La chapelle Saint-Jean :

 

— L'église de Trégarvan (sablières de 1670 par le Maître de Saint-Nic) :

—L'église de Plomodiern (sablières de 1564 par le même artisan qu'à Saint-Nic en 1562):

 

— Plus largement :

 

.

 

 

.

.

Le mur intérieur du porche sud de l'église Saint-Nicaise de Saint-Nic porte une belle inscription sculptée sur la pierre, qui indique la date de sa construction en 1561.

.

 

.

Le porche a reçu sa charpente l'année suivante, comme l'indique le cartouche d'une sablière, portant la date de 1562. Le menuisier et ymagier qui a égayé les deux sablières de dragons et de chimères a réalisé en 1564 un travail identique dans l'église de Plomodiern, à 5 kilomètres au sud-est.

En 1566, la nef de l'église fut construite, et reçut sa charpente peu de temps après, avec, là encore, des sablières et des blochets figurées. Eut-on recours au même artisan pour la nef, puis les transepts, que pour le porche ? Le prochain article, qui présentera cette charpente sculptée, tentera de répondre.

.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

.

.

LE COTÉ DROIT DU PORCHE.

.

 

 

Au dessus des six niches à dais, vides de statues, une pièce de bois sculptée réunie deux blochets figurés.

Cette sablière comporte un cartouche central, tenu par deux hommes-dragons, liés chacun par la queue à un  dragon ; deux médaillons encadrent ce motif.

Dans ces personnages qui tiennent le cartouche, nous retrouvons les traits de leurs homologues de la nef et du porche de l'église de Plomodiern, tant dans la morphologie des visages (un front bombé, un "œil d'horus", un nez camus et un menton fuyant) que dans les bagues d'où partent, en guise d'ailes, d'ailerons ou de queue, des volutes ou panaches indentées comme des feuilles. Le thorax est entaillé de lignes longitudinales, de coups de gouge  et de perforations (pour rendre les verrucosités des dragons) et l'abdomen est marqué de coups de gouges en demi-cercle alternant avec des perforations au foret. Ces caractéristiques sont typiques du style et de la manière de faire de l'artisan des sablières de Plomodiern ( à qui Sophie Duhem donne le nom de Brellivet, alors que je pense que c'est le nom du fabricien), style qui se retrouve aussi dans la région du Cap-Sizun.

L'anneau qui relie deux à deux les queues des dragons se retrouve fréquemment sur les sablières de la région, mais aussi sur les ornementations en pierre des porches sculptés par  Bastien Prigent à la même période.

Cette période de réalisation du porche est connue avec précision par le cartouche aux poignées trapézoïdales  car on lit la date 1562 gravée en haut à gauche. Une inscription non plus gravée, mais sculptée en réserve est moins lisible; elle indique peut-être AVE MARIA (ma première hypothèse) mais plus vraisemblablement LE PARLÃT, nom d'un fabricien clairement inscrit dans la nef. Les marques en I sont visibles malgré les couches de peinture sur les poignées.

Les deux têtes de dragons ont les mêmes proportions et le même dessin qu'à Plomodiern, avec un grand œil ovale, des oreilles d'âne, une gueule de loup aux rangs de dents pointues et une belle langue rouge.

.

 

.

.

 

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

.

.

Les deux médaillons sont également issues du vocabulaire habituel de l'artisan de Plomodiern, et j'ai déjà cité à leur propos ce texte de Sophie Duhem :

"Les sculpteurs italiens développent à la fin du Quattrocento le thème du buste en relief sur médaillon, une figure qui apparaît à plusieurs reprises dans l'ornementation des charpentes. Bien que nous n''ayons pas retrouvé dans les recueils de gravures d'équivalents iconographiques des modèles sculptés sur les sablières, l'origine italienne ne fait aucun doute. Au total, 82 pièces de charpente [du corpus étudiées par S. Duhem dans sa thèse, soit 1,7%] sont ornées de portraits sur médaillons, principalement regroupés dans les paroisses du Cap Sizun et dans le diocèse de Vannes. Le modèle le plus répandu présente une tête de face ou de profil, disposée au centre d'un médaillon cranté ou marqué d'encoches . Cette dernière formule est utilisée par J. Brellivet à Cleder-Cap-Sizun (1554), Primelin, et Saint-Nic (1562). "  Sophie Duhem 

Voir les sablières de Guillaume Lamyon à Loguivy-Plougras en 1557 : 

http://www.lavieb-aile.com/2018/03/les-sablieres-1541-1557-de-l-eglise-saint-emilion-de-loguivy-plougras-22.html

 

C'est dire si (malgré, sur ma photo,  les toiles d'araignées que je n'ai pu ôter), il ne faut pas négliger d'observer cette alternance de marques en I et de perforations.

Les personnages sont ceux de Plomodiern : un couple (malgré ici la  distinction bien faible des deux genres) porte un bonnet (une coiffe ou un casque) et une fraise à épais godrons.

.

.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

.

.

Le blochet de gauche est un homme coiffé d'un bonnet en diabolo et vêtu d'une pèlerine, dont le col aux belles lignes laisse deviner une petite fraise blanche. Rien ne permet d'affirmer la fonction de ce personnage ou de l'identifier.

Ce blochet diffère de ceux  du porche de Plomodiern, dont une partie était à peine dégagée de la poutre par des traits de gouge, et dont le menton était hypertrophié.

.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

.

.

L'autre blochet est sculpté en tête de dragon.

Dans les deux cas, l'exécution relève de la même main que la sablière.

.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

.

Le lambris est indenté par deux culots, dont l'un est à motif végétal et l'autre représente un personnage tenant un phylactère portant des marques en I. Le bonnet, le visage dévoré par l'œil, la petite fraise blanche, nous retrouvons nos détails stylistiques.

.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

.

.

LE COTÉ GAUCHE DU PORCHE.

.

.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

.

.

Un enfant nu (un putto) bras et jambes écartés tient par leur oreille deux dragons.

Nous aurons le plaisir de vérifier comme sur une check-list que les marques de ciseau (droit ou courbe) et de foret sont bien présentes, de même que les yeux aux larges pupilles, etc.

.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

.

.

Et nous retrouvons nos personnages de profil dans leur médaillon, avec ici un bonnet marqué d'un pli (ou d'une visière).

.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

.

.

Le blochet de droite est identique à celui qui lui fait face : un personnage à la toque de juge (ou de marmiton) plissée, à la pèlerine protégeant bien les épaules, et au sourire un peu benêt.

Et le blochet de gauche est, pourquoi changer, une tête de dragon.

.

.

.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

.

.

Les culots représentent deux têtes d'hommes barbus, à la gueule un peu de travers, mais que rien ne permet d'identifier. Néanmoins, le grand œil à la pupille en rondelle nous prouve que l'ensemble des sculptures de la charpente est de style homogène.

.

.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

Porche sud de l'église de Saint-Nic. Photographie lavieb-aile octobre 2019.

.

.

SOURCES ET LIENS.

ABGRALL (Jean-Marie), 1916, Bul. Société archéologique du Finistère.

https://societe-archeologique.du-finistere.org/bulletin_article/saf1916_0122_0159.html

COUFFON (René), Le Bars (Alfred), 1988, 

http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf-Couffon/SAINTNIC.pdf

EGLISE SAINT-NICAISE (I.S.) L'édifice actuel, en forme de croix latine, comporte une nef irrégulière avec bas-côtés de trois travées au nord et de quatre travées au sud, un transept et un choeur profond à chevet plat. Il date de la seconde moitié du XVIe siècle. Du type à nef obscure, il est lambrissé sur sablières sculptées. Les grandes arcades pénètrent directement dans les piliers octogonaux. Entre deux arcades du côté nord, inscription : "M. LE. PARLAT. FA. 1566." Et sur un pilier du bas-côté sud : "I. C. P. 1536 (?)." Le clocher, du type cornouaillais à une chambre de cloches sans galerie, porte la date de 1576 ; il fut réparé en juin 1790 par Hervé Chapron, de Pleyben. Sur le portail ouest en tiers-point et à voussures sous accolade, date de 1570.

Le porche latéral du midi, lambrissé, est daté 1564 sur le gable ; ses sablières sont décorées de chimères et de grotesques. Il renferme douze niches latérales, aujourd'hui vides, pour les Apôtres ; l'une d'elles est datée 1620 ; à l'extérieur, cadran solaire de 1614.

Situé à l'ouest du porche, l'ossuaire d'attache à trois baies trilobées du XVIe siècle, ouvert maintenant sur l'église, sert de fonts baptismaux.

— DUHEM (Sophie), 1997, Les sablières sculptées en Bretagne: images, ouvriers du bois et culture paroissiale au temps de la prospérité bretonne, XVe-XVIIe s. ... préface d'Alain Croix. , Rennes :Presses universitaires de Rennes, 1997 : thèse de doctorat en histoire sous la direction d'Alain Croix soutenue à Rennes2 en 1997.

— PARCHEMINOU ( Corentin), 1930  “Saint-Nic : une paroisse cornouaillaise pendant la Révolution : ses monuments religieux,” 

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/3082c766c9392bec4684ec9de6920595.pdf

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sablières
12 octobre 2019 6 12 /10 /octobre /2019 08:49

 

Les sablières (J. Brellivet, 1564) de l'église de Plomodiern.

 

.

 

 

 

 

.

Vous pourrez lire aussi, sur le sujet des corniches ("sablières") et autres pièces de charpente sculptées (blochets, abouts de poinçon)  de Bretagne, les articles suivants :

 

 .

Sur les réalisations du Maître de Pleyben (1567-1576), voir :

.

Sur les réalisations semblables à celles de l'église de Plomodiern en 1564 :

Sur les réalisations d'un hypothétique Maître de Saint-Nic (1641-1676) :

.

.

PRÉSENTATION.

.

L'église Saint-Mahouarn de Plomodiern (XVI-XVIIème siècle) a été  presque entièrement reconstruite entre 1858 et 1864, et elle ne conserve du  XVI et XVIIe siècles que son chevet, et son porche méridional.

Les éléments de datation de ces parties anciennes sont deux inscriptions sur bois peint des sablières de la nef (I : Brellivet : 1564) et du porche sud (I : Duz  Fa : 1624) et les inscriptions sur pierre des statues des apôtres du porche, avec les dates de 1621 et 1624, accompagnées de  divers noms. Enfin  les dates de 1574 et 1597 sont parait-il portées au-dessus des arcades nord de la nef .

Tous ces éléments sont de compréhension et d'interprétation difficiles. Sophie Duhem, auteur de référence pour les sablières de Bretagne, a considéré que I. Brellivet était le nom du sculpteur des sablières de la nef; mais ne s'agit-il pas plutôt, comme c'est l'usage, et comme on le voit sous le porche, du nom du fabricien en poste pour l'année en question ?

Les deux cartouches portant les noms et les dates des sablières sont quasi identiques, alors que les dates de 1564 et 1624 ne permettent pas d'envisager un artisan commun. Le style des deux ensembles de sablières (nef et porche) est, sinon identique, du moins proche. 

Les rapprochements avec d'autres ensembles de charpentes sculptées du secteur Presqu'île de Crozon, Pays du Porzay et Pays de l'Aulne s'avèrent également ardus.  Sophie Duhem a vu dans J. Brellivet un sculpteur d'abord actif dans la région du Cap Sizun (Pont-Croix en 1554, Saint-Trémeur à Cléden-Cap-Sizun, chapelle Saint-Tugden à Primelin) puis à l'église de Saint-Nic  entre 1561 et 1566. En effet, il est certain que c'est le même sculpteur qui a fait les sablières des églises des  2 communes voisines de Saint-Nic puis de Plomodiern. Son style se définit ainsi :

"Brellivet n'hésite pas à évider le bois de manière à obtenir un relief assez haut, et comme l'artiste de la chapelle des saints Côme et Damien à Saint-Nic, il aime ornementer les surfaces de motifs taillés en creux, stries, encoches, facilitent l'identification de son travail. Les mentons sont fuyants, mais les fronts sont bombés net, les yeux immenses, aux contours très dessinés. Les figures originales qu'il représente sont inspirés des décors de la Renaissance : il apprécie surtout les figures humaines et animales « végétalisées » qui prennent la forme dans sa sculpture de bustes d'hommes et de dragons dont les cornes pisciformes sont couverts de végétaux. Il dynamise ses compositions par de petits portraits qu'il représente en buste ou de profil, sur des médaillons." (S. Duhem)

Mais "Brellivet" est-il aussi l'auteur du porche sud de Plomodiern ? Le rapprochement avec le porche sud de Saint-Nic permet de répondre affirmativement (malgré la date de 1624 du cartouche).

Au total, l'église de Plomodiern conserve un beau corpus de charpente sculptée datée de 1564, conservée en ré-emploi dans la nef du XIXe siècle, mais aussi sous le porche sud, avec 7 pièces de sablières, des blochets, des abouts de poinçons, témoignant de l'activité d'un sculpteur actif entre 1554 et 1564 soit dans la région du Cap Sizun (Finistère sud), soit en Porzay. 

.

Le  préalable (mais encore faut-il prendre la peine de s'y livrer) est de mettre en ligne les documents photographiques, ce qui peut permettre ensuite les confrontations avec mes précédents relevés des sablières de la région.

.

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

.

.

I. LA CHARPENTE DE LA NEF.

 

.

La première énigme commence avec les armoiries bien en vue (et repeintes récemment) du nœud du dernier  des entraits engoulés de la nef lambrissée. On pourrait le blasonner comme un écartelé aux premier et quatrième d'azur plein, , et aux deuxième et troisième bandé d'argent et de gueules. 

Puisque la sablière de la nef porte la date de 1564, notons qu'à la "Montre" de l'Evêché de Cornouailles de l'an 1562 étaient mentionnés : maître Yves de Tréanna, sr. de Lanvillo, ( d'argent à une mâcle d'azur), la dame du Rible (d'argent au chevron de gueules) ; la dame du Pratganec,  ; Jehan du Tymeur,  ; Bertrand Coatsquiriou, sieur de Bulguron ; le sieur de Coatsquiriou ; Henry Guyot ; Henry Guynemant.

Mais même si on reconnait les marques en I propre au menuisier de 1564,  la peinture de ces armoiries ne datent-t-elles pas de la reconstruction du XIXe siècle ?

Je passe.

.

 

Entrait   de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Entrait de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

 

 

 

Entrait   de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Entrait de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Entrait   de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Entrait de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

.

.

Je décrirai les corniches sculptées et peintes en partant de l'angle nord du transept.

Blochet de l'angle nord-ouest du transept.

.

Ce personnage coiffé d'un bonnet tient les mains près de sa gorge ; on remarque un cœur (suspendu à son cou ?). Saint Augustin ??

.

.

Blochet de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Blochet de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

.

.

 

1. Frise de tulipes (?) et vignes avec grappes.

L'extrémité du cep est tenu par le bec d'un oiseau.On retrouve ce motif du pampre tenu par un oiseau à Saint-Nic, dans les chapelles Saint-Jean et Saint Côme et Saint-Damien. Surtout, les "tulipes" à deux feuilles se trouvent à l'identique dans le bras sud du transept de l'église de Saint-Nic.

.

Sablières  de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

.

.

2. Deux dragons affrontés.

Ces dragons ont des ailes et accessoires de queue évoquant des feuilles, et qui naissent de viroles. Ils encadrent un motif formé de deux banderoles croisées, et feuillagées. Deux volutes bleues occupent les extrémités.

Les deux bandes blanches et les volutes bleues portent des marques en I. Les écailles et verrues des dragons sont rendues par des entailles de ciseaux à bois, en coup d'ongle, par des entailles droites, par des perforations au foret, par des marques en I sur la queue.

.

Sablières  de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières  de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières  de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

.

.

3. Deux dragons opposés par la queue autour d'une volute verte.

Au centre, une banderole verte enroulée en volute est dotée d'appendices foliés ; elle porte des marques en I . De chaque coté, deux dragons s'opposent par la queue, mais leur tête se tourne vers le centre. Comme les précédents, il porte des bagues où se fixent en guise d'aile ou de queue des volutes en feuilles ou en plumes.Les marques de gouges et de forets de sculpteur sont à nouveau utilisées en ornementation. Cette façon de faire laisse imaginer que l'artisan est un menuisier plus habile à utiliser ses outils de découpe qu'à modeler le bois. On retrouve cela à Trégarvan, Saint-Jean en Saint-Nic, à l'église de Saint-Nic, etc.

Les couleurs associent à un rouge vermillon et à un jaune franc des teintes pastels comme le vert anis et le rose pâle, dont le dégradé donne un aspect nacré.

À l'extrémité, deux coquilles relève du vocabulaire Renaissance évoquant Vénus.

.

 

Sablières  de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières  de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

.

.

4. Cartouche présenté par deux hommes-dragons.

.

Deux créatures associent une tête et un tronc humain avec un abdomen et une queue de dragons. Le visage de ces chimères est difforme, avec un nez camus, une gorge gonflée, et un œil énorme, vu de face, sous un front qui est peut-être un casque.

 

 

.

Sablières  de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières  de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

.

.

Le cartouche à trois profondeurs porte des marques en I caractéristiques.

L'inscription est gravée et rehaussée de peinture blanche :

J: BRELLIVET : 1564.

Les lettres majuscule droites sont gravées par une main malhabile, par association de traits droits de même taille et de quelques courbes hémisphériques.

.

a) le patronyme J. Brellivet.

Le prénom est sans doute Jean, mais peut-être Joseph ou Jacques. Le patronyme BRELLIVET correspond à la graphie actuelle   BRELIVET. Albert Deshayes mentionne une première attestation à Quimper en 1534 avec la graphie BRILIVET, et donne son origine d'un ancien breton du cartulaire de Redon  BLEUNLIUUET, avec le sens possible de "tête de l'armée", pour désigner un combattant.

Le site Geneanet  signale que parmi les  21000 occurrences en France, 20000 se trouvent en Finistère, dont 15 000 en Finistère sud, 10000 autour de Locronan et Plogonnec, avec 5 pôles majeurs, Plogonnec-Locronan (3852), Plomodiern (2824), Le Faou-Hanvec (2441), Plouergat (2100), et Peumerit (1172).  https://www.geneanet.org/nom-de-famille/BRELIVET

L'absence de qualificatif ne permet pas de savoir si ce cartouche porte le nom d'un menuisier, d'un fabricien (comme c'est l'usage), voire d'un recteur . Mais au XVIe siècle, il est rare que les artisans signent leur œuvre. C'est si rare que nous ne pourrions retenir cette hypothèse que si le nom était accompagné d'une mention de profession (menuisier, ymagier)  ou de l'indication telle que "untel m'a fait". D'autre part, si cet artisan avait la prétention de signer son travail, il l'aurait sans doute fait également sur les autres chantiers où son style a été reconnu, et notamment sur le porche sud de l'église de Saint-Nic, qui est identique à celui de Plomodiern. Enfin, les données généalogiques sont en faveur du fait que ce "J. BRELLIVET" est natif de Plomodiern ou des alentours, ce qui s'oppose à l'idée que la paroisse aurait fait venir chez elle un sculpteur étranger qui aurait d'abord travaillé au Cap Sizun.

De même, les recteurs ne feront indiquer leur nom qu'un peu plus tard. 

Je privilégie donc l'hypothèse de voir ici le nom du fabricien élu pour l'année 1564 afin de gérer la trésorerie et de commanditer et réceptionner les travaux.

.

b) L'année 1564.

 

L'année 1564 peut être rapprochée des repères suivants pour les édifices de la région  :

  • Calvaire de Trégarvan en 1527 (?).

  • Calvaire de Ploéven en 1550 (et Déploration de 1547).

  • Calvaire de Pleyben en 1555.

  • Porche sud de l'église de Saint-Nic en 1562.

  • Début de la construction de la chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom en Plomodiern en 1570.

  • Début de la construction de la chapelle Saint-Sébastien en Plomodiern en 1573.

  • Début de construction de l'église de Ploéven (1574)

  • Calvaire de la chapelle Sainte-Barbe en Ploéven en 1585.

  • Début de la construction de l'église de Trégarvan en 1590.

  • Début de la construction de la chapelle Saint-Nicodème en Ploéven en 1593.

Concernant les sablières, il faut signaler que les charpentes sculptées par le Maître de Pleyben à Pleyben, Sainte-Marie-du-Ménez-Hom, Saint-Divy, et  au château de Kerjean  à Saint-Vougay sont un peu plus tardives que celles de Plomodiern et de l'église de Saint-Nic, entre 1567 et 1576.

 

.

.

Sablières  de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières  de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières  de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières  de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

.

.

Les médaillons.

À gauche, un soldat est coiffé d'un casque argenté et porte une sorte de fraise à gros godrons (qui appartient bien à la mode vestimentaire sous Charles IX). À gauche, c'est sans doute son épouse, qui est coiffée d'un bonnet, (comme on le trouve vers 1565 sur un portrait de Catherine de Médicis), et qui porte une fraise.

 

 

"Les sculpteurs italiens développent à la fin du Quattrocento le thème du buste en relief sur médaillon, une figure qui apparaît à plusieurs reprises dans l'ornementation des charpentes. Bien que nous n''ayons pas retrouvé dans les recueils de gravures d'équivalents iconographiques des modèles sculptés sur les sablières, l'origine italienne ne fait aucun doute. Au total, 82 pièces de charpente sont ornés de portraits sur médaillons, principalement regroupés dans les paroisses du Cap Sizun et dans le diocèse de Vannes. Le modèle le plus répandu présente une tête de face ou de profil, disposée au centre d'un médaillon cranté ou marqué d'encoches . Cette dernière formule est utilisée par J. Brellivet à Cleder-Cap-Sizun (1554), Primelin, et Saint-Nic (1562). "  Sophie Duhem 

Voir les sablières de Guillaume Lamyon, Loguivy-Plougras, 1557 : 

http://www.lavieb-aile.com/2018/03/les-sablieres-1541-1557-de-l-eglise-saint-emilion-de-loguivy-plougras-22.html

Voir les sablières de Saint-Nic :

L'église Saint-Nicaise à Saint-Nic : inscriptions lapidaires, de datations et nominatives. 1561-1566, etc

 

.

.

Sablières  de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières  de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

.

.

5. Deux dragons encadrant un médaillons losangique.

.

Au centre, un médaillon losangique à fond jaune, avec les mêmes marques en I et les mêmes ponctuations, renferme un visage de putto.

Les dragons ne diffèrent des précédents que par la présence de 3 bagues ailées au lieu de 2.

À droite, un médaillon nous montre un personnage : un homme casqué, ou une femme coiffée d'un bonnet.

À gauche, une coquille.

.

.

Sablières  de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières  de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières  de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières  de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières  de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières  de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1564)  de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Sablières (1564) de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

.

.

Deux blochets.

Un acrobate en renversement postérieur.

.

.

Blochet de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Blochet de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

.

.

II. LA CHARPENTE DU PORCHE SUD.

Cette charpente offre au regard au dessus de la galerie des Apôtres (vers 1620) son lambris bleu parcouru de nervures vertes et rouges, ses deux corniches polychromes encadrées chacune de deux blochets, et de quatre culots sur le parcours des nervures.

.

I. La sablière du coté oriental (partie droite du porche).

.

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

.

.

Deux personnages chimériques, semblables à ceux qui tenaient déjà le cartouche de la nef, tiennent un cartouche identique, aux poignées trapézoïdales. Il semble donc que cette sablière a été réalisée par le même artisan qui a créé le cartouche "J. BRELLIVET 1564". Pourtant, ce nouveau cartouche porte l'inscription :

I : DUZ FA 1624

. Soit I : DUZ fabricien en 1624.

.

Il faut assimiler le patronyme DUZ à la graphie plus répandue aujourd'hui de LE DU ; ce nom est attesté à Plomodiern à cette époque, avec ses variantes, et on peut peut-être assimiler le fabricien avec Yves DUZ, DU, DUFF, DEUF (LE), marié avec Marie GUYOT et père de Jean DUZ (DU, DUFF, DEUF (LE)), lequel est né vers 1642 et  décédé le 13 janvier 1722 à Plomodiern. Il apparaît dans la généalogie d'Annick Gourmelen-Testu.

https://gw.geneanet.org/gourmelenat?lang=fr&pz=vincent+bruno&nz=testu&ocz=1&p=yves&n=duz+du+duff+deuf+le

De plus, il est difficile d'accepter la datation au XVIIe siècle du porche, et de ses sablières, si on remarque l'identité des sculptures de ce porche avec celui de Saint-Nic, clairement daté de 1562.

L'examen des caractéristiques de la sculpture montre néanmoins des différences avec celle de la nef. Le cartouche n'est pas marqué de I et de points, les personnages n'ont pas cet œil d'horus ou  ce front bombé i reconnaissables , le pagne jaune est sommaire, l'abdomen n'est pas sculpté d'écailles,  les appendices foliaires des bagues sont réduits à une volute sans digitation. On  retrouve pourtant sur la queue les perforations au foret, propre à l'artiste de 1564.

Il est possible de se demander si toute cette pièce n'est pas la copie, habile mais d'une main différente, d'une pièce originale (à la suite d'une détérioration), ce qui expliquerait que le fabricien ait mentionné son nom comme responsable de cette commande. 

Il reste alors à savoir si c'est l'ensemble de la charpente du porche, ou seulement cette pièce de sablière, qui doit être attribuée au "plagiaire" et doit être datée de 1624. C'est ce dernier cas qui est le plus probable, car la mentalité de l'époque n'était pas de procéder à des restaurations de l'ancien si une remise à neuf  en style contemporain pouvait être  décidée.

Ou bien, le fabricien Le DUZ a utilisé ce cartouche pour signaler sa responsabilité du chantier principal, la réalisation des 12 statues d'apôtres du porche qui portent, gravées dans la pierre, les dates de 1624 et 1626.

Il est peu vraisemblable que la question soit jugée suffisamment importante pour faire financer une étude dendrochronologique...

 

.

 

 

 

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

.

 

 

.

.

Blochet de gauche. Homme barbu tenant un écu muet.

Notez la tête-bûche au nez dégagé à l'herminette, le bonnet laissant passer les petites indentations des cheveux courts, la petite bouche, les yeux ronds, le  cou puissant, la tunique à petits boutons, la pièce de charpente bien visible.

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

.

.

Blochet de droite. Tête d'homme.

Cette tête est semblable à la précédente, mais le buste n'est qu'esquissé à coups de gouge. Une fois encore, nous avons affaire à un artisan qui ne cherche pas à dissimuler les traces de ses outils et des coups de taille par un fin ponçage et qui ne recherche pas les arrondis harmonieux , soit par choix et goût de l'esthétique de l'inachevé ou non finito (un peu précurseur, non ?), soit par manque de formation à un fini plus élaboré.

On remarquera le menton hypertrophique, en talon de sabot, une caractéristique que j'ai déjà noté à  Trégarvan et à Saint-Nic sous la main d'un hypothétique "Maître de Saint-Nic" (1641-1676) . Ce qui complique mes efforts d'attribution, ou incite à les affiner.

.

 

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

.

.

II. La sablière du coté occidental (partie gauche du porche).

.

Deux dragons tiennent entre leurs têtes détournées un médaillon losangique semblable à celui de la nef. Comme lui, il contient la tête d'un putto , et il comporte deux "pommes" en partie basse.

Les dragons, au corps très long, comportent trois bagues ailées par des feuillages. En périphérie, deux coquilles.

.

.

.

 

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

.

.

Blochet de droite. Homme ou femme les mains posées sur un baudrier.

.

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

.

.

Blochet de gauche. Homme portant une large fraise.

.

La fraise et les plis de l'habit sont taillés à la gouge en utilisant l'empreinte de l'outil.

.

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

.

.

Les culots des nervures.

.

Un homme tenant un bol.

.

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

.

.

Homme tenant un livre.

.

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

.

.

Un buveur.

.

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

.

.

Un barbu.

.

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

.

.

Dieu le Père.

.

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

.

.

 

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

Porche sud de l'église Saint-Mahouarn de Plomodiern. Photographie lavieb-aile.

.

.

 

 

QUELQUES ÉLÉMENTS DE COMPARAISON.

.

A. LE PORCHE SUD DE L'ÉGLISE DE SAINT-NIC.

.

Les sablières de l'église de Plomodiern.
Les sablières de l'église de Plomodiern.
Les sablières de l'église de Plomodiern.
Les sablières de l'église de Plomodiern.

.

.

LE CHOEUR ET LE  TRANSEPT DE TRGARVAN.

.

Les sablières de l'église de Plomodiern.
Les sablières de l'église de Plomodiern.
Les sablières de l'église de Plomodiern.
Les sablières de l'église de Plomodiern.

.

.

 

 

SOURCES ET LIENS.

 

— DUHEM (Sophie), 1997, Les sablières sculptées en Bretagne: images, ouvriers du bois et culture paroissiale au temps de la prospérité bretonne, XVe-XVIIe s. ... préface d'Alain Croix. , Rennes :Presses universitaires de Rennes, 1997 : thèse de doctorat en histoire sous la direction d'Alain Croix soutenue à Rennes2 en 1997.  pages 142 à 146.

 

 

"Contemporain de l'anonyme de Combrit, J. Brellivet exerce comme lui son métier sur les chantiers du Cap Sizun avant de gagner des paroisses situées, cette fois, plus au nord. Les dates mentionnées par quelques sablières permettent de suivre son activité durant près d'une dizaine d'années, voire un peu plus si l'on tient compte des dates des campagnes de construction des sanctuaires où son passage est attesté. Avant de découvrir les étapes anciennes de son parcours, arrêtons-nous dans l'église de Plomodiern qui abrite l'ensemble le plus tardif que l'artisan ait réalisé.

L'œuvre, datée de 1564,  est de belle qualité : Brellivet n'hésite pas à évider le bois de manière à obtenir un relief assez haut, et comme l'artiste de la chapelle des saints Côme et Damien à Saint-Nic, il aime ornementer les surfaces de motifs taillés en creux, stries, encoches, facilitent l'identification de son travail. Les mentons sont fuyants, mais les fronts sont bombés net, les yeux immenses, aux contours très dessinés. Les figures originales qu'il représente sont inspirés des décors de la Renaissance : il apprécie surtout les figures humaines et animales « végétalisées » qui prennent la forme dans sa sculpture de bustes d'hommes et de dragons dont les cornes pisciformes sont couverts de végétaux. Il dynamise ses compositions par de petits portraits qu'il représente en buste ou de profil, sur des médaillons.

Ces images sont caractéristiques de sa production et apparaissent à quelques kilomètres de là, pointe du Cap Sizun sur les poutres plus anciennes de l'église de Pont-Croix. L'année 1544 marque la fin de la campagne de construction du chœur et sans doute est-ce durant cette période qu'il entreprend l'ornementation des sablières. Soit près d'une vingtaine d'années en amont de l'œuvre de Plomodiern. Les images choisies sont les mêmes ou du moins partiellement puisqu'une scène de pêche complète la décoration de l'ensemble. En réalité l'auteur n'a pas encore fixé son répertoire : il mêle à ses figures végétales renaissances des thèmes plus « locaux » dans la tradition de l'imagerie divertissante du bas Moyen-Âge. Il lui faudra quelques années avant d'adopter définitivement le registre des images les lus modernes, car son choix n'est toujours pas fait en 1554 : les fragments de sablières conservés dans la chapelle Saint-Trémeur à Cléden-Cap-Sizun le prouvent. Si le nom de Brellivet n'est pas mentionné par l'inscription qui fournit la datation, la paternité ne fait aucun doute.

Bien que nous ne connaissions pas les dates d'édification de la charpente de la chapelle Saint-Tugden à Primelin, une partie au moins est contemporaine des charpentes de Pont-Croix et de Trémeur. La présence de quelques sablières décorées par le sculpteur l'atteste. Nous retrouvons à Primelin l'image du putto tenant entre les mains les queues de deux dragons végétalisés, de même que les petits bustes pleins d'embonpoint qui ornaient déjà les culots des poinçons pontécruciens. C'est probablement vers le milieu du siècle que le sculpteur quitte la pointe du Cap Sizun pour gagner des chantiers situés plus au nord. Comme nous l'avons vu, il réalise les décors de Plomodiern en 1564. Il est à la même époque dans la paroisse de Saint-Nic où il est employé à l'ornementation de la charpente de l'église entre 1561 et 1566. La commande est importante si l'on tient compte des éléments conservés localisés sous le porche et dans la nef. La maîtrise technique de l'ouvrage est incontestable, mais il est vrai que le répertoire est déjà bien connu du sculpteur."

 

.

 

 

— COUFFON (René), 1988, Notices sur les paroisses, 

http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf-Couffon/PLOMODIE.pdf

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sablières
31 juillet 2019 3 31 /07 /juillet /2019 14:23
La chapelle Saint-Laurent en Pleyben. L'édifice (XVIe, 1662, 1731, 1776, 1808,...)

.

SITUATION. LECTURE DU PAYSAGE.

.

La chapelle de Saint-Laurent,  en forme de croix avec un petit clocheton mur, est située à 1,500 mètres au Nord-Ouest du bourg de Pleyben , à une altitude de 85m. La fontaine alimente un ruisseau formant la rivière du Vernic, affluent de l'Aulne qui s'écoule du nord-est vers le sud-ouest. 

On retrouve donc une situation fréquente, où le sanctuaire domine à près de 100 mètres d'altitude un cours d'eau boisé (Saint-Côme et Saint-Jean à Saint-Nic, Saint-Dispar à Dinéault,  le bourg ou la chapelle Saint-Sébastien de Saint-Ségal, la chapelle Saint-Nicodème à Ploéven, etc...) qui se jette vers l'Aulne ou vers la mer. Il succède souvent à un premier sanctuaire, voire à un ermitage, dont les traces sont suspectées plutôt que patentes.

http://www.sage-aulne.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=4&Itemid=143

Ces vallons souvent émaillés de moulins servaient de voies de communications, et la route actuelle qui relie la chapelle avec Pleyben  suit le tracé du ruisseau.

La situation dominante du lieu est marquée par le toponyme du lieu bâti le plus proche, celui de Rozalghen (2019) dont les cartes donnent les variantes  Rosalaguer (1820-1866), Rosalguen ?? (Cassini, v. 1770), Rosaleguen (1950), puisque la racine roz ou ros signifie colline  (vieux-breton "tertre, hauteur"). C'est le cas de Rozarnou à Dinéault pour la chapelle Saint-Dispar.

"Le mot roz, signifiant montagne à pente généralement uniforme, sert à désigner Roz du (Botmeur), Roz ar yar (Plounéour), Roz an eol (La Feuillée), Roz ampaou (Brasparts). Les collines granitiques appelées roz forment une sorte de gradin entre les sommets et les bas-fonds marécageux. Ces roz étaient, à cause de la pente moins forte, les seules terres que l'homme pût cultiver au centre de l'Arrée. Ainsi depuis Botcador (en Botmeur) jusqu'à Tréludon s'étire une traînée de villages entourés d'un peu de verdure et de maigres champs. Par ex. le village de Kerbruc est abrité par trois roz : roz du, roz uihan et roz vras. Menez, c'est-à-dire la montagne au sommet arrondi, est moins fréquent : Les Menez et Menez quilliou en Plounéour. Reun est employé quand on considère la pente moyenne régulièrement inclinée : Le Reuniou (Berrien). "

Annik Toberne, La toponymie forestière des Monts d'Arrée , Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest  Année 1954  61-2  pp. 407-415 https://www.persee.fr/doc/abpo_0003-391x_1954_num_61_2_1970

 

https://remonterletemps.ign.fr/comparer/basic?x=-3.983676&y=48.228033&z=14&layer1=ORTHOIMAGERY.ORTHOPHOTOS&layer2=GEOGRAPHICALGRIDSYSTEMS.MAPS.SCAN-EXPRESS.STANDARD&mode=doubleMap

.

PRÉSENTATION.

Notice en ligne par l'enquête de l'Inventaire Général.

 

Édifice de plan en croix latine, avec bras de transept très allongés et chevet peu saillant. Chevet et bras nord étayés par d´imposants contreforts. Nef éclairée au nord par une seule ouverture en arc brisé. Bras de transept accessibles par des portes (en arc brisé au sud, plein cintre mouluré au nord) et éclairés par des fenêtres (deux au sud, une au nord) en arc brisé à réseau flamboyant. Maîtresse-vitre en arc brisé à réseau flamboyant. Porte de la sacristie dans-oeuvre en arc brisé. Sol couvert de dalles de schiste. Sablières sculptées (sauf dans la nef). Charpente à arbalétriers courbes et entraits retroussés à engoulants, clés pendantes sculptées (fleurons, têtes d´angelots). Blochets figurant des anges portant les instruments de la Passion à la croisée du transept.

Fontaine bâtie dans les années 1640 (date en partie illisible), remontée,  couverte d´une voûte en plein cintre abritant une statue moderne..

granite , schiste , grès pierre de taille , moellon 

L´édifice, comme toutes les chapelles communales, a bénéficié du don de Madame Le Douzen pour sa restauration (mobilier compris) en 1992. Vitraux réalisés en 1992 par M. Le Bihan de Quimper. Mobilier de grande qualité et d´intérêt patrimonial.

 

.

.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

.

I. L'HISTOIRE : LES INSCRIPTIONS.

.

1°) La bulle d'indulgence de 1500 : une première restauration d'un édifice plus ancien.

On ne connaît rien de la fondation de la chapelle, mais elle doit remonter au-delà du XVIème siècle, puisqu’en l'an 1500, il était question de faire d’importantes réparation, comme en fait foi une bulle d’indulgences découverte aux Archives départementales et signée de 22 cardinaux, diacres et évêques.

Dans cette bulle, la chapelle est dite de Saint-Tugdual : on y signale les fêtes de Saint Marc, évangéliste, de Saint Tugdual, de Saint Laurent, de Saint Roch, comme y étant célébrées. La bulle est obtenue par Noble Fiacre Leinloët, clerc du diocèse de Quimper, en faveur des restaurations à effectuer à la dite chapelle.

Elle conserve de cette époque  le plan en croix  ainsi que plusieurs éléments (niche crédence nord, portes nord, sud et est, porte de la sacristie).

 

2°) Deuxième  mention en 1652, registre paroissial.

On relève aux registres paroissiaux de l'an 1652 qu’on trouva sur l’autel de la chapelle « ung enffant emmailloté dans des drapeaux, dont on ne cognoit ny père ny mère, et qui estoit une fille ».

 

3°)  En 1662, un document d'archive signale une nouvelle restauration : la chapelle est grandement reconstruite.

La bulle de 1500 fut utilisée à nouveau en 1662, lors d’une nouvelle restauration ; elle fut alors retranscrite, et la chapelle y est, cette fois, dite de « Monsieur Saint Laurent ».

Ce sanctuaire a porté les noms de Saint-Pabu ou Tugdual et de Saint-Laurent indifféremment, jusqu’en 1756, où elle s’est appelée définitivement chapelle de Saint-Laurent.

 

Le recteur de Pleyben était alors (de 1662 à 1682) Jean-Baptiste de Kerret, sieur du Carpont.

— Fils de Philippe de Kerret et de dame Julienne de Boisguehenneuc, seigneurs de Quillien, le Birit et autres lieux, Messire Jean-Baptiste de Kerret continua l'oeuvre d'ornementation, et d'embellissement commencée par Messire Coffec.

Il fit construire par les frères Le Déan, de Quimper, en 1666, le magnifique retable à tourelles du maître-autel, fit fondre sur place 4 cloches par Maître Hervé Léonard, fondeur, de Nantes.

En 1679, il passait marché avec le sieur Jégouïc, du Haut-Corlay, pour une grande horloge à placer dans la grande tour. Il eut soin également des âmes qui lui étaient confiées, en leur faisant donner deux missions par le Père Maunoir, en 1665 et 1676.

Il fit reconstruire, en 1662, la chapelle de Saint-Pabu (Saint-Laurent).

Les deux missions du père jésuite Julien Maunoir à Pleyben sont importantes à considérer, pour l'influence qu'il exerça sur la pratique religieuse, et, sans doute, sur les choix iconographiques qui s'ensuivirent. En 1665, il était accompagné de 50 missionnaires. Il mourut en 1683, et parmi les guérisons miraculeuses que G. Le Roux lui attribut après sa mort, il faut citer à Pleyben celle de Jean Pezron, qui avait été 13 ans sans marcher, de Louise Cozan, qui avait perdu la parole,  et surtout celle du recteur René de Kerret (cf. infra), qui " avait été pendant trois ans entiers fort incommodé d'une fluxion à la gorge , sans pouvoir trouver de remède ; il se voua au P. Maunoir ; il commença une neuvaine à son cœur au collège de Quimper , et le troisième jour de la neuvaine il se trouva parfaitement guéri. Il signa sa déposition à Plevin , le 21 de Juin 1685". Ce qui démontre combien le clergé de Pleyben avait été fasciné par le missionnaire. (Source)

.

.

3°) Réfection de la charpente en 1686, Guillaume Coadour étant fabricien.

.

La première inscription est celle inscrite sur la sablière (ou corniche) du bras nord du transept. Elle signale la réfection de la belle charpente en carène inversée sous la direction  du  fabricien, Guillaume Coadour  en même temps que les baies est.

On lit, gravé en creux  dans un cartouche  orné de volutes:

GVIL : COADOVR

FABRI : 1686

Soit Guillaume Coadour, fabricien en 1686.

Il s'agit sans doute de Guillaume Coadour, né en 1615, époux de Catherine PAIGE et père le 20 décembre  1642 d'Yvon  et en 1644 de Marie Coadour (Généalogie Michel Charoupis). Les parrain et marraine d'Yvon étaient Yvon LE BORGNE et Margaritte Coadour.

 

Le recteur était alors René de Kerret, frère du recteur précédent, Matthieu de Kerret, et fils d'Alexandre de K. et de Claude Mahaut, seigneur et dame de Chasteaunoir en Braspart.

René de Kerret était né à Pleyben le 10 mars 1657, il fut recteur de Pleyben de 1685 à 1690 avant d'être nommé à Plouarzel. Il commanda à Thomas Dallam de nouvelles orgues pour l'église de Pleyben. 

https://gw.geneanet.org/basset8?lang=fr&n=de+kerret&nz=basset&ocz=0&p=alexandre&pz=veronique+jeanne+camille+agnes&type=fiche

https://gw.geneanet.org/jcbo?lang=en&p=mathieu&n=de+kerret

.

.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

.

4°) Réfection du pignon ouest en 1731 par I. Favennec.

L'inscription et la date sont portées au dessus de la porte ouest. La même année, le clocheton fut refait, avec obstruction de l´oculus.

L'inscription en lettres capitales romaines est en réserve dans un cartouche carré sur quatre lignes séparées par des réglures

FAITFA.

IREPAR. I .

FAVENN

ECF 1731

Soit FAIT FAIRE PAR I. FAVENNEC F 1731, soit Fait faire par I. Favennec, fabricien en 1731.

On peut suspecter le prénom IAN (Jean). Il appartient à une famille très souvent citée à Pleyben, soit comme fabricien (Nouel Favennec, fabrique de l'église Saint-Germain  en 1725, inscrit son nom sur l'arc de triomphe), soit comme prêtre (Hierosme Le Favennec en 1595, Nouel Favennec  entre 1695 et 1724), soit comme architecte et maçon ( maîtres François et son frère Germain Favennec, architecte et maçon, tous deux de Pleyben en 1718, puis Paul), soit comme habitant.

François Favennec demeure à Lelesguen.

.

 

.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

.

On comparera cette inscription avec celle conservée sur le linteau à coté  de l'Office du Tourisme de Pleyben, autour d'un calice indiquant que son auteur est un prêtre ( Noël Favennec) :

FAIT : FAIRE : PAR

MIRE : N : FAVENNEC

PTRE : CVRE : LAN 1709.

.

.

 

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

.

Inscription de la cloche de 1776.

.

La date est signalée par Couffon, je n'ai pu la lire sur mes photos.

J'AI ETE FONDUE A BREST EN [1776]

[YVES CANSOT] CURE ET RECTEUR DE SAINT LAURANT EN PLEYBEN 

/ STE ---EUR MICHEL RANNOU FABRICIEN

Décor : un crucifix.

..

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

.

L'inscription au dessus de la maîtresse-vitre : FAIT FAIRE PAR GUILLAUME LE MOULIN 1808 : 

.

Vendue pendant la Révolution, la chapelle de Saint-Laurent fut remise à la commune le 21 nivôse an X [janvier 1802], par Françoise le Gall, veuve de Guillaume le Moulin, de Kergogant, qui s’en était rendu acquéreur en secondes mains, le premier acquéreur se nommant Jacques Kergoat, de Botlan. Guillaume le Moulin l’avait achetée à ce dernier dans l’intention d’en empêcher la profanation.

Je n'ai pas photographié cette inscription.

.

De 1724 à 1781, la chapelle reçut de fréquentes et coûteuses réparations : en 1861, elle était à peu près écroulée, et on dut la reconstruire en partie pour un devis de 2.500 francs.

Jadis il était de tradition que la procession du Saint-Sacrement se rendît du bourg à la chapelle, le dimanche dans l'octave du Sacre, où avait lieu le pardon de Saint Papu ou Tugdual. Aujourd’hui, seule la procession des Rogations s’y rend.

La chapelle était desservie par un chapelain, qui recevait 18 livres 15 sols par an pour ses fonctions.

Le pardon de Saint-Laurent a lieu le deuxième dimanche d'Août, aux environs de la fête du saint diacre (10 Août).

.

 

.

.

LA STATUAIRE.

.

.

On  compte dans la chapelle abrite les statues de Saint-Laurent, la Vierge-Mère, saint Pierre, saint Pabu, saint Cado et saint Suliau, pour la plupart placés autour des trois autels de pierre.

Le maître-autel est accosté de deux niches soit enguirlandées de festons, soit munies de statuettes des apôtres .

 

.

La statue de saint Pabu et sa niche : bois polychrome, XVIe siècle.

Saint Pabu, c'est saint Tugdual ou Tuwal, l'un des sept saints fondateurs de la Bretagne ; il aurait débarqué à Trébabu au VIe siècle avec 72 religieux du Pays de Galles pour évangéliser les Bretons, il aurait fondé son ermitage à Saint-Pabu, etc...

 Saint Pabu est représenté en évêque de Tréguier, dont il fut le premier prélat en 550.

La bordure de sa chape pluviale est ornée des figures en bas-relief de saint Etienne, saint Jean-Baptiste, un saint évêque, et saint Fiacre.

Sa niche comporte les figures en moyen-relief les douze apôtres ; on voit à gauche de bas en haut saint Thomas et son équerre, saint Simon et sa scie, saint Barthélémy et son coutelas, saint Jean et son calice, saint André et sa croix, saint Pierre et sa clef. À droite, saint Jacques et son bâton de foulon, un saint (Thaddée Jude ?) et son bâton, saint Matthieu et sa lance,  saint Philippe et sa croix, saint Jacques le Majeur et son bourdon, et saint Paul avec son épée, en face de saint Pierre.

Au sommet, trois masques à linges et palmettes.

.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

 

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

 

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

 

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

.

Saint Laurent et sa niche. Bois polychrome, XVIIe.

Il porte la dalmatique de diacre, tient un livre, la palme du martyr et le grill de son supplice.

Niche à guirlandes.

.

.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

.

Saint Laurent, son livre, sa palme  et son grill. Bois polychrome, XVIIe.

.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

.

 

Saint Laurent et son grill. Bois polychrome.

.

 

 

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

 

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

.

La Vierge à l'Enfant. Bois polychrome, fin XVe.

.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

 

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

.

Saint Cadou en abbé, XVIIIe (Couffon).

Ce gallois  fonda l'abbaye de Llancarfan (où furent formés saint Brandan et saint Malo) et vint en Bretagne au VIe siècle avant de devenir évêque de Bénévent en Italie, où il fut assassiné par les Barbares.

Selon le BDHA, les statues de Saint Sulliau et de Saint Cadou proviennent de deux chapelles tombées en ruines et dédiées au culte de ces deux saints bretons.

 

.

.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

.

Saint Suliau, bois polychrome, XVIe-XVIIe siècle.

.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

.

 

Un des quatre évangélistes rédigeant son évangile,  sans son symbole. Bois polychrome.

Il s'agit vraisemblablement de saint Marc, dont  la fête  était célébrée ici, comme l'atteste  une bulle de 1500.

 

 

.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

.

L'évangéliste Marc et son lion. Kersantite polychrome.

.

C'est, avec celle de la Vierge, la statue la plus remarquable. Saint Marc est assis sur un siège dont nous ne voyons que le montant gauche, montant à degrès sur lequel Marc pose le pied gauche.

Il est coiffé d'un bonnet rond singulier, puisqu'il se prolonge devant la poitrine par deux pointes et entoure le cou sous la barbe. Ce bonnet s'intègre à un camail plissé.

Il caresse son lion, qui est dressé sur ses postérieures tandis que les antérieures s'appuient sur le bras du fauteuil, et celui de l'évangéliste. La queue du lion, droite et longue, passe entre l'arrière-train en diagonale sur les pieds de Marc.

.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

Inscription S. MARC PRIE POVR NOVS

.

 

 

 

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

.

LA CHARPENTE, SES ABOUTS DE POINÇON, SES BLOCHETS ET SES SABLIÈRES.

.

Voir sur les sablières bretonnes :

 

— Sur les sablières et sculptures du Maître de Pleyben :

 

.

Les sablières du Maître de Saint-Nic (1641-1675:

 

 

 

Pour s'en tenir à Pleyben et aux paroisses voisines, cette charpente datée de 1686 se place un siècle après celle de l'église de Pleyben et de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal, de la chapelle Sainte-Marie-du Ménez-Hom sculptées par les Maître de Pleyben entre 1570 et 1580 environ. Elle est postérieure à celle de l'église de Plomodiern (Brélivet 1564), . Par contre, elle se rapproche des dates de celle de la chapelle Saint-Côme à Saint-Nic, réalisée entre 1641 et 1675, ou de la chapelle Saint-Jean de Saint-Nic, datée de 1653, ou de celle de Trégarvan (1670), dont les sablières sont de la même main .

On  retrouve ici, pour les éléments figurés,  un style altéré mais néanmoins évocateur du sculpteur de ces chapelles, avec  les angelots sculptés de face et les visages bilobés. Mais le décor y est fruste, répétitif. L'admirable travail du charpentier n'est pas, par bonheur, caché par un lambris.

.

"A la croisée du transept, beau poinçon de charpente, sculpté et peint (des têtes d'anges sur les côtés, des armoiries à six besants en dessous) et deux blochets sur quatre conservés (anges porteurs de la croix et de la couronne d'épines). Seul le transept a gardé sa charpente ancienne, ses entraits engoulés et ses sablières sculptées ; sur l'une de celles-ci, à gauche du choeur, inscription : "GVIL. COADOVR/ FABRI. 1686". Au chevet, fenêtre flamboyante et, au pignon du transept sud, porte en anse de panier. Charpente en carène renversée avec sablières et anges-blochets." (Couffon)

.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

.

La clef pendante de la croisée du transept.

.

Quatre anges présentent une couronne contenant, dans deux palmes, un blason à six besants.

Ces armoiries n'ont pas été attribuées. Elles diffèrent de celles de la famille du Bouëtiez de Kerorguen, qui posséda en 1553 la trève de Lannélec en Pleyben. Ils blasonnaient d'azur à deux fasces d'argent accompagnées de six besants d'or.

.

Les anges, qui sont coiffés d'un diadème, ont un visage bilobé, en cosse d'arachide.

.

 

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

.

Les blochets de la croisée du transept : deux anges.

.

1°) Ange présentant la croix.

.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

.

Ange présentant un livre.

.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

.

Les sablières et leur décor d'angelots.

.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

.

La charpente.

On comparera la charpente du transept avec celle de la nef.

.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

.

 

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

Chapelle Saint-Laurent en Pleyben. Photographie lavieb-aile juillet 2019.

ABGRALL

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/a0a5651f868070445ed8e54fb7eecff8.pdf

 

 

 


 


 

https://gw.geneanet.org/edouardpareja?lang=en&iz=3&p=gilles&n=coadour

https://gw.geneanet.org/coadour?n=coadour&oc=1&p=yvon

Guillaume Le Moulin (1620-1687), notaire royal

https://gw.geneanet.org/zardoz?lang=en&n=le+moulin&oc=1&p=guillaume

 

SOURCES ET LIENS.

.

 

PEYRON, Paul, . Pleyben (Notices des paroisses du diocèse de Quimper et de Léon). Dans : Bulletin de la commission diocésaine d´architecture et d´archéologie, 1938

 

https://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/3c650c05ef86fe15d59ddb6b528d5f93.pdf

 

 

 

— COUFFON, René, LE BARS, Alfred. Diocèse de Quimper et de Léon. Nouveau répertoire des églises et chapelles. Quimper : Association Diocésaine, 1988.

COUFFON, René, LE BARS, Alfred. Diocèse de Quimper et de Léon. Nouveau répertoire des églises et chapelles. Quimper : Association Diocésaine, 1988.

http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf-Couffon/PLEYBEN.pdf

 

— COUFFON, René, 1961, L'évolution de la statuaire en Bretagne après la guerre de succession du Duché - In: Mémoires. Société d'Emulation des Côtes-du-Nord vol. 97 (1961) p. 1-16

 

— INVENTAIRE GENERAL Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel),

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/chapelle-saint-laurent/1e9b5ce0-97b9-4c88-8458-e7734af71ac5

 

.

 

 


 


 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Pleyben Chapelles bretonnes. Sablières
1 juillet 2019 1 01 /07 /juillet /2019 08:54

La chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal : ses sablières et blochets, abouts de poinçons et réseaux de liernes,  atelier du Maître de Pleyben dernier quart XVIe.

.

 

 

Voir sur cette chapelle :

 

 

 

 

.

 

 

Voir sur cette chapelle :



 

.

 

.

Voir aussi :

— Sur les sablières du Maître de Pleyben :

 

 

 

 

.

— Et sur les sablières bretonnes :

 

.

INTRODUCTION.

Les intérêts suscités par l'examen de la charpente lambrissée d'une église ou d'un chapelle sont multiples et participe de l'enquête détective : en préciser la datation par quelque indice, l'attribuer à un atelier connu, déchiffrer une inscription et en développer les données, ou en décrypter le matériel héraldique. Si possible, enrichir les publications antérieures de quelque découverte ou réflexion personnelle.

Eh bien, tous ces éléments sont réunis ici.

À la croisée du transept, un blason des Du Bot en alliance avec les Kergoët conclue à une datation pour cette charpente entre  1554 et 1567.

Ces déductions héraldiques doivent être confrontées à un autre indice : à la fin du XIXe ou au début du XXe siècle, le chanoine Abgrall a mené une campagne très soigneuse de relevés épigraphiques des monuments religieux du Finistère ; la vérification de ces relevés lorsque les pièces sont encore conservées montre la fiabilité de ce qu'il a lu, tout comme son attention (rare) à la ponctuation. Or, il mentionne, pour la chapelle Saint-Sébastien, ceci : "Sablières, date de 1586" . On pourra vérifier, pour les autres inscriptions, que le chanoine était scrupuleux dans sa tâche. 

Hélas, pour le coup, il s'agit d'une erreur, la date de la sablière est celle de 1686.

.

 Je considère que la charpente est placée sous la prééminence du couple Kergoët-Le Bot  entre 1541 et 1567.

.

 

 

 

 

La présence d'anges présentant les instruments de la Passion et les Cinq plaies oriente vers un atelier renommé et proche, celui du Maître de Pleyben, attribution confirmée par les cuirs à enroulement tendus par deux anges qui rappellent ceux de cet atelier (Kerjean, Sainte-Marie du Ménez-Hom, Saint-Divy, Bodilis, Roscoff) tout comme les blochets des quatre évangélistes. Cet atelier est considéré (S. Duhem) comme  actif entre 1564 et 1580. Il s'agirait donc à Saint-Sébastien soit d'un atelier juste antérieur à celui de Pleyben, soit des premiers travaux de ce dernier. Cela est cohérent car nous ne trouvons pas ici la finesse d'exécution et l'envolée lyrique des anges, remarquables à Kerjean et Sainte-Marie-du Ménez-Hom.

 

Enfin, une inscription plus tardive dans la nef nous donne le nom du curé et du fabricien en 1686.

Comblés, non ?

D'autant que ces morceaux de puzzle s'ajustent à ceux apportés ailleurs, par exemple, par un riche corpus d'inscriptions lapidaires et de matériel héraldique.

Mais un bonus vous est réservé, avec de jolies surprises.

.

.

 

.

.

LE CHOEUR ET LA CROISÉE DES TRANSEPTS.

.

 

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

La chapelle est un édifice lambrissé qui comprend une nef de 3 travées avec bas côtés, un transept et un chœur peu débordant communiquant avec une sacristie octogonale. 

 

 Les Kergoët, seigneurs prééminenciers, sont à l'origine de cet édifice . L'édifice composite porte les traces de trois campagnes de construction

a) La plus ancienne affecte le transept et le choeur, le gros oeuvre et la charpente, les grandes arcades de la nef et le portail ouest, se situe dans la seconde moitié du 16e siècle. Par leur style, les arcades et le portail ouest appartiennent à cette même campagne.

-a1 : les armoiries relevées sur le chevet (Jean de Kergoët et Perrine de Kerpaën)  suggèrent la période 1541-1550.

.

-a2 : sur le mur est du bras nord du transept et la croisée du transept les armoiries  de Kergoët et du Bot  suggèrent la période 1554-1567.

.

b) Dans le dernier quart du 17e siècle, une importante campagne de reconstruction affecte la nef et sa charpente ainsi que le clocher-porche occidental.  Le mur du bas-côté sud est réalisé en 1685 ;  la charpente et du lambris de couvrement date de 1686. Le clocher-porche refait en 1694 intègre l'ancien portail de style gothique flamboyant.  Ces dates sont confirmées par l'écu de la façade ouest aux armes des Kergoët et du Dresnay (René François de Kergoët et sa femme née du Dresnay), qui indiquent la fin du 17e siècle et le début du 18e siècle. Le retable du bras sud du transept porte les mêmes armes associées à la date 1706-1707. Enfin le retable axial est un peu plus tardif (après 1710) car il porte les armes des du Chastel face à celle de Kergoët. Cette campagne est marquée par la personnalité du recteur Yves Coquet et des artisans qu'il choisit, Jean Le Seven et Jean Cevaër.

.

c) La troisième et dernière campagne concerne la sacristie construite contre le chevet en 1742, date portée accompagnée de nombreuses inscriptions. On peut y inclure le confessionnal portant la date de 1766 et le nom du recteur Guillaume Le Léon.

.

 

Copyright François Dagorn Inventaire Général.

Copyright François Dagorn Inventaire Général.

.

.

Clef de la croisée du transept : ange présentant les armoiries de KERGOËT en alliance avec DU BOT.

L'ange aux cheveux blonds et à la tunique rouge très plissée présente les armoiries des Kergoët, seigneurs prééminenciers du lieu, en alliance avec celle de la famille du Bot.

Le blason est divisé en quatre quartiers : en 1 et 3 les deux haches rouges sur fond blanc se blasonnent d’argent à deux haches d’armes — ou "consulaires" — adossées de gueules , qui sont Du Bot. Mais ces armes sont affectées d'un lambel en chef. En 2 et 4 les losanges rouges sur fond blanc surmontées des quatre choux à la crème  s'énoncent d'argent à cinq fusées rangées et accolées de gueules, accompagnées en chef de quatre roses de même, qui sont de Kergoët.

Déduction : il y eut un mariage entre les deux familles, et le mari qui place ses armoiries et 1 et 3 était un Du Bot.

Solution : le mariage en 1554 de Gilette de Kergoët et de Michel du Bot.

Gilette était la fille de Guillaume II de Kergoet (+ vers 1530) et de Françoise de Tregain ; elle était veuve de René de Saint-Allouarn. ses grands-parents étaient Pierre de Kergoet (+ vers 1510), écuyer et maître, sieur de Trohemboul, Coetperennes, Lesaon  et Catherine de Launay demoiselle du Guilly (épousée en 1499). 

Cette branche aînée des Kergoët  n'ayant pas d'héritier mâle, Gillette, dame du Guilly, paroisse de Lothey  transmet en 1567 le titre de Kergoët à son cousin Alain. En effet, Pierre de Kergoët avait un frère cadet, Jean de Kergoet (+ vers 1550), baillif de la Cour royale de Chateaulin, sieur de Lesaon et de Guilly qui épouse le 27/8/1541 Perrine de Kerpaen , héritière noble de Bernard Kerpaien, sieur de Prategaumeur. Ils n'ont qu'un seul enfant: Alain de Kergoët , qui épousa Julienne de Trégain, et ils  eurent pour enfants François,  Thomas et Françoise.

Le couple Jean de Kergoët et Perrine de Kerpaen a placé ses armoiries sur le calvaire et sur le chevet de la chapelle, indiquant une datation du 2ème quart du XVIe siècle.

http://www.laperenne-zine.com/articles.php?lng=fr&pg=609

https://www.tudchentil.org/spip.php?article908

Un mot sur le titre de "sieur de Lesaon" de Jean de Kergoët : il renvoie au lieu-dit actuel de Lezaon en Saint-Ségal, situé tout près de la chapelle. Cela explique que cette famille aie prééminence en cette chapelle. Il ne subsiste aucune trace de l'ancien manoir de Lezaon.

Voir le site sur la carte Cassini (fin XVIIIe).



 

.

Donc cette charpente est datable entre  1554 et 1567

Les mêmes armoiries se retrouvent à l'extérieur, sur le mur est du bras nord du transept, ce qui confirme que non seulement la charpente, mais aussi l'édifice lui-même relève de cette datation.

 

 .

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

Autres abouts de poinçons remarquables.

Les 62 abouts de poinçon (ou "poinçons pendants") sont pour la plupart feuillagés. Certains sont figurés.

.

1°) Ange volant.

.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

2°) Acrobate en renversement postérieur obscène.

Cet "inévitable acrobate indécent" (abbé Y-P. Castel, frère G. Leclerc) réalise devant nous le grand renversement postérieur, bien plus accentué que le Supta Vajrasana .

Cet exercice est très habituel aux acrobates qui se suspendent aux abouts de poinçon des charpentes bretonnes, et on le trouvait déjà sur les modillons romans. Il est également pratiqué par leurs homologues en pierre, qui tiennent le rôle de crossettes des mêmes édifices.

Il consiste à se renverser en arrière, on l'aura compris, et à attraper ses chevilles (ou ici ses cuisses) pour que les pieds encadrent la tête au dessus des oreilles. J'y ai renoncé.

Beaucoup s'y livrent en tenue de ville, mais le fin du fin est de présenter cette posture en étant totalement nu. 

Dès lors, certains spectateurs se trouvent mieux placés que d'autres : on  conseille aux autres de se déplacer.

Le peintre chargé de la dernière restauration a placé un indice rouge pour aider chacun à y retrouver ses repères anatomiques.

Le Maître de Pleyben les a sculptés aussi bien que ses collègues sculpteurs. Voici quelques exemples :

De face, il ressemble à un ange, mais ne vous y trompez pas.

.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

 

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

 

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

 

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

 

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

Cet acrobate ne quitte pas des yeux son maître, qui lui tire la langue sur le dernier about de poinçon.

.

La chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal : les sablières et blochets.

.

.

Les quatre blochets de la croisée du transept : le Tétramorphe.

.

Les attributs des quatre Évangélistes cantonnent la croisée.

.

1°) Blochet de l'angle sud-est :  Le taureau de saint Luc.

 

.

 

 

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

2°) Le lion de saint Marc tenant un phylactère sortant de sa gueule.

Selon Castel et Leclerc, e lion remarquable a été réalisé en 1997 par Georges Le Ber, sculpteur de Sizun a qui avait été confié la restauration de la charpente.

.

 

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

 

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

3°) L'aigle de saint Jean.

On notera ses ailes enroulées (permettant une sculpture en une seule pièce de bois), que nous allons retrouver immédiatement.

.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

4°) Blochet de l'angle nord-ouest : l'ange de saint Matthieu tenant un phylactère.

À nouveau, les ailes enroulées.

.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

Les sablières coté sud du chœur.

.

1°) Martyre de saint Sébastien.

La scène est placée au dessus de la niche de statue de saint Sébastien, qui lui est postérieure, et qui la masque.

Elle est encadrée par deux profils semi-humains qui crachent une tige végétale foliée.

Deux archers en tunique à manches courtes bouffantes et haut-de-chausse, ou braies, bouffantes et plissées. Saint Sébastien, seulement vêtu d'un pagne, est lié à un arbre. Cette scène, emblématique, est également représentée sur le calvaire.

.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

La sablière n'est complètement accessible au regard que depuis un échafaudage et lors de travaux : je dois emprunter le cliché de Bernard Bègne (copyright) pour l'Inventaire Général région Bretagne IVR53_20092900484NUCA :

.

 

 

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

2°) Fragment d'une chasse.

Même encadrement entre des masques crachant des feuilles, et même difficulté à examiner la sablière depuis le sol, d'où le même recours au cliché de Bernard Bègne.

La partie visible montre un jeune cerf poursuivi par un chien. La partie cachée montre d'abord le buste d'un chasseur armé d'un épieu, et sonnant dans une trompe enroulée, puis un autre chien portant un collier.

Nous voyons aussi le blochet : un ange ou un saint homme [dans une barque ?].

.

 

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

 

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

Autre sablière : deux masques de profil crachant les tiges de rinceaux se terminant en gueules animales.

.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

LA CHARPENTE DU TRANSEPT NORD ET SES SABLIÈRES.

.

1°) Sablière du coté est : cartouche à enroulement .

.

Deux anges nus, de face, ailes déployées, jambes écartées car saisis en pleine course, cheveux bouclés en boules, tiennent chacun d'une main l'extrémité haute d'un "cuir à enroulement" tout en calant l'autre extrémité de leur pied. L'autre main tient la boucle d'un lien d'étoffe qui passe derrière le cartouche ; Ce lien forme ensuite une autre boucle qui  sort par deux orifices (peu distincts) dans le corps du cartouche. Ainsi, les deux anges sous-tendent-ils le cartouche pour en présenter le motif central.

Ce motif s'inscrit lui-même dans le cercle de nouveaux enroulements. Ce sont trois cercles dorés entrelacés. Cela rappelle l'emblème d'Henri II aux trois croissants, mais il s'agit des "anneaux borroméens" (du nom de la famille Borromeo, alliance de trois familles italiennes). C'est ici pour moi un symbole religieux de la Trinité.

Cette interprétation se justifie si on considère que l'ensemble des motifs des cartouches à enroulements de l'atelier du Maître de Pleyben sont religieux et christiques, et que le décor de l'environnement de cette sablière (blochet aux Cinq Plaies, sablière en vis à vis avec la Couronne d'épines) est de thème religieux.

 

 

.

Pour Sophie Duhem, au contraire "les sculpteurs des entrelacs compliquées des sablières de Saint-Ségal et de Guenguat se seront sans doute inspirés de quelque image d'un maître italien, tel Nicoletto da Modena, apprécié des ornemanistes pour ses figures géométriques."

Cette auteure, référence princeps en matière de sablière,  signale  un rapprochement  avec l'atelier du "maître anonyme de Pleyben" (selon sa propre dénomination), sculpteur qui introduit dans l'ornementation le thème des stigmates (ou Cinq Plaies) et place sur les sablières et blochets des anges présentant les instruments de la Passion. Elle écrit en effet :

"Les choix  de l'anonyme de Pleyben ont obtenu un certain succès localement : dans trois chapelles de la paroisse (chapelles de la Trinité, de Guenilly et de Saint-Laurent), les blochets sont les supports de grandes figures d'anges portant les instruments du supplice. À quelques kilomètres, la chapelle Saint-Sébastien à Saint-Ségal abrite  une charpente ancienne (XVIe) ayant fait l'objet de remaniements en 1686. Les attributs des évangélistes occupent les angles de la croisée, une sablière porte un cuir orné d'une couronne d'épines, et sur un blochet un ange soutient un cartouche où se dresse une grande croix sur laquelle est posée la couronne d'épines. À ses pieds sont représentés les stigmates et le cœur. A proximité, une figure céleste tient les clous et le marteau."

Mais à mes yeux, c'est le cartouche en forme de cuir à enroulement, et plus encore la façon dont les anges le maintiennent par des linges, qui évoque immédiatement les mêmes motifs présents à Kerjean, Sainte-Marie-du-Ménez-Hom, à Saint- Divy et à Pleyben sous le ciseau du Maître de Pleyben.

 

 

Rappel : LE SCULPTEUR SUR BOIS DIT LE "MAÎTRE DE PLEYBEN".

Vers 1580, un sculpteur anonyme, désigné aujourd'hui sous le nom de convention de "Maître de Pleyben", réalisa les sculptures de la charpente de la chapelle du château de Kerjean, en Saint-Vougay, à la demande de Louis Barbier, seigneur de Kerjean. Un véritable chef-d'œuvre, influencé par l'École de Fontainebleau qui avait introduit vers 1535 le motif décoratif du cuir découpé à enroulement, et par la diffusion du style de la Seconde Renaissance française dans des recueils de gravures : le prospère Léon était largement ouvert à l'Europe par ses ports de Landerneau, Morlaix et Roscoff.

Cet artiste a reçu ce nom car on lui attribue aussi une partie des sablières de l'église de Pleyben, en Haute Cornouaille vers 1564 et 1571.  On reconnaît aussi son style sur la charpente de l'église de Saint-Divy, dans le Léon, et  dans la chapelle de Sainte-Marie du Ménez-Hom en Plomodiern, située à 23 km de Pleyben et 70 km de Kerjean. 

Son style ? On le distingue à ces cuirs découpés à enroulements, car il  faufile dans les découpes des linges et des cordages dont il confie les extrémités à des anges ou autres personnages. Ses anges aussi sont caractéristiques, avec une coiffure faite de mèches rondes cerclant  la périphérie du visage, et avec une tunique aux plis prononcés, bouffante à la taille en formant une ligne sinueuse, avant de s'évaser vers les pieds avec une grande liberté. Ajoutons que les manches de ses tuniques s 'évasent en larges couronnes au dessus des coudes, qui sont globuleux. Ses personnages en pieds (Évangélistes ou Sibylles, notamment) ont en commun un visage fin, ovale, avec des nez longs et fins, de grands yeux aux pupilles en creux,  des bouches fines, des manches bouffantes, ou, pour les femmes, des bandeaux de cheveux. 

Mais ce sont surtout ses motifs iconographiques qui se répètent en tableaux stéréotypés :  mascarons zoomorphes ou anthropomorphes sur le plan profane, guirlandes et frises à petits pois, musiciens, et, sur le plan religieux, des thèmes plus christiques que mariaux :  Sainte Face, Tunique du Christ, Plaies du Christ, Instruments de la Passion, Rencontre de la Samaritaine. Et les Sibylles, à Kerjean et à Pleyben.

Sa période d'activité ?  : un chronogramme de la sablière du transept de Pleyben indique "1571". Sophie Duhem propose pour Pleyben  la fourchette 1564-1571. Guy Leclerc propose celle de 1571-1580. Dans la première hypothèse, Pleyben aurait précédé les trois chantiers de Kerjean, Plomodiern (Ménez-Hom) et Saint-Divy de 10 à 20 ans, qui seraient des œuvres de maturité du Maître. Dans la seconde, les quatre chantiers sont pratiquement contemporains.

J'ai reconnu les mêmes caractéristiques en l'église de  Bodilis, puis de Roscoff, sans bénéficier de la caution de S. Duhem.

.

 

.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

 

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

Le blochet de l'angle nord-est : l'ange aux Cinq Plaies.

.

L'ange (aux ailes enroulées) porte dans ses mains un panneau rectangulaire. Sur celui-ci, une croix est encerclée par la Couronne d'épines. Plus bas, le cœur rouge et les 2 mains jaunes forment, avec les 2 pieds moins visibles, le motif des Cinq Plaies reçues par le Christ lors de sa Passion.

L'atelier du Maître de Pleyben a sculpté ce motif de la croix et de la couronne  dans un cartouche de la chapelle de Kerjean, de l'église de Pleyben,  et dans un autre de la chapelle de Sainte-Marie-du-Ménez-Hom, ou à Saint-Divy, ou à Roscoff.

Il a représenté les Cinq Plaies dans un cartouche  du chœur de l'église de Pleyben.

.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

 

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

Le blochet controlatéral : ange tenant le marteau de la Passion.

.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

 

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

La sablière et les blochets du mur ouest.

.

Le blochet de gauche est celui de l'Ange de Matthieu, déjà décrit. Le blochet de droite est un ange portant un blason effacé.

La sablière est encadrée par deux masques de profil crachant les tiges d'un rinceau. Les feuillages de celui-ci se relient deux à deux, puis vient un masque, cette fois ci de face, tenant aussi dans sa bouche la tige foliée. Enfin, au centre, nous retrouvons le fameux motif du cartouche à type de cuir à enroulement présenté par deux anges nus. Au centre de ce cartouche, la Couronne d'épines.

.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

 

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

 

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

 

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

LE BRAS SUD DU TRANSEPT.

.

Les éléments sculptés de sa charpente semblent moins intéressants car ils sont  masqués par le retable. J'ai d'abord remarqué  la grosse poulie  en about de poinçon. Dans d'autres sanctuaires, une poulie est encore en usage pour hisser une pièce dévotionnelle de procession, telle qu'une bannière ou un ex-voto, mais on peut aussi penser, avec Castel et Leclerc, à un lustre.

 

.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

 

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

Dans l'angle sud-est, un blochet représente un pélican.

... ou du moins un oiseau, tête baissée sur sa poitrine (un aigle pour Castel et Leclerc).

.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

Mais le mur oriental doit être examiné soigneusement.

D'une part, des moignons de blochets ou de poutres témoignent de modifications importantes.

D'autre part, des tronçons de sablières anciennes apparaissent entre le couronnement  des retables.

.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

1°) Scène cochonne du coté gauche.

À première vue, seul un cochon (ou un animal dont le groin est doté d'un crochet), est visible, gueule ouverte. Curieusement, une sorte de crinière forme une selle sur sa tête.

On voit aussi une chaussure et une jambe, menacées par la gueule de la bête.

  .

 

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

 

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

En se déplaçant, on constate que la jambe est celle d'un acrobate, qui joue également la scène du renversement et de l'exhibition. Heureusement pour les âmes dévotes, elle est  dissimulée.

.

 

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

Plus près du chœur, une tête de mouton (ou de chèvre ?) est facile à voir. Mais le personnage voisin, qui tient une banderole, est plus difficile à voir.

.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

LA NEF : XVIIe SIÈCLE.

.

Dans le dernier quart du XVIIe siècle, une importante campagne de reconstruction affecte la nef et sa charpente ainsi que le clocher-porche occidental. Plusieurs inscriptions datent avec précision cette campagne. Le mur du bas-côté sud est réalisé en 1685, en témoigne la porte de style classique portant l'inscription suivante : "S : SEBASTIEN PRIE POUR NOUS 1685". L'inscription gravée sur la sablière nord de la nef révèle la date de la charpente et du lambris de couvrement, le nom du curé de la chapelle (et non du recteur) et du fabricien (commanditaire et trésorier du chantier)   : "M. F.  CVNIAT. CVRE : CH : LHARIDON : FA. 1686".

Il faut lire : Messire François CUNIAT, curé et Charles Lharidon, fabricien en 1686.

a) François CUNIAT, prêtre.

Messire François CUNIAT (ou CUNIAL) est attesté dans les terriers de la paroisse en 1682:

https://en.geneanet.org/archives/registres/view/24273/370?idcollection=24273&legacy_script=/archives/registres/view/index.php&page=370

Un couple Yves Deniellou et Catherine CUNIAL est attesté la même année à Saint-Ségal. 

b) Charles Lharidon, fabricien.

Mentionné dans le Terrier en 1682 :

LHARIDON, Charles (+) x CORBIER, Placide (+) dt Lannédern, 1682-10-07 , Père et mère d'Anne LHARIDON (x Louis LYDOU) , de Margueritte LHARIDON (xAllain GUIOMARCH), d'Yvon et de Nicollas LHARIDON ci-avant.. 

https://en.geneanet.org/archives/registres/view/26639/241?idcollection=26639&legacy_script=/archives/registres/view/index.php&page=241

 

 

Le cadran solaire daté 1694 est signé I. Lharidon.

.

 

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

 

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

L'entrait à engoulants aux armes de Kergoët sur le nœud central.

.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

La poutre de Gloire.

.

L'entrait est joliment sculpté d'entrelacs polychromes. Il est composé de deux pièces de bois assemblé par le "trait de Jupiter" bien connu des charpentiers de marine qui l'utilisait pour la quille des navires.

.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

 

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

.

Le Christ.

On notera les deux pans volants du périzonium (le pagne), "qui rattachent ce Christ à l'art des pays du nord de la seconde moitié du XVe siècle" (Castel et Leclerc). On retrouve ces pans flottants sur les crucifix de la chapelle Saint-Adrien de Plougastel et de la chapelle du Passage de la même commune.

.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

 

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

Charpente sculptée de la chapelle Saint-Sébastien en Saint-Ségal. Photographie lavieb-aile juin 2019.

.

Restauration.

 

 

La charpente et son lambris ont été restaurés en 1997 (Georges Le Ber à Sizun).

En 2013-2017, les trois retables, classés en 1914,  ont été restaurés par les entreprises A.R.T (Stéphane Saint-André ) pour la maçonnerie, Le Ber  (Erwan Le Ber) pour la menuiserie d'art et sculpture, et Coréum Polychrome pour la peinture et dorure ( Vincent Chérel )  sous la direction de madame Marie-Suzanne de  Ponthaud, architecte en chef des Monuments historiques, secondée par Françoise Godet-Boulestreau et de la DRAC (Christine Jablonski) , la commune étant représentée par le maire, André Le Gall, et  son adjointe au patrimoine et à la culture, Virginie Foutel. 

Le diagnostic préalable réalisé par Yves Gilbert (Ateliers de la Chapelle) avait révélé  que parties des sculptures n’étaient tenues que par un usage de colle ou papier mâché placés au XIXème siècle ,

Dans la même campagne 2013-2017, les peintures murales de 1818 ont été restituées et protégées par Géraldine Fray (56).

 


.

.

SOURCES ET LIENS.

— CASTEL (Yves-pascal), LECLERC, (Guy),s.d,  La chapelle Saint-Ségal, son calvaire, ses retables, ed. Commune de Saint-Ségal.

— DUHEM, (Sophie), 1997. Les sablières sculptées en Bretagne. Images, ouvriers du bois et culture paroissiale au temps de la prospérité bretonne (XVe-XVIIe s.). Collection Arts et Société. Presses universitaires de Rennes, 1997.


 

— COUFFON, René, LE BARS, Alfred. Diocèse de Quimper et de Léon. Nouveau répertoire des églises et chapelles. Quimper : Association Diocésaine, 1988. p. 418-419

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/0ffd39bdf24d89d00ff35b034d2685b0.pdf

 

— INVENTAIRE GENERAL Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel), enquête 2009.

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/chapelle-saint-sebastien-saint-sebastien-saint-segal/3161081b-4d98-4287-a98a-4abeed58a9dc

 

 

— MADEC (Yves), 1915, Saint-Sébastien en Saint-Ségal

https://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/fc72b7a373375935ed358e8dbd9c8cd4.pdf

.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sablières
2 juillet 2018 1 02 /07 /juillet /2018 14:31

L'église Saint-Budoc de Trégarvan.  Ses inscriptions, ses sablières et ses blochets, sa statuaire, ses bannières.

.

 

 

 

 

.

Vous pourrez lire aussi, sur le sujet des sablières de Bretagne, les articles suivants :

 

 .

Sur les réalisations du Maître de Pleyben (1567-1576), voir :

.

Sur les réalisations du Maître de Saint-Nic (1561-1576) :

 

.

Et enfin :

La plaque de cocher du Passage à Rosnoën : le Chemin de Grande Communication n°47, et le Passage de l'Aulne par bac.

 

.

.

.

 SITUATION.

.

L'Aulne maritime, ou Rivière de Châteaulin, creuse, dans sa progression rêveuse mais avide d'en finir avec une course de 144 km, une large et profonde ria où elle dessine quelques derniers méandres ; ce sont eux qui  font toute la beauté du paysage qu'un promeneur peut découvrir du haut du Bélvédère (152 m), à Rosnoën. Le fleuve vient de recevoir son dernier affluent en rive droite, la Douffine, à Pont-de-Buis, mais accepte encore une dernière contribution en rive gauche, celle des eaux du Garvan, et ses saumons.

C'est précisément ce Garvan qui donne son nom à Trégarvan, de  tref , "village", en en délimitant le territoire à l'est . 

 

 

Vue générale de Trégarvan. Photographie lavieb-aile juin 2018.

Vue générale de Trégarvan. Photographie lavieb-aile juin 2018.

.

.

Vue générale de Trégarvan. Photographie lavieb-aile juin 2018.

Vue générale de Trégarvan. Photographie lavieb-aile juin 2018.

.

J'ai utilisé en complément de mes clichés les ressources de GEOPORTAIL / REMONTERLETEMPS avec les cartes IGN, d'Etat-Major, de Cassini, et les photos aériennes.

https://remonterletemps.ign.fr/comparer/basic?x=-4.214302&y=48.251928&z=15&layer1=ORTHOIMAGERY.ORTHOPHOTOS&layer2=GEOGRAPHICALGRIDSYSTEMS.MAPS.SCAN-EXPRESS.STANDARD&mode=normal

 

Géoportail remonterletemps.

Géoportail remonterletemps.

.

 

Géoportail remonterletemps.

Géoportail remonterletemps.

.

C'est ce ruisseau du Garvan, qui descend des pentes du Ménez-Hom (330 m) en alimentant des moulins, qui, associé au "ster" du  Cosquer, va dessiner ce chapeau de gendarme de Trégarvan.

Site Géoportail hydrographie.

https://www.geoportail.gouv.fr/donnees/reseau-hydrographique

.

Geoportail /photo aérienne / Hydrographie.

Geoportail /photo aérienne / Hydrographie.

Géoportail IGN hydrographie.

Géoportail IGN hydrographie.

.

Une dernière photo de l'Aulne en amont de Trégarvan nous permet de comprendre que les habitants qui ont inscrit leur nom sur les murs de l'église au XVI et XVIIe siècle étaient de riches cultivateurs, ou des meuniers.

Pourtant, Marteville et Varin écrivait encore en 1853, dans la nouvelle édition du Dictionnaire d'Ogée

 

 

"Trégarvan, commune formée de l'ancienne trève d'Argol, sans desservance. Limit. : N. rivière de Châteaulin ; E. Dinéault, anse de Garvan ; S. Saint-Nic ; Dinéault ; O. Argol.

Principaux villages : Goulenes, Brigneun, Toulargloët, Kerfréval, Le Cosquer. Superficie totale 972 hectares, dont les principales divisions sont terres labourables : 201 ha. Près et pâtures : 16 ha. Bois : 8 ha; vergers et jardins : 8ha. Landes et terres incultes 711 hectares. Quatre moulins à –au, Kerfréval, Le Cosquer et du Garvan. "Cette commune est peut-être celle de toute la Bretagne qui a le plus de landes : celles-ci couvrent plus de 7/10e de son territoire. On parle breton."

La première édition, de 1778, décrivait Trégarvan avec Argol, mais dans des termes comparables :

"Argol ; située entre des montagnes ; à 7 lieues au Nord-Nord-Ouest de Quimper, son Evêché, à 41 lieues trois quarts de Rennes ;& à 2 lieues un tiers du Faou , la Subdélégation. On y compte 1050 communiants, y compris ceux de Trégarvan, sa trêve. Elle ressortit à Châteaulin, & la Cure est présentée par l'Abbé de Landevenec.

Ce territoire , couvert de montagnes serrées les unes contre les autres & plein de landes , ne contient que des terres stériles , Il vous en exceptez quelques-unes limées au Nord & à l'Est, qui produisent du froment & autres grains."

.

.

L'Aulne et l'embouchure du Garvan. Photographie lavieb-aile 28 juin 2018.

L'Aulne et l'embouchure du Garvan. Photographie lavieb-aile 28 juin 2018.

.

.

COMMUNICATIONS.

.

La carte de Cassini (fin XVIIIe) montre que les voies de communication longent l'Aulne par les  routes Châteaulin-Dinéault-Telgruc-Crozon au sud, Braspart-Quimerc'h-Rosnoën-Térenez au  nord. Deux "passages" traversaient le fleuve du nord au sud, à Térenez et à La Forest entre Rosnoën et Dinéault, comme le suggèrent — sans indiquer les passeurs — les voies qui s'interrompent sur les deux rives.

Aux XVIe - XVIIIe siècles, période de construction de l'église tréviale, Trégarvan est à l'écart relatif de ces voies, sauf par sa proximité du Passage La Forest-Maison-Blanche.

.

Géoportail remonterletemps.

Géoportail remonterletemps.

.

La carte d'Etat-Major de 1820-1866 montre la même chose. Notez la rareté du bâti sur la colline (42 m et 78 m) qui domine Trégarvan, et l'indigence des chemins conduisant à Le Passage, entre Rosnoën et Dinéault.

.

Géoportail remonterletemps.

Géoportail remonterletemps.

.

La carte au 1/50000 de 1950 indique enfin un enrichissement du bâti sur le petit promontoire, et mentionne clairement le bac et la route (ex Chemin de Grande Communication) Le Faou-Dinéault passant par le bac, dûment indiqué.

.

 

Géoportail remonterletemps.

Géoportail remonterletemps.

.

PRÉSENTATION.

D'après Chrystel Douard 2010.

 

Relevant dès le 11e siècle de l´abbaye bénédictine de Landévennec et trève de la paroisse d´Argol, Trégarvan est érigé en commune en 1792 et devient paroisse indépendante en 1842.

Aucun tissu urbain n'existe avant la seconde moitié du 19e siècle. En 1831, l'ancienne chapelle tréviale devenue ensuite église paroissiale, entourée du cimetière, se situe dans un secteur dépourvu de toute construction. Une demi douzaine de maisons dont l'ancien presbytère  est construite à la fin du 19e siècle dont deux à usage temporaire d'école communale et plusieurs à usage de commerce. Le presbytère, aujourd'hui désaffecté, conserve un élément sculpté ancien remployé au-dessus de la porte nord provenant peut-être de l'église et portant des armoiries associées à une crosse et une mître d'abbé, peut-être celles d'un abbé de Landévennec. La mairie, petit bâtiment à pièce unique, est construite en 1907, peut-être, comme le groupe scolaire à Kergroas (actuellement Musée de l'Ecole Rurale en Bretagne), d'après le projet de l'architecte A. Marie, de Brest. En 1930, le cimetière a été légèrement agrandi vers le sud et l'ouest et quelques maisons d'habitation ont été bâties au sud de l'église dans la période de l'entre-deux-guerres .

En 1965, une monographie succinte, rédigée par le ministère de la construction dans le cadre de la préparation d´un « plan sommaire d´urbanisme révèle une population éparse mais plus concentrée autour du bourg. Entre 1936 et 1962, la population diminue de 27 %. Parmi les 51 exploitations agricoles recensées en 1946, 44 subsistent en 1965 (contre cinq en 2009). Les 968 hectares du territoire communal sont alors composés de 367 hectares de terres labourables, de 56 hectares de prés, de 10 hectares de vergers, de 25 hectares de bois et de 477 hectares de landes, ces dernières couvrant presque la moitié de la commune. On y cultive la pomme de terre et les céréales.

Le bateau-vapeur liant Brest à Port-Launay, hors service dans les années 1960, faisait longtemps escale à Trégarvan pour permettre aux touristes de gravir le Ménez-Hom. En 1965, le potentiel touristique de la commune était perçu comme un atout. On comptait alors une cinquantaine de mouillages de bateaux et quatre cafés-épiceries dont deux au bourg et deux à Kergroas et Pont-Carvan. Situé dans la partie sud-ouest du Parc Naturel Régional d´Armorique, Trégarvan (arrondissement et canton de Châteaulin) fait partie de la Communauté de Communes du Pays de Châteaulin et du Porzay (Châteaulin, Dinéault, Saint-Nic, Plomodiern, Plonévez-Porzay, Ploéven, Quéménéven, Cast et Saint-Coulitz, Port-Launay). A dominante rurale et résidentielle, la commune se distingue par la qualité de de ses espaces naturels remarquables dont l´Aulne maritime et le Ménez-Hom, site classé depuis 2004, « en raison des ses caractères pittoresque et légendaire ». La commune couvre une superficie de 968 hectares et comptait 146 habitants au 1er janvier 2009. Avec plusieurs gîtes ruraux et un village de vacances, la commune est aujourd'hui tournée vers le tourisme rural, en lien avec l'attrait exercé par l'Aulne et le Ménez-Hom.

Un recensement des objets mobiliers conservés dans l´église, non reconduit dans le cadre de la présente enquête (fiches descriptives, photographies), avait été réalisé en 1977 ; il est disponible au centre de documentation du patrimoine (Région Bretagne). Trégarvan conserve des éléments patrimoniaux identifiés et dignes d´intérêts parmi lesquels figurent le Musée de l´Ecole Rurale en Bretagne, remarquable au niveau régional, ainsi que l´église paroissiale Saint-Budoc récemment restaurée et mise en valeur. Les hameaux de Goulénez, Stanquélen, Kerfréval, Keryé, Brigneun et Toul ar Gloët conservent des éléments significatifs de l´architecture rurale de la commune.

 

.

.

Vue générale de Trégarvan. Photographie lavieb-aile juin 2018.

Vue générale de Trégarvan. Photographie lavieb-aile juin 2018.

L'église Saint-Budoc de Trégarvan. Inscriptions, sablières, statuaire.

.

.

 L'EXTÉRIEUR DE L'ÉGLISE SAINT-BUDOC.

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

"Plan en croix latine à trois vaisseaux datée par inscription de  1527 ; 1590 ; 1629 ; 1658 ; 1670 ; 1696 ; 1706 ; 172. Gros-œuvre en granite ; kersantite ; grès ; appareil mixte ; pierre de taille ; moellon  toit à longs pans ; croupe ; noue ; pignon ; flèche en maçonnerie Charpente : lambris de couvrement."

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

Vue générale de l'Aulne maritime en amont de Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

Vue générale de l'Aulne maritime en amont de Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

.

I. LES INSCRIPTIONS LAPIDAIRES.

.

Palissy :"Piles de la nef début 16e ; croix de cimetière en 1527 ; vers 1590 rehaussement des arcades, inscription : YVO CAPYTE ETON 1590 ; chevet en 1629, inscription : BVZEC CAPITEN F 1629 ; sacristie en 1658, inscription : N LE SCOARNEC FAB 1658 ; sablière angle N.O. de la croisée porte l'inscription : I MAZEAU FA 1670 ; nef pignon ouest : N SCOARNEC F ; clocher en 1696, inscription : ... NORD. F.1696 ; reprise de la 1ère arcade nord : M.Y.CAPITAINE. P.I.GVEOC A.MARC. 1706 ; sablières du choeur en 1720, inscription : I F MASEO. CVRE. BVDOC LERAN. FABIC 1720"

À l'extérieur, les inscriptions lapidaires  portent les dates de 1629, 1658, 1696 et 1698, et les patronymes des fabriciens B[e]uzec Capitaine, N. Le Scoarnec,  Y. Scoarnec et F. Moro.

.


 

1°) Au pan sud du chevet. Buzec Capitaine 1629.

2°) Sur le mur de la sacristie. N. Le Scoarnec 1658.

3°) Au dessus de la porte ouest. Y. Scoarnec

4°) Sous la galerie du clocher, côté sud. F : MORO  1696 " 

5°) Le cadran solaire de 1698.

 

 

 

.

 

1°) Au pan sud du chevet. Buzec Capiten 1629.

Lettres capitales romaines ; fût perlé (I) . Ponctuation de séparation des mots par trois points. Pierre de Logonna (microdiorite quartzique). 

Longueur 50 cm, hauteur 40 cm

.

BVZEC : CA

PITEN : F

1629.

"BUZEC : CAPITEN : F[ABRICIEN]  1629."

.

BUZEC est vraisemblablement le prénom du fabricien, c'est une forme de Budoc.

Le patronyme CAPITAINE est très commun à Trégarvan.

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

2°) Sur le mur de la sacristie.

Lettres capitales romaines. 

.

N : LESCO

ARNEC :

FAB : 1658.

.

"N : LE SCOARNEC : FAB[RICIEN] : 1658."

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

.

3°) Élévation occidentale,  au dessus de la porte .

Lettres capitales romaines.

Y : SCOARNEC : F.

"Y[ves] SCOARNEC F[ABRICIEN].

Sans date, mais la tour que soutient ce mur est datée de 1696.

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

.

4°) Sous la galerie du clocher, côté sud.

F : MORO  1696 " (ou  1690 ?)

Microdiorite quartzite. Lecture douteuse du patronyme. Les auteurs de la notice de la base Palissy ont lu : "NORD 1696", ce qui est encore plus douteux.

http://www.cgf-forum.fr/phpBB2/viewtopic.php?t=24457

Je propose d'y voir une graphie pour MOREAU . Par exemple, on trouve dans la généalogie de Philippe Mérour Jean Moreau, père de Yves Moreau (décédé après 1699), lui-même père (?) de Jeanne Moreau, née à Dinéault le 10/02/1699 et décédée à Trégarvan (Cosquer) le 21/05/1771, qui épousa Jean Capitaine. Leurs enfants Corentin, Marie, Jeanne Catherine et Magdelaine ont vécu à Trégarvan, soit au Cosquer, soit à Brigneun. 

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

5°) Le cadran solaire de 1698.

Chambre des cloches. Schiste. cadran rayonné central, numérotation arabe de droite à gauche  7, 6,5,4,3,2,1 -fleur-11,10,9, 8, 7, 6, 5. 

Registre supérieur : cercle au monogramme christique I.~H S , le tilde surmonté d'une croix. Chronogramme 1698 entourant le motif religieux. 

L'inscription haute est partiellement (et sans doute volontairement) effacée, laissant lire ---N: ---:FA.

.

Voir :Yves-Pascal CASTEL, L'iconographie religieuse sur les cadrans solaires du Finistère, d'après Jean-Paul Cornec, Pierre Labat-Ségalen, «Cadrans solaires en Bretagne», Skol Vreizh, 2010

http://patrimoine.du-finistere.org/art2/index_ypc_cadrans_solaires.html

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

.

II. LE CALVAIRE DE 1527.

.

Description par Yves-Pascal Castel :

3022. Trégarvan, église, g. k. 1527. Trois degrés. Socle à cavet: MVCXXVII - - - FABRIQVE, écu usé. Fût à pans, griffes hautes. Croisillon aux anges, écu aux trois pommes de pin et à la crosse. (Alain de Trégain, de Briec, abbé commendataire de Landévennec). Croix, crucifix, anges au calice. [YPC 1980] http://croix.du-finistere.org/commune/tregarvan.html

Voir aussi Christel Douard:

http://patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/dossier/calvaire-du-cimetiere/df27706c-d01c-4250-bf59-7db1fb78d289

.

1°) La face orientale : Vierge à l'Enfant.

.

 

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

2°) La face occidentale : Crucifix et anges au calice.

.

Croquis de Yves Pascal Castel :

.

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Le blason d'Alain de Trégain, abbé de Landévennec de 1524 à 1530 : aux 3 pommes de pin pointes en haut, crosse en pâl.

Voir : 

 

. http://www.lavieb-aile.com/2019/05/les-blasons-de-quelques-abbes-de-landevennec.html

 

Le calvaire de l'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 15 mai 2019.

Le calvaire de l'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 15 mai 2019.

.

.

III. LES STATUES EN KERSANTON DE L'ENTRÉE.

 

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

.

1°) La Pietà aux anges de compassion.  Kersanton, XVIe siècle.

.

inscrit au titre objet 2003/01/09 

h = 97 ; la = 105 ; pr = 36. "La Vierge agenouillée prie devant la dépouille de son fils soutenue par deux anges de part et d'autre du corps." Notice base Palissy.

Cette œuvre appartient donc au groupe des "Pietà aux anges de douceur", ou plus généralement aux crucifix où le Christ mort est assisté par deux anges. Voyez par exemple mon commentaire sur la Pietà de Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou, où je donne une synthèse de l'iconographie.

 

Ici, l'ange de gauche soutient tendrement la tête du Christ, tandis que le deuxième ange enveloppe d'un linge les pieds.

.

 

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

2°) Saint Budoc. Kersanton, XVIe siècle.

.

a) Notice base Palissy

2003/01/09 : inscrit au titre objet

h = 135 ; la = 57 ; pr = 50 Saint Budoc en pied, en tenue d'évêque, tient la crosse de la main droite.

b) Saint Budoc : Evêque fêté le 9 décembre

 "Dans sa vie de saint Guénolé, écrite entre 850 et 885, Gurdisten reprend une tradition ancienne, selon ses propres paroles, quand il nous décrit Budoc comme "ministre angélique, richement doué de savoir, remarquable par sa droiture, que tout le monde de ce temps considérait comme l'une des plus fermes colonnes de l'Eglise". Budoc était le "maître" de l'Ile Lavret (Laurea), où Gwénolé fut, dès son enfance, élevé comme son disciple. Avec Maudez puis Budoc, nous sommes à la fin du 5e siècle et à l'aube de la grande expansion du monachisme chez nous : monachisme d'ermites où chacun a son "peniti" ; et, quand il s'agira d'un monastère, l'abbé continuera souvent à vivre en ermite (voir Goulven, Goeznou, Gwénolé) ; l'influence orientale reste prépondérante. Le culte de saint Budoc est couramment lié à celui de saint Gwénolé.

Saint Budoc (ou Beuzec) était le patron de l'ancienne paroisse de Beuzec-Cap-Caval (aujourd'hui en Plomeur). Il est toujours le saint patron des églises paroissiales de Beuzec-Cap-Sizun, Beuzec-Conq (en Concarneau), Trégarvan, Plourin-Ploudalmézeau et Porspoder." https://diocese-quimper.fr/fr/se-ressourcer/les-saints/story/917/saint-budoc

Saint Budoc, fils de sainte Azénor, fille du roi de Brest  donna son nom à la paroisse de Beuzec.

Les pêcheurs, obligés de lutter avec la mer ne croient pas avoir de meilleurs patrons que sainte Azénor  voguant sans voiles et sans rames  et son fils saint Beuzec, Buzec ou Budoc (littéralement le noyé, ou sauvé des eaux) .

.

On comparera cette statue à celle de saint Guénolé (disciple de Budoc) en abbé (kersanton, vers 1520) dans l'ancienne abbaye de Landévennec ; il tient également  la crosse de la main droite.

http://www.lavieb-aile.com/2019/05/le-reliquaire-et-les-statues-de-saint-guenole-au-musee-de-landevennec.html

Il est plus exact d'écrire que saint Budoc, si on admet cette identification non fondée, est représenté en abbé et non en évêque. Il s'agit peut-être aussi d'une statue de saint Guénolé, puisque nous sommes ici sur une possession de l'abbaye de Landévennec.

.

 

 

Plaque émaillée à l'entrée du cimetière. Photo lavieb-aile.

Plaque émaillée à l'entrée du cimetière. Photo lavieb-aile.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

La reliure ou couverte du livre qu'il tient porte cinq cercles placés en quinconce.

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

La mitre est également orné de de groupes de cinq fleurons en quinconce placés de chaque coté d'une bande verticale médiane décorée d'un fleuron et de deux languettes.

La mitre porte bien entendu des fanons.

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Nous pouvons remarquer aussi que :

La crosse est tenue à droite, le crosseron (à crochets) orienté de façon axiale.

Cette crosse est tenue par l'intermédiaire d'un sudarium.

Des bagues sont enfilés sur chaque doigt long de la main droite (comme la statue de saint Guénolé à Landévennec).

Un manipule pend au poignet gauche, avec son gland de passementerie.

.

 

 

.

.

IV. LE CLOCHER ET SES TÊTES.

.

L'église paroissiale de Trégarvan partage certaines caractéristiques géologiques et stylistiques avec d'autres édifices religieux du Parc Naturel Régional d'Armorique. On retrouve, par exemple, des flèches à arêtes sculptées figurant des têtes humaines entre autres, à Landévennec (église paroissiale), à Dinéault (chapelle Saint-Exupère de Loguispar), à Brasparts (église paroissiale Notre-Dame et Saint-Tugen) ou encore à Pleyben (chapelle de la Madeleine). (d'après C. Douard)

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

La galerie de la tour est cantonnée par quatre têtes, (deux têtes humaines et deux têtes animales), et l'élévation ouest est encadrée de deux crossettes (un ange et une sirène) : elles seront étudiés dans un article propre.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

.

V. LE CLOCHER : LES DEUX CLOCHES.

LA CLOCHE MARIE JOSEPH ANNA (1880).

Base Palissy Enquête de l'Inventaire : Castel Yves-Pascal ; Quillivic Claude

Cette cloche a été fondue, comme celle de la chapelle Saint-Jean et celle de Guengat, celle de l'hospice de Châteaulin, celle de la chapelle Saint-André d'Ergué-Gabéric (1854) par Jean Fondeur, de Quimper, en 1880. Haute de 70 cm, elle porte  en ornementation un Salvator Mundi, et  l'inscription : 

PAROISSE DE TREGARVAN M. JOSEPH BARBOU RECTEUR J. M. MOAL MAIRE HERVE LAGADEC TRESORIER JE M'APPELLE MARIE JOSEPH ANNA JEAN MEROUR PARRAIN MARIE LAGADEC MARRAINE L'AN 1880

JEAN FONDEUR QUIMPER

LA CLOCHE DE 1859.

Base Palissy Enquête de l'Inventaire : Castel Yves-Pascal ; Quillivic Claude

Egalement fondue par Jean Fondeur à Quimper, et haute de 76cm, elle est ornée d'une Vierge, d'une gloire et d'une étoile, avec l' inscription :

PAROISSE DE TREGARVAN MR POLIQUEN RECTEUR MM J. M. MOAL MAIRE J. CAPITAINE ADJOINT M. H. MOAL TRESORIER S. J. L. NICOLAS P. ALL LAGADEC F. P. J. LOUIS BATANY M. J. N. MEROUR

JEAN FONDEUR A QUIMPER 1859

.

Elles sont ornées en début de ligne par des manicules dont l'index et l'auriculaire sont  tendus vers des couronnes ou O.

.

L'église Saint-Budoc de Trégarvan. Inscriptions, sablières, statuaire.
L'église Saint-Budoc de Trégarvan. Inscriptions, sablières, statuaire.

.

VI. UNE CROSSETTE.

Angle sud-est : un chien (?) attaquant sa proie.

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

.

 L'INTÉRIEUR DE L'ÉGLISE SAINT-BUDOC.

.

 

Trégarvan, est une ancienne trève d'Argol érigée en paroisse en 1841. Son église est en forme de croix latine, comprenant une nef de trois travées avec bas-côtés, deux chapelles en ailes formant faux transept au droit de la dernière travée et un chœur profond terminé par un chevet à trois pans. L'édifice présente des restes du XVIe siècle (arcades), mais a été en partie reconstruit au XVIIe siècle puis au début du XVIIIe siècle, ainsi que l'attestent les inscriptions. L'intérieur, du type à nef obscure, est lambrissé en berceau avec sablières sculptées mais sans entraits. Les arcades en tiers-point pénètrent directement dans les piliers octogonaux. Arcs diaphragmes entre les bas-côtés et le transept. (Couffon)

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

.

I. LES INSCRIPTIONS LAPIDAIRES : 1706 et 1590 (?).

.

1°) dans l'évasement du mur nord au dessus du 2ème pilier de la nef.

Un bloc de pierre sombre, de 53 cm sur 28 cm en deux fragments :

M : Y : CAPITAI

NE : P : I : GOVEOC

A : MARC : 1706 (ou A : MARO)

.

M :  Y : CAPITAINE : P : I : GOVEOC / A : MARC  : 1706.

Interprétation possible  : "Messire Yves Capitaine Prêtre, I. Goveoc et A. Marc (fabriciens), en 1706."

a) le nom Capitaine est attesté comme nous l'avons vu. La lettre M précédant l'initial du prénom m'incite à y voir le titre messire qui précède le nom des recteurs, et la lettre P la mention "prêtre", mais aucun prêtre de ce nom n'est mentionné dans la paroisse d'Argol, dont Trégarvan est la trève jusqu'en 1842. Un "Yves Capitaine " est mentionné à Trégarvan, mais un peu plus tardivement puisque ses parents sont nés en 1704 et 1699.

b) le patronyme GOVEOC n'est  attesté, ni à Trégarvan ou Argol, ni comme patronyme en France. Nous trouvons en Bretagne Le Govec (diminutif de Le Goff : Le Goffic, Le Govic, Le Gouic,  Le Govec). Peut-être  une graphie dérivée de (LE) CORREOC ? Dans cette famille où Jean est attesté en 1685 à Dinéault, Anna Le Correoc épousa Yves Capitaine, et décéda à Brigneun, Trégarvan, en 1772.

c) A : MARC ou MARO pourrait correspondre aux patronymes Le Maro, Le Marchou, Le Marc'h, Le Marc, dérivé du breton marc'h, "cheval".

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

2°) Dans l'évasement du mur nord au dessus du 3ème pilier de la nef (1570 ? 1590 ?)

Elle semble être un fragment d'une inscription plus complète. Elle est elle-même traversée par une fissure (comblée de mortier ?). Les lettres latines sont irrégulières. On trouve des lettres conjointes liant entre eux le nom et le prénom, et un N rétrograde. La lecture est hasardeuse, notamment celle de la date, pourtant cruciale.

70 cm x 43 cm.

 

.

Je lis 

YVOCAPYTE

ETON : 1570

 

Couffon a lu : " YVO CAPITE.../PETON. 1590. "

On peut penser à Yvon Capiten (Capitaine) , et , peut-être au patronyme Peton ou Petto

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

.

LES SABLIÈRES ET BLOCHETS : 1670 (NEF) et 1720 (CHOEUR).

.

 

1°) Les sablières de la nef.

Si les trois travées découpent la nef, ce sont cinq entraits (poutres transversales que je numérote 1 à 5 d'ouest en est)) qui scandent la charpente lambrissée. Des pannes sablières sculptées s'intercalent entre les entraits, de la tribune de l'ouest jusqu'au chœur. Les premières ne sont ornées que d'une frise de tulipes, sans intérêt. Les pièces anciennes débutent après le premier pilier et le troisième entrait.

Je décrirai d'abord les sablières du coté nord, d'ouest en est.

a) Les sablières de la nef du coté nord. 

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Blochet nord, contre le troisième entrait.

.

C'est un personnage peut-être féminin, taillé dans une pièce de bois rectangulaire comme une poutre, sans aucune extension latérale. De ce fait, les cotés sont rabattus ; ils ressemblent à deux feuilles nervurées, mais pourraient être les ailes d'un ange.

Ce personnage est vêtu d'une tunique boutonnée de haut en bas, et serré au cou par une fraise courte mais cet habit est peu réaliste.

Deux éléments stylistiques doivent être notés :

a) le menton en godet ou en rideau forment avec les joues rondes un contraste particulier. Ce détail se retrouve sur le bas-coté sud de la chapelle Saints Côme-et-Damien à Saint-Nic en 1661.

b) les trous forés assez profondément pour représenter les yeux et les boutons. Ils sont soigneusement exécutés, très réguliers, et nous allons les retrouver régulièrement. J'émets l'hypothèse qu'ils ont pu servir de mortaise pour des éléments décoratifs colorés.

.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Première sablière nord ancienne, entre le 3ème et le 4ème entrait. Frise de pampre, oiseaux et angelot.

.

Cette frise est exactement comparable à celle exécutée à la chapelle Saint-Jean de Saint-Nic en 1653, mais se rapproche également des sablières de la chapelle Saint-Côme et Saint-Damien de la même commune.

Elle se double d'une étroite  frise inférieure, faite de pampre avec ses grappes.

Trous pour les yeux de l'angelot et de l'oiseau.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Deuxième sablière nord ancienne, entre le 4ème et le 5ème entrait. Frise de pampre, oiseaux et angelot.

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Inscription sur la frise inférieure, à droite.

.

I MAZEAV  FA : 16 / 76

René Couffon a lu : " M : I : MAZEAV : FA : 1676.  sur la corniche du choeur "

.

Les généalogistes signalent à Trégarvan Budoc Mazeau, décédé le 2 février 1718. Ou un Jean Mazeau, compatible avec l'initiale I de Ian, dont le fils Nicolas s'est marié en 1717.

L'inscription, placée dans la frise sous-jacente à la sablière ornée, et tracée en capitales romaines très géométriques, est comparable à celles de la nef de la chapelle Saint-Côme à Saint-Nic, datées de 1641. Les lettres elles-mêmes sont identiques, hormis le A dont la traverse est droite à Saint-Côme, et en V ici. .

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

 

.

Les sablières anciennes de la nef , coté sud, du chœur vers l'ouest.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Troisième sablière sud ancienne, après le 5ème entrait. Frise de pampre, oiseaux et angelot.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Deuxième sablière sud ancienne, entre le 5ème et le 4ème entrait. Frise de pampre, oiseaux et angelot.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

.

Première sablière sud ancienne, entre le 4ème et le 3ème entrait. Deux dragons affrontés attachés par un anneau entourant le cou.

Cette pièce est exactement comparable à celle exécutée à la chapelle Saint-Jean de Saint-Nic en 1653, mais se rapproche également des sablières de la chapelle Saint-Côme et Saint-Damien de la même commune.

Les caractéristiques en sont ici :

  • les écailles du corps traités, selon les zones, par deux entailles différentes, soit en coup de biseau, soit en ligne irrégulière et sinueuse.
  • Les plages du corps lisses, dépourvues d'écailles, 
  • les langues dont le caractère épineux est figuré par un aspect foliaire.
  • Le fouet des queues traité comme des épis ou des grappes.
  • Les trous des pupilles.

Toutes, sauf les langues foliées, sont présentes à Saint-Nic.

.

 

 

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Blochet sud, en avant du 3ème entrait. Ange ?

.

Menton en galoche ou godet (cf. supra)

Vêtement stylisé, non réaliste.

Trous d'ornementation pour les yeux, la collerette et la ceinture.

La collerette en larges pétales , comme celle d'un Pierrot, se retrouve sur les blochets de la chapelle Saint-Côme et Saint-Damien de Saint-Nic.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Les six blochets et les sablières du chœur (1720 et 1750).

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Blochet du chœur n°1.

.

 

 

 

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Blochet du chœur n°2.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Sablière entre les blochets 2 et 3.

Inscription : IA 1750.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Blochet du chœur n°3. 

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Inscription entre les blochets 3 et 4 :

I : F. MASEO : CVRE : BVJOC : LEPAN : FABICN

La notice Palissy mentionne : "sablières du choeur en 1720, inscription : I F MASEO. CVRE. BVDOC LERAN. FABIC 1720"

René Couffon a lu : " I : F : MASEO CVRE BVDOC LERAN FABRIC. " au mur nord de la nef."

Le chronogramme 1720 a pu être détruit lors de restauration, puisque la corniche s'arrête là, avant une pièce de bois récente. Néanmoins, il faut bien lire LEPAN et non LERAN, d'une part par constatation de la photo, d'autre part car le patronyme LE PANN est attesté à Trégarvan.

On transcrira donc : I : F : MASEO : CURÉ : BUDOC : LE PAN[N] : FABRI[QUE] [1720]

ou" I.F. Mazeau curé, Budoc Le Pann fabricien (1720 ?)"

Je ne trouve pas d'information sur Budoc Le Pann, mais la famille Le Pann est attestée à Argol, (Bodogat) et à Trégarvan (Yves Le Pann, 1689-1742, père de Michel, père d'Alain qui épouse Marie Mazeau en 1780 à Trégarvan).

 

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Blochet du chœur n°4.

 

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Sablière entre les blochets 4 et 5.

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

Blochet du chœur n°5.

 

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Blochet du chœur n°6.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

.

Les sablières du faux-transept sud.

.

.

Blochets et sablières de la chapelle latérale sud (Sainte-Marguerite).

.

 

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Blochet de gauche.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Sablière de gauche, coté ouest du faux-transept. Deux dragons affrontés tête reliées par un anneau. 

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Sablière de droite, coté ouest du faux-transept. Frise à pampre, oiseaux.

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Oiseau picorant les grappes : notez les trous d'ornementation.

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Blochet de droite du faux transept sud. Ange et inscription MARIA.

Inscription MARIA avec les deux premières lettres jointes comme dans le monogramme marial. Le personnage en buste est un ange, dont les ailes se devinent sur les cotés et dont le col est stylisé en collerette à la Pierrot. 

Cou large, menton en godet, trous pupillaires.

.

 

 

 

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Synthèse : les sablières de Trégarvan et l'atelier de Saint-Nic.

Les sablières sculptées de l'église de Trégarvan sont, finalement au nombre de six pièces : deux dans la nef nord, deux dans la nef sud et deux dans la chapelle sud. J'exclus les  autres pièces, celle du début de la nef, aux successions de "tulipes", et celles du chœur, en frise géométriques dont seules les inscriptions datées (1720 ? et 1750) sont dignes d'intérêt. 

Ces six pièces sont non seulement homogènes mais aussi répétitives, puisqu'on n'y trouve que deux motifs : celui des dragons affrontés et liés, et celui des pampres aux grappes picorées par les oiseaux, de part et d'autre d'une tête d'angelot.

À cet ensemble ne s'applique pas les dates de 1720 et 1750, mais la date de 1676 associée au nom du maître d'ouvrage le fabricien I. MAZEAU.

Nous devons attacher à cet ensemble de six sablières les 12 blochets (deux dans la nef, six dans le chœur et quatre dans la chapelle sud) car ils sont tous cohérents sur le plan stylistique et qu'ils ont des caractères de style communs avec ces sablières : utilisation de trous pour les pupilles et le décor, menton en godet, double contour des yeux en amande, lignes sinueuses ornementales, stylisation non réaliste des vêtements.

Ces six sablières et ces douze blochets  de 1676 peuvent, par ces caractéristiques, être attribuées au sculpteur d'une partie des sablières de la chapelle Saint-Jean de Saint-Nic, réalisées en 1653 sous la direction du recteur Guillaume Perfezou, M. Kervarec étant fabricien, et où les deux mêmes motifs des pampres à angelots et oiseaux et de dragons affrontés sont réalisés à l'identique. Et au sculpteur des sablières des bas-cotés de la chapelle Saint-Côme, à Saint-Nic, réalisées en 1661 et 1670-1675 sous la direction du même recteur Perfezou, tandis que R.G Marzin était fabricien en 1661 et  Alain Roignant en 1675 ; et où les mêmes motifs des sablières s'associent au caractères des blochets, notamment le caricatural menton en godet.

Faut-il déduire des inscriptions datées de Saint-Côme que le sculpteur était cet Alain Roignant, qui se signale à deux reprises comme "charpentier" ? C'est ce que suggérait Sophie Duhem dans sa thèse de 1997 :

 

"Un autre compagnon se joint aux ouvriers [ Olivier Guillosou et Jacques "Bolesec en 1641 et 1646] ,  une dizaine d'année plus tard, pour exécuter un ouvrage de même goût dans le bas-coté sud de l'église. Une poutre précise l'époque (nous sommes en 1661) et l'une des factures identifie le nouvel artisan : il s'agit d'Alain Roignant, qui reproduit fidèlement les thèmes sculptés par ses compagnons mais pour un résultat plus médiocre que tente de camoufler une excessive décoration de stries, d'encoches et de points. L'artisan a visiblement été formé aux « méthodes » des sculpteurs et familiarisé avec les images de l'atelier.

Son activité ne débute pas en 1661 puisqu'il exerce déjà son métier en 1653. il réalise à cette époque les décors sculptés de la chapelle Saint-Jean, toujours pour le recteur Guillaume Perfezou. Ses déplacements le conduisent à quelques kilomètres de là, dans la paroisse de Trégarvan qui l'emploie à l'ornementation de la charpente. La date de réalisation de cet ensemble n'est pas connue ; elle est probablement contemporaine des travaux de Saint-Nic et de l'achèvement des reliefs du bas-coté nord en 1670."

.

Avec plus de prudence, mais en me basant sur des critères stylistiques précis et un corpus d'images placées en ligne, je propose de définir un atelier, celui du Maître de Saint-Nic, actif entre 1661 et 1676 entre les deux chapelles de Saint-Nic et l'église de Trégarvan.

Il reste à définir la filiation entre cet atelier et celui qui avait réalisé les sablières de la nef de Saint-Côme en 1641-1646. Par la parenté entre l'inscription MAZEAU FA 1676 et celles des sablières de  la nef (et non plus des bas-cotés) de Saint-Côme, ou par la présence d'ornementation par trous dans le corps des dragons de cette nef, je suis tenté d'étendre l'activité de cet atelier à la période 1641-1676. Définir, dans cet atelier, les différentes "mains", sera la tâche suivante.

 

.

.

.

LA STATUAIRE.

.

I. Les statues du chœur.

.

1°) Saint Budoc. Pierre polychrome. XVIIe

 .

Le saint est représenté en évêque avec mitre rouge et or, chirothèque, pantoufles épiscopales, cape, surplis et soutane, mais il tient le bâton pastoral en forme de croix simple, sans crosse ni double traverse.

Notice Palissy : h = 135 ; la = 42 ; pr = 26

1992/01/21 : inscrit au titre objet

Ou bien Base Palissy  h =140, la = 40, attribuée à Roland Doré. Base réparée au ciment.

Emmanuelle Le Seac'h n'inclut pas cette œuvre dans son catalogue critique de Roland Doré.

.

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

2°) Saint Pierre en premier pape.

.

Base Palissy. inscrit MH 1992/01/21

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Saint Sébastien.

Ce saint était invoqué contre la peste, ou les épidémies apparentées, tout comme saint Roch (infra).

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Saint Roch et son chien Roquet.

Le médecin de Montpellier Roch, en costume de pèlerin de Rome, montre sa plaie bubonique, tandis que son chien Roquet,, miraculeusement, lui apporte chaque jour le secours d'un morceau de pain.

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

La chapelle nord et le retable de saint Étienne.

.

Base Palissy.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Prédelle : la lapidation de saint Étienne.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Saint Antoine. Bois polychrome, XVIIe ?

 

Base Palissy  Inscrit 1992/01/21

Attribut : son habit d'Antonin,  son cochon et son chapelet. Il manque la cloche et le tau, mais c'est le livre que devait tenir la main gauche.

Hauteur 90 cm, largeur 34 cm, profondeur 25. Inscription peinte S. ANTON.

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Statues de la chapelle sud.

.

La Pietà. Bois (chêne) polychrome, XVIe.

Base Palissy Yves-Pascal Castel et Claude Quillivic

1960/02/23 : classé au titre objet

Statue d'applique à revers évidé, haute de 90 cm et large de 40 cm. La Vierge est assise, les mains jointes, le corps de son Fils étendu en arc sur ses genoux.

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

.

Sainte Marguerite issant du dragon. Bois polychrome, XVIIe. 

.

Base Palissy. inscrit MH 1960/02/23

Sainte Marguerite sort miraculeusement du dos du dragon qui l'avait avalé, et qui tient encore dans sa gueule l'extrémité du manteau bleu à revers rouge.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Ses cheveux sont retenus par un bandeau postérieur, de même étoffe que le manteau.

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Statue du bas-coté nord de la nef. Dieu le Père.

.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

 

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

Les fonts baptismaux. Grès, XVIe siècle.

.

Base Palissy 

" grès peint faux granite ; cuve carrée, sur pied, avec piscine accolée de moindre hauteur, base commune ornée de moulures ; dimensions : h = 95" (Castel et Quillivic)

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

L'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

LES BANNIÈRES DE PROCESSION.

.

Dans la tribune :

Velours rouge brodé 

SAINT PIERRE PRIEZ POUR NOUS.

SACRÉ COEUR DE JÉSUS SAUVEZ LA FRANCE.

Cette bannière peut être datée de la Grande Guerre 1914-1918 par son inscription votive patriotique.

 

.

Bannières de l'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile  27 juin 2018.

Bannières de l'église Saint-Budoc à Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

.

Bannière de sainte Anne et de Notre-Dame de Lourdes.

Soie brodée, début XXe (?)

a) Bannière de sainte Anne.

.

Bannières de l'église  de Trégarvan. Photographie lavieb-aile 15 mai 2019.

Bannières de l'église de Trégarvan. Photographie lavieb-aile 15 mai 2019.

.

Bannière de Notre-Dame de Lourdes.

inscription N-D DE LOURDES P.P. NOUS [Priez pour nous]

.

Bannières de l'église  de Trégarvan. Photographie lavieb-aile 15 mai 2019.

Bannières de l'église de Trégarvan. Photographie lavieb-aile 15 mai 2019.

.

Bannière de la guerre de 1914-1918 et de sainte Jeanne d'Arc.

.

Soie brodée et peinte, cannetille. Début XXe.

a)  Bannière de la guerre de 1914-1918.

Inscription DON DES PAROISSIENS CONSOLATRICE DES AFFLIGÉS GUERRE 1914-1918.

La Vierge.

Une religieuse en cornette (probable sœur de la congrégation des Filles de la Charité de Saint-Vincent-de-Paul) se penche sur le bras gauche garotté  d'un blessé dont elle pose le pansement.

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/illustration/ivr5320122201056nuca/4b322446-e624-4c07-ab04-a30a5dbd0e7a

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/bannieres-de-procession-4/d49b2893-870c-46dc-a5e5-e003356dd97b

.

Bannières de l'église  de Trégarvan. Photographie lavieb-aile 15 mai 2019.

Bannières de l'église de Trégarvan. Photographie lavieb-aile 15 mai 2019.

Bannières de l'église  de Trégarvan. Photographie lavieb-aile 15 mai 2019.

Bannières de l'église de Trégarvan. Photographie lavieb-aile 15 mai 2019.

.

b. Bannière de Jeanne d'Arc.

Inscription JHESUS MARIA.

.

Bannières de l'église  de Trégarvan. Photographie lavieb-aile 15 mai 2019.

Bannières de l'église de Trégarvan. Photographie lavieb-aile 15 mai 2019.

.

.

Bannière de Notre-Dame de Lourdes et de  l'ange gardien

 

a) Bannière de l'ange gardien : soie rouge. Inscription SOYEZ MON GUIDE.

.

Bannières de l'église  de Trégarvan. Photographie lavieb-aile 15 mai 2019.

Bannières de l'église de Trégarvan. Photographie lavieb-aile 15 mai 2019.

.

b) Bannière de Notre-Dame-de-Lourdes.

.

N-D. DE LOURDES PRIEZ POUR NOUS.

.

Bannières de l'église  de Trégarvan. Photographie lavieb-aile 15 mai 2019.

Bannières de l'église de Trégarvan. Photographie lavieb-aile 15 mai 2019.

.

.

La plaque tombale du dernier grenadier de Napoléon.

 

 

"Michel Hicher, grenadier de la garde impériale, est décédé à Trégarvan le 8 août 1857. En 2014, la plaque a été .redorée :

« Ici repose Michel Hicher né à Plonévez-Porzay, grenadier du 1er régiment de l'ex-garde impériale, Chevalier de la Légion d'honneur, décédé à Trégarvan le 8 août 1857 à l'âge de 86 ans ». 

Deux articles de  Jean-Jacques Kerdreux et de Patrick Jadé ont donné tous les renseignements sur ce grenadier : présentées dans « Avel Gornog » n°22 d'août 2013. 

Michel Hicher est né en 1771, au moulin de Lesvren en Plonévez-Porzay, dans une famille de meuniers de Dinéault (moulin de Tréfiec depuis 1760). Il fut enrôlé comme soldat de la Révolution lors de la levée en masse de 1794. ll devient fusillier du 1er bataillon des Ardennes.

Mesurant plus de 1,70 m, il devint grenadier dans l'armée d'Italie, sous les ordres de Napoléon Bonaparte.

Dans la 106e demi-brigade, il participe à la défense de Gènes en avril-juin 1800. Il est en Autriche en 1805, 1809, puis intègre le 1er régiment de grenadiers à pied de la garde impériale, l'une des quatre seules unités de la Vieille Garde et "la plus valeureuse de tous les temps". Cette unité accompagne Napoléon jusqu'à Moscou, et parvient à garder un ordre à peu près régulier pendant la retraite de Russie. 

 

Puis c'est la campagne d'Allemagne en 1813, puis la campagne de France en 1814, au cours de laquelle Michel Hicher reçoit la Légion d'honneur le 2 avril 1814, juste avant l'abdication de Napoléon le 6 avril. Il participe à la campagne de Belgique en 1815 mais est absent à Waterloo le 18 juin.

 

 

 

 

 En 1815, après 23 ans et 6 mois de service dont 23 ans de campagne,  il revient à Dinéault comme cultivateur. Il se marie le 25 septembre 1918 à Dinéault avec Laurence Bescou de Trégarvan et s'installe à Brigneun (Trégarvan). Il aura cinq enfants et aujourd'hui, plusieurs de ses descendants habitent la commune.

.

Cimetière de Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

Cimetière de Trégarvan. Photographie lavieb-aile 27 juin 2018.

.

.

SOURCES ET LIENS.

—Base Palissy :

http://www2.culture.gouv.fr/public/mistral/dapapal_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_98=LOCA&VALUE_98=%20Tr%e9garvan&DOM=MH&REL_SPECIFIC=3

http://www2.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_8=REF&VALUE_8=IA00005336

"Piles de la nef début 16e ; croix de cimetière en 1527 ; vers 1590 rehaussement des arcades, inscription : YVO CAPYTE ETON 1590 ; chevet en 1629, inscription : BVZEC CAPITEN F 1629 ; sacristie en 1658, inscription : N LE SCOARNEC FAB 1658 ; sablière angle N.O. de la croisée porte l'inscription : I MAZEAU FA 1670 ; nef pignon ouest : N SCOARNEC F ; clocher en 1696, inscription : ... NORD. F.1696 ; reprise de la 1ère arcade nord : M.Y.CAPITAINE. P.I.GVEOC A.MARC. 1706 ; sablières du choeur en 1720, inscription : I F MASEO. CVRE. BVDOC LERAN. FABIC 1720"

— CASTEL, Yves-Pascal. Atlas des croix et calvaires du Finistère. Société archéologique du Finistère, 1980. Quimper, p. 356-357.

— CHAURIS, Louis. (2015) Pour une géo-archéologie du Patrimoine : Pierres, carrières et constructions en Bretagne. Revue archéologique de l ouest p. 259-283

https://journals.openedition.org/rao/925?lang=en

La langue bretonne emploie quelques termes pour désigner les roches, mais ceux-ci s’avèrent dans l’ensemble peu précis. Ainsi, la dolérite, appelée mein houarn ou menhouarn (pierre de fer), en raison de sa ténacité, n’est aucunement un minerai de ce métal. En presqu’île de Crozon, lorsqu’elles est altérée, la même roche est dénommée men rouz (pierre rousse) du fait de sa teinte ; plusieurs parcelles l’évoquent ainsi à Crozon : « Men roux » (section 36, n° 1364 à 1374) et « Parc Men roux » (section n° 36, n° 1375). Parfois, (à Trégarvan ou à Dinéault), les cultivateurs appellent la dolérite « Kerzanton », confusion éminemment fâcheuse (Chauris et Kerdreux, 2000). Il est rare qu’en breton le toponyme indique la nature de la pierre de manière relativement précise. 

— CHAURIS, L., KERDREUX, J.-J., 2000 – La dolérite : une pierre de construction singulière en presqu’île de Crozon, Avel Gornog (Crozon), 8, p. 18-23.

On trouve de la dolérite par exemple dans certains gisements affleurants dans le centre de la Bretagne et notamment près du village de Plussulien sur le site de Quelfennec qui est connu comme étant l'un des principaux sites de fabrication de haches polies de la période Néolithique qui s'exportèrent dans tout l'ouest de la France.

 

—CHAURIS, Louis. Un projet de haut fourneau à Trégarvan au XIXe siècle. Dans : Les Cahiers de l´Iroise, n° 147. Brest, 1990, p. 156-163.

— COUFFON (René), LE BARS, (Alfred), 1988,, Diocèse de Quimper et Léon, nouveau répertoire des églises et chapelles, Quimper, Association diocésaine, 1988. - 551 p.: ill.;

"TREGARVAN Ancienne trève d'Argol érigée en paroisse en 1841.

EGLISE SAINT-BUDOC En forme de croix latine, elle comprend une nef de trois travées avec bas-côtés, deux chapelles en ailes formant faux transept au droit de la dernière travée et un choeur profond terminé par un chevet à trois pans.

L'édifice présente des restes du XVIè siècle (arcades), mais a été en partie reconstruit au XVIIè siècle puis au début du XVIIIe siècle, ainsi que l'attestent les inscriptions :

" BVZEC : CAPITEN : F : 1629. " au pan sud du chevet,

" N : LE SCOARNEC. FAB. 1658. " sur le mur de la sacristie,

" M : I : MAZEAV : FA : 1676. " sur la corniche du choeur,

" 1696 " et " MORO. F. " sous la galerie du clocher, côté sud, -

" M : Y : CAPITAINE : P :/I : GOVEOC : A : MARC : 1706. " sur un pilier de la nef,

" YVO CAPITE.../PETON. 1590. " sur un autre pilier de la nef,

" I : F : MASEO CVRE BVDOC LERAN FABRIC. " au mur nord de la nef,

" MI CAPITEN PBRE. " sur une sablière du choeur.

L'accès au clocher est extérieur. Une galerie à forte balustrade classique entoure la chambre de cloches. Au sommet des gables de la flèche, mascarons ; autres mascarons sur les arêtes. Ossuaire d'attache à deux baies. L'intérieur, du type à nef obscure, est lambrissé en berceau avec sablières sculptées mais sans entraits. Les arcades en tiers-point pénètrent directement dans les piliers octogonaux. Arcs diaphragmes entre les bas-côtés et le transept.

Mobilier Maître-autel en tombeau galbé. - Deux autels latéraux : au sud, petit retable à quatre colonnes lisses ; au nord, retable à deux colonnes torsadées évidées, représentation en bas-relief polychrome de saint Etienne dans le panneau central, et martyre du diacre dans la prédelle. Fonts baptismaux de granit."

Statues anciennes

- en pierre polychrome : saint " BVDOC " ;

- en bois polychrome : Dieu le Père portant la tiare et assis sur son trône, XVIIe siècle (porche),

-saint Pierre,

-saint Sébastien, XVIIe siècle (C.),

-saint Roch, XVIIe siècle (C.),

-sainte Marguerite, XVIIe siècle (C.),

-saint Antoine ermite, XVIIe siècle,

-Vierge de Pitié, XVIe siècle (C.),

-Christ en croix, XVIe siècle ;

- en bois doré : Immaculée Conception (statuette de procession), XVIIIe siècle.

Trois vitraux figuratifs dans le choeur, vers 1946.

Cadran solaire de 1698. 

A l'entrée de l'enclos, deux statues en kersanton :

Vierge de Pitié à genoux, contemplant son Fils étendu à terre et dont deux anges soutiennent la tête et les pieds ;

- saint Budoc en évêque.

Dans l'enclos, calvaire aux sculptures rongées par le temps, consoles vides ; sur le socle : " M Vc XXVII.

— DUHEM (Sophie), 1997, Les sablières, images, ouvriers du bois et culture paroissiale au temps de la prospérité bretonne, XVe-XVIIe s. Presses Universitaires de Rennes 385 p.-[16] p. de pl. en coul. Note : Bibliogr. p. 367-379. Notes bibliogr. Index . Voir pages 60 et 147.

— ARCHIVES PAROISSIALES.

https://diocese-quimper.fr/fr/archives/story/2484/archives-paroissiales-de-tregarvan

— — OGEE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. 1ère édition 1778-1780. Nouvelle édition, revue et augmentée par MM. A. Marteville, et P. Varin, avec la collaboration principale de MM. De Blois, Ducrest de Villeneuve, Guépin de Nantes et Lehuérou. Rennes, 1843, p. 917.

— OGEE, édition 1778 :

https://archive.org/stream/dictionnairehist01og#page/22/mode/2up

.

.

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Bannières. Sablières Inscriptions Chapelles bretonnes.
26 avril 2018 4 26 /04 /avril /2018 11:20

La charpente sculptée de l'église de Bodilis. VII. Les abouts de poinçon de la nef (1567-1576, Maître de Pleyben).

.

 

 

 

.

Sur l'église de Bodilis, voir :

 

 

 

 

 

.Sur les autres réalisations du Maître de Pleyben, voir :

 

.

Vous pourrez lire aussi, sur le sujet des poinçons, les articles suivants :

 

 

.

Et sur les anges musiciens :

.

 

.

La nef de l'église Notre-Dame de Bodilis comporte plus de 30  poinçons (j'en ai compté 37), ces éléments verticaux de la charpente dont l'extrémité basse, seule visible sur une voûte lambrissée, est sculptée. Ce sont ces "abouts de poinçons qui, lorsqu'on lève la tête dans la nef, sont alignés sur la nervure médiane au croisement  de chaque nervure en arceau compartimentant le lambris. 

Charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

.

La charpente est datée par les chronogrammes 1567 et 1576 portés par par le quatrième entrait (la poutre horizontale réunissant les murs nord et sud) et le sixième entrait. Si les fermes de charpente suivent la même chronologie (autrement dit, si la charpente a débuté à l'ouest, à partir du clocher, en 1567 et s'est poursuivie et achevée, en 1576, par la moitié orientale de l'édifice), dans ce cas, les poinçons trouvent là leur datation.

Cela est confirmé, pour la première phase, par P4 (je numérote les abouts de poinçons, simplifiés en "poinçons" ou P, à partir de l'ouest), au dessus du premier entrait : la sculpture est celle d'un ange portant un phylactère déroulé sur son genou nu saillant de sa tunique  avec le chronogramme 1567.

La restauration de la charpente en 200-2002 a fait intervenir, pour la sculpture, Thierry Laudren. Les poinçons ont été peints (j'ignore s'il s'agissait de la couleur d'origine) du même bleu que le lambris, avec une patine bois mettant en évidence les reliefs. 

La distance de ces petites pièces de bois, et le manque de nuances de la monochromie bleue, font de leur photographie une véritable gageure pour l'amateur que je suis. La comparaison avec les mêmes pièces, prises en atelier (site de T. Laudren), est significative. 

.

I. ANGE PRÉSENTANT LE CARTOUCHE 1567.

.

.

Poinçon P4, ange tenant la date 1567, église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Poinçon P4, ange tenant la date 1567, église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

Je les présenterai par thème : les musiciens ; les acrobates contorsionnistes ; les anges porteurs d'Instruments de la Passion, etc.

.

II. LES ANGES MUSICIENS.

Ils sont au nombre de 9 :

1. Cornemuse

2. Flûte à tambourin

3. Flûte traversière.

4. Tambourin (?)

5. Cromorne.

6. Rote (?).

7. Mandore.

8. Luth.

9. Guitare.

.

 

 

 

 

.

.

1°) Le joueur de cornemuse. Poinçons P12.

Voir la description de Jean-Luc Matte avec les photos de Joël Lubin:

 

"Représenté en buste, il possède deux grandes ailes et une chevelure bouclée. Il tient sa cornemuse serrée sous le bras gauche. Un curieux renflement, qui pourrait faire penser à un second sac, de plus petite taille, apparaît devant son coude droit" (J.L. Matte)

 

Le "curieux renflement" correspond à un pli de la tunique. Trois parties de l'instrument sont visibles, le porte-vent dans lequel souffle l'ange, la poche, et le chalumeau où sont posés les doigts.

 

Je rappelle qu'on  retrouve cet instrument sur l'un des poinçons de la chapelle du bas-coté sud de l'église de Bodilis, et, toujours sous le ciseau du Maître de Pleyben, à Saint-Divy (blochet) , à Pleyben (blochet) et à Kerjean (poinçon)

 

.

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

.

2°) L'Ange joueur de flûte à tambourin.

Commentaire de  Jean-Luc Matte :

"Flûte à trois trous et petit sur la peau duquel est nettement représenté le timbre (corde de boyau modifiant le son de l'instrument et faisant durer celui-ci, très fréquent sur les tambours utilisés avec des flûtes à trois trous)".

a) J'ai observé et décrit cet instrument (flûte et tambourin n'en forme qu'un seul) sur la maîtresse-vitre d' Ergué-Gabéric :

http://www.lavieb-aile.com/article-les-vitraux-anciens-de-l-eglise-d-ergue-gaberic-123229458.html

"Le musicien joue du "galoubet" ou "flûte de tambourin" indissociable du tambourin suspendu au poignet gauche; il s'agit d'une flûte à bec qui se joue à une main (la gauche), la main droite étant occupée à frapper le tambourin (cf joueur de la lancette d, mieux lisible). On voit que la flûte, évasée à son extrémité, est dotée de deux trous près de l'embouchure et d'un autre au-dessus. Le tambourin est ici de faible hauteur, mais la peau est tendue par un laçage en X comparable aux tambourins provençaux. Une barre divise le cadre en deux. "

b) plus intéressant, je l'ai découvert  sur les poinçons de Saint-Divy, sculptés comme à Bodilis par le Maître de Pleyben. Nous y trouvons  un blochet joueur de cornemuse, et bien d'autres pièces qui se retrouvent aussi à Bodilis.

http://www.lavieb-aile.com/2017/07/la-charpente-sculptee-de-l-eglise-de-saint-divy-finistere-par-le-maitre-de-pleyben-vers-1570-1580-sablieres-blochets-et-clefs-de-vou

 Joueur de galoubet (flûte tambourine à trois trous et tambour).

La flûte tambourine à trois trous est un instrument en bois d'une trentaine de centimètres qui se joue de la main gauche tout en marquant le rythme sur un tambourin, "un tambour très allongé dont le timbre est situé sur la peau de frappe, et qui est « touché » à l'aide d'une massette tenue dans la main droite." (Wikipédia). C'est exactement ce que nous voyons ici ; la peau du tambour est tendue par un corde qui entre en résonance. Cet instrument, souvent représenté en Bretagne (vitraux d'Ergué-Gabéric (où je l'étudie), de Bulat-Pestivien, de l'église de Ploërmel) se retrouve sur les sablières de La Roche-Maurice et de la chapelle Saint-Nicolas-des Eaux de Pluméliau.

Les vitraux de Bulat-Pestivien : les Anges Musiciens.

 Les vitraux de l'église Saint-Armel de Ploërmel. 

c) plus récemment, c'est sur la baie 17 de la cathédrale d'Évreux que nous refîmes connaissance, parmi d'autres anges musiciens (flûte, cornemuse, mandore, monocorde, cymbales à mains).

http://www.lavieb-aile.com/2017/10/les-vitraux-de-la-baie-17-vers-1360-1370-de-la-chapelle-du-rosaire-de-la-cathedrale-d-evreux.html.

.

 

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

Dans une vue latérale, nous voyons mieux le tambour, un cylindre assez haut, et le système de tension de la peau par un cordage en zig-zag.

.

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

.

3°) L'ange joueur de flûte traversière.

Il est également photographié sur le site de J.-L. Matte.

http://jeanluc.matte.free.fr/fichac/bodilispoinc.htm

.

 

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

.

 

4°) L'ange joueur de tambourin.

Voir J.-L. Matte

http://jeanluc.matte.free.fr/fichac/bodilispoinc.htm

L'identification de l'instrument n'est pas certaine, car la posture de jeu n'est pas convaincante. Il ne s'agit peut-être pas d'un musicien.

.

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

 

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

.

5°) L'ange joueur de trompe coudée ou de cromorne.

.

L'instrument que nous voyons est remarquable par l'ampoule  placée juste en dessous de l'embouchure, par la courbure à angle droit du tuyau, et par le très large pavillon. La capsule ronde ("bocal" ? ) est visible sur une image des Cantigas de Santa Maria, et l'auteur de ce site s'interroge de savoir s'il s'agit d'une coloquinte ou d'une partie en bois tourné. Quant au pavillon, je l'ai trouvé sur le Oboe da cassia (hautbois de chasse), un instrument du XVIIIe.

.

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

.

6°) L'ange joueur de rote.

L'instrument à forme d'échelle, tenu verticalement contre la poitrine de l'ange,  est un bâti trapézoïdal équipé de sept lames rectangulaires, auxquelles correspondent, sur le montant supérieur, sept touches.

La partie la plus large se termine par deux volutes, et la partie étroite s'enroule comme un rouleau de parchemin. Je ne distingue pas la main droite (dissimulée par le montant large), alors que la main gauche passe au dessus du "rouleau", les doigts se posant sur une lame un peu à la manière de ceux d'un harpiste.

Jean-Luc Matte nomme cet instrument "une rote", comme dans Tristan et Iseult. Le Wiktionnaire la définit ainsi : "Instrument à cinq cordes, variante de la lyre, accordé de quatre en quatre, avec une caisse triangulaire et un bourdon monté en dehors du manche.". Ailleurs, on indique que la rote, ou crouth, se joue avec un archet : 

"Le crwth ou crouth, aussi appelée la rote, est un instrument d’origine galloise ou irlandaise, probablement du Xe – XIe siècle, date à laquelle l’emploi de l’archet est devenu commun en Europe occidentale. Il s’agit de l’un des derniers instruments dont aient joué les bardes historiques de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance." http://www.valleeducousin.fr/spip.php?article289

Pourquoi pas un psaltérion ?

 

"Ses cordes, initialement en boyaux puis faites de métal, sont fixées par des chevilles au-dessus d'une caisse de résonance plate, comme la cithare dont il est en réalité une des formes sur table. Son cadre est triangulaire ou trapézoïdal, avec de nombreuses variations de forme comme le groin de porc (une sorte de trapèze dont les petits côtés s'incurvent vers l'intérieur). Les cordes vont par paires pour chaque note, et sont montées tête-bêche.

Il est possible d'en jouer en pinçant adroitement les cordes avec les doigts ou avec un plectre (en plume d'oie), ou bien en les frottant avec un archet. Il est également possible de frapper les cordes avec le bois de l'archet ou des petits marteaux, ce qui est peut-être à l'origine du tympanon. L'instrument est joué en appui sur les genoux ou relevé contre la poitrine." (Wikipedia)

 

 

.

.

 

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

.

7°) L'ange joueur de mandore.

J'ai déjà décrit ce joueur de mandore parmi les poinçons du bas-coté sud (le n° P12), et j'ai déjà signalé qu'il  est l'un des motifs préférés du Maître de Pleyben qui se plait à représenter l'instrument comme une figue molle enroulée autour du corps du joueur. Il est présent aussi à Pleyben (poinçon du transept), Saint-Divy, Sainte-Marie-du-Ménez-Hom, et à Kerjean.

.

.

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

 

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

.

8°) Le joueur de luth.

L'instrument est monoxyle, en forme de demi-poire, à caisse ouverte de deux ouïes en C ; nous distinguons trois cordes. Ni frettes, ni chevalet, ni chevilles apparentes. 

Le jeu : cordes pincées entre pouce et index (ou petit plectre mal visible). Instrument tenu sur le genou droit et l'épaule gauche.

Malgré des points communs, les différences sont importantes avec la joueuse de luth à long manche du blochet de la deuxième salle du bas-coté nord de Bodilis.

.

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

 

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

.

9°) P35 (chœur) :  L'ange joueur de "guitare" .

L'instrument à cordes : pas d'ouïes, pas de rosaces ; trois cordes. Manche a priori rapporté, sans frettes. Corps incurvé comme nos guitares. Cheviller en volute, sans cheville apparente. Luth, ou guitare Renaissance ?

Le jeu : instrument posé sur les genoux, diagonale vers le haut et la gauche ;  ni plectre ni archet, donc instrument à cordes pincées. La position des mains (main droite brisée) est celle d'un guitariste.

.

 

.

 

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

 

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange musicien, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

.

III. LES ACROBATES CONTORSIONNISTES.

.

C'est en étudiant les poinçons de l'église de Grâces-Guingamp de 1508, que j'ai découvert tout l'intérêt de ce motif iconographique, sur le plan symbolique voire ésotérique, que gymnique, ou sexuel.

Comme à Grâces, Bodilis nous donne un bel échantillon de ce thème.

.

1°). P2 (deuxième poinçon à partir du mur ouest)  Ange  nu tenant ses chevilles.

Aussi surprenant que cela m'apparaisse, il s'agit incontestablement d'un ange, et tout aussi incontestablement il adopte une pause de "tenue des chevilles" propre aux contorsionnistes, par exemple sur les crossettes des églises. Parlons donc plutôt ici d'un putto exhibitionniste. 

.

 

Putto tenant ses chevilles, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Putto tenant ses chevilles, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

.

2°) Deux contorsionnistes faisant un renversement postérieur en se tenant par les chevilles.

.

Contorsionniste, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Contorsionniste, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

 

Contorsionniste, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Contorsionniste, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

.

3°) Contorsionniste en renversement postérieur, équipé de grelots sur les cuisses.

.

La figure est complexe, et il faudrait l'étudier d'avantage. Un acrobate à visage d'enfant poupin et bouclé exécute un renversement postérieur, en tenant ses chevilles. Il est équipé d'une culotte à grelots, et d'un pourpoint découpé d'entailles en flammes, comme un bouffon.

.

Contorsionniste, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Contorsionniste, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

 

Contorsionniste, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Contorsionniste, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

.

4°) P30.  Contorsionniste exhibitionniste en érection, montrant le trou de son cul, en renversement, tenant ses chevilles.

.

Contorsionniste, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Contorsionniste, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

 

Contorsionniste, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Contorsionniste, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

.

5°) P33.  Contorsionniste nu, en renversement, aux bras en volutes. (création récente).

.

 

 

Contorsionniste, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Contorsionniste, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

 

Contorsionniste, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Contorsionniste, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

.

IV. ANGES TENANT UN INSTRUMENT DE LA PASSION.

1°) Ange tenant la Couronne d'épines.

 

Ange tenant la Couronne d'épines, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange tenant la Couronne d'épines, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

2°) Ange tenant le marteau et les clous de la Mise en Croix.

.

Ange tenant le marteau et les clous de la Passion, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange tenant le marteau et les clous de la Passion, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

 

Ange tenant le marteau et les clous de la Passion, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange tenant le marteau et les clous de la Passion, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

.

VI. ANGE ORANT, BRAS ÉCARTÉS.

.

Encore un des motifs habituels du Maître de Pleyben, repris sur ses différents chantiers.

.

Ange orant, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange orant, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

VI. ANGE PRÉSENTANT UN PHYLACTÈRE.

.

Ange présentant un phylactère, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange présentant un phylactère, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

.

VII ANGES PRÉSENTANT DES CARTOUCHES.

Faut-il parler de "cartouche", ou de "cuir" pour ces éléments rectangulaires ou ovales, parfois dotés d'oreilles et d'enroulements, sur lesquels les anges sont agenouillés comme sur des tapis volants ? Portaient-ils jadis des inscriptions ou des données héraldiques ?

.

1°) Cartouche carré traversé par une barre.

.

Ange , poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange , poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange , poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange , poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

2°) Cartouche rectangulaire.

.

Ange , poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange , poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

3°) cartouche en forme d'écu.

.

Ange , poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange , poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

4°) cartouche centré par un cercle.

.

Ange , poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange , poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

5°) Cartouche en forme de feuille.

.

Ange, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

 

Ange, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

7°) Autre cartouche en feuille.

.

Ange, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

8°) Autre cartouche.

.

Ange, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Ange, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

Personnage à capuchon tenant un coussin à phylactères.

.

Poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

.

VII. LES DEUX MASQUES P1 ET P 37 DES EXTRÉMITÉS.

.

1°) P1, mur ouest.

.

Masque P1, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Masque P1, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

2°) P37, au dessus du chœur.

.

Masque P37, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Masque P37, poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

VIII. LES POINÇONS À QUATRE ÉLÉMENTS.

.
1°) P30. Quatre personnages dansants, à bras et jambes en volutes.

.

Poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

2°) Deux personnages ?

.

Poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

3°) P35. Quatre masques.

Poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Poinçon de la charpente de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sablières
21 avril 2018 6 21 /04 /avril /2018 07:58

 

 Les sablières et la charpente sculptée de l'église de Bodilis. VII. Les trois salles (1657) du bas-coté nord.

.

 

 

 

 

Sur les sablières de Bodilis, voir :

 

.

Sur les autres réalisations du Maître de Pleyben, voir :

 

.

Vous pourrez lire aussi, sur le sujet des sablières de Bretagne, les articles suivants :

 

.

Après avoir décrit les sablières, entraits, blochets et poinçons  de la nef et du bas-coté sud, principalement dus au Maître de Pleyben entre 1567 et 1576, je décris les pièces sculptées de la charpente du bas-coté nord. Elle date du XVIIe siècle puisque le coté nord a été démoli  puis doublé entre 1653 et 1657. En 1686, la sacristie vint s'y ouvrir :

 

"L'édifice actuel fut commencé en 1564 suivant la date inscrite au chevet. De plan régulier, il comprenait alors une nef de six travées avec bas-côtés, précédée d'une tour-porche et un choeur à chevet polygonal ; au droit de la cinquième travée, deux chapelles en ailes formaient transept.

L'édifice à peine achevé, on commença à l'agrandir en élevant en 1574 - date inscrite sur une poutre sculptée du bas-côté sud - sur son flanc sud une vaste chapelle contiguë à l'aile sud.

Quelques années plus tard, en 1583, les tréviens envisagèrent la construction d'un porche monumental qui fut terminé en 1607

. Puis, au milieu du XVIIe siècle, l'on agrandit considérablement l'église. L'on démolit alors toute la longère nord et doubla le bas-côté ; les dates de 1653 sur l'une des portes et de 1657 (entrait du bas-côté nord) rappellent ces travaux.

De 1663 à 1670, l'on apporta quelques modifications à la façade sud, travaux effectués sous la direction de Christophe Kerandel, architecte, qui soumis aux tréviens en 1677 le plan de la sacristie monumentale qui fut terminée en 1686, achevant ainsi les travaux." (Couffon)

"Deux portes ornent la façade Nord, dont la 2ème, aujourd’hui murée, conserve sur la frise la date de 1657".

.

Ce bas-coté s'organise en trois "salles", la première depuis l'est étant la chapelle de la Sainte-Famille avec son retable du XVIIe siècle, la deuxième se repère au Christ aux liens de son élévation nord, et la troisième abrite les Fonts baptismaux monumentaux.

.

CLIQUEZ SUR LES IMAGES.

.

Vue générale depuis la chapelle de la Sainte-Famille.

.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

Vue générale depuis l'ouest, montrant l'étroit bas-coté intermédiaire appuyé sur une rangée de piliers qui double celle de la nef.

.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

I. LA CHAPELLE DE LA SAINTE-FAMILLE.

.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

La sablière Sb1 au dessus du retable. Frise d'arceaux à palmes

Elle a aussi peu d'intérêt que celles de la troisième salle du bas-coté sud (1659), dont elle reprend la frise d'arceaux à palmes.

Le retable abrite les statues de saint Mathurin, d'un saint évêque et de saint Jacques le Majeur.

.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

La sablière Sb2. Chérubins, masque féminin, coiffé d'un voile noué, et entouré de feuillage.

.

.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

.

L'entrait E1. Frise de cuirs à enroulement et de légumes.

.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

.

Abouts de poinçons.

Un seul est sculpté, le septième, d'un motif à quatre visages.

.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

.

Notez au passage  : 

La  porte donnant accès à la sacristie, de type classique très simple, porte sur son entablement son entablement  l'inscription : "IESVS - 1680 - MARIA".

Au dessus, une fenêtre carrée donnant dans la sacristie porte l'inscription (je corrige la transcription de Couffon):

"FRANCOIS. QVEMENER.

IAN. COVLOVIGNER. F."

"François Quémener . Ian Coulouigner. Fabriciens".

Les généalogistes mentionnent à Bodilis un François QUEMENER, décédé en avril 1682, laissant deux filles à la charge de son épouse Catherine TANGUY.

La graphie COULOUIGNER est attestée aux archives du Finistère à Sizun, et JAN COULOUIGNER de Sizun est mentionné sur un acte de 1699.

Inscription en réserve dans un cartouche séparé en deux compartiments. Point de séparation en losange. Appréciez comment les lettres conjointes NE de la première ligne se retrouvent à la seconde ligne. 

.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

Les blochets  B1 et B2. Pilier entre la chapelle de la sainte-Famille et la deuxième salle.

Anges porteurs des Instruments de la Passion.

Un ange tient une lance (ou le bâton de la Sainte Éponge imprégnée d'hysope)  et des clous, l'autre  une échelle (celle de la Déposition). Sur la sablière se découvrent un masque de lion et le fragment d'une trompe. Ce sont là des éléments caractéristiques du Maître de Pleyben.

.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

.

LA DEUXIÈME SALLE DU BAS-COTÉ NORD.

.

Vue générale depuis la nef.

.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

Vue générale depuis le nord.

.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

.

Sablière Sb3. Frise de motifs de feuillages répétés.

 

.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

Les sablières Sb4 et Sb5 (coté ouest, séparées l'une de l'autre par le blochet).

.

 

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

Sablière Sb4. Un homme allongé tenant un fruit (poire ?) dans la main droite tend le bras gauche vers une composition à chérubin et feuillage, déjà observé en Sb2.

.

 

 

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

Le blochet intermédiaire de Sb4. Une musicienne jouant du luth.

Il s'agit pour moi d'une œuvre du Maître de Pleyben. On retrouve la robe bouffant en corolle sinueuse au dessus de la ceinture, ainsi masquée. Les manches bouffantes à l'épaule puis nouées sont celles de la Marie-Madeleine de Kerjean.

Par contre, l'instrument est original à plus d'un titre. Il diffère de la "mandorle molle" si habituelle au Maître, par la longueur de son manche et par sa tenue. Je distingue ici cinq (ou six) cordes. Ce n'est pas un rebec, dont les cordes sont frottées par un archet. Il se rapproche du luth à long manche proche du Sêtar persan iranien. C'est un instrument monoxyle dont la caisse est piriforme, et percée de deux ouïes en C. Il est tenu sur l'épaule, appuyé sur la joue gauche, tandis que le manche oblique en bas et à droite s'appuie sur le genou opposé. Ne serait-ce pas là la posture d'une gauchère ? Le cheviller est coudé à angle aigu, sur la gauche.

La position des doigts semble fidèlement observée, notamment l'auriculaire gauche posé sur une corde.

Cette joueuse de luth est présentée par Jean-Luc Matte dans son Iconographie de la cornemuse, mais sans commentaire organologique.

.

 

.

 

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

La sablière Sb5. Arceaux et palmes, comme en Sb1. Pas d'image.

 

.

.

L'entrait E2 daté de 1657.

Le cartouche portant le chronogramme 1657 est placé au milieu d'une frise de rubans et de légumes, dans un style bien différent de l'entrait E3 du bas-coté sud, daté de 1659.

De l'autre coté, un masque dans un cuir découpé.

.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

.

Les blochets B4 et B5 sur le pilier intermédiaire entre la deuxième salle et la chapelle des Fonts baptismaux. Un des quatre évangélistes, et un saint évêque.

.

 

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

B5 : il s'agit de l'un des trois évangélistes barbus, Matthieu, Luc ou Marc. L'absence d'attribut ne permet pas d'aller plus loin dans l'identification. Le saint tient la calame d'une main et l'encrier de l'autre.

.

.

.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

.

B4 est un saint évêque, portant la mitre à fanon, la cape, bénissant et tenant sa crosse (brisée).

.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

.

III. LA CHAPELLE DES FONTS BAPTISMAUX.

Elle s'étend sur deux travées, au droit de la tour-clocher. Elle abrite une chaufferie, mais surtout les Fonts baptismaux en kersanton du XVIe et XVIIe siècle. 

.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

Sablière Sb6 et Sb7. 

.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

Sablière Sb6 (entre le blochet B5 et le blochet B6). 

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

La partie droite est sculptée d'un magnifique mais horrible masque coiffé de palmettes. Le cuir découpé est tenu par deux putti, tenant l'un une palme, l'autre une palme et une épée.

Nous retrouvons ici la verve du Maître de Pleyben, qui se garderait bien de répéter deux fois le même motif.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

Puis vient un masque d'enfant dans des volutes en corne, puis un jeune homme couché (au pieds remplacés par des sabots et au corps velu) et enfin un sphinge, ailé, à tête animale coiffé d'un bonnet et à queue enroulée en crosse.

.

 

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

Le blochet B6. Vierge à l'Enfant au sein dénudé.

Est-ce vraiment une  Vierge allaitante ? Elle porte le corsage de nourrice, dont deux fentes laissent passer les seins nus. Ses cheveux sont dénoués et tombent sur les épaules, comme ceux d'une jeune fille vierge. Elle tient son enfant mais ne le regarde pas, et cet enfant ne tête pas, quoiqu'il pose la main sur la poitrine gauche. Il tourne la tête vers sa gauche.

.

 

.

 

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

La sablière Sb7.

Première surprise, une sorte de sirène, ou du moins une femme nue dont le bas du corps se transforme en une petite jupe festonnée, puis deux "jambes" en feuillages. Tout cela se prolonge en deux volutes.

Ensuite, un masque de lion occupe un cuir découpé à enroulement tenu par deux femmes ailées et à queue de poisson ; avec toujours la jupette festonnée.

Enfin, une volute.

Quelle inventivité ! quelle liberté et quelle gaieté !

.

 

 

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

Les sablières Sb8 et Sb9.

Fini de rire avec Sb8 et Sb9, où nous retrouvons la fabrication quasi industrielle d'arceaux.

.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

L'entrait E3. 

.

 

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

.

Les abouts de poinçons.

Parmi les neuf poinçons, un seul est figuré, le cinquième (correspondant à la nervure qui rejoint l'entrait).

Il représente une jeune femme, dont le sein droit, nu, est dévoilé  car la tunique, encore attaché sous le cou, est écarté. La femme aux manches relevées pose sa main droite sur le sein gauche. Il me semble qu'un objet (feuille ?) qu'elle maintenait a été gratté .

Son visage, légèrement tourné vers la gauche et aux yeux comme écarquillés, est encadré par deux fruits évoquent la grenade entr'ouverte cédant à l'excès de ses grains de Valéry. La feuille figurée à l'arrière-plan suggère aussi qu'il s'agisse là de figues. Dans les deux cas, ce sont des symboles sexuels.

Cette sculpture de petite taille exerce un charme rare.

Nous ne pouvons pas y voir un rappel en écho du blochet de Sb5.

  .

 

 

.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

.

Le dernier blochet B6. Ange porteur d'un instrument de la Passion (la Colonne de flagellation).

.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Charpente sculptée du bas-coté nord de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

.

.

 

SOURCES ET LIENS.

.

 

.

1°) Sur les sablières :

— DUHEM (Sophie), 1997, Les sablières sculptées en Bretagne: images, ouvriers du bois et culture paroissiale au temps de la prospérité bretonne, XVe-XVIIe s. ; préf. d'Alain Croix, Rennes :Presses universitaires de Rennes, 1997 : ET thèse de doctorat en histoire sous la direction d'Alain Croix soutenue à Rennes 2 en 1997. 

.

2°) Sur Bodilis.

 

— ABGRALL (Chanoines Jean-Marie) et PEYRON (Paul), 1903,  "[Notices sur les paroisses] Bodilis", Bulletin de la commission diocésaine d'histoire et d'archéologie, Quimper, 3e année, 1903, p. 192-208.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k109982z/f180.image

https://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/bdha/bdha1903.pdf

http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf_notices/bodilis.pdf

— APEVE, Association pour la promotion des enclos paroissiaux de la vallée de l'Elorn

http://www.bodilis.org/patrimoineetsites.php

http://www.apeve.net/spip/spip.php?article127

— COUFFON (René), 1958,  Notre-Dame de Bodilis. In: Bulletin Monumental, tome 116, n°2, année 1958. pp. 121-133; doi : 10.3406/bulmo.1958.3832 http://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1958_num_116_2_3832

http://www.persee.fr/docAsPDF/bulmo_0007-473x_1958_num_116_2_3832.pdf

— COUFFON  (René), LE BARS (Alfred)  1988,  Nouveau répertoire des églises et chapelles, : paroisse de Bodilis,” Collections numérisées – Diocèse de Quimper et Léon, 

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/fdf52c93c4ad292cf14cbf5068677c87.pdf

— LAUDREN (Thierry), dossier photo de son travail de restauration de la charpente

https://www.thierrylaudren.fr/pages/monuments-historiques.html

http://thierrylaudren.pagesperso-orange.fr/monumentshistoriq2.htm

MATTE (Jean-Luc), Iconographie de la cornemuse, Bodilid. Photographies de Joel Lubin.

http://jeanluc.matte.free.fr/fichac/bodilispoinc.htm

— MONUMENTS HISTORIQUES.

http://monumentshistoriques.free.fr/calvaires/bodilis/imgs/fonts-baptismaux-xvi.html

.

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sablières
18 avril 2018 3 18 /04 /avril /2018 21:55

 

Les sablières et la charpente sculptée de l'église de Bodilis. VI. Le bas-coté sud (Maître de Pleyben 1574, et anonyme, 1659).

.

 

 

 

 

Sur les sablières de Bodilis, voir :

 

.Sur les autres réalisations du Maître de Pleyben, voir :

 

.

Vous pourrez lire aussi, sur le sujet des sablières de Bretagne, les articles suivants :

 

 

.

La nef de l'église de Bodilis est divisée par 8 entraits (ces poutres qui la traversent), et, entre le  4ème et le 5ème entrait, par deux blochets. Le quatrième entrait porte en son milieu la date 1567, et le sixième celle de 1576. J'ai numéroté les entraits de 1 à 8 en allant de la nef vers le chœur.

Après avoir étudié les sablières de la nef et découvert leurs éléments décoratifs déployant tout le répertoire maniériste de l'école de Fontainebleau créé par le Primatice et ses disciples  et d'inspiration italienne : cuirs découpés, légumes, mascarons, satyres grimaçants, petits animaux et putti cachés dans des rinceaux, tête de lion, etc., après avoir signalé l'attribution de ces sculptures au Maître de Pleyben, actif vers 1564-1580 en Léon et Cornouaille nord, et après avoir inspecté les faces sculptées des 8 entraits, il est temps de s'intéresser aux bas-cotés.

RAPPEL GÉNÉRAL.

.

"A la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle, Bodilis un lieu de pèlerinage très fréquenté et les donations y affluaient. En 1533, un accord intervint entre François de Tournemine, seigneur de Coetmeur, et l'évêque de Léon au sujet du droit de visite ; c'est donc vraisemblablement là la date de son érection en église tréviale.

Dans le troisième quart du XVIe siècle, en 1564, débuta la construction de l'édifice que nous voyons actuellement ; mais, à peine était-il achevé, que l'on commença à l'agrandir en élevant en 1574 sur son flanc sud une vaste chapelle. Quelques années plus tard, en 1583, les tréviens, désirant construire, comme leurs voisins de Landivisiau, un porche monumental, firent à ce sujet accord avec René de Kergorlay, seigneur de Crechgaribot et du Plessix, dont les armes timbraient le porche à démolir ; le nouveau fut terminé en 1601 divin et, le 14 septembre 1623, le chapitre de Léon accorda quelques reliques pour être déposées dans les nouveaux autels qui devaient être bénis. Au milieu du XVIIe siècle, l'on agrandit considérablement l'église. L'on abattit toute la longère nord et l'on augmenta de ce côté l'édifice d'un double bas-côté ; les dates de 1653 sur l'une des portes et de 1657 sur l'une des poutres confirment l'ampleur des travaux. L'on augmenta également l'église au sud en prolongeant en 1659 la chapelle de 1574 jusqu'au porche. Le Père Cyrille Le Pennée, carme de Saint-Pol-de-Léon, écrivait en 1647 que, si l'église fut ainsi « merveilleusement embellye selon la direction du recteur, noble et vénérable Claude de Kermenou », c'est en raison de l'affluence du peuple qui la fréquentait aux solennités de la sainte Vierge, « ce dévot lieu étant parmis les Léonais en singulière vénération et respect ». En 1663, l'on reconstruisit le quatrième pilier du côté de l'épître, auquel était fixé le jubé, pilier qu'il fallut d'ailleurs reconstruire en 1670, « après perquisition de son assise». En cette dernière année, Christophe Kerandel, maître architecte, fit divers travaux à l'église, et notamment, aidé de Jean Le Roy, dit La Pierre, son compagnon, et de Pierre Vilart, modifia le pignon de la grande chapelle sud éclairant le jubé. Une porte y fut alors percée, assez malencontreusement d'ailleurs, et les fenestrages refaits . En 1677, ce maître architecte soumettait aux tréviens le dessin de la sacristie monumentale, que ceux-ci lui avaient demandée, et se rendait à Trefmaouezan pour choisir la carrière d'où l'on tirerait la pierre nécessaire. Les travaux de maçonnerie commencèrent en 1679 et furent terminés en 1684, époque où l'on acheta en Cornouaille le bois destiné à la charpente, dont l'exécution fut confiée à Alain L'Horleach, charpentier. La couverture fut exécutée en 1686, par Noël Le Batet et son compagnon ; puis, en 1687, l'édifice fut plombé par Guillaume Le Roux, de Kerfeunteniou, la vitrerie posée par Gelin, vitrier de Lesneven, et, enfin, la croix mise en place par François Le Rest, maréchal, qui terminait ainsi les travaux de l'église actuelle. Depuis, le clocher fut restauré en 1714 sous le rectorat de messire René de Moucheron, recteur de Plougar, et plusieurs réparations opérées, dont celle, assez peu soignée, de la chapelle Saint-Jean-Baptiste.

Plan. — Primitivement, l'église comportait une nef de six travées avec bas-côtés, précédée d'un clocher-porche et terminée par un chœur à chevet polygonal. Au droit de la cinquième travée, il y avait deux ailes formant faux transept. Au nord, en effet, les corbelets supportant le long des grandes arcades la sablière de l'ancien bas-côté n'existent que dans les quatre premières travées. Ainsi que nous venons de l'indiquer, ce plan fut profondément modifié par les adjonctions de la fin du xvie et du xvne siècle, qui lui donnèrent un aspect irrégulier.

Intérieur. — L'église est du type à nef obscure. Les deux voussures des grandes arcades et de celles séparant les chapelles sud sont bien moulurées et pénètrent directement dans les colonnes lisses leur servant de supports. Celles-ci, comme dans beaucoup d'églises bretonnes, ont leurs bases circulaires reposant sur un haut socle également circulaire servant de banc ; les deux premières au nord de la. nef ont un diamètre supérieur à celui des autres (0m66 contre 0m58). Il est à remarquer qu'en bas de l'église, la première arcade, probablement à la suite d'une erreur d'implantation, retombe sur une colonne engagée dans le pignon ouest, présentant un décrochement tout à fait insolite.

Egalement, la grande arcade de la cinquième travée du côté de l'épître a sa voussure ne correspondant plus au départ de la colonne refaite en 1670. Dans le bas-côté nord, rebâti au XVIIe siècle, les différentes chapelles ne sont pas séparées par des arcades, mais par des architraves reposant sur des colonnes.

A l'exception de la petite chapelle nord s'ouvrant sur le chœur du côté de l'évangile, qui est voûtée sur croisée d'ogives, tant la nef que les bas-côtés sont couverts par un lambris apparent avec entraits et sablières. Les sablières du xvie siècle, ainsi que les têtes des blochets, sont très finement sculptées. On retrouve notamment sur les premières une scène de labourage semblable à celle de Sainte-Marie du Menez-Hom, une scène d'ivrognerie également visible à Saint-Thomas de Landerneau, et divers éléments décoratifs Renaissance à rapprocher de ceux de l'ossuaire de Pencran. Parmi les têtes de blochets, mentionnons une belle statue de la Madeleine, ainsi qu'un ange abritant le groupe de la Visitation. 11 semble que ces sablières aient été sculptées par les artistes qui travaillèrent à la décoration de la chapelle de Kerjean. Les sablières et entraits du XVIIe siècle, également très décorés, ne portent pas de scènes figurées, mais des palmettes et autres motifs décoratifs. Plusieurs des entraits sont datés et ainsi d'un grand secours pour l'étude du monument. Dans le bas-côté sud, l'un porte : « domus mea domus oracionis 1574 » ; celui de la chapelle neuve : « domus. mea. domus. oratioNIS. 1659. M. IAN. KERGUELEN RECTUR-M. Y. GAL. CURE. A. G. C. B. FABRIQUES.» Dans le bas-côté nord, l'un porte la date de 1657. Mentionnons, enfin, parmi les sculptures d'attache, deux angelots se tenant par la main et formant cul-de-lampe, ainsi qu'un bénitier Renaissance sur le second pilier sud et un grotesque au départ de l'ancien jubé encastré dans le quatrième pilier.  » (Couffon)

.

Sur le bas-coté nord, nous trouvons de la nef vers le chœur la chapelle des fonts baptismaux (entrait daté de 1657), les 2 travées de la chapelle de la Sainte-Famille, et la petite chapelle de Notre-Dame de Bodilis, voûtée d'ogive.

Sur le bas-coté sud, de la nef vers le chœur, trois salles lambrissées conduisent au retable du Rosaire (1669), précédent la petite chapelle Saint-Jean-Baptiste et son retable.

Le plus riche ensemble se trouve dans les trois salles  de la deuxième chapelle sud, et se divise en un premier groupe oriental daté de 1574 contemporain des sablières et entraits de la nef (1567 -1576)  et attribuable au Maître de Pleyben, et un second ensemble, le plus occidental, daté de 1659 et bien moins intéressant.

Je débuterai ma visite, à l'est,  par les pièces placées au dessus du retable du Rosaire et je progresserai vers l'ouest. Je nomme "salle" les trois espaces lambrissés pour éviter le terme de chapelle, qui a été employé dans un sens incertain pour moi par les auteurs. Dans ma progression je nommerai les pièces de bois des sablières Sb [Sb 1 à Sb4 pour la première salle à l'est, etc.], les Blochets B [B1 à B12]  les entrais E [E1 à E3] et les abouts de poinçons P  [P1 à Pn].

 

.

.

.

PREMIÈRE SALLE DE LA CHAPELLE DU ROSAIRE, BAS-COTÉ SUD.

(Note: la confrérie du Rosaire fut érigée à Bodilis en 1633).

Les  blochets  B1 à B4 : les quatre évangélistes.

Sb1 : Masque ;  la Sainte Face, les Cinq Plaies, le Calice eucharistique.

Sb2 : Masque : Renart prêchant les poules.

Sb3 : 

Sb4 : Cuir découpé ; la Lubricité ; cuir RESPICE FINEM ; l'Ivrogne à son tonneau ; Truie débondant le tonneau (proverbe: la Négligence) ; femme poursuivant la truie de sa quenouille.

L'entrait E1 : masque de femme à l'antique ; homme déféquant.

Les poinçons : P1 à P8 : P1 : homme apeuré. P2 : quatre têtes. P3, P4, P6, P7  : feuillages. P5. Couples dansants sur une boule.

 

.

.

.

La charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

La charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

La charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

La charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Le blochet B1. L'évangéliste saint Matthieu.

Mon identification est basée sur les pieds nus (attribut des apôtres), sur l'enfant en guise d'Homme/Ange (attribut de Matthieu dans le Tétramorphe) et sur le phylactère (texte écrit = évangile). L'absence de barbe me déroute.

.

Blochet B1,  charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Blochet B1, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Comparez avec l'évangéliste Matthieu de la chapelle de Kerjean:

.

Saint Matthieu, chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Saint Matthieu, chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

Sablière Sb1. (mur portant le retable du Rosaire, partie gauche de la corniche du lambris).

.

 

Sablière Sb1,  charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière Sb1, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Masque crachant des rubans / têtes zoomorphes à langues accouplées.

.

 

Sablière Sb1,  charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière Sb1, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Deux anges déroulant un cuir découpé de la Sainte Face.

.

Sablière Sb1,  charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière Sb1, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Deux anges déroulant un cuir découpé des Cinq Plaies.

.

Sablière Sb1,  charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière Sb1, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Comparez avec le cartouche de la chapelle de Kerjean :

.

Cartouche des Cinq Plaies, chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Cartouche des Cinq Plaies, chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

.

Deux anges présentant un ciboire eucharistique.

.

 

Sablière Sb1,  charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière Sb1, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

.

Le retable du Rosaire.

 

Retable du Rosaire (vers 1633) de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Retable du Rosaire (vers 1633) de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

La sablière Sb2. (mur du retable du Rosaire, corniche de droite).

.

On y voit, dans un cuir découpé, un masque coiffé d'un foulard noué sur les deux cotés. Ce cuir émet des prolongements en volutes où se cache un personnage.

Mais surtout...

.

Sablière Sb2,  charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière Sb2, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

.

Sablière Sb2. Renart prêchant aux poules.

C'est bien la représentation habituelle de Renart en chaire que nous découvrons sur l'extrême droite, coiffé de la capuche des Cordeliers ou Frères Mineurs, les deux pattes posées sur les montants de la cuve car il est prêt à bondir. Sa prédication s'échappe en deux banderoles de sa gueule, et l'une porte une inscription LE : REN [ART].

Devant lui, trois poules et un coq sont captivés par ses propos.

Cette représentation crée un lien avec les sablières de Saint-Sébastien du Faouët (22), de la clôture (vers 1420) de la chapelle Saint-Fiacre du Faouët (22), et des sablières de Grâces-Guingamp (1506-1512). Ou avec beaucoup d'autres œuvres en France (cf. mon article sur Grâces-Guingamp). Ou avec le fragment de la scène de Renart et les poules des sablières de l'église Saint-Thomas de Landerneau.

Sablière Sb2,  charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière Sb2, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Renart prêchant les poules, Sablière Sb2,  charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Renart prêchant les poules, Sablière Sb2, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

.

Le blochet B2 (angle sud-est). L'évangéliste saint Marc à son pupitre.

Mon identification se base sur le pupitre, l'écritoire et la plume, sur la posture du rédacteur, sur la barbe et les pieds nus (?), mais surtout sur le lion abrité sous le montant du pupitre.

.

Blochet B2,  charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Blochet B2, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Comparez avec saint Marc du château de Kerjean :

.

Saint Marc et son lion, chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Saint Marc et son lion, chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

.

Le blochet B3. (angle nord-est). L'évangéliste saint Luc écrivant, un bœuf à ses pieds.

Ce serait saint Luc s'il n'était imberbe et ailé comme un ange. Il est assis à son bureau et un plumier est suspendu à sa ceinture. On peut toujours suggérer qu'il s'agit, de toute évidence, de saint Luc, et que les ailes sont en fait le dossier de son siège.

 

.

Blochet B3,  charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Blochet B3, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Comparez avec le saint Luc de Kerjean :

 

Saint Luc et son taureau, chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Saint Luc et son taureau, chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

La sablière Sb3. Masque, cuir découpé, putti, etc.

.

Sablière Sb3, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Sablière Sb3, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

 

Sablière Sb3, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Sablière Sb3, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

 

Sablière Sb3, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Sablière Sb3, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

 

Sablière Sb3, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Sablière Sb3, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

 

Sablière Sb3, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Sablière Sb3, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

 

Sablière Sb3, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Sablière Sb3, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

.

La sablière Sb4. 

.

Sablière Sb4, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière Sb4, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Sb4. La partie droite.

.

 

Sablière Sb4, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière Sb4, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Au centre, une femme (?), nue, jambes écartées, sexe exhibé, tient les extrémités des deux cuirs qui l'entourent. J'y vois, vu le contexte moral de Sb4, une allégorie, la Lubricité.

Sa main gauche tient un cuir découpé à enroulement dont le motif central est une boule, ou ove, dont le centre est déprimé en croissant.

.

Sablière Sb4, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière Sb4, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Sa main droite tient un autre cuir, centré par une tête de mort dont les yeux sont traversés par un vers annelé à tête de serpent. Ce motif morbide est explicité si besoin en était par les mots RESPICE FINEM inscrits au dessus. Cette formule latine, "Songe à la fin dernière", est une application chrétienne ("pense à ta mort) de la maxime Quidquid agis, prudenter agas et respice finem, "Quoique tu fasse, fais le avec prudence sans perdre de vue la fin". On la trouve sur l'ossuaire de Guengat avec la date de 1557, sur celui de Lannédern ou de Daoulas (1589), ou encore sur le bénitier de Loc-Egigner-Ploudiry avec la formule Cogita Mori Respice Finem.  

Ce motif macabre est présent, à l'identique mais sans inscription, sur une sablière nord de l'église Saint-Thomas de Landerneau (fin XVI-début XVIIe).  Or, il est remarquable qu'il y accompagne une figure de la Lubricité tenant, exactement comme à Bodilis, les extrémités de deux cuirs découpés, avec la même dénonciation des plaisirs puisque l'un de ces cuirs porte un joueur de bombarde, métonymie des noces et des danses.

Nous allons découvrir la suite de la sablière Sb4, avec ses tableau de l'Ivrognerie et de la Négligence. Toute la pièce de bois est donc placée sous le signe de la condamnation des Vices, et du rappel chrétien des châtiments réservés au pécheur après la mort. Le cartouche de la Mort est encadré par la femme lubrique à gauche et par l'ivrogne à droite.

.

 

Sablière Sb4, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière Sb4, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Sb4. La partie gauche.

Il faut sans doute la diviser en trois ensembles.

— À droite, un homme accroupi devant un tonneau y remplit un pichet ; il tient la bonde dans sa main gauche. C'est la figure de l'Ivrognerie.

— À gauche, une truie ôte le robinet (la bonde) du même tonneau. C'est la figure de la Négligence. et du Gaspillage.

— Enfin, une femme couchée en arrière et arc-boutée, pieds appuyés contre les pattes de l'animal, tire la queue de la truie vers le haut tandis qu'elle la frappe d'un bâton. On notera que le "bâton", par sa forme élaborée, ressemble plutôt à un instrument dont l'usage reste à déterminer. Je suggère d'y voir sa quenouille.

La compréhension de la scène centrale est apportée par le tableau Les Proverbes Flamands, une huile de 1559 de Pieter Bruegel l'Ancien qui illustre 120 proverbes et moralités. Parmi ces illustrations, en bas à gauche, une truie tient la bonde d'un tonneau, dont le contenu s'écoule dans un récipient vers lequel s'approche un petit cochon. Selon les spécialistes, c'est l'image du proverbe néerlandais "De zeug trekt de tap uit",ou " De zeugt loopt met de tap weg" - La truie débonde [elle-même] le tonneau -

Selon L. Maeterlink (1910), conservateur du musée de Gantl, "De suygh loopt met den tap weg"  (La truie se sauve avec le robinet) serait la satire des ivrognes qui, en buvant, ne surveillent pas leur intérieur et ne peuvent empêcher le gaspillage. (La truie, ou le porc, qui faisait pour ainsi dire partie des ménages campagnards, arrachait parfois le robinet du tonneau, croyant peut-être avoir à faire à un os à moelle.).  Louis MaeterlinckLe genre satirique: fantastique et licencieux dans la sculpture flamande et wallonne; les miséricordes de stalles (1910)

Cette truie débouchant le tonneau est donc la figure de la Négligence domestique.

[D'autres auteurs (Louis Hautecoeur 1943) voit ici la truie et l'ivrogne s'abreuvant au même tonneau.]

Dans l'esprit de Bruegel, ces saynètes étaient une dénonciation morale de la "folie" du monde.

.

La dernière pièce des sablières nord de Saint-Thomas de Landerneau représente une scène très proche : le même tonneau, la même truie tenant dans son groin la bonde, la même femme arc-boutée tirant la queue de la truie et la frappant avec le manche de sa quenouille. La parenté entre ces deux œuvres est évidente.

Sophie Duhem (p. 178-179) signale la même scène à Plouguerneau.

.

 

.

Sablière Sb4, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière Sb4, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Sablière Sb4, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Sablière Sb4, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

 

Sablière Sb4, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Sablière Sb4, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

.

Le blochet B4. L'évangéliste saint Jean à son pupitre.

.

Blochet B4, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Blochet B4, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Comparez avec saint Jean au château de Kerjean (son aigle est à sa droite) :

.

 

Saint Jean évangéliste, chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Saint Jean évangéliste, chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

.

Les poinçons P1 à P8 (du sud au nord).

P1 : homme apeuré ? mains au dessus de la tête

P2 : quatre têtes.

P3, P4, P6, P7  : feuillages.

P5. Couples dansants sur une boule.

 

.

 

.

P1. Homme recroquevillé, mains sur la tête.

.

 

Les sablières et la charpente sculptée de l'église de Bodilis. VI. Le bas-coté sud (Maître de Pleyben 1574 et 1659).

.

P2 : quatre têtes.

Les quatre visages sont coiffés d'un élément architectural en volute.

.

Poinçon P2, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Poinçon P2, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

P5. Quatre personnages dansants sur une boule.

Je les avais d'abord vus comme quatre danseuses, avant qu'un appendice ne me donne un démenti irréfutable.

 

 

About de poinçon P5, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

About de poinçon P5, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

About de poinçon P5, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

About de poinçon P5, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

About de poinçon P5,  charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

About de poinçon P5, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

.

L'entrait E1. 

a) sa face nord.

.

Entrait E1, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entrait E1, charpente sculptée du bas-coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

E1. La partie droite.