Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 avril 2018 7 15 /04 /avril /2018 20:57

Les entraits sculptés à engoulants (1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis.

.

 

 

 

 

Sur les sablières de Bodilis, voir :

 

.Sur les autres réalisations du Maître de Pleyben, voir :

 

.

Vous pourrez lire aussi, sur le sujet des sablières de Bretagne, les articles suivants :

 

 

.

La nef de l'église de Bodilis est divisée par 8 entraits (ces poutres qui la traversent), et, entre le  4ème et le 5ème entrait, par deux blochets. Le quatrième entrait porte en son milieu la date 1567, et le sixième celle de 1576. J'ai numéroté les entraits de 1 à 8 en allant de la nef vers le chœur.

Après avoir étudié les sablières de la nef et découvert leurs éléments décoratifs déployant tout le répertoire maniériste de l'école de Fontainebleau créé par le Primatice et ses disciples  et d'inspiration italienne : cuirs découpés, légumes, mascarons, satyres grimaçants, petits animaux et putti cachés dans des rinceaux, tête de lion, etc., après avoir signalé l'attribution de ces sculptures au Maître de Pleyben, actif vers 1564-1580 en Léon et Cornouaille nord, je procède à l'examen des entraits, certainement dus au même artiste.

Cette étude paraîtra plus fastidieuse et plus compliquée que les précédentes, mais pas autant qu'au photographe car les 24 pièces (3 faces sculptés par entraits) lui ont offert un casse-tête plus diabolique qu'un Rubik's Cube.

D'autre part, les motifs seront moins attrayants, car dépourvus de scènes figurés.

Comme précédemment, je débute du fond de la nef et je progresse vers le chœur, dans une patiente procession les yeux levés.

Comme, en bon amateur, j'ignore tout du vocabulaire spécialisé, je nomme "virole" l'élément nodal central, et "bras" les deux parties qui encadrent cette virole.

Bon courage !

.

Vue générale des entraits n° 1 à 3.

.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

L'entrait n°1 (et le n°2).

.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Virole,  vue de l'est : un masque tirant la langue, dans un cuir découpé à enroulement.

.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Bras de l'entrait n°1. Rinceaux à extrémités zoomorphes et  masques ailés.

.

 

 

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

.

L'entrait n°2, vue de l'est.

Virole : cuir découpé à enroulement .

.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Bras gauche de l'entrait n°2 : cartouche (vide), épis, fleurs, légumes et rubans.

 

.

 

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Bras droit de l'entrait n°2 : cartouche (vide), épis, rinceaux, masque de profil crachant des rinceaux, volutes noués, légumes.

.

 

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Entrait n°2, suite.

.

 

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

L'entrait engoulé n°3, vue orientale. Virole : cuir découpé à enroulement, tenu par deux paires de mains.
 

.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

L'entrait engoulé n°3, vue occidentale.

Bras gauche : masque de profil et masque de face crachant des tiges florales, cartouche . Frise inférieure : masque de face et frise d'oves. 

Bras droit : idem.

Face inférieure : masque, cuir, cartouche, rubans gaufrés serpentant autour d'une baguette.

.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Virole de l'entrait n°3 : cuir découpé à enroulement, tenu par deux paires de mains.

.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Virole de l'entrait n°3 : cuir découpé à enroulement, tenu par deux paires de mains.

.

 

 

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Vue générale tournée vers le chœur.

.

Les entraits sculptés à engoulants (1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis.

.

L'entrait n° 4.

Virole vue de l'ouest : cartouche à chronogramme 1567.

.

.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Virole vue de l'ouest : cartouche à chronogramme 1567.

Notez la banderole dont les spires portent une inscription : FIAT ...

.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Entrait n°4, vue de l'est.

.

 

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Vue générale des entraits n°4 à n°7 et des deux blochets.

.

.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

L'entrait n°5 vue de l'ouest. Masques coiffés, cuirs, rubans, volutes, légumes.

.

 

.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

 

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

L'entrait n°5 vue de l'est. 

.

 

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

L'entrait n°5 vue de l'est : virole au cuir découpé centré par une tête de bélier.

.

 

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

L'entrait n° 6, vue de l'ouest.

.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Virole de l'entrait n°6, vue de l'ouest. Cuir découpé.

.

 

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Bras gauche de  l'entrait n°6, vue de l'ouest. Cuir découpé à  tête d'animal (bélier ?) .

.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Bras droit  de  l'entrait n°6, vue de l'ouest. Masque à palmettes, cuir découpé, rinceaux et volutes.

.

 

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Vue orientale de l'entrait n°6.

.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Vue orientale de l'entrait n°6 : virole. Masque dans un cartouche articulé par des sangles factices à un cuir découpé.

.

 

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

 

.

Les entraits n°7  et n°8.

.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

.

L'entrait n°7.

.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

.

L'entrait n°8.

.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Virole de l'entrait n°8, vue occidentale. Cuir découpé.

.

 

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Entraits (Maître de Pleyben, 1567-1576) de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

.

SOURCES ET LIENS.

.


1°) Les cartouches et cuirs découpés.

 

 

— ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), Le premier volume des plus excellents bastiments de France : Le Louvre, Vincennes, Chambord, château de Madrid (Philibert Delorme 1548-1559), Covussi, Folambray, Montargis, La Muette, Saint-Germain, Creil, Vallery, Verneuil, Ancy-le-Franc, Gaillon, Manne.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k10411354/f45.image

Le second volume : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3137097/f12.image

Blois, Amboise, Fontainebleau, Villiers, Charleval, Les Tuileries, St-Mort, Chenonceau, Chantilly, Anet, Ecouen, Challueau, Dampierre, Beauregard, Bury.

— ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), s.d, Termes et cariatides, 

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/INHA-4R85BIndex.asp

— ANDROUET DU CERCEAU (Jacques) (1510?-1585?), [Entre 1542 et 1545] Grands cartouches,  [20] pl., Eau forte ; 38 cm [S.l.], [s.n.] 2 suites sans titre ni inscription. 7 des 20 planches reprennent des compositions de Fantuzzi connues par des estampes publiées vers 1542-1543.

http://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/1807/?offset=#page=5&viewer=picture

— ANDROUET DU CERCEAU (Jacques) (1510?-1585?), [Entre 1545 et 1547] Petits cartouches de Fontainebleau,  [31] pl., Eau forte ; 26 cm, [S.l.], [s.n.]Suite sans titre d'ornements inspirés par l'art de Fontainebleau et destinés à servir de modèles. Certaines planches reprennent des compositions de Fantuzzi connues par des estampes publiées entre 1542 et 1545 ; D'autres figurent déjà dans la première ou la seconde suite des grands compartiments

http://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/1801/?offset=#page=5&viewer=picture

http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40564725t

— AUCLAIR ( Valérie), 2007, . L'invention décorative de la galerie François Ier au château de Fontainebleau. In: Seizième Siècle, N°3, 2007. pp. 9-35; doi : https://doi.org/10.3406/xvi.2007.917 https://www.persee.fr/doc/xvi_1774-4466_2007_num_3_1_917

— DIETTERLIN (Wendel), 1598, Architectura, Nuremberg.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/INHA-Res207Index.asp

— FLORIS (Cornelis II de Vriendt ,dit) 1556, Veelderley Veranderinghe van grottisen  avec HIERONYMUS COCK (graveur et éditeur) 

https://collections.vam.ac.uk/item/O977184/veelderley-veranderinghe-van-grotissen-ende-engraving-floris-cornelis-ii/

https://www.nationalgalleries.org/art-and-artists/60572/plate-veelderley-veranderinhe-van-grottissen-ende-compartimenten-design-fantastic-fountain-published

— FLORIS (Cornelis), 1557, Veelderley Niewe Inuentien,  HIERONYMUS COCK (graveur et éditeur) 

— VREDEMAN DE VRIES (Hans), 1557 Architectura ou batiments prins de Vitruve, Anvers,  

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/INHA-Res207Index.asp

— Ecole de Fontainbleau:

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cole_de_Fontainebleau

— Cuir auriculaire :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cuir_d%C3%A9coup%C3%A9

— Sur les ornemanistes

http://www.meublepeint.com/delaune_etienne.htm

.

2°) Sur les sablières :

— DUHEM (Sophie), 1997, Les sablières sculptées en Bretagne: images, ouvriers du bois et culture paroissiale au temps de la prospérité bretonne, XVe-XVIIe s. ; préf. d'Alain Croix, Rennes :Presses universitaires de Rennes, 1997 : ET thèse de doctorat en histoire sous la direction d'Alain Croix soutenue à Rennes 2 en 1997. 

.

3°) Sur Bodilis.

 

— ABGRALL (Chanoines Jean-Marie) et PEYRON (Paul), 1903,  "[Notices sur les paroisses] Bodilis", Bulletin de la commission diocésaine d'histoire et d'archéologie, Quimper, 3e année, 1903, p. 192-208.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k109982z/f180.image

https://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/bdha/bdha1903.pdf

http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf_notices/bodilis.pdf

— APEVE, Association pour la promotion des enclos paroissiaux de la vallée de l'Elorn

http://www.bodilis.org/patrimoineetsites.php

http://www.apeve.net/spip/spip.php?article127

— COUFFON (René), 1958,  Notre-Dame de Bodilis. In: Bulletin Monumental, tome 116, n°2, année 1958. pp. 121-133; doi : 10.3406/bulmo.1958.3832 http://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1958_num_116_2_3832

http://www.persee.fr/docAsPDF/bulmo_0007-473x_1958_num_116_2_3832.pdf

— COUFFON  (René), LE BARS (Alfred)  1988,  Nouveau répertoire des églises et chapelles, : paroisse de Bodilis,” Collections numérisées – Diocèse de Quimper et Léon, 

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/fdf52c93c4ad292cf14cbf5068677c87.pdf

 

 

— LAUDREN (Thierry), dossier photo de son travail de restauration de la charpente

https://www.thierrylaudren.fr/pages/monuments-historiques.html

http://thierrylaudren.pagesperso-orange.fr/monumentshistoriq2.htm

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sablières
11 avril 2018 3 11 /04 /avril /2018 21:36

Les sablières de l'église de Bodilis. IV. Le coté sud de la nef. (Maître de Pleyben, 1567-1576).

 

 

 

 

 

Sur les sablières de Bodilis, voir :

 

.Sur les autres réalisations du Maître de Pleyben, voir :

 

.

Vous pourrez lire aussi, sur le sujet des sablières de Bretagne, les articles suivants :

 

 

 

 

 

.

 

.

La nef est divisée par 8 entraits (ces poutres qui la traversent), et, entre le  4ème et le 5ème entrait, par deux blochets. Le 4ème entrait porte en son milieu la date 1567, et le 6ème celle de 1576. J'ai numéroté les sablières (ces pièces de bois formant corniche, entre deux entraits, ou un entrait et un blochet) de N1 à N10 au nord de la nef vers le chœur, et, bien-sûr, de S1 à S10 au sud de la nef, dans le même sens.

 

Après avoir étudié les deux sablières figurées  centrales N5 (semailles et labour) et S5 (attelage fantastique de barriques), puis les sablières du coté nord de la nef, je poursuis ma visite par le coté sud. Voir la présentation sur le Maître de Pleyben et l'ornementation inspirée de l'école de Fontainebleau dans l'article précédent.

On se retrouve au fond de l'église.

.

.

 

Sablières de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablières de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Sablières S1 à S3.

.

Sablières du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablières du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

La sablière S1. Palmettes ou coquilles alternativement  inversées.

Bon. passons à la suivante.

.

 

Sablière S1 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S1 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

.

La sablière S2. Cuir découpé à enroulement, et deux hommes présentant des cornes d'abondance.

.

Les cuirs découpés par une fente ou une découpe desquels sortent des rubans, des étoffes torsadés, la queue d'un dragon (comme nous ne verrons plus loin), ou, comme ici, des rinceaux font partie des motifs favoris du Maître de Pleyben. Un œuf ou ove centre le  cartouche. Deux hommes semblent peiner à supporter le poids de deux cornucopia qui libèrent leurs fruits, les inévitables fonds de courges divisés en quatre quartiers autour d'un bourgeon charnu. Ce légume est, à lui seul, une signature monomaniaque du Maître.

.

Sablière S2 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S2 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Sablière S2 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S2 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

.

La sablière S3. Cartouche des Cinq Plaies du Christ présenté par deux anges.

.

Les deux anges couchés supportant un cartouche occupent les sablières N3 et N4, et une parodie se retrouve en N7. C'est là encore un leitmotiv de l'artiste, que chacun pourra recenser à Pleyben, à Saint-Divy, à Sainte-Marie-du-Ménez-Hom et, somptueusement, à Kerjean, afin de savourer l'art et la manière avec lesquels le thème est traité avec ingéniosité dans une palette de variations étonnantes. 

Mais un autre thème, c'est celui des Cinq Plaies. Le cœur transpercé du Christ est entouré des deux mains et des deux pieds portant la marque des clous. On le trouve aussi à Kerjean  et  à Pleyben.

.

 

Sablière S3 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S3 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Sablière S3 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S3 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Sablière S3 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S3 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Sablière S3 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S3 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

.

S4. Rinceaux de rubans hachurés ; un masque.

.

 

Sablière S4 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S4 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

S5 : attelage de barriques tiré par un lion, une licorne et un animal fantastique.

http://www.lavieb-aile.com/2018/04/les-sablieres-de-l-eglise-de-bodilis.ii.s5.l-attelage-fantastique-du-cote-sud.html

.

Sablière S5 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S5 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Le blochet : un prophète ?

.

Blochet du coté sud de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Blochet du coté sud de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Blochet du coté sud de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

Blochet du coté sud de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile avril 2018.

.

.

Vue générale S5 à S8.

.

Sablières S5 à S8 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablières S5 à S8 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

.

Sablière S6 : cuir découpé complexe centré par un masque qui en tient les sangles dans la bouche.

Le génie maniériste, qui se complaît à troubler le spectateur, à jouer avec ses sens, à lui tendre des pièges et à susciter l'illusion se manifeste ici en beauté. Au centre, le masque d'un homme coiffé d'un foulard noué latéralement. Il tient dans sa bouche deux sangles, qui passent dans les trous d'un cartouche incurvé. Mais quelles sont les relations spatiales du masque, et du cartouche ? Le visage transperce-t-il le cuir ? 

Les sangles rejoignent — ou plutôt se perdent dans — un cuir découpé aux  enroulements diaboliques, dont il serait difficile de suivre le trajet et les volumes. En haut, il libère un voile qui se confond avec le foulard noué.

 Notez aussi l'ange, les cucurbites et les cuirs de la frise inférieure.

  .

Sablière S6 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S6 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

.

Sablière S7. Deux cuirs découpés et deux dragons à tête anthropomorphe.

Nouvelle prouesse. Deux dragons (attestés par leur échine épineuse) retournent l'un vers l'autre leur tête, semblable à celle de quelque roi babylonien. Leur queue passe par la trouée du cuir découpé à enroulement  placé au centre. Par un tour de passe-passe, elle ressort par l'autre trou pour se métamorphoser en la volute d'un autre cuir. J'y perds mes repères, l'artiste se frotte les mains. Bien joué.

  .

Sablière S7 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S7 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Sablière S7 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S7 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Sablière S7 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S7 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Frise inférieure de S7 : escargot, courges, masque dans un cuir, etc.

La frise inférieure est particulièrement riche. Un masque émerge de linges qui singent des ailes. Les courges vues par leur fond sont bien-sûr présentes. Un escargot, à la coquille verruqueuse, est placée au centre. À Kerjean, un escargot était aussi présent en frise inférieure.

On trouve aussi un masque animal presque écartelé par les bras d'un cuir découpé, etc.

 .

Sablière S7 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S7 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Sablière S7 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S7 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Sablière S7 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S7 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Sablière S7 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S7 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

S8. Masque à faciès porcin crachant des rinceaux. Trois oiseaux. 

Un masque aux yeux exorbités, aux narines épatées et aux oreilles d'âne crache des rinceaux. Leurs feuilles s'enroulent en boules succulentes, et des courges naissent de leurs dilatations. Le pavillon d'une corne d'abondance en émerge. Deux oiseaux  se contorsionnent et tirent des langues en spirales. Ces courbes et contre-courbes animales et végétales se confondent. Un troisième oiseau se redresse, mais là encore, sa huppe en forme de bec vient nous leurrer.

.

Sablière S8 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S8 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Sablière S8 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S8 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

.

S9. Deux anges tenant un cuir découpé.

Nouvelle occurrence du thème des deux anges porteur de cuir. À Pleyben ou Kerjean, ces cuirs servent de cartouches à motifs religieux, mais ici, ce sont de purs exercices de style, et les anges tendent vainement ces dépouilles aux bords recroquevillés. Gratuité, vacuité et mutisme de l'art pour l'art. Il semblerait logique que le sculpteur en soit venu à ces extrémités en fin de carrière, et que le chantier de Bodilis fusse postérieur aux autres chantiers. 

.

Sablière S9 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S9 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Sablière S9 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S9 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Sablière S9 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S9 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

.

S10. Le Jugement dernier (suite de N10).

.

En N10, un ange soufflait de la trompe, deux hommes et une femme se soulevaient, drapés du suaire, et un homme ou ange levait les bras avec un enthousiasme à réveiller les morts.

Ici, nous retrouvons notre bonhomme aux bras levés (peut-être s'étire-t-il après sa longue sieste) et nous voyons deux trompes. Donc, c'est la suite logique de la Seconde Parousie.

Sauf que l'un des buccinateurs n'a pas la gueule d'un ange, mais d'un monstre difforme doté d'une crinière.

Et qu'il voisine une femme — à coiffe —  qui se tient le ventre, un abdomen dilaté et nu.

Tout n'est pas clair, comme si la belle et sainte logique des scènes religieuses de Pleyben et de Kerjean avaient  été renversées en arrivant à Bodilis. 

On pourrait s'attendre à ce que ces énigmes fassent débat et que les auteurs compétents surenchérissent en éclaircissements et savantes interprétations, mais cela n'est pas le cas.

Pour l'instant.

.

Sablière S10 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S10 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Sablière S10 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S10 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Sablière S10 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S10 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Sablière S10 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S10 du coté sud de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

.

La partie sud du chœur.

.

Le chœur  de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Le chœur de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Le chœur  de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Le chœur de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Blochet sud  du chœur de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Blochet sud du chœur de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Blochet sud du chœur de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Blochet sud du chœur de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

.

SOURCES ET LIENS.

.


1°) Les cartouches et cuirs découpés.

 

 

— ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), Le premier volume des plus excellents bastiments de France : Le Louvre, Vincennes, Chambord, château de Madrid (Philibert Delorme 1548-1559), Covussi, Folambray, Montargis, La Muette, Saint-Germain, Creil, Vallery, Verneuil, Ancy-le-Franc, Gaillon, Manne.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k10411354/f45.image

Le second volume : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3137097/f12.image

Blois, Amboise, Fontainebleau, Villiers, Charleval, Les Tuileries, St-Mort, Chenonceau, Chantilly, Anet, Ecouen, Challueau, Dampierre, Beauregard, Bury.

— ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), s.d, Termes et cariatides, 

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/INHA-4R85BIndex.asp

— ANDROUET DU CERCEAU (Jacques) (1510?-1585?), [Entre 1542 et 1545] Grands cartouches,  [20] pl., Eau forte ; 38 cm [S.l.], [s.n.] 2 suites sans titre ni inscription. 7 des 20 planches reprennent des compositions de Fantuzzi connues par des estampes publiées vers 1542-1543.

http://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/1807/?offset=#page=5&viewer=picture

— ANDROUET DU CERCEAU (Jacques) (1510?-1585?), [Entre 1545 et 1547] Petits cartouches de Fontainebleau,  [31] pl., Eau forte ; 26 cm, [S.l.], [s.n.]Suite sans titre d'ornements inspirés par l'art de Fontainebleau et destinés à servir de modèles. Certaines planches reprennent des compositions de Fantuzzi connues par des estampes publiées entre 1542 et 1545 ; D'autres figurent déjà dans la première ou la seconde suite des grands compartiments

http://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/1801/?offset=#page=5&viewer=picture

http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40564725t

AUCLAIR ( Valérie), 2007, . L'invention décorative de la galerie François Ier au château de Fontainebleau. In: Seizième Siècle, N°3, 2007. pp. 9-35; doi : https://doi.org/10.3406/xvi.2007.917 https://www.persee.fr/doc/xvi_1774-4466_2007_num_3_1_917

— DIETTERLIN (Wendel), 1598, Architectura, Nuremberg.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/INHA-Res207Index.asp

— FLORIS (Cornelis II de Vriendt ,dit) 1556, Veelderley Veranderinghe van grottisen  avec HIERONYMUS COCK (graveur et éditeur) 

https://collections.vam.ac.uk/item/O977184/veelderley-veranderinghe-van-grotissen-ende-engraving-floris-cornelis-ii/

https://www.nationalgalleries.org/art-and-artists/60572/plate-veelderley-veranderinhe-van-grottissen-ende-compartimenten-design-fantastic-fountain-published

— FLORIS (Cornelis), 1557, Veelderley Niewe Inuentien,  HIERONYMUS COCK (graveur et éditeur) 

— VREDEMAN DE VRIES (Hans), 1557 Architectura ou batiments prins de Vitruve, Anvers,  

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/INHA-Res207Index.asp

Ecole de Fontainbleau:

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cole_de_Fontainebleau

Cuir auriculaire :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cuir_d%C3%A9coup%C3%A9

Sur les ornemanistes

http://www.meublepeint.com/delaune_etienne.htm

.

2°) Sur les sablières :

— DUHEM (Sophie), 1997, Les sablières sculptées en Bretagne: images, ouvriers du bois et culture paroissiale au temps de la prospérité bretonne, XVe-XVIIe s. ; préf. d'Alain Croix, Rennes :Presses universitaires de Rennes, 1997 : ET thèse de doctorat en histoire sous la direction d'Alain Croix soutenue à Rennes 2 en 1997. 

.

3°) Sur Bodilis.

 

— ABGRALL (Chanoines Jean-Marie) et PEYRON (Paul), 1903,  "[Notices sur les paroisses] Bodilis", Bulletin de la commission diocésaine d'histoire et d'archéologie, Quimper, 3e année, 1903, p. 192-208.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k109982z/f180.image

https://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/bdha/bdha1903.pdf

http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf_notices/bodilis.pdf

— APEVE, Association pour la promotion des enclos paroissiaux de la vallée de l'Elorn

http://www.bodilis.org/patrimoineetsites.php

http://www.apeve.net/spip/spip.php?article127

— COUFFON (René), 1958,  Notre-Dame de Bodilis. In: Bulletin Monumental, tome 116, n°2, année 1958. pp. 121-133; doi : 10.3406/bulmo.1958.3832 http://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1958_num_116_2_3832

http://www.persee.fr/docAsPDF/bulmo_0007-473x_1958_num_116_2_3832.pdf

— COUFFON  (René), LE BARS (Alfred)  1988,  Nouveau répertoire des églises et chapelles, : paroisse de Bodilis,” Collections numérisées – Diocèse de Quimper et Léon, 

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/fdf52c93c4ad292cf14cbf5068677c87.pdf

 

 

— LAUDREN (Thierry), dossier photo de son travail de restauration de la charpente

https://www.thierrylaudren.fr/pages/monuments-historiques.html

http://thierrylaudren.pagesperso-orange.fr/monumentshistoriq2.htm

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sablières
8 avril 2018 7 08 /04 /avril /2018 19:15

Les sablières de l'église de Bodilis. III. Le coté nord de la nef (Maître de Pleyben, 1567-1576).

 

.

 

.

Sur les sablières de Bodilis, voir :

 

.Sur les autres réalisations du Maître de Pleyben, voir :

 

.

Vous pourrez lire aussi, sur le sujet des sablières de Bretagne, les articles suivants :

 

 

 

 

 

.

 

.

La nef est divisée par 8 entraits (ces poutres qui la traversent), et, entre le  4ème et le 5ème entrait, par deux blochets. Le 4ème entrait porte en son milieu la date 1567, et le 6ème celle de 1576. J'ai numéroté les sablières (ces pièces de bois formant corniche, entre deux entraits, ou un entrait et un blochet) de N1 à N10 au nord de la nef vers le chœur, et, bien-sûr, de S1 à S10 au sud de la nef, dans le même sens.

Après avoir étudié les deux sablières figurées  centrales N5 (semailles et labour) et S5 (attelage fantastique de barriques), nous examinerons les autres sablières de la nef : coté nord, puis coté droit dans un autre article.

Il ne s'agit plus, hormis la scène religieuse N10, de représentations figurées et narratives, mais d'éléments décoratifs déployant tout le répertoire maniériste de l'école de Fontainebleau créé par le Primatice et ses disciples  et d'inspiration italienne : cuirs découpés, légumes, mascarons, satyres grimaçants, petits animaux et putti cachés dans des rinceaux, tête de lion, etc.  La découverte de la façon ingénieuse avec laquelle ce répertoire est déployé à Bodilis va justifier une étude pièce par pièce, motif par motif. Cela formera une passionnante initiation à la diffusion du modèle bellifontain en Bretagne dans le troisième quart du XVIe siècle.

Pour l'amateur d'histoire de l'art, cette découverte va en entraîner une autre : tout ce vocabulaire est propre à un artiste-sculpteur qui a travaillé sur les sablières et les pièces de charpente de Pleyben en 1571, de la chapelle du château de Kerjean vers 1570-1580, de l'église de Saint-Divy vers 1570-1580, de la chapelle de Sainte-Marie-du-Ménez-Hom vers 1575, et sans doute de l'église de Roscoff. L'unité de style, de lieu ( le Léon et le nord de la Cornouaille) et de temps (1567-1580) donne toute sa cohérence à la notion d'un seul atelier, celui qui porte le nom de convention de Maître de Pleyben (Duhem, 1997). Et comme  cette auteure ne rattache pas directement Bodilis à cet atelier, c'est l'occasion de défendre cette hypothèse par une iconographie précise.

Rappel : LE SCULPTEUR SUR BOIS DIT LE "MAÎTRE DE PLEYBEN".

Vers 1580, un sculpteur anonyme, désigné aujourd'hui sous le nom de convention de "Maître de Pleyben", réalisa les sculptures de la charpente de la chapelle du château de Kerjean, en Saint-Vougay, à la demande de Louis Barbier, seigneur de Kerjean. Un véritable chef-d'œuvre, influencé par l'École de Fontainebleau qui avait introduit vers 1535 le motif décoratif du cuir découpé à enroulement, et par la diffusion du style de la Seconde Renaissance française dans des recueils de gravures : le prospère Léon était largement ouvert à l'Europe par ses ports de Landerneau, Morlaix et Roscoff.

Cet artiste a reçu ce nom car on lui attribue aussi une partie des sablières de l'église de Pleyben, en haute Cornouaille vers 1564 et 1571.  On reconnaît aussi son style sur la charpente de l'église de Saint-Divy, dans le Léon, et  dans la chapelle de Sainte-Marie du Ménez-Hom en Plomodiern, située à 23 km de Pleyben et 70 km de Kerjean.

Son style ? On le distingue à ces cuirs découpés à enroulements, car il  faufile dans les découpes des linges et des cordages dont il confie les extrémités à des anges ou autres personnages. Ses anges aussi sont caractéristiques, avec une coiffure faite de mèches rondes cerclant  la périphérie du visage, et avec une tunique aux plis prononcés, bouffante à la taille en formant une ligne sinueuse, avant de s'évaser vers les pieds avec une grande liberté. Ajoutons que les manches de ses tuniques s 'évasent en larges couronnes au dessus des coudes, qui sont globuleux. Ses personnages en pieds (Évangélistes ou Sibylles, notamment) ont en commun un visage fin, ovale, avec des nez longs et fins, de grands yeux aux pupilles en creux,  des bouches fines, des manches bouffantes, ou, pour les femmes, des bandeaux de cheveux. 

Mais ce sont surtout ses motifs iconographiques qui se répètent en tableaux stéréotypés :  mascarons zoomorphes ou anthropomorphes sur le plan profane, guirlandes et frises à courges et petits pois, musiciens, et, sur le plan religieux, des thèmes plus christiques que mariaux :  Sainte Face, Tunique du Christ, Plaies du Christ, Instruments de la Passion, Rencontre de la Samaritaine. Et les Sibylles, à Kerjean et à Pleyben. 

.

 

 

 

Charpente de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Charpente de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Vue générale des sablières N1, N2 et N3.

.

Charpente de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Charpente de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

La sablière N1. Frise à masque, rubans de cuirs découpés et légumes.

.

L'image est médiocre, mais cette pièce d'allure répétitive est pourtant un bon exemple des cuirs découpés à enroulement, sous forme de lanières  et des courges ou autre légume, vus par dessous.

.

 

Sablière du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

.

Sablière N2. Masques, rinceaux, faune et femme, têtes de dragons.

.

Elle est beaucoup plus animé. Au centre, un masque crachant des feuillages qui vont s'enrouler sur eux-mêmes ou se transformer en deux têtes de dragons (ou de dauphins) au museau en trompe et spirale, avant de s'épanouir en une très large feuille incisée comme celles du figuier. 

Puis viennent en périphérie deux personnages. Une femme nue, cheveux longs, regard inquiet et seins lourds. Et un satyre, barbu, dansant peut-être. Enfin, deux masques grimaçants.

.

Sablière N2 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N2 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Sablière N2 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N2 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Sablière N2 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N2 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Sablière N2 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N2 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

.

N3. Deux anges présentant un cartouche en cuir découpé, muet.

.

Le motif des anges allongés présentant un cartouche est très fréquent dans les réalisations du Maître de Pleyben, et nous y retrouvons avec constance les avant-bras nus au dessus de manches aux plis circulaires emphatiques, les coudes osseux, le plissé d'une très longue tunique qui bouffe au dessus d'une ceinture, de longs pieds nus trouvant difficilement à se loger dans l'espace exigu.

Le cartouche orné en cuir découpé est rectangulaire, très classique avec ses huit enroulements. Il ne porte plus la date, l'inscription, la devise,  les armoiries ou peut-être le symbole religieux qui devait y figurer.

.

 

Sablière N3 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N3 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Sablière N3 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N3 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Sablière N3 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N3 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

.

N4. Deux anges tenant un cuir découpé complexe, entre deux cornes d'abondance.

Nous retrouvons ici nos deux anges mais leurs manches sont agrémentées de lamelles. Ils tiennent le cuir selon un procédé familier au maître de Pleyben : des bandes de tissu (brisées partiellement à gauche) servent de sangles. Le cuir est ici complexe, et cette complexité délibérée est sans doute destinée à susciter, chez le spectateur, un trouble déstabilisant et un effet d'ironie. Un long rectangle à pattes ou oreilles enroulées laisse passer, par un orifice central, un fragment de guirlande dans une mandorle. 

.

 

Sablière N4 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N4 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Sablière N4 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N4 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Sablière N4 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N4 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

.

Vue générale : N3, N4, N5 et N6.

.

 

Sablières N3, N4, N5 et N6 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablières N3, N4, N5 et N6 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N5 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N5 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

N6. Masque crachant des bandes à enroulement.

Le masque libère de sa bouche deux bandeaux, auxquels sont fixées des courges. Ces bandeaux informes se transforment en rubans, martelés régulièrement de traits (un procédé très fréquent), dotés de bords rabattus, tournant sur eux-mêmes avant de se diviser en deux boucles enroulées, tout en laissant échapper des bandes accessoires. 

La frise inférieure déroule une succession de feuilles sagittées, de courges ou poires, et de volutes autour du masque d'un garçonnet joufflu.

.

Sablière N6 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N6 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Sablière N6 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N6 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Sablière N6 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N6 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

N7. Masque léonin présenté par deux femmes.

L'artiste ne saurait mieux s'amuser de nos attentes pour les déjouer. Reprenant le motif des deux anges tenant un cartouche, il défait le cartouche et le transforme un en enchevêtrement de rubans crachés par le monstre central. Les anges deviennent des jeunes femmes, peut-être, car leur aspect androgyne ne nous permet pas d'y voir avec certitude des Allégories. Le si classique masque de lion est métamorphosé en un improbable animal, dont la crinière est faite, comme dans un tableau d'Arcimboldo, de spires de rubans, et ses oreilles, de cornets. Les bandes d'enroulement s'ingénient à singer, derrière ces dames, l'éventail d'une aile.

Je peux même me demander si le sculpteur ne se moque pas du fameux motif des hermines passant dans le tunnel des spires de phylactères — un motif emblématique des ducs de Bretagne — en demandant à ces deux jeunes femmes de se prêter à leur tour à ce jeu.

.

.

Sablière N7 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N7 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

 

.

 

Sablière N7 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N7 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Nous n'oublierons pas d'observer la frise inférieure, où se poursuit  la farandole des fruits et des légumes, des feuilles et des rubans à enroulement cachant des drôles aux oreilles en rubans, juste interrompue par un cartouche  traversé en trompe l'œil par un lacet.

.

 

Sablière N7 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N7 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Sablière N7 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N7 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Sablière N7 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N7 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

N8. Masque crachant des feuillages

Voici des fruits, des fleurs, des feuilles, et des branches, et puis voici un masque vomissant ces productions printanières. 

 La figure du masque, de ses rinceaux, d'une trompe coiffée d'un fruit, se dédouble  en deux parties spéculaires, puis le motif suivant est un oiseau, la patte posée sur une tête de serpent. Aux extrémités, un aigle à droite, et un masque de profil à gauche.

.

Sablière N8 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N8 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Sablière N8 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N8 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Sablière N8 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N8 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Sablière N8 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N8 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Sablière N8 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N8 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

N9. Masque crachant des feuillages.

.

Ce n'est pas, tant s'en faut, la copie de la pièce précédente, c'est sa parodie. Tout d'abord, le maître du ciseau à bois s'amuse de notre attente de la symétrie pour la tromper. Plus de reproduction en miroir de la droite par la gauche, mais au contraire des inversions, du haut vers le bas et de la droite vers la gauche. L'essentiel, c'est de produire à profusion des lignes serpentines, à courbe et contre-courbe. Mais les ailes des oiseaux précédents se métamorphosent en échines de monstre, ou en coquilles.

Au centre, le masque, coiffé d'un mouchoir, fait les gros yeux.

Dans la frise inférieure, un ange bat des ailes. Délicieux parce que parfaitement déplacé ici.

.

 

.

Sablière N9 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N9 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

J'ai tenté de montrer par ce schéma les infernales  inversions de symétrie.  

.

Sablière N9 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N9 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

.

N10. Un Jugement dernier (Seconde Parousie).

.

Nous quittons la nef pour atteindre le chœur, ses retables, ses statues et ses ors. Cette rupture spatiale s'accompagne d'une rupture iconographique, puisque le répertoire bellifontain s'interrompt au profit d'une scène religieuse. 

 

.

Sablière N10 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N10 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Cinq personnages se succèdent. Les trois premiers (deux hommes et une femme) lèvent la main et se redressent, nus dans leur suaire. C'est la Résurrection des morts. Puis vient un ange soufflant dans la trompe du Jugement. Enfin, un personnage, de face, et vêtu d'une aube, lève les bras. J'y vois un ange proclamant sur terre le temps du Jugement : un héraut de la Résurrection.

.

 

Sablière N10 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N10 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Sablière N10 du coté nord  de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Sablière N10 du coté nord de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Le blochet du chœur. Un prophète.

Parce qu'il tient un phylactère qu'il désigne de l'index, qu'il est barbu, qu'il est coiffé d'un bonnet turriforme de l'ancien temps, j'y vois un Prophète, Isaïe par exemple. C'est vous qui voyez.

.

Blochet gauche du chœur de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Blochet gauche du chœur de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

Vue générale de l'angle nord du chœur  de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Vue générale de l'angle nord du chœur de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Blochet gauche du chœur de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Blochet gauche du chœur de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Du coté sud, en vis à vis de la sablière N10, la pièce S10 poursuit le thème du Jugement dernier.

Ce sera pour l'article suivant.

.

.

SOURCES ET LIENS.

.


1°) Les cartouches et cuirs découpés.

 

 

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), Le premier volume des plus excellents bastiments de France : Le Louvre, Vincennes, Chambord, château de Madrid (Philibert Delorme 1548-1559), Covussi, Folambray, Montargis, La Muette, Saint-Germain, Creil, Vallery, Verneuil, Ancy-le-Franc, Gaillon, Manne.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k10411354/f45.image

Le second volume : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3137097/f12.image

Blois, Amboise, Fontainebleau, Villiers, Charleval, Les Tuileries, St-Mort, Chenonceau, Chantilly, Anet, Ecouen, Challueau, Dampierre, Beauregard, Bury.

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), s.d, Termes et cariatides, 

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/INHA-4R85BIndex.asp

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques) (1510?-1585?), [Entre 1542 et 1545] Grands cartouches,  [20] pl., Eau forte ; 38 cm [S.l.], [s.n.] 2 suites sans titre ni inscription. 7 des 20 planches reprennent des compositions de Fantuzzi connues par des estampes publiées vers 1542-1543.

http://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/1807/?offset=#page=5&viewer=picture

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques) (1510?-1585?), [Entre 1545 et 1547] Petits cartouches de Fontainebleau,  [31] pl., Eau forte ; 26 cm, [S.l.], [s.n.]Suite sans titre d'ornements inspirés par l'art de Fontainebleau et destinés à servir de modèles. Certaines planches reprennent des compositions de Fantuzzi connues par des estampes publiées entre 1542 et 1545 ; D'autres figurent déjà dans la première ou la seconde suite des grands compartiments

http://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/1801/?offset=#page=5&viewer=picture

http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40564725t

— AUCLAIR ( Valérie), 2007, . L'invention décorative de la galerie François Ier au château de Fontainebleau. In: Seizième Siècle, N°3, 2007. pp. 9-35; doi : https://doi.org/10.3406/xvi.2007.917 https://www.persee.fr/doc/xvi_1774-4466_2007_num_3_1_917

 

DIETTERLIN (Wendel), 1598, Architectura, Nuremberg.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/INHA-Res207Index.asp

FLORIS (Cornelis II de Vriendt ,dit) 1556, Veelderley Veranderinghe van grottisen  avec HIERONYMUS COCK (graveur et éditeur) 

https://collections.vam.ac.uk/item/O977184/veelderley-veranderinghe-van-grotissen-ende-engraving-floris-cornelis-ii/

https://www.nationalgalleries.org/art-and-artists/60572/plate-veelderley-veranderinhe-van-grottissen-ende-compartimenten-design-fantastic-fountain-published

 

FLORIS (Cornelis), 1557, Veelderley Niewe Inuentien,  HIERONYMUS COCK (graveur et éditeur) 

VREDEMAN DE VRIES (Hans), 1557 Architectura ou batiments prins de Vitruve, Anvers,  

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/INHA-Res207Index.asp

— Ecole de Fontainbleau:

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cole_de_Fontainebleau

— Cuir auriculaire :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cuir_d%C3%A9coup%C3%A9

— Sur les ornemanistes

http://www.meublepeint.com/delaune_etienne.htm

.

2°) Sur les sablières :

— DUHEM (Sophie), 1997, Les sablières sculptées en Bretagne: images, ouvriers du bois et culture paroissiale au temps de la prospérité bretonne, XVe-XVIIe s. ; préf. d'Alain Croix, Rennes :Presses universitaires de Rennes, 1997 : ET thèse de doctorat en histoire sous la direction d'Alain Croix soutenue à Rennes 2 en 1997. 

3°) Sur Bodilis.

 

.

— ABGRALL (Chanoines Jean-Marie) et PEYRON (Paul), 1903,  "[Notices sur les paroisses] Bodilis", Bulletin de la commission diocésaine d'histoire et d'archéologie, Quimper, 3e année, 1903, p. 192-208.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k109982z/f180.image

https://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/bdha/bdha1903.pdf

http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf_notices/bodilis.pdf

— APEVE, Association pour la promotion des enclos paroissiaux de la vallée de l'Elorn

http://www.bodilis.org/patrimoineetsites.php

http://www.apeve.net/spip/spip.php?article127

— COUFFON (René), 1958,  Notre-Dame de Bodilis. In: Bulletin Monumental, tome 116, n°2, année 1958. pp. 121-133; doi : 10.3406/bulmo.1958.3832 http://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1958_num_116_2_3832

http://www.persee.fr/docAsPDF/bulmo_0007-473x_1958_num_116_2_3832.pdf

— COUFFON  (René), LE BARS (Alfred)  1988,  Nouveau répertoire des églises et chapelles, : paroisse de Bodilis,” Collections numérisées – Diocèse de Quimper et Léon, 

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/fdf52c93c4ad292cf14cbf5068677c87.pdf

 

 

— LAUDREN (Thierry), dossier photo de son travail de restauration de la charpente

https://www.thierrylaudren.fr/pages/monuments-historiques.html

http://thierrylaudren.pagesperso-orange.fr/monumentshistoriq2.htm

 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sablières
7 avril 2018 6 07 /04 /avril /2018 11:10

Les sablières de l'église de Bodilis. II. S5. L'attelage fantastique du coté sud (anonyme, 1567-1576).

.

Sur les sablières de Bodilis, voir :

 

.

Voir aussi les cinq autre scènes de labour à la charrue des sablières de Bretagne : celles de La Martyre, de La Roche-Maurice, celle du Tréhou, celle de Sainte-Marie-du Ménez-Hom et de Pleyben. 

 

 

 

.

Vous pourrez lire aussi, sur le sujet des sablières de Bretagne, les articles suivants :

 

 

 .

PRÉSENTATION.

.

La nef est divisée par 8 entraits (ces poutres qui la traversent), et, entre le  4ème et le 5ème entrait, par deux blochets. Le 4ème entrait porte en son milieu la date 1567, et le 6ème celle de 1576. J'ai numéroté les sablières (ces pièces de bois formant corniche, entre deux entraits, ou un entrait et un blochet) de N1 à N10 au nord de la nef vers le chœur, et, bien-sûr, de S1 à S10 au sud de la nef, dans le même sens.

Selon ce procédé, la scène des semailles et du labour occupe la sablière N5, au nord de la nef, entre le quatrième entrait et le blochet nord, et en vis à vis et donc au sud, en S5,  un autre attelage, tirant des tonneaux, lui répond.  C'est à ce dernier que je consacre cet article.

​​​​​​​.

 

 

 

 Numérotation des sablières de la charpente de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Numérotation des sablières de la charpente de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

La sablière S5 répond par symétrie à la scène de semailles et labour N5 car on y voit un attelage, tiré par trois animaux, qui semblent menés par un guide. Mais vous n'y trouverez ni laboureur ni charrue, et ni semeur.

Les différentes sautent au yeux avec autant de vivacité que les ressemblances. La charrette — réduite à un support sans ridelles entre deux roues à sept rayons — porte deux tonneaux, sans doute remplis de vin. Elle est tirée par trois animaux sauvages et fantastiques. Elle n'est conduite  ni par un cocher, ni par un conducteur qui, à pied, mènerait l'attelage de son fouet. Et l'homme qui, en tête, donne la direction, ne tient pas les guides.

Sablière S5 de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S5 de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

 

Sablière S5 de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S5 de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

La charrette, disais-je, est un simple assemblage de madriers posés entre deux roues. Ses deux bras incurvés rentrent dans les boucles d'une dossière. Sur le dos de l'animal tracteur, cette dossière est renforcée par deux arceaux ( à boucle supérieure), qui semblent soutenir aussi les bras du brancart, et qui forment à eux deux comme une bâtière. Ce dispositif était celui du premier cheval de l'attelage de N5.

Il n'y a par contre ni collier d'épaule, ni harnachement, ni rènes.

.

Sur le harnachement et les attelages à l'époque médiévale, voir Bardoneschi, et BnF fr. 1538 f.32r

.

La surprise est de découvrir que c'est une licorne qui est attelée ici. De l'Unicorne, elle possède les caractéristiques fabuleuses décrites dans le Physiologus, non seulement sa corne frontale, mais sa barbiche de bouc, et ses sabots de chèvre.

Sur les licornes en général, voir :

 

Sur les licornes des sablières, voir :

 

 

.

 

Sablière S5 de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S5 de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Les bras, anormalement longs, du brancard se prolongent pour être soutenus par la dossière d'un deuxième animal. Cette dossière, à sous-ventrière, maintient aussi une sellette de fourrure, mais dont l'interprétation est difficile.

En effet, cette sorte de crinière dorsale se poursuit vers le haut en un buste et une tête humaine. 

Enfin, le quadrupède a une tête de lion (de chien, de chameau), et des sabots bifides.

Comment interpréter cette composition ?

Soit il s'agit d'un animal fabuleux à tête humaine, comme le manticore. Ou bien comme le centaure. Mais dans les deux cas, le buste humain n'est pas greffé sur le dos, mais tient lieu de tête à l'animal.

Soit il s'agit d'un être humain qui apparaît en arrière-plan, un paysan qui accompagne l'attelage sur son coté droit. 

Soit ce buste est porté par l'animal, comme un trophée, fixé par la dossière.

Dans tous les cas, cette tête affronte la licorne. Il ne semble pas possible d'associer cet affrontement aux scènes de chasse à la licorne où celle-ci est attirée par une jeune vierge.

Si l'artiste, en se plaçant dans le domaine fantastique, libère son imagination, il a parfaitement "le droit" de créer à son grée ce que lui inspire sa créativité ludique et onirique et de nous le soumettre afin de susciter un effet de rupture avec le réel et une entrée dans le féerique. 

Selon une autre possibilité, déjà évoquée pour comprendre l'étrange  "labour" de N5, l'artiste illustrerait ici un proverbe, un récit légendaire ou une chanson, qui ne nous seraient pas parvenus.

Dernière hypothèse, le sculpteur créerait ici des portraits en rébus ou caricatures des paroissiens ou des commanditaires par des allusions à leur patronyme ou à leur surnoms. Je n'y crois guère.

.

.

Sablière S5 de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S5 de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Le troisième animal est un lion, supportant les bras du brancard par une dossière incomplète. Du lion, il possède la crinière, la queue terminée par un fouet, les pattes velues, et la gueule.. léonine. 

Il lève la patte droite vers l'homme qui se trouve devant lui, et ce dernier se défend en levant sa massue.

Par sa tenue vestimentaire, par sa coiffure, par sa posture tournée vers l'arrière, il est très proche des deux personnages (le semeur et le guide d'avant) de la sablière N5. Il est même, par ses traits butés, le frère jumeau du guide des chevaux.

Le couple du lion et de la licorne affrontés est fréquent, mais nos trois animaux ne rentrent pas dans ce schéma

.

Voici donc cette sablière S5 et son étrange charroi de barriques. Là encore, je ne trouve aucun auteur à s'être interroger avant moi sur sa signification. Sauf l'auteur anonyme de l'APEVE, qui écrit à propos de N5 et S5 ceci :

"Sur une sablière sculptée en haut relief, trois imposants chevaux de trait tirent une charrue à roue que conduit un laboureur. Devant l’attelage, un homme sème des céréales. Cette poutre rappelle la vocation agricole de la terre léonarde, l’arrivée précoce des innovations techniques dans la contrée et la richesse des laboureurs. Peut-être fut-elle commandée par l’un d’eux. L’artiste se joue des contraintes liées au type de support. Les chevaux sont bien proportionnés et les hommes semblent plus courbés par l’âpreté du labeur que par l’exiguïté de la poutre.

Face à cette corniche, un homme conduit un curieux attelage formé d’un lion, d’une licorne et d’un animal difficilement identifiable. Ils tirent une charrette chargée de grandes barriques. Celles-ci évoquent les quantités de vin parfois importantes que commandait la fabrique en vue de rassemblements paroissiaux.

On peut aussi imaginer que ces deux poutres forment un ensemble, allégorie du pain et du vin de l’Eucharistie, « fruits de la vigne et du travail des hommes »." (APEVE)

 L'interprétation naturaliste ou réaliste qui se propose le plus facilement à nous, et qui y voit à gauche le travail de semailles et de labours de cette paroisse agricole du Léon consacrée à la culture et la vente des toiles, et à droite le transport de tonneaux de vin rappelant le rôle de Landerneau et de Roscoff dans le commerce maritime des vins d'Espagne et de Bordeaux vers le Nord, ne résiste pas à l'examen attentif des sculptures. 

En définitive, je place cet attelage fantastique dans le cadre des drôleries et les grimaces que les artistes sculpteurs savent créer, en partant d'un répertoire ou des catalogues pour imaginer des œuvres pleines d'audace et de fantaisie. Loin de s'autoriser des écarts ou des libertés personnelles, ils répondent ainsi aux attentes des commanditaires. Le contrat des stalles de la cathédrale de Tréguier en témoigne clairement. 

Il me reste à dire que ces deux scènes figuratives N5 et S5 sont entourées d'éléments inspirés de l'ornementation de Fontainebleau et qui relèvent du style du Maître de Pleyben (cf. articles suivants). Seul en témoigne, de façon minimale, ici, la frise inférieure de feuillages bagués deux à deux.

.

 

Sablière S5 de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

Sablière S5 de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

SOURCES ET LIENS.

.

ABGRALL (Chanoines Jean-Marie) et PEYRON (Paul), 1903,  "[Notices sur les paroisses] Bodilis", Bulletin de la commission diocésaine d'histoire et d'archéologie, Quimper, 3e année, 1903, p. 192-208.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k109982z/f180.image

https://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/bdha/bdha1903.pdf

http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf_notices/bodilis.pdf

APEVE, Association pour la promotion des enclos paroissiaux de la vallée de l'Elorn

http://www.bodilis.org/patrimoineetsites.php

http://www.apeve.net/spip/spip.php?article127

COUFFON (René), 1958,  Notre-Dame de Bodilis. In: Bulletin Monumental, tome 116, n°2, année 1958. pp. 121-133; doi : 10.3406/bulmo.1958.3832 http://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1958_num_116_2_3832

http://www.persee.fr/docAsPDF/bulmo_0007-473x_1958_num_116_2_3832.pdf

COUFFON  (René), LE BARS (Alfred)  1988,  Nouveau répertoire des églises et chapelles, : paroisse de Bodilis,” Collections numérisées – Diocèse de Quimper et Léon, 

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/fdf52c93c4ad292cf14cbf5068677c87.pdf

— DUHEM (Sophie), 1997, Les sablières sculptées en Bretagne: images, ouvriers du bois et culture paroissiale au temps de la prospérité bretonne, XVe-XVIIe s. ; préf. d'Alain Croix, Rennes :Presses universitaires de Rennes, 1997 : thèse de doctorat en histoire sous la direction d'Alain Croix soutenue à Rennes2 en 1997. 

BARDONESCHI (Floriana ),2015, « Les images du cheval attelé au travail dans les campagnes : réalités anatomique et morphologique et construction artistique à travers les enluminures (Europe, XIIe-XVIe siècle) », In Situ [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 02 novembre 2015, consulté le 04 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/insitu/12073 ; DOI : 10.4000/insitu.12073

LAUDREN (Thierry), dossier photo de son travail de restauration de la charpente

https://www.thierrylaudren.fr/pages/monuments-historiques.html

http://thierrylaudren.pagesperso-orange.fr/monumentshistoriq2.htm

 

.

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sablières
4 avril 2018 3 04 /04 /avril /2018 22:18

Les sablières de l'église de Bodilis. I. La scène des semailles et du labour (anonyme, 1567).

.

Voir aussi les cinq autre scènes de labour à la charrue des sablières de Bretagne : celles de La Martyre, de La Roche-Maurice, celle du Tréhou, celle de Sainte-Marie-du Ménez-Hom et de Pleyben. 

 

 

 

.

Vous pourrez lire aussi, sur le sujet des sablières de Bretagne, les articles suivants :

 

 

 

.

.

PRÉSENTATION.

"Du type à nef obscure, l'édifice de 6 travées a ses grandes arcades pénétrant directement dans les piliers. A l'exception de la petite chapelle Notre-Dame, à gauche du choeur, voûtée sur ogives, il est entièrement couvert par un lambris dont les sablières, entraits et têtes des blochets, sont très finement sculptés. On retrouve notamment sur les premières une scène de labourage semblable à celle de Sainte-Marie du Menez-Hom et une scène d'ivrognerie également visible à Saint-Thomas de Landerneau." (Couffon & Le Bars)

.

"Il y a encore dans l'église de Bodilis d'autres détails qui méritent l'attention des archéologues, ce sont les sculptures très riches et très variées qui couvrent les poutres apparentes et les sablières ou corniches ; elles reproduisent des motifs d'ornementation, des monstres, des serpents, des griffons, puis des scènes de la vie journalière à la campagne, des attelages traînant des charrettes, des labourages à la charrue, des convois funèbres, etc., tout cela sculpté avec verve et entrain. Une corniche à l'intérieur de la sacristie haute porte cette inscription : F : IURA HERGOVARCH : FABRIQUE : 1687 ." (J.M. Abgrall, 1903)

.

La charpente a été restaurée entre 2000 et 2002, notamment par Thierry Laudren :

 "La restauration de la charpente (2000-2002) permet aujourd'hui de découvrir la richesse extraordinaire des multiples sculptures des sablières - " les plus remarquables par le nombre et la variété des sujets représentés " (3) - des entraits à engoulants, des blochets, des culots de poinçon (diverses pièces de bois constituant une charpente). Scènes mythologiques et bibliques, sujets profanes et sacrés s'y entremêlent étrangement. Licornes et lions tirent des attelages, des gueules béantes s'apprêtent à dévorer des hommes et des femmes aux pieds de bouc, des anges portent les instruments de la passion ou les plaies du Christ, la Vierge Marie, enceinte de Jésus, rend visite à Elisabeth, bientôt mère de Jean-Baptiste, etc…" (APEVE)

.

 

"Cette Renaissance foisonnante se retrouve à l'intérieur de l'église, où les charpentiers se sont donnés à cœur joie sur plus de 100 mètres de sablières, 14 poutres et 20 blochets extraordinairement fouillés, dans une inspiration religieuse, mythologique et profane." Jacky Questel

.

L'atelier du Maître de Pleyben ?

"Plusieurs sanctuaires semblent avoir été sensibles au rayonnement de Pleyben. Les sablières de l'église de Bodilis, décorées au XVI et et XVIIe siècle, se distinguent par la prédominance des thèmes religieux dont certains s'apparentent à ceux de notre sculpteur [le Maître de Pleyben, actif en ce lieu, mais aussi à Kerjean, Sainte-Marie-du-Ménez-Hom, Roscoff [?] et Saint-Divy vers 1570 et 1580]." (S. Duhem)

.

VUE GÉNÉRALE.

.

La nef est divisée par 8 entraits (ces poutres qui la traversent), et, entre le  4ème et le 5ème entrait, par deux blochets. Le 4ème entrait porte en son milieu la date 1567. J'ai numéroté les sablières (ces pièces de bois formant corniche, entre deux entraits ou un entrait et un blochet) de N1 à N10 au nord de la nef vers le chœur, et, bien-sûr, de S1 à S10 au sud de la nef, dans le même sens.

Selon ce procédé, la scène du labour occupe la sablière N5, au nord de la nef, entre le quatrième entrait et le blochet nord. C'est donc une place centrale. Observons d'emblée que la sablière S5, en vis à vis, est sculptée également d'un attelage à trois animaux, un décor énigmatique mais dont le labour de N5 ne peut être trop facilement séparé.

.

 

Charpente de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile  août 2017.

Charpente de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Cette scène est composée par un laboureur, qui conduit une charrue à deux roues. La charrue est tractée par un attelage à trois chevaux (du moins à première vue) guidés par un homme qui tient les rênes de l'animal de tête.  Devant cet attelage, un paysan sème des graines. Un aimable mais vigoureux tableau campagnard, une Bucolique célébrant la vertu des travaux de la terre. Travaillez, prenez de la peine, le Royaume des Cieux est à vous !

À  première vue.

.

 

Charpente de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile  août 2017.

Charpente de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

I. LE SEMEUR.

Il est plié en deux (hauteur de la corniche oblige), les jambes progressant vers la gauche tandis que le tronc s'oriente de profil pour semer le grain de coté, et que la tête et les yeux se retournent en arrière et en haut pour observer ceux qui le suivent. C'est une très belle posture en torsion, souvent utilisée pour représenter saint Christophe. Il me semble être tête nue, et sa chevelure laisse échapper du capuchon deux rouleaux à hauteur des oreilles.  Il est barbu, ses pommettes sont saillantes, ses traits sont forts. Il porte une culotte  moulante, descendant jusqu'au dessus des genoux, et des chausses si serrées qu'on n'en voit pas les détails.  Une veste aux pans croisés complète cette tenue ; les manches en sont relevées.

Ses graines, de grosse taille, sont réunies dans une poche de tissu  tenue dans le poing gauche. 

La consultation des exemples iconographiques de semeurs sur le site Enluminures.fr fournit 68 réponses, la plupart pour illustrer le mois de septembre (parfois octobre ou novembre) des calendriers, d'Heures ou d'autres ouvrages entre le XIIIe siècle et la première moitié du XVIe siècle. Beaucoup de semeurs ont placé le grain dans la poche d'un tablier blanc noué autour du cou comme une grande serviette. Beaucoup, mais non tous, ont la tête couverte d'un chapeau. Beaucoup se tiennent bien droit, absorbés par leur tâche,  le regard dirigé vers l'avant. La stéréotypie du personnage le transforme en un équivalent de signe zodiacal de septembre-octobre. 

Aucun n'adopte la torsion à 180 ° de notre personnage, et aucun ne précède, dieu merci,  un attelage labourant la terre qui vient d'être semée, alors qu'il faudrait herser.

.

On aura remarqué le crochetage du pied gauche par celui, également gauche et postérieur, du paysan placé derrière lui. À eux deux, se tournant le dos, ils forment un couple chorégraphique bien insolite parmi les sillons. 

.

 

 

.

Sablière N5, charpente de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile  août 2017.

Sablière N5, charpente de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

II. LE GUIDE D'ATTELAGE.

.

Ce jeune et  robuste gaillard — peut-être le Grand Valet du maître laboureur, ou le chef d'attelage— tient la bride du cheval de tête.  Les guides  rejoignent  le mors,  les montants (sans œillères) et les frontales. 

Il y a deux façons de mener un attelage, soit le menage à la tête, comme ici, soit le menage aux guides et au fouet.  

.

Le labour, sablière N5, charpente de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile  août 2017.

Le labour, sablière N5, charpente de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

III. L'ATTELAGE À TROIS CHEVAUX.

.

Le labour, sablière N5, charpente de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile  août 2017.

Le labour, sablière N5, charpente de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Le premier  cheval est équipé d'un collier d'épaule, de traction, relié à une sangle qui longe ses flancs jusqu'à son train. 

Il semble fort agité : il lève la tête, ses oreilles pointent et sa queue est dressée. Que se passe-t-il ?

Il ne semble pas solidaire de l'attelage, puisqu'aucune sangle ne l'y relie.

Plus intrigant encore, le cheval qui est en arrière-plan, à demi masqué, ne porte aucun harnachement. Il semble plus docile.

La logique que je m'étais construit, qu'un équipage de trois chevaux attelés à la même charrue, vient de voler en éclat. 

.

Le labour, sablière N5, charpente de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile  août 2017.

Le labour, sablière N5, charpente de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

Le dernier cheval reçoit le brancard de la charrue sous la forme de deux bâts (apparemment en fer forgé torsadé au milieu).

.

Le labour, sablière N5, charpente de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile  août 2017.

Le labour, sablière N5, charpente de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

IV. LA CHARRUE MENÉE PAR LE LABOUREUR.

 

.

Je comparerai cette charrue à celle donnée en illustration par F. Bardoneschi selon Les Heures Rostchild (vers 1500) :

.

Scène de labours avec une paire de chevaux. Reproduction d’après l’enluminure originale : Londres, BL, ms. add. 35313, f°5 v°. Heures à l’usage de Rome (The London Rothschild Hours ou Hours of Joanna I of Castile), Flandre, Gand/Bruges, maître de Jacques IV d’Écosse et son atelier (décoration), vers 1500. Calendrier, mois de septembre.

.

Plan d'une charrue médiévale (Document INSHEA-SDADV-2006/2007)

 

.

Le labour, sablière N5, charpente de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile  août 2017.

Le labour, sablière N5, charpente de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

LE LABOUREUR.

Le paysan a fort à faire pour tenir les deux mancherons tout en maniant le manche du coutre, ou une autre poignée, de la main droite. 

Il est coiffé d'un chaperon, et vêtu comme les deux hommes précédents. Son regard est étrange, c'est un peu celui d'un aveugle. Est-il en train de perdre le contrôle de l'attelage ? 

.

 

Le labour, sablière N5, charpente de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile  août 2017.

Le labour, sablière N5, charpente de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

.

V. LE BLOCHET. SAINT JEAN ?.

Cet homme, imberbe, vêtu d'une longue robe, et tenant un phylactère, est-il saint Jean (l'évangéliste, bien-sûr), comme je le suggère ?.

Par la finesse de sa silhouette, ses longs doigts, son visage gracile, il m'évoque les blochets du Maître de Pleyben, ceux de Kerjean par exemple.

À Pleyben, le laboureur regarde franchement en arrière et en haut vers le blochet, faisant ainsi preuve d'une distraction coupable dans la conduite de l'attelage. Ce n'est pas tout a à fait le cas ici, mais lorsque je regarde le laboureur au pied du blochet, je m'interroge.

.

 

Blochet nord, charpente de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile  août 2017.

Blochet nord, charpente de la nef de l'église de Bodilis. Photographie lavieb-aile août 2017.

.

DISCUSSION.

.

La tendance spontanée est de voir ici un désir des membres de la fabrique paroissiale (le plus souvent choisis parmi les plus aisés et les plus généreux des propriétaires terriens de la trève) de mettre en valeur leur activité et leur profession agricole. Une scène naturaliste. 

"Les charpentiers semblent avoir été particulièrement sensibles aux activités agricoles et à l'image du paysan affairé dans son champ. Ce qui n'apparaît pas singulier si l'on considère la place de cette activité dans la vie des populations sous l'Ancien Régime. L'agriculture est la pierre d'angle de cette économie fondamentalement rurale. À la veille de la révolution, précise L. Élégoët, l'agriculture occupe plus de 75% de la population de la zone toilière. La culture des céréales – froment, avoine, seigle, mil et sarrasin – assure une place importante de la production vivrière. Les scènes de labours représentées sur quelques sablières attestent l'utilisation de la charrue à roue au XVIe siècle, un détail, selon A. Croix, qui « (…) place la Bretagne au premier rang des provinces développées ». Les sablières de La Martyre, de La Roche-Maurice, de Bodilis, de Pleyben, et du Tréhou donnent des indications précises sur la conception de ces instruments. Plusieurs sculpteurs ont réalisés ces images, dans des styles très différents, mais toutes sont représentées avec force précisions : la charrue du Tréhou est vue à la fois de profil et de face, par exemple.Ce détail est révélateur du souci des artisans d'être fidèle aux modèles reproduits, ce qui garantit une certaine authenticité des images.

Par delà ces clichés « photographiques » d'épisodes de la vie agricole courante, on mesure le poids d'une réalisation économique locale. Le Léon est une région agricole prospère, et plus encore une grande zone d'élevage et la première région exportatrice de chevaux, avec le Trégor, au XVIIe siècle. Les représentations de bœufs attelés et de chevaux sur les charpentes apparaissent à plusieurs reprises sur les sablières léonardes. Les animaux sont non seulement utilisés pour les labours, par deux, voire par quatre, ils conduisent également le chariot du cortège funèbre et participent au transport des fûts, à la Roche-Maurice et à Pencran." (S. Duhem)

.

Pourtant, le rapprochement (incontournable) des cinq scènes de labour sculptées sur sablières, oblige à s'interroger, puisque trois de ces scènes montrent des accidents, peut-être par la faute du conducteur, peut-être par l'emballement des animaux de traits, concernant les guides de coté ou d'avant. 

La Roche-Maurice (vers 1560). Un laboureur, charrue à roues, quatre chevaux 2x2, un guide d'avant. Pas d'accident.

Pleyben (vers 1571) : un laboureur (regardant en arrière et en haut), un guide d'arrière, charrue à roues, 3 chevaux 2 puis 1 en pointe, une victime écrasée par la roue droite. 

http://www.lavieb-aile.com/2017/07/la-charpente-sculptee-de-l-eglise-de-pleyben-vers-1571-par-le-maitre-de-pleyben-le-choeur-et-la-fin-de-la-nef.sablieres-blochets-et

Sainte-Marie-du-Ménez-Hom (vers 1575) : Un laboureur, un guide d'arrière,  charrue à roues, quatre chevaux 2x2, un faucheur à l'avant, une victime entre les deux groupes de chevaux. Punition lors de la Fuite en Égypte , selon une hypothèse locale  qui me semble peu étayée.

http://www.lavieb-aile.com/2017/07/la-charpente-sculptee-du-collateral-nord-de-la-chapelle-sainte-marie-du-menez-hom-en-plomodiern-par-le-maitre-de-pleyben-vers-1575.h

— Le Tréhou (entre 1555 et 1610). Un semeur sur la pièce de bois voisine. Un laboureur, une charrue à roue, quatre bœufs 2x2, un animal monstrueux en pointe, écrasant ou renversant le guide d'avant.

— La Martyre (vers 1560). Un laboureur (regardant ailleurs), une charrue à roue, deux chevaux en couple, quatre bœufs accouplés deux à deux, un guide d'avant tenant les guides et levant son fouet. Pas d'accident (mais le guide d'avant est très incliné en arrière).

http://www.lavieb-aile.com/2016/12/l-eglise-saint-salomon-de-la-martyre-vi-les-sablieres.html

.

D'autre part, l'analyse de la sablière N5 de Bodilis révèle de nombreuses incongruités : semeur précédant un labourage, et se retournant vers l'arrière. Cheval de pointe non relié à l'attelage. Deuxième cheval non harnaché. Regard bizarre et détourné du conducteur de la charrue.

Enfin, la sablière N5 est située en vis à vis de la sablière S5, qui est, quant à elle, d'un registre franchement fantastique avec son attelage tiré par une licorne, un lion, et une troisième bête qui ne vaut guère mieux.

Curieusement, cette énigme n'a pas stimulé les esprits, puisque depuis le travail de S. Duhem, qui date tout de même de plus de vingt ans, personne n'a exposé ses observations ou ses cogitations.

.

Ma réflexion provisoire.

J'ai abandonné la piste naturaliste, champêtre et paysanne. Comme Dali  jadis devant l'Angélus de Millet, je subodore "le mythe tragique"  caché derrière ces saynètes rurales.

Les cinq Labours sont-elles les cinq versions d'une même histoire, d'un dramatique fait-divers ayant marqué les esprits dans les campagnes toilières du Léon ? À Bodilis et à La Roche-Maurice, l'artiste se serait dispensé de représenter le malheureux guide d'attelage écrasé sous la charrue, et aurait donné un tableau fonctionnant comme un rappel plus sobre.

Sont-ils l'illustration, par un exemple bien adapté à ces paroissiens, du danger de la mort accidentelle, pour les inciter à la vigilance? L'un des points communs semble être la distraction du conducteur. 

Ou ces cinq sablières finistériennes seraient-elles les images d'un proverbe, d'une expression proverbiale, d'un conte ou d'une gwerz (les gwerziou sont des chants bas-bretons tristes, parfois construits autour d'un événement local) qui n'auraient pas été collectés et ne nous seraient pas parvenus, tout en étant parfaitement compris à l'époque ?

 

Comme je suis convaincu qu'il ne faut pas considérer un fragment d' œuvre  (une pièce de sablière) isolément du programme iconographique total; il me reste à présenter les autres éléments sculptés de cette charpente, dont certains sont tout aussi passionnants que celui-ci. 

 

(J'ai encore à mettre en ligne mes images des "labours" de La Roche -Maurice et du Tréhou, pour disposer d'une série complète). 

À suivre. 

 

Sablière (1560)  du bas-coté nord , église de La Roche-Maurice. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière (1560) du bas-coté nord , église de La Roche-Maurice. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

SOURCES ET LIENS.

.

— ABGRALL (Chanoines Jean-Marie) et PEYRON (Paul), 1903,  "[Notices sur les paroisses] Bodilis", Bulletin de la commission diocésaine d'histoire et d'archéologie, Quimper, 3e année, 1903, p. 192-208.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k109982z/f180.image

https://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/bdha/bdha1903.pdf

http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf_notices/bodilis.pdf

— APEVE, Association pour la promotion des enclos paroissiaux de la vallée de l'Elorn

http://www.bodilis.org/patrimoineetsites.php

— COUFFON (René), 1958,  Notre-Dame de Bodilis. In: Bulletin Monumental, tome 116, n°2, année 1958. pp. 121-133; doi : 10.3406/bulmo.1958.3832 http://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1958_num_116_2_3832

http://www.persee.fr/docAsPDF/bulmo_0007-473x_1958_num_116_2_3832.pdf

— COUFFON  (René), LE BARS (Alfred)  1988,  Nouveau répertoire des églises et chapelles, : paroisse de Bodilis,” Collections numérisées – Diocèse de Quimper et Léon, 

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/fdf52c93c4ad292cf14cbf5068677c87.pdf

— DUHEM (Sophie), 1997, Les sablières sculptées en Bretagne: images, ouvriers du bois et culture paroissiale au temps de la prospérité bretonne, XVe-XVIIe s. ; préf. d'Alain Croix, Rennes :Presses universitaires de Rennes, 1997 : thèse de doctorat en histoire sous la direction d'Alain Croix soutenue à Rennes2 en 1997. 

— BARDONESCHI (Floriana ),2015, « Les images du cheval attelé au travail dans les campagnes : réalités anatomique et morphologique et construction artistique à travers les enluminures (Europe, XIIe-XVIe siècle) », In Situ [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 02 novembre 2015, consulté le 04 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/insitu/12073 ; DOI : 10.4000/insitu.12073

— LAUDREN (Thierry), dossier photo de son travail de restauration de la charpente

https://www.thierrylaudren.fr/pages/monuments-historiques.html

http://thierrylaudren.pagesperso-orange.fr/monumentshistoriq2.htm

.

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sablières
17 mars 2018 6 17 /03 /mars /2018 15:40

.

Rappel. 

1°) Une première inscription figure sous le fronton du porche de l'église et indique "CESTE . CHAPPELE.  FVT .  COMMENCEE . 1516.  ET .  LA . TOVR . 1566.". Pour Millet, Castel et Huon 1996, l'architecte responsable de la construction du clocher-tour est Jean Le Tallandier, bien qu'il n'ait pas signé ici son travail comme à Plougasnou et à Ploubezre. Ce sont les caractères stylistiques de la construction qui incitent les auteurs à attribuer le clocher et le porche ouest a cet architecte morlaisien. D'autres documents auxquels je n'ai pas eu accès attesteraient que Fiacre de la Haye a travaillé sur Saint-Émilion en 1601. 

2°) Sur la sablière du transept sud figure l'inscription "LE XVI : IOUR : DAPRILL : LAN : MIL : [V]: CENTZ : CINCQUANTE : UNG : LE : BOIS : DE : CHAPELLE : A : ESTE : FAIT ." ("Le seizième jour d'avril de l'an mil [cinq] cent cinquante et un (1551) le bois de cette chapelle a été fait".). Cette inscription encadrée par les bustes d'un homme (portant un casque) et d'une femme voisine les armoiries des Poulgras seigneurs de Trogorre, c'est à dire, en cette année 1551, de Jeanne de Poulgras et de son époux Hervé Le Rouge (ou de son second époux Jean de Kermarquer vers 1560).

3°) Dans la partie occidentale de la nef, au nord, une sablière N4 indique : LE : BOIS : DU : BOUT :DA[N]BAS : DE : CEANS : FAICT / : / AUGTE : G : LAMY ON GOUARN RE : A : P[RESE]NT : L : M : VCZ : LVII ("Le bois du bout d'en bas de céans fait [par ] Augte G. Lamyon Gouverneur à présent l'an mil cinq cent cinquante sept (1557)"). Cette inscription est centrée par un médaillon Renaissance montrant un homme jeune, et est encadrée par deux hommes tenant un phylactère, celui de gauche portant des binocles. On en déduit que "G. Lamyon" (ou pour certains "Auguste G. Lamyon") était gouverneur de la fabrique de Saint-Émilion en 1557.

4°) René Couffon signale avoir lu "en dessous" de cette inscription celle-ci "fet J. Guille". La confiance en ce témoignage est altérée par la lecture défectueuse de Couffon pour le texte précédant où il donne "Auguste Glamyon" au lieu de G. Lamyon.

5°) La sablière nord suivante (N. 5) montre huit médaillons à personnages autour d'un médaillon portant le monogramme G.P autour d'une herminette, suggérant que ce sont là les initiales du maître-charpentier.

.

En résumé, nous avons un édifice débuté en 1516, dont la construction a lieu  principalement entre 1551 et 1566 mais s'est poursuivie en 1583, et en 1601. En 1757, une sacristie fut construite, mais elle sera supprimée lors d'une agrandissement du chevet entre 1885 et 1887.

.

Plan des localisations des inscriptions datées.

.

 

 

 

 

 

...

À propos de G. Lamyon, sur l' inscription de 1557 des sablières de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras.

.

J'ai recherché des renseignements sur ce "G. Lamyon", qui se désigne comme gouverneur en 1157 et qui fut donc le maître d'œuvre de la pose de la charpente "du bout d'en bas" de la chapelle, ce que j'interprète comme "de l'extrémité de la partie basse — occidentale— de la chapelle". 

Or, le patronyme "LAMYON" est rare. Il est donné comme disparu de nos jours. Une recherche sur le site FILAE donne neuf résultats, sur des départements divers mais éloignés de la Bretagne. 

Il faudrait se livrer à des recherches d'état-civil sur la commune et le département, mais cela ne relève pas de mes compétences. 

.

1. Jehan Layon, relieur à Troyes en 1401-1402.

En ligne, une première mention est celle d'un relieur de livres de Troyes, messire Jehan Lamyon :

Les relieurs de livres à Troyes : Jean LAMYON (1400-1402). Messire Jean Lamyon, écrivain et relieur. 

Il figure sur la liste des écrivains et copistes au service des Ducs de Bourgogne dans l'ouvrage de Léon de Laborde - 1852 - ‎Les Ducs de Bourgogne: études sur les lettres, les arts  ..., Volume 3

.

2. Guillaume Lamyon, de Laval, maître-charpentier en 1567.

Ce personnage est cité dans Bibliothèque d'humanisme et renaissance, Volumes 7 à 8,  1945

 https://fr.scribd.com/document/254726789/Bibliotheque-d-Humanisme-Et-Renaissance-Tome-Vii-1945

"Pour la période de 1567 à 1571, le même dossier C4986 contient de précieux renseignements sur un nouveau personnage ….Dès 1er février , les miseurs reçoivent l'ordre de payer l. t à un architecte « mandé et venu exprès pour le faict de navigaige et entreprise que l'on veult faire et entreprendre sur la rivière ». Le 3 février 1567, Pierre Guillot, ingénieur venu de Laval, défrayé de tous frais, parcourt la Vilaine en bateau et note les réparations les plus urgentes. Le 9 du même mois, les habitants, qui voudraient hâter les travaux, délibèrent :

"Il est ordonné et faict commandement à Jehan Cormeir et Guillaume Tual, à présent recepveurs et miseurs des deniers de cette ville de Rennes, bailler et delivrer content et sans delay à Pierre Guillot, sculteur, et Guillaume Lamyon, maistre charpentier, venuz et mandez exprès de la ville de Laval en ceste ville de Rennes pour veoir et visiter le cours de la ripviere de Villaigne y passante, puis ceste ville jusques aux pontz et port de Messac et en faire rapport, description et procès verbal pour entendre le moyen de la rendre navigable si estre peult. A quoy ilsz auront vacqué en compaignie de Jullien Hindre, l'un des bourgeois de ladicte ville, Me Olivier Auleon son homme, et Symon Hubert, batelier. Et de ce ont presentement faict rapport et procès verbal qui est es mains ducict Auleon pour en faire portraict. Scavoir, pour une part, cinquante livres tant pour le service que paines et vacations desdictz Guillot et Lamyon et pour s'en retourner audict Laval. Item, la somme de 20 livres t. pour frayer et desbourser pour leurs despences d'aultres susnommez de leur compaignie audict voyaige qu'ilz ont faict par six jours sur  ladicte ripviere... tout la somme de 71 livres t... sauf à faire raison ausdicts Hindre, Auleon et son homme de leurs paines et vacations lorsque ledi et Auleon aura faict ledict pourtraict... "

La présence de ce Guillaume Lamyon à Rennes en 1567 pour inspecter le cours de la Vilaine jusqu'au port de Messac afin de le rendre navigable et de le réparer, et la mention de sa profession de maître-charpentier, incitent à s'interroger : s'agit-il du "G. Lamyon" mentionné à Loguivy-Plougras ?

On objectera que, sur la sablière, G. Lamyon est qualifié de "gouverneur", qualité qui, si on la comprend dans le sens de "fabricien", suppose qu'il s'agisse d'un membre de la paroisse, propriétaire terrien, agriculteur ou marchand mais non professionnel du bâtiment. Néanmoins, ce patronyme n'est pas attesté, pour ce que j'en sait, dans la paroisse. D'autre part, les travaux semblent avoir été commandités par Jeanne de Poulgras plutôt que par la fabrique. Peut-on envisager que "gouverneur", désigne ici "celui qui préside au bon fonctionnement de quelque chose", (CNRTL), "celui qui a en charge quelque chose" ?

.

3. Une précision sur "GOUARNRE "

. Le substantif "gouarneur" n'est pas une forme de "gouverneur" en moyen français, comme je l'avais trop rapidement pensé, mais c'est le mot breton pour "gouverneur". Le dictionnaire françois-celtique (1732)  de Grégoire de Rostrenen donne :

GOUVERNEUR. Gouarneur. р.,gouarnearyen, gouarner. p. gouarneryen. Vannetais gouranour, p. gouarneryon,, gouarnouryan.

Il est attesté en 1499 dans le Catholicon de Jehan Lagadec :

http://www.catholicon.net/telechargement/catholicon_r_f_le_men_1867-rennes.pdf

Il est composé sur le verbe breton  gouarn (gouarnn, gouuarn) "gouverner", présent dans le Catholicon manuscrit de 1464.

Si les bretonnants valident ma lecture, il faudrait comprendre  l'usage d'un terme breton dans une inscription en français. Il faudrait souligner aussi  la rareté d'un terme breton dans une inscription de sablières. D''autre part il faudrait envisager la possibilité que d'autre mots, comme le mystérieux AUGTE (ou AUNTE) , soit aussi issus du breton. Mais "Augte" et Aunte" n'ont aucune signification en breton.

En définitive, la  graphie "GOUARNRE " me semble bien bretonne, mais cela ne me procure pas d'indice dans la compréhension de cette inscription, si ce n'est d'encourager l'idée que ce terme ne vienne pas renvoyer à la fonction de fabricien.

.

4. Guillaume Lamyon et Pierre Guillot.

Dans le texte que j'ai extrait de la Bibliothèque d'Humanisme et de Renaissance, le maître-charpentier Guillaume Lamyon accompagne Pierre Guillot, "sculpteur", venant également de Laval. Les commentateurs estiment qu'il s'agit de Pierre Guillot, architecte à Laval  où il construisit en 1575 la voûte à caissons du transept sud, puis le portail sud de la Trinité de Laval. plus tard, en 1575, Pierre Guillot se dit encore « maître maçon » dans le marché par lequel il s'engage à voûter la chapelle neuve de la Trinité. Il est le frère de Jean Guillot, architecte à Angers dès 1550, et qualifié en 1595 de "maître voyeur et visiteur des œuvres de maçonnerie en le duché d'Anjou". ( Isidore Boullier Recherches historiques sur l'église et la paroisse de la Trinité de Laval pages 141-142)

.

Il paraît fort hasardeux de proposer de lire dans les deux lettres G.P qui entoure l'herminette dans le médaillon de la sablière N5 de Loguivy-Plougras les initiales (alors inversées) de Pierre Guillot. Certes. 

Mais il est troublant de constater que René Couffon ait lu "Fet J. Guille" dans le voisinage de ces deux inscriptions de 1557.

.

CONCLUSION.

Je souhaite donc proposer l'hypothèse que G. Lamyon, qui a pris en charge ("gouverner") la pose de la charpente de l'extrémité occidentale de la chapelle Saint-Émilion en 1557, peu avant la construction de la tour-clocher en 1561,  soit identifié comme Guillaume Lamyon, maître-charpentier présent à Rennes auprès de Pierre Guillot, "sculpteur", en 1567 dans des travaux sur le cours de la Vilaine. La rareté du patronyme plaide en faveur de ce rapprochement.

La seconde hypothèse se plait à imaginer que ce Pierre Guillot qui deviendra ensuite maître-maçon et architecte de l'église de la Trinité à Laval en  1575 est celui qui a placé son monogramme G.P et son emblème professionnelle à coté de l'inscription préservant la mémoire du rôle de G. Lamyon.

Ces propositions sont lancées ici, comme des bouteilles à la mer, sur le flux de la Toile pour susciter les travaux complémentaires qu'elles méritent certainement aux yeux des passionnés du patrimoine de Loguivy-Plougras.

.

 

 

.

À propos de G. Lamyon, sur l' inscription de 1557 des sablières de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras.
À propos de G. Lamyon, sur l' inscription de 1557 des sablières de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras.

 .

.

SOURCES ET LIENS. 


.

— COUFFON (René) 1939,  Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier, extrait des Mémoires de la Société d'émulation des Côtes-du-Nord, Saint-Brieuc, Les presses bretonnes, 1939, p. 233-235.

 

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6562108b/f29.image

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6562108b/f46.image

— DUHEM (Sophie) 1998, « Quant li goupil happe les jélines... », ou les représentations de Renart dans la sculpture sur bois bretonne du XVe au XVIIe siècle,  Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest  Année 1998  105-1  pp. 53-69

http://www.persee.fr/doc/abpo_0399-0826_1998_num_105_1_3972

— DUHEM (Sophie) 1997, Sablières sculptées de Bretagne : images, ouvriers du bois et culture paroissiale au temps de la prospérite bretonne (XVe-XVIIe s.). Thèse de doctorat en Histoire. Sous la direction de Alain Croix. Soutenue en 1997. à Rennes 2 .

— DUHEM (Sophie) 1998, Les Sablières sculptées de Bretagne, Presses Universitaires de Rennes, 390 pages. Pages  66-69-72-183-232-233-266-267-277-278 : 

— MILLET (Christian), CASTEL (Yves-Pascal), HUON (Michel), 1996, Jean Le Taillandier, architecte de la Renaissance", Bulletin de la Société archéologique du Finistère page 199-215.

.

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sablières
14 mars 2018 3 14 /03 /mars /2018 23:24

Les sablières (1551) des bras du transept et des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras.

.

 

 

.

Cet article fait suite à :

Les sablières (1551-1557) de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras (22). I. Le coté nord.

Les sablières (1551-1557) de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras (22). II. Le coté sud.

 

.

Vous pourrez lire aussi, sur le sujet des sablières de Bretagne, les articles suivants :

.

 .

Pour les autres articles sur les sablières, tapez ce mot sur l'onglet "Rechercher".

 

.

Voir la présentation générale dans le premier article, qui a décrit les sablières du coté nord de l'église de Loguivy-Plougras. 

.

Une partie des sablières du coté nord de la nef témoignait par ses cuirs découpés et ses médaillons du style Renaissance, et portait, pour "le bout du bois" ou extrémité (occidentale) de la charpente, la date de 1557,  la signature d'un gouverneur, G. Lamyon et celle d'un charpentier, "G.P". Le reste des sablières de la nef, hormis un apport récent venant de Lannion, multipliait les dragons, les grylles et les lions, mais aussi  une scène de chasse énigmatique, une scène de beuverie avec sirène, et autres drôleries, sous l' influence d'une verve médiévale auquel le Concile de Trente (1545-1563) mettra un terme. 

Les sablières des bras du  transept de ce qui était encore une chapelle rompt avec ces deux ensembles : les seigneurs de Plougras y manifestent leurs droits par leurs armoiries, par une oraison à la Vierge et par une inscription de fondation nous informant que la charpente a été posée en 1551.  Nous sommes alors sous Henri II. 

Les bas-cotés  renouent avec les thèmes ludiques, animaliers  et cynégétiques des sablières de la nef, avant de se conclure, à l'ouest, par une spectaculaire scène funéraire. 

.

.

I. LE BRAS NORD DU TRANSEPT : LA MARQUE DES COMMANDITAIRES.

.

1°) Le coté est. Tr 1 et Tr 2.

Ses deux pièces séparées par l'entrait montrent les armes des seigneurs de Trogorre entre des lions et des dragons, puis deux dragons affrontés.

  .

Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

a) la pièce de droite : Tr 1.

.

 

Tr 1. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr 1. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Deux lions et deux dragons encadrant les armoiries des Plougras, seigneurs de Trogorre.

.

Au centre est figurée une croix  pattée peinte en rouge. Ce sont les armoiries de la famille de Poulgras seigneurs de Trogorre, certes semblables à celles des Templiers, mais se référant aussi à l'origine bretonne du nom Poulgras, "Ploe croes" ou "Ploe kroas", en latin "Plebe Crucis" la "paroisse de la croix".

La famille Plougras (seigneurs de Trogorre), aujourd'hui disparue et qui a donné son nom à la commune, existait dès le XIIIème siècle : Elle portait pour armes : d’argent à une croix pattée de gueules. On mentionne : 

  • Alanus de Plebe Crucis (en 1288),
  • Maurice de Plougras (vers 1330),
  • Guillaume de Plougras (en 1415 et en 1416),
  • Alain I de Plougras (décédé en 1459),
  • Alain II de Plougras (décédé en 1464),
  • Alain III de Plougras seigneur de Trogorre (décédé en 1490), mariée avec Marie Le Rouge (fille de Guy Le Rouge et de Catherine Le Rouge, dame de Bourouguel). Ce sont eux qui ont fait construire dans les années 1470  la chapelle Saint-Yves à Loguivy-Plougras, chapelle qui porte les armes des Plougras et des Le Rouge
  • François de Plougras (décédé en 1536), marié en décembre 1495 avec Gillette Kerouzy (d'or au lion de sable).
  • Claude de Plougras (décédé en 1555), marié avec Françoise Benerven, dame de Trédiec,
  • Jeanne de Plougras (ca 1520-1581) , dame de Trogorre. Elle épouse vers 1540  Hervé Le Rouge, seigneur de Kerdavid (1500-1571),  puis  vers 1560  Jean de Kermarquer (d'azur à la fasce d'or, chargé de trois molettes de sable)

.

Voir ‎Jules Lamare, 1869, Archives départementales des Côtes-du-Nord, page 282

"— Aveux fournis, en 1540, à Claude de Ploëcroix, seigneur de Ploëcroix et de Trougor; en 1556, à Jean de Kerguesay, sieur de Guermorvan, propriétaire de la seigneurie de Trogorre; en 1566, à Pierre de Kerguesay, sieur de Coëtdisech et de Trogorre, pour des héritages situés dans les paroisses de Plougras, de Louargat et de Plounévez-Moëdec. 

— Aveu rendu à la seigneurie de Guingamp, en 1583, par Jean de Kermarquer et Jeanne de Poulgroix, son épouse, pour le manoir de Trogore, avec le château dudit lieu en ruines, le fonds où est bâtie l'église de Loguivi-Plougras [chapelle Saint-Ivy], la chapelle de saint Emilion, près du bourg et la chapelle de saint Yves près du manoir; la haute juridiction avec les patibulaires à quatre piliers, les bois de haute futaie, deux moulins blanderets, un moulin foulleret et un moulin à tan sur la rivière du Léguer ; le lieu noble du Trescouët, la métairie de Saint-Emilion, un grand nombre de convenants dans les paroisses de Plougras et Loguivy sa trève , de Plounévez et de Plougonnec ; le fief de la cour et seigneurie de Poulgroix et de Trogorre s'étendant aux paroisses mentionnées ci-après : le lieu noble de Kerrouëc, la métairie de Crauguen, en Loguivy et en Plougras ; la métairie noble du Marquez,. en Plounévez; le lieu noble de Lisle, en Louargat ; des pièces de terre en Plougonver. "

La construction de la chapelle Saint-Emilion a débuté, comme l'atteste l'inscription lapidaire du porche, en 1516, mais le chantier fut sans doute interrompu puisque la charpente n' est posée qu'en 1551, complétée en 1557 et que le clocher-tour ne fut bâti qu'en 1566. On y travaillait encore le 26 juin 1583, comme l'atteste une note dans les aveux rendus à la seigneurie de Guingamp par Jean de Kermarquer et Jeanne de Poulgroix-Trogorre :

"Item au métairie et  maison noble couverte d'ardoise appelée la métairie de Saint-Émilion que Jean Le Gal tient à titre de ferme porte jardin et courtil de jouxte avec deux petites maisons estants jouxte la rivière  et où à présent travaillent les picotteurs et maistres ouvriers pour l'édifice de la tour de Saint-Émilion".

Les ouvriers travaillent donc dans les locaux existant le long de la Rivière de Saint-Émilion, qui provient de l'étang de Beffou et se jette dans le Guic arrosant Loc-Envel. 

Cet aveu confirme le rôle de commanditaire du couple Jeanne de Plougras - Jean de Kermarquer. Ils firent appel en 1566 à l'architecte Jean Le Taillandier, actif dans la région de Morlaix dans la seconde moitié du XVIe siècle et qui a signé de son nom les tours-clochers  des églises de Ploubezre  (22) en 1577 et de Plougasnou (29) en 1582-1584 . Le style de ce dernier — dont le nom a été évoqué dans la réalisation du château de Kerjean, fortement inspiré par Philibert Delorme — est caractéristique de la Renaissance française, et se retrouve aussi dans le deuxième étage de la tour de Lampaul-Guimiliau et sur le bas de celle de Landivisiau (Millet 1996). En 1601, ce sera Fiacre de la Haye qui poursuivra la supervision des travaux.

 

 

.

Tr 1.Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr 1.Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

La pièce de bois débute à gauche par le buste d'un homme de profil, remarquable par la taille de sa barbe, en collier se terminant par un bouc en bataille. 

Puis vient un dragon, dont certains caractères rappellent ceux de la nef sud, comme des  sortes d'ailes et de cornes en forme de feuilles aux prolongements en spirales. 

Tr 1. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr 1. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Au centre, deux lions passants présentent les armoiries à croix pattée. Ils procèdent de la même exubérance que les dragons, avec une queue fleurie et des tiges et feuilles comblant les espaces vides.

.

 

Tr 1. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr 1. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Nous retrouvons à droite le dragon et un buste d'homme, ici imberbe.

.

 

Tr 1. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr 1. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

b) la pièce de gauche : Tr 2. Deux dragons entourés par un couple d'humains.

.

 

Tr2. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr2. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Au centre, l'artiste a sculpté deux dragons affrontés réunis par une navette.

Ces dragons sont de même style que ceux de la nef sud, avec des queues se terminant par une tête de serpent, et avec des excroissances foliaires  sur l'échine ou sur les pattes.

 

Tr 2 Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr 2 Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

De chaque coté, deux personnages sont représentés. Faut-il y voir le couple des commanditaires ? À gauche, une femme en buste, de face. À droite, un homme de profil tient une épée. 

.

 

Tr 2. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr 2. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

2°) Le coté ouest. Tr 3 et Tr 4.

En face des pièces précédentes, et en symétrie avec elles, nous trouvons ici les armoiries des Poulgras entre deux cerfs, et deux dragons atour d'un médaillon.

.

 

Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

a) À droite : Tr 3.  deux dragons autour d'un médaillon.

.

 

Tr 3. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr 3. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Deux dragons posent une patte sur la périphérie du médaillon, comme deux animaux héraldiques autour d'un blason. Le médaillon est élégant et habilement dessiné, reprenant la courbe des épaules pour tracer un cercle. Une femme au visage rond est représentée en buste, de face. Ses yeux sont ronds, sa bouche petite, dans le style de notre sculpteur. S'agit-il de Jeanne de Plougras ? 

Les deux dragons sont encadrés par un couple.

.

Tr 3.Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr 3.Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

À gauche, c'est un homme coiffé d'un casque. Sa barbe, qui est rasée sur les joues et forment un balai dru en dessous de la mandibule, évoque immédiatement celle du personnage de la sablière du coté est en Tr 1.

.

Tr 3. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr 3. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

b) Le coté gauche : Tr 4. Armoiries des Plougras entre deux cerfs.

.

Oui, ce sont bien des cerfs comme l'attestent leurs bois, mais métissés avec des dragons ou traités de façon fantastique avec ces appendices foliaires poussant ici ou là, si caractéristiques du style de l'artiste Plougrasien (ou Loguivien). 

.

Tr 4. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr 4. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Tr 4. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr 4. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Tr 4. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr 4. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

.

II. LE BRAS SUD DU TRANSEPT : INSCRIPTIONS ET MARQUES DES COMMANDITAIRES.

 

.

1°) Les deux pièces de sablières du mur ouest. Tr 5 et Tr 6. 

.

 

Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

a) La pièce du coté droit : Tr 5. Inscription datée, sur un phylactère encadrée par un couple.

Tr 5. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr 5. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

L'inscription de fondation (1551).

 

LE XVI : IOUR : DAPRILL : LAN : MIL : [V]: CENTZ : CINCQUANTE : UNG : LE : BOIS : DE : CHAPELLE : A : ESTE : FAIT .

 "Le seizième jour d'avril de l'an mil [cinq] cent cinquante et un (1551) le bois de cette chapelle a été fait".

Nous retrouvons l'usage du terme de "bois" pour désigner la charpente, comme cela a été discuté pour l'inscription de N4 du coté nord de la nef. Par rapport à cette dernière ( "Le bois du bout d'en bas de céans fait [par] Augte  G. Lamyon Gouverneur à présent l'an mil cinq cent cinquante sept (1557)"), l'inscription concerne ici l'ensemble de la charpente. .

 

 

Tr 5. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr 5. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Tr 5. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr 5. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Tr 5. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr 5. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Tr 5. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr 5. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

b) la pièce du coté gauche : Tr 6. Deux cerfs couchés encadrant les armoiries des Plougras.

.

 

Tr 6. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr 6. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Tr 6. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr 6. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

2°) Les sablières du coté est. Tr 7 et Tr 8. 

.

 

Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

a) la pièce de droite Tr 7 : deux cerfs couchés encadrant les armoiries des Plougras.

.

 

Tr 7.  Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr 7. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Tr 7. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr 7. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Tr 7. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr 7. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

b) la pièce de gauche : Tr 8.  Inscription sacrée : oraisons (funèbres).  

 

.

 

Tr 8. Sablières du bras sud du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr 8. Sablières du bras sud du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 . O MAT . DEI : MEM[E]NTO MEI : DOMINE : M : ISERE : SVPER : ISTO .

"Ô Mater Dei memento mei Domine misere[re] super isto"

Il s'agit de la succession de deux oraisons différentes.

L'une s'adresse à la Vierge et lui demande sa protection : Ô Mère de Dieu souvenez-vous de moi. R. de Belleval la trouve gravée sur des armures de la fin du XVe siècle. C'est la marque d'imprimeur de Guillaume Le Rouge à Paris.  Nicolas Gombert (1495-1556), compositeur franco-flamand  maître des enfants de chœur de Charles Quint, en composa un motet. L'invocation vient clore l'Ave Maria de Josquin des Prez datant de 1485. Plus tardivement, elle est récitée lors de l'Extrême-onction des Frères Mineurs. 

La seconde ne se rencontre que sous la forme "Domine miserere super isto peccatore (vel peccatrice)", "Seigneur prends pitié de ce pécheur (de cette pécheresse)". Elle se prononce lors de funérailles au cours de l'Office des Morts.

Sont-elles placées ici par les donateurs en prévision de leur heure dernière, ou à l'attention d'un défunt ?

.

 

Tr 8.  Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr 8. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Tr 8.  Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Tr 8. Sablières des bras du transept de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

.

.

LES BAS-COTÉS.

.

Je suis tenté d'opposer les sablières du transept, vouées à une  fonction honorifique et de demande de protection sur les commanditaires en retour de leurs dons,  avec celles des bas-cotés, dont le caractère populaire et dérivatif est évident. Mais ce n'est peut-être pas si simple. Les armoiries des Plougras y figurent aussi en bonne place.

.

BAS-COTÉ SUD.

 

.

. Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

. Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Femme allongée, bras le long de la tête, seulement vêtue d'un pagne et coiffée d'un (?) diadème.

.

 

BC 1. Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

BC 1. Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Homme (?) allongé sur le dos, bras le long de la tête, à cheveux longs, vêtus d'une veste et de chausse à crevés. 

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Homme la main à l'oreille, désignant de l'index la scène située à sa droite.

Brochet : Homme à la houppe.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Vue générale de l'extrémité du bas-coté sud.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Blochet : homme barbu encapuchonné.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

La scène qui se présente maintenant est difficile à interpréter. Un homme souffle dans une trompe et porte sa main droite contre une volumineuse tuméfaction de sa joue (ou bien, il tient contre sa joue un objet rond, fruit ou pain). Ses épaules sont couvertes par un col festonné. Il est allongé, comme les buveurs des scènes d'ivrognerie, si bien que je dois reconsidérer ma lecture du motif et estimer qu'il boit  dans un hanap. Est-il le propriétaire de la main qui empoigne la corne ? Et, surtout, pourquoi une tête grimaçante montre-t-elle ses dents acérées?

À sa droite, un compagnons est coiffé d'un casque qui s'évase en corne ou en bonnet phrygien. Un oiseau vue de profil semble le regarder.

Le troisième homme est fort élégant avec sa tunique aux manches bouffantes à crevés, et son bonnet, mais pourquoi faut-il que la pointe de ce dernier se transforme en une tête tourné du coté opposé ?

.

 

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

L'homme aux oreilles en feuille de saule.

Cet acrobate ou ce scatophile est peut-être un clerc si on remarque sa coupe de cheveux qui ressemble à une tonsure.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Présentation des armoiries des Plougras par deux anges allongés.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

BAS-COTÉ SUD 2. CHASSE BURLESQUE.

.

Vue générale. remarquez les armoiries à la croix pattée des entraits.

.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Chasse burlesque. Trois chiens se précipitent vers un homme qui lève les bras. Un chasseur tente de retenir un mâtin par la queue, tandis qu'un autre chevauche son chien.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Chasse burlesque au renard.

Un renard a attrapé une poule. Un veneur sonne de sa trompe. Un archer atteint de sa flèche un gibier (que je n'ai su identifier) tandis que son chien l'attrape par la patte.

La proie ressemble à un mouton. L'endroit où parvient la flèche relève bien-sûr de la recherche de renversement carnavalesque des valeurs. Les sablières jouent ici le rôle des marges dans les ouvrages pieux enluminés de drôleries.

Le sculpteur a utilisé pour le volume de ces quatre animaux et de ces deux chasseurs une technique de modelé par des traits de gouge parallèles.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

.

Chasse loufoque, suite.

.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

C'est une chaîne de motifs amusants. 

Un quadrupède pose une patte familière sur l'épaule d'un bipède. Ce dernier souffle dans une corne, qui pourrait être une trompe de chasse si son pavillon n'était pas dirigée sous la queue dressée d'un chien. Mettons, néanmoins, qu'il s'agit du maître veneur  menant une chasse à cor et à cri. 

Le chien, un solide  mâtin, porte un collier. Il flaire la piste d'une biche dont le postérieur se trouve sous sa truffe. Le petit de la biche (ou de la daine, le sais-je ?) n'en mène pas large. Le petit de la biche, c'est un faon.

À l'opposé, un autre molosse accourt. Bientôt, on donnera aux chiens le cœur et les entrailles,   ce sera la curée chaude ; et le forhu, et on sonnera les fanfares des plus fameux épisodes.  

La chasse à courre est un loisir de seigneur : l'influence des chatelains de Trogorre reste vive.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Mais qui voici sous sa coiffe ? Jeanne de Poulgras ?

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Dans une autre scène cynégétique, un vigoureux veneur embouche sa trompe pour indiquer par sa fanfare l'action de chasse. Sans-doute souhaite-t-il signifier à Médor qu'il doit se retourner car il tourne le dos au gibier.

 

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Notre Nemrod porte en bandoulière une trompette. Il a rasé sa barbe, pour ne garder qu'une barbichette que je trouve assez ridicule, mais que le sculpteur semble affectionner. Tout comme il affectionne les yeux en gros boutons de gendarmes,  comme découpés à l'emporte-pièce, les cheveux ras, et les oreilles patte d'éph. Enfin sa collerette fraisée serait fort seyante, si elle ne ressemblait pas à un collier de dents de requin.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Puis vient un dragon ailé qui s'est trompé de sablière. À gauche, un gentilhomme porte la barbe et la fraise courte, deux accessoires de mode sous Henri II. Il tient en laisse un chien courant (à oreilles tombantes) à la queue en faucille, dont je ne peux certifier qu'il s'agisse d'un Briquet d'Artois. 

Le lapin qui le précède est en train de faire le clown en le singeant.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

 

.

BAS-COTÉ NORD.

.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Encore un chien de chasse au solide collier. 

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

PREMIER BAS-COTÉ NORD.

 

.

Les premières pièces sculptées du coté extérieur ressemblent aux sablières N2 et S2 de la nef. L'élément remarquable est la troisième pièce, près de la baie.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Cette troisième pièce sculptée représente un homme allongé, tandis que le blochet voisin montre un homme barbu, les bras pendants le log du corps, et la tête recouverte d'un capuchon.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

L'examen attentif de l'homme couché révèle qu'il s'agit d'un cadavre, aux yeux caves, au nez et à la bouche rongés, les organes génitaux dénudés. Ce qui ressemble aux plis des vêtements correspond sans doute à une tentative de dessiner les os de la jambe et les côtes du thorax.

Dans ce contexte, le blochet peut être interprété comme un personnage affligé par le deuil.

 

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

C'est également ainsi que je comprends la pièce de bois montrant deux femmes désloées.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

De même, l'homme couché, portant tunique boutonnée, chausses et chaussures, une main sur la jambe et l'autre près du visage, doit témoigner de son désespoir, alors que les artistes se servent  le plus souvent  de la même posture pour représenter un buveur.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

La posture une main soutenant la tête est depuis longtemps celle du Mélancolique (ou du songeur, comme Jessé).

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Enfin, énigmatique et glaçant comme un tableau de Goya, une femme tient dans la main gauche une tête qu'elle nous désigne comme la préfiguration de sa propre mort, ou de la notre.

On notera aussi le blochet, où une femme, les mains sous les genoux, semblent accoucher, puisqu'une tête apparaît entre ses jambes.  

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Sablières des bas-cotés de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.


.

.

SOURCES ET LIENS. 


.

— COUFFON (René) 1939,  Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier, extrait des Mémoires de la Société d'émulation des Côtes-du-Nord, Saint-Brieuc, Les presses bretonnes, 1939, p. 233-235.

 

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6562108b/f29.image

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6562108b/f46.image

— DUHEM (Sophie) 1998, « Quant li goupil happe les jélines... », ou les représentations de Renart dans la sculpture sur bois bretonne du XVe au XVIIe siècle,  Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest  Année 1998  105-1  pp. 53-69

http://www.persee.fr/doc/abpo_0399-0826_1998_num_105_1_3972

— DUHEM (Sophie) 1997, Sablières sculptées de Bretagne : images, ouvriers du bois et culture paroissiale au temps de la prospérite bretonne (XVe-XVIIe s.). Thèse de doctorat en Histoire. Sous la direction de Alain Croix. Soutenue en 1997. à Rennes 2 .

— DUHEM (Sophie) 1998, Les Sablières sculptées de Bretagne, Presses Universitaires de Rennes, 390 pages. Pages  66-69-72-183-232-233-266-267-277-278 : 

— MILLET (Christian), CASTEL (Yves-Pascal), HUON (Michel), 1996, Jean Le Taillandier, architecte de la Renaissance", Bulletin de la Société archéologique du Finistère page 199-215.

 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sablières
11 mars 2018 7 11 /03 /mars /2018 19:10

Les sablières (1551-1557) de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras (22). II. Le coté sud.

.

Cet article fait suite à :

Les sablières (1551-1557) de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras (22). I. Le coté nord.

.

Vous pourrez lire aussi, sur le sujet des sablières de Bretagne, les articles suivants :

.

 .

Pour les autres articles sur les sablières, tapez ce mot sur l'onglet "Rechercher".

 

 

.

 

 

 

.

Voir la présentation générale dans l'article précédent, qui a décrit les sablières du coté nord de l'église de Loguivy-Plougras. 

Poursuivant le tour des sablières de la nef et du chœur dans le sens horaire, je parviens à l'angle sud-est pour examiner les  segments de sablières du coté sud, séparés par les entraits. Je débute par S8. Touché ?

.

S8. HUITIÈME SECTION DU COTÉ SUD DE LA NEF . Chaîne de cinq dragons et de deux hommes.

.

Cliquez sur l'image. S8. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Cliquez sur l'image. S8. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

À gauche, trois "dragons".

Ces dragons sont particulièrement fantasques, et s'éloignent du Drago drago Lavieb 2010 dont ils ne respectent pas les caractéristiques naturelles.
 

 .

S8. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S8. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Le premier, ailé et au bec de pélican, est d'ailleurs un grylle, puisqu'une tête supplémentaire se greffe sur sa patte antérieure. Et ces deux gueules aussi voraces l'une que l'autre se disputent un long morceau de tripes. Cru, à n'en point douter.

La lèvre supérieure du deuxième se déforme en une protubérance nasiforme, tandis que son aile, si tant est que c'en soit une plutôt qu'une crinière, s'agite en vains festons verruqueux. 

.

 

S8. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S8. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Le troisième? Il dévore la queue du précédent, qui est son frère car il a hérité de la même tuméfaction labiale rétrograde. Sa crinière fait la révérence, repoussant en arrière l'implantation de l'aile. Ce dragonophage est puni de sa gourmandise car sa propre queue est attrapée par un sauvage. On est souvent puni par où on a péché, mais pas toujours. La Fontaine professait que : 

Toujours par quelques endroits fourbes se laissent prendre.

.

.

 

S8. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S8. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

.

Au centre, un petit bonhomme tout nu s'est coiffé d'un grand sombrero. Un tricorne ? 

Il a saisi la queue des deux dragons, peut-être pour en faire un nœud, et ce chenapan s'enfuit à toutes jambes. Nous prenons néanmoins le temps de remarquer ses yeux ronds, ses cheveux longs bouclés et sa toute petite bouche. La queue du dragon de droite est agrémentée d'une tête de serpent, comme c'est l'usage chez eux. 

.

S8. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S8. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

S8. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S8. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Comme sous l'effet d'une musique endiablée, cette queue-leu-leu se transforme en une ronde folle, où les bêtes se trémoussent et se déhanchent, font voler leurs jupons, crient de joie en éclatant de rire, emmenés par un galopin déguisé en ange. Et on chante !

"C'est la danse des dragons

Qui en sortant du lagon

Se tiennent par la barbichette

Et font pouet-pouet. "

 

Comme ils s'amusent !

.

S8. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S8. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

S8. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S8. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

.

S7. SEPTIÈME SECTION DU COTÉ SUD DE LA NEF. FRISE À ENTRELACS ET PALMETTE.

Retour au calme et à l'ordre après cette soirée mémorable. 

.

.

S7. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S7. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

S7. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S7. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

.

 

S6. SIXIÈME SECTION DU COTÉ SUD DE LA NEF. CROISÉE DU TRANSEPT. RINCEAUX, ENTRELACS, COUPLE DE DRAGONS ÉTREINTS, LION (TÊTE DE), FLEURETTES.

.

S6. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S6. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

S6. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S6. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Le couple de dragons étreints crachant du feu.

.

S6. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S6. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

S6. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S6. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

La tête de lion.

.

 

 

S6. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S6. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Les rinceaux de quintefeuilles.

.

 

S6. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S6. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

.

S5. CINQUIÈME SECTION DU COTÉ SUD DE LA NEF. HOMME ENTRE DEUX COUPLES DE DRAGONS STYLISÉS

.

 

S5. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S5. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

S5. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S5. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

.

S4 . QUATRIÈME SECTION DU COTÉ SUD DE LA NEF. HOMMES SAUVAGES, ARCHER, CHIENS DE CHASSE, LETTRE A.

.

S4. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S4. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Hommes sauvages tenant leur gourdin. Un chat ou dragon portant un escargot sur son dos. L'escargot est visé par un archer.

.

.

S4. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S4. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

L'interprétation est-elle juste ? Sont-ce bien des sortes d'Hercules à gourdin ? 

.

S4. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S4. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Un archer ; deux chiens de chasse ; un homme nu tenant la lettre A.

.

S4. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S4. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

S4. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S4. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Quel peut être le sens de cet lettre A ? Est-ce un outil, une potence,? 

?

 

S4. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S4. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

.

S3 . TROISIÈME SECTION DU COTÉ SUD DE LA NEF. TROIS IVROGNES ET UNE SIRÈNE.

 

.

 

S3. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S3. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

.

Visage d'un homme de profil tirant la langue et portant un drôle de bonnet à pompon. Un Fou ?

.

 

S3. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S3. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Une sirène allongée sur le coté droit, accoudée. Cheveux longs, corps mi-écailleux mi-végétal.

Note : cette sirène n'est pas répertoriée dans la thèse d'Hiroko Amemiya Vierge ou démone dans son chapitre "ornement de type sirène". 

On peut y voir l'allégorie de la Luxure, en contrepoint de l'Intempérance du buveur.

.

 

S3. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S3. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

S3. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S3. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Un ivrogne allongé de façon symétrique à la sirène, jambes sous sa queue (à la sirène), main droite sur l'aine près de la braguette, main gauche sous la tête. Il est appuyé sur un tonnelet.

Nous reconnaissons ici les personnages et le style de la scène de taverne des sablières de la nef sud et du bas-coté de l'église de Grâces-Guingamp (1508). Le petit tonneau (individuel ?) en forme de T inversé à goulot central, se retrouve comme le héros familier de ces mémorables "cuites" des sablières bretonnes.

.

S3. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S3. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

S3. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S3. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Deux ivrognes allongés nous regarde et nous font signe. L'un  montre son bol vide, et désigne du doigt  le flacon. Veut-il que nous le servions ?

.

S3. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S3. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

.

S2 . DEUXIÈME SECTION DU COTÉ SUD DE LA NEF. AU DESSUS DE LA TRIBUNE. FRISE À MOTIF CENTRAL PARTICULIER. DRAGONS A DROITE.

.

 

S2. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S2. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

Les sablières (1551-1557) de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras (22). II. Le coté sud.

.

 

S2. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S2. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

.

S1 . PREMIÈRE SECTION DU COTÉ SUD DE LA NEF. AU DESSUS DE LA TRIBUNE. TROIS HOMMES MENANT DU BÉTAIL. 

.

Ils sont tous coiffés d'un chapeau, tiennent un fouet et portent une veste courte et des chausses.  Le premier fume une pipe en terre. 

.

S1. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S1. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

S1. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S1. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Le deuxième marche derrière une vache qu'il guide du bout de son bâton.

S1. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S1. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Le troisième mène fermement un taureau (je me raconte ce que je vois comme ça) par un collier frontal tandis qu'il pose son bâton contre le museau pour le diriger.

S1. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

S1. Sablières du coté sud de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

.

Blochet aux armes des Plougras. Distribution d'un objet rond. 

.

Un homme placé devant un panier tend un objet rond (un pain ?) à un homme qui tient de la main gauche un outil cylindrique à poignée. Un autre homme s'éloigne en tenant cet objet qu'il vient de recevoir. Le chapeau, la veste, le pantalon court (chausses ou bagou braz en Basse Bretagne) sont les mêmes que ceux de S1. 

Ce blochet et la pièce S1 semblent être de facture assez récente (XIXe siècle ?).

 

.

Blochet sud-ouest  de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Blochet sud-ouest de la nef de l'église de Ploguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

SOURCES ET LIENS. 
.

— COUFFON (René) 1939,  Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier, extrait des Mémoires de la Société d'émulation des Côtes-du-Nord, Saint-Brieuc, Les presses bretonnes, 1939, p. 233-235.

 

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6562108b/f29.image

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6562108b/f46.image

— DUHEM (Sophie) 1998, « Quant li goupil happe les jélines... », ou les représentations de Renart dans la sculpture sur bois bretonne du XVe au XVIIe siècle,  Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest  Année 1998  105-1  pp. 53-69

http://www.persee.fr/doc/abpo_0399-0826_1998_num_105_1_3972

— DUHEM (Sophie) 1997, Sablières sculptées de Bretagne : images, ouvriers du bois et culture paroissiale au temps de la prospérite bretonne (XVe-XVIIe s.). Thèse de doctorat en Histoire. Sous la direction de Alain Croix. Soutenue en 1997. à Rennes 2 .

— DUHEM (Sophie) 1998, Les Sablières sculptées de Bretagne, Presses Universitaires de Rennes, 390 pages. Pages  66-69-72-183-232-233-266-267-277-278 : 

 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sablières
10 mars 2018 6 10 /03 /mars /2018 22:50

Les sablières (1551-1557) de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras (22). I. Le coté nord.

.

 .

Pour les autres articles sur les sablières, tapez ce mot sur l'onglet "Rechercher".

.

.

PRÉSENTATION.

Malgré deux inscriptions des sablières précisant la pose de la charpente en 1551 (bas-coté sud) et en 1557 (nef nord), les sablières de Loguivy-Plougras forment, selon Sophie Duhem, "un ensemble des plus hétéroclites" puisque "une charpente à la décoration imposante peut avoir été sculptée au cours des siècles par des hommes aux sensibilités artistiques éloignées". 

Effectivement, en 1902, les corniches d'origine et les sablières de l'église de Saint-Jean-du Bally à Lannion, — dont  le chœur est reconstruit  à la même époque, l'abside en arrondi étant remplacée par un chevet plat—,  ont été enlevées et cédées à l'église de Loguivy-Plougras . Elles occupent actuellement la dernière travée du chœur.

D'autre part, des travaux d'agrandissement ont eu lieu de 1885 à 1887.  Comme l'indique l'inscription lapidaire du porche ouest, la chapelle initiale de Loguivy-Plougras  a été commencée en 1516, et sa tour en 1566 ; elle  mesurait 28,5 mètres de longueur. Lorsque l'église de Saint-Yvi fit détruite et qu'en 1856 la chapelle Saint-Émilion fut élevée au rang d'église paroissiale, elle fut agrandie de 1885 à 1887 par le prolongement des bas-côtés au delà des bras du transept et la translation du chevet vers l'est. Le vaisseau central (nef + chœur) atteint 40 mètres de long entre deux séries de 6 arcades supportées par des colonnes cylindriques. Avec ses bas-cotés, l'église est large de 27 mètres hors-tout. 

Les sablières les plus anciennes entourent le transept et longent les bas-cotés. Elles semblent antérieures au monument actuel. Celles qui décorent la nef coté ouest datent de 1557.

 

 

Néanmoins, malgré cet apport exogène et cet agrandissement au XIXe siècle, j'éprouve pour ma part lors de ma visite un sentiment d' homogénéité, car ces corniches sculptées ont en commun un fond rouge bordeaux sur lequel se détachent des motifs figurés en moyen-relief tous peints de la même couleur gris-plomb. Des caractéristiques stylistiques se répètent, comme les yeux ronds et globuleux et le dessin des dragons et des grylles. Enfin, toute la charpente (y compris blochets et abouts de poinçon) porte les armoiries à croix pattée rouge des Poulgras, seigneurs du lieu.

Le développement linéaire de ces sablières, qui suivent comme une frise obstinée la nef,  le chœur, les bras du transept et les bas-cotés, est considérable. Même en divisant leur présentation en plusieurs articles, la visite sera longue, et on sera avisé de prévoir un casse-croûte.

Elles n'ont pas fait l'objet, à ma connaissance, d'une description particulière. La meilleure description générale de l'église est un texte anonyme, dont les trois pages sont  placardées dans l'église, et qui sont reproduites par le site Infobretagne. 

On sait que je ne suis pas photographe et que mes clichés servent de support à mon texte. Avec mon matériel d'amateur, mon dégoût pour la technique, mon éclairage d'appoint improvisé et l'éloignement de mes cibles, j'ai fait ce que j'ai pu ; j'implore qu'on veuille bien m'en excuser et se référer aux travaux de photographes patentés.

La visite .

Après un coup d'œil aux entraits engoulés, je débuterai par l'angle nord-ouest, au dessus d'une tribune qui compliqua encore mes prises de vues, je ferai le tour de  la nef dans le sens horaire, pour me retrouver au pied de la tribune, au sud.

Les inscriptions ont retenu tout mon intérêt. Elles mériteront sans doute un article particulier.

.

 

 

 

 

Porche ouest de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Porche ouest de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

Avant d'entrer, remarquons pour placer le cadre chronologique et stylistique,  sous le fronton du porche, l'inscription CESTE . CHAPPELE.  FVT .  COMMENCEE . 1516.  ET .  LA . TOVR . 1566.

Le texte de l'entablement est placé sur deux lignes  dans deux cartouches en réserve. La ponctuation fait appel à des points simples et losangiques. Les lettres sont des majuscules romaines (le Champfleury de Tory date de 1529)  et les chiffres sont arabes.  Les amateurs apprécieront le N rétrograde du verbe COMMENCEE. L'orthographe CHAPPELE reproduite par Couffon n'est pas respectée dans le texte mis en ligne par Infobretagne.

Ce proche est de style Renaissance, avec ses colonnes cannelées à chapiteaux corinthiens, son fronton triangulaire et sa clef de voûte sculpté d'un motif qui serait à définir.

La croix pattée des armoiries des chevaliers de Plougras occupe une place de choix à l'intérieur du fronton.

.

 

Porche ouest de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Porche ouest de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

La même croix pattée occupe aussi la pointe du fleuron d'une porte latérale nord :

.

Porte de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Porte de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

VUES GÉNÉRALES DU VAISSEAU CENTRAL.

.

Vue de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Vue de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

Vue de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Vue de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

Vue de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Vue de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

Proposition de plan (à vérifier) des entraits et sablières.

.

Plan de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Plan de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

.

I. LES ENTRAITS DU VAISSEAU CENTRAL.

Je compte huit entraits engoulés. Les troisième et cinquième portent deux motifs sculptés au tiers de leur longueur. Les sixième, septième et huitième (au dessus du chœur)  portent un motif sculpté en leur milieu. Ce sont ces motifs qui m'ont intéressés. Ils font le tour de la poutre comme une virole, et leur examen supposerait d'en examiner les quatre faces.

.

Troisième entrait . Un couple.

.

 

Entrait n° 3 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Entrait n° 3 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

A gauche : une femme.

Le visage est peu gracieux. Il est coiffé d'un voile qui se prolonge en guimpe ; un autre élément barre la poitrine et se développe latéralement comme deux ailes. En dessous, les deux bras sont croisés devant le milieu d'une robe à gros bouton. Cela pourrait être la Vierge, dans une disposition analogue aux poutres de Gloire, avec Saint Jean à sa droite, mais aucun argument ne vient étayer cette hypothèse.

 

.

Entrait n° 3 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Entrait n° 3 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

A droite, un homme.

Joufflu, les cheveux frisés, ne portant pas la barbe (pourtant à la mode au milieu du XVIe), il s'accroche à la poutre comme à une barre fixe. Il est vêtu d'une tunique à longues manches plissées, fendue au milieu et fermée par des boutons ronds. Son absence de barbe est le seul argument pour identifier ici saint Jean.

Entrait n° 3 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Entrait n° 3 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

Le cinquième entrait : un homme et deux dragons.

.

Entrait n° 5 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Entrait n° 5 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

A gauche, un homme.

Cet homme barbu (cela pourrai-être le Christ) passe la tête sous un dais ou une gloire. Il est vêtu d'un manteau ouvert sur une tunique ras-du-cou. Il tient dans ses bras un petit enfant. 

Entrait n° 5 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Entrait n° 5 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

Entrait n° 5 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Entrait n° 5 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

Si nous observons l'autre face de la poutre, nous découvrons que cet enfant — c'est peut-être un homme nu, ou une âme — est sauvé de l'atteinte d'un serpent qui passe entre ses jambes. L'homme barbu serait-il le Sauveur libérant l'Homme du Mal ?

.

Entrait n° 5 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Entrait n° 5 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

A droite, deux dragons affrontés.

Des dragons, ils ont la gueule aux crocs acérés, les oreilles en feuille de figuier, l'échine épineuse, mais surtout la queue qui contourne leur arrière-trains pour se terminer en une petite tête ronde.

.

Entrait n° 5 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Entrait n° 5 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

De la même façon, si nous cédons à la curiosité de découvrir la face orientale, nous y découvrons un homme qui tient les pattes des dragons. II est coiffé d'un casque ou d'un bonnet rond, il est vêtu d'une tunique et de hauts de chausse à crevés. Ce serait un damné. 

.

Entrait n° 5 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Entrait n° 5 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

Entrait n° 8 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Entrait n° 8 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

.

.

II. LES SABLIÈRES DU COTÉ NORD DE LA NEF.

.

Je les désigne comme des sections séparés par les huit entraits; a priori, chaque section correspond à une "pièce" de sablière. J'en compte neuf de chaque coté. 

N1 : PREMIÈRE SECTION DU COTÉ NORD DE LA NEF.

C'est la pièce la plus difficile à voir car elle est masquée par la tribune. Elle est pourtant d'un grand intérêt. Elle débute par un blochet.

.

Blochet nord-ouest. Un homme barbu portant un autre barbu sur son dos. Croix pattée des Plougras.

.

 

 

.

 

Blochet nord-ouest de  la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Blochet nord-ouest de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

Du blochet jusqu'au premier entrait. Un animal fantastique.

J'en laisse la description à celui qui aura accès à la tribune.

.

 

Sablière N1  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N1 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

.

N2. DEUXIÈME SECTION DU COTÉ NORD DE LA NEF. Spirale de vigne.

C'est une succession de huit boucles serpentines, sans caractère zoologique, la tige formant ces boucles contournant à chaque fois huit grappes de raisins. 

.

Sablière N2  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N2 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

.

N3. TROISIÈME SECTION DU COTÉ NORD DE LA NEF. QUATRE DRAGONS

.

 

Le même motif se répète trois fois, celui d' un dragon dont la queue se termine par une tête d'homme barbu. ·À droite, un dragon plus simple tourne sa tête vers nous.

.

 

Sablière N3  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N3 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

Sablière N3  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N3 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

Sablière N3  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N3 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

Sablière N3  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N3 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

.

N4. QUATRIÈME SECTION DU COTÉ NORD DE LA NEF. INSCRIPTION DE FONDATION (1557).

Elle est constituée d'une inscription en deux parties séparées par un médaillon, et inscrite sur une banderole factice tenue par deux personnages. 


 

Sablière N4  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N4 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

Sablière N4  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N4 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

A gauche : un homme coiffé d'un bonnet et portant des binocles.

Le bonnet est (peut-être) replié sur le devant en triangle. Un bonnet carré de recteur ? Un bonnet de docteur ? L'encolure de sa tunique est élargie par une courte fente médiane.

On trouve des binocles représentés par les sculpteurs sur bois en Bretagne sur un retable de  Notre-Dame-du-Crann de Spézet (seconde moitié du XVIe siècle). On les trouve aussi, dans l'art du vitrail, sur une Circoncision de l'église Saint-Mériadec en Stival, et sur la Dormition de la chapelle Notre-Dame-du-Crann

Comme je l'ai déjà écrit,  les lunettes, qui avaient été inventées en Italie vers 1300, ont déjà plus de 200 ans d'existence, sous cette forme de deux lentilles convexes en cristal de roche montées sur un pince-nez. En 1434, Van Eyck avait déjà peint le chanoine Van der Paele  tenant ses binocles contre son bréviaire. Les branches de lunettes permettant leur fixation derrière les oreilles attendront le XVIIIe siècle pour être inventées.

.

 

Sablière N4  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N4 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

Au centre : un homme de profil dans un médaillon.

Au centre d'un cuir découpé, un médaillon renferme le profil d'un homme jeune, aux cheveux courts (ou portant une calotte), à la large bouche gourmande. Les cuirs découpés et les médaillons sont deux témoins de l'influence de l'art de la Renaissance.

.

Sablière N4  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N4 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

L'inscription (1). 

Elle est formée de lettres minuscules gothiques aux jambages bifides, sans lettres conjointes. La ponctuation de séparation des mots est le deux-points. Le tilde est utilisé en élision de la lettre -N dans les mots a[n]bas et cea[n]s. Les lettres -S  sont ornées. Je lis du coté gauche ceci : 

 

LE : BOIS : DU : BOUT :

DA[N]BAS : DE : CEANS : FAICT

soit :

"Le bois du bout d'en bas de céans fait" ...

Le terme de "bois" pour désigner la charpente est attestée sur les inscriptions des sablières à Arz en 1554, à Belz en 1562, à Berric en 1554, Boquého en 1486, Canihuel en 1598, Le Croisty en 1553, Daoulas en 1529, Elven en 1536, Guestel en 1443, Grâces-Guingamp en 1508, Guégon en 1456, Guénin en 1577 et en 1604, Locoal-Mendon en 1621, Moréac en 1565, Ploérin en 1467, Plouhinec en 1519, Plumelec en 1554, Pluméliau en 1533, Sulniac en 1503, 1567 et 1565, Theix vers 1536, Tréffléan en 1524. (par consultation de l'inventaire de S. Duhem). On trouve aussi l'expression "a été boisée".

Comment comprendre "le bois du bout d'en bas" ? Si le "haut" de la chapelle est son chevet, et le "bas" sa nef (les deux parties étant alors séparés par un jubé ou une clôture), il est possible de l'interpréter comme "l'extrémité occidentale  de la nef ". 

Autrement dit: " la charpente de l'extrémité occidentale de la nef de cette chapelle a été faite " ....

 

.

Sablière N4  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N4 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

L'inscription (2). 

.

Elle débute par une clef où sont suspendus deux rubans (j'interprète ainsi les deux marques en X et Y).

Cette clef doit-elle être comprise comme un rébus, en remplacement d'un nom ou d'un mot, doit-elle être considérée comme une marque professionnelle (les clefs figurent parmi d'autres outils dans la liste des diverses marques), ou comme un ornement faisant allusion à une ré-ouverture du sanctuaire ??

 

Je lis pour cette partie :

AUGTE : G : LAMY ON

: GOUARN RES : A : P[RESE]NT : L : M : VCZ : LVII

On remarquera l'utilisation de lettres suscrites à trois reprises, et celle d'un M aux fûts perlés pour "MIL".

Ma leçon est :

""Le bois du bout d'en bas de céans fait [par] Augte  G. Lamyon Gouverneur à présent l'an mil cinq cent cinquante sept (1557)".

Le prénom Auguste, suggéré pour résoudre "Augte"  est douteux, puisqu'un tilde n'est pas placé pour signaler une élision.

Je propose d'identifier ce gouverneur comme étant Guillaume Lamyon, maître charpentier.

.

 

Sablière N4  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N4 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

Au total, nous avons : 

LE : BOIS : DU : BOUT : / AUGTE : G : LAMY ON

DA[N]BAS : DE : CEANS : FAICT / : GOUARN RES : A : P[RESE]NT : L : M : VCZ : LVII

"Le bois du bout d'en bas de céans fait [par ] Augte G. Lamyon Gouverneur à présent l'an mil cinq cent cinquante sept (1557)".

 

Elle est proche de celle de Sophie Duhem est exacte:

LE : BOIS : DU : BOUT : DA[N]BAS : DE : CEA[N]S : FAICT : P[AR] J. AVG[US] TE : G : LAMYON GOVARN[NEUR] : A : P[RESE]NT : L[AN] : M : VCZ LVII

Celle de René Couffon est, comme souvent, approximative, mais cet auteur est régulièrement copié aveuglément. 

 

"Enfin, la sablière de la longère nord de la nef porte : « Le bois du bout d'a bas de ceans faict (une tête puis une clef) Auguste Glamyon gouarner à p(rese)nt l'an M V cz L VII (1557) ; et au-dessous : fet J. Guille. "

Dans le même genre, je lis sur l'article Wikipédia :

"Le bout d'en bas de céans fait par Lamy Y. Gouarn à présent l'an 1557" 

.

.

 

 

 

Sablière N4  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N4 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

N5.  CINQUIÈME SECTION DU COTÉ NORD DE LA NEF.  SIGNATURE G.F ET HUIT MÉDAILLONS.

.

Huit médaillons de style Renaissance représentent des hommes placés en vis à vis, autour d'un médaillon central à monogramme G.P.

 

Commentaire de Sophie Duhem :

 

"Les sculpteurs italiens développent à la fin du Quattrocento le thème du buste en relief sur médaillon, une figure qui apparaît à plusieurs reprises dans l'ornementation des charpentes. Bien que nous n''ayons pas retrouvé dans les recueils de gravures d'équivalents iconographiques des modèles sculptés sur les sablières, l'origine italienne ne fait aucun doute. Au total, 82 pièces de charpente sont ornés de portraits sur médaillons, principalement regroupés dans les paroisses du Cap Sizun et dans le diocèse de Vannes. Le modèle le plus répandu présente une tête de face ou de profil, disposée au centre d'un médaillon cranté ou marqué d'encoches [Loguivy-Plougras] Cette dernière formule est utilisée par J. Brellivet à Cleder-Cap-Sizun (1554), Primelin, et Saint-Nic (1562). P. Poulichet à Lanonnet (1568) et Le Saint préfère sculpter en très haut relief une succession de personnages en bustes, qui ont manifestement inspiré l'artisan de la chapelle Saint-Sébastien au Faouët."

.

 

.

Sablière N5  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N5 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

Qui sont ces hommes ? Il est impossible de le dire. Le quatrième ressemble fortement au médaillon central de  N4. Barbus ou imberbe, coiffés de chapeaux ou nu-têtes, ils évoquent des personnages contemporains. 

Sablière N5  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N5 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

Sablière N5  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N5 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Le médaillon central porte un cuir, sur lequel sont inscrites les lettres : G / P :

Je propose de lire dans ces initiales celles de Pierre Guillot.

Elles entourent une herminette, laissant penser qu'il s'agit du maître charpentier. 

 

.

.

Sablière N5  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N5 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

.

N6.  SIXIÈME SECTION DU COTÉ NORD DE LA NEF. DRAGONS, LION, ANIMAUX ET ÊTRES FANTASTIQUES.

.

.

 

Sablière N6  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N6 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

Sablière N6  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N6 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

Sablière N6  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N6 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

Sablière N6  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N6 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

Sablière N6  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N6 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

Sablière N6  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N6 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

Sablière N6  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N6 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

Sablière N6  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N6 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

Sablière N6  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N6 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

Sablière N6  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N6 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

.

N7.  SEPTIÈME SECTION DU COTÉ NORD DE LA NEF. ENTRELACS ET PALMETTES.

.

 

Sablière N7  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N7 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

N8.  HUITIÈME SECTION DU COTÉ NORD DE LA NEF. PORCS, SIRÈNE, DRAGON AILÉ, CENTAURE, ETC.

.

 

Sablière N8  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N8 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

Sablière N8  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N8 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

Une sirène tenant un serpent, ou une femme sortant d'une conque. Un dragon ailé fantastique.

.

Sablière N8  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N8 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

Un centaure tenant un bâton est poursuivi par un dragon ailé et par un dragon.

.

 

Sablière N8  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N8 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

 

N9. SIMPLE ARABESQUE.

C'est cette pièce qui viendrait de l'église Saint-Jean-de-Bally de Lannion.

.

Sablière N8  de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

Sablière N8 de la nef de l'église Saint-Émilion de Loguivy-Plougras. Photographie lavieb-aile septembre 2017.

.

SOURCES ET LIENS.

.

COUFFON (René) 1939,  Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier, extrait des Mémoires de la Société d'émulation des Côtes-du-Nord, Saint-Brieuc, Les presses bretonnes, 1939, p. 233-235.

 

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6562108b/f29.image

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6562108b/f46.image

— DUHEM (Sophie) 1998, « Quant li goupil happe les jélines... », ou les représentations de Renart dans la sculpture sur bois bretonne du XVe au XVIIe siècle,  Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest  Année 1998  105-1  pp. 53-69

http://www.persee.fr/doc/abpo_0399-0826_1998_num_105_1_3972

— DUHEM (Sophie) 1997, Sablières sculptées de Bretagne : images, ouvriers du bois et culture paroissiale au temps de la prospérite bretonne (XVe-XVIIe s.). Thèse de doctorat en Histoire. Sous la direction de Alain Croix. Soutenue en 1997. à Rennes 2 .

— DUHEM (Sophie) 1998, Les Sablières sculptées de Bretagne, Presses Universitaires de Rennes, 390 pages. Pages  66-69-72-183-232-233-266-267-277-278 : 

 

.

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sablières
28 février 2018 3 28 /02 /février /2018 08:50

.

Si, depuis la thèse de Sophie Duhem en 1997, l'intérêt pour les sablières des charpentes sculptées des églises et chapelles bretonnes a connu un développement exponentiel, les abouts de poinçon, plus inaccessibles au regard car placés à plus de 15 mètres du sol, demeurent largement méconnus et n'ont bénéficié le plus souvent ni d'inventaire, ni d'étude iconographique réglée, ni de publication ou travail universitaire. Seul, le soin mis à les remplacer, à les repeindre et à les remettre en état lors des restaurations des charpentes par les Monuments historiques témoigne de leur importance.

Pourtant, elles sont réalisées lors du couvrement des édifices en même temps que les sablières, par les mêmes sculpteurs, et surtout dans le même esprit. Elles possèdent la même valeur patrimoniale. Il est possible d'affirmer que l'ensemble sablières + blochets + entraits + abouts de poinçon forment un ensemble coordonné qui devrait, dans l'idéal, être étudié comme un tout stylistique et iconographique. 

Une charpente moyenne comporte, au croisement des nervures et de la ligne médiane, une trentaine d'abouts de poinçon, tous sculptés. Tous ne suscitent pas le même  intérêt, car nous délaissons les motifs végétaux à feuilles d'acanthe et autres feuillages pour privilégier les motifs plus animés. Leur séquence débute souvent au dessus du chœur par des anges porteurs des blasons des prééminenciers, des anges tenant la Sainte Face ou les Instruments de la Passion,  ou des anges musiciens. Dans la nef, les motifs populaires, les acrobates aux postures parfois obscènes, les danseurs ou les animaux fantastiques trouvent leur place.

Lors de ma visite de l'église de Grâces, après avoir fait le tour des sablières, je n'ai eu ni le temps, ni la qualité d'éclairage, ni l'équipement photographique nécessaire pour réaliser l'inventaire et l'étude de ces singulières pièces sculptées, mais j'ai retrouvé l'acrobate montrant ses fesses, qui figurait plus bas sur un blochet. La continuité entre sablières et poinçons était manifeste, mais les particularités de ces derniers devait être soulignée. Parmi le lot de nombreuses photos floues, j'ai conservé celles qui, néanmoins, pouvait être susceptible d'encourager l'intérêt des paroissiens et visiteurs.

.

 

LA SIGNATURE AU CENTRE DE L'ENTRAIT.

Les deux faces est et ouest de l'entrait maître de l'église portent, en son milieu, un cartouche où sont sculptés en réserve un mot en lettres gothiques.

.

 

Entrait et voûte lambrissée de la nef de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Entrait et voûte lambrissée de la nef de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

  Du coté ouest,

je lis:

ANEG-R .

Je n'ai pas trouvé de mention de cette inscription dans les publications des Amis du Patrimoine de Guingamp, disponibles en ligne. Et je ne trouve aucune possibilité d'y lire un patronyme, ou un terme liturgique.

.

Entrait de la charpente de la nef de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Entrait de la charpente de la nef de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

Du coté est.

La lecture n'est pas plus simple. Les quatre lettres MSIP n'ont pas de sens, et elles sont précédées par une petite boucle. 

aMSIP ??

Là encore, je ne trouve ni patronyme, ni mot latin. Si je considère que les deux dernières lettres sont conjointes, cela donne MSUP, tout aussi épineux.

Si les deux faces de l'entrait constituaient une suite, MSIPANEGR ou ANEGRaMSIP ne lèvent aucun voile.

.

 

Entrait de la charpente de la nef de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

Entrait de la charpente de la nef de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

LES ANGES.

.

1. Ange en tunique longue, présentant un écu muet.

Cet écu est traversé par une diagonale.

.

 

About de poinçon de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

About de poinçon de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

2. Ange en aube tenant un objet rectangulaire.

Le style de cet ange diffère de celui du précédent, avec un visage plus fruste, des cheveux seulement frisés sur les épaules, un plissé de tunique tuyauté.

.

 

About de poinçon de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

About de poinçon de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

3. Ange (ou garçon) tenant un phylactère.

.

About de poinçon de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

About de poinçon de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

4. Ange (ou garçon) tenant un objet sur un phylactère.

L'objet est cylindrique, et sans-doute brisé. Cet ange est-il en train d'écrire ?

.

 

 

 

About de poinçon de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

About de poinçon de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

5. Ange musicien ?

Cet ange a perdu l'objet qu'il tenait entre ses mains, hormis une sorte de crayon qui passe à travers sa manche droite. D'autre part, ses lèvres entourent un tuyau qui est brisé. Seul un instrument à vent semble pouvoir expliquer cela.

.

 

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

II. LES ACROBATES.

.

 

1. Acrobate à demi-nu tenant ses chevilles et exhibant ses parties génitales.

Il est à demi-nu puisqu'il est coiffé d'un capuchon retombant en scapulaire sur ses épaules. Il tient ses chevilles en contorsion avant dans une position anatomiquement impossible. Faites l'essai : devant un miroir, allongez-vous sur le dos et tirez vos chevilles vers vous : ce qui sera visible dans la glace, ce sera l'arrière de vos genoux, (et non les rotules), et les fesses (et non les choses plus obscènes encore). La seule solution pour réaliser cette contorsion arrière avec le visage de face est d'y associer une torsion à 180 ° de la tête. Pas facile ! Néanmoins, cette prouesse de contorsionniste extrême est fréquente en sculpture.

 

.

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

2. Acrobate en contorsion arrière, jambes sur les épaules et tenant ses chevilles.

 Il porte un bonnet carré à renflure médiane, une tunique dont la partie thoracique est tissée (laine ou peau) et la partie inférieure ou les manches sont plissées. Une lanière passe sous la plante des pieds.

.

 

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

3. Acrobate nu en contorsion arrière en pont.

Il tient un objet de la main droite : nous pouvons imaginer qu'il danse en s'accompagnant de sortes de maracas.

.

 

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

4. Acrobate en contorsion arrière, en suspension entre quatre arceaux.

.

 

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

5. Acrobate en contorsion arrière, tenant un couteau.

Il est barbu, son nez est épaté, il semble nu, sa poitrine est velue. Il porte un béret à bords larges. 

.

 

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

6. Acrobate en pont en contorsion arrière, les pieds et les mains tenues par la gueule de dragons.

.

 

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

7. Acrobate en pont en contorsion arrière, caricature d'homme d'arme ? 

avec sa petite épée, son petit  bouclier et son écu ? Il porte un pantalon obtenu par croisements de lais d'étoffe, et une veste courte laissant le ventre nu.

.

 

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

8. Acrobate danseur ou sauteur, jambes croisées.

Dans la main droite, il tient une boite à rythme, ou une bouteille. Pieds nus, il est vpêtu de pantalon descendant jusqu'aux chevilles, d'une veste à manches longues et d'un bonnet.

.

.

 

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

 

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

9. Acrobate au corps et au visage difformes.

.

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.
About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

10. Acrobate en pont en contorsion arrière, coiffé d'un bonnet à oreilles animales et vêtu d'une veste boutonnée.

.

 

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

11. Acrobate en pont en contorsion arrière, mains sur les cuisses, vêtu d'une veste boutonnée dotée d'une capuche à oreilles animales. 

.

.

 

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

12. Acrobate au visage simiesque, assis en tailleur. Il est vêtu d'un ample manteau à capuche et d'un pantalon informe.

.

 

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

13. Femme tenant une quenouille ??

.

 

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

14. Quatre masques grimaçants.

.

 

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

About de poinçon (1508) de la voûte lambrissée de l'église de Grâces. Photographie lavieb-aile 16 septembre 2017.

.

DISCUSSION.

J'ai donc réuni un ensemble de 19 abouts de poinçons dont 5 anges et 12 acrobates. Je découvre que j'ai abordé un sujet passionnant que je ne soupçonnai pas, et qui me fait regretter de n'avoir pas consacré d'avantage de temps encore à ces photos : celui de l'art du contorsionnisme médiéval. 

Cet art est illustré en iconographie dans les modillons romans, dans les  enluminures (danse de Salomé), les miséricordes des stalles, sur les blochets (Saint-Thomas à Landerneau), sur les crossettes (Dirinon), sur les calvaires monumentaux des enclos, bref un peu partout dans les édifices religieux. J'ai d'abord considéré qu'ils étaient l'équivalent des "drôleries" des marges des manuscrits médiévaux, contrepoints ludiques des exercices liturgiques ou figures érotiques. Leur situation était bien marginale, tant sur les sablières et les blochets que dans les hauteurs des charpentes.

.

Bateleur Miséricorde de Saint-Lucien de Beauvais Stalle provenant de l'église de Saint-Lucien de Beauvais (Oise), vers 1492-1500. Bois (chêne), 270 x 500 mm Paris, musée de Cluny - musée national du Moyen Âge, n° d'inventaire CL19624 Photo © RMN-Grand Palais (musée de Cluny - musée national du Moyen-Âge) / Michel Urtado

.

D'autre part, je ne dissociais pas suffisamment les acrobates contorsionnistes des jongleurs, des musiciens et des figures exhibitionnistes. 

Mais la lecture du  site BNF/CNAC sur les contorsions m'incite à approfondir ma réflexion :

"Liés à des pratiques chamaniques, certains exercices acrobatiques s’apparentent à des rites primitifs. Ils remettent le sujet entre les mains de la divinité invoquée ou le déifient aux yeux de la communauté en lui accordant la maîtrise d’une virtuosité surhumaine.

Acrobates ou danseurs attendent de cet affranchissement de la pesanteur, poussé à l’extrême des possibilités humaines, qu’il les livre à la force d’un pouvoir tutélaire qui agira alors en eux et par leur intermédiaire, pour que leurs gestes s’identifient à ceux de la divinité créatrice et témoignent de sa présence. Au Cambodge par exemple, la désarticulation lente et précise de chacune des parties du corps, du dos aux doigts, permet à la danseuse de s’affranchir d’une gestuelle trop humaine et d’accomplir les mouvements qui l’associent à une incarnation mythique. Dans ces gestes, rien n’est anodin : chaque position fonctionne comme une imitation transcendée d’êtres surnaturels. Puissances de la rivière ou de la forêt sont invoquées et convoquées pour affirmer et soutenir le déroulement de la cérémonie. Dans ce contexte particulier, l’acrobatie symbolise l’accession à une condition surhumaine. Elle est une extase du corps. Et tout ce qui pare la chair – fard, huile, peau ou plumes – contribue à faire s’épanouir le mystère de l’élévation et de la transcendance. Aujourd’hui, les contorsionnistes asiatiques ou occidentales ne font rien d’autre, mais le registre n’est plus que profane et spectaculaire

Le phénomène de dislocation du corps est pour beaucoup dans la sensation de répulsion qu’éprouvent certains spectateurs en regardant un numéro de contorsion qui provoque inévitablement une impression dérangeante de corps maltraité.

Il y a sans doute également un amalgame facile et trop rapide avec la reptation du serpent, une impression parfois renforcée dans l’histoire de la discipline par la création de saynètes théâtralisées où les contorsionnistes sont vêtus d’un costume épousant les formes du corps et texturé comme une peau de serpent. " 

.

Il serait intéressant de poursuivre cet inventaire de l'iconographie des contorsionnistes médiévaux, d'en étudier les différents exercices en les comparant aux figures pratiquées aujourd'hui, afin de se demander si ces représentations, loin d'être de ludiques et obscènes exutoires aux pratiques religieuses, ou l'expression d'une contre-culture carnavalesque, ne seraient pas des figures de la conversion, renversement spirituel sous l'effet de la Foi mais surtout de l'ascèse. Les acrobates seraient alors proposés comme des modèles, les prouesses de dépassement des limites corporelles devenant des  équivalents de la sainteté Mais cette interrogation ne préjuge pas de la réponse.

.  

.

.

SOURCES ET LIENS.

 — BNF / CNAC,  La contorsion.

http://cirque-cnac.bnf.fr/fr/acrobatie/au-sol/la-contorsion

— PRIGENT (Christiane), Sculptures de danseurs et de jongleurs dans les édifices religieux à l'époque romane et à l'époque gothique.

https://hicsa.univ-paris1.fr/documents/pdf/MondeRomainMedieval/Prigent.pdf

— Le monde des jongleurs.

http://jalladeauj.fr/musiciensetjongleurs/styled-4/

— TOULET (Simonne), 2010, L'église de Grâces et ses sablières, Bulletin des Amis du Patrimoine de Guingamp n°48.

http://bibliotheque.idbe-bzh.org/data/cle_89/Les_Amis_du_Patrimoine_de_Guingamp_nA_48.pdf

— ??, 1990, Les sablières de l'église de Grâces, Bulletin des Amis du Patrimoine de Guingamp n°8.

http://bibliotheque.idbe-bzh.org/data/cle_85/Les_Amis_du_Patrimoine_de_Guingamp_nA_8.pdf

— WIKIPEDIA, Iconographie des modillons romans.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Iconographie_des_modillons_romans

 

.

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sablières

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Terrraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Terrraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche