Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 janvier 2022 6 22 /01 /janvier /2022 12:33

Le mobilier de l'église de Guengat : le confessionnal de 1840, l'autel "face aux fidèles" et ses panneaux de 1843,  et leurs inscriptions en "ancien breton".

.

 

.

.

 

.

Voir sur Guengat :

 

.

 

.

PRÉSENTATION.

.

 En 1840, le menuisier Vincent Garrec construisit un confessionnal pour l'église de Guengat, et orna les panneaux de sculptures et d'inscriptions en français et en "ancien breton" énigmatique.

 

.

Trois ans plus tard, le menuisier Vincent Garrec, de Guengat, sculpta les panneaux d'une chaire à prêcher avec un corpus d'inscription en "ancien breton" et les data de 1843. Aucun auteur ne décrit cette chaire, mais René Couffon signale que ses panneaux furent réutilisés pour "l'autel face au peuple" (qu'imposèrent les nouvelles règles liturgiques du concile Vatican II à partir de 1965). Le corpus d'inscriptions de cet autel, qui se répartit sur quatre panneaux, permet de mieux comprendre les inscriptions du confessionnal. C'est pourquoi je le décrirai en premier.

.

.

 

.

.

.

I. L'AUTEL FACE AUX FIDÈLES DU XXe SIÈCLE ET SES PANNEAUX DE 1843.

.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

​.

.

Les inscriptions.

.

L'abbé Yves-Pascal Castel, du Service de l'Inventaire Général, les a étudiées et ses conclusions ont été publiées paru dans le Courrier du Léon du 12 mai 1986.

.

"Il y a sur le maître-autel de l'église de Guengat  une inscription étrange qui a attiré récemment l'attention des chercheurs de l'Inventaire général de Rennes. Pendant un certain temps, l'énigme que posaient les caractères sybilliens (sic) demeurèrent indéchiffrables. Mais grâce à la publication d'un dessin dans le bulletin de la Société archéologique du Finistère, les éclaircissements arrivèrent de toute part. On aurait pu s'épargner un tel déploiement de force !

À Guengat même, quelqu'un connaissait le sens des signes gravés sur l'autel : Jérôme Garrec en avait soigneusement fait le relevé par la méthode du frottis  et communiqué depuis longtemps au cercle de ses intimes la signification des caractères mystérieux. Il le savait par tradition familiale, étant le petit-fils de Vincent Garrec, le menuisier lettré qui exerçait son art au bourg de Guengat au milieu du XIXe siècle.

 

Vincent GARREC ne manquait  pas de talent. La chaire à prêcher et le confessionnal qu'il fournit en 1840 et 1843 à l'église paroissiale sont dans le pur style rocaille florissant au XVIIIème siècle et dont l'engouement se prolongea, on le voit ici, jusque dans le milieu du XIXème siècle. Le témoignage le plus ancien attestant des signes mystérieux utilisés par le menuisier de Guengat se trouve consigné dans la Grammaire du Père MAUNOIR, datée de 1659 qui l'appelle l'Alphabet des anciens Bretons Armoriques. D'après MAUNOIR, il est tiré « partie d'un ancien calice de l'abbaye de Landévennec, partie de quelques anciens bâtiments et monuments de la Bretagne ».  (Castel 1986)

"Alphabet des Anciens Bretons Armoriques, tiré d'un ancien Calice de l'abbaye de Landevenec, d'une Croix de Pierre en Plou-Sané, à deux lieues de Breft, du Château de Lezafcoët près de Doüarnenez, dans les pierres de taille que j'ai vu en place en 1701 étoient toutes marquées de ces Caractères & de quelques autres Anciens monuments de la Bretagne."

 

 

.

Julien Maunoir, 1659, Grammaire page 4

 

.

 

"On voudrait bien en savoir plus sur ce fameux alphabet, dont on ne trouve de traces gravées que par Vincent Garrec deux siècles plus tard.

Entre temps, les auteurs de Dictionnaires bretons, Grégoire DE ROSTRENEN en 1732, et Dom LE PELLETIER en 1752 , ont redonné l'alphabet armoricain, dans leurs ouvrages. Par chance, le premier indique, pour ce qui est des monuments sur lesquels on le trouve, en plus du calice disparu, les pierres du château de Lezarscouet près de Douarnenez, affirmant qu'il les avaient vues en 1702."

.

 

Dictionnaire françois celtique ou françois breton... par le P. F. Grégoire, de Rostrenen, 1732 page 30

.

 

"Si l'on ne possède aucune description des caractères du calice de Landévennec, BACHELOT DE LA PYLAIE donne le dessin des glyphes de Lezarscouët, comme il les appelle dans les planches ses « Études archéologiques et géographiques ».

Or ces glyphes ne ressemblent guère aux tableaux donnés par Grégoire DE ROSTRENEN ou Louis LE PELLETIER. Ce sont tout simplement des marques de tailleurs de pierre. Les glyphes ressemblent fort aux signes relevés par nous sur les pierres de taille des façades du manoir de Moëlien, en Plonévez-Porzay. Il n'y a guère de doute et chacun peut en faire la vérification lui-même.

.

BACHELOT DE LA PYLAIE , glyphes de Lezarscoët relevés en 1845, planches « Études archéologiques et géographiques ».

 

.

Ainsi l'on n'est guère à notre connaissance très documenté sur ce curieux sujet de l'alphabet armoricain.

Mais ce qu'il y a de plus curieux, c'est de savoir comment Vincent GARREC de Guengat a pu être au courant de ces caractères, dits armoricains. Est-ce le fait d'un recteur érudit qui possédait dans sa bibliothèque la Grammaire de MAUNOIR ou bien l'un des dictionnaires que nous avons cité plus haut, qui aurait communiqué au menuisier local l'alphabet ?

En examinant le relevé que nous donnons on remarquera que GARREC en use très librement. Pour certaines lettres, il utilise l'alphabet romain qui est, tout simplement, le nôtre. Par exemple, le MU de l'abréviation du mot menuisier est parfaitement compréhensible pour nous... Cet intérêt de Vincent GARREC pour l'alphabet armoricain témoigne d'un goût pour un ésotérisme, qui a toujours fasciné, à toutes époques et que nos contemporains, avides de mystères au milieu d'un monde en proie à la rationalité, sont en train de redécouvrir." (CASTEL (Y.P.) :Esotérisme ? L'Alphabet Armoricain. Une curiosité peu connue - In Progrès de Cornouaille - 12/V/1986.). https://bibliotheque.diocese-quimper.fr/files/original/27060aae6f0ed8a6bcba4b01005569a4.jpg

.

.

Yves-Pascal Castel  donne la transcription suivante des signes gravés sur la chaire à prêcher de 1843 transformée en autel :

.

Yves-Pascal Castel 1986

 

.

Traduction de la première inscription.

.

​PHILIPPE GUEGUEN

ADJOINT TRESORIER

.

Il faut sans doute comprendre : "PHILIPPE, adjoint. GUEGUEN, trésorier". En effet, les généalogistes ne mentionnent aucun Philippe Guéguen, mais par contre, de nombreux habitant de Guengat portent le patronyme PHILIPPE au XIXe siècle. Enfin, une inscription de 1838 à la voûte du chœur indique : "MARCHAND, Recteur. LE QUÉAU, Maire. PHILIPPE, adjoint. GUÉGUEN, trésorier 1660-1838".

 

 

 

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.
.

Traduction de la deuxième inscription.

.

 


LE QUEAU MAIRE.

.

 

Cette inscription  mentionne le nom de  Jean-Louis LE QUÉAU, né le 17 mai 1801 à Le Merdy, Guengat, et décédé le 9 avril 1849  à Guengat. Il fut maire de Guengat de 1836 à 1846.

https://gw.geneanet.org/kerangal?n=le+queau&oc=&p=jean+louis

.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

Traduction de la troisième inscription :

.
GARREC VINCENT MU [MENUISIER] 1843.

.

Vincent Garrec est le fils de Guillaume Le Garrec, (Plonéis,1785-1840), menuisier (acte de mariage 1831) et de  Marie Anne Perrine Jugeau (1787-1866). Il est né à Lezmel, Plogonnec  le 22 juin 1807 et est décédé le 8 février 1878 à Lestraon, Guengat. Sa profession de menuisier est précisée dès son premier acte de mariage en  1831. Il épousa en 1831  Marie Catherine Coadou 1797-1836,  dont il eut deux enfants Marie-Anne et Vincent, puis il épousa le 19 septembre 1836, à Guengat, Marie Catherine Lozachmeur ?1814-1887 dont huit enfants.

 

https://gw.geneanet.org/aaannagenea3?n=garrec&oc=&p=vincent+jean

https://www.geneanet.org/archives/actes/actesenligne/4925809

 

.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

Traduction de la quatrième inscription :

MARCHAND RECTEUR.

.

Cette inscription  renvoie à Clet-Marie MARCHAND, de Cléden-Cap-Sizun, recteur de Guengat de 1834 à 1849 (Abgrall). Il peut être assimilé au prêtre  Clet Marchand, Trouguer en Cléden-Cap-Sizun 25 juillet 1799/ Bourg de Cléden-Cap-Sizun 9 août 1884.

https://gw.geneanet.org/mjcoat?n=marchand&oc=1&p=clet

.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Panneau (1843) de l'autel (XXe siècle) de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

.

II. LE CONFESSIONNAL DE 1840.

.

Le confessionnal de 1840, classé au titre d'objet au 15-06-1999 a été décrit en 1984 par Yves-Pascal Castel qui en a déchiffré les inscriptions. La base Palissy le décrit comme "confessionnal n°2" dans sa notice PM290004857, en indique les mensurations avec sa hauteur de 3,90 m, sa largeur de 2,50 m et sa profondeur de 1,30 m. Il a été restauré en 1992.

Il est placé contre le mur nord de la chapelle du bas-côté nord, à côté de l'armoire à bannières.

Il est de cette forme à trois pans, traditionnelle en France, où une loge centrale équipée d'un siège et réservée au prêtre est accessible par une porte. Elle est entourée de deux compartiments ouverts, équipés d'une tablette (et jadis d'un prie-Dieu). Les compartiments communiquent, au gré du confesseur, avec l'isoloir par un double guichet grillagé à volet d'obturation coulissant, sorte de "boîte à lettres de la conscience". Il est couronné par un demi-dôme.

La porte est ornée de deux panneaux sculptés dont le principal est ajouré. Les montants latéraux et supérieurs de la porte sont aussi décorés, tout comme le dôme.

Les inscriptions mentionnent en français le nom du fabrique, du recteur et du maire, et en alphabet "ancien breton" celui du menuisier Vincent Garrec avec la date de 1840.

L'église conserve deux confessionnaux, dont un au fond de la nef. Jadis, l'un était réservé aux femmes et l'autre aux hommes, mais j'ignore si cet usage répandu est attesté à Guengat. Je présenterai, pour être complet, le confessionnal "n°1" en fin d'article.

.

 

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

Le panneau ajouré de la porte : le monogramme christique IHS sur un cœur et sous un pavillon frangé.

.

 

 

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

Composition aux feuilles de chêne.

.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

Les inscriptions en français.

.

Sur le bâti du coté gauche :

PHILIPPE ADJOINT FABRIQUE

soit, en s'aidant de l'inscription de la chaire, "Philippe , adjoint au Maire et membre de la fabrique" ?

.

Sur le haut de la porte, du coté gauche :

MARCHAND : RECTEUR.

Cette inscription présente en "ancien breton" sur la chaire  renvoie à Clet-Marie MARCHAND, de Cléden-Cap-Sizun, recteur de Guengat de 1834 à 1849 (Abgrall)

.

Sur le haut de la porte, du coté  :

JEAN : LOIUS [sic] : LE QUÉAU : MAIRE.

Cette inscription présente en "ancien breton" sur la chaire  mentionne le nom de  Jean-Louis LE QUÉAU, né le 17 mai 1801 à Le Merdy, Guengat, et décédé le 9 avril 1849  à Guengat. Il fut maire de Guengat de 1836 à 1846.

https://gw.geneanet.org/kerangal?n=le+queau&oc=&p=jean+louis

.

 

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

Les deux inscriptions en ancien breton.

.

Elles se rapprochent de celle de l'ancienne chaire à prêcher, qui  ont été déchiffrées, nous l'avons vu, en 1986,  par l'abbé Castel .

En s'aidant de ce relevé, Christian Jouin a déchiffré l'inscription de gauche ainsi :

 

IAN : KAVAV

VAL : FABRIQ

UE : ROSERE

soit "Jean Keraval fabrique du Rosaire".

La mention "fabrique du Rosaire" est obscure. Il existe alors une confrérie du Rosaire, mais pas de fabrique propre au Rosaire.

Ce nom est attesté par les généalogistes : par exemple pour un tailleur d'habit et cultivateur (1805-1878) :

https://gw.geneanet.org/duport1?n=keraval&oc=&p=jean

En 1894, un Keraval pose une balustrade pour l'église (C. Jouin)

.

 

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

 

Pour l'inscription de droite, je transcris :

VINCENT GA

 MU 1840

, soit "Vincent Garrec Menuisier 1840" :

.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°2 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

Le confessionnal n°1.

.

Il est comparable au confessionnal n°1, mais ne comporte aucune inscription.

.

Confessionnal n°1 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°1 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

Panneau sculpté de la porte : les emblèmes papaux (tiare et clés).

.

Confessionnal n°1 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°1 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°1 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°1 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°1 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Confessionnal n°1 de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

 

 

.

SOURCES ET LIENS.

.

— ABGRALL (Jean-Marie), 1911, Notice sur la paroisse de Guengat, Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie, BDHA, Quimper

 

https://bibliotheque.diocese-quimper.fr/items/show/344

 

— CASTEL (Yves-Pascal), 1984, " Eglise Saint-Fiacre, inscriptions sur un confessionnal et sur l'autel" Bull. Société archéologique du Finistère page 327.

— CHUTO (Pierrick), 2010, «Le maître de Guengat».

"Au hameau de la Croix de mission, René Kéraval, le forgeron vit avec sa femme et ses sept enfants aux âges très rapprochés. Comme si cela ne suffisait pas, le couple accueille trois enfants de l'hospice. Cette pratique est courante à Guengat et permet aux ménages de gagner quelque argent.

À Lestraon, Vincent Garrec, menuisier et sa seconde femme, Catherine Lozachmeur, élèvent cinq enfants. Celle-ci a accouché d'Hervé le petit dernier, à 41 ans. Elle allaite également Marie-Louise Philomène, nourrisson abandonné à Quimper. "

https://www.letelegramme.fr/local/finistere-sud/ouest-cornouaille/dzregion/guengat/livre-le-maitre-de-guengat-de-pierrick-chuto-23-02-2010-796261.php

Voir aussi :

https://www.histoire-genealogie.com/L-alcoolisme-au-XIXe-siecle-en-Basse-Bretagne

 

 

— COUFFON (René), LE BARS (Alfred), 1988,  Notice sur les paroisses,...

https://www.diocese-quimper.fr/wp-content/uploads/2021/01/GUENGAT.pdf

"Nouvel autel face au peuple, fait de panneaux provenant de la chaire à prêcher de 1843 ; l'inscription subsiste, en alphabet artisanal, dont le nom du recteur Marchand, du maire Le Quéau, de l'adjoint Philippe, du trésorier Guéguen et du menuisier, Vincent Garrec Mu. Ces noms se retrouvent dans une inscription peinte sur la voûte pour signaler une réfection du lambris.

Deux confessionnaux du XIXe siècle ; celui du sud porte la date de 1840 et une inscription dans les mêmes caractères que l'ancienne chaire."

 

— DILASSER (Maurice), 1979 : Locronan et sa région (Paris, 1979)

DIVERRÈS (Henri), 1891,  "Monographie de la commune de Guengat ", Bull. S. A. F., pages 42-61).

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207615d/f115.image

— JOUIN (Christian), s.d, Tout sur l'histoire de Guengat.

https://www.guengat.com/

— JOUIN (Christian),  2021, twitter Estelle Boudillet

PÉRENNÈS (Henri), 1941 : Guengat (Rennes) non consulté

— POP.CULTURE

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/palissy/PM29004857

 

 

— WAQUET (Henry ), 1957,  Guengat (S.F.A. - Congrès archéologique de France CXVe session 1957 Cornouaille.) -

— WAQUET (Henry ), 1942, Art breton, 2è éd., 1942, pp.145-151

— Sites divers :

http://www.guengat.com/8/eglise05.html.

— Site Tout sur l'église : http://www.guengat.com/8/eglise07.html

— Site Infobretagne : http://www.infobretagne.com/guengat.htm

http://www.guengat.fr/patrimoine/leglise

 

— WIKILAND

https://www.wikiwand.com/fr/Guengat

Wikipédia 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Inscriptions Chapelles bretonnes. Sculpture
19 janvier 2022 3 19 /01 /janvier /2022 15:45

 

L'enfeu nord, et le  gisant (granite, après 1524 ?)  de Jean de Saint-Alouarn et Marie de Trégain dans l'église de Guengat.

.

.

 

.

Voir sur Guengat :

 

.

Voir sur l'art tumulaire hors Bretagne:

 

.

Sur les gisants de Bretagne, voir (approximativement par ordre chronologique) :

.

 

.

 

.

.

Contre la porte de la sacristie précédant la chapelle Saint-Roch au nord du chevet, un enfeu est occupé par un gisant.

En position symétrique du coté sud (chapelle Saint-Michel) se trouve un autre enfeu, vide, et dont, comme ici, l'accolade à crochets et fleurons s'appuie sur deux écus muets (sans doute martelé à la Révolution). 

On attribue, en toute logique, ces enfeus (déverbal d'"enfouir") à chacune des principales familles de la paroisse, Guengat et Saint-Alouarn.

Ce n'est qu'au XXe siècle que l'enfeu nord reçut le monument funéraire qu'on y trouve aujourd'hui, et que les armoiries attribuent à la famille de Saint-Alouarn.

Celui-ci l'un des rares gisants doubles (couple) de Bretagne avec celui d'Olivier de Clisson et de Marguerite de Rohan, un siècle auparavant.

.

Les tribulations du gisant de Saint-Alouarn.

.

Ce gisant proviendrait des ruines du manoir (?) de Saint-Alouarn à Guengat, lequel disposait d'une chapelle seigneuriale, et fut vendu à la Révolution après la fuite de la famille à Jersey.(H. Torchet )

Selon Christian Jouin, qui cite toutes ses sources, il fut placé ensuite dans la chapelle Lanascol (bas-côté nord), puis dans le cimetière jusqu'en 1881, puis dans l'ossuaire attenant à l'église juste avant le porche. Une photo de Jos Doaré datant de 1968 (site POP. Culture) le montre, posé au sol, sans soubassement, contre le mur d'un local qui est sans-doute l'ossuaire. https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/palissy/PM29000324. C'est donc vers le dernier quart  du XXe siècle qu'il fut placé dans cet enfeu.

.

Description.

.

L'enfeu associe à l'accolade gothique à crochets et fleurons retombant sur deux écus martelés une pierre plus haute (réemploi ??) où deux anges portent un écu également muet.

.

Le gisant  est a priori celui de Jean de Saint-Alouarn et son épouse Marie de Trégain . On identifie clairement la famille par le griffon du blason placé entre les époux  et qui renvoie aux armes d'azur au griffon d'argent  de Saint-Alouarn.  L'animal est dressé, toutes griffes dehors, ses ailes sont visibles ainsi qu'une queue hérissée de spicules.

 

.

SanglierT — Travail personnel Wikipedia

.

.

Entre les deux époux, deux anges ont placé ce blason parfaitement lisible. De l'autre main, ils caressent les cheveux des défunts, et nous incitent à observer ces coiffures du XVIe siècle. Mais le plus admirable est la robe de la défunte, très ajustée, aux plis réguliers ne débutant que sous le bassin, mais dont le pli médian remonte sous forme d'une tresse serpentine jusqu'à l'amorce des seins.

Jehan de Saint-Alouarn est en armure. La ceinture est décorée de cabochons losangiques.  La cuirasse est recouverte d'un tabard frangé à l'extrémité basse. Le bras droit est en bonne partie brisé, tout comme la hanche droite. Le seigneur ne porte pas d'épée, mais c'est peut-être un poignard qui a été brisé sur la hanche.

Ses pieds sont posés sur un lion (ce qui est conforme à un usage répandu) tandis que ceux de son épouse reposent sur un chien, dans lequel on peux imaginer l'habituel lévrier malgré les destructions.

.

.

Données biographiques.

.

Pol Potier de Courcy indique :

Saint-Alouarn (de) : seigneur dudict lieu et de Kervéguen, paroisse de Guengat . Référence et montres de 1423 à 1536 pour la dite paroisse, évêché de Cornouaille. D'azur au griffon d'argent (Armorial de l'Arsenal). Fondue dans Alleno.
.

Cette fusion avec Alleno date de 1550, par le mariage de Claudine , nièce de René de Saint-Alouarn (présent à la montre de 1536) avec Pierre Alléno de Kersalic, conseiller du roi au Présidial de Quimper. 

Dans cette famille, on connaît Daniel et Guillaume (montre de 1356), Jean (capitaine de Concarneau en 1393, René (1420), Hervé (montre de 1426), Jean (1470), Prigent (fondateur d'une chapelle Notre-Dame de Guengat en 1502, maître d'hôtel de Claude de Rohan en 1488), René (montre de 1536) et Daniel ( dernier abbé de l'abbaye de Quimperlé à partir de 1521, décédé en 1553).

.

Le couple Jehan de Saint-Alouarn et Marie Trégain.

-Leur promesse de mariage date du 28 novembre 1471. Le 28/11/1471 mariage d'Alain de Kerraoul avec Marie du Fou fille  d'Hervé du Fou. (Le même jour : promesse de mariage de Jehan le fils âgé de moins de 14 ans d'Alain de Kerraoul de Sainct Alouarn avec Marie Tregayn la fille aînée de Jehan de Trégayn et  Marie du Fou."
 

"Aveux de Kerraoul: Jean Trégain décédé avant 1471 époux de Marie du Fou ( qui se remariera avec Alain de Kerraoul)
D’ou    Catherine de Trégain épouse d’Hervé Mazéas." et    Marie épouse en 1479 Jan de Kerraoul de St Alouarn, né en 1558.

-Leur mariage date du 14 décembre 1479.

 

http://www.laperenne-zine.com/articles.php?lng=fr&pg=534

http://www.laperenne-zine.com/articles.php?lng=fr&pg=670

http://www.laperenne-zine.com/articles.php?lng=fr&pg=677

-Jehan de Sainct-Allouarn fait partie, à la Montre de 1481, des "Nobles et annoblis deffaillans et non comparoissans"

https://www.tudchentil.org/IMG/pdf/Montre_de_1481_en_Cornouaille.pdf

-Le manuscrit BnF 22318 indique page 172 que Marie Trégain est veuve en 1510 (évocation de Prigent de Saint-Alouarn contre Marie Trégain veuve de Jehan de Saint-Alouarn).

Le même manuscrit indique page 214 que Marie Trégain est encore vivante en 1517 ("1517, Marie Trégain contre Guillaume de Trégain son frère aîné sur la succession de leur père).

Elle est également vivante, sauf homonymie, en 1524 : id. page 723 : 1/X/24, Marie Trégain contre Guillaume Trégain.

.

Datation.

-Selon les documents :

-La date la plus précoce serait celle du mariage : 1479

-La date plus probable, si le monument est commandé par la veuve, qui s'y fait figurer (ce n'est pas rare) est celle qui suit le décès de Jean de Saint-Alouarn  : peu avant 1510

-La adte la plus probable est celle qui suit le décès de sa veuve : après 1524

-Selon les armoiries : celles-ci ne donnent aucune précision en dehors de la désignation de la famille du défunt.

-Selon les  costumes : ces informations sont à prendre avec précaution, les défunts se faisant représenter selon des conventions, dans leur âge et leurs  atours idéaux. Néanmoins des spécialistes des armures, ou de l'habillement féminin, pourraient apporter d'utiles précisions.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'enfeu nord, et le  gisant (granite, après 1524 ?)  de Jean de Saint-Alouarn et Marie de Trégain dans l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

L'enfeu nord, et le  gisant (granite, après 1524 ?)  de Jean de Saint-Alouarn et Marie de Trégain dans l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

L'enfeu nord,  dans l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

L'enfeu nord, dans l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

L'enfeu nord dans l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

L'enfeu nord dans l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

L'enfeu nord, et le  gisant (granite, après 1524 ?)  de Jean de Saint-Alouarn et Marie de Trégain dans l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

L'enfeu nord, et le  gisant (granite, après 1524 ?)  de Jean de Saint-Alouarn et Marie de Trégain dans l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Le  gisant (granite, après 1524 ?)  de Jean de Saint-Alouarn et Marie de Trégain dans l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Le  gisant (granite, après 1524 ?)  de Jean de Saint-Alouarn et Marie de Trégain dans l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Le  gisant (granite, après 1524 ?)  de Jean de Saint-Alouarn et Marie de Trégain dans l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Le  gisant (granite, après 1524 ?)  de Jean de Saint-Alouarn et Marie de Trégain dans l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Le  gisant (granite, après 1524 ?)  de Jean de Saint-Alouarn et Marie de Trégain dans l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Le  gisant (granite, après 1524 ?)  de Jean de Saint-Alouarn et Marie de Trégain dans l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

Document : Musée départemental breton (non exposé) R. 2001.15.1 et 2.

Une pierre en deux morceaux est conservée au Musée. Sur la première moitié de la pierre, un écusson est sculpté représentant un animal ailé de profil à tête d'aigle et pattes de lion (griffon) . Un blason entier et un demi se trouvent sur la deuxième moitié.

"Catalogue du Musée Archéologique et du Musée des Anciens Costumes Bretons de la ville de Quimper" / SERRET (A.).- Quimper : éd.Société Archéologique du Finistère ; Quimper, imprimerie Cotonnec, 1901. p.109, n°19-24

"Bulletin de la Société Archéologique du Finistère", 1894, tome XX, Séances du 22 février et 26 avril 1894 : "une troisième pierre porte à chaque extrémité un écusson aux armes de Saint-Alouarn : d'azur au griffon d'argent."

 

Pierre aux armoiries des Saint-Alouarn - Fragment de pierre tombale. Granit, XVIe siècle.

.

.

 

 

.

SOURCES ET LIENS.

.

ABGRALL (Jean-Marie), 1911, Notice sur la paroisse de Guengat, Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie, BDHA, Quimper

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/e296d04e82cd30c9fa97fe5d8508bc81.pdf

https://bibliotheque.diocese-quimper.fr/items/show/344

"Au bas, la nef latérale Nord s'élargit sur l'espace de trois travées, de manière à former une vaste chapelle, autrefois chapelle seigneuriale des Lanascol ou Quimper. On y trouvait une tombe de cette famille avec deux gisants, couchés côté à côte, qui représentent, selon M. Pol de Courcy (Bret. Cont.) Hervé de Saint-Alouarn et sa femme, vivant en 1426. Cette tombe est maintenant transportée dans l'ancien ossuaire, au bas du collatéral sud."

 

—CHUTO (Pierrick), 2010, Le manoir de Saint-Alouarn de 1792 à 1834 à Guengat en Basse-Bretagne.

https://www.histoire-genealogie.com/Le-manoir-de-Saint-Alouarn-de-1792-a-1834-a-Guengat-en-Basse-Bretagne

"Le 30 mars 1792, un décret confisque les biens des ennemis de la Révolution. Le 27 juillet, un autre décret en ordonne la vente. La famille Aléno de Saint-Alouarn, propriétaire d’un immense domaine à Guengat, petite commune rurale à deux lieues environ de Quimper, émigre à Jersey. Depuis de nombreuses années, la famille ne séjournait que rarement au manoir. Le superbe hôtel de la rue Saint-Mathieu à Quimper et le manoir de La Villeneuve en Plomeur avaient ses préférences.

Deux jours de suite, ils parcourent les terres. Avant de quitter les lieux, ils entrent dans la salle au rez-de-chaussée de la maison de Saint-Alouarn, donnant à gauche de l’entrée et « aperçoivent au-dessus de la cheminée, les armes imprimées de morceaux de grappes blanches de la ci-devant noblesse ». François Morvan est chargé de monter sur une échelle et d’enlever les armes à l’aide d’un levier de fer. Il les a en garde jusqu’au moment où Laurent Ollivier se charge de les faire transporter par charrette à Quimper."

 

— COUFFON (René), LE BARS (Alfred), 1988,  Notice sur les paroisses,...

https://www.diocese-quimper.fr/wp-content/uploads/2021/01/GUENGAT.pdf

— COURCY (Pol Potier de), Nobiliaire :

https://www.google.fr/books/edition/Histoire_de_l_Abbaye_de_Sainte_Croix_de/27wGAAAAQAAJ?hl=fr&gbpv=1&dq=Saint+-+Alouarn+griffon&pg=PA381&printsec=frontcover

 

DILASSER (Maurice), 1979 : Locronan et sa région (Paris, 1979)

DIVERRÈS (Henri), 1891,  "Monographie de la commune de Guengat ", Bull. S. A. F., pages 42-61).

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207615d/f115.image

JOUIN (Christian), s.d, Tout sur l'histoire de Guengat.

https://www.guengat.com/

PÉRENNÈS (Henri), 1941 : Guengat (Rennes) non consulté

POP.CULTURE

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/PA00089983

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/palissy/PM29000324

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/memoire/AP29W01734

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/palissy/PM29000324

Photo Yann Celton 2019 :

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/memoire/OA029_192900645

.

—TORCHET (Hervé) , Famille de Saint-Alouarn

http://www.laperenne-zine.com/articles.php?lng=fr&pg=670

 

— WAQUET (Henry ), 1957,  Guengat (S.F.A. - Congrès archéologique de France CXVe session 1957 Cornouaille.) -

— WAQUET (Henry ), 1942, Art breton, 2è éd., 1942, pp.145-151

— Sites divers :

http://www.guengat.com/8/eglise05.html.

— Site Tout sur l'église : http://www.guengat.com/8/eglise07.html

— Site Infobretagne : http://www.infobretagne.com/guengat.htm

http://www.guengat.fr/patrimoine/leglise

 

— Bull. SAF 1968 sition de fonds qui appartenoit à la Maison de St Alloarn ) les armoiries de la Maison de Saint - Alouarn et le ... Et le soufflet du milieu au plus bas desdits soufflets a aussy un griffon des armes de Saint - Alouarn les autres vitrages estans de verres peints et en assez bon estat a l'exception de deux petits trous qu'il  faut reparer , avons ..

— Daniel de Saint-Alouarn, dernier abbé régulier de l'abbaye de Quimperlé vers 1538, mort en 1553 :

https://www.google.fr/books/edition/Histoire_de_l_Abbaye_de_Sainte_Croix_de/27wGAAAAQAAJ?hl=fr&gbpv=1&dq=Saint+-+Alouarn+griffon&pg=PA381&printsec=frontcover
 

WIKILAND

https://www.wikiwand.com/fr/Guengat

—Wikipédia (donne la date de 1426 erronée)

https://de.wikipedia.org/wiki/St-Fiacre_(Guengat)#/media/Datei:Guengat_%C3%89glise_Saint-Fiacre_Gisants_516.jpg

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Gisants Chapelles bretonnes. Héraldique Sculpture
17 janvier 2022 1 17 /01 /janvier /2022 23:14

La charpente sculptée ( sablières, engoulants et abouts de poinçons) de l'église Saint-Fiacre de Guengat.

.

Sans craindre le travers de la méticulosité, nous avons plutôt tendance à penser que seule la minutie est vraiment amusante. Thomas Mann, "La montagne magique", 1924.

 

.

 

 

.

 

.

PRÉSENTATION.

.

Si les premières mentions de scènes des sablières de Guengat datent de 1891 avec la tentative d'interprétation de H. Diverrés qui y voient des armes parlantes (Lièvre blanc = Guengat, sanglier pistant un renard = Saint Alouarn), puis de 1911, date à laquelle le chanoine Abgrall reprend ces interprétations, et décrit les scènes les plus remarquables, et si ces sablières ont été ensuite rapidement décrites par Couffon en 1959 (réed. 1988) et étudiées mais non décrites par Sophie Duhem dans sa thèse générale sur les sablières de Bretagne (17 références dans l'index), leur première description  exhaustive, et prudente dans ses interprétations, est donnée par Christian Jouin dans son remarquable site "Tout sur Guengat". Mon article de 2014 tendait vers l'exhaustivité (sans y parvenir), reprenait comme argent comptant les interprétations de la littérature, et donnait aux internautes un premier relevé photographique du corpus. En 2019, un album sur les Trésors cachés des sablières de Bretagne proposait, pour les scènes les plus pittoresques, quatre photographies rutilantes  d' A. P. Standford.

Je souhaite aujourd'hui donner un nouveau relevé photographique, cette fois-ci complet et détaillé, des pièces sculptées, et y associer les autres éléments sculptés figuratifs de la charpente que sont les engoulants du bas-côté nord et les abouts de poinçon du chœur. 

Je veux aussi, après avoir décrit une trentaine de sablières de Bretagne, reprendre d'un œil plus critique les interprétations qui en sont données.

.

Datation.

"Fin XVIe-début XVIIe siècle" selon S. Duhem.  J'aurai opté pour une datation plus précoce, en raison du bestiaire très médiéval, de la quasi absence d'influence de la Renaissance, et de la ressemblance des dragons avec ceux du Maître de Plomodiern (vers 1564), mais sur un mode moins poussé. On rêve d'une étude dendrologique.

.

Restauration (sous réserve).

-En 1838 (C. Jouin) 

-En 1991.

-En 2010 par l'entreprise Savina de Plouhinec.

-Hiver-printemps 2012, restauration complète de la charpente de la chapelle du Rosaire par Le Ber (Sizun). Dossier iconographique 25 clichés.

-En 2021, "mise en place d'une étude sur la rénovation du mobilier" demandée par la DRAC, Matthieu Bargain, conseiller au patrimoine, pour 17 statues classées (priorité pour saint Ivy et sa niche), un retable, un panneau peint et divers mobiliers.

Toute la charpente est lambrissée et peinte en bleu clair avec des nervures soulignées d'un bleu plus foncé et sculptées en frise de motifs géométriques rouges et noirs.

Les pièces de sablière sculptées se trouvent des deux cotés de la nef, dans une chapelle sud dédiée au Rosaire (quatre pièces) et dans la chapelle Saint-Roch  (deux pièces) au nord du chœur.

Remarque : D'une façon générale, nous ne pouvons nous fier aux couleurs actuelles, qui ne doivent pas être les couleurs d'origine. Il nous faudrait un rapport d'expertise dressé lors d'une restauration. 

.

.

Description.

Je débuterai par la périphérie et le coté sud...
.

 

 

 

.
.

.
I. LES SABLIÈRES DE LA CHAPELLE DU ROSAIRE OUVRANT DANS LE BAS-CÔTÉ SUD.

.

Les deux côtés est et ouest de la chapelle  sont ornés de sablière. De chaque côté,  un entrait engoulé sépare les sablières en deux pièces. 

Chaque pièce est soulignée à sa partie inférieure par une frise de godrons rythmée par des têtes d'angelots ailés.

D'après le dossier de l'atelier Le Ber, la part de la restauration de novo en 2012 est considérable, tant pour la charpente proprement dit que pour les éléments sculptés ornementaux, mais j'ignore quels sont les relevés de l'état pré-restauration.

.

.

LE COTÉ OUEST.

.

Le côté ouest, première pièce. Quatre "chevaux" autour d'une rosace.

.

Le blochet  en forme de volutes est sculpté de manière non figurative.

Quatre animaux entourent une rosace centrale. Malgré une facture grossière, on reconnaît à gauche deux chevaux, séparés par une cloison de stalle d'écurie ; celui de droite semble doté d'un panier dont rien n'indique qu'il est suspendu à la tête, mais qui peut faire office de mangeoire à grains.

Les deux queues sont différentes, celle de l'animal de gauche est excessivement longue, celle de celui de droite est retroussée.

Les oreilles sont dressées et longues à gauche.

Le ventre du cheval de droite, dilaté, pourrait indiquer une jument ; le sexe de celui de gauche n'est pas représenté.

Aucune pièce d'harnachement n'est figurée.

.

 

 

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

De l'autre coté de la rosace, nous pouvons hésiter entre chevaux, ânes ou mulets. Les robes sont différentes. Le "cheval" de droite est un mâle. Les pattes postérieures de celui de gauche sont à demi fléchies, ce qui a pu inciter à voir là une scène d'accouplement.

.

Conclusion. 

Nous ne pouvons tirer de ces quatre "chevaux" aucune interprétation renvoyant à une saynète, un proverbe, une légende, etc. La réunion de ces quatre équidés n'a aucun sens, elle est une décoration animalière, tout au plus  à visée  de distraction des fidèles en rapport avec leur environnement rural.

 

.

.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

Le côté ouest, deuxième pièce. Un homme (chasseur ?), un chien (de chasse ?), une oie (?) / Un taureau et une vache.

.

 

 

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

Du coté gauche de la rosace. Un homme portant un objet allongé et un chien.

.

Les vêtements de l'homme ne sont pas détaillés. Il pourrait être nu, mais à cela s'oppose le fait qu'il semble chaussé de sabots. Il est imberbe et porte les cheveux longs, couleur auburn. Sa jambe gauche est avancée, dans l'attitude de la marche.

 

L'objet qu'il tient est élargi en crosse à l'extrémité tenue par la main droite. L'autre extrémité est soutenu par la main gauche. L'hypothèse d'un fusil est plausible. Ce serait alors un chasseur, accompagné par son chien.

Le chien ne porte pas de collier, ce qui est conforme au style général où les détails d'habillement et harnachement sont absents. Les oreilles longues sont cohérentes avec l'hypothèse d'un chien de chasse.

Ce chien fait face à une oie (ou à un gibier d'eau, palmipède, mais l'attitude face à face ne plaide pas pour une poursuite ou à un arrêt).

.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

Du coté droit de la rosace, un taureau et une vache ; un lapin (ou lièvre).

.

Aucune suite logique avec la partie de gauche, hormis le thème animalier. Aucune cohérence non plus dans la confrontation de la vache avec un lapin.

.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

 

 

LE COTÉ EST.

.

Le blochet.

.

Le personnage est remarquable et pittoresque, mais il est néanmoins impossible de l'identifier. Cet homme barbu, cheveux longs, aux mains écartées comme un "ravi" de crèche, nous intrigue par son chapeau semblable à un fez oriental. Ce chapeau, la tunique mi-longue et les braies sont rouges, seuls deux boutons et un col sont verts.

.

 

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

Première pièce à l'est. Arabesque de feuillages autour d'un masque d'homme barbu.

.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

Deuxième pièce à l'est. Animaux et blason des Guengat.

.

Coté droit. Un coq mangeant un tas de [grains ?] ; un animal [renard ??] mangeant un objet [poisson ? poule ?].

.

On pense à un coq en raison de la queue aux plumes faisant éventail. Il se penche sur un objet  pyramidal marron.

Le quadrupède est doté d'une queue très long s'achevant par une boucle. La peinture forme des taches sombres sur cette queue et des rayures sur la crinière. Les oreilles sont longues et dressées. L'animal aux pattes postérieures fléchies tient par ses antérieures une proie qui ressemble autant à une poule (si c'est un renard) ou un poisson. En réalité, les caractéristiques sont trop incohérentes pour identifier un animal précis si on ne s'aide pas, avec les risques que cela comporte, de son intuition.

.

 

 

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

Le blason des Guengat.

L'indentification est assurée, car les trois paumes caractéristiques s'inscrivent dans un écu, et que ces armes sont bien connues ici tout comme à Plogonnec.  Ce sont celles des seigneurs de Guengat, d'azur à trois mains dextres appaumées d'argent en pal. Mais les couleurs du fond (marron et non bleu) et des paumes (rose chair et non blanches) ne respectent pas les données de l'héraldique.

.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

 

Coté gauche. Un animal sonnant de la trompe. Une croix pommée verte et jaune à l'extrémité d'un "calvaire" vert à trois degrés.

.

L'animal est identique à celui du coté droit. Ceux qui ont opté alors pour un renard peuvent reprendre ici leur interprétation. Il souffle dans une trompe qui peut être rapprochée, si on veut, d'une trompe de chasse.

.

 

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

Engoulant de l'entrait.

.

Engoulant de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Engoulant de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

About de poinçon faisant fonction de poulie.

.

About de poinçon de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

About de poinçon de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

About de poinçon de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

About de poinçon de la chapelle du Rosaire de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

II.  LA CHAPELLE DE SAINT-MICHEL   AU SUD DU CHOEUR.

.

Sablière du coté oriental. Frise végétale semblable à la première pièce orientale de la chapelle du Rosaire, mais dont des parties ont été remplacées par des panneaux peints d'écu à motif floral, fantaisiste.

Pièces de charpente de la chapelle Saint-Michel de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Pièces de charpente de la chapelle Saint-Michel de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

Blochet sud-est. Tête d'homme coiffé d'un bonnet et montrant les dents.

.

 

Pièces de charpente de la chapelle Saint-Michel de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Pièces de charpente de la chapelle Saint-Michel de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

Blochet sud-ouest. Masque de deux têtes masculines jumelées, bouche ouverte sur une langue rouge.

.

La partie haute ou "bonnet" forme presque un culot.

 

.

Pièces de charpente de la chapelle Saint-Michel de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Pièces de charpente de la chapelle Saint-Michel de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

Sablière du coté occidental. Frise végétale symétrique à la pièce orientale  : deux feuilles d'acanthe encadrent, de part et d'autre de l'entrait engoulé,  des panneaux peints d'écu à motif floral, fantaisiste.

Pièces de charpente de la chapelle Saint-Michel de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Pièces de charpente de la chapelle Saint-Michel de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

About de pinçon : une tête de dragon montrant les dents.

Tous les abouts de poinçon de la charpente sont peints en bleu dans la même teinte que le lambris.

.

Pièces de charpente de la chapelle Saint-Michel de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Pièces de charpente de la chapelle Saint-Michel de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

.
.

.
III. LA SABLIÈRE ET L'ENTRAIT DE LA CHAPELLE DE SAINT-ROCH   AU NORD DU CHOEUR.

.

Au dessus de l'arcade séparant le chœur de la chapelle Saint-Roch se trouve une première pièce. Il s'agit d'un entrait à engoulant, transformé et intégré à la cloison. Un masque d'homme  barbu crache des rinceaux serpentiformes délimitant des loges à éventails floraux.

.

Entrait  de la chapelle Saint-Roch de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Entrait de la chapelle Saint-Roch de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Entrait  de la chapelle Saint-Roch de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Entrait de la chapelle Saint-Roch de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Entrait  de la chapelle Saint-Roch de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Entrait de la chapelle Saint-Roch de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Entrait  de la chapelle Saint-Roch de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Entrait de la chapelle Saint-Roch de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

La sablière du mur ouest de la chapelle : deux dragons à queue céphalisée menacent de dévoration une femme nue aux cheveux blonds. 

.

Les dragons au corps verruqueux (coups de gouge en V) sont dotées de pattes-nageoires et d'appendices supérieures en plume. Le museau de leur gueule largement ouverte sur une copieuse dentition est retroussé. La langue est tendue vers la proie. Les oreilles sont rondes. La queue se transforme en une deuxième tête identique à la tête principale.

Tous ces caractères sont ceux des dragons des sablières du Finistère, et notamment de celles de l'atelier du Maître de Plomodiern actif à Plomodiern, Saint-Nic, Pont-Croix et Cap-Sizun au milieu du XVIe siècle, mais tous les traits stylistiques de cet atelier (cartouches ...) ne se retrouvent pas à Guengat, et les transformations végétales des dragons sont ici plus timides.

La partie basse du buste du personnage central est détruite. La tête est rasée mais une natte (ou corde ?) l'entoure du côté gauche. On peut deviner un bras gauche dressé et les épaules.

Les personnages dont la tête est placée entre les gueules de deux dragons abondent dans la production du Maître de Plomodiern et autres sculpteurs de sablières, et on en trouve aussi un très bel exemple sur le coté sud de la nef.

.

 

Sablière de la chapelle Saint-Roch de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablière de la chapelle Saint-Roch de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablière de la chapelle Saint-Roch de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablière de la chapelle Saint-Roch de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablière de la chapelle Saint-Roch de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablière de la chapelle Saint-Roch de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablière de la chapelle Saint-Roch de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablière de la chapelle Saint-Roch de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

.

IV. SABLIÈRES DE LA NEF ET DU CHOEUR, CÔTÉ NORD.

.

Description du chevet vers la nef, et donc de la droite vers la gauche.

.

Frise de rinceaux fleuris (roses ?) sculptée ou en partie peinte. Quatrefeuilles peint.

.

Note. Les quatrefeuilles se retrouvent à intervalles réguliers, toutes les quatre nervures, et me semblent peints sur les sections d'anciennes poutres (entraits) qui auraient été supprimées, puisqu'on les retrouve au même endroit du coté sud.

.

Les sablières de l'église de Guengat.
Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

Deux licornes affrontées autour d'un feuillage stylisé en arbre.

.

Ces deux licornes, qu'on retrouve en vis à vis du coté sud, sont encadrées par des feuillages stylisés en petits arbres(come sur les peintures sur verre et enluminures médiévales), et s'affrontent de part et d'autre d'une tige fleurie, dotée de deux branches repliées en bras, autour d'un ovale. Cette tige, légèrement anthropomorphe, ou évoquant un emblème symbolique, peut être vue comme un arbre de la symbolique médiévale, comme celui du Paradis, et, du moins, interpelle par ses particularités.

.

Dans son ouvrage, Sophie Duhem décrit la présence de ce thème des licornes sur les sablières bretonnes :

"Ce que nous avons observé pour la sirène [ provenant de l'imagerie bas-médiévale européenne] s'avère valable pour les centaures et les licornes.

Ces dernières apparaissent sur une trentaine de sablières sous l'apparence commune de chevaux dotés de cornes frontales. Si quelques licornes sont représentées isolées (chapelle Saint-Hervé à Gourin, Malestroit, Plouaret, chapelle Saint-Eloi en Saint-Nicolas-du-Pélem, chapelle de Burtulet en Saint-Servais ), la plupart sont insérées dans des saynètes classiques de l'iconographie médiévale.

L'image de la licorne affrontée au lion, qui apparaît par exemple sur la célèbre tapisserie conservée au Musée de Cluny, orne également les sablières bretonnes : à Châtelaudren, Grâces-Guingamp, Trémeur et Locmalo (Ch. De Kerlénat). Le thème est toujours d'actualité un siècle plus tard, repris en 1652 à Ploërdut par l'artiste de la chapelle de Crénénann. Sur quelques poutres, le lion est remplacé par une hydre ou un dragon, comme à Kerpert, Grâces-Guingamp et Saint-Gilles-Pligeaux (Ch. Saint-Laurent) .Une autre variante existe à Lanmérin, sous la forme d'une licorne pourchassée par une meute de chiens.

Les artisans actifs autour de Kerlénat ont préféré la représentation moins classique de deux licornes affrontées, disposées de part et d'autre d'un homme en buste tenant leur barbiches.

Ce thème est illustré sur les charpentes de Locmalo, de Bieuzy, de Baud, de Guern (Chapelle Saint-Jean), et il semble qu'il ait également inspiré les sculpteurs de Cléguérec (chapelle de la Trinité), de Melgven (chapelle de la Trinité), de Guengat et du Tréhou. La plupart des représentations sont donc relativement stéréotypées, et conformes aux sujets en circulation à partir de la fin du XVe siècle. Deux exemples, qu'il faut rattacher aux nouveautés du répertoire renaissant, s'écartent des modèles habituels : à Confort-Meilars, l'animal sort d'une corne d'abondance, et, à Pleyben, son corps est végétalisé. "(S. Duhem p. 169 et notes p. 199)

.

Remarques :

—Je n'ai pas su voir de licorne sur les sablières lors de ma visite de l'église Saint-Gilles de Malestroit. Je doute de sa présence à Confort-Meilars où je ne l'ai pas reconnue. La "licorne " de Pleyben est en réalité un cheval dont l'oreille est saillante.

—Une très belle scène d'affrontement de deux licornes attelées est présente sur les sablières de Bodilis.

— Je peux reprendre ici ce que j'ai écrit à propos des licornes affrontées des sablières de Le Tréhou :

"Je remarque que cette scène n'a rien de commun avec le thème (religieux ou mystique issu du Physiologus)  de la Licorne de l'Annonciation, ni avec celui de la Chasse de la Licorne, tous deux en relation avec la croyance que la licorne, pour être chassée, devait être "appâtée" par une jeune fille vierge.

Voir l'Annonciation à la licorne ou  Chasse mystique de Schongauer à Colmar (v.1480) et 

Le vitrail de l'Arbre de Jessé de la cathédrale de Sens.

Au contraire, nous sommes ici dans le domaine profane et ornemental qui recherche dans les créatures chimériques, imaginaires ou exotiques des sujets distrayants propres à séduire l'imagination. Malgré notre avidité à trouver du sens à ces images, et malgré notre réticence à accepter que le sacré voisine avec les drôleries (ou les obscénités), nous sommes invités à accepter les changements de point de vue et  à découvrir ceux de  nos ancêtres : ce n'est pas la moindre des aventures auxquelles la visite d'une église bretonne nous convie."

—Voir :

.

.

 

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

Un sanglier, un chien et un lapin blanc devant un feuillage.

.

C'est ce groupe qui a incité H. Diverrès en 1891 à décrire "un lièvre blanc, par allusion au nom de Guengat" puis "un sanglier suivant un renard à la piste" en considérant qu'il s'agit "d'une plaisanterie du nom de saint Alouarn, l'un des seigneurs de l'endroit, qui portait des hures de sanglier  San ar louarn ("sent le renard").

Ces propositions ont été reprises par tous les auteurs.

.

Pourtant, la première proposition doit être tempérée par le fait qu'on trouve des lapins blancs sur d'autres sablières (comme à Trémalo) sans qu'ils ne trouvent leurs justifications sur un jeu de mots : c'est une figure courante du bestiaire de l'iconographie. D'autre part, je ne suis pas sûr que les seigneurs de Guengat aient apprécié ce jeu. L'étymologie du toponyme Guengat serait bien fantaisiste, et Deshayes indique que le nom est composé avec le terme -cat, "combat".

Pour l'autre proposition, la principale critique , outre qu'il est rare que les sangliers pistent les renards, est que le deuxième animal est un chien. Même chez un sculpteur animalier aussi peu enclin à s'inspirer des  modèles naturalistes, comme nous l'avons vu sur le bas-côté sud, un renard se reconnaît à sa queue, longue (70% de la longueur de son corps), épaisse, duveteuse et touchant le sol lorsqu'il est debout. Ajoutons à ce portrait-type le pelage roux,  les oreilles dressées et pointues et le museau fin.

L'animal ici présent est de pelage fauve (clair) tacheté de noir, son museau est carré, ses oreilles arrondies, et, surtout, sa queue est dressée en fouet au dessus de son dos. Ses pattes portent une fourrure. C'est un mâle (comme le "lapin" d'ailleurs).

Même le "sanglier" est fort étonnant. Au lieu d'une queue de cochon, sa queue est longue et traîne presque jusqu'au sol. Surtout, son échine est hérissée de spicules, jusqu'à la queue, comme certaines représentations de dragons, mais sans rapport avec les soies des sangliers.

.

Je n'ai pu trouver l'expression" sant al louarn" attestée en langue bretonne. F. Favereau donne pour sant : 1 "saint" et 2. "Sensation".

Le chanoine Abgrall, pourtant très averti, aggrave les choses en parlant des deux grands seigneurs de la paroisse, dont "Guengat, dont les armes portaient des hures de sanglier", ce qui est erroné.

Couffon recopie Diverrès : "On y distingue en effet au nord des animaux affrontés, un lièvre blanc (Guengat) un sanglier (armes des Saint-Alouarn : hures de sangliers) poursuivant un renard ("sant al louarn" "sur la piste du renard" ).

Sophie Duhem écrit "Une des sablières, sculptée en 1660 par Yan Hamoun, représente un lièvre blanc (en breton Gwen Gat, à l'origine du nom de la paroisse) flairant l'arrière-train d'un renard".

Christian Jouin est à la fois plus précis et plus prudent : "-Un sanglier. Il peut être une allusion aux ALÉNO, seigneur de SAINT-ALOUARN, qui blasonnait : « D'argent à trois hures de sanglier de sable, arrachées de gueules »,- Un renard. Il peut être une allusion aux SAINT-ALOUARN : « louarn » en breton = renard, - Un lièvre. Il peut être une allusion aux DE GUENGAT : en breton « gwenn » = blanc et « gad » = lièvre. "

.

En outre, il ne me semble pas que les seigneurs, très scrupuleux sur leur renom, sur la figuration de leurs armes sur les vitraux, au titre de leurs prééminences, ou sur leurs gisants et sur les multiples écus placés sur les lieux stratégiques du sanctuaire, puissent admettre que leur nom, ou les meubles de leurs armes, soient détournées pour amuser la galerie, surtout sur un lieu aussi peu noble que les sablières.

.

Émile Mâle, dans L'art religieux du XIIIe siècle en France, page 64 nous a  jadis avertis « Il ne faut pas chercher partout des symboles ...Jamais nos vieux artistes ne furent aussi ingénieux que leurs exégètes modernes. ». En tout cas, nous constatons que les "exégèses" des érudits les dispensent d'une description attentive des œuvres, et qu'elles fonctionnent de façon virale en se reproduisant d'auteur en auteur sans remise en cause.

.

Nous devons nous contenter de décrire ici  une séquence de trois animaux (ou cinq pour l'ensemble de la pièce), naturels ou fantastiques, pas toujours identifiables et encore moins  en terme naturaliste (lièvre ou lapin ?), dont rien n'indique un contexte cynégétique ou une relation signifiante  réunissant les animaux.

Au mieux, lorsque sera constitué un corpus iconographique complet des motifs sculptés des sablières, numérisé et indexé, que les traits stylistiques pourront définir, précisément ou non, des ateliers, que ce corpus pourra être comparé à une recension identique du bestiaire des sculptures sur pierre (crossettes par exemple), nous pourrons repérer (comme S. Duhem l'a fait pour les licornes) des répétitions de motifs identiques et leurs réunions en saynètes signifiantes.

Nous avons affaire à Guengat, jusqu'à preuve du contraire, à la juxtaposition d'éléments isolés d'un bestiaire commun aux ymagiers (donc ne trouvant pas sa justification au niveau local), et où nos rares clefs solides d'interprétation basées sur les fables et les proverbes ne fonctionnent pas.

Il nous faut apprendre à observer avant d'interpréter, et à admirer et être touché par le cœur plus que par l' intelligence raisonneuse, qui fait obstacle à nos sens. 

.

 

 

 

 

 

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

Pièce suivante. Cinq personnages et un tonneau. Inscription.

.

Cette pièce, la plus connue, semble vouloir me donner tort dans ma prudence d'interprétation. Et pourtant, il faut soumettre les  écrits des auteurs de référence à une critique semblable.

.

Un des éléments remarquables, et pleins de promesse, et l'inscription gravée IAN HAMOUN.

Il s'agit bien évidemment d'un patronyme, et IAN renvoie à notre Jean moderne. On pense à un Jean Hamoun, forme peut-être de Jean Hamon.

Sophie Duhem considère que les noms inscrits sur les sablières sont ceux des sculpteurs. Cette opinion est largement reprise (Monumentum, Wikipedia, Maurice Dilasser, C. Jouin ...). Pourtant, je ne peux la suivre que dans les cas où le nom est suivie d'une mention explicite de sa profession, ou de sa revendication ("a fait", "a sculpté"), car en sculpture sur pierre, les noms sont le plus souvent ceux des fabriciens, et après le XVIe siècle, parfois de leurs recteurs.

Ici, il me semble prudent de ne pas qualifier ce Ian Hamoun de sculpteur (il faudrait retrouver son nom sur d'autres œuvres, ou dans les archives, ou dans une pièce paroissiale précisant sa profession), mais sans aller plus loin pour lever le doute.

Les données généalogiques ne donnent aucune donnée à Guengat ou à Plogonnec avant le XVIIIe siècle avec le patronyme Hamon ou celui d'Hamoun.

https://gw.geneanet.org/pjcv?n=hamon&oc=&p=etienne

En élargissant au Finistère, on obtient avec Jean Hamon 28 données.

.

Albert Deshayes ne mentionne pas la forme HAMOUN en Bretagne, mais HAMON, HAMOUNIC (dans le Léon), HAMONOU.

En conclusion, cette inscription ouvre à plus d'incertitudes que de renseignements.

.

 

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

Le tonneau est de belle taille (longueur =deux fois celle des humains), c'est (?) un foudre (800 à 1000 litres), ses douelles sont entièrement cerclés aux collets — comme ceux du bas-relief de Colonzelle (Drôme)— par des gaulis généralement en noisetier. Le robinet inséré dans le trou de perce, visible à droite, est bizarrement placé en haut du récipient. Il est légitime de penser que ce tonneau est rempli de vin.

.

Un homme en costume traditionnel se tient face à nous, main droite sur la hanche mais la main gauche placé contre le fond du foudre. Il est coiffé d'un chapeau rond noir, porte une veste bleue, cintrée et courte, et des hauts de chausse (les fameux bragou braz) noirs, plissés et bouffants descendant sous les genoux. On imagine ensuite des housseaux et on voit bien les sabots noirs.

Je peux, au mieux, imaginer qu'il se livre ici à une farce : l'homme, en obturant la bonde de son doigt, dissimulé par le ventre du tonneau, empêche la femme de remplir son pichet. Ce serait très comique, mais est-ce plausible ?

.

 

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

Une femme remplit un broc métallique au robinet en se penchant légèrement. Elle porte la coiffe courte et blanche, un gilet bleu à manches longues, et une robe plissée blanche, sans le tablier traditionnel. Elle est chaussée de sabots (ou de souliers noirs ?).

.

On comparera cette scène au tonneau, non pas aux multiples buveurs à tonnelets, mais à la sablière nord de l'église Saint-Thomas de Landerneau et de Bodilis , ainsi qu'à la chapelle du Grouanec à Plouguerneau, où , dans les trois cas, une truie tente de débonder le foudre.

Mais ici, comme si toute la production de ce sculpteur se voulait être issue d'une pensée blanche, objective se dérobant à toute interprétation, il n'y a aucune anecdote, aucune leçon ou description d'ivrognerie, aucune narration.

.

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

Vient en suite un deuxième homme, de face comme le premier, et de tenue assez analogue ; mais ses cheveux sont longs, il porte une petite barbiche, et tient la poignée de son épée, suspendue au côté gauche. En outre, il n'a pas de bragou braz, mais des hauts de chausse ajustés au dessus de bas rouge. C'est donc un seigneur.

R. Couffon a vu "un sac d'écus", que je ne vois pas.

Il n'accomplit aucune autre action que celle de nous regarder, comme un acteur qui se présente ;  encore une fois, il ne participe à aucune narration. Il est là.

.

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

Son voisin est un prêtre, puisqu'il tient son attribut, le calice, et son bréviaire, et qu'il porte la barrette des recteurs, ou bonnet carré des docteurs en théologie. Lui aussi tient sa place dans cette galerie de personnages.

.

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

Enfin, fermant le rang, le dernier personnage est saint Fiacre, patron de l'église. Il s'identifie non seulement à sa bêche (ce pourrait être un jardinier), mais aussi à sa tonsure monastique, à son épais livre relié, et à sa robe, serrée par une ceinture. 

Toujours pas d'autre action, il se montre afin que nous le reconnaissions.

Christian Jouin fait remarquer que cette galerie est celle des trois Etats (le couple de paysans ou bourgeois représentant le Tiers-État, puis la Noblesse, et enfin le Clergé). C'est en tout cas une condensé de la paroisse et de ses notables derrière son saint patron.

.

 

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières nord du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

.

V. SABLIÈRES DE LA NEF ET DU CHOEUR, CÔTÉ SUD.

.

Description de l'est vers l'ouest, du chœur vers la nef.

.

.

.

Sablières sud du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières sud du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

Première pièce. Frise de rinceaux produisant des épillets (ou grappes) sculptée. Quatrefeuilles peint.

.

La pièce est identique à celle du nord, mais les "roses" que j'y voyais sont des grappes ou épillets.

.

 

Sablières sud du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières sud du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

Deuxième pièce. Deux licornes affrontées. Lapin blanc crachant un feuillage. Un chien ; un sanglier.

.

Cette pièce est la copie (ou inversement) de son homologue au nord, mais on peut jouer au jeu des sept erreurs. Le lapin "crache" les feuillages ; le chien a un museau plus proche de celui d'un renard (mais toujours sa queue en fouet). Le "sanglier" n'a plus l'échine dentelé (mais sa queue est toujours longue et non en tire-bouchon).

 

.

Sablières sud du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières sud du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières sud du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières sud du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières sud du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières sud du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières sud du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières sud du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

Troisième pièce. Tête d'un homme, dont les oreilles sont menacées par les gueules de deux dragons.

.

Nous retrouvons le motif de a sablière de la chapelle Saint-Roch, mais la femme laisse la place à un homme, imberbe, coiffé d'un chapeau noir. Ses oreilles sont protégées de la dentition gloutonne des monstres par une épaisse tignasse. Le chapeau en tronc de cône explique un peu mieux la forme en fez du blochet de la chapelle du Rosaire.

Les dragons ont une queue longue et effilée, mais non céphalique. Les écailles du corps sont traitées soigneusement par des "pointes de diamant". Les échines sont hérissées de dent (comme le "sanglier" du nord). Le sourcil du dragon de droite est délicatement sculpté de fines rides.

.

 

.

Sablières sud du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières sud du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières sud du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières sud du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières sud du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières sud du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

Dernière  pièce. Frise géométrique centrée par des médaillons d'entrelacs.

.

C'est l'un des rares motifs trahissant l'influence de la Renaissance, comme l'indique Sophie Duhem : " influence possible d'un maître italien tel que Nicoletta da Modena [1480-1538], apprécié des ornemanistes."

.

Un Nicolas de Modène a travaillé à Fontainebleau pour François Ier.

.

 

Sablières sud du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

Sablières sud du chœur de l'église de Guengat. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

.

VI . LES ABOUTS DE POINÇONS DU CHOEUR.

.

Parmi la douzaine d'abouts de poinçon de la nef et du chœur, les premiers sont des feuillages. Puis vient une rosace délicatement travaillée, puis un support de poulies dont l'extrémité est sculpté en mâchoires se fermant sur une tête d'enfant , puis un écu au lion rampant, puis un dernier abouts dont l'écu porte les trois paumes des de Guengat. La nervure médiane s'achève au dessus de la maîtresse-vitre sur une tête d'homme.

.

 

.

Abouts de poinçon du chœur. Photographie lavieb-aile 2022.

Abouts de poinçon du chœur. Photographie lavieb-aile 2022.

Abouts de poinçon du chœur. Photographie lavieb-aile 2022.

Abouts de poinçon du chœur. Photographie lavieb-aile 2022.

Abouts de poinçon du chœur. Photographie lavieb-aile 2022.

Abouts de poinçon du chœur. Photographie lavieb-aile 2022.

Abouts de poinçon du chœur. Photographie lavieb-aile 2022.

Abouts de poinçon du chœur. Photographie lavieb-aile 2022.

Abouts de poinçon du chœur. Photographie lavieb-aile 2022.

Abouts de poinçon du chœur. Photographie lavieb-aile 2022.

Abouts de poinçon du chœur. Photographie lavieb-aile 2022.

Abouts de poinçon du chœur. Photographie lavieb-aile 2022.

Abouts de poinçon du chœur. Photographie lavieb-aile 2022.

Abouts de poinçon du chœur. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

Ecu au lion.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Armorial_au_Griffon#/media/Fichier:Madier_de_Montjau.svg

On attendrait ici plutôt le griffon de la famille de Saint-Alouarn (d'azur au griffon d'argent), bien visible sur le gisant de l'enfeu nord. Mais les ailes du griffon ne sont pas visibles. 

.

Abouts de poinçon du chœur. Photographie lavieb-aile 2022.

Abouts de poinçon du chœur. Photographie lavieb-aile 2022.

Abouts de poinçon du chœur. Photographie lavieb-aile 2022.

Abouts de poinçon du chœur. Photographie lavieb-aile 2022.

Abouts de poinçon du chœur. Photographie lavieb-aile 2022.

Abouts de poinçon du chœur. Photographie lavieb-aile 2022.

Abouts de poinçon du chœur. Photographie lavieb-aile 2022.

Abouts de poinçon du chœur. Photographie lavieb-aile 2022.

.

.

.

VII . LES ENTRAITS ENGOULÉS DU BAS-CÔTÉ NORD.

.

Entraits engoulés du bas-côté nord. Photographie lavieb-aile 2022.

Entraits engoulés du bas-côté nord. Photographie lavieb-aile 2022.

Entraits engoulés du bas-côté nord. Photographie lavieb-aile 2022.

Entraits engoulés du bas-côté nord. Photographie lavieb-aile 2022.

 

.

SOURCES ET LIENS.

.

— ABGRALL (Jean-Marie), 1911, Notice sur la paroisse de Guengat, Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie, BDHA, Quimper

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/e296d04e82cd30c9fa97fe5d8508bc81.pdf

https://bibliotheque.diocese-quimper.fr/items/show/344

"Les sablières du chœur sont ornées de sculptures assez grossières, dans lesquelles on reconnaît un lièvre blanc, guen gad, jeu de mot sur le nom de la paroisse. On y voit également : 1° un sanglier poursuivant un renard, allusion aux deux grands seigneurs de la paroisse, Guengat, dont les armes portaient des hures de sanglier, et saint Alouarn, al louarn, le renard ; 2° Un prêtre tenant d'une main un livre et de l'autre un calice ; saint Fiacre, portant un livre et une pelle ; 3° Un homme portant un sac d'écus ; 4° Un tonneau en perce des deux bouts ; d'un côté, une femme emplit un broc, de l'autre, un homme emplissant le même office."

 

— ARLAUX (Claire), 2019, Trésors cachés des sablières de Bretagne. Photographies Andrew Paul Standford. Impressions du Ponant Equinoxe, 150 pages.

CASTEL (Yves-Pascal), 1984, " Eglise Saint-Fiacre, inscriptions sur un confessionnal et sur l'autel" B.S.A.F. .

COUFFON (René), LE BARS (Alfred), 1988,  Notice sur les paroisses,...

 

https://www.diocese-quimper.fr/wp-content/uploads/2021/01/GUENGAT.pdf

"L'église, du type à nef obscure, est lambrissée, sans entraits, avec sablières sculptées d'un grand intérêt. On y distingue en effet au nord des animaux affrontés, un lièvre blanc (Guengat) un sanglier (armes des Saint-Alouarn : hures de sangliers) poursuivant un renard ("sant al louarn" "sur la piste du renard" ), saint Fiacre et sa bêche, un prêtre tenant un calice (clergé), un homme avec une épée et un sac d'écus (noblesse), un homme et une femme autour d'un tonneau en perce (tiers état) et l'inscription : "IAN. HAMOUN.". Au sud, chevaux affrontés, lièvre blanc, renard, sanglier, tête entre deux crocodiles."

 

 

— DILASSER (Maurice), 1979 : Locronan et sa région (Paris, 1979)

DIVERRÈS (Henri), 1891,  "Monographie de la commune de Guengat ", Bull. S. A. F., pages 42-61).

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207615d/f115.image

.

.

— DUHEM (Sophie), 1997, Les sablières sculptées en Bretagne: images, ouvriers du bois et culture paroissiale au temps de la prospérité bretonne (XVe-XVIIe s.), Presses universitaires de Rennes, 1997 - 385 pages, pages 2 ;12 (descriptions précoces) ; 62 (illustration) ; 169 (un paragraphe et la fig. 88 : les licornes) ; 179 (nudité d'une femme accroupie qui a été varlopée) ; 191-192 (les vitraux) ; 195 (frise de motifs géométriques, figure 121, influence possible d'un maître italien tel que Nicoletta da Modena [1480-1538], apprécié des ornemanistes); 209 (« Quelques factures originales. Les décors des sablières de Trémeur, de Guengat et de la chapelle des Cieux à Huelgoat sont étonnants, constitués d'un enchevêtrement d'entrelacs et de motifs qu'on a parfois du mal à décrypter." ) ; 222; 231-234 (fig. 152 : le Noble, le Prêtre et le Paysan (ou saint Fiacre ?)) . Vêtement des laboureurs, une tunique longue serrée par une ceinture; 241 ("des chevaux s'accouplent à Guengat"); 269 (fig. 159 : figure avalée par deux dragons comme à Bieuzy, Plouhinec, Pont-Croix, etc.); 291 (figures de saints, rares sur les sablières, comme celles de "Guengat (1660) avec un saint Fiacre et une sainte Véronique").

Page 231, S. Duhem considère que IAN HAMOUN est le nom de l'artiste : "À Guengat, Ian Hamoun, sculpteur à Guengat, fait exception en choisissant de faire le portrait des représentants de la paroisse" etc.

 

— DUHEM (Sophie), 1998, « Quant li goupil happe les jélines... », ou les représentations de Renart dans la sculpture sur bois bretonne du XVe au XVIIe siècle Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest  Année 1998  105-1  pp. 53-69

https://www.persee.fr/doc/abpo_0399-0826_1998_num_105_1_3972

 

 

— DUHEM (Sophie), 2012  Impudeurs et effronteries dans l'art religieux breton (xve siècle - xviiie siècle), éditions Le Télégramme, 2012.

"Une des sablières, sculptée en 1660 par Yan Hamoun, représente un lièvre blanc (en breton Gwen Gat, à l'origine du nom de la paroisse) flairant l'arrière-train d'un renard".

— DUHEM (Sophie), 2013,  Introduction, "Passeurs des âmes, passeurs des arts", Presses universitaires du Midi.

https://books.openedition.org/pumi/31428

— JOUIN (Christian), s.d, Tout sur l'histoire de Guengat.

https://www.guengat.com/

—PÉRENNÈS (Henri), 1941 : Guengat (Rennes) non consulté

— POP.CULTURE

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/PA00089983

WAQUET (Henry ), 1957,  Guengat (S.F.A. - Congrès archéologique de France CXVe session 1957 Cornouaille.) -

"   Il y a des raisons de conjecturer que Guengat, quoique portant un nom qui était un nom d’homme, au pays de Galles, n’est pas une paroisse primitive, et qu’elle dépendit d’abord de la vaste paroisse de Plogonnec. Ainsi la 1e église n’aurait été qu’une chapelle de dévotion. Le château, aujourd’hui complètement ruiné, de la seigneurie de Guengat, s’élevait très près de la limite actuelle des 2 communes. Le seigneur comptait parmi les principaux de Cornouaille. L’un d’eux, Alain, chambellan du Roi, vice-amiral de Bretagne, capitaine de la ville et du château de Brest, combattait à Pavie au côté de François 1er ; et partagea sa captivité.
    A la fenêtre à 3 meneaux, du bras sud, du faux transept, se voient entremêlées des scènes de la vie du Christ, (divers saints), présentant des donateurs et donatrices, seigneurs et dames des familles de Kérigny, de Kerdrein, et de Bruère-Ducran. Malheureusement les incertitudes des généalogies de ces familles ne permettent pas de proposer fermement une date ; il faut s’en tenir à une approximation : environ l’an 1500."

WAQUET (Henry ), 1942, Art breton, 2è éd., 1942, pp.145-151

 

Sites divers :

http://www.guengat.com/8/eglise05.html.

Site Tout sur l'église : http://www.guengat.com/8/eglise07.html

Site Infobretagne : http://www.infobretagne.com/guengat.htm

http://www.guengat.fr/patrimoine/leglise

— WIKILAND

https://www.wikiwand.com/fr/Guengat

.


 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sablières Chapelles bretonnes.
15 janvier 2022 6 15 /01 /janvier /2022 12:35

 

 

.

 

 

 

 

.

Vous pourrez lire dans ce blog, sur le sujet des corniches ("sablières") et autres pièces de charpente sculptées (blochets, abouts de poinçon)  de Bretagne, les articles suivants :

.

 

MORBIHAN :

.

.

CÔTES D'ARMOR :

 

 

.

.

 

 

.


 

 

FINISTÈRE :

.

liste =/- chronologique :

 .

Sur les réalisations du Maître de Pleyben (1567-1576), attribution par S. Duhem :

 

Attribution personnelle au Maître de Pleyben : Bodilis, Saint-Sébastien,  et Roscoff

.

Sur les réalisations semblables à celles de l'église de Plomodiern en 1564 ("Jean Brellivet" ou maître de la nef de Plomodiern) :

En proximité avec celles-ci : les artisans anonymes du Cap Sizun au XVIe siècle :

.

Sur les réalisations d'un hypothétique Maître de Saint-Nic (1641-1676) :

.

.

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sablières
13 janvier 2022 4 13 /01 /janvier /2022 18:59

L'enclos paroissial de Saint-Herbot en Plonevez-du-Faou IX . Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) et leurs miséricordes.

.

1°) Voir dans ce blog d'autres articles sur Saint-Herbot :

 


 

 

2°) Voir dans ce blog la description d'autres stalles :

 En Bretagne par ordre chronologique :

 

Hors Bretagne :

.

 

 

.

INTRODUCTION.

.

Voici un article qui est parfaitement inutile voire déplacé, puisque ces stalles ont été parfaitement décrites par Florence PIAT dans une thèse de 2012 intégralement disponible en ligne, et que ses photographies, bien plus complètes et attentives que les miennes, sont numérisées et disponibles dans son article de l'Inventaire du patrimoine culturel en Bretagne.

Voici un article qui est un plagiat ou un patchwork de copier-coller du travail de Florence Piat.

Après ce coup de gourdin envers mon article, il me reste à lui tendre la main pour le défendre un peu. D'une part, il rendra hommage aux sites en ligne de cette  auteure. D'autre part,  il viendra compléter mes articles précédents sur les stalles bretonnes, et ma série sur la chapelle Saint-Herbot. Et puis le site de l'Inventaire, remarquable comme je l'ai dit, nécessite de cliquer séparément sur chaque stalle sans pouvoir en faire dérouler l'ensemble. Enfin, mon article sera associé à la description de la clôture elle-même. Tout cela pour ne pas avouer que j'éprouve du plaisir à le publier avec mes propres photos : c'est bien bas. Et je m'en excuse auprès de madame Piat.

.

 

 

 .

.

 

.

PRÉSENTATION (D'APRÈS F. PIAT).

 

 

"L’ancien duché de Bretagne conserve aujourd’hui dix ensembles de stalles, majoritairement situés dans la partie nord de la région : celles de la cathédrale de Dol-de-Bretagne (77 stalles), de la collégiale de La Guerche-de-Bretagne (18), de la collégiale de Champeaux (54), de la cathédrale de Tréguier (48), de l’église de Boquého (8), de la chapelle Saint-Quay de Plélo (8), de la cathédrale de Saint-Pol-de-Léon (66), celles provenant du château de Kerjean (6), celles conservées dans l’église SaintSymphorien de Couëron et provenant de l’abbaye Notre-Dame de Buzay (10), et enfin, celles de l’église Saint-Herbot de Plonévez-du-Faou (15) . Ces dix groupes, réalisés entre la fin du XIVe siècle et le premier quart du XVIe siècle, offrent un aperçu qualitatif original de ce mobilier liturgique à la fin du Moyen Âge." (F. Piat, thèse)

 

.

Ces 15 stalles font partie d'un chancel à claire-voie et balustres tournés, précédemment décrit, et surmonté d'une crucifixion ;elles sont  disposées en U à l'intérieur de ce chancel, mais le tombeau de saint Herbot occupe l'emplacement d'une stalle, sur le côté Nord de l'entrée Ouest du chancel ; tous les appui-mains sont identiques (arabesque ou  volute à l’intérieur de laquelle se trouve une tête à feuilles ) et les dossiers portent un décor en cuvette.
.

Les stalles se trouvant dans la chapelle Saint-Herbot sont les plus tardives du corpus des stalles de Bretagne étudié par Florence Piat, avec une datation comprise entre 1550 et 1570. (Les dix groupes recensés sur le territoire de l’ancien duché de Bretagne se caractérisent par une relative homogénéité dans leur période de réalisation. En effet, si les stalles de Dol-de-Bretagne, de Buzay et de Boquého sont les plus anciennes, conçues entre la fin du XIVe siècle et le milieu du XVe siècle, les sept autres groupes ont tous été commandés et confectionnés dans le premier quart du XVIe siècle, exception faite des stalles de Saint-Herbot qui datent du milieu de ce même siècle.)

Leur style appartient complètement au répertoire de la Renaissance et une commande seigneuriale pourrait être à l´origine de leur réalisation. Cette chapelle, auparavant église, était le lieu d´un pèlerinage important en raison de la présence du tombeau de saint Herbot, saint que l´on invoquait - et que l´on invoque toujours - pour la protection des troupeaux. Des autels votifs sont ainsi disposés devant le chancel à balustres tournées qui clôture le chœur et dans lequel sont intégrées les quinze stalles de cette chapelle. L´ensemble est surmonté d´une Crucifixion qui fut rajoutée en 1659. Les portes et le couronnement du chancel sont sculptés de motifs totalement renaissants avec des putti, des grotesques, des masques, mais aussi les douze Sibylles et les Apôtres.

.

Pénétration du vocabulaire de  la Renaissance, plus tardive en Basse-Bretagne (Saint-Herbot) qu' Champeaux et LaGuerche de Bretagne.

Le répertoire décoratif italien est expérimenté en Bretagne sensiblement à la même époque que dans le royaume de France, ce dont témoigne des œuvres telles que le tombeau de Thomas James (1507), son missel (1484), le portail de la chapelle du Saint-Sacrement à Vannes (1515-1531), ainsi que la présence, dans la péninsule, d’artistes venus expressément des régions transalpines pour travailler auprès de mécènes influents. Comme dans beaucoup d’autres régions, ce nouveau vocabulaire s’intègre et se mêle jusqu’aux années 1520-1530 à l’architecture et aux images médiévales, sans pour autant profondément modifier les structures issues du Gothique. Dans les stalles de l’ancien duché, le tournant s’opère effectivement en l’espace d’une décennie et, alors qu’un ensemble comme celui de Tréguier réalisé au début des années 1510 présente  encore toutes les caractéristiques iconographiques médiévales, les stalles de La Guerche-de-Bretagne, réalisées à la fin de cette même décennie développent largement de nouveaux motifs directement inspirés de l’art italien. En l’espace d’une dizaine d’années, ces thèmes pénètrent donc le vocabulaire décoratif et iconographique des sculpteurs sous l’action combinée de grands mécènes, comme les Laval et Espinay, la diffusion de gravures provenant de Flandres, d’Allemagne et également du bassin ligérien.

Cependant, cette arrivée des thèmes de la Renaissance ne se fait pas au même rythme partout en Bretagne et une distinction entre la partie occidentale et orientale du duché doit être faite. En effet, si l’on constate que les exemples de stalles situés en Haute-Bretagne et plus généralement le long des marches de Bretagne accueillent ces motifs dès les années 1515-1520, il semble qu’en Basse-Bretagne, ce répertoire ne s’implante véritablement que dans la seconde moitié de ce même siècle, par le biais de la seconde Renaissance comme dans la chapelle de Saint-Herbot. Ainsi, quatre groupes de stalles bretons présentent des éléments décoratifs empruntés à ce nouveau répertoire, cependant associés à des motifs déjà employés dans les exemples de la fin du XVe siècle : les stalles de la chapelle Saint-Quay de Plélo, celles de la collégiale de La Guerche-de-Bretagne, de la collégiale de La Madeleine de Champeaux et, enfin, celles de la chapelle de Saint-Herbot. (F. Piat)

.

Ces quinze stalles constituent probablement l’ensemble le plus complet du corpus breton grâce à la présence de ce chancel. Cependant, il n’est pas exclu qu’une partie d’entre elles aient été remaniées à la fin du XVIe siècle, au fur et à mesure de la construction de la clôture ou encore au moment où le tombeau en granit de saint Herbot fut élevé en table, monté sur quatre piliers et accolé à l’entrée du chancel, occupant ainsi la première stalle N.O . (Le sol de cette chapelle fut exhaussé au XVIIIe siècle et il est probable que les piliers aient été ajoutés à cette occasion. Cependant, la tombe, datant du XVe siècle a été délibérément intégrée au chancel car côté nef, on constate que le panneau du soubassement lui correspondant est monté sur des charnières (d’origine). Cette ouverture permettait aux fidèles de toucher le gisant du saint. Avant la construction de ce chancel, ce tombeau se trouvait à l’extérieur de la clôture. J.-J. RIOULT, « Plonévez-du-Faou, chapelle Saint-Herbot », in Congrès Archéologique de France. Finistère, 2007, p. 203-208. )

Plusieurs des quinze miséricordes représentent des vases ornementaux, tous différents. Une femme et un homme sont également représentés en buste sur deux miséricordes. Il pourrait s´agir des commanditaires de l´ouvrage bien que leurs bras, se finissant en feuillages, indiqueraient plutôt qu´il s´agit de silvani. Un autre personnage masculin, torse nu et allongé, tient dans sa main un fruit et enfin, une des miséricorde montre un Maure, coiffé d´un turban extravagant, des grelots aux oreilles, en train de chanter. Cette dernière miséricorde justifie à elle seule l´inclusion de cet ensemble dans le corpus des stalles « médiévales » de l´ancien duché de Bretagne. En effet, ce motif du Maure chantant est également présent sur les ensembles de La Guerche-de-Bretagne, de Saint-Pol-de-Léon et sur les stalles provenant de Kerjean et conservées à Saint-Pol. Les stalles de Saint-Herbot permettent donc d´apprécier la diffusion d´un motif, d´un modèle à travers une région.

.

Ces sièges étaient réservé aux prêtres carmes qui desservaient la chapelle (qui serait un ancien prieuré ducal des Carmes de Rennes, attiré par les seigneurs de Rusquec), et que dirigeait un prêtre-gouverneur.

 

.

.

Les stalles forment un ensemble plutôt bien conservé et entretenu, malgré des problèmes sur plusieurs charnières des battants des sièges (manquantes ou cassées), polychromie dans la partie supérieure du chancel.

.

Sur le bord intérieur du chancel, faisant face à l'autel du chœur, un rang médian du coté ouest,  doté de 7 sièges (5 à 11) de part et d'autre de la porte principale de la clôture, est encadré par deux bras latéraux, nord et sud, de quatre sièges chacun.

On accède aussi au chœur par des portes latérales :  une jouée basse débute la série (coté externe de la stalle n°1) est sculpté  sur toute sa hauteur d'un saint André portant sa croix, tandis que la jouée nord, sur le coté externe de la stalle n°15, est sculpté d'unn saint Pierre tenant une clef à longue hampe.

 

.

Plan par Florence Piat.

.

 

 

.

.

I. Stalles situées sur le côté sud du chancel : n°1 à 4.

 

.

 

Miséricorde de la stalle n°1. Un vase.

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/chapelle-saint-herbot-stalle-01/c7526a30-ce63-41c4-a99b-83e2e11a9a38

.

C'est le premier exemple d'une série de vase —ou urne— à deux anses en forme de S, ici assez grossièrement taillé sans polissage.

.

 

.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

.

.

.

 

Miséricorde de la stalle n°2. Un vase.

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/chapelle-saint-herbot-stalle-02/c83bc727-24f7-4472-a4da-c92eaaa3994a

Dans ce deuxième exemple de vase  à deux anses en forme de S, la base est faite de feuillages finement dentelés tout comme le sommet, tandis que le corps est composé de deux renflements, celui du bas étant comme entouré d'une bande de tissu, comme les turbans. Les formes sont soigneusement polies, et les anses, ou le corps, est orné de rouelles par marquage avec un outil rond.

.

 

.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

.

.

.

 

Miséricorde de la stalle n°3. Un homme allongé.

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/chapelle-saint-herbot-stalle-03/ca8304aa-7481-457b-bda9-89cb0e772ece

.

"Un homme est représenté en buste, tourné vers sa droite. Il est barbu, les cheveux courts et bouclés, et porte une sorte de toge, nouée sur l'épaule gauche et dont l'extrémité flotte derrière lui. Ses bras ont été remplacés par des feuillages. Il lève les sourcils et son front est barré d'une grande ride. Une arabesque s'enroule derrière lui, au-dessus de son épaule droite." (F. Piat)

On retrouve l'usage de poinçon en O. Il s'agit d'un personnage hybride associant des traits humains et des accessoires végétaux, (voire animaux si "l'écharpe " est vue comme une aile  de chiroptère ), thème typiquement Renaissance en rapport avec le goût de l'époque pour les métamorphoses, et déjà très présent à La Guerche-de-Bretagne et à Champeaux.

.

 

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

.

.

 

Miséricorde de la stalle n°4. Bouc crachant des feuillages et fruits.

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/chapelle-saint-herbot-stalle-04/09b0144d-2c75-4744-8225-c75f94551c37

 .

"Tête de bouc mangeant des herbes et des fruits. L'animal possède de longues cornes recourbées aux extrémités et qui occupent toute la longueur de la miséricorde. Son front est recouvert de poils frisés et son museau est fin et allongé." (F. Piat)

.

Les fruits (poires, coings) ou légumes piriformes sont issus des décors en stuc et en bois (Scibec de Capri) de la salle François Ier à Fontainebleau.

https://www.lavieb-aile.com/2020/12/les-lambris-sculptes-par-scibec-de-capri-a-la-galerie-francois-ier-de-fontainebleau.html

.

.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

.

.

II. COTE OUEST, au sud de la porte .

.

 

.

 

Miséricorde de la stalle n°5. Bucrane hybride.

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/chapelle-saint-herbot-stalle-05/79f73e7d-f427-45b7-8dcb-ed35801e95f0

"Les cornes d'un bucrane stylisé sont remplacées par deux têtes de lions qui viennent mordre des feuillages sortant des yeux du bovin. Les têtes de lions et la courbure des feuillages forment deux cercles de chaque côté du bucrane." (F. Piat)

.

C'est encore un bel exemple du goût pour les métamorphoses, et les compositions chimériques entre règne animal et végétal. Le passage entre le bucrane et les deux petites têtes de lions (ou de boucs ?) est très progressif, tout comme celui entre le bord du crâne et les feuilles. On peut même voir, dans les lanières ponctuées de l'extérieur, l'introduction d'un autre "règne", celui des artéfacts ou productions de l'artisanat humain.

.
 

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

.

.

.

 

.

 

Miséricorde de la stalle n°6. Un vase.

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/chapelle-saint-herbot-stalle-06/4f80994f-d58e-4b1e-8e14-e0d7e62c4cb9

.

"Vase ou urne à deux anses en forme de S. La base est faite de feuillages tout comme le sommet. Le corps est composé de deux renflements qui semblent contenus par des bandes de tissu et resserrés au milieu." (F. Piat)

Voir la miséricorde n°2.

 

.

 

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

.

.

.

 

.

 

Miséricorde de la stalle n°7. Visage d'homme barbu.

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/chapelle-saint-herbot-stalle-07/ae23fd63-ca24-4306-b588-2ed64e004cee

"Un homme est vu en buste, de face. Il est barbu, a la bouche entrouverte et regarde vers le bas. Les pupilles sont creusées. Il porte un chapeau plat orné d'une plume et un costume à manches bouffantes, à la mode sous François Ier. Deux volutes se développent derrière lui, l'enroulement tourné vers sa tête. Des feuilles et des fruits sont sculptés derrière ses épaules." (F. Piat)

.

C'est, par une ambiguïté subtile,  un décor intermédiaire entre la métamorphose humain/feuillage, et un buste seulement orné de feuillages.

 

.

Chapelle Saint-Herbot : stalle 07 - Miséricorde : homme en buste. Cliché F. Piat.

.

.

.

.

 

Miséricorde de la stalle n°8.

.

 

.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

.

.

COTE OUEST, au nord de la porte à coté du gisant de saint Herbot

.

.

.

 

Miséricorde de la stalle n°9. Un chanteur moresque.

.

.

F. Piat identifie ici un "chanteur moresque" qu'elle rapproche du Maure du jeu de cartes de Jean Le Dale (Lyon, dernier quart XVe siècle), et qui est  représenté aussi sur les stalles de Saint-Pol-de-Léon (n°65), de Kerjean (n°2) et de La Guerche-de-Bretagne (n°15), ce qui "rattache encore ce groupe de stalles à une certaine tradition médiévale et à des exemples plus anciens".

Elle se base sur le nez épaté, le bandeau (mais qui est peut-être le bord d'un bonnet à plume) et la bouche entrouverte.

Mais les  grelots suspendus à chaque oreille ne pourraient-ils pas aussi nous orienter vers la piste du Fou?

"Dans tous ces exemples, même si le traitement varie, des caractéristiques inamovibles peuvent être repérées. Ainsi, seule la tête est sculptée à chaque fois, le personnage porte un turban, ses traits sont africains et il ouvre toujours la bouche, laissant voir ses dents. De notre point de vue, ce personnage est en train de chanter, ce qui pourrait le rapprocher des morisques, ces danseurs et chanteurs professionnels qui se produisaient  lors des grandes fêtes et foires. Vêtus d’habits bigarrés, ils pouvaient également porter des grelots, à l’image de l’homme représenté sur la miséricorde de Saint-Herbot dont les oreilles sont ornées de deux gros grelots. C’est d’ailleurs ainsi qu’Erasmus Grasser le représente, vers 1480, dans la série de danseurs morisques conservée au Stadtmuseum de Munich. Présent sur quatre des dix ensembles de stalles bretons, le motif du chanteur moresque étonne par sa pérennité qui n’a de pair que l’adaptation iconographique dont il est l’objet. Car, de prime abord, il est malaisé de faire le lien entre la sobriété de la miséricorde de La Guerche et l’exubérance du costume du chanteur de Saint-Herbot. Si des caractères généraux restent donc employés dans toutes ces figures, le traitement du sujet semble revenir au choix du sculpteur" (F. Piat)

.

 

 

 

 

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

.

.

.

.

 

Miséricorde de la stalle n°10. Un vase.

.

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/chapelle-saint-herbot-stalle-10/e848dde0-c2e5-459a-8b86-3c6292b19a00

"Vase ou urne à deux anses en forme de S. La base est faite de feuillages tout comme le sommet. Le corps est composé d'un renflement qui semblent contenus par des bandes de tissu. Le centre et le sommet du corps sont composés d'une partie du fût et du chapiteau d'une colonne polygonale." (F. Piat)

.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

.

.

.

.

 

Miséricorde de la stalle n°11. Bouc mangeant des feuillages.

.

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/chapelle-saint-herbot-stalle-11/57e304c2-0b31-4b4c-a084-9cad3b940a7e

"Tête de bouc mangeant des herbes et des fruits. L'animal possède de longues cornes recourbées aux extrémités et qui occupent toute la longueur de la miséricorde. Son front est recouvert de poils frisés et son museau est fin et allongé. Sur le rebord de la sellette, des pointillés sont creusés en arrondi au-dessus de sa tête." (F. Piat)

.

 

 

 

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

.

.

.

 

Miséricorde de la stalle n°12. Vase ornemental.

.

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/chapelle-saint-herbot-stalle-12/6eab6078-3ce3-412a-b339-5b0fa2520986

"Vase ou urne à deux anses en forme de S. La base est faite de feuillages tout comme le sommet. Le corps est composé de deux renflements qui semblent contenus par des bandes de tissu et resserrés au milieu." (F. Piat)

.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

.

.

 

Coté nord.

.

.

 

Miséricorde de la stalle n°13. Un acrobate.

.

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/chapelle-saint-herbot-stalle-13/65f681f5-57c7-490a-8904-c0430ab636f0

"Un homme barbu, torse nu est représenté couché sur le flanc, tourné vers la droite de la miséricorde. Il porte une culotte bouffante à crevées et à la braguette protubérante. Il appuie sa tête sur sa main gauche et tient un fruit ou une fleur dans sa main droite. Ses jambes sont repliées derrière lui de manière acrobatique, de sorte que les dessous des deux pieds sont visibles. Les cheveux de l'homme sont courts et bouclés." (F. Piat)

" Le personnage possède  de larges crevées. S’arrêtant à mi-cuisses, la braguette ou brayette est très proéminente, détail qui renvoie à la mode des années 1550."

.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

.

.

.

 

Miséricorde de la stalle n°12. Buste de femme.

.

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/chapelle-saint-herbot-stalle-14/4ed0a2f1-0215-437d-bcd0-f45c1b3fadab

 "Une femme est représentée en buste, de face. Elle est richement vêtue d'une robe à décolleté carré, mais dont la poitrine est recouverte par un voilage plissé. Les manches semblent bouffantes mais ses bras ont été remplacés par des végétaux. Elle est coiffée d'un casque ou d'un chapeau à larges rebords en forme d'oreille. Quelques mèches de cheveux dépassent et viennent onduler le long du visage. Deux grandes gerbes de feuilles et de fleurs jaillissent derrière elle, au niveau de son cou. Son visage est joufflu et elle ne sourit pas." (F. Piat)

.

C'est encore une figure hybride, humaine/végétale, malgré la richesse de sa coiffure et de sa robe.

.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

.

.

.

 

Miséricorde de la stalle n°15. Vase ornemental.

.

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/chapelle-saint-herbot-stalle-15/963fd489-22cc-43d5-8f6f-d8dfb09c056c

"Vase ou urne à deux anses en forme de S. La base est faite de feuillages tout comme le sommet. Le corps est composé de deux renflements qui semblent contenus par des bandes de tissu et resserrés au milieu." (F. PIat)

.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

Les 15 stalles (chêne ciré, vers 1560-1575) de Saint-Herbot et leurs miséricordes. Photographie lavieb-aile.

.

.

SOURCES ET LIENS.

.

 

Source principale : 

 

 

 

 PIAT (Florence), 2012, Les stalles de l’ancien duché de Bretagne, de la fin de la guerre de Succession jusqu’au concile de Trente, [thèse : Histoire de l’art], Rennes, Université de Rennes 2, 2012, 2 vol.2.

 https://www.academia.edu/34924613/THESE_UNIVERSIT%C3%89_RENNES_2_Les_stalles_de_lancien_duch%C3%A9_de_Bretagne._De_la_fin_de_la_guerre_de_Succession_jusquau_concile_de_Trente

Volume 2 Annexes :

https://www.academia.edu/34924818/THESE_UNIVERSIT%C3%89_RENNES_2_-_Volume_2_-_Annexes

 PIAT (Florence), 2006, Ensemble de stalles dans la chapelle Saint-Herbot (côté Ouest, Nord et Sud du choeur, contre les parois intérieures du chancel) Dossier IM29005184 réalisé en 2006

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/ensemble-de-stalles-dans-la-chapelle-saint-herbot-cote-ouest-nord-et-sud-du-choeur-contre-les-parois-interieures-du-chancel/ef019ff1-4a00-4a00-ae8d-597ce576ee46

Compléments :

— ABGRALL, J.-M. Le mobilier artistique des églises bretonnes. Bulletin de la Société Archéologique du Finistère. Tome 25, Quimper : S.A.F., 1898, pp. 3-13.

— COUFFON, René, LE BARS, Alfred. Diocèse de Quimper et de Léon, Nouveau Répertoire des Eglises et Chapelles. Quimper : Association Diocésaine de Quimper, 1988.

— ​​​​​​​COUFFON, René. L'église de Saint-Herbot, in Bulletin Monumental, tome CXI, 1953, pp. 37-50.

 

 

 

 

— COUFFON (René), 1953,  L'église de Saint-Herbot. In: Bulletin Monumental, tome 111, n°1, année 1953. pp. 37-50

https://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1953_num_111_1_3732

 

"De la seconde moitié du xvie siècle, il clôt le chœur sur trois côtés et comprend une série de panneaux sculptés en haut et en bas, séparés par des balustres tournés formant claire-voie. Les panneaux du bas sont décorés d'arabesques Renaissance. Sur ceux du haut regardant la nef sont figurés les douze apôtres en dix panneaux séparés par des cariatides et, sur les faces latérales, au nord les petits prophètes, au sud les sibylles. A l'intérieur, seize stalles font corps avec le chancel. Les panneaux qui les surmontent sont décorés, dans la partie centrale, de douze saints et saintes en dix panneaux séparés par des cariatides et, sur les côtés, de motifs décoratifs. Les jouées d'extrémité des stalles supportent un entablement formant baldaquin décoré de dix-huit bustes des évangélistes, des prophètes et des docteurs. En avant du chancel, deux tables de pierre servent à déposer les offrandes le jour du pardon, d'un côté les crins, de l'autre les mottes de beurre. Une restauration récente a mis au jour l'inscription suivante se rapportant à la Crucifixion qui le couronne : [.'AN 1659 O VOS OMNES QUI TRANSITIS PER VIAM ATTENDITE ET VIDETE SI EST DOLOR SICu(t) DOLOR Me(us) O : VOUS TOUS PASSANS ARRESTEZ VOUS E VOYEZ SIL EST UNE DOULEUR SEMBLABLE A LA MIENNE : LAM..."

— COUFFON (René), 1959, Notice de Plonévez-du-Faou, Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Quimper

http://backup.diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/4bc495e8ae261523262138b91718a386.pdf

— MONUMENTS HISTORIQUES.

http://monumentshistoriques.free.fr/calvaires/herbot/herbot.html

— PEYRON (chanoine), 1910, Notice, Bull. SAF page 164-167

https://societe-archeologique.du-finistere.org/bulletin_article/saf1910_0216_0242.html

— RIOULT (Jean-Jacques), CASTEL (Yves-Pascal), BONNET (Philippe), DUCOURET, 2010, Chapelle Saint-Herbot (Plonévez-du-Faou),  Inventaire général, région Bretagne

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/chapelle-saint-herbot-plonevez-du-faou/7310520a-35ca-4784-91b8-578f98ea65d6

—   BONNET (Philippe), RIOULT (Jean-Jacques), 2010,  « Saint-Herbot. Chapelle Saint-Herbot », dans Philippe Bonnet et Jean-Jacques Rioult, Bretagne gothique, Paris, Picard, coll. « Les Monuments de la France gothique », 2010, 485 p.

—  RIOULT (Jean-Jacques), 2009, « Plonévez-du-Faou, chapelle Saint-Herbot », Congrès archéologique de France « Finistère 2007 »,‎ 2009, p. 203-208 

— CASTEL (Yves-Pascal),  DUCOURET, 1966, 1972 et 1986, Dossier IA00005154 Inventaire général, région Bretagne

http://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/public/annexes/IA00005154_01.pdf

 

 

...............................................................................................

Bibliographie complémentaire :

 ALEXANDRE-BIDON (Danièle), 2001, « L’iconographie des stalles : partage et transmissions des modèles (enluminures, gravures...) », in K. Lemé-Hébuterne (dir.), Autour des stalles de Picardie et Normandie. Tradition iconographique au Moyen Âge, Amiens, Encrage, 2001, p. 149-166.

 

—  BILLIET (Frédéric) 2001, « Un mobilier pour le chant. La vie musicale dans les stalles d’Amiens », Autour des stalles de Picardie et de Normandie. Traditions iconographiques au Moyen Âge, (ed. K. LEME-HEBUTERNE), actes du 4e colloque international de Misericordia International, Amiens, septembre 1999, Amiens, Encrage, 2001, p. 29).

http://docplayer.fr/62357535-L-es-etudes-relatives-a-l-iconographie-des-stalles-de-choeur-ne-peuvent-ignorer.html

file:///F:/chapelles/Saint%20Pol%20de%20L%C3%A9on%20stalles/Stalles%20blog/05_billiet_frederic_un_mobilier_pour_le_chant_la_vie_musicale_dans_les_stalles_de_la_cathedrale_dami.pdf

 

—  BILLIET (Frédéric)  Le miroir des miséricordes: XIIIe-XVIIe siècle : actes du colloque Université de Toulouse-Le Mirail. Images et sociétés, Université de Toulouse-Le Mirail. Section d'histoire de l'art Centre européen d'art et de civilisation médiévale, 1996 - 262 pages

 

.—  BLOCK (Elaine C.), 2003,Corpus of medieval misericords. France. XIII - XVI  century, Turnhout, Brepols, 2003,444 p. 

— E. C. Block: 'Proverbs on Choir Stalls in the Rhineland', ProfaneA. Mid. Ages, v/1 (1996), pp. 25–45

.—  BLOCK (Elaine C.), BILLIET (Frédéric)  Stalles de la cathédrale de Rouen (Les)

https://books.google.fr/books?id=7tThdObk0qwC&pg=PA78&lpg=PA78&dq=stalles+saint-pol-de-l%C3%A9on&source=bl&ots=tth0hiC8_3&sig=zZ9bwe1_Qj7cICq9VvvVWu8EHyY&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiMjJnC-IvYAhXDDcAKHcx-DRk4FBDoAQhEMAU#v=onepage&q=stalles%20saint-pol-de-l%C3%A9on&f=false

— BOURNOT-DIDIER (Nancy) , 2000, André Sulpice et les stalles du Rouergue Thèse de doctorat en Histoire de l'art soutenue à Toulouse 2

 

— CHARLES (Olivier ), 2004, Chanoines de Bretagne, carrières et cultures d'une élite cléricale au siècle des Lumières, Presses Universitaires de Rennes

http://books.openedition.org/pur/17414

 

—  DURAND (Georges) : Monographie de l'église Notre Dame, cathédrale d'Amiens. Tome II . Yvert et Tellier, 1903.

http://www.stalles-dg.info/Acc/durdescrip.htm

 — KRAUS (Dorothy et Henry), 1968, Le monde caché des miséricordes. Suivi du répertoire de 400 stalles d'églises de France. Paris, 263 p. Les éditions de l'amateur.

— MISERICORDIA INTERNATIONAL MEDIEVAL ICONOGRAPHY

http://misericordia-international.blogspot.fr/

— SITES PHOTO

http://tchorski.morkitu.org/14/stpol-01.htm

— PELAD-OLIVIER (Monique), L'emplacement et l'organisation des stalles de la cathédrale de Rouen des origines à nos jours.

http://docplayer.fr/62033271-L-emplacement-et-l-organisation-des-stalles-de-la-cathedrale-de-rouen-des-origines-a-nos-jours.html

http://www.rouen-histoire.com/Cathedrale/Stalles/Index.htm

— PEYRON (Paul), 1901,  La Cathédrale de Saint-Pol et Le Minihy Léon, Quimper, Imprimeur de l’Évêché, 1901, 248 p. (lire en ligne) ou archive.org

https://archive.org/stream/lacathdraledesa00peyrgoog#page/n12/mode/2up/search/psallette

— PRIGENT (Christiane)   Sculptures de danseurs et de jongleurs dans les édifices religieux, à l’époque romane et à l’époque gothique. « Représentations sculptées de danseurs et de jongleurs comme manifestation de la culture laïque dans les édifices religieux à l'époque romane et à l'époque gothique », in M.S.H.B., tome LXXI, 1994, p. 279-313.

https://hicsa.univ-paris1.fr/documents/pdf/MondeRomainMedieval/Prigent.pdf

— LANGLOIS (E.-H.) 1827, Notice sur les bas-reliefs des stalles de la cathédrale de Rouen et sur le Lay d'Aristote, E.-H. Langlois, Rev. de la ST. Lib. d'Em. de la S.-I., 1827, p.12.
— LANGLOIS (E.-H.)  1838, Stalles de la cathédrale de Rouen, E.-H. Langlois, 1838.

— LEMÉ (K.) 1994,  Stalles de Haute-Normandie, K. Lemé, Etudes Normandes, 1994/3, p. 21.
—  LEMÉ (Khristiane), 1993, Images de la société à travers les stalles du nord-ouest de la France, XIVe http://www.theses.fr/1993PA040260

— LEMÉ (Kristiane) : Le costume au début du XVI°siècle à travers les stalles de la cathédrale d'Amiens. Bulletin de la Société des Antiquaires de Picardie. 4° trimestre 1996

— LEME-HEBUTERNE, Kristiane. Les Stalles de la cathédrale Notre-Dame d'Amiens. Mémoires de la Société des Antiquaires de Picardie. Paris : Picard, 2007, tome XXVI.

p. 17-44 ; p. 57-114 ; p. 168-173

— TOURTIER, Guy (de), PRACHE, Georges. Les Stalles de la cathédrale d’Amiens, XVIème siècle. Lyon : Lescuyercz, 1970.

Kristiane Lemé-Hébuterne, Les stalles de la cathédrale Notre-Dame d’Amiens, Paris, Picard, 2007, 28 cm, 248 p., 213 fig. en n. et b. et en coul., carte, plans, dessin. – ISBN : 978-2-7084-0792-3

— JOURDAIN (Edouard) et DUVAL (Charles) : Les stalles de la cathédrale d'Amiens. Extrait des Mémoires de la Société des Antiquaires de Picardie. Amiens, Duval et Herment 1843.

 — AMIENS. 1509 et 1522.

https://inventaire.hautsdefrance.fr/dossier/stalle-du-choeur-decor-en-bas-relief-d-une-jouee-la-vierge-des-litanies/08160568-5bd4-486b-8dce-04262e6e6f4e

https://inventaire.hautsdefrance.fr/recherche/globale?texte=Amiens+stalles

 

https://www.richesses-en-somme.com/cath%C3%A9drale-insolite-int%C3%A9rieur/stalles-de-la-cath%C3%A9drale/

 La visite virtuelle des stalles peut se faire sur le site  http://www.stalles-dg.info/Pag/accueil.htm

— BEAUVAIS : Inscription sur la 10ème stalle du côté gauche en haut sur une miséricorde : DE avec étoile et lune

https://inventaire.hautsdefrance.fr/dossier/ensemble-de-83-stalles/afd61497-aa6e-4021-b20b-5c2f92980865

— SOISSONS

https://inventaire.hautsdefrance.fr/dossier/serie-de-82-stalles/a873a336-a6d3-42a7-888e-e7f1a5ef3caa

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Stalles Sculpture Chapelles bretonnes. Renaissance
13 janvier 2022 4 13 /01 /janvier /2022 11:05

.

Les sablières de la nef et du chœur sont ponctuées de masques d'hommes, d'animaux et de bêtes fabuleuses, parfois associées en saynètes.

Je les date, à défaut d'autres précisions, de la date de fondation de la chapelle en 1550, inscrite sur la porte sud.

Comme le souligne Y.-P. Castel, les sablières confirment, comme la poutre à engoulant (infra), le lien étroit de l'ornemental et du structurel. Le terme de sablière dérive du mot "sable", sable de carrière à gros grains que le maçon étale sur le plat du mur qu'il achève, avant de faire place au charpentier qui installe les pièces de bois, les sablières, sur lesquelles s'assoiront les fermes de la charpente. Sur ces pièces fort utiles techniquement se grefferont à l'occasion d'épaisses planches d ornées de figures sculptées, qui reçoivent par extension le nom de "sablières" (ou "corniches").

.

Le huchier (sculpteur des figures d'ornements en bois ) a choisi, non pas des frises décoratives ou des scènes continues et narratives comme le feront vers 1560-1570 le Maître de Plomodiern (Plomodiern, Saint-Nic, Roscudon de Pont-Croix ) et ses suiveurs du Cap Sizun (Confort-Meilars, Primelin Esquibien), et une vingtaine d'années plus tard le Maître de Pleyben (Pleyben, Kerjean, Sainte-Marie-du-Ménez-Hom, Saint-Divy, voire Bodilis, Saint-Sébastien en Saint-Ségal et Roscoff), en recourant largement au vocabulaire de la Seconde Renaissance (cuirs retournés)  mais des motifs espacés et indépendants reprenant la tradition médiévale.

Ainsi, une cinquantaine de motifs se succèdent au long des six travées, malgré des manques au niveau du chœur.

.

Comme d'habitude, on n'y recherchera pas de motifs religieux ou symboliques, tant cet espace de transition entre murs et toiture est marginal,  comme s'il se mettait entre parenthèses de l'espace sacré (comme les miséricordes des stalles, ou, à l'extérieur, les crossettes) pour créer un lieu de récréation et d'imaginaire, voire de licence où les clercs cèdent la place au peuple.

Pour autant, la cohérence et la reprise des thèmes, dans toute la Bretagne, montrent que ce travail n'est pas le résultat d'une libre expression d'un artisan local, mais qu'il répond aux attentes des paroissiens et de la fabrique, bien au courant des "drôleries"  qui se font ailleurs, et désireux d'imitation émulative. Nous ne sommes pas étonnés de trouver ici des Acrobates exhibant leur postérieur, des Buveurs et Intempérants,  des Masques crachants, une figure animale obscène, beaucoup de dragons, et quelques anges : c'est le contraire qui aurait été surprenant.

.

La description la plus attentive et la plus complète (et peut-être la seule) de ces sablières est donnée par Yves-Pascal Castel (Castel et Puget 2007). J'en citerai de nombreux extraits. Mais c'est  à sa conclusion que j'adhère le plus :

 

.

"Inspection faite, on en est assuré, les cinquante figures que nous venons d'évoquer n'ont guère de lien entre elles. Si certains y ont vu l'illustration des sept péchés capitaux, l'orgueil, l'avarice, la luxure, l'envie, la gourmandise la colère et la paresse, c'est sans plus de précision. Le sage Émile Mâle nous a naguère avertis : « Il ne faut pas chercher partout des symboles ...Jamais nos vieux artistes ne furent aussi ingénieux que leurs exégètes modernes. » (E. Mâle, L'art religieux du XIIIe siècle en France, page 64)."

.

Cette critique ironique pourrait se retourner vers les interprétations parfois déroutantes que donne le père Castel, et bien-sûr vers celles que je proposerai moi-même sur la pointe des pieds. C'est de toute façon une leçon de modestie de lire, ici ou là, les conclusions des divers auteurs. Aussi le plus important est de donner à voir les images, éloquentes comme des faits.

Voici le commentaire qu'il fait des masques et bustes humains :

"L'espèce humaine inspire mieux la gouge de notre sculpteur. Dans ses masques, glabres, moustachus, barbus ou chevelus, on reconnaît l'étonné, le bourru, le suffisant, l'émerveillé, le béat aux oreilles décollées. Les bouches d'où sortent des feuilles passent pour symboliser la parole fleurie de l'éloquence. Les personnages en buste se succèdent. Un bonhomme, la main au chapeau, esquisse un salut. Un pêcheur empoigne un poisson vert à la nageoire caudale rouge. Les mains au menton indiquent le philosophe pensif. Les index qui écartent les commissures des lèvres, rappellent la mimique insolente de l'enfant qui se moque. Le registre de la moquerie s'augmente des jumeaux qui tirent la langue. L'inévitable acrobate est là, homme « renversé » où certains voient l'homme déchu que le Sauveur n'a pas encore remis dans sa posture normale … D'autres chroniqueurs plus prosaïques parleront du pitre qui, narquois, exhibe sa « figure de campagne ». Mais qu'expriment donc les trois bougres qui lèvent les bras au ciel ? La stupeur, l'effroi, l'émerveillement ?" (Castel et Puget 2007)

.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Je propose arbitrairement de débuter la lecture par la pièce qui est placée en arrière de la traverse de la croix du "Christ Jaune", puisque celui-ci est si célèbre qu'il happe le regard du visiteur. Puis de poursuivre cette lecture de gauche à droite, dans le sens horaire. Mais sans rigueur, avec des distractions, et à qui irait y voir de près, sans doute un joyeux désordre en guise d'autoportrait.

.

Liste de mon énumération (47 figures).

Un lapin.

Un masque d'homme barbu.

Une figure énigmatique.

Un ange ailé.

Un chien ? ou animal tacheté.

Un homme aux bras levés.

Un panneau héraldique : l'écu aux armes de la famille de Plessis (ou du Quinquis).

Un autre écu.

Un homme barbu (barbiche) coiffé d'une casquette.

Un ange aux cheveux blonds en boules.

Gueule d'un dragon.

Un acrobate en renversement. 

Un masque crachant des feuillages.

Deux animaux. Couple de dragons.

Un homme cornu coiffé de tresses.

Deuxième exemple d'un homme aux bras levés, montrant ses paumes.

Troisième exemple d'un homme aux bras levés, montrant ses paumes.

Feuillages.

Lapin chevauchant un animal (chien ?) et sonnant de la trompe de chasse.

Homme vomissant, les deux mains à la bouche.

Homme saluant en levant son verre.

Deux feuilles affrontées.

Homme barbu coiffé d'un bonnet.

Homme barbu aux bras levés, tenant son chapeau.

Femme mains jointes ; cheveux blonds en boule. Intention caricaturale.

Acrobate, coiffé d'un bonnet, barbu, exhibant son postérieur en levant les jambes jusqu'aux oreilles.

Masque d'une femme à coiffe.

Masque d'homme barbu, coiffé d'un bonnet, aux oreilles très larges et décollées.

Masque de deux jumeaux; coiffés d'un bonnet et  tirant la langue.

Dragon gueule ouverte et à la queue en boucle.

Aigle bicéphale noir, aux yeux et aux becs rouges.

Vigne ? Feuillages et deux grappes.

Masque crachant des feuillages informes.

Dragon gueule ouverte et à la queue en boucle.

Masque crachant des feuillages .

Masque d'homme barbu coiffé d'un bonnet.

Masque d'homme ou de femme coiffé (e) d'un bonnet.

Le coq et sa poule.

Un bouc, tête de face langue tirée.

Un dragon ailé, à queue serpentiforme formant une boucle.

Renard maîtrisant — mangeant— un serpent.

Une grenouille.

Quadrupède (chat, chien ?) mordant un phallus.

Masque féminin, cheveux blonds en boules.

Tête de dragon, langue tirée.

Tête de dragon.

Homme en buste, coiffé d'un bonnet, tenant un poisson.

 

 

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Pièce derrière le " Christ Jaune". Un lapin.

.

« Les animaux , volatiles et quadrupèdes, sont interprétés par l'animalier d'une manière qui amène un certain flottement dans l'es identifications. Le confirme Sophie Duhem qui subodore ici une « incompréhension des modèles originaux «  de l'épopée animale (Les sablières sculptées de Bretagne page 215) . La bête aux trois cornes du coté nord de la nef, est-ce une chèvre ? Le volatile qui joue d'une espèce de cornemuse à petite poche est-il une caille ? En revanche se reconnaît le loup, terreur de l'enfance, à moins qu'il ne s'agisse de la docilité de la bête transformée en agneau par quelque saint breton. Hervé ou Thégonnec. Le coq et la poule de basse-cour sont là. Le crapaud, animal crépusculaire, malgré laideur et maladresse, est mentionné, dans le « Dictionnaire des symboles » de Chevalier et Gheerbrant pour être en Occident le symbole royal et solaire, antérieur à la fleur de lys. ».

Certains motifs suscitent des interprétations divergentes. Le chien tient-il dans sa gueule un os ou mord-il un pénis ? Sous le renard sont-ce serpents ou anguilles échappées au Roman de Renart ? De toutes façons, les sources littéraires véhiculées et transformées par le folklore faisait partie de l'inspiration de nos vieux « ymagiers » Ainsi, cocasse, Jeannot lapin se juche sur l'échine de l'épagneul sonnant de la trompe, faisant un beau pied de nez au chasseur." (Castel et Puget 2007)

.

Ce lapin tire toute son importance — son quart d'heure de célébrité — de figurer sur un dessin préparatoire pour le Christ jaune de Gauguin de 1889, un crayon sur papier (jaune...) de 24x15 cm publié dans "Gauguin et le Christ Jaune, Musée de Pont-Aven 24 juin-2 octobre 2000, page 17 (et à nouveau dans La chapelle au Christ jaune, Amis du Musée de Pont-Aven 2007, avec une vue plus complète du lapin) . Dans la première brochure, Isabelle Kahn souligne que, si la chapelle doit sa renommée aux deux toiles de Gauguin, Le Christ jaune de 1889 (Allbright-Knox Art Gallery, Buffalo) et le Portrait de l'artiste au Christ jaune de 1890 (Musée d'Orsay), Gauguin n'a jamais mentionné la chapelle dans ses écrits et que nous ne possédons pas d'autre témoignage de son passage à Trémalo que ce dessin réalisé in situ. Comme le remarque Catherine Puget, "le Christ ainsi que les nombreux animaux et personnages grotesques sculptés sur les sablières à la manière des imagiers du Moyen-Âge ne pouvaient que plaire à l'artiste en quête de retour aux sources primitives."

.

 

Collection Didier Imbert Art Productions, reproduit in Castel et Puget 2007.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Pièce derrière le " Christ Jaune". Un masque d'homme barbu.

.

L'intention comique de ces figures caricaturales est évidente. On peut hésiter entre une chevelure sombre ou un chapeau de type chaperon.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Pièce derrière le " Christ Jaune". Une figure énigmatique.

.

Jean-Claude Matté  a écarté l'hypothèse d'y voir une cornemuse. Castel avait pensé à une figure héraldique, sans succès.

.

D'après Castel 2007.

D'après Castel 2007.

.

.

Pièce derrière le " Christ Jaune". Un ange ailé.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Pièce derrière le " Christ Jaune". Un chien ? ou animal tacheté.

.

Nous ne pouvons nous appuyer dans nos interprétations sur les couleurs, qui ne témoignent que de la dernière restauration.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

In Castel 2007.

In Castel 2007.

.

.

Pièce suivante. Un homme aux bras levés.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Un panneau héraldique : l'écu aux armes de la famille de Plessis (ou du Quinquis).

.

La chapelle a été fondée en 1550 par Guillaume II du Plessis et Marguerite du Rinquier du Poulguin. Les armes de Plessis sont d'argent au chêne de sinople englanté d'or ; au franc canton de gueules, chargé de deux haches d'armes adossées d'argent en pal. On voit que les couleurs ne sont pas strictement respectées.

"Si on ne connaît pas l'artisan des sablières de Trémalo, le commanditaire y a laissé sa marque. Mais contrairement à la chapelle Saint-Maudez sur la même paroisse où se signale Daniel Galliou, recteur de Nizon, il ne s'agit pas d'un nom mais d'armoiries affichées près de la dernière poutre, à l'entrée du chœur : celles des du Plessis, déjà décrites au grand vitrail. Quant à l'écu voisin, mi-sculpté mi-peint, figure à quatre pattes or sur fond d'argent, il demeure énigmatique. Bertrand Quéinec (Quéinec 1992 p.139) l'attribue à Catherine de Botigneau, femme de Guillaume du Plessis, le décrit d'azur à l'aigle éployée d'or, ce qui ne correspond guère à ce que nous avons ici sous les yeux." (Castel et Puget 2007)

 

 

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Un autre écu.

.

In Castel 2007.

In Castel 2007.

.

.

Un homme barbu (barbiche) coiffé d'une casquette.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Un ange aux cheveux blonds en boules.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

 Gueule d'un dragon.

.

"Le domaine fabuleux a ses monstres et ses hybrides parfois difficiles à définir. Disons d'abord qu'il n'y a guère ici de vrais dragons honnêtement bâtis, dont la morphologie soit en rapport avec les quatre éléments, feu, air, terre et eau. Leur gueule à ceux là crache le feu, leurs ailes leur permettent de voler, leur queue de serpent les lie à la terre et leurs écailles à l'élément aquatique.... En face de ces dragons si communs ailleurs, les sept monstres de Trémalo se réduisent à des mâchoires hurlantes hérissées de crocs. Ils tirent la langue, ils esquissent un rictus. Le corps de ces monstres là, quand il y en a, se réduisent à une queue avec, à l'occasion, une aile de pipistrelle." (Castel et Puget 2007)

.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Un acrobate en renversement. 

.

On peut aussi y voir, selon la formule qu'affectionne Bernard Rio, un petangueule. La encore, on ne peut être certain des couleurs d'origine, et d'une éventuelle nudité. Dans tous les cas, c'est une figure transgressive par renversement du point de vue et donc des valeurs.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Un masque crachant des feuillages.

.

 

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Deux animaux. Couple de dragons.

.

In Castel 2007.

In Castel 2007.

.

.

Un homme cornu coiffé de tresses.

.

Les sablières de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven.

.

.

Deuxième exemple d'un homme aux bras levés, montrant ses paumes.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Troisième exemple d'un homme aux bras levés, montrant ses paumes.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Feuillages.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Lapin chevauchant un animal (chien ?) et sonnant de la trompe de chasse.

.

Évidente figure de dérision de la chasse par inversion du chasseur et du gibier.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Homme vomissant, les deux mains à la bouche.

.

C'est la dénonciation ou caricature du Gros Mangeur (intempérance). Mon interprétation se fonde sur des images analogues, mais plus explicites, de la sculpture contemporaine en bois ou en pierre.

.

 

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Homme saluant en levant son verre.

.

Après le Mangeur intempérant, voici le Buveur intempérant.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Deux feuilles affrontées.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Homme barbu coiffé d'un bonnet.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Homme barbu aux bras levés, tenant son chapeau.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Femme mains jointes ; cheveux blonds en boule. Intention caricaturale.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Acrobate, coiffé d'un bonnet, barbu, exhibant son postérieur en levant les jambes jusqu'aux oreilles.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Masque d'une femme à coiffe.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Masque d'homme barbu, coiffé d'un bonnet, aux oreilles très larges et décollées.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Masque de deux jumeaux; coiffés d'un bonnet et  tirant la langue.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Dragon gueule ouverte et à la queue en boucle.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Aigle bicéphale noir, aux yeux et aux becs rouges.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Vigne ? Feuillages et deux grappes.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Masque crachant des feuillages informes.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Dragon gueule ouverte et à la queue en boucle.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Masque crachant des feuillages .

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Masque d'homme barbu coiffé d'un bonnet.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Masque d'homme ou de femme coiffé (e) d'un bonnet.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Le coq et sa poule.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

 

.

Un bouc à trois cornes et yeux rouges, tête de face langue tirée.

.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Un dragon ailé, à queue serpentiforme formant une boucle.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Renard maitrisant — mangeant— un serpent.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Une grenouille.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Quadrupède (chat, chien ?) mordant un phallus.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Masque féminin, cheveux blonds en boules.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Tête de dragon, langue tirée.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Tête de dragon.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Homme en buste, coiffé d'un bonnet, tenant un poisson.

.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les sablières (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

.

LES POUTRES À ENGOULANTS.

.

"Selon un schéma répandu dans maints vaisseaux des chapelles bretons, couvertes non de voûtes en pierre mais de lambris de bois, les poutres de Trémalo, de section octogonale, se terminent par des gueules monstrueuses qui semblent les avaler, justement nommées "poutres à engoulants".

L'épaisseur donné parle charpentier à la partie insérée dans le mur est destiné à pallier les effets conjugués de la vermine et de l'humidité. Cette nécessité technique conduit à l'ornement en forme de gueules où se plante l'épieu du chasseur ancestral qui maîtrise sa proie. Les symbolistes y verront l'image des forces maléfiques jugulées par les spirituelles, une conjonction qui concourt à la stabilité de l'édifice.

Ici, les figures monstrueuses des extrémités se doublent de celles qui sont sculptées dans le mitan des poutres. 

Pour ce qui est du tourillon qui pend au milieu de celle du chœur, il faut y voir une pièce faite pour suspendre un lustre qui a disparu". (Castel et Puget 2007)

Voir aussi : 

https://www.eure.gouv.fr/content/download/5106/31060/file/32%20Les%20engoulants%20des%20%C3%A9glises%20de%20l'Eure.pdf

.

On admirera comment un éclairage judicieux a su le mettre en valeur.

.

Les poutres (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les poutres (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les poutres (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les poutres (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les poutres (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les poutres (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les poutres (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les poutres (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

.

.

Notez l'étayage de la charpente du bas-côté.

.

Les poutres (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

Les poutres (vers 1550) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven. Photographie lavieb-aile 2021.

 

.

.

SOURCES ET LIENS.

.

— Association de sauvegarde

https://www.pontaven.fr/Association-de-sauvegarde-et-de

 

CASTEL (Yves-Pascal), PUGET (Catherine), 2007 La chapelle de Trémalo,  Association des amis du musée de Pont-Aven éditeur au profit de l'Association de sauvegarde de la chapelle de Trémalo, 60 pages couleurs.

Un ouvrage coécrit par Catherine Puget, ancien conservateur du musée des Beaux-Arts de Pont-Aven et Yves Pascal Castel, docteur en histoire de l'art et ancien vicaire de la paroisse de Pont-Aven, de 1952 à 1955. Photos de Michel Thersiquel

Les bénéfices de la vente de cet ouvrage serviront à la restauration de la chapelle. Cet ouvrage est le premier livre complet sur la chapelle; outre les très belles photos des sablières et des oeuvres réalisées par des peintres des XIX e et XX e siècles inspirés par la chapelle, le lecteur peut y découvrir l'histoire de la chapelle, l'étude de l'architecture et la statuaire.

https://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20070422&article=20070422-730986&type=ar

 

COUFFON (René), LE BARS (Alfred) 1980,  Notice sur Nizon, Nouveau répertoire des églises et chapelles,  Diocèse de Quimper et Léon Quimper, 1988

https://bibliotheque.diocese-quimper.fr/files/original/7ef28aa3252c41c6080f5f943dd7dfa1.pdf

 

— DANIEL (Tanguy) Pont-Aven, chapelle Notre-Dame de Trémalo, Sauvegarde  de l'Art Français 

https://www.sauvegardeartfrancais.fr/projets/pont-aven-chapelle-de-tremalo/

" La voûte est couverte d’un lambris de bois, et la solidité de l’ensemble est assurée par des entraits engoulés reliés entre eux, en haut des murs, par des sablières ornées de nombreuses sculptures représentant des animaux, réels ou fabuleux, et des têtes de personnages aux expressions les plus diverses."

 

DUHEM (Sophie), 1997, Les sablières sculptées en Bretagne: images, ouvriers du bois et culture paroissiale au temps de la prospérité bretonne (XVe-XVIIe s.), Presses universitaires de Rennes, 1997 - 385 pages, page 215.

"Dans la chapelle de Trémalo à Pont-Aven, Renart  écrase des serpents tandis que l'homme est représenté seul sur la pièce suivante, tenant des poissons à la main."

DUHEM (Sophie), 1998, « Quant li goupil happe les jélines... », ou les représentations de Renart dans la sculpture sur bois bretonne du XVe au XVIIe siècle Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest  Année 1998  105-1  pp. 53-69

https://www.persee.fr/doc/abpo_0399-0826_1998_num_105_1_3972

"À l'inverse, la simplification excessive du schéma originel apparaît dans les représentations où les deux sujets sont juxtaposés : à Lanvénégen et Pont-Aven (Ch. de Trémalo), où les animaux sont comprimées à l'intérieur de médaillons, les poules sont juchées sur le dos des renards" (page 63 et illustration 16 page 69 de la sablière de Lanvénégen)

 

DUHEM (Sophie), 2012  "Impudeurs et effronteries dans l'art religieux breton (xve siècle - xviiie siècle)", éditions Le Télégramme, 2012, non consulté.

 

GUEGUEN, Michel, 1997, "Pont-Aven. Nizon. Chapelle de Trémalo" in Bulletin de la Société archéologique du Finistère, Vol. CXXVI, , p.154-155.

— MATTE (Catherine et Jean-Luc), Iconographie de la cornemuse

http://jeanluc.matte.free.fr/fichpr/pontaven.htm

"La représentation citée par S. Duhem, op. cit. p.247 note 149 n'est pas une cornemuse ." Photo Joël Jubin

MONUMENTUM

https://monumentum.fr/chapelle-notre-dame-tremalo-pa00090288.html

"Poutres et sablières sont sculptées de figures de grotesques représentant, entre autre, les péchés capitaux."

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/PA00090288

 — Ouest France, 2016. "Bilan mitigé pour les sablières"

https://www.ouest-france.fr/bretagne/pont-aven-29930/chapelle-de-tremalo-bilan-mitige-pour-les-sablieres-4434998

PERENNES, Henri, 1938, "Notices sur les paroisses : Nizon" in Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie, Vol. 37, 

"Les poutres sont ornées de sablières sculptées"

http://bibliotheque.diocese-quimper.fr/files/original/3c650c05ef86fe15d59ddb6b528d5f93.pdf

Pont-Aven-Nizon, bulletin communal juillet 2006.

https://fr.calameo.com/read/002543322996922075012

Pont-Aven-Nizon, bulletin communal décembre 2013.

https://fr.calameo.com/books/002543322c6a51fe49f82

 

PUGET (Catherine), 2000, "La chapelle de Trémalo en Nizon", in "Gauguin et le Christ jaune",  Musée de Pont-Aven, Pont-Aven, 31 pages. Plaquette de l'exposition éponyme  du Musée de Pont-Aven.

https://www.google.fr/books/edition/Gauguin_et_le_Christ_jaune/PKZNAAAAYAAJ?hl=fr&gbpv=1&bsq=%22Guilquenquis%22&dq=%22Guilquenquis%22&printsec=frontco

— RIO (Bernard), "Le cul-bénit amour sacré et passions profanes", 25 €, aux éditions Coop Breizh,

https://www.historia.fr/voyage/les-dessous-%C3%A9rotiques-des-chapelles-bretonnes-enfin-r%C3%A9v%C3%A9l%C3%A9s

"Il existe dans la chapelle de Trémalo, à Pont-Aven - là où Paul Gauguin peignit le fameux Christ jaune -, une surprenante bande dessinée du XVIe siècle : les poutres de la charpente sont en effet sculptées de personnages dans des positions grotesques, les uns le cul par-dessus tête, les autres tirant la langue, ouvrant des oreilles difformes ou levant les bras au ciel. Ce qui est vrai pour les hommes l'est aussi des animaux : un lapin sonnant du cor, un chien tenant dans sa gueule... un phallus. La confusion avec un os à ronger est d'autant moins possible qu'une scène similaire figure dans le choeur de la chapelle Saint-Hervé, à Gourin. Cette matière qui s'offre au regard du visiteur peut sembler anecdotique et d'autant plus incompréhensible qu'elle est absente des ouvrages d'art chrétien. Ce sont pourtant des milliers de telles scènes qui illustrent les sanctuaires de Bretagne depuis la période romane jusqu'au XVIIIe siècle."

 

https://www.letelegramme.fr/finistere/pont-aven/bernard-rio-un-autre-regard-sur-les-cultes-16-05-2015-10630805.php

https://www.letelegramme.fr/finistere/pont-aven/bernard-rio-rendez-vous-a-tremalo-en-2017-06-01-2017-11353599.php

— WIKIPEDIA consulté le 9 janvier 2022

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chapelle_Notre-Dame_de_Tr%C3%A9malo

Divisé en trois vaisseaux par dix piliers supportant des arcs brisés, le volume intérieur est homogène, rythmé par les poutres à engoulants de la nef centrale et orné des motifs polychromes des sablières.

Les poutres sablières portant la voute lambrissée en châtaignier sont décorées de figures grotesques, masques d'hommes et d'animaux dans la tradition des images populaires. L'une des sablières montre, sculptée, un animal serrant entre ses dents un sexe masculin.

Les armoiries de Guillaume du Plessis et de son épouse Catherine de Botigneau y figurent près du chœur.


— WIKIPEDIA en consulté le 9 janvier 2022

https://commons.wikimedia.org/wiki/Pont-Aven

https://commons.wikimedia.org/wiki/Pont-Aven#/media/File:2012-09-23_Pont-Aven,_La_Chapelle_Tremalo_(6).jpg

 

— WITKOWSKI Gustave Joseph - L'art profane à l'église; ses licences symboliques, satiriques et fantaisistes. TOME 1 (1908).pdf

http://www.theologica.fr/!_Archeologie&Symbolisme/WITKOWSKI/WITKOWSKI%20Gustave%20Joseph%20-%20L'art%20profane%20a%20l'eglise;%20ses%20licences%20symboliques,%20satiriques%20et%20fantaisistes.%20TOME%201%20(1908).pdf

« Trémalo. Chapelle. — La Chronique médicale sous la signature G.-R. Dalimier, mentionne la représentation très nette y d'un chat en train de lécher un phallus », sur la corniche de la nef du côté gauche. Cet animal est perdu « au milieu des têtes d'anges joufflus chantant ore rotundo des colombes célestes et des autres accessoires ordinaires de la décoration religieuse ». L'auteur ignore si cette « troublante allégorie » symbolise un acte naturel, une perversion... ou une perversité ; il donne vraiment sa langue au chat. Bien qu'il existe une étroite affinité entre cet animal et le phallus, il peut se faire que ce chat ne soit qu'un chien qui dévore un os à ou sans moelle. « 

.

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sablières Chapelles bretonnes.
7 janvier 2022 5 07 /01 /janvier /2022 17:56

.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Deux scènes de la vie de saint Yves (vers 1510-1515). Saint Corentin assis (vers 1530), et divers fragments (XVe et XVIe siècles).

.

L'évêché de Quimper conserve, dans la chapelle privée de l'évêque au premier étage,  et répartis sur deux baies, deux ensembles de fragments de vitraux anciens. Ils ont été remontés en 1914, mais étaient signalés  dans les collections de l'évêché avant 1907 , date de son transfert depuis l'ancien palais de Rohan (aujourd'hui occupé par le Musée départemental breton) vers la rue de Rosmadec. La restauration et le remontage de ces fragments sont signés de Fernand Rosey, peintre verrier parisien, et de son successeur Rabion.

Je remercie Monsieur Yann Celton , archiviste et bibliothécaire diocésain de Quimper et Léon, qui m'a permis de découvrir et de photographier ces vitraux.

Je m'inspire, souvent littéralement, de la description donnée par Gatouillat et Hérold pour le Corpus Vitrearum en 2005.

.

 

.

I. DEUX SCÈNES DE LA VIE DE SAINT YVES (vers 1510-1515 et 1914).

.

La baie B, la plus à droite est rectangulaire et mesure 1,80 m et 1,20 m de large. Dans la vitrerie en verre cathédrale avec filet coloré et double ogive en haut,  sont insérés deux scènes de la vie de saint Yves en forme d'ajours provenant de l'église Saint-Mathieu, peintes sur fond rouge vers 1510-1515.

Voir Paul Peyron, Bull. SAF 1893 pour la datation, et Jean-Marie Abrall, Bull. SAF 1893 pour la description des vitraux de Saint-Mathieu. "Une fenêtre du fond du bas-coté nord, timbrée aux armes des L'Honoré conservait quelques éléments figurés, un saint solitaire (Fiacre) avec 2 personnages agenouillés, et 2 scènes de la vie de saint Yves avec une longue inscription."

Voir mon article sur la description des vitraux de Saint-Mathieu :

https://www.lavieb-aile.com/2020/03/la-maitresse-vitre-de-saint-mathieu-a-quimper.html

.

Les illustrations hagiographiques de saint Yves, hormis le fameux Saint Yves entre le Riche et le Pauvre, sont rares. 

La base Mandragore  de la BNF ne propose qu'une image issue du Bréviaire de Charles V par Jean le Noir (1334-1370, Latin1052 f. 378).

La base Enluminures en propose quatre ; mais aucune n'illustre un épisode de sa vie.

Cette recension échappe au sommaire de Saint Yves et les Bretons (1303-2003) de Cassard et coll.

La Vita b. Yvonis, Latin 17008 folios142 bis v°-145, de Pierre de Dinteville qui a fondé à Orléans en 1357 une chapelle Saint-Yves  n'est pas illustrée.

La baie 7 de Moncontour, datant de 1537, est construite sur une succession d'épisodes narratifs, mais ce miracle n'est pas figuré.

Claude Berger traite des Représentations de saint Yves en Finistère et côtes d'Armor pour le Fonds Saint-Yves. Mais je n'y retrouve pas ce sujet (et le vitrail de l'évêché n'est pas cité).

.

Les bases scripturaires reposent essentiellement sur le dossier de canonisation, repris par Albert le Grand. Plusieurs épisodes sont décrits dans lesquels Yves donne aux pauvres son habit, et notamment son chaperon.

"Yves Menguy, de la paroisse de Louannec, dont saint Yves fut recteur, témoin 35, raconte une scène qu’il n’a jamais oubliée : « Chaque fois qu’il voyait un pauvre du Christ dans le besoin, il lui faisait cadeau d’un de ces vêtements-là. Il arriva un jour que voulant acheter un habit pour ma femme je dis à dom Yves : « Messire, j’ai l’intention de me rendre à Lannion acheter un habit pour ma femme ». « Achète-moi de l’étoffe, me dit alors dom Yves, de la même que d’habitude, pour me faire une cotte et un chaperon ». Ce que je fis. Comme on avait confectionné dans la maison de dom Yves la cotte et le chaperon, le tailleur lui dit : « Messire, voyez si cette cotte est bien faite ». Tandis qu’il voulait essayer la cotte, il regarda du côté de la porte et vit un pauvre sans vêtement et dans une très grande détresse. Sur le champ il le héla : « Enfile cette cotte, et vois si elle te va bien ». « Messire, lui dit le pauvre tout craintif, je ne suis pas digne de porter un tel habit ». « Tu le feras, lui dit dom Yves ». Et tout de suite notre pauvre mit la cotte. Yves lui dit alors : « Prends le chaperon ». Quand le pauvre se fut coiffé du capuchon, dom Yves lui dit : « Va gagner ton pain avec la bénédiction de Dieu, et ne commets pas le mal ». Et notre pauvre s’en alla avec cotte et chaperon. J’ai vu et entendu tout cela, puisque j’étais présent. » https://fonds-saintyves.fr/connaitre-saint-yves/saint-yves-et-les-pauvres-3-10-saint-yves-au-plus-pres-des-besoins-des-pauvres/

.

Mais les deux scènes du vitrail décrivent un miracle, dans lequel Dieu restitue à Yves le vêtement qu'il avait donné au pauvre.

Elle est rapportée par Sigismond Ropartz  dans son "Histoire de saint Yves, patron des gens de justice (1253-1303)" de 1856. Il s'agit d'une traduction des Actes de saint Yves, en latin, des Acta sanctorum des Bollandistes. Selon Roparz,  "Les Actes de. saint Yves ont été édités par le Père Daniel Papebroch, le plus érudit et le plus exact des Bollandistes . Le P. Papebroch nous apprend qu'Il a travaillé· sur une copie qui lui était venue de Tréguier, en 1665. Un des chanoines de la cathédrale s'était. chargé de surveiller cette copie et de la collationner . La procédure contenait deux enquêtes distinctes. La première, comprenant cinquante deux témoignages relatifs à la vie et aux vertus du Bienheureux, était entière. La seconde comprenant les témoignages, beaucoup plus nombreux, relatifs aux miracles, était incomplète·"

"En l'an 1300, le lundi de la Pentecôte, deux femmes de Lanmeur, Margile, qui avait épousé le fils de Thaor, et Mahaut , qui était mariée à Rivallon Leizone, entreprirent de compagnie un pèlerinage aux basiliques des Sept-Saints de Bretagne. Cette dévotion, très populaire au moyen-âge, consistait à visiter successivement les sanctuaires de saint Corentin., à Quemper, de saint Pol Aurelien, à Saint-Pol-de-Léon , de saint Tugdual à Tréguier, de saint Sanson, à Dol, de saint Patern, à Vannes , de saint Brieuc et de saint Malo , dans les deux villes qui portent leur nom, Sur la route, entre Tréguier et Lannion , les deux pèlerines rencontrèrent saint Yves. Elles en éprouvèrent une grande joie , car elles avaient appris avec quelle éloquence et quel zèle il prêchait en toute occasion la parole de Dieu. Elles le saluèrent donc et marchèrent à ses côtés l' écoutant' les divins enseignements qu'il leur donnait. Après qu'ils eurent cheminé quelque temps ensemble, ils trouvèrent , sur le bord du chemin , un mendiant couché sous un auvent de chaume et qui demandait l'aumône aux passants Saint Yves se détourna et s'approcha de ce pauvre , qui sollicita sa charité , en disant qu'il mourait de faim. Saint Yves lui parla quelque temps à voix basse , puis il tira son chaperon et le lui donna , en disant : «Prends ceci, car je n'ai pas , pour l'heure , autre chose que je puisse te donner." II continua ensuite son chemin tête nue et récitant son bréviaire. Les deux femmes étaient toujours près de lui et à une demi-lieue plus loin , levant les yeux sur le saint prêtre , elles · virent qu'il avait sur la tête ce même chaperon qu'il avait donné au mendiant . Il se mit à genoux, les mains jointes , au milieu de la route, et il dit à - haute voix :  "Seigneur Jésus-Christ, je vous rends grâces de votre présent » ; puis il se frappait la poitrine. Les femmes commencèrent à pleurer à chaudes larmes , ravies en admiration par le miracle qui venait de s'opérer sous leurs yeux; et saint Yves leur dit : « Allez; et continuez-votre route avec la bénédiction de Dieu ; faites le bien , et Dieu vous le rendra. " .Et il prit un sentier détourné pour gagner son manoir de Kermartin." 

.

Voir aussi  Saint-Yves, juge avocat et prêtre, Léonce Roumain de la Rallaye 1861

 

.

Ce texte nous permet de comprendre les deux panneaux et leurs inscriptions.

.

 
Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Deux scènes de la vie de saint Yves (vers 1510-1515). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Deux scènes de la vie de saint Yves (vers 1510-1515). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

Panneau de gauche. Yves donnant son chaperon à un pauvre.

.

Emploi de sanguine et de jaune d'argent léger, nimbes ornés. Peu restauré.

.

Le saint, nimbé, tonsuré, en surplis frappé d'hermines au dessus de sa cotte talaire d'étoffe sombre, tend au pauvre son "chapouroy", qu'on traduit par "chaperon". Ce n'est pas la coiffure à bourrelet terminé par une queue que portaient les hommes et femmes aisés du Moyen-Âge, mais un capuchon, ou, d'après l'image, un vêtement à capuchon, ici de couleur bleue et centré par une partie jaune à identifier. ( Roparz : "Désormais, et jusqu'à sa mort, il adopta pour vêtement une tunique avec des manches larges et amples, sans boutons, et un manteau avec un chaperon, long et tout à fait modeste, le tout en grosse bure blanche de Léon")

Le pauvre, agenouillé, barbu, tête nue (son chapeau semble serré entre ses bras), porte un long manteau rouge aux manches à larges rabats, qui serait peut-être confortable s'il n'était en guenilles. Son bâton de marche signale son âge, voire son handicap. Il est pieds nus. Il porte en bandoulière une besace, elle-aussi bien usée.

Les deux personnages échangent un regard plein d'humanité.

.

 

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Deux scènes de la vie de saint Yves (vers 1510-1515). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Deux scènes de la vie de saint Yves (vers 1510-1515). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Deux scènes de la vie de saint Yves (vers 1510-1515). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Deux scènes de la vie de saint Yves (vers 1510-1515). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Deux scènes de la vie de saint Yves (vers 1510-1515). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Deux scènes de la vie de saint Yves (vers 1510-1515). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

L'inscription du phylactère.

.

Je l'avais déchiffré ainsi en me basant sur l'illustration du Corpus Vitrearum : COMAIN S. Y. DONNE SON CHAPOUROY A UNG POUVRE HOME POUR DIEU ET NAVOIT AULTRE QUE CREUT DOUUEZ (cf. Albert Le Grand, " Dieu fit paroistre, par plusieurs miracles, combien luy estoit agreable la charité dont S. Yves assistoit ses membres. Nous avons dit cy-dessus, que, trouvant un jour un pauvre en son chemin, n'ayant que luy donner, il luy donna son chapperon, mais Dieu le luy remist sur la teste, avant qu'il fust arrivé en l'Eglise où il alloit".) On évaluera la valeur du terme CHAPOUROY, qui ne semble pas attesté en moyen- français ailleurs.

J'ai peu de correction à apporter :

COMANT S Y DONE SON CHAPOUROY A UN POUVRE HOME POUR DIEU ET NAVOIT AULTRE QUE CREUT DONNER

"Comment saint Yves donne son chaperon à un pauvre homme et n'avait rien d'autre qu'il crut donner." La deuxième partie s'éclaire si on la confronte à la Vita : "car je n'ai pas , pour l'heure , autre chose que je puisse te donner."

La phrase latine correspondante est : 

Et cum D. Yvo diu locutus fuisset eum eo in secreto , extraxit capucium suum de capite, et dedit pauperi supra dicto, et dixit: Accipe , quia non habeo aliud de quo tibi faciam eleemosynam in praesenti .

Saint Yves ôte son capucium (capuchon) de la tête et le donne au pauvre en disant Accepte-le, car je n'ai rien d'autre pour te faire aumône (eleemoysyna, du grec ancien eleemosunê,"don charitable").

.

 

.

.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Deux scènes de la vie de saint Yves (vers 1510-1515). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Deux scènes de la vie de saint Yves (vers 1510-1515). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

 

.

.

 

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Deux scènes de la vie de saint Yves (vers 1510-1515). Photographie lavieb-aile janvier 2022.
Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Deux scènes de la vie de saint Yves (vers 1510-1515). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Deux scènes de la vie de saint Yves (vers 1510-1515). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

.

Panneau de droite. Yves reçoit un chaperon d'un ange.

.

Le panneau diverge un peu du texte cité par Roparz, ou bien il le commente, car saint Yves est agenouillé devant une ange aux ailes vertes  et dont le  front porte un diadème. L'objet qu'il remet au saint  s'est obscurci depuis la pose, et n'est plus très distinct, mais c'est à l'évidence un chaperon, comme le précise l'inscription. (Des analyses sont en cours pour déterminer l'origine de cette altération du verre et pour y remédier).

.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Deux scènes de la vie de saint Yves (vers 1510-1515). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Deux scènes de la vie de saint Yves (vers 1510-1515). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Deux scènes de la vie de saint Yves (vers 1510-1515). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Deux scènes de la vie de saint Yves (vers 1510-1515). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Deux scènes de la vie de saint Yves (vers 1510-1515). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Deux scènes de la vie de saint Yves (vers 1510-1515). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Deux scènes de la vie de saint Yves (vers 1510-1515). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Deux scènes de la vie de saint Yves (vers 1510-1515). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

L'inscription est moins lisible que la précédente.

----YADIS --NE  UNG

CHAPOUROY -SEREUT------QUIL AI QUE SON CHAPOUROY POUR 

(sous réserve).

 

 

 

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Deux scènes de la vie de saint Yves (vers 1510-1515). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Deux scènes de la vie de saint Yves (vers 1510-1515). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Deux scènes de la vie de saint Yves (vers 1510-1515). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Deux scènes de la vie de saint Yves (vers 1510-1515). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

II. SAINT CORENTIN ASSIS ; QUATRE TÊTES ( XVe s. XVIe s. ,1914).

.

.

La baie A est de taille et format identique à la baie B : elle est rectangulaire et mesure 1,80 m et 1,20 m de large, et comporte une  vitrerie en verre cathédrale avec filet coloré et double ogive en haut.

 

.

Au centre : Saint Corentin en évêque assis dans une cathèdre (vers 1530).

.

Ce panneau, venant peut-être du sommet d'une niche, provient probablement de la chapelle des Fonts de la cathédrale, comme le suggérait Abgrall. Ce travail en jaune d'argent et grisaille a été remonté sur un fond bleu moderne. Elle correspond  à une petite figure de saint Corentin décrite par Guilhermy dans la chapelle des Fonts.

Inscription SANTU9 / CORE[N]TIN°

.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper.  Saint Corentin assis dans une cathèdre (vers 1530). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Saint Corentin assis dans une cathèdre (vers 1530). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper.  Saint Corentin assis dans une cathèdre (vers 1530). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Saint Corentin assis dans une cathèdre (vers 1530). Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

Deux anges volant (XVe siècle) en grisaille et jaune d'argent.

.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper.  Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper.  Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

Deux têtes (XVIe siècle) en grisaille et jaune d'argent.

.

Tête d'une femme ou d'un ange. Panneau altéré par les micro-organismes. XVIe siècle.

.

.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper.  Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

.

Tête d'une sainte. Voile en bandeau occipital. Milieu du XVIe siècle.

.

.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper.  Photographie lavieb-aile janvier 2022.

Les vitraux anciens de l'évêché de Quimper. Photographie lavieb-aile janvier 2022.

.

 

 

SOURCES ET LIENS.

ABGRALL (chanoine Jean-Marie), 1893, Saint-Mathieu de Quimper, description du monument. Bull. Société archéologique du Finistère tome XX pages 198-205 (page 203).


 

https://societe-archeologique.du-finistere.org/bulletin_article/saf1893_0282_0289.html

"Verrière nord. 

Au haut de cette fenêtre sont trois panneaux historiés.

-Saint Yves, vêtu d'une robe bleue ou violette, sur laquelle est un autre vêtement blanc, plus court, en forme de surplis et camail, avec mouchetures d'hermines. Devant lui, à genoux, un pauvre portant besace. Au-dessous est une longue inscription gothique.

-Saint Yves, costumé comme précédemment, à genoux . devant un ange vêtu d'une robe bleue, avec ailes vertes.

-Un saint solitaire, probablement saint Fiacre, prêchant deux petits personnages agenouillés à ses pieds. Les blasons qui surmontent ces scènes sont: En supériorité, de Bretagne. Au-dessous: 1 Un écu portant de sable au chevron d'argent accompagné de 3 annelets d'or . Plus bas, dans le même panneau, un autre écu mi parti de sable à un demi-chevron d'argent et à un annelet et demi d'or et losangé d'argent et de sable (L'Honoré). 2. Ecu brisé, et au-dessous un autre écu portant parti: de sable à un demi-chevron d'argent et à un annelet et demi d'or et d'azur à une demi croix pattée d'argent."


 

ALBERT LE GRAND, Vie de saint Yves

https://fr.wikisource.org/wiki/La_Vie_de_saint_Yves

"Il ne pouvoit endurer de voir lea pauvres nuds ; un jour estant allé (selon sa coustume) visiter les pauvres à l’Hospital de Land-Treguer, voyant plusieurs pauvres fort mal vétus, il leur bailla la pluspart de ses habits. de sorte qu’il luy fallut s’envelopper dans un loudier, attandant qu’on luy en eust apporté d’autres.

Une autre fois, il fit la même chose ; &, comme un jour son cousturier luy fut venu vestir une robbe & capuchon gris, il apperceut en la court un pauvre à demy nud ; il ne le peut endurer ; mais, retenant ses vieux habits, luy donnna cet accoustrement neuf.

Allant une fois à l’Eglise, disant son Breviaire, un pauvre, luy demanda l’aumône, n’ayant que luy donner, tira son capuchon & le luy donna.

Dieu fit paroistre, par plusieurs miracles, combien luy estoit agreable la charité dont S. Yves assistoit ses membres. Nous avons dit cy-dessus, que, trouvant un jour un pauvre en son chemin, n’ayant que luy donner, il luy donna son chapperon, mais Dieu le luy remist sur la teste, avant qu’il fust arrivé en l’Eglise où il alloit.

Un pauvre estant arrivé tard à Ker-Martin & n’osant fraper à la porte se coucha auprés & y passa la nuit ; saint Yves, sortant de bon marin, le trouvant là, le fit entrer, le revétit de ses propres habits, luy donna bien disner & à souper, le fit coucher en un bon lict, alla se coucher au mesme lieu où il l’avoit trouvé et y passa la nuict."


 

 

 

ANDRÉ (Auguste), 1877, "De la verrerie et des vitraux peints de l'ancienne province de Bretagne",  Bulletin et mémoires de la Société archéologique du Département d'Ille-et-Vilaine, Volumes 11 à 12 tome IX, Rennes Ch. Catel, 1877 page 309 et sv

https://books.google.fr/books?id=Q8wwAQAAIAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false


 

Les trois autres compartiments de la vitre contiennent divers épisodes de la vie de saint Yves, official de Tréguier, mort en 1303. Dans le premier, le saint, revêtu de son costume d'official, donne son capuchon à un pauvre qui lui demandait l'aumône (Albert Legrand, Vies des Saints de Bretagne, p. 161). Le second le représente vêtu de même, à genoux devant un ange. Dans le troisième, deux personnages sont à genoux devant lui; derrière le saint on aperçoit une maison ; ce sujet rappelle sans doute la charité de saint Yves, qui logeait et nourrissait les pauvres dans ses presbytères de Trédrez et de Lohannec'h, et qui fonda pour eux un hôpital dans son manoir de Kermartin (ibid.). Ainsi qu'on l'a dit plus haut, le style du dessin, l'agencement des figures, le coloris de cette vitre lui assignent la date de la fin du xv° siècle !. »


 

CASSARD (Jean-Christophe) 1992 Saint Yves de Tréguier: un saint du XIIIe siècle - Page 59

 

GATOUILLAT (Françoise), HEROLD (Michel), 2005, Les vitraux de Bretagne, Corpus vitrearum VII, Presses universitaires de Rennes page 185.

LE BIHAN (Jean-Pierre), blog

http://jeanpierrelebihan2.over-blog.com/article-18485675.html

http://lebihanvitraux.over-blog.fr/article-19178513.html

 

ONFROY KERMALQUIN 1846 Etudes sur les villes de Bretagne Guingamp page 360

 

 

ROPARZ (Sigismond) 1856 Histoire de saint Yves, patron des gens de justice (1253-1303)

http://bibliotheque.idbe-bzh.org/data/cle_21/Histoire_de_Saint_Yves_.pdf

 

.

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Vitraux saint Yves
6 janvier 2022 4 06 /01 /janvier /2022 23:42

 Les vitraux armoriés (quatrième quart XVIe siècle ; XXe ; 1957) de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven lors d'une excursion de la Société archéologique du Finistère.

 

.

Le 26 novembre 2021, les Journées d'études de la Société archéologique du Finistère, menées par le président Yves Coativy, ont débuté par une visite du four à pain et de l'enclos mégalithique de Kerambris à Névez, et se sont poursuivies par une visite du Musée de Pont-Aven, où Daniel Le Feuvre, qui venait de publier dans le dernier bulletin de l'association une étude très approfondie des œuvres du peintre  André Joly (1882-1969), a enrichi de ses commentaires la présentation de la médiatrice.

Le soleil était déjà couché lorsque nous terminâmes la journée par la découverte, incontournable, de la chapelle de Trémalo. Nous y admirâmes, bien sûr, et à nouveau sous la guidance de Daniel Le Feuvre,  le Christ Jaune qui a donné à la chapelle sa renommée internationale. Mais pas que.

.

PRÉSENTATION.

.

La chapelle, qui est privée, a été restaurée en  1755,  par Jean-Baptiste Mahé, recteur de Nizon, et  en 1957 à l'initiative du  propriétaire du Plessis, le  vicomte Patrice de la Villemarqué de Cornouaille. Après lui, son fils Xavier a présidé  l’Association pour la sauvegarde de la chapelle de Trémalo, laquelle a, en 2009,  fait procéder au drainage, au rejointoiement des maçonneries de la façade est, de la voûte de la porte sud et de l’escalier du clocher.

.

 

.

L’intérieur de la chapelle est composé d’une nef et de deux bas-côtés. Il est divisé en six travées soulignées par des arcades gothiques. Les poutres sont sculptées d'engoûlants et et les sablières  de figures humaines et animales. Un (et peut-être deux) motifs héraldiques y sont présents.

 

.

La maîtresse-vitre comportait jadis un Arbre de Jessé, déjà absent lors de la visite du chanoine  Pérennès en 1938 .  Le tympan lui-même ne conservait que quelques pièces anciennes, la seule intacte étant une précieuse Messe de saint Grégoire, et il a été  restauré et largement complété en 1957 par Etienne Scaviner, verrier de Pont-Aven.

La description qu'en donnent Françoise Gatouillat et Michel Hérold en 2005 pour le Corpus Vitrearum est brève, et ces auteurs n'avaient pas identifié les éléments héraldiques. Je m' appuierai néanmoins sur leur travail pour décrire les panneaux. Mais c'est Yves-Pascal Castel et Catherine Puget qui , en 2007, en ont décrypté les armoiries, sans doute aidée par le propriétaire de la chapelle dont le père avait commandité les panneaux récents en 1957. Leur notice est reprise en ligne sur le site municipal Pont-Aven Histoire et Patrimoine. Je me suis appuyé sur ces descriptions, non sans les vérifier et les commenter.

.

Mais puisque ces verrières nous conduisent à une étude héraldique, il nous faut présenter les données connues sur l'histoire de la chapelle seigneuriale du manoir de Plessis en Nizon, et étudier les blasons sculptés à l'extérieur.

.

.

HISTORIQUE (d'après T. Daniel et C. Puget, etc.).

.

Étymologie.

— Plessis (Plessix) est la forme française de Quinquis.

Quinquis est un toponyme très fréquent, parfois sous la graphie kenkis, issu du moyen-breton kenkist "maison de plaisance" désignant à l'origine des maisons entourées d'une haie de branches entrelacées (on a rapproché le préfixe kenkis du radical gallois cainc- , "branche"). Le vieux français plesse avait un sens identique et a donné plessis, "entrelacement". Le toponyme s'applique souvent, en Bretagne, à d'anciennes mottes féodales ou castrales, dont le sommet est défendu par de fortes palissades. Pour F. Tournier, "Kenquiz, quenquis (plessis, clôture), équivalent de "haia" (enceinte faite de haies) peut dénoter aussi bien des enclosures à vocation agricole qu'à vocation défensive militaire." Mais la situation du manoir (cf. topologie) permet d'évoquer un site idéal pour une vocation défensive. Mon opinion se trouve confirmée dans un article de J. Le Goff-Ruiz 2011.

.

—Trémalo.

"Du point de vue étymologique, la particule “Tré-” désigne, selon Bernard Tanguy, non une trève dépendant d’une paroisse, mais un village d’origine ancienne qui tirerait son nom d’un personnage, un certain Malo dont la silhouette se perd dans la nuit des temps. Paradoxalement, si un acte de 1653 donne à la chapelle le titre de “Notre-Dame de Saint-Malou, en laditte paroisse de Nizon”, aucune statue n’évoque ici le patron de la cité des corsaires. A moins que Malo étant bien loin, on lui ait, à une époque donnée, attribué le nom de Corentin, fondateur du diocèse de Cornouaille. Ce ne serait pas la seule fois qu’une statue ait été rebaptisée pour les besoins de la cause locale." (Castel et Puget)

Je note sur la carte IGN le toponyme Pontic-Malo ("petit pont Malo"), mais il doit être récent, n'est pas attesté sur les cartes antérieures, et doit se rattacher au nom de la chapelle qui le domine.

 

.

.

Les seigneurs de Quinquis ou Quenquis/Plessis et le manoir de Plessis-Nizon.

.

La seigneurie du Plessix à Nizon appartint successivement aux familles du Plessis, Feydau et Hersart de la Villemarqué.

"La Réformation de 1426 (pour 1427?) révèle, dans la paroisse de Nizon, l’existence des manoirs suivants : Le Quenquis ou Plessix ; Kerazret appartenant à Guillaume de la Rue Neuve ; Penboutou possédé par Yvon du Plessix ; Penisquin, à Pierre du Hautbois ; Penalen, à Jehan Penquelen. Celle de 1536 mentionne quelques autres manoirs, au nombre desquels figure celui de Rustéphan .

La réformation de 1427 sous le rapport de paroisse de Nizon mentionne "le manoir de Paubatoux (?), Yvon du Plessix, noble, et Jehan du Plessix, noble.

A la "Montre" de l'Evêché de Cornouailles de l'an 1481 qui s'est tenue à Carhaix les 4 et 5 septembre, est présent Maurice le Quinquis, représenté par Guillaume son fils, archer en brigandine ;

A la "Montre" de l'Evêché de Cornouailles de l'an 1536 qui s'est tenue à Quimper le 10 et 11 mai est présent  Guillaume du Plessix, sieur dudit lieu, à deux chevaux et armé

A la "Montre" de l'Evêché de Cornouailles de l'an 1562 qui s'est tenue à Quimper les 15 et 16 mai, les nobles suivants de Nizon apparait : François du Plessix, sieur du Plessix, présent, dict faire corselet suivant sa déclaration .

.

"Plessix (du), en breton Quenquis (du), sieur dudit lieu, paroisse de Nizon, - de Missirien, paroisse de Kerfeunteun, - de Kerfrez  [39], paroisse d’Ergué-Gabéric, - de Kerminihy et de Penbuel, paroisse d’Elliant, - de Kervidal, paroisse de Tourc’h.

Ancienne extraction., réf. 1669, huit générations, références et montres de 1426 à 1562. dites paroisses, évêché de Cornouaille.

D’argent au chêne de sinople englanté d’or ; au franc canton de gueules, chargé de deux haches d’armes adossées d’argent en pal.

-Yves, vivant en 1427, épouse Marie de la Villeblanche.

La branche aînée fondue en 1690 dans Feydeau, puis Hersart ; la branche de Missirien fondue dans Autret ; la dernière branche fondue dans la Marche.

Le sr de Kerhouaz, paroisse de Lesbin-Pontscorff, débouté à la Réformation de 1671.

Le sr de Penfrat, débouté au conseil en 1700.

Pol Potier de Courcy édition de 1895, tome II, page 397. Correction 2005"  https://www.tudchentil.org/spip.php?article738

 

Remarque.

Les armoiries des Quenquis figurent sur la baie 107 de la cathédrale de Quimper où se voit un chanoine qui les porte. Il s'agit de Pierre de Quenquis :

 

 

Pierre de Quenquis fut reçu chanoine de la cathédrale le 20 janvier 1415. Il décéda en 1459, et son tombeau fut placé dans la chapelle Saint-Corentin ( depuis, chapelle Saint-Paul).   Ses armes sont aussi sculptées sur l'un des deux écussons des clefs de voûte du bas-coté nord de la nef, et en deux écussons accolés, à la naissance de la voûte du porche du  portail nord. 

https://www.lavieb-aile.com/2016/03/les-vitraux-du-choeur-de-la-cathedrale-de-quimper-vi-la-baie-n-107.html

.

Généalogie (des aînés) de la famille du Plessix : https://www.tudchentil.org/spip.php?article583

  • Yves du Plessix x Amice de la Villebranche [Montre 1427]
  • Maurice x Clemence Kergoet [ décédés en 1502]
  • Guillaume I x Constance Kerjequel [Montre 1481. Lui ou son fils :Montre 1536]
  • Guillaume II x Marguerite du Rinquier du Poulguin (fille de Louis du Rinquier et Louise Didoueget). Ils fondent l'actuelle chapelle de Trémalo, datée de 1550.
  • François I x Marguerite Le Glas (décédée en 1582). [Montre 1562. Existe en 1568]
  • François II x Marie Du Moulin [mariage en 1574]
  • Nicolas x Hélène Guimarho [Existe en 1602 ; Marié en 1638 ]
  • Georges-Joseph (1640-1669) x Mauricette de Bouvans . [ Marié en 1659 ; Existe en 1659]. Ils ont une fille unique Anne du Plessix, héritière, épouse en 1690 Charles Feydeau de Saint-Remy, cf. infra.
  • Jacques du Plessix, frère de Georges, héritier du nom. [Existe en 1669]

.

Généalogie des descendants : Feydeau et Hersart :

  •  Marie-Anne du Plessix, fille et héritière de Georges du Plessix, x 1690 Charles Feydeau de Saint-Remy, chevalier de Malte.
  • Louis-Charles  Feydeau (1732-1786) x Marie-Josèphe Briant Du Stang, d'où
  • Jean-Marie Feydeau de Vaugien, seigneur du Plessis Nizon, officier de marine,  x  1774 Marie-Thérèse de Talhouët-Grationnaye.
  •  Marie-Ursule  Feydeau de Vaugien (1776-1847) dame du Plessis-Nizon x  9 Novembre 1798, le comte Pierre Michel François Marie Toussaint Hersart de la Villemarqué (1775-1843)
  • De ce mariage naquirent huit enfants, dont le plus jeune fut Théodore-Claude-Henri, l’auteur du Barzaz Breiz ( Plessix-Nizon 1815 - 1895 manoir de Keransquer, près de Quimperlé). Le manoir du Plessix , la chapelle de Trémalo et le Bois d'Amour appartiennent encore  à la famille de la Villemarqué. Mais  la propriété passent à :
  • Roland Eleonore Marie Cyprien Armand (Quimperlé 1861-Kermaria Pont-Aven 1937 X Jeanne Marcetteau du Brem 1867-1958
  • Patrice (1904-1959) x Anne-Marie de Grimoüard (1907-1990). https://gw.geneanet.org/fperrach?lang=fr&iz=4&p=patrice+albert+michel+armand&n=hersart+de+la+villemarque+de+cornouaille
  • Xavier de la Villemarqué de Cornouaille (-décédé au manoir de Plessis 19 septembre 2018)
  • Yann Hersart de la Villemarqué de Cornouaille

(sous réserve)

 

 

 

.

.

Le manoir.

.

Un article illustré de photos de J. Le Goff-Ruiz permet de le découvrir, avec un bâtiment rectangulaire de style classique bien éclairé par de nombreuses fenêtres et datant de la seconde moitié du XVIIe, et l'ancien manoir contemporain de la chapelle (1550), et "dont les pierres énormes servant de linteaux aux portes et fenêtres, toutes curieusement dissemblables, et où figurent quelques belles accolades" incitaient Bertrand Queinec (*) à évoquer "très facilement la réutilisation des matériaux d'un manoir primitif, peut-être victime d'un incendie". Une chapelle du début du  XIXe siècle, des écuries et un puits ancien complètent cet ensemble.

(*) Bertrand QUEINEC, 1992, page 187

 

 

.

Situation : topologie.

.

L'examen des cartes est, comme toujours, très utile. 

La carte IGN et la photo aérienne permettent de repérer la proximité du château (ancien manoir) et de la chapelle, reliés par une route traversant Quistilliau et Trémalo-Kerhuil en restant sur la crête. En effet, le château est à 67 m d'altitude, à la pointe d'un quadrilatère aux pentes abruptes, tracées par le cours de l'Aven et d'un  ruisseau prenant sa source vers Kerhuil (étymologie non retrouvée). Et la chapelle est à la même altitude approximativement.

Cette situation en hauteur mais dominant directement un cours d'eau est évidemment très avantageuse sur le plan militaire et  économique. Plus précisément, il permet l'établissement d'un moulin (associé aux droits seigneuriaux), "le moulin du Plessis", aujourd'hui démoli mais où un bief subsiste. Le zoom de la carte IGN en détaille l'implantation (le site Pont-Aven signale une installation de pisciculture ; cela rappelle que les seigneurs percevaient des droits sur la pêche). Ce n'est qu'un des nombreux moulins qui ont fait la prospérité de Pont-Aven.

Juste en face, un site symétrique porte le nom de Colline Sainte Marguerite, témoignant d'une ancienne chapelle et donc d'une sanctification de ces promontoires.

La situation de la chapelle est celle que je retrouve presque constamment  : point haut, proximité d'une rivière, moulin. On peut l'expliquer par les avantages économiques et politiques, ou par la reprise d'anciens cultes, les deux ne s'excluant pas. 

On peut observer la situation des ruines de Rustéphan, deuxième manoir de Nizon.

.

La carte d'Etat-Major  (1820-1866) rend plus visible, par le hachurage des pentes, les reliefs et l'hydrologie. La carte de Cassini dressée en 1783, permet de repérer tous les moulins indiqués par une petite roue dentée, d'examiner la modification du paysage, et de relever les toponymes (ici : Trémalo ?) 

.

 

Carte IGN Géoportail Remonterletemps.

Carte IGN Géoportail Remonterletemps.

Carte IGN et Etat-Major Géoportail Remonterletemps.

Carte IGN et Etat-Major Géoportail Remonterletemps.

Carte de Cassini Gallica https://gallica.bnf.fr/html/und/cartes/france-en-cartes/la-carte-de-cassini?mode=desktop

Carte de Cassini Gallica https://gallica.bnf.fr/html/und/cartes/france-en-cartes/la-carte-de-cassini?mode=desktop

.

.

 

"L’édifice, situé sur les hauteurs qui dominent Pont-Aven (mais sur le territoire de la paroisse de Nizon), se trouve sur le chemin qui monte du bourg vers le manoir du Plessis-Nizon  et, d’autre part, vers le hameau de Trémalo. On y accède par une longue allée de chênes et de châtaigniers, dans ce qu’on appelle localement le Bois d’amour, et la majesté de ce parcours contraste avec la simplicité de la chapelle, formant un ensemble réellement harmonieux.

Construite en 1550 (comme en témoigne une inscription au-dessus de la porte sud), elle est de fondation seigneuriale : le blason des du Plessis  figure en plusieurs endroits de l’édifice : sur la façade ouest, sur la maîtresse-vitre, sur les sablières. Le style relève encore du gothique flamboyant, ce qui n’a rien d’étonnant dans cette région où la tradition médiévale persiste en même temps que pénètrent les nouveautés de la Renaissance.

Le plan est rectangulaire, orienté est-ouest. La longueur de l’édifice est de 24 m, la largeur de 13 m. À l’extérieur, les murs en granit sont soigneusement appareillés en pierre de taille ; le chevet plat comporte trois baies flamboyantes, celle de gauche étant murée ; la façade occidentale est d’une grande simplicité : une porte en anse de panier, quatre contreforts (deux droits de part et d’autre de la porte, et deux biais aux extrémités nord et sud), un blason sculpté au milieu de la façade, un petit clocher de type cornouaillais, à une seule cloche.

Du côté nord, une seule petite fenêtre passante, contrastant avec les ouvertures du côté sud : deux portes en anse de panier (l’une toute simple, l’autre surmontée d’une accolade et de pinacles latéraux), et quatre fenêtres (deux ouvertes dans le muret, deux passantes, la première du XVIe siècle avec son remplage d’origine, la seconde construite en 1755). L’ensemble est couvert d’une imposante toiture dissymétrique qui descend, au nord, jusqu’à hauteur d’homme." (T. Daniel)

D'après Castel et Puget citant Bertrand Quéinec I, 1992:

La chapelle était desservie par les prêtres de la paroisse de Nizon. La fabrique était tenue d'y célébrer deux messes, l'une à l'intention du seigneur de/u Plessis "le jour de Monsieur saint Marc", l'autre  à l'intention du sieur Troguidic (un patronyme qui échappe à mes recherches) à la Saint Grégoire. Ces clauses n'ayant pas été respectée, il fallut une sentence de la cour royale de Concarneau en 1624 pour obliger la fabrique à reprendre ces célébrations à l'intention du sieur du Plessis à la Saint-Marc, et à l'intention du même sieur du Plessis, héritier des Troguidic, à la Saint Grégoire.

Trémalo fondée par la famille du Plessis est considérée par eux comme leur chapelle privée où sont célébrés les baptêmes de la famille, mais cette appropriation était contestée par Charles de la Roche-Rouxe, du manoir voisin de Penanroz, qui déclarait  en 1653 "avoir le droit de faire figurer ses armoiries  dans la maîtresse-vitre de Saint-Malou en la paroisse de Nizon, comme elles figuraient depuis longtemps dans l'église paroissiale."

C'est sans doute le même différend qui entraîna un affreux scandale le 11 septembre 1661, le jour du pardon, quand un groupe de cinq gentilhommes pénétra dans le sanctuaire avec à leur tête Alain de Guer, marquis de Pont-Callec, seigneur de la Porte-Neuve en Briec. Ce dernier bondit l'épée à la main dans le chœur pour attaquer le jeune Georges du Plessis, qui aurait manqué de respect au procureur fiscal du puissant marquis. 

Tout le long du XVIIIe siècle les finances de la fabrique de Trémalo sont saines, et les revenus permettent un bon entretien de la chapelle.

Le 3 messidor an III (juin 1795), on procéda à la vente aux enchères des biens de la fabrique de Nizon, dont la chapelle de Trémalo, la chapelle Saint-André et la chapelle Saint-Maudez devenus biens nationaux. La chapelle de Trémalo, son petit placître au sud planté de trois chênes et de deux châtaigniers, ainsi que les matériaux en pierre de taille d'une croix écroulée, est adjugée pour 5320 livres au citoyen Pierre Caudan, riche cultivateur de Keramperchec et maire de Nizon. L'intention de ce dernier, dont deux de ses fils seront prêtres dont l'un vicaire à Nizon) est de rendre au culte la chapelle après les troubles. C'est après 1805 que la famille de la Villemarqué y effectue des travaux et édifie un nouveau calvaire en 1807.

Au cadastre de 1832, la chapelle est indiquée avec ses 300 m² de superficie comme propriété de la commune.

En 1852, Cyprien de la Villemarqué fait donation à la fabrique de "l'église succursale de Nizon" d'une rente annuelle pour la célébration des messes à Trémalo.

Le grand pardon était célébré à la Nativité de la Vierge le 8 septembre, et un autre avait lieu le dimanche le plus rapproché de la Sainte-Anne, le 26 juillet. Plus tard on institua une troisième célébration le 15 août, jour de l'Assomption.

Le 11 mai 1932, la chapelle est classée "monuments historiques".

Le groupe de Sainte-Anne, la statue de la Vierge et le Christ Jaune sont classés "monuments historiques" à titre d'objet le 16 août 1957.

.

Je note sur la base Geneanet que Trémalo figure comme lieu de décès sur les actes paroissiaux dans la deuxième moitié du XVIIe siècle pour les familles Couric ou Gouric (Pierre Coric 1630-Trémalo1690), Le Calvez, Le Du, Le Deuff, Le Tallec, Quénéhervé.

.

Le pignon ouest.

.

Sur le pignon ouest, sous le clocher à gables aigus, pinacles et pointe à crochets,  et au dessus de la porte cintrée flanquée de contreforts,  un ange aux ailes éployées tient un blason des armoiries de la famille des Seigneurs Plessis Nizon, fondateurs de la chapelle. La pierre étant érodée, on devine les meubles (notamment le chêne) plus qu'on ne les distingue avec certitude.

.

 

La chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

La chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

La chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

La chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

.

.

La façade sud et sa porte flamboyante.

.

 

L’élément architectural le plus intéressant est la porte sud en anse de panier, où l'ocre rouge qui rehaussait jadis les contours du panneau d'inscription a laissé quelques traces.

L'accolade à fleurs d'acanthes et fleuron s'appuie sur deux culots qui supportent des pinacles à fleurs ampulliformes et masques.

Deux blocs de pierre, de chaque coté du fleuron, sont sculptés d'inscriptions en réserve. Leur lecture est difficile, surtout pour un visiteur qui ne bénéficie pas des meilleurs conditions d'ensoleillement et de lumière rasante (chaque inscription, comme les personnages des horloges astronomiques, ne livre son message qu'à une heure et parfois une date bien précise et la réserve aux fidèles patients et persévérants). La première, à gauche, est en lettres gothiques sur deux lignes, et on y a lu :

ALAIN AUDREN 

FABRIQUE DE CEANS

La seconde porte, sur une ligne, la date : LAN 1550. Numérotation en chiffre arabe.

La base Geneanet ne fournit aucune donnée sur ce nom AUDREN à Nizon ou Pont-Aven  avant 1743, et encore moins avec ce prénom.

C'est la lecture la plus assurée. Citons d'autres leçons : GUILQUENQUIS 1558 (renvoyant à Guillaume de Quenquis), pour la notice de l'exposition Gauguin et le Christ Jaune du Musée d'Orsay et de Pont-Aven (Puget, 2000), ou bien LAN 1556 (pour René Couffon).

Néanmoins, Castel estime que sa lecture de 1550 est "claire".

"Le “fabrique”, paroissien en charge de l’édifice, assure les rentrées d’argent et pourvoit aux dépenses. On sait, mais par ailleurs, que le recteur de Nizon, est alors Jacques Le Vescoz . Pourvu de son poste en 1549, il s’y maintient jusqu’en 1580 (“Bulletin diocésain d’histoire et d’Archéologie”, 1938, p. 47)." C. Puget.

Je me demande s'il ne s'agit pas d'une coquille pour Le Vergoz ou Le Vergos, patronyme bien plus attesté en Finistère. Mais cette hypothèse ne permet pas d'aller plus loin. Le corpus épigraphique finistérien conserve la mention d'un  recteur Guillaume Le Vergoz (Kerlaz, Sainte-Anne-la-Palud) dans les années 1653 et 1654.

.

 

La chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

La chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

La chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

La chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

La chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

La chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

La chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

La chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

.

.

La crossette d'angle sud-est : un lion tenant un blason.

.

C'est un lion de crossette typique, avec la gueule débonnaire, la langue tirée, la crinière bouclée et la queue faisant retour sur l'arrière-train. Sa tête est tournée vers l'est, et donc vers le manoir et ses seigneurs. Mais il tient un blason bien érodé et défiguré ("démeublé") par les lichens. Y.-P. Castel y reconnaît les armes du Plessis.

.

La chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

La chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

La chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

La chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

La chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

La chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

.

.

On remarque aussi ce bloc sculpté.

.

La chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

La chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

.

.

Nous pouvons maintenant entrer dans la chapelle et nous diriger vers le chœur.

.

 

La chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

La chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

.

.

Mais avant d'examiner la maîtresse-vitre, nous remarquerons le blason intégré dans la frise des sablières, du coté gauche près du chœur.

Ce sont les armes de la famille du Plessis. Le chêne et ses glands pourraient renvoyer au nom quinquis. Le chêne est figuré par un tronc central, trois feuilles de chêne vertes, et des glands au bout de leurs tiges ou pétioles (gland et petioles rouges et non jaune d'or comme il siérait) ; ce serait alors un chêne pédonculé Quercus robur. Les deux haches en pal occupent une place un peu exagérée. Voici le modèle  :

.

https://www.tudchentil.org/spip.php?article583

.

Castel, citant apparemment Bertrand Quéinec, décrit page 2 "les deux écussons de bois peint sur une poutre au dessus du chœur, la place d'honneur,  montrent les armes de Guillaume du Plessis et de Catherine de Botigneau son épouse." Mais je n'ai pu trouver une confirmation de ce couple. Il ajoute : "on retrouvait d'ailleurs dans un vitrail disparu les armes du même Guillaume du Plessis accolées à celles de sa deuxième épouse Marguerite du Rinquier du Poulgwin." Je n'ai pas trouvé confirmation d'un deuxième mariage de Guillaume II du Plessis.

Annotation d’un descendant de la famille Keransquer, Mikaël Ansker (comm. pers.) :

"Concernant la chapelle de Trémalo, située à Pont-Aven, le blason situé dans l’un des vitraux (d’argent à deux haches de gueules adossées), est celui des Keransker ou Kerasker. Il est donc possible qu’il y ait eut une fusion de cette famille Hersart avec les Ansquer (Ansker), primitivement propriétaires de cette terre (la donation ayant été effectuée par le duc de Bretagne afin de disperser les moines dans les grands espaces pour transmettre leur foi. Ces haches d’armes font sans doute référence à un Anscher virgiferi, cité dans le Cartulaire de Kemperlé au XIème siècle (*), et l’on sait que leurs attributs étaient, déjà au temps des Romains, un faisceau de deux haches entouré de verges."

(*) page 172.  Le virgifer était le sergent chargé des contraintes et de la recette des devoirs et rentes.  https://www.bannalec.fr/medias/2015/10/bpt6k1138272.pdf

.

Les armoiries des Botigneau ou Botigno sont d'azur à l'aigle éployée d'or à deux têtes becquées et membrées de gueules . Voir la lancette B de la baie 110 de la cathédrale de Quimper où la dame de Botigneau est présenté par sainte Catherine ; Le portail sud de la cathédrale de Quimper ; ou les Dronou de Bodigneau à N.-D. du Folgoët.

.

.

Sablières de la chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

Sablières de la chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

.

.

A noter cet aigle bicéphale des sablières, aux têtes becquées de gueules.

.

 

.

Sablières de la chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

Sablières de la chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

.

.

LA MAÎTRESSE-VITRE.

.

Cette baie  d' 1,80 m de haut et 1, 50 m de large comporte  3 lancettes et un tympan à 6 ajours — dont deux soufflets  et 4 mouchettes — et deux écoinçons. Elle a été presque complètement détruite, et seule le soufflet du rang inférieur consacré à la Messe de saint Grégoire, et la mouchette placée à droite représentant les Saintes Femmes au tombeau sont du quatrième quart du XVIe siècle (Corpus Vitrearum)  ou de 1550 environ (Y.-P. Castel). Les lancettes sont occupées par des vitreries à bornes modernes, et les autres ajours du tympan de tableaux héraldiques dont certains datent de 1957.

.

Maîtresse-vitre de la chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

Maîtresse-vitre de la chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

.

.

Les trois ajours supérieurs.

.

Maîtresse-vitre de la chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

Maîtresse-vitre de la chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

.

.

Le soufflet du sommet.

.

Le Corpus Vitrearum le qualifie "d'écu de fantaisie  (XXe siècle) sommé d'une couronne ancienne".

Ce sont les armoiries d'or à la herse sarrasine de sable de la famille Hersart de la Villemarqué qui sont placées en prééminence, témoignant du fait qu'elle est présente au Plessis depuis 1798. L'écu est  surmonté d'un casque fermé et timbré de la couronne comtale posée sur un bourrelet.

La devise des Hersart, evertit et oequat (sic, pour evertit et æquat) "Il bouleverse et aplanit", en accord avec la métaphore de la herse de labourage, n'a pas été retenue dans la restauration. 

Si on consulte en ligne les représentations de ce meuble héraldique,  on trouve très généralement la représentation d'une herse rectangulaire et quadrillée, qui ne correspond pas à ce qui est représenté ici où deux traverses se croisent comme le tipi qui sert de logo pour annoncer un camping.

.

copyright wikipedia

.

La herse héraldique est décrite ainsi :

HERSE SARRASINE. Ce meuble, qui prend aussi le nom de coulisse, est composé de six pals alésés, aiguisés par le bas, et de cinq traverses horizontales, jointes par des clous aux intersections, enfin, la traverse du haut est munie d'un anneau dans sa partie du milieu.

HERSE, subst. fém., meuble de l'écu, qui représente un instrument propre à renverser les terres entre les sillons sur les grains, pour les couvrir après qu'ils ont été semés.

D'après le Manuel héraldique ou Clef de l'art du blason », une herse symboliserait un commandement de place forte.

.

.

Pol Potier de Courcy écrit dans son Nobiliaire : d'or à la herse sarrasine de sable; sceau 1381).Il faut retrouver les sceaux de la famille pour retrouver cette forme en X, et notamment ceux conservés au musée Dobrée de Nantes :

 

 

https://www.musee-dobree.fr/jcms/navigation/les-collections/bases-de-donnees-en-ligne/sigillographie/origine/bretagne/hersart-de-la-villemarque-fr-eja_91840

https://www.musee-dobree.fr/jcms/navigation/collections/online-databases/sigillography/origin/bretagne/hersart-du-buron-/-breil-du-buron-du-en-eja_91843

https://www.musee-dobree.fr/jcms/navigation/les-collections/bases-de-donnees-en-ligne/sigillographie/origine/bretagne/hersart-de-la-villemarque-/-cornouailles-de-fr-eja_91841

.

.

Hersart du Buron

.

 

Hersart du Buron

.

Hersart du Buron / Ferron du Quengo (De)

 

.

Hersart de la Villemarqué / Cornouailles (de) :

D'or à la herse de sable. (Potier de Courcy : d'or à la herse sarrasine de sable; sceau 1381). / Parti, au 1 d'hermine plein, Bretagne : au 2 d'azur au mouton passant d'argent, accorné et onglé d'or, Cornouailles. (Potier de Courcy : écartelé aux 1 et 4 : de Cornouailles ancien ; aux 2 et 3 : de Kerguern ; sur le tout : d'argent au croissant de gueules, qui est Kernéau ; alias : fretté d'argent et d' azur qui est Kerguern, chargé d'un croissant de gueules qui est Kernéau; sceau 1313).

.

En alliance :

Hersart du Buron / Breil du Buron (Du)

.

Bréart de Boisanger / Hersart de la Villemarqué

.

Ecartelé au 1 de gueules à trois fasces échuiquetées d'argent et d'azur, Cambout ; au 2 d'argent au lion de gueules, armé, lampassé et couronné d'or, du Breil ; au 3 d'azur à la croix engeslée d'or, au 4 de gueules semé de fleurs de lys d'or, Chateaubriand ; sur le tout d'or à la herse de sable, Hersart. (Potier de Courcy : d'or à la herse sarrasine de sable; sceau 1381).

.

Maîtresse-vitre de la chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

Maîtresse-vitre de la chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

.

.

.

La mouchette supérieure gauche : du Plessis.

.

Le blason des du Plessis, déjà présenté dans la sablière,  est  d’argent au chêne arraché et tigé de sinople, englanté d’or au franc-canton aussi chargé de deux haches d’armes de gueules adossées et posées en pal.

"Armes pleines  d'argent à l'arbre de sinople sous un heaume empanaché  couronné et cimé d'une tête de lion : assez bien conservé (Gatouillat et Hérold)

"Sous un casque fermé, cimier au lion sur le bourrelet, lambrequins tailladés en volutes feuillagées, un détail emprunté à l’héraldique germanique : “d’argent au chêne arraché et tigé de sinople, englanté d’or au franc-canton aussi d’argent chargé de deux haches d’armes de gueules adossées et posées en pal. ” (Castel et Puget)

.

Maîtresse-vitre de la chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

Maîtresse-vitre de la chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

Maîtresse-vitre de la chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

Maîtresse-vitre de la chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

.

.

Mouchette supérieure droite.

Placé lors de la restauration, l’écu d’azur au chevron d’or cantonné de coquilles de même , 2, 1, évoque les Feydeau de Vaugien, qui ont été les propriétaires du Plessis de 1690 à 1798.

Il trouve place dans un chapeau de triomphe ancien orné de mascarons et de rubans rehaussés de bandes au jaune d'argent. Le mascaron supérieur, une femme au voile en bavoir,  est un motif typique de la Seconde Renaissance, repris très largement après la construction vers 1571 du château de Kerjean.

.

Maîtresse-vitre de la chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

Maîtresse-vitre de la chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

Maîtresse-vitre de la chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

Maîtresse-vitre de la chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

.

.

Mouchette inférieure gauche.

.

En alliance, les armes de Guillaume du Plessis et de Marguerite du Rinquier du Poulguin de gueules au lion rampant morné d’or, fondateurs de la chapelle en 1550.  Selon Castel, un blason analogue occupait l’oculus qui éclairait l'autel de Sainte-Anne, avant qu'on le remplace par une large baie en 1755.

.

Maîtresse-vitre de la chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

Maîtresse-vitre de la chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

Maîtresse-vitre de la chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

Maîtresse-vitre de la chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

.

.

Mouchette centrale de la rangée inférieure : Rare vitrail représentant la Messe de saint Grégoire


 Quasi intacte, “la Messe de Saint Grégoire” est datée du 4ème quart du XVIe siècle . Gatouillat et Hérold signalent la présence de verres colorés et l'emploi de sanguine.

Le thème a joui d’une vogue prodigieuse aux XVe et XVIe siècles, pour affirmer, contre les thèses de la Réforme, la présence réelle du Christ lors de la Consécration, dans sa chair (hostie) et dans son sang (vin du calice). C'est dire l'importance du sang qui s'écoule des  plaies du Christ qui apparaît nu, sortant du Tombeau, au pape Grégoire  (540-604) qui célèbre à  la messe entre deux acolytes céroféraire (porteurs de cierge). Le Christ est  nimbé, couronné d’épines, flanc percé, mains liées, le fouet de la flagellation et autres instruments  posés à son côté. 

Selon la légende , pendant qu'il célèbre la messe, une des personnes de l'assistance doute de la présence réelle du Christ dans l'Eucharistie. Quand Grégoire se met à prier, l'assistance aurait eu la vision du Christ sur l'autel, entouré des instruments de la Passion et versant dans le calice eucharistique le sang de sa plaie au côté.. L'iconographie montre souvent le pape assistant à la messe, sans la célébrer lui-même. Le détail important est le jet de sang qui, depuis le flanc, rempli le calice. (Ici)

.

Le jubé de la chapelle Saint-Fiacre du Faouët (1480 à 1492) . I. Le coté de la nef (Ouest).

.

Maître de Flémalle (Robert Campin ?) (d'après?) La messe de saint Grégoire (dernier quart XVe siècle)

.

Maîtresse-vitre de la chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

Maîtresse-vitre de la chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

Les vitraux armoriés de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven.

.

.

Mouchette droite de la rangée inférieure . “Visite des saintes femmes au tombeau”. Deux des trois têtes restaurées en 1957. Fragment d'un panneau réutilisé en réemploi. 4ème quart XVIe, provenant peut-être des lancettes.

Les trois femmes portant les aromates d'empressent de se rendre, au matin de Pâques, au Tombeau où leur maître a été enseveli après la Crucifixion. Il y avait là selon Luc 24:10 Jeanne, Marie, mère de Jacques et Marie de Magdala (Marie-Madeleine), qui porte le vase de parfums ou d'aromates.

.

Maîtresse-vitre de la chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

Maîtresse-vitre de la chapelle de Trémalo. Photographie lavieb-aile 28 décembre 2021.

.

.

Les vitraux modernes.

Celui qui éclaire l'autel Sainte-Anne a été réalisé en 2013 par Charles Robert de Pluguffan, après que la baie, qui avait été bouchée au XVIIIe siècle, ne soit réouverte, et son meneau restauré.

https://fr.calameo.com/read/002543322c6a51fe49f82

.

 

 

 

 

.

.

SOURCES ET LIENS.

.

Association de sauvegarde

https://www.pontaven.fr/Association-de-sauvegarde-et-de

 

CASTEL (Yves-Pascal), PUGET (Catherine), 2007 La chapelle de Trémalo,  Association des amis du musée de Pont-Aven éditeur au profit de l'Association de sauvegarde de la chapelle de Trémalo, 60 pages couleurs.

Un ouvrage coécrit par Catherine Puget, ancien conservateur du musée des Beaux-Arts de Pont-Aven et Yves Pascal Castel, docteur en histoire de l'art et ancien vicaire de la paroisse de Pont-Aven, de 1952 à 1955. Photos de Michel Thersiquel

Les bénéfices de la vente de cet ouvrage serviront à la restauration de la chapelle. Cet ouvrage est le premier livre complet sur la chapelle; outre les très belles photos des sablières et des oeuvres réalisées par des peintres des XIX e et XX e siècles inspirés par la chapelle, le lecteur peut y découvrir l'histoire de la chapelle, l'étude de l'architecture et la statuaire.

https://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20070422&article=20070422-730986&type=ar

 

—COUFFON (René), LE BARS (Alfred) 1980,  Notice sur Nizon, Nouveau répertoire des églises et chapelles,  Diocèse de Quimper et Léon Quimper, 1988


 

https://bibliotheque.diocese-quimper.fr/files/original/7ef28aa3252c41c6080f5f943dd7dfa1.pdf

 

"PONT-AVEN-NIZON Depuis la fusion en 1955 des deux communes de Pont-Aven et de Nizon, le territoire de la nouvelle commune comprend deux paroisses : 1. Pont-Aven - 2. Nizon. 

CHAPELLE DE TREMALO (I.S.) Dédiée à Notre Dame. Edifice de plan rectangulaire comprenant une nef de six travées avec bas-côtés. Il date du XVIe siècle ; les grandes arcades sont à pénétration directe dans les piliers cylindriques, les poutres et les sablières sont sculptées. Une inscription en petits caractères gothiques est encore lisible au-dessus de l'arcade flamboyante de la porte sud : le nom du fabrique et la date : "LAN. 1556". Des armoiries tenues par un ange sur le pignon ouest et un escalier sur le rampant sud du même pignon.

Mobilier : Maître-autel en tombeau droit, avec tabernacle surmonté d'un dais à colonnettes torses ; sacraire muni de sa porte dans le mur du chevet. - L'autel latéral sud est dédié à sainte Anne ; dans le petit retable à deux colonnes corinthiennes qui bouche la fenêtre du chevet, groupe sculpté de l'Education de la Vierge. La balustrade est encore en place. Statues anciennes en bois polychrome : Crucifix du XVIIe siècle qui a inspiré à Gauguin son "Christ jaune" (C.), groupe de sainte Anne et de la Vierge, XVIe siècle (C.), saint Etienne portant des cailloux, saint Laurent, saint Corentin, saint portant un livre ouvert, saint moine en chasuble gothique ; - en pierre blanche polychrome : Vierge à l'Enfant dite Notre Dame de Trémalo, XVe siècle (C.).

Dans le remplage de la fenêtre d'axe, débris de vitraux anciens : armoiries, messe célébrée devant un Christ ressuscité (?).

Dans le placitre, deux croix de granit, sans sculptures, la plus grande, côté du midi, posée sur un marchepied octogonal, la petite contre le chevet. "

DANIEL (Tanguy) Pont-Aven, chapelle Notre-Dame de Trémalo, Sauvegarde  de l'Art Français 

https://www.sauvegardeartfrancais.fr/projets/pont-aven-chapelle-de-tremalo/

 

La chapelle de Trémalo, c’est la chapelle du Christ jaune de Gauguin. C’est à celui-ci qu’elle doit sa renommée, qu’on peut dire internationale : en 1889, le peintre, frappé par le caractère fruste du Christ en croix fixé sur un mur (alors) chaulé, en face de la porte d’entrée sud, en fait le sujet d’une toile célèbre (aujourd’hui conservée à l’Albright-Knox Art Gallery de Buffalo aux États-Unis) et, l’année suivante, reproduit cette même figure hiératique dans son Autoportrait au Christ jaune (musée d’Orsay à Paris). Cependant, avant Gauguin, bien des artistes avaient été inspirés par la chapelle de Trémalo (mais non par le Christ en croix) : l’Allemand Otto Weber vers 1863, l’Américain Frederick A. Bridgmann entre 1866 et 1871, le Français Auguste Anastasi vers 1869-1870, le Suisse Henri Girardet en 1871, l’Anglais George Sherwood Hunter en 1873, l’Irlandais Augustus Burke en 1876, l’Américain Franck C. Penfold vers 1880, la Finlandaise Hélène Schjerfbeck en 1884. C’est dire que l’édifice a séduit nombre de peintres et de dessinateurs de toutes nationalités avant 1889, et a continué à les attirer jusqu’à nos jours.

Il est juste de dire que la chapelle de Trémalo ne peut laisser indifférent, et qu’elle doit son charme particulier à son environnement naturel et au caractère à la fois simple et recueilli du sanctuaire. L’édifice, situé sur les hauteurs qui dominent Pont-Aven (mais sur le territoire de la paroisse de Nizon), se trouve sur le chemin qui monte du bourg vers le manoir du Plessis-Nizon (résidence du propriétaire de la chapelle, M. Xavier de La Villemarqué) et, d’autre part, vers le hameau de Trémalo. On y accède par une longue allée de chênes et de châtaigniers, dans ce qu’on appelle localement le Bois d’amour, et la majesté de ce parcours contraste avec la simplicité de la chapelle, formant un ensemble réellement harmonieux.

Construite en 1550 (comme en témoigne une inscription au-dessus de la porte sud), elle est de fondation seigneuriale : le blason des du Plessis (d’argent au chêne arraché et tigé de sinople, englanté d’or au franc-canton aussi chargé de deux haches d’armes de gueules adossées et posées en pal) figure en plusieurs endroits de l’édifice : sur la façade ouest, sur la maîtresse-vitre, sur les sablières. Le style relève encore du gothique flamboyant, ce qui n’a rien d’étonnant dans cette région où la tradition médiévale persiste en même temps que pénètrent les nouveautés de la Renaissance. Le plan est rectangulaire, orienté est-ouest. La longueur de l’édifice est de 24 m, la largeur de 13 m. À l’extérieur, les murs en granit sont soigneusement appareillés en pierre de taille ; le chevet plat comporte trois baies flamboyantes, celle de gauche étant murée ; la façade occidentale est d’une grande simplicité : une porte en anse de panier, quatre contreforts (deux droits de part et d’autre de la porte, et deux biais aux extrémités nord et sud), un blason sculpté au milieu de la façade, un petit clocher de type cornouaillais, à une seule cloche. Du côté nord, une seule petite fenêtre passante, contrastant avec les ouvertures du côté sud : deux portes en anse de panier (l’une toute simple, l’autre surmontée d’une accolade et de pinacles latéraux), et quatre fenêtres (deux ouvertes dans le muret, deux passantes, la première du xvie s. avec son remplage d’origine, la seconde construite en 1755). L’ensemble est couvert d’une imposante toiture dissymétrique qui descend, au nord, jusqu’à hauteur d’homme.

L’intérieur comporte une nef à six travées, séparée des deux bas-côtés par des arcades en arc brisé, à l’exception de deux qui sont en plein cintre). Les colonnes sont cylindriques (sauf une, octogonale) et à pénétration directe, c’est-à-dire sans chapiteaux, ce qui est commun dans les édifices de cette époque. La voûte est couverte d’un lambris de bois, et la solidité de l’ensemble est assurée par des entraits engoulés reliés entre eux, en haut des murs, par des sablières ornées de nombreuses sculptures représentant des animaux, réels ou fabuleux, et des têtes de personnages aux expressions les plus diverses. La maîtresse-vitre a conservé quelques éléments anciens, de la fin du xvie s., en particulier une Messe de saint Grégoire (sujet iconographique rare en Bretagne), les Saintes Femmes au tombeau, et plusieurs écus armoriés.

Le mobilier est constitué de trois autels adossés au chevet, simples coffres en bois peu ornés, séparés de la nef par une grille de communion d’un bout à l’autre du chœur. Curieusement, la statuaire ne comporte pas d’image de saint Malo, que l’on attendrait par référence au nom du lieu : au xviie s., la chapelle était appelée « Notre-Dame de Saint-Malou ». En revanche, on y trouve, outre le célèbre Christ jaune (bois, fin du XVe s., cl. M.H. 1957), des statues de bonne facture : Notre-Dame de Trémalo (en pierre tendre du Val de Loire, XVe s., cl. M.H. 1957), un groupe de sainte Anne éducatrice (Anne assise, un livre sur les genoux, et la Vierge debout à ses côtés, bois polychrome, xviie s., cl. M.H. 1957), et d’autres d’un style rustique, toutes en bois polychrome : saint Corentin, saint Laurent, saint Étienne, saint Léger, sainte Madeleine (?).

La chapelle a connu bien des restaurations depuis sa construction : on connaît celle de 1755, entreprise par Jean-Baptiste Mahé, recteur de Nizon, celle de 1957, effectuée par le vicomte Patrice de La Villemarqué. En 2009 enfin, l’Association pour la sauvegarde de la chapelle de Trémalo, présidée par M. Xavier de La Villemarqué, a fait faire le rejointoiement des maçonneries de la façade est, de la voûte de la porte sud et de l’escalier du clocher. Pour le drainage de la chapelle, la Sauvegarde de l’Art français a fait un don de 5 000 € en 2008. Tanguy Daniel

— GUEGUEN, Michel, 1997, "Pont-Aven. Nizon. Chapelle de Trémalo" in Bulletin de la Société archéologique du Finistère, Vol. CXXVI, , p.154-155.

 

LE BIHAN (Jean-Pierre)

http://jeanpierrelebihan.over-blog.com/article-17951976.html

—LE GOFF-RUIZ (Jacqueline), 2011,  le manoir de Plessis-Nizon. Pont-Aven-Nizon, bulletin communal décembre 2011, pages 6 et 7.

https://fr.calameo.com/read/00254332211270b969826

 

— MONUMENTUM

https://monumentum.fr/chapelle-notre-dame-tremalo-pa00090288.html

 

—PERENNES, Henri, 1938, "Notices sur les paroisses : Nizon" in Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie, Vol. 37, 

"NOTRE-DAME DE TRÉMALO Enfoui sous les arbres qui l'enveloppent de toutes parts, ce charmant édifice du xvr siècle, à clocher à jour, s'élève à l'orée du Bois-d'Amour, à un kilomètre E.N.E. de Rustéphan. ll comporte trois nefs, et douze arcades gothiques. Les poutres sont ornées de sablières sculptées, La fenêtre du chevet a encore quelques restes du vitrail, où figurait un arbre de Jessé. Le maître autel est encadré de deux statues : N.-D. de Trémalo et Saint Etienne qui porte des cailloux dans sa dalmatique. Un vieux tableau présente le Christ et deux saintes femmes dont l'une est la Madeleine. La chapelle a deux autels secondaires. L'un possède les statues de sainte Anne et de saint Laurent, l'autre celles de saint Corentin et de saint Léger. Au Sud de la chapelle se dresse une petite croix de granit. Les pardons de N.-D. de Trémalo ont lieu le dimanche après le 26 Juillet (en l'honneur de sainte Anne), le 15 Août, et le dimanche après le 8 Septembre."

http://bibliotheque.diocese-quimper.fr/files/original/3c650c05ef86fe15d59ddb6b528d5f93.pdf

Pont-Aven-Nizon, bulletin communal juillet 2006.

https://fr.calameo.com/read/002543322996922075012

Pont-Aven-Nizon, bulletin communal décembre 2013.

https://fr.calameo.com/books/002543322c6a51fe49f82

Eugène Cadel (1862-1940).

En 1885, Eugène Cadel entre dans l'atelier de Luc-Olivier Merson puis, en 1886 devient l'élève de Léon Bonnat. En 1889, admis au salon des artistes français, il côtoie Messonier et Puvis de Chavannes et obtient en 1899 une mention honorable. Aujourd'hui, l'artiste es surtout connu comme illustrateur de la revue l'Assiette au beurre publiée dans les années 1900.Cette peinture sur bois, sans date, exécutée sans doute au tournant des XIXe et XXe siècles, représente l'intérieur de la chapelle de Trémalo à Pont-Aven

Au premier plan, sont représentés deux prie-Dieu nimbés par la lumière du vitrail et placés sous l'arcature de la nef, et devant la table de communion. A l'arrière-plan, on remarque, sur la droite, l'autel sud surmonté du bois polychrome situé dans la niche, qui représente sainte Anne et la Vierge Marie. À gauche de l'autel, se trouve sur une console sculptée d'un large masque, la statue en bois polychrome de saint Léger. Tout personnage est absent de cette composition, m^me si la disposition des prie-Dieu laisse à penser qu'ils viennent d'être occupés ou qu'ils le seront bientôt. Ce site d'inspiration a été peint par de nombreux autres artistes, tels que Pierre-Eugène Clairin, Emile Jourdan ou Otto Weber, dont les œuvres sont exposées au Musée de Pont-Aven.

Estelle Guille des Buttes-Fresneau, Directrice des équipements culturels CCA, Conservatrice en chef du Musée de Pont-Aven et du Musée de la Pêche de Concarneau.

« Chapelle de Trémalo », Eugène Cadel, Huile sur panneau Ht : 22 cm, L:27 cm. Don des Amis du Musée de Pont-Aven. Collection du Musée de Pont-Aven

 

— POUDOUVRE.over-blog.com

http://poudouvre.over-blog.com/2021/07/quelques-notes-sur-les-possesseurs-de-la-seigneurie-du-plessis-nizon.html

PUGET (Catherine), 2000, "La chapelle de Trémalo en Nizon", in "Gauguin et le Christ jaune",  Musée de Pont-Aven, Pont-Aven, 31 pages. Plaquette de l'exposition éponyme  du Musée de Pont-Aven.

https://www.google.fr/books/edition/Gauguin_et_le_Christ_jaune/PKZNAAAAYAAJ?hl=fr&gbpv=1&bsq=%22Guilquenquis%22&dq=%22Guilquenquis%22&printsec=frontcover

 QUEINEC (Bertrand ), 1992, Nizon Histoire d'une paroisse rurale tome I page 187

— TOURNIER (Fanny) 1993, Les fortifications de terres médiévales à l'est du Trégor (Côtes d'Armor)

http://bibliotheque.numerique.sra-bretagne.fr/files/original/4088d3a60b94617a5772717738dc2e64.pdf

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Héraldique Chapelles bretonnes. Vitraux
23 décembre 2021 4 23 /12 /décembre /2021 14:19

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec, son cimetière de bateaux, et son Rouge-Gorge.

.

C'est une belle journée de décembre qui s'achève.

Je déambule parmi les coques échouées.

La marée descend, 

comme descend sur l'horizon le soleil,

il ne me reste que peu de temps.

Un oiseau vient se poser sur le plat-bord,

puis se faufile à travers les membrures,

retourne les algues desséchées,

réapparaît, se cache, et m'observe de son œil rond.

C'est le Rouge-Gorge, à la barbe rousse,

qui m'a accompagné de ses insolents commentaires pendant ma séance photo et se moque de mon impatience devant l'astre qui achève sa course.

Salut à toi, petit malin !

.

 

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier Auguste Tertu à Rostellec ... et son Rouge-Gorge.
Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Le chantier naval Auguste Tertu à Rostellec. Photographie lavieb-aile 17 décembre 2021.

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Crozon
21 décembre 2021 2 21 /12 /décembre /2021 21:19

Les vitraux anciens (fin XVe ; 1540-1543) de l'église Saint-Paterne de Louvigné-de-Bais.

.

.

PRÉSENTATION.

.

L'église du XVe siècle fut largement modernisée entre 1536 et 1562 par les soins de la fabrique et les libéralités de Guy III d'Espinay et de Louise de Goulaine.

Nous retrouvons donc ici les seigneurs d'Espinay, fondateurs de la Collégiale de Champeaux, situé à 17 kms au nord de Louvigné-de-Bais. Et en particulier le couple de Guy III d'Espinay et de Louise de Goulaine, qui contribuèrent à introduire en Bretagne l'art de la Renaissance.

C'est cette pénétration de l'art de la  Renaissance en Bretagne qui forme le fil rouge d'une série de mes articles. Elle débute à Dol-de-Bretagne avec le cénotaphe de l'évêque de Dol Thomas James en 1507, se poursuit par  le tombeau de Guillaume Guéguen (évêque de Nantes mort en 1509) à Nantes, et par celui de Thomas Le Roy à Nantes (1515) , puis par les stalles de Guerche-de-Bretagne en 1518-1525 et par celles de Champeaux vers 1530. L'influence d'Yves Mayeuc, évêque de Rennes, est visible par le vitrail de l'Annonciation qu'il offre en 1536 à la collégiale de Guerche-de-Bretagne, un peu avant la maîtresse-vitre de Champeaux exécutée en 1539 pour Guy II d'Espinay et Louise de Goulaine.

L'influence de la famille de Goulaine se retrouve plus tard en Côtes-d'Armor en  la chapelle de Kerfons en Plouzévédé en  1559, et au nord du Finistère au château de Maillé en Plonévez-Lochrist vers 1550 par Maurice de Carman et Jeanne de Goulaine. Elle diffuse alors dans le Léon, d'abord au château de Kerjean à Saint-Vougay vers 1571, puis sur de nombreux édifices religieux des enclos paroissiaux du Léon, en sculpture sur pierre, sculpture sur bois (sablières et jubés) et peinture sur verre.

.

Dans le domaine de l'ornementation, cet art se reconnaît entre autre, en simplifiant, pour la Première Renaissance, par ses grotesques, et pour la Seconde Renaissance par ses cartouches à cuirs découpés, ses médaillons et ses termes ou cariatides.

.

 

 

Voir sur  l'art  de la Renaissance en Bretagne par ordre chronologique :

 

.

 

 

Historique de l'église  d'après Couffon 1968.


"Alain, évêque de Rennes (1141-1157), donna l’église de Louvigné-de-Bais et ses dépendances à l’abbaye Saint-Melaine de Rennes, se réservant seulement les droits cathédraux et ceux de l’archidiacre et du doyen, donation approuvée en 1158 par Josse, archevêque de Tours. Cette donation fut confirmée par l’évêque Philippe (1179-1181) à l’abbé de Saint-Melaine, Guillaume Privé, puis en 1185 par le pape.
L'on ne possède cependant aucune preuve que l’abbaye y ait établi un prieuré. Au point de vue féodal, trois seigneuries se partageaient les prééminences, importantes à connaître pour l’identification des vitraux et des autels : la seigneurie de Sauldecourt, qui possédait les droits prééminenciers dans la maîtresse vitre du chevet et la chapelle prohibitive de Saint-Nicolas avec droit d’enfeu, chapelle autrefois sur la façade sud de l’église avant sa démolition au XVIIIe siècle. Elle appartenait à la fin du XVe siècle aux d’Espinay de la Rivière et, en 1513, Catherine d’Estouteville habitait Sauldecourt, qu’elle avait reçue en douaire. La seigneurie de Fouesnel, dont les possesseurs avaient la chapelle à gauche du chœur, côté évangile, chapelle prohibitive avec droit d’enfeu.

Cette seigneurie passa à l’extrême fin du XVe siècle de la maison des Le Vayer dans celle de Poix par le mariage de Jeanne Le Vayer, fille et unique héritière de Jean (décédé le 12 mai 1496) et de Guyonne de Parthenay, avec André de Poix. Au XVIIIe siècle, elle fut transmise par alliance aux Rosnyvinen de Piré.
Enfin les seigneurs de la Touche avaient droit d’enfeu. Cette seigneurie, dès le xv e siècle, appartenait aux Busnel, dont les armes portaient d’argent à l’épervier au naturel, grilleté et becqué d’or, perché sur un écot de sable.
De l’église romane primitive subsistent encore, au nord du chœur, les fondations d’une petite chapelle annexe sous laquelle existe un caveau, découvert en 1775 par suite de l’effondrement du sol, puis, alors, à nouveau obturé sans qu’aucune description en ait été donnée.

.

Nous sommes parfaitement renseignés sur la construction de l’édifice actuel par le registre des comptes de la fabrique de 1536 à 1563, volume de 800 pages conservé au presbytère et minutieusement dépouillé par Henri Busson, ainsi que par de nombreux comptes conservés aux Archives départementales.
L’église remonte à 1536, construction à laquelle travaillèrent en 1536 et 1537 quinze maçons sous la direction de Richard Babin, très probablement le même que le constructeur d’une partie de la nef de Saint-Sulpice de Fougères en 1522.
L’un des ouvriers, Jean Chassé, prit en 1537 une tâche à part et fut payé en cette dernière année 65 livres pour l’exécution des trois pignons de l’église : celui du chevet, celui du porche et celui de la chapelle de la Vierge ; la charpente fut exécutée par Louis Courgeon, maître charpentier, et la plomberie par Jean Lambaré de Vitré.
En 1538 et 1539, puis en 1546, on termina la nef « en amortissant les piliers », et l’église fut dédiée le 14 février 1549 (n. st.) par le R. P. en Dieu Gilles de Gand, évêque de Rouanne et suffragant de Nantes, qui bénit le maître-autel, l’autel Saint-Nicolas et un autel portatif. De 1551 à 1554, l’on fit des charrois de pierres en vue de la construction de trois chapelles en équerre sur le bas-côté nord, chacune percée d’une grande fenêtre, ainsi qu’il se faisait à cette époque dans les églises entre Vitré et La Guerche, travaux dont les plans et devis sont dus à Jehan Coury et Jean Perdriel.
L’exécution en fut confiée en 1556 à Jehan Auffray, maître maçon. Mais, celui-ci étant décédé peu après le début des travaux, son fils proposa aux fabriques de les faire continuer par Médard Arthur, maître maçon, ce qui fut accepté. En 1561, celui-ci est qualifié « maçon et maître d’œuvre de la maçonnerie des chapelles neuves ».
Les travaux furent terminés en 1562, les charpentes mises en place par Pierre Iluet et Michel Droyer, et Jean Perdriel abattit alors la muraille séparant la nef de ces chapelles.
En 1560-1561, les fabriques projetèrent de faire édifier un clocher « en daulme » sur les plans de Maître Jullian Cilliart et de Médard Arthur, mais ce projet ne fut pas alors exécuté.
Au XVIIIe siècle, l’on rebâtit presque entièrement le collatéral sud, la sacristie, et l’on construisit sur la façade ouest une tour, travaux exécutés suivant les plans d’Antoine Forestier, le jeune, architecte à Rennes, qui amenèrent la destruction de la grande chapelle de Saint-Nicolas, dite chapelle de Sauldecourt, de la chapelle de la confrérie de Notre-Dame-de-Pitié, du chapiteau (porche midi) et d’un édifice servant alors de sacristie.
La première pierre de cette construction nouvelle fut posée le 1 er mai 1759 par Guillaume Busnel, sieur de la Touche, fils de René et d’Anne d’Espinay, et le recteur de Domagné, M. Le Gendre, fit une nouvelle bénédiction de tout l’édifice le 14 décembre 1760. L’autel de Notre-Dame-de-Pitié fut alors transféré au haut du nouveau bas-côté.


Étude architectonique et plan.

— Précédé d’une tour de plan carré, l’édifice comprend une nef de trois travées avec bas-côtés, un transept non débordant sur les façades et un chœur à chevet droit, plus étroit mais très profond, accosté d’une sacristie et d’une annexe.
Les dimensions intérieures sont les suivantes : nef : largeur 7 m 30 et avec ses bas-côtés 16 m 90, longueur 16 m 40 ; transept : longueur 5m 20 ; chœur : largeur 5 m 80, longueur 9 m 20.

.

 

.

Les vitraux.

"Malgré leurs avatars, les cinq verrières anciennes de Louvigné-de-Bais sont d’un intérêt capital pour l’histoire de la peinture sur verre en Bretagne, puisque les cinq sont datées et les auteurs de quatre d’entre elles sont connus.
Les comptes de Louvigné nous apportent en outre un renseignement des plus importants. Malgré les démêlés que les fabriques avaient eus avec Gilles de la Croix-Vallée pour obtenir la livraison des verrières commandées, c’est à lui qu’ils confièrent l’entretien annuel, suivant l’usage, de toutes les verrières jusqu’en l’année 1557-1558, sans doute année de son décès.
Or les comptes de 1550-1551 portant des payements à Gilles et Gillequin à Vitré ont fait dédoubler le personnage, et l’on a voulu voir dans le second un ouvrier du premier, alors que celui-ci n’est indiqué dans aucune des procédures faisant connaître les aides de Gilles. Le fait qu’il soit appelé indifféremment Gilles et Gillequin indique ainsi une origine très probable des Pays-Bas. C’est également avec le prénom tantôt de Gilles, tantôt de Gillequin, qu’il figure d’ailleurs dans les comptes de 1545 de la collégiale de Champeaux, avec son associé Guyon Colin, et l’on peut donc attribuer avec certitude à leur atelier la grande verrière de cette dernière église, dont la facture de la chevelure du donateur, Guy d’Espinay, est, entre autres, si caractéristique.
Cette facture très particulière des verrières de Louvigné-de-Bais et de Champeaux permet, semble-t-il, par comparaison, d’attribuer à l’atelier de Vitré la verrière de la Pentecôte de Notre-Dame de Vitré, datée de 1537, ainsi qu’il était naturel, et le vitrail de Javené. Celui-ci porte d’ailleurs sur le panneau de la Circoncision : i. f. g. 1. (« istud fecit Gilles Lacroixvallée »).
Il est également assez probable que les vitraux de la Tentation de la Baussaine et de la Transfiguration des Iffs leur sont dus." (R. Couffon)

.

Restauration.

 

"Les vitraux de Louvigné-de-Bais ont été très restaurés au cours des âges ; et, en effet, mentions sont faites dans les comptes de nombreuses restaurations, sur lesquelles nous n’avons que peu de détails. Ces divers travaux furent exécutés, en 1589-1590, par Jean Lizon ; en 1604, par Richard Allaire, maître verrier à Rennes ; en 1671, par Colin, de Vitré ; en 1673, par Guillaume Blancvillain, de Vitré ; en 1699, par Gilles Métayer, maître verrier à Vitré ; en 1721, par François Ruffet, maître verrier à Rennes ; en 1749, par Michel Roulin, maître-verrier à Vitré ; enfin, de 1887 à 1889, d’une façon trop radicale suivant le goût de l’époque, et assez médiocre, par l’atelier rennais Lecomte et Colin. (R. Couffon)

Il faut ajouter la consolidation de trois verrières anciennes par l'atelier Alleaume en 1919 et la restauration des cinq baies du XVIe siècle par l'entreprise Briand de Rennes en 1981-1982.

.

La description des verrières reprend largement le texte de référence, celui de Gatouillat et Hérold pour le Corpus Vitrearum.

.

 

.

.

.

LA BAIE I : VERRIÈRE DE LA VIE DE LA VIERGE. 4ème quart XVe, et Gilles de la Croix-Vallée 1544. Coté nord à l'entrée du chœur.

.

Cette baie de 3 lancettes trilobées et un tympan à 2 quadrilobes et 4 mouchettes  mesure 5,50 m. de haut et 2,10 m. de large. La verrière de la Vie de la Vierge, seul témoignage d'une campagne de vitrage antérieure,  date, avec son décor d'architecture flamboyant, du quatrième quart du XVe siècle mais a été remaniée par Gilles de la Croix-Vallée en 1544 lors d'une restauration qui y ajoute quelques décors Renaissance.  Les armes des premiers donateurs ou prééminenciers ont été insérés  dans les dais du registre inférieur. 

"Ce vitrail se distingue par des couleurs vives et contrastées où le bleu tient une grande place, par la qualité du dessin des visages, des mains et des drapés. Le verrier qui l'exécuta avait d'ailleurs accédé à la maîtrise, si l'on en croit le sertissage en plomb vif exécuté dans le panneau du Mariage de la Vierge. Ce qui domine dans cette œuvre est bien son inspiration encore toute médiévale ; l'attribution qui en a été faite au verrier Pierre Simon qui travaillait à Fougères au milieu du XVIe siècle, beaucoup trop tardive, nous paraît impossible. " (D. Moirez 1975)

 

 

Gatouillat et Hérold, s'appuyant sur Moirez-Dufief, réfutent également l'attribution par Couffon de cette verrière à Pierre Symon. La documentation par sources permet d'affirmer que c'est Gilles de la Croix-Vallée qui, en 1544, remania la verrière au cours des travaux de rénovation favorisés par Guy III d'Espinay : Il changea en particulier des têtes dans plusieurs des scènes.

Ce Gilles de la Croix-Vallée, avec "Guyon" (Guillaume Collin), tous les deux installés à Vitré, avait déjà réalisé la verrière de la Transfiguration et celle de la Résurrection en 1539-1540, et depuis, La Croix-Vallée avait été chargé de l'entretien des verrières de l'église jusqu'en 1558, peut-être l'année de sa mort. Les deux verriers avaient réalisé en 1539 la maîtresse-vitre de Champeaux pour Guy d'Espinay et Louise de Goulaine.

.

 

.

"Vitrail de la Vierge. Exécuté en 1544 par Pierre Symon, de Fougères, il est de conception et d’exécution très différentes des précédents vitraux. Il comprend neuf panneaux en trois lancettes, les trois panneaux supérieurs surmontés de hauts dais
Renaissance mais d’inspiration gothique. Il est timbré de trois écus : deux aux armes pleines losangé d’or et de gueules, armes des Le Vayer, sieur de Fouesnel, qui paraît un ramage de Craon, l’autre mi-parti des armes précédentes et d’argent à la croix pattée de sable, armes des Parthenay, rappelant l’alliance de Jean Le Vayer et de Guyonne de Parthenay.
L’exécution de ce vitrail est très soignée et l’on remarquera particulièrement la figure de la Vierge de la scène du Mariage avec son nimbe très ciselé. Pierre Symon était d’ailleurs un peintre réputé à Fougères, où il exécuta plusieurs verrières pour Saint-Sulpice et Saint-Léonard ainsi que pour la Maison de Ville en 1551.
Les restaurations de la verrière sont très visibles : Vierge de l’Assomption, Christ du Couronnement, deux des rois mages de l’Adoration, le saint Joseph des fiançailles et deux têtes des apôtres de la Mort de la Vierge. " (R. Couffon)

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

Le registre inférieur et ses armoiries. Le Mariage de la Vierge, l'Annonciation et la Visitation.

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

 

Le Mariage de la Vierge.

.

La scène se passe dans une église gothique à voûte d'ogive et clefs pendantes, et baies à remplages gothiques.

Sur fond d'un drap d'honneur rouge, le grand prêtre, reconnaissable à son bonnet conique perlé à gland frangé et à sa cape verte au fermail losangique doré, place la main de la Vierge dans celle de Joseph. Celui-ci tient la canne, qui signale son âge, mais aussi le rameau fleuri qui est le signe de son élection divine parmi les autres prétendants. On remarque ses chaussures à bouts fins.

Deux hommes et deux femmes assistent à la scène. L'homme le plus externe porte à l'oreille un grelot d'or, ce qui incite à s'interroger sur sa signification.

.

La tête de Joseph a été restaurée par La Croix-Vallée en 1544 ; celle des deux têtes à gauche ont été refaites en 1887.

Le médaillon jaune d'or du bonnet vert du personnage de gauche est monté en chef-d'œuvre.

.


 

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

 

L'Annonciation.

.

L'ange Gabriel coiffé du diadème, est à demi-agenouillé, et fait le geste de salutation tandis que ses paroles sont en parties visibles sur le phylactère de sa tige fleurdelysée : AVE MARIA GRATIA PLENA DOMINUS TECUM BENEDICT [A IN MULI] ERIBUS. La colombe de l'Esprit traverse la chambre en diagonale depuis une baie dans un rayon de lumière dorée et se dirige vers le sommet de la tête de Marie.

La Vierge est agenouillée ou assise sur le sol carrelé, sous le pavillon rouge couronnant son lit, à coté du vase dont le lys symbolise sa virginité.

La tête de la Vierge a été restituée en 1887 ; la pièce a été mouchetée de hachures pour simuler une corrosion.

.

 

 

 

 

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

La Visitation.

.

Dans un paysage extérieur (arbres, rochers, feuillages, mais devant des murailles (vieux-rose) et sous une arche cintrée à voutes ogivales et clefs pendantes, les cousines Marie et Elisabeth adoptent un geste en miroir, à quatre mains : l'une des mains retient le pan du manteau tandis que l'autre se pose sur le ventre. Marie se reconnaît à son nimbe ciselé, à sa tête non fléchie, et aux mèches de cheveux blonds s'échappant du voile.

Le vitrail est bien conservé sauf quelques pièces de drapé.

 

 

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

Les armoiries.

 

.

 

 

.

1°) Echiqueté de gueules et d'or sur les deux panneaux latéraux. Jean Le Vayer, seigneur de Fouesnel

Ces armes figurent aussi sur le retable nord, datant de 1655.

Potier de Courcy :

 Vayer, Voyer ou Véyer (le), sr. de Clayes, par. de ce nom, — de la Clarté, par. de Cornillé, — de Fouësnel, par. de Louvigné-de-Bais, — de la Hussonnière et de Montbouan, par. de Moulins-sur-Roche, — de Goësmes, par. de ce nom, — du Plessis-Raffray, par. de Domagné, — de la Mariais, de la Lande, de la Cour, du Boisgerbaud, de la Villeaugier, de la Garenne, de la Rivière et de Saint-Patern, par. de Soudan, — de Rigné, par. de Rougé, — de Laumondière, par. de Saint-Père-en-Retz.

Réf. et montres de 1427 à 1544, par. de Clayes. Moulins-sur-Roche, Louvigné-de-Bais, Soudan, Rougé et Saint-Père-eu-Retz, év. de Saint-Malo, Rennes et Nantes.

Losangé d'or et de gueules (Sceau 1402).

Jean, sr de la Clarté, ratifia le traité de Guérande en 1381, et fut marié en 1391 à Marguerite Rogier de Beaufort ; Jean, conseiller du duc Jean V en 1404-, Auffroy et François, son neveu, abbés de Saint-Aubin-des-Bois de 1509 à 1532; Olivier, panetier ordinaire de la reine Anne en. 1513; Bertrand, vivant en 1586, épouse: 1° Vincente de Clairefontaine, dont Pierre, auteur des srs de la Morandaye, qui suivent ; 2° Marie Malenfant, mère de Jean, président aux enquêtes en 1619, qui, de Claude le Marchant, laissa entre autres enfants : Louise, dame de Clayes, mariée à Jean Nicolas, sr de Champgérault, autorisé par lettres de 1626 à prendre les nom et armes de sa femme. Voyez Nicolas.

La branche de Coôsmes fondue en 1377 dans Maillé ; la branche de Fouësnel fondue vers 1493 dans de Poix ; la branche de Montbouan fondue en 1615 dans Langan.

Vayer (le) (ramage des précédents), sr de la Hérissaye, — de Montforay, — de Chevigné,

de Quédillac, par. de ce nom, — de la Morandaye, par. de Roisgervilly, — de la Giraudais, — de Raulac.

Anc. txt., réf. 1668, 0 géu.; réf. 1513, par. de Boisgervilly, év. de Saint-Malo.

De gueules à neuf losanges d'or.

Bertrand, vivant en 1586, marié à Vincente de Clairefontaine, père de Pierre, et ce dernier de Jean, marié : 1° à Suzanne le Bouteiller, 2° à Marguerite de Penhoët ; un héraut des États de Bretagne en 1728.

https://fr.wikisource.org/wiki/Nobiliaire_et_armorial_de_Bretagne/V

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5406239c.f484.pagination.langFR.textePage

 

https://www.google.fr/books/edition/Histoire_g%C3%A9n%C3%A9alogique_et_chronologique/TG-mmrVTTUEC?hl=fr&gbpv=1&dq=Vayer++%22louvign%C3%A9%22&pg=PA705&printsec=frontcover

https://www.google.fr/books/edition/Bulletin_et_m%C3%A9moires_de_la_Soci%C3%A9t%C3%A9_ar/X6owAQAAIAAJ?hl=fr&gbpv=1&dq=Vayer++%22louvign%C3%A9%22&pg=RA2-PA216&printsec=frontcover

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

 

 2°) Echiqueté de gueules et d'or en alliance avec d'argent à la croix pattée de sable. Jean Le Vayer, seigneur de Fouesnel et son épouse (1452) Guyonne de Parthenay.

https://man8rove.com/fr/blason/2tisd66-parthenay

.

Guyonne de Parthenay est la fille de Michel de Parthenay, seigneur du Bois-Briant, et de Perrine de la Bouëxière (-1461), dame de Parigné. Elle eut une fille, Jeanne le Vayer, qui épousa André de Poix (v.1460-1531), seigneur de Saint-Roman. Celui-ci épousa en 1520 Renée du Hallay.

.

 

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

 

 

Le registre intermédiaire. Adoration des Mages, Massacre des innocents, Fuite en Égypte.

.

 

 

.

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

Adoration des Mages.

.

Les têtes des deux mages de droite ont été remplacées en 1544.

.

La tête de Balthasar, le roi noir  —celui qui offre la myrrhe— est remarquable par son pendentif  en forme de clochette. Cette  marque de marginalité (voire d'exotisme), qui apparaît dans la peinture flamande ou du nord de l'Europe (Memling, 1470) et se retrouve ailleurs sur les vitraux bretons, comme aux Iffs vers 1530. Mais il s'agit plus souvent d'une simple boucle, et cette clochette est très originale. Cet accessoire peut être un signe de judéité, comme celle de la Vierge dans L'Annonciation de Lorenzetti ou celle de Caïphe à La Roche-Maurice, d'africanité comme pour le roi Salomon de l'Arbre de Jessé de Bourg-Achard , mais est toujours un détail significatif en iconographie.

Les cheveux blonds de la Vierge sont retenus par un diadème centré par un cabochon.

.

 

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

 

 Massacre des innocents.

.

Certaine têtes ont été refaites en 1544, dont celle d'Hérode. Ce dernier lève l'épée et se prépare à frapper un enfant, assez indistinct dans les bras de sa mère. Les cheveux de celle-ci sont retenus par un bandeau dont les extrémités frangées pendent derrière son dos : on notait déjà ce détail sur le Vierge de l'Annonciation.

.

 

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

La Fuite en Égypte

.

 

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

 

 

Le registre supérieur.

.

On regrettera la très large barlotière qui masque la partie la plus importante des trois scènes.

 

.

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

 

La Dormition.

.

Trois apôtres nimbés, assis ou à genoux, comme Jean, mains jointes, occupent le devant du lit. La Vierge, en manteau bleu, est allongée, tête vers notre droite, et tenant le cierge. Elle est entourée d'un apôtre qui tient un livre grand ouvert derrière un autre qui semble tracer une onction. Sa main, cerclée de plomb au sein de la pièce de verre, est réalisée selon la technique du chef-d'œuvre. On devine d'autres apôtres à leur nimbes.

.

 

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

 

L'Assomption.

.

La Vierge porte une robe violette et un manteau bleu. Elle est emportée dans les Cieux par six anges aux ailes rouges, en tunique blanche et étole rouge, ou aux ailes vertes, vêtus de chapes en velours bordeaux frangés de perles et à fermail losangique.

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

 

Le Couronnement de la Vierge.

.

La Vierge, mains jointes, de face, est encadrée par le Christ et le Père, de même taille. Le Fils qui porte le nimbe crucifère et un manteau bleu bénit sa Mère, tandis que le Père est vêtu en pape et tenant le globe (verre bleu teinté au jaune d'argent du cadran jaune d'or) surmonté d'une croix richement travaillée. L'Esprit-Saint vole au dessus, dans des rayons d'or, presque au même niveau que les autres termes de la Trinité.

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

Les dais.

.

Les scènes sont encadrées d'architecture gothique à dais très élevés en grisaille et jaune d'argent.

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

 

 

Le tympan.

.

Dans les quatre mouchettes, sont figurés au jaune d'argent des anges musiciens (restaurés au XIXe) jouant de la harpe, de la vièle à archet à quatre cordes, du luth, et de la flûte à bec. Dans les quadrilobes, un pélican nourrissant ses petits, et un Agneau Pascal sont encadrés par quatre fleurs. 

.

 

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

 

.

 

LA BAIE 3 : VERRIÈRE DE LA DESCENTE AUX LIMBES.  Guyon Colin 1567.

.

Cette baie d'une lancette  mesure 4,00 m. de haut et 2,00 m. de large. La verrière de la Rédemption ou de la Descente aux Limbes  est datée de 1567 et a été exécutée par Guyon Collin pour Louise de Goulaine ou Jean d'Espinay à la mémoire de ses parents. 

La scène est présentée sous un arc de triomphe à colonnes torses sur celle de gauche un cartouche à cuir à enroulement portant la date de 1567, et sur celle  de droite un cartouche à inscription signalant la restauration par Lecomte et Colin, de Rennes, en 1887. (D'après Gatouillat et Hérold) 

.

"Vitrail de la Descente aux limbes. Du même atelier vitréen, cette œuvre de Guyon Colin porte la date de 1567 sur l’un des cartouches décorant les colonnes de l’arc Renaissance qui encadre la scène ; l’autre cartouche portait le nom de Richard Allaire, qui restaura la verrière, et la date 1604 de sa restauration, cartouche rendu fruste par les derniers restaurateurs.
En supériorité, un écu entouré du collier de Saint-Michel est aux armes de Guy d’Espinay et de Louise de Goulaine, seigneurs de la Rivière-en-Champeaux et de Sauldecourt-en-Louvigné, qui figurent également avec les donateurs au bas de la verrière.
On retrouve dans les figures les mêmes chevelures et barbes moutonnées, si caractéristiques de l’atelier, les chevelures très blondes des femmes et leurs figures très rondes qui se voient également dans la Tentation de La Baussaine." (R. Couffon)

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

Dans le couronnement à volutes latérales, animées par deux couples d'enfants, une niche à coquille est encadrée par deux termes (supports anthropomorphes) typiques de la Seconde Renaissance. On y trouve à gauche les armes d'Espinay d'argent au lion coupé de gueules sur sinople armé, lampassé et couronné d'or. Et dans un losange (armes féminines), celles de son épouse Louise de Goulaine, mi-parti d'Angleterre et de France. Ces armes figurent sur le tombeau du couple, datant de 1553. Guy III est décédé en 1551 et Louise de Goulaine en 1567, l'année même de réalisation de cette verrière.

Les armes du couple sont surmontées de la couronne perlée : le titre de comte de Durtal ne fut acquis, comme celui de chevalier de l'Ordre de Saint-Michel, que par leur fils Jean d'Espinay, chambellan du roi Henri II, décédé en 1591. Celui-ci obtint le titre de marquis d'Espinay en 1575.

Selon Gatouillat et Hérold, les écus sont modernes, le cadre est restauré ; les meubles des écus ont été gravés sur la pièce vitrée bleue.

.

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

La grande scène centrale.

.

.

Au centre, le Christ foule la porte de l'Enfer, figuré comme une forteresse habitée de démons multicolores, et en accueille les âmes des Patriarches.

On reconnaît l'influence de la gravure du Christ aux Limbes du cycle de la Petite Passion de Dürer en 1511.

.

 

.

On cite aussi l'influence de la gravure du monographiste L.D., alias Léon Davent d'après Luca Penni, 1547.

.

.

Mais on pourrait se référer à la représentation de cette scène sur de nombreux vitraux, et sur les calvaires monumentaux bretons dans la version où le Christ libère les âmes retenus par le Léviathan.

.

L'inscription centrale.

.

Un phylactère part des mains d'un des patriarches avec l'inscription ADVENISTI DESIDERABILIS. Il s'agit d'un fragment d'un cantique Cum rex gloriae Christus infernum, conservé dans l'antiphonaire de l'abbaye de Saint Gall au XIIe siècle, et qui intègre un fragment du psaume 24(23) :

Cum rex gloriae Christus infernum debellatur(us intraret et chorus angelicus ante faciem ejus portas principum tolli praeciperet sanctorum populus qui tenebatur in morte captivus voce lacrimabili clamaverat advenisti desiderabilis quem exspectabamus in tenebris ut educeres hac nocte vinculatos de claustris te nostra vocabant suspiria te larga requirebant lamenta tu factus es spes desperatis magna consolatio in tormentis alleluia

"Quand le Christ, Roi de gloire, fut entré en guerrier dans les enfers, et que les chœurs des anges eurent ouvert les portes des ténèbres, les âmes des saints encore détenues dans les liens de la mort criaient avec larmes et lamentations : Venez le désirable que nous attendons dans les ténèbres, pour nous retirer, cette nuit, de notre prison ; nos soupirs vous y appellent ; nos abondantes lamentations vous réclament ; vous êtes devenu l’espoir de nos désolations, la grande consolation de nos tourments."

https://gregorien.info/chant/id/1723/9/fr

.

La trame de l'épisode du Roi de Gloire capable d'abattre les portes de l'Enfer en raison même de sa victoire sur la Mort  est tirée de l'évangile apocryphe grec du Ve siècle traduit en latin par Descendus Christi ad Inferos et rattaché à L'Evangile de Nicodème. 

SKUBISZEWSKI (Piotr), 1996, Le titre de « Roi de gloire » et les images du Christ : un concept théologique, l’iconographie et les inscriptions Civilisation Médiévale  Année 1996  2  pp. 229-258

https://www.persee.fr/doc/civme_1281-704x_1996_act_2_1_887

.

L'antienne  qui appartenait à la liturgie pascale, où elle accompagnait les processions, a aussi inspiré les musiciens pour des motets.

Dans la Biblia pauperum, l'épisode, mis en relation typologique, est accompagné du verset rimé Fit Christi morte Baratus destrucio porte.

 

.

.

.

Gatouillat et Hérold signalent l'utilisation abondante de sanguines. 

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

 

 

La bordure de gauche et Adam et Ève tenant la pomme de la Tentation.

.

La colonne torse et son soubassement sont typiquement Renaissance, de même que le cartouche à cuir à enroulement suspendu par une couronne de lauriers.

 

.

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

 

 

La bordure de droite et les Patriarches sortant du Limbus Patrum.

 

 

.

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

 

 

Les termes (supports anthropomorphes) des angles.

 

 

.

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

 

 

Le registre inférieur et ses armoiries.

.

Au centre, un ange tient un cartouche à cuir à enroulement portant l'inscription tirée du Livre  de Zacharie IX:11 :

ZACHAR9

EMISISTI VI[NCTOS DE LACV

IN QVO NON ERAT AQVA

Tu quoque in sanguine testamenti tui emisisti vinctos de lacu in quo non erat aqua : "Et pour toi, à cause de ton alliance scellée dans le sang, je retirerai tes captifs de la fosse où il n'y a pas d'eau".

 

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

De chaque coté,  des anges présentent des chapeaux de triomphe contenant à droite les armes pleines d'Espinay, et à gauche les armes mi-parti d'Espinay et de Goulaine (bustes d'origine, écus refaits). 

.

On notera les termes ou supports anthropomorphes, qui sont latéralement  des vieillards barbus à oreilles de faune, vêtus d'un pagne, et au centre un couple torse nu.

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

 

.

.

LA BAIE 4 : VERRIÈRE DE LA VIE DE LA TRANSFIGURATION.  Gilles de la Croix-Vallée et Guyon Colin 1540-1543 ; atelier Lecomte et Colin 1886.

.

Cette verrière d'une seule lancette est haute de 4,50 m et large de 2,05 m. Elle était conçue pour la maîtresse-vitre à trois lancette et un tympan par Gilles de la Croix-Vallée et Guyon Colin, et était offerte par Guy III d'Espinay et Louise de Goulaine. Brune, en 1846, l'a décrite dans sa baie d'origine. Elle a été déplacée, complétée et adaptée dans cette vitre par Lecomte et Colin en 1886.

Une aquarelle donne l'état du vitrail avant sa restauration :

.

 

 

.

.

"Vitrail de la Transfiguration. L’exécution de ce vitrail donna aussi lieu à pas mal de péripéties avant sa livraison définitive, le 25 octobre 1544. Gilles et son associé Guyon Colin se plaignirent d’avoir perdu de l’argent et les fabriques leur accordèrent le 28 décembre suivant quatre écus de gratification.
Des parties importantes en ont été refaites, notamment le Christ et les portraits des donateurs, Guy d’Espinay et Louise de Goulaine, mais les figures de Moïse et Élie sont d’excellents documents pour l’étude de cet atelier vitréen. Les fabriques renferment nombre de documents antiques comme les tableaux contemporains d’Antoine Caron et les verrières de Jean Cousin. Ainsi que le précédent, ce vitrail dénote en effet une influence italienne." (R. Couffon)

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

La Transfiguration.

.

Dans un paysage avec fabriques, les apôtres Jean et Jacques, renversés et éblouis, et Pierre, mains jointes et à genoux, contemplent le Christ entouré de Moïse et d'Élie environnés de nuées.

Le Christ a été restitué en 1886. Jean, Jacques et les prophètes sont bien conservés. Seul le visage de Pierre est d'origine.

.

 

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

Le registre inférieur.

.

Sous des pavillons à lambrequins (en verre rouge gravé), les donateurs sont vus en mi-corps. Guy III d'Épinay est présenté par un saint guerrier revêtu d'une cotte d'hermines. S'agit-il de saint Guillaume d'Aquitaine ou du bienheureux Charles de Blois ? Louise de Goulaine est présentée par saint Louis. Les panneaux ont été restitués en 1886, sauf quelques pièces de la cotte armoriée du donateur et les bustes de leurs saints patrons. Les panneaux inférieurs ont été perdus.

Au centre se trouve un paysage de ruines, un buste, et l'inscription relative à la restauration de 1886.

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

ANNEXE : Description de Brune :

"Les trois vitraux des chapelles du nord ont au contraire été parfaitement conservés. Le plus curieux pour l'iconographie religieuse est sans aucun doute celui qui représente la Descente de Jésus aux enfers. Il doit être de Guyon Colin.  nous avons déjà indiqué que Colin travaillait chez de la Crouezevallée. Il est donc probable que c'est lui qui a succédé au maître vers 1560. La facture, par certains détails, l'apparente aux vitraux sortis de chez de la Grouez-vallée. Le Christ, en particulier, a certainement été fait avec les mêmes cartons que celui de la Résurrection même manteau rouge agrafé par le même cordon, même nimbe fleurdelisé, même croix avec les mêmes plis à l'étendard, même tête majestueuse et un peu dure. ( Même sujet à Saint-Etienne du Mont; mais imité plus directement de Raphaël.)

 

On sait que M. E. Male a suivi l'évolution de ce sujet à travers le moyen âge dans son Histoire de l'Art religieux. C'est à l'aide de ses savants commentaires que je vais analyser ce vitrail, en signalant pourtant quelques détails que M. Male n'a pas expliqués ou que même il n'a pas relevés ailleurs. Notre diocèse possédait autrefois trois Descentes aux enfers, l'une au Mont-Dol, recouverte d'un badigeon; une à Bazouges la-Pérouse (1574), et celle de Louvigné. Peut-être y en avait-il une aussi à La Baussaine, dans un vitrail. Les deux qui nous restent suivraient à illustrer l'étude de M. Male. La fresque du Mont-Dol (31), de la fin du XIIe ou du XIIIe siècle, représente la scène dans sa simplicité primitive. Le Christ tenant sa croix sans étendard pose un pied sur les portes de l'enfer renversées (32) et tend la main à Eve et quelques autres personnages dont on aperçoit la silhouette en contre-bas de la porte de l'enfer. Cette porte est simplement une entrée noire, sans flammes. Mais au cours des âges le sujet s'est enrichi, et Louvigné nous le montre dans toute sa complexité. Les enfers (les limbes) sont devenues l'enfer séjour de souffrances, contre toute vraisemblance théologique. 11 est représenté par une tour pleine de flammes d'où s'élancent par une fenêtre et que surmontent des démons rouges. Le Christ porte de la main gauche une croix surmontée d'une oriflamme; ce dernier détail apparaît dans l'iconographie au XIVe siècle. A la fin du .\]le siècle, un monstre apparaît dans cette scène, c'est le Léviathan, que nous décrit le livre de Job. On trouve ce Léviathan au Mont-Dol, non dans la fresque de la Descente aux enfers mais dans celle qui représente les supplices des damnés en enfer. A Louvigné, il y a aussi un Léviathan; mais il n'a pas la forme d'une gueule énorme que lui a prêtée tout le moyen âge et qu'a popularisée la mise en scène des mystères. Il y est représenté par uns sorte de serpent vert qui s'avance contre le Christ au-dessus des flammes dans l'embrasure du gouffre.

Vers la fin du XIIe siècle aussi Adam et Eve, qui dans les manuscrits orientaux sont habillés, deviennent nus comme aux jours de leur innocence, avant le péché. Au Mont-Dol, tous les justes délivrés par Jésus sont nus. Mais on a dissimulé Eve derrière les autres personnages; on n'aperçoit, que sa tète. A Louvigné, au contraire, Adam et Eve sortis de l'enfer occupent à eux deux la moitié du vitrail. Adam est peint de trois-quarts, mais Eve est vue de face, tenant dans sa main la pomme fatale. Manifestement l'artiste les a posés là pour avoir l'occasion de faire une élude de nu; et, à voir le soin qu'il a mis à modeler les formes et à colorer les chairs, en ne peut s'empêcher de croire qu'il a voulu rivaliser avec les modèles que lui offraient Durer, lan Gossaert, Granach, Raphaël, tant d'autres auteurs d'Eve où la Renaissance a salué la glorification du corps humain et de ses tendances artistiques et païennes.

Quelques détails de ce tableau me paraissent encore inexpliqués ou particuliers à Louvigné. Le Christ enfonce la hampe de la croix clans la gueule d'un démon pris sous la porte de l'enfer. Ce démon pris sous la porte est classique . mais je ne crois pas que M. Male l'ait expliqué. Tous les détails de l'iconographie religieuse ont leur signification, surtout ceux que se transmettent les siècles et les écoles. Voici donc ce que je propose, en suivant la méthode même du grand critique. D'après M. l'abbé Turmel une partie des docteurs chrétiens ont cru que le Christ en mourant a trompé le démon. Le diable ne voyant dans Jésus qu'un prophète l'a fait mourir et il se réjouit de le voir descendre dans les enfers. C'est quand il le voit arriver, plein de force et d'autorité, pour délivrer ses victimes qu'il s'aperçoit de son erreur; il a été joué et pris comme à un hameçon ou à une souricière*39). Dans la Passion du XVe siècle publiée par Jubinal < Satan se plaint que Jésus l'ait « tousjours deceu » et son compagnon Beelzebuth rit de sa naïveté

Comment as tu esté si nices

Que tu as fait Jhesucrist pendre ?

N'est-ce point cette idée théologique qu'ont voulu rendre nos artistes en le faisant prendre sous la porte qu'il barricadait à l'arrivée du Christ ?

La composition du vitrail de Louvigné pose encore un autre problème. Quand on le compare à la fresque du Mont-Dol, ou à celles du haut moyen âge que M. Maie a reproduites, on s'aperçoit qu'au cours des siècles la scène s'est dédoublée. Il n'y a qu'un groupe de personnages dans les miniatures et les vitraux les plus anciens; le musée d'Angers possède du début du XVI" siècle un retable et une tapisserie et le musée de Lyon un tableau d'un maître primitif allemand où un seul groupe de personnages se prépare à sortir des Limbes. Il y en a deux dans celui que nous étudions. Le Christ, placé au centre du tableau, le divise en deux parties. A gauche, derrière lui, libérés de l'enfer, debout sur l'herbe fleurie comme au paradis terrestre, sont Adam et Eve, accompagnés à l'arrière-plan de cinq autres personnages. A droite, dans l'enfer, 6 ou 7 personnes forment un second groupe. Le de ce groupe, prêt à sortir à la Inmirrc, lient la main de Jésus. M. Ottin qui <i pf-snyé une histoire du vitrail signale aussi (autant que j\> puis imagine)' sa description) deux groupes sur la Descente rie Boran. Cette répartition des personnages, je l'ai moi-même notée à Bordeaux, sur le bas-relief Renaissance de Saint-André et sur l'émail de Léonard Limosin (1557) du musée de Cluny, Il est impossible d'y voir deux tableaux différents, comme le veut Guillotin de Corson la chute et la rédemption. Adam et Eve n'avaient pas derrière eux une demi-douzaine de témoins au paradis terrestre Adam et Eve regardent en souriant ceux qui vont à leur suite sortir des Limbes, marquant par cette attitude l'unité du groupement. Peut-être n'y a-t-il là 'qu'un souci de symétrie dans la composition ? Peut-être aussi y a-t-il une idée théologique. Toute une école de théologiens ont cru, à la suite de saint Clément d'Alexandrie, Origène, saint Athanase, saint Jérôme, saint Hilaire, que Jésus délivra les âmes des païens vertueux (en leur donnant la foi posthume) aussi bien que celles des Juifs qui avaient cru à sa venue <41>. Combien cette théorie devait séduire les penseurs de la Renaissance, scandalisés au point d'en faire une objection à la foi chrétienne que la Rédemption n'eût pas profilé aux héros païens Certains humanistes n'hésitaient pas à donner le paradis à Cicéron, à invoquer saint Socrate, à mettre le De o//tcus à côté de l'Evangile, et se refusaient à croire que des hommes comme Aristide, Solon, Platon, Scipion, Caton ne fussent pas sauvés (42>. On sait comment Raphaël dans l'Ecole d'Athènes a voulu rapprocher les sages anciens des théologiens de la Dispute du Saint-Sacrement.

Les Gentils n'avaient-ils pas eux aussi attendu le Messie ? Le drame des Prophètes fait à Virgile et aux Sibylles une place à côté des prophètes juifs. Les oracles sibyllins ont même formé un roman au XIVe siècle et une moralité au XVe. Le Mistére du Yiel Testament les a accueillis et ils ont suscité toute une littérature en marge des cycles chrétiens. Virgile ne paraît pas dans les drames que j'ai pu étudier , mais on invoque sa 4e bucolique dans la Nativité du XVe siècle, et  Reproduite par M. l'abbé J. Descottes dans son album Les curiosités du Mont-Dol, IX, d'après une copie de T. Busnel de 1807. M. Male le signale à côté des prophètes ainsi que la sibylle, dans des Arbres de Jessé du XIIIe siècle. De là à lui donner place dans les Descentes aux enfers, il n'y a qu'un pas. Car les mêmes personnages qui annoncent le Messie dans le Drame d'Adam, ou dans le Viel Testament le saluent à sa descente aux enfers dans les Passions et les Résurrections. Que les plus anciennes descentes aux enfers que nous possédions n'utilisent pas ces personnages, ce n'est pas une preuve qu'au XVIe siècle on n'ait pas mis Virgile et la Sibylle en tête des païens délivrés par le Sauveur. Au vitrail de Louvigné, en tète du groupe que nous éludions se trouvent un homme et une femme. Serait-ce Virgile et la Sibylle J'hésite à le croire, faute de preuves. Et puis le premier personnage est barbu et je ne sais pourquoi je ne puis me figurer qu'on ait représenté Virgile avec cette barbe. Il est plus probable que c'est Platon. La tradition chrétienne depuis Clément d'Alexandrie (48> admettait que les philosophes avaient été la lumière des Gentils comme les prophètes celle des Juifs. C'est pourquoi saint Jean Damascène (") les joint aux Sibylles pour former le groupe des infidèles délivrés des enfers par le Christ. Parmi ces philosophes, le divin Platon paraissait presque un docteur chrétien <48). Quand au début de la Renaissance Marsile Ficin voulut populariser le platonisme, il eut bien soin de rappeler qu'il y avait peu de chose à y changer pour faire des platoniciens des chrétiens . Erasme dans son Eloge de la Folie  essaie un parallèle entre les deux doctrines. Il étail donc tout naturel qu'on lui donnât la première place en tête des païens que leurs vertus naturelles sauvaient des enfers. Dès la fin du XIe siècle Nicelas de Serra, métropolitain d'Héraclée, commentant le sermon de saint Grégoire de Naziance sur Pâques (5|) raconte qu'un chrétien qui avait insulté la mémoire du philosophe eut une vision. Plalon lui apparut et lui révéla qu'à la descente du Christ aux enfers, il fut le premier à croire en lui. La Renaissance, en faisant de Platon l'auxiliaire des Apologistes contre ie rationalisme aristotélicien, dut encore augmenter la vénération qu'inspirait le créateur de l'Académie. Ce personnage porte une banderolle avec ces mots Advenisli desiderabilis Cette formule n'est point dans la Bible. Je soupçonne qu'elle pourrait bien venir de quelque drame. Qui en aura trouvé l'origine aura expliqué ce petit problème d'art. Au-dessous du vitrail est écrit le verset de Zacharie qu'il illustre Emisisti vinctos de lacu in quo non erat aqua. Autour se dresse un splendide portique; le haut surtout, orné de festons de verdure el de fruits est d'une grande richesse décorative. En bas, des anges nus soutiennent les armes d'Espinay et de Goulaine encadrées de couronnes de fleurs.

Je me suis arrêté longuement sur ce vitrail, parce qu'il représente un sujet rarement traité dans l'art breton et qu'il contient quelques détails originaux." https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k115330r/f334.item.r=domagn%C3%A9.zoom#

 

.

 

.

.

.

LA BAIE 5 : VERRIÈRE DE LA VIE DE SAINT JEAN-BAPTISTE.  1578.

.

http://www.collections.musee-bretagne.fr/ark:/83011/FLMo12773

.

Cette verrière d'une lancette cintrée de 4 mètres de haut et 2 mètres de large est consacrée, sur deux registres, à la vie de saint Jean-Baptiste. Les armoiries de 1578 en attribue le don à Michèle Le Sénéchal, dame de La Valette épouse de Christophe de Poix depuis 1560.

 

 

"Vitrail de Saint-Jean-Baptiste. Au centre de la verrière, entre les armes des de Poix et d’Espinay, est un écu portant les armes pleines de Michèle Le Sénéchal, entourées de la cordelière, montrant que cette œuvre ne peut être antérieure à la mort de son mari, Christophe de Poix, décédé au manoir de Fouesnel le 17 juillet 1575.
D’ailleurs, sur deux des carreaux au bas du panneau figurant l’inscription du nom de Jean, se lisent les deux dates de 1578 et 1887, de son exécution et de sa restauration. Ce ne peut donc être le second vitrail commandé à Guyon Colin en 1567, ainsi qu’il est répété. Il est d’ailleurs de facture très différente et d’un maître non encore identifié. Plusieurs figures ont été refaites : le saint Jean-Baptiste de la Prédication ainsi que la femme assise devant lui, les figures des anges du Baptême du Christ, celle du témoin de l’inscription, enfin le saint Jean de la Naissance.
Ce vitrail est certainement avec celui de la Vierge le meilleur de cet ensemble très remarquable." (R. Couffon)

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

Le registre supérieur : la prédication de Jean-Baptiste. Le baptême du Christ par Jean-Baptiste. Sa décollation.

.

L'amortissement associe, sur les cotés, des génies et des rinceaux colorés, et au centre, un panneau moderne où des nuées ont remplacé une figure de Dieu le Père placée au dessus du Baptême et envoyant l' Esprit-Saint.

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

La prédication de Jean-Baptiste.

.

Cette scène a été très restaurée.

Voir : 

 

.

 

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

 

Le baptême du Christ par Jean-Baptiste.

.

La partie gauche incluant les anges et le paysage est moderne.

La colombe du Saint-Esprit descend depuis des nuées dans un rayon lumineux portant l'inscription HIC EST FILIUS MEUS (Celui-ci est mon Fils).

.

Le thème de la vie de saint Jean-Baptiste a été traité au début du  XVIe siècle, notamment  par un atelier rouennais qui lui doit son nom de convention : le "Maître de la vie de saint Jean-Baptiste"  à Louviers,  à Bourg-Achard, à Conches, à Rouen sous forme de vestiges, et à Philadelphie. L'inscription accompagnant la descente de l'Esprit-Saint dans une colonne de lumière est caractéristique de ce Maître.

. En voici quelques exemples :

Paris , verrières nord de Saint-Merry,  (vers 1500). Maître de la vie de saint Jean-Baptiste

Bourg-Achard (Eure), baie 2 vers 1500. Maître de la vie de saint Jean-Baptiste

Rouen, église Saint-Romain, baie 112 (vers 1500). Maître de la vie de saint Jean-Baptiste

Rouen, église Saint-Vincent, Engrand Le Prince.

Louviers, baie 26 (vers 1500-1510), offert par les tanneurs de Louviers. 

Conches, baie 20 (vers 1500-1510). 

Beauvais, église Saint-Etienne (vers 1550), anonyme

.

.

 

 

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

La décollation de Jean-Baptiste devant Hérode.

.

Le festin d'Hérode est figuré au centre en arrière-plan à échelle réduite. Salomé reçoit des mains du bourreau, dans un plat la tête du saint, mais se détourne vers sa mère Hérodiade qui est responsable de cet acte.

.

 

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

.

Le registre intermédiaire. Annonce de la naissance à Zacharie. Naissance de Jean-Baptiste. Zacharie inscrit le nom de son fils.

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

 

 

 Annonce de la naissance par un ange à Zacharie dans le Temple. 

.

 

 

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

Naissance de Jean-Baptiste.

.

Gatouillat et Hérold font remarquer l'emploi  d'un émail rouge ou de sanguine  en ton local sur le dais du lit.

.

 

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

Zacharie inscrit le nom de son fils.

.

Le buste de Zacharie est moderne, ainsi que le spectateur placé au centre. La date de 1887 est inscrite sur le dallage.

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

 

 

Le soubassement.

Un socle architectural surmonté d'une balustrade, est timbré de  trois écus entourés de l'ordre de Saint-Michel. Les armes de Poix et d'Espinay entourent celles de la fondatrice Michelle Le Sénéchal. Le tout é été refait en 1887, sauf quelques fragments de collier à gauche.

 

.

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

Armoiries de Christophe de Poix d'or à deux vols de gueules et de gueules à la bande d'argent accostée de six croix recroisettées d'or, 3 et 3.

.

"Christophe de Poix , seigneur de Fouesnel, Brécé, etc., et en outre de la Vallette , le Frétay - Bourdin, Neuville , et Brachet , est né au manoir de Fouesnel; il fut baptisé dans l'église de Louvigné le 2 septembre 1522 :

Cristoffle de poys fils de noble Michel de poys, ser de Fouesnel et damoyselle Regnée du Hallay, sa cpaigne fut baptizé le second jour de septembre lan susdit et fust parain noble lan du Bous chet, si de la Haye de Torcé ; coadjuteur Bertrand de sevigné .

 

Christophe de Poix tint un rang distingué dans la noblesse de la province; un rôle du 14 mars 1569 constate qu'il était à cette date capitaine des gentilshommes de l'arrière-ban de l'évêché de Rennes , titre qui lui avait été conféré par un brevet du 14 janvier précédent. Par lettre de commission du 2 mars 1574, M. de Bouillé, lieutenant du gouverneur de Bretagne , le nomma capitaine du ban et arrière-ban du même évêché, qu'on envoya tenir garnison à Vitré , et dont il fit la revue devant le sénéchal de cette ville le 16 du même mois . Le roi lui envoya le collier de l'Ordre de Saint-Michel , auquel il l'avait associé le 17 juin 1570 ; par lettre du 22 juillet de la même année , le marquis d'Espinay fut chargé de lui remettre cet insigne et de recevoir son serment . Il mourut au manoir de Fouesnel le 17 juillet 1575."

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

Armoiries féminines (dans un losange)  de Michèle Le Sénéchal, d'azur à neuf macles d'or, 3, 3, 3 accostées et arc-boutées.

.

Christophe de Poix  épousa, avant le 20 août 1560, Michelle Le Sénéchal, dame de la Vallette, Neuville, Brachet, etc. , fille unique et héritière de feus Bertrand Le Sénéchal, écuyer, seigneur des mêmes lieux , et de Catherine de Neuville ; elle avait perdu sa mère en 1545, et dès 1547 elle était restée orpheline sous la tutelle de son parent , Renaud de Neuville, seigneur du Plessis -Bardoul, désigné à cette charge par le testament du père . Six enfants au moins naquirent de ce mariage; les lacunes des registres paroissiaux ne nous permettent pas de réparer les omissions probables des mémoires généalogiques , qui mentionnent seulement : 1 ° René , — 2 ° Louise , l'aînée , -3° Louise, puinée, -4° Suzanne, - 5° Perronnelle , 6° Mathurin, baptisé à Louvigné le 16 mars 1563."

Sa mort en 1605 est mentionnée en ces termes dans les registres de l'église de la Vallette : Le mardy vingz et cinquiesme jour de janvier lan mil seix cent cinq deceda noble et puissante dame Michelle Le Senechal, dame de Fouesnel, et fust enterrée le vingtz et septiesme a Loupvigné et faist testament." (F. Saulnier)

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

Armoiries d'Espinay, sommées d'une couronne.

.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

 

.

.

LA BAIE 6 : VERRIÈRE DE LA RÉSURRECTION.  1544-1543 et 1888.

.

Cette verrière  d'une seule lancette mesure 4,50m de haut et 2,05 m. de large. Elle a été commandée  en 1540 pour la façade ouest à Gilles de la Croix-Vallée et Guyon Collin pour 50 livres. Elle a été déplacée et fortement complétée en 1888 par Lecomte et Colin. 

Les pièces d'origine sont : le buste du Christ ; quelques fabriques du paysage ; et l'un des soldats en bas à gauche. Le reste est refait, y compris les saintes femmes en arrière-plan. (Gatouillat et Hérold)

.

"Vitrail de la Résurrection. Ce fut le premier prêt. Il devait coûter 50 livres, la paroisse fournissant les matériaux, mais, dès 1540-1541, la fabrique dut intenter un procès au peintre qui se refusait à donner les mesures nécessaires au forgeron Jean
Le Bouteiller. Enfin, après nombreuses procédures, Gilles apporta le vitrail dont le solde lui fut payé le 4 octobre 1543, mais il prétendit que le tympan n’était pas compris dans le prix du marché et réclama trois écus d’or qui lui furent accordés.
Les procédures nous font connaître les noms de ses deux collaborateurs, Guyon Colin et Jehan Limaiger, de Vitré.
Le vitrail fut modifié en 1671 par Guyon Colin, de Vitré ; dans la suite, toute la partie inférieure portant les armes des l’Espinay fut détruite et refaite en 1888.
Le Christ subsiste donc à peu près seul. Sa tête, très caractéristique comme facture, est nimbée avec croix fleurdelysée et de bonne exécution, tandis que le corps, refait d’ailleurs en partie, est de mauvaises proportions." (R. Couffon)

"Le Christ (ancien) témoigne de l'influence des gravures de Dürer et de Lucas de Leyde tandis que l'influence italienne apparaît dans les paysages du registre médian." (D. Moirez 1975)

.

 

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

Sous un dais en pavillon, Guy III d'Espinay en armures et tabard à ses armes présenté comme donateur  par un saint en armure, la poignée de l'épée apparente à droite, tenant une hallebarde, en robe mouchetée d'hermines.

Ce saint breton est-il le bienheureux Charles de Blois ? L'aquarelle témoigne de la fidélité à l'état antérieur . 

.

 

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

Louise de Goulaine présentée par saint Louis.

.

 

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

Vitraux anciens de Louvigné-de-Bais. Photographie lavieb-aile octobre 2020.

.

.

SOURCES ET LIENS.

.

 —- Archives d'Ille-et-Vilaine, série G, Louvigné-de-Bais et IF 1619, n° 4.

 

 


 

— ANDRÉ (A), , 1878, De la verrerie et des vitraux peints de l'ancienne province de Bretagne, Rennes, 1878, p. 56-58. p. 56-58

— BANEAT (P.), 1928, Le département d'Ille-et-Vilaine, t. II, Rennes, Larcher, 1928, p. 301-311

— BRUNE (J.), 1846,  Résumé du cours d'archéologie professé au séminaire de Rennes, Rennes, 1846, p. 424 et suiv. 

— BOURDE DE LA ROGERIE, (Henri ) 1924, L'excursion de la Société archéologique, dans Mémoires de la Société archéologique d'Ille-et-Vilaine, t. LI, 1924,  p. 141-143

—BRUNE, 1849, Résumé, p. 29.

— BUSSON (Henri), 1922, "La Renaissance en Bretagne. Dans l'orbe de la Pléiade, Charles d'Espinay, évêque de Dol, poète", Mémoires SHAB, t.III, p. 13-18.

— BUSSON (Henri), 1926, "L'église et la paroisse de Louvigné-de-Bais (Ille-et-Vilaine)", Annales de Bretagne t. 37, p.321-326 

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k115330r/f313.image.r=domagn%C3%A9

— COUFFON (René), 1935, p. 222.

— COUFFON (René), 1945, p. 60

— COUFFON (René), 1968, "Eglise Sainte-Paterne de Louvigné-de-Bais", Société française d'archéologie · 1968  Congrès archéologique de France - Volume 126 - Page 81-83

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3212499g/f76.item

 

— FROTIER DE LA MESSELIERE , 1946, Documents héraldiques du département d'Ille-et-Vilaine, page 101

http://bibliotheque.idbe-bzh.org/data/cle_35/Documents_Heraldiques_du_DApartement_dIlle_et_Vilaine_.pdf

— GANDREUIL (Pascale), BARBEDOR (Isabelle), ORAIN (Véronique), 1994, dossier IA00130757 

 

 

http://patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/dossier/eglise-paroissiale-saint-patern-place-de-l-eglise-louvigne-de-bais/157e0e1c-b069-47f7-8bb6-c19f8e66ef48

 

— GATOUILLAT (Françoise), HÉROLD (Michel), 2005, Les vitraux de Bretagne, Corpus Vitrearum t. VII, Presses Universitaire de Rennes pages 248 à 250.

— GUIFFREY ( Jules), 1886, La Renaissance en France, 11e et 12e livraisons, par Léon Palustre. [compte-rendu] Bibliothèque de l'École des chartes  Année 1886  47  pp. 125-129

https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1886_num_47_1_447458_t1_0125_0000_2

— GUILLOTIN DE CORSON (abbé Amédée), 1884, Pouillé historique de l'archevêché de Rennes, t. V, Rennes,, p. 111-114-

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55608m.pdf

— HABLOT (Laurent), Au plaisir de Dieu. Présences héraldiques françaises dans la Rome de la Renaissance

https://www.academia.edu/24201319/AU_PLAISIR_DE_DIEU_Pr%C3%A9sences_h%C3%A9raldiques_fran%C3%A7aises_dans_la_Rome_de_la_Renaissance

— JOUBERT (Solen), 2003, Audace et renommée : un réseau de la noblesse bretonne, vecteur d'échanges culturels et artistiques pendant la Renaissance. SHAB pages 205-

https://m.shabretagne.com/scripts/files/54da14d35ff576.88078498/2003_08.pdf

— LEVY (Tania), Projet de recherche. Le beau XVIe siècle en Bretagne - B16B, MCF en histoire de l’art moderne, UBO

https://www.univ-brest.fr/digitalAssets/82/82654_Projet-recherche-beau16e.pdf

 

 

— MOIREZ-DUFIEZ (Denise), 1975, "Communication sur les vitraux de Louvigné-de-Bais", Mém. SHAB t. LIII, p. 195-196.

https://www.shabretagne.com/scripts/files/5f461a0de8f9e7.95056646/1975_14.pdf

— MOIREZ-DUFIEZ (Denise), 1977 "Le vitrail de la Transfiguration à Louvigné-de-Bais", Arts de l'Ouest p. 51-65.

— MOIREZ-DUFIEZ (Denise), et BARRIÉ (Roger), 1983, "Le vitrail et l'influence de la gravure, Artistes, artisans et production en Bretagne au Moyen-Âge p. 255-256.

— MUSEE DE BRETAGNE

http://www.collections.musee-bretagne.fr/resultat.php?type_rech=rs&index%5B%5D=fulltext&bool%5B%5D=&reset=1&nr=1&value%5B%5D=louvign%C3%A9

— MUSSAT (  André), 1995, Arts et cultures de Bretagne : un millénaire, Rennes, Éditions Ouest-France, 380 p.

MUSSAT (André), La Renaissance en Bretagne.

En Haute-Bretagne, ce sont naturellement les châteaux de la grande noblesse qui donnèrent le ton. Ils imitèrent les modèles de la Touraine directement inspirés par l'occupation de l'Italie du Nord. Citons la délicieuse et blanche loggia du château de Vitré et dans la même région, les stalles de la collégiale de Champeaux, commande des Espinay, parents des châtelains d'Ussé en Touraine. Aux Laval encore est dû, vers 1530, au flanc d'un antique donjon l'élégant château de Châteaubriant et sa longue galerie où se marient adroitement la brique, le tuffeau et le schiste.

Aux seigneurs se joignent les ecclésiastiques retour d'Italie. Les neveux d'un prélat humaniste commandent, dès 1507, aux Justi ou Juste, florentins devenus tourangeaux, le grandiose et élégant tombeau de la cathédrale de Dol. Tout ces novateurs suivaient le chemin illustré par la duchesse-reine lorsqu'elle avait confié à Jean Perréal et à Michel Colombe le tombeau de ses parents aujourd'hui à la cathédrale de Nantes, exécuté en marbre d'Italie.

 

—PALLUSTRE (Léon), 1886 La Renaissance en France, par Léon Palustre, illustrations sous la direction de Eugène Sadoux, tome III

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/15916/?offset=6#page=34&viewer=picture&o=download&n=0&q=

— RAMÉ (Alfred), 1883, Notes sur le sceau de Thomas James, évêque de Léon et de Dol, sur l'origine de Michel Columbe et sur le tombeau de Guillaume Gueguen, évêque de Nantes, par M. Alfred Ramé,

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k856630c

— SAULNIER (F), 1883,  La maison de Poix et la seigneurie de Fouesnel en Bretagne, dans Mémoires de la Société archéologique d'Ille-et-Vilaine, t. XV, 2 e partie, 1882, p. 205 et suiv.,

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207768k/f122.item

— SAULNIER (F), 1881, La maison de Poix, Bull. SAH Ille-et-Vilaine

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2077676/f243.item

— SAULNIER (F), 1882, Les alliés de madame de Sévigné. La maison de Poix..., H. Champion

https://books.google.fr/books?redir_esc=y&hl=fr&id=0GWLxQEACAAJ&q=s%C3%A9n%C3%A9chal#v=snippet&q=s%C3%A9n%C3%A9chal&f=false

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Vitraux Renaissance

Présentation

  • : Le blog de jean-yves cordier
  • : 1) Une étude détaillée des monuments et œuvres artistiques et culturels, en Bretagne particulièrement, par le biais de mes photographies. Je privilégie les vitraux et la statuaire. 2) Une étude des noms de papillons et libellules (Zoonymie) observés en Bretagne.
  • Contact

Profil

  • jean-yves cordier
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Terrraqué).  "Les vraies richesses, plus elles sont  grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)
  • "Il faudrait voir sur chaque objet que tout détail est aventure" ( Guillevic, Terrraqué). "Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus on a de joie à les donner." (Giono ) "Délaisse les grandes routes, prends les sentiers !" (Pythagore)

Recherche