Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 février 2022 2 15 /02 /février /2022 23:51

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529) : Adam et Eve. Les Sibylles. Caïn et Abel.

.

— Sur les Sibylles hors Finistère, voir dans ce blog :

— Sur les Sibylles du Finistère, voir :

.

.

— Sur l'Aître Saint-Maclou, voir le premier article , qui comporte la présentation générale.

L'Aître Saint-Maclou à Rouen. I. La charpente sculptée (sablières et potelets) de 1526-1533 et de 1651 (galerie sud). 

 

Les colonnes des galeries sont numérotées à partir du côté ouest, qui en comporte 11. La colonne n°12 se trouve à l'intérieur, dans l'entrée de l'angle nord-ouest, près de la chapelle des Trépassés, elle représente la Création d'Adam et la Faute d'Adam et Ève. Puis viennent les Sibylles, deux par deux sur chaque colonne extérieure de la galerie nord, et enfin, à l'angle nord-est, et à nouveau à l'intérieur, la colonne sculptée du Meurtre de Caïn et Abel. Si on se souvient que les douze sibylles annoncent par leurs prophéties (ou "vaticinations"), pour les Chrétiens, douze étapes de l'Incarnation et de la Rédemption, nous avons là un programme iconographique assez complet de l'Histoire du Salut, face au Calvaire central de la cour.

.

 

Plan par Sylvie Bethmont-Gasserand.

Plan par Sylvie Bethmont-Gasserand.

.

.

LA COLONNE DE LA CRÉATION ET DE LA FAUTE D'ADAM ET ÈVE.

.

L'entrée dans l'Aître Saint-Maclou. © Explor Visit

 

.

1. La Création d'Ève.

.

"Alors, yhvh elohim fit tomber un sommeil profond sur l'homme, et il s'endormit.

Alors il prit l'un de ses côtés et il referma la chair en dessous.

Alors, yhvh elohim  bâtit le côté qu'il avait pris de l'homme en forme de femme et il la présenta à l'homme." (Genèse 2:21-22, trad. M.A. Ouaknin)

 

.

Dieu se tient debout à gauche et lève la main droite, tandis que, de la main gauche, il aide la jeune Ève à se redresser et à s'extraire du flanc droit d'Adam, dont elle naît. De celle-ci, au corps en grande partie brisée, nous voyons les mains jointes, les fesses, le ventre  et les jambes : leurs formes laissent préjuger de la beauté du visage.

Adam est allongé sur le coté gauche, jambes fléchies, et cachant son sexe de la main droite.

À droite, derrière la tête d'Adam, une montagne est couronnée d'un édifice, vers lequel se dirige divers animaux : lion (?), renard (?) ou gallinacé (?). Ce n'est pas exactement ce qu'on attend d'une scène de création du monde et des animaux, ce qui excite la curiosité sur l'interprétation de cette partie.

Dieu est vêtu d'une robe, serrée à la taille par un cordon noué, et à larges manches. Une ample cape est fermé par un cabochon carré. La tête (hormis un morceau de la barbiche), et les bras sont brisés. Les drapés sont particulièrement élégants.

La pierre blanche, ici comme sur les autres colonnes que nous allons examiner,  est calcaire, et il serait intéressant d'en connaître l'expertise géologique, qui pourrait indiquer la provenance.

On comparera ce sujet avec celui du quadrilobe du portail de la Sainte-Chapelle par Geoffroy-Dechaume, peut-être inspiré du portail de la cathédrale de Lyon.

https://www.citedelarchitecture.fr/fr/oeuvre/creation-deve-quadrilobe-du-soubassement-cote-gauche-du-trumeau-du-portail-de-la-chapelle

https://books.openedition.org/purh/845?lang=fr

.

 

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

.

.

La Faute d'Adam et d'Ève.

.

"La femme contempla . Oui, l'arbre était bon à manger et enviable pour les yeux ! Oui, l'arbre engendrait le désir de devenir intelligent ! Alors elle prit de son fruit et elle mangea. Et elle en donna aussi à son homme qui était avec elle, et il mangea." (Genèse 2:5-6, trad. M.A. Ouaknin).

.

Cette représentation du serpent à la poitrine (et au visage, même s'il est ici brisé) féminine, mais à la queue qui s'enroule autour du tronc de l'arbre, je la connais bien, tant elle est fréquente, taillée en kersanton à l'entrée des porches bretons contemporains de cette colonne !  Et toujours, le serpent-femme est tournée vers Ève. Je l'ai décrite par exemple  à Pencran, à Guimiliau, à Sizun et à Ploudiry, et on en retrouve la source dans des enluminures comme celle du Livre d'Heures  dites de Henri IV BnF Latin 1171 , au folio 20v (sauf que, pour me contredire, le serpent regarde Adam). Ces enluminures sont peintes par le Maître des Triomphes de Pétrarque. Or ce livre provient de la bibliothèque du château de Gaillon, et ce peintre a laissé "une empreinte durable sur le milieu rouennais" (E. Adam).

 

.

 

.

Sans chercher une science exacte, on peut créer des liens entre le cardinal Georges d'Amboise, commanditaire du château de Gaillon qui a introduit en Normandie le vocabulaire de la Première Renaissance, son neveu Georges II d'Amboise qui fut archevêque de Rouen en 1511 et prolongea l'œuvre de son oncle (chapelle de Gaillon et ses stalles), l'église Saint-Maclou dont ils favorisèrent tous deux la reconstruction (dédicace en 1521), et cette Aître Saint-Maclou.

Et examiner, pour se rapprocher plus encore de Georges Ier d'Amboise, et de Rouen, voici une enluminure attribuée à Robert Boyvin, actif entre 1480 et 1536, et qui avait été formé par le Maître de l'échevinage de Rouen . Et cette fois-ci, Dame-serpent regarde Dame-Ève.

.

Robert Boyvin, Heures à l'usage de Rouen, Rouen, vers 1500. Paris, BNF, Arsenal, Ms. 416, f.10

.

 

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

.

.

Mais ici (et combien on regrette le vandalisme des exaltés qui ont fracassé ces colonnes), la femme-serpent dont les formes généreuses et la chevelure établissent un rapport de rivalité spéculaire avec Ève, lui posent la main gauche sur l'épaule, tandis que la main droite, toujours en imitation symétrique, se pose sur une spire de la queue en face de la main de la première femme, laquelle est posée sur son sexe. 

Et s'il est fâcheux de ne pas voir l'œuvre d'art déployer la splendeur probable du temps où elle était intacte, par contre, cela libère l'imaginaire. Si bien que j'ai cru voir les deux visages se rapprocher dans leur entreprise de séduction, et s'embrasser.

J'ai ainsi pu bénéficier d'un unicum dont les perspectives spirituelles ou artistiques renouvelait le thème élimé de la Tentation.

.

La main droite d'Ève, qui est brisée, tenait jadis la pomme. Dans certaines enluminures et sculptures, le serpent la tient, et la propose au désir. Dans d'autres, le fruit est encore tenu par les deux mains. Mais ici, le serpent ne l'a plus, Ève l'a saisi. Les jeux sont faits.

.

 

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

.

.

Le relevé d'Eustache-Hyacinthe Langlois en 1837, gravure d'après le dessin d'Espérance Langlois.

.

E.-H. Langlois Essai historique, philosophique et pittoresque sur les danses des morts planche V. Gallica

.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

.

.

Il ne reste plus rien d'Adam, sauf une paire de pieds nus. Et à côté du pied droit, un pied de forte taille sort d'un drapé, laissant deviner un autre personnage :qui donc à cette époque, si ce n'est Dieu ou son messager ?

.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

.

.

L'un des côtés de la colonne porte deux panneaux en bas-reliefs Renaissance. En haut, un couple nu entouré d'arbres stylisés (Adam et Ève dans l'Eden ?) au dessus d'une vasque. La femme qui nous tourne le dos a des cheveux très longs. L'homme, barbu, tient un objet (la pomme...?). En bas, un décor semblable à celui du château de Gaillon, avec une chimère au dessus de rinceaux. Entre les deux, un enfant, habillé, tient un fruit.

.

 

.

 

 

.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

.

 

.

.

.

.

LES 7 COLONNES DES SIBYLLES.

 

.

Cette série de sept colonnes, dont la plupart conservent encore, quoique mutilées, leurs personnages féminins assemblés par deux, pose un problème délicat.

En effet, il est certains que nous avons affaire à une série des  sibylles, prophétesses de l'Antiquité dont le nombre, par parallélisme avec les prophètes bibliques, venait d'être fixé à douze à la fin du XVe siècle par  Filippo Barbieri  en Italie, et dont les attributs et l'association avec des épisodes de l'Enfance et de la Vie du Christ avait été durablement fixé par les Heures de Louis de Laval vers 1480-1485.

.

Les Sibylles à Gaillon et à Rouen.

1. On sait l'influence des deux cardinaux Georges d'Amboise sur le développement artistique de Rouen et de sa région, à commencer par leur château de Gaillon. Or, les stalles de la chapelle du château de Gaillon, commanditées par Georges II d'Amboise qui y a placé ses armes et devises, montrent sur le premier registre des dorsaux le Dialogue des Sibylles et des Vertus. Les vaticinations des sibylles répondaient aux prophéties des 12 Prophètes.  Persique est associée à la Prudence, Érythrée à la Force, Tiburtine à la Justice, Agrippa à la Tempérance, Delphique à la Foi, Hellespontique à la Charité.  La Phrygique , associée à l' Espérance, était prévue dans le programme. (source)

Ces stalles ont été remontées dans le chœur de la basilique de Saint-Denis. Georges d'Amboise avait fait enluminer le manuscrit des Institutions divines de Lactance, texte qui décrit les Sibylles. Cf C. Meneau d'Anteroches 2020 et Wikipédia. Plus précisément, c'est Alphonse le Magnanime, roi d'Aragon et de Sicile, qui pourrait avoir commandé le manuscrit vers 1455 à Naples, et il aurait été acheté à Frédéric d'Aragon roi de Naples, avant sa mort en 1504,  par Georges Ier d'Amboise pour sa bibliothèque de Gaillon. Voir BnF Lat. 1674, qui a perdu son frontispice, ainsi que BM Besançon MS 170 dont le frontispice armorié est intact. Les miniatures du BnF lat. 1674 sont huit initiales dorées entrelacées avec des bianchi girari, et non des enluminures où auraient pu figurer des sibylles...

2. Le portail Notre-Dame de la cathédrale de Rouen  a été réalisé en 1512-1513. Les voussures portent, de l'intérieur vers l'extérieur, 12 Patriarches, 12 Sibylles et 12 Prophètes.  Les sibylles sont sculptées par Nicolas Quesnel, tandis que Pierre Des Aubeaux a sculpté les Prophètes, et Richard Le Roux les Patriarches.

3. La Tour de Beurre de la cathédrale date de la in du XVe siècle. Elle comporte deux sibylles et deux prophètes au sud, et deux sibylles dont la Tiburine face à Auguste à l'est. (Source)

 

 

.

.

L'idéal serait, pour disposer cette série, que la galerie nord ne compte que six colonnes. Hélas, elle en compte sept, en comptant les deux extrêmes qui sont aujourd'hui partiellement incluses dans l'entrée et dans l'escalier de droite.

Certains ont proposé de reconnaître ici quelques Vertus. Celles-ci sont, dans l'iconographie traditionnelle au nombre de sept, en associant les Vertus théologales et cardinales. Elles se distinguent par leur attribut. Mais cela complique encore le problème, et aucune n'est identifiée ici (sur la colonne n° 13, les auteurs voient la Prudence, Vertu portant un miroir, mais les rayons qui diffusent autour du cercle m'incitent à y voir une lampe, attribut de la sibylle Persique ou Lybique). J'écarte cette hypothèse.

L'autre possibilité est de penser que la série n'est pas complète, et que le personnage est dédoublé. C'est la solution envisagé pour expliquer qu'une femme tienne une colonne, à coté de la sibylle Agrippa tenant son attribut bien connu, le fouet de la Flagellation. Sa voisine porterait la colonne, l'un des Instruments de la Passion, où le Christ est lié. L'hypothèse résout ce cas particulier de la colonne 18, et éventuellement celui de la colonne n°18, mais il est très surprenant que le commanditaire ait choisi cette option, attestée nulle part ailleurs, et qui lui impose de ne pas présenter la série, au chiffre très fort symboliquement, de 12 alors qu'il dispose de sept colonnes.

On peut penser qu'il y a eu des modifications lors de réaménagements ou de restaurations.

La colonne n°17 fait exception par rapport aux autres, car elle est la seule à présenter un blason qui occupe une place importante. Les deux personnages, détruits et dont on ne voit que l'emplacement, étaient-ils des sibylles.

Si on exclut cette colonne, nous avons bien douze personnages féminins, dont trois sont détruits, quatre n'ont pas d'attribut permettant de les identifier, quatre ont un attribut caractérisé (lampe ; rameau fleuri ; fouet ; croix).

Enfin, la revue des iconographie montre (comme pour les 12 apôtres et leurs attributs) un certain nombre de variantes.

.

Rappel des attributs : Les 12 Sibylles françaises issues des Heures de Louis de Laval s'organisent  en deux sous-ensembles :

.

— Vie de la Vierge :

1. La Persique tenant une lanterne et foulant un serpent : annonce la Vierge  de l' Immaculée Conception foulant le serpent.  : Incarnation : la Vierge donne naissance à celui qui se dira Lumière du Monde.

2. La Libyque tenant un cierge annonce la Vierge et l'Enfant apportant cette Lumière. Manifestation aux Gentils. 

3. L'Erythréenne tenant la fleur prophétise l' Annonciation et la Conception virginale.

4. La Cuméenne tenant un bol (une boule)  annonce la Virginité (ou Venue d'un enfant).  Naissance dans une crèche

5. La Samienne tenant un berceau  annonce la  Nativité  et l'Annonce aux Bergers.

6. La Cimmérienne tenant une corne (biberon) annonce l' allaitement de l'Enfant  par la Vierge 

7. L'Européenne tenant une épée annonce la Fuite en Égypte pour fuir le Massacre des saints Innocents.

— Passion et Christologie :

8. La Tiburtine tenant une main  annonce les gifles infligées à Jésus lors de sa Passion.

9. L'Agrippine  avec son fouet annonce la Flagellation.

10. La Delphique tenant une couronne :annonce le Couronnement d'épines de la Passion. Incarnation.

11. L'Hellespontine tenant une croix  annonce la Crucifixion. Incarnation et Passion

12. La Phrygique tenant un étendard crucifère annonce la Résurrection

.

On pourra lire ici les réflexions de E.-H. Langlois :

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k110051h/f70.item

.

 

Liste des statues des colonnes :

Colonne n° 13. Sibylle à la lampe (Persique) ; sibylle au rameau fleuri (Erythrée).

Colonne n°14. Deux sibylles indéterminées.

Colonne n°15. Deux personnages détruits.

Colonne n°16. Sibylles à la colonne. Sibylle au fouet (Agrippa).

Colonne n° 17. Deux personnages détruits. Grand blason central.

Colonne n°18. Sibylle à la lance. Sibylle à la croix (Hellespont).

Colonne 19. Un personnage détruit, une sibylle.

 

.

.

Colonne n° 13 contre l'escalier.  Sibylle tenant la lampe (Persique ? ) et sibylle Erythrée tenant le rameau fleuri.

.

La tenue de ces deux jeunes femmes aux allures dansantes de Ménades est tout à fait celle que l'on retrouve sur les autres séries iconographiques de Sibylles, sous le signe de l'élégance, de la jeunesse et de l'exotisme. Les têtes étant brisées, nous ne pouvons pas chercher ici les turbans et coiffures à glands qui sont un attribut général de ces dames vaticineuses. Leurs chaussures sont à bout pointu.

Mais leur duo dansant en ronde poursuit aussi le thème des autres galeries, à l'ouest et à l'est, celui de la Danse Macabre des Laïcs et des Clercs.

La sibylle Persique (identifiée par les autres auteurs comme la Prudence tenant un miroir) tient la lampe dont l'éclat est manifesté par des rayons. C'est bien sûr une hypothèse.

La sibylle Erythrée tient le rameau fleuri  (ailleurs une simple fleur) prophétisant la tige vierge qui fleurit et porte un fruit, virga et virgo.

 

.

.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

.

.

Relevé de Langlois en 1837 :

.

E.-H. Langlois Essai historique, philosophique et pittoresque sur les danses des morts planche V. Gallica

.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

.

.

Colonne n° 14. Deux sibylles.

.

Quelle grâce ! Quel charme juvénile, presque insolent  dans ce cimetière ! Quelle taille fine sous le corselet contrastant avec les manches bouffantes, les flots de plissé, les jupons, les frou-frous et les traines !

.

Mais dans cette Aître où tout est destiné à rappeler au visiteur que le Temps passe, mais l'attend, la pierre usée, ces têtes brisées, ces accessoires de beauté qui ont perdu leur lustre, cette vétusté incitent à une méditation sur les Ruines et à une nostalgie du temps où ces Dames sculptées du temps Jadis venaient de surgir du ciseau du sculpteur.

La Beauté a deux ennemis : les vandales, et le vieillissement.

La Bêtise, et le Temps.

Mais elle montre ici, malgré tout, à qui sait en rêver, son triomphe : quelle grâce ! quelle charme juvénile !

.

 

 

 

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

.

.

Le relevé de Langlois 1837 :

.

Gravure d'E.H. Langlois 1837 Essai historique, philosophique et pittoresque sur les danses des morts planche V. Dessin Espérance Langlois. Gallica

.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen II, la galerie nord : Adam et Eve. Les Sibylles. Caïn et Abel.
L'Aître Saint-Maclou de Rouen II, la galerie nord : Adam et Eve. Les Sibylles. Caïn et Abel.
L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

.

.

Colonne n° 15. Sculpture trop abimée.

.

Voilà à quoi cela ressemble sur l'application du Site pour mon portable :

.

.

 

Colonne n° 16. Deux sibylles dont Agrippa tenant le fouet de la Flagellation.

.

.La sibylle de gauche est difficile à identifier, elle porte  une colonne brisée, qui est un symbole de la Passion (Ecce Homo, Outrages et Flagellation)

La sibylle de droite porte un fouet, par lequel elle annonce  la Flagellation. C'est Agrippa.

Là encore, on remarque leur beauté, et l'allure dansante de leur procession.

 

.

 

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

.

.

Le relevé de Langlois en 1837 :

.

Gravure d'E.H. Langlois 1837 Essai historique, philosophique et pittoresque sur les danses des morts. Dessin Espérance Langlois. Gallica

.

 

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

.

.

Il faudrait revenir pour faire une étude de tous les chapiteaux.

.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

.

.

Colonne n° 17. Les sibylles ont été détruites. Un blason.

.

Sur cette colonne, les sibylles sont effacées. Seul subsiste le blason qu'elles devaient  tenir. Peut-être le blason d'un riche marchand ou bourgeois de Rouen, d'un clerc ou d'un membre de la fabrique qui n'a pas été identifié.

.

.

 

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

.

.

On comparera ce que nous avons sous les yeux avec le relevé qu'en donne Langlois ; En 1 deux ou trois animaux  ; en 3,  trois fers à cheval  ou fers de mule ; à droite Deux quartiers avec 5 étoiles 2;1;2 (et des coquilles en chef ?).

.

Gravure d'E.H. Langlois 1837 Essai historique, philosophique et pittoresque sur les danses des morts planche V. Dessin Espérance Langlois. Gallica

.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

.

.

Le chapiteau de la colonne n°17.

.

Les boules rondes sont-ils des fruits, ou plutôt des grelots ?

.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

.

.

.

.

Colonne n° 18. Deux sibylles dont l'Hellespontine tenant la croix.

.

 

La sibylle de gauche relève sa robe et tient la lance. 

https://studioaix.pagesperso-orange.fr/cathedrale/sib_lance.htm

La sibylle Hellespontine est à droite, et avance d'un pas décidé. Elle porte la croix annonçant la Crucifixion du Christ.

.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

.

.

Le relevé par Langlois 1837 :

.

Gravure d'E.H. Langlois 1837 Essai historique, philosophique et pittoresque sur les danses des morts planche VI. Dessin Espérance Langlois. Gallica

.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

.

.

Le chapiteau aux oiseaux ailes déployés.

.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

.

.

Colonne n° 19 .

Elle est aujourd'hui incluse dans l'escalier.

.

Celle de gauche presque entièrement brisée.

La sibylle de droite est  bien conservée, mais si on admire sa pose gracieuse on ne peut l'identifier à défaut d'attribut..

 

.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

.

.

Le relevé par Langlois 1837 :

.

Gravure d'E.H. Langlois 1837 Essai historique, philosophique et pittoresque sur les danses des morts planche VI. Dessin Espérance Langlois. Gallica

.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

.

.

.

LA COLONNE DU MEURTRE D'ABEL PAR CAÏN.

 

.

Elle reprend la composition de la Colonne d'Adam et Ève.

On devra se contenter de ces médiocres images.

.

 

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.

L'Aître Saint-Maclou de Rouen. Les colonnes de pierre sculptées du côté nord (1526-1529). Photographie lavieb-aile août 2020.


 

SOURCES ET LIENS.

AÎTRE SAINT-MACLOU

https://www.aitresaintmaclou.fr/histoire/un-cimetiere-a-galeries/

EXPO VIRTUELLE

https://my.matterport.com/show/?m=kjUCC7ra6RC

— BETHMONT-GALLERAND (Sylvie), 2003, "Un autre travail du bois à Rouen : Les sablières de l’aître saint-Maclou", in Les stalles de la cathédrale de Rouen, C. Elaine Block, Frédéric Billiet p. 199-220 Presses universitaires de Rouen et du Havre 

https://books.openedition.org/purh/7435?lang=fr

https://books.openedition.org/purh/7437

— LANGLOIS (E.-Hyacinthe ), 1833, "Rouen au XVIe siècle et la danse des morts", Bulletin de la Société libre d’émulation de Seine-Maritime, 6 juin 1832, Rouen, Baudry, 1833, p. 70. Non consulté.

« Dans les statuettes du cimetière de Saint-Maclou, tantôt la mort se montre dans une action d'entraînement plus ou moins brusque; tantôt, affectant une pose tranquille, elle parait employer le raisonnement plutôt que la violence. Sur quelques colonnes des plus mutilées, on retrouve des pieds décharnés dont l'élévation au-dessus du plan sur lequel posaient les figures atteste que plusieurs de ces cadavres symboliques gambadaient en s'emparant de leurs victimes. Quant à ces derniers personnages, ils montrent généralement, par leurs poses simples et calmes, plus de résignation que de résistance, » Langlois,

 

LAFOND ( Jean), 1969, « L'iconographie des portes de Saint-Maclou de Rouen ». In: Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, 1969, 1971. pp. 283-294; doi : https://doi.org/10.3406/bsnaf.1971.2239 https://www.persee.fr/doc/bsnaf_0081-1181_1971_num_1969_1_2239

LANGLOIS (Eustache-Hyacinthe), 1837, réed 1852, Essai historique, philosophique et pittoresque sur les Danses des Morts. Rouen, Lebrument, deux volumes I p.10-30, II p.10-61.

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k110051h/f66.item.zoom#

— LEVASSEUR (P.), 2003, « Observations sur l’iconographie de l’aître saint-Maclou : une synthèse de l’art macabre et des apports de la Renaissance », Actes du onzième congrès international d’études sur les Danses Macabres et l’art macabre en général , Rouen du 1er  au 5 octobre 2003,éditions Danses Macabres d’Europe, p. 41. Non consulté.

 

LOTH (Julien), 1910, L'Aître de Saint-Maclou, Rouen, Léon Gy, 28 p. Non consulté.

MÂLE (Emile) 1922, L’art religieux de la fin du Moyen-Age en France, étude sur l’art religieux du Moyen Age et sur ses sources d’inspiration, Paris, Armand Colin, 1922, p. 253-sq.

METROPOLE

https://www.metropole-rouen-normandie.fr/sites/default/files/publication/2020/Focus-aitre-st-maclou.pdf

— PAVIA (Amélie), 2011,  L’aître Saint-Maclou de Rouen. Monographie historique et technique d’une construction à pans de bois du XVIe siècle. Étude stylistique et iconographique de ses sablières Mémoire de master 2 en histoire de l’art moderne, (LEUTRAT E. dir.), Rennes 2, 2011, 633 p. Voir p.30 à35 :

https://www.academia.edu/31770552/La_symbolique_macabre_dans_les_sabli%C3%A8res_de_la%C3%AEtre_saint_Maclou_%C3%A0_Rouen

PILLET ( Maurice ), 1924, L'Aître Saint-Maclou : ancien cimetière paroissial de Rouen, Paris, Édouard Champion, 1924, 224 p. Non consulté.

https://www.google.fr/books/edition/L_Aitre_Saint_Maclou_ancien_cimeti%C3%A8re_p/8hEgAAAAMAAJ?hl=fr&gbpv=1&bsq=%22sibylle%22+Maclou+rouen&dq=%22sibylle%22+Maclou+rouen&printsec=frontcover

PREVOST (Chanoine Louis), 1970 Histoire de la paroisse et des curés de Saint-Maclou, depuis la Fondation jusqu'à nos jours (1219-1966), Rouen, Éditions Maugard. Non consulté.

VENOT ( Bernard), MOUILLESEAUX (Jean-Pierre), 1980,, L'Aître Saint-Maclou de Rouen : petit guide à l'usage des habitués du lieu et de ceux qui le découvrent, Rouen,  73 p. Non consulté.

— LAQUERRIÈRE) (A.), 1986, « L'aître Saint-Maclou et les anciens charniers », dans Églises, hôtels, vieilles maisons de Rouen, Rouen, Société des amis des monuments rouennais, 518 p., p. 323-330 Non consulté.

THOMANN (Aminte), CHAPELAIN DE SEREVILLE-NIEL (Cécile),2021 « Rouen – Aître Saint-Maclou » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 04 juin 2021, consulté le 12 février 2022. 

https://journals.openedition.org/adlfi/76013

 

"La campagne 2018 a permis la fouille et l’étude d’environ 250 sépultures, le corpus total sur l’ensemble de l’aître s’élevant à environ 500 sépultures. La densité funéraire est telle que le sol géologique (situé entre 4 et 6 m de profondeur par un précédent sondage géotechnique) n’a pu être atteint, même dans un petit sondage effectué jusqu’à 3,5 m de profondeur. La fouille de cet espace a mis en évidence une partie du cimetière paroissial utilisé jusqu’à la fin du xviiie s., mais aussi des fosses communes, accueillant jusqu’à six individus déposés simultanément. Des traces de fondation d’un bâtiment en bois inédit, probablement postérieur à l’occupation funéraire, ont également pu être observées directement au sud du calvaire.

L’étude en cours de cette collection ostéo-archéologique se fait grâce à une approche pluridisciplinaire impliquant plusieurs approches biologiques : analyses paléopathologiques macroscopiques, menées en partie dans le cadre d’une recherche doctorale, pour appréhender l’état sanitaire de la population, analyses isotopiques, particulièrement informatives sur le régime alimentaire des défunts, analyses paléoparasitologiques, renseignant notamment sur les conditions de vie et analyses paléomicrobiologiques, détectant la présence de l’ADN ancien de certains pathogènes dans le matériel dentaire et osseux, tels que la tuberculose, la syphilis ou la peste. Des analyses paléomicrobiologiques préliminaires, menées sur le corpus provenant du diagnostic de 2016, ont déjà permis de détecter la présence très probable du bacille de la peste chez un individu daté du début du xve s.

Les résultats archéologiques et anthropologiques issus de cette fouille vont permettre de développer de manière significative les connaissances concernant la population rouennaise et la gestion de ce cimetière de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne."

FOUILLES.

https://www.aitresaintmaclou.fr/histoire/la-restauration-et-la-nouvelle-vie-du-lieu/

THOMANN (Aminte), CHAPELAIN DE SEREVILLE-NIEL (Cécile), 2019, 

https://journals.openedition.org/archeomed/24586

https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/seine-maritime/rouen/si-squelettes-aitre-saint-maclou-pouvaient-parler-1305877.html

— INRAP La boîte en plomb de l'Aître Saint-Maclou. Une boîte en plomb a été retrouvée dans une pierre sous la colonne (galerie ouest ?), contenant la plaque commémorative déposée en 1859 avec quelques pièces de monnaie contemporaines.

Dans le cadre des journées européennes de l’archéologie 2020, l’Inrap vous propose une vidéo inédite sur une curieuse boîte en plomb, découverte à l'aître Saint-Maclou, à Rouen. Que contient-elle ?

En 2019, lors des travaux de restauration du cimetière de l’aître Saint-Maclou, un site de la Métropole Rouen Normandie, des ouvriers trouvent une pierre évidée sous une colonne sculptée datant de la Renaissance. Et ils découvrent, enchâssée dans la pierre, une boîte en plomb.
Par ailleurs, on sait grâce aux archives qu’une plaque de cuivre portant une inscription a été laissée en dépôt dans l’édifice en 1859, lors d’une restauration antérieure.
Le service régional de l’archéologie (Drac Normandie) confie l’ouverture de la boîte à l’Institut national de recherches archéologiques préventives. La boîte contient-elle la plaque commémorative ou est-elle bien plus ancienne ?

Durée : 00:06:58 Sous-titres automatiques disponibles en français. Réalisation, montage : Serge Le Maho, Inrap Avec la participation de Sylvain Mazet Directeur-adjoint scientifique et technique Normandie (Seine-Maritime et Eure), Inrap

 

https://journees-archeologie.fr/c-2021/Archeorama/fiche-archeorama/61/La-boite-en-plomb-de-l-aitre-Saint-Maclou


 


 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sibylles Sculpture Renaissance Héraldique
22 août 2021 7 22 /08 /août /2021 21:59

L'enclos paroissial de Saint-Herbot en Plonevez-du-Faou. VIIId. La clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) vue de l'intérieur.

.

 

.

.

Cet article appartient à plusieurs séries.

1°) Série sur Plonévez-du-Faou  :

Sur cette clôture :

 

Sur la chapelle :

.

 

2°) Série sur les jubés et clôtures de chœur de Bretagne (ordre +/- chronologique) :

.

 

3°) Série  sur les Termes, cariatides et atlantes :

-Sculpture en pierre :

-Sculpture en bois :

 

4°) Voir sur l'art des "grotesques"  de la Renaissance :

5°) Série sur les Sibylles en France et notamment en Finistère.

.

 

 Voir sur  l'art de la Renaissance et ses "grotesques" en Bretagne par ordre chronologique :

 

.

.

 

PRÉSENTATION.

 

 

Mon article précédent VIIIa peut servir de préambule. Tout l'intérêt de l'examen détaillé de cette clôture est d'y étudier la pénétration de l'art des ornemanistes de la Seconde Renaissance en Finistère. Et de poursuivre l' iconographie du thème des Sibylles.

On remarquera l'absence de la polychromie visible sur l'extérieure de la clôture.

.


 

LE RETOUR COTÉ SUD, DERNIÉRE TRAVÉE.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Si1. Homme posant la main sur la queue et la gueule d'un lion. Hercule ? 

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Si2. Hercule et l'Hydre. Hercule, casqué, tient une lance avec un étendard.

.

Pour H. Pérennès : Oedipe et le Sphinx.

.

 

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Si3. Un cuir découpé, non sculpté. La tunique de Nessus ??.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

.

.

Si4. Homme de science en robe et camail de docteur mais coiffé d'un turban faisant le geste d'argumentation avec l'index. Aristote.

Pour H. Pérennès : Aristote, en robe et camail de docteur, comptant ses arguments sur ses doigts.

.

 

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Si5. Orphée jouant de la lyre.

.

Suggestion d'Henri Pérennès. Sur l'autre face (clôture coté extérieure), c'est une femme qui joue de la lyre.

.

 

 

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Terme3. Terme canéphore barbu coiffé d'un turban et portant sur son panier un turban plus épais. Bras amputés en spirales ; pagne feuillagé.

.

 

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Terme 4. Terme canéphore barbu  et portant sur son panier rempli de fruits. Bras derrière le dos ; pagne feuillagé.

.

 

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

LE COURONNEMENT À TRIANGLES FIGURÉS DU COTÉ SUD INTÉRIEUR : QUATRE PREMIERS PERSONNAGES.

.

1. Femme élégamment vêtue et coiffée.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

 

 

2. Homme élégamment vêtu et coiffé, tourné vers la femme précédente.

.

 

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

 

3. Femme élégamment vêtue et coiffée.

.

 

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

4. Homme barbu, tête nue.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

 

LE RETOUR COTÉ SUD, PREMIÉRE TRAVÉE.

.

 

 

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

L'ENTABLEMENT COTÉ INTÉRIEUR SUD.

 

.

Si6 :  Rinceaux  symétriques au dessous d'un mascaron central. Deux tiges se fondent en tête d'oiseau dont le bec puissant mord la tige.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Si7 :  rinceaux symétriques autour d'un candélabre central. Deux lions affrontés tête tournée en arrière.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Si8 :    rinceaux symétriques autour d'un candélabre central. Deux oiseaux (aigles) affrontés en partie basse ; deux têtes barbues, de 3/4, en partie haute

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Si9 :  deux jeunes hommes nus dansant en tenant des cornes d'abondance ou flambeaux. Des tiges en sortent, et se transforment en dragons dont la gueule mord un ruban.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

.

LES TERMES, ATLANTES ET CARIATIDES DU COTÉ  INTÉRIEUR SUD, T7 à T11.

.

Note : deux d'entre eux, T8 et T9,  ne sont pas des termes gainés, leurs jambes sont figurées entièrement.

.

T7. Cariatide canéphore mains derrière le dos, portant un pagne feuillagé.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T8. Atlante canéphore, nu,  aux bras amputés, portant un pagne feuillagé.  Cartouche sculpté derrière la tête, le bassin et les jambes, à cuir à enroulement pour les deux premiers.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T9. Cariatide canéphore aux bras amputés, la tête encadrée par une coiffe "égyptienne".

On trouve des modèles, à la coiffe indiscutablement égyptienne, dans les modèles d'Androuet du Cerceau.

.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T10. Cariatide canéphore, bras le long du corps, jambes dissimulées par un drap et par un cartouche.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

T11. Terme gainé canéphore masculin, barbu, tenant un pagne chargé de fruits piriformes.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

LE COURONNEMENT À TRIANGLES FIGURÉS DU COTÉ SUD INTÉRIEUR.

.

Tous ces personnages sont nimbés (l'auréole est intégrée au décor découpé du fond), et certains peuvent être identifiés comme étant des Apôtres. Ce sont Saint Pierre et son frère saint André, et comme ceux-ci débutent toutes les séries apostoliques, ils nous indiquent que le sens de la lecture du décor intérieur de la clôture se fait en allant de gauche à droite et du sud au nord. Ils sont tous enrubannés, derrière eux, par un phylactère, aujourd'hui muet, mais ils sont, au total sur les trois cotés de la clôture, trop nombreux pour ne constituer qu'un Credo apostolique avec ses 12 articles.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Saint Paul tenant un livre, et  l'épée de sa décollation.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Saint Pierre tenant sa clef et un livre ouvert.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Saint André tenant la croix en X .

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

L'invité mystère.

.

C'est un saint (auréole) ; il est coiffé d'un chapeau, mais ce n'est pas saint Jacques (qui le suit au centre) ; un indice pourrait nous aider, c'est la tête de cheval sculpté sous la main droite.

Voir du coté nord deux autres personnages tenant des animaux .

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

 

.

.

.

LA PARTIE PRINCIPALE DE LA CLÔTURE ET SES 12 SIBYLLES.

.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

L'ENTABLEMENT, SES 12 SIBYLLES ET SES 13 TERMES ET CARIATIDES.

.

LES SIBYLLES.

Je reprends ici les commentaires de mon article de mars 2017, sans ses développements.

.

1°) La Sibylle Cimmérienne et son biberon.

Elle annonce l'allaitement de Jésus par la Vierge.

Elle est coiffé d'un turban enrubanné d'une étoffe qui se poursuit par une barbette nouée dont les brins passent par l'anneau fermoir de la cape. La robe est plissée à la taille par une ceinture ; les manches sont doubles, et frangées. Le biberon, tel un hanap, s'évase en pavillon et est doté d'une embouchure.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

 

2°) La Sibylle Phrygienne et l'étendard de la Résurrection.

Elle porte un voile, un manteau à manches bouffantes, une robe serrée par une ceinture.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

3°) La Sibylle Hellespontine et la croix de la Crucifixion.

La tenue vestimentaire est proche de la précédente, hormis le décolleté carré de la robe.

La croix est écotée.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

 

4°) La Sibylle Persique et sa lanterne du Jardin des Oliviers, terrassant un serpent (le démon dont triomphe le Christ).

 

.

 
Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

5° et 6°) La Sibylle Erythrée et son rameau floral (un lys). La Sibylle Europa et son glaive.

La première annonce par ses vaticinations la virginité de la mère du Sauveur. La seconde a prédit le Massacre des saints innocents ordonné par Hérode.

 

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

7° et 8°) La Sibylle de Tibur et son gant du soufflet de la Passion. La Sibylle Libyque et son flambeau.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

9°) La Sibylle Samienne et son berceau de la Nativité.

 

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

10°) La Sibylle Delphique et la couronne d'épines.

 

.

 

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

11°) La Sibylle de Cumes et son coquillage/œuf.

Cet attribut semblable, à Brennilis, à un pain rond, est en réalité un coquillage de type porcelaine, vulgairement appelé Vulve de Vénus, et faisant allusion à la virginité . 

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

12°) La Sibylle Agrippa et le fouet de la Flagellation.

.

 
Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

SAINT HERBOT AU CENTRE AU DESSUS DES PORTES.

.

Il bénit de la main droite et tient un bâton. Il correspond, sur la face extérieure du même entablement, à une statuette identique du saint. 

Saint Herbot est représenté, avec le même bâton, en gisant sur la table placée dans le chœur ; mais également sur le porche ouest et sur le porche sud, ainsi que sur le calvaire.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

LES TERMES GAINÉS ENTOURANT LES 12 SIBYLLES.

.

.

 

.

 

.

.

Terme chœur 1 : cariatide canéphore .

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Terme chœur 2 :

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Terme chœur 3 : cariatide canéphore coiffée d'un casque (ou coiffe à visière ?).

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Terme chœur 4 :

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Atlante ou cariatide du chœur 5 , à la tête casquée, aux bras abrégés en spirale, portant un pagne feuillagé, et dont les jambes entortillées s'achèvent par un pied placé à angle droit de l'axe habituel.

.

C e n'est pas un terme gainé, puisque les jambes sont figurées, mais néanmoins, elles perdent leur anatomie et leur liberté en se transformant en une queue à deux brins tressés, comme le terme Ts2 de l'extérieur du bras sud de la clôture.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Cariatide chœur 6 :  canéphore avec un cartouche en cuir découpé derrière la nuque. Les jambes sont entières, ce n'est pas un terme gainé.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Terme chœur 7 : terme canéphore barbu tenant une étoffe devant son bassin.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Terme chœur 8 : cariatide canéphore bras croisés, portant un pagne de fruits ou légumes.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Atlante chœur 9 : torse nu, épaules voilées, tenant une étoffe devant son bassin.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Terme chœur 10 : cariatide canéphore aux bras amputés en spirale portant un pagne feuillagé.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

LE COURONNEMENT DE LA FACE PRINCIPALE ET SES CHAPEAUX.

.

Nous l'avons vu, l'examen de la série des chapeaux triangulaires du couronnement montre qu'elle poursuit la série des apôtres débutée  au le bas-côté sud. En débutant donc par la gauche, nous voyons successivement Jacques le Majeur, Jean, Thomas, Barthélémy, Jacques le mineur puis quatre autres apôtres non identifiables.

.

.

Saint Jacques au chapeau frappé d'une coquille, mais ayant perdu son bourdon.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Saint Jean bénissant la coupe de poison d'où émergent les dragons.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

.

.

Saint Thomas tenant l'équerre.

.

Saint Barthélémy tenant son couteau à dépecer.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Saint non identifié.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Saint Jacques le mineur tenant son bâton de foulon.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Quatre autres saints non identifiés.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

.

LA CLÔTURE SÉPARANT LE CHOEUR DU BAS-CÔTÉ NORD.

.

Seule la première travée est décrite.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Ni1. Panneau de grotesques. Autour du candélabre, des rinceaux relient un couple de  têtes feuillagées d'hommes barbus vues de profil avec deux animaux couchés portant une corne feuillagées.

.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Ni2. Panneau de grotesques. Autour du candélabre, des lions et un mascaron cornu s'intègrent aux rinceaux.

.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Ni3. Panneau de grotesques. Autour d'un axe central, deux jeunes hommes assis et placés en miroir jouent de la flûte traversière . En dessous, les rinceaux accueillent des masques feuillagés et un mascaron.

.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

Ni4. Panneau de grotesques. En partie supérieure, un cartouche à cuir découpé à enroulement est orné d'un mascaron. Les rinceaux se transforment en tête d'oiseau mordant les tiges.

.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

LES TERMES GAINÉS DE L'INTÉRIEUR DU CÔTÉ NORD.

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

LE COURONNEMENT ET SES CHAPEAUX.

.

La série des saints nimbés et entourés de phylactères se poursuit, avec de fréquentes difficultés d'identification.

Premier saint : le seul élément remarquable est la tête animale, comparable à la tête de cheval observée, dans une position symétrique, du coté sud. 

Il est difficile de dire la nature de cet animal ; et encore plus difficile d'y voir l'un des quatre attributs des évangélistes.

.

.

 

 

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

 

Deuxième saint : un attribut tenu dans la main gauche est brisé. 

.

 

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

 

Troisième saint : bien qu'il soit nimbé comme les autres, la bourse tenue dans la main gauche incite à y voir Judas. 

.

 

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

 

Quatrième saint tenant un objet ou animal (oiseau ?) dans la main gauche . 

.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

Face intérieure de la clôture de chœur (bois, vers 1570-1580) de la chapelle Saint-Herbot. Photographie lavieb-aile 4 août 2021.

.

.

.

 

 

.

 

SOURCES ET LIENS.

.

 

 

— CHAUSSEPIED (Charles),1914, Notice sur la chapelle de Saint-Herbot en Plonévez-du-Faou,  Bulletin de la Société archéologique du Finistère T. XLI pages 128-139

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207714b/f191.image

— COUFFON (René), 1953,  L'église de Saint-Herbot. In: Bulletin Monumental, tome 111, n°1, année 1953. pp. 37-50

https://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1953_num_111_1_3732

 

"De la seconde moitié du xvie siècle, il clôt le chœur sur trois côtés et comprend une série de panneaux sculptés en haut et en bas, séparés par des balustres tournés formant claire-voie. Les panneaux du bas sont décorés d'arabesques Renaissance. Sur ceux du haut regardant la nef sont figurés les douze apôtres en dix panneaux séparés par des cariatides et, sur les faces latérales, au nord les petits prophètes, au sud les sibylles. A l'intérieur, seize stalles font corps avec le chancel. Les panneaux qui les surmontent sont décorés, dans la partie centrale, de douze saints et saintes en dix panneaux séparés par des cariatides et, sur les côtés, de motifs décoratifs. Les jouées d'extrémité des stalles supportent un entablement formant baldaquin décoré de dix-huit bustes des évangélistes, des prophètes et des docteurs. En avant du chancel, deux tables de pierre servent à déposer les offrandes le jour du pardon, d'un côté les crins, de l'autre les mottes de beurre. Une restauration récente a mis au jour l'inscription suivante se rapportant à la Crucifixion qui le couronne : [.'AN 1659 O VOS OMNES QUI TRANSITIS PER VIAM ATTENDITE ET VIDETE SI EST DOLOR SICu(t) DOLOR Me(us) O : VOUS TOUS PASSANS ARRESTEZ VOUS E VOYEZ SIL EST UNE DOULEUR SEMBLABLE A LA MIENNE : LAM..."

— COUFFON (René), 1959, Notice de Plonévez-du-Faou, Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Quimper

http://backup.diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/4bc495e8ae261523262138b91718a386.pdf

— MONUMENTS HISTORIQUES.

http://monumentshistoriques.free.fr/calvaires/herbot/herbot.html

— PEYRON (chanoine), 1910, Notice, Bull. SAF page 164-167

https://societe-archeologique.du-finistere.org/bulletin_article/saf1910_0216_0242.html

— PÉRENNÈS (Henri), 1942, Monographie de la paroisse de Plonévez-du-Faou. Imprimerie bretonne (Rennes) 55 p.: ill.; 21 cm.  Pérennès Henri, “Plonévez-du-Faou : monographie de la paroisse,” Collections numérisées – Diocèse de Quimper et Léon, consulté le 19 mars 2017, http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/items/show/9799.

http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/bd492284b708d27c6305fbdba8d5639a.pdf

— RIOULT (Jean-Jacques), CASTEL (Yves-Pascal), BONNET (Philippe), DUCOURET, 2010, Chapelle Saint-Herbot (Plonévez-du-Faou),  Inventaire général, région Bretagne

http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/chapelle-saint-herbot-plonevez-du-faou/7310520a-35ca-4784-91b8-578f98ea65d6

—   BONNET (Philippe), RIOULT (Jean-Jacques), 2010,  « Saint-Herbot. Chapelle Saint-Herbot », dans Philippe Bonnet et Jean-Jacques Rioult, Bretagne gothique, Paris, Picard, coll. « Les Monuments de la France gothique », 2010, 485 p.

—  RIOULT (Jean-Jacques), 2009, « Plonévez-du-Faou, chapelle Saint-Herbot », Congrès archéologique de France « Finistère 2007 »,‎ 2009, p. 203-208 

— CASTEL (Yves-Pascal),  DUCOURET, 1966, 1972 et 1986, Dossier IA00005154 Inventaire général, région Bretagne

http://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/public/annexes/IA00005154_01.pdf

— WIKIPEDIA 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chapelle_Saint-Herbot_de_Saint-Herbot

https://en.wikipedia.org/wiki/Saint-Herbot_Parish_close

 

— AUTRE

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/palissy/PM29000688

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Plon%C3%A9vez-du-Faou_(29)_Chapelle_Saint-Herbot_-_Int%C3%A9rieur_-_Cl%C3%B4ture_de_ch%C5%93ur_-_14.jpg

http://an-uhelgoad.franceserv.com/prophete3.htm

http://an-uhelgoad.franceserv.com/chancel-santherbot.htm

http://an-uhelgoad.franceserv.com/pelikan.htm

http://an-uhelgoad.franceserv.com/prophete1.htm

http://an-uhelgoad.franceserv.com/prophete2.htm

http://an-uhelgoad.franceserv.com/herbot1.htm

.

.

OUVRAGES DE RÉFÉRENCE SUR L'ART D'ORNEMENT DE LA RENAISSANCE.

.

BASE DE DONNÉES "ORNEMENTS ANTHROPOMORPHES"

http://www.fr-ornement.com/fr/anthropomorphe?page=8

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1542-1545, Compartiments, ou  Grands cartouches de Fontainebleau. Deux séries de 10 planches.

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/1807-compartiments-de-fontainebleau-de-grand-format?offset=7

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1548-1549, Cartouches, 12 planches gravées sur cuivre.

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/1802-cartouches?offset=3

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1559 Livre d’architectvre de Jaques Androvet du Cerceau, contenant les plans et dessaings de cinquante bastimens tous differens : pour instruire ceux qui desirent bastir, soient de petit, moyen, ou grand estat. Auec declaration des membres & commoditez, & nombre des toises, que contient chacun bastiment, dont l’eleuation des faces est figurée sur chacun plan..., Paris, s.n., 1559.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/ENSBA_Masson647.asp?param=

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), Second Livre d’architecture, par Iaqves Androvet Du Cerceau. Contenant plusieurs et diverses ordonnances de cheminées, lucarnes, portes, fonteines, puis et pavillons, pour enrichir tant le dedans que le dehors de tous edifices. Avec les desseins de dix sepultures toutes differentes, Paris, André Wechel, 1561.

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1582, Livre d’architecture de Jaques Androuet Du Cerceau, auquel sont contenues diverses ordonnances de plants et élévations de bastiments pour seigneurs, gentilshommes et autres qui voudront bastir aux champs ; mesmes en aucuns d’iceux sont desseignez les bassez courts... aussi les jardinages et vergiers..., Paris, pour Iaques Androuet du Cerceau, 1582. de l’Orme (Philibert), Le Premier tome de l’architecture, Paris, Frédéric Morel, 1567.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/ENSBA_LES1592.asp?param=

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1549, Quinque et viginti exempla arcum

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/INHA-4R1475.asp?param=

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1549-1550, Termes et cariatides, suite de 12 planches gravées.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/INHA-4R85B.asp?param=

ANDROUET DU CERCEAU (Jacques), 1545-1547, Compartiments de Fontainebleau, INHA

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/1801-compartiments-de-fontainebleau-de-petit-format

— COUFFON (René), 1948," l'architecture classique au pays de Léon, l'atelier de l'Elorn, l'atelier de Kerjean",  Mémoires de la Société d'Histoire et d’Archéologie de Bretagne. 1948, 28.

https://www.shabretagne.com/document/article/2612/de-l-honneur-et-des-epices.php

 

— DELORME (Philibert), 1567  Le premier tome de l'architecture de Philibert de L'Orme conseillier et aumosnier ordinaire du Roy, & abbé de S. Serge lez Angiers , Paris, Federic Morel

 

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/traite/Notice/ENSBA_Les1653.asp?param=

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/traite/Images/Les1653Index.asp

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k85636g/f1.double

— DELORME (Philibert), 1561  Les Nouvelles Inventions pour bien bastir et a petits frais

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/Masson643Index.asp

— DE GRANDE (Angelo), 2014, "De Fontainebleau vers la Lorraine: l’ordre anthropomorphe de la maison «des Sept Péchés capitaux» à Pont-à-Mousson" in Gravures d'architecture et d'ornement au début de l'époque moderne : processus de migration en Europe (sous la direction de S, Frommel et E. Leuschner), pp.205-218, 2014.

https://www.academia.edu/11289409/De_Fontainebleau_vers_la_Lorraine_l_ordre_anthropomorphe_de_la_maison_des_Sept_P%C3%A9ch%C3%A9s_capitaux_%C3%A0_Pont_%C3%A0_Mousson

— FROMMEL (Sabine), 2018 Supports anthropomorphes peints de la Renaissance italienne, in Frommel, Sabine – Leuschner, Eckhard – Droguet, Vincent – Kirchner, Thomas (dir.) Construire avec le corps humain/ Bauen mit dem menschlichen Korper. Les ordres anthropomorphes et leurs avatars dans l'art europèen de l'antiquité à la fin du XVIe siècle/ Antropomorphe Stùtzen von der Antike bis zur Gegenwart,  Campisano Editore 2 volumes pp 618, 40 ill. 

Rares sont les motifs architecturaux qui témoignent d'une persistance telle que les ordres anthropomorphes, depuis l'Antiquité jusqu'à la période actuelle, en passant par le Moyen Âge. Leur évolution s'articule par de subtiles interactions entre les domaines sculptural, architectural et pictural, alors qu'une fortune théorique durable a été instaurée par la description détaillée par Vitruve des "Perses" et des "Caryatides" dans son traité De architectura libri decem. Contrairement aux ordres architecturaux canoniques, ce " sixième ordre " invite à des interprétations et des variations plus souples et plus personnelles. Il put ainsi assimiler des traditions locales très diverses lors de son parcours triomphal dans toute l'Europe. Si la signification originelle de soumission et de châtiment de ces supports reste valable, les valeurs narratives ne cessèrent de s'enrichir et de s'amplifier, en faisant de ce motif un protagoniste abondamment présent dans de multiples genres artistiques, des meubles aux monuments les plus prestigieux, et qui révèle les mutations typologiques et stylistiques au fil du temps. Les contributions réunies dans ces deux volumes fournissent un large panorama européen de ces occurrences, offrant un large éventail de synergies et d'affinités révélatrices.

https://www.academia.edu/36821730/Supports_anthropomorphes_peints_de_la_Renaissance_italienne_in_Frommel_Sabine_Leuschner_Eckhard_Droguet_Vincent_Kirchner_Thomas_dir_Construire_avec_le_corps_humain_Bauen_mit_dem_menschlichen_K%C3%B6rper_Co_%C3%A9dition_Picard_Campisano_Paris_Roma_2018_?email_work_card=view-paper

— MAITRE DE HENRI II (membre du Groupe de Noël Bellemare) Heures dites de Henri II BnF Latin 1429

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8447767x/f81.item#

— MAITRE DE HENRI II 1546-1547 (offert à Charles IX en 1566), Jean du Tillet Recueil des rois de France BnF fr.2848

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84516158/f189.item#

https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc492956

SAMBIN ( Hugues), 1572 Oeuvre de la diversité des termes dont on use en architecture reduict en ordre : par Maistre Hugues Sambin, demeurant à Dijon, publié à Lyon par Jean Marcorelle ou par Jean Durant.  Bibliothèque municipale de Lyon, Rés 126685.

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/36089-oeuvre-de-la-diversite-des-termes-dont-on-use-en-architecture-reduit-en-ordre-par-maitre-hugues-sambin?offset=1

SERLIO (Sebastiano ), 1551 Liure extraordinaire de architecture, de Sebastien Serlio, architecte du roy treschrestien. Auquel sont demonstrees trente Portes Rustiques meslees de diuers ordres. Et vingt autres d’oeuvre delicate en diverses especes, Lyon, Jean de Tournes, 1551.

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/ENSBA_LES1745.asp?param=

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/32769-extraordinario-libro-di-architettura-di-sebastiano-serlio-livre-extraodinaire-de-architecture-de-sebastien-serlio

SERLIO (Sebastiano ), 1540 Il terzo libro ... Venise F. Marcolini

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/Serlio1540.asp?param=

https://archive.org/details/ilterzolibronelq00serl

SERLIO (Sebastiano ), 1537 Regole generali di architectura, quatrième livre, Venise F. Marcolini

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/B272296201_A101Index.asp

SERLIO (Sebastiano ), 1547, Livre V, Paris

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/INHA-4R1476.asp?param=

— VIGNOLE 1562, La Règle des cinq ordres d'architecture

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6327303x/f11.planchecontact.r=delagardette.langEN

— VITRUVE 

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/ENSBA_01665A0013.asp

— VITRUVE, 1511, De architectura M. Vitruvius per Jocundum solito castigatior factus cum figuris et tabula, traduit par Fra Giovanni Giocondo en 1511 à Venise chez G. da Tridentino avec 136 gravures sur bois 

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/CESR_2994.asp?param=

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/CESR_2994Index.asp

— VITRUVE, 1513,  De architectura, traduit par Giovanni Giocondo

https://echo.mpiwg-berlin.mpg.de/ECHOdocuView?url=/mpiwg/online/permanent/library/488D7ND1/pageimg&start=11&viewMode=images&pn=17&mode=imagepath

— VREDEMAN DE VRIES (Hans) [1565]  Caryatidum (vulgus termas vocat) sive Athlantidum multiformium ad quemlibet architecture. Anvers

https://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/36809/?offset=#page=43&viewer=picture&o=bookmark&n=0&q=


 

Partager cet article
Repost0
2 août 2021 1 02 /08 /août /2021 19:50

Les Sibylles (bois, XVIIe siècle) de la chapelle de Locmaria-Lann en Plabennec. 

.

.

Voir sur cette chapelle :

 

 

 

.

 

PRÉSENTATION.

.

 

Les Sibylles.

Voir le travail considérable d'Emile Mâle, et mon article sur les Sibylles de Brennilis.

Ce sont des prophétesses de l'Antiquité qui proféraient des "vaticinations", et Varron, à l'ère préchrétienne, en dénombrait dix. Les auteurs chrétiens médiévaux prétendirent qu'elles annonçaient la venue du Sauveur, et au XIIIe siècle, Vincent de Beauvais citait les dix Sibylles cataloguées par Varron ; mais les plus connues sont alors la Sibylle Erythrée, prophétesse du Jugement dernier, la Sibylle de Cumes, et la Sibylle de Tibur, annonçant à l'empereur Auguste la venue d'un roi né d'une Vierge.

C'est à la cathédrale d'Ulm qu'on voit pour la première fois les Sibylles réunies pour annoncer le Sauveur. Elles décorent les célèbres stalles que Georges Syrlin sculpta de 1469 à 1474 où elles accompagnent une série de philosophes païens, d'apôtres et de prophètes bibliques.; elles sont au nombre de neuf, et chacune d'elles prononce un oracle qui se rapporte à la vie ou à la mort du Messie. Les oracles sont tirés, sauf mention, de l'Institution Divine  de Lactance, dont la traduction venait juste de parvenir à Ulm [On sait que le premier livre imprimé en Italie, à Subiaco [Etats pontificaux], en 1465, furent les Institutiones divinae de Lactance. Le livre eut tant de succès qu'il fallut en donner de nouvelles éditions en 1468, 1470, 1471, 1472,1474, 1478.]. Les voici  :

Sibylla Delphica. Dabit ad verbera dorsum suum et colaphos accipiens tacebit. " Le Sauveur offrira son dos aux coups; il recevra des soufflets et se taira. "

Sibylla Libyca. Jugum nostrum intolerabile super collum nostrum tollet. "« II enlèvera le joug intolérable qui pèse sur notre cou” 

Sibylla Tiburtina, Albuna dicta. Suspendent eum in ligno et nihil valebit eis, quia tertia die resurget et ostendet se discipulis, et, videntibus illis, ascendet in cœlum, et regni ejus non erit finis. " Ils le suspendront à un arbre. Mais ce crime ne leur servira pas;. car le troisième jour il ressuscitera , se montrera à ses disciples, et, à leur vue, il s'élèvera au ciel où son royaume n'aura pas de fin. "

Sibylla Hellespontica, in agro Trojano. Félix ille fructus ligno qui pendet ab alto. "Heureux est ce fruit qui pend au sommet de l'arbre." (citation déformée de Sozoniène, Hist. eccles. Lib. II, cap I.)

Sibylla Cumana, quae Amalthea dicitur. Templi vélum scindetur, et medio die nox erit tenebrosa nimis. "Le voile du temple se déchirera et une nuit profonde se fera au milieu du jour."

Sibylla Cimeria, octavo anno, Deum de virgine nasciturum iiidicans. Jam nova progenies cœlo demittitur alto. "Âgée seulement de huit ans, elle prédit qu'un Dieu naîtrait d'une vierge." Puis citation de Virgile Bucolique églogue 4 "Déjà une race nouvelle descend du haut du ciel. "

Sibylla Frigia (sic), Ancirae. In maniis infidelium veniet. Dabunt autem alapas Domino manibus incestis et impurato ore exspuent venenatos sputus. « Le Seigneur tombera dans les mains des infidèles. De leurs mains impies ils lui donneront des soufflets, et de leur bouche impure ils vomiront contre lui des crachats empoisonnés. »

Sibylla Samia. Agnus cœlestis humiliabitur. "ils abaisseront l'Agneau céleste"

Sibylla Erithraea. Ex cœlo rex adveniet per saecla. 'Des cieux viendra un roi pour les siècles à venir" (d'après les vers acrostiches cités par saint Augustin)

.

Les prophéties empruntées à l'Institution Divine de Lactance furent reprises également dans les Sibylles du pavé de la cathédrale de Sienne, et dans les phylactères de celles que le Pérugin peignit au Cambio de Pérouse.

.

Dans un opuscule publié en 1481 (mais dont le contenu était certainement connu auparavant), le dominicain italien Filippo Barbieri en augmenta le nombre à 12 (nombre calqué sur celui des Apôtres et des Prophètes bibliques accompagnant les Credo apostoliques et prophétiques), et donna à chacune un attribut, et une prophétie annonçant un évènement de l'Enfance, de la Vie et de la Passion de Jésus. Michel-Ange les a peintes au plafond de la chapelle Sixtine entre 1509 et 1512. 

Ce thème rejoint celui, plus ancien, des Arbres de Jessé et, plus largement, de la démarche typologique qui tend à montrer que les épisodes de la vie du Christ décrite par les évangiles étaient annoncés depuis des siècles par de nombreuses prophéties bibliques. 

Ces 12 Sibylles qui forment un ensemble iconographique codifié sont présentes aussi en France, et elles sont magnifiquement représentées par Jean Colombe  par une série d'enluminures dans les Heures de Louis de Laval BnF latin 920 (entre 1475 et 1489). On les voit  enluminées sur le Bréviaire d'Isabelle la Catholique f. 8v (avant 1497), sur le Diurnal de René II de Lorraine (Nancy 1492-1493), on les voit imprimées en vignettes dans les Livres d'Heures (Simon Vostre 1510), on les voit sculptées en marqueterie sur les stalles du château de Gaillon (1509-1518),  ou peintes à la cathédrale d'Amiens en 1505 ou sculptées en 10 statuettes au soubassement du tombeau de Philibert Le Beau à Brou (1505-1532), ou encore  peintes sur verre à Auch en 1513, Saint-Bertrand de Comminges en 1535, à Beauvais vers 1538,  et à Étampes vers 1555.

Mais ces 12 Sibylles françaises issues des Heures de Louis de Laval, si elles ont des points communs avec celles de Filippo Barbieri (les "Sibylles italiennes", si on veut), et notamment leur nombre,  reprennent aussi les Sibylles de Lactance représentées à Ulm, et réorganisent le jeu de 12 cartes en combinant les deux sources. Elles s'organisent ainsi  en deux sous-ensembles :

.

— Vie de la Vierge :

  • 1. La Persique tenant une lanterne et foulant un serpent : annonce la Vierge  de l' Immaculée Conception foulant le serpent.  : Incarnation : la Vierge donne naissance à celui qui se dira Lumière du Monde.

  • 2. La Libyque tenant un cierge annonce la Vierge et l'Enfant apportant cette Lumière. Manifestation aux Gentils. 

  • 3. L'Erythréenne tenant la fleur prophétise l' Annonciation et la Conception virginale.

  • 4. La Cuméenne tenant un bol (une boule)  annonce la Virginité (ou Venue d'un enfant).  Naissance dans une crèche

  • 5. La Samienne tenant un berceau  annonce la  Nativité  et l'Annonce aux Bergers.

  • 6. La Cimmérienne tenant une corne (biberon) annonce l' allaitement de l'Enfant  par la Vierge 

  • 7. L'Européenne tenant une épée annonce la Fuite en Égypte pour fuir le Massacre des saints Innocents.

— Passion et Christologie :

  • 8. La Tiburtine tenant une main  annonce les gifles infligées à Jésus lors de sa Passion.

  • 9. L'Agrippine  avec son fouet annonce la Flagellation.

  • 10. La Delphique tenant une couronne :annonce le Couronnement d'épines de la Passion. Incarnation.

  • 11. L'Hellespontine tenant une croix  annonce la Crucifixion. Incarnation et Passion

  • 12. La Phrygique tenant un étendard crucifère annonce la Résurrection

.

.

En Finistère, elles sont présentes toutes les douze au complet dans la seconde moitié du XVIe siècle à Brennilis, à Saint-Herbot en Plounevez-du-Faou, et à Lampaul-Guimiliau. Elles se limitent à sept sur le buffet d'orgues de Roscoff (1606), à six sur la charpente de la chapelle du château de Kerjean (vers 1570-1580) et à cinq sur la charpente de l'église de Pleyben (1571-1580), à quatre ou cinq sur la chaire de Guimiliau, à quatre dans la chapelle de Coatnan en Irvillac,  à trois sur le retable de la Vierge de la chapelle Notre-Dame de Berven de Plouzévédé (1576-1580), à trois dans le chœur de Guimiliau, à trois (selon Castel) en la chapelle de Locmaria-Lann de Plabennec, à trois encore sur les stalles (1883) de Rumengol au Faou. Elles sont trois (Sibylle Hellespontique, de Tibur et Delphique) sur un retable du XVIe s. de la chapelle du château de Keruzoret à Plouvorn.

.

.

 

Les Sibylles de  la chapelle Locmaria-Lann.

.

Je n'en ai trouvé aucune description spécifique de ces Sibylles. Yves-Pascal Castel en compte trois, la Cimmérienne — tenant un biberon—, la Samienne — tenant le berceau de la Nativité —, et la Libyque — tenant un flambeau annonçant  la venue du Christ—. Mais ce sont là celles qui peuvent être identifiées facilement par leur attribut, et le visiteur découvre, sur les deux murs de la nef et contre un pilier,  dix statues de ces prophétesses, accompagnées de sainte Véronique portant le voile, et de saint Jacques, toutes du même style et du même matériau, le bois. Donc au total douze statues.

Elles occupaient les niches latérales du porche sud, où Henri Pérennès les a observées en 1938, mais les décrit comme des "saintes", et notamment sainte Véronique. Je suppose que ces niches avaient été prévues initialement pour recevoir, comme partout ailleurs, les statues des apôtres, et qu'elles étaient restées vides, incitant la fabrique à y placer longtemps après la construction du porche, ces statues féminines.

.

 

 

 

 

 

 

.

— Sur les Sibylles hors Finistère, voir dans ce blog :

.


 

.

— Sur les Sibylles du Finistère, voir :

.

.

.

1.La Sibylle Cimmérienne tenant un biberon en forme de corne.. 

.

Elle annonce l'allaitement de Jésus lors de la Nativité.

Elle porte un voile, ses épaules sont recouvertes d'une collerette au dessus d'un manteau s'arrêtant au coude mas s'évasant est achevées par un gland.  Il s'ouvre sous la taille en deux pans creusées de rigoles ou de plumes. La robe tombe en plusieurs niveaux. Ce costume complexe vise à montrer l'origine antique et exotique de cette femme d'Asie Mineure, et ses caractéristiques correspondent à l'iconographie développée depuis la fin du XVe siècle en France.

.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

2.La Sibylle de Lybie tenant un livre ouvert et un cierge.

.

 la Sibylle de Libye annonce la venue du Christ. Elle porte une torche ou un cierge , symbole de la lumière qui vient en ce monde repousser les ténèbres.

Ecce ueniet Deus et illuminabit condensa tenebrarum et soluentur nexus Synagogeet desinent labia hominum et uidebunt regem 

.

Là encore, le costume vient marquer l'ancienneté et surtout l'exotisme de ces figures féminines, païennes et pré-chrétiennes, tout en reprenant les marques qui servent à faire reconnaître un prophète vétéro-testamentaire et hébraïque : ici, c'est le turban qui joue ce rôle.

La fleur se retrouve fréquemment dans l'iconographie des Sibylles, comme symbole de féminité ou de virginité.

Le chapelet à gros grains, accroché à la ceinture et s'achevant par un fleuron, est intermédiaire entre le monde antique et le monde contemporain.

.

 

 

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

3.La Sibylle Saméenne tenant un berceau.

.

Elle est coiffée du turban ; elle tient le berceau au piètement arrondi permettant le balancement.

.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

4.La Sibylle tenant un livre ouvert et un fouet : l'Agrippine ?

.

Un pilier de la nef comporte un très bel ange porteur d'écu, qui sert de culot à une nouvelle sibylle. Elle semble tenir outre le livre ouvert, un cierge, mais je propose d'y voir le manche d'un fouet, dont est conservée la partie proximale torsadée. Ce serait alors l'Agrippine annonçant la Flagellation.

.

 

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

5.Une Sibylle tenant un attribut perdu.

.

Là encore, la tunique courte bouffant au dessus de la ceinture est remarquable par ses glands de passementerie suspendus à la bordure, pour donner une touche orientale à cette femme.

Si l'attribut était la lanterne, nous aurions ici la Persique.

 

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

6. La Sibylle tenant un cierge.

.

Plusieurs de ces femmes tiennent comme attribut identique un cierge (comme la Libyque), ce qui est troublant.

.

 

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

7.Une Sibylle tenant un livre ouvert et un cierge.

.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

 

8.Une Sibylle tenant un livre ouvert et un cierge.

.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

9.Une Sibylle levant la main droite et tenant un coffre.

.

 

La Main, paume de face pourrait évoquer la Tiburtine, qui tient dans sa main, et de façon distincte, la main du bourreau giflant le Christ lors de la Passion.

.

Mais il faut admettre que ces identifications ne sont guère satisfaisantes, et que, globalement, ces Sibylles de Locmaria-Lann, assez tardives, sont maladroites et s'écartent des belles séries du XVe et XVIe siècles.

.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

10. Une Sibylle tenant un attribut indistinct.

.

Elle tient dans la main droite un objet fusiforme évoquant une petite ampoule ou bouteille, qui est peut-être le manche d'un objet brisé. Il pourrait s'agir de la Cuméenne, tenant un bol (une boule) qui  annonce la Virginité (le vase utérin qui reste scellé tout en donnant naissance à l'Enfant) .

.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Une Sibylle. Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

Sainte Véronique.

.

Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

.

.

Saint Jacques.

.

Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

Statue en bois du XVIIe siècle de l'intérieur de la chapelle de Locmaria-Lann. Photographie lavieb-aile.

 

.

SOURCES ET LIENS.

.
 

BINET (Claude) Les oracles des douze sibylles, extraicts d'un livre antique / mis en vers latins par Jean Dorat,... ; et en vers françois par Claude Binet...(Paris) 1586 BNF  RES-YB-60

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k318268r/f25.item.zoom#

https://books.openedition.org/pur/30371

 

CASTEL (Yves-Pascal), Les 70 sibylles du Finistère.

http://patrimoine.du-finistere.org/art2/ypc_sibylles.html

 

—COUFFON (René), 1988, Nouveau répertoire ...

http://backup.diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/929d131ccf0e85c0f4d63b4794d6d5e9.pdf

Mobilier : Maître-autel en kersanton, de 3,5 m. de longueur (C.). Le devant est orné de panneaux finement sculptés et d'une frise de feuillages découpés et évidés. Un ange tient une banderole portant l'inscription en caractères gothiques : "YVES. AN. DU. LAN. MIL. CINCQ. CENTS. XII." Retable en bois sculpté avec deux tabernacles superposés ; inscription : "Y. LE GVEN. R. DE. LAN. 1682." Statues anciennes : Crucifix, Vierge Mère dite Notre Dame de Locmaria, XVIIè siècle, saint Joseph, sainte Anne seule, et celles en bois autrefois dans le porche. Deux bénitiers en pierre ; l'un d'eux porte l'inscription : ".P G. 1604" - Bénitier portatif de bronze : "NOSTRE DAME DE LANDE DE LOCMARIA."

—DANIEL (Tanguy), Chapelle de Locmaria-Lann

https://www.sauvegardeartfrancais.fr/projets/plabennec-chapelle-de-locmaria-lann/

 Les récents travaux de consolidation et de restauration ont permis de redonner tout son éclat à l’architecture de la tour-clocher (en particulier en complétant la balustrade de la galerie, qui était à moitié détruite), au pied de laquelle s’ouvre l’ancienne entrée principale avec ses douze niches qui, semble-t-il, ont abrité jadis les statues des sibylles –et non des apôtres – aujourd’hui présentées à l’intérieur de l’édifice.

La statuaire n’est pas moins surprenante : si les personnages de la Vierge debout sur un croissant de lune et foulant aux pieds le serpent (XVIIe s.), de saint Joseph (XIXe s. ?) et de sainte Anne (XVIe s. ?) sont des représentations traditionnelles, celles de douze femmes dont les statues en chêne foncé (XVIe s.) ornent les murs de la chapelle le sont beaucoup moins, sans être exceptionnelles dans les églises et chapelles du Finistère ; l’une d’elles est facilement reconnaissable : sainte Véronique portant le voile de la Sainte Face, les autres étant des Sibylles, chacune portant un symbole permettant de les identifier.

 

 

DIDRON, « Les stalles allemandes », Annales archéologiques 1849 [cathédrale d'Ulm]

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k203418t/f136.item


 

HEURES DE LOUIS DE LAVAL, (Horae  ad usum romanum, dites -), folio 17v

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52501620s/f42.item

LECOCQ (Françoise)  2002, La Sibylle Europa, ou la Renaissance d’un symbolisme chrétien médiéval, 26 pages, in D’Europe à l’Europe, III. La dimension politique et religieuse du mythe d’Europe de l‘Antiquité à nos jours Article paru dans les Actes du Colloque D’Europe à l’Europe, III. La dimension politique et religieuse du mythe d’Europe de l‘Antiquité à nos jours (ENS-Ulm, Paris, 29-30.11.2001)Textes réunis par Odile Wattel – De Croizant Centre de Recherches A. Piganiol, Collection Caesarodunum , numéro hors-série et Christian de Bartillat éd., Tours, 2002, p155-187

https://www.academia.edu/46652839/LECOCQ_La_Sibylle_Europa_ou_la_Renaissance_d_un_symbolisme_chr%C3%A9tien_m%C3%A9di%C3%A9val

 

 

MÂLE  (Emile), 1908 L'art religieux de la fin du Moyen Age en France, ed. Colin p. 267-279.

https://archive.org/details/lartreligieuxdel00mleem/page/266/mode/2up


 

Meneau d'Anterroches (Cécile), 2020 « Georges 1er d'Amboise humaniste : les stalles du château de Gaillon, dialogue des sibylles et des vertus », Thèse, Rouen

https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-03151037/

PERENNES, Henri, "Notices sur les paroisses : Plabennec" in Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie, Vol. 37, du 1938 (1938), p.167-179, 193-213.

https://bibliotheque.diocese-quimper.fr/files/original/3c650c05ef86fe15d59ddb6b528d5f93.pdf

"Sous le porche voûté de la tour, dont l'arcade, de forme gothique, est coupée de claveaux, on voit les statues, non des douze apôtres, mais de douze saintes, pour rappeler sans doute que le sanctuaire est dédié à la plus célèbre et la plus sainte d'entre elles. Ces statues de bois, jadis peintes et dorées, ont le costume de la fin du xvi* siècle, On y reconnaît là Véronique, tenant le voile de la Sainte Face ; une autre Sainte a pour attribut une corde, une troisième un berceau ou un lit ; deux ou trois tiennent un livre ouvert."

 

SALET ( Francis). "Les sibylles du tombeau de Philibert le Beau à Brou." In: Bulletin Monumental, tome 109, n°1, année 1951. pp. 89-90;

https://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1951_num_109_1_8729_t1_00

SIMON VOSTRE 1510. Ces presentes Heures a lusaige Dangiers au long sans riens requerir avec les miracles Nostre Dame et les figures de lapocalipse et des triumphes de Cesar Heures de Simon Vostre, 1510 Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE RE-25-4

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b100234554/f9.item.zoom#

.
 

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sibylles Sculpture Chapelles bretonnes.
24 octobre 2018 3 24 /10 /octobre /2018 15:49

L'arbre de Jessé aux Sibylles Samienne et Cimérienne de l'église de Gisors.  Haut-relief de 1583-1591 par Pierre du Fresnoy.

.

.

 

ARBRE DE JESSÉ 

En Bretagne:

.

Et en comparaison avec les œuvres bretonnes :

ARBRE DE JESSÉ, SCULPTURE.

Bas-relief :

.

 

LES SIBYLLES.

 

 

.— Sur les Sibylles, voir :

— Sur les Sibylles du Finistère, voir :

.

.

Croyant avoir achevé ma visite de l'église Saint-Gervais-Saint-Protais en admirant le Pilier des Tanneurs et le vitrail de la Vie de saint Claude, j'allais me diriger vers la sortie lorsque je remarquais dans un recoin un escalier hélicoïdal Renaissance  qui me rappela celui du château de Blois. Lorsque je fus dans cette Chapelle du Rosaire, et que je me retournai, je découvris un Arbre de Jessé d'une taille spectaculaire. Et, surprise ! , la sibylle de Samos tenant son berceau.

.

 

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

 

RAPPEL.

.

Le thème iconographique de l'Arbre de Jessé est une représentation visuelle de la généalogie du Christ soulignant que se réalise par sa naissance ce que les prophètes de l'Ancien Testament avaient annoncé. Ainsi, dans les manuscrits et les vitraux du XIIe siècle, tout ou partie des 12 rois de Juda et des 12 prophètes, tenant le verset concerné, sont placés en vis à vis, sur un arbre reliant l'ancêtre Jessé, père du roi David, au Christ.

Secondairement, au début du XVe siècle, dans le cadre d'une focalisation sur la conception immaculée de la Vierge, survint une "mutation iconographique de l'Arbre de Jessé (S. Lepape) où c'est Marie tenant son Fils qui devient  le point culminant, la cime de l'Arbre, alors que la prophétie majeure sera moins  le verset d'Isaïe 11:1 Et egredietur virga de radice iesse, "Puis un rameau sortira du tronc de Jessé, et un rejeton naîtra de ses racines" que celui qui annonce qu'une vierge donnera naissance à un rédempteur, Isaïe 7:14 Ecce virgo concipiet, et pariet filium, et vocabitur nomen ejus Emmanuel: « Une Vierge concevra et enfantera un fils, et il sera appelé Emmanuel.

.

Les Sibylles.

 

Au milieu du XVe siècle qu'en Italie autour de Cosme de Médicis et de son Académie de Florence se développa la pensée néoplatonicienne et la tentative par Marcile Ficin d'une synthèse du Christianisme et du Platonisme dans son Traité de la religion chrétienne (De Christiana religione), paru en 1474.  Marsile Ficin invoque alors l’autorité des sibylles et élève Platon au rang des prophètes.

En 1481, un dominicain nommé Filippo Barbieri fit paraître un livre (Discordantiae nonnullae inter sanctum Hieronymum et Augustinum)  rapprochant chaque oracle des Sibylles d'un verset d'un Prophète hébreu. Il fixa à chaque sibylle un âge, un attribut et un costume propre.  Mais il fait passer le nombre des Sibylles à douze de sorte que leur nombre  corresponde au nombre de prophètes mineurs .

Dès avant 1489, on trouve les 12 Sibylles "françaises" dans un livre d'Heures, celui de Louis de Laval Bnf latin 920.

"On voit maintenant en quoi les Sibylles françaises diffèrent des Sibylles italiennes. Les Sibylles de Filippo Barbieri n'annoncent qu'une chose : l'avènement d'un Sauveur qui doit naître miraculeusement d'une Vierge. Les Sibylles françaises en savent davantage : elles ne parlent pas seulement de la naissance surnaturelle du Fils de Dieu, elles parlent encore de son enfance, de ses souffrances, de sa mort, de sa résurrection" (Émile Mâle)

 Elles sont désignées par leur lieu d’origine :  la Cimmérienne est née au bord de la Mer Noire (Crimée ?), la Persique en Perse et la Phrygienne en Anatolie. La Samienne est née sur  l'île de Samos, l'Erythréenne, de la cité disparue d'Erythrées, sur la côte Ionienne en face de Chio. L'Hellespont est une ancienne province romaine d'Asie Mineure. D'Afrique venaient la Libyenne et l'Agrippa, une déformation probable d'Aegypta, selon Emile Mâle. Quant aux Sibylles d'Europe, la Delphique est la Pythie de Delphes en Grèce, la Cuméenne et la Tiburtine, viennent respectivement de Cumes près de Naples et de Tivoli près de Rome, en Italie ; et  Europa était une province romaine en Thrace. 

 

Le Livre d'Heures de Louis de Laval (<1489).

 Chaque enluminure des Sibylles y est accompagnée de descriptions (latines) et d'une page d'enluminure typologique avec trois références à l'Ancien et au Nouveau Testament. Enfin, dans une double page (folio 50v et 51r), Louis de Laval y est peint agenouillé devant la Vierge à l'Enfant et l'inscription répétée deux fois sancta et immaculata virginitas, témoignant de l'importance du culte marial et de la thèse immaculiste pour Louis de Laval.

Le folio 21v montre la sibylle de Samos tenant un berceau tandis qu'une inscription latine indique : "Elle a prophétisé qu'une Vierge placera un enfant dans un berceau". avant de citer sa prophétie :  "Voici que viendra le jour où naîtra  un enfant d'un pauvre et toutes les  bêtes de la terre l'adoreront et elles diront "louez-le au plus haut des Cieux".

.

Heures de Louis de Laval f.21v, numérisation BNF Gallica

 

.

Au folio 22v, la sibylle Cimmérienne tient une corne faisant office de biberon pour annoncer que la Vierge allaitera son Fils. Ce folio fait face au folio 23r ou Marie est peinte donnant le sein à Jésus dans la crèche. L'inscription indique  Albumazar astrologus Vaticinatur commodo Virgo lactat puerum "selon l'astrologue Albumazar, elle prophétisa comment la vierge allaitera un fils".

.

Sibylle Cimmérienne, Heures de Louis de Laval folio 22v, numérisation BNF Gallica

.

.
 

 

Les Sibylles au XVIe siècle.

 

En 1522-1525, Engrand Le Prince réalisa pour l'église de Beauvais un magnifique vitrail de l'Arbre de Jessé. Il ne comporte pas de Sibylles, mais les liens entre Beauvais et Gisors étant étroits, et Pierre de Fresnoy étant beauvaisien, l'information doit être notée.

En 1538-1539, Jean et Nicolas Le Prince réalisèrent le vitrail de la galerie des Sibylles de la rose nord de la cathédrale de Beauvais.

 

 Vers  1555, un vitrail fut peint pour la collégiale de Notre-Dame d'Étampes, représentant un arbre de Jessé dans lequel les 12 rois de Juda sont remplacés par les 12 Sibylles tenant le phylactère de leur vaticination.

— En 1560, Roland de Lassus met en musique pour la chapelle de cour du duc Albert V à Munich les Prophetiae Sibyllarum. Le peintre miniaturiste Hans Mielich illustre la partition du Livre de chœur du duc. La sibylle de Samos tient son berceau avec le texte  quem virgo sinu inviolata fovebit., tandis que la Cimmérienne tient sa corne-biberon avec les paroles du motet  regem sacra virgo cibabit Lacte suo .

 

En 1584, Romain Buron réalise pour l'église de Gisors un vitrail des Sibylles et des Prophètes. Il ne reste aujourd'hui de cette baie 30  les prophètes Isaïe et Zacharie et les sibylles samienne et cimmérienne. ( Vitraux Haute Normandie page 172).

— L'année suivante, en 1585, débute la réalisation de l'Arbre de Jessé présenté dans cet article. 

.

.

 

PRÉSENTATION.

Cet Arbre culmine avec la date de 1593, mais le cartel qui l'accompagne indique qu'il fut réalisé entre 1585 et 1591 par le sculpteur de Beauvais Pierre du Fresnoy, sur un dessin de Louis Poisson, de Gisors.

 

-L'information sur le sculpteur et l'auteur du dessin a été publiée par M. de Laborde dans les Comptes qu'il a publié de l'église de Gisors. Louis Poisson, décédé en 1613,  devient peintre du roi Henri IV, qui lui confie plusieurs travaux au château de Fontainebleau. Il réalise ainsi les décors de la galerie des Cerfs entre 1601 et 1608, et ceux de la galerie des Chevreuils (détruite), entre 1601 et 1609.  Son nom est cité plusieurs fois dans les comptes de fabrique de l'église de Gisors.

 

Gédéon Dubreuil indique en 1857 que la sculpture était jadis recouverte d'un épais badigeon sous lequel s'entrevoyait l'or de la peinture d'origine

Dans cette œuvre, les deux prophètes qui encadrent habituellement  Jessé allongé sont remplacées par deux Sibylles. La Sibylle de Samos est à gauche, facilement identifiée par son berceau, tandis que la Cimmériennene tient pas le biberon, mais une corne d'abondance, par une dérive du motif iconographique mal interprété.

De nombreux auteurs mentionnent cette sculpture, mais sans signaler la présence des Sibylles, ou en mentionnant "deux femmes". C'est notamment le cas de Guilaine Benoit Ecolan en 2005 dans La sculpture de la Renaissance dans le Vexin, Ecole du Louvre, page 132 ou d'Etienne Hamon dans Un chantier flamboyant  et son rayonnement, Gisors, page 169. Cet auteur donne le nom du sculpteur Jean Vivien de Gisors comme co-auteur de l'Arbre de Jessé de Gisors.

En 1953, Jean Fournée signale que "De part et d'autre les sibylles remplacent les prophètes habituels", et  H. Zanettaci, en 1954, dans Les ateliers Picards de sculptures à la fin du Moyen-Âge, les identifient avec leurs attributs. Celui-ci écrit : "

"En septembre 1588, la sculpture est achevée puisque le peintre Louis Poisson est chargé de la polychromer. Ce n'est cependant qu'en 1593 que  pour des raisons inconnues, la dernière main put être donnée à l'œuvre : la date figure sur un cartouche au sommet de la composition. Celle-ci occupe, au-dessus de l'ancien autel, tout un pan d'une très haute chapelle logée au rez-de-chaussée du clocher sud."

.

 

La  description la plus complète se lit  dans l'Histoire de Gisors de Victor Patte : l'auteur rend compte des vers de mirliton composé en 1629 par  Antoine Dorival .

https://archive.org/details/HistoireDeGisors/page/n291

.

"Au-dessus, un arbre de Jessé gigantesque, sculpté en ronde bosse, à pleine pierre, étale ses naïves sculptures :

« un arbre d’or dont les fruits sont des rois

Que de chaque côté l’on compte deux fois trois. « 

Les plus rapprochés de la Vierge, qui occupe le sommet, lui présentent le sceptre. A droite, David chantant sur la harpe les louanges de sa petite-fille ; à gauche, Moïse portant les Tables de la Loi, et, de chaque côté, deux sibylles

" Tenant l’une un berceau, l’autre un cor d’abondance,

Promettent du sauveur la future naissance. »

Dans le fronton, le Père Eternel portant le globe du monde, et entouré d’anges soutenant le Livre de la vie :

« Au-dessus de cest arbre, un vieillard, Dieu le père,

Tient une grosse boule, et d’un œil tout sévère

Donne de la trémeur au simple spectateur

Qui de sa majesté contemple la hauteur.

Les anges à ses pieds soutiennent à l’envie,

Sous un arc mi-voûté, le livre de la vie.

Où mille chérubins, dans les nues cachez.

Semblent être avec, ordre et compas attachez

Sous une grande arcade, au-dessus de laquelle

Du grand comte Saint-Paul que François on appelle,

Les armes, les drapeaux, gloire de ses valeurs,

Peintes parfaitement de naïves couleurs,

Tesmoignent que ce prince à l’Esglise fidèle

Avait fait commencer une pièce si belle. »

Cette grande sculpture fut exécutée, de 1585 à 1591, par un imagier de Beauvais, Pierre du Fresnoy, sur les dessins du peintre gisorsien Louis Poisson (M. De Laborde, ouv. cité 1585-91). Sous le badigeon dont on l’a recouverte, elle laisse encore voir, ç'a et là, des applications d’or et de peinture. Nul doute qu’en nettoyant le dessus de l’arcade qui la renferme, on y retrouverait aussi les armes du comte de Saint- Paul, dont parle Dorival.

Pour les fenêtres à plein cintre, surmontées d’un œil-de-bœuf, qui éclairent celte chapelle du côté de l’extérieur, Romain Buron avait peint, en 1583, puis réparé, cinq ans plus lard, des vitraux représentant deux prophètes et deux sibylles déroulant chacune un parchemin, sur l’un desquels on lisait : « ….une Vierge, oh merveille. Un fils enfantera ... » et sur l’autre : « Resjovs-toi, Sion, voici, doux et humain, Ton roy humble, monté sur l 'âne et son poulain ». motifs évidemment empruntés au bas-relief dont nous avons parlé. On y voyait aussi, à côté des armoiries de France et de Normandie, celles de la ville de Gisors :

« Sur ces cintres vitrez, trois riches escussons.

De France et Normandie, et de Gisors blasons,

Rendent ce lieu sacré d’autant plus vénérable,

Grave et majestueux"

Ces peintures ont disparu, ainsi que tant d’autres, et sont aujourd’hui remplacées par du verre blanc."

.

.

 

 

 

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

 

Cartel de L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

Cartel de L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

.

LE REGISTRE INFÉRIEUR. JESSÉ ENTOURÉ DES SIBYLLES SAMIENNE ET CIMÉRIENNE.

.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

 

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

Jessé est allongé sur son coté droit, la tête soutenue par la main droite, le buste rehaussé par un dossier. Il est coiffé d'un bonnet Juif, conique, et sa barbe longue et bifide souligne aussi, selon les codes des artistes du XVIe siècle, son appartenance au peuple hébreu. Ses yeux sont mi-clos. L'arbre de sa descendance prend racine exactement au centre de son bassin, puis élève son tronc partiellement écoté avant de donner deux premières branches et des feuilles rappelant celles du figuier.

.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

 

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

La sibylle Samienne est à sa droite. Elle est vêtue d'une  robe serrée à la taille par une ceinture, aux amples manches au dessus du coude ; le plissé de cette robe est retenu par des rubans aux épaules et devant les cuisses.

Elle tient ce type de berceau à barreaux en bois tournés et au piétement à bascule qui est le sien sur toutes les représentations.

Son allure générale est dynamique, son visage est plein de détermination, sa fière coiffure est retenue sur le front par un diadème.

.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

 

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

La sibylle Cimmérienne est à la gauche du patriarche.

Elle tient une vaste corne d'abondance remplie de fruits, comme si l'artiste voulait souligner l'énormité de son contre-sens en interprétant ainsi la corne-biberon des modèles initiaux.

.

 

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

 

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

Deux rois de Juda occupent les naissances des premières branches. L'ordre généalogique, qui placerait ici David et Salomon, n'a pas été respecté, peut-être pour que ces derniers soient plus proches de Marie, "de la Maison de David" par ses parents Anne et Joachim.

L'un des rois porte un sceptre et une couronne, l'autre est coiffé d'un bonnet oriental. Tous les deux ont cette barbe fournie, bouclée, en désordre, bifide qui est celle des Juifs de l'Ancien Testament dans les images de l'époque. Et tous les deux ont un geste, plus ou moins franc, pour désigner le sommet de l'Arbre, par lequel se réalisent, "s'accomplissent" les Écritures.

.

 

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

À leur droite, deux autres rois. L'un d'eux tient un bloc rectangulaire qui a fait dire qu'il s'agissait de Moïse tenant les tables de la Loi. Ce serait alors un nouveau contre-sens. Mais nous pouvons aussi penser qu'il s'agit d'un prophète tenant un phylactère ou un livre stylisé, car  le cube de pierre n'a pas la forme des Tables de la Loi.

Dès lors, il ne faudrait considérer comme roi que les seuls personnages couronnés et/ou tenant un sceptre : j'en compte neuf. Et donc trois prophètes.

Cette  interprétation  ne me convainc pas.  

.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

 

.

À leur gauche, deux autres "rois". Le premier tient un bloc rectangulaire, et ne porte pas d'attribut royal, ce qui repose le problème précédent d'un Moïse potentiel. Peu crédible.

.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

.

LE REGISTRE INTERMÉDIAIRE.

.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

Au centre, David est identifié sans ambiguïté. Son voisin qui tient le sceptre mais est coiffé d'un bonnet-turban, est très vraisemblablement son fils Salomon.

.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

Le roi David et sa harpe.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

Le roi Salomon.

.

 

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

D'autres rois.

.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

 

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

 

.

.

La Vierge à l'Enfant.

Je rappelle qu'il s'agit d'un ré-emploi. Elle est placée dans une mandorle de rayons, ce qui la désigne comme la femme de l'Apocalypse, dans le mouvement de défense de l'Immaculée Conception.

.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

.

Le tympan .

.

Dieu le Père en gloire, la colombe de l'Esprit-Saint, et le Livre des Écritures présenté par des angelots. Date de 1593.

.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

 

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

 

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

 

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

L'Arbre de Jessé aux Sibylles, 1593, P. Le Fresnoy. église de Gisors. Photographie lavieb-aile 26 août 2018.

.

.

.

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Arbre de Jessé Sibylles
12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 19:11

La chapelle Notre-Dame-de-Berven en Plouzévédé.  II. Les trois Sibylles des volets  du retable de l'Arbre de Jessé (vers 1576-1580).

 

.

— Sur ce retable, voir :

 

Sur les Sibylles, voir :

— Sur les Sibylles du Finistère, voir :

 

.

 

Le retable de l'Arbre de Jessé de la chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Le retable de l'Arbre de Jessé de la chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Les volets du retable de Notre-Dame-de-Berven s'ajustent, lorsqu'ils se referment, sur le coffre polygonal car ils sont constitués de trois éléments : aux deux volets symétriques droit et gauche est associé un volet plus étroit, articulé avec le volet gauche, et qui se rabat sur la partie la plus centrale du retable.

Les deux volets latéraux sont consacrés à six scènes de la vie de Marie et de l'Enfance du Christ, alors que le volet étroit montre trois des douze Sibylles, prophétesses mythiques de l'Antiquité païenne associées depuis la deuxième moitié du XVe siècle à douze scènes de la vie et de la Passion du Christ.

Si les Vies de Marie et de son Fils sont mis en image depuis le début de la Chrétienté, ce sont ces trois Sibylles, celle d'Erythrée associée à l'Annonciation, de Samos à la Visitation, et la Cimmérienne associée à la Nativité, qui font l'originalité de ces volets, en reprenant un thème qui n'est traité en Finistère que dans douze églises ou chapelles, soit de façon complète — on trouve les douze prophétesses à Brennilis, à Lampaul-Guimiliau et à Saint-Herbot —, soit dans une série partielle en neuf localités, ici à Notre-Dame-de-Berven   mais aussi à Kerjean (Saint-Vougay) et à Pleyben par le même atelier, à Roscoff, à Guimiliau, à Irvillac, La Martyre, Plabennec ,  ou au XIXe siècle à Rumengol. Soit au total 76 Sibylles toutes sculptées dans le bois, et en grande majorité entre la seconde moitié du XVIe siècle et la seconde moitié du XVIIe. Toutes, sauf celles de Kerjean, ont été recensées par l'abbé Castel en 2006. 

Chaque œuvre est différente, soit par le mobilier qui est sculpté (retable, autel, tribune d'orgue, abouts de poinçon, poutre de Gloire, tour de chœur, chaire à prêcher, stalles), soit par la technique (où prédomine le bas-relief), soit par les particularités voire les aberrations par rapport au thème iconographique établi. 

.

À Notre-Dame-de-Berven, je peux souligner trois spécificités.

1°) Nous trouvons ici le seul exemple incontestable de l'association étroite entre les Sibylles, et la scène chrétienne qu'elle sont censées avoir annoncée.  Ailleurs, elles peuvent entourer l'Annonciation et la Passion (Lampaul-Guimiliau) mais sans ce couplage Sibylle/scène chrétienne, ou être placées dans le chœur de Guimilau à coté de panneaux de la Nativité, des Bergers ou des Mages mais là encore sans couplage géminé, ou avoir été regroupées ultérieurement (à Brennilis) nous laissant dans l'ignorance de la disposition primitive, mais le plus souvent elles sont clairement groupées en séquences sans rapport avec l'événement qu'indique leur attribut, et que le spectateur est censé connaître.

2°) C'est aussi  le seul exemple finistérien (ou breton) d'une association avec le thème de l'Arbre de Jessé, dont je rappelle qu'il occupe le coffre du retable. Pourtant, les deux thèmes relèvent de la même démarche typologique, de la même volonté de démontrer que ce qui fonde la foi chrétienne vient accomplir ce qui était écrit et prophétisé dans les temps anciens. Soit dans la Bible par les Prophètes — les prophéties d'Isaïe Is.11:1 et Is.7:14 sont le fondement du thème de l'Arbre de Jessé — , soit dans le monde païen de l'Antiquité gréco-latine par les Sibylles. Et, dans les deux cas, cette démonstration participe à authentifier la virginité de Marie (et son Immaculée Conception par voie dérivée).

Ce parallèle entre les 12 Sibylles, les 12 Prophètes et les 12 Rois de Juda a des précédents :

la Sibylle de Cumes figure sur l'Arbre de Jessé du psautier d'Ingeburge vers 1200 , et les Sibylles se disposent en arbre généalogique sur le vitrail de la Collégiale d' Étampes vers 1555 (cf. lien supra). L'arbre de Jessé de la cathédrale de Soissons (baie 100, réalisée vers 1212) comportait deux Sibylles à coté des Prophètes Isaïe, Daniel, Michée, Ézéchiel, Jérémie et Osias. Dans  l'arbre de Jessé du folio 11 du ms 340 de la Bibliothèque de Douai, 12e siècle : De Laudibus sanctae Crucis, une sibylle (inscription SIBILLA dans le phylactère) figure parmi les 8 personnages latéraux avec 7 prophètes.
 

3°) L'association entre la Sibylle de Samos tenant un berceau et la Visitation est unique. Partout ailleurs, elle est associée, bien-sûr, à la crèche de la Nativité. De même l'association entre la Sibylle Cimmérienne et la Nativité s'écarte de la tradition iconographique, qui relie cette Sibylle à une représentation de la Vierge allaitante. Manifestement, l'artiste n'a pas eu accès aux sources de cette tradition, mais à des informations ou modèles fragmentaires. 

.

L'Atelier de Kerjean et celui du "Maître de Pleyben".

a)  Selon Couffon, La chapelle Notre-Dame-de-Berven  "fut construit par l'atelier de Kerjean à la suite d'une délibération des paroissiens de Plouzévédé du 21 juin 1573".  Mais c'est ce prolixe et parfois trop rapide auteur qui est lui-même le créateur de la définition ou de l'appellation d' "atelier de Kerjean" dans un article de 1948. Il désigne ainsi l'équipe venue bâtir et décorer le château de Kerjean en Saint-Vougay entre 1560 et 1580, introduisant dans l'architecture bretonne du Léon le répertoire décoratif de la seconde Renaissance française, inspiré de Serlio, Philibert Delorme, Androuet du Cerceau : frontons, volutes, lanternons, cariatides gainées, niches à coquilles, colonnes cannelées et baguées comme celles conçues par Delorme pour le château des Tuileries, celui d'Anet, ou de Villers-Cotterets. Dans le Haut-Léon, les paroisses riches témoignent de leur grande prospérité économique en construisant ou en reconstruisant leurs églises selon les critères à la mode. Ce vocabulaire décoratif de la Renaissance  eut une influence considérable sur l'art des enclos paroissiaux et on le reconnaît dans le porche de Saint-Hervé  de Lanhouarneau (1582-1584), à Bodilis (1585), à Berven (1573) ou à Landerneau (1604).  L’architecture civile  n’est pas en reste et on reconnaît ce style aux châteaux de Maillé et Kergournadec’h  construits vraisemblablement à la même époque, entre 1560 et 1580 et où s'expriment comme à Kerjean la diversité des partis pris architecturaux et la similitude des motifs décoratifs propres à cette période particulièrement féconde.

Sur ce retable, c'est surtout l'influence flamande ou allemande qui a été reconnue, mais  on note pourtant la présence des cartouches de cuir découpés et rubans, des putti, des colonnes cannelées propre à cet atelier.

b) Dans la même période de 1560-1580, la charpente de la chapelle du château de Kerjean a été ornée par les sculptures sur bois d'un artiste anonyme qui est aussi l'auteur des sculptures de la charpente des églises de Pleyben, de Sainte-Marie-du-Ménez-Hom et de Saint-Divy, voire de Roscoff. Sophie Duhem a donné à ce sculpteur le nom de "Maître de Pleyben" et en a défini les spécificités stylistiques. Celles-ci ne sont pas notables sur le retable de Berven, mais on ne peut s'empêcher de noter que le  motif des Sibylles est présent dans les œuvres de ce Maître à Kerjean et à Pleyben. Or, Notre-Dame-de-Berven est séparé de seulement 5 kilomètres du château de Kerjean.

Nota bene : je ne suis pas convaincu par contre par les auteurs qui mentionnent la présence de Sibylles sur les panneaux du jubé (1720) de la chapelle de Berven.

 

 

.

Volets gauches du retable de l'Arbre de Jessé de la chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Volets gauches du retable de l'Arbre de Jessé de la chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

1. La Sibylle d'Erythrée avec sa fleur, associée à l'Annonciation.

.

La Sibylle d'Erythrée est associée à son attribut, la fleur, et à l'Annonciation (où Gabriel tend un lys à Marie) depuis les gravures sur bois imprimées vers 1461 (exemplaire unique au monastère de Saint-Gall) et depuis les enluminures des Heures de Louis de Laval ou de sa copie réalisée à Tours vers 1490-1500

.

 

 La Sibylle d'Erythrée avec sa fleur, associée à l'Annonciation, volets gauches du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580,   chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

La Sibylle d'Erythrée avec sa fleur, associée à l'Annonciation, volets gauches du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580, chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

La Sibylle d'Erythrée.

.

Elle apparait tenant sa rose dans une vignette gravée dans les marges des Heures de Simon Vostre de 1513 avec l'inscription suivante :

Sibile eriche anonca

En laage de xv ans comment

Lange gabriel prononça

De la vierge lenfentement.

.

 

.

.

 

La Sibylle d'Erythrée avec sa fleur, volets gauches du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580,   chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

La Sibylle d'Erythrée avec sa fleur, volets gauches du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580, chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

La Sibylle d'Erythrée avec sa fleur, volets gauches du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580,   chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

La Sibylle d'Erythrée avec sa fleur, volets gauches du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580, chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

L'Annonciation.

Dieu le Père dans les nuées, la colombe en transit du Paternel vers Marie, le lit et son ciel de lit, Gabriel au genou fléchi qui trace une bénédiction et présente un phylactère avec sa déclaration : AVE MARIA, le vase symbole de virginité non enfreinte et le lys blanc symbole de pureté, Marie absorbée par sa lecture pieuse, vêtue de bleu et feignant la surprise, tout le vocabulaire traditionnel est soigneusement cité par l'artiste .

.

 

L'Annonciation, La Sibylle d'Erythrée avec sa fleur, volets gauches du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580,   chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

L'Annonciation, La Sibylle d'Erythrée avec sa fleur, volets gauches du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580, chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

2. La Sibylle de Samos et son berceau associée à la Visitation.

.La Sibylle samienne est associée à son attribut, le berceau à bascule, mais contrairement à aux  enluminures des Heures de Louis de Laval  où ce berceau renvoie à la scène où Marie et Joseph entoure l'Enfant dans son berceau de paille, elle introduit à la scène de la Visitation : Marie, enceinte de Jésus, salue sa cousine Elisabeth, elle aussi enceinte par intervention divine, et celle-ci ressent pour la première fois son enfant (le futur Jean-Baptiste) "tressaillir d'allégresse en son sein" (Luc 1:39).

La présence de cette Sibylle à coté de la Visitation est-elle totalement une erreur de l'artiste ? Dans le Livre d'Heures de Charles VIII par Antoine Vérard (1494-1496), une Sibylle (sans attribut) figure avec un Prophète  dans la marge d'une page enluminée en haut d'une Annonciation, et en bas d'une Visitation. 

.

 

 La Sibylle de Samos et son berceau associée à la Visitation, volets gauches du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580,   chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

La Sibylle de Samos et son berceau associée à la Visitation, volets gauches du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580, chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

La Sibylle de Samos.

Les trois prophétesses portent une robe ceinturée très haut, juste sous la poitrine qu'elle met en évidence. Mais le voile couvrant la tête, la couleur gris-souris et le visage triste contredisent la réputation de grande élégance de ces dames.

.

La voici dans les heures de Simon Vostre de 1513 avec l'inscription : "Sibile Sanne proferoit en lange de XXIIII ans que la vierge crist poseroit sans appeler lieux triumphans". C'est la version abrégée des vers de l'édition 1508 de Ces presentes Heures a lusaige de Paris, , 1508, Simon Vostre :

Sibile sanne proferoit

En laage de xxiiii ans

Que la vierge christ poseroit

En la crèche aux beufs et gerroit

Sans apeter lieux triumphans.

.

.

 

 

 

 La Sibylle de Samos et son berceau, volet gauche du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580,   chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

La Sibylle de Samos et son berceau, volet gauche du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580, chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

 La Sibylle de Samos et son berceau, volet gauche du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580,   chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

La Sibylle de Samos et son berceau, volet gauche du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580, chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

La Visitation.

Marie est à droite, devant un ange. Elisabeth est agenouillée devant sa cousine et Zacharie, l'époux d'Elisabeth rendu muet pour avoir douté de la capacité de Dieu à lui donner un enfant,  lève le doigt pour dire qu'il est guéri et qu'il va entonner un cantique. Ce sera le fameux Benedictus Dominus Deus Israel ( Luc 1:68-79), qui sera chanté tous les matins aux Laudes de la liturgie des Heures. Zacharie porte la coiffure rituelle de la classe sacerdotale à laquelle il appartient.

On pourra encore remarquer les trois colonnes en marbre aux chapiteaux corinthiens, et s'interroger sur la valeur allégorique de la colonne centrale, comme substitut du Christ.

Et on ne laissera pas passer le petit chien blanc, qui fait souvent une apparition rapide ( sur les vitraux de la Passion, on le voit auprès de Pilate depuis Martin Schongauer) pour donner une touche intimiste et domestique au tableau.

.

.

La Visitation, volet gauche du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580,   chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

La Visitation, volet gauche du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580, chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

3. La Sibylle Cimmérienne avec sa corne à usage de biberon, associée à la Nativité.

.

 

 

La Sibylle Cimmérienne avec sa corne à usage de biberon, associée à la Nativité,  volets gauches du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580,   chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

La Sibylle Cimmérienne avec sa corne à usage de biberon, associée à la Nativité, volets gauches du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580, chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Non, la Sibylle Cimmérienne n'était pas sourde et n'a pas emprunté au professeur Tournesol son cornet acoustique, mais elle nous présente son attribut, le "cornet à allaiter", une corne de bovin percée et coiffée d'une tétine de cuir afin de servir de biberon.

Cet objet lui a été attribué vers 1460 pour signifier qu'elle a, dans ses vaticinations, eut le prescience fulgurante de la venue d'une Vierge qui allaiterait son enfant. Là encore, il faut consulter l'enluminure du Livre d'Heures de Louis de Laval  ou son homologue de 1490-1500 conservé à Munich pour voir sur une double page d'un coté la Sibylle au biberon, et de l'autre Marie donnant le sein à Jésus, avec des inscriptions détaillées sur le rapport entre les deux scènes.

Sur le bois gravé du monastère de Saint-Gall (la plus ancienne), le biberon ressemble à un entonnoir, mais on voit distinctement la tétine.

Parmi les livres imprimés, voici la gravure des Heures de Simon Vostre 1513 avec l'inscription

"Sibile Cyemeria

aagee de XVIII ans a dit

que la vierge alectera

son enfant sans nul contredit".

 :

.

.

 

La Sibylle Cimmérienne avec sa corne à usage de biberon,  volets gauches du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580,   chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

La Sibylle Cimmérienne avec sa corne à usage de biberon, volets gauches du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580, chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

 

La Sibylle Cimmérienne avec sa corne à usage de biberon,  volets gauches du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580,   chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

La Sibylle Cimmérienne avec sa corne à usage de biberon, volets gauches du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580, chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Ah mais voilà, arrivé au volet principal, l'artiste a sculpté une banale Nativité, et non une Vierge allaitant le petit Jésus sous le regard attendri de Joseph. Bien-sûr, on ne peut pas lui reprocher de ne pas avoir pris exemple sur les enluminures hors de prix dont j'ai donné le lien, et réalisées un siècle auparavant, et qui ne sortaient pas des coffres de leurs nobles  commanditaires. Peut-être ne disposait-il que de catalogues de sculpteurs, ou bien d'un Livre d'heure de Symon Vostre tel que celui-ci, de 1513, qui montre la Cimmérienne dans les marges du texte sans l'associer spécifiquement à la scène de l'allaitement du Fils de Dieu. C'est d'autant plus possible qu'on trouve dans ces Heures imprimées par Symon Vostre un Arbre de Jessé accompagné de la Sibylle de Tibur, et que sa gravure de la Visitation peut aussi avoir été prise en modèle. Tout comme sa Nativité avec le bœuf et l'âne à droite, et l'étable comme un bâtiment romain à arche à caissons , ou même comme les six plateaux des volets principaux.

.

La Nativité,  volets gauches du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580,   chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

La Nativité, volets gauches du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580, chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

LE VOLET DE DROITE.

Il est fait de trois panneaux de bas reliefs représentant de haut en bas l'Annonce aux Bergers, l'Adoration des Mages et la Présentation de Jésus au Temple.

.

Le volet de droite  du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580,   chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Le volet de droite du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580, chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

L'Annonce faite aux bergers.

Comparer avec les Heures de Symon Vostre de 1513 .

.

 

 L'Annonce faite aux bergers, volet de droite  du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580,   chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

L'Annonce faite aux bergers, volet de droite du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580, chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

Détail : le joueur de cornemuse.

Il est recensé par le site, impossible à prendre en défaut, de l'Iconographie de la cornemuse de Jean-Luc Matte, avec un commentaire : "un bourdon d'épaule relativement long".

Joueur de cornemuse, détail de  L'Annonce faite aux bergers, volet de droite  du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580,   chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

Joueur de cornemuse, détail de L'Annonce faite aux bergers, volet de droite du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580, chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

L'Adoration des Mages.

Comparer avec :

Heures à l'usage de Sens par Simon Vostre 1513 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k8408426/f83.item.r=Heures%20vostre

Heures à l'usage de Lyon par Symon Vostre 1513 :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1511386h/f83.item.r=symon%20vostre.zoom

.

 

L'Adoration des Mages, volet de droite  du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580,   chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

L'Adoration des Mages, volet de droite du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580, chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

La Présentation de Jésus au Temple.

Comparer avec les  Heures à l'usage de Sens par Simon Vostre 1513

 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k8408426/f88.item.r=Heures%20vostre

On notera la colonne brisée à gauche, déjà présente sur le panneau de la Nativité, et qui a valeur allégorique de la rupture déterminée par le Christ avec le monde païen, ou de la chute des idoles.

.

 

La Présentation de Jésus au Temple,  volet de droite  du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580,   chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

La Présentation de Jésus au Temple, volet de droite du retable de l'Arbre de Jessé, bois polychrome, vers 1576-1580, chapelle Notre-Dame-de-Berven. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

.

SOURCES ET LIENS.

.

§ Sur Notre-Dame-de-Berven :

Photographie Wikipédia de juillet 2012   :

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a0/Plouz%C3%A9v%C3%A9d%C3%A9_%2829%29_N.D._de_Berven_Arbre_de_Jess%C3%A9_01.JPG

Très belle présentation de la chapelle  sur le site :

http://www.expression-bretagne.com/suiviprojets-bat/PLOUZEVEDE-CHAPELLE/CHAPELLE-ESSAI/chapelle-berven-OK.html

"Le retable de Notre-Dame de Berven se trouve dans le transept gauche. Il se présente sous la forme d'un coffre entouré de 3 volets. La réalisation de cet ensemble est d'inspiration flamande.
Au centre, se trouve la statue de Notre-Dame de Berven, représentée debout, les pieds posés sur un croissant de lune et tenant l'enfant Jésus dans les bras. La Vierge est entourée d'une gloire rayonnante piquetée de roses. A ses pieds, David et Jessé surmontés des rois de Juda présentant une généalogie réduite de Marie.
Deux anges musiciens sont placés de part et d'autre de la tête de la Vierge. Le haut du retable est décoré de petits personnages et de motifs floraux. 
La lecture des volets de gauche doit se faire en regardant simultanément les deux vignettes placées sur la même ligne. A chaque fois, un épisode de la naissance du Christ est évoqué avec, en regard la figure d'une sibylle (prophétesse de l'Antiquité) qui avait annoncé sa venue. De haut en bas, la sibylle d'Erythrée et l'annonciation, la Samienne et la visitation et enfin la Cimmérienne et la Nativité.
Le panneau de droite présente trois scènes de l'enfance de Jésus. De haut en bas, le réveil des bergers par l'ange, l'Adoration des Mages, la Présentation au temple."

 

Base Palissy :

http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palissy_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=PM29000833

Base Palissy après la restauration : 14 clichés du 22 août  2016 :

http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/memoire_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_5=LBASE&VALUE_5=PM29000833

 — COUFFON (René) 1948, L'architecture classique au pays de Léon, 1573-1700 l'atelier de l'Elorn : l'atelier de Kerjean .Éditeur: [S.n], 1948 1 vol

COUFFON (René), 1988, Notice sur Plouzévédé :

 http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf-Couffon/PLOUZEVE.pdf

 

"A l'autel latéral nord, statue de la Vierge de Jessé (C.), où l'influence allemande est perceptible sur la mandorle, bien que l'oeuvre soit toute bretonne (ateliers de Morlaix) ; elle date de la seconde moitié du XVIè siècle. La Vierge en haut-relief, vénérée sous le nom de Notre Dame de Berven, les pieds sur un croissant de lune, présente l'Enfant Jésus ; tout autour, statuettes illustrant l'Arbre de Jessé. Sur les volets de la niche, six bas-reliefs polychromes : Annonciation, Visitation et Nativité d'un côté, l'Annonce aux bergers, l'Adoration des Mages et Circoncision de l'autre."

SPREV (avec photos)

http://www.sprev.org/centre-sprev/plouzevede-chapelle-notre-dame-de-berven/

CHANTONY.FR

 »Niche à volets d'inspiration flamande.  Au centre, se trouve une Vierge en haut-relief qui est debout sur un croissant lunaire. Elle est entourée d'une gloire rayonnante et de roses. Abraham et Jessé sont à ses pieds tandis que les rois de Judée forment un arbre généalogique sur les côtés. Des scènes de la vie de la Vierge sont figurées sur les volets et, à gauche, des sibylles symbolisent l'Annonciation, la Nativité et l'Allaitement. »

http://www.chantony.fr/patrimoine_et_histoire/29_plouzevede.html

.

§ Sur les Sibylles :

 

— CASTEL (Yves-Pascal), Les 70 Sibylles du Finistère, en ligne, Société Archéologique du Finistère

http://patrimoine.dufinistere.org/art2/index.php?art=ypc_sibylles

— CASTEL (Yves-Pascal), 2006, "Les 70 sibylles du Finistère", Bulletin de la Société Archéologique du Finistère - T. CXXXV - 2006 pages 201

 

— RAYBOULD (Robin)  chapitre 10 : The Oracula Sibyllina of St-Gall

https://books.google.fr/books?id=XTtFDQAAQBAJ&pg=PA143&lpg=PA143&dq=st-gall+oracula+sibyllina&source=bl&ots=-Mh6bIynwI&sig=Nn_i1QZPiUE_ui3KR5sVRFgayZU&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj1n5ikzdLVAhWENhoKHUJCAhkQ6AEIQjAE#v=onepage&q=st-gall%20oracula%20sibyllina&f=false

— Oracula Sibyllina (1461-1465) conservé à Saint-Gall :

https://archive.org/stream/bub_gb_bcZGXuwbc9UC#page/n39/mode/2up

 

— Sibyllae et prophetae de Christo Salvatore vaticinantes - BSB Cod.icon. 414, Tours, 1490 - 1500 [BSB-Hss Cod.icon. 414]http://daten.digitale-sammlungen.de/bsb00017917/image_10

.

Partager cet article
Repost0
Published by jean-yves cordier - dans Sibylles
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 22:24

Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus : le manuscrit du duc Albert V de Bavière de l' Österreichische Nationalbibliothek de Vienne, Mus.Hs.18744/1-4 Mus 

.

 

.

Sur les enluminures des Livres de chœur d'Albert V par  Hans Mielich, voir :

.

— Sur les Sibylles, voir :

— Sur les Sibylles du Finistère, voir :

.

.

.

 

 

     

    Un texte a récemment été découvert qui permettrait de se replonger dans la vie d’Albert V, l’employeur de Lassus, à cette époque. La probabilité qu’il s’agisse d’un texte authentique est voisine de zéro. Mais il stimule l’imagination...

    « Dans la salle de musique de son palais, à Munich, Albert V s’est paré de sa large écharpe de velours rouge et de ses deux rangées de colliers d’argent. Il a aussi revêtu sa coiffe ornée de dessins dorés en forme de V. Assis devant la grande table, il contemple ses trésors. Quels chefs-d’œuvre ! Sans l’ombre d’un doute, les générations futures lui élèveront des autels pour les avoir initiés. Pour l’heure, il se les réserve pour sa satisfaction personnelle. Exclusive ! Il profitera seul de ces plaisirs hors norme... et hors de prix. Tant qu’il vivra, les partitions ne quitteront pas son palais. Quelques maigres informations sur ces partitions secrètes pourront fuiter, par-ci, par-là... Un parfum de légende n’a jamais nui à l’exercice du pouvoir, bien au contraire. Mais cela n’ira pas plus loin. Hormis pour de rares exécutions privées.

    Il en convient, sa politique n’a pas amélioré les finances de la Bavière. Toutefois, la dette du pays, il ne l’a pas inventée. À son arrivée au pouvoir, elle était déjà là, abyssale. Ce qui ne l’a pas empêché de déployer des moyens considérables pour unifier la Haute et la Basse Bavière. Et au passage, lutter contre l’hérésie protestante. Sans oublier les recruteurs qu’il a envoyés parcourir l’Europe pour tenter de convaincre les meilleurs chanteurs, les instrumentistes d’exception, de venir enrichir sa Chapelle musicale. Ces charlatans de recruteurs l’ont si souvent escroqué.

    Les quatre grands livres de chœur des Psaumes de la pénitence de Roland de Lassus sont là, ouverts devant lui. Une réalisation hors du commun. Plusieurs années de travail. La partition suit la disposition habituelle, celle qui permet de chanter à quatre depuis le livre, deux voix notées sur la page de gauche, deux sur celle de droite. Quelle chance d’avoir eu Jean Pollet comme copiste. Il a donné la mesure de son talent. La graphie est somptueuse. Mais ce n’est pas ce que le souverain admire en premier. Les quatre zones de la partition sont littéralement enveloppées d’une profusion de dessins et de gravures ! Les couleurs sont flamboyantes. Ce qui n’est pas surprenant quand on connaît le nom de leur auteur, le génial Hans Mielich. Oui, cette partition est sans équivalent, à la hauteur du seul Lassus.

    Il repense au recrutement de Lassus, quinze ans auparavant, comme simple ténor. Et déjà à prix d’or ! Depuis, son compositeur et ami a pris une envergure européenne. Il suffit qu’un éditeur, que ce soit à Venise, à Paris ou à Amsterdam, mette son nom sur un recueil, parfois pour une unique chanson perdue au milieu des autres, et les ventes s’envolent.

    Que de souvenirs. Et combien son propre père, Guillaume IV, apprécierait le spectacle de cette partition ! En son temps, il en a bien fait une équivalente pour des Messes du grand Josquin. Aujourd’hui, grâce à ses propres efforts, Munich est désormais la capitale de l’Europe. Les plus célèbres peintres, sculpteurs, graveurs de médailles, musiciens sont prêts à tout pour se faire engager à sa cour. Tiens, par exemple, le petit Gabrieli qui insiste tant pour venir tenir l’orgue et apprendre la composition auprès de Lassus. Il faudrait peut-être le faire venir ? Il semble avoir du talent.

    Le Duc range avec soin les quatre livres et sort un autre ouvrage, moins imposant, Les Prophéties des Sibylles. Lassus n’a jamais voulu lui révéler quand il a composé cette musique sur la langue énigmatique des prêtresses d’Apollon. Peut-être à Rome. Il a dû être marqué par les Sibylles que Michel-Ange a peintes sur le plafond de la Chapelle Sixtine. Mais Michel-Ange n’en a seulement peint que cinq. Mielich, lui, a réalisé une miniature pour chacune des douze. Et au passage, il a fait un des plus beaux portraits qui soit de Lassus.

    Pourtant, ce qui fascine Albert V est d’une autre nature. Il se chante l’introduction. Le texte est de Lassus lui-même : « Ces chants que tu entends, élaborés selon une mélodie chromatique, ce sont ceux-là par lesquels, jadis, les douze Sibylles ont chanté d’une voix intrépide les secrets de notre salut. » Ah, ce chromatisme ! Quel mystère... Quand les malheureux compositeurs italiens qui s’agitent dans les cameratas de Ferrare l’utilisent pour une horrible musique expérimentale, réservée aux connaisseurs, brutale pour l’oreille, Lassus a réussi une réalisation bien supérieure. Puissante et discrète. Albert ne saurait dire pourquoi, mais cette musique est belle, mystérieuse et envoûtante. Les règles anciennes y sont abolies, un monde neuf entrouvert. Il le sent, l’héritage de cette œuvre devra attendre longtemps avant d’être reçu ! Un jour, peut-être, quelqu’un percera le mystère de ces nouvelles lois. »

    BBBBBBBBBBBBBb

    Ce texte, légèrement effrayant et opaque, est une prophétie chrétienne, une annonciation de la venue du Christ. Mais la figure de la Sibylle est plus ancienne que cela. Elle remonte à l’Antiquité. On la confond parfois avec la Pythie de Delphes. Il y a d’ailleurs un lien. Les deux disent des oracles et font des prophéties. Mais, d’une certaine façon, la Pythie est la version titularisée, fonctionnarisée, de la prophétesse. Elle réagit seulement quand on vient la voir. Et alors, elle annonce – mais de façon cryptée – son avenir au visiteur. Pour sa part, la Sibylle est libre. Elle ne parle que lorsqu’elle a une vision. Et elle cultive une façon très particulière, très « sibylline », de transmettre ses visions.

    Avant tout, la Sibylle est simplement la version féminine du Prophète. Et les compositeurs ont d’innombrables fois mis les Prophètes en musique. Par contre, pour les Sibylles, en dehors de Lassus, il semble n’y avoir que Maurice Ohana qui l’ait fait au XXe siècle.

    Comment Roland de Lassus a-t-il eu l’idée de traiter ce thème ? Mais aussi, quand l’a-t-il fait ? Dans quelle ville ou pays ? Sait-on même de qui sont les textes qu’il met là en polyphonie ? Et pourquoi précisément douze Sibylles ? Voilà une belle liste de questions. Les spécialistes en débattent encore.

    La Sibylla europaea, la Sibylle européenne, neuvième de la liste de Lassus chante :

    ????

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    PRÉSENTATION.

     .

    Albert V de Bavière dit Albert le Magnifique (né le 29 février 1528 à Munich ; † 24 octobre 1579 à Munich) fut duc de Bavière de 1550 à 1579.

    Hans Mielich ou Müelich (Munich 1516-1573) est un peintre, miniaturiste et  dessinateur allemand de la Renaissance tardive, connu principalement pour ses portraits (il fut le portraitiste favori de la bourgeoisie de Munich), miniatures et enluminures. Ses relations avec le duc Albert V de Bavière, grand amateur d'art qui lui commande à partir de 1546-1547 de plus en plus d'œuvres, évoluent bientôt vers une étroite amitié. Mielich devient un peintre de cour apprécié. En 1558 il est élu chef de la corporation des peintres.  Dans le domaine des miniatures sont à ranger les deux Inventaire des bijoux d'Albert (1546–55) et de son épouse Anne (1552–55), et surtout l'illustration d'un recueil de Motets de Cyprien de Rore (1557–59, 300 pages) et des Psaumes pénitentiels de Roland de Lassus. Il était lié d'une amitié d'artiste avec ce compositeur.

    .

    Roland de Lassus ou Orlando di Lasso (Mons,1532-Munich,1594) , est un compositeur de l'école franco-flamande, vers la fin de la Renaissance. Estimé d'abord pour la qualité de sa voix, à Mons, puis Milan, Naples en 1550, il occupe le poste de Maître de chapelle de Saint-Jean-de-Latran à Rome en 1553, puis séjourne à Anvers où il publie ses premières compositions en 1555.

     C'est en 1556 qu' il rejoint à Munich la cour d'Albert V de Bavière, qui désire s'entourer de musiciens prestigieux à l'instar des cours des princes italiens.

    En 1558, il épouse Regina Wäckinger, la fille d'une dame d'honneur de la duchesse.

     

    Son art fut d'emblée reconnu et Roland de Lassus était, dès le milieu du siècle, surnommé le « divin Orlande » par le poète Ronsard, ou « Prince de la musique » par ses contemporains, ou encore, plus tard, l'« Orphée belge ». Dans les années 1560, Lassus était déjà devenu très célèbre, et des compositeurs se rendaient à Munich pour étudier avec lui.

    En 1563, Lassus est nommé maître de chapelle à Munich, succédant à Ludwig Daser à ce poste. Il demeure au service d'Albert V et son héritier, Guillaume V de Bavière, jusqu'à sa mort en 1594.

    .

    Les prophetiae sibyllarum.

    Roland de Lassus s'est illustré dans un style connu à l'époque comme Musica reservata (ou musica secreta). Il s'agit de mettre le texte en musique de façon expressive et intense, en mêlant échelle chromatique et échelle diatonique. Un exemple célèbre d'une composition de Lassus, écrite dans ce style, est sa série de 12 motets intitulé Prophetiae Sibyllarum (les Prophéties des Sibylles), qui annonce le chromatisme de Carlo Gesualdo. Innovante pour l'époque, cette manière de composer n'est réapparue qu'au XXe siècle. Mais  le duc Albert V  ne lui permettait pas de les faire éditer parce qu'il s'en réservait la propriété exclusive pour la cour de Bavière afin de les faire jouer pour un usage privé. C'est notamment le cas  pour les Prophetiae Sibyllarum  et surtout les Psaumes pénitentiels (Psalmi pœnitentiales Davidis), tous écrits entre  1556 et 1559. Il faisait copier les partitions sur manuscrit, les faisait enluminer par Mielich et relier à prix d'or et faisait garder  ces chefs d'œuvre de bibliophilie dans son Trésor, en réservant la présentation à quelques hôtes illustres.

    J'ai déjà présenté dans ce blog les trois livres de chœur conservés à la Bibliothèque Nationale de Munich : a) les partitions de 26 motets de Cypriano de Rore copiés sur velin par Johannes Pollet datant de 1559 (Mus. Ms B I ) et leur commentaire par le médecin et bibliophile Samuel Quickelberg , et  b) Les sept Psaumes pénitentiels et deux psaumes Laudate de Roland de Lassus  copiés sur velin par Johannes Pollet et enluminés par Mielich  datant de 1565  (cote Mus.Ms A I et II ). 

    Mais un troisième livre de chœur est conservé à la  Bibliothèque Nationale de Vienne sous la cote 18744 : les Prophetiae sibyllarum, datant de 1560 environ.

    .

    Les manuscrits enluminés des Lectiones ex libris Hiob et Prophetiae sibyllarum.

    Österreichischse Nationalbibliotek  Cote Mus.Hs.18744/1-4 Mus sous le titre Lectiones ex libris Hiob und Prophetiae Sibyllarum .

    Lien vers la notice et le manuscrit numérisé :  http://data.onb.ac.at/rec/AL00234956

    Il s'agit de quatre volumes manuscrits (velin ?) de 18,6 x 25,6 cm. Chaque volume est sensiblement identique.

    Ils réunissent deux ensembles composés vers 1552-1553 (?) à la forme SATB : les Sacrae lectiones ex propheta Job, neuf lectures ou leçons de l'Office des défunts aux Matines, avec les Prophetiae sibyllarum, douze Prophéties des Sibylles .

    L’édition en fac-similé a été publiée  et introduite par J. A. Owens  en 1986.

    .

    Les neuf Leçons de Job sont ornées par une lettrine dorée. Ce sont :

     

    1."Parce mihi Domine". "Peccavi, quid faciam tibi" (Job 7,16-21)

    2."Taedet animam meam" "Indica mihi, cur me ita iudices" "Numquid sicut dies hominis" (Job 10 1-7)

    3."Manus tuae. Domine fecerunt me" "Nonne sicut lac" (Job 14,1-6)

    4."Responde mihi, quantas habeo" "Scribis enim contra me".

    5"Homo natus de muliere" "Et dignum ducis" "Constituisti terminos".

    6 "Quis mihi hoc tribuat". "Vocabis me, et ego respondebo"

    7 "Spiritus meus attenuabitur". "Libera me, Domine, et pone me" "Si sustinuero, infernus domus mea".

    8 "Pelli meae, consumptis carnibus". "Quare persequimini" "Scio enim, quod redemptor".

     9 "Quare de vulva eduxisti me". "Dimitte me ergo".

    .

    Les 12 pièces des Sibylles sont précédés d'une introduction musicale où Lassus explique qu'il a voulu provoquer l'étonnement par une écriture inattendue.  En effet,   "l’écriture de ce cycle est complètement originale : Lassus y recourt à ces altérations ou chromatismes très étonnants qui font qu’immédiatement on perçoit la volonté de sortir du langage ordinaire, c’est-à-dire du langage du mode diatonique caractérisé à l’inverse par son absence de tout dièse ou bémol " (I. His)

    Le texte des prophéties est celui d'hexamètres issus  d' un recueil imprimé à Bâle en 1545 et  intitulé Sibyllinorum oraculorum libri octo, multis huiusque seculis abstrusi nuncque primum in lucem editi ... Per Xystum Betuleium ...Sixt Birck, Ex offic. J. Oporini, 1545, qui donne en appendice au texte principal les douze textes anonymes choisis (hormis le prologue), rassemblés sous le titre Sibyllarum de Christo vaticinia.  Le musicien en a sans doute plutôt utilisé la réédition de 1555), [Oracula Sibyllina].  Sibyllinorum oraculorum libri VIII. Addita Sebastiani Castalionis interpretatione latina... cum annotationibus Xysti Betulei in graeca sibyllina oracula et Sebastiani Castalionis in translationem suam... / Basileae : per J. Oporinum , [1555] ).  Voir 1599 Sibylliakoi Chrēsmoi hoc est Sibyllina Oracula ex vett. codd. aucta ..page 458

     


     

    "L’éditeur dit fournir ici en supplément des chants latins qu’il a récemment trouvés dans un livre « ancien » ; l’ordre des douze textes y est bien celui repris par Lassus, excepté l’interversion entre les deux dernières sibylles, Agrippa et Erythraea, qui reste à expliquer  " (I. His).  En fait, ces hexamètres pourraient être une traduction approximative des poèmes en italien populaire qui accompagnent douze gravures de Baccio Baldini.

    .

    Le portrait.

    Les manuscrits se terminent, pour trois des quatre volumes, par un portrait de Roland de Lassus "à l'âge de 28 ans", soit en 1560.

    .

     

    Isabelle His a suggéré que les Psaumes pénitentiels, les Leçons de Job et les Prophéties des Sibylles pouvaient constituer un corpus cohérent : 

    "Le fait est qu’elles [les Prophéties] y voisinent avec un autre cycle musical, celui de neuf Leçons de Job, et qu’un autre manuscrit consacré à Lassus fait cohabiter quant à lui un ensemble de sept Psaumes de pénitence et deux psaumes Laudate. Les Sibylles appartiennent donc, matériellement, à une sorte de triptyque dont elles peuvent former le volet  central : Leçons de Job /Sibylles/Psaumes. Par ailleurs, un lien avec le corpus des psaumes est avéré par la représentation, rassemblées sur une page de son manuscrit, des douze sibylles dont l’autre manuscrit contient la musique . L’ensemble que forment ces manuscrits de Lassus semble correspondre à des corpus composés autour de 1560, peu après sa prise de fonctions à Munich, peut-être selon un programme défini par son prince, donnant en tout cas la mesure des divers talents de son jeune musicien."

    .

    RAPPEL SUR LES SIBYLLES.

    J'ai présenté le thème iconographique des 12 Sibylles dans mon premier article sur l'église de Brennilis (cf. lien supra). Quelques dates :

     

    1461-1465 : Les Oracula sibyllina dites de Saint-Gall, du nom du monastère qui conserve cet ouvrage : première apparition de la série organisée de 12 prophétesses antiques, associées chacune à un épisode de la vie du Christ, qu'elles annoncent : un attribut symbolise leur prophétie. Avec 12 xylographies. 

    v. 1470 : le 12 gravures des  Prophètes et les Sibylles par le florentin Baccio Baldini . Cette série, – dont Francesco Rosselli, vers 1485-1490, fit des copies  – daterait  vers 1470-1475, selon Hind, Oberhuber et Levenson, vers 1475-1480, selon Zucker ; pour cette série, Baldini s’inspira parfois des gravures du Maître E. S., graveur allemand dont les dernières œuvres sont datées des environs de 1466-1467 . La séquence est : Persica / Libica / Delphica / Cimmeria / Erythrea / Samia / Cumana / Hellespontica / Phrygia / Tiburtina / Europa / Agrippa.

    1470-1480 : le manuscrit enluminé des Heures de Louis de Laval réserve douze doubles pages aux Sibylles, en reprenant le texte et la systématisation liturgique des Oracula Sibyllina de  saint-Gall : 

    a) Les sept Sibylles de la Vie de la Vierge et Enfance  de Jésus : Persica Libica Erythrea Cumana Samia Cimmeria Europa : Etoile des Bergers / Incarnation de la Lumière / Annonciation / Accouchement / Mise au berceau / Allaitement/ Fuite en Egypte Massacre des Innocents

    b) Les cinq Sibylles de la Passion et de la Résurrection : Tiburtina Agrippa Delphica Hellespontica Phrygia  : la Passion : Le Soufflet / La Flagellation / Le Couronnement d'épines / La Crucifixion / La  Résurrection.

    1481 : Philippo Barbieri (= de Barberis) donne la première publication imprimée dans  Discordantii sanctorum doctorum, 1481,  réed. 1505 d'une suite de 12 Sibylles en indiquant leur âge, leur attribut, et en les accompagnant d'un texte en latin.

    1493. Le  Liber chronicarum, la Chronique de Nuremberg, donne sur les marges d'une page le portrait et les prophéties de huit Sibylles. https://www.wdl.org/fr/item/4108/view/1/140/

    1509 : Michel-Ange peint cinq Sibylles sur le plafond de la chapelle Sixtine.

    1545 et 1555 : recueil imprimé à Bâle en 1545 et  intitulé Sibyllinorum oraculorum libri octo, Bâle,  J. Oporini, 1545,  réédition Bâle  1555).

    vers 1552 : composition des Prophetiae sibyllarum par Roland de Lassus :

    La série ainsi composée par Lassus, : Persica / Libica / Delphica / Cimmeria / Samia / Cumana / Hellespontica / Phrygia / Europa /Tiburtina / Erythrea / Agrippa, est  différente à la fois de celle de Barbieri en 1481, de celle des Heures de Louis de Laval, et de celle de Jean Dorat, illustrée par Jean Rabel, en 1586. 

    1560 : réalisation du manuscrit de la partition enluminé par Hans Mielich pour le duc Albert V.

    1570 : apparition de Sibylles sculptées sur les voûtes de l' église de Pleyben (Finistère) et de la chapelle seigneuriale de Kerjean (Saint-Vougay, Finistère).

    1600 : publication des Prophetiae sibyllarum de Roland de Lassus à Munich par Nicolaï Henrici.

     

     

     

     

     

     

    .

    .

    .

    LES ENLUMINURES DES MANUSCRITS VIENNA MUS.Hs.18744 PAR HANS MIELICH. LES DOUZE SIBYLLES ; LE PORTRAIT DE ROLAND DE LASSUS.

    Après la série d'émissions de Musicopolis consacrée en avril 2017 par Anne-Charlotte Rémond  à Roland de Lassus à Munich, en cette semaine d'août 2017, cinq épisodes de sept minutes d'une émission est diffusée par France Musique : Roland de Lassus et les Prophéties des Sibylles, dans Les enquêtes musicales  de Claude Abromont. À cette occasion, et aiguillonnée par mes précédents articles d'iconographie des Sibylles, je découvre que je ne connais pas  les enluminures des Sibylles par Hans Mielich pour ces Prophéties. Et pour cause : elles  ne sont pas disponibles en ligne.

      

    Bien que les Prophetiae Sibyllarum aient été très soigneusement étudiées par les musicologues, Peter Bergquist et Ann Owens en tête, et que les manuscrits aient été publiés en fac-similé par ce dernier auteur, l'internaute  ne dispose pas  des portraits des 12 Sibylles ou du compositeur : et l'article d'Isabelle His ne donne  accès qu'aux reproductions en noir et blanc de ces 12  sibylles. J'ai voulu profiter de la numérisation du Vienna Mus. Hs 18744 pour proposer ici des documents. Tous les droits relèvent de la Bibliothèque Nationale de Vienne.

    .

    La ferrure centrale de la reliure : monogramme AH et armoiries.

    Les quatre manuscrits sont reliés avec, au centre une pièce métallique portant le monogramme AH (Albrecht Herzog = le duc Albert V ?), d'un blason aux anciennes armes  écartelés de Bavière entouré du collier de la Toison d'or et surmonté d'une devise mal lisible  I CANTRAT ENORS (???).

    Ces armoiries sont à comparer aux garnitures en métal (des pièces d'orfèvrerie) du manuscrit Mus.ms.A de Munich

     http://www.lavieb-aile.com/2015/05/autoportrait-de-hans-mielich-suite-le-mus-ms-a-i-et-ii.html

    .

    .

    .

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

     

    .

     

    L'INTRODUCTION MUSICALE : CARMINA CHROMATICO.

    Les douze pièces sont précédées d’une sorte d’introduction musicale, dont le texte est peut-être de la main de Lassus lui-même, qui explique :

    Carmina chromatico quae audis modulata tenore
    Haec sunt illa quibus nostrae olim arcana salutis
    Bis senae intrepido cecinerunt ore Sibyllae

     

    "Ces chants que tu entends avec un ténor chromatique
    Ce sont ceux avec lesquels autrefois nos deux fois six sibylles
    Annoncèrent d’une bouche sans crainte les secrets de notre salut. » (I. His 2004)

    .

    On notera la lettrine, dans le pur style des calligraphies de la chancellerie ducale, ou du moins de celles que Georg Bocksay secrétaire de l'empereur Ferdinand Ier assembla en 1561 dans un Livre de modèles qui sera enluminé 30 ans plus tard par Joris Hoefnagel (le Mira calligraphiae monumenta).

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    .

    Voici la liste des 12 sibylles que nous allons découvrir : 

     

     

    .

    1. La Sibylle de Perse tenant la lanterne : la lumière  de l'étoile des bergers.

    2. La Sibylle de Libye tenant un flambeau : la lumière fait Christ Ego sum lux.

    3. La Sibylle de Delphes tenant une couronne : le Couronnement d'épines.

    4. La Sibylle Cimmérienne tenant une corne à usage de biberon : l'allaitement de l'Enfant-Jésus.

    5. La Sibylle de Samos tenant un berceau : la Nativité dans la Crèche.

    6. La Sibylle de Cumes tenant un bassin ovale : la Nativité

    7. La Sibylle d'Hellespont  tenant une croix, préfigurant la Crucifixion.

    8. La Sibylle de Phrygie tenant l'étendard de la Résurrection, annonçant ...la Résurrection.

    9. La Sibylle Europe, tenant une épée, annonçant la Fuite en Égypte et le Massacre des Innocents.

    10. La Sibylle de Tibur tenant une main coupée, annonçant l'affront fait au Christ pendant sa Passion (gifle d'un soldat).

    11. La Sibylle d'Erythrée, tenant une fleur, reliée au lys tenu par Gabriel lors de l'Annonciation.

    12. La Sibylle Agrippa, tenant un fouet, préfigurant la Flagellation.

    .

    Chacune est associée à un mode musical 

     

     

     

     

    1. LE CARTOUCHE   "SIBI : PERSICA" ET LA SIBYLLE PERSIQUE.

     

    .

    Le cartouche de "cuir découpé à enroulement" : il constitue un sujet d'étude à part entière. Venu d'Italie, développé par l'École de Fontainebleau vers 1526, il est repris par les artistes flamands et de l'Europe du nord. Il m'intéresse de le retrouver ici, en 1560, après en avoir admirer les développements savants sur les sablières de la chapelle de Kerjean (vers 1570) où sont sculptés de belles Sibylles.

    Avant Hoefnagel, qui en fera ses délices, Hans Mielich s'ingénie à enchevêtrer des cuirs de plusieurs couleurs, à y pendre des colliers, des rubans ou des guirlandes, à y placer des feuillages et des oiseaux, à y suspendre des masques, à y faire évoluer des putti,  etc. 

    Comme nous avons quatre manuscrits dont les enluminures diffèrent légèrement, ce sont quarante-huit cartouches qu'il faudrait étudier.

    En outre, les médaillons dans lesquels s'inscrivent les Sibylles sont eux-mêmes placés dans des cartouches. Y'a d'koi faire !

    Je donnerai à chaque fois deux exemples d'enluminure de chaque Sibylle, parmi les quatre manuscrits, tirés du premier et du dernier proposés en numérisation.

    .

     

     

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    La Sibylle Persica : 

    Elle est âgée de 30 ans (chiffre 30 sur le fond noir)  et son attribut est la lanterne. Elle annonce la lumière  qui guida les Bergers et les Mages à la Nativité. Par contre, Hans Mielich ignore une solide tradition, celle de la représenter piétinant un serpent. Comme ici sur l'oracula Sibyllina de saint-Gall (vers 1460) :

    .

    .

     

    Texte : Mode musical associé : 8 (Sol).

    ​​​​​​Pour chaque folio, je donnerai le texte en latin de la pièce musicale de Roland de Lassus, puis la traduction.

     

    .

     

    Virgine matre satus, pando residebit asello,
    Iucundus princeps, unus qui ferre salutem
    Ritè queat lapsis : tamen illis fortè diebus
    Multi multa ferent, immensi fata laboris.
    Solo sed satis est oracula prodere verbo :
    ille Deus casta nascetur virgine magnus.

    .

     

    "Né d'une mère vierge, il sera assis sur un âne à l'échine courbée,

    Prince gracieux, qui seul peut porter le salut

    Selon les rites aux pécheurs ; pourtant sans doute en ces jours

    Beaucoup supporteront les nombreuses prophéties d'une souffrance immense.

    Mais une seule parole suffit pour rendre les oracles :

    Ce grand Dieu naîtra d'une vierge pure." Copyright Trad. Guy Laffaille

     

    .

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    Sur chaque vignette, nous verrons la Sibylle lever l'index, en signe d'énonciation oraculaire, et tenir un attribut. 

    .

     

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    Sur un autre manuscrit :

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    2. LE CARTOUCHE "SIBI : LIBICA" ET LA SIBYLLE DE LIBYE.

     

    Deux cartouches dont l'un est orné de deux oiseaux dont un chardonneret, et l'autre de fleurs et de masques.

    .

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    La Sibylle de Libye. 

    Mode musical associé : 8 (Sol). Son attribut est le flambeau. Elle annonce la Lumière apportée au Monde par le Christ. :L'âge de 24 ans est indiqué, la Sibylle tient son cierge allumé, les vêtements et la coiffure diffèrent d'une enluminure à l'autre. 

    .

    Le texte de la Sibylle Libica :


    Ecce dies venient, quo aeternus tempore princeps,
    Irradians sata laeta, viris sua crimina tollet,
    Lumine clarescet cuius synagoga recenti :
    Sordida qui solus reserabit labra reorum,
    Aequus erit cunctis, gremio rex membra reclinet
    Reginae mundi, sanctus, per saecula vivus.
    ans, et gloria certa manebit.

    .

    "Voici que les jours viennent où le Prince éternel

    Irradiant d'une lumière joyeuse, enlèvera aux hommes leurs crimes.

    La Synagogue s'illuminera de sa lumière nouvelle.

    Lui qui seul ouvrira les lèvres viles des accusés,

    Il sera bienveillant pour tous, roi,

    il reposera ses membres sur le sein de la reine du monde,

    Saint, vivant dans les siècles." (Trad. Guy Laffaille copyright 2010)

     

    .

    Pour cet exemple, je vais comparer ces six vers aux diverses sources que j'ai étudié dans mi=on étude sur les Sibylles de Brennilis. Pour les autres, le lecteur pourra s'y référer. Ici, on constatera que l'incipit ecce dies venient (qui citent le prophète Jérémie) se retrouvent dans tous les cas, de même que la référence à la Synagogue, 

     

    Baccio Baldini (1470-1480) : SIbILLA·LIbICA· (S à rebours). Assise dans un jardin, coiffée d’un chapeau conique à plumes, elle tourne les pages d’un livre posé sur ses genoux. Un cartouche porte l'inscription  Ecce venientem diem et latentia aperientem tenebit gremio gentium regina

     Tentative de traduction "Voici venir le jour ou sera révélé celui que la reine des nations  tiendra en son giron"

    Le poème en italien est le suivant :

    Il di Verra che ll'etterno signiore

    Lume dara alle chose naschose

    E legami iscora del nostri errore

    Fara le sinagoge luminose

    E solvera le lab[ra] al pechatore

    E fie stadera di tute le chose

    En grenbo alla rina delle giente

    Sedra questo re santo evivente

     

    Voir Marjorie Roth 2005.

    .

     

     .

    — Filippo Barbieri (1481) : Sibylla Libyca ornata serto viridi et florido in capite, vestita pallio honesto et non multum juvenis sic ait : Ecce veniet dies et illuminabit condempsa [sic] tenebrarum et solventur nexus Sinagogae et desinent labia hominum et videbunt regem viventium ; tenebit illum in gremio virgo domina gentium et regnabit in misericordia et uterus matris erit statua [ou statera] cunctorum. "Elle porte une guirlande verte et fleurie  sur la tête, elle est vêtue d'une belle robe et elle n'est plus toute jeune." A défaut de pouvoir donner une traduction claire de la suite, je remarque que la Libyque est associée à la venue de la Lumière dissipant l'obscurité de la Synagogue, mais aussi à celle d'un Roi régnant dans la miséricorde et issu de l'utérus d'une Vierge . cf in gremio virgo, "dans le giron d'une vierge" et uterus matris.

    .

    — Prophète associé par Barbieri : Jérémie 23:5  Ecce dies veniunt dicit Dominus et suscitabo David germen iustum et regnabit rex et sapiens erit et faciet iudicium et iustitiam in terra "Voici, les jours viennent, dit l'Éternel, Où je susciterai à David un germe juste; Il régnera en roi et prospérera, Il pratiquera la justice et l'équité dans le pays." 

    .

    — Livre d'Heures de Louis de Laval  folio 18v: "La Sibylle Libyque  tient à la main un cierge allumé. L'inscription qui l'accompagne est ainsi conçue : « Sibylla Libyca, XXIV annorum, cujus meminit Euripides. Videtur clare vaticiriari de adventu Salvatoris cum prophetis. Ecce veniet deus et illuminabit condensa tenebrarum et solvet nexus Synagogœ... »

    .

     

    .

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    3. LE CARTOUCHE "SIBI : DELPHICA" ET LA SIBYLLE DE DELPHES.

     

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    La Sibylle de Delphes

    Son attribut est la couronne, annonçant le Couronnement d'épines de la Passion. L'âge est de 20 ans. Elle porte un voile, des voilages transparents, et, dans le deuxième exemple, elle tient la couronne par l'intermédiaire d'un linge.

    Texte :


    Non tarde veniet, tacita sed mente tenendum
    Hoc opus, hoc memori semper qui corde reponet,
    Huius pertentant cor gaudia magna prophetae
    Eximii, qui virginea conceptus ab alvo
    Prodibit, sine contactu maris, omnia vincit
    Hoc naturae opera : at fecit, qui cuncta gubernat.

     

    "Il ne viendra pas tard, mais il doit être gardé en secret

    Cet acte ; celui qui le mettra dans son cœur pour toujours

    D'une grande joie son cœur sera rempli par les Prophètes

    Éminents, conçu dans le ventre d'une vierge

    Il se présentera, sans le contact d'un homme, ceci vainc

    Les actes de la nature, mais c'est celui qui gouverne tout qui l'a fait."(Trad. Guy Laffaille)

    Source : poème en italien sur une gravure de Baccio Baldini vers 1470-1480 ; 

    None daeser lenta matraquilla

    Averta lopera echonsiderare

    Lavenimento che alta villa

    Dovel profeta grande aincharnare

    Nel ventre verginal dumanancilla

    Sansa congiunto duom mortalsafare

    Ecchotalchosa fie sopra natura

    Fatta per chuel chepvo che idio dara

    .

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    4. LE CARTOUCHE "SIBI CIMMERIA" ET LA SIBYLLE CIMMÉRIENNE.

     

     

    .

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    Notez la différence de graphie Cimmeria / Cimeria.

    .

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    La Sibylle Cimmérienne.

     

    Mode musical : 1 (b Sol) . Âge 18 ans. Elle tient une corne, utilisée comme biberon, pour annoncer que Marie allaitera son Fils.

    Le texte  mis en musique : 


    In teneris annis facie praesignis, honore
    Militiae aeternae regem sacra virgo cibabit
    Lacte suo : per quem gaudebunt pectore summo
    Omnia, et Eoo lucebit sidus ab orbe
    Mirificium : sua dona Magi cum laude ferentes,
    Obiicient puero myrrham, aurum, thura Sabaea.

    .

    "Dans ses tendres années, d'une beauté insigne, honorée

    Par l'armée éternelle, une vierge sainte nourrira un roi

    De son lait ; par lui de grand cœur ils se réjouiront

    Tous et l'étoile du Matin brillera dans un ciel magnifique,

    Les Mages portant leurs dons avec respect

    Présenteront à l'enfant la myrrhe, l'or et l'encens de l'Arabie." (Trad. Guy Laffaille)

    .

     

     

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    5. LE CARTOUCHE "SIBI : SAMIA" ET LA SIBYLLE SAMIENNE.

     

    .

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    La Sibylle de Samos.

    Mode musical : 2 (b Sol). Âgée de 15 ans, elle tient un berceau à bascule annonçant la crèche de la Nativité. Dans la première enluminure, elle est entièrement vêtue d'un manteau bleu couvrant la tête ; dans l'autre, un voile blanc recouvre les cheveux.

    Texte.

     


    Ecce dies, nigras quae tollet laeta tenebras,
    Mox veniet, solvens nodosa volumina vatum
    Gentis Judaeae, referent ut carmina plebis.
    Hunc poterunt clarum vivorum tangere regem,
    Humano quem virgo sinu inviolata fovebit.
    Annuit hoc coelum, rutilantia sidera monstrant.

     

    "Voici le jour, qui enlèvera joyeusement les ténèbres noires,

    Il viendra bientôt, résolvant

    les volumes compliqués des prophètes

    De la race de Judée, les chants du peuple rapportent

    Qu'ils pourront toucher ce brillant roi des vivants,

    Qu'une vierge intacte réchauffera sur son sein humain.

    Le ciel l'indique par un signe, les étoiles éclatantes le montrent." (Trad. Guy Laffaille)

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    6. LE CARTOUCHE "SIBI : CVMANA" ET LA SIBYLLE DE CUMES.

    Mode musical : 2 (b Sol).

    .

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    La Sibille de Cumes

    Elle est âgée de 18 ans. Elle tient un bassin. Ceci est intéressant, car il est difficile de reconnaître sur les autres exemples iconographiques l'attribut de cette prophétesse pourtant clairement associée à la Nativité dans les Heures de Louis de Laval, et Émile Mâle hésitait entre un petit pain rond, ou un coquillage de forme vulvaire comme les porcelaines. Ici, ce bassin, accessoire fréquemment représenté dans les Nativités et présenté par une servante alors que la Vierge est couchée, peut être celui du premier bain donné à l'Enfant. Ce qui ne trouve aucune résonance dans le texte mis en musique.

    .

    Texte :

     


    Iam mea certa manent, et vera, novissima verba,
    Ultima venturi quod erant oracula regis,
    Qui toti veniens mundo cum pace, placebit,
    Ut voluit, nostra vestitus carne decenter,
    In cunctis humilis, castam pro matre puellam,
    Deliget, haec alias forma praecesserit omnes.

     

    "Maintenant mes paroles restent certaines, vraies et tout à fait neuves,

    En ce qu'elles étaient les dernières prophéties de l'arrivée du roi,

    Qui en venant plaira au monde entier avec la paix,

    Comme il l'a voulu, revêtu de notre chair avec grâce,

    Humble en toutes choses, comme mère une jeune fille chaste

    Il choisira, cette forme aura emporté sur toutes les autres." (Trad. Guy Laffaille)

    .

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    7. LE CARTOUCHE "SI : HELLESPONTICA" ET LA SIBYLLE D'HELLESPONT.

     

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    La Sibylle Hellespontine.

    Mode musical : 7 (Sol). Elle est âgée de 50 ans et tient une croix, car elle a prophétisé la Crucifixion. Une fois de plus, le texte n'a aucun rapport avec la tradition iconographique issue du Manuscrit de Saint-Gall et des Heures de Louis de Laval.

    .

    Dum meditor quondam vidi decorare puellam,
    Eximio (castam quod se servaret) honore,
    Munere digna suo, et divino numine visa,
    Quae sobolem multo pareret splendore micantem :
    Progenies summi, speciosa et vera Tonantis,
    Pacifica mundum qui sub ditione gubernet.

     

    "Pendant que je méditais, un jour j'ai vu orner une jeune fille

    D'un honneur extraordinaire parce qu'elle se gardait pure,

    Un don et une vision dignes de sa puissance divine,

    Elle qui porterait une lignée brillant d'un grand éclat,

    Descendance belle et vraie du Dieu de tonnerre

    Qui gouverne le monde sous son pouvoir pacifique." (Trad. Guy Laffaille)

    .

    .


     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    8. LE CARTOUCHE  "SIBI PHRIGIA" ET LA SIBYLLE  PHRYGIENNE.

    .

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    La Sibylle Phrygienne.

     

    Mode musical : 7 (Sol). Pas d'indication d'âge. Elle tient l'étendard à croix  rouge sur fond blanc qui est celui du Christ sortant du tombeau dans la tradition iconographique.

    Texte mis en musique :

    Ipsa Deum vidi summum, punire volentem
    Mundi homines stupidos, et pectora caeca, rebellis.
    Et quia sic nostram complerent crimina pellem,
    Virginis in corpus voluit demittere coelo
    Ipse Deus prolem, quam nunciet Angelus almae
    Matri, quo miseros contracta sorde levaret.


    "J’ai vu moi-même un Dieu très grand qui voulait punir,
    En ce monde, les hommes stupides et rebelles dans leurs cœurs aveuglés ;
    Et parce que les crimes remplissaient notre peau,
    Il a voulu faire descendre du ciel dans le corps d’une vierge,
    Lui Dieu, un enfant qu’un ange annoncerait à la mère bienveillante,
    Pour laver les malheureux de la souillure qu’ils ont contractée."

    .

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    9. LE CARTOUCHE  "SIBI : EVROPEA" ET  LA SIBYLLE D' EUROPE.

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    La Sibylle Europe.

    Âgée de 15 ans, son  attribut est  l'épée ou glaive : elle annonce la Fuite en Égypte et le Massacre des innocents. Mode musical : 4 (Mi).

    Texte de la partition.

     


    Virginis aeternum veniet de corpore verbum
    Purum, qui valles et montes transiet altos.
    Ille volens etiam stellato missus Olympo,
    Edetur mundo pauper, qui cuncta silenti
    Rexerit imperio : sic credo, et mente fatebor :
    Humano simul ac divino semine gnatus.

     

    .

    "Du corps d'une vierge viendra l'éternel Verbe

    Pur, qui passera les vallées et les hautes montagnes,

    Lui aussi volant, envoyé de l'Olympe étoilé,

    Pauvre il naîtra au monde,

    Lui qui dans un pouvoir silencieux sera le roi de tout.

    Ainsi je crois et je reconnaîtrai :

    Il est né d'une semence humaine en même temps que divine." (Trad. Guy Laffaille)

     

     

    .

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    10. LE CARTOUCHE "SI : TYBVRTINA" ET  LA SIBYLLE DE TIBUR.

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    La Sibylle de Tibur.

    .

    Âgée de 20 ans, elle tient une main coupée annonçant le soufflet d'un soldat lors de la Passion. On notera le turban ou balzo, très à la mode à la Renaissance, mais qui permet de conférer une touche orientale à la prophétesse, bien que Tibur, ou Tivoli, se trouve en Italie.

    Texte. Le mode musical associé est le 4 (Mi).

     

    Verax ipse Deus dedit haec mihi munia fandi,
    Carmine quod sanctam potui monstrare puellam,
    Concipiet quae Nazareis in finibus, illum
    Quem sub carne Deum Bethlemica rura videbunt.
    O nimium felix, coelo dignissima mater,
    Quae tantam sacro lactabit ab ubere prolem.

     

    "Le vrai Dieu lui-même m'a donné cette charge de parler

    Parce que j'ai pu montrer dans un chant la sainte Vierge

    Qui concevra dans le pays de Nazareth ce Dieu

    Que les campagnes de Bethléem verront incarné.

    Ô mère trop heureuse, très digne du ciel,

    Qui allaitera de son saint sacré un si grande descendance." (Trad. Guy Laffaille)

     

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    11. LE CARTOUCHE : "SI : ERYTHREA" ET   LA SIBYLLE D'ERYTHRÉE.

     

    .

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    La Sibylle d' Erythrée.

    Âgée de 25 ans, elle tient une fleur, qui préfigure l'Annonciation (et le lys présenté par l'ange Gabriel à Marie). Dans le premier manuscrit elle est coiffée d'un hénin, et dans le dernier d'un turban d'où descend un long ruban blanc.

    .

     

    Texte. Le mode musical associé est le 6 (b Fa).

     

    Cerno Dei natum, qui se demisit ab alto,
    Ultima felices referent cum tempora soles :
    Hebraea quem virgo feret de stirpe decora,
    In terris multum teneris passurus ab annis,
    Magnus erit tamen hic divino carmine vates,
    Virgine matre satus, prudenti pectore verax.

    .

    "Je vois le fils de Dieu, qui est descendu du ciel,

    Quand des soleils heureux ramèneront les temps ultimes.

    Lui qu'une belle vierge portera d'une racine hébraïque,

    Sur terre depuis ses tendres années il souffrira beaucoup.

    Pourtant il sera un grand prophète au chant divin,

    Né d'une mère vierge, véridique dans la sagesse de son cœur." (Trad. Guy Laffaille)

    .

     

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    12. LE CARTOUCHE :  "SIBI : AGRIPPA" ET  LA SIBYLLE AGRIPPA.


    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    La Sibylle Agrippa.

    Son attribut est le fouet car elle annonce la Flagellation de la Passion du Christ. Âge : 30 ans.

     

    Texte.  Mode musical associé: 6 (bFa) .

     

    Summus erit sub carne satus, charissimus atque,
    Virginis et verae complebit viscera sanctum
    Verbum, consilio, sine noxa, spiritus almi :
    Despectus multis tamen ille, salutis amore,
    Arguet et nostra commissa piacula culpa :
    Cuius honos 
    constans, et gloria certa manebit.

    "Il sera très grand, semé sous la chair, et très aimé,

    Il emplira le ventre d'une vraie vierge,

    Verbe saint, sans dommage, par l'action de l'esprit saint,

    Pourtant méprisé par beaucoup, par amour du salut,

    Il montrera les châtiments encourus par notre faute

    Son honneur sera constant et sa gloire n'aura pas de fin." (Trad. Guy Laffaille)

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    FOLIO 36 :  LE PORTRAIT DE ROLAND DE LASSUS ÂGÉ DE 28 ANS (Hans Mielich, 1560).
    .

    A la fin du volume, au folio 35, Hans Mielich a peint un portrait du compositeur dans un médaillon en pleine page.

     En haut, Athéna (avec sa  lance et son bouclier ou Égide à tête de Méduse, telle qu'elle est sortie toute armée de la tête de Zeus) et d'Hermès (avec son caducée) forment le couple de l'Hermathena, alliance de la sagesse et de l'éloquence que chaque artiste se donne comme modèle depuis le XVe siècle, et que Hoefnagel, successeur de Hans Mielich à la cour de Bavière, reprendra indirectement comme emblème sous forme de la chouette au caducée et aux pinceaux. Voir mon étude de l'Hermathena et de la chouette/hibou chez Hoefnagel dans ce blog.

    La chouette d'Athena est bien présente, entre la tête des deux divinités, devant une urne. Parfaitement au centre, ce qui lui donne une importance tutélaire qui confirme celle que lui donnera Joris Hoefnagel. L'artiste, avant d'être un individu inspiré par une Muse ou une emprise divine, se veut être un sage et un savant.   (Et, par les temps de déchaînement des conflits religieux qui courent alors, un adepte de la paix).

    Voir aussi :

    .

    Des fruits, des feuillages de chêne et d'olivier entourent ces dieux.

    Le médaillon est encadré par deux petites scènes mythologiques en grisaille. À gauche, Apollon joue de la lyre et Pan de la flûte.

    A droite est figuré le supplice de Marsyas attaché à un pin. On sait que ce silène, devenu fort habile à la flûte qu'il avait ramassée après qu'Athéna l'eut jetée,  avait eu l'impudence de défier Apollon dans un concours musical. Les muses ayant déclaré le dieu vainqueur, celui-ci punit Marsyas de son orgueil en le condamnant à être écorché vif par un esclave scythe.

    Le concours entre Apollon et Marsyas, symbolise la lutte entre les influences apolliniennes et dionysiennes de l'homme.

    Ces deux grisailles associées à la chouette et au couple Athena-Hermès composent un véritable manifeste sur le statut de l'artiste à la cour d'Albert V.

    Le médaillon lui-même est supporté par un appareil ornemental doré associant deux griffons en guise de volutes, à l'enroulement d'un cuir découpé où est suspendu une tête de bouc (celui du sacrifice dyonisien de la tragédie antique, car le mot tragôidía est composé de « bouc » et de « chant» ?)

    Rappelons que Hans Mielich peint ici des miniatures, dans la tradition des enluminures médiévales sur parchemin.  L'ovale est peint en bleu, ce bleu de lapis-lazuli très précieux que l'artiste réserve à ce type d'usage. On y lit, en lettres d'or, "ORLADVS * DE * LASSO * AETATIS * SVAE * XXVIII, "Roland de Lassus à l'âge de 28 [ans]". Si on admet la date de 1532 pour celle de sa naissance, cela conduit à dater ce portrait de 1560.

    Le musicien est peint en buste, de trois-quart, le regard tourné vers le spectateur. Les cheveux aux tempes grisonnantes sont dégarnis, les yeux bleus, le nez fin et aigu, le menton caché par une barbe châtain. 

    La tenue vestimentaire  associe un manteau noir (dont le pan est retenu par un ruban passé autour du cou)  à un habit de cour de satin violet, boutonné par devant comme une soutane, très ajusté à l'encolure qui laisse passer une fraise finement plissée. La même dentelle frisée, ourlée de noir, s'échappe des manches. Les étoffes sont fines, souples, soyeuses, presque moirées, au fil souligné par des lignes horizontales régulières. 

    La main gauche, seule visible, serre un mouchoir ou un rouleau de papier. Une bague en jonc est passée à l'annulaire.

    L'impression générale est celle d'un homme riche, élégant et soigneux, contrôlant un caractère bouillonnant et sensible par un goût de la précision et de maîtrise technique.

    .

     

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    Dans les autres manuscrits, le cadre change : il est couronné par deux  Muses ailées, parmi les masques, le lion et la lionne (animaux du duc et de la duchesse)  et les guirlandes, ou bien entouré de deux putti qui portent les trompettes de la renommée.

    .

    .

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.

    .

    Hans Mielich a peint aussi,  cinq ans plus tard, le portrait de Roland de Lassus pour le manuscrit des Psaumes pénitentiels, que j'ai précédemment décrit : 

    Voir

     http://www.lavieb-aile.com/2015/05/autoportrait-de-hans-mielich-suite-le-mus-ms-a-i-et-ii.html

    L'aspect général est le même, avec le quelques années en plus et quelques cheveux en moins. On remarque un pendentif accroché au ruban noir déjà visible en 1560 : tous les membres de la cour peints par Hans Mielich en portent un.

     Roland de Lassus / Orlando di Lasso, Les sept psaumes pénitentiels de David avec le motet Laudes Domini : Livre de chœur volume I,  BSB-Hss Mus.ms. A I(1), Bibliothèque Nationale de Bavière Bayerrische Staat Bibliothek BBS , Munich, 1565

    .

    http://daten.digitale-sammlungen.de/~db/0008/bsb00089635/images/index.html?id=00089635&groesser=&fip=qrsfsdrxdsydwewqxdsydwwxdsydsdasfsdr&no=&seite=44

     

    .

     

    .

    Nous disposons d'autres portraits encore sous forme de gravures (publiés dans les articles Wikipédia).

     :

     

    Les douze Sibylles peintes par Hans Mielich pour les Prophetiae Sibyllarum de Roland de Lassus.
    Orlando di Lasso gravure sur cuivre de René Boyvin

    Orlando di Lasso gravure sur cuivre de René Boyvin

    .

    SOURCES ET LIENS.

    — Edition et traductions des Prophéties des Sibylles de Roland de Lassus :

    http://www.lieder.net/lieder/assemble_texts.html?SongCycleId=945

     

    — ABROMONT (Claude), Les enquêtes musicales de Claude Abromont, France musique, 5 émissions de 7 minutes, , 7 au 11 août 2017

    — BERGQUIST (Peter), 1979, "The Poems of Orlando di Lasso's "Prophetiae Sibyllarum" and Their Sources", Journal of the American Musicological Society, Vol. 32, No. 3 (Autumn, 1979), pp.516-538 University of California Press on behalf of the American Musicological Society

    http://www.jstor.org/stable/831253

     

    — HEITZ  (Paul), 1903,  Oracula sibyllina (Weissagungen der zwölf Sibyllen) nach dem einzigen, in der Stiftsbibliothek von St. Gallen aufbewahrten exemplare , Stiftsbibliothek Sankt Gallen

    https://archive.org/details/oraculasibyllin00gallgoog

    — HIS (Isabelle) "La Sibylle en musique : d’Orlande de Lassus à Maurice Ohana"  , in LA SIBYLLE, Parole et représentation Monique Bouquet y Françoise Morzadec (dir.), page 255-272, Presses Universitaires de Rennes

    http://books.openedition.org/pur/30373?lang=es#bodyftn18

    — OWENS (Jessie Ann)  Vienna, Österreichische Nationalbibliothek, Musiksammlung, Mus. Hs. 18.744 : in four parts introduction by Jessie Ann Owens.


    http://booktoday.ru/Vienna-%C3%96sterreichische-Nationalbibliothek-Musiksammlung-Mus-Hs-18744--in-four-parts--or--cintroduction-by-Jessie-Ann-Owens/2/ccgeba

    — ROTH (Marjorie A.), 2005, The voice of Prophety, Orlando di Lasso's Sibyls and Italian humanism

    / Ann Arbor (Mich.) : ProQuest LLC, UMI , 2005, cop. 2005  University of Rochester, 414 pages.

    — RAYBOULD (Robin)   The Sibyl Series of the Fifteenth Century

    https://books.google.fr/books?id=XTtFDQAAQBAJ&pg=PA134&dq=Sibyllarum+de+Christo+vaticinia.+(%C2%A0%5BOracula+Sibyllina%5D&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj37rnI-srVAhVInBoKHWDlBZMQ6AEISjAF#v=onepage&q=Sibyllarum%20de%20Christo%20vaticinia.%20(%C2%A0%5BOracula%20Sibyllina%5D&f=false

     

    — WIKIPEDIA

    https://en.wikipedia.org/wiki/Prophetiae_Sibyllarum

    .

    Sur les Sibylles.

    .

    EL ENIGMA DE LA SIBILA

    https://sites.google.com/site/omnedecus/Home/art/el-enigma-de-la-sibila

    HÜE (Denis), 2004, La Sibylle au théâtre, in Sibylle, parole et représentation, Presses Universitaires de Rennes p. 177-195 http://books.openedition.org/pur/30366

    Dans les vitraux :

    http://ndoduc.free.fr/vitraux/htm5601/sibylles.php

    Baie 12 d'Ervy-le-Chatel (Aude), v1515 : 

    http://ndoduc.free.fr/vitraux/htm8601/eg_StP@Ervy_12.php

    Article de Wikipédia

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Sibylle

    https://it.wikipedia.org/wiki/Sibilla

    ABED ( Julien) 2010, La Parole de la sibylle. Fable et prophétie à la fin du Moyen Âge, thèse de doctorat préparée sous la direction de Mme Jacqueline Cerquiglini-Toulet, soutenue le 13 mars 2010 à l’université Paris-Sorbonne.

    https://peme.revues.org/85

    ABED ( Julien), 2007, "Une à la douzaine : le statut du personnage de la sibylle dans le BnF fr 2362 "in Façonner son personnage au Moyen Âge Chantal Connochie-Bourgne, Coll. Sénéfiance, Presses Universitaires de Provence,  pages 9-19 http://books.openedition.org/pup/2255?lang=fr

    BARBIERI (Filippo de) [Philippus de Barberiis] [Filippo Barberio], 1481,  [Discordantiae sanctorum doctorum Hieronymi et Augustini, et alia opuscula] ([Reprod.]) / [Philippus de Barberiis] , Bnf, Gallica :

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k591531, 

    — BELCARI (Feo), « Sacra rappresentazione » du mystère de l’Annonciation. Ce mystère fut joué à Florence, en 1471, à l’occasion de la visite du duc Galeazzo Maria Sforza. la première édition en parut à Florence, sans nom d’auteur, à la fin du xve siècle.

    https://archive.org/details/bub_gb_ZTjxnHHEHGgC

    http://www-personal.usyd.edu.au/~nnew4107/Texts/Fifteenth-century_Florence_files/Belcari_Annunciation.pdf  

     

    BOUISSOUNOUSE (Jean), 1925, Jeux Et Travaux D'apres Un Livre D'heures Du XV Siecle : Livre d'heures Chantilly n°1362 « Livre d'heures de la duchesse de Bourgogne, Adélaïde de Savoie » Xve siècle folio 21r :La Vierge et l'Enfant, en gloire et les sibylles.  Paris 1925, Reprints Slatkine Genève 1977.

    https://books.google.fr/books?id=ZUq0Pgh2ye8C&dq=%22livre+d%27heures%22sibylles&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

     

     —CASTEL (Yves-Pascal), 2006, "Les 70 sibylles du Finistère", Bulletin de la Société Archéologique du Finistère - T. CXXXV - 2006 pages 201 et suivantes

    http://patrimoine.dufinistere.org/art2/index.php?art=ypc_sibylles 

    CLERC (C de ), 1979, "Quelques séries italiennes de Sibylles", Bulletin de l'Institut historique belge de Rome, fasc. 48-49 pages 105-127.

    CHAMPIER (Symphorien), 1503, "Les prophéties, dits et vaticinations des Sibylles, translatés de grec en latin par Lactance Firmian", 3ème partie de  La nef des dames vertueuses, 

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k79103w/f124.item.zoom

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k79103w/f31.vertical

    GIUSTINIANI (Giulia), 2014 « Gli esordi critici di Emile Mâle : la tesi in latino sulle sibille »,Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge 

     http://mefrm.revues.org/1527 

    HEURES DE LOUIS DE LAVAL , avant 1489,  Horae ad usum romanum Bnf Latin 920. 

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52501620s/f42.item

     

    KRIEGER (Denis), Autour des vitraux d'Arnauld de Moles à la cathédrale Sainte-Marie d'Auch

    (un dossier iconographique sur les Sibylles)

    http://www.mesvitrauxfavoris.fr/index_htm_files/Auch%20et%20les%20Sibylles.pdf

     — LAMBERT (Gisèle), Les premières gravures italiennes =  Les gravures de Baccio Baldini : une suite de 24 prophètes et 12 Sibylles .

    http://books.openedition.org/editionsbnf/1365

    — LE VERDIER, (Pierre Jacques Gabriel,) 1884, Mystère de l'incarnation et nativité de Notre Sauveur et Rédempteur Jésus-Christ : représenté à Rouen en 1474, publié d'après un imprimé du XVe siècle Société des bibliophiles normands

    https://archive.org/stream/mysteredelincarn01leve#page/n69/mode/2up

    MÂLE  (Émile), 1925,  L'art religieux de la fin du Moyen Age en France  : étude sur l'iconographie du Moyen Age et sur ses sources d'inspiration  3e éd., rev. et augm. / Paris : A. Colin ,  p. 254-279.

    https://archive.org/stream/lartreligieuxde00ml#page/252/mode/2up

    https://archive.org/stream/lartreligieuxde00ml/lartreligieuxde00ml_djvu.txt

    MÂLE  (Émile) , 1899, Quomodo Sibyllas recentiores artifices repraesentaverint [Texte imprimé] / E. Mâle,.. / Parisiis : E. Leroux , 1899  

    MONTEIRO (Mariana), 1905, As David and the Sibyls says. A sketch of the Sibyls and the sibylline oracles  

    https://archive.org/details/asdavidsibylssay00montrich

    PASCUCCI (Arianna), 2011, L'iconografia medievale della Sibilla Tiburtina in Contributi alla conoscenza del patrimonio tiburtino, Vol. VIII, Liceo classico statale Amedeo di Savoia di Tivoli, 2011,

     http://www.liceoclassicotivoli.it/Pascucci_Sibilla_Tiburtina_2011.pdf

    https://www.academia.edu/9789364/Liconografia_medievale_della_Sibilla_Tiburtina_di_Arianna_Pascucci_Tivoli_2011

    RÉAU (Louis), Iconographie de l'art chrétien, II, Iconographie de la Bible, Ancien Testament, p. 420-430.

    ROBERTET (Jean), Œuvres. Édition critique par Margaret Zsuppán, Genève, Droz; Paris, Minard (Textes littéraires français, 159), 1970, 208 p.

    https://books.google.fr/books?id=3Kn4gp0HSEQC&dq=Jean+Robertet,+%C5%92uvres.&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

     

    ROESSLI (Jean-Michel), 2002,  Catalogues de sibylles, recueil(s) de Libri Sibyllini et corpus des Oracula Sibyllina Remarques sur la formation et la constitution de quelques collections oraculaires dans les mondes gréco-romain, juif et chrétien Jean-Michel Roessli (Université de Fribourg, Suisse)  in E. NORELLI (ed.), Recueils normatifs et canons dans l'Antiquité. Perspectives nouvelles sur la formation des canons juif et chrétien dans leur contexte culturel. Actes du colloque organisé dans le cadre du programme plurifacultaire La Bible à la croisée des savoirs de l'Université de Genève, 11-12 avril 2002 (Lausanne, 2004; Publications de l'Institut romand des sciences bibliques 3), p. 47-68

     

    http://www.concordia.ca/content/dam/artsci/theology/profiles/jean-michel-roessli-catalogues-sibylles.pdf

    ROESSLI (Jean-Michel) , 2007 « Vies et métamorphoses de la Sibylle », Revue de l’histoire des religions :

     http://rhr.revues.org/5265

     — Sibyllae et prophetae de Christo Salvatore vaticinantes - BSB Cod.icon. 414 (1490-1500) http://bildsuche.digitale-sammlungen.de/index.html?c=viewer&lv=1&bandnummer=bsb00017917&pimage=00017917&suchbegriff=&l=fr

    TASSERIE (Guillaume), 1499  Le Triomphe des Normans composé par Guillaume Tasserie traictant de la Immaculée Concepcion Nostre Dame

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k424472s

    Le Triomphe des Normans traictant de la Immaculée Conception Nostre Dame est un mystère qui fut joué en 1499. Une seule copie de ce texte nous est parvenue, dans un manuscrit ayant appartenu jadis au Duc de la Vallière. La mise en ligne et la mise en page ont été assurées par Denis Hüe à l’Université Rennes

    2http://www.sites.univ-rennes2.fr/celam/cetm/triomphe/triomphe.html

    Tractatus Zelus Christi, Venise 1592

    https://books.google.fr/books?id=eItlAAAAcAAJ&pg=PA44-IA1&lpg=PA44-IA1&dq=ensem+nudum+sibylla&source=bl&ots=mmZ9XSX-Hd&sig=mpqSs1Y5_ou3a9KrWaEIqX-w4eo&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiS4_Ghx8nPAhXnDsAKHeLyAXEQ6AEIHDAA#v=onepage&q=ensem%20nudum%20sibylla&f=false

     

     

     

    .

    Partager cet article
    Repost0
    Published by jean-yves cordier - dans Sibylles
    20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 10:47

    La charpente sculptée de l'église de Pleyben par le Maître de Pleyben (vers 1571-1580). I. La croisée du transept et ses Sibylles.

     

    .

    Voir aussi :

    — Sur les sablières du Maître de Pleyben :

     

     

     

    .

    — Et sur les sablières bretonnes :

    .

    .

    .

    LE SCULPTEUR SUR BOIS DIT LE "MAÎTRE DE PLEYBEN".

    Vers 1580, un sculpteur anonyme, désigné aujourd'hui sous le nom de convention de "Maître de Pleyben", réalisa les sculptures de la charpente de la chapelle du château de Kerjean, en Saint-Vougay, à la demande de Louis Barbier, seigneur de Kerjean. Un véritable chef-d'œuvre, influencé par l'École de Fontainebleau qui avait introduit vers 1535 le motif décoratif du cuir découpé à enroulement, et par la diffusion du style de la Seconde Renaissance française dans des recueils de gravures : le prospère Léon était largement ouvert à l'Europe par ses ports de Landerneau, Morlaix et Roscoff.

    Cet artiste a reçu ce nom car on lui attribue aussi une partie des sablières de l'église de Pleyben, en haute Cornouaille vers 1564 et 1571.  On reconnaît aussi son style sur la charpente de l'église de Saint-Divy, dans le Léon, et  dans la chapelle de Sainte-Marie du Ménez-Hom en Plomodiern, située à 23 km de Pleyben et 70 km de Kerjean

    Son style ? On le distingue à ces cuirs découpés à enroulements, car il  faufile dans les découpes des linges et des cordages dont il confie les extrémités à des anges ou autres personnages. Ses anges aussi sont caractéristiques, avec une coiffure faite de mèches rondes cerclant  la périphérie du visage, et avec une tunique aux plis prononcés, bouffante à la taille en formant une ligne sinueuse, avant de s'évaser vers les pieds avec une grande liberté. Ajoutons que les manches de ses tuniques s 'évasent en larges couronnes au dessus des coudes, qui sont globuleux. Ses personnages en pieds (Évangélistes ou Sibylles, notamment) ont en commun un visage fin, ovale, avec des nez longs et fins, de grands yeux aux pupilles en creux,  des bouches fines, des manches bouffantes, ou, pour les femmes, des bandeaux de cheveux. 

    Mais ce sont surtout ses motifs iconographiques qui se répètent en tableaux stéréotypés :  mascarons zoomorphes ou anthropomorphes sur le plan profane, guirlandes et frises à petits pois, musiciens, et, sur le plan religieux, des thèmes plus christiques que mariaux :  Sainte Face, Tunique du Christ, Plaies du Christ, Instruments de la Passion, Rencontre de la Samaritaine. Et les Sibylles, à Kerjean et à Pleyben.

    Datation : un chronogramme de la sablière du transept indique "1571". Sophie Duhem, qui estime que cette pièce n'est pas de la main du Maître de Pleyben mais appartient à une partie qui s'inspire de son travail, et qui indique que la construction du chœur date de 1564, propose la fourchette 1564-1571. Guy Leclerc propose celle de 1571-1580. Dans la première hypothèse, Pleyben aurait précédé les trois chantiers de Kerjean, Plomodiern (Ménez-Hom) et Saint-Divy de 10 à 20 ans, qui seraient des œuvres de maturité du Maître. Dans la seconde, les quatre chantiers sont pratiquement contemporains.

    .

    .

    Vue d'ensemble de la voûte de la croisée du transept.

    Aux quatre angles du transept siègent les Évangélistes sous forme de statues à encorbellement (ou corbel). Ils tiennent, chacun, un phylactère avec les premiers mots de leur évangile. Leur positionnement aux quatre angles affirment  le rôle fondamental, crucial, du Nouveau Testament .

    La voûte forme, à la croisée, un grand carré découpé par deux diagonales reliant deux à deux les angles : ces diagonales  réalisées en nervures moulurées se croisent en une clef pendante. Je nomme ces diagonales "liernes" (le couvre-joint des arêtes du lambris), et ce sont elles qui reçoivent seize sculptures en haut-relief. Le réseau est structuré par cinq nervures qui dessinent autant de carrés emboîtés. Enfin, quatre grandes nervures traversent en croix l'édifice, d'un transept à l'autre ou de la nef vers le chœur : elles sont rythmées par des abouts de poinçons (ou clefs). 

    Au total, nous aurons donc à examiner 4 Évangélistes,  16 personnages de liernes, une clef pendante, et 20 des 116 clefs de voûte. Soit 41 pièces sculptées, et même d'avantage car je vais dépasser un peu les limites du cadre imparti.

    Le but est d'enrichir l'iconographie disponible en ligne. De favoriser la connaissance du patrimoine artistique de Bretagne. Et de poursuivre mon étude des Sibylles du Finistère, des instruments de musique de la Renaissance, et de la production du Maître de Pleyben.

    L'exploration rapprochée de ces sculptures m'ont révélé (comme sur les autres sites, à Saint-Divy, Sainte-Marie-du-Ménez-Hom et même à Kerjean) le mauvais état de conservation, ou l'attaque par les parasites du bois. J'ai été choqué par la façon dont les figures sculptées ont été fixées au support par des vis cruciformes qui les transpercent et dont les têtes sont restées apparentes, sur un site classé par les Monuments historiques. 

    .

     

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

     

    Angle nord-ouest de la voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Angle nord-ouest de la voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

     

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    I. LA LIERNE NORD-OUEST.

     

    1. L'évangéliste saint Jean et son aigle.

    Phylactère : In principio erat Verbum. "Au commencement était le Verbe". Une citation qui prend un sens particulier si on considère que les Sibylles, comme les Prophètes, ont été, dans leurs paroles, inspirées par Dieu bien avant l'avènement du Christ, pour en annoncer la venue. 

    Les quatre évangélistes sont également sculptés à Kerjean et  à Saint-Divy où deux seulement sont conservés.

    .

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

     

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    1. Femme tenant un objet (brisé) dans la main gauche.

    La femme est vêtu d'un manteau bleu sur lequel tombent ses longs cheveux. Marie-Madeleine ?  L'objet pourrait être un miroir.

    .

     

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    2. Femme en brun.

    Elle est vêtue à la mode d'Anne de Bretagne (mais nous sommes sous Henri II) avec une coiffe en chaperon, dont les ailes retombent sur les épaules, et un décolleté carré. D'une main, elle tient le pan du manteau, et l'autre main est placée sur la poitrine. Mais l'index de cette main est tourné vers le haut, comme chez les Prophètes qui, sur les Arbres de Jessé, indiquent par ce geste que leur prophétie se réalise par le Christ, et également comme les Sibylles, ces prophétesses antiques.

    Alors, serait-ce ici une Sibylle, dépourvu d'attribut d'identification ?

     

     .

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

     

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    Éléments de décor : un masque féminin.

    .

     

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    3. Femme en bleu tenant une une tige verte .

    Pris par mon sujet, j'en ferais volontiers une Sibylle Lybique tenant un flambeau ; mais, est-ce raisonnable ? . N'est-ce pas un roseau, celui de la dérision du Christ lors de sa Passion ?

    Notons pourtant cette main gauche placée sur la poitrine, et cet index expressif. Elle veut nous dire quelque chose, mais quoi ?

     

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    4. Femme tenant une palme. 

    La palme est l'attribut des vierges et martyres. 

    Mais ici, l'index gauche placé face au pouce alors que les autres doigts sont repliés est indubitablement "indicatif". 

    Est-ce la Sibylle Érythréenne et son rameau fleuri, elle qui a deviné la survenue de l'Annonciation  (car on sait que l'ange Gabriel apporte à Marie un lys, ou du moins un rameau) ?

    Comme les précédentes, elle est agenouillée. On notera l'élégance de son col, nervuré comme une fraise et couvrant ses épaules.

    .

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

     

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    II. LA LIERNE NORD-EST.

    .

     

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    L'évangéliste Marc et son lion.

    Le phylactère indique le texte de l'incipit Marc 1:1  Initium evangeli jesu christi. "Commencement de l'évangile de Jésus-Christ".

    .

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    5. Un ange tenant une lanterne. Ou la Sibylle Persique.

    Puisqu'il s'agit d'un ange avec deux ailes et des pieds nus, ce ne peut être la Sibylle Persique, dont la lanterne est l'attribut. Ah, c'est irritant, d'autant qu'elle montre clairement par son index gauche qu'elle avait prédit l'avènement de cette Lumière éclairant le Monde. 

    Ce serait un ange tenant la lanterne des gardes de l'arrestation de Jésus à Getsémani ?

    A moins que ce ne soient pas ici des ailes, mais un écran doré appartenant au décor sous-jacent ? Et à moins d'interpréter les deux "ailes " dorées comme un dossier aux bords enroulés. 

    Notez les manches courtes évasées en spires concentriques, caractéristiques du Maître, tout comme la tunique cintrée au dessus d'un feston en coquille Saint-Jacques

    .

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    6. La Sibylle Europa et son glaive.

    Là, plus de doute. C'en est une. Elle porte le glaive parce qu'elle avait prévu, plusieurs années ou siècles auparavant, le Massacre des Innocents. C'est fort, non ? 

    Mais quelle jolie brune ! Si élégante et si bien maquillée !  Et cet art pour laisser échapper, d'un manteau trop grand pour elle, une cuisse fine et bronzée !

     .

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    7. Sainte Barbe tenant sa tour à trois fenêtres.

    Sainte Barbe, je ne vous la présente pas. Sa coquetterie ne se dément pas ici, avec ses sourcils et son front épilés, son rouge au joues, ses longs cheveux châtains dénoués comme toute jeune fille. Comme elle protège de la foudre, elle est ici fort utile sous ce lambris qui n'attend qu'une étincelle ...

    .

     

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    8. Jeune homme barbu.

    Qui est ce quidam  chaussé de sabots ? Un pèlerin dans sa pèlerine ? Et que tient-il dans la main droite ?

    —Un presse-agrume !

    —  Un moule à Kouglof !

    — Une coquille ?

    — Mais non, ce sont les doigts de sa main gauche sortant du poignet de sa houppelande. Un genou à terre, il prie, les mains jointes.

    .

     

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    III. LA LIERNE SUD-EST.

    .

     

    Lierne sud-est, voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Lierne sud-est, voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.


    .

    Saint Luc et son taureau. 

    Sur sa banderole se lit son incipit Luc 1:1 : Quoniam quidem multi conati sunt. "Puisque beaucoup ont entrepris de composer un récit".

    .

     

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    9. Une femme tenant une aiguière. La Samaritaine.

    On reconnaît ici la femme qui a puisé de l'eau au Puits de Jacob, à la demande de Jésus. Comment la reconnaît-on ? Car elle figure de façon plus explicite sur une sablière du transept sud de Pleyben, mais aussi de la chapelle de Kerjean. 

    On comprend que l'artiste a choisi de représenter en majorité sur la voûte des femmes, n'appartenant pas au peuple Juif (Sibylles ; Barbara l'orientale ; la Samaritaine) ou réprouvée par les Pharisiens (Marie-Madeleine),  mais qui l'ont annoncé ou reconnu ou ont joué un rôle important dans la Foi .

     

     

    La Samaritaine, voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    La Samaritaine, voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    La Samaritaine, voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    La Samaritaine, voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    10. La Sibylle de Tibur tenant la main coupée.

    Cette main montre qu'elle a prédit par ses vaticinations le soufflet qu'un soldat romain infligea au Christ lors de sa Passion.

    .

     

    La Sibylle de Tibur,  voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    La Sibylle de Tibur, voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

     

    La Sibylle de Tibur,  voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    La Sibylle de Tibur, voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    11. La Sibylle de Samos tenant son berceau.

    car elle a, pars ses oracles, prévu la Nativité du Christ.

    .

    La Sibylle de Samos,  voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    La Sibylle de Samos, voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

     

    La Sibylle de Samos,  voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    La Sibylle de Samos, voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    12. La Sibylle Cimmérienne tenant la corne servant de biberon.

    annonçant que la Vierge donnerait le sein à l'Enfant-Jésus. 

    .

    La Sibylle Cimmérienne,  voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    La Sibylle Cimmérienne, voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

     

    La Sibylle Cimmérienne,  voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    La Sibylle Cimmérienne, voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    IV. LA LIERNE DU SUD-OUEST.

    .

    .

    La lierne sud-ouest de la  voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    La lierne sud-ouest de la voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    L'évangéliste Matthieu et son ange .

    .... ainsi que le phylactère portant l'incipit de son évangile Liber generationem jesu  christi."Livre de la genèse de Jésus Christ".

    .

    L'évangéliste Matthieu,  voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    L'évangéliste Matthieu, voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

     

    La lierne sud-ouest de la voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    La lierne sud-ouest de la voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    13. Ange tenant la Couronne d'épines. Ou la Sibylle de Delphes

    On ne peut assimiler cet ange avec la Sibylle de Delphes, qui porte le même attribut...à moins d'interpréter les deux "ailes " dorées comme un dossier aux bords enroulés. La Sibylle Delphique aurait annoncé le couronnement d'épines du Christ lors de sa Passion.

    .

     

    La lierne sud-ouest de la voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    La lierne sud-ouest de la voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    14. Ange présentant la Croix. Ou la Sibylle Hellespontique.

    On ne peut confondre cet ange avec la Sibylle Hellespontique, qui porte le même attribut, ...à moins d'interpréter les deux "ailes " dorées comme un dossier aux bords enroulés. La Sibylle Hellespontique aurait prévu la Crucifixion. 

    .

    .

    La lierne sud-ouest de la voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    La lierne sud-ouest de la voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

     

    La lierne sud-ouest de la voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    La lierne sud-ouest de la voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    15. Un évêque.

    .

    La lierne sud-ouest de la voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    La lierne sud-ouest de la voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

     

    La lierne sud-ouest de la voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    La lierne sud-ouest de la voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    16. Une femme en vert, bras croisés sur la poitrine. Ou une Sibylle lambda, sans attribut.

    .

     

     

    La lierne sud-ouest de la voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    La lierne sud-ouest de la voûte de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    DISCUSSION: LES SIBYLLES DE PLEYBEN

    Si je m'en tiens aux prophétesses  identifiables sans ambiguïté, je retiens les Sibylles Europa avec son glaive, de Tibur avec sa main, de Samos avec son berceau et Cimérienne  avec son biberon. J'accepte à la rigueur la Lybique et son flambeau, l'Erythréenne et son rameau. Si on prend le parti de considérer les "ailes" dorées des trois anges comme des dossiers, parti que j'adoptai d'abord après examen du bord rectiligne et enroulé de deux-ci, on accepte alors d'y reconnaître   la Persique et sa lanterne, la Delphique avec la Couronne d'Épines, et l'Hellespontique avec la Croix. Au maximum, on enrôle la dernière, dépourvue d'attribut, mais au vêtement et à la coiffure soignée dignes d'une de ces dames vaticinatrices. Donc, quatre certainement, et peut-être neuf parmi les douze Sibylles.

    Après examen des anges des nervures du chœur, qui ont tous leurs ailes à bords rectilignes et enroulés (voir ici en fin d'article),  je ne conserve que les quatre Sibylles certaines.

    Pour l'abbé Yves-Pascal Castel,  "les Sibylles, au nombre de cinq sont l'Européenne, la Samienne, la Libyque, l'Erythréenne et Agrippa". L'attribut de cette dernière est le fouet, que je n'ai pas observé.

    Le frère des Écoles chrétiennes Guy Leclerc (frère d'Edouard) décrit "La sibylle de Samos porte un berceau et annonce la Nativité du Christ, celle de Perse porte une lanterne et annonce  le Christ lumière du monde, celle de Tibur tient le gant qui rappelle le soufflet du soldat romain, la sibylle cimérienne tient un biberon en forme de corne d'abondance [sic], et ainsi de suite". Cet "ainsi de suite" témoigne de la difficulté à donner une identification définitive.

    Je rappelle qu'à Kerjean, le même sculpteur a représenté cinq ou six Sibylles, Agrippa, celle de Samos, de Crimée (cimmérienne), de Delphes, et Hellespontique. 

    Il est possible que le thème des Sibylles se mêle avec, ou soit détourné au profit du culte des Instruments de la Passion, et  de la compassion pour les souffrances du Christ, qui est évident sur les quatre sanctuaires ornés par le Maître de Pleyben avec les cuirs des Cinq Plaies, de la Couronne d'épines autour de la Croix, de la Sainte Face, des porteurs de la Colonne de Flagellation, entre autres.

    De manière générale, le culte christique l'emporte sur le culte marial. Enfin, notons l'absence, sur ces personnages des liernes, des thèmes profanes, qui apparaissent sous forme de masques dans le décor intermédiaire.

     

    .

     

    .

     

     

    .

    .

    .

    LA CLEF PENDANTE CENTRALE ET LES ABOUTS DE POINÇON SUR LES QUATRE NERVURES.

    .

    Nous n'avons fait que la moitié du chemin — et encore ! —et nous devons encore rester un bon moment le nez levé, pour observer le réseau des nervures qui, à partir de la clef pendante centrale, se dirigent vers les quatre directions cardinales, égrenant à chaque croisement avec les carrés des nervures transversales leur 20 à 24 "abouts de poinçons". Nous y trouverons des anges, des musiciens et des acrobates, mais aussi quelques fleurons. 

    Dirigeons d'abord nos jumelles vers la clef pendante. 

    I. La clef pendante : les quatre anges du Jugement Dernier.

    Quatre anges buccinateurs ont embouché leur trompette qu'ils dirigent vers nous pour annoncer le Jugement Dernier. Assis sur le même siège, ils portent une tunique or, vers l'Orient,  bleu et blanche, vers le Septentrion, verte vers l'Occident, et bleue, vers le Midi. Ah, mes amis, quel vacarme ! À réveiller les morts !

    .

     

     

    Clef pendante des quatre anges buccinateurs de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Clef pendante des quatre anges buccinateurs de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

     

    Clef pendante des quatre anges buccinateurs de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Clef pendante des quatre anges buccinateurs de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    Clef pendante des quatre anges buccinateurs de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Clef pendante des quatre anges buccinateurs de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    Les abouts de poinçon des quatre nervures.

    .

    Pour chaque nervure, je me dirigerai du centre vers la périphérie.

    .

    II. La nervure se dirigeant vers le chœur.

    .

     

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    1. Un ange en tunique blanche.

    .

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    2. Un joueur de vièle.

    En bonnet, tunique bleue, braies brunes, chaussures noires, il joue avec un archet sur un instrument à (trois) cordes.

    .

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    3. Un fleuron. Je passe.

    .

    4. Un joueur de luth. Là, je prends.

    Barbu, le regard inspiré, vêtu d'une tunique jaune à manches bouffantes, jambes écartées et  comme saisi en plein vol plané, il joue (sans plectre visible)  d'un instrument à cordes pincées, dépourvues d'ouïes : un luth, si on veut, malgré sa forme peu ventrue. Ou une guiterne (joué avec un plectre), une mandore, ou une mandoline (plus ventrue), etc.

    Voir S. Duhem pages 225-228 et tableau page 357 et qui mentionne les instruments de Bodilis, Lannédern (1559-1581), Saint-Divy, Roscoff, et Ploermel, . Voir le joueur de luth de Kerjean sur mon blog, par le Maître de Pleyben.

    Il faudrait voir, comme pour le joueur de vièle, le manche de l'instrument et ses chevillers.

    D'une manière générale, sur les musiciens sculptés en Bretagne ou aux XV-XVIe siècle, voir dans mon blog, entre autre :

    .

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

     

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    5. Le sonneur de cornemuse.

    Il figure dans le site Iconographie de la cornemuse de Catherine et Jean-Luc Matte avec quatre photos de Joël Jubin, avec le seul commentaire "Cornemuseux aux genoux repliés ; un bourdon d'épaule". En effet, Jean-Luc Matte a fait remarqué que les cornemuses du Moyen-Âge, et jusqu'au XVIe siècle, ne sont pas toujours représentées avec un  bourdon d'épaule.

    Notre joueur presse le sac de cuir sous le coude gauche, veille à remplir ce sac en soufflant dans le porte vent, et place trois doigts sur les trous du hautbois, dont il assure la prise par le pouce et l'auriculaire. De la main droite, il désigne la direction de l'est, c'est à dire l'autel du chœur.

    Il est coiffé d'un bonnet qui est replié vers l'avant (déjà observé à Saint-Divy) et il est vêtu d'un grand manteau vert ourlé d'or, frioncé à la taille, au col rond, et à revers bleu couvrant en vagues les genoux.

    Le Maître de Pleyben a également sculpté en blochet  un autre cornemuseux à Pleyben (vers 1571) , que je présenterai dans un futur article sur les sablières, mais aussi à l'église de Saint-Divy (blochet, 1575-1580) et dans la chapelle du château de Kerjean (about de poinçon,1575-1580). 

    .

     

     

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

     

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    6. L'ange gris-souris tenant un cuir découpé.

    Ce cuir portait sans doute une inscription peinte. Les "cuirs découpés" introduits en France par les décorateurs italiens du château de Fontainebleau sont l'une des particularités stylistiques du Maître de Pleyben. L'une de ses autres manies est d'encadrer la tête de ses créatures de sept choux bruns comme autant de bouclettes frisées.

    .

     

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    7. L'ange bleu aux bracelets d'or.

    Chut ! (et non "chute") : il vole, bras écartés, les yeux écarquillés par la contemplation de Dieu. Les choux frisés précédents se sont transformés en délicieuse anglaises.

    .

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    II. La nervure se dirigeant vers le transept sud.

    .

    1. Le joueur de percussion.

    Que tient-il ? Deux objets blancs resserrés au centre, que j'interprète comme deux petits tambours ou boites à rythme, la partie évasée me semblant recouverte d'une peau. En tout cas, il est emporté par la musique. On retrouve le bonnet  "de musicien (voir le sonneur de cornemuse). La tunique bleu-gris est rayée sur le torse comme la livrée d'un domestique, serrée à la taille avant de se terminer par une fronce charmante, caractéristique du sculpteur (voir les anges présentateurs de cuir à Kerjean, par exemple).

    .

    .

     

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    2. L'ange à la tunique vert-d'eau.

    Il vole, une main sur le chœur et l'autre, inspirée et déclamative.

    .

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    3. L'acrobate bleu et brun.

    Un acrobate apporte toujours avec lui ses valeurs ou contre-valeurs de rupture avec l'ordre conventionnel et de pratique ludique alors condamnée, comme le théâtre et les arts de tréteaux, par l'Église. Mais cette dernière tolérait cette transgression, et mieux, elle lui donnait une place, notamment dans les hauteurs de ses sanctuaires, sans que l'on puisse dire jamais si il s'agit d'un exutoire, d'une condamnation de Mal, ou d'une capacité à conjoindre les contraires pour mieux proclamer la gloire divine. Je renvoie à Michael Bakhtine et la carnavalisation médiévale, ou de la Fête des Fous instituée à la Sainte Chapelle pour les enfants de chœur, etc., 

    Celui-ci fait la roue, et saisit ses pieds. Le geste de la préhension des pieds très fréquemment représenté sous forme de crossettes, et auparavant sous forme de modillons romans en sculpture sur pierre. Il possède manifestement une valeur érotique.

    Mais notre saltimbanque fait mieux : c'est par l'intermédiaire d'une sorte de grande  pince à linge qu'il empoigne sa cheville. Ce qui mériterait de plus amples recherches.

    .

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    4. L'homme brun et bleu une main gauche sur la poitrine.

    5. ?

    .

    .

    III. La nervure allant vers la nef.

    .

     

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    1. L'homme au plastron doré.

    Il est coiffé du bonnet "des musiciens", ce qui me conduit à remarquer qu'il a dans les mains des sortes de cymbales ou de castagnettes.

    .

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    2 et 3 : Deux fleurons.

    .

    4. Un ange blanc faisant un bras d'honneur  esquissant un geste de salutation.

    .

     

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    5. Un ange vert présentant un rouleau de papier.

    .

     

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    6. Un fleuron.

    7. Un homme (?) vêtu d'une robe bleue tenant ses chevilles.

    C'est la fameuse posture licencieuse dont je parlais à propos de l'acrobate bleu.

    .

    .

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

     

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    IV. La nervure allant vers le transept nord.

    .

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    1. L' ange blanc jouant de la trompette.

    .

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

     

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    2., 3, et 4 : trois fleurons.

    5. Un ange blanc tenant une trompette droite.

    .

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    6. Un satyre  au pourpoint brun.

    Barbu, les oreilles pointues et le sexe ostensible : c'est un satyre, malgré ses pieds nus. Et, hasard, cet être lubrique tient ses chevilles empoignées.

    .

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

     

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    7. Un ange jouant du pipeau ou un hautbois.

    .

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Nervure de la croisée du transept de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

     

    Voûte de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Voûte de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.


    .

    9. Un ange à tunique rouge tenant un objet vert.

    Quel est cet objet dont l'extrémité est pyramidale ?

    .

     

    Voûte de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Voûte de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

     

    Voûte de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Voûte de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    10. Un homme déguisé en grenouille, portant une pancarte.

    Cet homme vert porte l'écriteau suivant : BATISTE LARS / DEC Sd MOUCHE. 

    .

     

     

    Voûte de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Voûte de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    11. Un ange bleu tenant un rouleau.

    Nous sommes arrivés à l'extrémité du transept nord.

    .

     

    Voûte de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Voûte de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    UN BONUS : L'ABSIDE DU CHŒUR.

    Elle ouvre en éventail ses quatre voûtains.

    .

    Vue générale du coté nord.

    .

    Abside du chœur de  l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Abside du chœur de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    Ange tenant la Couronne d'épines.

     

    Abside du chœur de  l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Abside du chœur de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    Ange tenant un objet brisé.

    .

    Abside du chœur de  l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Abside du chœur de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    Ange au monogramme de Marie.

    .

    Abside du chœur de  l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Abside du chœur de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    Ange au tétragramme.

    .

    Abside du chœur de  l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Abside du chœur de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    Ange au monogramme christique IHS.

    .

    Abside du chœur de  l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Abside du chœur de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    Clef pendante.

    .

     

    Abside du chœur de  l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Abside du chœur de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    Joueur de luth à cinq cordes. Absidiole de gauche.

    .

    Abside du chœur de  l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Abside du chœur de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    BONUS BIS : ANGES DES NERVURES.
    .

     

    Ange des nervures du chœur  de  l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Ange des nervures du chœur de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    Ange au hautbois.

    .

     

    Ange des nervures du chœur  de  l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Ange des nervures du chœur de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    Ange de l'Annonciation.

    .

    Ange des nervures du chœur  de  l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Ange des nervures du chœur de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

     

    Ange des nervures du chœur  de  l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Ange des nervures du chœur de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

     

    Ange des nervures du chœur  de  l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Ange des nervures du chœur de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    .

    Ange à la colonne.

    .

     

    Ange des nervures du chœur  de  l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Ange des nervures du chœur de l'église Saint-Germain de Pleyben, photographie lavieb-aile 2017.

    Euh, comment dirais-je ? 

    Ouf !

    .

    .

    SOURCES ET LIENS.

    .

    — CASTEL (Yves-Pascal), Les 70 sibylles du Finistère. site de la Société Archéologique du Finistère.

    http://patrimoine.dufinistere.org/art2/index.php?art=ypc_sibylles

    — CASTEL (Yves-Pascal), 2006, "Les 70 sibylles du Finistère", Bulletin de la Société Archéologique du Finistère - T. CXXXV - 2006

    — LECLERC (Guy), 2007, Pleyben, son enclos et ses chapelles, éditions Jean-Paul Guisserot, 31 pages pages 18 et 19.

    https://books.google.fr/books?id=hWctwxQfyhgC&pg=PA18&lpg=PA18&dq=sibylles+pleyben&source=bl&ots=kzc-VMkVBx&sig=29B6LVXN1nHu2s5hEpHEt3en1vA&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiI596WxpfVAhXH2xoKHQ5WDd4Q6AEIQjAF#v=onepage&q=sibylles%20pleyben&f=false

    http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf-Couffon/PLEYBEN.pdf

    — Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Enclos_paroissial_de_Pleyben

    BIBLIOGRAPHIE NON CONSULTÉE.

    - J.M. Abgrall : Pleyben. Eglise, calvaire, ossuaire, chapelle Notre-Dame de Lannélec (B.S.A.F. 1892) ; Pleyben (Quimper, 1908) ; Le Livre d'Or des églises de Bretagne

    - A. de La Barre de Nanteuil 1914, : Pleyben (S.F.A. C.A. 1914)

    -  Le Coz (Y) : Construction et translation du calvaire de Pleyben (B.D.H.A. 1910)

    - B.D.H.A. 1938 : Notice de Pleyben

    - R. Lisch : Pleyben (S.F.A. C.A. 1957)

    - M. Moreau-Pellen : Pleyben (Châteaulin, 1950)

    - Ass. Bret. : Congrès de Châteaulin, 1960 (Pleyben) 

    - G. Leclerc : Pleyben, la rogue paroisse (Châteaulin, s.d.)

    - A. Legrand : Pleyben (Rennes, 1979)

     

     

    — ABGRALL, Jean-Marie. Pleyben, son église, son calvaire. Editions d'art Jos Le Doaré, Quimper, 1969.

    — BARREAU, Loïc, MARCEL-ROUAULT, Claude. Les enclos paroissiaux de Bretagne. Editions OUEST-FRANCE, 2006, p. 88-89.

    — LEGRAND, André. Pleyben. Editions OUEST-FRANCE, Rennes, 1979.

    — MOREAU-PELLEN, Madeleine. Pleyben, son église, son calvaire. Collection 'Reflet de Bretagne'. Editions d'art Jos Le Doaré, Châteaulin, 1957.

    — MUSSAT, André. Arts et cultures de Bretagne. Paris, 1879.

     

    .

    Partager cet article
    Repost0
    Published by jean-yves cordier - dans Sablières Sibylles
    2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 17:46

    .

    PRÉSENTATION.

    Vers 1570 à 1580, un sculpteur anonyme a réalisé les corniches (désignées communément et anciennement en Bretagne par le terme de "sablières" qui fut repris par Sophie Duhem dans sa thèse de 1997) et les blochets, les liernes, les clefs pendantes et les engoulants des entraits  de la charpente de quatre sanctuaires du Finistère : l'église de Pleyben (1571) et la chapelle de Sainte-Marie-du-Menez-Hom, en Cornouaille, l'église de Saint-Divy et la chapelle du château de Kerjean, dans le Léon. Selon un usage établi en histoire de l'art, on désigne cet artisan anonyme par le terme de Maître de Pleyben.

    Ces œuvres feront l'objet d'articles dédiés à chaque site. 

    A deux endroits au moins, à Pleyben et à Kerjean, l'artiste a fait figurer sur les nervures des statues de personnages féminins dans lesquelles nous reconnaissons les Sibylles de l'Antiquité, comme sur le plafond de la chapelle Sixtine peint en 1511 par Michel-Ange !

    Depuis Les Enclos de Dieu de Guy Leclerc en 1996 et depuis  l'article que l'abbé Castel a consacré aux 70 Sibylles du Finistère en 2006, nous connaissons la fréquence de ce thème dans onze églises du département, avec une série complète des 12 Sibylles sur l'autel sud de l'église de Brennilis, sur le chancel de la chapelle de Saint-Herbot en Plonevez-du-Faou et sur la Poutre de Gloire de Lampaul-Guimiliau (voir les articles dédiés grâce aux liens supra). Les séries sont partielles sur la niche du retable de l'Arbre de Jessé à Notre-Dame-de-Berven (*) en Plouzévédé (3 Sibylles), sur la cuve de la chaire de Guimiliau (5 Sibylles) et sur les panneaux d'arrière-chœur de Guimiliau (3 panneaux), sur le garde-corps de la tribune de l'orgue de Roscoff (7 bas-reliefs), dans la chapelle de Coatnan en Irvillac (4 Sibylles), sur les stalles du chœur de l'église de Rumengol (3 Sibylles)  et sur le mur de la chapelle de Locmaria-Lan en Plabennec (3 Sibylles). À Pleyben, en l'église Saint-Germain, ce sont 5 statues des Sibylles qui ornent la voûte au niveau du transept.  

    (*) cette chapelle mariale a été commandée en 1573 aux ateliers de Kerjean (APEVE).  La sibylle d'Erythrée est associée à l'Annonciation, la Samienne à la Visitation et enfin la Cimmérienne à la Nativité.

    .

    Mais en 1997, Sophie Duhem n'avait pas identifié dans les figures en ronde-bosse des liernes de la chapelle de Kerjean autre chose que "des figures féminines tenant les instruments de la Passion.

    Et à son tour Yves-Pascal Castel  a omis, dans son décompte des 70 Sibylles du Finistère, les six statues en haut-relief de la chapelle seigneuriale de Kerjean. 

    Leur découverte me permet donc 1) de suivre le thème iconographique des Sibylles aux XVI et XVIIe siècle, et de compléter mes articles dédiés à ce thème et 2) d'explorer le corpus du Maître de Pleyben.   

    .

    .

    RAPPEL.

    J'ai longuement montré dans mon article sur les Sibylles de Brennilis que la constitution d'une série de douze prophétesses païennes de l'Antiquité est née à la fin du XVe siècle, en complément de la série des douze Prophètes de la Bible (et, bien-sûr, des douze Apôtres) dans une démarche typologique : chaque prophétesse était mise en relation avec une scène du Nouveau Testament et plus précisément avec l'enfance de Jésus et de la Vie de la Vierge pour six ou sept d'entre elles, et avec la Passion du Christ pour les autres. Ainsi, les théologiens montraient l'universalité du plan du Salut, annoncé et pressenti depuis l'Antiquité par des femmes du monde entier (leur nom se réfère à une origine géographique d'Europe, d'Asie et d'Afrique). Les douze femmes sont décrites dans l'ouvrage du dominicain italien Filippo Barbieri publié en 1481, mais ce sont les enluminures des Heures de Louis de Laval (avant 1489) qui, dans des doubles pages, créent une association précise entre les sibylles et  chaque temps liturgique (Annonciation, Nativité, etc) .  Cela sera repris par les livres d'Heures imprimés  par Vostre et  Vérard.

    .

    DESCRIPTION.

     La chapelle de Kerjean (dernier quart du XVIe siècle) est située à l'angle oriental du château, à l'extrémité de la galerie couverte fermant la cour. Il s'agit d'un édifice rectangulaire à chevet arrondi de style classique intégrant des éléments gothiques (fenêtres en tiers-point, entraits à engoulants). Alors que Chaussepied décrivait  en 1907 la ruine de ses sculptures et de sa charpente, elle aurait été restaurée vers 1916 (Le Febvre), et la charpente a été restaurée vers 1960 (Couffon). 

    .

    Le visiteur accède à la chapelle par l'une des deux portes occidentales : il a donc face à lui, s'il lève les yeux vers la voûte lambrissée, le grand V inversé de deux liernes convergeant vers une clef pendante sculptée, avant le premier entrait. Et il voit sur ces nervures les deux groupes de trois Sibylles, dont il peut savoir que les unes préfigurent l'Incarnation (Nativité) et les autres préfigurent la Rédemption  (Passion et Crucifixion). La grande flèche ainsi tracée dirige son regard, ses pas et son esprit vers l'autel du chevet, où l'attendent les scènes des Évangiles sculptées sur les sablières entre les Évangélistes. Il est introduit dans un programme iconographique élaboré. 


     

     

    .

    Voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.
    Voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    Voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    .

    Du coté droit, de bas en haut :

    1. La Sibylle Agrippa tient le fouet à deux lanières enroulées autour du manche, qui  préfigure la Flagellation du Christ.

    Elle porte derrière la nuque un voile qui revient vers sa poitrine. Le geste de la main gauche est un signe d'énonciation : le sculpteur souligne l'importance des paroles prophétiques ou "vaticinations" .

    .

    La Sibylle Agrippa, voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    La Sibylle Agrippa, voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    .

     

    La Sibylle Agrippa, voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    La Sibylle Agrippa, voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    .

    2. La Sibylle Cimmérienne tient une corne à fonction de biberon, qui préfigure que la Vierge allaitera son Fils.

    Tout porterait à croire que cette dame tient ici une trompe de chasse avec son embouchure et son pavillon, mais c'est la tradition iconographique qui permet d'interpréter correctement cet attribut : c'est bien une corne destinée à donner à boire au bébé. Mais si au moins elle le tenait comme il faut !

     Elle est coiffée d'un turban, ou bourrelet, ou balso (bourrelet de brocart ou de velours) à la mode à la fin du XIVe ou vers 1530 en Italie. Les manches très bouffantes et plissées aux épaules se prolongent par des manchettes qui se retroussent aux poignets. La robe à décolleté carré est lisse sur le bustier, et plissée sous la ceinture.

    La main gauche est assez maladroitement repliée vers l'épaule, comme si elle maintenait un objet, mais c'est là encore par désir de marquer la fonction d'énonciation.

    .

     

    La Sibylle Cimmérienne, voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    La Sibylle Cimmérienne, voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    .

     

    La Sibylle Cimmérienne, voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    La Sibylle Cimmérienne, voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    .

    3. La Sibylle Delphique tient une couronne d'épines, qui préfigure le Couronnement d'épines de la Passion du Christ.

    La tenue vestimentaire est la même que pour la Cimmérienne. Les cheveux qui laissent échapper des mèches autour du visage sont couverts par une coiffe très postérieure, dont l'extrémité en pointe se voit sur le sommet du crâne. La main gauche est posée, avec beaucoup de naturel, sur le genou.

    .

    La Sibylle Delphique, voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    La Sibylle Delphique, voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    .

    La Sibylle Delphique, voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    La Sibylle Delphique, voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    .

    Du coté gauche, de bas en haut : 

    3. Une Sibylle tient une colonne (un attribut inhabituel)  préfigurant  les outrages subis par le Christ lors de sa Passion.

    L'index et le pouce de la main gauche dirigés vers la bouche, et les autres doigts repliés, soulignent l'importance des paroles prononcées.

    La coiffure est un balso, dont les spires d'étoffe sont particulièrement savantes, dégageant un front soigneusement épilé en arrière. Le tissu semble aussi passer sous le menton. 

    .

     

    Une Sibylle , voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    Une Sibylle , voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    .

    Une Sibylle, voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    Une Sibylle, voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    .

    4. La Sibylle de Samos tient un berceau qui préfigure la Nativité : la Vierge donne naissance à son enfant dans une crèche.

    La Sibylle a attaché ses épaisses mèches de cheveux avec un bandeau qui passe derrière la tête.

    Le berceau possède deux piétements à volutes permettant le bercement, et quatre montants qui pourrait soutenir un voilage.

     

     

    .

     

     

    La Sibylle de Samos, voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    La Sibylle de Samos, voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    .

     

    La Sibylle de Samos, voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    La Sibylle de Samos, voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    .

    Je trouve un modèle équivalent sur ebay :

     

    Berceau à bascule, ebay.

    Berceau à bascule, ebay.

    .

    C'est une chance : le Château de Kerjean expose dans ses collections permanentes un berceau à bascule du XIXe ; il dispose sur le coté de trous et de petits boutons servant à attacher l'enfant emmailloté. 

     

    Berceau du XIXe siècle, propriété de l'Etat, exposition permanente du Château de Kerjean.

    Berceau du XIXe siècle, propriété de l'Etat, exposition permanente du Château de Kerjean.

    .

    6. La Sibylle Hellespontique tient une croix, qui préfigure la Crucifixion du Christ sur le Golgotha.

    Elle a adopté le même bandeau que la Samienne. Et les mêmes manches à épaules bouffantes. Mais son chic est d'avoir déniché une robe- bustier très ajustée à la taille, avant de  s'évaser en fronces aux sinuosités troublantes. Plus besoin de ceinture !

    Son index gauche désigne la croix.

    .

     

     

    La Sibylle Hellespontique, voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    La Sibylle Hellespontique, voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    .

     

    La Sibylle Hellespontique, voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    La Sibylle Hellespontique, voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    .

    7. La clef vers laquelle convergent les nervures : les armes de Louis Barbier, seigneur de Kerjean (1523-1596).

    Ces armes se blasonnent d'argent à deux fasces de sable, (blanc à deux barres noires) , mais puisque la polychromie d'origine a disparu, ce sont les deux barres horizontales qui permettent de les identifier. On les retrouvent au milieu des deux entraits, et sur les sablières. 

    Par la situation de ce blason, le propriétaire appose sa marque, mais se place aussi sur le chemin tracé sur la voûte et qui illustre l'histoire du Salut.  

    .

     

     

    Ange présentant le blason des Barbier, d'argent à deux fasces de sable, voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    Ange présentant le blason des Barbier, d'argent à deux fasces de sable, voûte lambrissée de la partie sud-ouest de la chapelle du château de Kerjean. Photographie lavieb-aile juillet 2017.

    .

    Il nous reste à découvrir, dans le prochain article, l'ensemble des sablières de la chapelle : un superbe et passionnant voyage !

    .

    .

    SOURCES ET LIENS.

    .

    — APEVE Les sablières de Saint-Divy

    http://www.apeve.net/spip/spip.php?page=page&id_rubrique=4&id_article=253

    — CASTEL (Yves-Pascal), Les 70 Sibylles du Finistère, en ligne, Société Archéologique du Finistère http://patrimoine.dufinistere.org/art2/index.php?art=ypc_sibylles

    — CASTEL (Yves-Pascal), 2006, "Les 70 sibylles du Finistère", Bulletin de la Société Archéologique du Finistère - T. CXXXV - 2006 pages 201

    — CHAUSSEPIED (M.C. ), 1907, "Notice sur le château de Kerjean,, commune de Saint-Vougay, " Société Archéologique du Finistère - SAF 1907 tome 34 - Pages 124 à 145

    Pour faciliter la défense de cette dernière entrée et pro­téger le soubassement des murs d'un pavillon à l'autre par les meurtrières placées de côté dans les angles, l'architecte à biaisé les murs de la chapelle et des archive$~ de façon , à découvrir entièrement ces murs à l'approche de l'as­saillant. 
    Le pavillon de la chapelle est à deux étages; à la hauteur de la chapelle proprement dite, le chevet prend une forme semi circulaire sur la base carrée du dessous; le maître 
    d'œuvre a su tirer habilement partie de cette superposition en plaçant sur les parties découvertes de petits édicules à coupoles et lanternons à jour, La chapelle .est éclairée à l'Est et au Midi par quatre fenêtres géminées de forme ogivale ; à ce propos il ne faut pas croire, comme certains auteurs l'ont prétendu, qu'on ne pouvait se décider à abandonner complètement l'art gothique dans un édifice religieux, alors que ce mode d'architecture était tombé en désuétude, car bon nombre d'édifices religieux bâtis 'pendant les XVIe et VIIe siècles, n'ont plus aucun rapport avec les styles passés ; n'y voyons donc simplement qu'un pâle souvenir de l'architecture de Moyen-Age que l'artiste de Kerjean a fait revivre un peu en cet endroit ; du reste l'arc ogival est bien peu accentué et les profils des meneaux et des rinceaux sont bien de là fin de la Renaissance. Au-dessous de ces fenêtres sont pratiquées des meurtrières à couleuv­rines et la salle basse qui n'offre aucun intérêt prend jour par deux longues fenêtres placées vers l'extérieur des bâtiments. La façade sur la terrasse est percée de deux ouvertures ovales richement encadrées, au-dessous une fenêtre 
    basse rectangulaire et très simple et une petite porte plein cintre donne accès en contre-bas de la terrasse à la chapelle. Ce pavillon est tout en pierre de taille couronné tout autour d'une belle corniche à modillons. Mais ce qu'il a de plus remarquable c'est son élégant campanile qui semble plutôt dater de l'époque de Henri IV que de Charles IX ;' posé en encorbellement sur une suite d'entablements et de consoles, il est à trois étages superposés dont le der-nier à jour. Le beffroi est couronné d'une petite coupole surmontée elle-même d'un lanternon coiffé d'une calotte sur laquelle un beau vase vient se fixer. Ses angles sont décorés de pilastres et gaines cannelés" ou ornés d 'arabesques, les frisés sont couvertes d'entrelacs et les panneaux de cartouches armoriés. Ce campanile est d'une grande richesse et d'une belle élégance. 
    L'intérieur de cette chapelle, très somptueux autrefois n'offre plus que des ruines, le sol en petits carreaux rouges s'effondre, la belle voûte en lambris qui reposait sur une sablière toute sculptée a presque disparu et des  personnages en bois qui ornaient encore cette voûte, quelques-uns seulement, vermoulus gisent épars sur l'autel abandonné. Ils représentaient les douze apôtres et' étaient encastrés dans la sablière au pourtour du sanctuaire. 
    A la rencontre des nervures s'accrochaient de fins pen­dentifs et deux entraits sans poinçon, reliaient les murs, ils étaient ornés comme de coutume de grosses têtes de dauphins aux extrémités. Tout cela devait être décoré de peintures et de dorures. Entre chaque fenêtre d'élégants culs de lampe en pierre supportaient des statues; l'autel était tout en pierre de forme bombée, reposant sur un degré de granit; une dalle d'un seul morceau de 2 mètres sur 0m 70 la recouvrait en entier. Sur le mur Nord auquel s'adossait l'aile droite existe de larges ouvertures, donnant l'entrée de la chapelle aux divers étages et  permettant aux malades  d'entendre la messe d'une petite salle contiguë : la baie du haut est orné d'un petit entablement dorique à deux  pilastres et munie d'un croisillon de fer. "

     

    — COUFFON (René), 1988, “Couffon, Répertoire des églises : paroisse de SAINT-VOUGAY,” Collections numérisées – Diocèse de Quimper et Léon, consulté le 3 juillet 2017, http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/items/show/1044.

    http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/0397fbf7bfd94095b7b52bc0e66657cc.pdf

    "A l'extrémité orientale de la galerie couverte fermant la cour du château, c'est un pavillon rectangulaire avec chevet arrondi. Elle date du dernier quart du XVIè siècle ; mais quelques-unes de ses fenêtres en tiers-point et les entraits engoulés de sa charpente indiquent dans cet édifice classique une curieuse survivance de l'art gothique. Les sablières sont d'une sculpture remarquable ; elles sont décorées notamment d'un cartouche des cinq Plaies entouré de deux victoires que l'on retrouve à Pleyben, mais d'une moins bonne exécution. La charpente a été restaurée vers 1960. ."

     

     

    — DUHEM (Sophie), 1997, Les sablières sculptées en Bretagne: images, ouvriers du bois et culture paroissiale au temps de la prospérité bretonne, XVe-XVIIe s. ... Sophie Duhem ; préf. d'Alain Croix. Vue : ... Publication, Rennes :Presses universitaires de Rennes, 1997 : thèse de doctorat en histoire sous la direction d'Alain Croix soutenue à Rennes2 en 1997. 

    DUHEM (Sophie), 1998, « Quant li goupil happe les jélines... », ou les représentations de Renart dans la sculpture sur bois bretonne du XVe ...

    —  DUHEM (Sophie), L'art au village : La production artistique des paroisses rurales (XVIe-XVIIIe siècle)  2009  

    — LECLERC (GUY), 1996, Les enclos de Dieu, édition Jean-Paul Guisserot, 141 p. 

     

    — LE FLOCH (Jean-Claude ), s.d, "Pleyben : l'ensemble de sablières sculptées."

    http://www.mairiepleyben.fr/joomla-mairie/images/stories/documents/docs_historiques/sablires.pdf

    "Les sablières historiées – les sablières sont ces poutres horizontales en haut de mur sur lesquelles porte la charpente - les sablières historiées donc sont une spécialité bretonne : fort répandues en particulier en Basse-Bretagne, elles sont tout à fait rares ailleurs. On doit à Sophie Duhem d'en avoir fait la recension et particulièrement d'être parvenue par comparaison à retrouver la marque d'un même sculpteur en différents endroits . Parmi ces auteurs qu'elle sort de l'oubli, celui qu'elle a baptisé « l'anonyme de Pleyben » apparaît comme un personnage hors du commun. « Anonyme de Pleyben » car c'est où il a créé un des plus beaux ensembles de sablières. Mais on lui doit également la décoration de la chapelle du château de Kerjean (en Saint-Vougay) ainsi que les sablières qui subsistent à Sainte-Marie-du-Ménez-Hom (commune de Plomodiern) et dans l'église de Saint-Divy. Personnage hors du commun ? Ces quatre localisations suffiraient à en témoigner : pour nous aujourd'hui, toutes en Finistère, c'est vrai ; mais dans les années 1570, cela veut dire deux diocèses différents séparés par la barrière des Monts d'Arrée, cela veut dire des distances de plus de dix lieues (les autres sculpteurs identifiés par Sophie Duhem n'interviennent guère que dans deux ou trois paroisses contiguës). On pressent la notoriété d'un artiste recherché."

    —​​​​​​​  LE FEBVRE (Yves), 1916,  Musée des antiquités léonaises à établir au château de Kerjean, in   GUENNEC ( Louis), “Société des amis de Kerjean pour la conservation des antiquités du Léon,” Collections numérisées – Diocèse de Quimper et Léon, consulté le 3 juillet 2017, http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/items/show/3167.

    http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/e9a034174e1a5080fd521925a84efd48.pdf

    "Ajoutons encore, pour être aussi complet que possible, dans ce premier plan rapide de nos travaux, qu'il nous appartiendra de meubler comme il convient l'admirable petite chapelle de Kerjean dont la restauration a été  si heureusement commencée. "

     

    — MIORCEC DE KERDANET (Daniel) , 1834,  “Notice sur le château de Kerjean,” Collections numérisées – Diocèse de Quimper et Léon, consulté le 3 juillet 2017, http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/items/show/3168.

    http://diocese-quimper.fr/bibliotheque/files/original/d3b6efb625cca2644d865d5919262803.pdf

    "A l'extrémité de cette aile , et contre la galerie découverte , est la chapelle, qui se distingue encore par son petit clocher et d'autres ornements. Elle avait autrefois un beau lambris et des vitraux peints , chefs-d'œuvre d'Alain, Cap, artiste de Lesneven."

     

    — Mémoires de la société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, 1999, t. LXXVII page 545

     

    Partager cet article
    Repost0
    Published by jean-yves cordier - dans Sibylles
    19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 19:18

    .

    Alors que l'église de Brennilis et la chapelle Saint-Herbot de Plonevez-du-Faou possèdent sur panneaux de boiserie la série complète des douze Sibylles, — ces prophétesses de l'antiquité dont les vaticinations supposées furent considérées comme des prédictions de la naissance d'un Sauveur né d'une Vierge et de sa Passion—, et alors que la Poutre de Gloire de Lampaul-Guimiliau montre sur sa face coté chœur ces douze prêtresses païennes encadrant une Annonciation,  d'autres églises n'ont fait appel, dans leur ornementation, qu'à un nombre réduit de celles-ci. 

    C'est le cas à Guimiliau, où sont conservés deux ensembles : les panneaux entourant l'arrière-chœur, qui associent trois Sibylles avec des scènes de l'Enfance du Christ, et les panneaux de la cuve de la chaire à prêcher, où cinq Sibylles dont une seule est identifiable encadrent les quatre évangélistes et les allégories morales et théologales. 

    Souhaitez-vous les découvrir ? Suivez le guide !

    .

     

     

     

    .

    I. LES TROIS SIBYLLES DE L'ARRIÈRE- CHOEUR.

    .

     Dans le chœur, derrière l'autel trois élégants bas-reliefs Renaissance alternent avec une Adoration des Mages (2 panneaux),  un Saint Joseph dans la crèche, et une Annonciation  .

     

     

    .

     1.  La Cimmérienne ?

    Cette Sibylle tient dans la main gauche un objet brisé qui doit correspondre à la corne servant de biberon, l'attribut de la  Cimmérienne.  Elle annonce l' allaitement de l'Enfant par la Vierge. Il est donc logique qu'elle accompagne les panneaux de la Nativité, comme dans les Heures de Louis de Laval folio 22v et 23r. 

    .

     

    La Sibylle Cimmérienne, arrière-chœur de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile novembre 2016.

    La Sibylle Cimmérienne, arrière-chœur de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile novembre 2016.

    .

    On la comparera aux Cimmériennes de Brennilis et de Saint-Herbot (photo lavieb-aile).

    .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    .

     

     

     

     

     

     

     

    .

    .

    .

    .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    .

     

    .

     L'Adoration des Mages, 

    Joseph, Marie et l'Enfant, et un Mage.

    .

     

    Adoration des Mages, arrière-chœur de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile novembre 2016.

    Adoration des Mages, arrière-chœur de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile novembre 2016.

    .

     

    Adoration des Mages, arrière-chœur de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile novembre 2016.

    Adoration des Mages, arrière-chœur de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile novembre 2016.

    .

    Saint Joseph dans la crèche.

    .

     

    Saint Joseph dans la crèche, arrière-chœur de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile novembre 2016.

    Saint Joseph dans la crèche, arrière-chœur de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile novembre 2016.

    .

     

    .

    2. La Sibylle Persique.

     La Persique tenant la lanterne et foulant un serpent  annonce la Vierge foulant le serpent et préfigure l' Immaculée Conception, l'Incarnation et la Nativité où la Vierge donne naissance à celui qui se dira Lumière du Monde. Dans les Heures de Louis de Laval folio 17v, elle précède deux enluminures illustrant les citations de  Jean 8:58 Antequam Abraham fuit ego sum : " Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu'Abraham fût, je suis.", du verset 5 du Psaume 82   Intellexerunt in tenebris ambulant. "[Ils n'ont ni savoir] ni intelligence. Ils marchent dans les ténèbres.", et de Jean 1 Lux in tenebris lucet. "La lumière luit dans les ténèbres, [ et les ténèbres ne l'ont point reçue]". 

    .

     

    La Sibylle persique, panneaux du chœur de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile 2016.

    La Sibylle persique, panneaux du chœur de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile 2016.

    .

    Comparez avec Brennilis puis Saint-Herbot (photo lavieb-aile) :

    .

    .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    .

    .

     

    .

    .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    .

    .

    3. L'Erythréenne.

     

    "Les Sibylles sont de grandes dames. Parmi les plus belles, les trois femmes de l'arrière-chœur de Guimiliau. Parmi elles l'Erythréenne marche, légère, se retournant souplement comme dans un défilé de mode." (Y-P. Castel)

    L'Erythréenne, tient une fleur car elle aurait annoncé au monde païen la conception par une Vierge. Elle est donc associée à l' Annonciation. Dans les Heures de Louis de Laval folio 19v, elle précède une enluminure de l'Annonciation. Il est probable que ce panneau de  Guimiliau précédait aussi un panneau semblable.

     

    .

    La Sibylle d'Erythrée, panneaux du chœur de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile 2016.

    La Sibylle d'Erythrée, panneaux du chœur de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile 2016.

    .

    Comparer avec la Sibylle d'Erythrée de Brennilis et de Saint-Herbot (photo lavieb-aile) :

    .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    .

    .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    .

    .

     

    La Sibylle d'Erythrée (détail), panneaux du chœur de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile 2016.

    La Sibylle d'Erythrée (détail), panneaux du chœur de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile 2016.

    .

    Présentation de Jésus au Temple.

    .

    Présentation de Jésus au Temple, panneaux du chœur de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile 2016.

    Présentation de Jésus au Temple, panneaux du chœur de l'église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile 2016.

    .

     

    .

    II. LES SIBYLLES DE LA CHAIRE À PRÊCHER (1677).

    En 1912, le chanoine Abgrall donnait de cette chaire la description suivante :

     

    "La forme de la chaire est loin d'être gracieuse, mais dans les motifs qui l'ornent on trouve des éléments du plus haut intérêt. Le pied est formé par un groupe de quatre angelots bien gras· ; de la corbeille qui les surmonte partent des gaines en cariatides pour supporter la cuve. Celle-ci  présente quatre pans ornés de médaillons  richement encadrés et richement soutenus. Dans ces médaillons sont les quatre Évangélistes, accostés des vertus théologales et morales : 1°)  La Tempérance avec coupe renversée ; et la Foi avec flambeau ; 2°) la Charité, petits enfants, et la Prudence, avec miroir et serpent ; 3°) la Religion, avec croix et l' Espérance, avec  ancre ; 4°) La Force portant une colonne, et la  Justice avec sa  balance  et une épée. · Deux jolis médaillons miniature, soutenus par de petits anges, représentent David jouant de la harpe et · Moïse portant les tables de la Loi. Dans les quatre angles sont les statues des sybilles.  Enfin: deux autres petits médaillons nous donnent l'inscription suivante:

     RE  :M:H: GVILLERM : SIEVR : RECTEVR :

    LORS: *AN: TANGVY: E: HERVE :LE MEVR :

    FABRIQVES : 1677:"

    *lire : IAN

    .

    Sa mention des statues des Sibylles restait ... sibylline. C'est en 2006 que son collègue l'abbé Yves-Pascal Castel donna une étude exhaustive des 70 sibylles du Finistère, et leva le voile sur les  prophétesses antiques de cette chaire : "Aux angles de la chaire à prêcher, la présence de la Cimmérienne reconnaissable au biberon en forme de corne laisse à penser que les quatre autres belles statuettes mutilées et désormais privées de leurs attributs distinctifs, la cinquième n'ayant d'ailleurs plus ni visage ni poitrine, représentaient des Sibylles". 

    Tout en découvrant ces belles mutilées, examinons la chaire qui les accueille, dans son ensemble puis panneau par panneau. Je suivrai l'ordre de description d'Abgrall qui débute par le premier panneau de gauche.

    .

     

    Chaire à prêcher de Guimiliau (1667), église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile 2016.

    Chaire à prêcher de Guimiliau (1667), église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile 2016.

    .

     

    Chaire à prêcher de Guimiliau (1667), église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile 2016.

    Chaire à prêcher de Guimiliau (1667), église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile 2016.

    .

    1°) Premier panneau. L'évangéliste saint Marc.

    Au centre, saint Marc accompagné de son lion est figuré dans une guirlande tenue par un angelot. L'évangéliste est encadré par la Tempérance tenant une coupe à demi-renversée,  et la Foi tenant un flambeau. 

    Sur l'angle de gauche :  la Sibylle n°1, au dessus d'un médaillon ornemental

     

    Au registre inférieur : un  aigle aux ailes éployées, parmi des rubans et couronnes.

    .

    Premier panneau, chaire à prêcher de Guimiliau (1667), église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile 2016.

    Premier panneau, chaire à prêcher de Guimiliau (1667), église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile 2016.

    .

    Premier angle : La première Sibylle.

    .

    Première Sibylle, chaire à prêcher de Guimiliau (1667), église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile 2016.

    Première Sibylle, chaire à prêcher de Guimiliau (1667), église de Guimiliau. Photographie lavieb-aile 2016.

    .

    Deuxième Sibylle, tenant un livre.

    .